Rapport du Sous-comité de l assurance de la qualité du CMEC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport du Sous-comité de l assurance de la qualité du CMEC"

Transcription

1 Rapport du Sous-comité de l assurance de la qualité du CMEC Colloque sur l assurance de la qualité : défis et possibilités en matière d assurance de la qualité des grades au Canada (26-28 mai 2008) Juillet 2008 MM. Guy Germain et Kevin Veitenheimer INTRODUCTION Le Sous-comité de l assurance de la qualité du CMEC a été créé en 2004 pour ébaucher des normes et des procédures visant à aider les gouvernements provinciaux et territoriaux à évaluer l acceptabilité des nouveaux programmes menant à un grade et des nouveaux établissements conférant des grades. Les ministres responsables de l enseignement postsecondaire ont annoncé en avril 2007 qu ils appuyaient la Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades au Canada. Peu après, avec le soutien du Comité des SMA responsables de l enseignement postsecondaire (SMAEP), le sous-comité s est engagé à tenir au printemps 2008 un colloque pancanadien sur les enjeux importants liés à l assurance de la qualité au Canada et à l étranger. Le Colloque sur l assurance de la qualité s est déroulé au Château Laurier Québec les 27 et 28 mai 2008 et a été précédé, le 26 mai, d une soirée de bienvenue donnée par le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport. La première journée a été consacrée au discours liminaire, à trois groupes de discussion composés de spécialistes, qui ont ensuite répondu aux questions posées par l audience, et à un Café monde. La seconde journée a débuté par le sommaire de la journée précédente, présenté par un rapporteur. Puis, les personnes participantes se sont réunies en petits groupes avant de récapituler en séance plénière les conclusions de leurs échanges. Le colloque était sur invitation seulement. Il a réuni près d une centaine d organismes gouvernementaux et de groupes intéressés des quatre coins du pays et a offert un excellent forum pour l exploration des défis et des possibilités liés aux normes et aux procédures d assurance de la qualité, tant à l échelle pancanadienne que dans un contexte mondial. CONFÉRENCIER PRINCIPAL Le colloque a débuté le mardi 27 mai par le discours liminaire de M. Lee Harvey, directeur, recherche et évaluation, Higher Education Academy (académie d enseignement supérieur), Royaume-Uni. Sa présentation, articulée autour de la question «Quel est le rôle du Canada en matière d assurance de la qualité sur la scène internationale?», a exploré les approches diverses et changeantes face à la qualité, la différence entre la qualité, l assurance de la qualité et les normes, les principaux

2 objectifs de l assurance de la qualité, les répercussions de l assurance de la qualité sur l enseignement et l apprentissage et, enfin, les divers types de cultures axées sur la qualité. Une brève discussion sur l Espace européen de l enseignement supérieur (EEES) a permis de situer dans un contexte mondial les initiatives d assurance de la qualité au Canada. La présentation de M. Harvey était fondée sur son rapport Les initiatives canadiennes d assurance de la qualité vues dans le contexte international, affiché sur le site Web du CMEC. GROUPES DE DISCUSSION Groupe I Le défi de l évaluation des résultats Bien que la mesure des résultats soit devenue une composante essentielle de l assurance de la qualité, les personnes sur le terrain éprouvent des difficultés avec cette importante notion. Les membres du groupe ont été invités à expliquer pourquoi cette notion présentait un tel défi et à répondre aux questions suivantes : Comment évaluer si les étudiantes et étudiants ont atteint les résultats d apprentissage ciblés pour un élément spécifique de l expérience éducative? Comment pouvons-nous associer une cause à un effet en ce qui a trait à la manière dont ces résultats ont été atteints? En ce qui concerne l assurance de la qualité elle-même, qu est-ce qui distingue un milieu ou une expérience d apprentissage produisant des résultats de meilleure qualité d un autre? Comment les politiques et procédures ciblant l assurance de la qualité ont-elles un impact significatif sur la qualité des programmes menant à un grade, en particulier lors de l examen préalable des programmes? M. Bernard Hodgson, président de la Commission d évaluation des projets de programmes (CEP) de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec et professeur titulaire au Département de mathématiques et de statistique de l Université Laval, a décrit les trois étapes de l examen des nouveaux grades au Québec : l élaboration de la proposition par l université; l évaluation de la qualité par la CEP; et l évaluation par les ministères. La question centrale à laquelle doit répondre la CEP, composée de huit professeures et professeurs, désignés par les vice-rectrices et vice-recteurs à titre de particuliers et non de représentantes et représentants de leur université, est de savoir si le programme proposé offre une éducation de qualité aux gens qui s y inscrivent. M. Hodgson a également décrit le rôle joué par le gouvernement du Québec pour demander si la société avait véritablement besoin du nouveau programme. L examen des programmes repose sur les piliers suivants : recours à une liste de spécialistes pouvant être consultés (un minimum de trois spécialistes pour chaque programme avec au moins un spécialiste de l extérieur du Québec); 2

3 rapport ou recommandation de spécialistes fourni à la CEP; présentation par la CEP de son opinion à l université qui soumet sa proposition; évaluation par le ministère, y compris un examen de la pertinence de financer le programme à même les deniers publics. Les personnes participantes ont appris qu une solide coopération existait entre le gouvernement et les universités la CEP est en place depuis 20 ans et toutes les universités en reconnaissent la légitimité. Le gouvernement rejette rarement les programmes approuvés par la CEP. M. Ken Norrie, vice-président (recherche) du Conseil ontarien de la qualité de l enseignement supérieur (COQES) et ancien doyen et vice-président (enseignement) de l Université McMaster, a donné un aperçu du COQES, mis sur pied tout récemment. Il a décrit ce conseil comme un organisme indépendant créé par le gouvernement de l Ontario et mandaté pour travailler avec les établissements afin de recenser les pratiques fructueuses. Dans sa présentation, il a souligné l importance de reconnaître l écart entre la façon dont les étudiantes et étudiants apprennent et la manière dont nous enseignons et a demandé comment nous pouvions savoir si les grades répondaient aux attentes (articulées, par exemple, dans le cadre de reconnaissance des qualifications de l Ontario) et comment nous pouvions évaluer l efficacité des divers systèmes d assurance de la qualité. Selon un principe généralement reconnu en enseignement supérieur, l engagement d une personne à l égard de ses études est étroitement lié aux résultats d apprentissage finaux. Nous devons pouvoir mesurer la valeur ajoutée directement à l aide de divers outils d évaluation de l apprentissage. Groupe II Liens entre le transfert des crédits et l assurance de la qualité Alors que les étudiantes et étudiants sont de plus en plus mobiles, retournent aux études plus tard dans leur vie ou choisissent de suivre un enseignement dans un établissement plus proche de chez eux, ils doivent avoir accès à un plus grand nombre d options et de programmes dans différents types d établissements postsecondaires. Trois spécialistes se sont demandé si l assurance de la qualité jouait un rôle stimulant pour la collégialité entre établissements et le développement des politiques et procédures visant à garantir que les crédits obtenus par les étudiantes et étudiants qui changent d établissement sont pris en compte de manière adéquate. M. Frank Gelin, directeur exécutif et coprésident du British Columbia Council on Admissions and Transfer BCCAT (conseil des admissions et des transferts de la Colombie-Britannique), a donné un aperçu du système de transfert de la Colombie-Britannique, y compris la politique du BCCAT sur l assurance de la qualité des transferts, les critères d admission et de transfert du Degree Quality Assessment Board (conseil d évaluation de la qualité des grades) de sa province et le contrat ou la lettre d assurance exigé des établissements privés. Il a reconnu que les choses n ont évolué sur le front du transfert que lorsque les gens ont commencé à tenir compte des besoins des étudiantes et étudiants. 3

4 M. Ron Woodward, président de l Alberta Council on Admissions and Transfer ACAT (conseil albertain des admissions et des transferts) et recteur du Collège Red Deer, a souligné les attentes des apprenantes et apprenants quant aux possibilités d une mobilité dans toutes les directions des attentes qui remettent en question les idées conventionnelles à l égard des transferts. Il a donné un aperçu de l ACAT et a parlé du caractère hétérogène et changeant du système postsecondaire de l Alberta et des diverses et nombreuses possibilités de cheminement professionnel offertes aux étudiantes et étudiants. Le système de transfert de l Alberta doit répondre à de nouveaux besoins, y compris ceux engendrés par une population étudiante plus mobile qui s attend à des possibilités de plus en plus nombreuses et de moins en moins conventionnelles. M. Woodward s est demandé comment nos mécanismes d assurance de la qualité pouvaient garantir un transfert efficace et comment notre modèle de cheminement pouvait offrir des possibilités de qualité. Pour assurer la qualité et l efficacité des transferts et ainsi faciliter la mobilité étudiante à l échelle du système, l ACAT travaille avec ses partenaires (les établissements, le ministère de l Enseignement supérieur et de la Technologie et le Campus Alberta Quality Council [conseil de la qualité des universités de l Alberta]) à l élaboration d un projet de recherche sur les pratiques exemplaires favorisant la progression des apprenantes et apprenants. Pour clore la discussion du groupe, M me Sheila Embleton, vice-présidente aux études à l Université York, a contextualisé l assurance de la qualité des programmes universitaires de premier cycle en Ontario et a notamment parlé du travail de l Undergraduate Program Review Audit Committee UPRAC (comité d évaluation des programmes de premier cycle), qui offre un encadrement provincial. M me Embleton a traité des facteurs dont il faut tenir compte dans l examen des programmes et des attentes au chapitre des grades universitaires de premier cycle. En terminant, elle a énuméré les tendances de l éducation internationale en Ontario et a proposé un défi aux personnes participantes : sur le plan de la mobilité internationale, comment pouvons-nous mettre au point une évaluation plus équitable des candidates et candidats internationaux qui présentent une demande auprès des écoles de cycle supérieur? Cette question est particulièrement pertinente pour les programmes qui mettent davantage l accent sur des études approfondies, au détriment d études plus étendues, que les programmes de premier cycle offerts au Canada ou aux États-Unis. Groupe III Assurance de la qualité pour l enseignement à distance et sur le Web Les nouvelles technologies de l informatique et des télécommunications offrent des choix toujours plus nombreux pour l enseignement à distance et l apprentissage en ligne. L assurance de la qualité est devenue par conséquent de plus en plus importante. Le dernier groupe de discussion de la première journée du colloque a traité de l évolution des pratiques et des progrès actuels et innovateurs à ce chapitre. M. Stephen Murgatroyd, recruteur en chef d Innovation Expedition et auparavant premier directeur exécutif du Centre for Innovative Management (centre pour la gestion 4

