DRAGHI ET LA LIQUIDITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DRAGHI ET LA LIQUIDITÉ"

Transcription

1 Mardi 24 mars 2015 DRAGHI ET LA LIQUIDITÉ RECHERCHE ÉCONOMIQUE FLASH ÉCONOMIE 1. UNE CIBLE D INFLATION A 2% 2. UNE LIQUIDITÉ FORTE MAIS.. 3. L IMPACT SUR LES MARCHÉS FINANCIERS Le biais accommodant de la BCE via le QE (Quantitative Easing) en période de récession apparaît au fil des chiffres Euro économiques médiocres et des annonces de programmes de rachats de dette comme une évidence, un outil simple à utiliser. La réalité est plus complexe et l outil délicat à manier. En effet les éléments économiques et financiers sont contrastés, une économie en récession à réveiller d une part, mais des taux qu il ne faut pas faire encore baisser d autre part, un taux d inflation si bas que devenu négatif mais une monnaie qui ne doit pas partir en chute libre. Donc la liquidité doit être maniée suffisamment, justement mais pas trop. Draghi s est donc donné l objectif de réussir cet exercice d équilibriste : atteindre une cible d inflation à moyen terme, en utilisant l outil de la liquidité avec mesure, ce qui aura des impacts contradictoires sur les marchés. KRECHENDOTRADINGPARIS.COM

2 1. UNE CIBLE D INFLATION À 2%, RÉVOLUTIONNAIRE... Rappelons un élément basique mais majeur : La BCE a établi à sa création un plafond d inflation (HICP, Harmonized Index Consumer Price) fixe et intangible à 2% sur le modèle de la Bundesbank. Ceci était (et l est toujours) un anachronisme au regard de ses équivalents et de la structure économique de la zone euro. Les autres banques centrales utilisent une cible d inflation ajustable, ainsi il n y a pas de plafond, on peut évoluer autour de taux et de plus il est réajusté en fonction des circonstances. Justement une circonstance de choix est la croissance économique, de telle sorte que la Fed a établi comme 2nd pilier de sa politique monétaire : l objectif de croissance, qui dans les faits est même son pilier prioritaire. Parallèlement la BCE a défini dans sa constitution (donc gravé dans le marbre) comme 2nd pilier de sa politique monétaire : M3 plafonné lui aussi à 4,5%! Un agrégat phare de la Bundesbank qui mesure la masse monétaire en circulation, donc une fois de plus il s agit de juguler les dangers de l inflation : l inflation elle-même, et la liquidité qui va provoquer l inflation, deux précautions valent mieux qu une (la fameuse surchauffe menace toujours)! Au passage M3 était déjà un agrégat de mesure monétaire périmé à la création de la BCE, que plus personne n utilisait, on utilise le MCI (Monetary Conditions Index) de même que l output gap est aussi périmé mais ceci n est pas grave Notons tout de même que son objectif de pourchasser l inflation, de maintenir les taux bas, d avoir une monnaie forte comme tout monétariste qui se respecte, a été pleinement atteint! Certaines mauvaises langues parlent du remède qui tue le malade. UN TAUX CIBLE Une fois ce décor planté, on peut mieux apprécier, voire savourer cette cible d inflation qui a surgi le 9 mars 2015 lors du démarrage du fameux programme de rachats annoncé le 2 mars La BCE s éveille-t-elle vers une transition du taux plafond au taux cible? Ou bien emploie-t-elle le mot cible car plafond pour passer d un taux négatif à 2%, taux devenu une idée régulatrice au sens kantien serait quelque peu inapproprié, voire ridicule, ça nous le ne saurons jamais. Mais il semblerait tout de même que l idée de cible fasse son chemin, et que les piliers monétaires monétaristes commencent à devenir désuets, mais le 2% demeure, restons tout de même prudents UN OBJECTIF DE NIVEAU La teneur de l annonce est la suivante : «Until we see a sustainable adjustment in the path of inflation, close to 2% accommodative stance Au-delà du programme de rachat annoncé le 2 mars, Draghi annonce en insistant à 2 reprises que la politique monétaire va à présent être mise en œuvre pour atteindre à moyen terme 2% d inflation alors qu elle est aujourd hui négative. Ceci fait l effet d un choc car en premier lieu c est une prise de conscience, en second lieu ça commence à tuer le dogme de l inflation basse et en troisième lieu l objectif est ambitieux, donc maintenant il va vraiment se passer quelque chose, on va aller plus loin qu apporter de la liquidité pour tenter de réveiller l économie, on va se fixer des objectifs ambitieux et on va y mettre les moyens, signal fort pour les marchés. 2

3 En effet il est à présent réalisé que 2% dans l état actuel des choses serait souhaitable, mais on part de très loin puisqu on est aujourd hui en zone négative (rappelons qu un taux d inflation négatif se traduit économiquement par une destruction de richesse immédiate, la progression de la valeur nominale d un actif sous le seul effet du temps étant négative). Et les moyens seront mis en œuvre jusqu à ce qu on atteigne un changement significatif et pérenne, «sustainable adjustment», voilà à présent le nouveau sens de «accomodative stance» dans la bouche de Draghi, second signal fort. HICP : Janvier : -0,6% Février : -0,3% (Le pétrole est passé par là) PROJECTIONS : 2015 : 0% 2016 : 1,6% 2017 : 1,8% pour un GDP de 2,1% Bref, on a de la marge, on frôle pas la surchauffe... RYTHME Même si les marchés ont réagi immédiatement (chute du Bund car anticipations d inflation), le jeu s est vite calmé, car l horizon c est 2 ans, de plus rien ne dit qu on l attendra, beaucoup de choses peuvent se passer en 2 ans CONSEQUENCE : UNE LIQUIDITE SOUS CONTRAINTE Evidemment une forte liquidité sur les marchés est attendue et donc des taux bas, très bas, une devise faible, très faible, des indicateurs taux et actions qui flambent, bref, c est la fête, mais restons mesurés, car l histoire est juste un tout petit peu plus compliquée que ça, en effet si c était si simple pourquoi ne l aurait on pas fait avant. 2. UNE LIQUIDATION FORTE MAIS... Aujourd hui nous sommes en présence de Monetary Boosters : devise ramenée à presque la parité $ (très récemment), prix bas du pétrole (récemment), liquidité abondante et taux au plus bas, néanmoins l économie reste au point mort. Dans ce contexte, la BCE avec ce taux cible quantifié et planifié tend à imposer un rythme de redémarrage à l économie avec des objectifs incontournables ; en effet si les moyens sont mis en œuvre pour arriver coûte que coûte à une inflation à 2%, même si c est à horizon 2 ans, on peut considérer que : 1. L économie aura redémarré 2. Elle le sera à un rythme soutenu (pour les critères européens), ce qui serait un changement de paysage économique et financier radical. On est donc passé de «on va mettre en place des incentives pour essayer de réveiller l économie à «on va réveiller l économie à tout prix» RECHERCHE ÉCONOMIQUE 3

4 Quels sont les outils? Aujourd hui les economic boosters de l économie sont : Atteinte de la cible 2% d inflation à 2 ans Prix du pétrole bas Taux très bas Dépréciation du taux de change de l euro au détriments des Etats-Unis et des pays émergents Et on est face à une croissance nulle, donc logiquement la liquidité injectée devrait être massive mais : Le prix du pétrole bas ralentit significativement le taux d inflation (c est pourquoi l open market de janvier a eu un effet moindre sur HICP, passé de -0.6% en janvier à -0.3% en février, en dépit d un programme de rachat sérieux) donc la liquidité injectée devrait être d autant plus massive Les taux bas ne peuvent être encore plus bas, sinon à passer négatifs c est pourquoi Draghi parle de «maintien de taux bas piloté» car il y a 2 outils pour monter l inflation : le taux d intérêt (que l on baisse) et la liquidité que l on augmente, et là non seulement le 1er outil ne peut plus être utilisé (il a été utilisé jusqu à épuisement) mais en plus il menace, il faut augmenter la liquidité mais ne pas faire baisser plus les taux impossible n est pas Draghi... La devise arrive maintenant à parité, il paraîtrait même que face à la reprise US, les 0,8 ne seraient qu une affaire de quelques mois, certes qui dit devise faible, dit remontée des taux et stimulation des exportations mais point trop n en faut, car outre des problèmes avec les US qui ne doivent pas vouloir se faire court-circuiter leur croissance, une devise en chute libre est synonyme d un effondrement économique. Et plus à chaque injection de liquidité la devise faiblit, on a ainsi vu une baisse violente de la devise depuis l accélération du QE passant de 1,30 à parité. La gestion de l open market sera donc très délicate, au point que la réalisation d un tel objectif dans un contexte de taux bas, devise faible et prix du pétrole bas peut devenir la quadrature du cercle, on n est pas loin de dire que les moyens d action sur une situation si dégradée sont devenus inexistants, quid de cette zone Euro? Quand on sait que les indicateurs observés et analysés pour piloter tout cela sont en sus du prix des contrats futures : M3 (projetée à 4,1% en 2015 contre 3,8% en décembre 2014) et l output gap, on est rassuré voire même rasséréné. On mentionnera au passage les contraintes techniques à respecter : L interdiction du financement monétaire des déficits publics impose à la BCE de ne pas intervenir autour des dates d émissions sur les souches concernées et les obligations voisines. La période de black-out est néanmoins laissée à l appréciation des Banquiers Centraux. En outre, la limite de 25% détenus par code ISIN sera réexaminée dans 6 mois. 4

5 3. L IMPACT SUR LES MARCHÉS FINANCIERS SERA CONTRADICTOIRES ET À PLUSIEURS NIVEAUX DE DÉTENTE FLASH ANTICIPATION Taux au 24 mars Allemagne : 0.22 / Etats-Unis : 1.91 L Eurostock et Dax stimulés entameront une hausse modérée avec des pics monétaires et des reflux à la baisse au regard des indices US et des mauvaises nouvelles économiques voire sociales et politiques, donnant une direction incertaine, voire erratique Le Bund est soumis à plusieurs facteurs contradictoires : L injection de liquidité par les programmes de rachats : hausse du Bund Future La chute de l Euro et le pilotage des taux directeurs : baisse de l eurusd Un «flight to quality» chassant la liquidité des zones périphériques La corrélation avec le T-Notes résolument baissier, amenant le Bund sur des niveaux décorrélés en termes de risque crédit et d attractivité : hausse du spread Bund / T-notes approchant 200bp sur des plus hauts historiques depuis 25 ans À la lumière des perspectives économiques, et de la forte corrélation T-Notes / Bund, le Bund est sur un trend de progression décélérant telle que son évolution est une approche asymptotique vers une limite, en termes de spread qui devrait croître de manière décélérée. Rachel CADO KRECHENDO TRADING PARIS Téléphone : / Adresse : 192 Avenue Charles de Gaulle Neuilly Sur Seine

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Sous le signe des taux Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients L e rally sur les marchés actions des pays

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Il faut un objectif de cours, avec des intérêts négatifs, afin de protéger les emplois

Il faut un objectif de cours, avec des intérêts négatifs, afin de protéger les emplois S I X M OI S APRES L AB A N D ON D U CO U R S P L A N CH E R, UN BI L AN DE L USS Berne, le 14 juillet 2015 Daniel Lampart, premier secrétaire de l USS et économiste en chef Il faut un objectif de cours,

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Perspectives du marché Un épais brouillard

Perspectives du marché Un épais brouillard Novembre 2009 Perspectives du marché Sommaire La charge de la preuve... 4 Le débat sur le chiffre d affaires... 5 Les devises vont-elles gâcher la fête?... 6 Suivi de la reprise sans emploi... 7 Dexia

Plus en détail

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique?

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? A_Que nous-dis le programme? NOTIONS : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression,

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita»

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita» Apériodique n 5/5 avril 5 Taux d intérêt nominaux négatifs Au vu de ses objectifs immédiats (baisse des taux d intérêt gouvernementaux et des primes de risque acquittées par les pays dits périphériques),

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Newsletter Aoû t 2013

Newsletter Aoû t 2013 Newsletter Aoû t 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Eurinvest Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement du 22 août 2013...

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques

La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques 1 Enjeux Définitions monnaie taux d intérêt inflation Rôle des banques centrales 2 Fonctions et mesure de la monnaie Trois fonctions de la monnaie

Plus en détail

Protégez vous contre l inflation

Protégez vous contre l inflation Credit Suisse (A+/Aa) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Inflation Booster 0 Credit Suisse Inflation Booster 0 est un titre de dette structuré. Le produit est émis par Credit Suisse AG et vous donne droit à un coupon

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

Volume 2, numéro 1 5 avril 2004. Dollar canadien. L évolution de la devise de 1992 à 2003. Sommaire

Volume 2, numéro 1 5 avril 2004. Dollar canadien. L évolution de la devise de 1992 à 2003. Sommaire ISSN 18-9158 Volume 2, numéro 1 5 avril 2004 Dollar canadien L évolution de la devise de 1992 à 2003 Sommaire 1. Le dollar canadien a connu une décennie de dépréciation presque ininterrompue de 1992 à

Plus en détail

LES ELUCUBRATIONS DE L' INVESTISSEUR

LES ELUCUBRATIONS DE L' INVESTISSEUR LES ELUCUBRATIONS DE L' INVESTISSEUR L analyse fondamentale cherche à dresser un portrait le plus exact possible d une société. Deux approches complémentaires sont utilisées : on examine l entreprise

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

Les divergences dominent le marché

Les divergences dominent le marché Les divergences dominent le marché L euro a continué de glisser, pour la sixième semaine consécutive, face au dollar américain. Et cette baisse devrait continuer de s accentuer dans les prochains jours,

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre?

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre? Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent à l émetteur qui s engage

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Notions: déflation, récession, inflation, taux d'intérêt réel, BCE, credit crunch, taux de change

Notions: déflation, récession, inflation, taux d'intérêt réel, BCE, credit crunch, taux de change TRAVAILLER SUR UN TEXTE Faire un bilan collectif à partir d'un texte sur les acquis des chapitres sur la croissance (fluctuations et crises) et mondialisation et intégration européenne Notions: déflation,

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014

POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014 POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014 1. PLACEMENTS COURT TERME 1.1 Fonds monétaire Ces placements permettent d optimiser la gestion de trésorerie sur un horizon 1 à 15

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Présentation des résultats 2013 Groupe ABC arbitrage. Paris, le 17 mars 2014. Situation 2013. ABC arbitrage

Présentation des résultats 2013 Groupe ABC arbitrage. Paris, le 17 mars 2014. Situation 2013. ABC arbitrage Présentation des résultats 2013 Groupe Paris, le 17 mars 2014 Situation 2013 Volatilité 2013 Historique de volatilité depuis 2008 Volatilité/Forex Volumes 2008/2013 Volumes 2008/2013 Fusions/Acquisitions

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

novembre Commentaire de marché

novembre Commentaire de marché novembre 2012 Commentaire de marché SOMMAIRE Introduction Le 25 novembre 2011, le taux OLO à 10 ans battait tout les records en pointant à 5.86%. Un an après, ce même taux bat à nouveau un record à la

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Market Outlook CE MOIS

Market Outlook CE MOIS Rapport du mois par Gabriel V. Safdié rédigé le 1 er février 2013 DIVERGENCES Généralités (1-7) 1. La nouvelle année aura donc démarré dans la continuation du mouvement haussier de 2012 et avec une conviction

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (FR) FIXED TARGET

Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (FR) FIXED TARGET Crédit Agricole Corporate & Investment Bank (FR) FIXED TARGET Profitez de l incertitude des marchés actions européens Quelle stratégie? Les marchés actions souffrent actuellement d une incertitude forte.

Plus en détail

INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA

INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA ATTENTION! Ceci est la dernière lettre gratuite que nous publions. Si vous n avez pas déjà

Plus en détail

Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1)

Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) alpha privilège Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée : 5 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

ACTION TOTAL DÉCEMBRE 2014

ACTION TOTAL DÉCEMBRE 2014 ACTION TOTAL DÉCEMBRE 2014 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) Durée d investissement conseillée : 10 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015 Sur la période 11 mai 2015 au 10 juin 2015, la performance du fonds est en retrait de -1.04% par rapport à son indicateur de référence*. Néanmoins, depuis le début d année, GF Fidélité surperforme son

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013 VEILLE SECTORIELLE 3 ème Trimestre 213 Novembre 213 EDITORIAL VEILLE SECTORIELLE / 3 ème TRIMESTRE 213 SOMMAIRE Économie Conjoncture Internationale Maintien de la stabilité du cadre économique national

Plus en détail

La nouvelle façon d investir sur les marchés

La nouvelle façon d investir sur les marchés Holdings plc La nouvelle façon d investir sur les marchés Accédez aux CFD IG Markets 17 Avenue George V 75008 Paris Appel gratuit : 0805 111 366 * Tel : +33 (0) 1 70 70 81 18 Fax : +33 (0) 1 56 68 90 50

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Les marchés ont-ils pris le pouvoir en Europe?

Les marchés ont-ils pris le pouvoir en Europe? Neuilly sur Seine, le 25 novembre 2011 Les marchés ont-ils pris le pouvoir en Europe? En tout état de cause, la défiance des investisseurs envers les politiques à mener des projets et réformes ambitieuses

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Investir dans la volatilité :

Investir dans la volatilité : Investir dans la volatilité : un nouvel horizon pour les solutions traditionnelles de diversification des portefeuilles Destiné aux clients professionnels au sens de la directive MIF www.seeyond-am.com

Plus en détail

la fin d une ère? Scénarios et enjeux

la fin d une ère? Scénarios et enjeux Guerre des monnaies, la fin d une ère? Scénarios et enjeux La guerre des monnaies En préambule, Christian de Boissieu, professeur à la Sorbonne et au Collège d Europe, membre du Collège de l AMF (Autorité

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro?

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro? Florian Colas Conférence d économie approfondie Note sur un point technique, élaborée à partir d un entretien avec Madame Claudine Cortet, Conseiller auprès du Directeur général des Etudes et Relations

Plus en détail