Spectroscopie infrarouge

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Spectroscopie infrarouge"

Transcription

1 Spectroscopie Infrarouge Page 1 sur 14 Spectroscopie infrarouge Les transitions énergétiques se font ici entre les niveaux d énergie de rotation des molécules ou entre leurs niveaux d énergie de vibration. Les transitions entre niveaux de rotation apparaissent dans l I.R. lointain (de 20 à 250 µm ou de 500 à 40 ). Les transitions entre niveaux vibrationnels apparaissent de 1 à 20 µm (ou de à 500 ). Nous ferons porter notre étude sur les transitions vibrationnelles. On constate qu elles nécessitent plus d énergie que les transitions rotationnelles. Aussi la lumière excitatrice provoquera-t-elle, pour chaque transition vibrationnelle, une multitude de transitions rotationnelles, qui vont donner au pic de transition vibrationnelle l allure d une bande d absorption : Modes de vibration. 1. Élongation. Appelé aussi vibration de valence ou "stretching", ce mode concerne la vibration de la molécule le long des liaisons. La fréquence de l onde électromagnétique qui induit la vibration d élongation est donnée par la relation : où k est la constante de force de la liaison (considérée ici comme un ressort), proportionnelle à l énergie de liaison, et m la masse réduite des deux atomes reliés par cette liaison. Ainsi, les liaisons multiples, plus énergétiques que les simples, auront une constante de force plus élevée, donc une fréquence de vibration (remplacée dans la pratique par le nombre d onde) plus élevée que celles des liaisons simples entre atomes identiques : C C absorbe vers 1100, C=C vers 1600 et C C vers Par contre, les liaisons X H, où X est un atome quelconque (C, N, O,...), auront une fréquence d élongation plus élevée que celle d une liaison C X, car la masse réduite µ y est plus petite : pour C H, µ = 0,92 u.a. ; pour C C, µ = 6 u.a. 2. Déformations dans et hors du plan. Considérons une structure. En plus de la vibration de valence, l angle des liaisons

2 Spectroscopie Infrarouge Page 2 sur 14 peut varier : il y a flexion ou déformation. Ces déformations peuvent avoir lieu dans le plan des deux liaisons concernées (on les note δ ) ou hors du plan (on les note γ ou ρ ). Il y a aussi possibilité de déformations symétriques et asymétriques. voici quelques exemples : Application de l I.R. à la détermination des diverses fonctions d un composé organique. Non seulement la nature des deux atomes vibrants intervient dans la valeur de la constante de force, mais aussi l environnement électronique. Aussi chaque groupement fonctionnel aura-t-il des fréquences caractéristiques d élongation et de déformation. Nous allons passer en revue les diverses fonctions grâce à l étude de quelques spectres : 1. Les groupements carbonés saturés : les alcanes. On trouve principalement les vibrations d élongation de la liaison C H entre 3000 et Nous retrouvons ici les fréquences suivantes : Il suffira de repérer une absorption dans ce domaine pour suspecter fortement la présence de liaisons C H. Vers 1400 se situent les vibrations de déformation dans le plan des liaisons C H :

3 Spectroscopie Infrarouge Page 3 sur 14 Une vibration de déformation hors du plan des apparaît à 722. Les sont très faibles et se situent entre 1200 et Doubles liaisons carbone - carbone. Par rapport à l exemple précédent, il apparaît deux pics nouveaux : à 1645, il s agit de. À 3050, il s agit de. Les vibrations des groupements saturés apparaissent toujours, et il faut encore remarquer les deux bandes 986 et 907. Ces deux bandes ne sont à étudier que s il y a un problème de stéréochimie éthylénique (Z ou E) non soluble par ailleurs. à Lorsque les doubles liaisons sont conjuguées : Les trois bandes précédentes subissent un effet hyperchrome ; le subit en outre un effet hypsochrome et les autres un effet bathochrome : 3. Triple liaison carbone carbone.

4 Spectroscopie Infrarouge Page 4 sur 14 Il faut remarquer la faible bande de l élongation à On ne la voit pas toujours, surtout lorsqu il s agit d alcynes disubstitués. Par contre, la bande d élongation des alcynes monosubstitués est toujours intense et sort ici à Moins importante à signaler est la bande de déformation de acétylénique (630 ), ainsi que son premier harmonique (1247 ). 4. Composés aromatiques mononucléaires (benzènoïdes). Il faut toujours s intéresser aux bandes des basses fréquences : de 900 à 650. C est là que l on trouve les renseignements concernant le nombre de substituants du cycle aromatique et leur position l un par rapport à l autre. Sur notre exemple, l unique bande de déformation hors du plan de la liaison aromatique montre l existence d une disubstitution 1,2 ; et ce d autant plus sûrement qu il s agit d une bande intense. Dans l exemple suivant (alcool benzylique avec cycle monosubstitué), on trouve deux bandes fortes, correspondant aux deux modes privilégiés de déformation hors du plan pour 5 hydrogènes aromatiques adjacents. On trouve, dans la zone allant de 1300 à 1000 les bandes de déformation dans le plan des H aromatiques. Elles sont plutôt faibles et nous ne nous en serviront pas pour la détermination fonctionnelle. Intéressante aussi est la zone comprise entre 2000 et 1667 (lorsqu il n y a pas de carbonyle dans la molécule) où l on retrouve les harmoniques des bandes de déformation hors du plan et dans le plan : c est la signature de la molécule aromatique, qui peut confirmer, si nécessaire, les informations obtenues grâce aux. Il faut

5 Spectroscopie Infrarouge Page 5 sur 14 aussi rappeler les bandes (un peu au dessus de 3000, ici 3008 ), avec un plus grand nombre de bandes pour l alcool benzylique, entre 3100 et 3000 (B). Il existe également plusieurs modes d élongation des liaisons C = C aromatiques : dans cet exemple ils apparaissent à 1605, 1495, S il y a conjugaison du cycle avec un doublet π ou σ non liant, il peut apparaître une quatrième bande. 5. Alcools et phénols. Les bandes caractéristiques concernent les liaisons C O et O H. L élongation de O H d un alcool donne une absorption intense dont la fréquence dépend de l existence ou non de liaisons hydrogène :. Pour une molécule diluée dans un solvant aprotique apolaire, donc lorsqu il n y a pas de liaisons H, la fréquence se situe entre 3600 et Par contre pour l alcool benzylique pur, avec de fortes et nombreuses liaisons H, cette fréquence descend à L alcool secondaire suivant (2,6,8-triméthyl-nonan-4-ol) voit son à Laissons de côté les bandes déjà étudiées (,, ). Selon le type d alcool (primaire, secondaire ou tertiaire), les et auront des absorptions différentes : I II III phénol (en ) vers (en ) vers Le phénol montre tous les pics précédents, avec les effets de la conjugaison entre les électrons p du cycle et le doublet non liant de O : hyperchrome en général,

6 Spectroscopie Infrarouge Page 6 sur 14 hypsochrome pour (3045 ), (1360 ) et (1223 ), et bathochrome pour aromatique (1580 en particulier). Les deux bandes pour la monosubstitution se retrouvent à 685 et 745 (G et H). 6. Éthers. La réponse caractéristique des éthers est associée à l élongation du système C O C. Il y a une bande d élongation symétrique (faible en général, sauf s il y a conjugaison) : 1030 pour l anisole ; et une bande d élongation asymétrique, toujours forte, vers 1200 (1245 pour l anisole : E) 7. Cétones. Tous les composés organiques comportant un groupement carbonyle C=O ont une absorption caractéristique intense vers 1700 : c est la bande la plus intense et la plus nette d un spectre IR. La valeur de l absorption du C=O dépend de l état physique (solide, liquide, vapeur, en solution), des effets dus aux groupes voisins, de la conjugaison, et des liaisons H éventuelles.

7 Spectroscopie Infrarouge Page 7 sur 14 Une cétone aliphatique absorbe vers Le remplacement d un groupement saturé par un hétéroatome provoque un effet hypsochrome si l'effet I prédomine ( X, mais aussi O d un ester, acide, anhydride,...) et un effet bathochrome si l effet +E prédomine ( N, S,...). La conjugaison avec une double liaison C=C diminue la force de la liaison C=O et de la liaison C=C. Il y a effet bathochrome pour les deux absorptions et ( pour le ). La conjugaison ne se fait pas sentir pour les a -dicétones R CO CO R. Sur les deux spectres de cétones proposés, on va retrouver les respectivement à 1725 (non conjugué) et 1683 (conjugué). Il faut remarquer l existence d une bande d élongation C CO C, de faible intensité, à 1172 pour le premier composé, à 1255, plus forte, pour la cétone aromatique. Cette bande est à distinguer de celle des esters et des acides (beaucoup plus forte, dans la même zone de nombre d onde). Les contraintes dues aux cycles ont un effet hypsochrome sur le. Ainsi la cyclohexanone absorbe-t-elle à 1715, la cyclopentanone à 1751 et la cyclobutanone à Aldéhydes. L absorption de se fait pour une fréquence un peu plus élevée que pour une cétone ( ). On retrouve l influence des effets I et +E, ainsi que celle de la conjugaison. Le trichloroéthanal absorbe ainsi à De nouvelles bandes apparaissent, celles dues à l absorption aldéhydique. Le premier sort sous forme d un doublet (C) (ici 2825 et 2717 ) au dessous des aliphatiques.

8 Spectroscopie Infrarouge Page 8 sur 14 Le second sort à 1389 (F) (peu important). 9. Acides carboxyliques. Deux bandes importantes : et, et deux bandes mineures : et. Les acides carboxyliques existent sous forme de dimères à cause des très fortes liaisons H existant entre O H et C=O : Ainsi observe-t-on la plupart du temps le du dimère. En solution très diluée dans un solvant apolaire, vaut Lorsque le dimère existe, on a au contraire une bande très large et très intense entre 3300 et 2500, sur laquelle se superposent les alkyles et aryles (B sur le spectre de l acide heptanoïque). Le du du monomère est intense et absorbe vers 1760 (effet I de O qui prime ici). Dans le dimère (qui est la structure habituelle), la liaison C=O est affaiblie par la liaison H et la bande d absorption subit un effet bathochrome important : entre 1720 et 1706 (ici 1715 ). Les effets électroniques sont toujours à prendre en compte. À 1408, on trouve, à 1280, ; à 930,. 10. Ions carboxylate. On trouve deux bandes pour, avec un effet bathochrome par rapport à la bande C=O : 1600 (symétrique) (m) et 1385 (asymétrique) (F). 11. Esters et lactones.

9 Spectroscopie Infrarouge Page 9 sur 14 Ceux-ci ont deux bandes intenses qui permettent de bien les identifier : les et. À cause des effets I de O (tempérés ici par les effets +I du groupe alkyle), l absorption subit un effet hypsochrome : Si le groupement lié à O est insaturé (comme c est le cas ici), la conjugaison du doublet non-liant de O avec la double liaison dégarnit l oxygène de quelques pour-cent d électron ; ceci va augmenter l effet I de O et donc la fréquence d absorption du : 1770 pour l éthanoate de phényle. L effet de cycle (lactones) joue comme pour les cétones cycliques : les g lactones absorbent à La conjugaison avec le C=O a comme prévu un effet bathochrome sur ( pour les benzoates). Il y a deux élongations couplées qui font intervenir la liaison C O : et. La première est très intense : (ici 1205). La seconde l est surtout pour les esters de phénol : (ici 1183). 12. Halogénures d acides. Le C=O subit un effet hypsochrome, entre 1815 et 1785 (1870 pour les fluorures). Ici, l absorption se fait à 1790 à cause de la conjugaison (A). Le C Cl vibre à 875 (C), et donne un harmonique assez net à 1745 (B). 13. Anhydrides d acides.

10 Spectroscopie Infrarouge Page 10 sur 14 Les deux carbonyles vibrent de manière couplée :. Aussi observe-ton des fréquences d élongation asymétrique (1825 ) et symétrique (1758 ). À 1040, il s agit de l élongation symétrique et asymétrique. 14. Amides Les amides sont caractérisées par les vibrations relatives à C=O, N H essentiellement, C N accessoirement ( = 1425 ). Le sort pour une fréquence plus basse que dans le cas des cétones (effets +E de N) et recouvre la bande correspondante au (1640 pour ces bandes). Dans le cas de la N N diméthyl méthanamide, seul le existe (1680 ). Les bandes de vibration sortent aux alentours de 3250 dans les produits purs à cause des liaisons H. Il y a deux bandes pour les amides primaires (élongations symétrique et asymétrique) (ici 3350 et 3170 ), l asymétrique étant la plus intense. On ne trouve qu une bande dans cette zone pour les amides secondaires (3210 pour la N éthylpropanamide), et pas de bande du tout pour les amides tertiaires. À remarquer encore la bande large à Amines.

11 Spectroscopie Infrarouge Page 11 sur 14 Comme pour les amides, on retrouve, mais en moins intense, les bandes suivantes : : deux pour les amines I (3365 et 3290 ici), une pour les amines II et zéro pour les amines III ; : 1063 (pas de conjugaison) ; : 1620 et : Les nitriles. La bande sort, comme pour les acétyléniques, vers 2200 (2210 ici), mais elle est plus intense. D autres groupements absorbent intensément dans cette zone : les isocyanates N=C=O, les isothiocyanates N=C=S, les diimides N=C=N et les isonitriles. 17. Dérivés nitrés. Deux bandes très intenses correspondant aux élongations asymétrique (1520 ) et symétrique (1345 ) du groupement ressortent très nettement du spectre. Le est relativement intense à 850.

12 Spectroscopie Infrarouge Page 12 sur Hétérocycles aromatiques. On retrouve les mêmes modes de vibration que pour les aromatiques : *, entre 3077 et 3003, comme pour les aromatiques (il y a ici un grand nombre de modes d élongation) * ; lorsqu elle existe, cette liaison fait apparaître une bande entre 3500 et 3220 (cf. amides). c est le cas pour le pyrrole, l imidazole, l indole,... * ; comme dans le cas des benzènes substitués, on compte le nombre d atomes d hydrogène adjacents pouvant se déformer de manière couplée. Ainsi, pour la pyridine, il y a 5 H adjacents, ce qui correspond à un benzène monosubstitué, et donc à deux modes de déformation hors du plan à 748 et 703. Il y a 4 bandes de squelette (B) pour la pyridine, moins pour les cycles à 5 chaînons. 19. Dérivés soufrés. Les Thiols sont remarquables par l existence d une bande assez faible vers 2560 (ici C : 2665 ). Comme les dérivés nitrés, les sulfones et autres acides sulfoniques, sulfonates,..., présentent deux bandes très fortes vers 1350 (ici 1351 ) et vers 1180 (ici 1176 ). 20. Méthode d étude d un spectre IR : 1. Rechercher la présence d un groupe C=O : présence d une bande intense vers 1700

13 Spectroscopie Infrarouge Page 13 sur cm 1. Si oui, continuer ci-dessous, sinon, passer au Essayer de trouver d autres bandes caractéristiques des fonctions comprenant un C=O : ν C H doublet des aldéhydes entre 2650 et 2800 cm 1. ν O H bande large et forte des acides entre 2500 et 3300 cm 1 ν C O bande très forte des esters à 1200 cm 1 ν C= O δ N H bande attenante au de la fonction amide primaire et secondaire : vers 1650 cm 1 et bande(s) ν N H vers 3300 cm 1 (F ; 2 bandes pour les primaires et une pour les secondaires) 1.2. vérifier la fréquence d absorption du = en fonction des autres bandes trouvées : pour les amides 1700 pour les acides 1715 pour les cétones pour les aldéhydes pour les esters pour les lactones pour les halogénures d acide passer au suivant 2. Rechercher la présence de bandes fortes et pas trop larges vers cm 1. Il s agit d élongations des alcools (TF ; 3350), des amines (mf ; 2 bandes pour les primaires et une pour les secondaires), des alcynes vrais (F à TF, vers 3250). 3. Il reste les fonctions particulières : dérivés halogénés dérivés soufrés ν C O ν O H ν N H ν C H

14 Spectroscopie Infrarouge Page 14 sur 14 dérivés azotés (nitriles, isocyanates, etc...) pour tous ceux-là, voir le tableau des valeurs IR 4. Enfin, étude des liaisons C H autres que celles vues auparavant : ν C H : alcanes : 2850 à 2950 cm 1 ν C H : alcènes : 3050 à 3080 cm 1, avec les à 1640 cm 1 (v. aussi les ν C= C γ C H ν C H : aromatiques : 3020 à 3050 cm 1, avec les caractéristiques de la γ C H ν C = C substitution (voir tableau) vers cm 1, et les vers

15 Spectrographie de masse Page 1 sur Principe de la méthode. Spectrographie de masse Le spectrographe de masse consiste à ioniser par des électrons une molécule A. Celleci va donc donner une entité A + ayant perdu un électron. A + va pouvoir se scinder en plusieurs groupements (chargé + ou non) plus petits, ou bien se réarranger. On accélère alors ces particules par un champ électrique, puis elles sont déviées par un champ magnétique. On montre que la déviation est proportionnelle à (ici à ). Un spectrographe de masse dan lequel on ne modifie aucun paramètre va pouvoir être étalonné. Il sera étalonné en masses molaires, puisque e est constant. Le nombre de molécules aura un incidence sur la plaque sensible du détecteur : plus nombreux sont les ions d un type donné, plus intense sera la tache obtenue. Actuellement, les détecteurs informatisés permettent d obtenir directement un spectre étalé. Voici un schéma simplifié d un spectrographe de masse : 1.1. Étude mécanique. Soit v la vitesse de la particule ionisée (de charge positive) entrant dans la zone où règne le champ magnétique. Elle est soumise à le force centrale, soit,

16 Spectrographie de masse Page 2 sur 11 puisque pour l ion qui effectivement sortira du tube analyseur est perpendiculaire à, mg = F = evb. Ce mouvement étant à accélération centrale, où R est le rayon axial du tube analyseur. On obtient donc :. La masse de l ion analysé sera donc d autant plus petite que la vitesse d entrée dans le tube analyseur sera grande. Ainsi, si tous les ions sont accélérés à la même vitesse, seul celui qui respecte la condition ci-dessus sera analysé. On pourra faire varier cette vitesse pour analyser un à un tous ces ions (on obtiendra un impact sur le collecteur d autant plus intense que la quantité d ions du même type sera plus élevée). On pourra donc établir un spectre, dit spectre de masse, donnant l intensité de ces impacts en fonction de la masse molaire (proportionnelle à m) de ces ions Utilisation des spectres de masse. Le nombre d ions de chaque type est en fait dépendant de la stabilité relative de chacun de ces ions. Voici le spectre de masse du toluène. Voici un tableau récapitulatif du spectre précédent : m/e % du pic de base 4,4 5,3 3,9 6,3 9,1 4,1 8, ,9 0,21 Abondance isotopique : m/e 92 (M) 93 (M+1) 94 (M+2) % du pic moléculaire 100 7,23 0,29

17 Spectrographie de masse Page 3 sur 11 On trouve dans ce spectre un pic important : le pic de base, et on mesure les autres pics en % par rapport au pic de base Le pic de l ion moléculaire (ici, avec un électron p enlevé au cycle) est plus petit que le pic de base (qui est ici ou encore formé par réarrangement). On retrouve aussi des pics de masse molaire M+1 et M+2 provenant des isotopes du carbone, de l azote, de l oxygène,... Bien sûr, la probabilité de trouver deux isotopes de faible abondance dans une même molécule est très faible, aussi M+2 est-il très petit. La réaction ayant lieu lors du bombardement peut s écrire ainsi : 2. Isotopes. Élément Masse atomique Nucléide Masse Abondance relative par rapport au plus abondant H 1, H D (ou 2 H) 1, , ,016 C 12, C 13 C 12, , ,08 N 14, N 15 N 14, , ,38 16 O 15, O 15, O 16,9991 0,04 18 O 17,9992 0,20 F 18, F 18, Si 27,

18 Spectrographie de masse Page 4 sur Si 28,9738 5,10 Si 28, Si 30,9738 3,35 P 30, P 30, S 31, S 32, S 32,9715 0,78 34 S 33,9679 4,40 Cl 35, Cl 37 Cl 34, , ,5 Br 79, Br 81 Br 78, , I 126, I 126, Détermination des formules brutes. Le pic parent est le pic moléculaire, c est-à-dire le pic provenant d une molécule dans laquelle n entrent que les isotopes de plus grande abondance. En fonction du nombre de chaque atome présent, pour plusieurs molécules possèdant le même pic moléculaire, le pourcentage relatif des pics isotopiques par rapport au pic parent va varier Par exemple, dans le cas de l éther diisopropylique de formule brute, de pic moléculaire 102, les pics isotopiques ont un pourcentage relatif de 7,8 (103) et 0,5 (104). Il existe des tables qui donnent tous les arrangements possibles de C, H, O et N donnant un pic moléculaire de 102 avec les pourcentages relatifs de M+1 et M+2. On recherche dans la table la formule (compatible avec les autres spectres), respectant la valence des atomes, qui possède des pourcentages relatifs voisins de ceux obtenus par l expérience.

19 Spectrographie de masse Page 5 sur 11 On trouve les formules suivantes : C 7 H 2 O : M+1 : 7,64%, M+2 : 0,45%. Le nombre d hydrogènes est manifestement beaucoup trop faible en regard du spectre RMN par exemple. C 8 H 6 pourrait convenir, mais serait sans doute aromatique : donc incompatible avec les spectres RMN et IR :

20 Spectrographie de masse Page 6 sur 11 Le nombre d atomes d hydrogène doit impérativement être pair, sauf lorsqu il y a un nombre impair d azote dans la molécule. Ainsi C 7 H 4 N, C 6 NO, C 5 N 3, C 5 H 12 NO, C 4 H 12 N 3, etc... sont impossibles. Il ne reste donc que C 6 H 14 O. Il existe une formule empirique qui permet de retrouver le nombre d atomes de carbone d une molécule. Si cette molécule contient un nombre n d atomes d azote, cette formule s écrit : Manifestement il n y a ici aucun atome d azote, on doit donc trouver : N C = 7,8 / 1,2 = 6,5, ce» qui est malgré tout assez imprécis Autre exemple : ici : M (118) : 100 M + 1 : 7,95 M + 2 : 4,96 Lorsque M + 2 n est pas environ dix fois plus petit que M + 1 ou que celui-ci n est pas environ dix fois plus petit que M, il y a un autre élément que C, N, O, H. Dans le tableau des isotopes, on recherche un élément pour lequel M + 1» 0 1 et M + 2» 4 5. On trouve bien sûr le Soufre. On retranche alors les abondances relatives de 33 S et 34 S à M + 1 et M + 2 : M ( S) (118 32=86): 100 M ( S) + 1 : 7,95 0,78 = 7,17 M ( S) + 2 : 4,96 4,40 = 0,56 M ( S) présente des pourcentages compatibles avec la seule présence de C, N, O, H. Dans la table, à M = 86 (pour un composé saturé, au vu du spectre RMN) on ne trouve comme possibles que, ainsi quec 5 H 10 O et C 4 H 10 N 2 (M+1 trop faible), Seul C 6 H 14 possède un M+1 compatible. La formule brute est donc C 6 H 14 S, donc un thiol ou un sulfure. Le petit pic à 2600 cm 1 en IR montre la présence de S H :

21 Spectrographie de masse Page 7 sur 11 Le spectre RMN permet de déterminer la formule développée. 3.3 Dernier exemple. ici : M (146) : 100 Ici, aucun élément isolé ne peut être isolé. M + 2 : 93 Il faut alors penser à un élément double, voire M + 4 : 30 triple, possèdant un isotope +2 important : C est le cas de Cl, la configuration existante indiquant la présence de 3 atomes de chlore dans la molécule. Il reste alors une masse de 41, ce qui correspond soit à CHN 2 (non), C 2 HO (non), C 2 H 3 N (impossible, car le nombre d H en présence d un azote doit être pair) et enfin C 3 H 5. Voici le tableau donnant le nombre d halogène présent en fonction du pourcentage relatif des pics M + 2, M + 4, etc... % M + 2 % M + 4 % M + 6 % M + 8 % M + 10 % M + 12 Br 1 97,9 Br ,5 Br ,4 Cl 1 32,6 Cl 2 65,3 10,6 Cl 3 97,8 31,9 3,47 Cl ,9 14 1,15

22 Spectrographie de masse Page 8 sur 11 Cl ,7 5,66 0,37 Cl ,4 17 2,23 0,11 Br 1 Cl ,9 Br 2 Cl ,2 Cl 2 Br ,4 10,4 4. Fragmentations. Nous voyons apparaître sur les spectres de masse des ions de masse inférieure au pic parent. Il s agit de structures obtenues par fragmentation des ions parents Alcanes. Ils sont peu intéressants. Ils donnent surtout des cations éthyl, propyl, butyl et pentyl, quel que soit l alcane étudié Dérivés de type R CR R" X, où X est OH, NH 2, Cl ou Br. il y a rupture de la liaison en a du OH : Puis la fragmentation de ramène aux résultats obtenus pour les alcanes : par exemple, dans le cas du pentan-1-ol, on retrouve (29), (43), (57). Dans le cas des alcools II et III, on obtient, après une première fragmentation, et. Voici l exemple des pentan-2-ol et 2-méthyl butan-2-ol :

23 Spectrographie de masse Page 9 sur Dérivés carbonylés.

24 Spectrographie de masse Page 10 sur 11 Il y a également rupture en α de la fonction carbonyle On obtient des pics à 43 ( ), 57, Exemple de la p-chlorobenzophénone : De même les aldéhydes peuvent-ils perdre H, et le spectre de masse présentera un pic M 1. Ils présenteront aussi le pic 29 : Réarrangement de Mac Lafferty. Il se rencontre pour les dérivés carbonylés (ou les esters)chaîne aliphatique de plus de 3 carbones Ainsi, l octanoate de méthyle donnera t-il un pic de base à 74 :

25 Spectrographie de masse Page 11 sur 11

26 Spectroscopie RMN Page 1 sur Phénomène de la R.M.N. : présentation sommaire Moment cinétique d un noyau atomique. Le noyau de certains atomes se caractérise par l existence d un moment cinétique. L existence d un moment cinétique pour le noyau rend celui-ci semblable à une charge électrique en rotation et lui confère en quelque sorte les caractéristiques d un petit solénoïde Moment magnétique du noyau atomique. Il en résulte pour le noyau un moment magnétique proportionnel à : où γ, le rapport gyromagnétique, est une constante caractéristique du noyau considéré Énergie interne d un noyau atomique plongé dans un champ magnétique. Placé dans un champ magnétique, un aimant de moment magnétique acquiert une énergie potentielle supplémentaire Es donnée par la relation :, soit encore : (I) Quantification de la projection de sur. On montre en mécanique ondulatoire que la projection de sur ne peut prendre que des valeurs discrètes, dont l unité de quantification est. Ainsi, cette projection, notée, ne peut prendre que les valeurs suivantes :, où I est le nombre quantique de spin du noyau (suivant le noyau, I peut prendre les valeurs 0, ½, 1,, 2...) et est la constante de Planck divisée par 2π. Voici quelques valeurs de I pour divers noyaux : 1 H 2 H 12 C 13 C 14 N 15 N 16 O 17 O 19 F 31 P ½ 1 0 ½ 1 ½ 0 ½ ½ Tableau 1 Ainsi, pourra prendre les valeurs h, 0 et h pour le deutérium 2 H. Dans le cas du proton 1 H et du carbone C, sera égal soit à +½h, soit à ½h Cas du proton : niveaux d énergie apparaissant dans le noyau.

27 Spectroscopie RMN Page 2 sur 15 D après le 1.4., la relation (I) devient :. L énergie potentielle d un noyau d hydrogène en l absence de champ magnétique extérieur étant U, ce noyau va pouvoir exister dans H 0 sous deux énergies différentes : 1.6. Transition entre ces niveaux d énergie. Le nombre d atomes d hydrogène dans chaque état énergétique est donné par la relation de Boltzmann :, soit donc un nombre d atomes dans l état U 1 bien plus important que ceux existant dans l état U 2. Si l on soumet ce proton, plongé dans un champ magnétique, à un champ électromagnétique adéquat, il sera possible de provoquer la transition d un très grand nombre de noyaux de U 1 à U 2, transition qui sera donc facilement décelable grâce à la baisse d intensité importante de l onde électromagnétique ayant traversé la substance contenant le proton étudié. Cette onde électromagnétique aura une fréquence qui suit la relation d Einstein : Cette relation est la relation fondamentale de la RMN. Exemples : expérimentalement, on constate que, placés dans un champ magnétique de l ordre de 1,4 T (Tesla), les protons absorbent l énergie électromagnétique vers Hz (fréquence radio). Placés dans le même champ, les noyaux du carbone 13 ( 13 C) absorbent vers Hz. Les noyaux de fluor 19 ( 19 F) absorbent vers Hz. 2. Le déplacement chimique Phénomène du déplacement chimique. Lorsque l atome d hydrogène est engagé dans une liaison, le champ magnétique régnant au niveau du noyau est différent du champ magnétique appliqué H 0. On peut, en effet, considérer que les électrons de liaison forment un écran autour du noyau, écran qui se manifeste par l apparition d un champ local H 0 opposé au champ H 0 et proportionnel à ce champ : H 0 = σh 0. La constante de proportionnalité σ, appelée constante d écran, est indépendante du champ appliqué H 0. Elle est fonction de

28 Spectroscopie RMN Page 3 sur 15 l environnement chimique du noyau, donc fonction de sa nature chimique. Pour un proton caractérisé par une constante d écran σ, la fréquence de retournement de spin de ce proton vaut : Il résulte de ce phénomène que placés dans un champ magnétique H 0, les divers protons d une molécule organique absorberont l énergie à des fréquences différentes qui seront fonction des constantes d écran correspondantes, donc de l environnement électronique c est-à-dire de la nature chimique des protons présents. L analyse de ce «déplacement chimique» des fréquences d absorption fournira des renseignements précieux sur la structure des molécules organiques. Il est à remarquer que les constantes d écran sont très faibles de l ordre de quelques millionièmes. Cependant, le pouvoir de résolution des spectrographes RMN est remarquablement élevé (environ Hz pour un appareil fonctionnant à 60 MHz). cela permet, en fait, d apprécier des variations de s de l ordre de. La différence de fréquence d absorption pour le retournement de spin des protons du dichlorométhane et du trichlorométhane vaut 118,2 Hz, ce qui correspond à une différence qui est grande devant le pouvoir de résolution de l appareil et par suite facilement mesurable Mesure de déplacement chimique. La fréquence d absorption d un proton caractérisé par une constante d écran s est proportionnelle au champ magnétique appliqué. Il n est donc pas commode de repérer le déplacement chimique en fréquence puisque ce repère dépend du champ utilisé, donc de l appareil. Aussi repère-t-on pratiquement les signaux de composé étudié par rapport au signal d un composé de référence qui est généralement le tétraméthylsilane. Le tétraméthylsilane (ou TMS) a été choisi pour sa volatilité ( ), son inertie chimique, et une constante d écran très élevée : il n existe que très peu de composés organiques dans lesquels des hydrogènes présentent des σ supérieurs. Le déplacement chimique (mesuré en fréquence) du signal d un proton par rapport au TMS est donné par : Pour faire disparaître le terme H 0 on divise les deux membres de cette relation par, ce qui conduit à une grandeur notée δ, indépendante du champ H 0 appliqué :

29 Spectroscopie RMN Page 4 sur 15 (On peut négliger devant 1, car il est de l ordre du cent millième). Remarques importantes : a) les constantes σ sont de l ordre du millionième et il en est évidemment de même de leurs différences. Le déplacement chimique δ sera donc généralement exprimé en «parties par million» (ppm) b) Fréquence d absorption et champ magnétique sont liés par une relation linéaire. Il est donc possible expérimentalement d enregistrer les spectres RMN en opérant indifféremment à champ constant en faisant varier la fréquence, ou bien à fréquence constante en faisant varier le champ. Pratiquement la deuxième solution est, pour des raisons qui tiennent à l appareillage, la plus fréquemment retenue. Les spectres sont alors présentés dans la forme ci-dessous : Le champ est croissant de la gauche vers la droite. Les signaux apparaissant à droite dans le spectre correspondent donc aux σ les plus élevés. Le déplacement chimique va croissant de la droite vers la gauche. La relation entre le déplacement mesuré en Hz et le déplacement chimique est évidente : soit, pour notre appareil à 60 MHz : Et plus généralement : «déplacement en Hz» = δ (ppm) A (MHz), où A est la fréquence de fonctionnement du spectrographe Facteurs agissant sur le déplacement chimique. Voici trois tables donnant les plages déplacements chimiques correspondant à divers

30 Spectroscopie RMN Page 5 sur 15 types de protons : table 1 table 2 CH 2 CH proton d proton d proton d C 0,9 C CH 2 C 1,3 C CH C 1,5 (cyclique) 1,5 (en tête de pont) 2,2 C C= 1,1 C CH 2 C C=C 1,7 C O 1,4 C CH 2 C O 1,9 C CH C O 2 C=C 1,6 C CH 2 C=C 2,3 Ar 2,3 C CH 2 Ar 2,7 C CH Ar 3 CO R 2,2 C CH 2 CO R 2,4 C CH CO R 2,7 CO Ar 2,6 CO OR 2,0 C CH 2 CO OR 2,3 CO OAr 2,4 CO NR 2,0 OR 3,3 C CH 2 OR 3,4 C CH OR 3,7

31 Spectroscopie RMN Page 6 sur 15 OH 3,4 C CH 2 OH 3,6 C CH OH 3,9 O Ar 3,8 C CH 2 O Ar 4,3 O CO R 3,7 C CH 2 O CO R 4,1 C CH O CO R 4,8 N 2,3 C CH 2 N 2,5 C CH N 2,8 N + 3,3 S 2,1 C CH 2 S 2,4 C NO 2 1,6 C CH 2 NO 2 4,4 C CH NO 2 4,7 C CH 2 C NO 2 2,1 C=C CO 2,0 C CH 2 C=C CO 2,4 C = C( ) CO 1,8 C=C( ) CO 2,4 5,9 Cl 3,0 C CH 2 Cl 3,4 C CH Cl 4,0 C Cl 1,5 C CH 2 C Cl 1,7 C CH C Cl 1,6 Br 2,7 C CH 2 Br 3,3 C CH Br 3,6 C Br 1,7 C CH 2 C Br 1,7 C CH C Br 1,7 I 2,2 C CH 2 I 3,1 C CH I 4,2 C I 1,9 C CH 2 C I 1,8 C CH C I 1,9 CN 2,0 C CH 2 CN 2,3 C CH CN 2,7 CO CH 2 Ar 3,8 0,3 0,7 2,6 3,1 Table 2 4,6 7,2

32 Spectroscopie RMN Page 7 sur 15 C = CH 2 4,3 CO OH 8,5-13 C = CH 5,1 C = C OH C = CH (cyclique) 5,3 R OH 0 7 ~ 5,5 R C C H 3,1 Ar OH 4,2 ~ 7,1 Ar H 9,0-7,0 Ar OH (liaison H intramoléculaire) C = CH CO 5,9 R NH 0,6 ~ 5 CH = C CO 6,8 Ar NH 2,9 ~ 4,7 R CHO Ar CHO H CO O H CO N 9,9 9,9 8,0 8,0 R CO NH CHCl 3 H 2 O 5 ~ 8 7,2 ~ 5 Il existe quelques formules empiriques qui permettent de retrouver les déplacements chimiques des protons des groupements méthylène et des protons éthyléniques : a) Règles de Shoolery qui concernent X CH 2 Y Tableau des incréments σ C=C CºC F CF 2 CF 3 0,47 1,32 1,44 1,85 1,21 1,14 Cl Br I OH OR OF

33 Spectroscopie RMN Page 8 sur 15 2,53 2,33 1,82 2,56 2,36 3,23 O CO R CO R CO F CO OR CO NR 2 CºN 3,13 1,70 1,84 1,55 1,59 1,70 NR 2 NH CO R N 3 SR OSO 2 R 1,57 2,27 1,97 1,64 3,13 b) Règles de TOBEY. PASCUAL, MEYER, SIMON Dans l'application de cette règle, chaque substituant a une constante différente suivant son orientation cis, trans ou gem par rapport à l'hydrogène dont on calcule le déplacement chimique δ = 5,28 + σ gem + σ cis + σ trans Groupe σ gem σ cis σ trans Groupe σ gem σ ci s σ trans H CO 2 H Alkyl CO 2 H (conj.) ( ) (0.44) (- 0.32) (- 0.34) -CO 2 R Cycloalkyl CO 2 R (R conj.) CH 2 -O CHO CH 2 -S CO-N CH 2 -Cl, -CH 2 -Br CO-Cl CH 2 -N CºC OR (R aliph.) -OR (R conj.) C Ν OCOR

34 Spectroscopie RMN Page 9 sur 15 (0.30) (0.75) (0.53) -C=C Ar (Ph) -C=C (conj.) Cl 1.35 (1.43) 1.00 (1.05) 0.37 (0.39) 0.19 (0.14) (0.06) 0.03 (0.09) -C=O Br (1.02) (0.33) (0.53) -C=O (conj.) -NR (R aliph.) -NR (R conj.) SR SO Il est intéressant de déterminer la cause des valeurs élevées des déplacement chimique des protons aromatiques et éthyléniques, alors que celui du proton acétylénique est relativement faible. Placés dans un champ magnétique, les électrons p du noyau benzénique peuvent être considérés comme deux éléments de courant, s opposant au champ magnétique appliqué. Ils créent autour du noyau des zones d anisotropie magnétique provoquant pour les protons situés dans ces zones un déplacement du signal correspondant, soit vers les champs faibles (déblindage), soit vers les champs forts (blindage)

35 Spectroscopie RMN Page 10 sur Intégration des signaux. Dans un spectre RMN l énergie absorbée par une espèce donnée de protons est proportionnelle au nombre de protons mis en jeu. C est-à-dire que l intensité du signal, qui est mesurée par sa surface, est proportionnelle au nombre de protons intéressés. Avec les spectrographes courants l intégration des aires des signaux peut être obtenue directement et se présente sous la forme d une série de paliers (figure suivante). La hauteur de chaque palier est proportionnelle à l aire intégrée du signal correspondant. Le spectre représenté ci-dessus est celui de l alcool benzylique. La hauteur du palier correspondant aux protons aromatiques est de 35 mm. Celle du palier correspondant au groupe CH 2 est de 14 mm, soit bien les 2/5 de 35 mm. Même raisonnement pour le proton de la fonction alcool. Il est très important de noter que l intégration ne fournit pas le nombre de protons en valeur absolue. On pourrait tout aussi bien avoir un nombre de protons égal à 10, 4 et 2 pour le spectre ci-dessus. Application à des mélanges Le spectre suivant correspond à un mélange d alcool benzylique et de 1,3,5- triméthylbenzène (mésitylène : δ Ar H = 6,78 ; δ méthyl =2,25). La courbe d intégration permet de doser les constituants du mélange :

36 Spectroscopie RMN Page 11 sur 15 On remarque que 1 proton de l alcool benzylique intègre pour 8 mm (δ = 2,43 ppm), et que 3 protons du mésitylène intègrent pour 12 mm (δ = 6,78 ppm). On ramène tout à 1 (de manière à rapporter à 1 molécule de chaque produit : 1 molécule d alcool benzylique 8 mm et 1 molécule de mésitylène 4 mm Il y a donc deux fois plus d alcool benzylique que de mésitylène dans le mélange : 67% et 33% Couplage spin spin Phénomène de couplage Dans le spectre d un composé dissymétrique du type A 2 CH HCX 2 dans lequel A et X provoquent une différenciation considérable du déplacement chimique des protons H (A) et H (X), les signaux de ces mêmes protons ne se présentent pas sous la forme de raies uniques, mais sous la forme de deux doublets centrés sur les fréquences auxquelles résonneraient H (A) et H (X) s ils n étaient pas couplés. La même distance J mesurée en Hertz sépare les composantes de ces deux doublets et elle est indépendante du champ magnétique appliqué. On peut donner de ce phénomène la représentation simpliste qui suit : Le proton H (X) peut être considéré comme un petit aimant, qui, lorsqu il est de spin ± ½, induit un champ local, H au niveau du proton H (A). Ce champ local H,évidemment indépendant du champ appliqué H 0, se retranche du champ H 0 lorsque H (X) est de spin ½. Le

37 Spectroscopie RMN Page 12 sur 15 proton H (A) est donc soumis, suivant le spin de H (X), aux champs H 0 DH ou H 0 + H et il va résonner à l une des deux fréquences suivantes : Le champ H étant indépendant de H 0, J est indépendant de H 0 et on le mesure en Hertz. Il est à noter que cette explication n a pas le moindre sens physique. Elle permet cependant d arriver à des résultats en accord avec l expérience Spectres de types simples. Le calcul du spectre théorique de deux protons H A et H B couplés entre eux avec une constante de couplage J conduit aux résultats schématisés ci-dessous : Le spectre se compose de quatre raies systématiquement disposées par rapport à la fréquence et dont les positions sont données par la relation : (On pose ). L intensité des composantes extérieures de ce système est proportionnelle à I J/D ; Comme le montre la figure précédente, l allure du spectre de deux protons couplés entre eux varie selon le déplacement chimique relatif n des deux protons et selon la valeur du couplage J. Lorsque le déplacement chimique n est grand devant J, il est d usage de désigner les deux protons par deux lettres très espacées dans l alphabet (A et X par exemple). Lorsque n est de l ordre de grandeur de J ils seront nommés A et B. Deux protons de même déplacement chimique seront nommés A et A. Cette nomenclature est facilement généralisée à plusieurs protons. Trois protons conduiront à un spectre ABX si est du même ordre de grandeur que J AB, J AX et J BX et si et >> J AB, J AX et J BX ν >> J : spectre de type AX.

38 Spectroscopie RMN Page 13 sur 15 Le spectre se compose de quatre raies d égale intensité se répartissant en deux doublets symétriques par rapport aux fréquences n A et n B Spectres de type AX 2. Considérons un proton H A couplé avec deux protons H X magnétiquement équivalents et tels que la constante de couplage J AX de H A avec chaque H X soit la même et que J AX soit très petit devant. Le spectre présente l allure suivante : Le proton H A donne naissance à un triplet dont les composantes (d intensité relative 1-2-1) sont séparées par un intervalle J, les protons H X donnent naissance à un doublet dont les composantes d intensité égale sont séparées par le même intervalle J Spectres de type AX 3. On peut de la même manière reconstituer le spectre d un composé tel que CHBr 2, qui présente des déplacements chimiques valant environ 2 ppm pour les trois protons du méthyle et 5 ppm pour le proton de CHBr 2 :

39 Spectroscopie RMN Page 14 sur Spectre AX n. D une manière générale, on montre que le spectre d un proton H A couplé avec n protons équivalents est un multiplet composé de n + 1 raies dont les intensités relatives sont comme les nombres du triangle de Pascal (ou comme les coefficients du binôme Autres types de spectres. Nous étudierons ces spectres au cas par cas (type ABX, ABC, AB 2, etc...) Valeurs des constantes de couplage (en Hz) à 18 0 à 1,5 6 à 9 2 à 9 6 à 14 0,5 à 2 1 à 3 10 à 13 0,5 à 3,5 4 à 10 0 à 1 5,7

40 Spectroscopie RMN Page 15 sur 15 1 à 3 6,7 à 7,2 à 6,8

41 spectroscopie ultraviolette Page 1 sur 7 1. Théorie de Born-Oppenheimer. Ce modèle pose l approximation suivante: les noyaux sont fixes les uns par raport aux autres. seuls les électrons sont mobiles. donc seuls les niveaux d énergie électroniques sont quantifiés (voir cours d atomistique). Soit une molécule dans l état énergétique Ei. On ne va considérer que les niveaux quantifiés d énergie, en supposant qu ils ne varient pas lors d une transition électronique, ce qui est faux en pratique Cette molécule est atteinte par un photon hν, d énergie susceptible de provoquer une transition électronique. La molécule passe à l état d énergie Ej. Deux règles permettent de connaître ces transitions: * il y a transition uniquement si hν = hνi = Ej - Ei. * la probabilité (donc son intensité) de la transition est proportionnelle au carré suivant: 2. Domaine de l U.V. λ varie de 180 à 450 nm. On observe les substances en solution diluée (quelques milligrammes pour 100 cm3). Les solvants utilisés ne doivent pas absorber dans cette zone. Par exemple, on utilisera l éthanol (à l abri de l air, car l éthanal absorbe dans cette zone), l hexane. Le chloroforme peut être utilisé si l on étudie le composé au dessus de 220 nm. 3. Loi de Beer - Lambert. Le spectre compare un faisceau monochromatique de l ongueur d onde donnée λ passant au travers de la solution à étudier, et un autre faisceau de même longueur d onde et de même intensité initiale passant au travers d une cuve ne contenant que le solvant utilisé. Soit I l intensité du premier et Io celle du second. On définit la densité optique de la solution à étudier par : D = log (Io/I), qui est toujours positif. La densité optique d est proportionnelle à la longueur de la cuve et à la concentration molaire volumique du composé. Le coefficient de proportionnalité s appelle le coefficient d extinction molaire ε : D = ε. l(cm). c (g/l) ε varie beaucoup. Au maximum d absorption de chacun des corps suivant ( λmax)

42 spectroscopie ultraviolette Page 2 sur 7 correspond une valeur de ε 4. Études des différents chromophores Définitions Un chromophore est une fonction ou un groupe d atomes qui modifient la fréquence de l onde U.V. ainsi que l intensité d absorption (ε). Les quatre termes utilisés sont: effet bathochrome : le chromophore diminue la fréquence d absorption (augmente le λmax). effet hypsochrome : le chromophore augmente la fréquence d absorption (diminue le λmax). effet hypochrome : le chromophore diminue l intensité d absorption : (diminue ε). effet hyperchrome : le chromophore augmente l intensité d absorption : (augmente ε) Double liaison carbone-carbone. Plus le groupe est substitué, plus la bande d absorption est déplacée vers le visible : effet bathochrome. Par exemple: - Z et E but-2-ène et 2-méthyl-propène : λmax = 186 nm - 2-méthyl but-2-ène : λmax = 192 nm - 2,3-diméthyl but-2-ène : λmax = 198 nm On constate donc un incrément de 5 nm par substituant. Mais l intérêt de l U.V. pour les éthyléniques reste réduit Diènes conjugués : Règles de Woodward-Fieser Selon la nature "s-cis" ou "s-trans" du diène, λmax est différent. Pour le butadiène s-trans, λmax = 214 nm ; par contre, pour le butadiène s-cis, λmax = 253 nm : Transitions π π* de quelques diènes conjugués Composés λ max (nm) (nm) Log ε Buta-1,3-diène 217 4,32

43 spectroscopie ultraviolette Page 3 sur 7 Z Hexa-1,3,5-triène E Hexa-1,3,5-triène ,21 4,35 4,27 4,53 4,64 4,56 Cyclopentadiène 238 3,62 Cyclohexa-1,3-diène 259 4,0 Cycloocta-1,3,5,7-tétraène 280 2,64 Si le substituant est autre chose qu un groupe alcoyle, il faut rajouter aux λmax des incréments correspondant à la nature des substituants: Règles de WOODWARD FIESER pour les diènes conjugués. Structure de base Valeur de base Substituant Valeur à ajouter pour chaque substiuant (nm) Double liaison conjuguée supplémentaire Double liaison exocyclique Alkyle ou reste alkyle O R S R Cl, Br NR 2 O CO R

44 spectroscopie ultraviolette Page 4 sur 7 Exemple : λmax = * = 323 nm La règle de Fieser-Kuhn permet de déterminer à peu de chose près la longueur d onde (λmax) : où n est le nombre de doubles liaisons conjuguées, M est le nombre de substituants alkyles du système conjugué, Rendo est le nombre de doubles liaisons endocycliques faisant partie du système conjugué, Rexo est le nombre de doubles liaisons exocycliques faisant partie du système conjugué 4.4. Cétones éthylèniques Ici λmax = 215 nm (but-1-ène-3-one). S il y a une double liaison supplémentaire, il faut incrémenter de 30 nm si les doubles liaisons son s-trans, et de 69 nm si elles sont s- cis. Règles WOODWARD pour les composés carbonylés α,β insaturés

45 spectroscopie ultraviolette Page 5 sur Carbonyles saturés En dehors de la transition π π* de longueur d onde faible, il y a une transition n π* un petit peu permise : pour la propanone, λmax = 275 nm, et ε = Molécules aromatiques Le benzène présente trois bandes d absorption U.V. : la bande K : 184 nm (ε = 6000) la bande B : 203 nm (ε = 7900) la bande R : 256 nm (ε = 200) Si l on étudie la symétrie des orbitales moléculaires du benzène, on constate que seules quatre transitions sont permises, dont deux de même énergie, d où les trois bandes K, B et R.

46 spectroscopie ultraviolette Page 6 sur 7 L effet inductif des substituants ne modifie pas les niveaux énergétiques des O.M. π. Par contre l effet mésomère les transforme profondément, et on a rapprochement de ces O.M., d où un effet bathochrome. On dit que le substitutuant est un auxochrome. Voici les valeurs des incréments pour les bandes B et R : Substituant bande B bande R Absorption de quelques dérivés substitués du benzène Composés λ max (nm) (nm) log ε solvant Phénol 271 3,28 Éthano Ion phénate (ion phénolate) 287 3,41 Hexane Éthoxybenzène 271 3,23 Éthano Aniline 284 3,27 Éthano Ion anilinium 254 2,18 Chlorobenzène 258 2,13 Absorption de composés aromatiques à groupements chromophores Composés λ max (nm) (nm) log ε solvant Styrène 245 4,18 Éthano Benzaldéhyde 241 4,15 Cyclohexa Acétophénone 243 4,12 Éthano Nitrobenzène 260 3,91 Éthano Les règles de SCOTT permettent de prévoir approximativement le λ max d absorption dans l éthanol des composés carbonylés aromatiques substitués :

47 spectroscopie ultraviolette Page 7 sur 7 Règles de SCOTT : Prévision de λ max des composés carbonylés aromatiques (dans l éthanol) Valeur à ajouter en nm En 2 En 3 En 4 Alkyle (ou reste de cycle) OH, OR Cl Br NH CO NR NH Lorsque deux substituants sont en para et que leur effet mésomère n est pas très différent, on peut ajouter les deux incréments. Voici quelques exmples et contreexemples (pour la bande B): substituant A substituant B λ calculé λ observé La spectroscopie U.V. est donc surtout intéressante pour étudier les systèmes conjugués et aromatiques, et vérifier par exemple la présence de tel ou tel substituant sur un noyau aromatique.

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 I. Domaines d étude de ces deux techniques. Thème : Analyse spectrale. Partie : Spectroscopie Cours 9 : Spectroscopie I.R et R.M.N http://actions.maisondelachimie.com/outils_pedagogiques.html I.R. :

Plus en détail

Spectroscopie infra-rouge

Spectroscopie infra-rouge Chimie organique 8 : Spectroscopie infra-rouge Jusqu au début du XX ème siècle, l identification de molécules organiques constituait un lourd travail. Les grosses molécules étaient d abord fragmentées

Plus en détail

TS II.3 Spectroscopie infrarouge Synthèse

TS II.3 Spectroscopie infrarouge Synthèse Spectroscopie infrarouge Sommaiire -I- Comment se présente un spectre IR? -----------------------------------2 -II- Quelles sont les informations apportées par un spectre IR? -----------------4 1. Spectre

Plus en détail

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Le domaine UV-visible s'étend environ de 800 à 10 nm. visible : 800 nm (rouge) - 400 nm (indigo) proche-uv : 400 nm - 200

Plus en détail

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE 1-Les Objectifs du chapitre. Ce que je dois connaître Définition de absorbance, transmittance, nombre d'onde. La loi de Beer-Lambert notions de déplacement chimique

Plus en détail

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR)

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) 1 Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Pour déterminer la formule développée d une molécule, on peut utiliser diverses méthodes : Des méthodes chimiques

Plus en détail

Spectres UV-visible IR

Spectres UV-visible IR Spectres UV-visible IR I. Molécules organiques VOIR TP II. Spectroscopie d absorption 1. Spectroscopie UV-visible a. Principe Dans un spectrophotomètre, on fait passer une radiation électromagnétique à

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE 1 CHAPITRE I SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Dans une molécule, les transitions électroniques ont lieu dans la région de l ultraviolet (400-10 nm environ) et du visible

Plus en détail

Chapitre 2 Chimie organique

Chapitre 2 Chimie organique Chapitre 2 Chimie organique Analyses spectroscopiques Plan du chapitre Objectifs du chapitre I. Analyse fonctionnelle organique 1. Principe des spectroscopies moléculaires d absorption a) Niveaux d énergie

Plus en détail

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie d absorption http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie Usage de la lumière pour mesurer une concentration Basée sur l absorption des radiations lumineuses L absorption

Plus en détail

Activité Cours : Spectrophotométrie Infrarouge

Activité Cours : Spectrophotométrie Infrarouge Activité Cours : Spectrophotométrie Infrarouge Objectifs : Connaître et appliquer les règles de nomenclature des composés en chimie organique. Associer un groupe caractéristique à une fonction dans le

Plus en détail

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie UV-Visible Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie d absorption UV-Visible I. Introduction. Spectroscopie : Etude

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: UV-visible Année universitaire 2003/2004 Sommaire. I. SPECTRE D EMISSION DE LA LAMPE

Plus en détail

I. Spectroscopie UV - visible

I. Spectroscopie UV - visible hap. A5 Spectres UV visible et I I. Spectroscopie UV - visible 1- ouleurs et solutions La lumière blanche contient toutes les radiations visibles dont les couleurs s'étendent du rouge au violet. - le vert

Plus en détail

Spectroscopie infrarouge

Spectroscopie infrarouge Spectroscopie infrarouge I Spectroscopies d absorption 1. Généralités Reposent sur les interactions entre la matière et la lumière absorption : excitation après absorption d un quanta d énergiehν transitions

Plus en détail

Chapitre 5 Analyse spectrale Spectroscopie UV Visible Et Spectroscopie infrarouge

Chapitre 5 Analyse spectrale Spectroscopie UV Visible Et Spectroscopie infrarouge Chapitre 5 Analyse spectrale Spectroscopie UV Visible Et Spectroscopie infrarouge Comment identifier la structure d une molécule à partir de ses différents spectres? Introduction : La spectroscopie est

Plus en détail

I- Spectres UV-visible

I- Spectres UV-visible Objectif : Comprendre comment l étude de spectre donne des informations sur les composés chimiques. I- Spectres UV-visible 1. Activité 1 p 88 Matériel : B : un spectrophotomètre et ses cuves ; une solution

Plus en détail

Spectroscopie infrarouge (IR)

Spectroscopie infrarouge (IR) Spectroscopie infrarouge (IR) ACTIVITES-Chapitre 13 Application de la spectroscopie IR à la détermination de diverses fonctions en chimie organique Compétence : Savoir exploiter des spectres IR pour extraire

Plus en détail

Spectroscopies. Chapitre 11.1 : spectroscopie infrarouge. Cours de chimie de première période de PCSI. Chapitre 11.2 : spectroscopie R.M.

Spectroscopies. Chapitre 11.1 : spectroscopie infrarouge. Cours de chimie de première période de PCSI. Chapitre 11.2 : spectroscopie R.M. Spectroscopies Chapitre 11.1 : spectroscopie infrarouge Chapitre 11.2 : spectroscopie R.M.N Cours de chimie de première période de PCSI 1 Aide à l élucidation des structures des molécules Le Plan du cours

Plus en détail

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible Introduction à la spectroscopie UV-Visible Article rédigé par Antoine Eloi (Professeur Agrégé de Chimie en Classes Préparatoires BCPST), édité par Nicolas Lévy (Responsable Editorial de CultureSciences-Chimie).

Plus en détail

Spectroscopie infrarouge

Spectroscopie infrarouge Page 1 sur 14 Spectroscopie infrarouge Les transitions énergétiques se font ici entre les niveaux d énergie de rotation des molécules ou entre leurs niveaux d énergie de vibration. Les transitions entre

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

Exercices d application

Exercices d application Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. tous les ; tous les b. deux c. remplacé d. électronégatif ; liaison e. moins f. donneur g. donneur ; accepteur h. donneur 2. QCM a. Addition.

Plus en détail

Complément - Chapitre 5 Spectroscopie

Complément - Chapitre 5 Spectroscopie Complément - Chapitre 5 Spectroscopie Spectroscopie dans l ultraviolet et le visible La région du visible du spectre électromagnétique correspond à la lumière dont les longueurs d onde varient environ

Plus en détail

Notions et contenus : Identification de liaisons à l aide du nombre d onde correspondant ; détermination des groupes.

Notions et contenus : Identification de liaisons à l aide du nombre d onde correspondant ; détermination des groupes. Thème : Analyse spectrale Infra-Rouge 1/16 Type de ressources : - Des pistes d activités - Des spectres IR illustrant les notions du programme Notions et contenus : Identification de liaisons à l aide

Plus en détail

Chapitre 15 Transformations en chimie organique

Chapitre 15 Transformations en chimie organique Chapitre 15 Transformations en chimie organique Manuel pages 303 à 320 Choix pédagogiques Le cours de ce premier chapitre présente tout d'abord la nomenclature des espèces chimiques polyfonctionnelles

Plus en détail

Séquence 2. Spectroscopies. Sommaire

Séquence 2. Spectroscopies. Sommaire Séquence 2 Spectroscopies Problématique L imagerie par résonance magnétique (IRM) est une technique utilisée dans le domaine médical permettant de reconstruire une image en 2 ou 3 dimensions de tissus

Plus en détail

APPLICATION DE LA SPECTROSCOPIE UV-VISIBLE

APPLICATION DE LA SPECTROSCOPIE UV-VISIBLE 1 HAPITRE II APPLIATIN DE LA SPETRSPIE UV-VISIBLE A -ANALYSE QUALITATIVE Le spectre UV ou visible ne permet pas l identification d un produit mais celle du groupement chromophore qu il contient. I HYDRARBURES

Plus en détail

SPECTROSCOPIES MOLECULAIRES : Spectres Electroniques et Spectres de Vibrations

SPECTROSCOPIES MOLECULAIRES : Spectres Electroniques et Spectres de Vibrations SPECTROSCOPIES MOLECULAIRES : Spectres Electroniques et Spectres de Vibrations Christian J. Ducauze, et Douglas N.Rutledge 1 SPECTROSCOPIES MOLECULAIRES : SPECTRES ELECTRONIQUES ET SPECTRES DE VIBRATIONS

Plus en détail

Correction des exercices TS2 2013 Chapitre 4 Spectroscopie IR

Correction des exercices TS2 2013 Chapitre 4 Spectroscopie IR Correction des exercices TS2 213 Chapitre 4 Spectroscopie IR Exercice n o 16 p. 15 Reconnaître des bandes d absorption 1. Hexan-2-ol : chaîne à six atomes de carbones, portant un groupement hydroxyle OH

Plus en détail

On se propose dans ce qui suit de rappeler quelques propriétés générales des acides -aminés et des peptides.

On se propose dans ce qui suit de rappeler quelques propriétés générales des acides -aminés et des peptides. Année 2003 / 2004 Les exercices 1, 2, 3 et 4 peuvent être traités indépendamment les uns des autres mais les résolutions de 2, 3 et 4 sont facilitées après avoir répondu à l exercice 1. L aspartame (A)

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Exercices supplémentaires en spectroscopie

Exercices supplémentaires en spectroscopie Exercices supplémentaires en spectroscopie 1 Exercices supplémentaires Question 1 Vous voulez faire une analyse multicomposants des trois produits suivants. 1- Sure le graphique qui suit, tracez de manière

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

SPECTROSCOPIE INFRAROUGE A TRANSFORMEE DE FOURIER (IRTF)

SPECTROSCOPIE INFRAROUGE A TRANSFORMEE DE FOURIER (IRTF) SPECTROSCOPIE INFRAROUGE A TRANSFORMEE DE FOURIER (IRTF) Introduction La Spectroscopie Infrarouge à Transformée de Fourier (ou FTIR : Fourier Transformed InfraRed spectroscopy) est basée sur l'absorption

Plus en détail

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures

SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE. Durée : 4 heures SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE CHIMIE Durée : 4 heures L usage des calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement,

Plus en détail

EXERCICE 1 : LES INTERFERENCES LUMINEUSES

EXERCICE 1 : LES INTERFERENCES LUMINEUSES TS 1-2-3 DS n 3 12 /12/2013 EXERCICE 1 : LES INTERFERENCES LUMINEUSES Un dispositif à fentes d Young est utilisé pour réaliser des interférences lumineuses à partir de la lumière rouge d un laser S du

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE

LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE Parmi les 12 critères de base définissant la "chimie verte" (green chemistry), énoncés en 1998 par deux chimistes, Paul Anastas et John C. Warner,

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV, VISIBLE ET IR

SPECTROMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV, VISIBLE ET IR SPECTROMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV, VISIBLE ET IR 1. Spectroscopie moléculaire d absorption 1.1 Aspect théorique a) Energie d une molécule La spectroscopie est une technique d analyse des molécules

Plus en détail

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale Analyse spectrale 1 Spectroscopie UV-visible 1.1 Présentation des spectres UV-visible La spectroscopie est l étude quantitative des interactions entre la lumière et la matière. Lorsque la lumière traverse

Plus en détail

Partiel n 1 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00)

Partiel n 1 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00) Partiel n 1 Techniques d Analyses Spectrale & Séparative (3h00) BON COURAGE ET BONNE ANNÉE À TOUTES ET À TOUS Documents non autorisés - Calculatrice autorisée Justifier les calculs Séparer calcul littéral

Plus en détail

Spectrophotométrie moléculaire

Spectrophotométrie moléculaire Spectrophotométrie moléculaire GÉNÉRALITÉS On part d une molécule et non pas d un atome. On prend comme exemple de molécule le formaldéhyde. Si on envoie un faisceau lumineux à travers cette molécule,

Plus en détail

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE Lycée International des Pontonniers Novembre 2015 I. Généralités 1. Spectre d absorption - Lorsqu elle traverse une substance autre que l air ou le vide, la lumière

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS

Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS 15.1 Les espèces absorbantes Afin d'observer une transition électronique soit dans l'uv soit dans le visible, il faut que la molécule possède des

Plus en détail

λ = 2.5-25 µm E = 48-4.6 kj mol -1 v = 1.2x10 14-1.2x10 13 Hz ṽ = 1/λ = 4000-400 cm -1

λ = 2.5-25 µm E = 48-4.6 kj mol -1 v = 1.2x10 14-1.2x10 13 Hz ṽ = 1/λ = 4000-400 cm -1 IR λ = 2.5-25 µm E = 48-4.6 kj mol -1 v = 1.2x10 14-1.2x10 13 Hz ṽ = 1/λ = 4000-400 cm -1 hv hv Base: transi1on entre des états de vibra1on (et rota1on) d une molécule par absorp1on de rayonnement infrarouge

Plus en détail

Chapitre 25 Sélectivité en chimie organique

Chapitre 25 Sélectivité en chimie organique Chapitre 25 Sélectivité en chimie organique Manuel pages 499 à 514 Choix pédagogiques Ce chapitre est lié au chapitre 24 sur la stratégie de synthèse qu il illustre dans le cas précis de la sélectivité.

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

Objectif 6 : Utiliser une technique spectroscopique pour identifier un groupe caractéristique dans une molécule. Spectroscopie Infrarouge

Objectif 6 : Utiliser une technique spectroscopique pour identifier un groupe caractéristique dans une molécule. Spectroscopie Infrarouge Objectif 6 : Utiliser une technique spectroscopique pour identifier un groupe caractéristique dans une molécule Spectroscopie Infrarouge La spectroscopie infrarouge permet d obtenir des informations concernant

Plus en détail

Résumé de cours : Spectres Infrarouge

Résumé de cours : Spectres Infrarouge Résumé de cours : Spectres Infrarouge I. Introduction : Le rayonnement infrarouge (IR), invisible à l œil nu, est situé dans domaine de longueur d onde supérieur à 800 nm. Lorsqu un échantillon est traversé

Plus en détail

Le CALCIN est du carbonate de calcium de formule CaCO 3

Le CALCIN est du carbonate de calcium de formule CaCO 3 1-L origine de l aspect ciré des fresques de Pompéi a) Quelle est le nom et la formule chimique du calcin qui se forme à la surface des fresques? Ecrire l équation-bilan de la formation de cette couche

Plus en détail

CHM 2520 Chimie organique II

CHM 2520 Chimie organique II M 2520 M 2520 himie organique II RMN et IR l étude de l interaction entre la matière et l absorbance, l émission ou la transmission de. utilisée pour déterminer la (e.g. en synthèse organique) infrarouge

Plus en détail

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision.

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision. Photométrie Nous allons voir dans ce chapitre comment les phénomènes d'émission et d'absorption de lumière par les atomes ou les molécules peuvent être utilisés pour le dosage de certaines solutions les

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Spectroscopie UV-VIS : Etude des systèmes π conjugués - Méthode de Hückel

Spectroscopie UV-VIS : Etude des systèmes π conjugués - Méthode de Hückel Spectroscopie UV-VIS : Etude des systèmes π conjugués - Méthode de Hückel Le but de ce TP, qui combine modélisation et spectroscopie UV-visible, est de montrer que : - la stabilité des molécules organiques

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SESSION 2013 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 3 L usage de

Plus en détail

Sous-thèmes : Dosages par titrage. Autour du lait

Sous-thèmes : Dosages par titrage. Autour du lait Classe : 1 ère STL Enseignement : Physique et chimie en laboratoire THEMES du programme : Analyse physico-chimiques Chimie : enjeux sociétaux, économique et environnementaux Sous-thèmes : Dosages par titrage

Plus en détail

Observer TP Analyse spectrale ANALYSE SPECTRALE

Observer TP Analyse spectrale ANALYSE SPECTRALE OBJECTIFS ANALYSE SPECTRALE Préparation d une solution par dilution, réalisation d un spectre uv- visible et interprétation Utilisation des spectres IR I ) SPECTRE UV-VISIBLE Cette spectroscopie fait intervenir

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES. Les tables et calculatrices réglementaires sont autorisées.

SCIENCES PHYSIQUES. Les tables et calculatrices réglementaires sont autorisées. UNIVERSITÉ CHEIKH NT DIOP DE DKR /5 6 G 8 Durée : heures OFFICE DU BCCLURET Séries : S-S3 Coef. 8 Téléfax () 8 65 8 - Tél. : 8 95 9-8 65 8 Epreuve du er groupe SCIENCES PHYSIQUES Les tables et calculatrices

Plus en détail

2. Spectrophotométrie moléculaire appliquée aux biomolécules

2. Spectrophotométrie moléculaire appliquée aux biomolécules 2. Spectrophotométrie moléculaire appliquée aux biomolécules Spectrophotométrie d absorption UV-vis Fluorimétrie Spectroscopie infrarouge 61 2.1 Principes de la spectrophotométrie d absorption UV-vis La

Plus en détail

Chapitre 6: PROPRIETES DES LIAISONS CHIMIQUES LES REACTIFS ET REACTIONS EN CHIMIE ORGANIQUE

Chapitre 6: PROPRIETES DES LIAISONS CHIMIQUES LES REACTIFS ET REACTIONS EN CHIMIE ORGANIQUE UNIVERSITE DES ANTILLES Faculté de médecine ours de Mr PELMARD Robert rpelmard@univag.fr Les cours seront complétés par la suite. hapitre 6: PRPRIETES DES LIAISNS IMIQUES LES REATIFS ET REATINS EN IMIE

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de sciences physiques et chimiques

Plus en détail

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009 Chimie Physique III Spectroscopie électroniques et vibrationnelles du benzène Daniel Abegg Nicolas Calo Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 6 Groupe 3 3 juin 29 Question Spectre

Plus en détail

AP7 SPECTROSCOPIE UV-VISIBLE :

AP7 SPECTROSCOPIE UV-VISIBLE : P7 SPETROSOPIE UV-VISILE : Données : Spectre de la lumière blanche : (ci-contre) ercle chromatique : (ci-contre) Deux couleurs diamétralement opposées sont complémentaires. Loi de eer-lambert : Soit une

Plus en détail

Chromatographie liquide haute performance (CHLP)

Chromatographie liquide haute performance (CHLP) Chromatographie liquide haute performance (CHLP) La chromatographie liquide haute performance (CHLP en français, HPLC en anglais) est une technique analytique très générale d emploi. Elle correspond à

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Exemples de spectres IR

Exemples de spectres IR Exemples de spectres IR Cours Spectroscopie IR/RMN Damien Jeannerat damien.jeannerat@chiorg.unige.ch Assistant Bruno Vitorge bruno.vitorge@chiorg.unige.ch Spectre complet des ondes electromagnétiques Exemples

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Spectrométrie d absorption UV-Visible

Spectrométrie d absorption UV-Visible Ch 3 : Domaine spectral 190 à 900 nm Méthode d analyse moléculaire UV : 200 à 400nm : 598 à 299 kj/mol Vis : 400 à 700 nm : 299 à 170 kj/mol Liaison C-C rompue à 350 kj/mol Ce type de ryt transporte une

Plus en détail

Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires

Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires PC Marcelin Berthelot Devoir surveillé 2 12 octobre 2013 : Chimie des solutions Chimie organique PCSI Diagrammes binaires Devoirs 1. Diagramme binaire solide-liquide or-argent (CCP 2013) Le diagramme binaire

Plus en détail

Comment les chimistes utilisent les ondes pour caractériser des atomes, des molécules?

Comment les chimistes utilisent les ondes pour caractériser des atomes, des molécules? Terminale S Partie a : bserver : ndes et matière. Chapitre 2 : Comment à partir de l étude d ondes peut-on identifier des molécules? Comment les chimistes utilisent les ondes pour caractériser des atomes,

Plus en détail

Autoévaluation par compétences. Vérifier son cours. Savoirs Niveaux électroniques, vibrationnels, rotationnels, de spin nucléaire.

Autoévaluation par compétences. Vérifier son cours. Savoirs Niveaux électroniques, vibrationnels, rotationnels, de spin nucléaire. Autoévaluation par compétences En analysant la manière dont vous avez traité ces exercices, et les réponses apportées pendant les séances de T.D. à vos questions, remplissez le bilan de compétences ci-dessous.

Plus en détail

Optique géométrique et physique

Optique géométrique et physique J.Hormière / 2 Optique géométrique et physique I Un objectif de distance focale f 320 mm est constitué par un doublet (L, L 2 ) de formule 8, 5, 4 (f 8a, e 5a, f 2 4a). La lumière rencontre d abord la

Plus en détail

Exercices d application

Exercices d application Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. topologique ; ligne brisée b. double c. hydroxyle d. amines e. longueur d'onde ; coefficient 2. QCM a. 3-méthylbutan-2-one. b. Carbonyle.

Plus en détail

Chapitre n 8 : ENANTIOMERIE ET DIASTEREO-ISOMERIE

Chapitre n 8 : ENANTIOMERIE ET DIASTEREO-ISOMERIE Chimie - 7 ème année - Ecole Européenne Chapitre n 8 : ENANTIOMERIE ET DIASTEREO-ISOMERIE I) Rappels sur les hydrocarbures : 1) Les alcanes et le carbone tétragonal : a) Carbone tétragonal : Le carbone

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Spectroscopies. Formation : Nouveau programme de sciences physiques de Terminale S. Corse, avril 2012. Joël Meillier

Spectroscopies. Formation : Nouveau programme de sciences physiques de Terminale S. Corse, avril 2012. Joël Meillier Formation : Nouveau programme de sciences physiques de Terminale S Spectroscopies Corse, avril 2012 Joël Meillier joel.meillier page 1 / 69 Nouveau programme T le S joel.meillier page 2 / 69 Nouveau programme

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures ÉCOE POYTECHNIQUE Promotion 2009 CONTRÔE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 undi 12 juillet 2010, durée : 2 heures Documents autorisés : cours, recueil de problèmes, copies des diapositives, notes de PC Indiquer

Plus en détail

Comprendre la spectroscopie infrarouge : principes et mise en œuvre

Comprendre la spectroscopie infrarouge : principes et mise en œuvre 68 DÉCOUVRIR Comprendre la spectroscopie infrarouge : principes et mise en œuvre Les vibrations moléculaires sont à l'origine de l'absorption du rayonnement infrarouge (IR) par la matière, car les niveaux

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

Spectroscopie UV - visible

Spectroscopie UV - visible Spectroscopie UV - visible ACTIVITES 6 Activité de découverte 2 : Spectre et couleur Le «vert malachite» est un colorant organique de synthèse. La teinte de ses solutions (document 1) ressemble à celle

Plus en détail

Document 2 : radar Doppler météorologique

Document 2 : radar Doppler météorologique EXERCICE I : Comment prévoir la météo, faire de la musique, calculer l âge de l univers et caractériser des planètes grâce à l EFFET DOPPLER 12 points Document 1 : l effet Doppler Document 2 : radar Doppler

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

Spectroscopie dans l infrarouge

Spectroscopie dans l infrarouge Spectroscopie dans l infrarouge par Michel DALIBART Docteur ès sciences Docteur d État ès sciences Maître de conférences Laboratoire de physico-chimie moléculaire (UMR 5803), Bordeaux Responsable du centre

Plus en détail

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT EXP Spectroscopie UV-Visible CORRIGE Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Problématique : Un sirop

Plus en détail

40 mg ---------------> 1 kg? mg----------------> 80 kg

40 mg ---------------> 1 kg? mg----------------> 80 kg BACCALAUREAT BLANC SESSION 2016 Série ST2S CORRIGE UREE E L EPREUVE : 2h Coefficient 3 EXERCICE I Aspartame et acides aminés 6 points Un médecin évoque le régime alimentaire de son patient. 1. L aspartame

Plus en détail

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien I. Etude de quelques sources de lumière Objectif : - Obtenir expérimentalement les spectres de quelques sources de lumière, et

Plus en détail

I. Spectroscopie UV-visible

I. Spectroscopie UV-visible CHAPITRE N 8 PARTIE A SPECTRE UV-VISIBLE ET SPECTRE INFRAROUGE TS I. Spectroscopie UV-visible 1. Introduction à la spectroscopie La spectroscopie est une technique d analyse de la matière basée sur l étude

Plus en détail

Épreuve de CHIMIE MOLÉCULAIRE

Épreuve de CHIMIE MOLÉCULAIRE 2C3 142 Ecole Normale Supérieure de Cachan Second concours Admission en Cycle Master CHIMIE Session 2013 Épreuve de CHIMIE MOLÉCULAIRE Durée : 5 heures «Aucun document n est autorisé» «Aucun dictionnaire

Plus en détail

Techniques d analyses d œuvres d art

Techniques d analyses d œuvres d art Rappels : Pour espérer réussir à faire une conversion il est indispensable de connaître le tableau de multiples et sous multiples suivant : Gm Mm km m mm µm nm Pour convertir des centimètres en kilomètres,

Plus en détail

Soutien TS, séance n o 3 du 18 octobre 2011 Cinétique chimique. Exercice I Fermentation dans le vin

Soutien TS, séance n o 3 du 18 octobre 2011 Cinétique chimique. Exercice I Fermentation dans le vin Soutien TS, séance n o 3 du 18 octobre 011 Cinétique chimique Exercice I Fermentation dans le vin «Le vin est une boisson provenant exclusivement de la fermentation du raison frais ou du jus de raison

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 003-004 1 1 Objectifs Le but de cette

Plus en détail

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés Nous allons voir ici différentes expériences où l utilisation d un spectromètre à CCD permet de réaliser des

Plus en détail