5 innovatrice) de l Université Athabasca (qui a été la première au monde à offrir en ligne une maîtrise en administration des affaires pour les cadres), a axé sa présentation sur l innovation, la qualité et le changement. Sur le thème de l «adaptabilité de la qualité» et l innovation, M. Murgatroyd a commencé sa présentation en définissant certaines réalités actuelles : un apprentissage mixte est normal; l apprentissage en ligne constitue la nouvelle norme; l apprentissage mobile croît rapidement; les jeux de simulation et les jeux sérieux connaissent une importante croissance; les cours sont élaborés autour de «tâches véritables»; et des communautés de pratique voient le jour. Il a ensuite posé six défis provocants pour l assurance de la qualité : 1) Pour qui assure-t-on la qualité? 2) Devrions-nous axer davantage l assurance de la qualité sur l apprentissage plutôt que sur l enseignement? 3) Pourquoi devrions-nous axer l assurance de la qualité sur l enseignement en classe plutôt que sur des modèles d un apprentissage efficace? 4) L assurance de la qualité freinera-t-elle l utilisation efficace de la technologie comme outil d apprentissage? 5) Pourquoi laisser à des comités d assurance de la qualité le soin de juger de l apprentissage en ligne et du potentiel de la technologie, eux qui possèdent peu de connaissances à ce sujet? 6) Puisque les étudiantes et étudiants en savent davantage sur les technologies d apprentissage que bon nombre d entre nous, pourquoi ne participent-ils pas activement aux jugements formulés sur les nouveaux programmes et établissements? M. Ron Bond, président du Campus Alberta Quality Council et doyen honoraire à l Université de Calgary, a résumé les normes de qualité de son conseil pour les programmes offerts à distance puis a parlé des pratiques de cette organisation pour l évaluation des programmes d études donnés à distance. À l instar du conférencier précédent, il a terminé sa présentation en formulant six questions clés : 1) Les agences d assurance de la qualité devraient-elles élaborer des normes autonomes ou supplémentaires? 2) Dans quelle mesure une «infrastructure» technologique à jour devrait-elle être évaluée? 3) Comment les établissements et les agences peuvent-elles relever les défis particuliers associés à l assurance de la qualité des programmes à distance transfrontaliers? 4) Les politiques et les normes d assurance de la qualité réussiront-elles à évoluer au même rythme que les technologies? 5) Comment pouvons-nous mieux évaluer la qualité des résultats d apprentissage, peu importe la méthode de prestation utilisée? 6) Dans quels cas les normes devraient-elles être appliquées et quelle place ont les programmes hybrides? M. Raymond Duchesne, directeur de l enseignement et de la recherche à la Téléuniversité du Québec, qui devait participer au groupe de discussion mais qui a dû se retirer en raison de circonstances imprévues, a été remplacé par M. Louis Mathier, directeur des études à la Télé-université du Québec, qui a conclu les présentations des groupes de discussion officiels. La Télé-université est l université à distance de l Université du Québec à Montréal. M. Mathier a dit que l apprentissage à distance concernait surtout les adultes qui étudiaient à temps partiel. Pour toutes les universités, le processus d évaluation de l apprentissage à distance est le même que pour les 5

6 programmes conventionnels, et conformément à une politique du comité d évaluation des propositions, les programmes doivent être évalués tous les 10 ans. Les membres des groupes de discussion ont parlé de divers sujets importants et ont soulevé plusieurs questions stratégiques. On a confié à M. Keith Banting la difficile tâche de dégager, le matin de la seconde journée du colloque, les thèmes communs émanant du discours liminaire et des huit présentations. CAFÉ MONDE Le Café monde, qui a eu lieu le jour un du colloque, immédiatement après le déjeuner, a permis aux déléguées et délégués d assister à diverses courtes présentations données par d autres personnes participantes et ainsi de réseauter et de partager leurs pratiques exemplaires. Le choix suivant de sujets captivants s offrait aux personnes participantes : Pratiques exemplaires pour l assurance de la qualité au niveau des établissements Défis posés par les usines à diplômes Évolution prochaine de l apprentissage en ligne Programmes appuyant la réussite scolaire à l Université de Moncton Norme de qualité de l éducation à distance Évaluation des actions passées et des perspectives futures au chapitre de l assurance de la qualité et de l accréditation dans les universités du Québec Transfert de crédits entre les établissements publics et privés Mise sur pied d un réseau de praticiennes et praticiens en assurance de la qualité Grades d études religieuses Cadre de reconnaissance des qualifications de l Ontario Plusieurs de ces sujets ont été présentés en français et en anglais et une des séances a été donnée entièrement en français. Selon les commentaires formulés après le colloque, les personnes participantes ont jugé le Café monde très pertinent et d une grande qualité et certaines d entre elles ont même dit que plus de temps aurait dû y être consacré. RAPPORTEUR, SÉANCES EN PETITS GROUPES ET RÉCAPITULATION La dernière journée du colloque a débuté par un rapport de M. Keith Banting, titulaire d une chaire à la faculté des politiques publiques et professeur à l Université Queen s, qui a joué le rôle de rapporteur. Il a formulé trois questions se dégageant de l ensemble du colloque : Quel est notre objectif? Comment nous en tirons-nous? Et quels sont les résultats? Il a également cerné une autre question qui avait été répétée plusieurs fois durant le colloque : Comment mettre à contribution les universitaires dans le processus 6

7 d assurance de la qualité? M. Banting a signalé que sans l information dont nous avons besoin ou que nous aimerions avoir, nous ne pouvons qu avoir l espoir d être productifs. En terminant, il a posé trois défis : Comment changer de cap pour mettre l accent sur l amélioration constante des choses? Comment changer de cap pour mettre l accent sur les résultats d apprentissage? Et comment trouver le juste équilibre entre l assurance et l innovation? Le rapport de M. Banting a servi d introduction à la portion du colloque consacrée aux commentaires. L assemblée plénière a été divisée en neuf petits groupes, qui ont ainsi pu se pencher sur quatre questions. Par la suite, M. Banting a présidé la présentation en séance plénière des résultats de cette démarche. Les messages clés suivants sont ceux qui ont été formulés en réponse aux diverses questions. 1. Comment l assurance de la qualité peut-elle protéger l intérêt des apprenantes et apprenants sans freiner l innovation? Il s agit peut-être ici d une fausse dichotomie; l assurance de la qualité peut en fait servir de base à l innovation. L assurance de la qualité est peut-être adéquatement conceptualisée en termes d assurance de la qualité externe versus assurance de la qualité interne. Il existe des tensions entre, d une part, la prestation nouvelle des programmes et les nouveaux fournisseurs et, d autre part, l assurance de la qualité. De même, il y a parfois une tension entre les programmes innovateurs et le plan économique d une province. Les organismes d assurance de la qualité ont besoin d innovation dans le cadre de leur mandat mais presque aucun d eux n en est doté. Est-ce que chaque innovation profite à la population étudiante? Dans quelle mesure sommes-nous prêts à prendre des risques? Et comment réduire les risques pour la population étudiante? L innovation risque d être freinée si l éducation en ligne et à distance n est pas soigneusement encadrée. L accent doit être mis sur la participation active des étudiantes et étudiants, tant dans les processus d assurance de la qualité qu au niveau des établissements. Une approche centrée sur eux mènera vraisemblablement à des processus d assurance de la qualité moins problématiques pour l innovation. Les processus d assurance de la qualité risquent de donner lieu à une homogénéisation; la diversité et le choix sont utiles à la population étudiante. L assurance de la qualité doit permettre ou prévoir un cadre dans lequel les établissements encouragent l innovation. L assurance de la qualité doit être évolutive, souple et adaptable. Le processus idéal en est un axé sur les résultats. 7

