Master 2 Génie civil & Infrastructures. Projets de fin d études

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Master 2 Génie civil & Infrastructures. Projets de fin d études"

Transcription

1 Master 2 Génie civil & Infrastructures Projets de fin d études Année universitaire : 2011 / 2012

2 1. Objet Le projet de fin d études est un projet réalisé en binôme sous l encadrement d un enseignant ou d un professionnel dans le domaine du Génie Civil pour une durée de 6 semaines. Le but de ce projet est de réaliser un travail équivalent à celui d un bureau d études ou d élaborer un travail expérimental en laboratoire, à partir d un cahier des charges fourni par l encadrant. Il donne lieu à la production par le binôme d étudiants d un document écrit, évalué par l encadrant. 2. Objectifs Ce projet a pour objectifs de : S entraîner à travailler en binôme en organisant le partage des tâches, Acquérir ou approfondir ses connaissances dans un domaine particulier du Génie Civil, Effectuer un travail en quasi-autonomie, équivalent à un niveau d ingénieur, Rédiger un document clair et synthétique, exploitable par des professionnels. 3. Démarche Les étudiants disposent d une liste de sujets associés chacun à un encadrant. Chaque sujet fait l objet d une description précise du contexte du projet et du travail demandé par l encadrant. Un sujet de cette liste est attribué à chaque binôme qui rencontre son encadrant afin de : Situer le sujet dans son contexte (contexte industriel ou/et recherche), Définir les étapes du travail, Discuter de l avancement du travail, Faire un bilan du travail réalisé. PS : Pour toutes informations complémentaires contacter : Abdelhak KACI bureau B303, ) Page 1

3 4. Calendrier Jeudi 12 mars : Présentation des sujets aux étudiants Jeudi 15 mars : Choix des sujets et constitution des binômes Lundi 26 mars : Début du travail à temps plein sur le projet Vendredi 4 mai : Fin du projet. Remise du rapport avant 12h (Tout retard sera pénalisé de 2 points par jour entamé) Vous fournirez : - à votre encadrant : une version papier ou numérique de votre rapport (à voir avec l encadrant), - à Abdelhak KACI une version numérique de votre rapport. 5. Le document de synthèse écrit Le document, d un maximum de 50 pages (illustrations comprises, typographie classique), comprend les éléments suivants : Un sommaire, Une introduction, Le rapport proprement dit établissant : Les hypothèses et leur justification, Les étapes de calcul, ou d expérimentation, Les résultats obtenus et leur analyse, Une conclusion mettant en relief le bilan du projet, Une bibliographie le cas échéant, Les annexes réduites à leur strict nécessaire. Une attention particulière sera accordée à l orthographe et à la cohérence de l ensemble. Page 2

4 6. Evaluation L évaluation du PFE est effectuée sur la base de la grille ci-dessous : Mise en forme du rapport Présentation 2 points Expression écrite 2 points Structure du document, organisation, impression d ensemble Structuration 1 point Cohérence de l ensemble 1 point Intérêt et qualité du travail réalisé Perception et définition des objectifs 3 points Pertinence scientifique/technique 3 points Mises en perspective, conclusion technique 2 points Motivation et qualité du travail fourni par le binôme Pertinence de la réflexion et motivation 3 points Aptitude à conduire un projet 3 points EVALUATION GLOBALE /20 Page 3

5 Description des projets Page 4

6 ! #! % & (& ) & +,. / 0+&!12 1 3, , 2, , 1 8 1, 1 4.9,1, : ; <, < = >8 1 7 ; 4 7 < = >8 1 2, 2 2,, 1? 1 4 8, <, 8 1, ! 1 =, >8 4!

7 ! #! % & (& ) & +,. / 0+&!12 1 3, , 2, , 1 8 1, 1 4.9,1, : ; <, < = >8 1 7 ; 4 7 < = >8 1 2, 2 2,, 1? 1 4 8, <, 8 1, ! 18 =, >8 4!

8 Sujet N : 3 Renforcement d un Réservoir par précontrainte additionnelle Fournier Bruno Spie batignolles ruegalliéni Boulogne-Billancourt / / Descriptif du projet Réservoir d eau potable circulaire à deux cellules en béton armé Hauteur 5.50 m x Diamètre m Ferraillage insuffisant Renforcement par une précontrainte additionnelle extérieure de cerclage Prendre connaissance du dossier d exécution de l ouvrage béton armé Modélisation de l ouvrage en éléments finis coques Mise en évidence de l insuffisance de ferraillage passif Se documenter sur les différents types de précontrainte et retenir un système Effectuer le dimensionnement de la précontrainte additionnelle pour rendre le réservoir conforme Croquis de principe Programme éléments finis Page 1

9 Sujet N : 4 Rénovation d une conduite d amenée - Blindage métallique + Porte fenêtre Fournier Bruno Spie batignolles ruegalliéni Boulogne-Billancourt / / Descriptif du projet Conduite d amenée d un barrage hydroélectrique creusée dans le rocher avec un blindage en béton armé en mauvais état Mise en place d un blindage métallique avec injection d un coulis de ciment à l interface Chagement de la porte dans la fen^tre d accès Prendre connaissance du dossier Blindage : modélisation de l ouvrage en éléments finis coques pour la justification en phase de montage (la justification en phase de service n est pas demandée) Porte d accès : conception, dimensionnement génie civil et métal Croquis de principe Programme éléments finis Page 2

10 Sujet N : 5 DIMENSIONNEMENT D UN PONT METALLIQUE TGV M. W. HOORPAH 41 rue du Val d Or Cormeilles en Parisis Descriptif du projet : CALCUL DE PONT MIXTE CORSE DU SUD Il s agit de la construction d un pont mixte acier béton en arc en démarrage de construction sur la RD81 en Corse du Sud Travail de Bureau d Etude : - Modélisation de la structure - Calcul des efforts et réactions dans la structure métal avec les charges Eurocodes - Vérification des sections - Métré de la quantité acier - Méthode de construction Logiciel de calcul de structures : SOFISTIK, ROBOT, SAP ou ANSYS Page 1

11 Sujet N : 6 DIMENSIONEMENT D UN PONT TGV A renseigner : Noms, Prénoms, adresses, Tel, M. W. HOORPAH 41 rue du Val d Or Cormeilles en Parisis Descriptif du projet : CALCUL DE PONT MIXTE ACIER BETON POUR le TGV Il s agit de la construction d un pont mixte acier béton sur la ligne Bordeaux et Tours en constryction par VINCI. Travail de Bureau d Etude : - Modélisation de la structure - Calcul des efforts et réactions dans la structure métal avec les charges des trains Eurocodes - Vérification des sections - Métré de la quantité acier - Méthode de construction Logiciel de calcul de structures : ROBOT,SOFISTIK, SAP ou ANSYS Page 2

12 Projet de fin d étude Master 2 Année 2011/2012 Intitulé du projet : (en 2 lignes maximum) Détermination des Méthodes dans la phase de préparation de chantier pour un projet d immeubles à Créteil Responsable(s) : (nom, prénom, fonction, entreprise, adresse, tel, fax, ) Codet Solenne UCP - DGC Descriptif du projet : (en 15 lignes maximum en faisant bien apparaître l objectif du projet) Dans le cadre de la préparation de chantier d un immeuble de bureau à Créteil (opération Spie- Batignolles), il vous est demandé d établir les méthodes. Pour cela, vous seront fournis les plans format papier et les documents nécessaires pour la réalisation de ce projet. Travail demande : (en définissant toutes les étapes du travail souhaité) Dans cette phase de préparation de chantier vous devrez : - Déterminez vos méthodes constructives - Etablir un métré - Etablir le Plan d Installation de chantier - Mettre en place le planning prévisionnel - Etablir les besoins en matériel et en main d œuvre - Etablir le planning matériel et MO Projet à réaliser exclusivement en binôme / en trinôme (rayer la mention inutile) Moyens nécessaires à la réalisation du projet (logiciels, équipements,.) - Connaissances d Autocad - Connaissances de MS Project Autres observations : (éventuellement)

13 Projet de fin d étude Master 2 Année 2011/2012 Intitulé du projet : (en 2 lignes maximum) Modélisation, calculs et dimensionnement d un ouvrage en Béton Armé. Responsable(s) : (nom, prénom, fonction, entreprise, adresse, tel, fax, ) Codet Solenne Cuny Joël UCP - DGC UCP - DGC Descriptif du projet : (en 15 lignes maximum en faisant bien apparaître l objectif du projet) Vous faites partie de l équipe d ingénieurs structures d une entreprise. A partir des plans d architecture et / ou des plans de coffrage, vous devez dimensionner une partie de l ouvrage, en suivant différentes étapes. Travail demande : (en définissant toutes les étapes du travail souhaité) Dans cette phase d études vous devrez : - Modéliser sous Revit Structures votre ouvrage en 3D - Etablir les plans de coffrage à partir de cette modélisation - Rédiger la note de calculs dite d hypothèses générales prenant en compte o Les charges s appliquant sur l ouvrage o les descentes de charges à effectuer sous Robot Structural Analysis - Dimensionner les porteurs verticaux et horizontaux d un niveau courant - Etablir les plans de ferraillage de ce niveau Projet à réaliser exclusivement en binôme / en trinôme (rayer la mention inutile) Moyens nécessaires à la réalisation du projet (logiciels, équipements,.) - Utilisation de logiciels informatiques comme Revit Structures, Robot Structural Analysis, Autocad - Dimensionnement des armatures suivant le BAEL 91 modifié 99 ou suivant l EN Etablissement des charges suivant l EN 1991 Les programmes informatiques sont disponibles sur le site students.autodesk.com Autres observations : (éventuellement)

14 Projet de fin d étude Master 2 Année 2011/2012 Intitulé du projet : (en 2 lignes maximum) Modélisation par éléments finis en 2D d un béton léger Responsable(s) : (nom, prénom, fonction, entreprise, adresse, tel, fax, ) Codet Solenne UCP - DGC Descriptif du projet : (en 15 lignes maximum en faisant bien apparaître l objectif du projet) Vous faites partie de l équipe d ingénieurs recherche et vous cherchez les caractéristiques d un «nouveau» matériau afin de voir s il est intéressant de la produire. Ce «nouveau» matériau est un béton léger à base de billes de verre. Vous devez modéliser en 2D des cellules élémentaires pour connaitre le comportement mécanique de ce matériau. Travail demande : (en définissant toutes les étapes du travail souhaité) Comme vous ne connaissez pas le logiciel d éléments finis, la première étape consiste à prendre en main ce programme un peu compliqué au premier abord mais qui offre de nombreuses possibilités. Une fois la prise en main effectuée, vous devez modéliser la structure à étudier en fonction des différentes caractéristiques des matériaux Un rapport de synthèse est à rédiger qui fera office du rapport de PFE. Projet à réaliser exclusivement en binôme / en trinôme (rayer la mention inutile) Moyens nécessaires à la réalisation du projet (logiciels, équipements,.) - Utilisation du logiciel d éléments finis Cast3M Ce logiciel est gratuit et disponible sur le site Autres observations : (éventuellement) C est un projet plutôt tourné vers la recherche qui répond à un besoin réel d une entreprise du BTP

15 Projet de fin d étude Master 2 Année 2011/2012 Intitulé du projet : (en 2 lignes maximum) Modélisation d un ouvrage à partir des maquettes d un architecte Responsable(s) : (nom, prénom, fonction, entreprise, adresse, tel, fax, ) Codet Solenne UCP - DGC Descriptif du projet : (en 15 lignes maximum en faisant bien apparaître l objectif du projet) Vous faites partie de l équipe d ingénieurs structures d une entreprise. Vous devez travaillez en collaboration avec un architecte qui vous soumet cette maquette à modéliser. Vous devez en plus de respecter la forme du projet (sinon gare à la colère de l archi!) placer les planchers intermédiaires Travail demande : (en définissant toutes les étapes du travail souhaité) A partir du descriptif du projet vous devrez : - Réaliser la maquette en respectant les dimensions (le matériel est fourni) - Modéliser l ouvrage en grandeur réelle avec le logiciel de votre choix (Robot, Tekla, Rhino) - Etudier le fonctionnement de l ouvrage (l ouvrage fini ne comportera pas le poteau central Tout tient grâce à la coque extérieure ) Projet à réaliser exclusivement en 2 binômes / en trinôme (rayer la mention inutile) Moyens nécessaires à la réalisation du projet (logiciels, équipements,.) - Utilisation de logiciels informatiques comme Revit Structures, Robot Structural Analysis, Autocad, Tekla, Rhino Les programmes informatiques sont disponibles sur le site students.autodesk.com ou en salle informatique (sous pour Rhinoceros) Autres observations : (éventuellement) C est un projet architectural. Les mots clés sont «ouverture d esprit», initiative, ingéniosité, curiosité et tenacité

16 Sujet n : 12 Créer un Plan d Installation de Chantier environnemental CHEBLI Mokrane QUALICONSULT : 1bis rue du Petit Clamart Vélizy Cedex Descriptif du projet L une des phases les plus impactante d un point de vue environnementale est la phase exécution. A cet effet des cahiers des charges à l attention des entreprises sont conçus en amont afin de décrire les points sensibles et les solutions à préconiser afin de garantir un chantier propre. A l ouverture du chantier le premier document établi par les entreprise est le plan d installation de chantier (PIC). L objectif sera d établir un PIC intégrant l ensemble des préoccupations environnementales. Décrire brièvement les lots techniques se succédant pendant la phase chantier sous les trois angles suivants : impacts environnementaux au niveau de la parcelle / sur la santé humaine / sur le confort des riverains. Préconiser des solutions techniques / équipements / matériaux permettant de réduire chaque impact identifié par lot technique. Etablir une fiche synthétique pour les lots les plus impactants (liste à définir en réunion de travail) : fiche A4 reprenant un descriptif sommaire du lot / les impacts synthétisés / les solutions préconisées pour limiter chaque impact. Identifiez sur le plan d installation de chantier fourni les solutions ou outils qui peuvent y être intégrés afin de limiter les impacts du chantier sur la parcelle / la santé humaine / le confort des riverains : zone de traitement des éventuels polluants, gestion des déchets, outils de communication à l attention des riverain, Plan de masse Plan de voirie Identification des sources, Contact des fournisseurs

17 Sujet N :13 Les matériaux et équipements innovants d un point de vue environnemental CHEBLI Mokrane QUALICONSULT : 1bis rue du Petit Clamart Vélizy Cedex Descriptif du projet Cette dernière décennie, les nouveaux procédés constructifs se sont multipliés pour parvenir aux objectifs environnementaux fixés par les Etats et faire face à l évolution des attentes de l usager en termes de confort et de respect de la santé. Dans le cadre d une veille technique dans le domaine de la qualité environnementale du bâtiment, il est nécessaire d être informé du panel de produits auxquels le maître d ouvrage, le maître d œuvre ou les entreprises peuvent avoir recours. Les étudiants devront réaliser un état de l art des procédés constructifs innovants classés selon les thèmes abordés par les certifications environnementales (thermique, acoustique, chantier à faible nuisance, gestion de l eau, ). Le produit final devra se présenter sous forme de fiches produits avec une comparaison coût/efficacité/durabilité par thème. Les fiches devront comporter toutes les informations nécessaires à la découverte des nouveaux produits. Grille d évaluation HQE, Identification des niveaux atteints à travers ces matériaux / matériels (niveau base, niveau performant, niveau très performant).

18 Sujet n : 14 Solutions alternatives de régulation des eaux pluviales : objectif rejet zéro CHEBLI Mokrane QUALICONSULT : 1bis rue du Petit Clamart Vélizy Cedex Descriptif du projet L artificialisation des sols perturbe le bilan hydrologique des territoires, appauvrie les nappes phréatiques en empêchant leurs recharges, oblige la création de réseaux d'évacuation et accentue la saturation des stations d'épuration. Par conséquent, les communes exigent de plus en plus l infiltration totale à la parcelle des eaux pluviales sur les nouveaux projets de construction. Il est donc indispensable d identifier les surfaces sur lesquelles des systèmes de régulation peuvent être mis en place, l efficacité de ces systèmes, la facilité de mise en œuvre et l impact sur l enveloppe budgétaire d un projet de chaque système. Nous vous demandons d identifier des systèmes alternatifs et/ou naturels applicables au bâtiment et à la parcelle. Chaque interface ou solution identifiée mettre en exergue leurs particularités, le système d entretien et leurs efficacités sur la rétention globale du projet et l impact budgétaire sur l enveloppe d un maître d ouvrage. Grille d évaluation HQE Identification des niveaux atteints à travers la cible HQE n 05

19 Sujet N : 15 Isolation acoustique dans l'université : mesures et solutions Vincent Bouquerel 16 rue Monmory Vincennes Tel : Descriptif du projet L'université présente certains problèmes d'isolation acoustique entre locaux. Cela est notamment le cas entre les salles de TD A101, A102, A103 ainsi qu'entre la salle A010 et son environnement. Le projet consiste donc à caractériser l'acoustique de ces salles et à proposer des solutions, en tenant compte de la règlementation et des différentes contraintes. Les étudiants iront jusqu'au chiffrage des différentes solutions. Le travail commence par une recherche bibliographie sur la règlementation acoustique afin de savoir à quelles caractéristiques les différentes salles doivent-elles répondre en termes d'isolation. Il faut alors rechercher la où les normes acoustiques permettant de réaliser les mesures afin de caractériser l'isolement de ces salles. Les étudiants procèdent ensuite aux mesures dans les différentes salles ainsi que pour des salles a priori "conformes" puis comparent les résultats aux valeurs règlementaires. Ils doivent alors proposer une solution (type(s) de matériaux, surface(s), emplacement, technique(s) de mise en œuvre) afin de respecter au minimum la règlementation acoustique. Le choix des solutions finalement présentées tiendra compte, à la fois, des contraintes de coût, des différentes règlementations, du public, des équipements techniques et des recherches bibliographiques. Source de bruit rose disponible à l'iut? Sonomètre de classe 1 et logiciel de dépouillement des données Je peux fournir si besoin Logiciel Acoubat En cours d'acquisition par l'université Autocad pour la présentation de la solution Page 1

20 Sujet N : 16 Correction acoustique des salles de TD B307 et A109 Vincent Bouquerel 16 rue Monmory Vincennes Tel : Descriptif du projet : Les salles de TD B307 et A109 présentent une acoustique non adaptées à une salle de TD, la réverbération dans ces salles est trop importante. Ces salles n'étant pas, initialement, destinées à cet usage, elles n'ont pas été traitées en conséquence. Le projet consiste donc à caractériser l'acoustique de ces salles et à proposer des solutions, en tenant compte de la règlementation et des différentes contraintes, afin de corriger les problèmes d'intelligibilité. Les étudiants iront jusqu'au chiffrage des différentes solutions. Le travail commence par une recherche bibliographie sur la règlementation acoustique afin de savoir à quelles caractéristiques une salle de TD doit-elle répondre. Il faut alors rechercher la où les normes acoustiques permettant de réaliser les mesures afin de caractériser les salles de TD. Les étudiants procèdent ensuite aux mesures dans les salles de TD B307 et A109 ainsi que dans une salle a priori "conforme" puis comparent les résultats aux valeurs règlementaires. Ils doivent alors proposer une solution (type(s) de matériaux, surface(s), emplacement, technique(s) de mise en œuvre) afin de respecter au minimum la règlementation acoustique. Le choix de la solution finalement présentée tiendra compte, à la fois, des contraintes de coût, des différentes règlementations, du public, des équipements techniques et des recherches bibliographiques. Source de bruit impulsionnelle (pistolet d'alarme) Je peux fournir si besoin Sonomètre de classe 1 et logiciel de dépouillement des données Je peux fournir si besoin Autocad pour la présentation de la solution Page 1

21 Sujet N : 17 Le bâtiment économe. Responsable. KUHN Frédéric, Architecte DPLG, EIFFAGE TP. 56 Avenue Foch Fontenay sous bois Port : , Tel Bureau : Descriptif du projet En France, l immobilier représente un potentiel considérable d économie d énergie, à l horizon de 2050 ce sera aussi un facteur important du nouvel objectif de la division par 4 de l émission des GES (Gaz à effet de Serre). Un bâtiment économe est un bâtiment capable de maitriser ses dépenses d énergie pour accompagner la mutation écologique, géopolitique et planétaire du 21 ème siècle. A cette fin, un certain nombre de thèmes pourront être abordés dans notre étude et notamment : la conception bioclimatique, l efficacité énergétique, le recours aux énergies renouvelables, l isolation renforcée, l éclairage naturel et artificiel, les équipements à basse consommation. -1/ Une étude (Enjeux, Réalisations, Solutions et Recherches actuelles etc.) -2/ Un projet La réalisation de l avant-projet détaillé (programme à définir, y compris présentation graphique) 2.2 La rédaction d une partie du CCTP (avec étude de prix éventuelle). - 1 logiciel de dessin et de traitement de texte (voir 1 logiciel de rédaction de CCTP et 1 logiciel de calculs thermiques), 1 accès à Internet. Page 1

22 Sujet N : 18 Utilisation des silices cristallines dans la préparation des mortiers Salima AGGOUN, UCP, Annelise COUSTURE, UCP, Descriptif du projet Dans la fabrication des bétons on utilise classiquement des silices amorphes (fumées de silice) qui ont la réputation d une grande réactivité vis à vis de la chaux. Il semble naturel de se poser la question de l utilisation des silices cristallisées comme le quartz. En effet ce produit industriel est disponible en grande quantité avec différentes granulométries. Ces produits sont blancs et possèdent des qualités chimiques et physiques bien définies et reproductibles. Une étude technique préalable a été effectuée (PFE ) concernant les propriétés mécaniques comparées des mortiers contenant des fumées de silice et des quartz. Elle a démontré que l utilisation des quartz broyés pouvait dans certains cas remplacer les fumées de silice amorphes. On obtient des résistances mécaniques équivalentes et parfois supérieures. Par ailleurs une réflexion sur le problème des empilements de sphères semble indiquer que l on peut utiliser des quartz de granulométries supérieures à ce qui a été utilisé dans l étude préalable On complétera donc ce travail en utilisant des concentrations en quartz plus élevées dans les mortiers. Elles pourront atteindre 30 % avec des ultra fines de quartz ; Des opérations identiques seront effectuées avec des quartz de plus gros diamètre. On accordera une grande attention au problème de la quantité de superplastifiant qui devrait se trouver réduite par rapport aux fumées de silice car les quartz consomment peu ce réactif - Une étude bibliographique sur ce sujet est déjà réalisée (éventuellement à compléter). - Des mortiers seront réalisés et les résistances mécaniques mesurées à 2, 7 et 28 jours ; Des échantillons seront conservés pour des tests à 90 jours. - Afin de mieux comprendre les processus, on effectuera des analyses physico-chimiques permettant de comprendre les phénomènes mis en jeu : L analyse ATD permettra de suivre la disparition de la chaux et donc de déterminer la réactivité des différents quartz. On pratiquera la porosimétrie au mercure afin de suivre la disparition ou l apparition des vides interparticulaires On pratiquera aussi des examens au microscope MEB des surfaces des échantillons - Les équipements du laboratoire béton du département de Génie Civil, - Les outils informatiques nécessaires à l exploitation des résultats et la rédaction du rapport final Page 1

23 Sujet N : 19 Etude de l interaction ciment-addition-adjuvant Salima AGGOUN, UCP, EH.KADRI, UCP, Descriptif du projet Avec l apparition d adjuvants de nouvelles générations, l utilisation de fines très particulières, l'élaboration d'un béton doté d ultra-hautes performances devient de plus en plus possible. Dans ce contexte, une compréhension fondamentale de ce qui se passe au niveau de l hydratation et de l évolution de la microstructure (nous nous limitons à la porosité) devient indispensable. Il est clair qu une interaction physico-chimique entre ciment, fines et adjuvants aura des effets sur les propriétés du béton en phase de durcissement ainsi que sur ses caractéristiques finales à l état durci. L objectif de ce travail consiste à étudier l interaction physico-chimique entre le ciment, les fines et les adjuvants dans les matériaux cimentaires à hautes et très hautes performances. Ainsi, on s intéressera plus particulièrement au phénomène d hydratation, à l ouvrabilité et au développement des propriétés mécaniques. L étude sera réalisée en utilisant les méthodes suivantes : - Détermination de la chaleur d hydratation par des méthodes semi-adiabatiques ; - Détermination de l ouvrabilité par des méthodes de mesure classiques affaissement et/ou étalement ; - Détermination de l évolution des propriétés mécaniques (résistance à la compression, ) - Et éventuellement des examens par microscopie MEB des surfaces des échantillons complèteront l étude. - Les équipements du laboratoire béton du département de Génie Civil, - Les outils informatiques nécessaires à l exploitation des résultats et la rédaction du rapport final Page 1

24 Sujet N : 20 Etude des mortiers à base de matrice bio-ressourcée Salima AGGOUN, UCP, Descriptif du projet Le ciment composant principal du béton est considéré comme source de pollution, à cause de son procédé de fabrication nécessitant beaucoup d énergie et dégageant des déchets toxiques (notamment des gaz à effet de serre : CO 2 CO NOX etc.). Pour limiter ces gaz dégagés dans l atmosphère, il faut limiter la production du ciment et par conséquent son utilisation dans le béton. Dans cette optique nous envisageons la mise au point de mortiers qui contiennent un dosage très faible en ciment. Ainsi, une grande part du ciment sera remplacée par d autres matériaux dits «bioressourcés». Ceci permet de réduire, d une part le coût de revient des matériaux de construction et d autre part les émissions de gaz à effet de serre (GES). Or la réduction du dosage en ciment peut avoir une influence défavorable sur les performances mécaniques voire rhéologiques des matériaux. L objectif de ce travail consiste à étudier influence des matériaux dits bio-ressourcés sur l ouvrabilité et le développement des performances mécaniques des matériaux cimentaires. Le travail demandé est essentiellement expérimental est consiste en : - Détermination de l ouvrabilité par des méthodes de mesure classiques d affaissement et/ou d étalement ; - Détermination de temps de prise par la méthode classique de Vicat - Détermination de la chaleur d hydratation par des méthodes semi-adiabatiques ; - Détermination de l évolution des propriétés mécaniques (essentiellement la résistance à la compression). - Les équipements du laboratoire béton du département de Génie Civil, - Les outils informatiques nécessaires à l exploitation des résultats et la rédaction du rapport final Page 1

25 Sujet N : 21 Etude de l influence des entraîneurs d air sur la rhéologie des mortiers Salima AGGOUN, UCP, Abdelhak KACI, UCP, Descriptif du projet Le béton durci contient naturellement une certaine quantité d air provenant, soit d un entraînement lors du malaxage, soit de l évaporation de l eau de gâchage non fixée. Cet air (de l ordre de 20 l/m 3, soit 2 % du volume) est réparti de manière aléatoire. En revanche, l entraîneur d air permet d en entraîner un volume supérieur et de le répartir uniformément. La résistance au gel du béton durci, ainsi que sa résistance aux sels de déverglaçage, sont considérablement améliorées. Les microbulles qui coupent les réseaux des capillaires limitent le développement des contraintes dues au gel de l eau interstitielle. Ce qui permet d'améliorer la durabilité du béton soumis à l'action du gel-dégel. Or, la présence d un volume important de bulles d air provoque la chute des résistances mécaniques en compression. Par contre, selon certaines études, l emploi d entraîneur d air pourrait améliorer les propriétés rhéologiques du béton frais. Or s il s avère que l'air entraîné augmente l'ouvrabilité du béton, alors le rapport eau-ciment pourrait être réduit et du même coup la résistance à la compression du béton améliorait. Ainsi l objectif de ce projet est d analyser l effet de l entraîneur d air sur les propriétés rhéologiques à l état frais ainsi que sur les résistances mécaniques en compression des matériaux cimentaires (pâtes et mortiers). - Une étude bibliographique sur ce sujet est déjà réalisée (éventuellement à compléter) ; - Des propriétés rhéologiques sur pâtes et mortiers à l état frais seront mesurées ; - Des éprouvettes de mortiers de dimension 4*4*16 cm seront réalisées et les résistances mécaniques mesurées à 2, 7 et 28 jours ; Des échantillons seront conservés pour des tests à 90 jours. - Des essais de porosimétrie au mercure seront effectués afin de mieux comprendre la distribution des vides. Ces essais seront, éventuellement complétés par des examens au microscope électronique à balayage (MEB). - Les équipements du laboratoire béton du département de Génie Civil, - Les outils informatiques nécessaires à l exploitation des résultats et la rédaction du rapport final Page 1

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment Renaud Caplain Maître de conférences CNAM Paris vendredi 30 janvier 2009 1 Les matériaux dans le bâtiment Trois grandes catégories et, très vite, une quatrième.

Plus en détail

Aide à l isolation de l habitat

Aide à l isolation de l habitat Aide à l isolation de l habitat Dans le cadre de l élaboration du Schéma Régional Climat Air Energie dit SRCAE, l état des lieux énergétique a mis en évidence la part du secteur du bâtiment dans le bilan

Plus en détail

3.2 Les adjuvants. Historique. La classification. Le rôle des adjuvants. Les adjuvants modifiant l ouvrabilité du béton

3.2 Les adjuvants. Historique. La classification. Le rôle des adjuvants. Les adjuvants modifiant l ouvrabilité du béton 3.2 Les adjuvants Historique Dès les origines de la fabrication du béton de ciment Portland, commencent les recherches sur l incorporation de produits susceptibles d améliorer certaines de ses propriétés.on

Plus en détail

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE Annexe 1 Page 1 1. FINALITES DE L UNITE DE FORMATION 1.1. FINALITES GENERALES Dans le respect de l article 7 du décret de la Communauté française du 16 avril 1991 organisant l enseignement de promotion

Plus en détail

5.4 Le béton prêt à l emploi BPE

5.4 Le béton prêt à l emploi BPE 5.4 Le béton prêt à l emploi BPE L origine et le développement du BPE L appellation «Béton Prêt à l Emploi» (BPE) est réservée au béton préparé en usine dans des installations fixes (centrales) et transporté

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale :

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : 1 -la politique sectorielle 2 - les applications au sein

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

2.2.2 - Les domaines d emploi du béton

2.2.2 - Les domaines d emploi du béton 2.2.2 - Les domaines d emploi du béton Le bâtiment Le béton tient une place essentielle dans l urbanisme moderne. Cela semble normal lorsqu on considère sa participation dans la construction de logements

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

Visite de chantier du nouveau bâtiment de l Administration de la nature et des forêts à Diekirch. Projets pilotes à énergie positive

Visite de chantier du nouveau bâtiment de l Administration de la nature et des forêts à Diekirch. Projets pilotes à énergie positive Visite de chantier du nouveau bâtiment de l Administration de la nature et des forêts à Diekirch Projets pilotes à énergie positive Dossier de presse 26 août 2014 Le nouveau bâtiment administratif pour

Plus en détail

>I En savoir plus I Développement durable

>I En savoir plus I Développement durable g Qu est ce que c est? 1987 Rapport Brundtland Commission des Nations Unies sur l Environnement et le Développement «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Formation. Logements BBC à ossature métallique

Formation. Logements BBC à ossature métallique Formation Logements BBC à ossature métallique Module 1 La RT2012 Comprendre les enjeux de la nouvelle réglementation thermique, identifier les principales exigences et acquérir des notions de thermique

Plus en détail

DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE

DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE À L ADJONCTION DE GRANULATS DE PNEUS USAGÉS NON RÉUTILISABLES «Les plastiques et caoutchoucs pour un bâtiment performant et durable» 6 et 7 novembre 2013 - Paris Aliapur

Plus en détail

Présentation de ce document :

Présentation de ce document : Préconisations et propositions Présentation de ce document : La mise en place du nouvel enseignement STI2D en spécialité présente plusieurs difficultés : - Un référentiel de formation modifié contenant

Plus en détail

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION 2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION Désignation de la classe Description de l'environnement 1 - Aucun risque de corrosion ni d'attaque Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes expositions,

Plus en détail

FORMATION 2015-2016. ADNE Ingénierie - 7, Impasse du Châtelet 85000 LA ROCHE SUR YON. www.adne-ingenierie.com / dsakami@adne-ingenierie.

FORMATION 2015-2016. ADNE Ingénierie - 7, Impasse du Châtelet 85000 LA ROCHE SUR YON. www.adne-ingenierie.com / dsakami@adne-ingenierie. FORMATION 2015-2016 ADNE Ingénierie - 7, Impasse du Châtelet 85000 LA ROCHE SUR YON www.adne-ingenierie.com / dsakami@adne-ingenierie.com Tél: 02.51.31.42.66 Fax: 09.89.58.41.27 SIRET : 52099347800020

Plus en détail

Assistant Maître d'ouvrage en Amélioration de l'habitat

Assistant Maître d'ouvrage en Amélioration de l'habitat Assistant Maître d'ouvrage en Amélioration de l'habitat Étude de cas Diagnostic et conception de projet Visite d'étude (quartier St jean) Formateurs : Ingénieur Matériaux Spécialiste de la rénovation basse

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour août 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction La règlementation Thermique 2012 s applique à tous les logements

Plus en détail

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire.

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire. Maison individuelle exemplaire : éco-innovante et reproductible Règlement de l appel à projets Date limite de réception des dossiers : 1 er octobre 2009 12 h Objectifs de l appel à projets Le secteur du

Plus en détail

Construction et Isolation. 20 MINUTES pour vous assurer que votre future maison sera un investissement rentable dans 10, 15, 20 ans!

Construction et Isolation. 20 MINUTES pour vous assurer que votre future maison sera un investissement rentable dans 10, 15, 20 ans! Construction et Isolation 20 MINUTES pour vous assurer que votre future maison sera un investissement rentable dans 10, 15, 20 ans! Achèteriez-vous aujourd hui une maison de classe énergie E? Bien évidemment

Plus en détail

Les matériaux de construction

Les matériaux de construction Les matériaux de construction Il existe de nombreux matériaux de construction aux caractéristiques très diverses qu il faut prendre en compte afin de réaliser une construction durable, économique du point

Plus en détail

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT 1 Le BETON AUTOPLAÇANT fait l objet de règles complémentaires dans la norme NF EN 206-9 Cette norme précise les règles qui s appliquent au BAP en complément des règles communes

Plus en détail

ISOPRÉ. Le prémur à isolation extérieure qui reste à l intérieur

ISOPRÉ. Le prémur à isolation extérieure qui reste à l intérieur Le prémur à isolation extérieure qui reste à l intérieur ISOPRÉ 2 3 Choisir L ISOPRÉ C est bénéficier des avantages du prémur : Une solution sur-mesure Optimisation de la main-d œuvre et réduction des

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Centre de Ressources, d Accompagnement et de Formations pour la Construction Durable et la Performance Énergétique en Aquitaine 159 Avenue de l alouette 33700 Mérignac OFFRE DE FORMATIONS 2015 LA CDPEA

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour décembre 2012 Introduction La règlementation Thermique 2012 est entrée en vigueur en octobre 2011 pour les logements situés en zone ANRU. Elle

Plus en détail

Métiers d études BTP

Métiers d études BTP Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études BTP Direction technique Ingénieur avant-vente ou affaires Dessinateur,

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Métallerie. Construction Durable

Métallerie. Construction Durable Métallerie & Construction Durable Les Métalliers s informent Les Métalliers se forment Les Métalliers s engagent Aujourd hui, les préoccupations de construction durable se font de plus en plus ressentir

Plus en détail

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid 7.3 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Le bétonnage par temps chaud Les conditions climatiques ont une grande influence sur la qualité finale du béton. Il convient de se préoccuper de cette sensibilité

Plus en détail

Construire des Ouvrages d'art en Béton Les contrôles en cours de chantier

Construire des Ouvrages d'art en Béton Les contrôles en cours de chantier Construire des Ouvrages d'art en Béton Les contrôles en cours de chantier Philippe DROY (CETE Lyon DLL) 19-20 janvier 2011 SOMMAIRE Levée du point d arrêt avant bétonnage Réception sur site et contrôle

Plus en détail

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E Charline Boyer 02 545 58 35 charline.boyer@confederationconstruction.be M O D U L E S G É N É R A U X I N I T I A T I O N S 1. E CO-

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : La brique cellulaire (YTONG) Rédaction : Aouad Roger/ Etudiant ETC 3 ème année Date : 23 novembre 2007 Généralité 1. Histoire En 1924, J.A Eriksson,

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura 19-06-2015 Approche Bilan Carbone Réf Date Auteur V1 04/06/15 ELAN V2 15/06/15 ELAN V3 19/06/15 ELAN ELAN 1, avenue Eugène Freyssinet 78061 SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

Plus en détail

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques Activité 42 : Découvrir des facteurs d érosion de la roche 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Géologie externe ; évolution des paysages Notions. contenus Compétences Exemples d activités

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un nouvel ouvrage est paru en 2013, destiné aux artisans, entreprises, architectes, maîtres d œuvre et maîtres d ouvrage,

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

La maison zéro énergie (ou énergie positive)

La maison zéro énergie (ou énergie positive) La maison zéro énergie (ou énergie positive) Maison qui consomme pas ou peu d énergie Utilise des énergies renouvelables Respectueuse de l'environnement Avantages : - Diminution du bilan carbone (moins

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

L isolation des pavillons

L isolation des pavillons L isolation des pavillons Réalisé par Mathilde et Maxime 1 Que connaissez-vous comme type d isolation. Donnez une définition. Nous connaissons deux types d isolant : - les isolants thermiques - les isolants

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

TECHNICIEN EN CONSTRUCTION ET TRAVAUX PUBLICs

TECHNICIEN EN CONSTRUCTION ET TRAVAUX PUBLICs TECHNICIEN EN CONSTRUCTION ET TRAVAUX PUBLICs Les cours du technicien en construction et travaux public sont susceptibles de se donner du lundi au vendredi de 8h00 à 17h00 et le samedi matin (en cours

Plus en détail

Mémento du béton cellulaire Données de base pour la conception et la réalisation

Mémento du béton cellulaire Données de base pour la conception et la réalisation Syndicat national du béton cellulaire Mémento du béton cellulaire Données de base pour la conception et la réalisation Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11647-0 TABLE DES MATIÈRES Mémento du béton cellulaire

Plus en détail

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz VILLE DE METZ JUIN 2011 Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz Notice réalisée par le groupement S2E UBIQUE dans le cadre de sa mission d assistance à maîtrise d ouvrage. SOMMAIRE

Plus en détail

L ARCHITECTURE AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION EN BOIS CONCOURS D IDEES N 2 : ARCHITECTURE INNOVANTE / CONSTRUCTION HETRE DE HETRE

L ARCHITECTURE AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION EN BOIS CONCOURS D IDEES N 2 : ARCHITECTURE INNOVANTE / CONSTRUCTION HETRE DE HETRE L ARCHITECTURE AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION EN BOIS DE HETRE CONCOURS D IDEES N 2 : ARCHITECTURE INNOVANTE / CONSTRUCTION HETRE Objet : Construction d une Maison du vélo / VTT Commune d implantation :

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Votre assistant en. maîtrise de l énergie

Votre assistant en. maîtrise de l énergie Votre assistant en maîtrise de l énergie Pour nous contacter Siège Social : 40 rue du Général de Gaulle - 53800 Renazé 02 43 06 38 55 Agence Laval : Bd de la Communication 53950 Louverné 02 43 49 81 52

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Avantages des postes préfabriqués MT/BT 3. Choix du matériel par utilisation 4. Poste MT/BT à couloir de manœuvre: CLIPPER 6

Avantages des postes préfabriqués MT/BT 3. Choix du matériel par utilisation 4. Poste MT/BT à couloir de manœuvre: CLIPPER 6 SOMMAIRE Avantages des postes préfabriqués MT/BT 3 Choix du matériel par utilisation 4 Poste MT/BT à couloir de manœuvre: CLIPPER 6 Poste MT/BT compartimenté: ALTO L4 8 Poste MT/BT bas de poteau: ALTO

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

Inconvénients : Dégradations mécaniques, et des performances thermiques en présence d humidité.

Inconvénients : Dégradations mécaniques, et des performances thermiques en présence d humidité. L isolation est très importante dans le bâtiment. C est elle qui permet de réduire les pertes de chaleur. Cette isolation peut se faire avec plusieurs matériaux d origine très diverses. - D origine minérale

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2015 et 2016 Contexte Pour répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux du secteur du bâtiment,

Plus en détail

Programme détaillé 2014-2015. Filière d Ingénieur GENIE CIVIL

Programme détaillé 2014-2015. Filière d Ingénieur GENIE CIVIL Libellé long UE Crédits ECTS Semestre 5 30 Mécanique - Matériaux 7 Mécanique des fluides parfaits Résistance des matériaux 1 Physique des matériaux Maths - Informatique - Physique 8 Algèbre (mise à niveau)

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê2 011,ÊI SBNÊ:Ê9 78-2-212-12979-3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie 1

Plus en détail

La démarche HQE ou Haute Qualité Environnementale est une démarche volontariste d optimisation de la consommation d énergie.

La démarche HQE ou Haute Qualité Environnementale est une démarche volontariste d optimisation de la consommation d énergie. la laine de roche pourquoi La démarche HQE ou Haute Qualité Environnementale est une démarche volontariste d optimisation de la consommation d énergie. La démarche HQE permet de réduire la consommation

Plus en détail

Catalogue d éléments de construction. Isolation thermique selon la norme SIA 380/1. Standard sans énergies renouvelables

Catalogue d éléments de construction. Isolation thermique selon la norme SIA 380/1. Standard sans énergies renouvelables Isolation thermique selon la norme SIA 380/1 Standard sans énergies renouvelables Standard pour les transformations Standard pour constructions basse énergie Standard pour maisons passives Catalogue d

Plus en détail

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel I n t r o d u c t i o n Quelques données générales La Terre est née il y a 4,5 milliards d années. L eau a alors permis la naissance de la vie. Il

Plus en détail

ACOUSTIQUE DES CLOISONS

ACOUSTIQUE DES CLOISONS ISOLATION ACOUSTIQUE DES CLOISONS MOBILES, DÉMONTABLES ET AMOVIBLES Plafonds suspendus et barrières phoniques 1 ISOLATION ET ABSORPTION ACOUSTIQUE Ne pas confondre! Un matériau peut être caractérisé par

Plus en détail

Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton

Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton C. Lanos, C. Baux, Y. Mélinge LGCGM EA 3913 Equipe MT-Rhéo Rennes, France. Christophe.lanos@univ-rennes1.fr

Plus en détail

Contacts : Nicolas STOECKEL 04 84 25 09 14 Valérie CROIZET (Agence Histoire des Suds) 06 12 26 50 28

Contacts : Nicolas STOECKEL 04 84 25 09 14 Valérie CROIZET (Agence Histoire des Suds) 06 12 26 50 28 Contacts : Nicolas STOECKEL 04 84 25 09 14 Valérie CROIZET (Agence Histoire des Suds) 06 12 26 50 28 Envie de devenir propriétaire tout en protégeant l environnement et votre porte-monnaie? Le concept

Plus en détail

Liaisons de dalles en porteà-faux avec d excellentes performances en matière d isolation thermique, d aptitude au service et de sécurité structurale.

Liaisons de dalles en porteà-faux avec d excellentes performances en matière d isolation thermique, d aptitude au service et de sécurité structurale. ASCHwAnden-QuALiTy SePTembre 2015 ARBO éléments d armature thermoisolants pour la liaison d éléments structuraux en béton armé Liaisons de dalles en porteà-faux avec d excellentes performances en matière

Plus en détail

LES SOLUTIONS BBC YTONG

LES SOLUTIONS BBC YTONG LES SOLUTIONS BBC Logements collectifs et bâtiments tertiaires Résidence ROQUEMAUREL (Toulouse) Architecte : François LAWRENCE LE BÉTON CELLULAIRE Résidence EHPAD (Bourges - 18) Architecte : Benoît SPINGA

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 18 mars 2009 1 OBJET Prescriptions des principes relatifs à la protection de l environnement et au développement durable. 2 BUT La Société du Centre des congrès de Québec

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir

etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec mastix ms-polymer noir MASTIX MS-Polymer noir etanchéité des joints dans les ouvrages en béton collage des bandes bfl-mastix avec Bande BFL-Mastix type R revêtue de gravillons sur trois faces Cordon de sécurité Plan de collage MASTIX MS-Polymer noir

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Evelina NASONOVA. Introduction :

Evelina NASONOVA. Introduction : MEMOIRE SCHEMA DIRECTEUR DEVELOPPEMENT DURABLE POUR UNE USINE RENAULT DANS LE MONDE SOUTENU LE 21 NOVEMBRE 2006 A L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES Evelina NASONOVA Ce travail a été réalisé au sein

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 23 juillet 2013 modifiant l arrêté du 30 mai 1996 relatif aux modalités de classement des infrastructures

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Projet de Fin d'etudes (PFE)

Projet de Fin d'etudes (PFE) Projet de Fin d'etudes (PFE) PFE au Département Télécommunication Un PFE est un projet : 1. de Recherche et Développement : le but du projet doit être le développement de technologies (plateformes, architectures,

Plus en détail

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN La dernière invention DUOSUN est un capteur solaire thermique qui fonctionne bien mieux. Il est moins cher et est plus propre que les autres produits actuellement disponibles. Ce capteur est destiné à

Plus en détail

PLAN ISOLATION DES BATIMENTS PUBLICS

PLAN ISOLATION DES BATIMENTS PUBLICS PLAN ISOLATION DES BATIMENTS PUBLICS DEMANDE DE SUBVENTION REGIONALE DANS LE CADRE DU CONTRAT DE PAYS DE BOURGES IDENTIFICATION DE L OPERATION DANS LE CONTRAT REGIONAL DE PAYS Opération identifiée : oui/non*

Plus en détail

Description des essais et instrumentation

Description des essais et instrumentation Description des essais et instrumentation Louis Demilecamps Hervé Lançon Xavier Bourbon CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) PROGRAMME EXPÉRIMENTAL Tests de flexion sur blocs parallélépipédiques (RL)

Plus en détail

REHABILITATION DURABLE ET DIAGNOSTIC TECHNIQUE EN BATI ANCIEN

REHABILITATION DURABLE ET DIAGNOSTIC TECHNIQUE EN BATI ANCIEN Centre de formation à la réhabilitation du patrimoine architectural REHABILITATION DURABLE ET DIAGNOSTIC TECHNIQUE EN BATI ANCIEN PRESENTATION Les travaux de réhabilitation des bâtiments existants se trouvent

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les modules solaires photovoltaïques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

Concepts de réhabilitation par Schöck. Pour les constructions existantes.

Concepts de réhabilitation par Schöck. Pour les constructions existantes. Concepts de réhabilitation par Schöck. Pour les constructions existantes. Diminution des ponts thermiques au niveau des liaisons de balcons dans les bâtiments anciens. Avec le rupteur Schöck Isokorb. 2

Plus en détail

Conseil en énergie pour les propriétaires Offre neutre et personnalisée

Conseil en énergie pour les propriétaires Offre neutre et personnalisée Conseil en énergie pour les propriétaires Offre neutre et personnalisée Faites des économies d énergie et d argent Les propriétaires le savent bien: la lessive, la cuisine et l éclairage consomment de

Plus en détail

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable Le concept de développement durable est aujourd hui incontournable

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail