INTRODUCTION... 2 PREMIERE PARTIE : LE PATRIMOINE DE LA SAMARITAINE... 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION... 2 PREMIERE PARTIE : LE PATRIMOINE DE LA SAMARITAINE... 3"

Transcription

1 LE 25 JANVIER 2012 ~ «PATRIMOINE ET DEVELOPPEMENT PEMENT DURABLE» Contenu INTRODUCTION... 2 PREMIERE PARTIE : LE PATRIMOINE DE LA SAMARITAINE... 3 DES ACQUISITIONS SUCCESSIVES VERS UNE VOLONTE D UNIFICATION ARCHITECTURALE INACHEVEE... 3 SEUL L ASPECT EXTERIEUR DES BATIMENTS 2 ET 4 PRESENTENT UN SEMBLANT D UNITE... 5 DEUXIEME PARTIE : LE BILAN ENVIRONNEMENTAL DE LA SAMARITAINE... 6 LA RELATION ENTRE PATRIMOINE ET DEVELOPPEMENT DURABLE PEUT ETRE CONFLICTUELLE... 6 CEPENDANT UNE RECONCILIATION EST POSSIBLE! / TRAVAIL SUR L ENVELOPPE / TRAVAIL SUR LES TOITURES / INTEGRATION DES ENERGIES RENOUVELABLES / QUALITE SANITAIRE DE L AIR / INTEGRATION DU TRI DES DECHETS DES LA CONCEPTION... 9 TROISIEME PARTIE : S - REPONSES... 10

2 INTRODUCTION EAN-PHILIPPE CREUTZ Aujourd hui nous ouvrons un premier cycle de conférence à la Maison du projet de la Samaritaine. L objectif de ces conférences est la mise en perspective du projet de rénovation de la Samaritaine au regard des enjeux architecturaux, urbains, environnementaux et plus largement sociétaux, qu il sous-tend. Elles seront animées par un journaliste, entouré de 2 ou 3 trois acteurs qui interviennent de loin ou de près dans le projet. Ce soir, Lionel Blaisse, journaliste spécialiste d architecture, assure l inauguration de ce cycle de conférence, en présence de Jean-François Lagneau, architecte en chef des monuments historiques et architecte du patrimoine de la Samaritaine sur notre projet, Michel le Sommer (Le Sommer Environnement) qui est notre conseiller environnemental. A l heure actuelle, le site a été curé et sa structure mise à nu. En guise d introduction nous souhaitons vous présenter le film que nous venons de réaliser pour montrer la Samaritaine telle qu elle est, et surtout telle que vous ne la reverrez plus une fois le projet achevé. Projection du film «Voyage au cœur de la Samaritaine» LIONEL BLAISSE Pour introduire cette séance, je mettrai en avant que la vertu primordiale en matière de développement durable réside dans la capacité de reconversion d un bâtiment dans le temps. Mais pour autant, tout peut-il être conservé et transformé? Les architectures dont nous avons héritées du passé n ont pas toutes les mêmes valeurs. Qui plus est, la valeur patrimoniale n est pas seulement architecturale, elle peut être également technologique, sentimentale, esthétique, urbaine, environnementale, puisque les attentes des populations changent et que les temps évoluent. Les performances stylistiques et technologiques, aussi sophistiquées qu elles aient pu paraître à l époque de l édification des bâtiments, se révèlent avec le temps souvent obsolètes, surtout lorsqu on les met aujourd hui en vis-à-vis des contraintes urbaines et environnementales. Dès lors, il convient de s interroger : en quoi la Samaritaine était-elle innovante en son temps et comment le sera-t-elle demain? Quels sont les arguments qui justifient à la fois sa conservation et sa reconversion? Enfin, comment peut-on concilier restauration patrimoniale, positionnement fonctionnel, remise aux normes actuelles et haute qualité environnementale?

3 PREMIERE PARTIE : LE PATRIMOINE DE LA SAMARITAINE EAN-FRANÇOIS LAGNEAU DES ACQUISITIONS SUCCESSIVES VERS UNE VOLONTE D UNIFICATION D ARCHITECTURALE INACHEVEE L histoire de la Samaritaine est une épopée extraordinaire, qui est le fait d Ernest Cognacq, un simple camelot et marchand à la sauvette à ses débuts, devenu, grâce à son mariage avec Louise Jay et grâce également à l argent qu elle apportait (elle était première vendeuse au Bon Marché), selon l expression de l époque «le Napoléon du déballage». Au moment où commencent les travaux qui nous intéressent, c'est-à-dire au tout début du XXème siècle, il venait de terminer l acquisition de la totalité du magasin 1. Dans ce même magasin, il avait été tout d abord sous locataire d une des échoppes, puis progressivement, au fur à mesure du développement de ses affaires et des opportunités foncières, il avait commencé à grignoter l ensemble du magasin 1. Ceci nous amène au début du XXème siècle, au moment où Ernest Cognacq franchit la rue de la Monnaie et s attèle à ce qui allait devenir la première partie du magasin 2. Il procède toujours de la même façon, en acquérant d abord des parcelles, puis en grignotant l ensemble pour progressivement réaliser les façades une fois l intérieur investi. Pour la première partie du bâtiment Seine, «Art nouveau», c est l architecte Frantz Jourdain qui est intervenu, et pour la deuxième partie, beaucoup plus calme dans son apparence, c est l architecte Sauvage en pleine période «Art déco». J ajoute que la suppression des coupoles n a pas fait scandale car les parisiens n appréciaient pas ces fantaisies Art nouveau jugées trop agressives. D ailleurs Sauvage avait commencé à purifier la partie Jourdain, en calmant par exemple les polychromies de son prédécesseur. Un aspect majeur de ce bâtiment est sa verrière : on avait alors le souhait de créer de véritables jardins d hivers dont l objectif était non seulement d attirer les clients mais également d apporter la lumière puisque ce magasin de 6 étages n avait pas l électricité au moment de sa réalisation en C est pour cette raison également que tous les planchers étaient en dalles de verre. Evidemment, au fil du temps, ce magasin a été dénaturé, mais heureusement cette partie jardin d hiver a pu subsister, car dans de nombreux autres grands magasins (je pense au Printemps et aux Galeries Lafayette, un peu moins au Bon Marché), tous ces grands jardins d hivers ont été supprimés avec l arrivée de l électricité. Vous imaginez bien qu en plein centre de Paris, perdre des mètres carrés de surface de vente n était pas acceptable! Le magasin 3 ne fait pas partie de l opération de restauration mais il a été acquis tout de suite après la construction de la partie Sauvage, ce qui explique qu il ait été construit dans le même style.

