«Swiss Brains in the United States» Les Scientifiques Suisses aux Etats-Unis. Katja Schaer San Francisco/Basel Résumé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Swiss Brains in the United States» Les Scientifiques Suisses aux Etats-Unis. Katja Schaer San Francisco/Basel 2002. Résumé"

Transcription

1 «Swiss Brains in the United States» Les Scientifiques Suisses aux Etats-Unis Katja Schaer San Francisco/Basel 2002 Résumé

2 L étude «Swiss Brains in the United States; Les Scientifiques Suisses aux Etats-Unis» a été commandée et suivie par la Fondation Gebert Rüf. Ell est censée fournir une contribution à la discussion au sujet de la «fuite des cerveaux», autrement dit l émigration de jeunes scientifiques hautement qualifiés vers les Etats Unis (Brain Drain). Cette étude fait partie du programme rebrain de la Fondation Gebert Rüf. Des exemplaires supplémentaires du présent résumé et de l étude complète sont à disposition au secrétariat de la Fondation: Fondation Gebert Rüf Bäumleingasse 22/ Basel Soutien de projets dans les universités pour l innovation, le transfert et l efficacité du savoir

3 «Why should I come back to Switzerland? I can share your pain. After four more or less frustrating years of Postdoc, a decent CV, some post-graduate education at Northwestern University and four independent fellowships on my behalf I decided to switch from an academic career to industrial life. I was undecided on whether to return home to CH or stay in the US so I started looking for positions in both parts of the universe. I sent applications to four major companies in CH (Novartis, Roche, Nestlé, Berna) as well as consulting companies in CH. I also applied to 8 positions here in the US. Guess what? From all the applications I sent to Switzerland I only got one response from a consulting company asking for copies of my grades dating back to my days at the Gymnasium (which I did not have with me so I explained that to them and that was the last thing I ever heard from them, too). None of the other companies did even confirm the receipt of my CV and my application. In contrast, all US companies sent me an or a postcard confirming the receipt of my application. From the 8 applications I got 4 interviews (all expense paid trips) and job offers. Now guess why I decided to stay in the US. Sorry, but when I hear CH officials complain about brain drain I can only laugh.» Jeune scientifique Suisse s exprimant sur la question du «Brain Drain» en printemps La recherche ce qu elle ambitionne Cette recherche se place dans la problématique de la gestion du capital intellectuel. Alors que les Etats-Unis ont adopté une politique d ouverture, soit d importation de capital intellectuel (multiplication des visas H1B notamment) et attirent des cerveaux du monde entier, différents pays (l Allemagne, la France et l Angleterre, par exemple) s interrogent sur le phénomène de «brain drain» dont ils sont, potentiellement, victimes. Cette recherche, essentiellement qualitative, n ambitionne pas d établir si oui ou non il y a une fuite des cerveaux de la Suisse vers les Etats-Unis. Elle ambitionne toutefois de refléter, partiellement au moins, la perspective des scientifiques suisses aux Etats-Unis, et se positionne par conséquent comme intermédiaire, traductrice des opinions de ces scientifiques. Si elle n explique pas en soi un «non-retour» des scientifiques suisses, cette étude permet tout au moins de participer à l explication, par la mise en évidence de certains éléments critiques / alarmants, sur lesquels il serait probablement judicieux de s'interroger. Cette étude ayant pour but d offrir un aperçu des perspectives des scientifiques suisses aux Etats-Unis, tente par conséquent de laisser la parole aux personnes concernées. Aussi, l intérêt de ce travail réside-t-il particulièrement dans les témoignages donnés par les personnes rencontrées et par les répondants au questionnaire - que nous tenons à remercier vivement pour leur collaboration dans ce projet. Ce travail n offre pas de recommendations - bien que les commentaires formulés par les répondants contiennent, pour certains d entre eux, des suggestions et des recommendations. Et si une interprétation des informations reçues est donnée dans cette même partie, l ambition essentielle de ce travail, qui est finalement une synthèse des points de vue recueillis, est de permettre un débat qui tiendrait compte des idées des scientifiques suisses aux Etats-Unis. 1

4 2. Population cible et outils de recherche La population cible de cette recherche est en premier lieu celle des scientifiques suisses actuellement en cours de post-doc aux Etats-Unis avec, de manière à permettre une perspective à plus long terme, une extension à la population des scientifiques suisses aux Etats-Unis qui, de manière générale, ont terminé un doctorat ou un post-doc (dans les 12 dernières années de préférence). Ce travail - outre une recherche bibliographie - s appuie sur les outils de recherche suivants: Un aperçu des chiffres relatifs à l immigration suisse aux Etats-Unis. Cette présentation des informations quantitatives renvoie essentiellement aux données du service d'immigration américain, de l'institut américain des études internationales, et du Fonds National Suisse. Des interviews conduites aux Etats-Unis et en Suisse - 21 interviews au total, dont 13 aux Etats-Unis, 7 en Suisse, et 1 en France. Ces interviews ont servi à discuter des problèmes rencontrés par les scientifiques suisses tant aux Etats-Unis qu en Suisse, et à définir les thèmes et questions à aborder dans le questionnaire électronique. Le contenu de ces échanges est restitué par la présentation d opinions similaires synthétisées d'une part (regroupées par thèmes plus généraux), et d opinions individuelles d'autre part. Un questionnaire électronique soumis à la population cible. Ce questionnaire présentait des questions fermées, semi-ouvertes et ouvertes, dont les réponses ont été synthétisées - les points de vue exprimés dans les espaces ouverts étant également restitués dans leur entier. La population des répondants est de 228 individus au total, dont 88% sont de sexe masculin, et dont pratiquement 80% (de la population totale) sont âgés de 29 à 40 ans. Les répondants sont répartis dans 34 des 50 états américains. 3. A. Interpretations et résultats Un départ quelquefois sans retour Des différents propos tenus et réponses données, on peut retenir plusieurs points et/ou étapes problématiques dans la carrière d un/e scientifique suisse aux Etats-Unis. Il est toutefois important de tenir compte ici des situations spécifiques; les problèmes rencontrés par un individu qui prépare une carrière académique ne sont pas les mêmes que ceux rencontrés par un individu qui aimerait créer sa propre entreprise, par exemple. De même, les difficultés qu'une personne en cours de post-doc peut rencontrer ne sont pas celles d'une personne qui est venue aux Etats-Unis après son post-doc en Suisse. Et bien que des similarités existent, et que des problématiques semblables puissent par conséquent toucher des individus dans des situations très différentes, les problématiques mentionnées ici se placent en premier lieu dans une perspective qui est celle des post-docs suisses aux Etats-Unis. Il va de soi également que les difficultés présentées ici ne concernent pas tous les individus rencontrés / tous les répondants ni, bien entendu, tous les scientifiques suisses aux Etats-Unis. Départ aux Etats-Unis Les Etats-Unis sont généralement perçus comme étant «le lieu où les choses se passent» en terme de science et de technologie. Aussi, une expérience aux Etats-Unis est dès lors souvent comprise comme indispensable à une carrière scientifique. A cette motivation de départ s ajoutent d autres éléments qui sont essentiellement: le manque d'opportunités professionnelles en Suisse, l intérêt culturel, le désir d'améliorer les connaissances linguistiques et/ou une bourse d'études reçue. Une période de post-doc aux Etats-Unis est comprise comme une expérience enrichissante et l occasion d acquérir des connaissances nouvelles - souvent dans les meilleures universités améri- 2

5 caines et dans un environnement scientifique de pointe. Un départ aux Etats-Unis est donc souvent encouragé, voire favorisé par l'attribution de bourses - du Fonds National Suisse notamment. Et comme un post-doc aux Etats-Unis est aussi considéré comme un atout pour une carrière académique, il peut être encouragé par les professeurs dans les universités suisses. Les individus partent donc souvent faire leur post-doc avec l idée, à plus long terme, d une carrière académique. De plus, les personnes qui partent faire leur post-doc sont généralement des étudiants qui ont fait leurs preuves dans les milieux universitaires, et ont été sélectionnés pour une bourse (Fonds National Suisse ou autre). Elles sont par conséquent bienvenues dans les universités / laboratoires américains/es, qui accueillent non seulement des chercheurs d un bon niveau, mais qui sont, de surcroît, autofinancés. Toutefois, si le départ est encouragé, la réinsertion en Suisse n'est pas facilitée aux post-docs qui, souvent, ne se sentent que peu soutenus dans leurs démarches (de recherche d'emploi notamment). Déconnexion On observe une déconnexion croissante (de la Suisse) chez les scientifiques suisses aux Etats- Unis; peu à peu, simplement par la distance géographique, les scientifiques perdent le contact avec la Suisse et s installent dans un environnement américain (tant professionnel que social). Plusieurs ont mentionné la difficulté qu'il y a à rester informé de ce qui se passe en Suisse, ce soit parce que l'information est jugée insuffisante, soit parce que l'information est jugée trop abondante mais pas suffisamment ciblée (trier les différentes sources d'information prend souvent trop de temps). Cette déconnexion rend une recherche d'emploi en Suisse difficile - certaines variables ne pouvant être connues et/ou maîtrisées à distance (le développement d'un département universitaire, par exemple). Dans cette perspective de recherche d'emploi, c'est surtout le manque d'informations relatives aux postes disponibles en Suisse qui est déploré. Et, si une centralisation des informations générales relatives à la Suisse n'est pas forcément recommandée (une seule instance ne devrait pas décider des informations à transmettre), une centralisation des informations relatives aux postes disponibles est quelquefois souhaitable (et souhaitée). On observe aussi une méconnaissance des initiatives et structures mises en place - certaines sources d'informations (relatives à des emplois notamment) n'étant que peu connues, et par conséquent peu utilisées. Difficultés d une carrière académique en Suisse Outre le problème lié à la déconnexion progressive que peut générer un séjour aux Etats- Unis, les éléments suivants rendent une carrière académique en Suisse difficile: Les structures universitaires suisses sont relativement figées, et les postes ne se libèrent que peu. De plus, les critères de sélection (pour l obtention d un poste) sont souvent restrictifs (âge, ancienneté, nombre de publications, etc.). Selon certains des individus interrogés, les processus de sélection sont soumis à des politiques personnelles (les candidatures internes sont souvent privilégiées, et les professeurs soutiennent leurs assistants, et/ou des candidatures étrangères sont privilégiées) 1 - auxquelles les post-docs à l étranger ne peuvent bien entendu prendre part. Et la candidature d'un/e scientifique / post-doc suisse à l'étranger n'a dès lors que peu de chances d'aboutir. Certaines spécialisations, domaines scientifiques / de recherche n'existent pas en Suisse. 1 La durée des études peut ici être un désavantage - le doctorat est en effet obtenu relativement tard, le nombre de publications est limité, ce particulièrement en comparaison avec les étudiants / candidats américains par exemple. 3

6 Le sentiment qu'en Suisse, il y a un manque de confiance accordée aux chercheurs. Il est difficile, pour un jeune chercheur, de bénéficier d'une certaine indépendance et de gérer ses propres projets, voire de progresser dans sa carrière scientifique. La difficulté de conjuguer les charges parfois très différentes liées à un poste; recherche, enseignement, administration, etc. - conjugaison de charges qui a pour conséquence qu'un bon chercheur finit quelquefois par ne consacrer qu'une partie / fraction de son temps à la recherche. 2 De plus, la Suisse connaît des limites liées à sa dimension. Le nombre d'universités américaines étant bien supérieur, les chances d'obtenir un poste dans l'une d'entre elles sont donc bien supérieures également (même s'il est difficile d'obtenir un poste dans une université de pointe). Les postes, de professeurs assistants notamment, sont plus nombreux dans les universités américaines - et surtout plus accessibles aux jeunes chercheurs (critères de sélection plus souples, promotions plus rapides, etc.). Et il n est pas rare que des postes dans les universités américaines soient offerts à des post-docs suisses, postes qui sont acceptés - ce malgré leurs possibles désavantages (beaucoup de temps consacré à la recherche de fonds, pression plus grande, salaire plus bas qu en Suisse, et privilèges académiques moindres). Manque de planification de carrière Souvent, les jeunes chercheurs qui partent faire un post-doc aux Etats-Unis ont le projet d une carrière académique / dans la recherche, et n'ont pas réellement fait de planification de carrière, ne prévoyant ainsi pas d alternatives (pour le cas où leurs projets ne devraient pas se réaliser). A cela s'ajoute que tous les jeunes chercheurs / scientifiques ne maîtrisent pas les stratégies de recherche d'emploi 3 (n'ayant pas eu à s'y confronter par le passé). Plusieurs post-docs ont mentionné qu'ils ne savaient pas réellement écrire un curriculum vitae, conduire un entretien d'embauche, etc. On assiste donc à cet étrange paradoxe; des personnes souvent brillantes bénéficient d'une formation de pointe, mais ne savent pas la «vendre». Difficultés de la reconversion dans l industrie Pour les chercheurs qui n'obtiennent pas de poste dans l'académie (ou choisissent de changer d'orientation), une reconversion dans l'industrie n'est pas toujours aisée. Les difficultés rencontrées peuvent être les suivantes: L'industrie est souvent mal connue (par le manque de collaboration entre l'académie et l'industrie entre autres). Un passage à l'industrie est parfois ressenti comme une perte de liberté (une «perte de l'esprit scientifique») par les chercheurs. Les périodes prolongées en tant que post-doc ne sont pas toujours un atout (manque de crédibilité, ou facteurs tels que l'âge). La taille du marché de l'emploi est souvent inversement proportionnelle au degré de spécialisation professionnelle. Comme mentionné précédemment, les post-docs, habitués à un environnement académique / de recherche, ne sont que peu familiers avec les démarches nécessaires pour se positionner sur le marché de l'emploi. 2 Cette difficulté n étant pas spécifique à la Suisse - dans les universités américaines, une partie importante du temps est consacrée à la levée de fonds. 3 Pour une potentielle reconversation dans l industrie notamment. 4

7 Une reconversion dans l'industrie semble toutefois plus aisée aux Etats-Unis, ne serait-ce que parce qu'il est plus facile de faire les démarches lorsqu'on est «sur place» - créer ou recréer un réseau est en effet très difficile sinon impossible à distance - et parce que les postes dans l industrie sont plus nombreux aux Etats-Unis. Aussi n'est-il pas rare que les post-docs suisses aux Etats-Unis se tournent vers l'industrie américaine. Et avec ces emplois, soit dans l industrie, soit dans l académie, les individus sont de plus en plus intégrés aux Etats-Unis, tant au niveau professionnel que privé - et la déconnexion est croissante. Problèmes liés à la prolongation des périodes de post-doc Le problème se pose réellement pour les post-docs qui restent en attente d un poste dans une université suisse. Ces individus sont dans une forme de transit prolongé, au cours duquel ils ne font réellement partie ni d un environnement (Etats-Unis), ni d un autre (Suisse). Ils ont tendance à aligner les périodes de post-doc, en attendant un poste qui ne s offre pas - ce qui génère une frustration croissante. Et si, à plus long terme, ils ne peuvent réorienter leur carrière en trouvant un poste dans une université américaine, il leur est parfois difficile de se diriger vers un poste dans l industrie (pour les raisons mentionnées plus haut notamment). Cette période d attente, qui donne souvent aux jeunes chercheurs l'impression que «la Suisse les a oubliés» et se termine parfois par des espoirs de carrière déçus, est décrite par l une des personnes rencontrées 4 par la métaphore suivante: «Les post-docs à l étranger, qui attendent un poste en Suisse, sont comme des avions qui volent en cercles au-dessus d un aéroport sans avoir le droit d atterrir. Immanquablement, faute de carburant, ils finissent par s écraser». Attribution de bourses Si l attribution de bourses est généralement perçue comme positive (elle est finalement une source de financement), elle n est toutefois pas comprise comme une solution «en soi». Et si les emplois sont généralement moins nombreux en Suisse, ils sont d autant plus limités dans l académie, et d autant plus difficiles à trouver «à distance». En ce sens, les bourses, bienvenues pour les fonds qu elles représentent, ne peuvent offrir que des solutions temporaires, et ne peuvent dès lors résoudre le problème central qu est le manque d opportunités professionnelles. A cela s ajoute que les bourses, qui sont temporaires, n offrent pas la sécurité d un emploi «stable» / permanent, et représentent ainsi une forme d incertitude / insécurité - les boursiers ne pouvant aller que «d un engagement temporaire à un autre» / «de bourse en bourse» (bourses dont les montants ont été plusieurs fois décrits comme insuffisants). Cette situation est particulièrement difficile pour les personnes qui ont une famille à charge. Les personnes venues aux Etats-Unis après doctorat ou post-doc Les personnes qui sont venues aux Etats-Unis après un doctorat ou un post-doc, sont souvent venues pour les opportunités professionnelles (généralement décrites comme plus nombreuses aux Etats-Unis) et ne sont pas confrontées à une situation / période d attente comme le sont certains post-docs. Toutefois, si toutes les personnes dans cette situation ne veulent pas retourner vivre en Suisse, nombreuses sont celles qui se disent prêtes à rentrer si une opportunité professionnelle intéressante se présentait. Là aussi cependant, plus le temps passe, plus les individus s intègrent dans la vie américaine (professionnelle et privée) - et un retour en Suisse paraît alors progressivement plus difficile, en fonction du sentiment de déconnexion qui s installe. Là également on observe un sentiment de déception pour certains, une impression que «la Suisse les a oubliés», qui s'expriment de la manière suivante: 4 Personne en cours de post-doc au moment de l entretien. 5

8 Une impression que la Suisse ne «vient pas les chercher» - que peu d'efforts sont faits pour encourager les scientifiques suisses à revenir. Une impression de «promesses non tenues» - et qu'une expérience aux Etats-Unis n'est, dans les faits et quoi qu'on en dise, pas réellement valorisée en Suisse. Ces individus mentionnent essentiellement qu en Suisse, pour créer des opportunités intéressantes qui encourageraient un retour, il faudrait changer différents éléments, notamment: Faciliter la création d entreprises (développement du capital risque «venture capital» entre autres). Encourager l esprit d entrepreneur. Avoir une tolérance à l erreur plus grande tolérance qui permettrait plus de prises de risques, d innovation et de créativité. B. Les facteurs «Push and Pull» On peut définir, de manière schématique, les facteurs - décrits tant par certains répondants au questionnaire que par certaines des personnes rencontrées - qui tendent à favoriser un départ / séjour aux Etats-Unis, et les facteurs qui motivent / ne motivent pas un retour en Suisse. Les facteurs qui motivent un séjour aux Etats-Unis Politique de recrutement des compagnies américaines: Les entreprises américaines se livrent à une politique - relativement agressive - de recrutement de travailleurs étrangers hautement qualifiés, par des initiatives comme l'augmentation des quotas de visas H1B (et initiatives visant même à supprimer les quotas), et des systèmes de participation aux «stock options» notamment. Esprit d'entrepreneur et droit à l'erreur: La création d'entreprises est encouragée («venture capital» notamment) - les Etats-Unis sont perçus comme un environnement dynamique, dans lequel l'innovation est bienvenue. L'esprit d'entrepreneur est également apprécié aux Etats-Unis, esprit qui donne à la fois le droit «d'essayer quelque chose de nouveau», le droit au changement et, potentiellement, à l'erreur. Possibilités de carrière: Les possibilités de carrière - dans l'industrie privée - sont généralement considérées comme plus nombreuses aux Etats-Unis, avec des promotions souvent plus rapides au sein des entreprises. Les salaires, dans les entreprises américaines, sont souvent meilleurs que les salaires en Suisse. Il faut toutefois faire preuve ici d'une certaine prudence - cette situation n'est d'une part pas généralisable, et ne correspond d'autre part pas aux milieux académiques où les salaires américains sont plus bas que les salaires suisses - pour les postes de professeurs. Les opportunités professionnelles sont aussi plus nombreuses dans les universités avec, également, des promotions plus rapides (critères de sélection plus ouverts, au mérite plutôt qu'à l'ancienneté notamment, etc.). Ce point de vue semble confirmé par la quasi-totalité des répondants au questionnaire qui ont décrit l impact d un séjour aux Etats-Unis comme clairement positif (d un point de vue professionnel); progression professionnelle plus rapide, plus de responsabilités et obtention de postes qui ne pourraient être obtenus en Suisse. Universités américaines et chercheurs/scientifiques suisses: Une expérience aux Etats- Unis est généralement perçue comme un atout, et les départs sont donc souvent encouragés dans les universités suisses. Les universités américaines accueillent volontiers, dans leurs équipes et laboratoires, des scientifiques étrangers pour des postes de post-docs - ce qui équivaut à accueillir des chercheurs qui sont à la fois au bénéfice d'une solide formation et autofinancés. Environnement scientifique: Les chercheurs suisses qui partent aux Etats-Unis pour faire un post-doc, vont souvent dans des universités de pointe. Aussi, la qualité de l'environnment, 6

9 tant au niveau du matériel à disposition que des possibilités de contacts avec des scientifiques de haut niveau, est clairement appréciée. De manière générale, les structures - tant dans les entreprises que dans les universités - sont perçues comme moins rigides et moins fortement hiérarchisées, et comme offrant des possibilités de progression professionnelle plus nombreuses. Les facteurs critiques/qui n incitent pas au retour en Suisse Manque de postes dans l industrie: Généralement, les postes et possibilités dans l'industrie (correspondant à la formation) sont considérés comme peu nombreux, voire comme faisant gravement défaut (comparativement aux Etats-Unis particulièrement). Dans ce contexte, la crainte de ne pas retrouver d opportunité professionnelle intéressante et/ou équivalente à la position occupée aux Etats-Unis a été mentionnée plus d une fois (tant dans l industrie privée que dans un environnement académique). Difficultés liées à la création d'une entreprise: Créer une entreprise en Suisse est difficile, pour des raisons telles que la fiscalité, les complications administratives, le manque de capital risque, etc. Difficultés liées à la carrière académique: Une carrière académique est plus difficile en Suisse, où les postes disponibles ne sont que peu nombreux. Les processus de sélection pour ces postes sont décrits comme souvent soumis à des politiques internes / politiques personnelles (qui ne laissent que peu de chances à la candidature d'un/e scientifique suisse à l'étranger). Le manque de confiance accordée aux jeunes chercheurs, qui n'ont que peu la possibilité de diriger leur/s propre/s projet/s, est également perçu comme problématique. 5 A ces difficultés s'ajoutent que certaines orientations / spécialisations, ne sont simplement pas étudiées / suivies en Suisse. Structures en place: De manière générale, tant dans les entreprises que dans les universités, les structures sont perçues comme rigides et fortement hiérarchisées, avec des critères comme l'ancienneté qui dominent. Difficultés d une réinsertion: Retourner en Suisse, après un séjour de plusieurs années aux Etats-Unis signifie «faire un effort supplémentaire», par la nécessité de reconstruire un réseau de contacts, de se réhabituer à un cadre professionnel différent, entre autres. Difficultés administratives: Une double cotisation à la «Social Security» américaine et à l AVS/AHV étant trop chère, nombreux répondants ne sont plus affiliés à l AVS/AHV. L absence d accord Suisse / Etats-Unis en la matière, qui revient à la non-reconnaissance, en Suisse, des cotisations versées à l étranger, lèsent les Suisses aux Etats-Unis (à l étranger de manière générale). Cette désaffiliation AVS/AHV peut entraîner non seulement des complications administratives lors d un retour (pénalités ou coût élevé d un rachat), mais également un sentiment de «désaffiliation sociale» (ne plus faire partie d une société) lors du séjour à l étranger. Fermeture relative de la Suisse: Aux difficultés liées à une réinsertion en Suisse, peuvent s ajouter celles relatives à l intégration, en Suisse, des partenaires (époux/ses) des Suisses qui choisissent le retour. La difficulté d obtention d un permis de travail (malgré des qualifications professionnelles certaines) a été mentionnée. De même, l impossibilité d obtenir un permis de travail pour les collaborateurs étrangers (qui font partie d un groupe de recherche par exemple) a été mentionnée. «Retour en arrière»: Les Etats-Unis sont souvent décrits comme «là où les choses se passent» - et c'est en ce sens que retourner en Suisse est perçu comme un abandon, d'une partie tout au moins, de la carrière scientifique. 5 Le manque de fonds (attribués à la R&D) été deploré par beaucoup de répondants. 7

10 Mentalité: La Suisse est souvent décrite comme un environnement figé, sans dynamisme, dans lequel règne une mentalité fermée à l'innovation («ça ne marchera jamais»), et sans droit à l'erreur. Les facteurs qui motivent un retour en Suisse: La volonté de rentrer (à plus ou moins court terme) est présente (même si certains «ne savent pas encore»), et une part importante des personnes interrogées se disent prêtes à retourner en Suisse si, professionnellement, une opportunité intéressante venait à se présenter. L'opportunité professionnelle est en ce sens centrale - et elle reste du domaine du conditionnel. Ce point de vue semble doublement confirmé; l opportunité professionnelle étant une motivation de retour potentiel souvent citée d une part et, d autre part, les suggestions (d éléments à mettre en place pour motiver un retour en Suisse) formulées par les répondants ont régulièrement trait à des initiatives visant à créer (multiplier) des postes, tant dans l industrie que dans l académie. Raisons sociales et culturelles: A ce stade, les raisons d'un retour sont essentiellement sociales et culturelles (les amis, la famille, et un style de vie européen manquent aux Suisses aux Etats-Unis). Les raisons familiales, liées à la scolarité des enfants notamment, ont également leur rôle à jouer (désir d'élever les enfants en Europe, qualité du système scolaire suisse jugée meilleure, et coût élevé de la scolarité aux Etats-Unis). Forte pression: La pression et le stress liés au travail aux Etats-Unis sont des éléments dont se plaignent certains répondants. Le rythme de travail est jugé plus agréable en Suisse. La centralité de l'argent (dans la levée de fonds et/ou comme critère de succès de manière plus générale), une forte compétition et un manque de sécurité (d emploi) sont également des éléments qui participent à cette pression. C. Quelques Commentaires A retenir, de cette recherche, est le concept essentiel, dans la perspective d un retour, de l'opportunité professionnelle, ce tant dans l'industrie que dans l'académie - la création de postes entraînant potentiellement d autres changements (structurels). Toutefois, il faut tenir compte aussi du fait que, même si la situation en Suisse n'est pas comparable à celle aux Etats-Unis, et que «bien des choses restent à faire», «la Suisse a bougé un peu» - certains secteurs se développent (biotech par exemple), des «start-ups» se créent, les universités Suisses se tournent vers l option de postes à «tenure», etc. C'est en ce sens que l'information est également un concept clé. Il est essentiel d'informer les scientifiques aux Etats-Unis des changements opérés en Suisse, des évolutions, et des opportunités relatives - un manque d'informations ne pouvant qu'aggraver une perception déjà critique, sinon négative, de la Suisse. Comme mentionné précédemment, cette recherche n ambitionne pas d établir si oui ou non il y a une fuite des cerveaux de la Suisse vers les Etats-Unis. Elle cherche à refléter les points de vue des scientifiques suisses aux Etats-Unis. Dans cette perspective, il convient de tenir compte du fait que les personnes qui ont participé à cette étude sont précisément celles qui ont choisi, d une manière ou d une autre, de rester en contact avec la Suisse. Le point de vue des personnes qui ont choisi de ne pas maintenir de contact (pas d affiliation à des réseaux, informations, groupes, etc.), et qui ont donc choisi, en quelque sorte, de «tourner la page» nous échappe 8

11 A B C D E F Départ aux Etats-Unis motivé par Expérience gagnée aux US, tant généralement que dans la perspective d un retour en CH Manque d opportunités en CH Intérêt culturel Intérêt linguistique Bourses d études reçues Encouragement au départ (par les professeurs en CH entre autres) Prolongation du séjour et acceptation d un poste dans une université aux US motivés par Opportunités de carrière plus nombreuses Autres aspects, soit développement de carrière plus rapide, multiples responsabilités, possibilités de contacts et networking, etc. Environnement scientifique (qualité, possibilité de faire de la recherche, etc.) Prolongation du séjour et acceptation d un poste dans l industrie privée aux US motivés par Opportunités de carrière plus nombreuses Développement de carrière plus rapide Environnement (ouverture d esprit, tolérance à l erreur plus grande, esprit d entrepreneur, etc.) Stratégies de recrutement relativement agressive des compagnies US Difficulté d un retour en Suisse pour un poste dans l industrie privée expliquée par Manque d opportunités professionnelles (en général et manque d opportunités équivalentes à celles aux US) Représentation parfois négative d un «passage à l industrie privée» Manque ou absence de networking, «ne sait pas se positionner sur le marché» Manque ou absence de planification de carrière Réadaptation difficile à un environnement CH (difficultés administratives, assurances sociales, permis de travail du conjoint, etc.) Manque d esprit d entrepreneur en CH Mentalité figée en CH, sans droit à l erreur, etc. Difficulté d un retour en Suisse pour un poste dans l académie expliquée par Manque d opportunités professionnelles (en général et manque d opportunités équivalentes à celles aux US) Progression de carrière difficile Structure académique figée en CH ( processus de sélection, forte hiérarchie, etc.) Manque de connexions (networking), manque d informations Manque ou absence de planification de carrière Réadaptation difficile à un environnement CH (difficultés administratives, assurances sociales, permis de travail du conjoint, etc.) Mentalité figée en CH, manque d ouverture d esprit, etc. Problématique d une prolongation et multiplication des périodes de post-doc expliquée par Manque ou absence de planification de carrière Manque ou absence de connexions et informations (relatives à la CH) Manque ou absence de networking, «ne sait pas se positionner sur le marché» Manque d opportunités en CH Structure académique en CH (fermeture et pratiques liées au processus de sélection) Ne trouve pas d opportunités spécifiques aux US

12 CH Industrie Université A D E Post-doc F C B Industrie US Ausgaben für Wissenschaft sind Investitionen in die Zukunft Les coûts liés à la science sont un investissement pour l avenir Investire nella scienzia significa investire nel futuro Spending money for science is investing in future Université

GUIDE DE L ÉTUDIANT BOURSIER

GUIDE DE L ÉTUDIANT BOURSIER MISSION UNIVERSITAIRE DE TUNISIE À MONRÉAL 1255, rue University, bureau 601 Montréal, (Québec) H3B 3V9 CANADA Tél : (1) 514-284-9249 Fax : (1) 514-284-9403 E-mail : courriel@mutan.org www.mutan.org GUIDE

Plus en détail

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Année universitaire / Academic Year: 2013 2014 A REMPLIR

Plus en détail

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program Année universitaire / Academic Year: 2013 2014 INTITULE

Plus en détail

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661 Initulé de poste et classe : Avis de vacance de poste n : Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 5027FE-RE Date limite de dépôt des candidatures : 10.06.2015 Unité administrative

Plus en détail

I. COORDONNÉES PERSONNELLES / PERSONAL DATA

I. COORDONNÉES PERSONNELLES / PERSONAL DATA DOSSIER DE CANDIDATUREAPPLICATION FORM 2012 Please tick the admission session of your choice FévrierFebruary SeptembreSeptember MASTER OF ART (Mention the subject) MASTER OF SCIENCE (Mention the subject)

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60 Le Mouvement Associatif Novembre 2014 1 Présentation de l enquête Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Enquête en miroir : 501 jeunes représentatif des personnes âgées de 18 à 24 ans

Plus en détail

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe.

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions POURQUOI MOI? 1. Pourquoi entreprendre des

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

JSPS Strasbourg Office http://jsps.u-strasbg.fr/

JSPS Strasbourg Office http://jsps.u-strasbg.fr/ Japan Society for the Promotion of Science s International Programs JSPS Strasbourg Office http://jsps.u-strasbg.fr/ 1 Postdoctoral Fellowships For Post-doc research in Japan Long-Term Program Duration

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

L emploi des jeunes. Les résultats de l étude Avril 2015. pour

L emploi des jeunes. Les résultats de l étude Avril 2015. pour L emploi des jeunes Les résultats de l étude Avril 2015 pour Contact : Laurent Bernelas Directeur de l activité Corporate & Management Tel : 01 78 94 89 87 Mob : 07 77 94 30 21 Email : lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office EMBARGO: 02.05.2005, 11:00 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG

Plus en détail

SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016. 1 re étape Lisez les lignes directrices pour connaître l objet de la bourse, les candidats et

SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016. 1 re étape Lisez les lignes directrices pour connaître l objet de la bourse, les candidats et LIGNES DIRECTRICES ET FORMULAIRE DE MISE EN CANDIDATURE SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016 Veuillez suivre les trois étapes suivantes pour soumettre une candidature à cette bourse : 1 re

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Manuel de l utilisateur à l intention des candidats externes

Manuel de l utilisateur à l intention des candidats externes Manuel de l utilisateur à l intention des candidats externes Version 13A Société canadienne d hypothèques et logement Août 2013 Élaboré pour la SCHL par : Rémi R. Paquette Révisé par : Kristen Provost

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître

destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître DOCTORIALES franco-belges 20112 QUESTIONNAIRE DE PRE-EVALUATION destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître L accès au questionnaire se fera en vous identifiant sur le site

Plus en détail

Chercheurs: une carrière? Des carrières!

Chercheurs: une carrière? Des carrières! Chercheurs: une carrière? Des carrières! Pierre Feyereisen ASBL Objectif Recherche, le 6 mai 2011 Plan Introduction: les problèmes La diversité des carrières Réflexions et analyses Faciliter les transitions

Plus en détail

Baromètre sur les expatriés français et la protection sociale

Baromètre sur les expatriés français et la protection sociale Baromètre sur les expatriés français et la protection sociale 3 e édition 2015 Contacts presse Groupe Humanis Laurence Dutrey 01 46 84 35 43 / 06 29 41 05 51 laurence.dutrey@humanis.com Séverine Sollier

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

Mobilité internationale Pourquoi ne pas partir à l étranger. Stages Master 1 Chimie 2009/10

Mobilité internationale Pourquoi ne pas partir à l étranger. Stages Master 1 Chimie 2009/10 Mobilité internationale Pourquoi ne pas partir à l étranger. Parlez français Je ne parle pas d autres langues. Immersion into another language. Language courses provided. Je ne veux pas perdre du temps.

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

TROUVER UN EMPLOI EN AUSTRALIE

TROUVER UN EMPLOI EN AUSTRALIE 1. CV 1.1 PERSONAL DETAILS (DÉTAILS PERSONNELS) 1.2 EDUCATIONAL HISTORY (FORMATION ET QUALIFICATIONS) 1.3 CAREER/WORK HISTORY (EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE) 1.4 REFERREES (PERSONNES DE CONTACT) 2. COVER

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Questions typiques d entrevue

Questions typiques d entrevue Questions typiques d entrevue 1- Parlez-moi de vous? Question la plus importante de l entrevue; pourrait être la seule. Soyez bref. Ne tombez pas dans le piège de donner tout en détail. Ne dépassez pas

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux Bernard Schneuwly Université de Genève Faire de la science Une institution sociale avec des règles Une règle fondatrice: l évaluation par les pairs

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Das Urheberrecht in einer digitalen Umwelt: die Positionen der IFLA und der UNESCO Jean-Philippe Accart Information

Plus en détail

DEVENIR TRADER VIA LE PROGRAMME DU CIT USA. Californian institute of trading WWW.CIT.LA

DEVENIR TRADER VIA LE PROGRAMME DU CIT USA. Californian institute of trading WWW.CIT.LA DEVENIR TRADER VIA LE PROGRAMME DU CIT USA Californian institute of trading WWW.CIT.LA DEVENEZ UN TRADER D EXCEPTION Q U E S T - C E Q U E L E C I T? Le CIT, c'est l'opportunité de suivre une formation

Plus en détail

Master Développement Durable et Organisations Master s degree in Sustainable Development and Organizations Dossier de candidature Application Form

Master Développement Durable et Organisations Master s degree in Sustainable Development and Organizations Dossier de candidature Application Form Master Développement Durable et Organisations Master s degree in Sustainable Development and Organizations Dossier de candidature Application Form M / Mr Mme / Mrs Nom Last name... Nom de jeune fille Birth

Plus en détail

Rapport de Stage, Mobilité Allemagne

Rapport de Stage, Mobilité Allemagne Ce rapport fait office d une synthèse des événements en Allemagne, durant mon stage linguistique d une durée de 10 semaines. Rapport de Stage, Mobilité Allemagne Haus Morgenstern Yvonick Johannel Onangha

Plus en détail

LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012. Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle?

LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012. Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle? LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012 Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle? Martine Azuelos, responsable du Master Langues et Affaires Economiques

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013 Service Alternance Travail-Études et Placement Les étapes de la recherche d emploi La démarche 1. Établir un projet de carrière réaliste. Avant de vous fixer des objectifs de carrière, il faut d abord

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité

Plus en détail

Les bourses de thèse

Les bourses de thèse Les bourses de thèse Certains d entre vous se souviennent des galères rencontrées, lorsqu en DEA, on recherche une bourse de thèse. Alors, nous avons décidé de vous faire un petit récapitulatif des bourses,

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

L impact d Internet et des médias sociaux sur le recrutement et les ressources humaines. emm-ess consultants emm-ess.com

L impact d Internet et des médias sociaux sur le recrutement et les ressources humaines. emm-ess consultants emm-ess.com L impact d Internet et des médias sociaux sur le recrutement et les ressources humaines Trois grands sujets Faire connaître vos offres d emplois Évaluer les candidats Et vos employés actuels eux? D abord,

Plus en détail

ANNÉE D INITIATION AU LEADERSHIP À L INTENTION DES AUTOCHTONES (AILA) RENSEIGNEMENTS ET QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES POSTULANTS PARTIE I

ANNÉE D INITIATION AU LEADERSHIP À L INTENTION DES AUTOCHTONES (AILA) RENSEIGNEMENTS ET QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES POSTULANTS PARTIE I RENSEIGNEMENTS ET QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES POSTULANTS RENSEIGNEMENTS ET INSTRUCTIONS GÉNÉRALES PARTIE I 1. Ce document se divise en trois parties. La Partie I (pages I-1/2 à I-2/2) présente des

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS:

FOIRE AUX QUESTIONS: FOIRE AUX QUESTIONS: Constitution du dossier: 1) Est il possible de faire un séjour d'étude en Amérique du Nord sans pour autant que le choix des cours aient un rapport avec la filière suivie en France?

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a RENÉ CHARBONNEAU C o n s u l t a t i o n e t f o r m a t i o n C o n s u l t i n g a n d T r a i n i n g 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t

Plus en détail

L association française des docteurs

L association française des docteurs L association française des docteurs Promouvoir le doctorat Les docteurs constituent des ressources rares et précieuses pour les économies et les sociétés du XXIème siècle, de sorte que les pays pleinement

Plus en détail

Politique des Ressources Humaines Nestlé

Politique des Ressources Humaines Nestlé Table des matières 2 Politique des Ressources Humaines Nestlé 4 Responsabilité partagée 5 Les relations humaines 6 Joindre Nestlé 8 L emploi chez Nestlé 9 Equilibre entre travail et vie privée 10 Rémunération

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

MANUEL DU BLENDED LEARNING

MANUEL DU BLENDED LEARNING MANUEL DU BLENDED LEARNING ÉDITION 2014 www.360learning.com SOMMAIRE Définition... 4 Pourquoi proposer du Blended Learning à ses clients... 5 Les phases du Blended Learning... 7 9 arguments pour vendre

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

UNIVERSITE DE YAOUNDE II

UNIVERSITE DE YAOUNDE II UNIVERSITE DE YAOUNDE II The UNIVERSITY OF YAOUNDE II INSTITUT DES RELATIONS INTERNATIONALES DU CAMEROUN INTERNATIONAL RELATIONS INSTITUTE OF CAMEROON B.P. 1637 YAOUNDE -CAMEROUN Tél. 22 31 03 05 Fax (237)

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

En Sorbonne, avril 2014. Master Professionnel ADMINISTRATION ET GESTION DE LA MUSIQUE. - Année 2014-2015 -

En Sorbonne, avril 2014. Master Professionnel ADMINISTRATION ET GESTION DE LA MUSIQUE. - Année 2014-2015 - En Sorbonne, avril 2014 Master Professionnel ADMINISTRATION ET GESTION DE LA MUSIQUE - Année 2014-2015 - 2 CE QU ILS EN DISENT Marine Gaudry, promotion 2006/07 Responsable production & diffusion, Ensemble

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Le doctorat, passeport pour l international

Le doctorat, passeport pour l international Le doctorat, passeport pour l international Catherine Gayda, ABG Hippo thèse 28 février 2014 catherine.gayda@abg.intelliagence.fr/ Tel : 01 42 74 27 51 Les missions d ABG Fondée en 1980, l ABG rapproche

Plus en détail

8. Cours virtuel Enjeux nordiques / Online Class Northern Issues Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form

8. Cours virtuel Enjeux nordiques / Online Class Northern Issues Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form F-8a-v1 1 / 7 8. Cours virtuel Enjeux nordiques / Online Class Northern Issues Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form Nom de famille du candidat Langue de correspondance Français

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

nouveaux arrivants entrepreneurs

nouveaux arrivants entrepreneurs F O N D A T I O N C A N A D I E N N E D E S J E U N E S E N T R E P R E N E U R S Le mentorat des nouveaux arrivants entrepreneurs Guide pour les mentors de la FCJE A c c o m p a g n e m e n t a u p r

Plus en détail

Échange d idées au sujet du Programme de bourses internationales du MAECD

Échange d idées au sujet du Programme de bourses internationales du MAECD Échange d idées au sujet du Programme de bourses internationales du MAECD JEUDI 20 NOVEMBRE 2014 14 h 45 16 h 00 Salon Provinces I Le Bureau canadien de l éducation internationale (BCEI) est l administrateur

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE DE RECHERCHE DOCTORALE DE LA FONDATION MARTINE AUBLET

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE DE RECHERCHE DOCTORALE DE LA FONDATION MARTINE AUBLET MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE DE RECHERCHE DOCTORALE DE LA FONDATION MARTINE AUBLET ATTENTION : Tout formulaire de candidature qui présentera des erreurs ou anomalies dans le remplissage des champs

Plus en détail

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages www.qualityinternships.eu Préambule Etant donné que:! la passage des jeunes des études au marché de l'emploi devient de plus en plus compliqué

Plus en détail

BTS - Assistant de gestion PME-PMI

BTS - Assistant de gestion PME-PMI Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 07/10/2015. Fiche formation BTS - Assistant de gestion PME-PMI - N : 15854 - Mise à jour : 24/07/2015 BTS - Assistant de gestion PME-PMI

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com or sent by mail to the

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

A quoi sert un brevet?

A quoi sert un brevet? A quoi sert un brevet? C'est une bonne question à se poser lorsque l'on a l'impression que l'on est en face d'une innovation qui mérite d'être protégée. Cette question revient souvent car la protection

Plus en détail

L agent d aide à l emploi devrait chercher à déterminer avec la personne :

L agent d aide à l emploi devrait chercher à déterminer avec la personne : APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 4 LA DESCRIPTION DES QUATRE DOMAINES DE COMPÉTENCES 1. LE CHOIX PROFESSIONNEL : Il est important d'amener le client à comprendre le rôle essentiel que tient le choix professionnel

Plus en détail

Observatoire de l Auto-Entrepreneur

Observatoire de l Auto-Entrepreneur Observatoire de l Auto-Entrepreneur La vision des Français sur l Auto-Entreprise 5 ème édition - Mai 2011 Nouveau Dispositif 2011/ 2012 Comprendre les auto-entrepreneurs comme un groupe social à part entière

Plus en détail

UNEDIC Perceptions et compréhensions de l indemnisation de l Assurance chômage par les Demandeurs d Emploi

UNEDIC Perceptions et compréhensions de l indemnisation de l Assurance chômage par les Demandeurs d Emploi UNEDIC Perceptions et compréhensions de l indemnisation de l Assurance chômage par les Demandeurs d Emploi SYNTHESE DE L ETUDE QUANTITATIVE L Unedic a souhaité disposer d une étude permettant de cerner

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

Synthèse du 12 mars 2015 Marketing social et promotion de la santé

Synthèse du 12 mars 2015 Marketing social et promotion de la santé Petits déjeuners de promotion de la santé Synthèse du 12 mars 2015 Marketing social et promotion de la santé Intervenant : M. Valéry Bezençon, Professeur de marketing et directeur de l'institut de l'entreprise,

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Formulaire de demande de bourse

Formulaire de demande de bourse CONSEIL INTERUNIVERSITAIRE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE DE BELGIQUE COMMISSION DE COOPERATION UNIVERSITAIRE AU DEVELOPPEMENT PROGRAMME DE COURS ET STAGES INTERNATIONAUX 2003-2004 Veuillez coller ici une

Plus en détail

Guide pour les établissements d accueil Programme de mobilité franco-suédois «Education européenne - Une année en France» Année scolaire 2016-2017

Guide pour les établissements d accueil Programme de mobilité franco-suédois «Education européenne - Une année en France» Année scolaire 2016-2017 Guide pour les établissements d accueil Programme de mobilité franco-suédois «Education européenne - Une année en France» Année scolaire 2016-2017 1 I. Présentation Le programme «un an en France» existe

Plus en détail

Comment démarrer en toute simplicité

Comment démarrer en toute simplicité Comment démarrer en toute simplicité avec Google AdWords? Bienvenue chez AdWords Créez votre campagne publicitaire en quelques clics! Comment démarrer en toute simplicité avec Google Adwords? www.google.fr/gagnezdesclients

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Baromètre Santé & Société - Europ Assistance / CSA 2013 : 7 ème vague du baromètre. 15 octobre 2013

Baromètre Santé & Société - Europ Assistance / CSA 2013 : 7 ème vague du baromètre. 15 octobre 2013 2013 : 7 ème vague du baromètre 15 octobre 2013 Contexte, objectifs et méthodologie 2 Objectifs de l étude En 2006, le Groupe Europ Assistance et le Cercle Santé Société lançaient, avec l institut CSA,

Plus en détail

ANALY ANAL S Y E S PR

ANALY ANAL S Y E S PR ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS AUDA BATIMENT MÉTIERS DE LA PLOMBERIE NOVEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 086 plombiers en 20122 soit 4% des salariéss de la production du

Plus en détail

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE DE RECHERCHE DOCTORALE DE LA FONDATION MARTINE AUBLET

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE DE RECHERCHE DOCTORALE DE LA FONDATION MARTINE AUBLET MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE DE RECHERCHE DOCTORALE DE LA FONDATION MARTINE AUBLET ATTENTION : Tout formulaire de candidature qui présentera des erreurs ou anomalies dans le remplissage des champs

Plus en détail

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures Bourse de recherche Jeff Thompson Politique et procédures Table des matières Objet et contexte... 2 Financement... 2 Candidats admissibles... 3 Processus de sélection et d attribution de la bourse... 4

Plus en détail

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AVIS DE RECRUTEMENT: CHEF DE BUREAU RÉGIONAL, RÉSEAU AFRICAIN D EXPERTISE EN BIOSÉCURITÉ (ABNE) NO.VA/NPCA/22 L Union Africaine (UA), créée en tant qu

Plus en détail

Le Sous-Directeur général pour les Relations extérieures et de l Information du public

Le Sous-Directeur général pour les Relations extérieures et de l Information du public Le Sous-Directeur général pour les Relations extérieures et de l Information du public Aux: Commissions nationales pour l UNESCO Délégations permanentes auprès de l UNESCO Instituts de recherche scientifique

Plus en détail