GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales."

Transcription

1 Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation du concept Global Biodiversity Information Facility Secretariat Juan Carlos Bello Senior Programme Officer for Nodes, GBIF Secretariat Version: Version 1.0 Juan Bello, October 2008 État: En progrès. Révision(s): [Simone Niedermüller, 20/10/08] Citation proposée: Éditeur: Mots clés: GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Global Biodiversity Information Facility Secretariat, Copenhague. 9pp. Global Biodiversity Information Facility Secretariat GBIF, point nodal de participants, réseau d information sur la biodiversité Table des matières Introduction... 2 Qu est ce qu un point nodal de participants?... 2 Pourquoi a t on besoin d un point nodal de participants?... 2 Qu est ce qu un point nodal opérationnel?... 4 De qu est qu un point nodal de participant a t il besoin pour devenir opérationnel?... 5 Quelles qualités font d un point nodal, un point nodal avec du succès?... 6 Comment trouver le meilleur placement d un point nodal de participants GBIF?... 7 Conclusions Page 1

2 Introduction Selon le Protocole d accord ( ) sur le GBIF, un participant du GBIF devrait mettre en place un «point nodal de participants», généralement défini comme point de contact technique entre le participant (avec tous ses institutions et ses intervenants nationaux), autres participants et le Secrétariat du GBIF. La mise en place d un point nodal opérationnel est primordiale pour assurer que le participant du GBIF peut profiter et contribuer entièrement à la mission, aux buts et programme de travail du GBIF. Ce document vise à fournir des conseils et des directions aux participants, où et comment mettre en place un point nodal opérationnel. Qu est ce qu un point nodal de participants? La définition du point nodal de participants a évolué pendant les dernières années (Boîte 1). Dans le plan de travail pour , un point nodal de participants du GBIF a été défini comme «un service, une agence ou une institution désigné à coordonner le développement et les activités d un réseau ou d un système d information sur la biodiversité au niveau du participant (national, régional ou thématique)». Par conséquent le rôle principale d un point nodal de participants est de promouvoir, coordonner et faciliter la mobilisation et l utilisation des données sur la biodiversité parmi tous les intervenants du domaine du participant, essentiellement pour aider d adresser les besoins et les priorités d informations du participant. En outre un point nodal de participants sert comme passerelle de communication entre les participants et le Secrétariat, en contribuant et en profitant des services centraux, de l infrastructure et des capacités fourni par le GBIF comme réseau de réseaux, global et décentralisé. Pourquoi a t on besoin d un point nodal de participants? Les données et les informations sur la biodiversité sont par nature hétérogènes, tant en termes d envergure taxinomique, géographique, temporel ou thématique, que de formats et de méthodes utilisés pour la collection, le stockage, l échange et la publication de ces données. La complexité est accrue par le fait que ces données sont produites, détenues, usagées et utilisées d une variété d acteurs divers, pour des raisons diverses et dans beaucoup de situations différentes. Boîte 1. Définitions initiales d un point nodal de participants du GBIF Dans le premier protocole d accord sur le GBIF (GBIF Memorandum of Understanding MoU ) les points nodaux du GBIF ont été définis comme «un portail informatique stable qui permet les requêtes en temps réel et interopérables de multiples bases de données institutionnelles, nationales, régionales et/ou sous régionales, contenant des données primaires ou au niveau méta sur la biodiversité ( ) ou un serveur unique accessible via le web maintenant une ou plusieurs bases de données significatives sur la biodiversité.». Il est clair que dans cette définition l accent a été mis sur le procès technique de fournir accès aux données sur la biodiversité. Ce qu on a appris depuis cette première approche est que le procès de mobiliser des données ne peut pas être automatisé complètement. Tout d abord, on a besoin des personnes qui interagissent avec les technologies (hardware, logiciel et middleware) et les données (problèmes de interopérabilité), ainsi que, et ceci est peut être encore plus important, on a besoin de personnes qui interagissent avec d autres personnes (des activités de formation aux accords interinstitutionnel sur les politiques d accès et d utilisation des données). C est pourquoi dans le deuxième protocole d accord sur le GBIF ( ) un point nodal du GBIF a été redéfini comme «Mécanisme par lequel un participant coordonne et appuie ses activités d échange de données sur le GBIF. Un point nodal de participants comporte à la fois des infrastructures matérielles et des ressources humaines. En général, un point nodal de participants encourage et appuie les activités des fournisseurs de données du participant pour contribuer et utiliser à la fois les données servies par le GBIF, il procure des infrastructures et un savoir faire sur les technologies de l information pour les activités du GBIF et il fonctionne comme passerelle d information entre les participants, d autres partenaires et le Secrétariat.» Page 2

3 Ainsi, n importe si le participant du GBIF est un pays ou une organisation internationale, il y a toujours le besoin d un mécanisme coordonnant qui s occupe et engage les parties prenantes (des détenteurs de données aux utilisateurs des données) d une manière adéquat, qui les assiste à mobiliser et à publier des données, et qui, au bout du compte, soutien le participant à répondre à ses besoins d informations et de données sur la biodiversité. En outre il est important d avoir un cadre de collaboration institutionnel (politiques, accords) et technologique (infrastructure) (Figure 1). Pourtant un tel cadre est inutile sans un service, une agence, ou une institution responsable de coordonner, promouvoir et faciliter l engagement et les interactions des personnes et des institutions impliquées. En effet il est maintenant largement reconnu que les plus grands défis pour le partage des données sur la biodiversité sont de nature sociologique plutôt que technologique. Figure 1. Components généraux d un réseau ou d un système d informations sur la biodiversité. Avec la création d un service de coordination mandaté de soutenir les détenteurs de données à partager et publier leurs données en utilisant des standards et des protocoles communs (c est à dire avec la création d un point nodal de participants) un participant du GBIF peut significativement augmenter les bénéfices des investissements dans le passé, en cours et dans le future qu il a fait dans la recherché scientifique et dans les collections de données sur la biodiversité. Un tel soutien est parmi d autres nécessaire afin d établir la pratique de publier les données primaires (en ce moment la publication des résultats de recherché est bien établi, mais pas des données primaires sur lesquelles sont basés ces résultat). La plupart des détenteurs de données a encore besoin de guidage dans les différentes étapes nécessaires pour la publication de données. Ceci concerne l organisation et la numérisation des données ainsi que l usage des technologies nécessaire pour améliorer la qualité et pour suivre l utilisation des données rendues accessibles via l internet. Dans beaucoup de cas les points nodaux de participants aide aussi les utilisateurs finals clés de retrouver les informations dont ils ont besoin et guide les utilisateurs. Ceci est particulièrement important pour garantir que l utilisation des données sur la biodiversité soit vraiment utile aux politiques et aux décideurs du secteur de la protection et de l utilisation durable de la biodiversité. Page 3

4 GBIF(2008)Versl établissementd unpointnodalopérationneldeparticipantsdugbif:définitionsetconsidérationsgénérales. Enfin,maistoutautantimportant,unpointnodaldeparticipantsdanssonrôledecoordinateur,esttrèsbien positionnépouraiderleparticipantàévaluerleslacunesdedonnées(taxinomiques,spatiales,temporelles et thématiques), pour comprendre les besoins de données et d informations, pour engager des nouvelles communautés (et mobiliser des nouveaux types de données) et pour concevoir des stratégies afin de répondre aux besoins d une manière efficace. Independent des moteurs ou des priorités qui motivent la mobilisation des données sur la biodiversité (Figure 2), un point nodal bien établi et opérationnel est instrumentalpouraiderleparticipantàatteindresesbutsetsesobjectifsliésàlabiodiversité. Figure2.LesMoteursetlesprioritéspourl implémentationd unréseaud informationsurlabiodiversitéqui définissentunpointnodaldeparticipants.endépendancedescesdeuxfacteurs,lepointnodalpeutévoluercomme tentativeessentiellementscientifique(aetc)oucommesystèmedesoutienauxpolitiques(betd). Qu estcequ unpointnodalopérationnel? Un point nodal de participants peut être considéré comme opérationnel lorsqu il soutien, avec succès, le participantàétablir,coordonneretmaintenirunréseauouunsystèmed informationsurlabiodiversité,en utilisant le cadre général, les principes et l infrastructure du GBIF. Entre outre un point nodal de participants: a) AideleparticipantduGBIFàévalueretadressersesbesoinsd informationssurlabiodiversité, b) Engageactivementlesdétenteursetlesutilisateursdedonnéesdansledomaineduparticipant, c) Assistelesdétenteursdedonnéesàpartageretàpublierleursdonnéessurlabiodiversité, d) Assisteàrenforcerlescapacitésdelabiodiversitéinformatiqueauniveauduparticipant, e) Promeutetfaciliteledéveloppementd applicationsafindeservirlesbesoinsdel utilisateurfinal, Page 4

5 f) Partage ses capacités et ses expériences avec d autres point nodaux de participants, en particulier avec ceux dans une phase de développement non avancé, g) Aide au développement, à l implémentation et à la mise en marche de l infrastructure informatique du GBIF et h) Contribue activement afin d accomplir la mission du GBIF et d atteindre les buts et les objectifs du GBIF. De qu est ce qu un point nodal de participant a t il besoin pour devenir opérationnel? Afin de réalisé son rôle de coordinateur, un point nodal de participants a besoin, au minimum, de : a) Un mandat clair (officiel ou institutionnel) par lequel on charge le point nodal de participants officiellement de la responsabilité de coordonner, promouvoir et faciliter le partage des données sur la biodiversité parmi les institutions pertinentes, les partenaires et les intervenants nationaux. Un tel mandat devrait idéalement être part d un cadre collaboratif qui a été construit et sur lequel ont agréé les acteurs pertinents. En général, une institution désignée fourni ce mandat. Comme serait expliqué ci dessous, il est essentiel quelle place le point nodal prendra par rapport à cette institution désignée pour assurer le succès de son exercice. b) Une équipe pour l implémentation du mandat du point nodal de participants, ce qui inclut la formulation et l implémentation de son plan de travail. A part du personnel (tout le monde ou au moins une partie significative du personnel ayant reçu de la formation en biodiversité informatique) l équipe consiste aussi de l infrastructure physique nécessaire (des complexes de bureaux à l informatique). c) Un niveau de soutien institutionnel et financier satisfaisant afin d effectuer les activités de coordination, de promotion et de facilitation au niveau correspondant au plan de travail. Le soutien institutionnel peut être en forme d aide administratif, hébergement (bureau) ou d approbation politique pour l engagement des partenaires clés, l augmentation de l intérêt, de la visibilité et de la mobilisation de fonds. Dans ce contexte la communication fluide et transparente entre l équipe du point nodal et les membres de la structure de gouvernance est particulièrement pertinente afin de guider les activités de partage de données au niveau du participant (ceci inclue la délégation du membre GBIF). d) Finalement, un point nodal a certainement besoin de l accès aux outils correctes, aux pratiques courantes, aux occasions de formation et à la documentation pour pouvoir exécuter ces fonctions au meilleur niveau possible. La plupart de ces services fait partie des services centraux du Secrétariat du GBIF ou est contribué par d autres participants du GBIF. Il est évident comme le manque d un ou plusieurs de ces conditions pourrait affecter la fonctionnalité générale du point nodal. Un point nodal qui ne manque par exemple que d un mandat clair pourrait facilement échouer dans ses interactions interinstitutionnelles et dans son rôle de coordinateur. D autre part un manque de personnel pourrait limiter les capacités de répondre effectivement aux besoins du participant, même si assez de ressources sont disponibles. Un autre exemple est celui d un point nodal qui dispose d un mandat très clair et fort, d assez de personnel et d infrastructure, d un niveau de financement adéquat, mais qui manque de soutien institutionnel (en particulier de la part de l institution qui fourni les Page 5

6 locaux d hébergement). Dans ces cas le point nodal peut très facilement s épuiser dans les efforts de surmonter les barrières interinstitutionnelles (politiques, gestion ou administration). Quelles qualités font d un point nodal, un point nodal avec du succès? Toutes les activités effectuées par un point nodal de participants GBIF se tournent essentiellement autour des interactions avec autres à des multiples niveaux. Un point nodal de participants a besoin d être compétent non seulement dans les affaires techniques, mais aussi dans la communication, l engagement et les interactions avec des personnes et des organisations de différents domaines. Ces compétences sont critiques pour surmonter les barrières sociologiques et pour résoudre des conflits reliés au partage de données, à la participation, à l attribution, etc... Pour avoir du succès les qualités les plus importantes d un point nodal sont : a) La neutralité: Un point nodal de participants établi pour coordonner, promouvoir et faciliter les activités le partage de données entre des multiples institutions devrait, idéalement, ne pas être impliqué dans la production ou l utilisation des données. Si le point nodal est impliqué dans des activités de recherche scientifique sur la biodiversité quelconques il est bien probable que d autres institutions et partenaires impliqué dans les même (ou dans similaires) domaines percevraient les tentatives du point nodal comme guidées d intérêt particulier, ce qui pourrait, au bout du compte, mener à une réticence de participer dans le partage des données. Même si le point nodal ne rivalise pas pour les mêmes ressources et s il n utilise pas sa position pour obtenir des résultats avec les données d autres, le simple fait d être directement impliqué dans n importe quel type de base de données, de numérisation, ou d analyse inspirera de la méfiance des institutions lesquelles il devrait assister et coordonner. La neutralité du service de coordination ou de l institution est essentielle pour surmonter les obstacles sociologiques liés à la publication des données primaires sur la biodiversité via le web. Le point nodal devrait être capable de travailler avec toutes les communautés pertinentes sans avoir des préférences ou des priorités qui n ont pas été définies ou agrées par la communauté entière. Le placement institutionnel d un point nodal est décisif pour sa neutralité (voir la section suivante). De même, la neutralité est essentielle pour gagner la confiance de la communauté dans les activités de partage de données à tous niveaux. b) Une approche orienté service: Un point nodal de participants du GBIF est établi pour assister une communauté de personnes et d institutions à partager, publier et utiliser les données et les informations sur la biodiversité dans le domaine du participant. Par conséquent un point nodal de participants du GBIF devrait être équipé et préparé d offrir le meilleur soutien technique à cette communauté et être en perpétuelle veille pour rendre la mobilisation et l utilisation des données facile et pour des faibles coûts. Le point nodal est là pour servir et non pas pour imposer. Comme telle une approche orienté service devrait imprégner toutes les activités effectuées par le point nodal. c) Les capacités: L équipe d un point nodal doit être compétente et qualifiée dans les différents domaines de la biodiversité informatique afin de fournir les services requis à la communauté du participant. Cette capacité technique comprend la connaissance technique (savoir faire, meilleures pratiques), la connaissance des technologies (logiciels, hardware), le personnel (assez de personnel pour couvrir tout les domaines pertinents définis dans le plan de travail du point nodal) et un mandat (le point nodal devrait avoir le pouvoir d accomplir ces devoirs et ses fonctions sur un niveau adéquat). Un point nodal capable et efficace sera définitivement dans la meilleure position d engager la communauté du participant et d aider le participant à atteindre ses buts et ses objectifs d informations. Page 6

7 d) Leadership et initiative: Un point nodal de participant est responsable d évoquer l intérêt et d animer des personnes et des organisations à publier et utiliser les données sur la biodiversité. Le point nodal devrait être une inspiration, capable de réunir des différentes communautés et de promouvoir effectivement la participation et la collaboration pour créer ainsi tout les types de synergies possibles. Comment trouver le meilleur placement d un point nodal de participants GBIF? Le positionnement d un point nodal est un choix décisif pour tout participant GBIF qui n a pas encore établi un réseau ou un système d information sur la biodiversité (avant la signature du Protocole d Accord sur le GBIF). La position va déterminer les relations du point nodal avec les autres institutions du domaine du participant et ses moyens de disposer des qualités nécessaires comme la neutralité, l approche de service, les capacités nécessaires et le «leadership». Le placement institutionnel d un point nodal de participants dépend bien sûr de : a) le paysage institutionnel au niveau du participant (nombre et types d institutions, leurs rôles, le contexte socio économique, la tradition de recherche scientifique), b) les intérêts, les besoins et les priorités du participant concernant les données et les informations sur la biodiversité et c) les capacités actuelles et potentielles du participant (financement, infrastructure, personnel). Ces facteurs sont différent d un participant à l autre, ce qu il le rend très difficile de faire des généralisations. Quoi qu il en soit, il est possible d indiquer de recommandations générales qui peuvent être appliquées dans plusieurs situations. Le scénario idéal est que le point nodal soit fondé comme secrétariat du réseau ou du système d information sur la biodiversité, officiellement établi au niveau du participant. Dans ce cas le point nodal du participant constitue une part intégrale de ce réseau ou système, et répond aux conseils d administration et à l affiliation (comité de pilotage, conseil du réseau, assemblée générale). Tableau 1. Exemples des différentes combinaisons pour la mise en place d un point nodal de participants, en indiquant quelques pours et contres pour chaque scénario. La situation Les pours Les contres a) La mission et le mandat de l institution désignée sont précisément de coordonner, promouvoir et faciliter les activités de partage des données sur la biodiversité au niveau du participant b) Le point nodal est hébergé d une institution désignée, mais ne fait pas part de celle ci Ceci est, dans plusieurs aspects, la situation idéale La plus grande flexibilité et autonomie possible Des meilleures possibilités d atteindre la neutralité Des meilleures possibilités d être orienté comme service Un niveau maximal d expertise et de spécialisation, c est à dire capacité de servir la communauté du participant Plus d autonomie et de flexibilité pour l implémentation du plan de travail du point nodal Plus de temps disponible pour se concentrer sur les activités spécifiques du point nodal Plus grandes chances de créer son propre image de marque (en terme de neutralité, de capacités) Cette situation a besoin d un maximum d investissements (demande beaucoup de ressources), et est plus sensitive aux changements des priorités du participant (avec des implications budgétaires) Un risqué d un manqué de soutien institutionnel Un besoin potentiel d investissements dans le personnel et dans l infrastructure 8dans les cas où ceci n est pas fourni de l institution hôte) Page 7

8 c) L institution désignée agit comme le point nodal même si son champ de travail et ses activités sont plus larges. d) Le point nodal est un service ou une équipe dans une institution désignée e) L institution désignée agit seulement comme contact technique pour les communications avec le secrétariat du GBIF Plus grandes chances de répondre à un partenariat ou à un groupe d institutions plutôt qu à une seule institution Il peut y avoir un mandat très fort et très solide, avec un soutien institutionnel très fort Des grandes chances d avoir un bon niveau de capacités techniques «L institut national de la biodiversité» établi pour répondre à la Convention sur la diversité biologique est un très bon exemple de cette situation Des bas investissements au niveau de l infrastructure, personnel ou autres Le point nodal peut être facilement aligné dans le cadre de l institution Ceci devrait seulement être une situation passagère Selon le champ de travail de l institution, ce placement peut compromettre la neutralité Ce placement peut aussi compromettre l approche orienté service Les résultats vont dépendre largement de l institution dans laquelle se trouve le point nodal Un risque que le personnel du point nodal soit impliqué profondément dans les activités internes de l institution Il sera plus difficile de répondre aux besoins d un groupe d institutions (l équipe du point nodal dépend et répond normalement tout d abord à l équipe de gestion de son institution hôte) Le point nodal reste inconnu aux autres institutions Le point nodal risque de devenir réactif plutôt que proactif Le placement institutionnel du point nodal devrait être étroitement lié à son mandat. Le placement devrait rendre possible l autonomie requise mais aussi le soutien institutionnel et financier nécessaire pour accomplir sa mission et réaliser ses objectifs. Par conséquent la position relative à l institution hôte d un point nodal dans une l institution peut faire une grande différence. Le tableau 1 indique quelques pours et contres des différentes options de placement d un point nodal. En outre (particulièrement concernant les combinaisons a, b, c et d présentée dans le tableau 1) le type d institution ou est placé le point nodal est extrêmement important. Une liste d exemples généralistes de la circonscription du GBIF est donnée dans le tableau 2. Tableau 2. Exemples de types d institution qui est normalement désignée d héberger ou d agir comme point nodal de participants du GBIF. Ces exemples sont très généralistes et peuvent variés en relation à la situation spécifique du participant. Ils sont plutôt des exemples trouvés dans les pays membres que les organisations membres du GBIF. Type de hôte / institution désignée Les pours Les contres a) Une Collection d Histoire naturelle Pleine connaissance des défis et des exigences de la numérisation des données d histoire naturelles Risque d avoir besoin de grands efforts pour montre la neutralité (dans le cas où il s agit d une collection zoologique il faudrait montrer la capacité de travailler avec d autres types de collections, ou qu il n y a pas de concurrence pour des fonds de numérisation entre le point nodal et d autres institutions) Un risque de difficultés d engager d autres communauté qui détienne d autres types de données (observations, données écologiques) Page 8

9 Type de hôte / institution désignée b) Un ministère (de science, d environnement, ou autre) c) Un institut de recherche scientifique sur la biodiversité ou la biologie d) Un conseil ou un comité de recherche ou commission des sciences & des technologies e) Une Organisation sans but lucratif f) Un département ou faculté d université Les pours Un mandat très fort, la capacité d influencer et d aider les politiques et les décideurs Facilement aligné avec les politiques, les stratégies et le programme nationales de la biodiversité Un grand potentiel de développer, d une façon facile et rapide, des capacités dans la biodiversité informatique Pleine connaissance du domaine de la recherché scientifique sur la biodiversité Possibilité d avoir un mandat institutionnel trés clair et fort Une position excellente pour la coordination, la promotion et la facilitation Facile d aligner avec les politiques de recherche scientifiques, les stratégies et les programmes nationaux Les contres Dans certains cas ce placement complique le service aux utilisateurs hors de la communauté scientifique (ou même hors de la communauté des collections d Histoire naturelle) Des défis d opérer au niveau technique et de fournir du soutien technique (á la communauté scientifique) Pourrait être facilement affecté des changements politiques Un risque d avoir des problèmes de neutralité, ceci dépendra comment l institut se place dans l ensemble du paysage institutionnel (en considérant des aspects comme complémentarité ou singularité chevauchante) Un besoin potentiel d investissements supplémentaires pour avoir la capacité de fournir du soutien technique Risque de devenir trop impulsé des sciences, de ne plus se concentrer assez sur le soutien des politiques et des décisions de la protection et de l utilisation durable de la biodiversité De la flexibilité et de l autonomie Risque de perte du mandat, difficultés de s engager avec d autres institutions officiellement Risque de devenir très dépendant de projets Grand potentiel pour développer facilement et rapidement de la capacité dans la biodiversité informatique Potentiel d imprégner les phases différentes du procès de la recherche scientifique sur la biodiversité Risque d avoir des problèmes de neutralité Risque de devenir très dépendant de projets Comme déjà indiqué la situation des participants du GBIF peut être très différente les uns des autres, et il est possible que les pours et les contres présentés dans ces exemples ne sont pas applicable (partiellement ou complètement). Par conséquent la manière la plus judicieuse de placer un point nodal est de répondre aux questions suivantes : a) Quel placement institutionnel offrirait la plus grande neutralité? b) Quel placement institutionnel serait le plus adéquat pour créer un point nodal orienté service? c) Quel placement institutionnel permettrait au point nodal de développer ses capacités et d exécuter son rôle de coordinateur au meilleur niveau possible? d) Quel placement institutionnel offrirait une stabilité maximale et une perspective à long terme? e) Quel placement institutionnel permettrait une visibilité optimale et permettrait d engager, au niveau du participant, tous les acteurs pertinents et les intervenants nationaux? Page 9

10 f) Quel placement institutionnel permettrait au point nodal de répondre aux besoins et aux priorités du participant? Il est peut être vrai qu il sera difficile ou même impossible de trouver la situation absolument idéale pour mettre en place le point nodal, il faudra donc compromettre. La résolution finale dépendra toujours de la vision du participant concernant le partage et l utilisation des données sur la biodiversité, autant que du rôle que le participant prévoit pour le point nodal pour accomplir cette vision. Conclusion Après 7 ans d existence de GBIF, la leçon le plus importante est peut être que les barrières et les complexités sociologiques sont souvent les plus difficiles à surmonter pour un propre développement et fonctionnement du réseau GBIF. C est pourquoi il est essentiel de mettre l accent sur le rôle de coordinateur, promoteur et facilitateur du point nodal de participants du GBIF. D autre part il est important de souligner qu un point nodal de participants devrait être établi avec le but principal de répondre aux besoins et aux priorités du participant. Ceci dit, il sera aussi nécessaire de reconnaître qu un point nodal de participant a besoin d engager et de travailler avec une variété de personnes et d institutions, chacune avec des niveaux de capacités, des intérêts et des aspirations différentes. Il est donc fondamental d assurer qu un point nodal soit neutre, qu il dispose des capacités nécessaires afin de pouvoir soutenir la communauté du participant et d assurer qu il sera capable de maintenir l approche orienté service, dés sa mise en place. Pour réaliser ceci un point nodal de participant a besoin d un mandat fort et d un niveau de soutien institutionnel et financier adéquat. Dans ce contexte il est clair que la décision où placer le point nodal est déterminante pour le succès de son implémentation. Page 10

Publier et Enregistrer des Données avec le GBIF Version 1.0

Publier et Enregistrer des Données avec le GBIF Version 1.0 Publier et Enregistrer des Données avec le GBIF Version 1.0 Avril 2011 Citation suggérée : GBIF (2011). Publier et Enregistrer des Données avec le GBIF, (version originale rédigée par Braak, K., Remsen,

Plus en détail

Normes Communes de Gestion (NCG)

Normes Communes de Gestion (NCG) Normes Communes de Gestion (NCG) Introduction Caritas est une expression de la Mission de l Église catholique, opérant dans le cadre établi par le droit canon et la législation nationale des pays où sont

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Cadre de gestion du portail intranet de la Régie du bâtiment

Cadre de gestion du portail intranet de la Régie du bâtiment Direction Direction des communications Cadre de gestion du portail intranet de la Régie du bâtiment Patrick Parent, édimestre intranet 9 février 2004 Introduction Le portail intranet de la Régie du bâtiment

Plus en détail

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable On entend par «aménagement raisonnable» les modifications et ajustements nécessaires et appropriés n imposant pas de charge disproportionnée ou indue apportés,

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Fiche de pointage du FMV : Projets d immobilisations dans le secteur des matières résiduelles

Fiche de pointage du FMV : Projets d immobilisations dans le secteur des matières résiduelles : Projets d immobilisations dans le secteur des matières résiduelles Au sujet de la fiche de pointage Les demandes de financement pour les projets d immobilisations dans les secteurs de l énergie, des

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Ingénierie, design et communication COM-21573

Ingénierie, design et communication COM-21573 Notes de cours Module 1 La gestion de projets d ingénierie Édition Hiver07 FSG 2007 Ingénierie, design et communication Daniel Dupuis Faculté des sciences et de génie Université Laval Faculté des sciences

Plus en détail

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Société : Les Violons du Roy et La Chapelle de Québec Date du profil : janvier 2011 Mandat de la

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

Rapport sur les technologies de l information

Rapport sur les technologies de l information COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.2 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/3 21-23 janvier 2015 Rapport sur les technologies de l

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Les cinq raisons majeures pour déployer SDN (Software-Defined Networks) et NFV (Network Functions Virtualization)

Les cinq raisons majeures pour déployer SDN (Software-Defined Networks) et NFV (Network Functions Virtualization) Les cinq raisons majeures pour déployer SDN (Software-Defined Networks) et NFV (Network Functions Virtualization) Préparé par : Zeus Kerravala Les cinq raisons majeures pour déployer SDN et NFV NetworkWorld,

Plus en détail

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AVIS DE RECRUTEMENT: CHEF DE BUREAU RÉGIONAL, RÉSEAU AFRICAIN D EXPERTISE EN BIOSÉCURITÉ (ABNE) NO.VA/NPCA/22 L Union Africaine (UA), créée en tant qu

Plus en détail

Profil de leadership des gestionnaires

Profil de leadership des gestionnaires Profil de leadership des gestionnaires Apprentissage et développement Chambre des communes Quelques notions pour faciliter la consultation du Profil. INTRODUCTION DÉFINITIONS Profil de compétences : Liste

Plus en détail

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte.

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. Mémoire de la Fédération des commissions scolaires du Québec concernant le projet de loi n o 133 sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

MODÈLE POUR LA GESTION DES PROJETS

MODÈLE POUR LA GESTION DES PROJETS MODÈLE POUR LA GESTION DES PROJETS 1: Développement conceptuel 5: Surveillance, évaluation et suivi 2: Développement détaillé 4: Préparation d'un rapport et communication 3: Mise en oeuvre ÉTAPE 1 : DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises

Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises octobre 2008 Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises Concept Document public pour partenaires et intéressés Kurt Egger, Monika Tschannen, Hermann Scherrer, Domaine

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Viveris Management. Société de gestion spécialisée dans l investissement en fonds propres dans les PME

Viveris Management. Société de gestion spécialisée dans l investissement en fonds propres dans les PME Viveris Management Société de gestion spécialisée dans l investissement en fonds propres dans les PME 1 Viveris Management, une société de gestion de fonds de capital investissement pour compte de tiers,

Plus en détail

Sur la voie du développement pétrolier. Rapport sur la consultation publique sur la stratégie pétrolière et gazière pour les TNO

Sur la voie du développement pétrolier. Rapport sur la consultation publique sur la stratégie pétrolière et gazière pour les TNO Sur la voie du développement pétrolier Rapport sur la consultation publique sur la stratégie pétrolière et gazière pour les TNO Septembre 2015 To request this complete document in French please call the

Plus en détail

DEFINITION D EMPLOI TYPE DE COORDONNATEUR RESIDENT DES NATIONS UNIES 1

DEFINITION D EMPLOI TYPE DE COORDONNATEUR RESIDENT DES NATIONS UNIES 1 GROUPE DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT DEFINITION D EMPLOI TYPE DE COORDONNATEUR RESIDENT DES NATIONS UNIES 1 I. Informations relatives au poste Titre fonctionnel : Classe : Lieux d affectation

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

E/ESCAP/PTA/IISG(1)/WP.1

E/ESCAP/PTA/IISG(1)/WP.1 DOCUMENT DE TRAVAIL E/ESCAP/PTA/IISG(1)/WP.1 Réservé aux Participants 19 janvier 2015 Français Original: Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion du Groupe

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2013-2015

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2013-2015 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2013-2015 Le mandat de l élaboration et de la mise en œuvre du plan d action 2012-2013 a été confié au Secrétariat général du ministère du Tourisme. Les

Plus en détail

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ARCHIVES INFORMATION DOCUMENTATION ET RELATIONS PUBLIQUES TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT TECHNIQUE

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

Politique de développement durable

Politique de développement durable Politique de développement durable Responsabilité de gestion : Direction générale Date d approbation : 1996.06.06 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 1996.06.06 Référence

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/60/487)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/60/487)] Nations Unies A/RES/60/188 Assemblée générale Distr. générale 17 février 2006 Soixantième session Point 51 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de la Deuxième

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Plan de rédaction d un projet de programme d études UQAM

Plan de rédaction d un projet de programme d études UQAM Plan de rédaction d un projet de programme d études UQAM Ce document est une version modifiée du Guide d'élaboration d'un projet de nouveau programme de 2e ou de 3e cycle de l Université du Québec, disponible

Plus en détail

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Commission des services financiers de l Ontario Le 17 décembre 2010 Table

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E

S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E 2 QUAND LA GESTION DE PORTEFEUILLE SE DÉMOCRATISE 3 Le debut des activités, en 2011, de la Société de gestion privée des Fonds FMOQ inc. marque une nouvelle

Plus en détail

Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel

Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel Le transfert de la direction Quand l'entreprise demeure familiale Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel Contexte du présent carnet Le PDG de la PME devra un jour laisser

Plus en détail

COPENHAGUE, AVANT ET APRÈS ENJEUX ET PERSPECTIVES POUR LES ENTREPRISES. Novembre 2009

COPENHAGUE, AVANT ET APRÈS ENJEUX ET PERSPECTIVES POUR LES ENTREPRISES. Novembre 2009 COPENHAGUE, AVANT ET APRÈS ENJEUX ET PERSPECTIVES POUR LES ENTREPRISES Novembre 2009 Copenhague, avant et après enjeux et perspectives pour les entreprises 2 Copenhague, avant et après enjeux et perspectives

Plus en détail

PROFIL DE L ENTREPRISE

PROFIL DE L ENTREPRISE PROFIL DE L ENTREPRISE ACT EST UN CABINET DE CONSEIL ET DE FACILITATION À VOCATION PANAFRICAINE Créé en avril 2012, le cabinet ACT est implanté à Dakar, au Sénégal. ACT a composé une équipe d experts confirmés

Plus en détail

«Chargé de production de projets artistiques»

«Chargé de production de projets artistiques» «Chargé de production de projets artistiques» Titre de niveau III enregistré au RNCP par l arrêté publié au Journal Officiel du 21/11/2009 délivré par la Nouvelle Agence Culturelle Régionale Rhône-Alpes

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale

sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale Ordonnance du 3 novembre 2015 Entrée en vigueur : immédiate sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Sur la proposition

Plus en détail

Fiche Contenu 11-1 : Vue d ensemble des Normes et de l Accréditation

Fiche Contenu 11-1 : Vue d ensemble des Normes et de l Accréditation Fiche Contenu 11-1 : Vue d ensemble des Normes et de l Accréditation Rôle dans le système de gestion de la qualité Vue d ensemble du processus L évaluation est le moyen de déterminer l efficacité d un

Plus en détail

Ces règles s appliquent pour les formations complémentaires débutant à compter du 1 er juillet 2015

Ces règles s appliquent pour les formations complémentaires débutant à compter du 1 er juillet 2015 Règles portant sur la formation complémentaire aux programmes de résidence en médecine spécialisée en lien avec le recrutement en établissement universitaire et non universitaire Ces règles s appliquent

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

3 e édition. Guide pour soumettre un projet jeunesse aux Comités régionaux Présents pour les jeunes

3 e édition. Guide pour soumettre un projet jeunesse aux Comités régionaux Présents pour les jeunes 3 e édition Guide pour soumettre un projet jeunesse aux Comités régionaux Présents pour les jeunes Au sujet des Comités régionaux Présents pour les jeunes Composés de dirigeants locaux de la Banque Nationale,

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress GÉRER LE STRESS DANS L ENTREPRISE OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DUREE : 1 JOUR Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress Identifier la notion de risques psychosociaux au titre de la Loi

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

ENVIRONNEMENTS ORACLE CRITIQUES AVEC VMAX 3

ENVIRONNEMENTS ORACLE CRITIQUES AVEC VMAX 3 ENVIRONNEMENTS ORACLE CRITIQUES AVEC VMAX 3 AVANTAGES CLES CRITIQUES Puissance Stockage hybride avec des niveaux de service performants optimisés pour le Flash à grande échelle, pour les charges applicatives

Plus en détail

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 25 juillet 2006 Etapes du développement de programmes Conditions interinstitutionnelles Actions nécessaires Structure

Plus en détail

DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE. 20 janvier 2006

DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE. 20 janvier 2006 DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE 20 janvier 2006 Approuvé par le Conseil de l Université de Montréal le 30 janvier 2006 Table des matières

Plus en détail

Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement. Préambule

Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement. Préambule Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement Préambule Le Plan d'action africain pour l'efficacité du développement avec des priorités clés pour

Plus en détail

Tribune sur le KM novembre 2004 Alexandre Dayon, CEO, InStranet

Tribune sur le KM novembre 2004 Alexandre Dayon, CEO, InStranet 1. Quelles sont les applications les plus courantes de gestion de la connaissance, pouvez-vous en donner des exemples? La gestion de la connaissance (KM) représente une priorité stratégique dès lors que

Plus en détail

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Fonds dédié aux projets citoyens initiés et portés par des jeunes de 12 à 17 ans dans la région de la Capitale-Nationale Parrainage d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Une initiative de

Plus en détail

Intégrez la sagesse de vos gens à votre gestion. Parce que vos équipiers font toute la différence!

Intégrez la sagesse de vos gens à votre gestion. Parce que vos équipiers font toute la différence! Intégrez la sagesse de vos gens à votre gestion Parce que vos équipiers font toute la différence! L organisation Tout a commencé par une idée toute simple : Trouvons un moyen efficace pour mettre en commun

Plus en détail

DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES. Pour vous guider dans un monde de possibilités

DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES. Pour vous guider dans un monde de possibilités DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES Pour vous guider dans un monde de possibilités Tous les investisseurs connaissent l importance de bien choisir leurs placements en fonction de leurs objectifs d

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

République Démocratique du Congo Fonds National REDD+ Termes de Référence

République Démocratique du Congo Fonds National REDD+ Termes de Référence République Démocratique du Congo Fonds National REDD+ Termes de Référence Contexte 1. La République Démocratique du Congo (RDC) abrite la plus grande forêt du continent africain. D une superficie d'environ

Plus en détail

Projet numérique départemental 2012-2013

Projet numérique départemental 2012-2013 Projet numérique départemental 2012-2013 Rappels sur le projet numérique départemental Le projet numérique académique est articulé avec les ambitions du projet académique dont il reprend les objectifs.

Plus en détail

La banque en ligne pour les gérants de fortune aguerris. Facile - Flexible - Efficace

La banque en ligne pour les gérants de fortune aguerris. Facile - Flexible - Efficace La banque en ligne pour les gérants de fortune aguerris Facile - Flexible - Efficace Préambule Les défis des gérants de fortune indépendants d aujourd hui sont multiples. Pour cette raison, un partenaire

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010 Français Original: anglais CCM/MSP/2010/WP.3 Première Assemblée des États parties Vientiane (République démocratique populaire lao) 9-12 novembre

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme

Plus en détail

Savoir favoriser un rapport d influence. Québec 2014

Savoir favoriser un rapport d influence. Québec 2014 Savoir favoriser un rapport d influence Québec 2014 La période d incertitude actuelle va aller en s aggravant et fera appel de plus en plus à un nouveau leadership; Ce leadership va devoir nous amener

Plus en détail

Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse

Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse Crédit images : Netzwerk Schweizer Pärke Réseau des parcs suisses 01/2015 Quelle/Source: swisstopo (5704002947 1 La Suisse possède une

Plus en détail

Air Transat. Contexte. Buts. Défis. Solution. Industry Travelling, Transport

Air Transat. Contexte. Buts. Défis. Solution. Industry Travelling, Transport Air Transat www.airtransat.ca Industry Travelling, Transport Partner r42 communication Cooper Building 3981 boul. Saint-Laurent, suite 215 Montreal H2W1Y5 Quebec, Canada Ralph Spandl ralph@r42.ca Contexte

Plus en détail

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle LIVRE BLANC Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle Quels sont les avantages d adopter uneapproche intégrée à la gestion de service. INTRODUCTION Lorsque vous pensez CRM,

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 AVIS DE VACANCE DE POSTE DEPARTEMENT DE L ADMINISTRATION ET DE LA

P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 AVIS DE VACANCE DE POSTE DEPARTEMENT DE L ADMINISTRATION ET DE LA AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 www.au.int AD8621 AVIS DE VACANCE DE POSTE CHEF DU DEPARTEMENT DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

Une infrastructure IT innovante et flexible avec le Virtual Data Centre de BT

Une infrastructure IT innovante et flexible avec le Virtual Data Centre de BT Une infrastructure IT innovante et flexible avec le Virtual Data Centre de BT Vous aimeriez répondre plus rapidement aux nouveaux besoins du métier tout en réduisant les coûts, en accroissant votre fiabilité

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

SII / SIG. Chronique d un succès majeur pour SIG. Le Partenaire Technologique

SII / SIG. Chronique d un succès majeur pour SIG. Le Partenaire Technologique Le Partenaire Technologique SII / SIG Chronique d un succès majeur pour SIG Comment la mise en place d un outil novateur de gestion des infrastructures et des services a permis à SIG d améliorer la gestion

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT CBD CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/COP/3/4 Le 18 septembre 1996 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Troisième

Plus en détail

Module 197 Développer et implanter un concept de gestion des versions et des configurations

Module 197 Développer et implanter un concept de gestion des versions et des configurations Module 197 Développer et implanter un concept de gestion des versions et des configurations Copyright IDEC 2002-2009. Reproduction interdite. Sommaire Introduction... 3 Délimitation du domaine... 3 Fonctions

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

IBM PureFlex System Groupe ABC Informatique Présentation 2013

IBM PureFlex System Groupe ABC Informatique Présentation 2013 IBM PureFlex System Groupe ABC Informatique Présentation 2013 IBM PureFlex System regroupe le traitement, le stockage, les fonctions réseau, la virtualisation et la gestion au sein d'une unique infrastructure

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER

FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER Cet ensemble d outils a été conçu pour renforcer la capacité des parties prenantes clefs de s impliquer

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Institut Ludwig Boltzmann de sociologie de la santé et de la médecine Avril 2001 Introduction

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D'UN CONSULTANT POUR LA DEFINITION DU ROLE DE LA SOGUIPAMI ET SES RELATIONS AVEC L'ADMINISTRATION PUBLIQUE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D'UN CONSULTANT POUR LA DEFINITION DU ROLE DE LA SOGUIPAMI ET SES RELATIONS AVEC L'ADMINISTRATION PUBLIQUE TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D'UN CONSULTANT POUR LA DEFINITION DU ROLE DE LA SOGUIPAMI ET SES RELATIONS AVEC L'ADMINISTRATION PUBLIQUE I. Contexte Le Gouvernement de la République de Guinée,

Plus en détail

Adopter de bonnes pratiques en gestion de données pour une science plus efficiente

Adopter de bonnes pratiques en gestion de données pour une science plus efficiente Adopter de bonnes pratiques en gestion de données pour une science plus efficiente Atelier ABQ Orford, 5 novembre 2015 Keven Ratté Plan de présentation 1. L OGSL : mission, membres, fonctions 2. Cycle

Plus en détail

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX)

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Un meilleur gouvernement : avec nos partenaires, pour les Canadiens Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Publié par : Politiques de gestion des cadres supérieurs

Plus en détail

Rapport de l AERES sur la structure fédérative :

Rapport de l AERES sur la structure fédérative : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur la structure fédérative : Centre de Recherche en Ecologie Expérimentale et Prédictive Ecotron Île-de-France CEREEP sous tutelle des établissements

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT: CHARGÉ(E) DE PROGRAMME, GESTION DES CONNAISSANCES, SUIVI ET ÉVALUATION - NO.VA/NPCA/15/17

AVIS DE RECRUTEMENT: CHARGÉ(E) DE PROGRAMME, GESTION DES CONNAISSANCES, SUIVI ET ÉVALUATION - NO.VA/NPCA/15/17 AVIS DE RECRUTEMENT: CHARGÉ(E) DE PROGRAMME, GESTION DES CONNAISSANCES, SUIVI ET ÉVALUATION - NO.VA/NPCA/15/17 L Union Africaine (UA), un organe continental panafricain unique en son genre, est chargée

Plus en détail