I-Présentation de la Direction Nationale des Assurances

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I-Présentation de la Direction Nationale des Assurances"

Transcription

1 I-Présentation de la Direction Nationale des Assurances 1- Organisation La Direction Nationale des Assurances du Gabon est organisée par le décret 414/PR/MFEBPP du 16 avril 1999, pris en application du traité CIMA instituant une organisation intégrée de l industrie des assurances des Etats africains, lui-même ratifié par la loi n 14/93 du 23 aout 1993, comprend quatre (04) services : le service de l Administration Générale ; le service Contrôle ; le service Sinistres et Contentieux ; le service Risques Spéciaux. Dans le cadre de l exécution de ses attributions, elle subit l influence des dispositions prescrites à l annexe II du Traité de la Conférence Interafricaine des Marchés d Assurances (CIMA) qui énonce les attributions des Directions Nationales des Assurances et pour lesquelles elle utilise des contrôleurs des assurés. 2- Missions Organisées par les Etats membres de la CIMA, les Directions Nationales des Assurances servent de relais à l action de la Commission Régionale de Contrôle des Assurances (CRCA) organe de régulation de la CIMA. A cet effet, elles assurent notamment : La sauvegarde des intérêts des assurés et bénéficiaires des contrats d assurance et de capitalisation. Cette mission se matérialise par : - L étude des contrats destinés au public ; - Le suivi du déroulement des litiges nés sur le marché entre assureurs d une part et entre assureurs et assurés d autre part. La protection de l épargne détenue par les compagnies en contrepartie des provisions techniques ; Le rôle d expert et de conseil en matière d assurance auprès des autorités nationales ; La surveillance générale du marché des assurances :

2 Tout auteur du marché gabonais des assurances est tenu au respect de la réglementation en vigueur dans la zone CIMA d où l efficacité des contrôles techniques effectués aussi bien par la CIMA que par la DNA. La pré-étude des dossiers de demande d agrément pour les compagnies d assurance ; Le contrôle sur les experts techniques qui concourent à l évaluation es sinistres et à la bonne exécution des contrats : Enfin, les Directions Nationales des Assurances autorisent l exercice de la profession d intermédiaire et assurent le respect des règles de qualification professionnelle et de solvabilité qui s imposent à cette profession. 3- Organigramme (voir annexe) II-les assurances obligatoires au Gabon 1- L assurance Responsabilité Civile Automobile Elle est effective au Gabon depuis la loi du 06 juin 1962 et le décret n 147 du 24 avril Objet : elle oblige toute personne physique ou morale dont la responsabilité peut être encouragée du fait de l utilisation d un véhicule terrestre à moteur à souscrire un contrat d assurance. Véhicules assujettis : il s agit de tous les véhicules terrestres à moteur pouvant transporter des personnes ou des choses. Sont concernés : les voitures, camions, autocars, motos, vélomoteurs, cyclomoteurs, tracteurs, engins de chantiers, engins agricoles, remorques et semi-remorques. Contenu de la garantie : l obligation d assurance concerne la garantie de la responsabilité civile pour les dommages corporels et matériels causés à autrui. 2- L assurance Responsabilité Civile des architectes Certains corps de métiers, du fait de la délicatesse de l exécution des tâches y relatives et de leurs possibles conséquences sur le patrimoine ou l intégrité physique d autrui doivent obligatoirement souscrire un contrat d assurance Responsabilité Civile Professionnelle. C est le cas des architectes depuis le décret n 1071/PR/MTPC du 30 novembre

3 3- L obligation d assurance des risques de la construction des chantiers publics Elle est instituée par l arrêté 00062/MEFBP/CAB/DNA du 19 mai Objet : Toute société choisie pour la construction sur un chantier de l Etat est tenue de souscrire une assurance destinée à couvrir les dommages (corporels, matériels et immatériels) causés au tiers, même résultant d un vice du sol, qui compromettent la solidité de l ouvrage ou qui, l affectant dans l un de ses éléments constitutifs ou l un de ses éléments d équipements, le rende impropre à sa destination. Contenu : Ladite assurance comprend les garanties suivantes : La garantie décennale ; La garantie biennale, La garantie de parfait achèvement. Personnes assujetties : Les sociétés de bâtiments de travaux publics ; Ceux qui concourent à la maitrise d œuvre ; Les personnes assimilées aux constructeurs ; Les fabricants de composants. 4- La Carte Rose CEMAC La carte internationale d assurance de responsabilité civile automobile de la Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale est un instrument d intégration sous régionale. Facilitateur des procédures de règlement des sinistres intercommunautaire, elle permet à tout conducteur se rendant dans un ou plusieurs pays membres de la CEMAC d être convenablement assuré dans le pays de destination. Pour une plus grande efficacité desdites procédures, un bureau national de la Carte Rose CEMAC a été créé dans chaque Etat membre. C est l arrêté n /MFEBPP/CAB/DNA du 26 janvier 1999 qui crée le bureau national du Gabon. En cas de sinistre survenu dans le pays de destination, c est le bureau national de la Carte Rose dudit pays qui est saisi. La Carte Rose CEMAC coute deux milles (2000) francs CFA et est vendu en même temps que l attestation d assurance automobile. 3

4 III-Présentation du marché gabonais des assurances Le marché Gabonais est constitué de neuf (09) Compagnies et d une trentaine de courtiers et agents généraux. Les 09 compagnies se repartissent en 05 IARDT, 03 en Vie et 01 de réassurances. Indépendamment du chiffre d affaires de la société de réassurances, le marché a réalisé au 31décembre 2013 un chiffre d affaires global de FCFA. (voir annexe) IV -Les statistiques Synthèse des statistiques du marché gabonais de l assurance (Au 31 Décembre 2013) LES ENTREPRISES DU MARCHE Secteur d activité Nombre de compagnies Sociétés Vie 3 Sociétés Non Vie 5 Réassurances 1 Total 9 Le marché gabonais des assurances comprend 9 sociétés dont : 3 sociétés vie (Ogar vie, Nsia-vie, Sunu Assurance vie Gabon), 5 sociétés non-vie (Ogar, Nsia, Assinco, Axa, Saham) et 1 société de Réassurance (SCG-Ré) créée en

5 LE RESEAU D INTERMEDIAIRES Secteur d activité Nombre de compagnies Coutiers 19 Agents généraux 4 Total 23 Au nombre des intermédiaires, il renferme 23 dont : 19 exercent l activité de courtage en assurance et 4 sont constitués en agent généraux. LE CHIFFRE D AFFAIRES GLOBAL Le chiffre d affaires réalisé par l ensemble des compagnies d assurance atteint millions de francs CFA en 2013 contre millions de francs CFA en 2012, soit un taux de croissance de 15%. La contribution de chaque branche à la réalisation du chiffre d affaires peut se comprendre à travers le tableau suivant : compagnies Montants (en millions de FCFA) part branche vie % Branche non vie % total % Ce tableau montre clairement la prédominance des produits non vie dans le secteur des assurances au Gabon (84%). Le faible taux enregistré par la branche vie (16%) traduit le faible niveau de vie d une large partie de la population d une part, et d autres parts, l absence d une culture de l assurance. 5

6 L E CHIFFRE D AFFAIRE DES COMPAGNIES NON-VIE compagnies Ogar Axa Nsia Saham Assinco Total chiffres d'affaires en millions de FCFA part de chaque compagnie % 16% 19% 19% 17% 100% Dans la branche non-vie, la compagnie Ogar occupe la première place avec millions de FCFA, soit 29% de l ensemble des émissions de la branche ; Elle est suivie respectivement de Nsia et Colina avec millions de FCFA et millions de FCFA. L E CHIFFRE D AFFAIRE DES COMPAGNIES VIE compagnies Ogar vie Nsia-vie Sunu Assurance vie Gabon Total chiffres d'affaires en millions de FCFA part de chaque compagnie 54% 6% 40% 100% Dans la branche vie, la compagnie Ogar-vie occupe la première place avec millions de FCFA, soit 54 % de l ensemble des émission de la branche ; Elle est suivie de UAG avec millions de FCFA. Nsia-vie occupe le dernier rang avec 1030 millions de FCFA.. 6

7 EVOLUTION DU CHIFFRE D AFFAIRES DES TROIS DERNIERES ANNEES Exercice 2011 Exercice 2012 Exercice 2013 Montant (en Evolution (en %) Montant (en Evolution Montant (en Evolution millions F. millions F. CFA) (en %) millions F. (en %) CFA) CFA) % ,19% LA PROTECTION SOCIALE. Sur l ensemble du marché, le montant des prestations servies au cour de l exercice 2013 s élève à en 2013, contre FCFA en Soit une hausse de 41%. Prestations versées en millions de FCFA Montants 2013 Montant 2012 évolutions Sociétés Non Vie % Sociétés Vie % Total % 7

8 En 2013, les prestations payées au titre de la branche non vie s élève à millions de FCFA. La catégorie «accidents corporels et maladie» est la plus sinistrée avec des prestations s élevant à millions de FCFA. Il représente 30% du montant total des sinistres payés. La catégorie Automobile vient en seconde position avec un montant de 5968 millions de FCFA de sinistres payés au cours de la même année En assurance Vie, le montant total des prestations servies au cours de l exercice 2013 s élève à 6932 millions de FCFA, soit une hausse de 1296 millions de FCFA par rapport à l ex ercice précédent. effectif du personnel des sociétés d assurance en 2013 SOCETES Personnel de direction et cadres Agents de maîtrise Agents d exécution Autres producteurs salariés dans le pays Autres producteurs salariés à l étranger ENSEMBLE OGAR ASSINCO AXA COLINA NSIA GABON NC NC NC NC NC NC Effectif des sociétés non vie OGAR Vie UAG Vie NSIA Vie Effectif des sociétés vie Effectif total

9 En terme de création d emplois, les sociétés d assurances participent à la réduction du chômage au gabon, avec près de 397 emplois générés en CONTRIBUTION DU SECT EUR AU FINACEMENT DE L ECONOMIE NATIONALE Les entreprises d assurance sont des investisseurs institutionnels. En amont, elles collectent l épargne des ménages et des entreprises à partir des primes ou cotisations payées par ces derniers en vu de garantir l intégr ité de leur patrimoine et de se prémunir contre certains risques liés à la vie humaine. En aval, et par le jeu de la technique d assurance, une large partie de primes collectée est transformée en provisions techniques et autres engagements réglementés qui confèrent aux sociétés d assurance la puissance financière pour pouvoir investir dans divers canaux de l économie. En effet, Les compagnies d assurance doivent, à tout moment, être en mesure d honorer leurs engagements envers les assurés et bénéficiaires de contrats en se conformant aux exigences suivantes : a- Constituer des provisions techniques ; b- Couverture de ces provisions techniques et des autres engagements réglementés par des actifs équivalents remplissant les critères de sécurité, de rentabilité et de liquidité ; c- Disposer d une marge de solvabilité financée par les fonds propres et qui est fonction du niveau des cotisations ou des engagements. Le tableau suivant nous donne un état des provisions techniques et autres engagements réglementés constitués par les sociétés d assurance en

10 I - MONTANT DES ENGAGEMENTS REGLEMENTES: Provisions pour risques en cours Provisions pour sinistres à payer... Provisions mathématiques... Autres provisions techniques... Autres engagements réglementés... TOTAL DES ENGAGEMENTS REGLEMENTES En 2013,le total des provisions techniques et autres engagements réglementés constitués par le marché s élève à millions de F CFA dont millions par les entreprises d assurance dommages et millions de F CFA par les entreprise d assurance vie. Ces sommes ont été investies dans l économie nationale par l acquisition de divers actifs qui figurent au bilan des sociétés d assurance 10

11 Le tableau suivant donne la composition du portefeuille d actifs des sociétés d assurance : Actifs Montants - Obligations et autres valeurs d'etat Obligations des organismes internationaux Obligations des institutions financières Autres obligations Actions cotées Action des entreprises d'assurance Actions et obligations des sociétés commerciales Actions des sociétés d'investissement Droits réels immobiliers total investissements Le tableau montre qu en 2013, le niveau des investissements détenus par les compagnies d assurance s élève à millions de FCFA. Ce qui traduit une participation modeste du secteur à l économie Nationale. Outre l acquisition des actifs, les fonds collectés par les sociétés d assurance participent à l accroissement de l épargne nationale. En effet, les sociétés d assurances placent une importante liquidité auprès des établissements bancaires comme le montre le tableau ci-après. 11

12 contribution à l'épargne nationale Montant - Prêts garantis Prêts hypothécaires Autres prêts Dépôts en banque total En somme, il est clairement établi que le secteur des assurances au gabon participe au développement économique du pays. Et pour mieux mesurer le niveau de sa contribution, il est important de le rapporter au PIB du pays suivant le tableau ci-après : Chiffre d'affaires (en millions de FCFA) PIB (en Assurance Assurance Total millions de FCFA) Vie dommages dom.+ vie Taux de pénétration 0,31% 1,66% 1,97% Aussi en 2013, la production globale du secteur de l assurance, d un montant de millions de francs CFA, représente 1,97% du PIB. 12

13 V-Procédure d obtention d un agrément 1- L agrément des intermédiaires d assurance a- Les courtiers L agrément est délivré par le Ministre en charge du secteur des assurances après examen du dossier par les techniciens de la Direction Nationale des Assurances. Les éléments constitutifs d un dossier de demande d autorisation d exercer le courtage d assurance (voir annexe) b- les agents généraux L agent général jouit de l agrément de la société avec laquelle il travaille. Cette dernière introduit seulement auprès de la DNA une demande d approbation pour son général. 2- L agrément des compagnies d assurance : L agrément est délivré par la commission régionale de contrôle des assurances après une pré-étude du dossier effectuée par la DNA. Les éléments constitutifs du dossier sont listés dans l article 328 p149 du code CIMA. VI-Les grandes reformes 1. l article 13 (voir annexe) 2. la reforme sur les procédures d indemnisation des préjudices corporels (voir annexe) 3. la micro-assurance : Elle est régie par le livre 7 du code CIMA Objet : La micro-assurance est un mécanisme d assurance destiné à la protection des populations à faibles revenus contre des risques spécifiques. Caractéristiques : Elle est caractérisée par : la faiblesse des primes et/ou des capitaux assurés. La simplicité des couvertures, des formalités de souscription, de gestion des contrats, de déclaration de sinistres et d indemnisation des victimes. 13

14 Produits proposés au Gabon : Deux assureurs traditionnels OGAR-VIE et NSIA VIE Gabon proposent la garantie décès emprunteur à deux institutions de micro-finance ; Finam et Express-Union. VII- Etudes 1. Assurance Maladie Complémentaire-CNAMGS (voir annexe) 2. Projet de textes (voir annexe) VIII- Perspectives 1. Les grands chantiers d assurances aujourd hui (voir annexe) 2. La mise en place du Fond de Garantie Automobile (voir annexe) 14

SOMMAIRE. Introduction...2. 1/ Le fonctionnement du régime d assurance automobile du Comesa (carte jaune)..3

SOMMAIRE. Introduction...2. 1/ Le fonctionnement du régime d assurance automobile du Comesa (carte jaune)..3 1 SOMMAIRE Introduction...2 1/ Le fonctionnement du régime d assurance automobile du Comesa (carte jaune)..3 1-1/ Les principales caractéristiques de la carte jaune.3 1-2/ Le cadre juridique de la carte

Plus en détail

GUIDE DE L INVESTISSEUR EN ASSURANCE

GUIDE DE L INVESTISSEUR EN ASSURANCE MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE GUIDE DE L INVESTISSEUR EN

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Note de conjoncture du marché des assurances 1 er trimestre 2015

Note de conjoncture du marché des assurances 1 er trimestre 2015 Note de conjoncture du marché des assurances 1 er trimestre 2015 PRODUCTION DU 1 er TRIMESTRE 2015 : EVOLUTION DE LA PRODUCTION : Le chiffre d affaires réalisé par le secteur des assurances (y compris

Plus en détail

SOMMAIRE L opération d assurance Les parties au contrat La conclusion du contrat La vie du contrat Le risque assuré Le règlement du sinistre

SOMMAIRE L opération d assurance Les parties au contrat La conclusion du contrat La vie du contrat Le risque assuré Le règlement du sinistre SOMMAIRE L opération d assurance Fiche 1 La technique d assurance... 4 Fiche 2 Classification des assurances... 6 Fiche 3 La réglementation du contrat d assurance... 8 Fiche 4 Caractères du contrat d assurance...

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014

DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014 Atelier de dissémination des données du marché de l assurance au titre de l exercice 2014 et échanges sur les problèmes du secteur DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014 Présenté par: Urbain

Plus en détail

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN EN PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances SOMMAIRE Introduction Formation du chiffre d affaires du marché Total bilan en constante progression

Plus en détail

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC République Démocratique du Congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC Kinshasa,

Plus en détail

LA CONVENTION MULTILATERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA CIPRES

LA CONVENTION MULTILATERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA CIPRES Projet «Appui et conseil aux Administrations Publiques Africaines responsables des initiatives sur la Migration et le Développement dans la route migratoire de l Afrique de l Ouest» ATELIER DE PLAIDOYER

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana - Fahafahana - Fandrosoana. LOI n 99-013 Portant Code des Assurances applicable à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana - Fahafahana - Fandrosoana. LOI n 99-013 Portant Code des Assurances applicable à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS ASSEMBLEE NATIONALE Antenimieram-pirenena REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana - Fahafahana - Fandrosoana LOI n 99-013 Portant Code des Assurances applicable à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS La législation

Plus en détail

C120 : Les rudiments de l appréciation du risque

C120 : Les rudiments de l appréciation du risque Spécimen de questionnaire d examen C120 : Les rudiments de l appréciation du risque IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen,

Plus en détail

Le Marché Tunisien des Assurances en. Tunisian Insurance

Le Marché Tunisien des Assurances en. Tunisian Insurance Le Marché Tunisien des Assurances en 2 1 1 Tunisian Insurance M a r k e t i n 2 1 1 Le Marché Tunisien des Assurances en 211 SOMMAIRE Introduction I - L environnement économique... 6 II - Le marché tunisien

Plus en détail

Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique

Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique La mobilisation de l épargne Séssion B1- Les enjeux de l assurance : CONSTAT SUR L ÉTAT DU MARCHÉ DES ASSURANCES TUNISIEN Par Lamia

Plus en détail

GARANTIE DOMMAGES AUX EXISTANTS CONSECUTIFS A DES TRAVAUX

GARANTIE DOMMAGES AUX EXISTANTS CONSECUTIFS A DES TRAVAUX 1/5 GARANTIE DOMMAGES AUX EXISTANTS CONSECUTIFS A DES TRAVAUX Convention entre l Etat, les assureurs et les maîtres d ouvrage Entre Le ministre de l économie, des finances et de l industrie : Direction

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA

OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA LES HOMMES LA GOUVERNANCE LES OUTILS GESTION L ALM PILOTAGE

Plus en détail

L assurance construction

L assurance construction GUIDE PRATIQUE DROIT & CONSTRUCTION L assurance construction Mieux comprendre le système de l assurance construction François-Xavier AJACCIO SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : L obligation d assurance : présentation

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA I. PROPLEMATIQUE -------------------------------- Lorsqu une entreprise souhaite commercialiser un nouveau produit ou

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Assurance dommages Institutions d assurance dommages

Plus en détail

Décision n 11-DCC-186 du 14 décembre 2011 relative à l affiliation de la Mutuelle Civile de la Défense à l union mutualiste de groupe Istya

Décision n 11-DCC-186 du 14 décembre 2011 relative à l affiliation de la Mutuelle Civile de la Défense à l union mutualiste de groupe Istya RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-186 du 14 décembre 2011 relative à l affiliation de la Mutuelle Civile de la Défense à l union mutualiste de groupe Istya L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE

PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE DOSSIER DE PRESSE PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE SOMMAIRE I. Dispositifs en faveur de l investissement des ménages : Description des dispositifs o Le Prêt d Accès à la Propriété

Plus en détail

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE 13.10.2011 Journal officiel de l Union européenne C 302/3 COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE DÉCISION DU COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE du 21 septembre 2011 relative à la fourniture et à la collecte

Plus en détail

Burkina Faso. Code de l urbanisme et de la construction

Burkina Faso. Code de l urbanisme et de la construction Code de l urbanisme et de la construction Loi n 017-2006 du 18 mai 2006 Titre 1 - Des dispositions générales Chapitre 1 - De l objet et du champ d application Art.1.- La présente loi institue le code de

Plus en détail

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 O B J E T : - Commentaire des dispositions

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 246 24 décembre 2015. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 246 24 décembre 2015. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 5999 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 246 24 décembre 2015 S o m m a i r e Résolution et liquidation

Plus en détail

SEMINAIRE DU 2 OCTOBRE 2007 ASSURANCE CONTRUCTION

SEMINAIRE DU 2 OCTOBRE 2007 ASSURANCE CONTRUCTION SEMINAIRE DU 2 OCTOBRE 2007 ASSURANCE CONTRUCTION Séminaire construction 02.10.07-2 Séminaire du 2 octobre 2007 1- Les fondements du régime de la responsabilité décennale et de l assurance construction

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE

NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE Novembre 2013 I. INTRODUCTION : L obligation d assurance automobile, apparue en 1958 -durant l ère coloniale-, a été reconduite après l indépendance. C est en 1974 que le législateur

Plus en détail

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE. l assurance sociale comprend les régimes légaux d assurance maladie et pensions.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE. l assurance sociale comprend les régimes légaux d assurance maladie et pensions. RÉPUBLIQUE TCHÈQUE Nomenclature SCC Contribution compensatoire de l Etat (State Compensation Contribution) Unité monétaire Les dépenses sociales sont exprimées en millions de couronnes tchèques (CZK).

Plus en détail

CCPMA PRÉVOYANCE RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 %

CCPMA PRÉVOYANCE RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 % Épargne RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 % CHIFFRES CLÉS DU GROUPE AGRICA 1,4 million 157 400 786 400 de cotisants entreprises adhérentes retraités Sommaire 04 05 06 AGRICA,

Plus en détail

Qui nous sommes. Ce que nous pouvons faire. Et ce que nous vous offrons.

Qui nous sommes. Ce que nous pouvons faire. Et ce que nous vous offrons. Qui nous sommes. Ce que nous pouvons faire. Et ce que nous vous offrons. Portrait Qui nous sommes. Votre profession est notre métier. Sous l appellation «Assurance des métiers Suisse» (AMS), nous sommes

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Louvain-la-Neuve, le 27 mars 2009, 16h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET PROFITABILITÉ : BSB TIENT SES PROMESSES! La croissance de la société s est

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Prestations et frais 2011 2012 18 844,27 20 134,74 Prestations et frais payés 2011 2012 13 638,83 15 176,05

Prestations et frais 2011 2012 18 844,27 20 134,74 Prestations et frais payés 2011 2012 13 638,83 15 176,05 ROYAUME DU MAROC Direction des assurances et de la prévoyance sociale DOMOF/SSTAT / Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2012 Mai 2013 Le montant des émissions a atteint, en 2012,

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international -Loi n94-42 du 7 mars 1994, fixant le régime applicable à l exercice des activités

Plus en détail

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CONFERENCE I N T E R A F R I C A I N E D E S M A R C H E S D A S S U R A N C E S C O N S E I L D E S M I N I S T R E S D E S A S S U R A N C E S REGLEMENT N /CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT

Plus en détail

LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par Paulin DAKO

LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par Paulin DAKO LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN Présenté par Paulin DAKO PLAN 1. Introduction 2. Problèmes constatés par la Direction des Assurances 3. Solutions à envisager 4. Que retenir? 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Mercredi 2 mars 2016 Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Chiffre d affaires consolidé de 798,0 M, en progression de 4,1 % en publié et 4,6 % en

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Le présent projet de loi s inscrit dans le cadre des mesures d accompagnement de la nouvelle stratégie agricole baptisée «Plan Maroc Vert», qui a pour vocation d imprimer au secteur

Plus en détail

CONVENTION DE FINANCEMENT N../AMADER/DG/DAF POUR L ELECTRIFICATION DE LA. (Projet Energie Domestique et Accès Universel aux Services de Base)

CONVENTION DE FINANCEMENT N../AMADER/DG/DAF POUR L ELECTRIFICATION DE LA. (Projet Energie Domestique et Accès Universel aux Services de Base) Crédit IDA N 3828 MLI CONVENTION DE FINANCEMENT N../AMADER/DG/DAF POUR L ELECTRIFICATION DE LA (Projet Energie Domestique et Accès Universel aux Services de Base) Entre : L Agence Malienne pour le Développement

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE

LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE LE GUIDE DU FUTUR PROPRIETAIRE Vous Conseiller Le Financement L Accompagnement Le Marché Un contexte économique et sociale fragile Le constat actuel pour les primo accédant, et notamment les jeunes ménages

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE & PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE EXPLOITATION TOUTES ACTIVITES

FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE & PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE EXPLOITATION TOUTES ACTIVITES FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE & PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE EXPLOITATION TOUTES ACTIVITES UI - LE PROPOSANT 1 Nom ( ou raison sociale ) et forme juridique. 2 Adresse 3 Secteur professionnelle

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

Formulaire de souscription pour l assurance combinée de la responsabilité civile professionnelle

Formulaire de souscription pour l assurance combinée de la responsabilité civile professionnelle 1 Formulaire de souscription pour l assurance combinée de la responsabilité civile professionnelle Intermédiation en assurances et la distribution d'assurances & Intermédiation en services bancaires et

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

Calendrier des alternances Année 2013/2014

Calendrier des alternances Année 2013/2014 UFR De Droit, Sciences Economiques et de Gestion 1 Licence Professionnelle Mention : ASSURANCE, BANQUE, FINANCE Spécialité : MÉTIERS DE L'ASSURANCE ET DE L'ASSISTANCE Calendrier des alternances Année 2013/2014

Plus en détail

Le bureau du recrutement et des concours

Le bureau du recrutement et des concours Cette brochure présente les conditions d inscription ainsi que les nouvelles épreuves applicables dès 2013 au concours d attaché d administrations parisiennes. Dans un souci pédagogique, divers indications

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES 1189 PUBLICATIONS PÉRIODIQUES (COMPTES ANNUELS, SITUATIONS TRIMESTRIELLES, TABLEAUX D ACTIVITÉ ET DE RÉSULTATS, CHIFFRES D AFFAIRES, INVENTAIRES DE PORTEFEUILLES) SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES

Plus en détail

SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE

SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE Abidjan, 24-26 Juin 2015 1 Thème : PLACE DES ASSUREURS PRIVES DANS LE SYSTEME DE PROTECTION SOCIALE : ENJEUX ET PERSPECTIVES Par Saliou BAKAYOKO Directeur Général de

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LE RAPPORT DE SOLVABILITE

NOTE D INFORMATION SUR LE RAPPORT DE SOLVABILITE Mars 2005 NOTE D INFORMATION SUR LE RAPPORT DE SOLVABILITE La loi n 98-546 du 2 juillet 1998 portant diverses dispositions d'ordre économique et financier, modifiée par la loi n 99-532 du 25 juin 1999,

Plus en détail

Cette mise à jour fait ressortir une progression positive de 9% par rapport au premier trimestre 2014.

Cette mise à jour fait ressortir une progression positive de 9% par rapport au premier trimestre 2014. NOTE DE CONJONCTURE DU MARCHE DES ASSURANCES Deuxième trimestre 2015 Avant de présenter les chiffres au titre du second trimestre 2015, il est à noter que l actualisation des données du premier trimestre

Plus en détail

Les aides économiques en faveur des P.M.E.

Les aides économiques en faveur des P.M.E. Les aides économiques en faveur des P.M.E. DIRECTION GENERALE DE L ECONOMIE, DE L EMPLOI ET DE LA RECHERCHE (D.G.O. 6) DEPARTEMENT DE L INVESTISSEMENT - Direction des P.M.E. Place de la Wallonie, 1 Bât.

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2005-51 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 23 novembre

Plus en détail

Dossier de presse. Sommaire. ! Les données clés de l assurance française. ! L évolution du marché de l assurance

Dossier de presse. Sommaire. ! Les données clés de l assurance française. ! L évolution du marché de l assurance Fédération Française des Sociétés d'assurances Dossier de presse Sommaire! Les données clés de l assurance française! L évolution du marché de l assurance! La couverture maladie universelle complémentaire

Plus en détail

AUDACIA Société par actions simplifiée au capital de 457.000 6 rue de Téhéran 75008 Paris - RCS Paris 492 471 792

AUDACIA Société par actions simplifiée au capital de 457.000 6 rue de Téhéran 75008 Paris - RCS Paris 492 471 792 AUDACIA Société par actions simplifiée au capital de 457.000 6 rue de Téhéran 75008 Paris - RCS Paris 492 471 792 CHARTE D INVESTISSEMENT - PROCEDURE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Définitions Audacia

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable.

La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable. Communiqué de presse Bois-Colombes, le 11 février 2009 La stratégie commerciale d Aviva en 2009 : Sécurité, dynamisme, développement durable. L année 2008 restera, pour les épargnants et les assurés, une

Plus en détail

ACCORD CADRE PROMOTEURS

ACCORD CADRE PROMOTEURS ACCORD CADRE PROMOTEURS I RENSEIGNEMENTS GENERAUX Nom ou raison sociale :... Forme et Capital :... Sigle commercial :... Adresse du siège social ou domicile commercial : Code postal :.. Ville :... Tél

Plus en détail

L exercice en bref 09

L exercice en bref 09 L exercice en bref 09 Introduction PKRück poursuit son succès PKRück peut se montrer plus que satisfaite de son évolution. Au terme de son cinquième exercice, l entreprise enregistre déjà 10 % de part

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV 1 ) 2 961.611 du 29 novembre 1993 (Etat le 22 décembre 2003) Le Conseil fédéral suisse, vu la loi du 18 juin 1993 3

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 23 février 2012 N de pourvoi: 11-10202 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton,

Plus en détail

Les Assurance en République du Congo

Les Assurance en République du Congo Les Assurance en République du Congo Article juridique publié le 19/10/2012, vu 610 fois, Auteur : Joseph MIKALA Inscrit dans l esprit de l article 1382 du Code civil stipulant «tout fait quelconque de

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010249888 Dénomination : ATOUT VIVACTIONS Forme juridique : Fonds commun de placement (FCP) de droit français Société de gestion : Crédit

Plus en détail

Questionnaire Assurances Multirisques. Assurances des établissements hospitaliers

Questionnaire Assurances Multirisques. Assurances des établissements hospitaliers La meilleure couverture de vos risques, le pilotage et la prévention en plus Assurances Flotte automobile, Dommages aux biens, Responsabilité Civile et Protection juridique Questionnaire Assurances Multirisques

Plus en détail

Licence Professionnelle

Licence Professionnelle DOMAINE : Droit, Economie, Gestion Licence Professionnelle Mention : ASSURANCE, BANQUE, FINANCE Spécialité : MÉTIERS DE L'ASSURANCE ET DE L'ASSISTANCE 1- Déroulement de l année (2012-2013) S37 S38 S39

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES!

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! ÉDITO La loi Consommation, dite loi Hamon, adoptée en mars 2014, a été mise en place pour protéger le consommateur

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE ------------------------------ ----------------------- LOI N 99/015 DU 22 DEC 1999 PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER L Assemblée Nationale

Plus en détail

ASSOCIATION DES SOCIETES D ASSURANCES DU CAMEROUN

ASSOCIATION DES SOCIETES D ASSURANCES DU CAMEROUN TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GENERALE 4 I ère PARTIE : États Statistiques (CIMA DOMMAGES) Compagnies d Assurances de Dommages 18 Chiffres d affaires 19 Dotation Aux Provisions de Primes 20 Primes Acquises

Plus en détail

1 er. trimestree 2014

1 er. trimestree 2014 Note de conjoncture du marché des assurances 1 er trimestree 214 PRODUCTION DU 1 er TRIMESTRE 214 : EVOLUTION DE LA PRODUCTION : Le chiffre d affaires 1 réalisé par le secteur durant le 1 er trimestre

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-127 du 4 septembre 2013 relative à la création de l Union Mutualiste de Groupe Viamut par la Mutuelle Entrain et la Mutuelle Générale des Cheminots L Autorité de

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE 2015 La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Le marché de l assurance

Le marché de l assurance Le marché de l assurance Grâce à la forte concurrence qui règne sur le marché français de l assurance, les assurés bénéficient à la fois d un bon rapport qualité-prix et d une grande diversité de produits

Plus en détail

L assurance française

L assurance française L assurance française en 2004 L ASSURANCE FRANÇAISE EN 2004 Fédération française des sociétés d assurances L assurance française en2004 Fédération française des sociétés d assurances Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Nota : tous les termes rédigés en gras et italiques dans le présent bulletin ont le sens défini au contrat.

Nota : tous les termes rédigés en gras et italiques dans le présent bulletin ont le sens défini au contrat. Nota : tous les termes rédigés en gras et italiques dans le présent bulletin ont le sens défini au contrat. Cette offre a été négociée par le cabinet de courtage Stema-Foujols pour les agents de joueur

Plus en détail

Djibouti. Règles régissant l activité de promotion immobilière

Djibouti. Règles régissant l activité de promotion immobilière Règles régissant l activité de promotion immobilière Loi n 13/AN/13/7ème L du 7 juillet 2013 [NB - Loi n 13/AN/13/7ème L du 7 juillet 2013 fixant les règles régissant l activité de promotion immobilière]

Plus en détail

: 23 24 septembre 2010

: 23 24 septembre 2010 XV CONGRES AVUS-GROUP Vienne -Autriche : 23 24 septembre 2010 PRESENTATION DU SYSTÈME CARTE BRUNE D ASSURANCE D CEDEAO Par Monsieur Bio Adamou-Secr Secrétaire Général G de la Carte Brune d Assurance CEDEAO

Plus en détail

TRADUCTION FRANÇAISE POUR INFORMATION. Décrets et Arrêtés

TRADUCTION FRANÇAISE POUR INFORMATION. Décrets et Arrêtés TRADUCTION FRANÇAISE POUR INFORMATION Vendredi 19 rabiaa II 1434 1 er mars 2013 156 ème année N 18 Sommaire Décrets et Arrêtés Présidence du Gouvernement Nomination du directeur général de l école nationale

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, SCP Odent et Poulet, avocat(s)

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, SCP Odent et Poulet, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 septembre 2014 N de pourvoi: 13-21339 ECLI:FR:CCASS:2014:C101057 Non publié au bulletin Rejet Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de

Plus en détail

L EVOLUTION DU SECTEUR ALGERIEN DES ASSURANCES. Mr BILLEL BENILLES Inspecteur Divisionnaire à la Direction des Grandes Entreprises «DGE» - ALGERIE

L EVOLUTION DU SECTEUR ALGERIEN DES ASSURANCES. Mr BILLEL BENILLES Inspecteur Divisionnaire à la Direction des Grandes Entreprises «DGE» - ALGERIE L EVOLUTION DU SECTEUR ALGERIEN DES ASSURANCES Mr BILLEL BENILLES Inspecteur Divisionnaire à la Direction des Grandes Entreprises «DGE» - ALGERIE Introduction Générale : Le secteur de l assurance a évolué

Plus en détail

Chiffres clés du marché français

Chiffres clés du marché français Chiffres clés du marché français Version présentée lors de la conférence de presse du 27 janvier 2011 Conférence de presse du 27 janvier 2011 1 L environnement économique et financier Une croissance modérée

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Plus en détail

SUPRA-1846 SA. Rappor t de gestion 2013

SUPRA-1846 SA. Rappor t de gestion 2013 SUPRA1846 SA Rappor t de gestion 2013 Présentation de la caissemaladie SUPRA1846 SA est une société anonyme dont le siège est à Lausanne. Le Conseil d administration a tenu 13 séances en 2013. Conseil

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

RAPPORT DE PRESENTATION

RAPPORT DE PRESENTATION REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple-Un But-Une Foi ---------------- MINISTERE DU TOURISME ET DES TRANSPORTS AERIENS ---------------- DECRET n 94-663 du 27 juin 1994 Portant réglementation des agences de voyages

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail