Le sondage vésical : 1. Fondements théoriques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le sondage vésical : 1. Fondements théoriques"

Transcription

1 Le sondage vésical : 1. Fondements théoriques 1.1. Base légale Au Grand-Duché de Luxembourg, l infirmier/ière à le droit de réaliser le sondage vésical sur prescription médicale en dehors de la présence d un médecin. Exception: premier sondage vésical chez un homme en rétention urinaire Dans ce cas l infirmier convient avec le médecin ordonnateur du moment, consigné au dossier, où il exécutera le sondage. Lorsque l infirmier compte procéder à l exécution du sondage il prévient l ordonnateur ou son remplaçant désigné pour que celui-ci puisse intervenir dans le délai qu il juge adapté en fonction de la situation. Définition On distingue - Le cathéter suspubien (syn. Cystofix, cystocath): Il s agit d un cathéter qui est introduit par le médecin - sous anesthésie locale et sous des conditions aseptiques chirurgicales - à travers la paroi abdominale dans la vessie et qui reste en place pendant un laps de temps assez long. Il est fixé à l intérieur avec un ballon ou à l extérieur à la peau avec des fils. (Soins v. problème en collaboration : risque d infection COSPI 12SI) - La sonde à demeure transuréthrale : elle est introduite dans la vessie par l urètre et y reste pendant un certain temps pour évacuer l urine en continu. Elle est fixée à l intérieur par un ballon - Le sondage unique, où la sonde est introduite dans la vessie par l urètre et est enlevée après que le but diagnostique ou thérapeutique soit atteint. - Le sondage intermittent où l on procède à intervalles réguliers à un sondage unique 1.3. Indications - Buts diagnostiques : Introduction rétrograde de produits de contraste dans l urètre (urétrographie), dans la vessie (cystographie), dans les uretères jusqu au bassinet (pyélographie rétrograde) Sondage de l urètre en cas de rétrécissement avec diamètre inconnu Détermination de l urine résiduelle Prélèvement d urine pour un examen en laboratoire (culture d urine) Examen urodynamique pour le diagnostic des voies urinaires inférieures Différenciation entre rétention urinaire et anurie - Buts thérapeutiques Troubles de la vidange vésicale; troubles neurogènes, postopératoires à cause de gonflements dans le bas-ventre, quantité d urine résiduelle élevée Vidange préopératoire de la vessie (intervention sur l appareil urinaire, intervention de longue durée) Pour permettre la guérison d escarres profondes (protection des plaies en cas d incontinence) Pour administrer un traitement médicamenteux par lavage resp. par instillation (chimiothérapie, antibiotiques ) Évacuation d une tamponnade de la vessie - Surveillance de l élimination urinaire: Diurèse horaire, en cas de risque d anurie Surveillance des urines après une intervention chirurgicale : quantité, couleur 1

2 1.4. Complications possibles pendant le sondage : Le sondage transurétral demande beaucoup de doigté; il est souvent difficile et fréquemment accompagné de complications; il peut être mortel suite à une septicémie et peut provoquer la stérilité chez l homme. Les risques principaux sont : - L infection (tous les examens invasifs de l urètre et de la vessie sont des interventions absolument stériles) - Les traumatismes (en cas d obstacle, le passage ne doit en aucun cas être forcé) - Les hémorragies 1.5. Principes généraux - Choix du matériel Dans un service spécialisé en urologie, la sonde est choisie selon un protocole médical préétabli ou selon ordonnance médicale. Les sondes vésicales sont à usage unique ; elles sont emballées stérilement et individuellement dans un sachet en plastic. Les différents matériaux : Latex : pour un sondage de courte durée ; le latex pur est souvent recouvert d une couche de silicone (risque d allergie) Silicone : pour un sondage allant jusqu à six semaines, bon contrôle d incrustations en cas de cathéters incolores, avec revêtement d argent (action bactéricide). Application comme cathéter suspubien ou comme cathéter en cas de néphrostomie Caoutchouc rouge : pour un sondage de courte durée. Produit naturel, ne convient pas pour personnes allergiques. Est utilisé pour grands ballonnets (100 ml) ou comme cathéter de lavage en cas d interventions urologiques PVC (chlorure de polyvinyle) : sondage unique ou intermittent Polyuréthane : pour un sondage allant jusqu à 6 semaines (ballon en latex = danger d allergie), ne durcissent pas, donc mêmes applications que sondes en silicone. Critères de choix pour éviter une lésion liée au matériel de la sonde - En cas de sondage de longue durée, remplacer le latex naturel et le caoutchouc naturel par le silicone (jusqu à 3 semaines) ou utiliser des cathéters hydrogel à revêtement téflon ou argent. - > 3 semaines : poser un cathéter suspubien (Cystocath, Cystofix ) Différentes formes de cathéters, le plus souvent désignés par le nom de leur inventeur : Tiemann, Foley, Nélaton, Mercier, 2

3 Différentes Tailles : Le diamètre extérieur de la sonde est exprimé en»charrières» (1 Ch = 1/3 mm) Le choix de la taille dépend de l anatomie du patient et des indications (vidange de la vessie : Ch 12 14, hématurie macroscopique : Ch 16 24). On distingue entre cathéters à 1, 2, ou 3 ouvertures (cathéter unique, permanent ou de lavage) et entre cathéters de différentes longueurs : chez l homme 40 cm de long, chez la femme 20 cm de long. Critères de choix pour éviter un traumatisme : Ouverture du cathéter : prendre charrière la plus petite possible usage systématique de produits de lubrification (gel d instillation) Remplissage du ballon seulement après que la sonde est introduite assez loin, remplir avec le volume minimal (le volume de remplissage est indiqué sur le cathéter)! ne jamais remplir le ballon une deuxième fois! Le sondage vésical ainsi que la manipulation du système récolteur d urine doivent se faire dans le strict respect des règles d asepsie: Lors du sondage : - Désinfecter au préalable les parties génitales avec un antiseptique adapté aux muqueuses, imbiber les tampons d antiseptique. - Si possible, utiliser un set à sondage contenant un champ stérile troué. - De préférence sonder en système fermé. - Utiliser des gants stériles pour manipuler le matériel stérile. Manipulation du sac à urines et du tuyau - En principe maintenir un système fermé ; si le sac à urines est à changer quotidiennement, désinfecter la connexion avec une compresse stérile et une solution alcoolique avant le branchement du nouveau sac stérile. - Lors de la vidange du sac à urine, veiller à ne pas contaminer le cône d écoulement. - Après vidange, sécher le cône d écoulement et désinfecter avec une compresse stérile imbibée d une solution alcoolique, afin de ne pas créer un bouillon de culture pour des germes; un sac de récolteur d urine avec cône d écoulement doit être changé en même temps que le cathéter (au plus tard). - Eviter de plier, de comprimer ou de tirer sur les tuyaux. - Contrôler régulièrement la perméabilité du cathéter et du tuyau évacuateur. - Ne pas clamper le tuyau pendant trop longtemps, parce qu une rétention d urine favorise la prolifération des germes et l infection des voies urinaires. - Eviter le reflux d urine : le sac à urines doit toujours être tenu et fixé en dessous du niveau de la vessie, pour éviter un reflux d urine potentiellement contaminée ; souvent les valves antireflux ne résistent pas à de telles pressions. S il n y a pas de valve anti-reflux, clamper brièvement le cathéter à la main ou avec le clamp prévu sur le cathéter lorsqu on tient le sachet plus haut que la vessie. - Ne pas poser le sac à urine sur le lit. - Placer le système d évacuation dans la fixation prévue à cet effet, éviter les boucles. - Éviter de mettre le sac à urine en contact avec le sol Soins du site de ponction du cathéter sus-pubien (cystofix) - Poser un pansement stérile transparent sur le site de ponction - Dans certaines institutions, le pansement est laissé pendant deux heures, puis enlevé et la douche est permise. Ou bien soigner comme un drain de plaie: - Surveillance des signes d inflammation au niveau de l orifice du drain et de la peau environnante. - Désinfecter le site de ponction de l intérieur vers l extérieur (en partant du site de ponction) ; en cas de souillure par du sang, nettoyer avec NaCl 0,9 %, sécher et désinfecter par après. 3

4 2. Fiche technique Sondage urinaire transurétral Illustrations Sonde Nelaton Ch. 12, avec unité de mesure de la température intégrée (à gauche), Sonde Tiemann, Ch. 12, (milieu) et Sonde Nelaton Ch16 (à droite). Réalisation de l activité des soins I. Préparation I.1. Recueil de données Informations concernant le patient - Identité (Nom, chambre, lit) - Sexe - Poids (BMI) - Indication du sondage de la vessie - Capacité de coopération (mobilité, orientation, ) - Langue - Informations au sujet des protocoles de soins de l institution - Standards hygiéniques - Matériel à disposition (set à sondage, cathéter urinaire ) I.2. Préparation du soignant - Hygiène des mains I.3. Matériel - Matériel lavage pour les soins d hygiène intime (chez des personnes dépendantes) - Gants non stériles - 1 sachet de poubelle - 1 haricot - Produit de désinfection pour surfaces (Meliseptol, Anios ) - Produits de désinfection pour les mains (Stérilium, ) - Antiseptique pour muqueuses (Braunol, Hibidil, Isobétadine gynéco, Octénisept) - 1 masque (si prévu dans le protocole hospitalier) - 1 champ stérile avec fenêtre si disponible - 1 champ stérile - 1 pair de gants stériles (taille adaptée) - 6 tampons stériles, 1 compresse stérile (5 tampons, 3 compresses) - 1 godet stérile pour mettre le désinfectant pour les muqueuses - 2 pincettes stériles - Instillagel (avec Xylocaine) : sonde glisse mieux - 1 cathéter vésical emballé stérilement (taille adaptée) - 1 sachet collecteur d urines emballé stérilement - 1 collecteur d urine 500ml (si prévu dans le set à sondage) - seringue(s) avec NaCl 0,9% ou Aqua dest. (quantité qui est indiquée sur le ballon du cathéter ou comme le Dr le demande). Ce matériel peut aussi être présent dans le set à sondage. - 1 crochet pour accrocher le sac à urines au lit (s il n ets pas déjà disponible au lit) - 1 système de fixation de la sonde Remarque : Dans différentes institutions ou services existent des sets à sondage. Sinon un set à pansement peut servir comme base et peut être complété avec le matériel nécessaire. 4

