Prouver la Valeur de la Sécurité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prouver la Valeur de la Sécurité"

Transcription

1 Prouver la Valeur de la Sécurité Justification et Retour sur Investissements (ROI) des investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines Rédigé par : Lyle Masimore Programmes de Sécurité Chaque année, six millions d employés sont victimes de blessures non mortelles sur leur lieu de travail, soit un coût annuel de plus de 125 milliards de dollars pour les entreprises aux États-Unis 1. Outre le principal objectif qui réside dans la diminution des blessures sur le personnel ou des dommages sur les biens, prouver et démontrer la valeur d un système de sécurité constitue un défi quotidien pour les professionnels de la sécurité ainsi que pour les responsables de la gestion des risques 2. Nombreux sont ceux qui trouvent délicat le fait de devoir justifier financièrement des investissements discrétionnaires dans des actifs de sécurité, dans la formation destinée à réduire les blessures liées au travail et dans les primes d assurance. Comparons cela avec un aspect de notre vie quotidienne : l investissement dans une assurance automobile. Prévoir des accidents de voiture est difficile et s assurer contre eux peut sembler représenter des frais superficiels pour des personnes qui se considèrent elles-mêmes comme des conducteurs sûrs. Pourtant, il est nécessaire de penser aux autres usagers de la route qui eux-mêmes ont un impact sur leur risque d accident de la circulation : l assurance protège les conducteurs non seulement d eux-mêmes, mais également des autres. Comme pour la conduite automobile, le personnel dans une unité de fabrication doit surveiller sa propre sécurité. Les employés doivent également être conscients de la façon dont ils sont affectés par le comportement de leurs collègues de travail. Avec le bruit, les nombreuses machines et le personnel des ateliers de l usine, une seule erreur peut être à l origine d un sérieux incident susceptible de provoquer des blessures corporelles et de faire des ravages sur la production. Comme dans l assurance pour les automobiles, l investissement repose sur la question «Que faire si?». Que faire si un événement survient et qu il n existe que des mesures inadéquates? Que faire si un événement survient et qu elles sont mises à exécution? Que faire si rien ne se passe? Pour les conducteurs, la plupart des accidents se résume à la réparation des carrosseries et à des visites médicales. Cependant, le coût de ces réparations et des consultations est considérablement réduit grâce un investissement initial dans l assurance. Les investissements en matière de sécurité fonctionnent de façon très similaire. Avec un investissement initial dans les programmes de sécurité et les systèmes de protection, l impact financier et sur les employés des incidents qui se produisent dans l usine peut être notablement réduit. Bien qu il soit difficile de prouver la survenue de ces incidents dans le futur, les représentants de la direction et des finances de l entreprise doivent prendre conscience des conséquences d une solution de sécurité inefficace. Les ingénieurs spécialisés dans la sécurité ou les professionnels de la gestion des risques qui maîtrisent les éléments de gestion des risques et la méthodologie d analyse des investissements, peuvent présenter la justification financière permettant de rendre les opérations plus sûres et de réduire à la fois, les blessures sur le lieu de travail et les frais d assurance. Intégrer une solution de sécurité pour la gestion des risques est un processus dont le fonctionnement est optimisé via une équipe de travail en amont, entre les opérations et la gestion de risques, tels que les responsables de gestion des risques, les professionnels de la sécurité et les analystes des sinistres. Par ailleurs, il est important de comprendre les risques et leurs différentes typologies qui existent dans les ateliers de l usine. La prise de conscience des risques permet souvent d opter pour de meilleures décisions afin de réduire les coûts accessoires. Grâce à un environnement sécurisé pour les opérateurs et des solutions de sécurité conçues dans la machine et basées sur les exigences du cycle de vie complet de la machine, les entreprises sont en mesure de réduire les coûts indirects.

2 2 Justification et Retour sur investissements (ROI) des Investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines Dans ce livre blanc, nous allons nous attarder sur les éléments clés d une gestion des risques efficace et sur les programmes de sécurité, revoir les régimes d indemnisations des travailleurs et les risques auxquels ils sont exposés, évoquer les implications des employés sur les primes d assurance d indemnisations, et proposer des idées afin de mesurer les économies potentielles qui peuvent être réalisées dans les investissements de sécurité proactifs. Gestion des risques La gestion des risques consiste en un processus en deux étapes d identification et d analyse des incertitudes relatives à la prise de décision. Il s agit de déterminer les risques liés à l investissement dans un équipement et de gérer ces risques de la manière la plus adaptée qui soit afin d atteindre les objectifs d investissement. Pour les responsables et les professionnels de la finance investir dans la sécurité et prouver le bénéfice de l investissement dans la sécurité est difficile puisqu il pourrait empêcher les blessures et éviter les frais pour une entreprise. Les professionnels qui utilisent le processus de gestion des risques sont en mesure de déterminer le niveau d investissements dans la sécurité adapté à leurs besoins et fournirait le meilleur résultat par rapport à leur situation. Programmes de sécurité Les programmes de sécurité permettent de réduire les risques de blessures sur les personnes et d éviter les défaillances qui nuisent au bon fonctionnement des entreprises et aux finances en arrêtant la production, affectant ainsi les revenus et/ou les gains. Qu ils soient développés en interne ou en externe par des consultants ou des assureurs, ces programmes fournissent une solution pour permettre aux entreprises de mieux gérer ces primes d assurance, d encourager de meilleures pratiques d entreprise sur un site de production plus sécurisé, d améliorer la protection des employés, dans un environnement de travail plus sûr. Il existe plusieurs types de programmes de sécurité dans la fabrication : Sécurité et santé sur le lieu de travail : formation des employés et recommandations pour éviter les blessures Sécurité des produits ou alarmes de sécurité pour une utilisation appropriée, maintenance et réparation des machines et des équipements Sécurité et la protection des machines, notamment la protection physique, les commandes de protection et les procédures de travail sécurisées, telles que la condamnation/signalisation (ou lockout/tagout LOTO) Sécurité de l environnement, tels que les programmes évitant la contamination de l air ou du sol Biens et équipements de sécurité ou protection de cet investissement, tel que l installation d un système d extinction automatique Que le programme de sécurité ait un impact sur les personnes, l environnement de travail, ou l état du site de travail, l objectif global est de réduire les incidents et de créer une combinaison de programmes et d expertises afin de réduire les risques de pertes et les frais associés aux risques 3. Au cours de ces dernières années, l accent a de plus en plus été mis sur la gouvernance d entreprise, avec le Sarbanes-Oxley Act, loi votée en 2002, à la suite de laquelle la direction générale et le conseil d administration ont élargi leur déclaration de mission, en intégrant les attentes d un comité efficace en matière de sécurité. Certains investisseurs institutionnels ont fait de la sécurité une composante pour l évaluation des performances des investissements 4. La tendance vers une fabrication optimisée et le marché mondial toujours en expansion incitent les fabricants à continuer d élever le niveau d automatisation, à diminuer les inventaires sur site et à compter sur davantage d externalisation. Ces éléments, essentiels pour faire baisser les coûts et maintenir des prix abordables pour les acheteurs, peuvent compromettre le succès de l entreprise. Une interruption non planifiée peut menacer la chaîne logistique de l entreprise, à cause de la diminution de la quantité de matières premières facilement disponibles dans l usine. Ces ressources limitées affectent les niveaux de productivité et les coûts de fonctionnement. Ils menacent également toute la santé de l entreprise étant donné que des niveaux bas de stocks exposent les fabricants à de plus en plus de risques puisqu ils perdent des revenus à chaque arrêt de la ligne de production. Des programmes de sécurité efficaces peuvent être mis en place pour permettre de minimiser ce risque ; ainsi les fabricants peuvent mieux protéger leurs chaînes logistiques.

3 Justification et Retour sur Investissements (ROI) des investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines 3 Programmes de sécurité des machines Les programmes de sécurité des machines contiennent généralement des analyses de risques, des mesures de réduction des risques, de formation et de supervision liées aux procédures de travail. Le processus d analyse de risques, incluant l identification des risques (également connu comme «l identification des dangers») et l estimation, allant de pair avec la définition de n importe quel risque réduisant les mesures de protection, est communément appelé «évaluation des risques». Ce processus devient une meilleure pratique pour les programmes de sécurité des machines. Figure 1 Processus type d évaluation des risques Comme le montre le la figure 1, l analyse efficace des risques est une première étape cruciale dans la gestion des risques et implique de mesurer deux quantités de risques : l ampleur des pertes potentielles et la probabilité que les pertes ne se produisent. Une identification efficace des risques analyse les activités des employés et les risques qu ils prennent à travers les pratiques de travail, ou que ces employés pourraient faire subir au site de production, à cause d une formation ou d une expérience limitées. L analyse des risques devrait également permettre d identifier les risques inhérents aux employés, à l équipement de l usine, ou à l environnement, via une exposition potentielle à l environnement, ou des mesures de protection limitées en cas d installation inadaptée, ou de défaillance de l équipement. L ampleur des pertes potentielles est revue à partir du scénario le plus grave : accident mortel et arrêt de la machine, au scénario le plus positif : comportement à risque et niveaux de production inférieurs. À partir de là, la probabilité qu une perte donnée ne se produise peut être calculée. Parallèlement, l une des étapes les plus importantes du processus de gestion des risques, c est-à-dire l acte d analyse de risques peut être difficile à quantifier et à évaluer parce qu il porte sur des variables et des probabilités souvent difficiles à déterminer. Cependant, avec une analyse des risques détaillée et proactive, les entreprises disposent d un schéma plus clair des risques pour toute l usine et les stratégies de gestion de ces risques dans un programme complet de sécurité des machines peuvent être établies. Récemment, la définition des processus de l évaluation des risques formels qui couvre l identification de ces risques, leur quantification et leur réduction a été ajoutée à de nombreuses normes internationales et régionales, dont les normes CEI 61508, CEI et CEI Les processus d évaluation des risques définis par ces normes utilisent en principe une approche du cycle de vie pour déterminer comment un processus efficace permettant d identifier les risques liés aux machines et quantifier le niveau de risque, en termes de gravité, de fréquence d exposition et de probabilité d évitement. Le résultat obtenu est un niveau quantifié du risque qui doit décroître grâce à des mesures de protection. Une fois que les risques sont tous identifiés et clairement maîtrisés, ils doivent être éliminés, ou réduits dans une large mesure. Les mesures concernant la réduction des risques sont nécessaires afin d améliorer physiquement la machine et pour prévenir les blessures corporelles, ou les dégâts matériels. La réduction des risques peut être obtenue grâce à différents éléments, comme le montre lla figure 2 ci-après. L utilisation de protection de l équipement est un moyen efficace, par exemple

4 4 Justification et Retour sur investissements (ROI) des Investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines l installation de systèmes de protection physiques ou de produits de commande de protection, tels que des barrières immatérielles, des relais de sécurité et des arrêts d urgence à câble afin de réduire le risque sur les employés. Figure 2 Hiérarchie des mesures de protection L utilisation d un processus d évaluation des risques formel offre également un bénéfice pour déterminer comment les risques ont été réduits ou éliminés grâce à des solutions de protection, ou d autres mesures de protection. L utilisation et la détermination du processus d évaluation des risques représentent un outil essentiel pour les entreprises qui diffusent ainsi des informations pertinentes et font part de leurs bonnes pratiques d ingénierie en mettant à disposition un environnement de travail sécurisé. Avec l exécution et la détermination d un processus efficace, des mesures de protection qui en résultent et des programmes de formation, une entreprise peut potentiellement réduire les risques litigieux susceptibles de provoquer un incident. Après avoir mis en place et déterminé le processus, il est important de fournir la formation et la supervision appropriées. Il est essentiel que les opérateurs comprennent les mesures de sécurité, notamment l utilisation des équipements de protection personnelle. Les opérateurs doivent être formés efficacement pour manipuler les machines et accomplir leurs tâches en toute sécurité. Ceci inclut également une définition claire des tâches de travail et des processus sur ces tâches exécutées par un personnel plus spécialisé et mieux formé sur l assistance et la maintenance. Un programme de sécurité complet peut permettre d améliorer le fonctionnement de l usine et la productivité à tous les niveaux. Afin de faciliter tous les aspects du cycle de vie de la sécurité de la machine, il est important de relier les analyses de risques à la réduction des risques, ainsi que la formation/supervision et l évaluation de l efficacité du programme de sécurité de la machine. Il est primordial que pour la protection de tout le personnel qui pourrait se trouver sur le site de l usine, ce dernier bénéficie des mesures de sécurité et de la formation disponibles. C est toutefois plus facile à dire qu à faire. Souvent, à cause du budget et des contraintes liées au temps, réviser les risques de la machine et proposer des mesures de sécurité pour des machines particulièrement dangereuses, ou de nouveaux équipements dans l usine est la seule option dont un ingénieur dispose. Le fait de ne pas bénéficier d une gestion proactive des risques, ou de ne pas profiter d un programme de sécurité des machines complet, basé sur la valeur totale de l investissement en sécurité explique pareille situation. Avec de nouvelles machines, il est important de prendre en considération que les fabricants peuvent être soumis à davantage de coûts et à un risque global, lorsque les OEM ne maîtrisent pas leurs besoins et leurs attentes en matière de sécurité. Les fabricants devraient travailler avec les OEM pour couvrir l identification et les mesures de réduction des risques, au cours de la phase de conception de la machine. Les machines seraient ainsi plus sûres, leur conception ainsi que la mise en place de solutions de sécurité en amont reviendraient moins cher. L ajout de mesures de sécurité de protection sur la machine après la phase de développement requiert d importants changements (et coûteux), mécaniques, électriques et de logiciel. Les mesures de sécurité qui en découlent peuvent ne pas être aussi productives, ou efficaces que celles conçues dans le fonctionnement des machines. Malheureusement, les employés peuvent tenter de contourner les mesures de protection de sécurité parce qu elles rendent leurs tâches plus difficiles, au lieu d être sécurisées, d où un risque plus élevé de blessures.

5 Justification et Retour sur Investissements (ROI) des investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines 5 Il arrive souvent que les mesures de protection de sécurité ne soient pas prises en considération dans le processus de prise de décision concernant l acquisition de l équipement de production. Dans ces cas, le responsable en charge de la sécurité a la possibilité de mettre en place une formation et un programme de supervision plus intensifs afin de réduire le risque de pertes. En associant la sécurité professionnelle et le personnel d ingénierie et opérationnel dans le processus de prise de décision, le groupe peut définir et évaluer les mesures liées à la sécurité et à la réduction des risques des nouveaux équipements ou des équipements existants. De telles dispositions aident les fabricants à réduire les blessures inutiles et l interruption de la production. Lors de l évaluation, si un nouvel équipement de production sécurisé est correctement installé et qu il fournit le niveau adéquat de réduction des risques, il est important de se poser les questions suivantes : Si nous achetons ou modifions cette machine ou le processus, quels sont les risques existants, ou quels seront les nouveaux risques encourus? Comment faire en sorte de réduire ces risques? Quels sont les produits, services, et/ou formation disponibles utiles? La sécurité/les risques pourraient-ils compromettre l efficacité opérationnelle obtenue grâce ce à nouvel équipement ou ce processus? Si tel est le cas, quelles sont les actions correctives adaptées? Les protections existantes sont-elles appliquées de manière à fournir le niveau convenable de réduction des risques, tout en optimisant l efficacité de la production? En cas d achat d une nouvelle pièce d équipement, le système de sécurité est-il compatible avec l équipement existant dans l usine? Les améliorations physiques apportées sur les machines sont souvent gérées de façon inadéquate. Dans la plupart des cas, elles sont simplement prises en charge après une blessure sur l un des employés et la défaillance d une machine, et ceci uniquement pour empêcher que d autres employés ne se blessent. Si la machine a été conçue pour inclure la sécurité comme partie intégrante du système, l incident aurait pu être évité, en retirant les coûts additionnels aux réclamations d indemnisations et aux primes d assurance des employés. Un aperçu sur l indemnisation des employés Il existe plusieurs méthodes de réduction des risques de blessures sur les employés, depuis les tables élévatrices qui réduisent la manutention, jusqu aux exercices ergonomiques qui réduisent les mouvements répétitifs. La sécurité des machines constitue l un des programmes qui apporte le plus de bénéfices car il empêche rapidement que des blessures ne se produisent. Le lien entre sécurité et primes d indemnisations des employés est essentiel pour comprendre l étude des sinistres. Les investissements dans la sécurité peuvent faire la différence en optimisant les plaintes pour sinistre et un modèle peut permettre de justifier cet investissement. Types de politiques d Indemnisations des employés Pratiquement tous les états 5 demandent aux employeurs de proposer à leurs salariés une assurance d indemnisations, que ce soit le département d état d indemnisations des travailleurs, ou une compagnie d assurance. Avec une telle variété de régimes d assurance, les employeurs peuvent choisir la stratégie la mieux adaptée au sinistre qu ils ont subi ; ils bénéficient alors de la possibilité d assumer financièrement les pertes, et de l engagement visant à réduire les coûts et la fréquence des blessures. Les types de régimes d indemnisations varient d un régime à coûts fixes, à un régime à coûts variables. Dans un régime à coûts fixes, les primes restent inchangées, quelle que soit la perte éprouvée durant l année d assurance. Que l entreprise fasse état d un ou de 70 sinistres, le taux ne change pas. Avec le régime à coûts variables, les primes fluctuent en fonction des sinistres. Par conséquent, une entreprise qui signale 70 sinistres paiera davantage qu une entreprise qui n en rapportera qu un seul. Deux types de régimes à coûts variables incluent des plans déductibles et rétrospectifs, qui sont des estimations de primes payées par les employeurs sur la base des montants des sinistres prévisibles. Il existe également des régimes à coûts auto-assurés et garantis, comme le montre le tableau 1. La principale différence entre ces régimes, c est comment et quand l impact immédiat qu ils ont sur les

6 6 Justification et Retour sur investissements (ROI) des Investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines sinistres se font ressentir sur les primes et la trésorerie. Les programmes de sécurité ont un impact favorable sur les régimes à coûts garantis, avant la prise d effet de la police, alors que les régimes soumis aux pertes sont affectés lors de la prise d effet de la police. Le troisième régime est similaire à la police d assurance déductible, si ce n est que l employeur auto-assuré n a pas besoin de se procurer une police d indemnisations type. Chaque entreprise doit évaluer ces différentes options et identifier le régime qui correspond le mieux à ses besoins. Type de Plan Explication Impact de la sécurité sur les primes Coûts garantis Perte sensible Plans rétrospectifs Franchises Auto-assuré Prime payée lors de la prise d effet de la police d assurance et fixée pour la durée de la période assurée (basée sur la fiche de paie et la classification des employés). Primes payées lors de la prise d effet de la police d assurance (basées sur le montant des sinistres envisagés et autres frais) ; primes ajustées en fonction des sinistres actuels, six mois après expiration de la police d assurance et annuellement ensuite, jusqu à ce que l assureur referme toutes les plaintes pour sinistre. L employeur soumet la demande à l état afin d obtenir des exemptions en se procurant une police d assurance WC (Régime d indemnisations des employés) et pour retenir les coûts des sinistres directement ; l employeur retient un tiers pour gérer les sinistres. *Remarque : En définitive, les sinistres vont affecter chaque type de régime, d une manière ou d une autre. Tableau 1 Types des régimes de cotation d indemnisations des employés* Les programmes d indemnisations des employés ont un effet sur la gestion de la trésorerie puisqu ils influencent directement la réussite financière de l entreprise. La fréquence réduite des sinistres et de leur gravité est liée aux régimes déductibles et auto-assurés ; aussi les entreprises réalisent-elles les conséquences financières plus tôt, avec un impact plus rapide sur la trésorerie. Les régimes à coûts garantis, pertes sensibles et auto-assurés, répertoriés par impact (du plus faible au plus élevé) s adaptent aux bénéfices du plan d indemnisations des employés pour l entreprise, ce qui permet de choisir la meilleure option, tout en finançant l assurance d indemnisations des employés. Primes d indemnisations des employés Les programmes de sécurité qui ont un impact favorable sur les sinistres avant la prise d effet de la police d assurance peuvent réduire les primes. Les programmes de sécurité qui ont un impact favorable sur les sinistres lors de la prise d effet de la police d assurance peuvent réduire les primes. La diminution des primes améliore les flux de trésorerie et son impact est favorable sur les comptes de résultat. Favorable puisque l employeur règle les sinistres (ou rembourse l administrateur d un tiers du sinistre) basés sur les montants réels payés. Les Programmes de sécurité réduisent les coûts liés aux plaintes pour sinistres. La composante la plus important des risques pour une entreprise, c est en général la prime d indemnisations des employés. Les quatre paramètres les plus importants de ces primes sont le personnel/fiches de paie, les classifications par emploi, l emplacement de l usine et les sinistres. La réduction de la fréquence et de la gravité des sinistres pour les employés est probablement un moyen essentiel pour réduire la prime. La figure 3 illustre les différents facteurs qui peuvent affecter les sinistres, incluant les causes immédiates et contribuant à déterminer la fréquence des sinistres et leur gravité. Figure 3 Structure des accidents

7 Justification et Retour sur Investissements (ROI) des investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines 7 Études des sinistres liés aux indemnisations des employés En pratiquement 100 ans de régimes d indemnisations aux États-Unis, de nombreuses entreprises ont mené des études qui illustrent la gravité d un sinistre, allant des comportements «à risque», aux accidents mortels. Ils ont ainsi établi la probabilité des différents comportements pouvant être observés dans leur usine. On dénombre davantage de comportements «à risque» que d accidents mortels. La pyramide de sécurité classique établie par H.W. Heinrich 6, (Figure 4) en 1931, est aujourd hui considérée comme l illustration principale des différents types de blessures des employés. Depuis lors, de nombreuses corporations ont développé leurs propres études. En 2003, ConocoPhillips Marine a mené une étude (Figure 5) démontrant une large différence dans le rapport accidents graves/accidents évités de peu. Figure 4 Pyramide de sécurité établie par H. W. Heinrich (1931) Figure 5 Pyramide de ConocoPhillips sur la sécurité maritime (Avril 2003) 7 Il y a toujours un gros écart entre les incidents les plus sérieux et ceux n occasionnant pas de sinistre, comme le montrent les deux pyramides. Sur la pyramide de sécurité de ConocoPhillips Marine, pour chaque décès, sont relevés au moins comportements à risque relevés et définis comme des activités qui ne sont pas compatibles avec les programmes de sécurité, la formation et les composants des machines. Parmi ces comportements figure le contournement de l utilisation des composants de sécurité sur les machines ou l élimination d une étape de sécurité qui ralentit l opérateur dans le processus de production. Grâce à la protection des machines et une formation efficaces, les comportements à risques et les accidents évités de peu peuvent être diminués. Ceci réduit également le risque de décès, puisque la fréquence des comportements à risque est moins élevée. Cet écart peut s expliquer par la distance ou le temps, par exemple, la blessure a été évitée d une seconde, ou de quelques centimètres. La sécurité des machines peut faire une différence de taille avec l augmentation de la variation et l impact favorable sur la fréquence et la gravité des sinistres, et par conséquent sur les primes d indemnisations des employés. Coûts indirects Étant donné que l impact financier est quantifiable, les primes de sinistres et d assurance sont considérées comme des coûts indirects, associés aux blessures des employés. Les coûts indirects liés aux blessures sont implicites par rapport à leur impact financier et opérationnel. Habituellement, aucun taux fixe ne leur est assigné. En général, les coûts indirects ne peuvent pas être déterminés directement sur la déclaration de revenus de l entreprise, comme pour les primes d assurance. Parmi les autres coûts indirects figurent : les heures supplémentaires pour compenser la perte d employés, ou le temps additionnel pour augmenter la production, le temps de gestion/de supervision pour rechercher et gérer les sinistres, l impact sur la réputation de l entreprise, sur le moral des employés, et les relations tendues entre les employés. Bien que les coûts indirects ne représentent pas de coûts importants, leurs effets ne doivent pas être sous-estimés. Une étude réalisée par Liberty Mutual en 2001 a révélé que ces coûts indirects équivalent de trois à cinq fois les coûts directs. C est pourquoi Liberty Mutual compare ces coûts à un iceberg : les coûts directs se situent à l extrémité et sont facile à identifier, mais les coûts indirects, qui sont plus élevés et englobent un grand nombre de problématiques sont plus difficiles à évaluer. Même si les coûts initiaux liés à la sécurité peuvent apparaître comme élevés, à terme,

8 8 Justification et Retour sur investissements (ROI) des Investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines les investissements dans la sécurité améliorent, non seulement la sécurité sur le lieu de travail, mais ils diminuent également le risque de coûts indirects qui provoquent plus de dommages sur les performances financières de l entreprise. Calcul des économies potentielles Lors du calcul du retour sur investissement, ou du taux de rentabilité interne, il est important d intégrer la réduction attendue de la fréquence et la gravité du sinistre à partir des composants de sécurité de la machine. Cependant, il existe également des facteurs intangibles qui doivent être pris en compte. Les syndicats ou les employés peuvent avoir des attentes différentes de celles de l entreprise. Il est impératif de comprendre que les mesures concernant la sécurité et la formation peuvent permettre d améliorer la motivation et la productivité. C est pour cela qu il est nécessaire d évaluer en premier lieu la manière dont un investissement dans la sécurité peut avoir un impact favorable sur une demande d indemnisations des employés suite à un sinistre. Le responsable de la gestion des risques de l entreprise, ou le professionnel de la sécurité doit être en possession de l historique sur les détails de la blessure de l employé et des informations relatives au sinistre. Bien qu un historique sur cinq années soit idéal, trois années peuvent également suffire. Lors de l examen des informations, il est important d identifier les sinistres qui auraient pu être raisonnablement évités, si un investissement dans la sécurité avait été effectué 8. L étude de ces sinistres sera utile en cas d audit interne, ou d autres fonctions liées à la finance pour justifier ces hypothèses. Le service financier peut exiger un projet d investissements afin de dépasser un certain seuil, par exemple, un taux de rentabilité interne de 20 %, ou un remboursement sur trois années. Un modèle que tout investissement devrait ou doit utiliser peut également être élaboré. Méthodologie d analyse des investissement dans la sécurité Pour calculer de façon sûre le retour attendu sur un investissement en utilisant l approche par trésorerie, plusieurs étapes sont à prendre en considération : Étape 1 : obtenir un rapport de pertes/sinistres sur trois ou cinq années. Établi par année fiscale, ce rapport doit répertorier le nombre de sinistres et le total des montants encourus 9. Ce document sera utilisé pour identifier les sinistres qui auraient pu être évités si un investissement dans la sécurité avait été réalisé. Étape 2 : développer les pertes par rapport aux comptes finaux estimés. Certaines plaintes liées à des sinistres resteront ouvertes à cause d un traitement médical en cours ou pour d autres raisons. Bien que les pertes subies soient soumises à des variations, généralement, on s attend à ce que la plupart des sinistres augmente en valeur sur la durée. Dans le jargon des assureurs, «compte final» est synonyme somme payée au final, ce qui peut prendre plusieurs années 10. Pour obtenir la somme finale, les actuaires appliquent un facteur de développement de perte à la somme globale de tous les montants encourus de chaque police d assurance. Les facteurs de développement des pertes peuvent varier en fonction des bénéfices d indemnisations des employés de l état, des coûts médicaux, de l âge, du type de blessure, etc. Étape 3 : calcul du taux de perte. Données du volume de production ou des heures travaillées dans le secteur, pour les mêmes périodes de temps correspondant aux informations sur le sinistre fournies par le service opérationnel de l entreprise. Diviser les montants finaux de l étape 2 par le volume de production ou les heures travaillées, afin de calculer le taux de perte pour chaque année. Un taux intégrant les heures travaillées ou le volume de production est souvent un bien meilleur indicateur de performances de sécurité. Par conséquent, la perte moyenne peut également être calculée. Étape 4 : appliquer un taux de perte basé sur une tendance ou sur une moyenne afin de prévoir le volume pour les années à venir. Les services opérationnels ou de la planification disposeront des estimations des volumes prévues pour les années à venir. En appliquant le taux basé sur une tendance ou sur une moyenne au volume envisagé, il est possible de déterminer les sinistres à prévoir pour les prochaines années et les coûts présumés à éviter, avec la mise en place de projets d investissement dans la sécurité.

9 Justification et Retour sur Investissements (ROI) des investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines 9 Étape 5 : calcul de l impact sur la trésorerie. Certaines plaintes pour sinistres ne seront pas refermées pendant un laps de temps. Cependant, il demeure important d analyser l effet de ces sinistres sur la trésorerie de l entreprise. Le bénéfice de ce long processus est lié à la durée de la plainte pour sinistre, ce qui signifie que sa liquidation prendra plusieurs années. Le Bulletin Statistique Annuel du National Council on Compensation Insurance (Conseil National des Assurances-Accidents) publié en 2004 donne les taux de liquidation suivants : 1e année 23 % 2e année 28 % 3e année 14 % 4e année 8 % 5e année 4 % De la 6e à la 15e année 23 % On observe une certaine variabilité dans ces taux 11, si l on se base sur la nature des blessures, des parties du corps et de la position. L amélioration des flux de trésorerie peut être évaluée par rapport au coût de l investissement dans la sécurité. Étape 6 : prendre en compte l estimation des coûts indirects. Il est délicat d inclure les coûts accessoires dans l analyse des investissements, ils sont toutefois importants dans la détermination du bénéfice total de l investissement dans la sécurité. Les coûts indirects permettent de déterminer les incidences sur les niveaux de production et les frais qui peuvent être engendrés par des blessures au travail. Ceci justifiera par la suite l investissement dans la sécurité sur le site de production. La figure 6 illustre les six étapes de la méthodologie d un investissement dans la sécurité. Cet exemple simplifié montre qu un investissement de dollars rapporte un taux de rentabilité interne de 25 % et une valeur positive actuelle et nette (supérieure à dollars) basée sur un taux de réduction de 7 %. Modifier cette feuille de calcul pour montrer un coût indirect de deux fois la valeur des coûts directs, et le taux de rentabilité interne grimpe jusqu à 167 % ou une valeur présente nette de dollars. Dans chacun des cas, cet investissement apparaît comme viable du point de vue financier. Il y a quelques mises en garde qu il faut retenir concernant cette analyse : Se baser sur les mêmes types de sinistres (provoqués par un objet, une chute, etc.) Supposer que tous les sinistres ont bien été évités avec l investissement dans la sécurité Utiliser les facteurs de développement de perte standard qui peuvent gonfler ou au contraire, minimiser les pertes finales Le taux de perte basé sur une tendance ou sur une moyenne peut être erroné Utiliser un taux moyen suppose qu il n y aura pas d autres changements ou de formation à effectuer Le volume de production futur est soumis à des changements basés sur les conditions actuelles de l activité La liquidation du règlement des sinistres peut être plus élevée ou inférieure Les flux de trésorerie excluent d autres frais associés aux règlements des sinistres. Ceci inclut, mais ne se limite pas, aux dépenses et aux frais d assurance de l état. Dans la plupart des régimes de cotation d indemnisations des employés, ce montant peut varier de 10 à 25 % pour les règlements des sinistres.

10 10 Justification et Retour sur investissements (ROI) des Investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines Figure 6 Modèle d analyse d investissements dans la sécurité

11 Justification et Retour sur Investissements (ROI) des investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines 11 Recommandations Comme nous l avons démontré, il est essentiel de ne pas se limiter aux coûts directs, il faut également prendre en considération les coûts indirects au moment de l analyse des investissements dans la sécurité. Avec ces deux éléments de coûts inclus dans le calcul des investissements dans la sécurité, il est facile d identifier les bénéfices financiers importants apportés par la mise en place d un programme de sécurité proactif en tant que partie intégrante de l optimisation de votre stratégie de fabrication. Travailler en collaboration avec vos services de sécurité et de gestion des risques. Non seulement ce sont d importantes ressources d informations, mais ces professionnels peuvent ajouter de la crédibilité à une analyse d investissement dans la sécurité. Au cours d un audit interne, ou d une autre évaluation, un analyste de planification financière peut avoir besoin d informations complémentaires pour garantir ces hypothèses et autres données. Si une référence peut être faite auprès de ces services, prendre en charge l investissement, l usine, ou le service revient plus vraisemblablement à garantir l investissement. On compte de nombreux éléments dans le programme de sécurité, c est pour cela qu il est important d associer les professionnels de la sécurité de l entreprise dans le processus de prise de décisions. Ils connaissent le programme de sécurité de toute l entreprise. Afin d assurer que l investissement sera le plus rentable possible, il est essentiel que tous les nouveaux éléments ne compromettent pas l ensemble du programme de sécurité, qu il s agisse de l environnement, de la sécurité du lieu de travail ou du contrôle des pertes matérielles. Développer un processus standard pour mettre en place des évaluations des risques pour les machines. Mettre en place un programme de sécurité des machines avec une approche proactive afin d évaluer les dangers et les risques, tout en définissant des mesures de protection de réduction des risques. Idéalement, le processus devrait englober une large perspective en matière de sécurité et de productivité avec un apport réalisé à partir de nombreux secteurs fonctionnels. Le processus doit être détaillé et conforme à la documentation des machines. Il doit aussi s appuyer sur la réglementation de l entreprise des normes de consensus publiées et définies par l OSHA, comme la norme de l entreprise basée sur une législation industrielle bien établie. Et plus important encore, le processus doit être mis en place sur une base constante, à fois pour le nouvel équipement et pour l équipement existant. Développer une spécification de sécurité des machines pour les équipements achetés auprès des OEM et pour les modifications sur les équipements existants. Ce document qui met en exergue les exigences assurant une approche standardisée de la conception et de la construction d un système de sécurité, permet aux entreprises de maintenir une cohérence et de réduire les risques. L adhésion aux spécifications de sécurité des machines devrait permettre de réduire les risques que les fonctionnalités de sécurité ne soient pas installées sur les équipements des OEM. Cela permet également de diminuer les variations, à la fois dans les composants et l application de l équipement de protection de toute l usine. Les manquements relatifs à la bonne utilisation des produits de protection peuvent provoquer des problèmes pour le stockage et l entretien de l équipement. Les manquements au niveau de leur application peuvent compromettre la garantie que les produits de protection sont utilisés correctement et facilement entretenu par le personnel de l usine. Idéalement, les spécifications de l entreprise doivent faciliter l établissement et la mise en place des normes basées sur les exigences pour les machines et produits utilisées et achetées auprès des OEM. Disposer de machines sûres ne suffit pas, il est également important que les composants de sécurité soient conformes aux normes de conception de sécurité correspondantes, telles que les normes EN 1088 ou CEI En précisant ces exigences aux OEM, les entreprises permettent d assurer que les ateliers sont en conformité avec les réglementations en évitant les amendes imprévues de l OSHA ou d autres organismes. Améliorer le principe de fabrication optimisée. Une stratégie de sécurité complète utilisant des processus standard et bien conçus, ainsi que des systèmes de sécurité intégrés à la machine peut contribuer à améliorer la productivité de manière significative. Par exemple, en réduisant la surproduction, le traitement, les stocks, les mouvements, la direction peut mettre en place des principes de fabrication optimisée, tout en réduisant les risques et les blessures des employés. Il est important d impliquer à la fois l équipe de production et les autres employés, tels que les ingénieurs, les opérateurs des machines, le personnel financier, la direction hiérarchique et les concepteurs. Tous peuvent améliorer la productivité et la sécurité puisque leur travail en dépend tous les jours.

12 12 Justification et Retour sur investissements (ROI) des Investissements dans le Programme de Sécurité et de Sécurité des Machines Considérations à propos des problématiques de la gouvernance d entreprise. La direction générale et le conseil d administration peuvent imposer que la hiérarchie évalue de façon formelle les systèmes de sécurité. Ils peuvent avoir besoin de preuves concrètes sur les raisons pour lesquelles l investissement dans un programme de sécurité est essentiel pour la bonne santé de l entreprise. Il se peut également qu ils souhaitent comprendre de quelle manière sont affectés les autres sites de l entreprise. Bien que les économies et les remboursements des investissements varient en fonction du pays, à cause des systèmes d indemnisations des salariés différents selon les législations, l importance de la sécurité reste inchangée. C est pourquoi il est important de prendre en considération les besoins en matière de sécurité pour les usines étrangères et leurs normes respectives. Les polices d assurance et les systèmes d indemnisations des employés sont différents, alors faites confiance à l expertise d un consultant, ou d un fabricant pour plus d informations avant de prendre une décision. En résumé Grâce à la mise en place des programmes de sécurité et à l évaluation de la gestion des risques dans l usine, les coûts associés aux incidents sur le lieu de travail peuvent être réduits. Éviter les blessures sur le lieu de travail reste l une des principales priorités pour la plupart des employés, puisque cela permet d augmenter la production, de garantir les objectifs de fabrication optimisée et d assurer la motivation des employés. Il est impératif de permettre aux responsables et aux professionnels de la finance de comprendre l importance de la sécurité et des bénéfices des programmes et des composants de sécurité. Avec les programmes de gestion des risques, les entreprises peuvent évaluer efficacement les risques et définir leurs besoins en investissements de sécurité. Pour des informations complémentaires Les ingénieurs en sécurité de Rockwell Automation possèdent l expertise en matière d évaluation des risques pour vous permettre d identifier les opportunités de réduction des risques, ce qui limite les blessures, améliore la productivité et la satisfaction des employés. Pour des informations complémentaires sur l évaluation des risques, ou sur la sécurité des machines, veuillez consultez le site

13 Références Généralement, c est un collaborateur du service financier de l entreprise qui est responsable de la gestion du programme d assurance de la société. 3. Le coût du risque se définit comme la sommes des primes d assurance, les plaintes pour sinistres avec des frais d administration déductibles, des coûts associés au service de gestion des risques (salaire, déplacements professionnels, déductibles, avantages sociaux, etc.), et d autres coûts associés (frais d état, évaluations, consultants, par exemple) Les états du Texas, du New Jersey, de la Caroline du Sud et du Massachusetts peuvent autoriser un employeur à ne pas se plier à l acquisition d un régime d indemnisations des travailleurs ; toutefois l employeur se doit d assurer des exigences financières satisfaisantes. Cependant, l employeur peut perdre ses défenses juridiques communes de négligence contributive, prise de risques et négligence envers les autres employés. Par conséquent, vos services en gestion de risque et juridique doivent évaluer les conséquences financières et juridiques d une telle décision. 6. Heinrich, H. W., Industrial Accident Prevention, 4e Édition. New York : McGraw-Hill Book Company, Inc., Votre entreprise peut également pister les accidents évités de peu. Vous pouvez indiquer que ces derniers ont abouti à une plainte, mais pour une différence de quelques centimètres, de secondes, ou les deux! Ceci marque l exposition au risque et vous pouvez souhaiter prendre cet élément en considération. 9. Le montant total encouru correspond à l indemnisation des employés estimée par l assureur pour la valeur du sinistre. 10. La plupart des employeurs vont établir une charge à payer dans le bilan pour les employés non payés, les réclamations d indemnisations et les coûts et frais liés au régime d assurance. La base de la charge à payer et les procédures d estimation des plaintes pour sinistres peuvent varier. 11. Le taux de liquidation dépend de la gravité du sinistre. Cependant pour des motifs de simplification, ces taux devraient être suffisants. Allen-Bradley, LISTEN. THINK. SOLVE. sont des marques commerciales de Rockwell Automation, Inc. Les marques commerciales n appartenant pas à Rockwell Automation sont la propriété de leurs sociétés respectives. lautomation.com Siège des activités «Power, Control and Information Solutions» Amériques : Rockwell Automation, 1201 South Second Street, Milwaukee, WI Etats-Unis, Tél: , Fax : Europe / Moyen-Orient / Afrique : Rockwell Automation NV, Pegasus Park, De Kleetlaan 12a, 1831 Diegem, Belgique, Tél: , Fax : Asie Pacifique : Rockwell Automation, Level 14, Core F, Cyberport 3, 100 Cyberport Road, Hong Kong, Tél: , Fax : Canada : Rockwell Automation, 3043 rue Joseph A. Bombardier, Laval, Québec, H7P 6C5, Tél: +1 (450) , Fax: +1 (450) , France : Rockwell Automation SAS 2, rue René Caudron, Bât. A, F Voisins-le-Bretonneux, Tél: , Fax : Suisse : Rockwell Automation AG, Av. des Baumettes 3, 1020 Renens, Tél: , Fax: , Customer Service Tél: Publication SAFETY-WP004B-FR-P Juillet 2007 Copyright 2007 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

à la gestion du risque

à la gestion du risque INTRODUCTION à la gestion du risque À L INTÉRIEUR Qu est-ce qu un risque? Qu est-ce que la gestion du risque? Avantages de la gestion du risque Rôle de l assurance dans lagestion du risque Pourquoi gérer

Plus en détail

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE POURQUOI L AUTOASSURANCE? Une chaîne de casinos canadiens offre l expérience client idéale. Dès l arrivée des clients et jusqu à leur départ, c est satisfaction garantie! Leurs chambres offrent tous les

Plus en détail

Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques?

Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques? DOSSIER SOLUTION Programme de rationalisation des logiciels pour mainframe (MSRP) Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques? agility made possible Le programme

Plus en détail

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 entreprise d assurance mutuelle agréée par l Office de Contrôle des Assurances sous le code 0126 (A.R. 04 et 13.07.1979 M.B. 14.07.1979)

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Assurance des risques divers

Assurance des risques divers L assurance du terrorisme en Tunisie : où en sommes-nous? Nabil Ben Azzouz D.U en Droit des assurances de l IAL Etudiant en Master 2 Droit des assurances à l IAL Assurance des risques divers Depuis quelques

Plus en détail

Five in One Solutions ciblées pour les PME. Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs

Five in One Solutions ciblées pour les PME. Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs Five in One Solutions ciblées pour les PME Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs Five in One Vaudoise Prévoir l'essentiel pour protéger votre entreprise En Suisse,

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Véhicules du gouvernement Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Maximes «No man hath endurance, as he that selleth insurance» -Anon 2 Notre

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs.

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs. À LA DÉFENSE DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS D AGENCES DE PLACEMENT TEMPORAIRE IL EST PLUS QUE TEMPS QUE LE GOUVERNEMENT PASSE À L ACTION! AIDEZ NOUS À FAIRE DES GAINS DANS CE DOSSIER PRIMORDIAL MISE

Plus en détail

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle L expérience à votre service Architectes et ingénieurs Petites entreprises Assurance de la responsabilité professionnelle Architectes et ingénieurs Petites entreprises L importance de l assurance responsabilité

Plus en détail

Directives relatives à l'assurance tous risques de. responsabilité civile

Directives relatives à l'assurance tous risques de. responsabilité civile DIRECTIVES DE L'EXPO 2005 A L'INTENTION DES PARTICIPANTS OFFICIELS GL8-1-4 Directives relatives à l'assurance tous risques de responsabilité civile (novembre 2003) L'Association japonaise pour l'exposition

Plus en détail

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications (Juillet 1989) La vitesse de l innovation technologique liée aux ordinateurs et aux télécommunications, ces dernières années, et l intégration

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

Fonction de sécurité : Commande bimanuelle Produits : Boutons Zero-Force 800Z Relais de sécurité MSR125/Relais de sécurité GSR SI

Fonction de sécurité : Commande bimanuelle Produits : Boutons Zero-Force 800Z Relais de sécurité MSR125/Relais de sécurité GSR SI Fonction de sécurité : Commande bimanuelle Produits : Boutons Zero-Force 800Z Relais de sécurité MSR125/Relais de sécurité GSR SI Classe de sécurité : PLe, Cat. 4 selon EN ISO 13849.1 2008 Table des matières

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

GESTION DE RISQUES Août 2007

GESTION DE RISQUES Août 2007 GESTION DE RISQUES Août 2007 Qu est-ce qu un risque? Toute incertitude au sujet d un événement qui menace des éléments d actif Quels sont nos éléments d actif? Les gens : conseils d administration, employés,

Plus en détail

Guide de distribution Programme d assurance. Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ

Guide de distribution Programme d assurance. Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ Guide de distribution Programme d assurance Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ Intact Compagnie d assurance (l «assureur» ou «Intact Assurance») 2450, rue Girouard Ouest

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES RISQUES LIÉS À L IMPARTITION

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES RISQUES LIÉS À L IMPARTITION LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES RISQUES LIÉS À L IMPARTITION Publication initiale : Avril 2009 Mise à jour : Décembre 2010 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application...

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

Présenté à la : Commission de la culture

Présenté à la : Commission de la culture Mémoire relatif au projet de loi 122 Loi modifiant la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, la Loi sur la protection des renseignements

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009 À propos de l auteur Guillaume Charron, CA, M. Fisc. est Comptable Agréé et détient une Maitrise en Fiscalité de l Université de Sherbrooke. M. Charron est chargé de cours

Plus en détail

Les effets positifs de la gestion de l information

Les effets positifs de la gestion de l information Une seule solution Les effets positifs de la gestion de l information Conseils pratiques pour savoir comment réduire vos couts, renforcer votre niveau de conformité et accroitre votre efficacité Les données

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

Gestion des programmes d assurance multinationaux

Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Dans une économie mondialisée liée par la livraison de nuit, les télécommunications avancées et l Internet,

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME

COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME COMMENT GERER LE RISQUE «ROUTIER» AU NIVEAU DES TPE / PME Constat : Les statistiques montrent qu un salarié sur deux, décédé en accident du travail, l est au cours d un déplacement dans le cadre d une

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010

É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010 É T A T S F I N A N C I E RS pour le RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2010 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics RÉGIME D ASSURANCE

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009 52%86 264185027452867253 3294097452 264185%02272354926418 548232940927%2 4%3939548$2329272354926 2723%549264185027 850%27452867253%46507 %5272354$9264185%02272 0227235492%641850 452867253465%074%39395

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

La sécurité intelligente intégrée pour protéger vos données critiques

La sécurité intelligente intégrée pour protéger vos données critiques IBM Software Livre blanc sur le leadership éclairé Avril 2013 La sécurité intelligente intégrée pour protéger vos données critiques Exploitez des informations décisionnelles afin de réduire les risques

Plus en détail

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement MESURE 1 - ANNEXE Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement Responsabilité découlant de situations critiques pour l environnement Les Parties, Préambule

Plus en détail

Proposition no 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits

Proposition no 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits Proposition n o 1 Assurance responsabilité professionnelle / Avril 2014 1 Proposition n o 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits Le nouveau Règlement sur l assurance responsabilité

Plus en détail

de l assurance-santé au Canada Juin 2014

de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Étude de cas GUIDE SUR LA FISCALITÉ de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Assurance maladies graves détenue par une entreprise La vie est plus radieuse sous le soleil La Sun Life du Canada, compagnie

Plus en détail

Assurance Arrêt de Travail

Assurance Arrêt de Travail Solutions Assurances Agriculteurs Arrêt de Travail Assurance Arrêt de Travail des Agriculteurs Pour vous aider à ajuster vos garanties à votre situation et à votre type d activité, n hésitez pas à faire

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Découvrir les stratégies ayant fait leurs preuves et les meilleures pratiques Points clés : Planifier

Plus en détail

Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT)

Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT) Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT) Ceci est une proposition pour une assurance contre les erreurs et omissions. Veuillez indiquer si vous demandez

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE

GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE RÉSUMÉ Depuis des années, les responsables de la sécurité de l information et les responsables opérationnels

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

2.3. Toute modification ou tout complément apporté au contrat nécessite impérativement un accord préalable écrit entre les deux parties.

2.3. Toute modification ou tout complément apporté au contrat nécessite impérativement un accord préalable écrit entre les deux parties. CONDITIONS générales de vente Poelmann Huizen B.V. Siège social : 7 Handelsweg - 1271 EJ Huizen Pays-Bas. I. GENERALITES Article 1 Applicabilité des conditions générales de vente 1.1. Ces conditions générales

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

Solutions d impression Samsung SOLUTIONS D IMPRESSION BUSINESS CORE

Solutions d impression Samsung SOLUTIONS D IMPRESSION BUSINESS CORE AVIS JURIDIQUE ET AUTRES RENSEIGNEMENTS L INNOVATION EN MATIÈRE D IMPRESSION. Pour assurer le succès de son entreprise ou la productivité de toute personne, il est essentiel de se tenir à jour sur le plan

Plus en détail

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Les responsabilités de l employeur APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 10/2012 Différentes responsabilités 1- La Responsabilité Administrative Est relative - au respect des obligations du contrat

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES INFORMATIQUES

MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES INFORMATIQUES MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES LITIGES POUR LES PRESTATAIRES INFORMATIQUES Avec plus de 15 ans d expérience et des équipes de souscription et de sinistres dédiées aux prestataires

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Responsabilités et assurances dans le domaine du sport Présentation de la maïf La Maïf est le 1 er assurées. assureur des

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

INFORMATIONS IMPORTANTES AU SUJET DU SERVICE 911

INFORMATIONS IMPORTANTES AU SUJET DU SERVICE 911 INFORMATIONS IMPORTANTES AU SUJET DU SERVICE 911 Il y a d importantes différences entre le fonctionnement du service 911 à partir d un téléphone voix sur IP (VoIP) et celui d un service de téléphonie traditionnel.

Plus en détail

Tout connaître. sur l assurance. automobile

Tout connaître. sur l assurance. automobile Tout connaître sur l assurance automobile Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 2011 Table des matières Acheter une assurance automobile

Plus en détail

ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT OPTIONS DE PAIEMENTS

ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT OPTIONS DE PAIEMENTS ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT OPTIONS DE PAIEMENTS À propos de l Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) À l aide de ses ressources éducatives et de ses outils interactifs,

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011

É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 É T A T S F I N A N C I E RS du RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DES EMPLOYÉS DES FNP pour l année prenant fin le 31 MARS 2011 RAPPORT DES VÉRIFICATEURS Au conseil des Biens non publics Nous avons vérifié

Plus en détail

Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente

Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente Livre blanc d ENTERPRISE MANAGEMENT ASSOCIATES (EMA ) préparé pour Avocent Juillet 2010 RECHERCHE EN GESTION INFORMATIQUE, Sommaire Résumé........................................................

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE DU PROGRAMME DES CADETS DE L ARMÉE

POLICE D ASSURANCE DU PROGRAMME DES CADETS DE L ARMÉE LIGUE DES CADETS DE L ARMÉE DU CANADA POLITIQUE NO. 4 LIGUE DES CADETS DE L ARMÉE DU CANADA POLICE D ASSURANCE DU PROGRAMME DES CADETS DE L ARMÉE dern. rév. mai 2008 LIGUE DES CADETS DE L ARMÉE DU CANADA

Plus en détail

Comment activer un accès pratique et sécurisé à Microsoft SharePoint?

Comment activer un accès pratique et sécurisé à Microsoft SharePoint? DOSSIER SOLUTIONS SharePoint Security Solution de CA Technologies Comment activer un accès pratique et sécurisé à Microsoft SharePoint? agility made possible La solution de sécurité SharePoint proposée

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NEUF DES PLUS GRANDES INSTITUTIONS FINANCIÈRES ET CAISSES DE RETRAITE CANADIENNES PRÉSENTENT

Plus en détail

A la direction / au patron : Organisation de votre entreprise en matière de sécurité

A la direction / au patron : Organisation de votre entreprise en matière de sécurité A la direction / au patron : Organisation de votre entreprise en matière de sécurité A savoir avant de lire ce document l Connaître l existence de la directive 6508 de la commission fédérale sur la sécurité

Plus en détail

Imposition des sociétés

Imposition des sociétés Imposition des sociétés Introduction L imposition des sociétés est un sujet qui revêt une grande importance pour toute personne qui s occupe de planification financière ou successorale. La mise en place

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? L association peut, dans l exercice de ses activités, causer des dommages, porter atteinte aux intérêts des tiers. L'association est

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

Programme d échange pour carte Compact Flash interne

Programme d échange pour carte Compact Flash interne Données techniques Programme d échange pour carte Compact Flash interne Référence(s) : 2711P-RW1, 2711P-RW2, 2711P-RW3, 6189-RW2, 6189-RW3, 6189-RW4 Sommaire... Pour les informations suivantes Voir page

Plus en détail

Unité d enseignement

Unité d enseignement Unité d enseignement Volet : Titre : Matière d enseignement recommandée : Autre(s) matière(s) pertinente(s) : Autre matière pertinente : Protéger l argent et les biens Se protéger soi-même, sa famille

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel Sommaire 1- La responsabilité du chef d établissement à l égard de l organisation des missions en France ou à l étranger 2- La responsabilité

Plus en détail

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S VERSION GLOBALE 13 novembre 20142 mai 2014 C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E S E R V I C E 1. INTRODUCTION VOLVO souhaite vous offrir les meilleurs Services disponibles (tels que définis au bas

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

L indemnisation pour dommages matériels DÉLIT DE FUITE

L indemnisation pour dommages matériels DÉLIT DE FUITE L indemnisation pour dommages matériels EN CAS de DÉLIT DE FUITE À la suite d une collision, vous pourriez vous retrouver sans protection, en cas de délit de fuite de l autre conducteur. Si une telle situation

Plus en détail

Solutions d accès à distance sécurisé évolutives pour équipementiers

Solutions d accès à distance sécurisé évolutives pour équipementiers Solutions d accès à distance sécurisé évolutives pour équipementiers Équipementiers Systèmes d usine industriels Introduction L accès à distance sécurisé aux actifs, aux données et aux applications de

Plus en détail

Office of. Office of. the Chief Actuary. au de. Burea

Office of. Office of. the Chief Actuary. au de. Burea Bureau du surintendant des institutions financières Canada Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada Office of the Chief Actuary Burea au de l actuaire

Plus en détail

ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT. options de paiements

ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT. options de paiements ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT options de paiements À propos de l Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) À l aide de ses ressources éducatives et de ses outils interactifs,

Plus en détail

Contrôle d un tapis de sécurité et d un arrêt d urgence à l aide d un automate de sécurité préconfiguré SmartGuard 600

Contrôle d un tapis de sécurité et d un arrêt d urgence à l aide d un automate de sécurité préconfiguré SmartGuard 600 Exemple d application de sécurité Contrôle d un tapis de sécurité et d un arrêt d urgence à l aide d un automate de sécurité préconfiguré SmartGuard 600 Exemple compatible réseau de sécurité Sécurité nominale

Plus en détail

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise TABLE DES MATIÈRES LE NUAGE : POURQUOI IL EST LOGIQUE POUR VOTRE ENTREPRISE INTRODUCTION CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 CONCLUSION PAGE 3 PAGE

Plus en détail

ASSURANCE COLLECTIVE ACCIDENT VÉHICULE DE TRANSPORT PUBLIC CERTIFICAT D ASSURANCE

ASSURANCE COLLECTIVE ACCIDENT VÉHICULE DE TRANSPORT PUBLIC CERTIFICAT D ASSURANCE ASSURANCE COLLECTIVE ACCIDENT VÉHICULE DE TRANSPORT PUBLIC CERTIFICAT D ASSURANCE Le présent certificat comprend des limitations à la protection. Veuillez le lire attentivement, le conserver en lieu sûr

Plus en détail