4 Sauvage s est ensuite attaqué au magasin 4, celui qu on appelle l îlot Rivoli. Cet îlot a lui aussi traversé les siècles. On peut y deviner des vestiges du tissu urbain moyenâgeux et le passage d une des premières enceintes de Paris, puis sa profonde modification avec le percement de la rue de Rivoli. La percée de cette rue avait commencé sous le premier Empire, elle s était alors arrêtée au niveau du Louvre pour n être reprise que dans les années Le tracé de la rue de Rivoli avait complètement détruit une partie du parcellaire médiéval de cet îlot, pour réaliser les immeubles qui sont là actuellement, c'est-à-dire les quatre parcelles correspondant aux quatre immeubles de la Samaritaine côté Rivoli, qualifiés à tort d haussmanniennes, dans la mesure où Haussmann n était pas encore préfet de Paris à l époque de leur construction. Cet immeuble était à l origine à usage d habitation, mais très rapidement la société Revillon, le grand fourreur, en prit possession et comme l avait fait Ernest Cognacq, grignota les différents immeubles pour y installer magasins, salons d essayages et ateliers de confection. Cognacq, après avoir achevé le bâtiment 3, dans les années , rachète l ensemble des magasins à la société Revillon pour s y installer. Ensuite il continua d acheter des parcelles que Revillon ne possédait pas encore, cette fois-ci non pas pour y installer son magasin, mais en prévision d une vaste opération qu il ne réalisera jamais. Le grand projet de Cognacq (ce n était plus Ernest alors mais son neveu) était d unifier l ensemble des 4 magasins pour en faire ce grand magasin qui ne verra jamais le jour. C est ce qui explique que le magasin 2 apparait comme inachevé. Dans cet îlot Rivoli, les immeubles investis par le commerce étaient des appartements à l origine. Avec l installation de Révillon, tous les murs ont été démolis à l exception des murs de façades et des murs de refends indispensables à la stabilité de l ensemble. Et surtout, ils ont été très surélevés : on ne compte pas moins de trois ou quatre campagnes de surélévations qui ont complètement dénaturé ces immeubles. Quant aux parties basses des façades, elles ont été traitées en vitrines, effaçant la vision des rez-de-chaussée d origine. A l intérieur il n y a vraiment plus rien, les vestiges des faux lambris ont complètement disparu. Les différences de niveaux du plancher sont nombreuses, tout simplement parce qu il s agissait d immeubles complètement indépendants les uns des autres. Les immeubles 17 e et 18 e siècles rue de l Arbre-Sec Ces immeubles, situés dans la rue de l Arbre-Sec, sont installés dans la partie de cet îlot 4 la plus vénérable, j entends par là la plus ancienne. Nous sommes véritablement dans un tissu urbain médiéval qui a traversé les siècles et qui, au 17 ème et 18 ème siècle, a été remis au goût du jour. Une fois de plus c est toute la force du patrimoine à s adapter au fil des siècles et aux différentes évolutions! Leurs caves sur deux étages sont médiévales. En revanche, au-dessus, ce sont des immeubles qui ont été la plupart du temps reconstruits au 17 ème et au début du 18 ème siècle. Ils ont aujourd hui beaucoup de charme mais vous l imaginez, ils ne correspondent plus très bien à

5 notre mode de vie. Les courettes par exemple sont loin de correspondre aux normes hygiéniques actuelles! SEUL L ASPECT L EXTERIEUR DES BATIMENTS 2 ET 4 PRESENTENT UN SEMBLANT D UNITE D Pour le magasin 2, la partie Sauvage, côté quai du Louvre, date de Construite en une fois, elle est tout à fait représentative du style art Déco. La partie Jourdain, en revanche, a été construite d une façon très désordonnée à partir du XXème siècle, à l exception cependant de la partie «Verrière», puisque Jourdain a pu acheter l école communale de la ville de Paris, ce qui est impensable de nos jours! Cette partie du magasin 2 où se trouve le vaste jardin d hiver est relativement cohérente en intérieur comme en extérieur, contrairement aux autres parties dites Jourdain Plateau, où seules les façades sont homogènes car, encore une fois, les intérieurs ont été aménagés au fur et à mesure de leurs acquisitions. Quand au magasin 4 dans l îlot Rivoli, il présente le visage d un ensemble haussmannien mais dont il ne reste plus que les façades. Voilà ce que nous pouvons dire, dans un rapide balayage, de l histoire de ces magasins de la Samaritaine. LIONEL BLAISSE Intéressons-nous à présent dans le cadre de notre débat à l état des lieux environnemental de ces bâtiments. Michel Le Sommer, conseiller environnemental auprès de la Samaritaine va à présent vous livrer les contraintes accumulées tout au long de l histoire.

6 DEUXIEME PARTIE : LE BILAN ENVIRONNEMENTAL DE LA SAMARITAINE LA RELATION ENTRE PATRIMOINE ET DEVELOPPEMENT EMENT DURABLE PEUT ETRE E CONFLICTUELLE Les règlementations thermiques successives depuis 1988, 2000, 2005 et la 2012 imposent aux maîtres d ouvrages et aux propriétaires de diminuer leur consommation d énergie, ce qui n était pas une préoccupation jusqu à la fin des années 90. Et ce d autant moins en 1905, quand le bâtiment a été construit! Dans le cadre d un chantier de rénovation, l enjeu en termes de démarche environnementale est de trouver un équilibre entre, d une part les consommations futures liées à l exploitation et, d autre part, les ressources nécessaires pour les consommations liées au fonctionnement des bâtiments : énergie et matériaux. Autrement dit, il faut trouver l équilibre entre les coûts d exploitation et la consommation d énergies fossiles et de matières. Cette dernière, appelée l énergie grise, représente la quantité d'énergie nécessaire au cycle de vie d'un matériau ou d'un produit : la production, l'extraction, la transformation, la fabrication, le transport, la mise en œuvre, l'utilisation, l'entretien et à la fin le recyclage. Chacune de ces étapes nécessite de l'énergie, qu'elle soit humaine, électrique, thermique ou autre. Dans la filière du bâtiment, qu il s agisse de réhabilitations ou de constructions neuves, la recherche d'économies d'énergie et de performance énergétique est donc fondamentale. L idéal étant de doter ces bâtiments d une performance énergétique d un tel niveau qu'il n'y ait pratiquement plus besoin d'énergie pour les chauffer ou les éclairer, que l énergie nécessaire pour fabriquer les matériaux de leur construction, sur 50 ans soit pratiquement équivalente à l énergie pour faire fonctionner ces bâtiments. Dès lors comment mettre aux normes environnementales des bâtiments construits dans les années 1905, et qui sont de véritables passoires thermiques, en prenant en compte le fait que leurs matériaux d origine ont une valeur patrimoniale? Lorsque l on sait que les façades extérieures des magasins 2 et 4 de la Samaritaine sont classées à l inventaire des Monuments historiques, notre champ d action est donc très restreint et nous sommes en négociation tous les jours! CEPENDANT UNE RECONCILIATION EST E POSSIBLE! 1/ TRAVAIL SUR L ENVELOPPE OPTIMISATION DU VITRAGE EXEMPLE DE SOLUTIONS MISES EN ŒUVRE POUR L HOTEL Pour le projet de l hôtel, afin d optimiser les consommations d énergies tout en respectant les façades Art nouveau, nous allons nous servir du fait que le bâtiment est orienté au Sud, et créer des espaces tampons aménagés en jardins d hivers. Il sera ainsi possible en hiver, avec le rayonnement solaire, de prendre de l énergie et de préchauffer la pièce par un espace d isolation, et, en été, de créer un espace qui protège de la chaleur.

7 Pour vous parler brièvement des différentes études en cours, lorsque nous avons envisagé de renforcer l isolation de cette façade, nous nous sommes aperçus que les normes en matière de confort étaient bien différentes à l époque : en hiver on ne chauffait pas beaucoup, et en été, on souffrait de la chaleur! En effet cette façade ne présente pas de double vitrage, et ce n est que dans les années 80 qu un système de film réfléchissant pour protéger l intérieur des effets du soleil a été installé. En conclusion, l aménagement des chambres avec un jardin d hiver, qui va servir aussi d espace tampon, nous permet de conserver à l identique les façades Sauvage. De plus, cette conception architecturale va nous permettre d atteindre les exigences du «Plan climat» de la Ville de Paris qui fixe à 80kw d énergie primaire par m2, le seuil de consommation à ne pas dépasser en Energie primaire (forme d énergie disponible dans la nature avant toute transformation). DOUBLES FAÇADES THERMIQUES BUREAUX ET LOGEMENTS Avec toujours ce même objectif d équilibre entre patrimoine et performances environnementales, nous travaillons sur des doubles façades thermiques. Bureaux Sur l espace Jourdain, dans les bureaux, la recherche de performance environnementale et énergétique, se traduit par l équilibre entre le confort visuel, c'est-à-dire le maximum de lumière naturelle, et la protection contre la chaleur des rayons du soleil pour éviter d avoir à accentuer le rafraîchissement artificiel. La problématique environnementale des bureaux est de limiter les apports solaires en misaisons et en été. Le principe qui a été retenu est celui d une double façade : une simple façade vitrée à l extérieur et une seconde «peau» thermique du côté des bureaux, les deux séparées par un espace ventilé. L agence japonaise Sanaa, architecte de conception du projet, a fait le choix d une façade moderne pour remplacer la structure existante de la partie située sur la rue de Rivoli. L innovation sera justement de concevoir une façade vitrée qui va d une part laisser passer la lumière, et d autre part filtrer le rayonnement solaire pour éviter toute surchauffe, sachant que des systèmes de protections solaires mobiles seront également installés. Nous allons ainsi nous rapprocher des performances de l architecture bioclimatique, qui permet en hiver avec une façade très claire de chauffer des espaces par le rayonnement solaire et en été, de protéger du rayonnement solaire pour limiter les besoins en rafraîchissement des espaces. Logements De même dans la partie logement (rue de l Arbre-Sec), la façade est en double vitrage très performant, ce qui nous permet d être aux niveaux requis par le Plan Climat de Paris. Sur la partie logement il y aura également des jardins d hiver, puisque le principe d optimisation thermique dans le respect du patrimoine existant est commun à l ensemble du projet.

8 Un bilan carbone du bâtiment avait été effectué à sa fermeture et nous allons commencer maintenant, en phase conception, à étudier un bilan carbone des éléments qui vont être mis en place, aussi bien sur les matériaux que sur les choix énergétiques. 2/ TRAVAIL SUR LES TOITURES Pour rebondir sur la présentation de Jean-François Lagneau, et l importance accordée au verre dans ces bâtiments, la partie Verrière et sa toiture en terrasses seront fortement renforcées en matière d isolation (les études ont montrées que 20 à 30% des déperditions de chaleur sont liées à la toiture) et d étanchéité ; quant à la partie «patio», dans le bâtiment Rivoli, elle sera couverte d une simple peau en double vitrage très performante avec également des protections solaires. Un autre chantier d envergure en toiture et dans les patios concerne leur végétalisation. L ensemble du projet présentera une surface végétalisée de plus de 1000m², ce qui fera tomber le bilan énergétique des façades de 600kwh à 50-80kwh/m². Le travail est donc important. 3/ INTEGRATION DES ENERGIES RENOUVELABLES En termes d énergies renouvelables, nous allons nous raccorder aux réseaux urbains de chaleur (CPCU Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain) et de froid (Climespace). Je rappelle que pour le CPU 40% de la chaleur est produite par la valorisation des déchets. Par ailleurs, la Samaritaine était un centre commercial : nous pourrons donc réutiliser une partie des réseaux de chaleur déjà en place pour l installation des nouveaux systèmes énergétiques, et une autre partie sera basée sur les principes modernes de géothermie, en adaptant l ensemble aux niveaux de consommation actuels. Comment fonctionne la géothermie (chaleur interne de la Terre)? L eau est puisée dans une nappe profonde (la région parisienne en est très riche) par une pompe à chaleur, qui va dégager des calories en hiver et des frigories en été, pour être ensuite intégrée dans des circuits de chauffages ou de rafraichissements. Nous mettrons également en place des panneaux solaires thermiques pour la partie logement avec une intégration en toiture pour le préchauffage de l eau des logements. 4/ QUALITE SANITAIRE DE L AIR Le système de double flux va permettre de récupérer les calories sur leurs extraits d une part, et en même temps de prendre l air extérieur et de le pré-filtrer. Par ailleurs, les bonnes pratiques environnementales montrent qu en fin de compte lorsqu on consomme moins, on obtient une meilleure qualité sanitaire de l air et de l eau et un meilleur confort d usage, même dans le cadre d une mixité d usage, comme c est le cas dans notre projet. Cette mixité est même un atout, puisque la vie des commerces, des bureaux et de la crèche sera inverse de la vie dans les logements, nous pourrons donc gagner sur l optimisation des échanges thermiques : si l on généralise, un bloc vit le jour et un autre la nuit.

9 5/ INTEGRATION DU TRI DES DECHETS DES LA CONCEPTION Un autre aspect de la gestion des démarches environnementales pour optimiser le fonctionnement d exploitation, c est le tri, la gestion des déchets. En effet un bâtiment comme celui-là, entre commerces, bureaux et logements, va générer beaucoup de déchets. Il est donc primordial de mettre en place des filières de récupération, des systèmes de compostages, bref de favoriser un tri à la source, et ces études doivent être menées au stade de la conception.

10 TROISIEME PARTIE : S - REPONSES LIONEL BLAISSE Le croisement de ces deux contraintes a quasiment déterminé la programmation et la répartition des éléments du programme. Pourriez-vous revenir sur le travail que vous menez sur l enveloppe existante où s exercent le plus fortement les contraintes patrimoniales? EAN-FRANÇOIS LAGNEAU La principale difficulté rencontrée dans tous les monuments historiques c est l isolation et la lutte contre les déperditions calorifiques, sujet qui se pose essentiellement au niveau des fenêtres. Sur les couvertures et les façades, en principe, on arrive à s en sortir sauf lorsqu existent des fresques et des éléments de décor très précieux sur les murs, mais c est vraiment autour des fenêtres que réside toute la difficulté. Et dans l architecture du début du 20 ème siècle (et du 19 ème ), je dirais jusqu à la dernière guerre, c est encore pire que dans toutes les autres périodes puisque une des caractéristique de cette architecture, c est la grande finesse dans les menuiseries des fenêtres. Mais qui dit finesse des menuiseries, dit aussi des verres simples et donc passage de toutes les thermies possibles et imaginables, et l impossibilité de mettre aujourd hui des verres plus épais et performants sans perdre complètement la délicatesse et la légèreté de ces menuiseries. Nous rencontrons systématiquement ce problème, mais, dans le cas présent, c est la première fois que je peux le résoudre d une façon aussi élégante, en retrouvant la finesse et la légèreté de ces menuiseries, grâce au système de la double peau. Celui-ci, de surcroît, apporte le confort d un jardin d hiver, ce qui est très appréciable pour tous les occupants, que ce soient les occupants des logements ou des chambres d hôtels. Pour une fois, on a véritablement réussi à satisfaire à la fois les normes environnementales et en même temps le respect du monument historique. Est-ce qu on est en train de retrouver l authenticité du bâtiment puisque finalement avec le temps, le commerce s est protégé de la lumière naturelle avec la généralisation de l électricité? Aujourd hui en positionnant par exemple la partie bureaux dans les bâtiments Jourdain, on va restituer le dispositif de lumière initialement projeté... EAN-FRANÇOIS LAGNEAU Je pense que les nouveaux usages qui vont se développer dans le bâtiment, pour les étages supérieurs en tout cas, vont lui permettre de retrouver une nouvelle vie.

11 Je voudrais insister également sur la restauration des stores, que l on récupère. Cela nous permet de réinstaller des éléments du patrimoine et d aménager la protection qu utilisaient nos ancêtres contre les rayons du soleil. Vous le voyez avec ces exemples, on a souvent tort de vouloir opposer le respect des normes environnementales avec le respect du patrimoine. Quelquefois, au contraire, ils s aident mutuellement. Sur la conservation des fameux «caramels» en verre évoquée dans le film, quel va être leur avenir? EAN-FRANÇOIS LAGNEAU Nous ne sommes plus avec ce sujet dans la protection ni le respect des normes environnementales mais sur le respect de la sécurité du public. Si le magasin a fermé il y a quelques années, c est en particulier à cause de ces «caramels». Or il se trouve que ces planchers de verre sont tout à fait caractéristiques de cette architecture, et on en retrouve dans une grande partie des bâtiments fin 19 ème - début 20 ème et jusque dans les années 1930, tout simplement pour que la lumière puisse pénétrer à flot. Ces planchers de verre font partie de l aspect patrimonial du bâtiment mais les normes de sécurité incendie actuelles ne permettent plus d avoir ce type de plancher. Nous sommes encore en train de mener des études qui nous permettrons de regrouper ces planchers de verre dans des zones remarquables d un point de vue patrimonial, en particulier dans la partie située sous le jardin d hiver. Conserver les pavés de verre dans des bureaux où l on va forcément coller de la moquette ne nous semblait pas indispensable. Ce n est pas uniquement le verre qui est en cause dans la protection incendie mais également la finesse des profilés métalliques qui portent les dalles de verres. Nous allons essayer d en conserver le plus possible. On a vu qu on pouvait agir sur l enveloppe, on agit également sur les sources d énergies. Dans un bâtiment classé comme celui-là, comment fait-on passer les réseaux? Les réseaux seront principalement souterrains et ils utiliseront des accès qui existent déjà comme les puits de géothermie. Et la distribution de la chaleur ou de l air frais dans les étages?

12 Nous aurons des centrales de traitement d air qui seront intégrées en toitures, l air sera diffusé par des gaines verticales. Tout le travail de conception en cours va permettre de diffuser l air d un côté, et la chaleur et le froid de l autre, avec des réseaux verticaux et horizontaux. L objectif est de parvenir à une bonne diffusion au niveau de chaque place de bureaux, de logements et de commerces. Sur la partie énergétique, dans les doublets sur nappes, je vois que dans votre projet vous avez à la fois un réseau de chaleur et une partie géothermique : comment allez-vous exploiter ces puits, combien y en a-t-il et qu est ce qui est prédominant : le réseau de chaleur ou les puits qui vous apportent l énergie? Nous aurons les deux. Nous faisons des sondages pour connaître la profondeur, les débits exacts de l eau de la nappe ce qui va définir les apports calorifiques. Mais ce sera un mix entre la géothermie (du froid et du chaud) et l apport du CPCU et de Climespace. Mais aujourd hui les puits existent-ils dans votre propriété? Oui, mais ils sont anciens, et on sera sans doute obligé de forer d autres puits sur le site. PHILIPPE CREUTZ Nous avons très exactement 6 ou 7 puits existants, un seul fonctionnait à la fermeture en 2005 et qui datait de : A quoi servaient-ils lorsque le magasin était en exploitation? PHILIPPE CREUTZ Ils fonctionnaient pour le refroidissement des groupes électrogènes et pour l apport en froid du bâtiment. Aujourd hui il n y en a qu un susceptible d être réutilisé, c est celui qui

13 fonctionnait en 2005 et qui date de C est le plus récent mais les technologies de forage actuelles comparées à celle de l époque de sa construction sont bien meilleures. On étudie sa capacité à être réutilisé et surtout à durer dans le temps ; si celle-ci ne s avère pas suffisante, nous en creuserons un autre juste à côté. De plus, il nous faut prendre en compte la Loi sur l Eau qui interdit désormais de rejeter dans les égouts une eau puisée à 40 ou 50m de profondeur. Il faudra donc réaliser des puits de rejets. En conséquence, il nous faut au moins 3 puits, c est-à-dire 2 puits de rejets et un puits de pompage. Quoi qu il en soit nous avons la nappe de l yprésien qui est pure, on y puise à 40-60m de profondeur, et comme nous possédons un terrain de 180m de long, nous pouvons rejeter dans la même nappe, en étant conforme à la Loi sur l eau ; ceci nous permet par ailleurs de récupérer entre 10 à 20% de l énergie pour du froid dans les bureaux mais aussi dans les commerces. Nous aurons enfin une pompe à chaleur réversible, c'est-à-dire permettant de produire du froid ou du chaud, et nous compenserons ainsi le besoin en chaud ou en froid du bâtiment. En termes d énergie, vous aurez plus de besoins en froid ou en chaud? Pour la partie bureaux et commerces nous avons essentiellement des besoins en froid Le froid sera-il géré par le réseau? Grâce à cette pompe à chaleur réversible, on aura 10 à 20% des besoins couverts par la géothermie et le reste par Climespace. : Pourquoi aujourd hui les puits ne suffisent pas à vos besoins? C est un problème de débit et de règlementation, les autorisations nécessaires étant excessivement longues à obtenir. Dans les délais impartis de l opération, la maîtrise d ouvrage a donc choisi d être en «déclaration» plutôt qu en «autorisation». Même si cela oblige à faire

14 un certain nombre de démarches administratives, cette option permet de respecter le calendrier des études. PHILIPPE CREUTZ Il y a d autres paramètres. Sur une opération de m², plus l écart de températures est important, plus il faut aller pomper loin mais aussi rejeter loin. Dans notre opération il faut rejeter à 100m du puits de pompage ; si l on avait voulu subvenir à tous nos besoins, il aurait fallu d abord aller chercher une nappe à 1km et aller rejeter à 200, 300 ou 400 m. Dans notre cas de figure, il nous faudrait être situé dans une zone d aménagement de 30 ou 40 hectares pour l envisager de cette manière là. Notre terrain est grand, mais on ne peut pas couvrir l ensemble de froid et de chaud par la géothermie. Elle permet de couvrir déjà 10 à 20% des besoins, ce qui est déjà important. D ailleurs je voudrais ajouter que nous complétons l installation de géothermie par le stockage de froid, particulièrement intéressant pour les commerces quand les bureaux ne marchent pas (le samedi par exemple). Aujourd hui le réseau de chaleur n arrive pas encore à la Samaritaine? PHILIPPE CREUTZ Le réseau de chaleur CPCU existe à la Samaritaine depuis assez longtemps. Les contrats sont conservés, on n a aucune raison de les changer. Vous avez donc déjà les réseaux de chaleur? PHILIPPE CREUTZ Oui, ce que nous n avons pas encore, c est le froid qui doit arriver très prochainement (Climespace). Une question pratique : sur la façade Rivoli en verre, entre la façade extérieure et la façade bureaux, comment va-t-on nettoyer?

15 Entre la partie extérieure «ondulée» et la façade bureaux «plane», c est suffisamment large pour faire passer des nacelles de nettoyage. PHILIPPE CREUTZ Pour l instant on a prévu des nacelles suspendues. L espace est compris entre 90 cm et 1m20, nous disposerons donc de modèles sur-mesure pour passer dans les arrondis et nettoyer les doubles-faces. Les 4 faces seront nettoyables et nettoyées. LIONEL BLAISSE Dans cette opération, nous comptons environ m² de planchers qui vont disparaitre pour pouvoir créer de grands atriums intérieurs dont un sur la rue de Rivoli. En quoi cela joue t-il sur le bilan énergétique? Et en quoi est-ce aussi compatible avec l héritage patrimonial? Est-ce un retour aux sources? Pour le bilan énergétique dans le cadre d une démarche environnementale, la maitrise d ouvrage vise les certifications HQE, BREEAM, et LEED et s est donné des objectifs de valorisation des déchets. Aujourd hui dans le bâtiment, il y a 20% des déchets de la construction qui sont valorisés (gestion, recyclage, récupération), le reste est enfoui. Il y a 20 ans, cela ne concernait que 5% des déchets. Sur notre opération ce ne sera pas moins de 50%, sachant que tous ce qui est déchets de démolition des structures sur la partie Rivoli (essentiellement en bétons) sont facilement valorisables. En termes de bilan, on s aperçoit bien de l importance de la récupération des matériaux dans le bilan de déconstruction : si l énergie pour démolir est relativement faible, l impact matériaux/ matière est lui important. EAN-FRANÇOIS LAGNEAU Au niveau patrimonial, il est vrai que certaines parties du magasin 2 vont être démolies pour justement créer ces patios. La décision de déconstruire fait suite à une étude patrimoniale. Lorsque l on prend à bras le corps un bâtiment ancien quel qu il soit, que ce soit un château ou une cathédrale gothique, on commence par étudier comment il a traversé les siècles. Chaque période, chaque génération y a apporté sa touche et l a adapté au goût du jour de son époque. Si vous vous rappelez l histoire de la Samaritaine, on s est rendu compte qu un secteur de la partie Nord du magasin 2, la partie Jourdain, donc les premières interventions de Cognacq, étaient faites de bric et de broc, et donc rien ne pouvait justifier la stricte conservation de cette partie.

16 On a donc proposé qu elle ne soit pas conservée, ce qui fut accepté par l Etat (s agissant d un monument protégé au titre des monuments historiques, il faut en effet l approbation du ministère de la culture). Par contre, on prend soin de remettre en valeur les éléments qui subsistent, sur la partie Jourdain classée, telle que toute la polychromie qui avait été pudiquement cachée dans les années 1930 parce que jugée trop criarde et que l on va pouvoir remettre en valeur. Est-ce que cela va compenser les éléments démolis? L histoire le jugera, mais on peut considérer que dans un monument tout n est pas à garder. Je vais caricaturer en disant cela mais imaginez qu il y ait eu une superbe petite chapelle romane à l emplacement de Notre Dame de Paris si elle avait été conservé : nous n aurions pas la cathédrale Notre Dame de Paris à l heure actuelle! Je crois qu il ne faut pas avoir peur de sacrifier certaines strates de l histoire, si c est pour permettre la réalisation de monuments historiques pour les générations futures. Une précision sur l estimation du bilan environnemental de la partie des constructions : au moment de la fermeture du site, lorsque le bilan carbone a été réalisé, on a comptabilisé tous les matériaux y compris ceux qui avaient été mis en œuvre plus de cent ans auparavant. Or ces derniers ne sont pas comptabilisés de nouveau, car on considère que l énergie qui a été utilisée pour les fabriquer est amortie. C est donc très intéressant de réhabiliter des bâtiments historiques puisque l on conserve des matériaux dont le taux de pollution est déjà «émis». LIONEL BLAISSE Vous nous disiez M. Lagneau, que vous conservez le jardin d hiver, qu un espace accessible à tous sera créé pour desservir la partie bureau dans les étages. Y a-t-il d autres éléments comme celui-ci dans le programme, dans l hôtel par exemple? La répartition des différents programmes joue-t-elle sur la partie patrimoniale? EAN-FRANÇOIS LAGNEAU Dans la partie Sauvage qui sera affectée à l hôtel dans le projet, on conserve deux escaliers dont les garde-corps en fer forgé sont absolument superbes. Dans ce magasin, Sauvage aurait aimé installer un jardin d hiver comme l avait fait Jourdain de l autre côté, mais la Ville de Paris l en a empêché par peur du côté exubérant de la verrière qui se seraient trouvée sur le toit de ce bâtiment donnant sur la Seine.

17 Sauvage a donc réalisé un atrium, mais comme le besoin de m² s est fait sentir très rapidement, cet atrium a été bouché juste avant la dernière guerre et dans les années 50. Il n en subsiste que la trace, et cette trace nous allons la conserver dans le schéma général de l hôtel. Je dirais que c est plus pour la mémoire car cela n a pas d intérêt en tant que tel, mais il est quand même bon de marquer les strates du passé même sans les mettre véritablement en avant ceci dit, dans le cas présent, ce jardin d hiver n a jamais été mis en valeur dès l origine. Le nom de la Samaritaine va-t-il rester quelque part? EAN-PHILIPPE CREUTZ Oui le nom va rester, il fait partie de l histoire de Paris. Non seulement enlever le nom de ce lieu n aurait pas de sens, mais la Ville de Paris nous en a fait la demande, ce à quoi nous avons, bien sûr, répondu favorablement. EAN-FRANÇOIS LAGNEAU Non seulement le maitre d ouvrage veut garder le nom mais s il ne l avait pas fait, il y aurait été obligé par le Ministère de la Culture et par les Monuments Historiques : le nom «Samaritaine» fait partie de la protection du bâtiment. Pour vous donner une comparaison qui est assez proche, Le Bon Marché a changé de nom, il s appelait à l origine Au Bon Marché. Or un dossier de demande d autorisation pour supprimer le «Au» par un «Le» avait été déposé, et je vous assure que cela avait fait l objet de grands débats! In fine on a estimé que ce modeste changement ne bouleversait pas complètement l identité du Bon Marché. Mais dans le cas de la Samaritaine, l inscription sur les façades est protégée au titre des Monuments Historiques, de même que l appellation. Pourquoi ça s appelle La Samaritaine? EAN-FRANÇOIS LAGNEAU C est tout simplement parce qu à quelques mètres de ce bâtiment, il y avait une pompe, (à l époque il fallait pomper l eau dans la Seine pour la distribuer dans le quartier) qui s appelait «La Samaritaine» en référence aux textes bibliques. La Samaritaine a disparu au début du 20 ème siècle, mais l appellation a subsisté : la boutique que louait Cognacq dans le magasin 1 s appelait déjà La Samaritaine. Ce nom a définitivement participé à l épopée des Cognacq-Jay.

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose 1.Présentation du sujet 2.Etat des lieux 3.Les solutions de remplacement retenues I Présenta9on du sujet d étude

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements Intégration Chantier Confort et santé Entretien et gestion Consommation Analyse du cycle de vie

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

Le point de vue du maître d'ouvrage : la construction bois dans les grands projets de bureaux

Le point de vue du maître d'ouvrage : la construction bois dans les grands projets de bureaux 2ème forum bois construction, Beaune 2012 Le point de vue du maître d'ouvrage : la construction bois dans les grands projets de bureaux C. Delgado-Rodoz 1 Le point de vue du maître d'ouvrage : la construction

Plus en détail

pour la transition énergétique : les travaux d extérieur

pour la transition énergétique : les travaux d extérieur Solutions bois pour la transition énergétique : les travaux d extérieur Le bois, acteur de la transition énergétique! La transition énergétique vise à transformer notre consommation d énergie pour l orienter

Plus en détail

T h i m o n v i l l e. P l a n L o c a l d U r b a n i s m e. A n n e x e s a u r è g l e m e n t

T h i m o n v i l l e. P l a n L o c a l d U r b a n i s m e. A n n e x e s a u r è g l e m e n t T h i m o n v i l l e P l a n L o c a l d U r b a n i s m e A n n e x e s a u r è g l e m e n t Vu pour être annexé à la délibération du 20 décembre 2013 P L U Cachet de la Mairie et signature du Maire

Plus en détail

LA VERANDA! La gestion d une énergie gratuite

LA VERANDA! La gestion d une énergie gratuite LA VERANDA! La gestion d une énergie gratuite Espace vitré Adjacent au logement, la véranda est à la fois une pièce à vivre et un «volume tampon» qui contribue au chauffage de la maison l hiver et à son

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter

Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter Le groupe ABALONE, spécialisé dans les ressources humaines, vient d'emménager dans ses nouveaux locaux (Loire-Atlantique) entièrement autonomes en

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison Hibou Avec Maisons CTVL MAISON HIBOU FOUSSE INDUSTRIES

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment Type d'activité Activité avec étude documentaire Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles

Plus en détail

ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE

ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE Juin 2012 SERVICE PRESSE : Elodie HERNANDEZ 06.73.04.54.05 press@villa-luxe-sarlat.com PROPRIETAIRE : Yves BLAVIGNAT 06.78.85.64.25 www.villa-luxe-sarlat.com

Plus en détail

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS LIEU : SURFACE D INTERVENTION: COÛT : LIVRAISON : ARCHITECTES : ARCHITECTES ASSOCIES : B.E.T. : MAÎTRE DE L OUVRAGE : MISSION : TOURS 3 000 m² (SHON) 3 845 000

Plus en détail

Impressions du Centre

Impressions du Centre Impressions du Centre Une reconversion légère Rue du Houblon 47-1000 Bruxelles Maître d ouvrage : Copropriété Impressions du centre Occupant : Copropriété Impressions du centre Architecte : Ir. Arch. Frank

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

Réhabiliter, démolir, construire

Réhabiliter, démolir, construire Réhabiliter, démolir, construire Envirodébat Aix en Provence / Ecole nationale supérieure des Arts et Métiers le 10 décembre 2010 Pascal Gontier Architecte DPLG MAS EPFL Logements sociaux, 7 rue Desargues

Plus en détail

Les Maisons passives :

Les Maisons passives : Les Maisons passives : l avenir de la réalité Stéphane Perraud LIMOUSIN NATURE ENVIRONNEMENT en LIMOUSIN Sommaire Introduction... P.3 Une Maison passive c est quoi?... P.4 Comment concevoir une Maison

Plus en détail

BATIMENT BIOCLIMATIQUE EVOLUTIF A FONCTION MIXTE Fiche -Résumé

BATIMENT BIOCLIMATIQUE EVOLUTIF A FONCTION MIXTE Fiche -Résumé BATIMENT BIOCLIMATIQUE EVOLUTIF A FONCTION MIXTE Fiche -Résumé Équipe: N. CHAUVINEAU (Ingénieur), L. COURTOIS (Architecte DPLG), C. RIBEIRO (Architecte DPLG), P. RIDGWAY (Architecte BA dip Arch.), E. WOZNY

Plus en détail

Guide méthodologique POUR LES VILLES SOUHAITANT RÉALISER UN AUDIT ÉNERGÉTIQUE DU PATRIMOINE BÂTI ANCIEN

Guide méthodologique POUR LES VILLES SOUHAITANT RÉALISER UN AUDIT ÉNERGÉTIQUE DU PATRIMOINE BÂTI ANCIEN Guide méthodologique POUR LES VILLES SOUHAITANT RÉALISER UN AUDIT ÉNERGÉTIQUE DU PATRIMOINE BÂTI ANCIEN Sous l impulsion du plan bâtiment du Grenelle de l environnement, qui a fixé un objectif ambitieux

Plus en détail

Les radiateurs et le plancher chauffant basse température avec le gaz naturel

Les radiateurs et le plancher chauffant basse température avec le gaz naturel Les radiateurs et le plancher chauffant basse température avec le gaz naturel Comment choisir vos émetteurs de chaleur? Avec le gaz naturel, vous faites le choix d une énergie d avenir pour votre maison,

Plus en détail

BILAN ENERGIE FONCIA

BILAN ENERGIE FONCIA BILAN ENERGIE FONCIA (Immeuble collectif) Ce document vous présente le résultat du bilan énergie réalisé sur votre immeuble. Il a pour objectif de vous faire connaître simplement le comportement énergétique

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Énergies renouvelables

Énergies renouvelables REFERENCES : 9 ISORE BATIMENT 1 Rue Louis Renault ZI du Millenium 53 940 Saint Berthevin Tél. : 02 43 66 96 51 Fax : 02 43 66 86 88 Email : p.laruaz@isore-batiment.fr Effectif : 45 salariés Activité :

Plus en détail

PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS?

PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS? PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS? Rémy KERVADEC, ETHIS Ingénierie PEUT-ON PARLER RAISONNABLEMENT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE S'AGISSANT DE PISCINES? La piscine est un bâtiment très énergivore

Plus en détail

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse 16 IDEA 04 07 Ferme lumineuse Avec la rénovation de cette ancienne ferme située dans la région des Trois lacs de Morat, Neuchâtel et Bienne, l architecte Christophe Pulver voulait atteindre trois buts:

Plus en détail

l expert de la géothermie au service des villes durables

l expert de la géothermie au service des villes durables l expert de la géothermie au service des villes durables ÊTRE UTILE AUX HOMMES La géothermie : décryptage La géothermie constitue une formidable ressource énergétique disponible et locale, au plus près

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

3 Les nouveaux bourgs

3 Les nouveaux bourgs 3 Les nouveaux bourgs 32 HABITER LA TERRE 321 principe Un air du terroir Le projet se donne de construire une architecture profondément en relation avec la terre et le sous-sol de Vassivière. L espace

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

RESTAURATION ET RECONSTRUCTION D'UNE FERME CLASSEE A ESCHWEILER

RESTAURATION ET RECONSTRUCTION D'UNE FERME CLASSEE A ESCHWEILER RESTAURATION ET RECONSTRUCTION D'UNE FERME CLASSEE A ESCHWEILER PERFORMANCE ENERGETIQUE ET PATRIMOINE BÂTI SITUATION EXISTANTE AVANT TRAVAUX Situation existante Atelier d'architecture Danielle Weidert

Plus en détail

Rénovation énergétique de la résidence «Verrières Joli Mai» à Meudon-la-Forêt

Rénovation énergétique de la résidence «Verrières Joli Mai» à Meudon-la-Forêt Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique de la résidence «Verrières Joli Mai» à Meudon-la-Forêt B ÂTIMENTS Les instances de cette copropriété de plus de 900 logements ont réussi

Plus en détail

Une maison BBC, Eco-construction... PAGE. Par Séverine Littière

Une maison BBC, Eco-construction... PAGE. Par Séverine Littière PAGE 20 Eco-construction... Par Séverine Littière La maison BBC relève le niveau A l heure des préoccupations environnementales, de nombreux efforts sont faits pour préserver notre planète. Nos chères

Plus en détail

Le Centre communal de Ludesch

Le Centre communal de Ludesch Le Centre communal de Ludesch adresse : maître d ouvrage : architecture : BET structure bois : construction bois : Raiffeisenstrasse 56 - A-6713 Ludesch (Vorarlberg) Commune de Ludesch (maire M. Paul Ammann)

Plus en détail

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B Chauffage par pompe à chaleur Construction neuve u n i v e r s a l c o m f o r t 0 810 810 142 Guide des solutions durables CIAT N 08.54 B Pompes à chaleur : faites le plein d avantages! Pompe à chaleur

Plus en détail

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse Connaissance des performances et du comportement thermique de bâtiments types du centre ancien de Bayonne, SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse VILLE DE BAYONNE/ADEME Le contexte

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A ENSAIT Réhabilitation du bâtiment A 1 Préambule Dans le cadre de la réhabilitation du bâtiment A, l ENSAIT a souhaité suivre une démarche HQE, avec des objectifs BBC, qui conditionnait une demande de subvention

Plus en détail

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 1. Introduction 2. Analyse et proposition architecturale 3. Traitement de l enveloppe 4. Accessibilité

Plus en détail

SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO

SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO PRESENTATION DE L OPERATION L OPERATION EN QUELQUES CHIFFRES:

Plus en détail

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Un pari architectural et une rénovation HQE - La mise

Plus en détail

La NEF Logements & bureaux

La NEF Logements & bureaux 4 ème Forum International Bois Construction 2014 La NEF Logements & bureaux l J. P. Desgeorges 1 La NEF Logements & bureaux Jean Philippe Desgeorges BOILLE & Associés FR-Tours 2 La NEF Logements & bureaux

Plus en détail

Certifiée passive & BEPOS

Certifiée passive & BEPOS Texte et photos : Gwenola Doaré Maison individuelle en Alsace Certifiée passive & BEPOS expérimentale par son procédé constructif innovant, cette maison passive construite en Alsace à Dettwiller surprend

Plus en détail

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Construire une maison économe Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Les consommations d énergie par m 2 ont été divisées par 6 depuis 1974 : 1 re réglementation thermique

Plus en détail

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE Des équipements performants pour une consommation d énergie réduite Ventilation performante (naturelle, naturelle assistée, simple flux, double flux...) Energies

Plus en détail

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie?

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie? Contruire Basse Consommation : on y va? Rénovation des bâtiments communaux Comment mobiliser son gisement d économie? ASDER le 20 mars 2012 Retours d expériences le 14 mars 2012 Côte Rousse : Rénovation

Plus en détail

Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active

Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active 20/03/2012 Olivier Servant Saint-Gobain Habitat France Directeur des marchés Les lois Grenelle pour les Bâtiments Neufs

Plus en détail

Maisons 2020. les cinq projets

Maisons 2020. les cinq projets D O S S I E R d e p r e s s e Maisons 2020 les cinq projets P L U R I A L L E F F O R T R É M O I S S E P R O J E T T E E N 2 0 2 0 Toujours soucieux d anticiper les évolutions à venir, Plurial L Effort

Plus en détail

www.energies-solidaires.org

www.energies-solidaires.org www.energies-solidaires.org Changement climatique Précarité énergétique Éco-Construction Thermographies aériennes Burkina-Faso Efficacité énergétique Solidarité internationale LE PREMIER POSTE DE DÉPENSE

Plus en détail

Résidenceyellow. à VENDRE K25 BERTRIX. CERTIFIé. 1, 2 et 3 chambres. Infos & vente 061/29 24 14. > rue de la Gare, 57 6880 BERTRIX <

Résidenceyellow. à VENDRE K25 BERTRIX. CERTIFIé. 1, 2 et 3 chambres. Infos & vente 061/29 24 14. > rue de la Gare, 57 6880 BERTRIX < Résidenceyellow 17 appartements à VENDRE > rue de la Gare, 6880 BERTRIX < ( face à la commune ) BERTRIX Photos non contractuelles 1, 2 et 3 chambres Caves Parkings intérieurs Terrasses ascenseur CERTIFICAT

Plus en détail

Bâtiment de bureaux basse consommation «ETIK» à Boulogne-Billancourt

Bâtiment de bureaux basse consommation «ETIK» à Boulogne-Billancourt Bâtiments Matériaux Opérations Installations Bâtiment de bureaux basse consommation «ETIK» à Boulogne-Billancourt X B ÂTIMENTS Situé sur la ZAC Ile Seguin - Rives de Seine à Boulogne, le bâtiment «ETIK»

Plus en détail

ISOvER PRÉSEnTE LEs LAURÉAts DE ses trophées EFFICACItÉ ÉnERGÉtIQUE

ISOvER PRÉSEnTE LEs LAURÉAts DE ses trophées EFFICACItÉ ÉnERGÉtIQUE Dossier de presse / Février 2014 ISOvER PRÉSEnTE LEs LAURÉAts DE ses trophées EFFICACItÉ ÉnERGÉtIQUE IsoVER organise depuis 2007 un concours dans toute l Europe, qui récompense les projets de construction

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL en 8 points La réglementation thermique RT 2005 s inscrit dans la continuité de la RT 2000 avec des performances requises en termes de consommation

Plus en détail

Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi. Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer

Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi. Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer e au chaude ener gie renouvel able chauffage Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer STIEBEL ELTRON. Des systèmes pour un bilan énergétique

Plus en détail

Une Ecole zéro carbone à Nanterre Le Groupe Scolaire Abdelmalek Sayad

Une Ecole zéro carbone à Nanterre Le Groupe Scolaire Abdelmalek Sayad Une Ecole zéro carbone à Nanterre N. Favet, S. Rochet 1 Une Ecole zéro carbone à Nanterre Le Groupe Scolaire Abdelmalek Sayad Nicolas Favet Nicolas Favet Architectes FR-Montreuil Sylvain Rochet Teckicea

Plus en détail

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies - 2 - Protection solaire des fenêtres et des baies MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 44 Fiche n 201 : " Casquette " et brise-soleil PROTECTION SOLAIRE DE FENETRE (Aluminium laqué, bois, acier,

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

OSEZ. http://www.maison-passive-france.fr/ LA MAISON PASSIVE! Le guide pour comprendre les principes du standard Passivhaus

OSEZ. http://www.maison-passive-france.fr/ LA MAISON PASSIVE! Le guide pour comprendre les principes du standard Passivhaus OSEZ LA MAISON PASSIVE! Le guide pour comprendre les principes du standard Passivhaus Introduction Un bâtiment passif? Le concept de Passivhaus a été développé en Allemagne par le Dr Wolfgang Feist, fondateur

Plus en détail

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne Le bâtiment : un secteur énergivore Energie consommée (Mtep)

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail

Comité technique de l administration centrale L ILOT GARANCE (75020)

Comité technique de l administration centrale L ILOT GARANCE (75020) Document issu de données transmises par ICADEI Comité technique de l administration centrale L ILOT GARANCE (75020) UNE NOUVELLE IMPLANTATION POUR LES SERVICES DE L ADMINISTRATION CENTRALE DU MINISTERE

Plus en détail

source image : http://www.passeursdenergie.be

source image : http://www.passeursdenergie.be LE SOLAIRE THERMIQUE Conférence du 12 mai 2010 par M. Joseph Dejonghe, expert solaire thermique pour la Division de l énergie du Ministère de la région Wallone. (M. LEFORT, Président présente l association

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

RÉSUMÉ 01 INTRODUCTION 03

RÉSUMÉ 01 INTRODUCTION 03 RÉSUMÉ Au cours des dernières années, une évolution de l intérêt humain envers l écologie et l environnement s est fait remarquer. En effet, les gens se soucient de plus en plus de leur emprunte écologique

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Avant de commencer Que vous ayez décidé de la construire vous-même ou de faire appel à un professionnel, ne vous lancez pas dans un projet de construction de véranda sans vous

Plus en détail

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX.

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. source Helios Le puits canadien ou provençal, comme la ventilation mécanique double flux, s inscrivent dans la nouvelle politique de construction. Le premier est très

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Plafonds & Murs Chauffants Rafraîchissants

Plafonds & Murs Chauffants Rafraîchissants Plafonds & Murs Chauffants Rafraîchissants VOTRE SOLUTION BASSE CONSOMMATION POUR UN CONFORT IDÉAL TOUTE L ANNÉE Le bien-être avec la plus compétitive des innovations L EFFICACITÉ ET LE CONFORT SANS ÉGAL

Plus en détail

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Fiche d opération Armapa -2011 cd2e- Page 1 Introduction L évolution du prix de l énergie encourage nos concitoyens à changer d exigences

Plus en détail

MAISON POSITIVE DOSSIER : LES «MÉTIERS VERTS» RECRUTENT! Page 59. Deux exemples détaillés DE RÉNOVATION Page 38

MAISON POSITIVE DOSSIER : LES «MÉTIERS VERTS» RECRUTENT! Page 59. Deux exemples détaillés DE RÉNOVATION Page 38 MAISON POSITIVE VERS LE ZÉRO ÉNERGIE! N 2 MAI-JUIN 4,50 MAISON POSITIVE Le guide pratique du confort énergétique DOSSIER : LES «MÉTIERS VERTS» RECRUTENT! Page 59 P 22 CHALET : PETITE RÉNOVATION TRÈS PERFORMANTE

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

RAPPORT. Rapport n : CG-942.346-1 Date : 02.06.2014 Dicastère : Bâtiments communaux

RAPPORT. Rapport n : CG-942.346-1 Date : 02.06.2014 Dicastère : Bâtiments communaux RAPPORT du Conseil communal au Conseil général de la Ville et Commune de Boudry relatif à une demande de crédit de CHF 110'000.00 concernant le remplacement du chauffage et des fenêtres de l immeuble rue

Plus en détail

30 %* >> >> >> Solo / Napo. Crédit d Impôt. Toute l énergie de la terre et de l eau

30 %* >> >> >> Solo / Napo. Crédit d Impôt. Toute l énergie de la terre et de l eau SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ 1 er septembre 2014 * sous conditions. Modification du Crédit d Impôt 30 %* En savoir plus sur dedietrich-thermique.fr Solo / Napo POMPES À CHALEUR

Plus en détail

La brique Monomur Terre Cuite. La réponse à la RT 2012

La brique Monomur Terre Cuite. La réponse à la RT 2012 La brique Monomur Terre Cuite La réponse à la RT 2012 Dès le 1 er janvier 2013, dans le prolongement du Grenelle de l environnement, une nouvelle réglementation thermique (dite RT 2012 par les professionnels)

Plus en détail

A SAVOIR AVANT DE CHOISIR L OPTION PLANCHER CHAUFFANT (Avec pompe à chaleur air/eau)

A SAVOIR AVANT DE CHOISIR L OPTION PLANCHER CHAUFFANT (Avec pompe à chaleur air/eau) Les arguments favorables, si votre choix est de favoriser, principalement le Chauffage: - Prix de Consommation très intéressante (*) grâce à l inertie du plancher. (ex: Surface de 130 à 140 m² = 500,00

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux Bâtiments Matériaux Opérations Installations Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux B ÂTIMENTS L atelier d architecture Pascal Gontier a construit une maison passive à Issy-les-Moulineaux.

Plus en détail

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE THERMOGRAPHIE INFRAROUGE RESIDENCE DU LAC JANVIER 2010 Adresse du site : Descriptif : Client : Votre contact : Résidence du Lac, allée du Clos Gagneur 93160 Noisy-le-Grand Copropriété de 304 lots Le conseil

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet Dossier Travaux d efficacité énergétique Projet d Isolation Thermique par l Extérieur (ITE) Ravalement Isolant maison individuelle (Le retour d expérience de Mr et Mme Parenti) 11 Date d emménagement au

Plus en détail

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier > Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier Conseil Le conseil auprès : - Des investisseurs - Des installateurs - Des architectes et bâtisseurs Etude Une étude personnalisée pour

Plus en détail

CONSTRUIRE SELON LA RT 2012. Les clés pour comprendre la réglementation

CONSTRUIRE SELON LA RT 2012. Les clés pour comprendre la réglementation CONSTRUIRE SELON LA RT 2012 Les clés pour comprendre la réglementation Le Contexte de la réglementation P ortée par les enjeux climatiques et par l engagement de réduire par 4 les émissions de gaz à effet

Plus en détail

AU MONDE. NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI LA MEILLEURE

AU MONDE. NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI LA MEILLEURE NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI LA MEILLEURE IDEE QUE NOUS N AYONS JAMAIS EUE. CAR N EST-CE PAS LA CHOSE LA PLUS SIMPLE ET LA PLUS NATURELLE QUE DE VOULOIR AVOIR BIEN CHAUD? ON A BESOIN POUR CELA D

Plus en détail

MEDIACOM 3 Immeuble de bureaux à Saint-Denis. JOURDA Architectes Paris

MEDIACOM 3 Immeuble de bureaux à Saint-Denis. JOURDA Architectes Paris MEDIACOM 3 Immeuble de bureaux à Saint-Denis Densifier la ville Construire un volume compact, et un maximum de plateaux afin de densifier la ville. Remplir l objectif de densification et de valorisation

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie un

Plus en détail

PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE

PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE Bilan Carbone : Le Bilan Carbone, une marque déposée par l ADEME (Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie), est un outil de comptabilisation des émissions

Plus en détail