5 Mieux vaut prendre du matériel stérile de réserve avec dans la chambre afin d éviter des allers-retours. I.4 Préparation du bénéficiaire de soins 1 Informer celui-ci au sujet de : - L indication du sondage vésical - La réalisation - Le temps que la sonde urinaire va rester en place - Les règles à respecter dans le cadre de la prévention de l infection après le sondage - L importance d exécuter un soin d hygiène intime correcte o Chez la femme : laver direction vulve-rectum o Chez l homme : décalotter le prépuce Chez des patients dépendants faire un soin d hygiène correcte II. Exécution - Prévoir un paravent - Respecter les principes de la manutention : mettre le lit à bonne hauteur - Désinfecter le plan de travail avec le produit attitré - Mettre le masque (si prévu dans la procédure) - Désinfection des mains - Ouvrir le champ stérile et distribuer le matériel stérile à l aide d une pince stérile - Compresses (tampon) - Instillagel - Sonde vésicale - Sac à urine stérile - 1 pince stérile (champ) - récipient collecteur d urine 500ml (si prévu dans le set à sondage) - remplir le godet avec le désinfectant pour muqueuses - Si NaCl 0,9% ou aqua dest. ne sont pas prévus dans le set à sondage, mettre une seringue avec NaCl 0,9% à porté des mains. - Découvrir la partie inférieure du corps 1 BDS = bénéficiaire de soins 5

6 CHEZ LA FEMME Installer la BDS : - Position dorsale (si pas de contre-indication), jambes écartées - évt. glisser un bassin ou un coussin sous le siège - position latérale -> alternative chez des personnes très obèses (sondage par derrière) Mettre un peu de gel lubrifiant sur une compresse stérile et lubrifier le bout de la sonde. Si disponible poser le champ stérile troué sur la personne en laissant la partie intime accessible. Veiller à la stérilité des gants!!! Mettre le gobelet avec les tampons imbibés dans le lit sur le champ stérile, entre les jambes du bds. Prendre la pince stérile (dans le champ) avec la main dominante, désinfecter les parties génitales externes ; chaque tampon n est employé qu une fois. Si disponible, jeter les tampons employés dans le haricot Chronologie de la désinfection : - Tampon 1 : grande lèvre distale - Tampon 2 : grande lèvre proximale - Ensuite écarter les grandes lèvres avec la main nondominante (depuis lors ce gant n est plus stérile) - Tampon 3 : petite lèvre distale - Tampon 4 : petite lèvre proximale - Tampon 5 : entrée de l urètre - Tampon 6 : mettre devant l entrée du vagin Jeter la pincette Garder les lèvres écartées (ne pas lâcher) Si disponible, prendre le récipient avec la sonde vésicale et le sac à urines stériles avec la main dominante et déposer sur le champ stérile. Sinon, saisir la sonde urinaire avec la main dominante et laisser pendre le sachet collecteur des urines. Introduire la sonde avec un mouvement rotatoire d environ 3-4 cm dans l urètre. Pour localiser le méat, on peut demander à la personne de presser comme pour déféquer En introduisant, veiller à ne pas toucher la peau ou les muqueuses de la personne avec le gant ou la sonde stérile!! Si les urines sont visibles dans le cathéter, introduire le cathéter encore 2 cm de plus. Maintenir la sonde avec la main stérile et remplir le ballon avec la quantité de NaCl 0,9% ou d Aqua stérile prévue. Tirer légèrement (délicatement) sur la sonde urinaire. Fixer le sac à urines au crochet. 6

7 CHEZ l HOMME : Installer le BDS : - Position dorsale, légèrement surélevée, jambes étendues - Si on sonde sans champ stérile avec fenêtre, mettre alors une protection de lit sous les fesses et poser le haricot entre les jambes. Installer le plan de travail de manière à ce qu on puisse facilement atteindre le matériel avec la main dominante sans tordre le dos.(pex. Mettre le clapet de la table de nuit au-dessus les jambes du BDS) Désinfection des mains Mettre les gants stériles Si NaCl 0,9% ou Aqua stérile est dans le champ, l aspirer dans une seringue stérile et poser la seringue sur le champ stérile à portée des mains. Enlever le cathéter de son emballage stérile et y connecter le sac à urine stérile. Poser le système fermé dans le champ stérile. Décalotter le prépuce déjà pendant la toilette intime. Tenir le gland avec une compresse stérile (ou avec un gant stérile) dans la main non-dominante et tenir verticalement. Désinfecter avec 3 tampons tenus par une pince stérile (dans la main dominante), chaque fois du méat vers le bas du gland. Désinfecter le méat avec le 4 ième tampon. Jeter la pincette après la désinfection. Mettre l Instillagel stérile : d abord quelques gouttes sur l entrée de l urètre ensuite introduire doucement l embout de la seringue dans le méat et injecter (2-3ml), respecter 3-5 minutes pour que l anesthésie locale puisse agir! Fermer le méat afin d éviter que le gel ressorte. Si disponible, prendre avec la main dominante le récipient stérile avec la sonde urinaire et le sac à urines du champ stérile. Sinon prendre la sonde urinaire dans la main dominante et laisser pendre le sachet à urines Un étirement maximal du pénis favorise le sondage! Introduire la sonde avec un mouvement rotatoire jusqu à ce que l urine s écoule, ensuite introduire encore 1 cm. En aucun cas employer de la force lors du sondage! En cas de résistance, baisser le pénis légèrement ou tourner légèrement le bout du cathéter. Tenir la sonde avec la main stérile et remplir le ballon avec du NaCl 0,9% ou Aqua stérile. Tirer légèrement (délicatement) sur la sonde urinaire NB. Après le sondage ne pas oublier de remettre le prépuce (sinon danger de paraphimosis)! 7

8 III. Suite du soin III.1. Pour le BDS / de la chambre - Enlever le matériel entre les jambes du BDS - Installer le BDS confortablement - Fixer la sonde avec un sparadrap à la cuisse (éviter de tirer dessus) - Contrôler la quantité d urines. Ne pas laisser s écouler plus que 500 ml en une fois (clamper entretemps), car risque de réflexe vagal et d hémorragie. - Education du BDS concernant l habillement avec la sonde et la manipulation correcte de la sonde et du système récolteur d urines. - Conseiller au BDS de boire plus que 2 L/jour (sauf contre-indications). III.2. Rangement du matériel - Éliminer les déchets - Ranger le matériel restant III.3. Pour le soignant - Hygiène des mains III.4. Documentation Inscrire le sondage vésical dans le dossier des soins : - Date - Type de sonde - Charrière - Volume de liquide dans le ballon - Noter les réactions du BDS (transmissions ciblées) - Documenter les jours suivants : diurèse, COQA. Remarque : En cas de sondage urinaire unique, on emploie un cathéter à sondage unique qui est enlevé immédiatement après le sondage. Le matériel destiné à prendre un échantillon d urine, vider la vessie en cas de rétention urinaire, mesurer le résidu vésical est à préparer en plus p.ex. tubes stériles, À part cela, les principes à respecter sont les mêmes que pour le sondage vésical à demeure. 8

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

SONDAGE VESICAL CLOS

SONDAGE VESICAL CLOS 1. OBJECTIF Assurer un bon écoulement des urines par sondage vésical, dans des conditions d asepsie optimale, afin de limiter le risque d infections urinaires. 2. DOMAINE D APPLICATION Professionnels médicaux

Plus en détail

FICHE DE «BONNES PRATIQUES» SONDAGE INTERMITTENT / AUTOSONDAGE RAPPELS

FICHE DE «BONNES PRATIQUES» SONDAGE INTERMITTENT / AUTOSONDAGE RAPPELS RAPPELS L urine est sécrétée en permanence par les reins et s écoule par les uretères dans la vessie où elle est stockée. Lorsqu elle contient entre 250 ml et 300 ml, la vessie se vide complètement au

Plus en détail

7. RAPPEL SUR LES MESURES A RESPECTER 5

7. RAPPEL SUR LES MESURES A RESPECTER 5 Code : 3/DSS UH/044 Page : 1/5 Fonction : Nom : Visa : Infirmiers (Groupe de Travail) : S Constant- M Fage- C Faubert- M Messineo- RM Rosso C Van Klersbilck Rédaction : Vérification : Approbation : IDE

Plus en détail

doivent être limitées au strict minimum, ainsi que la durée d'utilisation.

doivent être limitées au strict minimum, ainsi que la durée d'utilisation. POSE ET ENTRETIEN D UNE SONDE VESICALE A DEMEURE EN PEDIATRIE VERSION N 2 Page 1/10 Date de validation : 11/06/2007 I. Définition Soins infirmiers techniques et éducatifs permettant d assurer la pose et

Plus en détail

Sondes et Cathéters Urinaires

Sondes et Cathéters Urinaires Sondes et Cathéters Urinaires La sonde urinaire est un instrument médical utilisé pour draîner la vessie en insérant dans la vessie du patient est gouttée sans avoir à déplacer physiquement. Ce procédé

Plus en détail

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE SONDAGE VESICAL Date application : 18/09/2009 8page(s) (R/V) Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date A LECOQ/

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

GÉRER LE DISPOSITIF DE SONDAGE VÉSICAL CLOS

GÉRER LE DISPOSITIF DE SONDAGE VÉSICAL CLOS MODE OPÉRATOIRE GÉRER LE DISPOSITIF DE SONDAGE VÉSICAL CLOS MO INF 004 v4 03/2014 1/4 MODIFICATION APPORTÉE Procédure technique différenciée selon que le sondage est effectué chez un homme ou chez une

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

Prévention des IUN. Recommandations. Mesures générales et spécifiques. Introduction. Niveaux de recommandations (HICPAC CDC guidelines 2009)

Prévention des IUN. Recommandations. Mesures générales et spécifiques. Introduction. Niveaux de recommandations (HICPAC CDC guidelines 2009) Recommandations Prévention des IUN Conférence de consensus : IUN de l adulte 2002 SPILF-AFU Guide to the Elimination of Catheter-Associated Urinary Tract Infections (CAUTIs) APIC 2008 Dr Gwenaël Rolland-Jacob

Plus en détail

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection et sondage urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Conjonctivites infectieuses 5% Gastro-entérites 7% Zona 1% Autres 7% Infections urinaires 24% Infections d escarres

Plus en détail

LE SONDAGE URINAIRE CLOS POSE ET GESTION

LE SONDAGE URINAIRE CLOS POSE ET GESTION LE SONDAGE URINAIRE CLOS POSE ET GESTION PREVENTION DES INFECTIONS URINAIRES NOSOCOMIALES C.H.R.A. Date de diffusion : 01/01/1998 Version : 01 Le sondage urinaire clos : pose et gestion Rédigé par : Groupe

Plus en détail

Entretien de la sonde vésicale à domicile

Entretien de la sonde vésicale à domicile Entretien de la sonde vésicale à domicile [this pamphlet is a translation of the original English version into French] / Care of the Urinary Catheter at Home [title of the original English version PL-0735]

Plus en détail

Bonnes Pratiques de nutrition entérale GASTROSTOMIE JEJUNOSTOMIE

Bonnes Pratiques de nutrition entérale GASTROSTOMIE JEJUNOSTOMIE Bonnes Pratiques de nutrition entérale GASTROSTOMIE JEJUNOSTOMIE EUROPHARMAT 2008 Atelier / 14,15 et 16 octobre 2008 1 Dispositifs de GASTROSTOMIE & JEJUNOSTOMIE SONDE de GPE SONDE de gastrostomie Bouton

Plus en détail

Le bon usage des gants

Le bon usage des gants Le bon usage des gants Historique Au XVI ème siècle, l obstétricien Plenck recommandait déjà l usage des gants au moment de la naissance d enfants de mère syphilitique. Cette recommandation apparaissait

Plus en détail

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U U.E 2.5 Processus Inflammatoires & Infectieux Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U ESI 2 ème année Groupe 5 Le 07/10/2013 Présentation du Groupe 5 Mario BLANDY Manuela GAMARRA Cécile COQUET Christelle

Plus en détail

Abord Urinaire. Caroline BAUDET Pharmacien CHU Bordeaux

Abord Urinaire. Caroline BAUDET Pharmacien CHU Bordeaux Abord Urinaire Caroline BAUDET Pharmacien CHU Bordeaux PLAN Introduction I. Historique II. Rappels anatomo physiologiques A- anatomie de l appareil urinaire B- physiologie III. Objectifs du sondage. IV.

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central avec valve antireflux Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous explique comment

Plus en détail

Laboratoire XLABS. Biologie médicale Prélèvements pour Hémoculture C2MOHEMOC

Laboratoire XLABS. Biologie médicale Prélèvements pour Hémoculture C2MOHEMOC Les modifications apportées à la version précédente apparaissent en rouge. 1. Objet et domaine d application Ce mode opératoire décrit les différentes étapes pour réaliser les prélèvements pour hémoculture.

Plus en détail

Soins d hygiène et de confort / K Soins des oreilles - 1 - TECHNIQUE DES SOINS DE NETTOYAGE DES OREILLES

Soins d hygiène et de confort / K Soins des oreilles - 1 - TECHNIQUE DES SOINS DE NETTOYAGE DES OREILLES Soins d hygiène et de confort / K Soins des oreilles - 1 - K SOINS DES OREILLES K. 1. LE NETTOYAGE Action de nettoyer le pavillon de l oreille et le conduit auditif externe. BUTS - Maintenir l hygiène

Plus en détail

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central sans valve (irrigation avec héparine) Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous

Plus en détail

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Théorie et Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Définition Objectifs Lieux de ponction Quand effectuer une prise de sang Matériel nécessaire Rôle Infirmier / prélèvement sanguin

Plus en détail

1 Prendre soin d un drain après une opération

1 Prendre soin d un drain après une opération Prendre soin d un drain après une opération Au cours des jours ou des semaines à venir, vous devrez vider régulièrement le liquide de votre drain et noter la quantité récoltée. Cette fiche vous rappelle

Plus en détail

Voie Veineuse Centrale

Voie Veineuse Centrale Les procédures en réanimation 21/04/2010 Page 1/9 Rédaction : S. Marmilloud (IDET) Vérification : IDE V. Labat Approbation : Dr C. Santre 1 But Ce document décrit la procédure de mise en place et la surveillance

Plus en détail

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS SOINS SPECIFIQUES 7.03 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection : - prévenir les infections locales

Plus en détail

Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET. Journée thématique «la trachéotomie en 2010»

Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET. Journée thématique «la trachéotomie en 2010» L ASPIRATION ENDOTRACHEALE MATERIEL METHODES HYGIENE Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET Définition de l aspiration Différents types de sondes Différents types d appareils Installation du patient Méthodologie

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

CHECK LIST SONDAGE URINAIRE A DEMEURE Mode d emploi : Texte long

CHECK LIST SONDAGE URINAIRE A DEMEURE Mode d emploi : Texte long CHECK LIST SONDAGE URINAIRE A DEMEURE Mode d emploi : Texte long Groupe de travail Check List : Les professionnels des établissements sanitaires, médico sociaux et secteur libéral de l inter région en

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Confort. Innovation FUITES URINAIRES

Confort. Innovation FUITES URINAIRES Confort Esprit tranquille Innovation FUITES URINAIRES 59 FUITES URINAIRES De la jeune maman au senior, de 3 à 5 millions de personnes sont concernées à des degrés divers par l incontinence. Selon les types

Plus en détail

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON OBJECTIF GLOBAL - L étudiant est capable de pratiquer le change d un nourrisson en respectant les règles d hygiène et de sécurité

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital :

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : PICC LINE Livret d information, de suivi et de surveillance Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : Infirmier(ère) du domicile : Un cathéter PICC Line a

Plus en détail

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line»

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Référence BM : les soins Ref. Service : Version : 1 1. OBJET Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE Nombre de pages : 5 Cette procédure

Plus en détail

Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né

Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU FORMATION EN SOINS OBSTETRICAUX et NEONATALS D URGENCE Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

EP MEDICAL. Système de gestion de l incontinence urinaire www.epmedical.fr. Le confort pour la vie. Distributeur

EP MEDICAL. Système de gestion de l incontinence urinaire www.epmedical.fr. Le confort pour la vie. Distributeur Le confort pour la vie Système de gestion de l incontinence urinaire www.epmedical.fr Distributeur Les fuites urinaires : Et si on en parlait? On désigne l incontinence comme toute perte d urine qui survient

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

PREVENTION DE L INFECTION URINAIRE. Formation continue Public/Date/lieu

PREVENTION DE L INFECTION URINAIRE. Formation continue Public/Date/lieu PREVENTION DE L INFECTION URINAIRE Formation continue Public/Date/lieu Cours élaboré par I. FEDERLI, infirmière en HPCI, Service de médecine préventive hospitalière, CHUV Validé par l UNITE HPCI Juin 2006

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

L Hospitalisation domicile

L Hospitalisation domicile L Hospitalisation domicile à S O M M A I R E Où SE SITUE L HAD? p 2 QU EST-CE QUE L HAD? p 4 QUEL LIEU D INTERVENTION? p 4 QUE DOIT-ON SAVOIR SUR L HAD DE LANNION? p 5 QUI EST CONCERNé par l HAD? p 6

Plus en détail

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE DEFINITION La ponction pleurale est un acte médicochirurgical consistant à introduire une aiguille dans la cavité pleurale,

Plus en détail

Comprendre Les vessies Neurologiques

Comprendre Les vessies Neurologiques CARNET_FRANCE_11_12.qxd 11/12/06 11:39 Page 36 Comprendre Les vessies Neurologiques Contacts LES ASSOCIATIONS : Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-dessous une liste non exhaustive d associations

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Bonnes pratiques de soins. L étui pénien. Collecteur externe d urine pour homme. European Association of Urology Nurses

Bonnes pratiques de soins. L étui pénien. Collecteur externe d urine pour homme. European Association of Urology Nurses Bonnes pratiques de soins L étui pénien Collecteur externe d urine pour homme 2008 European Association of Urology Nurses Bonnes pratiques de soins L étui pénien Collecteur externe d urine pour homme V.

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

2.2 RECOMMANDATIONS POUR LES SOINS D'HYGIENE ET DE CONFORT

2.2 RECOMMANDATIONS POUR LES SOINS D'HYGIENE ET DE CONFORT 2.2 RECOMMANDATIONS POUR LES SOINS D'HYGIENE ET DE CONFORT A. TOILETTE DU PATIENT 1. Précautions standard après la toilette de chaque patient. - Protéger la tenue civile (tablier à usage unique ou surblouse

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

Par : S / Abdessemed

Par : S / Abdessemed Par : S / Abdessemed Cette méthode de prélèvement est facile et rapide et fournit du sang en quantité suffisante pour permettre de répéter un test en cas d erreur ou de résultats douteux, cependant, elle

Plus en détail

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION OBJECTIFS SPECIFIQUES : ENUMERER SANS ERREUR LES ELEMENTS QUI COMPOSENT LE MATERIEL COURANT DE SOINS EXPLIQUER CHACUNE DES TECHNIQUES

Plus en détail

LE RECUEIL DES EXPECTORATIONS

LE RECUEIL DES EXPECTORATIONS LE RECUEIL DES EXPECTORATIONS C. HALLER - IFSI CHU DE NICE - 09 07 OBJECTIF DE LA SEQUENCE Connaître et appliquer les différentes méthodes de recueil des expectorations en respectant les critères res d

Plus en détail

Toilette journalière Bain complet Bain de bouche Bain des pieds. Dr kaouthar Beltaief 21.11.14

Toilette journalière Bain complet Bain de bouche Bain des pieds. Dr kaouthar Beltaief 21.11.14 Toilette journalière Bain complet Bain de bouche Bain des pieds Dr kaouthar Beltaief 21.11.14 Introduction- Définitions Les soins d hygiène et de confort sont les soins corporels de base destinés à toute

Plus en détail

Pourquoi draine t-on?

Pourquoi draine t-on? Les drainages simples Promotion 2010/2013 SG Pourquoi draine t-on?- Pour évacuer une collection de liquide qui peut être : Du liquide péritonp ritonéal en excès Du pus Du sang Des sérosits rosités, s,

Plus en détail

INTRODUCTION A LA TECHNIQUE DE SOINS INFIRMIERS

INTRODUCTION A LA TECHNIQUE DE SOINS INFIRMIERS INTRODUCTION A LA TECHNIQUE DE SOINS INFIRMIERS OBJECTIFS Définir le soin Énumérer les différentes étapes de la préparation du soin Expliquer les aspects de l exécution du soin Citer les éléments de l

Plus en détail

«REFLEXION PLURIDISCIPLINAIRE AUTOUR DU SONDAGE VESICAL CHEZ L ADULTE ET OUTILS PEDAGOGIQUES»

«REFLEXION PLURIDISCIPLINAIRE AUTOUR DU SONDAGE VESICAL CHEZ L ADULTE ET OUTILS PEDAGOGIQUES» «REFLEXION PLURIDISCIPLINAIRE AUTOUR DU SONDAGE VESICAL CHEZ L ADULTE ET OUTILS PEDAGOGIQUES» CoCLINNOR - 12 mai 2011 Présentation : Dominique Woinet, Suzanne Haghighat en lien avec groupe sondage vésical

Plus en détail

Une cicatrice peut vous gâcher la vie! Comment l éviter?

Une cicatrice peut vous gâcher la vie! Comment l éviter? Une cicatrice peut vous gâcher la vie! Comment l éviter? UN ACCIDENT OU UNE INTERVENTION CHIRURGICALE VOUS ONT LAISSÉ UNE CICATRICE. QUE POUVEZ-VOUS FAIRE POUR L ATTÉNUER? Saviez-vous qu un grand nombre

Plus en détail

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix Perfusion Bonnes pratiques IFSI - CH Roubaix Marion Coussemacq - 2012 Généralités Définition : Acte infirmier sur prescription médicale consistant à administrer par voie parentérale une préparation injectable

Plus en détail

SURVEILLANCE DE LA SONDE NASO-GASTRIQUE

SURVEILLANCE DE LA SONDE NASO-GASTRIQUE SURVEILLANCE DE LA SONDE NASO-GASTRIQUE 8.10 Objectif La sonde naso-gastrique est un dispositif médical dont les indications d utilisation sont très diversifiées. Ces indications peuvent être à visée thérapeutique,

Plus en détail

Brochure d information destinée au patient. Comment pratiquer l auto-sondage intermittent?

Brochure d information destinée au patient. Comment pratiquer l auto-sondage intermittent? Brochure d information destinée au patient Comment pratiquer l auto-sondage intermittent? Sommaire de la brochure Ce guide complète les informations qui vous ont été données par le médecin et l infirmière.

Plus en détail

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS 76, Rue de Pâturages 7390 QUAREGNON 065/956.600 065/956.548 Dossier Médical Concerne : Nom :.Prénom : Sexe : Adresse: N. Code Postal

Plus en détail

24 heures avec une gastrostomie

24 heures avec une gastrostomie 24 heures avec une gastrostomie 6 ème Congrès Dysphagie Octobre 2013 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute Indications de la gastrostomie bien plus nombreuses que le thème d aujourd hui Patients

Plus en détail

Soins d hygiène et de confort / H - Soins des yeux - 1 -

Soins d hygiène et de confort / H - Soins des yeux - 1 - Soins d hygiène et de confort / H - Soins des yeux - 1 - H SOINS DES YEUX H 1 SOINS D HYGIENE FREQUENCE Soin journalier effectué lors de la toilette et plus souvent, si nécessaire BUTS - Maintenir propres

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

va être opéré d un hypospadias

va être opéré d un hypospadias Votre enfant va être opéré d un hypospadias Introduction Le chirurgien urologue pédiatrique vous a confirmé le diagnostic d hypospadias et expliqué les avantages ainsi que les risques et complications

Plus en détail

Guide parents. Pour la prise en charge de la rétention urinaire et des troubles colorectaux d origine neurologique. Grandir en toute confiance

Guide parents. Pour la prise en charge de la rétention urinaire et des troubles colorectaux d origine neurologique. Grandir en toute confiance Guide parents Pour la prise en charge de la rétention urinaire et des troubles colorectaux d origine neurologique Grandir en toute confiance Tous les enfants ont besoin que leurs parents prennent soin

Plus en détail

Uro-Tainer : Entretien des cathéters à demeure. Guide pour un plan de traitement adéquat

Uro-Tainer : Entretien des cathéters à demeure. Guide pour un plan de traitement adéquat Uro-Tainer : Entretien des cathéters à demeure Guide pour un plan de traitement adéquat Introduction Les soins et l entretien de tous les cathéters à demeure, qu ils soient transurétraux ou suspubiens,

Plus en détail

L élimination vésicale chez le blessé médullaire

L élimination vésicale chez le blessé médullaire L élimination vésicale chez le blessé médullaire 1 Financé par: ANABELLE DULUDE,INFIRMIÈRE FIONA STEPHENSON, INFIRMIÈRE HAITI, MAI 2011 Supporté par: Plan Processus normal de l élimination vésicale Conséquences

Plus en détail

BIEN-ÊTRE ET AUTONOMIE

BIEN-ÊTRE ET AUTONOMIE Appelez-nous au 01 48 59 11 59 BIEN-ÊTRE ET AUTONOMIE COUCHES Coupeur / broyeur incontinence oreiller pilulier poche Poire à lavement Sac vomitoire URINAUX verre BIEN-ÊTRE ET AUTONOMIE - Confort à domicile

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

L exploration électrophysiologique

L exploration électrophysiologique L exploration électrophysiologique CHR Namur - Edition 2011 Unité de cardiologie L EXPLORATION ELECTROPHYSIOLOGIQUE. Mettez votre cœur à l aise Sur une demande de votre médecin traitant ou de votre cardiologue,

Plus en détail

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES PROFESSIONNELS INFIRMIERS (Arrêté du 25 mars 1993) (Arrêté du 21 avril 1994) (Arrêté du 1er mars 1999) (Arrêté du 8 Décembre 1999) (Arrêté du 12 Octobre 2000) (Arrêté du

Plus en détail

Les différents types d incontinence : d autres causes comme : les atteintes du système urinaire. les troubles neuro-psychiques (dépression, etc.

Les différents types d incontinence : d autres causes comme : les atteintes du système urinaire. les troubles neuro-psychiques (dépression, etc. p.60 urinaire correspond à une perte accidentelle ou involontaire d urine. Le problème d incontinence est souvent lié au vieillissement de l appareil urinaire, mais il existe aussi d autres causes comme

Plus en détail

La longue histoire de Madame Esbèle, patiente modèle

La longue histoire de Madame Esbèle, patiente modèle La longue histoire de Madame Esbèle, patiente modèle Mariane Burr - Hôpital du Jura / Monica Attinger - Unité HPCI / Vaud 6ème Journée de la Marive Yverdon les Bains 6 février 2009 2 Précautions Standard

Plus en détail

PROTOCOLE DE SOINS AUX ENFANTS ATTEINTS D EPIDERMOLYSE BULLEUSE

PROTOCOLE DE SOINS AUX ENFANTS ATTEINTS D EPIDERMOLYSE BULLEUSE PROTOCOLE DE SOINS AUX ENFANTS ATTEINTS D EPIDERMOLYSE BULLEUSE Isabelle CORSET, Infirmière et l équipe médicale du Centre de référence MAGEC (Maladie Génétique à Expression Cutanée) Hôpital NECKER Enfants

Plus en détail

Céline Zeegers-Jourdain 4ème pédiatrie. Les gants et les masques

Céline Zeegers-Jourdain 4ème pédiatrie. Les gants et les masques Céline Zeegers-Jourdain 4ème pédiatrie Les gants et les masques Dr Erpicum Année académique 2010-2011 A) Les gants... 3 1. Historique... 3 2. Objectifs du port de gants... 3 2.1 Pourquoi?... 3 2.1.1 Pour

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

COMMENT SOIGNER UNE PLAIE?

COMMENT SOIGNER UNE PLAIE? COMMENT SOIGNER UNE PLAIE? Attention! Ne frottez pas la plaie, tamponnez-la le plus possible. Le frottement est douloureux et peut aussi endommager encore plus les tissus. N utilisez jamais un tampon d

Plus en détail

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Qualités Spectre d activité large Peu inhibé par les matières organiques Vision correcte du site opératoire Action rapide

Plus en détail

Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la toilette

Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la toilette Couvreur Maïa Institut de Formation en Soins Infirmiers Promotion 2013-2016 C.H ST JOSEPH ST LUC 42 bis, rue Professeur Grignard 69007 LYON Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la

Plus en détail

Hypodermite à SASM sécréteur de toxine TSST1 dans les suites d une lipolyse au laser réalisée dans un cabinet de médecine esthétique

Hypodermite à SASM sécréteur de toxine TSST1 dans les suites d une lipolyse au laser réalisée dans un cabinet de médecine esthétique Hypodermite à SASM sécréteur de toxine TSST1 dans les suites d une lipolyse au laser réalisée dans un cabinet de médecine esthétique E Seringe, I Novakova, C Lawrence, C Ortmans, H Blanchard, P Astagneau

Plus en détail

À vos côtés depuis 1914

À vos côtés depuis 1914 À v o s c ô t é s d e p u i s 1 9 1 4 catalogue général Présentation de l entreprise À vos côtés depuis 1914 Depuis 1914 Raffin conçoit, fabrique et commercialise des dispositifs médicaux à usage unique

Plus en détail

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités Annexe IV à l arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme professionnel d aide-soignant Diplôme professionnel

Plus en détail

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime.

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonnes

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

www.cclin-sudouest.com CCLIN Sud-Ouest

www.cclin-sudouest.com CCLIN Sud-Ouest www.cclin-sudouest.com PREVENTION DE L'INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE RECOMMANDATIONS POUR LA POSE ET LA GESTION D UNE SONDE VESICALE CCLIN Sud-Ouest Version II validée par le Conseil d'orientation du

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE DÉFINITION L aspiration des sécrétions trachéales consiste à aspirer les sécrétions à l aide d un cathéter dans la canule trachéale. BUTS Dégager les voies

Plus en détail

CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES

CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES CANULES DE TRACHÉOTOMIE ET ACCESSOIRES CANULES DE TRACHEOTOMIE Dispositif tubulaire court introduit dans la trachée par voie percutanée pour pallier une défaillance des voies aériennes supérieures Visée

Plus en détail

Lucas. part en camp de vacances

Lucas. part en camp de vacances Lucas part en camp de vacances Preface du Dr. Malcolm Lewis Consultant en néphrologie pédiatrique au Royal Manchester Children s Hospital, Manchester, au Royaume-Uni. Les enfants atteints de spina-bifida

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

Test de charge orale en glucose en vue de dépister un diabète

Test de charge orale en glucose en vue de dépister un diabète Tests dynamiques réalisés au laboratoire Test de O Sullivan Test de charge orale en glucose en vue de dépister un diabète gestationnel chez la femme enceinte (6 ème au 7 ème mois de grossesse) Préparation

Plus en détail

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Unité soins protégés Conseils pour la sortie de votre enfant CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Introduction Le premier retour à la maison est un moment attendu mais aussi angoissant, que se soit

Plus en détail

LAPRESCRIPTION INFIRMIERE. I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation

LAPRESCRIPTION INFIRMIERE. I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation LAPRESCRIPTION INFIRMIERE I. Fromantin, IDE PhD Unité Plaies et Cicatrisation 1 Aucun conflit d interêt Institut Curie - nom de l'émetteur - Titre de la présentation 2 INTRODUCTION Une profession qui évolue:

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI OBJECTIFS de la formation Rappels de formation Prévenir les complications infectieuses les risques d obstruction ou de rupture du cathéter les AES Faciliter

Plus en détail