8 2. De quelles façons l assurance de la qualité peut-elle faciliter le transfert de crédits? Nous devons promouvoir une approche axée sur les résultats une approche qui cible le potentiel d une étudiante ou d un étudiant plutôt que le contenu précis. Une telle approche faciliterait le transfert de crédits et, par conséquent, un langage commun. L accent doit être mis sur des échelles et des mesures communes. Les transferts de crédits doivent se fonder sur la confiance et sur un processus transparent. De plus, l accent doit être mis sur les initiatives qui tisseront des liens de confiance entre les établissements. Le transfert de crédits doit découler des établissements eux-mêmes. La majorité des différends sont liés à la confiance à l égard de l établissement, non à l égard du cours. Il faut que tout le monde soit au même niveau, car certaines instances se sont dotées d un système de transfert de crédits alors que d autres ne font que commencer à s attaquer à la tâche. Les systèmes d assurance de la qualité par eux-mêmes n ont pas nécessairement fait la preuve qu ils favorisaient le transfert de crédits. Un bon processus d assurance de la qualité est à la base du transfert de crédits. Les attentes à l égard du transfert de crédits doivent être raisonnables. Est-il possible et souhaitable que chaque crédit soit reconnu? La normalisation des programmes et une définition commune des résultats éducationnels ou professionnels, par l entremise du cadre ontarien de reconnaissance des qualifications, ont joué un rôle important dans l amélioration de la transférabilité des crédits en Ontario, notamment pour les programmes de niveau collégial. Les organismes d assurance de la qualité ont contribué à créer un climat de confiance et à faciliter le transfert des crédits obtenus dans le cadre de programmes menant à un baccalauréat collégial ou à un grade d études appliquées. L expertise locale demeurera vraisemblablement un facteur important dans la reconnaissance d un programme. Nous nous concentrons trop sur les petits détails du transfert de crédits nous devons plutôt nous intéresser aux transferts en bloc. 8

9 3. Quelles sortes de repères sont nécessaires pour faciliter le transfert de crédits? Il faudrait parler d «indicateurs» plutôt que de repères. Nous ne savons pas si des repères feraient partie d un ensemble d indicateurs. Les cadres de reconnaissance des qualifications correspondant à un grade forment une bonne base à la transférabilité des crédits. Le supplément au diplôme (de la déclaration de Lisbonne) est intéressant. Les repères communs contribueront à faire passer au niveau des programmes menant à un grade les programmes menant à un certificat ou à un diplôme. Le partage des pratiques exemplaires entre les instances et les établissements est important. Il faut que les universités comprennent les programmes comparables offerts par d autres établissements; elles pourraient démontrer la comparabilité de ces programmes grâce à un processus d évaluation universitaire. Il serait souhaitable de nous tourner vers une évaluation fondée sur les résultats, mais il y a peu de raisons d être optimistes. Il est plus difficile de mesurer ce qui compte le plus, comme le quotient émotionnel. Comment savoir si les résultats d apprentissage ont été obtenus? Une approche centrée sur la population étudiante dotée de repères clairs, transparents et bien compris de celle-ci est importante. Il nous faut élaborer d autres mécanismes intraprovinciaux et interprovinciaux pour favoriser la diffusion des données sur le transfert de crédits. Nous pourrons ainsi améliorer les services d orientation et de soutien aux étudiantes et étudiants pour que ceux-ci comprennent bien les possibilités au chapitre du transfert de crédits. Certains transferts peuvent être déterminés à l aide d examens de reconnaissance des acquis, mais ces derniers demandent beaucoup de travail et, par conséquent, ne sont peut-être pas réalistes de façon générale. Les établissements doivent veiller à ce que les étudiantes et étudiants aient accès à leur dossier historique. Il faut trouver un meilleur moyen de conserver les données historiques complètes sur les programmes. Il faut se rappeler que «équivalent» n est pas synonyme de «identique». Comment intégrer l évaluation et la reconnaissance des acquis (ERA) dans le processus? 4. Si l on imagine l assurance de la qualité et la reconnaissance des grades dans 10 ans, quels pourraient être les principaux enjeux nouveaux ou existants? Quelles préoccupations actuelles sont susceptibles d être résolues et de s avérer moins problématiques que prévu? Nous travaillerons sur les mêmes objectifs à long terme, mais nous aurons parcouru du chemin. 9

10 La population étudiante sera mieux informée et plus sélective. L ERA sera plus en demande, notamment dans les établissements. La reconnaissance internationale des crédits sera en très forte demande. Les grades internationaux seront de plus en plus ciblés et l évaluation des personnes formées à l étranger demeurera difficile. Il faut un organe d archivage pancanadien pour mettre en commun les travaux de recherche stratégiques éclairés par les pratiques internationales. Il faut trouver des solutions pancanadiennes le Canada doit parler d une même voix pour s affirmer comme joueur important sur la scène internationale. Le nombre d établissements privés augmentera et plusieurs établissements internationaux ouvriront leurs portes au Canada. Il y aura plus d établissements d enseignement religieux, et certains d entre eux seront davantage fondamentalistes. Si chaque province a un cadre de qualifications, celui-ci pourrait dans l avenir faire partie intégrante d un supplément au diplôme. Les étudiantes et étudiants pourraient à l avenir se constituer un portfolio plutôt qu obtenir un diplôme. Mais puisque les employeurs sont très dépendants des diplômes, il est possible que cette prédiction ne se réalise jamais. L apprentissage en milieu de travail sera de plus en plus en demande. Les groupes sous-représentés demanderont de plus en plus l accès à l enseignement, de sorte que la demande sera plus grande pour un nouveau type d assurance de la qualité. Il sera donc plus difficile d assurer la qualité, c est pourquoi nous devons procéder soigneusement. La séparation sera vraisemblablement plus évidente entre l enseignement du premier cycle et celui des cycles supérieurs. Jusqu à maintenant, l assurance de la qualité ne cible adéquatement ni la recherche ni son importance croissante pour l enseignement postsecondaire. Nous devons nous intéresser à la structure incitative qui pousserait le corps enseignant à promouvoir l importance de l enseignement. Il nous faut mieux comprendre la mobilité étudiante. Nous pourrions nous retrouver avec deux types d universités : les universités d élite conventionnelles et les autres universités ouvertes. Les avoirs fonciers des bibliothèques, comme nous les définissons aujourd hui, ne sauraient être compromis puisque nous nous dirigeons vers une culture de l information. Le concept de l évaluation par les pairs s est imposé voilà une trentaine d années. L évaluation par les pairs changera-t-elle en raison de la technologie? Il y aura diversification des établissements et une multiplication des partenariats entre ceux-ci, y compris les établissements internationaux. 10

11 L élaboration d une image de marque de l éducation postsecondaire sera particulièrement bénéfique. En raison du contexte planétaire, les approches multidisciplinaires s imposeront vraisemblablement comme le modèle de nombreux programmes. Réagirons-nous aux défis démographiques en diluant ou en resserrant les normes? CONCLUSION Le colloque comportait un mécanisme officiel permettant aux personnes participantes de le commenter et de l évaluer en fonction de leurs attentes ainsi que de la qualité et de la pertinence des présentations. Elles ont également été invitées à nommer les facettes du colloque qu elles ont jugées les plus ou les moins efficaces et à suggérer au sous-comité des idées pour promouvoir les grands enjeux liés à l assurance de la qualité ou poursuivre le dialogue à ce chapitre. De façon générale, les personnes participantes ont trouvé les séances pertinentes et étaient satisfaites de la qualité des présentations. Elles ont commenté de manière particulièrement favorable le premier groupe de discussion qui a abordé la question du défi de l évaluation des résultats, les présentations du Café monde et la récapitulation de la première journée faite par le rapporteur. Certaines personnes ont souligné avoir beaucoup aimé la synthèse présentée par le rapporteur. Plusieurs ont dit avoir apprécié le caractère décontracté et interactif du Café monde. Les personnes présentes ont convenu que le CMEC devrait continuer à faire des mises à jour périodiques par l entremise de forums futurs similaires à ce premier colloque. 11

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CMEC SUR LA TRANSFÉRABILITÉ DES CRÉDITS 4 octobre 2005

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CMEC SUR LA TRANSFÉRABILITÉ DES CRÉDITS 4 octobre 2005 RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CMEC SUR LA TRANSFÉRABILITÉ DES CRÉDITS 4 octobre 2005 Introduction En octobre 2001, le Conseil des ministres de l Éducation (Canada) [CMEC] s est de nouveau penché sur

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF. Page 1

SOMMAIRE EXÉCUTIF. Page 1 SOMMAIRE EXÉCUTIF L Université McGill a pour mission de faire progresser l acquisition de connaissances par son enseignement, par ses travaux de recherche et par les services qu elle rend à la société.

Plus en détail

ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS

ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS SOMMAIRE ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS Examen des pratiques actuelles des établissements postsecondaires canadiens

Plus en détail

Politiques canadiennes de soins de santé primaires L évolution de la réforme. www.fcrss.ca. Janvier 2012. John Marriott

Politiques canadiennes de soins de santé primaires L évolution de la réforme. www.fcrss.ca. Janvier 2012. John Marriott Politiques canadiennes de soins de santé primaires L évolution de la réforme www.fcrss.ca Janvier 2012 Ann L. Mable John Marriott La présente synthèse est la première d une série d études que publiera

Plus en détail

Cadre pancanadien d assurance de la qualité pour l évaluation des diplômes d études internationaux

Cadre pancanadien d assurance de la qualité pour l évaluation des diplômes d études internationaux TABLE DES MATIÈRES Message du président Rapport EDI / XML Sommet des données PESC Mise à jour CPCAT Un lien vers l AUCC Perspectives d emploi pour les membres Cadre pancanadien d assurance de la qualité

Plus en détail

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada > > ARUCC 2014 16 juin 2014, Québec (Québec) PRÉSENTATION VUE D ENSEMBLE À propos du

Plus en détail

Ministère des Services sociaux et communautaires (MSSC) Système automatisé de gestion de l aide sociale (SAGAS) Examen du plan de transition

Ministère des Services sociaux et communautaires (MSSC) Système automatisé de gestion de l aide sociale (SAGAS) Examen du plan de transition Ministère des Services sociaux et communautaires (MSSC) Système automatisé de gestion de l aide sociale (SAGAS) Examen du plan de transition Rapport d étape 31 mars 2015 Table des matières Section Page

Plus en détail

Surtout, Données de recherche Canada salue le leadership dont le Groupe 3+ a fait preuve en mettant en branle l actuel processus de consultation.

Surtout, Données de recherche Canada salue le leadership dont le Groupe 3+ a fait preuve en mettant en branle l actuel processus de consultation. Réponse de Données de recherche Canada au document de consultation Tirer profit des données massives : Vers un nouveau cadre stratégique pour l évolution de la recherche numérique au Canada Novembre 2013

Plus en détail

Cadre d élaboration. matière d éducation. et de formation des Autochtones

Cadre d élaboration. matière d éducation. et de formation des Autochtones Cadre d élaboration des politiques en matière d éducation postsecondaire et de formation des Autochtones 2 0 1 1 Cadre d élaboration des politiques en matière d éducation postsecondaire et de formation

Plus en détail

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Ébauche datée du 22 mai 2002 Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Rapport annuel au Secrétariat de l ACI Bureau de la consommation, Industrie Canada,

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Description de voie pour les formateurs et les personnes apprenantes Études secondaires

Description de voie pour les formateurs et les personnes apprenantes Études secondaires Curriculum en littératie des adultes de l Ontario Description de voie pour les formateurs et les personnes apprenantes Études secondaires Ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l Ontario

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance Résumé du plan action pour transformer l éducation postsecondaire du Nouveau-Brunswick 1 Introduction Le Nouveau-Brunswick est en voie de traverser une période de croissance et de possibilités historiques.

Plus en détail

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE Résumé des constats et des défis identifiés lors de la journée thématique Présentation

Plus en détail

Rapport de la délégation du Canada

Rapport de la délégation du Canada Forum mondial de l éducation «Planifier pour 2015 Un catalyseur pour l élaboration des politiques de la décennie à venir : mesure, portée et entrepreneuriat» Londres, Royaume-Uni Du 19 au 22 janvier 2014

Plus en détail

Cadre d assurance de la qualité

Cadre d assurance de la qualité Page 1 de 7 Cadre d assurance de la qualité Septembre 1999 (traduction 15 décembre 1999) I. Cadre d'assurance de la qualité A. Préambule B. Objectifs du Cadre d assurance de la qualité C. Critères d adhésion

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

Sommet international sur la profession enseignante. New York, États-Unis 16 et 17 mars 2011. Rapport de la délégation du Canada

Sommet international sur la profession enseignante. New York, États-Unis 16 et 17 mars 2011. Rapport de la délégation du Canada Sommet international sur la profession enseignante New York, États-Unis 16 et 17 mars 2011 Table des matières I. Délégation du Canada... 3 II. Introduction... 3 III. Structure du sommet et participantes

Plus en détail

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Rapport annuel au Secrétariat de l ACI Bureau de la consommation, Industrie Canada, exercice se terminant le

Plus en détail

Éclairer les choix en matière de recherche :

Éclairer les choix en matière de recherche : Éclairer les choix en matière de recherche : Indicateurs et décisions Sommaire Le savoir au service du public Sommaire 1 Sommaire La création de nombreux biens publics passe par la recherche exploratoire

Plus en détail

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée.

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée. RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999 Voici un sommaire des mesures prises par le conseil d administration et le personnel pour donner suite aux résolutions examinées

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction...3

TABLE DES MATIÈRES. Introduction...3 RECOMMANDATIONS AUPRÈS DE LA COMMISSION SUR L ÉDUCATION POSTSECONDAIRE AU NOUVEAU-BRUNSWICK Présenté par : L Association étudiante du Collège communautaire de Bathurst Avril 2007 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3

Plus en détail

Rapport du Groupe de travail du CMEC sur la transférabilité des crédits

Rapport du Groupe de travail du CMEC sur la transférabilité des crédits Rapport du Groupe de travail du CMEC sur la transférabilité des crédits 2009 Rapport du Groupe de travail du CMEC sur la transférabilité des crédits 2009 Préparé pour le Comité des SMA responsables de

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

L Association des collèges communautaires du Canada

L Association des collèges communautaires du Canada Les collèges et les instituts du Canada favorisent la dualité linguistique Avril 2009 Mémoire présenté au Comité permanent des langues officielles de la Chambre des Communes Association des collèges communautaires

Plus en détail

Processus institutionnel d assurance de la qualité. Université d Ottawa

Processus institutionnel d assurance de la qualité. Université d Ottawa Processus institutionnel d assurance de la qualité Université d Ottawa le 28 juin 2011 Table des matières 1. INTRODUCTION... 1 1.1 Autorités... 1 1.2 Personne-ressource... 1 1.3 Définitions... 1 1.4 Évaluation

Plus en détail

PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS

PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS DANS LES RESSOURCES HUMAINES EN SANTÉ SOMMAIRE DE LA CONFÉRENCE INAUGURALE TENUE LES 8 ET 9 OCTOBRE 2009 À OTTAWA Discussions en panel plénier sur l interprofessionnalisme

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation

Évaluation en vue de l accréditation Évaluation en vue de l accréditation Programme Master of Advanced Studies in Children s Rights (MCR) de l Université de Fribourg et l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite

Plus en détail

ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE

ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE Conseil des ministres de l Éducation (Canada) Council of Ministers of Education, Canada ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE 1. L objectif global de l activité de l Organisation

Plus en détail

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006 INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE OBSERVATIONS DE LA VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE SUR LES ÉTATS FINANCIERS DU GOUVERNEMENT DU CANADA DE L EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2006 Dans ces observations, j aimerais expliquer certains

Plus en détail

Agir collectivement pour développer les capacités d action

Agir collectivement pour développer les capacités d action Agir collectivement pour développer les capacités d action de toute la population au Québec Perspectives et plan de travail de l ICÉA 2014-2015 2015 Version 3 11 septembre 2014 Document de travail discuté,

Plus en détail

INTRODUCTION ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS

INTRODUCTION ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS Rapport du Comité pancanadien de l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades : assurance de la qualité de l apprentissage en ligne et des établissements privés Septembre

Plus en détail

Un médecin pour chaque Canadien et Canadienne Une meilleure planification des ressources humaines en santé du Canada.

Un médecin pour chaque Canadien et Canadienne Une meilleure planification des ressources humaines en santé du Canada. Un médecin pour chaque Canadien et Canadienne Une meilleure planification des ressources humaines en santé du Canada. Mémoire présenté par l AMC au Comité permanent de la Chambre des communes sur les ressources

Plus en détail

Aperçu du programme d agrément CPA

Aperçu du programme d agrément CPA Aperçu du programme d agrément CPA Comité de direction CPA et ses groupes de travail consultatifs Formé de professionnels de la formation en comptabilité, le Comité de direction CPA travaille à la conception

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Programme d évaluation des compétences et des acquis Renseignements et lignes directrices

Programme d évaluation des compétences et des acquis Renseignements et lignes directrices Apprentissage et garde des jeunes enfants Manitoba Programme d évaluation des compétences et des acquis Renseignements et lignes directrices Énoncé de mission Le Programme d évaluation des compétences

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Investir dans la prospérité future du Canada. Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Investir dans la prospérité future du Canada. Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Investir dans la prospérité future du Canada Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Le 12 août 2011 Aperçu Depuis quelques années, notre pays s

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière Mémoire La littératie financière en perspective avec la planification financière présenté par l Institut québécois de planification financière au Groupe de travail sur la littératie financière le 31 mai

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Questions de soins infirmiers : Formation

Questions de soins infirmiers : Formation Questions de soins infirmiers : Formation Introduction La présente fiche d information analyse la formation des infirmières et infirmiers des catégories suivantes : Infirmières et infirmiers autorisés

Plus en détail

Anglais langue seconde et perfectionnement de l anglais

Anglais langue seconde et perfectionnement de l anglais Chapitre 4 Section 4.07 Ministère de l Éducation Anglais langue seconde et perfectionnement de l anglais Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.07 du Rapport annuel 2005 Chapitre

Plus en détail

GROUPE D'ÉTUDE SUR LE DIPLÔME CANADIEN EN COMMON LAW RAPPORT FINAL

GROUPE D'ÉTUDE SUR LE DIPLÔME CANADIEN EN COMMON LAW RAPPORT FINAL GROUPE D'ÉTUDE SUR LE DIPLÔME CANADIEN EN COMMON LAW RAPPORT FINAL Octobre 2009 Le présent rapport et les recommandations qui suivent sont présentés par le Groupe d étude pour faire l objet d examen et

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA

PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA AU SERVICE DU THÉÂTRE, CONSEIL DES ARTS DU CANADA NOVEMBRE 2005 Réunis en assemblée annuelle les 8 et 9 septembre dernier, les quatorze

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Message du Président et chef de la direction et du Président du Conseil

Message du Président et chef de la direction et du Président du Conseil Message du Président et chef de la direction et du Kevin Dancey, FCPA, FCA Président et chef de la direction Une profession unie qui fait sa marque! Au cours de l exercice 2015, la profession comptable

Plus en détail

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES EN RÉPONSE AUX CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS CONTENUES DANS LE CHAPITRE 1 «L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES» DU RAPPORT DU PRINTEMPS

Plus en détail

Présentation pour le plan d infrastructure de dix ans du ministre de l Énergie et de l Infrastructure. Brad Duguid

Présentation pour le plan d infrastructure de dix ans du ministre de l Énergie et de l Infrastructure. Brad Duguid Présentation pour le plan d infrastructure de dix ans du ministre de l Énergie et de l Infrastructure. Brad Duguid Fédération canadienne des étudiantes et étudiants Ontario Août 2010 Pour obtenir des renseignements

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Élections municipales et scolaires de 2014 en Ontario Le lundi 27 octobre 2014 En Ontario, les élections municipales

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Rapport final Comité de partenaires. Évaluation comparative des études effectuées

Rapport final Comité de partenaires. Évaluation comparative des études effectuées Rapport final Comité de partenaires Évaluation comparative des études effectuées à l étranger Analyse et rédaction Conseil emploi métropole Collaboration Mnistère de l Immigration, de la Diversité et de

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc.

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc. ACCÈS POUR TOUS Mémoire de l ACCC présenté au Comité permanent des ressources humaines, du développement social et de la condition des personnes handicapées Mémoire préparé par : Association des collèges

Plus en détail

Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012

Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012 Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012 Présentée par M. John Doering Président de l Association canadienne pour les études

Plus en détail

PROGRAMME DU GOUVERNEMENT DU CANADA POUR L ANNÉE POLAIRE INTERNATIONALE FORMATION, COMMUNICATION ET VULGARISATION APPEL DE PROPOSITIONS

PROGRAMME DU GOUVERNEMENT DU CANADA POUR L ANNÉE POLAIRE INTERNATIONALE FORMATION, COMMUNICATION ET VULGARISATION APPEL DE PROPOSITIONS PROGRAMME DU GOUVERNEMENT DU CANADA POUR L ANNÉE POLAIRE INTERNATIONALE FORMATION, COMMUNICATION ET VULGARISATION APPEL DE PROPOSITIONS CONTEXTE L Année polaire internationale (API) 2007-2008 consiste

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

Protocole institutionnel d assurance de la qualité. Université d Ottawa

Protocole institutionnel d assurance de la qualité. Université d Ottawa Protocole institutionnel d assurance de la qualité Université d Ottawa le 28 juin 2011 Table des matières 1. INTRODUCTION...1 1.1 Autorités...1 1.2 Personne-ressource...1 1.3 Définitions...1 1.4 Évaluation

Plus en détail

FICHE D INFORMATION. Cultiver les esprits, Forger la personnalité

FICHE D INFORMATION. Cultiver les esprits, Forger la personnalité FICHE D INFORMATION Cultiver les esprits, Forger la personnalité «Je recommande vivement GWA, ainsi que l approche qu elle adopte en matière de préparation des jeunes aux études universitaires à l étranger.

Plus en détail

UN PROJET DE CHARTE POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE, D UN CADRE TECHNIQUE ET D UN MODE DE FINANCEMENT

UN PROJET DE CHARTE POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE, D UN CADRE TECHNIQUE ET D UN MODE DE FINANCEMENT 1 REMERCIEMENTS L apprentissage tout au long de la vie et plus particulièrement la reconnaissance des acquis et des compétences sont pour moi des éléments clés pour le développement des universités du

Plus en détail

PROCESSUS DE RECONNAISSANCE. Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail

PROCESSUS DE RECONNAISSANCE. Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail PROCESSUS DE RECONNAISSANCE Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail INTRODUCTION Travail sécuritaire NB offre un programme de reconnaissance

Plus en détail

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement.

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Supérieur hiérarchique : Type d emploi Emplacement : Clôture de l affichage : Directrice, Initiatives de prévention et de promotion Permanent, temps

Plus en détail

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval Politique de gouvernance Association des diplômés de l Université Laval Adoptée en décembre 2011 et modifiée en mars 2014 - Page 1 Table des matières 1. Objectifs de la politique de gouvernance... 3 2.

Plus en détail

GROUPE ACCENT SUR L ÉTUDIANT: 2006 CONTEXTE

GROUPE ACCENT SUR L ÉTUDIANT: 2006 CONTEXTE CONTEXTE L Université McGill a pour mission de faire progresser l acquisition de connaissances par son enseignement, par ses travaux de recherche et par les services qu elle rend à la société. Pour s en

Plus en détail

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement.

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

Administration de l établissement. (Ressources humaines)

Administration de l établissement. (Ressources humaines) Administration de l établissement (Ressources humaines) Chapitre 3 Administration de l établissement (Ressources humaines) Section Sujet traité Page 3000 Résumé... 3-2 3100 Qualité de la gestion. 3-3 3101

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Plan de la présentation Partie 1 : Répondre au besoin d une relève pour une main-d œuvre qualifiée dans les URDM

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

Chaire UNESCO de recherche appliquée pour l éducation en prison...

Chaire UNESCO de recherche appliquée pour l éducation en prison... Chaire UNESCO de recherche appliquée pour l éducation en prison............. Juin 2012 Table des matières Cégep Marie-Victorin en bref... 4 Éducation en milieu carcéral... 4 Une expertise à l international...

Plus en détail

ET LES DISPONIBILITÉ ARMÉES NATIONALE. 1 er mars

ET LES DISPONIBILITÉ ARMÉES NATIONALE. 1 er mars Association des collèges communautaires du Canada LES COLLÈGES ET LES INSTITUTS CONTRIBUENT AU MAINTIEN DISPONIBILITÉ OPÉRATIONNELLE DES FORCES ARMÉES CANADIENNES PAR LA FORMATION ET LE RECRUTEMENT EN

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Introduction Pourquoi cette consultation? Les systèmes de santé

Plus en détail

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Le sous-financement chronique de notre éducation est une stratégie pour forcer l intégration avec les

Plus en détail

Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College

Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College Médias sociaux et société L utilisation des médias sociaux pour l apprentissage en médias sociaux au Durham College L occasion d innover Le Durham College d Oshawa a reconnu l usage grandissant des médias

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Conseil du jeu responsable

Conseil du jeu responsable Conseil du jeu responsable Mémoire à l intention du Sénat du Canada Préparé par : Le Conseil du jeu responsable du Canada Objet : Projet de loi C-290, Loi modifiant le Code criminel (paris sportifs) Le

Plus en détail

FAIRE LE PONT ENTRE DEUX MONDES : PLAN D ACTION POUR L ÉDUCATION ET L EMPLOI DES AUTOCHTONES

FAIRE LE PONT ENTRE DEUX MONDES : PLAN D ACTION POUR L ÉDUCATION ET L EMPLOI DES AUTOCHTONES FAIRE LE PONT ENTRE DEUX MONDES : PLAN D ACTION POUR L ÉDUCATION ET L EMPLOI DES AUTOCHTONES 2008-2011 Partenariats Respect de la diversité Intégrer efficacement les Autochtones au marché du travail. Promouvoir

Plus en détail

Évaluation du programme Programmeur-analyste orienté Internet (LEA.4E) conduisant à une attestation d'études collégiales (AEC) au Collège CDI

Évaluation du programme Programmeur-analyste orienté Internet (LEA.4E) conduisant à une attestation d'études collégiales (AEC) au Collège CDI Évaluation du programme Programmeur-analyste orienté Internet (LEA.4E) conduisant à une attestation d'études collégiales (AEC) au Collège CDI Décembre 2002 Introduction L évaluation du programme «Programmeur-analyste

Plus en détail

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ NOVEMBRE 2014 Table des matières RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 Introduction du président et chef de la direction...ii Buts en matière de sécurité

Plus en détail

Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades au Canada

Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades au Canada Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement menant à des grades au Canada 2007 Déclaration ministérielle sur l assurance de la qualité des programmes d enseignement

Plus en détail

Collèges privés d enseignement professionnel

Collèges privés d enseignement professionnel Chapitre 4 Section 4.12 Ministère de la Formation et des Collèges et Universités Collèges privés d enseignement professionnel Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport

Plus en détail

le système universitaire québécois : données et indicateurs

le système universitaire québécois : données et indicateurs le système universitaire québécois : données et indicateurs No de publication : 2006.04 Dépôt légal 3 e trimestre 2006 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada ISBN

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Position du gouvernement concernant la coopération avec l enquête de la CPPM

Position du gouvernement concernant la coopération avec l enquête de la CPPM Le 7 mars 2008 Monsieur Alain Préfontaine Avocat-conseil Section du contentieux des affaires civiles Ministère de la Justice Édifice Banque du Canada Tour Est, pièce 1133 234, rue Wellington Ottawa (Ontario)

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

Plan stratégique 2014-2017 Page 1

Plan stratégique 2014-2017 Page 1 Plan stratégique 2014-2017 Plan stratégique 2014-2017 Page 1 Avant-propos Au nom de tous les membres du Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA), j ai le plaisir de présenter

Plus en détail

VICE-RECTORAT AUX SERVICES ACADÉMIQUES ET AU DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE. Les comités d usagers des services

VICE-RECTORAT AUX SERVICES ACADÉMIQUES ET AU DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE. Les comités d usagers des services VICE-RECTORAT AUX SERVICES ACADÉMIQUES ET AU DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE Les comités d usagers des services Audiovisuel Bibliothèques Informatique et télécommunications Document

Plus en détail

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a le plaisir de présenter ses arguments devant le Comité permanent de

Plus en détail