Rapport du Sous-comité de l assurance de la qualité du CMEC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport du Sous-comité de l assurance de la qualité du CMEC"

Transcription

1 Rapport du Sous-comité de l assurance de la qualité du CMEC Colloque sur l assurance de la qualité : défis et possibilités en matière d assurance de la qualité des grades au Canada (26-28 mai 2008) Juillet 2008 MM. Guy Germain et Kevin Veitenheimer INTRODUCTION Le Sous-comité de l assurance de la qualité du CMEC a été créé en 2004 pour ébaucher des normes et des procédures visant à aider les gouvernements provinciaux et territoriaux à évaluer l acceptabilité des nouveaux programmes menant à un grade et des nouveaux établissements conférant des grades. Les ministres responsables de l enseignement postsecondaire ont annoncé en avril 2007 qu ils appuyaient la Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades au Canada. Peu après, avec le soutien du Comité des SMA responsables de l enseignement postsecondaire (SMAEP), le sous-comité s est engagé à tenir au printemps 2008 un colloque pancanadien sur les enjeux importants liés à l assurance de la qualité au Canada et à l étranger. Le Colloque sur l assurance de la qualité s est déroulé au Château Laurier Québec les 27 et 28 mai 2008 et a été précédé, le 26 mai, d une soirée de bienvenue donnée par le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport. La première journée a été consacrée au discours liminaire, à trois groupes de discussion composés de spécialistes, qui ont ensuite répondu aux questions posées par l audience, et à un Café monde. La seconde journée a débuté par le sommaire de la journée précédente, présenté par un rapporteur. Puis, les personnes participantes se sont réunies en petits groupes avant de récapituler en séance plénière les conclusions de leurs échanges. Le colloque était sur invitation seulement. Il a réuni près d une centaine d organismes gouvernementaux et de groupes intéressés des quatre coins du pays et a offert un excellent forum pour l exploration des défis et des possibilités liés aux normes et aux procédures d assurance de la qualité, tant à l échelle pancanadienne que dans un contexte mondial. CONFÉRENCIER PRINCIPAL Le colloque a débuté le mardi 27 mai par le discours liminaire de M. Lee Harvey, directeur, recherche et évaluation, Higher Education Academy (académie d enseignement supérieur), Royaume-Uni. Sa présentation, articulée autour de la question «Quel est le rôle du Canada en matière d assurance de la qualité sur la scène internationale?», a exploré les approches diverses et changeantes face à la qualité, la différence entre la qualité, l assurance de la qualité et les normes, les principaux

2 objectifs de l assurance de la qualité, les répercussions de l assurance de la qualité sur l enseignement et l apprentissage et, enfin, les divers types de cultures axées sur la qualité. Une brève discussion sur l Espace européen de l enseignement supérieur (EEES) a permis de situer dans un contexte mondial les initiatives d assurance de la qualité au Canada. La présentation de M. Harvey était fondée sur son rapport Les initiatives canadiennes d assurance de la qualité vues dans le contexte international, affiché sur le site Web du CMEC. GROUPES DE DISCUSSION Groupe I Le défi de l évaluation des résultats Bien que la mesure des résultats soit devenue une composante essentielle de l assurance de la qualité, les personnes sur le terrain éprouvent des difficultés avec cette importante notion. Les membres du groupe ont été invités à expliquer pourquoi cette notion présentait un tel défi et à répondre aux questions suivantes : Comment évaluer si les étudiantes et étudiants ont atteint les résultats d apprentissage ciblés pour un élément spécifique de l expérience éducative? Comment pouvons-nous associer une cause à un effet en ce qui a trait à la manière dont ces résultats ont été atteints? En ce qui concerne l assurance de la qualité elle-même, qu est-ce qui distingue un milieu ou une expérience d apprentissage produisant des résultats de meilleure qualité d un autre? Comment les politiques et procédures ciblant l assurance de la qualité ont-elles un impact significatif sur la qualité des programmes menant à un grade, en particulier lors de l examen préalable des programmes? M. Bernard Hodgson, président de la Commission d évaluation des projets de programmes (CEP) de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec et professeur titulaire au Département de mathématiques et de statistique de l Université Laval, a décrit les trois étapes de l examen des nouveaux grades au Québec : l élaboration de la proposition par l université; l évaluation de la qualité par la CEP; et l évaluation par les ministères. La question centrale à laquelle doit répondre la CEP, composée de huit professeures et professeurs, désignés par les vice-rectrices et vice-recteurs à titre de particuliers et non de représentantes et représentants de leur université, est de savoir si le programme proposé offre une éducation de qualité aux gens qui s y inscrivent. M. Hodgson a également décrit le rôle joué par le gouvernement du Québec pour demander si la société avait véritablement besoin du nouveau programme. L examen des programmes repose sur les piliers suivants : recours à une liste de spécialistes pouvant être consultés (un minimum de trois spécialistes pour chaque programme avec au moins un spécialiste de l extérieur du Québec); 2

3 rapport ou recommandation de spécialistes fourni à la CEP; présentation par la CEP de son opinion à l université qui soumet sa proposition; évaluation par le ministère, y compris un examen de la pertinence de financer le programme à même les deniers publics. Les personnes participantes ont appris qu une solide coopération existait entre le gouvernement et les universités la CEP est en place depuis 20 ans et toutes les universités en reconnaissent la légitimité. Le gouvernement rejette rarement les programmes approuvés par la CEP. M. Ken Norrie, vice-président (recherche) du Conseil ontarien de la qualité de l enseignement supérieur (COQES) et ancien doyen et vice-président (enseignement) de l Université McMaster, a donné un aperçu du COQES, mis sur pied tout récemment. Il a décrit ce conseil comme un organisme indépendant créé par le gouvernement de l Ontario et mandaté pour travailler avec les établissements afin de recenser les pratiques fructueuses. Dans sa présentation, il a souligné l importance de reconnaître l écart entre la façon dont les étudiantes et étudiants apprennent et la manière dont nous enseignons et a demandé comment nous pouvions savoir si les grades répondaient aux attentes (articulées, par exemple, dans le cadre de reconnaissance des qualifications de l Ontario) et comment nous pouvions évaluer l efficacité des divers systèmes d assurance de la qualité. Selon un principe généralement reconnu en enseignement supérieur, l engagement d une personne à l égard de ses études est étroitement lié aux résultats d apprentissage finaux. Nous devons pouvoir mesurer la valeur ajoutée directement à l aide de divers outils d évaluation de l apprentissage. Groupe II Liens entre le transfert des crédits et l assurance de la qualité Alors que les étudiantes et étudiants sont de plus en plus mobiles, retournent aux études plus tard dans leur vie ou choisissent de suivre un enseignement dans un établissement plus proche de chez eux, ils doivent avoir accès à un plus grand nombre d options et de programmes dans différents types d établissements postsecondaires. Trois spécialistes se sont demandé si l assurance de la qualité jouait un rôle stimulant pour la collégialité entre établissements et le développement des politiques et procédures visant à garantir que les crédits obtenus par les étudiantes et étudiants qui changent d établissement sont pris en compte de manière adéquate. M. Frank Gelin, directeur exécutif et coprésident du British Columbia Council on Admissions and Transfer BCCAT (conseil des admissions et des transferts de la Colombie-Britannique), a donné un aperçu du système de transfert de la Colombie-Britannique, y compris la politique du BCCAT sur l assurance de la qualité des transferts, les critères d admission et de transfert du Degree Quality Assessment Board (conseil d évaluation de la qualité des grades) de sa province et le contrat ou la lettre d assurance exigé des établissements privés. Il a reconnu que les choses n ont évolué sur le front du transfert que lorsque les gens ont commencé à tenir compte des besoins des étudiantes et étudiants. 3

4 M. Ron Woodward, président de l Alberta Council on Admissions and Transfer ACAT (conseil albertain des admissions et des transferts) et recteur du Collège Red Deer, a souligné les attentes des apprenantes et apprenants quant aux possibilités d une mobilité dans toutes les directions des attentes qui remettent en question les idées conventionnelles à l égard des transferts. Il a donné un aperçu de l ACAT et a parlé du caractère hétérogène et changeant du système postsecondaire de l Alberta et des diverses et nombreuses possibilités de cheminement professionnel offertes aux étudiantes et étudiants. Le système de transfert de l Alberta doit répondre à de nouveaux besoins, y compris ceux engendrés par une population étudiante plus mobile qui s attend à des possibilités de plus en plus nombreuses et de moins en moins conventionnelles. M. Woodward s est demandé comment nos mécanismes d assurance de la qualité pouvaient garantir un transfert efficace et comment notre modèle de cheminement pouvait offrir des possibilités de qualité. Pour assurer la qualité et l efficacité des transferts et ainsi faciliter la mobilité étudiante à l échelle du système, l ACAT travaille avec ses partenaires (les établissements, le ministère de l Enseignement supérieur et de la Technologie et le Campus Alberta Quality Council [conseil de la qualité des universités de l Alberta]) à l élaboration d un projet de recherche sur les pratiques exemplaires favorisant la progression des apprenantes et apprenants. Pour clore la discussion du groupe, M me Sheila Embleton, vice-présidente aux études à l Université York, a contextualisé l assurance de la qualité des programmes universitaires de premier cycle en Ontario et a notamment parlé du travail de l Undergraduate Program Review Audit Committee UPRAC (comité d évaluation des programmes de premier cycle), qui offre un encadrement provincial. M me Embleton a traité des facteurs dont il faut tenir compte dans l examen des programmes et des attentes au chapitre des grades universitaires de premier cycle. En terminant, elle a énuméré les tendances de l éducation internationale en Ontario et a proposé un défi aux personnes participantes : sur le plan de la mobilité internationale, comment pouvons-nous mettre au point une évaluation plus équitable des candidates et candidats internationaux qui présentent une demande auprès des écoles de cycle supérieur? Cette question est particulièrement pertinente pour les programmes qui mettent davantage l accent sur des études approfondies, au détriment d études plus étendues, que les programmes de premier cycle offerts au Canada ou aux États-Unis. Groupe III Assurance de la qualité pour l enseignement à distance et sur le Web Les nouvelles technologies de l informatique et des télécommunications offrent des choix toujours plus nombreux pour l enseignement à distance et l apprentissage en ligne. L assurance de la qualité est devenue par conséquent de plus en plus importante. Le dernier groupe de discussion de la première journée du colloque a traité de l évolution des pratiques et des progrès actuels et innovateurs à ce chapitre. M. Stephen Murgatroyd, recruteur en chef d Innovation Expedition et auparavant premier directeur exécutif du Centre for Innovative Management (centre pour la gestion 4

5 innovatrice) de l Université Athabasca (qui a été la première au monde à offrir en ligne une maîtrise en administration des affaires pour les cadres), a axé sa présentation sur l innovation, la qualité et le changement. Sur le thème de l «adaptabilité de la qualité» et l innovation, M. Murgatroyd a commencé sa présentation en définissant certaines réalités actuelles : un apprentissage mixte est normal; l apprentissage en ligne constitue la nouvelle norme; l apprentissage mobile croît rapidement; les jeux de simulation et les jeux sérieux connaissent une importante croissance; les cours sont élaborés autour de «tâches véritables»; et des communautés de pratique voient le jour. Il a ensuite posé six défis provocants pour l assurance de la qualité : 1) Pour qui assure-t-on la qualité? 2) Devrions-nous axer davantage l assurance de la qualité sur l apprentissage plutôt que sur l enseignement? 3) Pourquoi devrions-nous axer l assurance de la qualité sur l enseignement en classe plutôt que sur des modèles d un apprentissage efficace? 4) L assurance de la qualité freinera-t-elle l utilisation efficace de la technologie comme outil d apprentissage? 5) Pourquoi laisser à des comités d assurance de la qualité le soin de juger de l apprentissage en ligne et du potentiel de la technologie, eux qui possèdent peu de connaissances à ce sujet? 6) Puisque les étudiantes et étudiants en savent davantage sur les technologies d apprentissage que bon nombre d entre nous, pourquoi ne participent-ils pas activement aux jugements formulés sur les nouveaux programmes et établissements? M. Ron Bond, président du Campus Alberta Quality Council et doyen honoraire à l Université de Calgary, a résumé les normes de qualité de son conseil pour les programmes offerts à distance puis a parlé des pratiques de cette organisation pour l évaluation des programmes d études donnés à distance. À l instar du conférencier précédent, il a terminé sa présentation en formulant six questions clés : 1) Les agences d assurance de la qualité devraient-elles élaborer des normes autonomes ou supplémentaires? 2) Dans quelle mesure une «infrastructure» technologique à jour devrait-elle être évaluée? 3) Comment les établissements et les agences peuvent-elles relever les défis particuliers associés à l assurance de la qualité des programmes à distance transfrontaliers? 4) Les politiques et les normes d assurance de la qualité réussiront-elles à évoluer au même rythme que les technologies? 5) Comment pouvons-nous mieux évaluer la qualité des résultats d apprentissage, peu importe la méthode de prestation utilisée? 6) Dans quels cas les normes devraient-elles être appliquées et quelle place ont les programmes hybrides? M. Raymond Duchesne, directeur de l enseignement et de la recherche à la Téléuniversité du Québec, qui devait participer au groupe de discussion mais qui a dû se retirer en raison de circonstances imprévues, a été remplacé par M. Louis Mathier, directeur des études à la Télé-université du Québec, qui a conclu les présentations des groupes de discussion officiels. La Télé-université est l université à distance de l Université du Québec à Montréal. M. Mathier a dit que l apprentissage à distance concernait surtout les adultes qui étudiaient à temps partiel. Pour toutes les universités, le processus d évaluation de l apprentissage à distance est le même que pour les 5

6 programmes conventionnels, et conformément à une politique du comité d évaluation des propositions, les programmes doivent être évalués tous les 10 ans. Les membres des groupes de discussion ont parlé de divers sujets importants et ont soulevé plusieurs questions stratégiques. On a confié à M. Keith Banting la difficile tâche de dégager, le matin de la seconde journée du colloque, les thèmes communs émanant du discours liminaire et des huit présentations. CAFÉ MONDE Le Café monde, qui a eu lieu le jour un du colloque, immédiatement après le déjeuner, a permis aux déléguées et délégués d assister à diverses courtes présentations données par d autres personnes participantes et ainsi de réseauter et de partager leurs pratiques exemplaires. Le choix suivant de sujets captivants s offrait aux personnes participantes : Pratiques exemplaires pour l assurance de la qualité au niveau des établissements Défis posés par les usines à diplômes Évolution prochaine de l apprentissage en ligne Programmes appuyant la réussite scolaire à l Université de Moncton Norme de qualité de l éducation à distance Évaluation des actions passées et des perspectives futures au chapitre de l assurance de la qualité et de l accréditation dans les universités du Québec Transfert de crédits entre les établissements publics et privés Mise sur pied d un réseau de praticiennes et praticiens en assurance de la qualité Grades d études religieuses Cadre de reconnaissance des qualifications de l Ontario Plusieurs de ces sujets ont été présentés en français et en anglais et une des séances a été donnée entièrement en français. Selon les commentaires formulés après le colloque, les personnes participantes ont jugé le Café monde très pertinent et d une grande qualité et certaines d entre elles ont même dit que plus de temps aurait dû y être consacré. RAPPORTEUR, SÉANCES EN PETITS GROUPES ET RÉCAPITULATION La dernière journée du colloque a débuté par un rapport de M. Keith Banting, titulaire d une chaire à la faculté des politiques publiques et professeur à l Université Queen s, qui a joué le rôle de rapporteur. Il a formulé trois questions se dégageant de l ensemble du colloque : Quel est notre objectif? Comment nous en tirons-nous? Et quels sont les résultats? Il a également cerné une autre question qui avait été répétée plusieurs fois durant le colloque : Comment mettre à contribution les universitaires dans le processus 6

7 d assurance de la qualité? M. Banting a signalé que sans l information dont nous avons besoin ou que nous aimerions avoir, nous ne pouvons qu avoir l espoir d être productifs. En terminant, il a posé trois défis : Comment changer de cap pour mettre l accent sur l amélioration constante des choses? Comment changer de cap pour mettre l accent sur les résultats d apprentissage? Et comment trouver le juste équilibre entre l assurance et l innovation? Le rapport de M. Banting a servi d introduction à la portion du colloque consacrée aux commentaires. L assemblée plénière a été divisée en neuf petits groupes, qui ont ainsi pu se pencher sur quatre questions. Par la suite, M. Banting a présidé la présentation en séance plénière des résultats de cette démarche. Les messages clés suivants sont ceux qui ont été formulés en réponse aux diverses questions. 1. Comment l assurance de la qualité peut-elle protéger l intérêt des apprenantes et apprenants sans freiner l innovation? Il s agit peut-être ici d une fausse dichotomie; l assurance de la qualité peut en fait servir de base à l innovation. L assurance de la qualité est peut-être adéquatement conceptualisée en termes d assurance de la qualité externe versus assurance de la qualité interne. Il existe des tensions entre, d une part, la prestation nouvelle des programmes et les nouveaux fournisseurs et, d autre part, l assurance de la qualité. De même, il y a parfois une tension entre les programmes innovateurs et le plan économique d une province. Les organismes d assurance de la qualité ont besoin d innovation dans le cadre de leur mandat mais presque aucun d eux n en est doté. Est-ce que chaque innovation profite à la population étudiante? Dans quelle mesure sommes-nous prêts à prendre des risques? Et comment réduire les risques pour la population étudiante? L innovation risque d être freinée si l éducation en ligne et à distance n est pas soigneusement encadrée. L accent doit être mis sur la participation active des étudiantes et étudiants, tant dans les processus d assurance de la qualité qu au niveau des établissements. Une approche centrée sur eux mènera vraisemblablement à des processus d assurance de la qualité moins problématiques pour l innovation. Les processus d assurance de la qualité risquent de donner lieu à une homogénéisation; la diversité et le choix sont utiles à la population étudiante. L assurance de la qualité doit permettre ou prévoir un cadre dans lequel les établissements encouragent l innovation. L assurance de la qualité doit être évolutive, souple et adaptable. Le processus idéal en est un axé sur les résultats. 7

8 2. De quelles façons l assurance de la qualité peut-elle faciliter le transfert de crédits? Nous devons promouvoir une approche axée sur les résultats une approche qui cible le potentiel d une étudiante ou d un étudiant plutôt que le contenu précis. Une telle approche faciliterait le transfert de crédits et, par conséquent, un langage commun. L accent doit être mis sur des échelles et des mesures communes. Les transferts de crédits doivent se fonder sur la confiance et sur un processus transparent. De plus, l accent doit être mis sur les initiatives qui tisseront des liens de confiance entre les établissements. Le transfert de crédits doit découler des établissements eux-mêmes. La majorité des différends sont liés à la confiance à l égard de l établissement, non à l égard du cours. Il faut que tout le monde soit au même niveau, car certaines instances se sont dotées d un système de transfert de crédits alors que d autres ne font que commencer à s attaquer à la tâche. Les systèmes d assurance de la qualité par eux-mêmes n ont pas nécessairement fait la preuve qu ils favorisaient le transfert de crédits. Un bon processus d assurance de la qualité est à la base du transfert de crédits. Les attentes à l égard du transfert de crédits doivent être raisonnables. Est-il possible et souhaitable que chaque crédit soit reconnu? La normalisation des programmes et une définition commune des résultats éducationnels ou professionnels, par l entremise du cadre ontarien de reconnaissance des qualifications, ont joué un rôle important dans l amélioration de la transférabilité des crédits en Ontario, notamment pour les programmes de niveau collégial. Les organismes d assurance de la qualité ont contribué à créer un climat de confiance et à faciliter le transfert des crédits obtenus dans le cadre de programmes menant à un baccalauréat collégial ou à un grade d études appliquées. L expertise locale demeurera vraisemblablement un facteur important dans la reconnaissance d un programme. Nous nous concentrons trop sur les petits détails du transfert de crédits nous devons plutôt nous intéresser aux transferts en bloc. 8

9 3. Quelles sortes de repères sont nécessaires pour faciliter le transfert de crédits? Il faudrait parler d «indicateurs» plutôt que de repères. Nous ne savons pas si des repères feraient partie d un ensemble d indicateurs. Les cadres de reconnaissance des qualifications correspondant à un grade forment une bonne base à la transférabilité des crédits. Le supplément au diplôme (de la déclaration de Lisbonne) est intéressant. Les repères communs contribueront à faire passer au niveau des programmes menant à un grade les programmes menant à un certificat ou à un diplôme. Le partage des pratiques exemplaires entre les instances et les établissements est important. Il faut que les universités comprennent les programmes comparables offerts par d autres établissements; elles pourraient démontrer la comparabilité de ces programmes grâce à un processus d évaluation universitaire. Il serait souhaitable de nous tourner vers une évaluation fondée sur les résultats, mais il y a peu de raisons d être optimistes. Il est plus difficile de mesurer ce qui compte le plus, comme le quotient émotionnel. Comment savoir si les résultats d apprentissage ont été obtenus? Une approche centrée sur la population étudiante dotée de repères clairs, transparents et bien compris de celle-ci est importante. Il nous faut élaborer d autres mécanismes intraprovinciaux et interprovinciaux pour favoriser la diffusion des données sur le transfert de crédits. Nous pourrons ainsi améliorer les services d orientation et de soutien aux étudiantes et étudiants pour que ceux-ci comprennent bien les possibilités au chapitre du transfert de crédits. Certains transferts peuvent être déterminés à l aide d examens de reconnaissance des acquis, mais ces derniers demandent beaucoup de travail et, par conséquent, ne sont peut-être pas réalistes de façon générale. Les établissements doivent veiller à ce que les étudiantes et étudiants aient accès à leur dossier historique. Il faut trouver un meilleur moyen de conserver les données historiques complètes sur les programmes. Il faut se rappeler que «équivalent» n est pas synonyme de «identique». Comment intégrer l évaluation et la reconnaissance des acquis (ERA) dans le processus? 4. Si l on imagine l assurance de la qualité et la reconnaissance des grades dans 10 ans, quels pourraient être les principaux enjeux nouveaux ou existants? Quelles préoccupations actuelles sont susceptibles d être résolues et de s avérer moins problématiques que prévu? Nous travaillerons sur les mêmes objectifs à long terme, mais nous aurons parcouru du chemin. 9

10 La population étudiante sera mieux informée et plus sélective. L ERA sera plus en demande, notamment dans les établissements. La reconnaissance internationale des crédits sera en très forte demande. Les grades internationaux seront de plus en plus ciblés et l évaluation des personnes formées à l étranger demeurera difficile. Il faut un organe d archivage pancanadien pour mettre en commun les travaux de recherche stratégiques éclairés par les pratiques internationales. Il faut trouver des solutions pancanadiennes le Canada doit parler d une même voix pour s affirmer comme joueur important sur la scène internationale. Le nombre d établissements privés augmentera et plusieurs établissements internationaux ouvriront leurs portes au Canada. Il y aura plus d établissements d enseignement religieux, et certains d entre eux seront davantage fondamentalistes. Si chaque province a un cadre de qualifications, celui-ci pourrait dans l avenir faire partie intégrante d un supplément au diplôme. Les étudiantes et étudiants pourraient à l avenir se constituer un portfolio plutôt qu obtenir un diplôme. Mais puisque les employeurs sont très dépendants des diplômes, il est possible que cette prédiction ne se réalise jamais. L apprentissage en milieu de travail sera de plus en plus en demande. Les groupes sous-représentés demanderont de plus en plus l accès à l enseignement, de sorte que la demande sera plus grande pour un nouveau type d assurance de la qualité. Il sera donc plus difficile d assurer la qualité, c est pourquoi nous devons procéder soigneusement. La séparation sera vraisemblablement plus évidente entre l enseignement du premier cycle et celui des cycles supérieurs. Jusqu à maintenant, l assurance de la qualité ne cible adéquatement ni la recherche ni son importance croissante pour l enseignement postsecondaire. Nous devons nous intéresser à la structure incitative qui pousserait le corps enseignant à promouvoir l importance de l enseignement. Il nous faut mieux comprendre la mobilité étudiante. Nous pourrions nous retrouver avec deux types d universités : les universités d élite conventionnelles et les autres universités ouvertes. Les avoirs fonciers des bibliothèques, comme nous les définissons aujourd hui, ne sauraient être compromis puisque nous nous dirigeons vers une culture de l information. Le concept de l évaluation par les pairs s est imposé voilà une trentaine d années. L évaluation par les pairs changera-t-elle en raison de la technologie? Il y aura diversification des établissements et une multiplication des partenariats entre ceux-ci, y compris les établissements internationaux. 10

11 L élaboration d une image de marque de l éducation postsecondaire sera particulièrement bénéfique. En raison du contexte planétaire, les approches multidisciplinaires s imposeront vraisemblablement comme le modèle de nombreux programmes. Réagirons-nous aux défis démographiques en diluant ou en resserrant les normes? CONCLUSION Le colloque comportait un mécanisme officiel permettant aux personnes participantes de le commenter et de l évaluer en fonction de leurs attentes ainsi que de la qualité et de la pertinence des présentations. Elles ont également été invitées à nommer les facettes du colloque qu elles ont jugées les plus ou les moins efficaces et à suggérer au sous-comité des idées pour promouvoir les grands enjeux liés à l assurance de la qualité ou poursuivre le dialogue à ce chapitre. De façon générale, les personnes participantes ont trouvé les séances pertinentes et étaient satisfaites de la qualité des présentations. Elles ont commenté de manière particulièrement favorable le premier groupe de discussion qui a abordé la question du défi de l évaluation des résultats, les présentations du Café monde et la récapitulation de la première journée faite par le rapporteur. Certaines personnes ont souligné avoir beaucoup aimé la synthèse présentée par le rapporteur. Plusieurs ont dit avoir apprécié le caractère décontracté et interactif du Café monde. Les personnes présentes ont convenu que le CMEC devrait continuer à faire des mises à jour périodiques par l entremise de forums futurs similaires à ce premier colloque. 11

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Rapport du Sous-comité de l assurance de la qualité

Rapport du Sous-comité de l assurance de la qualité Rapport du Sous-comité de l assurance de la qualité 2007 Mise à jour 2007 des instances du CMEC sur leurs activités relatives à l assurance de la qualité Introduction En février 2007, les ministres responsables

Plus en détail

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada > > ARUCC 2014 16 juin 2014, Québec (Québec) PRÉSENTATION VUE D ENSEMBLE À propos du

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE Résumé des constats et des défis identifiés lors de la journée thématique Présentation

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College

Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College L occasion d innover Le Durham College d Oshawa a reconnu l usage grandissant des médias

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES DGIV EDU HE (2007) 35 Orig. ang. Strasbourg, 24 septembre 2007 Séminaire de Bologne Forum de l enseignement supérieur du Conseil de l Europe : Les cadres de qualifications Siège du Conseil de l Europe,

Plus en détail

Forum mondial de l éducation 2012 Sommet mondial pour les ministres de l Éducation «Apprendre des meilleures expériences dans un monde qui change»

Forum mondial de l éducation 2012 Sommet mondial pour les ministres de l Éducation «Apprendre des meilleures expériences dans un monde qui change» Forum mondial de l éducation 2012 Sommet mondial pour les ministres de l Éducation «Apprendre des meilleures expériences dans un monde qui change» Londres (Royaume Uni) 9 11 janvier 2012 Rapport de la

Plus en détail

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE Une nouvelle analyse du livre pêche Juin 2009 Initiative : une ville pour toutes les femmes IVTF L est un partenariat entre des femmes

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Le conseil d administration de PGBC remercie sincèrement les affiliés provinciaux d accueillir chaque année la conférence nationale. La

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CMEC SUR LA TRANSFÉRABILITÉ DES CRÉDITS 4 octobre 2005

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CMEC SUR LA TRANSFÉRABILITÉ DES CRÉDITS 4 octobre 2005 RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CMEC SUR LA TRANSFÉRABILITÉ DES CRÉDITS 4 octobre 2005 Introduction En octobre 2001, le Conseil des ministres de l Éducation (Canada) [CMEC] s est de nouveau penché sur

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

RAPPORT NARRATIF- final

RAPPORT NARRATIF- final RAPPORT NARRATIF- final Pour la période du 29 octobre 2012 au 31 mars 2012 Remis par le Collège Éducacentre Au Réseau des Cégeps et des Collèges Francophones du Canada Titre du projet : Assurer l offre

Plus en détail

Rapport de la délégation du Canada

Rapport de la délégation du Canada Forum mondial de l éducation «Planifier pour 2015 Un catalyseur pour l élaboration des politiques de la décennie à venir : mesure, portée et entrepreneuriat» Londres, Royaume-Uni Du 19 au 22 janvier 2014

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Bureau de la sécurité des transports du Canada. Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein

Bureau de la sécurité des transports du Canada. Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein des institutions fédérales (2005-2006) Modèle pour la

Plus en détail

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais RESSOURCES HUMAIINES: RÉPERTOIIRE DES PRATIIQUES EN RÉSEAUTAGE Recherche effectuée pour la Mars 2009 Chantal Bourbonnais Introduction Le réseautage est la rencontre officielle et informelle de deux personnes

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Bureau du directeur général des élections

Bureau du directeur général des élections Chapitre 4 Section 4.10 Bureau du directeur général des élections Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section 4.10 Contexte Connu sous

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES PRINCIPE : L utilisation des cartes de crédit professionnelles devrait renforcer l efficacité en simplifiant l acquisition, la réception et le paiement

Plus en détail

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a le plaisir de présenter ses arguments devant le Comité permanent de

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Plan d action pour les services de santé non assurés

Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action national des Premières Nations pour les services de santé non assurés (SSNA) Avec la participation et l orientation du Comité des Chefs

Plus en détail

La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College

La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College L occasion d innover Le Loyalist College, situé à Belleville, crée depuis 2006 des simulations pour l apprentissage en utilisant

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE))

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) Notes pour l allocution prononcée par M. Pierre Lucier, président de l université du Québec, lors de la collation des grades de l ÉCole

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux Canada 2012 N o de cat. : Rv10-5/2012F-PDF ISBN : 978-1-100-98990-7

Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux Canada 2012 N o de cat. : Rv10-5/2012F-PDF ISBN : 978-1-100-98990-7 Obtenir des crédits Enjeux relatifs au service et à l équité dans l évaluation des crédits d impôt pour frais de scolarité concernant les dépenses engagées en vue de fréquenter un établissement d enseignement

Plus en détail

Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel

Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel MINISTÈRE DE LA FORMATION ET DES COLLÈGES ET UNIVERSITÉS Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel FICHE DE RENSEIGNEMENTS N 6 Fonds d assurance pour l achèvement de la formation

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs

Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs & Des Éléments Essentiels Aux Programmes de Transition pour les Infirmières et Infirmiers Formés À L étranger Publié par : Association canadienne des écoles de

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

L ACCC et les CONSEILS SECTORIELS NATIONAUX

L ACCC et les CONSEILS SECTORIELS NATIONAUX L ACCC et les CONEIL ECTORIEL NATIONAUX «Le gouvernement travaillera de concert avec ses partenaires afin de faire en sorte que le perfectionnement des compétences suive le rythme de l évolution de l économie.

Plus en détail

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 Réponse au rapport Accès à la justice en français Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 1 Rapport Accès à la justice en français Les coprésidents du Comité consultatif de la magistrature et du barreau

Plus en détail

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick Rapport d étape Introduction Depuis les derniers grands changements qui datent de près d un demi-siècle, le gouvernement

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO)

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Survol Forum provincial de Rifssso le 27 octobre 2010 APR PSO : Introduction En mai 2006, le gouvernement ontarien lance la stratégie

Plus en détail

Collège Boréal L AUDIT DES MÉCANISMES D ASSURANCE DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES. Sommaire du Rapport final

Collège Boréal L AUDIT DES MÉCANISMES D ASSURANCE DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES. Sommaire du Rapport final CollègeBoréal L AUDITDESMÉCANISMESD ASSURANCEDE LAQUALITÉDESPROGRAMMES SommaireduRapportfinal Juin2010 SOMMAIRE DU RAPPORT A. CONCLUSIONS Le processus d assurance de la qualité est en pleine évolution

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

Une rencontre internationale pour la culture et le patrimoine en ligne. 9 au 12 avril 2008 - Montréal, Québec, Canada

Une rencontre internationale pour la culture et le patrimoine en ligne. 9 au 12 avril 2008 - Montréal, Québec, Canada Museums and the Web 2008 Une rencontre internationale pour la culture et le patrimoine en ligne 9 au 12 avril 2008 - Montréal, Québec, Canada Sommaire du programme Museums and the Web 2008 9 au 12 avril

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Message d information et mise en contexte :

Message d information et mise en contexte : Programme d'amélioration continue de la formation en génie SONDAGE ÉTUDIANT Dans le cadre de l implantation des qualités requises des diplômées et diplômés Message d information et mise en contexte : Le

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich (Ordonnance sur la formation continue à l EPF de Zurich) 414.134.1 du 26 mars 2013 (Etat le 1 er octobre

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services Partie à l intention des participants potentiels : Qu est-ce que la Puissance des

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Secteur de la surveillance Novembre 2013 BSIF OSFI Table des matières

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Aperçu du programme d agrément CPA

Aperçu du programme d agrément CPA Aperçu du programme d agrément CPA Comité de direction CPA et ses groupes de travail consultatifs Formé de professionnels de la formation en comptabilité, le Comité de direction CPA travaille à la conception

Plus en détail

Cadre d élaboration. matière d éducation. et de formation des Autochtones

Cadre d élaboration. matière d éducation. et de formation des Autochtones Cadre d élaboration des politiques en matière d éducation postsecondaire et de formation des Autochtones 2 0 1 1 Cadre d élaboration des politiques en matière d éducation postsecondaire et de formation

Plus en détail

Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009-2010. Introduction. Composition et réunions

Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009-2010. Introduction. Composition et réunions 9 juin Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009- Introduction Le Comité de vérification du Bureau du directeur général des élections du Canada

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Rapport de données sur les élèves des programmes à double reconnaissance de crédit - Année scolaire 2012-2013

Rapport de données sur les élèves des programmes à double reconnaissance de crédit - Année scolaire 2012-2013 Rapport de données sur les élèves des programmes à double reconnaissance de crédit - 2012-2013 Renseignements généraux Les programmes à double reconnaissance de crédit, introduits dans le cadre de la stratégie

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base WWW.IREF.CH INFO@IREF.CH FAX 021/671 30 26 TEL 021/671 30 25 1020 RENENS AV. DES BAUMETTES 11 NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE Une formation novatrice et Session 2013-2016

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK Politique sur l éducation professionnelle continue Approuvée à la réunion annuelle juin 1997/modification approuvée par le Conseil le 1 mai 1999/des

Plus en détail

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain)

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) PRÉSENTATION PROGRAMMATION DU FORUM Le leadership et la mobilisation

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

PROJET DE COLLABORATION. Rapport final. Projet de collaboration 5 - Visite du Collège de Maisonneuve et de La Cité collégiale

PROJET DE COLLABORATION. Rapport final. Projet de collaboration 5 - Visite du Collège de Maisonneuve et de La Cité collégiale PROJET DE COLLABORATION Rapport final Projet de collaboration 5 - Visite du Collège de Maisonneuve et de La Cité collégiale 2010-06-01 1 1. Identification des participants Participants /Filières Collège

Plus en détail