GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales."

Transcription

1 Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation du concept Global Biodiversity Information Facility Secretariat Juan Carlos Bello Senior Programme Officer for Nodes, GBIF Secretariat Version: Version 1.0 Juan Bello, October 2008 État: En progrès. Révision(s): [Simone Niedermüller, 20/10/08] Citation proposée: Éditeur: Mots clés: GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Global Biodiversity Information Facility Secretariat, Copenhague. 9pp. Global Biodiversity Information Facility Secretariat GBIF, point nodal de participants, réseau d information sur la biodiversité Table des matières Introduction... 2 Qu est ce qu un point nodal de participants?... 2 Pourquoi a t on besoin d un point nodal de participants?... 2 Qu est ce qu un point nodal opérationnel?... 4 De qu est qu un point nodal de participant a t il besoin pour devenir opérationnel?... 5 Quelles qualités font d un point nodal, un point nodal avec du succès?... 6 Comment trouver le meilleur placement d un point nodal de participants GBIF?... 7 Conclusions Page 1

2 Introduction Selon le Protocole d accord ( ) sur le GBIF, un participant du GBIF devrait mettre en place un «point nodal de participants», généralement défini comme point de contact technique entre le participant (avec tous ses institutions et ses intervenants nationaux), autres participants et le Secrétariat du GBIF. La mise en place d un point nodal opérationnel est primordiale pour assurer que le participant du GBIF peut profiter et contribuer entièrement à la mission, aux buts et programme de travail du GBIF. Ce document vise à fournir des conseils et des directions aux participants, où et comment mettre en place un point nodal opérationnel. Qu est ce qu un point nodal de participants? La définition du point nodal de participants a évolué pendant les dernières années (Boîte 1). Dans le plan de travail pour , un point nodal de participants du GBIF a été défini comme «un service, une agence ou une institution désigné à coordonner le développement et les activités d un réseau ou d un système d information sur la biodiversité au niveau du participant (national, régional ou thématique)». Par conséquent le rôle principale d un point nodal de participants est de promouvoir, coordonner et faciliter la mobilisation et l utilisation des données sur la biodiversité parmi tous les intervenants du domaine du participant, essentiellement pour aider d adresser les besoins et les priorités d informations du participant. En outre un point nodal de participants sert comme passerelle de communication entre les participants et le Secrétariat, en contribuant et en profitant des services centraux, de l infrastructure et des capacités fourni par le GBIF comme réseau de réseaux, global et décentralisé. Pourquoi a t on besoin d un point nodal de participants? Les données et les informations sur la biodiversité sont par nature hétérogènes, tant en termes d envergure taxinomique, géographique, temporel ou thématique, que de formats et de méthodes utilisés pour la collection, le stockage, l échange et la publication de ces données. La complexité est accrue par le fait que ces données sont produites, détenues, usagées et utilisées d une variété d acteurs divers, pour des raisons diverses et dans beaucoup de situations différentes. Boîte 1. Définitions initiales d un point nodal de participants du GBIF Dans le premier protocole d accord sur le GBIF (GBIF Memorandum of Understanding MoU ) les points nodaux du GBIF ont été définis comme «un portail informatique stable qui permet les requêtes en temps réel et interopérables de multiples bases de données institutionnelles, nationales, régionales et/ou sous régionales, contenant des données primaires ou au niveau méta sur la biodiversité ( ) ou un serveur unique accessible via le web maintenant une ou plusieurs bases de données significatives sur la biodiversité.». Il est clair que dans cette définition l accent a été mis sur le procès technique de fournir accès aux données sur la biodiversité. Ce qu on a appris depuis cette première approche est que le procès de mobiliser des données ne peut pas être automatisé complètement. Tout d abord, on a besoin des personnes qui interagissent avec les technologies (hardware, logiciel et middleware) et les données (problèmes de interopérabilité), ainsi que, et ceci est peut être encore plus important, on a besoin de personnes qui interagissent avec d autres personnes (des activités de formation aux accords interinstitutionnel sur les politiques d accès et d utilisation des données). C est pourquoi dans le deuxième protocole d accord sur le GBIF ( ) un point nodal du GBIF a été redéfini comme «Mécanisme par lequel un participant coordonne et appuie ses activités d échange de données sur le GBIF. Un point nodal de participants comporte à la fois des infrastructures matérielles et des ressources humaines. En général, un point nodal de participants encourage et appuie les activités des fournisseurs de données du participant pour contribuer et utiliser à la fois les données servies par le GBIF, il procure des infrastructures et un savoir faire sur les technologies de l information pour les activités du GBIF et il fonctionne comme passerelle d information entre les participants, d autres partenaires et le Secrétariat.» Page 2

3 Ainsi, n importe si le participant du GBIF est un pays ou une organisation internationale, il y a toujours le besoin d un mécanisme coordonnant qui s occupe et engage les parties prenantes (des détenteurs de données aux utilisateurs des données) d une manière adéquat, qui les assiste à mobiliser et à publier des données, et qui, au bout du compte, soutien le participant à répondre à ses besoins d informations et de données sur la biodiversité. En outre il est important d avoir un cadre de collaboration institutionnel (politiques, accords) et technologique (infrastructure) (Figure 1). Pourtant un tel cadre est inutile sans un service, une agence, ou une institution responsable de coordonner, promouvoir et faciliter l engagement et les interactions des personnes et des institutions impliquées. En effet il est maintenant largement reconnu que les plus grands défis pour le partage des données sur la biodiversité sont de nature sociologique plutôt que technologique. Figure 1. Components généraux d un réseau ou d un système d informations sur la biodiversité. Avec la création d un service de coordination mandaté de soutenir les détenteurs de données à partager et publier leurs données en utilisant des standards et des protocoles communs (c est à dire avec la création d un point nodal de participants) un participant du GBIF peut significativement augmenter les bénéfices des investissements dans le passé, en cours et dans le future qu il a fait dans la recherché scientifique et dans les collections de données sur la biodiversité. Un tel soutien est parmi d autres nécessaire afin d établir la pratique de publier les données primaires (en ce moment la publication des résultats de recherché est bien établi, mais pas des données primaires sur lesquelles sont basés ces résultat). La plupart des détenteurs de données a encore besoin de guidage dans les différentes étapes nécessaires pour la publication de données. Ceci concerne l organisation et la numérisation des données ainsi que l usage des technologies nécessaire pour améliorer la qualité et pour suivre l utilisation des données rendues accessibles via l internet. Dans beaucoup de cas les points nodaux de participants aide aussi les utilisateurs finals clés de retrouver les informations dont ils ont besoin et guide les utilisateurs. Ceci est particulièrement important pour garantir que l utilisation des données sur la biodiversité soit vraiment utile aux politiques et aux décideurs du secteur de la protection et de l utilisation durable de la biodiversité. Page 3

4 GBIF(2008)Versl établissementd unpointnodalopérationneldeparticipantsdugbif:définitionsetconsidérationsgénérales. Enfin,maistoutautantimportant,unpointnodaldeparticipantsdanssonrôledecoordinateur,esttrèsbien positionnépouraiderleparticipantàévaluerleslacunesdedonnées(taxinomiques,spatiales,temporelles et thématiques), pour comprendre les besoins de données et d informations, pour engager des nouvelles communautés (et mobiliser des nouveaux types de données) et pour concevoir des stratégies afin de répondre aux besoins d une manière efficace. Independent des moteurs ou des priorités qui motivent la mobilisation des données sur la biodiversité (Figure 2), un point nodal bien établi et opérationnel est instrumentalpouraiderleparticipantàatteindresesbutsetsesobjectifsliésàlabiodiversité. Figure2.LesMoteursetlesprioritéspourl implémentationd unréseaud informationsurlabiodiversitéqui définissentunpointnodaldeparticipants.endépendancedescesdeuxfacteurs,lepointnodalpeutévoluercomme tentativeessentiellementscientifique(aetc)oucommesystèmedesoutienauxpolitiques(betd). Qu estcequ unpointnodalopérationnel? Un point nodal de participants peut être considéré comme opérationnel lorsqu il soutien, avec succès, le participantàétablir,coordonneretmaintenirunréseauouunsystèmed informationsurlabiodiversité,en utilisant le cadre général, les principes et l infrastructure du GBIF. Entre outre un point nodal de participants: a) AideleparticipantduGBIFàévalueretadressersesbesoinsd informationssurlabiodiversité, b) Engageactivementlesdétenteursetlesutilisateursdedonnéesdansledomaineduparticipant, c) Assistelesdétenteursdedonnéesàpartageretàpublierleursdonnéessurlabiodiversité, d) Assisteàrenforcerlescapacitésdelabiodiversitéinformatiqueauniveauduparticipant, e) Promeutetfaciliteledéveloppementd applicationsafindeservirlesbesoinsdel utilisateurfinal, Page 4

5 f) Partage ses capacités et ses expériences avec d autres point nodaux de participants, en particulier avec ceux dans une phase de développement non avancé, g) Aide au développement, à l implémentation et à la mise en marche de l infrastructure informatique du GBIF et h) Contribue activement afin d accomplir la mission du GBIF et d atteindre les buts et les objectifs du GBIF. De qu est ce qu un point nodal de participant a t il besoin pour devenir opérationnel? Afin de réalisé son rôle de coordinateur, un point nodal de participants a besoin, au minimum, de : a) Un mandat clair (officiel ou institutionnel) par lequel on charge le point nodal de participants officiellement de la responsabilité de coordonner, promouvoir et faciliter le partage des données sur la biodiversité parmi les institutions pertinentes, les partenaires et les intervenants nationaux. Un tel mandat devrait idéalement être part d un cadre collaboratif qui a été construit et sur lequel ont agréé les acteurs pertinents. En général, une institution désignée fourni ce mandat. Comme serait expliqué ci dessous, il est essentiel quelle place le point nodal prendra par rapport à cette institution désignée pour assurer le succès de son exercice. b) Une équipe pour l implémentation du mandat du point nodal de participants, ce qui inclut la formulation et l implémentation de son plan de travail. A part du personnel (tout le monde ou au moins une partie significative du personnel ayant reçu de la formation en biodiversité informatique) l équipe consiste aussi de l infrastructure physique nécessaire (des complexes de bureaux à l informatique). c) Un niveau de soutien institutionnel et financier satisfaisant afin d effectuer les activités de coordination, de promotion et de facilitation au niveau correspondant au plan de travail. Le soutien institutionnel peut être en forme d aide administratif, hébergement (bureau) ou d approbation politique pour l engagement des partenaires clés, l augmentation de l intérêt, de la visibilité et de la mobilisation de fonds. Dans ce contexte la communication fluide et transparente entre l équipe du point nodal et les membres de la structure de gouvernance est particulièrement pertinente afin de guider les activités de partage de données au niveau du participant (ceci inclue la délégation du membre GBIF). d) Finalement, un point nodal a certainement besoin de l accès aux outils correctes, aux pratiques courantes, aux occasions de formation et à la documentation pour pouvoir exécuter ces fonctions au meilleur niveau possible. La plupart de ces services fait partie des services centraux du Secrétariat du GBIF ou est contribué par d autres participants du GBIF. Il est évident comme le manque d un ou plusieurs de ces conditions pourrait affecter la fonctionnalité générale du point nodal. Un point nodal qui ne manque par exemple que d un mandat clair pourrait facilement échouer dans ses interactions interinstitutionnelles et dans son rôle de coordinateur. D autre part un manque de personnel pourrait limiter les capacités de répondre effectivement aux besoins du participant, même si assez de ressources sont disponibles. Un autre exemple est celui d un point nodal qui dispose d un mandat très clair et fort, d assez de personnel et d infrastructure, d un niveau de financement adéquat, mais qui manque de soutien institutionnel (en particulier de la part de l institution qui fourni les Page 5

6 locaux d hébergement). Dans ces cas le point nodal peut très facilement s épuiser dans les efforts de surmonter les barrières interinstitutionnelles (politiques, gestion ou administration). Quelles qualités font d un point nodal, un point nodal avec du succès? Toutes les activités effectuées par un point nodal de participants GBIF se tournent essentiellement autour des interactions avec autres à des multiples niveaux. Un point nodal de participants a besoin d être compétent non seulement dans les affaires techniques, mais aussi dans la communication, l engagement et les interactions avec des personnes et des organisations de différents domaines. Ces compétences sont critiques pour surmonter les barrières sociologiques et pour résoudre des conflits reliés au partage de données, à la participation, à l attribution, etc... Pour avoir du succès les qualités les plus importantes d un point nodal sont : a) La neutralité: Un point nodal de participants établi pour coordonner, promouvoir et faciliter les activités le partage de données entre des multiples institutions devrait, idéalement, ne pas être impliqué dans la production ou l utilisation des données. Si le point nodal est impliqué dans des activités de recherche scientifique sur la biodiversité quelconques il est bien probable que d autres institutions et partenaires impliqué dans les même (ou dans similaires) domaines percevraient les tentatives du point nodal comme guidées d intérêt particulier, ce qui pourrait, au bout du compte, mener à une réticence de participer dans le partage des données. Même si le point nodal ne rivalise pas pour les mêmes ressources et s il n utilise pas sa position pour obtenir des résultats avec les données d autres, le simple fait d être directement impliqué dans n importe quel type de base de données, de numérisation, ou d analyse inspirera de la méfiance des institutions lesquelles il devrait assister et coordonner. La neutralité du service de coordination ou de l institution est essentielle pour surmonter les obstacles sociologiques liés à la publication des données primaires sur la biodiversité via le web. Le point nodal devrait être capable de travailler avec toutes les communautés pertinentes sans avoir des préférences ou des priorités qui n ont pas été définies ou agrées par la communauté entière. Le placement institutionnel d un point nodal est décisif pour sa neutralité (voir la section suivante). De même, la neutralité est essentielle pour gagner la confiance de la communauté dans les activités de partage de données à tous niveaux. b) Une approche orienté service: Un point nodal de participants du GBIF est établi pour assister une communauté de personnes et d institutions à partager, publier et utiliser les données et les informations sur la biodiversité dans le domaine du participant. Par conséquent un point nodal de participants du GBIF devrait être équipé et préparé d offrir le meilleur soutien technique à cette communauté et être en perpétuelle veille pour rendre la mobilisation et l utilisation des données facile et pour des faibles coûts. Le point nodal est là pour servir et non pas pour imposer. Comme telle une approche orienté service devrait imprégner toutes les activités effectuées par le point nodal. c) Les capacités: L équipe d un point nodal doit être compétente et qualifiée dans les différents domaines de la biodiversité informatique afin de fournir les services requis à la communauté du participant. Cette capacité technique comprend la connaissance technique (savoir faire, meilleures pratiques), la connaissance des technologies (logiciels, hardware), le personnel (assez de personnel pour couvrir tout les domaines pertinents définis dans le plan de travail du point nodal) et un mandat (le point nodal devrait avoir le pouvoir d accomplir ces devoirs et ses fonctions sur un niveau adéquat). Un point nodal capable et efficace sera définitivement dans la meilleure position d engager la communauté du participant et d aider le participant à atteindre ses buts et ses objectifs d informations. Page 6

7 d) Leadership et initiative: Un point nodal de participant est responsable d évoquer l intérêt et d animer des personnes et des organisations à publier et utiliser les données sur la biodiversité. Le point nodal devrait être une inspiration, capable de réunir des différentes communautés et de promouvoir effectivement la participation et la collaboration pour créer ainsi tout les types de synergies possibles. Comment trouver le meilleur placement d un point nodal de participants GBIF? Le positionnement d un point nodal est un choix décisif pour tout participant GBIF qui n a pas encore établi un réseau ou un système d information sur la biodiversité (avant la signature du Protocole d Accord sur le GBIF). La position va déterminer les relations du point nodal avec les autres institutions du domaine du participant et ses moyens de disposer des qualités nécessaires comme la neutralité, l approche de service, les capacités nécessaires et le «leadership». Le placement institutionnel d un point nodal de participants dépend bien sûr de : a) le paysage institutionnel au niveau du participant (nombre et types d institutions, leurs rôles, le contexte socio économique, la tradition de recherche scientifique), b) les intérêts, les besoins et les priorités du participant concernant les données et les informations sur la biodiversité et c) les capacités actuelles et potentielles du participant (financement, infrastructure, personnel). Ces facteurs sont différent d un participant à l autre, ce qu il le rend très difficile de faire des généralisations. Quoi qu il en soit, il est possible d indiquer de recommandations générales qui peuvent être appliquées dans plusieurs situations. Le scénario idéal est que le point nodal soit fondé comme secrétariat du réseau ou du système d information sur la biodiversité, officiellement établi au niveau du participant. Dans ce cas le point nodal du participant constitue une part intégrale de ce réseau ou système, et répond aux conseils d administration et à l affiliation (comité de pilotage, conseil du réseau, assemblée générale). Tableau 1. Exemples des différentes combinaisons pour la mise en place d un point nodal de participants, en indiquant quelques pours et contres pour chaque scénario. La situation Les pours Les contres a) La mission et le mandat de l institution désignée sont précisément de coordonner, promouvoir et faciliter les activités de partage des données sur la biodiversité au niveau du participant b) Le point nodal est hébergé d une institution désignée, mais ne fait pas part de celle ci Ceci est, dans plusieurs aspects, la situation idéale La plus grande flexibilité et autonomie possible Des meilleures possibilités d atteindre la neutralité Des meilleures possibilités d être orienté comme service Un niveau maximal d expertise et de spécialisation, c est à dire capacité de servir la communauté du participant Plus d autonomie et de flexibilité pour l implémentation du plan de travail du point nodal Plus de temps disponible pour se concentrer sur les activités spécifiques du point nodal Plus grandes chances de créer son propre image de marque (en terme de neutralité, de capacités) Cette situation a besoin d un maximum d investissements (demande beaucoup de ressources), et est plus sensitive aux changements des priorités du participant (avec des implications budgétaires) Un risqué d un manqué de soutien institutionnel Un besoin potentiel d investissements dans le personnel et dans l infrastructure 8dans les cas où ceci n est pas fourni de l institution hôte) Page 7

8 c) L institution désignée agit comme le point nodal même si son champ de travail et ses activités sont plus larges. d) Le point nodal est un service ou une équipe dans une institution désignée e) L institution désignée agit seulement comme contact technique pour les communications avec le secrétariat du GBIF Plus grandes chances de répondre à un partenariat ou à un groupe d institutions plutôt qu à une seule institution Il peut y avoir un mandat très fort et très solide, avec un soutien institutionnel très fort Des grandes chances d avoir un bon niveau de capacités techniques «L institut national de la biodiversité» établi pour répondre à la Convention sur la diversité biologique est un très bon exemple de cette situation Des bas investissements au niveau de l infrastructure, personnel ou autres Le point nodal peut être facilement aligné dans le cadre de l institution Ceci devrait seulement être une situation passagère Selon le champ de travail de l institution, ce placement peut compromettre la neutralité Ce placement peut aussi compromettre l approche orienté service Les résultats vont dépendre largement de l institution dans laquelle se trouve le point nodal Un risque que le personnel du point nodal soit impliqué profondément dans les activités internes de l institution Il sera plus difficile de répondre aux besoins d un groupe d institutions (l équipe du point nodal dépend et répond normalement tout d abord à l équipe de gestion de son institution hôte) Le point nodal reste inconnu aux autres institutions Le point nodal risque de devenir réactif plutôt que proactif Le placement institutionnel du point nodal devrait être étroitement lié à son mandat. Le placement devrait rendre possible l autonomie requise mais aussi le soutien institutionnel et financier nécessaire pour accomplir sa mission et réaliser ses objectifs. Par conséquent la position relative à l institution hôte d un point nodal dans une l institution peut faire une grande différence. Le tableau 1 indique quelques pours et contres des différentes options de placement d un point nodal. En outre (particulièrement concernant les combinaisons a, b, c et d présentée dans le tableau 1) le type d institution ou est placé le point nodal est extrêmement important. Une liste d exemples généralistes de la circonscription du GBIF est donnée dans le tableau 2. Tableau 2. Exemples de types d institution qui est normalement désignée d héberger ou d agir comme point nodal de participants du GBIF. Ces exemples sont très généralistes et peuvent variés en relation à la situation spécifique du participant. Ils sont plutôt des exemples trouvés dans les pays membres que les organisations membres du GBIF. Type de hôte / institution désignée Les pours Les contres a) Une Collection d Histoire naturelle Pleine connaissance des défis et des exigences de la numérisation des données d histoire naturelles Risque d avoir besoin de grands efforts pour montre la neutralité (dans le cas où il s agit d une collection zoologique il faudrait montrer la capacité de travailler avec d autres types de collections, ou qu il n y a pas de concurrence pour des fonds de numérisation entre le point nodal et d autres institutions) Un risque de difficultés d engager d autres communauté qui détienne d autres types de données (observations, données écologiques) Page 8

9 Type de hôte / institution désignée b) Un ministère (de science, d environnement, ou autre) c) Un institut de recherche scientifique sur la biodiversité ou la biologie d) Un conseil ou un comité de recherche ou commission des sciences & des technologies e) Une Organisation sans but lucratif f) Un département ou faculté d université Les pours Un mandat très fort, la capacité d influencer et d aider les politiques et les décideurs Facilement aligné avec les politiques, les stratégies et le programme nationales de la biodiversité Un grand potentiel de développer, d une façon facile et rapide, des capacités dans la biodiversité informatique Pleine connaissance du domaine de la recherché scientifique sur la biodiversité Possibilité d avoir un mandat institutionnel trés clair et fort Une position excellente pour la coordination, la promotion et la facilitation Facile d aligner avec les politiques de recherche scientifiques, les stratégies et les programmes nationaux Les contres Dans certains cas ce placement complique le service aux utilisateurs hors de la communauté scientifique (ou même hors de la communauté des collections d Histoire naturelle) Des défis d opérer au niveau technique et de fournir du soutien technique (á la communauté scientifique) Pourrait être facilement affecté des changements politiques Un risque d avoir des problèmes de neutralité, ceci dépendra comment l institut se place dans l ensemble du paysage institutionnel (en considérant des aspects comme complémentarité ou singularité chevauchante) Un besoin potentiel d investissements supplémentaires pour avoir la capacité de fournir du soutien technique Risque de devenir trop impulsé des sciences, de ne plus se concentrer assez sur le soutien des politiques et des décisions de la protection et de l utilisation durable de la biodiversité De la flexibilité et de l autonomie Risque de perte du mandat, difficultés de s engager avec d autres institutions officiellement Risque de devenir très dépendant de projets Grand potentiel pour développer facilement et rapidement de la capacité dans la biodiversité informatique Potentiel d imprégner les phases différentes du procès de la recherche scientifique sur la biodiversité Risque d avoir des problèmes de neutralité Risque de devenir très dépendant de projets Comme déjà indiqué la situation des participants du GBIF peut être très différente les uns des autres, et il est possible que les pours et les contres présentés dans ces exemples ne sont pas applicable (partiellement ou complètement). Par conséquent la manière la plus judicieuse de placer un point nodal est de répondre aux questions suivantes : a) Quel placement institutionnel offrirait la plus grande neutralité? b) Quel placement institutionnel serait le plus adéquat pour créer un point nodal orienté service? c) Quel placement institutionnel permettrait au point nodal de développer ses capacités et d exécuter son rôle de coordinateur au meilleur niveau possible? d) Quel placement institutionnel offrirait une stabilité maximale et une perspective à long terme? e) Quel placement institutionnel permettrait une visibilité optimale et permettrait d engager, au niveau du participant, tous les acteurs pertinents et les intervenants nationaux? Page 9

10 f) Quel placement institutionnel permettrait au point nodal de répondre aux besoins et aux priorités du participant? Il est peut être vrai qu il sera difficile ou même impossible de trouver la situation absolument idéale pour mettre en place le point nodal, il faudra donc compromettre. La résolution finale dépendra toujours de la vision du participant concernant le partage et l utilisation des données sur la biodiversité, autant que du rôle que le participant prévoit pour le point nodal pour accomplir cette vision. Conclusion Après 7 ans d existence de GBIF, la leçon le plus importante est peut être que les barrières et les complexités sociologiques sont souvent les plus difficiles à surmonter pour un propre développement et fonctionnement du réseau GBIF. C est pourquoi il est essentiel de mettre l accent sur le rôle de coordinateur, promoteur et facilitateur du point nodal de participants du GBIF. D autre part il est important de souligner qu un point nodal de participants devrait être établi avec le but principal de répondre aux besoins et aux priorités du participant. Ceci dit, il sera aussi nécessaire de reconnaître qu un point nodal de participant a besoin d engager et de travailler avec une variété de personnes et d institutions, chacune avec des niveaux de capacités, des intérêts et des aspirations différentes. Il est donc fondamental d assurer qu un point nodal soit neutre, qu il dispose des capacités nécessaires afin de pouvoir soutenir la communauté du participant et d assurer qu il sera capable de maintenir l approche orienté service, dés sa mise en place. Pour réaliser ceci un point nodal de participant a besoin d un mandat fort et d un niveau de soutien institutionnel et financier adéquat. Dans ce contexte il est clair que la décision où placer le point nodal est déterminante pour le succès de son implémentation. Page 10

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

QUÉBEC STATIONS NAUTIQUES. Un programme de l'association Maritime du Québec

QUÉBEC STATIONS NAUTIQUES. Un programme de l'association Maritime du Québec QUÉBEC STATIONS NAUTIQUES Un programme de l'association Maritime du Québec INTRODUCTION Depuis sa fondation, l Association Maritime du Québec (AMQ) a toujours eu comme préoccupation de promouvoir et soutenir

Plus en détail

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS POUR L ÉVALUATION D IMPACT DU PROGRAMME NATIONAL LEADERSHIP DE SERVICE 1. L Arche, qu est-ce que c est? ; «L'Arche rassemble des personnes, avec et sans déficience

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre PSCB No. 90/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 21 juin 2006 Original : anglais F Comité consultatif

Plus en détail

Comment les universités africaines s'efforcent de créer des conditions favorables à la recherche janvier 2010

Comment les universités africaines s'efforcent de créer des conditions favorables à la recherche janvier 2010 Comment les universités africaines s'efforcent de créer des conditions favorables à la recherche janvier 2010 Alioune Camara Spécialiste principal de Programme Centre de recherches pour le développement

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation Politique TICE UBP L université ne peut pas rester à l écart des mutations profondes qui traversent nos sociétés ; la question n est plus de savoir s il faut ou non prendre en compte l usage du numérique

Plus en détail

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS PLUS DE TRENTE COMITÉS NATIONAUX EXISTENT DÉJÀ. SEREZ-VOUS LE PROCHAIN PAYS? SOMMAIRE Guide de création d un comité national - 2 1. ÉTAPE 1 : MIEUX CONNAÎTRE

Plus en détail

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN 2 Introduction Internet a connu un développement et une évolution spectaculaires grâce à l innovation et à la créativité incontestable

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE INITIATIVE DE SOLIDARITÉ AFRICAINE EN APPUI À LA RECONSTRUCTION ET AU DÉVELOPPEMENT POST CONFLIT EN AFRIQUE

NOTE DE CADRAGE INITIATIVE DE SOLIDARITÉ AFRICAINE EN APPUI À LA RECONSTRUCTION ET AU DÉVELOPPEMENT POST CONFLIT EN AFRIQUE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, Éthiopie B.P. 3243 Tél: (251 11) 551 38 22 Télécopie (251 11) 551 93 21, (251 11) 5514227 Courriel: situationroom@africa union.org NOTE DE CADRAGE

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE Agence des Nations Unies : Titre : Lieu : Durée : Bureau Régional de l ONUDC pour l Afrique de l'ouest et

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

Renouvellement de la Politique d évaluation et la stratégie de formation

Renouvellement de la Politique d évaluation et la stratégie de formation Renouvellement de la Politique d évaluation et la stratégie de formation Présentation par : Rafika Amira Centre d excellence en évaluation Secrétariat du conseil du trésor du Canada 3 novembre 2006 Le

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Direction : Direction générale Effectifs supervisés : Trois personnes Supérieur immédiat : Directrice générale 1. Sommaire de la fonction Sous

Plus en détail

Projet «Offres de formation»

Projet «Offres de formation» Projet «Offres de formation» Lignes diréctrices pour l'organisation, le pilotage et le subventionnement des offres de formation destinées aux collaborateurs ecclésiaux à l échelon de la Suisse et des régions

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Renforcement des compétences pour la Promotion de l Egalité entre les sexes en Afrique et dans les pays d Asie de l ouest

Renforcement des compétences pour la Promotion de l Egalité entre les sexes en Afrique et dans les pays d Asie de l ouest Division de la Promotion de la Femme, Département des Affaires économiques et sociales et Centre africain pour le Genre et le Développement, Commission économique pour l Afrique Renforcement des compétences

Plus en détail

Bibliothécaire/Spécialiste de l information PROFIL DE L OPPORTUNITÉ

Bibliothécaire/Spécialiste de l information PROFIL DE L OPPORTUNITÉ Bibliothécaire/Spécialiste de l information PROFIL DE L OPPORTUNITÉ Septembre 2014 Bibliothécaire/Spécialiste de l information Institut canadien pour la sécurité des patients Lieu de travail : bureau d

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Veuillez prendre note que ce document est à titre de référence. Votre convention collective prévaut sur toutes les informations fournies dans ce document. Si vous

Plus en détail

Vérification des Plans de reprises après sinistre des SGI

Vérification des Plans de reprises après sinistre des SGI Vérification des Plans de reprises après sinistre des SGI Vérification interne 378-1-615 29 avril 2009 TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ... II 1.0 INTRODUCTION...5 2.0 OBJECTIFS ET PORTÉE DE LA VÉRIFICATION...7

Plus en détail

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION POUR L APPLICATION DE LA STRATÉGIE INTERNATIONALE DE PRÉVENTION DES CATASTROPHES (SIPC) Juin, 2001 -2- TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

www.ekos.com Préparé par :

www.ekos.com Préparé par : SOMMAIRE Préparé par : EKOS RESEARCH ASSOCIATES Ottawa 359, rue Kent, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2P 0R6 Tél. : 613-235-7215 Téléc. : 613-235-8498 Courriel : pobox@ekos.com Toronto 181, avenue Harbord

Plus en détail

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO *

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * Note de recherche du ROP LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * L Union africaine (UA) a élaboré une architecture continentale de paix et

Plus en détail

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe par Valentin Nikonov Cet article présente un modèle de système de management intégré pour les entreprises de

Plus en détail

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué.

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Points de vue Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Afin d accélérer leur croissance tout en continuant d opérer dans un contexte

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada Aviron ou RCA) 1.2 TITRE : Directeur du développement

Plus en détail

Annule : 2.2 La Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels.

Annule : 2.2 La Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels. Approbation : CC-010627-1034 Amendée par : CC-080422-2877 Annule : Règlement Politique Pratique de gestion S UJET : Politique de communication 1. LA RAISON D ÊTRE Les communications représentent un secteur

Plus en détail

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Rapport national Rapport final 26 Mars 2010 Copyright 2010 PricewaterhouseCoopers S.à r.l. "PricewaterhouseCoopers" réfère

Plus en détail

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa 71 1. Contexte et objectif a. Contexte Il est largement reconnu que les aéroports commerciaux contribuent au développement économique de la région où ils sont situés, et ce, de plusieurs manières : ils

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

Termes de Références. Recrutement d un Bureau d étude ou d un groupement de Bureau d étude pour

Termes de Références. Recrutement d un Bureau d étude ou d un groupement de Bureau d étude pour Ministère de l Equipement, de l Aménagement territorial et du Développement Durable Direction Générale de l Environnement et de la qualité de la Vie Termes de Références Recrutement d un Bureau d étude

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE Marcel Risi, président et directeur général Centre québécois de valorisation de la biomasse, Sainte-Foy, Québec Introduction L expérience accumulée depuis huit

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION. AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES

PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION. AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES sous la responsabilité du vice-rectorat aux études Février 2010 INTRODUCTION Le Programme d innovation en formation aux 1 er, 2 e et 3 e

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/6 Paris, 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information pour

Plus en détail

ECE/ Nations. Unies. européenss. Résumé /CES/2015/12. 2 avril 2015 Françaiss. Modèle générique. statistiques (ECE/CES/2014/3). GE.

ECE/ Nations. Unies. européenss. Résumé /CES/2015/12. 2 avril 2015 Françaiss. Modèle générique. statistiques (ECE/CES/2014/3). GE. Nations Unies Conseil économique et social ECE/ Distr. générale 2 avril 2015 Françaiss Original: anglais /CES/2015/12 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européenss Soixante-troisième

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports Politique sur la vision pour 2030 de l enseignement supérieur Mars 2014 Préface L enseignement supérieur joue

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019

Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019 Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019 Notre organisation L Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) est un organisme fédéral créé

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

9526/16 gen/dd/db/af 1 DG G 3 C

9526/16 gen/dd/db/af 1 DG G 3 C Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 27 mai 2016 (OR. en) 9526/16 RECH 208 TELECOM 100 RÉSULTATS DES TRAVAUX Origine: Secrétariat général du Conseil Destinataire: délégations Nº doc. préc.: 8791/16

Plus en détail

accroître la responsabilité du service «chef de file» en tant que moteur premier d une vraie coordination de substance, respectueuse des priorités ;

accroître la responsabilité du service «chef de file» en tant que moteur premier d une vraie coordination de substance, respectueuse des priorités ; LE RENFORCEMENT DE LA COORDINATION INTERNE La coordination interne est un instrument au service du Collège. Elle a pour objet d assurer, à tous les niveaux, le respect et l application rigoureuse des orientations

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Proposition de collaboration sur l Internet Physique

Proposition de collaboration sur l Internet Physique Proposition de collaboration sur l Internet Physique 30 mai 2013 www.physicalinternetinitiative.org www.internet-physique.dz Préambule (1/3) Dans le monde l importance stratégique de la logistique est

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2008/13 Conseil économique et social Distr. générale 12 décembre 2007 Français Original : anglais Commission de statistique Trente-neuvième session 26-29 février 2008 Point 3 l) de

Plus en détail

Le plan de valorisation et d amélioration de la qualité de la langue française au Cégep de Sherbrooke : «Le français : un plus»

Le plan de valorisation et d amélioration de la qualité de la langue française au Cégep de Sherbrooke : «Le français : un plus» Le plan de valorisation et d amélioration de la qualité de la langue française au Cégep de Sherbrooke : «Le français : un plus» Par Guillaume Lachapelle, conseiller pédagogique responsable de la mise en

Plus en détail

Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume

Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume Juin 2015 REMERCIEMENTS ICVA remercie ses membres, son bureau et les partenaires de leurs cotisations, financements

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE POUR ÉLABORER DES PROJETS CLIINIIQUES EN TENANT COMPTE DES BESOIINS ET DES PARTIICULARIITÉS DES PERSONNES D EXPRESSIION ANGLAIISE ET DU CADRE LÉGIISLATIIF EN PLACE L AIDE-MÉMOIRE SECRÉTARIAT À L ACCÈS

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Direction générale POLITIQUE N O 15 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Adoptée le 9 juin 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 9 juin 2015 (CA-2015-06-09-12)

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 www.au.int AVIS DE VACANCE DE POSTE COMMISSAIRE DE POLICE

P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 www.au.int AVIS DE VACANCE DE POSTE COMMISSAIRE DE POLICE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE 1. Poste: AVIS DE VACANCE DE POSTE COMMISSAIRE DE POLICE UNIÃO AFRICANA P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 www.au.int Titre

Plus en détail

Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations

Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations Vision Qu ils vivent dans leur collectivité ou à l extérieur de celle-ci, tous les membres des Premières Nations ont le droit d avoir un abri

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Projet de Plan d action en matière de communication pour la RHN2

Projet de Plan d action en matière de communication pour la RHN2 Projet de Plan d action en matière de communication pour la RHN2 Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement (PMCED) 9 e réunion du Comité de pilotage Du 29 février au

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015

Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015 REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU PLAN, DE l AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE Fraternité - Travail - Progrès Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015 Les choix

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.288/PFA/6 288 e session Conseil d administration Genève, novembre 2003 Commission du programme, du budget et de l administration PFA SIXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Termes de Référence pour une Assistance Technique Internationale

Termes de Référence pour une Assistance Technique Internationale APPUI A L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN «CORPORATE PLAN» ET D UNE STRATEGIE DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS POUR L ECONOMIC DEVELOPMENT BOARD OF MADAGASCAR (EDBM) Termes de Référence pour une

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

RAPPORT SUR L EXAMEN FONCTIONNEL DU SECRÉTARIAT. Note du Secrétaire exécutif I. INTRODUCTION

RAPPORT SUR L EXAMEN FONCTIONNEL DU SECRÉTARIAT. Note du Secrétaire exécutif I. INTRODUCTION CBD Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/SBI/1/13/Add.1 5 avril 2016* ORGANE SUBSIDIAIRE CHARGÉ DE L APPLICATION Première réunion Montréal, Canada, 2-6 mai 2016 Point 15 de l ordre du jour provisoire** FRANÇAIS ORIGINAL

Plus en détail

POLITIQUE MUNICIPALE

POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE NUMÉRO : OBJET : POLITIQUE DE COMMUNICATION DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : RÉS. N O : DATE DE RÉVISION : RÉS. N O : SERVICE : Communications 1. ORIENTATIONS ET PRINCIPES DE LA

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

Vérification Interne. Vérification du cadre de contrôle des stocks

Vérification Interne. Vérification du cadre de contrôle des stocks Vérification Interne Vérification du cadre de contrôle des stocks Juin 2010 Table des matières SOMMAIRE EXÉCUTIF...5 1. INTRODUCTION...9 1.1 CONTEXTE...9 1.2 OBJECTIFS...9 1.3 ÉTENDUE DE LA VÉRIFICATION...9

Plus en détail

ASSEMBLÉE 38 e SESSION

ASSEMBLÉE 38 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL A38-WP/11 EX/6 17/5/13 ASSEMBLÉE 38 e SESSION COMITÉ EXÉCUTIF Point 16 : Facilitation et documents de voyage lisibles à la machine PROPOSITION

Plus en détail

Charte du Portail de l information publique environnementale

Charte du Portail de l information publique environnementale Charte du Portail de l information publique environnementale http://www.toutsurlenvironnement.fr Entre : L État, représenté par le ministre chargé de l environnement Dénommé ci-après «Maître d ouvrage»

Plus en détail