Master 2 Génie civil & Infrastructures. Projets de fin d études

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Master 2 Génie civil & Infrastructures. Projets de fin d études"

Transcription

1 Master 2 Génie civil & Infrastructures Projets de fin d études Année universitaire : 2011 / 2012

2 1. Objet Le projet de fin d études est un projet réalisé en binôme sous l encadrement d un enseignant ou d un professionnel dans le domaine du Génie Civil pour une durée de 6 semaines. Le but de ce projet est de réaliser un travail équivalent à celui d un bureau d études ou d élaborer un travail expérimental en laboratoire, à partir d un cahier des charges fourni par l encadrant. Il donne lieu à la production par le binôme d étudiants d un document écrit, évalué par l encadrant. 2. Objectifs Ce projet a pour objectifs de : S entraîner à travailler en binôme en organisant le partage des tâches, Acquérir ou approfondir ses connaissances dans un domaine particulier du Génie Civil, Effectuer un travail en quasi-autonomie, équivalent à un niveau d ingénieur, Rédiger un document clair et synthétique, exploitable par des professionnels. 3. Démarche Les étudiants disposent d une liste de sujets associés chacun à un encadrant. Chaque sujet fait l objet d une description précise du contexte du projet et du travail demandé par l encadrant. Un sujet de cette liste est attribué à chaque binôme qui rencontre son encadrant afin de : Situer le sujet dans son contexte (contexte industriel ou/et recherche), Définir les étapes du travail, Discuter de l avancement du travail, Faire un bilan du travail réalisé. PS : Pour toutes informations complémentaires contacter : Abdelhak KACI bureau B303, ) Page 1

3 4. Calendrier Jeudi 12 mars : Présentation des sujets aux étudiants Jeudi 15 mars : Choix des sujets et constitution des binômes Lundi 26 mars : Début du travail à temps plein sur le projet Vendredi 4 mai : Fin du projet. Remise du rapport avant 12h (Tout retard sera pénalisé de 2 points par jour entamé) Vous fournirez : - à votre encadrant : une version papier ou numérique de votre rapport (à voir avec l encadrant), - à Abdelhak KACI une version numérique de votre rapport. 5. Le document de synthèse écrit Le document, d un maximum de 50 pages (illustrations comprises, typographie classique), comprend les éléments suivants : Un sommaire, Une introduction, Le rapport proprement dit établissant : Les hypothèses et leur justification, Les étapes de calcul, ou d expérimentation, Les résultats obtenus et leur analyse, Une conclusion mettant en relief le bilan du projet, Une bibliographie le cas échéant, Les annexes réduites à leur strict nécessaire. Une attention particulière sera accordée à l orthographe et à la cohérence de l ensemble. Page 2

4 6. Evaluation L évaluation du PFE est effectuée sur la base de la grille ci-dessous : Mise en forme du rapport Présentation 2 points Expression écrite 2 points Structure du document, organisation, impression d ensemble Structuration 1 point Cohérence de l ensemble 1 point Intérêt et qualité du travail réalisé Perception et définition des objectifs 3 points Pertinence scientifique/technique 3 points Mises en perspective, conclusion technique 2 points Motivation et qualité du travail fourni par le binôme Pertinence de la réflexion et motivation 3 points Aptitude à conduire un projet 3 points EVALUATION GLOBALE /20 Page 3

5 Description des projets Page 4

6 ! #! % & (& ) & +,. / 0+&!12 1 3, , 2, , 1 8 1, 1 4.9,1, : ; <, < = >8 1 7 ; 4 7 < = >8 1 2, 2 2,, 1? 1 4 8, <, 8 1, ! 1 =, >8 4!

7 ! #! % & (& ) & +,. / 0+&!12 1 3, , 2, , 1 8 1, 1 4.9,1, : ; <, < = >8 1 7 ; 4 7 < = >8 1 2, 2 2,, 1? 1 4 8, <, 8 1, ! 18 =, >8 4!

8 Sujet N : 3 Renforcement d un Réservoir par précontrainte additionnelle Fournier Bruno Spie batignolles ruegalliéni Boulogne-Billancourt / / Descriptif du projet Réservoir d eau potable circulaire à deux cellules en béton armé Hauteur 5.50 m x Diamètre m Ferraillage insuffisant Renforcement par une précontrainte additionnelle extérieure de cerclage Prendre connaissance du dossier d exécution de l ouvrage béton armé Modélisation de l ouvrage en éléments finis coques Mise en évidence de l insuffisance de ferraillage passif Se documenter sur les différents types de précontrainte et retenir un système Effectuer le dimensionnement de la précontrainte additionnelle pour rendre le réservoir conforme Croquis de principe Programme éléments finis Page 1

9 Sujet N : 4 Rénovation d une conduite d amenée - Blindage métallique + Porte fenêtre Fournier Bruno Spie batignolles ruegalliéni Boulogne-Billancourt / / Descriptif du projet Conduite d amenée d un barrage hydroélectrique creusée dans le rocher avec un blindage en béton armé en mauvais état Mise en place d un blindage métallique avec injection d un coulis de ciment à l interface Chagement de la porte dans la fen^tre d accès Prendre connaissance du dossier Blindage : modélisation de l ouvrage en éléments finis coques pour la justification en phase de montage (la justification en phase de service n est pas demandée) Porte d accès : conception, dimensionnement génie civil et métal Croquis de principe Programme éléments finis Page 2

10 Sujet N : 5 DIMENSIONNEMENT D UN PONT METALLIQUE TGV M. W. HOORPAH 41 rue du Val d Or Cormeilles en Parisis Descriptif du projet : CALCUL DE PONT MIXTE CORSE DU SUD Il s agit de la construction d un pont mixte acier béton en arc en démarrage de construction sur la RD81 en Corse du Sud Travail de Bureau d Etude : - Modélisation de la structure - Calcul des efforts et réactions dans la structure métal avec les charges Eurocodes - Vérification des sections - Métré de la quantité acier - Méthode de construction Logiciel de calcul de structures : SOFISTIK, ROBOT, SAP ou ANSYS Page 1

11 Sujet N : 6 DIMENSIONEMENT D UN PONT TGV A renseigner : Noms, Prénoms, adresses, Tel, M. W. HOORPAH 41 rue du Val d Or Cormeilles en Parisis Descriptif du projet : CALCUL DE PONT MIXTE ACIER BETON POUR le TGV Il s agit de la construction d un pont mixte acier béton sur la ligne Bordeaux et Tours en constryction par VINCI. Travail de Bureau d Etude : - Modélisation de la structure - Calcul des efforts et réactions dans la structure métal avec les charges des trains Eurocodes - Vérification des sections - Métré de la quantité acier - Méthode de construction Logiciel de calcul de structures : ROBOT,SOFISTIK, SAP ou ANSYS Page 2

12 Projet de fin d étude Master 2 Année 2011/2012 Intitulé du projet : (en 2 lignes maximum) Détermination des Méthodes dans la phase de préparation de chantier pour un projet d immeubles à Créteil Responsable(s) : (nom, prénom, fonction, entreprise, adresse, tel, fax, ) Codet Solenne UCP - DGC Descriptif du projet : (en 15 lignes maximum en faisant bien apparaître l objectif du projet) Dans le cadre de la préparation de chantier d un immeuble de bureau à Créteil (opération Spie- Batignolles), il vous est demandé d établir les méthodes. Pour cela, vous seront fournis les plans format papier et les documents nécessaires pour la réalisation de ce projet. Travail demande : (en définissant toutes les étapes du travail souhaité) Dans cette phase de préparation de chantier vous devrez : - Déterminez vos méthodes constructives - Etablir un métré - Etablir le Plan d Installation de chantier - Mettre en place le planning prévisionnel - Etablir les besoins en matériel et en main d œuvre - Etablir le planning matériel et MO Projet à réaliser exclusivement en binôme / en trinôme (rayer la mention inutile) Moyens nécessaires à la réalisation du projet (logiciels, équipements,.) - Connaissances d Autocad - Connaissances de MS Project Autres observations : (éventuellement)

13 Projet de fin d étude Master 2 Année 2011/2012 Intitulé du projet : (en 2 lignes maximum) Modélisation, calculs et dimensionnement d un ouvrage en Béton Armé. Responsable(s) : (nom, prénom, fonction, entreprise, adresse, tel, fax, ) Codet Solenne Cuny Joël UCP - DGC UCP - DGC Descriptif du projet : (en 15 lignes maximum en faisant bien apparaître l objectif du projet) Vous faites partie de l équipe d ingénieurs structures d une entreprise. A partir des plans d architecture et / ou des plans de coffrage, vous devez dimensionner une partie de l ouvrage, en suivant différentes étapes. Travail demande : (en définissant toutes les étapes du travail souhaité) Dans cette phase d études vous devrez : - Modéliser sous Revit Structures votre ouvrage en 3D - Etablir les plans de coffrage à partir de cette modélisation - Rédiger la note de calculs dite d hypothèses générales prenant en compte o Les charges s appliquant sur l ouvrage o les descentes de charges à effectuer sous Robot Structural Analysis - Dimensionner les porteurs verticaux et horizontaux d un niveau courant - Etablir les plans de ferraillage de ce niveau Projet à réaliser exclusivement en binôme / en trinôme (rayer la mention inutile) Moyens nécessaires à la réalisation du projet (logiciels, équipements,.) - Utilisation de logiciels informatiques comme Revit Structures, Robot Structural Analysis, Autocad - Dimensionnement des armatures suivant le BAEL 91 modifié 99 ou suivant l EN Etablissement des charges suivant l EN 1991 Les programmes informatiques sont disponibles sur le site students.autodesk.com Autres observations : (éventuellement)

14 Projet de fin d étude Master 2 Année 2011/2012 Intitulé du projet : (en 2 lignes maximum) Modélisation par éléments finis en 2D d un béton léger Responsable(s) : (nom, prénom, fonction, entreprise, adresse, tel, fax, ) Codet Solenne UCP - DGC Descriptif du projet : (en 15 lignes maximum en faisant bien apparaître l objectif du projet) Vous faites partie de l équipe d ingénieurs recherche et vous cherchez les caractéristiques d un «nouveau» matériau afin de voir s il est intéressant de la produire. Ce «nouveau» matériau est un béton léger à base de billes de verre. Vous devez modéliser en 2D des cellules élémentaires pour connaitre le comportement mécanique de ce matériau. Travail demande : (en définissant toutes les étapes du travail souhaité) Comme vous ne connaissez pas le logiciel d éléments finis, la première étape consiste à prendre en main ce programme un peu compliqué au premier abord mais qui offre de nombreuses possibilités. Une fois la prise en main effectuée, vous devez modéliser la structure à étudier en fonction des différentes caractéristiques des matériaux Un rapport de synthèse est à rédiger qui fera office du rapport de PFE. Projet à réaliser exclusivement en binôme / en trinôme (rayer la mention inutile) Moyens nécessaires à la réalisation du projet (logiciels, équipements,.) - Utilisation du logiciel d éléments finis Cast3M Ce logiciel est gratuit et disponible sur le site Autres observations : (éventuellement) C est un projet plutôt tourné vers la recherche qui répond à un besoin réel d une entreprise du BTP

15 Projet de fin d étude Master 2 Année 2011/2012 Intitulé du projet : (en 2 lignes maximum) Modélisation d un ouvrage à partir des maquettes d un architecte Responsable(s) : (nom, prénom, fonction, entreprise, adresse, tel, fax, ) Codet Solenne UCP - DGC Descriptif du projet : (en 15 lignes maximum en faisant bien apparaître l objectif du projet) Vous faites partie de l équipe d ingénieurs structures d une entreprise. Vous devez travaillez en collaboration avec un architecte qui vous soumet cette maquette à modéliser. Vous devez en plus de respecter la forme du projet (sinon gare à la colère de l archi!) placer les planchers intermédiaires Travail demande : (en définissant toutes les étapes du travail souhaité) A partir du descriptif du projet vous devrez : - Réaliser la maquette en respectant les dimensions (le matériel est fourni) - Modéliser l ouvrage en grandeur réelle avec le logiciel de votre choix (Robot, Tekla, Rhino) - Etudier le fonctionnement de l ouvrage (l ouvrage fini ne comportera pas le poteau central Tout tient grâce à la coque extérieure ) Projet à réaliser exclusivement en 2 binômes / en trinôme (rayer la mention inutile) Moyens nécessaires à la réalisation du projet (logiciels, équipements,.) - Utilisation de logiciels informatiques comme Revit Structures, Robot Structural Analysis, Autocad, Tekla, Rhino Les programmes informatiques sont disponibles sur le site students.autodesk.com ou en salle informatique (sous pour Rhinoceros) Autres observations : (éventuellement) C est un projet architectural. Les mots clés sont «ouverture d esprit», initiative, ingéniosité, curiosité et tenacité

16 Sujet n : 12 Créer un Plan d Installation de Chantier environnemental CHEBLI Mokrane QUALICONSULT : 1bis rue du Petit Clamart Vélizy Cedex Descriptif du projet L une des phases les plus impactante d un point de vue environnementale est la phase exécution. A cet effet des cahiers des charges à l attention des entreprises sont conçus en amont afin de décrire les points sensibles et les solutions à préconiser afin de garantir un chantier propre. A l ouverture du chantier le premier document établi par les entreprise est le plan d installation de chantier (PIC). L objectif sera d établir un PIC intégrant l ensemble des préoccupations environnementales. Décrire brièvement les lots techniques se succédant pendant la phase chantier sous les trois angles suivants : impacts environnementaux au niveau de la parcelle / sur la santé humaine / sur le confort des riverains. Préconiser des solutions techniques / équipements / matériaux permettant de réduire chaque impact identifié par lot technique. Etablir une fiche synthétique pour les lots les plus impactants (liste à définir en réunion de travail) : fiche A4 reprenant un descriptif sommaire du lot / les impacts synthétisés / les solutions préconisées pour limiter chaque impact. Identifiez sur le plan d installation de chantier fourni les solutions ou outils qui peuvent y être intégrés afin de limiter les impacts du chantier sur la parcelle / la santé humaine / le confort des riverains : zone de traitement des éventuels polluants, gestion des déchets, outils de communication à l attention des riverain, Plan de masse Plan de voirie Identification des sources, Contact des fournisseurs

17 Sujet N :13 Les matériaux et équipements innovants d un point de vue environnemental CHEBLI Mokrane QUALICONSULT : 1bis rue du Petit Clamart Vélizy Cedex Descriptif du projet Cette dernière décennie, les nouveaux procédés constructifs se sont multipliés pour parvenir aux objectifs environnementaux fixés par les Etats et faire face à l évolution des attentes de l usager en termes de confort et de respect de la santé. Dans le cadre d une veille technique dans le domaine de la qualité environnementale du bâtiment, il est nécessaire d être informé du panel de produits auxquels le maître d ouvrage, le maître d œuvre ou les entreprises peuvent avoir recours. Les étudiants devront réaliser un état de l art des procédés constructifs innovants classés selon les thèmes abordés par les certifications environnementales (thermique, acoustique, chantier à faible nuisance, gestion de l eau, ). Le produit final devra se présenter sous forme de fiches produits avec une comparaison coût/efficacité/durabilité par thème. Les fiches devront comporter toutes les informations nécessaires à la découverte des nouveaux produits. Grille d évaluation HQE, Identification des niveaux atteints à travers ces matériaux / matériels (niveau base, niveau performant, niveau très performant).

18 Sujet n : 14 Solutions alternatives de régulation des eaux pluviales : objectif rejet zéro CHEBLI Mokrane QUALICONSULT : 1bis rue du Petit Clamart Vélizy Cedex Descriptif du projet L artificialisation des sols perturbe le bilan hydrologique des territoires, appauvrie les nappes phréatiques en empêchant leurs recharges, oblige la création de réseaux d'évacuation et accentue la saturation des stations d'épuration. Par conséquent, les communes exigent de plus en plus l infiltration totale à la parcelle des eaux pluviales sur les nouveaux projets de construction. Il est donc indispensable d identifier les surfaces sur lesquelles des systèmes de régulation peuvent être mis en place, l efficacité de ces systèmes, la facilité de mise en œuvre et l impact sur l enveloppe budgétaire d un projet de chaque système. Nous vous demandons d identifier des systèmes alternatifs et/ou naturels applicables au bâtiment et à la parcelle. Chaque interface ou solution identifiée mettre en exergue leurs particularités, le système d entretien et leurs efficacités sur la rétention globale du projet et l impact budgétaire sur l enveloppe d un maître d ouvrage. Grille d évaluation HQE Identification des niveaux atteints à travers la cible HQE n 05

19 Sujet N : 15 Isolation acoustique dans l'université : mesures et solutions Vincent Bouquerel 16 rue Monmory Vincennes Tel : Descriptif du projet L'université présente certains problèmes d'isolation acoustique entre locaux. Cela est notamment le cas entre les salles de TD A101, A102, A103 ainsi qu'entre la salle A010 et son environnement. Le projet consiste donc à caractériser l'acoustique de ces salles et à proposer des solutions, en tenant compte de la règlementation et des différentes contraintes. Les étudiants iront jusqu'au chiffrage des différentes solutions. Le travail commence par une recherche bibliographie sur la règlementation acoustique afin de savoir à quelles caractéristiques les différentes salles doivent-elles répondre en termes d'isolation. Il faut alors rechercher la où les normes acoustiques permettant de réaliser les mesures afin de caractériser l'isolement de ces salles. Les étudiants procèdent ensuite aux mesures dans les différentes salles ainsi que pour des salles a priori "conformes" puis comparent les résultats aux valeurs règlementaires. Ils doivent alors proposer une solution (type(s) de matériaux, surface(s), emplacement, technique(s) de mise en œuvre) afin de respecter au minimum la règlementation acoustique. Le choix des solutions finalement présentées tiendra compte, à la fois, des contraintes de coût, des différentes règlementations, du public, des équipements techniques et des recherches bibliographiques. Source de bruit rose disponible à l'iut? Sonomètre de classe 1 et logiciel de dépouillement des données Je peux fournir si besoin Logiciel Acoubat En cours d'acquisition par l'université Autocad pour la présentation de la solution Page 1

20 Sujet N : 16 Correction acoustique des salles de TD B307 et A109 Vincent Bouquerel 16 rue Monmory Vincennes Tel : Descriptif du projet : Les salles de TD B307 et A109 présentent une acoustique non adaptées à une salle de TD, la réverbération dans ces salles est trop importante. Ces salles n'étant pas, initialement, destinées à cet usage, elles n'ont pas été traitées en conséquence. Le projet consiste donc à caractériser l'acoustique de ces salles et à proposer des solutions, en tenant compte de la règlementation et des différentes contraintes, afin de corriger les problèmes d'intelligibilité. Les étudiants iront jusqu'au chiffrage des différentes solutions. Le travail commence par une recherche bibliographie sur la règlementation acoustique afin de savoir à quelles caractéristiques une salle de TD doit-elle répondre. Il faut alors rechercher la où les normes acoustiques permettant de réaliser les mesures afin de caractériser les salles de TD. Les étudiants procèdent ensuite aux mesures dans les salles de TD B307 et A109 ainsi que dans une salle a priori "conforme" puis comparent les résultats aux valeurs règlementaires. Ils doivent alors proposer une solution (type(s) de matériaux, surface(s), emplacement, technique(s) de mise en œuvre) afin de respecter au minimum la règlementation acoustique. Le choix de la solution finalement présentée tiendra compte, à la fois, des contraintes de coût, des différentes règlementations, du public, des équipements techniques et des recherches bibliographiques. Source de bruit impulsionnelle (pistolet d'alarme) Je peux fournir si besoin Sonomètre de classe 1 et logiciel de dépouillement des données Je peux fournir si besoin Autocad pour la présentation de la solution Page 1

21 Sujet N : 17 Le bâtiment économe. Responsable. KUHN Frédéric, Architecte DPLG, EIFFAGE TP. 56 Avenue Foch Fontenay sous bois Port : , Tel Bureau : Descriptif du projet En France, l immobilier représente un potentiel considérable d économie d énergie, à l horizon de 2050 ce sera aussi un facteur important du nouvel objectif de la division par 4 de l émission des GES (Gaz à effet de Serre). Un bâtiment économe est un bâtiment capable de maitriser ses dépenses d énergie pour accompagner la mutation écologique, géopolitique et planétaire du 21 ème siècle. A cette fin, un certain nombre de thèmes pourront être abordés dans notre étude et notamment : la conception bioclimatique, l efficacité énergétique, le recours aux énergies renouvelables, l isolation renforcée, l éclairage naturel et artificiel, les équipements à basse consommation. -1/ Une étude (Enjeux, Réalisations, Solutions et Recherches actuelles etc.) -2/ Un projet La réalisation de l avant-projet détaillé (programme à définir, y compris présentation graphique) 2.2 La rédaction d une partie du CCTP (avec étude de prix éventuelle). - 1 logiciel de dessin et de traitement de texte (voir 1 logiciel de rédaction de CCTP et 1 logiciel de calculs thermiques), 1 accès à Internet. Page 1

22 Sujet N : 18 Utilisation des silices cristallines dans la préparation des mortiers Salima AGGOUN, UCP, Annelise COUSTURE, UCP, Descriptif du projet Dans la fabrication des bétons on utilise classiquement des silices amorphes (fumées de silice) qui ont la réputation d une grande réactivité vis à vis de la chaux. Il semble naturel de se poser la question de l utilisation des silices cristallisées comme le quartz. En effet ce produit industriel est disponible en grande quantité avec différentes granulométries. Ces produits sont blancs et possèdent des qualités chimiques et physiques bien définies et reproductibles. Une étude technique préalable a été effectuée (PFE ) concernant les propriétés mécaniques comparées des mortiers contenant des fumées de silice et des quartz. Elle a démontré que l utilisation des quartz broyés pouvait dans certains cas remplacer les fumées de silice amorphes. On obtient des résistances mécaniques équivalentes et parfois supérieures. Par ailleurs une réflexion sur le problème des empilements de sphères semble indiquer que l on peut utiliser des quartz de granulométries supérieures à ce qui a été utilisé dans l étude préalable On complétera donc ce travail en utilisant des concentrations en quartz plus élevées dans les mortiers. Elles pourront atteindre 30 % avec des ultra fines de quartz ; Des opérations identiques seront effectuées avec des quartz de plus gros diamètre. On accordera une grande attention au problème de la quantité de superplastifiant qui devrait se trouver réduite par rapport aux fumées de silice car les quartz consomment peu ce réactif - Une étude bibliographique sur ce sujet est déjà réalisée (éventuellement à compléter). - Des mortiers seront réalisés et les résistances mécaniques mesurées à 2, 7 et 28 jours ; Des échantillons seront conservés pour des tests à 90 jours. - Afin de mieux comprendre les processus, on effectuera des analyses physico-chimiques permettant de comprendre les phénomènes mis en jeu : L analyse ATD permettra de suivre la disparition de la chaux et donc de déterminer la réactivité des différents quartz. On pratiquera la porosimétrie au mercure afin de suivre la disparition ou l apparition des vides interparticulaires On pratiquera aussi des examens au microscope MEB des surfaces des échantillons - Les équipements du laboratoire béton du département de Génie Civil, - Les outils informatiques nécessaires à l exploitation des résultats et la rédaction du rapport final Page 1

23 Sujet N : 19 Etude de l interaction ciment-addition-adjuvant Salima AGGOUN, UCP, EH.KADRI, UCP, Descriptif du projet Avec l apparition d adjuvants de nouvelles générations, l utilisation de fines très particulières, l'élaboration d'un béton doté d ultra-hautes performances devient de plus en plus possible. Dans ce contexte, une compréhension fondamentale de ce qui se passe au niveau de l hydratation et de l évolution de la microstructure (nous nous limitons à la porosité) devient indispensable. Il est clair qu une interaction physico-chimique entre ciment, fines et adjuvants aura des effets sur les propriétés du béton en phase de durcissement ainsi que sur ses caractéristiques finales à l état durci. L objectif de ce travail consiste à étudier l interaction physico-chimique entre le ciment, les fines et les adjuvants dans les matériaux cimentaires à hautes et très hautes performances. Ainsi, on s intéressera plus particulièrement au phénomène d hydratation, à l ouvrabilité et au développement des propriétés mécaniques. L étude sera réalisée en utilisant les méthodes suivantes : - Détermination de la chaleur d hydratation par des méthodes semi-adiabatiques ; - Détermination de l ouvrabilité par des méthodes de mesure classiques affaissement et/ou étalement ; - Détermination de l évolution des propriétés mécaniques (résistance à la compression, ) - Et éventuellement des examens par microscopie MEB des surfaces des échantillons complèteront l étude. - Les équipements du laboratoire béton du département de Génie Civil, - Les outils informatiques nécessaires à l exploitation des résultats et la rédaction du rapport final Page 1

24 Sujet N : 20 Etude des mortiers à base de matrice bio-ressourcée Salima AGGOUN, UCP, Descriptif du projet Le ciment composant principal du béton est considéré comme source de pollution, à cause de son procédé de fabrication nécessitant beaucoup d énergie et dégageant des déchets toxiques (notamment des gaz à effet de serre : CO 2 CO NOX etc.). Pour limiter ces gaz dégagés dans l atmosphère, il faut limiter la production du ciment et par conséquent son utilisation dans le béton. Dans cette optique nous envisageons la mise au point de mortiers qui contiennent un dosage très faible en ciment. Ainsi, une grande part du ciment sera remplacée par d autres matériaux dits «bioressourcés». Ceci permet de réduire, d une part le coût de revient des matériaux de construction et d autre part les émissions de gaz à effet de serre (GES). Or la réduction du dosage en ciment peut avoir une influence défavorable sur les performances mécaniques voire rhéologiques des matériaux. L objectif de ce travail consiste à étudier influence des matériaux dits bio-ressourcés sur l ouvrabilité et le développement des performances mécaniques des matériaux cimentaires. Le travail demandé est essentiellement expérimental est consiste en : - Détermination de l ouvrabilité par des méthodes de mesure classiques d affaissement et/ou d étalement ; - Détermination de temps de prise par la méthode classique de Vicat - Détermination de la chaleur d hydratation par des méthodes semi-adiabatiques ; - Détermination de l évolution des propriétés mécaniques (essentiellement la résistance à la compression). - Les équipements du laboratoire béton du département de Génie Civil, - Les outils informatiques nécessaires à l exploitation des résultats et la rédaction du rapport final Page 1

25 Sujet N : 21 Etude de l influence des entraîneurs d air sur la rhéologie des mortiers Salima AGGOUN, UCP, Abdelhak KACI, UCP, Descriptif du projet Le béton durci contient naturellement une certaine quantité d air provenant, soit d un entraînement lors du malaxage, soit de l évaporation de l eau de gâchage non fixée. Cet air (de l ordre de 20 l/m 3, soit 2 % du volume) est réparti de manière aléatoire. En revanche, l entraîneur d air permet d en entraîner un volume supérieur et de le répartir uniformément. La résistance au gel du béton durci, ainsi que sa résistance aux sels de déverglaçage, sont considérablement améliorées. Les microbulles qui coupent les réseaux des capillaires limitent le développement des contraintes dues au gel de l eau interstitielle. Ce qui permet d'améliorer la durabilité du béton soumis à l'action du gel-dégel. Or, la présence d un volume important de bulles d air provoque la chute des résistances mécaniques en compression. Par contre, selon certaines études, l emploi d entraîneur d air pourrait améliorer les propriétés rhéologiques du béton frais. Or s il s avère que l'air entraîné augmente l'ouvrabilité du béton, alors le rapport eau-ciment pourrait être réduit et du même coup la résistance à la compression du béton améliorait. Ainsi l objectif de ce projet est d analyser l effet de l entraîneur d air sur les propriétés rhéologiques à l état frais ainsi que sur les résistances mécaniques en compression des matériaux cimentaires (pâtes et mortiers). - Une étude bibliographique sur ce sujet est déjà réalisée (éventuellement à compléter) ; - Des propriétés rhéologiques sur pâtes et mortiers à l état frais seront mesurées ; - Des éprouvettes de mortiers de dimension 4*4*16 cm seront réalisées et les résistances mécaniques mesurées à 2, 7 et 28 jours ; Des échantillons seront conservés pour des tests à 90 jours. - Des essais de porosimétrie au mercure seront effectués afin de mieux comprendre la distribution des vides. Ces essais seront, éventuellement complétés par des examens au microscope électronique à balayage (MEB). - Les équipements du laboratoire béton du département de Génie Civil, - Les outils informatiques nécessaires à l exploitation des résultats et la rédaction du rapport final Page 1

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION 2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION Désignation de la classe Description de l'environnement 1 - Aucun risque de corrosion ni d'attaque Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes expositions,

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2015 et 2016 Contexte Pour répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux du secteur du bâtiment,

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

>I Maçonnerie I Escaliers

>I Maçonnerie I Escaliers ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières g Terminologie n Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com CARNET de la construction durable en béton Preuves à l appui 1 2 La maison en béton : un impact maîtrisé sur l environnement, page 5 La maison en béton

Plus en détail

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois Forum Bois Construction Beaune 2011 La Règue verte - 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois B. Dayraut 1 La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature

Plus en détail

Le partenaire de votre innovation technologique

Le partenaire de votre innovation technologique w w w.. s y n e r r v v i a i a. f. r f r Quelques chiffres Création en 2002 Association loi 1901 20 salariés 17 Ingénieurs et techniciens experts dans leurs domaines et présents dans les centres de compétences

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Les réglementations feu-fumées

Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées sont nombreuses et dépendent de l environnement dans lequel sont utilisés les produits. Par exemple, plus il est difficile de sortir d un véhicule,

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Acoustique et thermique

Acoustique et thermique Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule 2. Étude de systèmes constructifs 29 Chapitre 3 Acoustique et thermique 1. Préambule Les bonnes solutions thermiques n améliorent pas forcément l acoustique!

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Communiqué de presse Batibouw 2010

Communiqué de presse Batibouw 2010 «MA MAISON EN BETON» LE MEILLEUR ALLIE DE LA MAISON PASSIVE, C EST SANS CONTESTE LE BETON! Robustesse, durée de vie, respect de l environnement, faible coût mais aussi possibilités créatives et esthétiques

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

N09 Viaduc de Chillon

N09 Viaduc de Chillon Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes N09 Viaduc de Chillon Solution innovante en relation avec la RAG Conférence JERI

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières Terminologie Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 Axe 3 «conduire la transition énergétique en Région Nord Pas de Calais» Investissement Prioritaire 4e «en

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SikaLatex

FICHE TECHNIQUE SikaLatex FICHE TECHNIQUE SikaLatex RÉSINE À MÉLANGER À L'EAU DE GÂCHAGE DES MORTIERS DESCRIPTION DU PRODUIT Le SikaLatex est une dispersion aqueuse de résine synthétique qui se présente sous la forme d un liquide

Plus en détail

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT COMPTE RENDU DE VISITE ECOLE CENTRALE PARIS Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT Introduction Pour la dernière journée de notre voyage d intégration, nous avons été accueillis le vendredi

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi Col l e c t i o n T e c h n i q u e C i m b é t o n T 47 Guide de prescription des ciments pour des constructions durables Cas des bétons coulés en place Durabi ilitédurabilité Sommaire 1 - Notion de durabilité...

Plus en détail

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances?

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? 1 Contexte L effet de serre un phénomène naturel Contexte Le changement climatique en chiffres 2 Contexte Contexte Le climat en 2100

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19)

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Marque de qualité identifiant les produits adaptés à notre environnement climatique Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Recommandations, conseils d utilisation et de mise

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Information sur «LEED 2009» - Canada & U.S.

Information sur «LEED 2009» - Canada & U.S. Information sur «LEED 2009» - Canada & U.S. En 2009, le USGBC a lancé à nouveau sa série de systèmes d évaluation et a harmonisé les deux systèmes LEED NC (pour «New Construction») et LEED CS (pour «Core

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi fautil faire attention? Eléments de diagnostic Le contexte économique et écologique actuel rend l isolation des bâtiments en rénovation incontournable.

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO NERGALTO, NERLAT, GALTO Facilité d emploi, Adaptabilité, Performance Les lattis métalliques nervurés NERLAT et NERGALTO sont la solution LATTIS adoptée par les

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

La gare ferroviaire de demain. Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité

La gare ferroviaire de demain. Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité La gare ferroviaire de demain Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité Direction XXXX, le XX/XX/2011 Plan de présentation La recherche de la performance des gares SNCF L exemple des haltes éco-durables

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Correction des ponts thermiques Maçonnerie de type a RT 2012 Mur Hybride R = 1,45 Pose rapide Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride énergie économie écologie émotion

Plus en détail

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un nouvel ouvrage est paru en 2013, destiné aux artisans, entreprises, architectes, maîtres d œuvre et maîtres d ouvrage,

Plus en détail

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines LES CAHIERS PRATIQUES Préambule La demande du client Ce document est réalisé sur la base d ateliers de travail rassemblant des entreprises

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail

Procontain Construction modulaire : l architecture créative

Procontain Construction modulaire : l architecture créative ARCHITECTURE CONSTRUCTION MODULAIRE Procontain Construction modulaire : l architecture créative Filiale du groupe allemand Alho, Procontain est le spécialiste en France de la construction modulaire. Dans

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Ecole Montessori d Avignon, (84)

Ecole Montessori d Avignon, (84) Commission d évaluation : Réalisation/Fonctionnement du 14 octobre 2014 V1 Ecole Montessori d Avignon, (84) 1 Ce projet contraint par l aspect économique (financement du projet par l association) permet

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

nous voulons être une référence

nous voulons être une référence L e s e n s d e l o u v e r t u r e Plus qu un nom, nous voulons être 1971 Création à Cours la Ville d une entreprise spécialisée dans les huisseries métalliques par Paul Malerba et Jean-Jacques Dugelet.

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Construction et Isolation. 20 MINUTES pour vous assurer que votre future maison sera un investissement rentable dans 10, 15, 20 ans!

Construction et Isolation. 20 MINUTES pour vous assurer que votre future maison sera un investissement rentable dans 10, 15, 20 ans! Construction et Isolation 20 MINUTES pour vous assurer que votre future maison sera un investissement rentable dans 10, 15, 20 ans! Achèteriez-vous aujourd hui une maison de classe énergie E? Bien évidemment

Plus en détail

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration 1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU THEMATIQUE 4: Epuration Fiche action n 1.4.1 RECUPERATION DE CHALEUR DANS LES EAUX USEES 1. OBJECTIFS STRATEGIQUES La dépendance de notre alimentation énergétique vis-à-vis

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

PROJET DE FIN D ETUDES La nouvelle norme des bétons NF EN 206-1 Application pratique sur un chantier de bâtiment

PROJET DE FIN D ETUDES La nouvelle norme des bétons NF EN 206-1 Application pratique sur un chantier de bâtiment LEUVREY Jean-Pascal Elève Ingénieur de 5 ème année INSA Strasbourg GENIE CIVIL PROJET DE FIN D ETUDES La nouvelle norme des bétons NF EN 206-1 Application pratique sur un chantier de bâtiment Enseignant

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

quelles améliorations possibles?

quelles améliorations possibles? Fiche 1 - Définitions et principes Le chauffage électrique en quelques chiffres. 1,5 fois plus cher : le coût d exploitation du chauffage électrique est 1,5 fois plus élevé que celui du chauffage gaz naturel

Plus en détail

POSE PROFESSIONNeLLE ET EtANchE

POSE PROFESSIONNeLLE ET EtANchE POSE PROFESSIONNeLLE ET EtANchE A L air De PORTES ET FeneTRES Berner Energy System Berner Energy System POSE PROFESSIONNELLE ET ETANchE A L air DE PORTES ET FENETRES AVAnTAGES D Un MOnTaGe PROFESSIONNEL

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Abaissement des températures d enrobage : avantages d'un liant prêt à l'emploi

Abaissement des températures d enrobage : avantages d'un liant prêt à l'emploi Abaissement des températures d enrobage : avantages d'un liant prêt à l'emploi EUROBITUME Bitumen Day 2014 @ Anderlecht Vincent BAPTISTE, Total Marketing Services Sommaire Concept du liant «prêt à l emploi»

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Isolation THERMIQUE PAR L EXTéRIEUR. Isolation des façades : Performances uniques, esthétique durable

Isolation THERMIQUE PAR L EXTéRIEUR. Isolation des façades : Performances uniques, esthétique durable Isolation THERMIQUE PAR L EXTéRIEUR ite Isolation des façades : Performances uniques, esthétique durable Isolation THERMIQUE PAR L EXTéRIEUR Cumul inégalé de performances esthétique durable Bardage rapporté

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces

Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces Henkel Votre partenaire en solutions de réparation des surfaces Grâce à de nombreuses années d expérience dans

Plus en détail

HYDROCAZE POWER. Techniques et force de l eau

HYDROCAZE POWER. Techniques et force de l eau Se substituant progressivement aux procédés traditionnels de sablage, grenaillage et de marteau piqueur, les techniques de décapage par jet d'eau s'imposent dans le milieu industriel, du génie civil et

Plus en détail

Une brique dans le cartable. Isolation Thermique

Une brique dans le cartable. Isolation Thermique Une brique dans le cartable Isolation Thermique Une brique dans le cartable Isolation thermique Quelques éléments théoriques à propos de la propagation de chaleur Fiche I1 : Le chaud et le froid - Expérience

Plus en détail

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE COMMENT REHABILITER UN CHATEAU D EAU? INTRODUCTION Historique de la construction: Construits entre 1920 et 1980, mais depuis 1950 pour 70% du parc actuel.

Plus en détail

MISAPOR verre cellulaire

MISAPOR verre cellulaire MISAPOR verre cellulaire Remblai allégé pour ouvrage en génie civile 2015-03 Suisse: Allemagne: France: MISAPOR AG Löserstrasse 2 CH-7302 Landquart Téléphone +41 81 300 08 08 Fax +41 81 300 08 09 info@misapor.ch

Plus en détail

Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88

Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88 Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88 P.Dantec (consultant expert) Ch.Peyral (DIRMC) PLAN Enjeux et risques

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat 14 Les performances thermiques des matériaux

Plus en détail

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 ECOLE SPECIALE DES TRAVAUX PUBLICS PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 AUTEUR : GABILLAT Arnaud PACAUD Fabien BUSSUTIL Clothilde TAN Vincent B3 1 IMPLANTATION DU PROJET Programme : Réalisation

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Construisons en aluminium pour les générations futures

Construisons en aluminium pour les générations futures Construisons en aluminium pour les générations futures La Haute Qualité Environnementale avec l aluminium Les qualités de l aluminium (résistance, légèreté, malléabilité, recyclabilité ) répondent aux

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383 Chapitre Contenu Page 14 383 14 Principes De par ses propriétés particulières, le béton s est installé comme matériau dans tous les domaines de la construction. Partenaire important et fiable, il est

Plus en détail

Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2

Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport d évaluation final sur la problématique des indications de défauts constatées sur les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 AFCN Mai 2013 1. Introduction En juin 2012, à l occasion d un nouveau

Plus en détail

Le choix des murs et des isolants : Comment se prémunir du chaud et du froid?

Le choix des murs et des isolants : Comment se prémunir du chaud et du froid? Le choix des murs et des isolants : Comment se prémunir du chaud et du froid? Dans une maison, une grande partie de la chaleur peut s échapper par les murs. Il est donc important d apporter une attention

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

CCTP 07.TVX.02 Page N 1

CCTP 07.TVX.02 Page N 1 CCTP 07.TVX.02 Page N 1 SOMMAIRE A EXPOSE GENERAL DE L OPERATION A.01 OPERATION Page : 3 A.02 INTERVENANTS Page : 3 A.03 DOCUMENTS REMIS Page : 3 B GENERALITES TOUS CORPS D ETAT B.01 OBJET DU C.C.T.P.

Plus en détail

Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures

Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures TZ-fert_franz.QXD 20.09.2006 13:52 Uhr Seite 1 Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures Préparation: Ajouter la quantité d eau requise (voir indications

Plus en détail