Quel est mon type de leadership? 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quel est mon type de leadership? 1"

Transcription

1 Quel est mon type de leadership? 1 Par Renée Bédard Résumé Les théories traditionnelles du leadership ont été fortement marquées par la notion d autorité, formelle ou informelle, considérée comme l essence de la direction et du leadership. Le leader, c est la personne qui est reconnue comme le fondateur ou le promoteur d un groupe, ou qui exerce une fonction officielle d autorité et de responsabilité sur une unité, ou encore qui exerce une influence marquante sur les personnes et sur l organisation. Son style de leadership, sa manière de se comporter et d exercer son rôle, de conduire ses troupes est donc étroitement liée à ce qu il est comme personne, c est-à-dire à son expérience, à sa manière de raisonner et d exercer son jugement, à ses valeurs et, ultimement, à son être profond. De mon expérience professionnelle, se sont dégagés quatre types de leaders : systématique, pragmatique, mythique et relationnel, qui amènent les dirigeants à adopter des modes de fonctionnement différents, qui correspond à des formes d organisation variées et qui peuvent conduire à des pathologies ou à des problèmes particuliers. Introduction À la suite de mes études de MBA, j ai exercé la fonction de conseillère en gestion auprès de la haute direction d une grande institution québécoise pendant une vingtaine d années. J ai, dans ce contexte, eu l occasion de rencontrer et d échanger avec des centaines de dirigeants, qui ont soulevé ma curiosité et mes interrogations. Pour que mes avis et conseils soient suivis et acceptés par le dirigeant, j ai compris qu il fallait que je lui propose des modes de fonctionnement et des solutions convenant à son monde professionnel et personnel propre et, par conséquent, que je saisisse son univers mental particulier. Comment y arriver quand on a été formée à des connaissances et à des techniques de gestion prétendument scientifiques et universelles, c est-à-dire applicables à tous les types d organisation et dans toutes les cultures? J ai donc commencé par écouter attentivement mes interlocuteurs et par essayer de décoder leur mentalité. J ai observé leurs faits et gestes, puis j ai cherché ce qui pouvait expliquer la variété de leurs manières d agir. C est ainsi que j ai progressivement développé une grille d analyse comprenant quatre dimensions reliées entre elles : les pratiques et les conduites d une personne prennent d abord appui sur ses connaissances théoriques et empiriques et sur sa manière de raisonner, sur ses valeurs, son éthique et sa culture et, ultimement, sur son identité profonde. En regroupant mes observations, j ai relevé, petit à petit, quatre styles de leadership que j ai appelés : le leader systématique, le leader pragmatique, le leader mythique et le leader relationnel (voir le Tableau 1). LE LEADER SYSTÉMATIQUE Comme le sens du mot «système» peut varier selon le contexte où il est utilisé et afin d éviter tout malentendu, entendons-nous sur la définition suivante : le système est un assemblage ordonné, où chaque élément est nécessaire à la cohésion de l ensemble et en dépend. Dans un système, les 1

2 éléments sont articulés les uns aux autres et chacun tire son rôle, son identité ou sa signification de la place qu il occupe dans le tout. Le système désigne donc une construction rationnelle, une architecture d ensemble, édifiée à partir de principes, de postulats ou de positions bien arrêtés et définis à l avance, visant à atteindre un but prédéterminé. Le leader systématique évoque, d une manière simplifiée, l image d une personne méthodique, structurée et articulée, qui se reconnaît à son sens de l organisation, à ses actions réfléchies, à son souci de la précision et de l exactitude, voire de la perfection, ainsi qu à sa minutie. L expression «une place pour chaque chose et chaque chose à sa place» lui correspond bien. Cette personne se distingue par son esprit logique, analytique et déductif à partir de principes bien établis. Dans ses relations avec les autres, elle préfère l utilisation des documents et les réunions formelles aux rencontres improvisées et aux échanges verbaux. Pour elle, la réalité quotidienne foisonnante est vue moins comme une richesse que comme une source naturelle de désordre et d entropie à organiser et à maîtriser, d où l importance de bien cerner l essentiel par rapport à ce qui est accidentel, de classer les choses selon les priorités, de privilégier ce qui touche l ensemble des cas ou des individus par opposition aux situations particulières, de se fixer des buts ou des objectifs précis, de bien prévoir les moyens pour les atteindre, bref de maîtriser la situation. Face à un problème, cette personne cherche à en identifier la cause, puisque «les mêmes causes produisent les mêmes effets en tout lieu et en tout temps»; une fois la cause connue, on peut agir en conséquence, logiquement, et régler le problème une fois pour toutes. On retrouve cette forme d esprit dans les conventions collectives normatives et les réglementations de toute nature. Pour un leader systématique, les valeurs les plus hautes sont l ordre, la discipline, la justice, le devoir, la droiture, la régularité, la conformité. Toutes ces expressions qui portent sur les «règles» règles de conduite, règles de l art, règles de bienséance, règles du jeu traduisent bien ce e idée que les actes de quelqu un sont dictés par une ligne directrice et un code qui les déterminent. Le Code civil, qui comprend l ensemble des règles de droit régissant les rapports entre les personnes privées, en est l une des illustrations. En un mot, le dirigeant systématique incarne l esprit cartésien : clair, logique, méthodique, cohérent, rationnel, solide. Les principes généraux d administration de Fayol, comme la division du travail, l autorité, la hiérarchie, la discipline, l unité de commandement, l unité de direction, la centralisation et l ordre sont très représentatifs du type systématique. L organisation «bureaucratique», comprise comme un ensemble organisé hiérarchiquement, reposant sur la distribution des rôles d autorité, régie par des règles fixes qui structurent de manière impersonnelle les rapports entre les fonctions, où la division du travail est poussée, représente l archétype de l organisation systématique. Comment la personne systématique se définit-elle elle-même? Comme une personne de principes, dont les comportements sont réfléchis, stables et prévisibles, qui respecte la hiérarchie et le statut dans les relations interpersonnelles, pour qui la Raison représente la caractéristique distinctive de l être humain (Homo sapiens). La Loi étant considérée comme la Raison en exercice «la loi en général est la raison humaine en tant qu elle gouverne tous les peuples de la terre», on comprend que, dans cet univers, les activités soient étroitement encadrées. Les activités qui exigent l application de règles uniformes et universelles, des mesures de contrôle strictes, des procédures standardisées et précises, une 2

3 planification minutieuse et des opérations bien organisées requièrent ce type de leadership et de mode de fonctionnement. Cependant, quand ces caractères sont portés à l extrême, le chef (du latin caput «tête» ) risque, à cause de l intransigeance que lui procure un fort sentiment de rectitude et que l expression «avoir raison» traduit bien, d adopter des attitudes et des conduites qui manifestent de l intolérance et qui vont se traduire le plus souvent par des arguments péremptoires, de l autoritarisme, des prises de positions catégoriques, l adop on d une vision dualiste et d une pensée clivée le bien ou le mal, le vrai ou le faux, «c est à prendre ou à laisser», un esprit de rigueur qui menace de tourner à la rigidité d esprit, voire un «esprit de système» où le souci de cohérence interne du système conceptuel et théorique prime sur les caractéristiques et les exigences de la réalité. Dans un ouvrage paru en 1997, Patricia Pitcher établit une typologie comprenant trois types de dirigeants : l artiste, l artisan et le technocrate 2. Dans son sens littéral, la technocratie évoque le pouvoir des experts et des techniciens sur la prise de décision : le technocrate désigne donc la personne qui tend à faire prévaloir les conceptions techniques d un problème contre les autres dimensions (sociale, politique, humaine et culturelle). Cependant, comme le terme «technocrate» a pris dans le langage courant une forte connotation négative alors que l artiste et l artisan évoquent une image positive, il aurait sans doute été préférable d utiliser un terme neutre comme l expert, le professionnel ou le technicien pour décrire le dirigeant technocrate. Toutefois, quand on examine les caractéristiques du technocrate citées dans l ouvrage abstrait, distant et austère, redoutable, rigide, obsessionnel, tatillon, têtu, bourreau de travail, etc., on constate qu il s agit de traits de caractère qui illustrent plutôt les excès du leader systématique. Dans le domaine de la gestion, la personnalité systématique de Fayol ressort clairement de son célèbre ouvrage Administration industrielle et générale (1916) dans lequel il identifie les quatorze (14) principes généraux de l administration, les six (6) capacités de base technique, commerciale, financière, de sécurité, de comptabilité et administrative, les cinq (5) composantes de la fonction administrative prévoir, organiser, commander, coordonner et contrôler, allant jusqu à établir l importance relative des capacités nécessaires aux chefs selon leur niveau hiérarchique. LE LEADER PRAGMATIQUE Le mot «pragmatisme» désigne «une attitude ou une doctrine qui privilégie l action.» Ce qui compte ici, c est la réussite de l action entreprise. Pour les personnes pragmatiques, les faits, l expérience concrète, les résultats l emportent sur les idées. Dans la langue courante, le mot «pragmatisme» en est venu à désigner une attitude qui encourage la résolution des problèmes pratiques plutôt que les réflexions théoriques, qui évalue une idée ou une action selon son utilité. En somme, la personne pragmatique met l accent sur l action, l expérimentation (essais et erreurs), les activités et les applications; elle recherche les résultats, l utilité, l efficacité, la productivité et le rendement à l intérieur d un espace-temps réduit et court. Dans ses activités courantes, le leader pragmatique se présente comme quelqu un qui aime entreprendre des projets concrets, les mener à terme et passer à autre chose, résoudre des problèmes techniques, améliorer les choses et innover, qui tire son énergie des résultats tangibles obtenus. Il se 3

4 caractérise par son esprit d entreprise, son besoin d expérimenter sur le terrain, d explorer, de développer et d essayer de nouveaux instruments et outils. Il traduit ses idées en projets à exécuter, construit des modèles opératoires et fait des simulations. Ses références et son vocabulaire sont beaucoup empruntés à l économique (produits, marché, ressources) et aux opérations. Étant donné que, pour cette personne, la connaissance scientifique et technique prime les autres types de savoirs, elle est toujours à l affût des innovations dans ces domaines et de leurs possibilités d application. Ses actions sont dictées par la recherche de résultats «peu importe le moyen, c est le résultat qui compte» et le changement. Son horizon temporel est à court terme, car c est à cette condition qu elle peut s attribuer le mérite des résultats obtenus. Pour elle, le temps est une ressource rare et précieuse, une unité de mesure cruciale : «le temps c est de l argent.» Le leader pragmatique se définit comme une personne d action, de projets et de résultats, qui envisage la société comme un «réseau» de relations utiles, c est-à-dire un marché de personnes en relations de commerce, pour qui le monde est un immense réservoir de ressources disponibles. Il est un fervent défenseur du développement et de la croissance, convaincu que le Progrès est le moteur de la vie. Et comme le Progrès est inscrit dans le cours normal des choses, on ne peut l arrêter. De là son attirance pour la science, qui en est la manifestation, et pour la technique, son application. Autant ces traits de caractère peuvent être féconds quand ils sont appliqués à des situations appropriées, autant ils peuvent devenir problématiques quand ils ne sont pas pertinents au contexte ou qu ils dépassent la mesure. On verra alors se développer la myopie du court terme, l obsession du résultat à tout prix, l activisme, la recherche immodérée de l efficacité, l adoption de comportements opportunistes où la personne règle sa conduite sur son intérêt momentané, machiavéliques où la fin justifie les moyens et matérialistes où dominent les considérations de nature matérielle au détriment des autres volets, pouvant aller jusqu à l obsession du calcul et l aveuglement d une «pensée du nombre» qui évacue le non-quantifiable. Beaucoup de problèmes relevés actuellement dans le domaine des affaires et en gestion sont intimement liés à ces pathologies pragmatiques issues en particulier de la recherche de rendements financiers à court terme. En matière d organisation, ce sont sans doute la gestion par projets, la structure de la petite et moyenne entreprise et la structure par divisions qui conviennent le mieux au leader pragmatique. Dans le premier cas, l organisation est envisagée comme une fédération de projets uniques qui doivent être réalisés dans le respect des échéances et des budgets attribués tout en évoluant à l intérieur d un cadre administratif relativement autonome, souple et adaptatif. Dans la petite et moyenne entreprise, le dirigeant est étroitement associé aux opérations courantes touchant la production, les relations avec les clients et la gestion des ressources. Dans la structure par divisions, les unités jouissent d une grande autonomie et sont principalement évaluées sur la base des résultats obtenus. LE LEADER MYTHIQUE Au sens strict, le mythe évoque l idée d une manière de penser et de s exprimer qui se distingue tant de la pensée rationnelle et du discours logique (systématique) que de la pensée scientifique et du discours utilitaire (pragmatique). Le mythe, forme de pensée et de discours où dominent l imagination et la 4

5 sensibilité poétique, est une manière de voir «autre» chose et «autrement» qui fait appel aux sens, à l émotion et à l imaginaire. Le leader mythique se reconnaît à l importance que revêt pour lui sa communauté d appartenance, avec laquelle il «fait corps» et dont il est un «membre», de laquelle il tire son identité sociale, sa position au sein du groupe et son rôle. On aura compris que la famille, propre et élargie, représente le type par excellence de l organisation mythique, où les relations entre les personnes reposent sur la parenté et la filiation. Encore aujourd hui, on parlera du père pour désigner la personne qui exerce l autorité, du fils spirituel pour qualifier celle qui a reçu l héritage intellectuel du père ou qui continue son œuvre, du disciple pour situer la personne qui s inscrit dans la tradition d un maître ou qui est membre de sa famille spirituelle, du membre pour évoquer l idée de l appartenance au groupe vu comme un corps social. Dans ses activités courantes, le leader mythique est rarement seul : il vit entouré de collaborateurs avec lesquels il se sent en communauté de vues, d idées et de sentiments; les rencontres et la parole sont ses instruments de travail privilégiés; son discours est souvent imagé, illustré de références personnelles, d une éloquence séduisante et convaincante. C est un personnage qui a une mission à réaliser, une cause à défendre, une œuvre à créer. Dans ses relations sociales, il accorde une grande importance à tout ce qui revêt une dimension symbolique : les fêtes, les cérémonies, les repas, les emblèmes, les rituels et tous ces signes qui évoquent une réalité immatérielle plus significative que les faits concrets et immédiats. Dans le monde du travail, la taille du bureau du patron, son emplacement, la qualité des meubles et la décoration, la place de stationnement réservée et le type de voiture, sont des symboles de sa puissance. Le leader mythique présente deux variantes : le père de famille et le héros. Alors que le premier cherche à établir la pérennité de la «maison» qu il dirige et à augmenter la richesse de son patrimoine collectif, le héros veut laisser sa marque, passer à la postérité, réaliser des exploits ou des actions d éclat. Pour justifier leurs actions, les deux s appuient soit sur le passé, l histoire et la tradition, des modèles à suivre exemplaires ou idéalisés, ce qui ne les empêche pas d innover mais toujours dans le respect de la continuité, soit sur une vision grandiose de l avenir. La référence aux précédents, le recours aux personnes d expérience, aux anciens, aux sages conseillers que l on désigne aujourd hui comme des mentors apportent sécurité, crédibilité et solidité à ses pratiques et conduites. Dans cet univers, l imitation d un maître ou d un chef admiré et respecté, comprise comme le fait de prendre quelqu un pour modèle dans l ordre intellectuel, moral et social, le renvoi à l expérience passée, sont des méthodes d apprentissage valorisées. Ici, les valeurs fondatrices de la communauté sont la solidarité, la loyauté et la fidélité. En contrepartie, la dissidence, l individualisme et la trahison sont des menaces à la cohésion et à l existence même du groupe. Du point de vue de son identité profonde, le leader mythique se définit comme un patron (de pater «père» et patronus «protecteur») ou un héros, ses employés sont vus comme des membres apparentés et ce qui est sacré pour lui, c est la Famille, d où l importance d assurer la vie, la fécondité et la pérennité de sa communauté d appartenance. 5

6 À l instar des autres types, le leader mythique excessif présente ses dangers et ses pathologies, comme le népotisme accorder des privilèges excessifs aux membres de la famille ou aux favoris, le clientélisme établir des relations de protecteur à protégé, le chauvinisme témoigner une intolérance à l égard de ce qui est étranger, le conservatisme, le conformisme ou le traditionalisme qui l amènent à ressentir une hostilité à l évolution, une fermeture au changement. Dans le monde de la gestion, le leader mythique se rencontre souvent dans l entreprise familiale, l entreprise individuelle ou à propriétaire unique, l entreprise ou l organisme dirigé par le fondateur, l organisme communautaire ou religieux, le monde de la création, ainsi que dans les unités de travail à forte charge affective et symbolique comme les unités de soins palliatifs (la mort), les unités de soins obstétricaux (la vie), les clans, les cercles, les clubs sportifs et les clubs de toute nature, etc. LE LEADER RELATIONNEL 3 Dans le cadre de mes activités professionnelles et de mes recherches, j avais observé des dirigeants qui ne correspondaient à aucun des trois modes d être présentés jusqu ici et dont les caractéristiques pouvaient être regroupées autour d un axe : le respect de la personne et de son individualité, la tolérance envers la diversité, l épanouissement de la personne et de ses potentialités, la quête d individuation. Alors que l individualisme est la recherche de ses intérêts personnels sans tenir compte des autres, l individuation évoque le fait, pour un individu, de construire son unicité et son originalité non pas en opposition ou en concurrence mais en relation avec les autres. Comme ce type d être se reconnaît aux relations étroites d interdépendance avec autrui et d interaction avec le milieu, le qualificatif «relationnel» a été retenu pour l identifier. Dans ses activités courantes, le leader relationnel se reconnaît à l importance qu il accorde à établir des relations humaines personnalisées, qui permettent aux deux personnes en cause d agir mutuellement l une sur l autre de telle manière que la relation se construit et évolue au fur et à mesure : le face à face est donc la condition nécessaire d une rencontre véritable. Dans le vocabulaire de la psychologie, on nomme «empathie» cette attitude envers autrui qui se caractérise par un effort de compréhension de ce que l autre ressent. Ici, la notion clé est la compréhension des états intellectuels et émotionnels de l autre. Lorsque la relation implique une réaction affective ou une proximité avec autrui, on parle plutôt de «sympathie», ce qui correspond davantage au climat qui entoure le leader mythique. Dans l exercice de ses activités, l instrument privilégié de l être relationnel est donc le dialogue l échange d idées ou d arguments en vue d atteindre un terrain d entente ou d arriver à un consensus. Alors que la discussion implique une confrontation d idées entre deux ou plusieurs personnes, le dialogue est un cheminement conjoint entre un «je» et un «tu» en vue d un enrichissement réciproque, la manifestation d une volonté de faire route ensemble. Cette attitude fondamentale de dialogue et de respect de l autre se retrouve dans toutes les activités, qu il s agisse de diriger des personnes, de travailler en équipe, d établir une relation professionnelle ou un partenariat gagnant-gagnant, de négocier une affaire, de conclure une entente ou de faire un compromis, de concilier des points de vue divergents ou de trouver des accommodements. Cette forme 6

7 d intelligence repose sur le dialogue et demande de faire preuve de finesse; elle exige pour réussir d adopter une attitude conciliante. Dans ses relations avec autrui, le leader relationnel donne la préférence aux rencontres de personne à personne, il pose des questions, écoute et échange d une manière attentive, respectueuse et ouverte, il porte un jugement en tenant compte des circonstances particulières dans lesquelles la situation se produit, dans le but d en déchiffrer la signification, d en dégager le sens d un point de vue particulier, concret et contextuel. Cette démarche met l accent sur la «compréhension», c est-à-dire qu elle s intéresse aux phénomènes dans leur singularité et vise à en saisir le sens, par opposition à l «explication» qui porte sur la recherche des causes ou des relations permanentes entre des phénomènes et qui connaît l objet de l extérieur. Les sciences de la nature comme la physique et les sciences qui s en inspirent sont de l ordre de l explication tandis que les sciences humaines, qui privilégient la quête de sens, demandent de faire appel à la compréhension. Si la démarche qui inspire le leader relationnel est la prise en considération des éléments personnels, singuliers et particuliers, quelles sont les valeurs qui justifient ses pratiques et ses conduites? On parlera ici d une éthique de l égalité morale et politique, en droit et en dignité, de la responsabilité, de l authenticité et de la réciprocité. L identité profonde du leader relationnel repose sur une philosophie de la rencontre, d où son esprit de conciliation, l importance des relations de personne à personne et du dialogue. Ce qui est sacré pour ce type de personne, c est la reconnaissance de l unicité de la Personne, de sa différence et de sa singularité. Mais le «je» existe comme personne à la condition que le «tu» le reconnaisse. Et vice versa. Et pour que la relation ait lieu, non seulement l expression sincère du «je» et du «tu» est essentielle, mais la réalité naît de l interaction. Quand on posa à D.W. Winnicott ( ), médecin, pédiatre et psychanalyste britannique, qui avait reçu des milliers d enfants dans son cabinet au cours de sa carrière professionnelle, la question suivante: «Qu est-ce un bébé?», il répondit à la surprise générale : «Un bébé, ça n existe pas.» N ayant jamais vu un bébé seul, il voulait souligner que le bébé comme être humain n existe qu en relation avec ses parents. Dans cet esprit, on pourrait dire : «Un dirigeant, ça n existe pas.» Si pour certains «l enfer c est les autres», pour l être relationnel, «sans les autres c est l enfer», puisque l individu relationnel a besoin de l autre pour s accomplir et se réaliser. D une manière générale, cette relation et ce respect de l autre se manifestent également à l endroit de la nature et du milieu de vie : l écologie, les mesures de protection des animaux, la lutte contre les pollutions de toute nature et pour la qualité de la vie en sont des manifestations. Dans le monde du travail, l individu relationnel se rencontre dans la diplomatie, la vente, les relations publiques, les négociations et les milieux professionnels égalitaires. Comme on l a vu pour les autres types de personnes, tous les traits de caractère portés à l excès risquent d engendrer des dérapages. Les grands dangers qui guettent l être relationnel sont, entre autres, l égocentrisme, l individualisme, le manque de courage, le magouillage, le favoritisme, la partialité et la démagogie. 7

8 Quelles leçons tirer de ces quatre types de leader pour la gestion et la direction? Quelles conclusions tirer de cette réflexion? Tout d abord, il faut garder en tête que chacun des quatre types de leaders, dont un aperçu a été donné ici, est un archétype ou un type idéal, c est-à-dire un modèle pur qui n est pas la copie conforme du réel mais une construction théorique à partir d éléments concrets choisis et ordonnés pour former un tableau cohérent. Il en résulte qu il est impossible de rencontrer une personne dont le profil personnel correspondrait parfaitement à l un ou l autre des quatre types. Ce qui compte, c est le portrait d ensemble, le caractère général qui se dégage de chacun des profils et la proportion avec laquelle on les retrouve dans chaque personne. Souvent, les modèles qui nous sont proposés sont construits à partir de traits jugés essentiels ou fondamentaux et universels. Pensons, par exemple, aux modèles qui déterminent le caractère de la personne en établissant sa position sur une échelle allant du négatif au positif pour un facteur donné comme la stabilité émotionnelle, l ouverture à l expérience, le caractère agréable dans les relations interpersonnelles ou le caractère consciencieux. Il va de soi que personne ne souhaitera reconnaître qu il se situe du côté négatif : instabilité émotionnelle, fermeture d esprit, caractère désobligeant, négligence, etc. Dans le cas présent, j ai délibérément cherché à reconnaître quatre types de leaders qui, chacun dans son registre, est positif, indépendant des trois autres et non en opposition, ce qui impliquait de trouver les caractéristiques propres de chaque type dans les quatre dimensions de base retenues : comportements, manière de penser, valeurs et identité profonde. Comme toute personne a subi, au cours de sa vie, diverses influences qui l ont marquée, il est normal de retrouver chez elle des traces de plusieurs types. De là son unicité puisque la probabilité de rencontrer deux profils identiques est nulle. Cependant, une dominante devrait normalement se dégager qui caractérise chacun d entre nous. Chaque lecteur devrait pouvoir se situer face à ces quatre façons d être et valider son positionnement en demandant l avis des personnes qui le connaissent bien. Dans les organisations, cohabitent des personnes qui incarnent chacun des types dont aucun, rappelonsle, n est supérieur à l autre, plus actuel ou plus désirable. Comme il est impossible d exceller dans les quatre profils, le dirigeant est invité à faire preuve d humilité, d ouverture et de tolérance. Les quatre profils coexistent, ils sont complémentaires et chacun reflète une approche différente de la réalité. Cependant, il arrive que le bon type de leader ne soit pas au bon endroit au bon moment. Dans ce cas, des problèmes risquent de surgir puisque les caractéristiques de la personne et les exigences de la situation ne coïncident pas. On devrait donc tenir compte de cette diversité de profils lorsqu on constitue des équipes que l on souhaite homogènes ou hétérogènes et lorsqu on choisit ses collaborateurs. L expérience indique qu on sélectionne souvent les personnes sur la base des affinités avec soi, qu on a tendance à s entourer de personnes qui nous ressemblent, ce qui a pour effet d augmenter l uniformité des points de vue. Dans les opérations courantes d une organisation, on observe que les différentes activités font appel aux quatre types : ainsi, pour organiser un événement marquant, une cérémonie, une fête, on aura intérêt à faire appel à une équipe constituée d un mythique pour la conception, d un systématique pour 8

9 le contrôle des coûts et des opérations, d un pragmatique pour la mise en œuvre et d un relationnel pour le déroulement de l événement. Si le pragmatique débrouillard excelle dans les urgences et les situations inédites, la prudence du systématique sera de bon aloi dans les situations à risque; le mythique, lui, saura tirer profit des occasions opportunes et des nouveautés et, dans les situations de conflit ou dans les affaires délicates à traiter, le relationnel s en sortira mieux. Il en découle que, au sein d une même organisation, des pratiques différentes de management peuvent cohabiter selon les personnes, selon la situation et les circonstances et selon la nature des activités elles-mêmes. Cela implique aussi que, idéalement, les dirigeants devraient être choisis en fonction de la convergence de leur profil et des exigences de la fonction à réaliser, des défis à relever. Sur un plan plus personnel, cette grille d analyse à quatre volets permet à chacun de mieux se connaître et de s interroger sur les fondements cachés de ses pratiques et de ses conduites, d où la possibilité de les modifier si besoin il y a, ou du moins de les contrôler en s entourant de personnes qui compensent ses faiblesses. Elle donne aussi le moyen reconnaître plus exactement et plus objectivement les points que l on partage avec autrui et l origine des divergences, ce qui laisse de la place à la discussion plutôt qu à l affrontement. Cet article permet également d attirer l attention des leaders sur les dangers, quel que soit leur style, d adopter des comportements pathologiques au point d aller à l encontre de leur identité profonde. Ainsi, l excès d ordre d un systématique conduit à la déviance et à la recherche des voies d évitement, les tractations d un relationnel créent la zizanie, le népotisme d un mythique nuit à l esprit communautaire et l activisme exagéré d un pragmatique conduit à l éparpillement. Comment des personnes ayant des profils différents peuvent-elles arriver à s entendre, dans une équipe par exemple, sans que l une ne domine les autres? Les valeurs jouent un rôle unificateur : si elles convergent, un terrain d entente existe et le reste peut être différent. Enfin, dans les quatre dimensions de base, c est l identité qui est la plus profonde et la plus stable, et qui détermine les pratiques et les conduites : «on dirige comme on est 4.» 9

10 Tableau 1 : 10

11 Références 1. Cet article reprend les analyses et les conclusions formulées dans BÉDARD, Renée (1995). Les fondements philosophiques de la direction, thèse de doctorat en management, HEC Montréal, 707 pages. 2. PITCHER, Patricia (1997). Artistes, artisans et technocrates dans nos organisations : rêves, réalités et illusions du leadership, Montréal, Presses HEC et Québec/Amérique. 3. L être relationnel a été rédigé à partir des travaux d Alain Chanlat et avec sa collaboration, Centre Humanismes, Gestions et Mondialisation, HEC Montréal. 4. LAPIERRE, Laurent. «Gérer, c'est créer», Gestion, revue internationale de gestion, vol. 30, printemps 2005, n 1, p «On gère comme on est», Les Affaires, samedi 29 janvier 2005, Cahier spécial, p. 4, La Presse. Fichier Version

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Profil de leadership des gestionnaires

Profil de leadership des gestionnaires Profil de leadership des gestionnaires Apprentissage et développement Chambre des communes Quelques notions pour faciliter la consultation du Profil. INTRODUCTION DÉFINITIONS Profil de compétences : Liste

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

COMMENT RECONNAITRE SON STYLE DE MANAGEMENT PREFERENTIEL?

COMMENT RECONNAITRE SON STYLE DE MANAGEMENT PREFERENTIEL? COMMENT RECONNAITRE SON MANAGEMENT PREFERENTIEL? Les différents contextes professionnels et le caractère souvent hétérogène des individualités au sein d une même équipe supposent, pour le dirigeant ou

Plus en détail

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Objectifs : 1. Echanger en groupe autour de situations vécues de conflits 2. Eclairer les pratiques par des apports conceptuels et

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A.

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. Consultante, 10 mai 2012, ginettebegin10@videotron.ca 1 Intention de l 'atelier: Susciter la réflexion

Plus en détail

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Édité par : L Ordre des infirmières et des infirmiers

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

Techniques Artistiques

Techniques Artistiques Enseignement technique Section de qualification 2 ème degré Techniques Artistiques Institut Saint-Joseph (Ecole Technique) Deuxième degré de qualification Techniques artistiques Grille Horaire A. FORMATION

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

Seul et avec l autre. La vie en colocation dans un quartier populaire de Québec.

Seul et avec l autre. La vie en colocation dans un quartier populaire de Québec. Compte rendu Ouvrage recensé : Seul et avec l autre. La vie en colocation dans un quartier populaire de Québec. Par Madeleine Pastinelli. (Québec, CELAT et Presses de l Université Laval, collection Intercultures,

Plus en détail

Avant-propos. Quel leader idéal voulez-vous devenir? LEADERSHIP ET GESTION PARTICIPATIVE

Avant-propos. Quel leader idéal voulez-vous devenir? LEADERSHIP ET GESTION PARTICIPATIVE Avant-propos LEADERSHIP ET GESTION PARTICIPATIVE Les Midis du Management Une co-organisation IGRETEC Centre HERACLES Quel leader idéal voulez-vous devenir? Joëlle Rousseau, Comase Management Consulting

Plus en détail

2008/2009 CATALOGUE FORMATION MANAGEMENT

2008/2009 CATALOGUE FORMATION MANAGEMENT 2008/2009 CATALOGUE DE FORMATION MANAGEMENT 1 MANAGEMENT Les formations : Initiation au management...3 Le management commercial...4 Devenir un bon chef de projet, outils et méthodes...5 Animation et cohésion

Plus en détail

Foire aux questions. : Campagne Savoir décider

Foire aux questions. : Campagne Savoir décider Mise à jour : 2009-12-08 Foire aux questions. : Campagne Savoir décider Voici la liste des questions auxquelles vous trouverez réponse dans les pages qui suivent. 1. Pourquoi lancer une nouvelle campagne

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

Formations. Gestionnaires

Formations. Gestionnaires Formations Gestionnaires 2015 Cette édition de notre catalogue d activités pour les gestionnaires inclut plusieurs nouveautés. De nouveaux thèmes de formation ont été élaborés et une nouvelle section présente

Plus en détail

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Master européen en analyse et innovation en

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL Programme de formation des professionnels, cadres et dirigeants année 2015 Partenariat Et L Ordre National des Médecins du Sénégal Organisé par : Le Cabinet AOB Consulting,

Plus en détail

La rétroaction : un facteur de succès Eileen Chadnick, PCC, ACPC, ABC Big Cheese Coaching

La rétroaction : un facteur de succès Eileen Chadnick, PCC, ACPC, ABC Big Cheese Coaching La rétroaction : un facteur de succès Eileen Chadnick, PCC, ACPC, ABC Big Cheese Coaching Bienvenue! POURQUOI ABORDER LA QUESTION DE LA RÉTROACTION? Aperçu 1. Importance de la rétroaction 2. Rétroaction

Plus en détail

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Par Natalie Rinfret, Ph.D. Professeure Titulaire de la Chaire La Capitale en leadership dans le secteur public

Plus en détail

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU (I) INTRODUCTION 1. Les présentes Directives ont pour but d assurer que chaque lieu de travail dispose d une politique axée sur

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ»

Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ» Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ» Février 2011 SOMMAIRE Définition du mentoring Objectifs du programme Profils des participants Relation mentor / mentorée Règles du jeu : conditions de réussite

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie.

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. La supervision des stagiaires Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. Coordonnatrices de stage Joanne Cardinal 120 Université/University(14002)

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Écouter pour ne pas s écouter parler

Écouter pour ne pas s écouter parler À PROPOS DU CONSEIL 01 Écouter pour ne pas s écouter parler Imaginez-vous entrer chez un caviste pour acheter du champagne, et qu au lieu de vous demander ce que vous voulez, le sommelier vous vante les

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

LES INTELLIGENCES MULTIPLES

LES INTELLIGENCES MULTIPLES LES INTELLIGENCES MULTIPLES Théorie de Howard Gardner, chercheur en psychologie Selon la théorie des intelligences multiples, les individus disposent d un répertoire de compétences pour résoudre différents

Plus en détail

BILAN PERSONNEL. Le bilan personnel est l'occasion de faire le point sur soi.

BILAN PERSONNEL. Le bilan personnel est l'occasion de faire le point sur soi. DIRECTION DES RELATIONS ET DES RESSOURCES HUMAINES CONSEIL MOBILITÉ CARRIÈRE BILAN PERSONNEL Le bilan personnel est l'occasion de faire le point sur soi. Cet outil a vocation à vous aider à mener une réflexion

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique

Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique Introduction Les lycées seront amenés à relever d importants

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION

LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION Un texte d accompagnement au séminaire de la FORRES 2006 Guy Pelletier, Professeur Université de Sherbrooke Il n y a pas d ascension dans l exercice

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité PROFIL D ENSEIGNEMENT Bachelier en Publicité Une formation aux couleurs de la HELHa L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant en lui permettant, d une part,

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019

Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019 Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019 Principes fondamentaux du PQD de la Côte-Nord Des énoncés exploratoires relatifs à la vision se dégagent des principes fondamentaux qui transcendent

Plus en détail

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins Le Projet de soins c a l m e Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. L article L.6143-2 du CSP prévoit que le Projet d établissement «comporte un projet de prise en charge des patients

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

Chapitre. Domaines généraux de formation. Médias. Santé et bien-être. Orientation et entrepreneuriat. Environnement et consommation

Chapitre. Domaines généraux de formation. Médias. Santé et bien-être. Orientation et entrepreneuriat. Environnement et consommation Photo: Alain Désilets Santé et bien-être Médias Chapitre 3 Photo: Alain Désilets Environnement et consommation Orientation et entrepreneuriat Vivre-ensemble et citoyenneté 41 42 Chapitre 3 Lieux de convergence

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX e des matières CODE D ÉTHIQUE Table des matières JANVIER 2013 TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE 3 Pourquoi un code d éthique? 3 À qui s adresse le code d éthique? 3 LA

Plus en détail

Construisons ensemble votre réussite

Construisons ensemble votre réussite Construisons ensemble votre réussite Formations - Accompagnement - Conseil Formations sur catalogue ou personnalisées en fonction de vos besoins Accompagnement des managers Accompagnement des équipes Création

Plus en détail

Comparaison des processus de l expertise et de l accompagnement. http://www.reseaueval.org

Comparaison des processus de l expertise et de l accompagnement. http://www.reseaueval.org article Etudier valoriser organiser L évaluation dans les pratiques professionnelles LES REFERENCES DE L INTERVENANT Comparaison des processus de l expertise et de l accompagnement http://www.reseaueval.org

Plus en détail

Les sept péchés capitaux de la gestion de carrière. Kathleen Grace, M.A, Ph.D. ABD Grace Consulting Services (GCS)

Les sept péchés capitaux de la gestion de carrière. Kathleen Grace, M.A, Ph.D. ABD Grace Consulting Services (GCS) Les sept péchés capitaux de la gestion de carrière Kathleen Grace, M.A, Ph.D. ABD Grace Consulting Services (GCS) À propos de GCS Cabinet de services-conseils en psychologie organisationnelle, spécialisé

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Action 1 : Travailler en équipe. Action 2 : Les codes de l entreprise. Action 3 : La fonction tutoriale. Action 4 : Encadrer une petite équipe.

Action 1 : Travailler en équipe. Action 2 : Les codes de l entreprise. Action 3 : La fonction tutoriale. Action 4 : Encadrer une petite équipe. Action 1 : Travailler en équipe. Action 2 : Les codes de l entreprise. Action 3 : La fonction tutoriale. Action 4 : Encadrer une petite équipe. Action 5 : Gestion du stress ; des émotions et confiance

Plus en détail

ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved

ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved ANNE VICTOR Studio Studio de design textile spécialisé dans la création de motifs et illustrations exclusifs destinés aux secteurs de la mode, de la maison, des accessoires,

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

LES TECHNIQUES DE LA VENTE

LES TECHNIQUES DE LA VENTE René Moulinier Diplômé de l Institut d Études Politiques de Paris Diplômé de l ESCAE de Marseille Directeur de Moulinier et Associés LES TECHNIQUES DE LA VENTE Prix 2000 des Dirigeants Commerciaux de France

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

ENSEMBLE REVITALISONS NOS ORGANISATIONS. Par nos relations, nos perceptions, nos actions

ENSEMBLE REVITALISONS NOS ORGANISATIONS. Par nos relations, nos perceptions, nos actions ENSEMBLE REVITALISONS NOS ORGANISATIONS Par nos relations, nos perceptions, nos actions LES ENJEUX DU XXI siècle Enjeux pour lesquels nous nous mobilisons. Notre humanité vit de profondes ruptures, culturelles,

Plus en détail

RAPPORT FONCTION COMMERCIALE Philippe Dupont 30/10/13 Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle.

RAPPORT FONCTION COMMERCIALE Philippe Dupont 30/10/13 Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle. RAPPORT FONCTION COMMERCIALE Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle. Gordon - Exclusive Rights ECPA. SOSIE is a trademark of ECPA in France and/or other countries. INTRODUCTION

Plus en détail

MODULE VI : ÉVALUATION DU RENDEMENT

MODULE VI : ÉVALUATION DU RENDEMENT MODULE VI : ÉVALUATION DU RENDEMENT Évaluation du rendement INTRODUCTION L'appréciation du rendement est une activité de gestion des ressources humaines qui permet de prendre du recul et de créer un temps

Plus en détail

Sommaire. PARTIE I : Le coaching : Qu est-ce que c est?... 7. PARTIE II : Qui sont les coachs?... 27. PARTIE III : Qui sont les coachés?...

Sommaire. PARTIE I : Le coaching : Qu est-ce que c est?... 7. PARTIE II : Qui sont les coachs?... 27. PARTIE III : Qui sont les coachés?... Sommaire PARTIE I : Le coaching : Qu est-ce que c est?... 7 1. Le coaching : définition... 8 2. Histoire du coaching : de mentor à aujourd hui... 10 3. Le coaching est-il un effet de mode?... 14 4. Le

Plus en détail

Solange CHAMPION Consultante en gestion de carrière, Relaxologue & formatrice Membre de la Fédération Internationale des Relaxologues

Solange CHAMPION Consultante en gestion de carrière, Relaxologue & formatrice Membre de la Fédération Internationale des Relaxologues - 1 - COACHING Accompagnement Managérial Personnalisé Consultante en gestion de carrière, Relaxologue & formatrice Membre de la Fédération Internationale des Relaxologues La convergence de 2 mondes : Les

Plus en détail

Gestion des conflits (C.Marsan «Gérer les conflits»)

Gestion des conflits (C.Marsan «Gérer les conflits») Gestion des conflits (C.Marsan «Gérer les conflits») Définition du Larousse : «un conflit c est une opposition d intérêts entre deux ou plusieurs parties dont la solution peut être recherchée soit par

Plus en détail

Diriger une association dans le secteur culturel

Diriger une association dans le secteur culturel Diriger une association dans le secteur culturel une affaire de compétence et d'engagement Les faits saillants du résultat de l analyse de la profession Dirigeante ou dirigeant d association Avec la collaboration

Plus en détail

Divorce et séparation en situation conflictuelle. offert par

Divorce et séparation en situation conflictuelle. offert par Divorce et séparation en situation conflictuelle offert par IMPORTANT Tous les renseignements juridiques contenus dans cette présentation sont offerts à titre d information générale. Ils ne peuvent en

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 5

Tableau synoptique du chapitre 5 Tableau synoptique du chapitre 5 La définition de l employé mobilisé Un employé mobilisé est celui qui fait preuve d un engagement professionnel, stratégique et collectif. Les quatre leviers de la mobilisation

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax 13 h 30 Accueil Horaire 13 h 40 Mise en contexte 13 h 50 Modèle de leadership en situation minoritaire 14 h 00 Définition du leadership (culturel)

Plus en détail

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015 Gestion de projet Analyse d affaires Formation Évaluation de performance +1.514.826.5534 info@lcgsolution.com www.lcgsolution.com LCG Solution se distingue par la qualité du matériel de formation, la qualité

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers 1/6 Accueil du Public Six Sigma opérationnel Gestion du stress et préservation de soi Pratique de la Médiation Gestion du temps Négociation Pratique Prise de parole en public Coaching individuel Préparation

Plus en détail

Modules de formations proposés

Modules de formations proposés Modules de formations proposés 1. La boîte à outils de l organisateur 2. Améliorer les performances par l approche processus 3. Réussir un diagnostic d organisation 4. Manager un projet jusqu au succès

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail