«REGIMES DE CHANGE ET DEVELOPPEMENT : UNE ANALYSE QUANTITATIVE» Bouziane BENTABET * et M hamed ZIAD **

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«REGIMES DE CHANGE ET DEVELOPPEMENT : UNE ANALYSE QUANTITATIVE» Bouziane BENTABET * et M hamed ZIAD **"

Transcription

1 «REGIMES DE CHANGE ET DEVELOPPEMENT : UNE ANALYSE QUANTITATIVE» Bouziane BENTABET * et M hamed ZIAD ** * Docteur d Etat ès Sciences Economiques, Maître de Conférences à l université de Mascara. ** Doctorant en Sciences économiques, Tél ,

2 «REGIMES DE CHANGE ET DEVELOPPEMENT : UNE ANALYSE QUANTITATIVE» Résumé : Ce papier examine, dans le cadre d un modèle de données de panel, la relation entre les régimes de change et la croissance économique dans la région MENA (Algérie, Egypte, Jordanie, Maroc et Tunisie) de 1980 à Les résultats suggèrent un effet significatif du commerce extérieur, de l investissement national et du régime de change sur la croissance de ces pays, mais un effet négatif de l inflation. Abstract: This paper examines, within the framework of a panel data models, the relation between the exchange regimes and economic growth of the MENA region (Algeria, Egypt, Jordan, Morocco and Tunisia) from 1970 to The results suggest a significant effect of the foreign trade, national investment and the exchange regime on the economic growth of this country, but a negative effect of the inflation. Mots clés : REGIMES DE CHANGE - CROISSANCE ECONOMIQUE - MODELES AVEC DONNEES DE PANEL. Key words: EXCHANGE REGIMES - ECONOMIC GROWTH - PANEL DATA MODELS. Classification JEL : F39, O49, C33

3 INTRODUCTION Le bien-être attendu des régimes de change provient de leurs capacités à garantir la stabilité externe. Celle-ci favorisant les échanges et les mouvements des capitaux contribue à son tour à l équilibre interne et à l obtention d une croissance suffisante. Des expérimentations très divers de régimes de change et de régimes monétaires ont été faites dans le monde. Des deux groupes de régimes de change existant dans la classification de Jure du FMI sur la période , on aboutit aujourd hui à 8 groupes de Facto (Reinhart et Rogoff, 2004). Cependant, la problématique du choix du régimes de change pour les économies émergentes a connu un renouveau considérable à la suite des récentes crises financières qui ont touché ces pays, considérés auparavant comme porteurs d un brillant avenir, mais qui ont souvent été incapables, dans un environnement de forte mobilité de capitaux, d adopter les politiques adéquates leur permettant d amorcer avec sérénité leur intégration positive à l économie mondiale. Calvo et Reinhart (2000) ou Hausmann, Panizza et Stein (2000) ont favorisé les régimes de dollarisation par rapport au flottement pur, Ghosh et al (2003) ont pris parti pour les caisses d émission, Williamson (2000) a préconisé l adoption du régime BBC 1, Goldstein (2002) a présenté son «Managed Floating Plus 2» comme le meilleur régime, Fisher (2001) a adopté la thèse bipolaire. Aujourd hui, les grandes monnaies sont liées par un système de flottement généralisé. L option est de favoriser les capacités de contrôle interne des politiques monétaires et l ouverture des marchés des capitaux, au détriment de la stabilité interne. Au niveau des régions, des zones d influence, c est au tour des systèmes de change fixe de prendre le dessus, comme si par leur interprétation mutuelle, les petites économistes d une même région avaient l objectif essentiel de se préserver de leurs instabilités potentielles. En effet, la majorité des pays arabes ont choisi la politique d ancrage au taux de change comme un politique d ancrage préféré. La main raison c est la politique et les institutions monétaires peu développés qui détriment la capacité des autorités monétaires d utiliser une politique monétaire discrétionnaire avec succès. Ces pays doivent-ils choisir des taux de changes fixes ou flexibles pour stimuler leurs croissances?, et quel sera le régime de change optimal pour ces économies? Cette contribution se situe dans le courant qui apprécie avec certain scepticisme les fondamentaux économiques introduits pour tester le lien de régime de change avec la croissance économique, dans le cas des pays 3 MENA 4. L objectif de ce travail est donc d analyser la relation entre les régimes de change et la croissance des pays MENA, en essayant au mieux d adopter certaines thèses rappelées plus haut. Pour cela, on procédera à une étude pour les cinq pays arabes de cette région, sur des données de panel. Pour chacun de ces pays, on étudiera les interactions entre des variables supposées réceptives aux régimes de change (le taux d investissement relatif, le taux de croissance du commerce extérieur et le taux d inflation) et le taux de croissance du PIB réel par tête, avec une variable muette désignant le régime de change adopté par chaque pays retenus dans l échantillon. On retiendra des données annuelles sur la période 1970 jusqu au Cet article sera organisé de la manière suivante. La première partie sera consacrée à un bref rappel des principales politiques de change adoptées dans ces pays indiqués, avec une mise de point sur les différentes classifications de régimes de change. Dans la deuxième partie, on estimera un modèle de données de panel, la relation entre les régimes de change et la croissance économique dans cette région afin de préciser la contribution de la variable régime de change à la croissance du PIB par tête de cette région arabe. La dernière partie conclura cet article. 1 Régime de change d arrimage à un panier de devises avec marges de fluctuation et parité mobile. 2 Flottement dirigé bonifié, il est proche du pôle de flexibilité que la fixité rigide. 3 Notre étude se limite pour : Algérie, Egypte, Jordanie, Maroc et Tunisie 4 Middle East and North of Africa.

4 1. POLITIQUES DE CHANGES DANS LES PAYS MENA : La majorité des monnaies des pays arabes, rattachées à des paniers de devises reflétant leurs échanges avec les principaux partenaires commerciaux, ont fait au départ l objet d une gestion fortement centralisée dans les années 1970 et Le dollar, en tant que monnaie de facturation des recettes d exportation et principal libellé de la dette en devises, y jouait un rôle prépondérant. Afin de mieux refléter les forces du marché et d accompagner le processus de libéralisation commerciale, un management plus flexible du taux de change a été adopté au milieu des années Actuellement, ces pays ont des régimes de change relativement différents. Par exemple, les régimes instaurés en Algérie, l Egypte et Tunisie ont partiellement adopté le même régime «flottement dirigé», Jordanie et Maroc ont adopté respectivement un ancrage au dollar USD, un arrimage conventionnel à un panier de devises (IMF, 2004). Dans ce point, nous allons exposer l évolution historique des différentes politiques de change par pays de cette région du monde, après une mise en point sur la classification des régimes de change selon les travaux récents et du FMI LA CLASSIFICATION DES REGIMES DE CHANGE : Il n est pas futile de bien caractériser les régimes de change effectifs. Pendant longtemps, les études empiriques des taux de change se fondaient sur un système du FMI qui classait (de 1975 à 1998) les régimes en fonction de l annonce officielle des autorités. Cette classification de droit présentait plusieurs faiblesses, la plus importante étant qu il y avait souvent des différences notables entre ce que les pays prétendaient à faire et ce qu ils faisaient en réalité (classification de fait). Certains déclaraient appliquer un régime de parité fixe, mais procédaient fréquemment à des dévaluations pour maintenir leur compétitivité, ce qui les rapprochait d un régime flexible. D autres annonçaient un régime flottant, mais ancraient leur monnaie à une autre ou la maintenir sur une trajectoire prédéterminée. Cette divergence entre les classifications de droit et de fait a réduit la transparence de la politique de change, compliquant ainsi la surveillance des pays membres du FMI et remettant en question l assouplissement des régimes tel qu il avait été interprété. En conséquence, le FMI a abandonné son système de classification de droit en 1999 pour classer dorénavant le régime de change d un pays sur la base de sa politique de fait (FMI, 1999). Il utilise des analyses quantitatives et qualitatives, en complétant les informations disponibles sur la politique de change et la politique monétaire des pays par une analyse de l évolution observée des réserves ou des taux de change sur le marché officiel ou secondaire. Cette classification établit, une distinction entre différents types de régimes de parité fixe, allant de diverses formes d ancrages fixes à différents types d ancrages souples. En se fondant sur les travaux de Reinhart et Rogoff (2004), la classification du FMI comprend en 2002 huit catégories : 1. Les régimes de change sans cours légal séparé, i.e les unions monétaires, Dollarisation/Euroisation ; 2. Les caisses d émission «Currency Board»; 3. Les ancrages classiques, i.e l ancrage fixe par rapport à une monnaie ou à un panier de monaie avec une marge de fluctuation d au plus ±1% ; 4. Les taux de change fixés à l intérieur de bandes de fluctuations ; 5. Les crawling pegs, ancres avec des parités centrales ajustées périodiquement selon des règles fixes, pré-annoncées en fonction d un ensemble d indicateurs quantitatifs ; 6. Les crawling bands, crawling pegs combinés à des bandes de ±1; 7. Le flottement dirigé, intervention sans engagements à une cible pré- annoncée ou à une trajectoire du taux de change ; 8. Le flottement libre, i.e le taux de change est déterminé par le marché, politique monétaire indépendante de la politique de taux de change qui est déterminé par le marché.

5 Cependant, la vision bipolaire des régimes de change (Eichengreen, 1999 ; Fischer, 2001) introduit la distinction entre les régimes parfaitement fixes (1) (2), les régimes flottants (7) (8), et les autres types de régimes de change qualifiés d intermédiaires. Les unions de taux de change constituent le «coin» des régimes fixes LES POLITIQUES DE CHANGE DANS LA REGION MENA : ALGERIE : À compter de janvier 1974, le taux de change du dinar algérien a été rattaché à un panier de monnaies, ce qui n empêchait pas des rajustements de temps à autres. Au sein du panier de monnaies, le dollar USD possédait un coefficient de pondération relativement élevé en raison de l importance des recettes provenant des exportations de pétroles et des paiements au titre du service de la dette. En outre, il est resté relativement stable à un peu plus d un franc français pour un dinar pendant plus de dix ans de 1970 à 1981 (1 dinar =1,15 FF). La forte appréciation du dollar EU au cours de la première moitié des années 1980 s est traduite par une augmentation sensible de la valeur réelle du dinar algérien (d environ 50 % au cours de la période ), ce qui a réduit la compétitivité des exportations hors hydrocarbures et a stimulé les importations. La baisse des prix du pétrole enregistrée à partir de 1986 a entraîné un mouvement rapide de dépréciation jusqu en 1991 : à cette date le dinar avait déjà perdu près des trois quarts de sa valeur par rapport à son cours nominal durant la période de sstabilité des années Il ne valait plus que 0,3 franc. En même temps, la Banque d Algérie a adopté une politique de taux de change active et, de 1986 à 1988, le dinar algérien s est déprécié de 31 % par rapport à son panier de monnaies. Entre 1988 et 1991, ce système rigide a été remplacé par un système de répartition des changes entre les cinq banques commerciales publiques dans un cadre de plafonds de crédit compatibles avec les objectifs de la balance des paiements. Les banques publiques devaient en retour répartir les devises entre les entreprises publiques comptant parmi leurs clients,ce qui a laissé le dinar algérien se déprécier (de plus de 200 % en termes nominaux) pour pallier la détérioration des termes de l échange enregistrée au cours de cette période. Au cours de la période , le taux moyen de dépréciation nominale annuelle a été de 4 %, ce qui a porté la valeur du dinar algérien à environ 24 dinars par dollar ÉU sur les marchés officiels de change. Cette relative stabilité du taux nominal ne correspondait pas aux fondamentaux de l économie : des chocs défavorables des termes de l échange et des politiques budgétaire et monétaire expansionnistes se sont traduits par un taux d inflation constamment supérieur à celui des partenaires commerciaux de l Algérie. Le dinar algérien s est donc apprécié de 50 % en termes réels entre octobre 1991 et la fin de En 1994, les autorités ont mis en oeuvre un programme d ajustement ayant pour objet de corriger l appréciation réelle précédente du dinar algérien. Celui-ci a été dévalué en deux étapes entre avril et septembre 1994 (de 70 % au total). L écart entre le taux du marché parallèle et le taux officiel est passé à environ 200 % au cours de cette période. Depuis 1995, la politique de change de l Algérie a pour objet de maintenir un taux de change stable par rapport à un panier de monnaies pondérées selon l importance relative des principaux compétiteurs et partenaires commerciaux. Par conséquent, le régime de flottement dirigé a été mis en vigueur au moyen de séances de fixing entre la Banque d Algérie et les banques commerciales. Un marché interbancaire des changes a été établi en 1996 pour permettre une libre détermination du taux de change.

6 On comprend que face à cette évolution historique catastrophique, les autorités algériennes aient pris pour ligne directrice la recherche de la stabilité du cours de change EGYPTE : Durant les années 80, et suite aux chocs pétroliers, la politique de change poursuivie en Egypte, a engendré une appréciation régulière du taux de change réel du livre égyptienne, conduit à une augmentation de 67% de sa valeur, ce qui a réduit la compétitivité des exportations égyptiennes. L augmentation progressive entre le taux de change multiple de l union des banques commerciales et celle du propre taux de change officiel des autorités gouvernementales, vient d établir une nouvelle banque de marché extérieur de change. En mai 1987, le taux de change était reflété un libre marché de change, conséquences aux programmes de réformes globales en coopération avec le FMI pour amortir le déséquilibre extérieur et intérieur. Donc, les objectifs des réformes visent, comme les réformes précédentes, aux versements des transferts des travailleurs émigrés et aux dépenses des touristes. Néanmoins, l ensemble des transactions a graduellement changé le nouveau marché, les unions des banques commerciales ont été fermées en mars 1988, résultant des importants mésalignements du taux de change et une dévaluation significative du taux de change réel du livre. Des nouvelles réformes économiques ont été lancées le 26 février 1991, ont abouti à un libre marché de change pour les transactions courantes, et à l unification du taux de change, qui a remplacé les autres types de taux de change existants. Depuis le 02 juin 1994, le marché de change égyptien est libéré fortement par des simplifications aux restrictions concernant la balance du capital. En 1999, l Égypte a rattaché sa monnaie au dollar. Grâce aux programmes d ajustement structurel le pays a pu reformer son secteur financier, libérer les taux d intérêts, et annuler la surveillance sur le change et unifier le taux de change pour créer une économie de marché. Ces mesures ont permis de réaliser des bonnes performances économiques Les réserves ont augmenté (de millions en 1992 à plus de 20 millions en 1997) et le taux d inflation a baissé après l engagement du gouvernement de maintenir la parité fixée. Depuis le 1 février 2001, les autorités ont adopté une marge de fluctuation ajustable ± 1%. Cette stratégie de parité rampante a été instituée comme réforme au taux de change dans son chemin de transition vers une plus grande flexibilité. Cependant, les pressions sur le pound se sont de nouveau intensifié après le 11 septembre, entraînant une dépréciation de plus de 35 % vis-à-vis du dollar depuis le milieu de l an 2000 jusqu au début de 2003 date à laquelle l Egypte a adopté un régime de change flottement administré. Ces dernières dépréciations contribuent à renforcer la compétitivité, et à amplifier les exportations et la croissance économique JORDANIE : Depuis les années 70 et jusqu au 1986, le dinar jordanien était ancré successivement au livre sterling. Durant cette période, le dinar a été montré relativement stable, grâce aux larges rentrés des capitaux étrangers qui proviennent des pays de Golf et des versements des transferts des travailleurs émigrés jordaniens, ce qui a entraîné une appréciation du taux de change réel d environ 13%, ceci a

7 duré jusqu au en conséquence, les mesures économiques de stabilisation lancées au début des années 80, ont permis de maintenir cette tendance partiellement, où le taux de change réel du dinar est resté relativement élevé à la fin de 1985, comparé avec celui des années 70. Durant la période , le marché de change est caractérisé par une forte instabilité, ce qui a obligé le gouvernement de changer ce politique de change et d adopter un nouveau régime de change, afin de stabiliser le taux de change à son niveau souhaité. Suite à la récession pendant la deuxième moitié des années 80 avec une balance de paiements déficitaire, ce qui a entraîné un flottement partiel du dinar. En 15 octobre 1989, le dinar a pris un régime de flottement administré avec une dévaluation appliquée d environ 12%. Cependant, la contrainte de l instabilité du taux de change a continué pendant les 3 mois suivant par ce moyen le gouvernement à intervenir considérablement sur le marché de change étranger pour assurer une conformité entre les opérateurs de change avec une régulation de change étranger. L inefficacité reconnue de cette mesure pour arrêter la chute du dinar, les autorités ont dévalué le dinar d environ 13%. En février 1989, en adoptant un ancrage du taux de change au dollar USD, une dévaluation a été accompagné par une clôture de la chambre de change par les autorités jordaniennes. En suite, les crises ont continué de s aggraver progressivement le marché de change officiel et le marché parallèle rapidement. Pour essayer de stabiliser le marché, le dinar jordanien était séparé du dollar USD, en 30 mai 1989, et y est relié plutôt à un panier pondéré de devises. En 31 juin 1989, le système du taux de change multiple est établi, composé par un marché officiel et un marché libre du taux de change. Ce taux de change officiel est appliqué aux secteurs publics des importations de biens nécessaires et aux transferts des étudiants jordaniens à l étranger. Ce système de change multiple est arrêté le 17 février 1990, et le taux de change s est unifié au dollar par 1.49 $ USD par dinar. Ces ajustements du taux de change ont établi une forte dévaluation du taux de change réel de dinar. Mais, les restrictions significatives ont resté aux transactions des banques du change étranger. Le dinar est fortement fixé au dollar USD en 23 octobre Cet ancrage du taux de change a aidé le pays à réduire l inflation et à faire face aux chocs nominaux qui ont affecté la demande de monnaie. Il lui a permis également d attirer les flux de capitaux et de soutenir le tourisme et d'autres secteurs de services qui exportent vers les pays de Golfe. Bien que les entrées de capitaux privés ne soient pas élevées, les banques commerciales ont accumulé des actifs étrangers pendant les périodes d instabilité pour compenser la préférence accrue des résidents pour les devises. Pour atténuer les pressions sur le dinar, la banque centrale intervient sur le marché des changes et ajuste les taux d intérêt. L accumulation de réserves officielles brutes équivalant à neuf mois d importations en fin septembre 2002 a réduit la vulnérabilité de la Jordanie aux chocs. Mais l ajustement budgétaire a permis d abaisser le ratio d endettement public et a renforcé sa crédibilité, ce qui a créé une marge de manoeuvre pour mener une politique budgétaire anticyclique MAROC : Au début des années 70, le dirham marocain s est caractérisé par une instabilité, conséquences aux instabilités du franc français, dont le dirham l était fixé. A partir du 17 mai 1973, le dirham est géré avec un régime de flottement géré avec pour objectif de stabiliser le taux de change effectif vis-à-vis d un panier de monnaies. La pondération de ces monnaies a été modifiée de manière significative le 23 septembre 1980, afin de mieux tenir compte de l influence des partenaires commerciaux ainsi que des monnaies utilisées dans les règlements externes (Domaç et Shabsigh, 1999). Durant les années 80 et à la suite du programme d ajustement structurel de 1983, la politique de change des autorités marocaines a été pour effet de générer un latent mouvement de dépréciation

8 réelle. En 1990, le dirham est dévalué de 9.3%. Les années quatre-vingt-dix verront une accentuation du mouvement de libéralisation. En adhérant, depuis janvier 1993, aux obligations de l article VIII du FMI, le Maroc a instauré la convertibilité du dirham pour des les opérations courantes, dont il a été lié à un panier de devises des principaux partenaires commerciaux avec une pondération tenue secrète. Si le taux de change se fixe librement sur le marché, la Banque Al Maghreb intervient afin de maintenir le taux de change dans une bande fixée autour de la parité centrale. Dans ce cadre, d importantes mesures ont été prises pour dynamiser le marché des changes et contribuer à l accroissement des flux de capitaux étrangers. Entre 1990 et 2000, le Dirham s est apprécié de 17%, ce qui a diminué d autant la compétitivité des exportations marocaines. Le manque de compétitivité des produits marocains aurait dû pousser les autorités à dévaluer la monnaie depuis plusieurs années. Ces derniers ont préféré concentrer leurs efforts sur la consolidation du système financier et l allégement du fardeau de la dette. Dès avril 2001, les autorités dévaluent de facto la valeur du dirham de 5%. En même temps, elles ont en fait modifié la pondération des différentes devises qui composent le panier en donnant une plus grande importance à l euro au détriment du dollar, afin de mieux refléter l ancrage du Maroc à la zone euro TUNISIE : Durant les années 70, le dinar tunisien a connu une expérience similaire à celle du dinar marocain, en se caractérisant par une instabilité relative au franc français. Pour maintenir la stabilité de sa valeur, le dinar a été lié de nouveau au mark allemand en le combinant avec le franc français. Ensuite, et à partir du avril 1978, le dinar est relié à un panier composé de devises (franc français, mark allemand, dollar USD). Ce panier est élargi une nouvelle, incluant la lira italienne et le franc belge, et puis celui de Detch florin et le Peso espagnole. Cette nouvelle politique a pour contrarier l appréciation du taux de change réel suite aux dévaluations en termes réels d environ 73% du 1975 à La récession suivie et le problème de la balance des paiements au milieu des années 80, ont exercé une pression significative sur le dinar. Par conséquent, des tentatives ont été lancées en 1985 pour stabiliser le taux de change, par l adoption d un panier pondéré de devises. Mais, cette mesure était inefficace du côté étrangère par les autorités, en août 1986, ils ont commencé à dévaluer le dinar jusqu au début Or, cette dévaluation nominale du dinar du , n était pas suffisante, pour maintenir le niveau du taux de change réel, résultant une appréciation réelle de 18%. Devant cette situation, l économie était restée instable. La dévaluation du dinar, compagnon aux réformes économiques ambitieuses au début de 1990, a stabilisé le marché du change extérieur, pour objectif d allouer une libéralisation du taux de change de la balance courante en décembre Néanmoins, les transactions étrangères du change ont resté exclusivement à la banque centrale jusqu à l établissement d un marché interbancaire du change au comptant en mars Cette libéralisation qui était suivie pour le marché étranger du change durant juin -juillet 1997, vient d augmenter le marché au comptant et d allouer les banques de transactions du marché étranger de change à terme, disposant une cotation du taux de change à une durée de 12 mois aux opérations d importations et 9 mois aux opérations d exportations. Jusqu à la fin du décembre 2000, l ancrage glissant était le régime adopté en Tunisie. Depuis lors, le flottement administré vient de se substituer le précédent régime, et devient le régime de change officiel de ce pays.

9 2. CADRE EMPIRIQUE REVUE DE LITTERATURE. Le lien entre régimes de change et croissance économique a été investi par plusieurs recherches récentes. Malgré la diversité des méthodes économétriques, des échantillons et des classifications utilisés, ces recherches ne sont pas arrivées à distinguer une relation claire entre la croissance et régimes de change, et leurs résultas restent donc plus ambigus les uns que les autres. Classiquement, un régime de change adéquat améliore la performance économique et influence la croissance économique à travers soit l'investissement, soit la productivité, soit le commerce international, tandis qu'un régime de change inapproprié la détériore. De plus, il amplifiera ou atténuera les effets des politiques budgétaires et monétaires sur la croissance et l'inflation. En effet, les partisans des régimes de change fixe soutiennent l idée que la fixité du taux de change en réduisant les incertitudes liées au taux de change, à l'inflation suscite la croissance. Tandis qu une diminution des taux d'intérêt réels crée un climat favorable aux investissements tant nationaux qu étrangers. En outre, les études empiriques s'accordent avec la théorie sur le fait que l'investissement est plus élevé dans les régimes fixes. Parmi les partisans de ce courant, nous citons les travaux élaborés par Edward (1995), Gosh et al (1997), et Mundell (1995). Edward (1993) a étudié l incidence de régimes de change sur l inflation, portant sur un échantillon construit des 52 pays en développement pendant la période Les résultats obtenus montrent que les pays qui étaient en régime de change fixe ont réalisé des taux d inflation moins élevés que ceux en régime de change flexible. Mundell (1995), a comparé la croissance économique dans les pays industrialisés avant et après l effondrement du système de Bretton Woods. Il montre que la croissance économique a été beaucoup plus rapide au cours de première période, lorsque les taux de change étaient fixes. Quant aux travaux du Gosh et al (1997), ont utilisé des données pour tester cette relation. Ils ne sont pas arrivés à distinguer un résultat concluant concernant l effet du régime de change sur la croissance économique. Cependant, des études empiriques menées par Bailliu, Lafrance et Perrault (2001), Levy- Yeyati et Strunzenegeer (2002), Edwards et Levy-Yeyati (2003), ont montré que l'inflation a été systématiquement plus faible et plus stable avec une croissance importante dans les pays à régimes de change flexible que dans ceux à régime fixe. Bailliu, Lafrance et Perrault (2001), sur une analyse de 25 économies émergentes durant la période 1973 à 1998, ont constaté que les régimes de change flottants s accompagnent d une croissance économique plus rapide mais seulement dans le cas des pays qui sont relativement ouverts aux flux de capitaux internationaux, et dans une moindre mesure, dans les pays dotés de marché financiers bien développés. En outre, les estimations menées par Levy-Yeyati et Strunzenegeer (2000), sur un échantillon couvrant la période , montrent que les régimes de change fixes sont associés aux taux de croissance par tète les plus faibles et à une plus grande variabilité du produit. En plus, les mêmes auteurs (2002) trouvent que la flexibilité du taux de change permet une réallocation rapide des ressources, suite à un choc réel et en présence d une rigidité significative des prix à court terme. Plus récemment, Edwards et Levy-Yeyati (2003) ont par la suite confirmé ces résultats et ont souligné l incapacité des régimes de change fixes à absorber les chocs sur les termes des échanges, ce qui se traduit par un ralentissement de la croissance économique.

10 En règle générale, nous ne pouvons pas dire que les régimes fixes soient forcément synonymes de faible croissance et vice versa. Mais, dans un régime de change fixe aussi bien qu'en régime flexible, les objectifs visés peuvent être atteints à condition que les politiques menées soient judicieuses, et que toutes les conditions nécessaires à l'obtention de bons résultats soient réunies SPECIFICATION EMPIRIQUE LE MODELE : La revue de la littérature ci-dessus laisse supposer une équation d estimation de la forme suivante : LPIB it = β + β Régime + β Linv + β Ltrade + β L inf l + ε 0 1 it 2 it 3 it 4 it it En utilisant les données de panel des cinq pays étudiés, nous avons cherché à vérifier la validité de l hypothèse selon laquelle les régimes de change influent la croissance économique d une économie et à quantifier cet effet. Nous avons calculé une régression de panel, avec effets fixes, pour la période la variable dépendante est la croissance annuelle du produit intérieur brut (PIB) réel par habitant. Les variables indépendantes sont celles traditionnellement considérées comme des déterminants importants de la croissance investissement en capital physique, croissance des échanges, et stabilité macroéconomique (inflation). Pour vérifier l importance des régimes de change, nous avons associé aux variables indépendantes, une variable muette, qui prend la valeur 0 si le régime est fixe, 1 si le régime est intermédiaire et enfin 2 si le régime est flexible SOURCES DE DONNEES : Les données utilisées sont tirées des bases de données : CD-ROM Banque Mondiale 2005, est statistiques du IFS FMI. Dans la classification des régime de change adopté par chaque pays, nous avons fait la référence à l article publié par I. Drine et C. Rault (2004), qui ont les classé selon une vision bipolaire (fixe, intermédiaire et flexible) ANALYSE DE RESULTAS : Dans le tableau (1), les coefficients estimés mesurant l impact de régimes de change sur la croissance économique, sont significatifs et ont le signe attendu. Comme le suggèrent les travaux empiriques cités ci-dessus, l impact économique du régime de change sur la croissance est faible mais non négligeable. Les résultats sont généralement plus faibles pour la croissance du commerce extérieur par rapport aux investissements nationaux. Il n y a aucune différence significative entre le coefficient de l inflation et les autres régresseurs (signe négatif), ce qui n est pas surprenant, car le taux d inflation pèse négativement sur la croissance économique d un pays, conformément aux théories (Fisher, 1999). Les effets fixes estimés reflètent fidèlement les différences de régimes de change, avec l Algérie clairement en tête. L hypothèse que le régime de change influence la croissance est confirmée dans la spécification retenue. Les statistiques de test disponibles indiquent que la spécification prise est correcte.

11 Tableau (1) : Estimation par régression de panel de la croissance du PIB par habitant, Variables explicatives (1) (2) Régime de change Investissement/PIB Croissances des échanges Taux d inflation Effets fixes : - Algérie - Egypte - Jordanie - Maroc -Tunisie DW Nombre d observations Les valeurs en ordonnées à l origine des cinq pays sont statistiquement différentes. Ces différences dans l ordonnée à l origine peuvent refléter des traits propres à chaque économie, par exemple des différences dans les ressources de l économie (deux pays pétroliers, le cas de l Algérie et l Egypte, et le tourisme en Tunisie). Quant à la valeur du DW =2.18, ce qui s explique par l absence d autocorrélation, ceci confirme de plus que les variables explicatives sont significatives. Selon l estimation (2), il s avère que la croissance économique en Algérie, le Maroc et la Tunisie, dans le cas de la spécification statique, est significativement influencée par le régime de change. Le coefficient de régime de change est également significatif pour ces trois pays maghrébins. Les autres coefficients de l investissement, la croissance des échanges sont aussi significatifs. Cependant, le taux d inflation joue toujours un rôle opposant à la croissance économique pour ces pays. 3. CONCLUSION. Cette étude vise à analyser le lien entre régimes de change et croissance économique, notamment les impacts de changements de politique de change dans des pays de la région MENA. Ces changements ont été mises en œuvre par un besoin de protéger leurs postions externes par le biais des politiques expansionnistes nationales. Comme on vient de voire, le régime de change contribue de manière significative à la croissance d une économie. La littérature économique ne prévoit pas le signe exact de la corrélation. Cependant, nous pouvons noter que si le signe est positif, cela indique que les politiques de changes adoptées visent à stimuler la croissance économique d un pays. Ainsi, nous admettons ici que l impopularité de l inflation est partagée uniformément en raison de son coût social (Fisher, Sahay et Végh, 2002). En plus, nous pouvons dire que c est plus la stabilité de régime de change que sa nature qui compte pour stimuler la croissance, car la dévaluation d une monnaie est une réussite exceptionnelle au plan macroéconomique mais également un échec total en matière structurel (Cohen, 1994). En outre, plus le régime de change est stable, plus le risque lié aux variations de change est moindre et donc moins il y aura d incertitude sur les profits futurs. Ainsi, la crédibilité d une politique monétaire d un pays en matière de gestion du marché de change permet de rassurer les investissements et les incite par conséquent à investir davantage. 5 Les valeurs obtenues sont calculées en logarithme.

12 BIBLIOGRAPHIE GENERALE. [1] C. Aloui, H. Sassi1, Régime de change et croissance économique: une investigation empirique, Économie internationale 104 (2005) [2] P. Artus, M. Deleau, P. Malgrange, Modélisation macro économétrique, Economica (1994). [3] P. Atlan, Le rôle du taux de change dans la croissance des économies émergents?, Revue économique n 1(1) (1998) [4] M. Baba Ahmed, L Algérie : diagnostic d un non développement, L Harmattan (1999). [5] B.H. Balgati, Econometric Analysis of Panel Data, John Wiley & Sons, England. (1995). [6] A. Benassy, Comment se fixent les taux de change? Problèmes économiques n 2342 (1999) [7] H. Benissad, Réforme et restructuration économiques : , OPU (1995). [8] J. Bouoiyour, V. Marimoutou, S. Rey, Taux de change réel d équilibre et politique de change au Maroc : Une approche non paramétrique, Economie internationale n 97 (2003) [9] J.B. Brillet, Modélisation économétrique : principes et techniques, Economica (1994). [10] C. Briones, Théorie de la croissance et taux de change réel : une approche néoclassique, Economie internationale, n 86 Avril (2001) [11] H. Cadiou, Que faire des taux de change réels d équilibre?, Economie internationale,n 77(1) (1999) [12] Cartapanis, Instabilité des taux de change et déséquilibres internationaux, CALMANN-LEVY Editions (1984). [13] A. Chouchane Verdier, Libéralisation financière et croissance économique, L Harmattan (2001). [14] Coli Cameron, P.K Trivedi, Regression analysis of count data, Cambridge University Press (1998). [15] F. Coricelli, B. Jazbec, I. Masten, L influence du régime de change sur l inflation dans les pays adhérents, Économie et Prévision n 163(2) (2004) [16] V. Coudert, C. Couharde, Currency Misalignments and Exchange Rate Regimes in Emerging and Developing Countries, CEPII n 7 April (2008). [17] F. Debeavais, La gestion globale du risque de change, Economica (1992). [18] I. Domaç, G. Shabsigh, Real Exchange Rate Behaviour end Economic Growth: Evidence from Egypt, Jordan, Morocco,and Tunisia, IMF Working Paper n 40 (1999). [19] B. Dormont, Introduction à l économétrie de panel, Montchrestien Editions (1999). [20] M.A. El-Erian, Taux de change multiples : l expérience des pays arabes, Finances et développement n 4 (1994) [21] N. FakhriI, L impact de l interdépendance entre pays sur le choix du régime de change : le cas des pays du Maghreb, Université de la Méditerranée, CEFI-CNRS (2003). [22] P.H. Franses, Times series models for business and economic forecasting, Cambridge University Press (1998). [23] J. Frenkel, Les caractéristiques d un système de taux de change efficace, Bulletin du FMI n 21 (1991) [24] J. Graverau, J.P. Trauman, Crises financières, Economica (2001). [25] J.L. Guérin, A. Lahrèche-Révil, Volatilité des changes et investissement, Économie internationale n 88 (2001) [26] J.O. Hairault, L. Patureau, T. Sopraseuth, Le surajustement du taux de change : une évaluation quantitative en équilibre général, Revue économique n 3 Mai (2002) [27] I.FI.D, Balance de paiements et mécanismes d ajustement dans les pays de Maghreb, I.FI.D. Editions Tunisie (1987). [28] Jbili, V. Kramarenko, Taux fixe ou flottant pour les monnaies du MOAN? Tandis qu ils libéralisent leur économie, les pays du Moyen-Orient et d Afrique du Nord doivent peut-être repenser leur régime de change, Finances et Développement (2003). [29] P. Jacquemot, Rôle du taux de change dans l ajustement d une économie à faible revenu, Tiers

13 Monde n 118 Avril Juin (1989) [30] M. Kenniche, Les politiques de change en Algérie ( ), ISE Editions Alger (1996). [31] Y.K. Kwan, F.T. Lui, Les régimes de caisse d émission sont-ils performants? Le cas de Hong- Kong, Revue d économie financière n 75 (2004) [32] H. Ledhas, Considérations générales sur le taux de change en Algérie, Annales des sciences financières, juridiques et économiques n 8 (1986) [33] Maurel Mathilde, Intégration financière et régimes de change dans les pays candidats, Économie et Prévision n 163(2) (2004) [34] J.S. Pentecote, J.C. Poutineau, Substitutions de consommation, rigidité des prix et soutenabilité du régime de change fixe, Revue économique n 4 (2003) [35] Plihon, Les taux de change, La découverte (1991). [36] L. Stemitsiotis, Taux de change de référence et système monétaire international, Economica (1992). [37] L. Van De Crean, Existe-t-il un taux de change optimal? De la théorie à la pratique, Problèmes économiques n 2698 (2001)17-22.

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

Gouvernance du taux de change en Tunisie. 19 Avril 2013 Table Ronde -IACE Tunis.

Gouvernance du taux de change en Tunisie. 19 Avril 2013 Table Ronde -IACE Tunis. Gouvernance du taux de change en Tunisie 19 Avril 2013 Table Ronde -IACE Tunis. 1 Définition La gouvernance du taux de change consiste à : 1) Choisir le régime de change adéquat - Régime de changes fixes

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles

Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles Sanjeev Gupta Directeur adjoint Département des finances publiques FMI 21 mars 2012 1 Plan de l exposé 1. Cadre budgétaire:

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt 1 Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt Bilan du concept de politique monétaire de la BNS Jean-Pierre Roth Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Université de

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL BIBLIOGRAPHIE Lenain P., 2002, Le FMI, Repères, La découverte. (code LEA 332.15 LEN) SITE INTERNET : www.imf.org I LE FMI, INSTITUTION CENTRALE DU NOUVEL ORDRE MONETAIRE

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Royaume du Maroc Département de l Economie, l des Finances Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Division de l Information l 15 10 5 0-5 -10-15 Tableau de bord annuel de

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés 1 Le cadre de l analyse L analyse présente se base sur des données réunies dans le cadre du recensement triennal de la Banque

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Résumé détaillé Cet article propose une estimation quantitative

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UN REPLI SENSIBLE DU PRIX DU BARIL DEPUIS QUELQUES MOIS Le cours du baril de Brent a chuté à partir de l été

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie

Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie. Par. Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Gestion des ressources et stabilité financière en Algérie Par Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie Octobre 2010 1/16 Après deux décennies d efforts d investissements, financés principalement

Plus en détail

Economie et finance Internationale, Taux de change d équilibre, Macroéconomie internationale.

Economie et finance Internationale, Taux de change d équilibre, Macroéconomie internationale. Yousra ZARKA DIT FEHRI Statut : Doctorante Yousra93400@yahoo.fr zarka@univ-paris13.fr CEPN- CNRS UMR N 7115 Bureau J 110 Tél. : 01.49.40.35.30 Domaine de recherche Economie et finance Internationale, Taux

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

Tendances récentes en matière de finances publiques

Tendances récentes en matière de finances publiques Tendances récentes en matière de finances publiques Sanjeev Gupta Directeur adjoint Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 Les volants budgétaires se sont

Plus en détail

Euro / dollar : quelle stratégie de change pour la Tunisie?

Euro / dollar : quelle stratégie de change pour la Tunisie? Euro / dollar : quelle stratégie de change pour la Tunisie? Fatma Marrakchi Charfi Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Tunis La Tunisie réalise 70 % de son commerce extérieur avec la zone

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE CHAPITRE 4 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE 4.1 Introduction : Le taux de change est le prix de la monnaie nationale contre une devise étrangère, ce prix peut être fixé par les autorités monétaire dans

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 1 Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 2 Les infrastructure dans l économie Depuis plusieurs années,

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

LA GESTION DES TAUX DE CHANGE DANS LES PAYS ÉMERGENTS

LA GESTION DES TAUX DE CHANGE DANS LES PAYS ÉMERGENTS 279-326.qxp 21/11/25 11:39 Page 279 LA GESTION DES TAUX DE CHANGE DANS LES PAYS ÉMERGENTS La leçon des expériences récentes Hanen Gharbi * Doctorante au CREFED-Paris IX-Dauphine Après les crises monétaires

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Rabat, le 21 mai 2015

Rabat, le 21 mai 2015 Allocution d ouverture de Monsieur le Wali, Abdellatif Jouahri, au séminaire de haut niveau sur le thème «Défis de la politique monétaire dans la région MENA et avantages de l adoption d un dispositif

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler Aperçu bref sur la dette du Maroc Aperçu bref sur la dette du Maroc Avant l indépendance Opérations effectuées au profit

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail