Plan de Suivi-Evaluation du Programme National de Lutte contre le Paludisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan de Suivi-Evaluation du Programme National de Lutte contre le Paludisme 2011 2015"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION NATIONALE DE LA SANTE PUBLIQUE PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME Plan de Suivi-Evaluation du Programme National de Lutte contre le Paludisme Mai 2012 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 0

2 REPUBLIQUE DU BENIN &&&&&& MINISTERE DE LA SANTE &&&&&& Direction Nationale de la Santé Publique &&&&&& Programme National de Lutte contre le Paludisme PLAN DE SUIVI-EVALUATION Mai 2012 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 1

3 PREFACE Le Bénin, à l instar de la majorité des pays de l Afrique au Sud du Sahara, continue de supporter le lourd fardeau du paludisme, préoccupation majeure de Santé Publique et de Développement. Selon les données de l annuaire statistique 2010, le taux d incidence moyen du paludisme toutes formes confondues est de 16,2%. Cette situation est encore plus sévère chez les couches vulnérables de notre société. Pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement, le Partenariat Mondial «Faire Reculer le Paludisme» a intensifié son appui aux pays pour la mise à l échelle des interventions majeures de contrôle du paludisme. La gestion rationnelle des ressources mobilisées dans le cadre de cette initiative, soutenue par des partenaires techniques et financiers, reste cependant un défi pour bon nombre de pays. En effet, l application de la déclaration de Paris qui recommande un plan stratégique unique, un mécanisme unique de coordination et un plan suivi-évaluation unique n est pas toujours effective. Cependant, au Bénin, de véritables progrès sont enregistrés dans les domaines de la prévention, de la prise en charge des cas et du suivi évaluation avec l adoption et la mise en œuvre depuis 2009, d un plan intégré de travail annuel élaboré avec tous les partenaires. Il convient, dans le souci de pérenniser les acquis, de se doter du plan de suivi et d évaluation après le plan stratégique de lutte contre le paludisme. Le présent document qui est le fruit de la collaboration de toutes les parties prenantes avec l appui technique de l OMS et l appui financier de l USAID/PMI devra servir de cadre unique de référence au suivi évaluation des interventions de lutte contre le paludisme au Bénin. Je témoigne ici ma gratitude à tous ceux qui ont contribué à la conception et à la finalisation de ce document. Le Ministre de la Santé Prof. Agr. Dorothée A. KINDE-GAZARD PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 2

4 SOMMAIRE PREFACE... 2 REMERCIEMENTS... 4 SIGLES ET ACRONYMES... 5 I. CONTEXTE Données géographiques, administratives et socio-économiques Organisation du système national de santé Situation de la lutte contre le paludisme II. ANALYSE DU SYSTEME DE SUIVI-EVALUATION Système de Suivi-Evaluation du secteur de la santé Système de Suivi-Evaluation du programme paludisme III. PROCESSUS D ELABORATION DU PLAN SUIVI/EVALUATION Justification du Plan Suivi-Evaluation du programme paludisme Processus d élaboration du Plan Suivi-Evaluation IV. CADRE DE SUIVI-EVALUATION DU PROGRAMME PALUDISME Concepts et organisation générale d un système de Suivi-Evaluation Objectifs et cibles de la lutte antipaludique au niveau international Cadre de Suivi/Evaluation du programme paludisme V. PLAN DE SUIVI-EVALUATION BUDGETISE DU PNLP, Objectifs Interventions pour renforcer le système de Suivi-Evaluation du PNLP Résultats attendus Mesure des performances du programme paludisme Plan de suivi/évaluation budgétisé Modalités de mise en œuvre du Plan Suivi-Evaluation du PNLP Facteurs de succès et obstacles dans la mise en œuvre du Plan Suivi-Evaluation CONCLUSION REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 3

5 REMERCIEMENTS L équipe de réalisation de ce manuel présente ses remerciements au : - Ministre de la Santé, pour avoir autorisé la conception du document ; - Représentant Résident de l OMS pour l appui technique apporté aux différents groupes de travail ; - A tous les partenaires au développement du secteur de la santé pour leur implication dans la finalisation des travaux. Elle exprime également sa gratitude à toutes les personnes ressources pour l intérêt qu elles ont accordé à la réalisation de ce document. Enfin, l équipe exprime ses remerciements à tous ceux qui ont pris une part active aux séances de validation et de dissémination du manuel. EQUIPE DE RÉDACTION Le présent Plan de suivi et d évaluation de la lutte contre le paludisme a été conçu par une équipe pluridisciplinaire composée de : - OKE Mariam: Médecin Epidémiologiste, Coordonnatrice PNLP Bénin ; - DENON Yves Eric: Biologiste, Coordonnateur-Adjoint PNLP Bénin ; - AHOLOUKPE Bruno : Médecin-Epidémiologiste, Suivi Evaluation PNLP Bénin ; - PIO Abou Bakary : Statisticien, Démographe PNLP Bénin ; - ADJIBABI BELLO Chérifatou : Pharmacienne, PNLP Bénin ; - DENAKPO Boniface : Socio-Anthropologue, S/IBCC-PP PNLP Bénin ; - ADOGNON CHABI Larissa : Administrateur, PNLP Bénin ; - BOUSSARI Aliou : IDE, PNLP Bénin ; - Mr. ACAKPO Sanoussi : DPP MS - Mme VISSOH Agnès : DPP MS - Mr. BALOGOUN Edouard : Statisticien, ARM3 Bénin - COKOU François : Statisticien, CRS Bénin AVEC L APPUI TECHNIQUE DE : - Dr Dina GBENOU, Médecin Conseiller Paludisme, OMS Bénin - Dr Abderrahmane Ould KHARCHI, OMS, Chargé de Suivi Evaluation, Paludisme, Equipe d Appui Interpays pour l Afrique de l Ouest, Burkina Faso. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 4

6 SIGLES, ACRONYMES ET ABREVIATIONS ABC Activité à Base Communautaire CAME Centrale d Achat des Médicaments Essentiels et Consommables Médicaux CREC Centre de Recherche Entomologique de Cotonou CTA Combinaison Thérapeutique à base d Artémisinine CSA Centre de Santé d Arrondissement CSC Centre de Santé de Commune DDS Direction Départementale de la Santé DEDTS Direction des Explorations Diagnostiques et de la Transfusion Sanguine DPM Direction des Pharmacies et du Médicament DPP Direction de la Programmation et de la Prospective DSF Direction de la Santé Familiale EDSB Enquête Démographique et de Santé au Bénin FRP Faire Reculer le Paludisme HZ Hôpital de Zone IBC Initiative à Base Communautaire IEC/CCC Information, Education et Communication / Communication pour le Changement de Comportement LQAS Lot Quality Assurance Sampling MIILD Moustiquaire Imprégnée d Insecticide à Longue Durée d Action MS Ministère de la Santé OMS Organisation Mondiale de la Santé ONG Organisation Non Gouvernementale PNLP Programme National de Lutte contre le Paludisme RC/OCB Relais Communautaire/Organisation communautaire de base SIGL Système d Information et de Gestion Logistique SIMR Surveillance Intégrée des Maladies et Riposte SNIGS Système National d Information et de Gestion Sanitaires SP Sulfadoxine Pyriméthamine TDR Test de Diagnostic Rapide TET Test d Efficacité Thérapeutique UNICEF Fonds des Nations Unies pour l Enfance USAID Agence Internationale des Etats-Unis pour le Développement ZS Zone Sanitaire PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 5

7 LISTE DES FIGURES ET DES TABLEAUX Figure 1: Cartographie et stratification du risque lié au paludisme Figure 2: Variations saisonnières des cas de paludisme suspects au Bénin de 2006 à Figure 3: Evolution des cas de paludisme (simple et grave) pour toutes les tranches d âge et les enfants âgés de moins de 5 ans de 2005 à 2009 dans les formations sanitaires Figure 4: Evolution des décès dus au paludisme pour toutes les tranches d âge et les enfants âgés de moins de 5 ans de 2005 à 2009 dans les formations sanitaires Figure 5: Circuit de l information Figure 6: Taux de complétude du SNIGS de 2007 de Figure 7: Cadre de suivi/évaluation du Programme paludisme Figure 8: Cadre logique de S&E du programme Paludisme Figure 9: Circuit de l information du PNLP Figure 10: Ossature du système de suivi évaluation Tableau 1: Principaux indicateurs de luute contre le paludisme en Tableau 2: Organisation du sytème de routine Tableau 3: Cadre Conceptuel du système de Suivi-Evaluation du PNLP Tableau 4: Récapitulatif du budget du plan S&E du PNLP par intervention PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 6

8 RESUME Le présent Plan de Suivi-Evaluation des interventions de lutte contre le paludisme couvre la période de 2011 à Il résulte des orientations définies dans le Plan Stratégique Quinquennal qui vise à réduire de 75 % la morbidité et la mortalité dues au paludisme au cours de la même période. Il est l aboutissement d un exercice qui s appuie sur les insuffisances du système national de collecte de données Cette faiblesse justifie les difficultés d orientation des interventions et des actions, et d appréciation des acquis. Dans ce contexte, il a pour but de doter les différents acteurs de la lutte contre le paludisme d un cadre adéquat de suivi évaluation sur le paludisme axé sur la production d indicateurs nécessaires au suivi et à l évaluation des activités menées. Essentiel pour l appréciation des progrès réalisés en fonction des objectifs fixés et des résultats attendus et définis dans le plan stratégique , le Plan de suivi évaluation prend en compte les différents domaines de la lutte contre le paludisme à savoir : (i) la gestion de la lutte contre le paludisme, (ii) la prise en charge des cas, (iii) la prévention du paludisme, (iv) la surveillance épidémiologique et entomologique, et le suivi de l efficacité thérapeutique des antipaludique, (v) la recherche, (vi) la communication intégrée et la mise en place des IBC. Le présent manuel s appuie sur trois concepts majeurs : le suivi se base sur l examen quotidien des activités en cours d exécution, ensuite l évaluation en tant qu examen ponctuel des changements dans les résultats poursuivis et enfin le monitoring perçu comme le suivi périodique des éléments clés de la performance. Sa mise en œuvre se fera dans le cadre du Groupe de Travail Technique de Suivi-Evaluation (GTT/S-E) qui regroupe plusieurs acteurs. Il s agit: - du PNLP (coordination stratégique et technique), - de la Direction des Pharmacies et Médicaments (contrôle de qualité et mise en place d un système de pharmacovigilance), - de la Centrale d Achat des Médicaments Essentiels (approvisionnement en CTA, TDR et en MIILD), - du SNIGS et du SIMR, - des structures sanitaires publiques et privées et, - des ONGs impliquées dans la mise en œuvre des activités et les partenaires techniques et financiers de l initiative FRP. Enfin le présent plan correspond au principe 3 en 1 : un seul plan stratégique, une seule coordination nationale et un seul mécanisme de suivi /évaluation qui prend en compte les priorités du pays et de l ensemble des partenaires de lutte contre le paludisme. Les volets couverts par le système de suivi/évaluation sont : PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 7

9 - la gestion de l information de routine, à travers le SNIGS, le système de Surveillance Intégrée des Maladies et Riposte (SIMR) et les Sites sentinelles de Monitoring et Evaluation FRP ; - la collecte des données sur le stockage, les transactions et la distribution des moustiquaires imprégnées et des médicaments, à travers le Système d Information et de Gestion Logistique (SIGL) ; - la collecte des informations par les relais communautaires et les groupements féminins, à travers la surveillance à base communautaire du paludisme, - un plan de mesure des indicateurs d impact et de résultats liés aux objectifs spécifiques de suivi et d évaluation, à travers les enquêtes spéciales, les Enquêtes Démographiques et de Santé et les enquêtes auprès des ménages ; - le suivi régulier de l assurance qualité; Au total, la mise en œuvre du système de Suivi-Evaluation permettra de préserver la qualité des informations collectées et de faire des recommandations pour la bonne mise en œuvre subséquente des interventions PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 8

10 INTRODUCTION Dans de nombreux pays du monde, le paludisme représente un obstacle majeur au développement économique et à l amélioration du niveau de santé des populations. De ce fait, une lutte antipaludique bien conduite au niveau national est primordiale dans la poursuite des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Au Bénin, le paludisme représente la principale cause de recours aux soins dans les formations sanitaires. La lutte séculaire menée contre cette maladie n a pas donné les résultats escomptés. Depuis la mise en œuvre du premier plan de lutte contre le paludisme en 1992, des progrès ont été accomplis pour la réduction de l incidence de la maladie. Le Système National d Information et de Gestion Sanitaire (SNIGS) dans le secteur de la santé ne prend pas encore en compte certains indicateurs de suivi et d évaluation en matière de lutte contre le paludisme. En effet les rubriques réservées au paludisme ne permettent pas d avoir les informations suffisantes sur toutes les cibles et d intégrer les nouvelles dimensions de lutte contre la maladie. Aujourd hui, les insuffisances du système de collecte de données expliquent encore les difficultés d orientation des interventions, de justification des actions et d appréciation des différents acquis des plans qui se sont succédés. Le présent plan vise notamment à : - créer et rendre opérationnel un mécanisme de gestion d informations en matière de Lutte contre le paludisme, afin de produire des indicateurs nécessaires au suivi et à l évaluation des résultats des interventions menées ; - apprécier les progrès réalisés en fonction des objectifs fixés et des résultats obtenus ; - orienter les décideurs, gestionnaires et partenaires impliqués dans la lutte contre le Paludisme pour suivre et évaluer le Programme. Ce plan de suivi évaluation est le fruit d un long processus : - constitution d un groupe de travail comprenant tous les acteurs clés en matière de lutte contre le paludisme au Bénin ; - analyse du plan stratégique de lutte contre le paludisme et du système existant de suivi évaluation; - atelier de revue du plan de suivi évaluation par tous les acteurs de la lutte contre le paludisme au Bénin ; - atelier de validation du plan de suivi évaluation PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 9

11 Il est un plan consensuel de suivi évaluation qui expose les éléments clés du mécanisme de suivi et d évaluation des interventions de lutte contre le paludisme au Bénin. En s appesantissant sur le développement du partenariat à tous les niveaux, il a l ambition de servir de guide pratique pour tous les acteurs impliqués dans la lutte contre le paludisme au Bénin. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 10

12 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 11

13 I. CONTEXTE 1.1. Données géographiques, administratives et socio-économiques Sur le plan géo-climatique, la République du Bénin est un Etat de la sous-région Ouest Africaine. Il a un climat chaud et humide avec quatre saisons au sud du pays et deux saisons dans la partie septentrionale. Trois types de reliefs caractérisent le pays qui est arrosé par deus réseaux hydrographiques. Limité au Nord par le fleuve Niger, au Nord-Ouest par le Burkina-Faso, à l Ouest par le Togo, à l Est par le Nigéria et au Sud par l Océan Atlantique, le Bénin couvre une superficie de km 2. avec une population estimée à en Sur le plan démographique, la population Bénin en 2013 était estimée à habitants avec un taux moyen d accroissement annuel de 3,25% (RGPH 2002). La structure par sexe et par âge présente une population jeune et à dominance féminine avec un rapport de masculinité de 94. Sur le plan socio-économique, le Bénin est classé parmi les Pays Pauvres Très Endettés avec le tiers de la population qui vit en dessous du seuil de pauvreté. Selon les Enquêtes Démographiques et de Santé au Bénin (EDSB) de 1996 et 2001, on note que l indice de pauvreté non monétaire est passée de 43,4 % en 1996 à 49,0 % en Les données administratives Trois types de reliefs caractérisent le pays qui est arrosé par deus réseaux hydrographiques? - La région côtière, la plus basse, est située au-dessous du niveau de la mer (Océan Atlantique). Elle est inondable toute l année et présente un ensemble écologique constitué de marécages et de retenues d eau ; - La région du plateau avec la dépression de la Lama qui traverse le pays de l Est à l Ouest ; - La région des collines s étend du centre vers le Nord avec un point culminant à 800 m (l Atacora) par rapport au niveau de la mer. Deux réseaux hydrographiques arrosent le pays : - Le premier, le plus important, est composé des fleuves Ouémé, Mono et Zou, avec leurs affluents. Ceux-ci prennent leur source dans le Nord du pays et se jettent dans l'océan Atlantique. - Le second réseau est composé de quatre (4) fleuves. Il arrose la région septentrionale et se compose du Mékrou, de l Alibori et de la Sota qui se jettent dans le Niger puis de la Pendjari qui se jette dans la Volta. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 12

14 Au 3ème Recensement Général de la Population et de l Habitat (RGPH3), la population béninoise est estimée à habitants en 2002 avec un taux d accroissement naturel de 3,25 %. Selon les projections démographiques réalisées, la population du Bénin serait de habitants en Elle est inégalement répartie entre les départements du Nord et du Sud. En effet, les quatre (4) départements du Nord (Alibori, Atacora, Borgou et Donga) couvrent 75 % du territoire national, mais abritent seulement environ 30 % de la population. La population rurale représente 73 % de la population totale. La structure par sexe et par âge présente une population jeune (figure N 2) et à dominance féminine avec un rapport de masculinité de 94%. La répartition par grands groupes d âges de cette population révèle que les moins de 15 ans représentent 46,8 %, ceux de 15 à 60 ans font 47,9 % et les plus de 60 ans ne représentent que 5,3 %. Cette répartition montre la jeunesse de la population béninoise, mais la proportion des personnes du 3ème âge est en augmentation. Cette jeunesse, gage du dynamisme de la population, impose un défi majeur en matière de santé, d éducation, de loisirs et d emplois. Par ailleurs, bien qu il naisse, en réalité, plus de garçons que de filles (103 garçons pour 100 filles), la population béninoise est à dominance féminine : 51,4 % de femmes pour 48,6 % d hommes. «La surmortalité masculine, surtout à la naissance où la différence de l espérance de vie avoisine les 5 ans (4,4 ans) et le phénomène migratoire des hommes à la recherche d un mieux-être, font que la population compte plus de femmes que d hommes». La loi N du 15 janvier 1999 portant organisation de l administration territoriale de la République du Bénin dispose en son article 6 que le territoire national est découpé en douze départements qui prennent les dénominations ci-après : Alibori, Atacora, Atlantique, Borgou, Collines, Couffo, Donga, Littoral, Mono, Ouémé, Plateau et Zou. Conformément à la loi cidessus citée, les douze départements sont les seuls cadres territoriaux où s effectue la représentation de l Etat. Au total, il y a 77 communes (dont 3 à statut particulier), subdivisées en 546 arrondissements qui sont eux-mêmes constitués de villages/quartiers de ville. La commune est dotée de la personnalité morale, de l autonomie financière et gérée par des organes élus que sont le maire et le conseil communal/municipal. Chaque village ou quartier de ville constitue l'unité administrative de base autour de laquelle s'organisent la vie sociale et les activités de production. Il comprend, outre les zones d'habitation, l'ensemble des terres qui en constituent le patrimoine. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 13

15 Le Bénin est classé parmi les Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) : le tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. En milieu urbain, 38 % des ménages ont été classés comme pauvres, 21 % comme ménages vulnérables tandis que l indice national de la pauvreté globale en milieu rural est de 40,6%. Cette pauvreté est surtout caractérisée par : - un faible pouvoir d achat des populations ; - une inégalité d accès physique aux soins de santé en raison notamment de l inégalité de la répartition des infrastructures et du personnel. Les femmes sont les principales victimes de cette pauvreté. Selon les Enquêtes Démographiques et de Santé au Bénin (EDSB) de 1996 et 2001, on note que l indice de pauvreté non monétaire est passée de 43,4 % en 1996 à 49,0 % en Organisation du système national de santé Le profil sanitaire du Bénin est caractérisé par une prédominance des maladies transmissibles et l émergence des maladies non transmissibles au cours de ces dernières années. La santé des populations constitue toujours une priorité nationale. La vision globale du Bénin contenue dans les Etudes Nationales de Perspectives à Long Terme : Bénin Alafia 2025 met l accent sur le bien-être social qui repose entre autres sur les éléments suivants : - un système éducatif efficace et performant ; - des soins de santé de qualité ; - de l eau potable, de l électricité et un habitat sain pour tous ; - un cadre de vie sain. Cette vision est progressivement concrétisée grâce à la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), des perspectives décennales, de la Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP), des Orientations Stratégiques du Gouvernement (OSD) et des différents Programmes d Action du Gouvernement. Les actions visant l amélioration des conditions socio- sanitaires des populations y occupent une place de choix. Le Ministère de la Santé (MS) est chargé de l élaboration et de la mise en œuvre du volet santé. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 14

16 Suite aux travaux des Etats Généraux de la Santé de Novembre 2007, une vision capable de contribuer au renforcement de la performance du système national de santé béninois a été définie comme suit : En adoptant les Orientations Stratégiques de Développement (OSD) dans le cadre du PNDS , le Gouvernement s est doté d un document d orientation pour ses actions. La finalité c est que le Bénin dispose en 2025 d un système de santé performant basé sur des Initiatives publiques et privées, individuelles et collectives, pour l Offre et la Disponibilité permanentes de Soins de Qualité, équitables et accessibles aux Populations de toutes catégories, fondées sur les Valeurs de Solidarité et de Partage de risques pour répondre à l ensemble des besoins de santé du peuple béninois. Pour y arriver un système de santé pyramidale avec trois niveaux : Central, intermédiaire et périphérique. Le niveau périphérique comporte les structures de soins qui sont composées de 27 Hôpitaux de Zone (HZ), 557 Centres de Santé, 50 maternités et 95 dispensaires isolés, 44 formations sanitaires confessionnelles. En plus des structures publiques, le Bénin compte un nombre important de structures privées et d acteurs de la médecine traditionnelle. Les OSD constituent un repère pour impulser et conduire efficacement le processus de développement du pays. Il s agit en réalité des choix fondamentaux structurants, inscrits dans des perspectives de moyen terme. L objectif est d offrir à tous les secteurs de développement, les repères nécessaires pour l action Cadre institutionnel et gestionnaire Le Ministère de la Santé, conformément au Décret N du 12 mars 2010 a pour mission la conception, la mise en œuvre, le suivi et l évaluation de la politique de l Etat en matière de santé, conformément aux lois et règlementation en vigueur au Bénin et aux visions et politique de développement du Gouvernement. Le système national de santé a une structure pyramidale calquée sur le découpage territorial. Sur le plan administratif l organisation du système de santé public comprend trois niveaux : - Le niveau central ou national qui est le lieu de définition de la politique sanitaire, de la mobilisation des ressources, du contrôle de gestion et de l évaluation des performances en matière de santé; Le niveau intermédiaire du système de santé est représenté par les 06 Directions Départementales de la Santé. Ce sont les organes de programmation, PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 15

17 d intégration et de coordination de toutes les actions de santé au niveau du département. Elles supervisent les structures de santé des niveaux intermédiaire et périphérique. - Le niveau périphérique constitue la base de la pyramide sanitaire et compte 34 zones sanitaires réparties sur toute l étendue du territoire national. La zone sanitaire représente l entité opérationnelle la plus décentralisée du système de santé. Elle est organisée sous forme d un réseau de services publics de premier contact (Maternités et dispensaires isolés, Centres de Santé) et des formations sanitaires privées, le tout appuyé par un hôpital de première référence public ou privé confessionnel (hôpital de zone) et destiné à desservir une aire qui abrite entre et habitants. En plus des structures publiques, le Bénin compte un nombre important de structures privées et d acteurs de la médecine traditionnelle. - Le niveau communautaire constitue aujourd hui, sous la supervision du niveau périphérique, le lieu privilégié de mise en œuvre des interventions majeures de lutte contre le paludisme. Un renforcement du suivi des activités s impose en vue d atteindre l impact attendu Système de prestations de soins L accès de la population aux soins de santé est l une des priorités des autorités sanitaires. Au Bénin un habitant se trouve à environ 7,5 km d une formation sanitaire. Cependant, cette situation cache des disparités au niveau des départements. S agissant de l accessibilité aux formations sanitaires de première référence, plus de 50% de la population a accès à un hôpital de référence en cas de nécessité ; 13% vivent encore à plus de 30 km d un hôpital de référence. La majorité des communautés rurales ne disposent pas d un hôpital à moins de 5 km (34% contre 77% pour le milieu urbain). Selon l annuaire des statistiques sanitaires 2011, le système de soins du secteur public est assuré par un réseau d établissements structuré à trois niveaux hiérarchisés ainsi que suit: - Au niveau central, les institutions hospitalières et socio-sanitaires : Centre National Hospitalier et Universitaire (CNHU-HKM), Centre National de Pneumo-phytisiologie, Centre National de Psychiatrie et Centre National de Gérontologie - Au niveau intermédiaire : l Hôpital de la Mère et de l Enfant Lagune (HOMEL), 5 Centres hospitaliers départementaux (CHD), un CIPEC, un Centre de Traitement Anti lépreux PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 16

18 (CTAL), un Centre de dépistage et de traitement de l Ulcère de Buruli d Allada et de Pobè et un Centre de Pneumo-phtisiologie d Akron ; - Au niveau périphérique : les structures de soins sont composées de 27 Hôpitaux de Zone (HZ), 557 Centres de Santé, 50 maternités et 95 dispensaires isolés, 44 formations sanitaires confessionnelles. Les prestations de services sont assurées dans les structures publiques par 1078 médecins, 3705 infirmiers, 1270 sages-femmes, 569 techniciens de laboratoires et 100 techniciens de radiologies. Ce personnel est inégalement réparti entre les 12 départements du pays avec une grande concentration au niveau du Littoral et de l Atlantique. A côté de ces structures publiques, il y a des services de santé des armées et 213 officines de pharmacie. De même, 62 jardins de plantes médicinales fonctionnels ont été répertoriés en Situation de la lutte contre le paludisme Historique Le Bénin a inscrit au rang des priorités la lutte contre le paludisme dans son Plan National de Développement Sanitaire. Cette lutte a été progressivement structurée et met aujourd hui l accent sur la nécessité d atteindre des objectifs programmatiques en rapport aussi bien avec le PNDS que les orientations régionales et mondiale pour le contrôle du paludisme dans le cadre des OMD. Les dates clés qu il faut retenir de la lutte contre le paludisme sont les suivantes : 1986 à 1992 : les interventions de lutte contre le paludisme ont été exclusivement menées dans les formations sanitaires ; 1991 : élaboration d un avant-projet du Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) ; 1992 : élaboration d un premier Plan Quinquennal de lutte contre cette endémie pour la période de ; ce plan, à cause de son caractère vertical, est centralisé et manque d engagement financier au niveau national. Il a connu peu de succès. Il a été intégré aux soins de santé primaires en 1992 et a connu une révision en Ce plan s est illustré par la création de sites sentinelles de surveillance de la chimio sensibilité du plasmodium à la chloroquine et la création des centres d imprégnation de moustiquaires en à 1999 : le Bénin a bénéficié d un financement de l OMS, dans le cadre d un plan de Lutte Antipaludique Accélérée (LAPA), ce qui a permis de mettre en place les stratégies de base de la lutte contre le paludisme ; PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 17

19 1999 : adhésion du Bénin à l Initiative «Faire Reculer le Paludisme» lancée en juillet 1998 par le Dr Harlem GRO BRUNDTLAND, alors Directeur Général de l Organisation Mondiale de la Santé (OMS); 2000 : Adoption de la déclaration d Abuja pour le contrôle du paludisme par le Chef de l Etat Béninois suite au sommet des chefs d Etat et de Gouvernement tenu à Abuja (Nigeria), en avril 2000 ; 2001 : Elaboration d un plan stratégique ; 2003 : Accès au Financement du Fonds Mondial de Lutte contre le Paludisme, le Sida et la Tuberculose ; 2004 : Consensus National pour le changement de la Politique de Lutte contre le Paludisme ; 2006 : Rencontre Internationale sur le Vaccin Antipaludique (MVI: Malaria Vaccin Initiative) ; 2006 : Elaboration du plan stratégique dans le cadre des ojectifs d Abuja adopté par les Chefs d Etats de l UA en 2006 et qui devient un accès universel en 2010 aux interventions de prise en charge et de prévention du paludisme, SIDA et Tuberculose ; 2006 : Accès au financement du Booster Program de la Banque Mondiale ; 2007 : Première campagne nationale de distribution de MIILD aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans ; 2008 : Mise en œuvre PMI/USAID, projet ALAFIA du round 7 FMSTP ; expériencepilote de la PID ; 2009 : Elaboration des directives nationales sur la prise en charge du paludisme au niveau communautaire ; Elaboration de PITA ; 2010 : Revue de performance du Programme de lutte contre le paludisme qui a abouti à l élaboration du Plan stratégique du PNLP ; 2011 : Campagne nationale de distribution gratuite de MIILD aux ménages pour l accès universel Cadre institutionnel et programmatique du PNLP La politique nationale de lutte contre le paludisme s inscrit parfaitement dans les orientations du PNDS du Bénin. Les directives de cette politique seront mises à jour et conformes aux nouvelles recommandations de l'oms notamment en matière de gestion des cas où la confirmation biologique devient systématique. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 18

20 Le PNLP a pour vision de faire en sorte que d ici 2030, le paludisme ne soit plus un problème de santé publique au Bénin. La mission du PNLP au sein du ministère de la Santé est d assurer l accès universel à des moyens de prévention localement adaptés et au traitement correct du paludisme simple et grave pour réduire les taux de mortalité et de morbidité dus au paludisme. Le PNLP est sous la tutelle de la Direction Nationale de la Santé Publique. D un point de vue managérial, les différents niveaux dans la mise en œuvre de la politique de lutte contre le paludisme se complètent harmonieusement. Au niveau central - le Secrétariat Général, mémoire administrative, veuille sur les aspects administratifs et de gestion en vue d assurer une cohérence avec la politique sectorielle de santé et les principes de bonne gestion. - La Direction Nationale de la Santé Publique appuie la supervision des aspects techniques du PNLP ainsi que la conception des plans d action annuels, en étroite collaboration avec les autres Directions Techniques du Ministère de la Santé. - La coordination du programme est responsable de la conception et de la mise en œuvre des plans intégrés de travail en collaboration avec les partenaires intervenant dans la lutte contre le paludisme à tous les niveaux. Au niveau intermédiaire ou départemental La cellule d appui PNLP au niveau du département est responsable de la mise en œuvre de toutes les stratégies prévues au niveau opérationnel sous la responsabilité du Directeur départemental de la santé. Au niveau périphérique ou Zone sanitaire L équipe d Encadrement de la Zone Sanitaire (EEZS) est la structure opérationnelle de mise en œuvre des activités de lutte contre le paludisme. Dans un processus de planification ascendante, elle participe à la planification et au suivi/évaluation des activités au niveau des centres de santé et dans la communauté. Les activités de formation, de mobilisation sociale, de surveillance épidémiologique, de recherches opérationnelles et de Suivi-Evaluation sont menées de manière intégrée avec les services chargés des programmes de lutte contre la maladie. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 19

21 Profil épidémiologique du paludisme Selon les données épidémiologiques enregistrées à travers le SNIGS au cours des dix dernières années, toutes les zones géographiques du Bénin sont touchées par le paludisme. Le climat au Bénin est favorable à une transmission continue de la maladie avec des recrudescences saisonnières. La distribution de la maladie n est pas la même sur toute l étendue du territoire national. Quant au changement climatique, il a une influence certaine sur la durée de la transmission de la maladie. Toute la population est exposée au paludisme dans le pays ; toutefois les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans constituent d être les groupes les plus vulnérables et sont exposés aux formes graves de la maladie. On distingue trois principales zones de transmission du paludisme (Nahum, 2010): - la zone Sud, côtière avec des lacs et lagons, la transmission est hétérogène du fait de la diversité des vecteurs ; - la zone centre où la transmission est holo-endémique - la zone nord avec une transmission saisonnière et un pic au cours de la saison des pluies qui commence en juillet et finit habituellement en octobre. Source : Thèse de Doctorat Alain Nahum 2010 Figure 1: Cartographie et stratification du risque lié au paludisme PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 20

22 L agent pathogène du paludisme est majoritairement le Plasmodium falciparum et minoritairement les Plasmodium malaria, Plasmodium ovale et Plasmodium vivax. Le complexe An. gambiae est formé de quatre entités taxonomiques : An. melas (34,7%), An. arabiensis (01,9%) et trois formes chromosomiques d An. gambiae s.s. (63,4%) constitue le principal. Les données récentes (Rapport CREC/PMI, 2009) de l année 2008 (fig. 2) montrent une introduction de Anopheles arabiensis dans les zones de forêt et de savane humide puisqu il y a 20 ans environ, cette espèce anophélienne était seulement limitée à la zone septentrionale. L évolution des cas de paludisme enregistrés ces dernières années au Bénin est donnée par la figure ci-dessous Figure 2: Variations saisonnières des cas de paludisme suspects au Bénin de 2006 à Les graphiques ci-après illustrent l évolution de la tendance de quelques indicateurs de morbidité et de mortalités palustres de 2005 à 2009 dans les formations sanitaires. i) Tendances des cas de paludisme dans les formations sanitaires Le nombre de cas de paludisme et le nombre de cas de paludisme grave sont sélectionnés dans la présente rubrique pour illustrer l évolution de la morbidité palustre dans les formations sanitaires de 2005 à PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 21

23 Figure 3: Evolution des cas de paludisme (simple et grave) pour toutes les tranches d âge et les enfants âgés de moins de 5 ans de 2005 à 2009 dans les formations sanitaires Le taux d incidence moyen du paludisme (simple + grave) est de 16,2% en Ce taux d incidence est nettement plus élevé chez les enfants de moins d un an : 63,1 et de 33,3% pour ceux d un à quatre ans. Le taux d incidence du paludisme grave en 2010 est de 2,3% contre 2,9% en En Dépit de cette baisse il demeure encore très élevé chez les enfants de moins d un an : 8,4% et 4,9% pour les enfants de moins d un à quatre ans. ii) Tendances des décès liés au paludisme dans les formations sanitaires Le nombre de décès dus au paludisme et la létalité sont les indicateurs sélectionnés pour illustrer l évolution de la mortalité palustre dans les formations sanitaires de 2005 à Figure 4: Evolution des décès dus au paludisme pour toutes les tranches d âge et les enfants âgés de moins de 5 ans de 2005 à 2009 dans les formations sanitaires PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 22

24 La létalité moyenne du paludisme grave est restée stable au cours de la période (0,60% en 2010 contre 0,62% en 2006) Stratégies nationales de lutte contre le paludisme Les stratégies nationales de lutte contre le paludisme, adaptées aux spécificités des différents faciès épidémiologiques, sont issues du document de politique nationale de lutte antipaludique qui lui-même s inspire des dernières directives de l OMS. Elles visent une réduction de la survenue des cas de paludisme ainsi que les décès au sein des populations exposées à la maladie. Elles intègrent le renforcement de méthodes de prévention multiples d une part et l amélioration de l accès précoce et correct au diagnostic et traitement du paludisme d autre part. a)- Stratégies majeures de lutte antipaludiques Lutte contre les vecteurs Elle vise entre autres à diminuer au maximum le contact homme vecteur, la longévité des vecteurs du paludisme, la modification de l environnement pour le rendre hostile à la prolifération des moustiques. L utilisation de la moustiquaire imprégnée constitue la stratégie principale de réduction du contact homme-vecteur, donc de la transmission du paludisme. La pulvérisation intra-domiciliaire visant à diminuer la longévité des vecteurs constitue une stratégie complémentaire à l utilisation de la moustiquaire imprégnée. L utilisation des bio-larvicides dans certaines zones permettra de façon intégrée aux autres stratégies pré-citées de réduire la densité larvaire. - Utilisation des MIILD: L accès et l utilisation aux MIILD sont assurés à travers des campagnes de distribution de masse à toute la population cible, la distribution de routine aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 1 an respectivement lors des CPN et du PEV de routine, ; tout ceci renforcé par la communication de proximité au niveau communautaire. - Pulvérisation Intra Domiciliaire (PID): Conformément au document de stratégie à long terme ( ) de mise en œuvre de la PID au Bénin, l extension de la PID est mise en oeuvre progressivement dans les communes éligibles ; cette stratégie connaitra une extension progressive dans quatre nouvelles communes chaque année, de 2011 à 2015, soit un total de 8 communes PID en 2011 et 24 en Les nouvelles communes introduites sont toujours maintenues à chaque extension. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 23

25 La stratégie de l extension de la PID peut s appuyer sur diverses variantes tactiques de mise en œuvre en fonction de la situation éco-épidémiologique des zones incluses, des niveaux de couverture des autres mesures de lutte, des ressources disponibles et des contraintes opérationnelles locales. Le succès de cette stratégie repose sur la mise en œuvre de plusieurs interventions ou activités intégrées. C est ainsi que les principaux volets de la phase pilote vont être maintenus et renforcés. - Lutte Anti Larvaire (LAL): De nombreux gites larvaires sont rencontrés dans nos communautés en particulier dans les zones marécageuses ; l utilisation des biolarvicides se fait à petite échelle et sa généralisation dans tout le pays est progressive en fonction des résultats. Les biolarvicides sont à utiliser dans tous les départements du Littoral et de l Atlantique considérés zones pilotes pour une couverture entière au moins pendant deux ans ( ). Par la suite, chaque année deux nouveaux départements pourront être intégrés au regard des résultats atteints après cette phase pilote. Prévention du paludisme chez les femmes enceintes La prévention du paludisme chez la femme enceinte, outre l utilisation de la moustiquaire imprégnée, se fait à travers le traitement préventif intermittent à la Sulfadoxine-Pyriméthamine qui consiste à donner en prise supervisée 2 doses de 3 comprimés de sulfadoxine pyriméthamine lors des CPN. La 1ère dose est donnée à partir de la 16 ème semaine d aménorrhée ou dès l apparition des mouvements fœtaux actifs et la 2ème dose à un mois d intervalle et ceci au plus tard avant la 36ème semaine. Diagnostic et prise en charge des cas de paludisme Le PNLP dispose de directives actualisées en février 2011 de gestion des cas du paludisme. Tous les cas suspects de paludisme doivent faire, quels que soient le niveau de prise en charge et l âge du sujet, l objet d une confirmation diagnostique par la microscopie ou les TDR. La microscopie est réalisable au niveau de tous les hôpitaux et des CS de commune. Le traitement des cas de paludisme simple est basé sur l utilisation des ACT alors que celui des cas graves de paludisme est basé sur les sels de quinine en perfusion ou les dérivés à base d Artéminisine en IM ou en IV. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 24

26 Le paludisme chez la femme enceinte doit être considéré comme une urgence, cependant, la prise en charge selon qu il s agit d une forme simple ou grave se fait ainsi que suit : - 1 er trimestre : Quinine comprimé ou injectable pour les formes simple ou grave ; - 2 ème et 3 ème trimestres : ACT pour les formes simples et quinine injectable pour les formes graves. b)- Stratégies de soutien Elles comportent la communication pour un changement de comportement et la mobilisation sociale en faveur de la lutte contre le paludisme d une part, et d autre part le renforcement de la gestion du programme et la coordination du partenariat pour l impact, ainsi que suit : - L amélioration de la communication et de la mobilisation sociale à tous les niveaux de la pyramide sanitaire et à l intention de tous les décideurs politiques et acteurs de la lutte antipaludique ; - L améliration de la gestion des approvisionnements et des stocks d intrants pour la lutte antipaludique à tous les niveaux de la pyramide sanitaire; - Le renforcement de la surveillance, du suivi/évaluation et de la recherche opérationnelle en mettant l accent sur le système de surveillance de routine et des enquêtes nationales; - Le renforcement des capacités de gestion et de coordination du programme à tous les niveaux; - L intégration des interventions de lutte antipaludiques à d autres programmes de santé et autres secteurs pour une meilleure synergie des actions et une gestion efficiente des ressources disponibles Résultats et progrès de la lutte contre le paludisme Le PNLP a atteint en 2011 les objectifs de prévention du paludisme chez les cibles à travers la couverture effective satisfaisante en MIILD des femmes enceintes et des enfants de moins de cinq ans au cours de laquelle il a été distribué moustiquaires imprégnées d insecticide à longue durée d action à ménages résidant sur le territoire béninois. Les objectifs de traitement correct des cas de fièvre chez les enfants de moins cinq ans sont à la limite des valeurs cibles. Le taux de 25% obtenu est dû au fait que le recours aux soins dans les 24 heures après l apparition des premiers symptômes n est pas encore un comportement réflexe chez la population ; en effet ce taux de 25% passe à 40% quand on ne considère par le délai de recours PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 25

27 aux soins. Le traitement préventif intermittent à la SP a connu un progrès significatif par rapport à Le niveau des principaux indicateurs de résultats en 2010 sont : Tableau 1: Principaux indicateurs de lutte contre le paludisme en 2010 indicateurs clés Pourcentage d enfants de moins 5ans souffrant de fièvre qui reçoit un antipaludique efficace (CTA) à dose requise dans un délai de 24 heures après l apparition des premiers symptômes à domicile Pourcentage d enfants de moins de 5 ans qui ont dormi sous une MIILD/MI au cours de la nuit précédant l'enquête Valeurs 25% 64% Pourcentage de femmes enceintes qui ont dormi sous une MIILD/MI au cours de la nuit précédant l'enquête 60% Pourcentage de femmes enceintes qui ont reçu au moins deux doses de TPI2 pendant leur grossesse 46% Source : MIS 2010 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 26

28 But, objectifs et priorités nationales en matière de lutte antipaludique But de la lutte contre le paludisme Contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité dans la population générale et faire en sorte que le paludisme ne soit plus un problème de santé publique. Objectif de la lutte antipaludique A l horizon 2030, infléchir les tendances évolutives du paludisme en réduisant significativement l incidence et en maintenant après 2015 la létalité due à cette affection proche de zéro décès.. Priorités nationales en matière de lutte antipaludique - Atteindre et maintenir un accès universel aux mesures localement adaptées de prévention du paludisme afin d avoir une utilisation à 100% par la population des zones à risque de paludisme et le traitement préventif intermittent chez les femmes enceintes ; - Assurer la confirmation biologique pour 100% des cas suspects de paludisme admis dans les formations sanitaires publiques et privées et au niveau communautaire; - Atteindre la couverture universelle pour la prise en charge correcte de 100% des cas de paludisme simple et/ou grave vus dans les formations sanitaires publiques et privées et au niveau communautaire; - Renforcer le système de surveillance épidémiologique intégré du paludisme au niveau de toutes les zones sanitaires ; - Dynamiser le système de suivi/évaluation des interventions de lutte contre le paludisme, notamment la mise en place d un système de surveillance de routine fonctionnel et la réalisation d enquêtes nationales représentatives pour évaluer l impact du programme; - Renforcer le partenariat RBM autour du PNLP en vue de mobiliser un financement viable prenant en compte les contributions de l Etat et les opportunités de financement au niveau international; - Renforcer les capacités managériales et de coordination du programme à tous les niveaux; PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 27

29 But et Objectifs du Plan stratégique de lutte antipaludique La lutte contre le paludisme au Bénin s inscrit en étroite ligne avec les orientations de la politique nationale de santé. But Le but de la lutte contre le paludisme au Bénin est de contribuer à la réduction de la mortalité et de la morbidité générales de la population. Objectif du programme - Réduire de 75% le nombre de cas de paludisme d ici à 2015 par rapport à 2000 ; - Atteindre une mortalité nationale proche de zéro (1 décès pour habitants) pour tous les décès évitables liés au paludisme ; - Renforcer les capacités de gestions managériales du programme. Objectifs spécifiques D ici Amener 100% de la population à risque à dormir sous moustiquaires imprégnées à longue durée d action ; - Assurer la protection avec le TP2 à toutes les femmes enceintes ; - Assurer la pulvérisation intradomiciliaire d au moins 80% des structures des zones éligibles ; - Assurer un examen biologique à 100% des cas suspects de paludisme vus dans les formations sanitaires publiques et privées, et au niveau communautaire ; - Assurer la prise en charge correcte à 100% des cas de paludisme simple ou grave vus dans le secteur public et privé conformément aux directives nationales ; - Assurer la prise en charge correcte d au moins 80 % des cas avérés de paludisme diagnostiqués biologiquement au niveau communautaire. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 28

30 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 29

31 II. ANALYSE DU SYSTEME DE SUIVI/EVALUATION 2.1. Système de suivi/évaluation du secteur de la santé Le système de suivi/évaluation du secteur de la santé est celui du Plan National de Développement Sanitaire (PNDS). Il est décrit dans un document appelé Plan de suivi évaluation. Il est la référence pour l ensemble des acteurs intervenant dans la mise en œuvre du PNDS Description Le Système National d'information et de Gestion Sanitaires a été mis en place en 1990 pour pallier à l insuffisance de l information sanitaire et s'appuie sur l'organisation pyramidale du système de santé. Chaque niveau a un travail particulier pour la collecte, la synthèse et l'analyse de l'information qui le concerne. La coordination de la gestion de ce système est ascendante. Dans la pratique, les données qui alimentent le SNIGS proviennent des sous-systèmes suivants : - sous-système d information pour la surveillance continue des tendances (activités des formations sanitaires, suivi des tendances), - sous-système de surveillance épidémiologique et de détection des épidémies, - sous-système d information des programmes, - sous-système d information de gestion administrative et financière, - sous-système d enquêtes périodiques, - sous-système d information à assise communautaire, - sous-système d état civil. a)-le système de routine Le système d information de routine ou sous-système des tendances collecte la plupart des informations du SNIGS. Il dispose d outils standardisés PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 30

32 Tableau 2: Organisation du système de routine Niveau Structure Attributions Centre de santé et Hôpital de zone - Collecte et synthèse des données des activités de gestion, de soins curatifs, de la surveillance des MPE et de SMI de la formation sanitaire; - Analyse de l'évolution des indicateurs de la formation sanitaire. Périphérique Bureau de zone - Collecte et synthèse des données des activités de gestion, de soins curatifs, de la surveillance des MPE et de SMI de la Zone Sanitaire - Suivi et analyse de l'évolution des indicateurs de la Zone et de la contribution de l Hôpital de Zone et de chaque CS à la performance globale en vue de prendre des actions correctrices. - Collecte et synthèse des données des activités de gestion, de soins curatifs, de la surveillance des MPE et de SMI du département ; Intermédiaire DDS - Suivi et analyse de l'évolution des indicateurs du département et de la contribution du CHD, de chaque Zone Sanitaire, puis des formations sanitaires et hôpitaux privés/confessionnelles à la performance globale en vue de prendre des actions correctrices. Central SGSI/DPP - Collecte et synthèse des données des activités de gestion, de soins curatifs, de la surveillance des MPE et de SMI du pays ; - Suivi et analyse de l'évolution des indicateurs du pays, de la contribution du CNHU et de chaque département à la performance globale en vue de prendre des actions correctrices. Source : SNIGS/DPP/MS La collecte des informations se fait sur la base d outils standardisés de deux grandes catégories à savoir : - les outils exclusivement d'usage local (Registres, fiches, cartes et carnets) qui servent à améliorer la qualité des services au niveau du centre de santé à travers la gestion des ressources, le suivi des patients, etc. - les outils de synthèses (Fiches de dépouillement et de transmission d un niveau à un autre) qui permettent l établissement des rapports mensuels, semestriels et annuels. Le schéma ci-dessous résume le circuit de l information sanitaire : PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 31

33 Figure 5: Circuit de l information Les délais de transmission des rapports selon le niveau se présentent comme il suit : Centres Délais d envoi par les niveaux périphériques CS, FSP vers ZS Avant le 5 ZS, CHD et HP vers DDS Avant le 15 DDS vers niveau central Avant le 20 Le contrôle de la qualité des données se fait lors de la supervision de la collecte et aux cours de la validation des bases de données. Le niveau de complétude des rapports se présente comme il suit au cours de cinq dernières années : PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 32

34 Taux de complétude % Taux de complétude ANNEE Figure 6: Taux de complétude du SNIGS de 2007 de 2011 Depuis sa mise en place, le SNIGS dispose d une série d annuaires statistiques, élaborés et édités de 1990 à b)- La surveillance épidémiologique (SIMR) Le sous-système pour la surveillance épidémiologique et la détection des épidémies ou Surveillance Intégrée des Maladies et la Riposte (SIMR) a été véritablement mis en place en Il dispose de fiche IDS qui permet de collecter des informations individuelles sur toutes les maladies sauf celles relatives au cas de Paralysie Flasque Aigue (PFA) et de Tétanos Maternel et Néonatal. Ces deux affections disposent de fiches particulières dénommées respectivement fiches d investigation des PFA et de TMN. Tous ces supports ont été harmonisés avec les autres structures de surveillance. Pour la gestion du sous-système, les délais de transmission des données ont été définis et se présentent comme il suit : - de la commune à la zone sanitaire : tous les lundis matin ; - de la zone sanitaire au département : tous les mardis matin ; - du département au niveau central : tous les mardis soir ou au plus tard tous les mercredis matin. Les données collectées sont gérées à l aide d une application sous Excel, ce qui permet de partager les informations entre les structures et partenaires (OMS, Plan Bénin, OOAS). Toutefois, ce soussystème est confronté à la faible intégration des maladies sous surveillance. La gestion de ce soussystème est assurée notamment par la DNSP. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 33

35 c)-les enquêtes démographiques Le sous-système des enquêtes regroupe les enquêtes périodiques (le RGPH et l EDS) et les enquêtes spécifiques des projets et programmes du secteur de la santé et autres dont le secteur santé peut tirer des informations. Seuls les RGPH et EDS se font de façon périodique, mais il se pose un véritable problème de la mise à disposition à temps des résultats de ces deux opérations. Quant aux enquêtes spécifiques, elles se font et utilisent des méthodologies qui varient d une étude à une autre, ce qui ne permet pas de faire des comparaisons dans les analyses. d)-données spécifiques des programmes de santé Les programmes implémentés dans le secteur de la santé sont un ensemble d actions, impliquant plusieurs structures ou ministères qui visent à éradiquer ou à réduire la prévalence de certaines affections. Pour le suivi et l évaluation des actions mises en œuvre, des mécanismes de collectes de données sont mis en place au niveau desdits programmes et de certaines directions techniques. Au nombre des programmes, on peut citer le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS), le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), le Programme National contre la Tuberculose (PNT), le Programme National de Lutte contre la Lèpre et l Ulcère de Buruli (PNLUB), etc. Même si la plupart de ces programmes disposent de supports standardisés et de délai de transmission, ils sont confrontés aux problèmes de promptitude, de complétude, de gestion de données, et d insuffisance de ressources Analyse de la performance a)-organisation et fonctionnement Depuis sa mise en place, le SNIGS a subi quatre évaluations : 1991, 1996, 2001 et L actualisation des résultats de 2007 a été réalisée grâce aux constats notés lors des supervisions des acteurs de la chaîne du système. Les forces et les faiblesses du système se présentent comme suit : Forces: Existence des procédures de collecte et de transmission des données standardisées pour tous les niveaux ; Identification des Indicateurs clés à renseigner régulièrement ; Existence des applications informatiques (logisnigs et logihosp) pour la gestion des données ; Régularité dans la publication des annuaires des statistiques sanitaires depuis 1990 ; PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 34

36 Faiblesses : Faible coordination des activités du SNIGS Insuffisance de ressources humaines qualifiées (statisticien, informaticien, planificateur épidémiologiste) pour la gestion du système; Insuffisance de ressources financières pour l acquisition, l entretien du matériel informatique et l organisation des supervisions régulières et des réunions des acteurs du système Faible intégration des formations sanitaires privées dans le SNIGS; Faible qualité des données produites (faible promptitude, complétude et utilistaion des données produites) b)-supervisions formatives régulières Les supervisions des agents dans les tâches de collecte, de saisie et d analyse des données permettent de corriger les erreurs d observations, d enregistrements et d analyse des données. Selon les procédures du SNIGS, les périodicités fixées se présentent comme il suit : Au niveau de la zone: Mensuelle vers les centres de santé Au niveau départemental: Trimestrielle vers les zones sanitaires Au niveau central: Semestrielle vers les départements, zones sanitaires ou centres de santé. Pour des raisons d interférence, d insuffisance du personnel, de ressources financières ces supervisions ne sont pas régulières, ce qui affecte la qualité des données collectées. c)- Recherche pour la santé Au Bénin, le pilier majeur de développement du secteur santé que constitue la recherche ne joue pas encore pleinement sa partition. La recherche n arrive pas encore à contribuer efficacement à l amélioration de l état de santé des populations béninoises du fait de l insuffisance des travaux de recherche, de la faible utilisation des résultats pour la prise de décision et de la faible coordination des activités de recherche. Cette situation pourrait s expliquer par une méconnaissance des travaux de recherche effectués dans le pays, corollaire de la faible vulgarisation des résultats de ces travaux et la non perception de l utilité des résultats de recherche par les acteurs et décideurs. Par ailleurs, beaucoup de pistes de recherche pour la santé demeurent non explorées faute de ligne budgétaire des politiques en faveur de la recherche. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 35

37 2.2. Système de suivi/évaluation du programme paludisme Description Le système de suivi/évaluation a connu un progrès significatif au cours de la dernière décennie. Son évolution de 2001 à 2010 a été marquée par les acquis suivants : - Collecte dynamique des données de morbidité et de mortalité palustres dans les formations sanitaires publiques ( ), en 2002 ; - Consensus national sur les indicateurs à utiliser (processus, résultats et impact) pour le suivi/évaluation FRP, en mai 2001 ; - Élaboration des outils de collecte complémentaire au système de routine SNIGS et définition du circuit d information, en 2001 ; - Réalisation d évaluation d activités à base communautaire de lutte contre le paludisme ; - Réalisation d enquêtes spécifiques de lutte contre le paludisme ; - Mise en place s un système d information de routine sur le paludisme (SIRP) en 2010). - Mise en place d un système d information de gestion logistique sur le paludisme (SIGL) en 2010). - Surveillance épidémiologique dans les sites sentinelles - Suivi des activités de lutte contre le paludisme - Supervisions semestrielles formatives des sites sentinelles pour la validation des données ; - Monitorings On observe aujourd hui deux systèmes de collecte - Le système de routine : pour suivre les activités du programme de manière quotidienne et renseigner les indicateurs de lutte contre le paludisme ; - Le système de collecte ponctuelle : de manière ponctuelle et aux besoins, des enquêtes sont organisées pour satisfaire certains besoins en informations. A) Le système de routine Il comprend le SIRP, le SIGL et la surveillance sentinelle. - SIRP Le Système National d Information de Routine du Paludisme a pour mission de fournir des informations nécessaires à la prise de décisions pour le renforcement et la réorientation des politiques et stratégies de lutte contre le paludisme à tous les niveaux de la pyramide sanitaire PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 36

38 selon les délais indiqués dans les normes et standards. Pour atteindre ces objectifs un processus participatif impliquant tous les acteurs a commencé depuis 2008 et a permis d élaborer les documents méthodologiques et les procédures de mise en place d un système d information. Le SIRP s appuie sur le SNIGS pour son fonctionnement. Il utilise de ce fait les mêmes ressources humaines, matérielles et le même circuit de transmission des données collectées. En ce qui concerne la collecte des données : Au niveau de la communauté, les relais communautaires ou volontaires désignés assurent la collecte des données du paludisme dans des registres appropries. Périodiquement (souvent le mois), les facilitateurs communautaires font la synthèse de ces données qu ils transmettent au responsable du centre de santé en même temps qu au partenaire dont ils relèvent (ONG nationales ou internationales) après validation. Les données recueillies à l aide des outils de collecte communautaires sont transmises au responsable du centre de santé Les données proviennent aussi du recueil quotidien au niveau des centres de santé, des hôpitaux de référence mais également au niveau des cabinets médicaux, des laboratoires publics et privés. Les données sont manuellement compilées à la fin de chaque mois et la synthèse transmise à la ZS.Ces données transitent ensuite par les zones sanitaires où elles sont saisies et transmises ensuite sous forme électronique (par ) à la DDS puis au PNLP. - Le SIGL Le système d information et de gestion logistique est toujours à ses débuts et ses périodes de balbutiements. Avec la mise en place d une base de données dans tous dépôts répartiteurs de zones sanitaires et du logiciel MEDISTOCK, les données sur les intrants sont collectées et transmises au PNLP par l intermédiaire des cellules d appui PNLP. Cependant quelques difficultés entravent son bon fonctionnement. - La surveillance sentinelle Une collecte de routine se fait dans les 5 sites sentinelles pour rendre effective la surveillance épidémiologique au Bénin. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 37

39 B) Système de collecte ponctuelle Quelques enquêtes spécifiques sont réalisées par le PNLP pour suivre certains indicateurs de lutte contre le paludisme. Cependant le PNLP a recours aux enquêtes telles que l EDS et le MIS pour renseigner certains indicateurs. Avec la mise en place de ces éléments, le suivi/évaluation a connu des progrès mais il demeure des insuffisances qui ont été relevées par l évaluation du plan stratégique Tableau 3: Cadre Conceptuel du système de Suivi-Evaluation du PNLP Stratégies Collecte de routine Etudes spéciales Mécanismes - Système d information de routine du paludisme (SIRP) basé sur le LOGISNIGS (ZS, Antennes Départementales PNLP, Coordination PNLP) - Système de gestion logistique du paludisme (SIGLP) basé sur MEDISTOCK et PIPELINE (ZS, DDS, PNLP) - Monitoring des activités dans les formations sanitaires - Supervision (Nationale, départementale et périphérique) - Suivi du plan annuel intégré - Enquête post-campagne de distribution de MIILD - Evaluation par la méthode de Lot Quality Assurance (LQAS) ou la méthode MIS - Etudes épidémiologiques (Vecteur, Médicaments) - Enquête démographique et de Santé - Qualité de la prise en charge dans les formations sanitaires Analyse des performances du système de suivi/évaluation du programme paludisme Les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces liées à la mise en œuvre des mécanismes de suivi et d évaluation en matière de lutte contre le paludisme au Bénin sont les suivantes : a)- Forces - Existence de la liste des indicateurs nationaux de S-E de la lutte contre le paludisme ; - Mise en place et fonctionnement des sites sentinelles S&E ; - Existence d un système d information de routine sur le paludisme SIRP ; - Existence de bases de données décentralisées sur le paludisme jusqu au niveau périphérique ; - Gestion décentralisée de la base de données sur le paludisme grâce à l application LOGISNIGS ; PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 38

40 - Intégration des données du paludisme au SNIGS ; - Système de Surveillance Intégrée des Maladies et Riposte (SIMR) Le PNLP a mis en place une base de données pour recueillir mensuellement un extrait de la base nationale de données relatives au paludisme au niveau du SNIGS. Il a mis en place aussi des modules dans le logiciel LOGISNIGS du Ministère pour la gestion des informations recueillies (Traitement, Requête, Edition des états). Cette base de données est décentralisée jusqu au niveau de la zone sanitaire. b)- Faiblesses - Difficultés à collecter les données spécifiques liées au niveau communautaire ; - Complétude de la base de données du SIRP est encore faible ; - Faible utilisation des données sur le paludisme au niveau intermédiaire et périphérique ; - Faible collaboration avec les différents partenaires engagés dans la lutte contre le paludisme au Bénin ; - Faible engagement communautaire à la surveillance du paludisme. c) Opportunités - Existence d une collaboration intrasectorielle (SNIGS, SIMR, PEV) et intersectorielle (INSAE) - Possibilité d exploiter les évaluations du SNIGS pour insérer les besoins spécifiques du programme - Appui des partenaires : OMS, FMSTP, BM, USAID, UNICEF etc. A la lumière de ces éléments, il est nécessaire que le mécanisme de suivi relève les défis liés aux faiblesses tout en optimisant les forces et opportunités dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de lutte contre le paludisme. Il s agit d un cadre de suivi et d évaluation prenant en compte les préoccupations de l ensemble des acteurs impliqués dans la lutte contre le paludisme au Bénin. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 39

41 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 40

42 III. PROCESSUS D ELABORATION DU PLAN SUIVI-EVALUATION 3.1. Justification du Plan Suivi-Evaluation du programme paludisme Le paludisme, affection prioritaire, bénéficie de l attention de plusieurs partenaires intervenant dans le domaine de la santé. Les différentes interventions menées par ces partenaires doivent impacter à court ou à long terme sur la morbidité et la mortalité liées au paludisme. Conformément au principe de «three ones» et dans le but de prendre en compte les attentes des différentes parties impliquées dans la lutte contre le paludisme, il s avère nécessaire de disposer d un plan de suivi-évaluation budgétisé et appuyé par différents partenaires y compris le budget national. Le Plan de suivi/évaluation ainsi élaboré servira d outil de référence pour le suivi et la mise en œuvre des interventions de lutte contre le paludisme dans le cadre du plan stratégique quinquenal Il contribuera également à guider les partenaires en vue d une meilleure harmonisation des approches, une compréhension commune des concepts et des procédures pour la production d informations fiables aux différentes parties prenantes dans le but d apprécier leurs progrès vers l atteinte des objectifs fixés Processus d élaboration du Plan Suivi-Evaluation Le présent plan de suivi/évaluation a été élaboré à la suite d un processus participatif et consultatif impliquant les acteurs de terrain et les partenaires impliqués dans la lutte contre le paludisme. Ce processus s est déroulé en 3 étapes comme suit: Première étape Le rapport de l analyse de la situation du système du suivi évaluation du PNLP réalisé en mai 2010 avait souligné certaines insuffisances qui ont été prises en compte à travers le plan de renforcement du système de suivi-évaluation du PNLP. Ce plan de renforcement a été mis en œuvre principalement grâce aux financements du Booster Program et du PMI et, a permis l opérationnalisation des interventions prévues dans le plan de suivi évaluation du PNLP PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 41

43 Deuxième étape En 2010, le Bénin a fait la revue de performance du programme qui a débouché sur l élaboration du 3ème plan stratégique pour la période Ce document a été élaboré avec l appui technique d un consultant de l équipe inter-pays de l OMS en Afrique de l Ouest, en collaboration avec les partenaires impliqués dans la lutte antipaludique au Bénin. Troisième étape Dans le souci de disposer de tous les documents normatifs selon les standards internationaux, le PNLP a entrepris l élaboration du plan de Suivi-Evaluation C est dans ce cadre que le PNLP a été appuyé techniquement par de l équipe OMS inter-pays pour consolider le draft de ce plan. Le présent document a fait l objet d une validation consensuelle entre les différents partenaires et le Ministère de la Santé. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 42

44 IV. CADRE DE SUIVI/EVALUATION DU PROGRAMME PALUDISME 4.1. Concepts et organisation générale d un système de suivi-évaluation Définition de concepts de suivi/évaluation Elle porte sur la clarification des différents concepts et leur niveau d intégration. LE SUIVI Le suivi est une fonction permanente qui vise essentiellement à fournir aux services de gestion d un projet et aux parties prenantes à un programme ou projet en cours, des indications sur les progrès réalisés, ou sur leur absence, dans la réalisation des objectifs du projet. Il est l examen quotidien des activités en cours d exécution. C est donc un processus continu par lequel les responsables et le personnel des projets ou programmes surveillent l évolution des différentes parties ou étapes et du processus. Le suivi permet aux services de gestion d identifier et d évaluer les problèmes potentiels et le succès du projet. Il fournit la base des mesures correctives destinées à améliorer la conception d un projet, son mode d exécution et la qualité de ses résultats positifs initiaux. Le suivi est une activité qui fait partie intégrante de l exécution et de la gestion du projet. Il vise à répondre, entre autres, aux questions suivantes : le plan de travail et le budget sont-ils suivis? Existe-t-il une bonne collaboration avec d autres organisations et les communautés cibles? Le personnel assume-t-il de manière efficace ses fonctions et responsabilités? Les activités se déroulent-elles conformément au plan de travail? Quels sont les problèmes rencontrés? Certaines hypothèses émises s avèrent-elles fausses?... Les activités de suivi doivent être menées du début jusqu à la fin des interventions. En outre, des études ad hoc peuvent être menées en cas de besoin, par exemple quand un problème imprévu se pose sur lequel les activités de suivi prévues ne peuvent fournir suffisamment d informations. Une étude ad hoc peut permettre la prise de décision au moment opportun, sans attendre une évaluation formelle. Comme les autres activités de suivi, ces études doivent s efforcer de recueillir des données sur la manière d améliorer la pertinence et la performance des interventions. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 43

45 L EVALUATION L évaluation est un exercice de durée limitée qui vise à apprécier systématiquement et objectivement la pertinence, la performance et le succès des projets en cours ou achevés. C est l examen ponctuel des changements dans les résultats poursuivis qui peuvent être attribuables à l intervention des programmes ou des projets. Elle permet au gestionnaire de déterminer la valeur du projet. Elle pose des questions comme : le projet a-t-il atteint les objectifs fixés? (Efficacité), les activités ont-elles été réalisées à moindre frais? (Efficience), quel changement l activité a-telle apporté? (Impact), est-ce que les objectifs sont-ils toujours valables? (Adéquation) les bénéfices d un programme ont-ils perduré après la cessation du financement des bailleurs de partenaires Techniques et Financiers. Il existe deux types d évaluation selon: - l approche temporelle (ex-ante, à mi-parcours et ex-post) - l objet recherché (rendement, efficacité, efficience, pertinence, adéquation ou impact) Contrairement au suivi, qui doit être entrepris pour tous les projets, l évaluation est conduite de manière plus sélective. Les responsables de projets sont libres de décider si et quand une évaluation est nécessaire en fonction d une série de critères. Si une évaluation est menée à miparcours d un projet, elle peut servir à valider l appréciation portée lors du suivi sur sa pertinence, son efficacité et son efficience, ou à en combler les lacunes. Elle peut aussi permettre d apprécier les signes annonciateurs du succès ou de l échec du projet. Si elle est menée après son achèvement, une évaluation détermine dans quelle mesure l intervention a connu le succès sur le plan de son impact, de la durabilité de ses résultats et de sa contribution au renforcement des capacités. Comme celles de suivi, les activités d évaluation doivent être planifiées à tous les niveaux. Des données de base et des indicateurs appropriés de performance et de résultat doivent être établis au préalable. Le suivi et l évaluation diffèrent mais sont étroitement liés. Ils sont d importance égale et se renforcent mutuellement. En utilisant certains indicateurs, le suivi peut fournir des données quantitatives et qualitatives utiles aux activités d évaluation. L évaluation soutient le suivi. Elle peut être source d enseignement pour la mise en place d innovations conceptuelles ou méthodologiques perfectionnant la fonction de suivi, par exemple en élaborant des indicateurs appropriés pour les projets futurs. On pourrait soutenir qu un excellent suivi rend l évaluation PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 44

46 superflue. Ceci n est vrai que si l objectif principal est d obtenir des informations permettant d améliorer un programme ou projet en cours. Quand il faut prononcer un jugement final sur l impact, la durabilité des résultats et la contribution d une intervention au renforcement des capacités, le facteur temps oblige à mener une évaluation. Il faut en effet qu un certain délai s écoule avant de pouvoir observer un ensemble suffisant de résultats et les attribuer à cette intervention. La relation entre suivi et évaluation est, avant tout, interactive. Aucune des deux fonctions ne doit être entreprise en tant que substitut de l autre. LE MONITORING Le monitoring est le suivi périodique des éléments clés de la performance d un programme/projet, généralement des apports et des résultats, grâce à la tenue des rapports, à des rapports réguliers et à des systèmes de surveillance ainsi que l observation des centres de santé et des enquêtes auprès des clients. Le monitoring aide les gestionnaires de programme ou de projet à déterminer quels domaines exigent un plus grand effort et soulèvent des questions qui pourraient contribuer à une meilleure réponse. Dans un système de monitoring et d évaluation bien conçu, le monitoring participe largement à l évaluation. SUPERVISION La supervision est le suivi du personnel dans l accomplissement de ses gestes pour noter si ces derniers sont conformes aux normes et standards de prise en charge et de prévention en matière de lutte contre le paludisme. La supervision constitue un élément important de coordination qui permet de s assurer que tout ce que le personnel fait va dans le sens des objectifs fixés et permet d éviter la dispersion des efforts. Elle permet également d identifier les difficultés rencontrées par le supervisé et d y trouver des approches de solutions. INDICATEURS DE PERFORMANCE Ce sont des faits, des mesures, des quantités, des opinions ou perceptions qui aident à apprécier les changements survenus ou désirés. Les indicateurs peuvent être quantitatifs ou qualitatifs - Indicateurs qualitatifs : de jugement ou perception PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 45

47 Ex.: Niveau de satisfaction des clients, Couleur des cheveux, Existence d une loi ou d un décret, Appréciation d un travail - Indicateurs quantitatifs : permettent de mesurer les quantités avec des statistiques, des enquêtes : Ex.: Incidence du paludisme, Salaire moyen, Pourcentage d enfants dormant sous MIILD Fonctions et organisation d une unité de suivi/évaluation du PNLP a)- Fonctions essentielles d une unité de suivi/évaluation - Collecter et compiler les informations sur le paludisme au niveau pays ; - Mettre en place et maintenir une base de données dynamique sur le paludisme ; - Mettre en place et maintenir un lien fonctionnel avec les partenaires essentiels impliqués dans le suivi/évaluation du paludisme, incluant ceux au niveau du ministère de la santé et toute autre structure impliquée dans l information sanitaire; - Analyser et interpréter les données du programme pour faire ressortir des résultats en rapports avec les différents indicateurs adoptés; - Développer et mettre à jour régulièrement le profil pays national sur le paludisme ; - Elaborer et diffuser des bulletins de retro information, des rapports trimestriels et annuels sur la mise en œuvre des interventions de lutte contre le paludisme ; - Développer les capacités en suivi/évaluation pour le niveau périphérique (districts, CSI, société civile) ; - Fournir les informations nécessaires aux structures de recherches sur le paludisme. b)- Base de données de paludisme L unité de suivi/évaluation doit avoir une base de données comprenant toutes les données en rapport avec le paludisme générées par les districts, le PNLP, d autres services du Ministère de la santé, les bureaux de l office national des statistiques, les ONG et autres partenaires. Cette base doit être dynamique et sa mise à jour devra être assurée par le statisticien/démographe et le gestionnaire de données. La base de données paludisme devrait comprendre 2 éléments de gestion de données : - Supports physiques: comme les rapports des activités de monitorage et de supervision fournis par le PNLP et les partenaires ; - Supports électroniques: idéalement, la gestion de données se fait à travers une base de données électronique. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 46

48 c)- Locaux et équipements Une unité de S&E fonctionnelle devrait avoir un espace de travail adéquat avec des équipements et un système d archivage des dossiers essentiels, notamment : - des équipements à type d ordinateurs de bureau/portable avec connexion Internet; - une unité informatique pour la base de données avec des logiciels statistiques (EPIDATA, EPI INFO, SPSS, STATA, antivirus à jour); - d autres équipements utiles comprenant des ordinateurs portables, des imprimantes, des photocopieuses, des vidéoprojecteurs, des disques externes, des clés USB, des appareils Fax, une connexion internet, etc. - un espace pour le stockage de la base documentaire (rapports d activités, résultats de recherches, etc.) et des classeurs dans des étagères avec un archivage bien organisé utilisant des jeux de couleurs pour une identification rapide. Cet archivage est essentiel car il se peut que les données ne soient pas toujours disponibles sous forme électronique Normes en personnels pour une unité de suivi/évaluation a)- Personnels d une unité de S&E Pour un meilleur fonctionnement, le personnel d une unité suivi/évaluation du PNLP devrait comprendre un (1) épidémiologiste (Responsable de l unité de S&E), un (1) Statisticien/Démographe chargé du traitement et de l analyse des données, un (1) Sociologue chargé de l analyse des données et un (1) gestionnaire de données chargé de la saisie et de la gestion quotidienne de toutes les données (Indicateurs épidémiologiques et logistiques, ressources humaines et matérielles, intrants). b)- Contribution des membres de l équipe PNLP L unité de S&E du PNLP doit solliciter régulièrement la contribution des personnels des autres unités du programme dans leurs domaines respectifs (PEC, LAV, Intrants, Comptabilité,...etc). c)- Collaboration entre l unité S&E du PNLP et autres services du ministère de la santé Les liens fonctionnels entre le PNLP et la DPP/SSDRO permettront d obtenir régulièrement des données complètes sur le paludisme à travers le SNIGS. De même, le PNLP doit participer activement aux revues organisées par le ministère de la santé et les partenaires afin de s assurer PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 47

49 que les priorités et les indicateurs relatifs au paludisme sont toujours pris en compte dans les planification et programmations nationales Objectifs et cibles de la lutte antipaludique au niveau international Dans le cadre du partenariat Faire Reculer le Paludisme (FRP) et des engagements internationaux aussi bien au niveau africain que mondial, les cibles suivantes ont été fixées pour des échéances allant jusqu à Les actions du PNLP définis dans le plan stratégique s'alignent sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Les objectifs et buts clés de lutte contre le paludisme convenus au niveau international sont présentés ci-dessous Objectifs du Millénaire pour le Développement Objectif 4 : Réduire la mortalité infantile Indicateur 13 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans. Indicateur 14 : Taux de mortalité des nourrissons. Objectif 6 : Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d'autres maladies Cible 6.C : Arrêter la progression du paludisme et d'autres maladies et commencer à réduire leur prévalence d'ici Indicateur 21 : Taux de prévalence du paludisme et taux de mortalité lié à cette maladie. Indicateur 22 : Proportion de la population vivant dans des zones à risque et qui utilisent des moyens de protection et des traitements efficaces contre le paludisme Assemblée mondiale de la santé 2005 Mettre en place des politiques et des plans opérationnels au niveau national pour que d'ici 2010, au moins 80 % des personnes exposées au paludisme ou qui en sont atteintes bénéficient d'interventions préventives et curatives d'envergure conformément aux recommandations techniques de l'oms, afin d'obtenir une réduction du fardeau du paludisme d'au moins 50 % d'ici 2010 et de 75 % d'ici Plan stratégique mondial contre le paludisme a)- D'ici 2010, surtout chez les personnes appartenant aux deux quintiles économiques les plus bas: - 80 % des personnes exposées au paludisme sont protégées grâce à des méthodes locales efficaces de lutte antivectorielle, telles que les moustiquaires imprégnées, et, dans les cas PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 48

50 appropriés, une pulvérisation intra-domiciliaire ainsi que d'autres mesures environnementales et biologiques ; - 80 % des personnes atteintes du paludisme sont diagnostiquées et traitées avec des médicaments antipaludiques efficaces, tels qu'une polythérapie à base d'artémisinine, moins d'une journée après la déclaration de la maladie ; - 80 % des femmes enceintes reçoivent un traitement préventif intermittent dans les zones de transmission stable ; - Le fardeau du paludisme est réduit de 50 % par rapport à b)- D ici 2015 : - La morbidité et la mortalité dues au paludisme sont réduites de 75 % par rapport à 2000, non seulement sur la moyenne nationale, mais aussi chez les groupes les plus pauvres des pays concernés. - Les OMD liés au paludisme sont atteints, non seulement sur la moyenne nationale, mais aussi chez les groupes les plus pauvres des pays concernés. - La couverture mise en place est universelle, équitable et efficace. c)- Actualisation des objectifs, cibles, jalons et priorités du plan mondial contre le paludisme actualisés (juin 2011) : Objectif 1 : réduire la mortalité mondiale due au paludisme pour obtenir un chiffre proche de zéro d ici la fin de Cible 1.1 : atteindre la couverture universelle en ce qui concerne la prise en charge des cas dans le secteur public, avec d ici la fin de 2013, (i)- 100 % des cas suspectés de paludisme doivent faire l objet d une analyse diagnostique, et (ii)- 100 % des cas avérés doivent être traités à l aide d'antipaludiques adaptés et efficaces - Cible 1.2 : atteindre la couverture universelle en ce qui concerne la prise en charge des cas dans le secteur privé, ou l orientation appropriée vers des services spécialisés, avec d ici la fin de 2015, (i)- 100 % des cas suspectés de paludisme doivent faire l objet d une analyse diagnostique, et (ii)- 100 % des cas avérés doivent être traités à l aide d'antipaludiques adaptés et efficaces. - Jalon (objectif intermédiaire): d ici la fin de 2013, dans les pays endémiques, (i)- 50 % des personnes réclamant un traitement pour des symptômes associés au paludisme dans le secteur privé déclarent avoir fait l objet d une analyse diagnostique, et (ii)- 100 % des cas avérés déclarent avoir être traités à l aide d antipaludiques adaptés et efficaces. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 49

51 - Cible 1.3 : atteindre la couverture universelle en ce qui concerne la prise en charge communautaire (CCM) des cas de paludisme, avec d ici la fin de 2015, dans les pays où la stratégie de CCM des cas de paludisme est l'approche appropriée, (i)- 100 % des cas de fièvre (suspicion de paludisme) doivent faire l'objet d une analyse diagnostique, et (ii)- 100 % des cas avérés de paludisme sans complications doivent être traités à l aide d antipaludiques adaptés et efficaces. Par ailleurs, 100 % des suspicions et cas avérés sévères doivent être traités de manière adéquate dans des structures spécialisées. - Jalon (objectif intermédiaire): D ici la fin de 2012, tous les pays dans lesquels la stratégie de CCM des cas de paludisme est l'approche appropriée, doivent adopter des politiques encourageant la CCM (comprenant l utilisation d'analyses diagnostiques et de traitements efficaces) ; - Jalon (objectif intermédiaire): D ici la fin de 2013, dans tous les pays où la stratégie de CCM des cas de paludisme est l'approche appropriée, (i)- 80 % des cas de fièvre doivent faire l objet d une analyse diagnostique, et (ii)- 80 % des cas avérés de paludisme doivent être traités à l aide d'antipaludiques adaptés et efficaces. Objectif 2 : réduire de 75 % (par rapport à 2000) le nombre de cas de paludisme dans le monde d ici la fin de Cible 2.1 : atteindre l'accès universel en ce qui concerne les mesures de prévention ainsi que leur utilisation avec d ici la fin de 2013, dans les pays où l'accès et l'utilisation universels des mesures de prévention n ont pas encore été mis en place, l'accès et l utilisation doivent atteindre 100 % parmi toutes les populations à risque, au moyen d interventions adaptées au contexte. - Cible 2.2 ; maintenir l'accès universel en ce qui concerne les mesures de prévention ainsi que leur utilisation avec d ici 2015 et au-delà, tous les pays doivent maintenir l'accès et l'utilisation universels en mettant en œuvre un ensemble adapté d'interventions préventives. - Jalon (objectif intermédiaire): entre 2013 et jusqu'à 2015, l'accès et l'utilisation universels des interventions préventives adaptées doivent être maintenus dans tous les pays. - Cible 2.3 : accélérer le développement des systèmes de surveillance avec d ici la fin de 2015, tous les districts doivent être en mesure de produire des données mensuelles en ce qui concerne les cas suspectés de paludisme, le nombre de cas faisant l objet d une analyse diagnostique et le nombre de cas avérés dans tous les établissements médicaux publics, ou bien dans un groupe d'établissements représentatifs. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 50

52 - Jalon (objectif intermédiaire): d'ici la fin de 2013, 50 % des pays endémiques doivent avoir atteint l objectif fixé pour Cadre de Suivi/Evaluation du programme paludisme La mesure des performances et de l impact des interventions de lutte antipaludiques mise en œuvre doit prendre en compte les différentes étapes du cadre programmatique de la lutte contre le paludisme, notamment les indicateurs en rapport avec : - les intrants : ressources humaines, matérielles et financières investies ; - le processus de mise en œuvre des activités: nombre de personnel formé, réunions organisés, supervisions réalisées, MIILD et antipaludiques distribués, TDR réalisés ; - les résultats du programme à court, moyen et long terme : couvertures, impact des interventions. Intrants Processus Extrants/ Effets Produits Impacts Ressources financières Ressources humaines Formation des acteurs Prestations Acteurs formés à la PEC Patients traités Personnes ayant reç des MIILD PEC correcte du Paludisme Patients guéris Réduction de la morbidité et de la mortalité Médicaments MIILD Matériels de labo/ Plateau technique Matériels didactiques/ supports Infrastructure s sanitaires Examens de laboratoires Sensibilisation des populations et groupes cibles Destruction des gites larvaires Rénovation/ construction Femmes enceintes ayant reçu le TPI Personnes/ Groupes cibles sensibilisés Sites de surveillance fonctionnels Localités assainies -Adoption comportements favorables : - Personnes dormant sous MIILD -Femmes enceintes sous TPI -Consultations précoces des personnes avec fièvre dans les zones à risque de paludisme Impact socioéconomique favorable Bien-être Figure 7: Cadre de suivi/évaluation du Programme paludisme PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 51

53 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 52

54 V. PLAN DE SUIVI/EVALUATION BUDGETISE DU PNLP Objectifs Objectif général Améliorer les performances du Programme National de Lutte contre le Paludisme à tous les niveaux Objectifs spécifiques - Disposer d un cadre définissant les procédures de suivi des interventions et des performances des acteurs de la lutte contre le paludisme à tous les niveaux ; - Renforcer les capacités des structures impliquées dans la gestion des données du paludisme (ressources humaines et cadre de travail); - Rendre disponibles les outils nécessaires pour la collecte des données et le suivi/évaluation des interventions de lutte contre le paludisme à tous les niveaux ; - Mettre en place un système d assurance qualité des données de paludisme à tous les niveaux ; - Constituer des bases factuelles sur l information stratégique du paludisme Interventions pour renforcer le système de suivi/évaluation du PNLP - Amélioration des compétences des personnels impliqués dans les activités de lutte antipaludique à tous les niveaux pour une harmonisation des méthodes de suivi/évaluation ; - Renforcement du cadre de travail de l unité de suivi/évaluation du PNLP et des autres structures impliquées dans la gestion de l information sur le paludisme ; - Développement d outils standardisés pour la collecte de données de paludisme et le suivi de la mise en œuvre des activités à différents niveaux ; - Mise en place d un système d'assurance qualité intégrée sur des données du paludisme ainsi que d analyse, de diffusion et d utilisation de l information par les acteurs, partenaires et décideurs ; - Constitution de bases factuelles sur les résultats et les progrès du programme Résultats attendus - Le cadre définissant les procédures de suivi des interventions et des performances des acteurs de la lutte contre le paludisme est mis en place à tous les niveaux; - Les compétences en suivi-évaluation du personnel impliqué dans la mise en œuvre du programme sont renforcées à tous les niveaux du système de santé PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 53

55 - Le cadre de travail des structures impliquées dans la gestion des données du paludisme sont renforcées ; - Les outils pour la collecte de données et le suivi/évaluation des interventions de lutte contre le paludisme sont améliorés à tous les niveaux; - Un système d assurance qualité des données de paludisme est mis en place à tous les niveaux - Des bases factuelles sur l information stratégique du paludisme sont disponible à tous les niveaux Mesure des performances du programme paludisme Indicateurs clefs de mesure de la performance du programme paludisme Le suivi/évaluation est en droite ligne avec la planification basée sur les résultats. La mesure des cibles du plan stratégique se fera à travers des indicateurs clefs d impact, d effet, de produits et de processus, conformément au cadre logique de suivi-évaluation de la figure N 8 cidessous et aux indicateurs de suivi des performances du programme en annexe 1. ENTREES PROCESSUS PRODUITS EFFETS IMPACT Res. Humaines Finances Médicaments (CTA, TDR, MIILD) et autres Logistique Appui technique. Recherche Information Infrastructure Utilisation des ressources financières pour : Planifier, Former /recycler Organiser des réunions Assurer l assistance technique Plaidoyer et communication M&E Document de politique nationale de traitement Nombre de personnes formées Nombre de moustiquaires fournies/ distribuées Mécanisme de coordination du Amélioration du système de santé Performance du secteur santé : Accroissement des couvertures en MIILD Accroissement de l accessibilité aux CTA Accroissement des services Utilisation et qualité Amélioration du statut socio économique et sanitaire: Morbidité Mortalité Socioéconomique Bien être Indicateurs d intrants Indicateurs de processus Indicateurs de produits Indicateurs de résultats Indicateurs d impacts Figure 8: Cadre logique de S&E du programme Paludisme *Objectifs RBM 2015 *OMD 2015 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 54

56 Système Collecte de données de paludisme La collecte des données se fera à tous les niveaux dans les différents domaines de lutte contre le paludisme à savoir : - la prise en charge ; - la prévention ; - le suivi et évaluation y compris la surveillance épidémiologique et entomologique, le suivi de l efficacité des antipaludiques et des MIILDS et la Recherche opérationnelle ; - la gestion de la lutte contre le paludisme ; - les interventions à base communautaire. a)- Méthode de collecte de données Plusieurs méthodes seront utilisées pour la collecte des données : - La collecte de routine : elle est souvent passive mais peut être aussi active (monitoring, supervision et réunion) ; - La surveillance dans les sites sentinelles - Les enquêtes et études ; Les données de routine La Collecte de routine se fera principalement à travers : - Système d Information de Routine sur le Paludisme (SIRP) ; - Système National d Information et de Gestion Sanitaires (SNIGS). La gestion de certaines informations se fera avec les outils de collecte du SNIGS dans toutes les formations sanitaires. Il s agit du B1, B5a, B5b, C6. Le circuit de l information respectera les différents niveaux de la pyramide sanitaire avec une définition des responsabilités à chaque niveau. La collecte de routine, la compilation et l analyse des données du paludisme se feront de façon mensuelle à tous les niveaux de la pyramide sanitaire. Le PNLP mettra en place une base de données pour recueillir mensuellement un extrait de la base nationale de données relatives au paludisme au niveau du SNIGS. Il devra aussi mettre en place un logiciel pour la gestion des informations recueillies (Traitement, Requête, Edition des états). Cette base de données sera décentralisée jusqu au niveau de la zone sanitaire. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 55

57 De plus, les Equipes d Encadrement de Zone Sanitaire feront mensuellement des visites de supervision en direction des agents des centres de santé et organiseront semestriellement un monitoring pour valider les données collectées dans leurs zones d intervention. A l issue d un monitoring, elles organiseront des réunions avec les agents des centres de santé de sa zone pour faire la synthèse des activités menées pendant le semestre et apprécier le niveau de performance atteint. Ces résultats qui intègrent des principaux indicateurs de lutte contre le paludisme seront considérés comme une source de données qui devra être insérée dans la base de données créée. Les évaluations/enquêtes Les enquêtes devront permettre de mesurer les indicateurs d impact et de résultats liés aux objectifs spécifiques du programme dans le cadre du Plan stratégique Les indicateurs de performance sont obtenus périodiquement à partir de : - Etudes spécifiques sur les interventions du programme - Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) - Enquêtes nationales sur les indicateurs du paludisme (MIS) - Enquêtes dans les formations sanitaires - Les recherches opérationnelles et les enquêtes spéciales permettront de suivre les activités de lutte contre le paludisme et aussi de valider les données de routine recueillies. Elles permettront aussi de mesurer le niveau d adhésion des communautés aux diverses stratégies et d apprécier les capacités de recherche et le degré de fonctionnement des laboratoires destinés à la réalisation des tests d efficacité thérapeutique. Au niveau du PNLP, des mesures seront prises pour promouvoir la recherche opérationnelle en vue de la publication des «meilleures pratiques» de lutte contre le paludisme, à tous les niveaux de la pyramide sanitaire. - Des sujets de thèse ou de mémoire sur la lutte contre le Paludisme seront attribués à des étudiants en médecine, en sociologie, en analyse biomédicale, en communication, etc.. Ils pourront ainsi, faire de la recherche dans ce cadre et remettre les résultats au PNLP qui pourra les exploiter. Les sites de surveillance sentinelles Il en existe actuellement sept (7) au niveau desquels seront collectées des données spécifiques de surveillance épidémiologique et entomologique. Les données collectées dans ces sites ne peuvent pas être renseignées à travers le SNIGS. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 56

58 b)- Sources des données, fréquence de collecte et responsables Principales sources des données collectées La collecte de routine peut se faire à plusieurs niveaux : - Les Relais Communautaires feront essentiellement la collecte des données de routine. Ils collecteront de façon continue les données liées à la mise en œuvre quotidienne des activités planifiées. L accent sera mis sur la collecte des données sur les cas de paludisme enregistrés au niveau communautaire, le traitement administré, les cas référés, les effets indésirables et, sur le stockage, la transaction et la distribution des CTA. - Au niveau des centres de santé, les agents de santé feront mensuellement par village la synthèse des données transmises par les Relais Communautaires et aussi les données collectées au niveau de leur centre de santé sur les fiches de synthèse du SSIRP mises à leur disposition. Il s agit des fiches PNLP1 et PNLP2. Ils feront cette synthèse en deux copies dont une sera transmise à leur zone sanitaire. Ils garderont la deuxième copie sur eux comme archive. Ils feront aussi la collecte active à travers des supervisions mensuelles en direction des Relais Communautaires pour apprécier la qualité des actes qu ils posent et aussi la qualité des données collectées. - Au niveau des zones sanitaires, les statisticiens des zones sanitaires, vont saisir mensuellement par formation sanitaire les données transmises par les agents de santé des centres de santé dans le LOGISNIGS. Ils transmettront par ou sur CD une copie de la base de données de la ZS au Service Etude Planification et Suivi de la Direction Départementale de la Santé (DDS) du ressort de la ZS. Périodicité de collecte des indicateurs du programme : elle varie selon le type La fréquence de collecte des données est mentionnée par niveau dans le chapitre précedent. Il est précisé pour chaque indicateur dans le cadre de performance. Globalement, elle est mensuelle pour la majorité des indicateurs avec un cumul annuel. Principaux responsables de la gestion des données Au niveau central, Le PNLP va redynamiser l équipe élargie de S&E comprenant des partenaires et des représentants des départements et de la zone sanitaire. Leurs principales attributions seront de collecter et d analyser les informations de différentes sources et de faire des propositions PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 57

59 d ajustements au PNLP et à d autres partenaires. La principale responsabilité du PNLP sera de superviser la mise en œuvre de la Stratégie nationale de S-E, de préserver la qualité des informations, de collecter les informations et de faire des recommandations pour la bonne mise en œuvre du programme. La cellule d appui PNLP transmettra ladite base au service suivi/évaluation du PNLP, tandis que le Service Etude, Planification et suivi la transmettra au SNIGS qui fera la synthèse au niveau national. Au niveau départemental, chaque DDS sera chargée de constituer une base de données départementale à partir des bases de données des ZS. Au niveau périphérique, à la fin de chaque mois, les Relais Communautaires feront en deux copies la compilation des données collectées sur des fiches mensuelles de synthèse. Ils transmettront aux agents de santé de leur centre de santé une copie de chaque fiche de synthèse et garderons une copie sur eux. Ces différentes fiches de synthèse transmises par les Relais Communautaires serviront de base pour faire le point des activités menées par eux et pour leurs différents intrants liés à la lutte contre le paludisme. c)- Lieu de stockage des données du programme Au niveau du service suivi/évaluation du PNLP il existe une base de données où toutes les données liées au paludisme sont stockées Gestion de la qualité des données paludisme Le contrôle de qualité se fera à deux niveaux et concernera le remplissage complet des outils de collecte et la qualité des données collectées. a)- Collecte des données Données de routine Elle se fera avec des outils standards à utiliser par tous les acteurs impliqués dans les interventions de lutte contre le paludisme au Bénin. Au niveau des Relais Communautaires : - le cahier des activités de prévention de la fièvre/ paludisme ; - le cahier des activités de prise en charge de la fièvre/ paludisme à domicile ; PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 58

60 - le bon de commande et de livraison; - la fiche de référence et de notification des effets indésirables ; - la fiche mensuelle de synthèse PNLP2 ; - la fiche de notification des effets indésirables des médicaments. Au niveau des agents des centres de santé - la fiche mensuelle de synthèse PNLP 1 du SIRP ; - le bon de commande et de livraison ; - la fiche de stock ; - la fiche de supervision ; - les fiches B5a et B5b de relevés épidémiologiques du SNIGS. - les cartes maternelles et infantiles. - les registres de suivi de la distribution des MIILD distribuées aux nouvelles naissances et aux femmes enceintes. Au niveau des zones sanitaires - la base de données du SNIGS, le LOGINIGS pour la saisie globale des données collectées dans la communauté et dans les centres de santé ; - le bon de commande et de livraison; - la fiche de stock ; - la fiche de supervision ; - les cartes maternelles et infantiles. - les registres de suivi de la distribution des MIILD distribuées aux nouvelles naissances et aux femmes enceintes - les CD ou clés USB. Au niveau des sites sentinelles - les fiches CFR1, CFR2, CFR3 - la fiche de rapport mensuel des laboratoires - la fiche de supervision ; - la fiche de rapport bimensuel d activités ; - la fiche de rapport trimestriel d activités ; - les CD ou clés USB. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 59

61 Au niveau des DDS et du SNIGS - la base de données du SNIGS, le LOGISNIGS pour la consolidation des données saisies dans les zones sanitaires ; elles sont transmises au PNLP par Internet, CD ou clés USB Au niveau du PNLP La base de données au niveau PNLP qui recueille les informations liées au paludisme sera configurée de manière à prendre en compte les données du SNIGS et les données complémentaires (CFR, SIGL, communauté, EDS, socio démographique, etc.) Données d enquêtes Dans le cadre des enquêtes, études et évaluations, les fiches appropriées seront élaborées par les consultants ou cabinets commis à cet effet conformément aux termes de référence adoptée. b)- Contrôle de qualité des données Le premier niveau de contrôle est représenté par le responsable hiérarchique direct de la structure qui transmet les données. Ainsi, les agents de santé des centres de santé d arrondissement vérifieront la cohérence des données transmises par les Relais Communautaires et, les statisticiens des zones sanitaires vérifieront la cohérence des données transmises par les agents de santé et ainsi de suite pour s assurer qu elles sont complètes et ne sont pas contradictoires. Le deuxième niveau de contrôle est constitué par les supervisions, les visites de contrôle et les réunions de coordination qui seront organisées par chaque niveau de mise en œuvre. Au cours des supervisions et des visites de contrôle, les équipes vérifieront un échantillon des données collectées à chaque niveau pour s assurer de leur qualité. La démarche à suivre sera la suivante : Pour les Relais Communautaires : - Procéder à un échantillonnage par tirage aléatoire du dixième du nombre de Relais Communautaires que compte la commune dont ils ressortent ; - Pour chaque RC tiré, on choisira au hasard un mois dans le trimestre ; - L équipe de supervision fera le dépouillement des cahiers d activités (prévention et prise en charge) et remplira la fiche mensuelle de synthèse du RC tiré pour le mois concerné. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 60

62 Si une fiche mensuelle de synthèse est mal remplie pour un RC, l équipe de supervision procédera à la reprise séance tenante du remplissage de toutes les fiches du trimestre concerné. Ensuite elle s entretiendra avec le RC pour savoir les raisons des erreurs et y apporter des solutions. Pour les Agents de santé : - Procéder à un échantillonnage par tirage aléatoire du cinquième du nombre de centres de santé que compte la zone sanitaire dont ils ressortent ; - Pour chaque centre de santé tiré, on choisira au hasard un mois dans le trimestre ; - L équipe de supervision fera le dépouillement des fiches de synthèse transmises par le centre de santé et remplira la fiche mensuelle de synthèse de l arrondissement tiré pour le mois concerné. Si la fiche mensuelle de synthèse est mal remplie, l équipe de supervision procédera à la reprise séance tenante du remplissage de toutes les fiches du trimestre concerné. Ensuite elle s entretiendra avec les agents de santé pour savoir les raisons de cette erreur et y apporter des solutions. L équipe de supervision veillera à ce que les erreurs corrigées au niveau des Relais Communautaires et des centres de santé soient prises en compte dans les données antérieurement saisies et traitées aux niveaux des zones sanitaires, du SEPS et du Service Statistique et Documentation (SSD) du Ministère de la Santé. Au niveau de la zone sanitaire : - Procéder à un échantillonnage par tirage aléatoire du 1/3 du nombre de zones sanitaires que compte le département; - Pour chaque zone sanitaire tirée, on choisira au hasard un mois dans le trimestre ; - L équipe de supervision comparera les données des fiches du mois tiré aux données saisies par l EEZS pour le mois concerné En cas de discordance, l équipe de supervision s entretiendra avec l EEZS pour savoir les raisons de cette erreur et y apporter des solutions. L équipe de supervision veillera à ce que les erreurs corrigées au niveau des zones sanitaires soient prises en compte dans les données antérieurement exportées par zone sanitaire. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 61

63 Le calcul du taux d erreur (B) se fera en rapportant le nombre (M) de fiches dont les données sont mal saisies au nombre total (N) de fiches contrôlées : B = M/N Le seuil de validité est de 5%. Autrement dit, lorsque B est supérieur à 5%, la saisie n est pas validée. L équipe de supervision demandera alors aux responsables concernés de reprendre la saisie de toutes les fiches du trimestre concerné. La même procédure de contrôle de qualité sera suivie au niveau des DDS et du SSD. D autres méthodes d assurance de la qualité par échantillonnage (LQAS) seront aussi utilisées pour sélectionner quelques structures sanitaires afin de savoir si le diagnostic et le traitement du paludisme sont conformes aux protocoles du Ministère de la Santé. Les partenaires du GTT/SE seront invités à prendre part à cette évaluation. L évaluation des structures sanitaires se fera chaque année ou à une fréquence plus élevée pour identifier les faiblesses techniques de la qualité des programmes et prévoir des programmes de formation continue ainsi que la supervision, afin d améliorer les compétences du personnel sanitaire. L objectif de cette composante S-E est de mettre sur pied une approche fondée sur des résultats scientifiques et cliniques pour évaluer les facteurs ayant trait à l offre susceptibles d avoir une influence tant sur la demande que sur le changement des comportements, et résoudre ensuite les problèmes décelés Traitement et analyse des données A chaque niveau de mise en œuvre, les données seront traitées. Le traitement sera manuel au niveau des Relais Communautaires et agents de santé. Les centres de santé publics ou privés qui disposent d un ordinateur peuvent faire la saisie et le traitement des données. Le traitement est informatisé au niveau des zones sanitaires, des DDS et au niveau national. Les données seront ensuite analysées avant leur transmission au niveau supérieur. Des décisions seront prises en fonctions des tendances obtenues. Au niveau de chaque zone sanitaire, le traitement des données est informatisé. L EEZS organisera chaque semestre des réunions avec les agents de santé des arrondissements de leurs zones respectives pour analyser les données collectées en matière de lutte contre le paludisme et faire des recommandations pour améliorer leur performance. Les périodes des monitorings semestriels au niveau des ZS sont des opportunités pour faire ces analyses. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 62

64 Au niveau départemental, le traitement est informatique. Les Médecins d appui, en collaboration avec la DDS, organisera une fois par mois avec les médecins coordonnateurs, les statisticiens et les partenaires locaux des réunions pour faire l analyse des données collectées au cours du bimestre et faire des recommandations. Au niveau national, le traitement des données est également informatisé. Le PNLP en collaboration avec le SNIGS organisent trimestriellement des réunions pour faire l analyse des données collectées au cours du trimestre et faire des recommandations. Un bulletin trimestre du SIRP devra être édité sous forme de feedback adressé aux principaux acteurs de lutte contre le paludisme. A cette réunion participeront les partenaires, la DNPS, la DNPEV, la DSF et les équipes départementales Circuit de l information du PNLP Le circuit de l information s insère dans le cadre institutionnel de suivi et évaluation défini plus bas. Le diagramme ci-dessous montre le circuit formel pour la remontée des informations et du feed-back. Les données collectées au cours d un mois par les Relais Communautaires seront transmises sous forme de rapport d activités au plus tard le 02 du mois suivant aux agents de santé qui à leur tour transmettront leurs rapports aux ZS au plus tard le 05 du mois suivant. Les médecins coordonnateurs des zones sanitaires transmettront leur rapport au plus tard le 10 du mois suivant à la DDS. Cette dernière est chargée de transmettre ces rapports au SNIGS et au PNLP au plus tard le 20 du mois suivant. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 63

65 . Saisie, Analyse, Publications et diffusion PNLP SSD /SNIGS Compilation, Saisie Analyse, Transmission Hôpital National et CAME (20 du mois) DDS (SEPS, Appui PNLP) (20 du mois) Rétro-information Compilation, Saisie Analyse et Transmission Hôpital Départemental Zone Sanitaire (10 du mois) Rétro-information (5 du mois) Rétro-information Collecte des données Hôpital Centre de santé Privé et Compilation, saisie, Transmission de zone (HZ) Para public Communauté (RC, OBC) Figure 9: Circuit de l information du PNLP PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 64

66 Production de rapports Toutes les activités de suivi (supervision, monitoring, réunions de coordination, collecte des données de routine, enquêtes) organisées par chaque niveau de mise en œuvre seront assorties de rapports techniques. Des canevas de rapport technique seront conçus pour chaque niveau de mise en œuvre pour standardiser le contenu de ces rapports. Les recommandations contenues dans chaque rapport feront l objet de suivi à chaque réunion de coordination. Ainsi les zones sanitaires devront transmettre à la DDS tous les trimestres, un rapport de toutes les activités exécutées dans le cadre de la lutte contre le Paludisme. La DDS, après compilation de tous ces rapports, devra adresser un résumé de ces rapports au PNLP. La DDS devra également transmettre au PNLP, un rapport trimestriel des activités de lutte contre le Paludisme des partenaires intervenant dans le Département. Le PNLP se chargera de produire les rapports trimestriels et annuels sur la lutte contre le paludisme au Bénin qui reflétera les actions menées à tous les niveaux de la pyramide sanitaire et par les partenaires. La validation des données se fera lors des réunions du Groupe de Travail Technique chargé du suivi évaluation qui a, entre autres, pour rôles de faire la synthèse des données collectées au niveau national, de les analyser et de prendre des décisions pour améliorer la performance du PNLP et pour atteindre les objectifs du plan stratégique Des bulletins seront édités semestriellement pour faire le point des activités de lutte contre le paludisme dans le pays Diffusion des données validées du programme La dissémination des résultats sur les performances du programme se fera à travers des rapports périodiques, des conférences débats et la publication dans des revues indexées. Tous les rapports d activités seront mis sur le site WEB du Ministère de la Santé : rapports techniques, rapports trimestriels et annuels d activités, bulletins trimestriels de retroinformation du PNLP. Ces rapports seront transmis par courrier en version hard aux partenaires et structures impliquées dans la lutte contre le paludisme. Les réunions mensuelles et trimestrielles de coordination organisées à chaque niveau de mise en œuvre sont des occasions pour diffuser ces bulletins d information et permettre à l ensemble des acteurs impliqués de s informer sur l état d avancement des activités. La réunion du groupe des facilitateurs du PNLP, du CNC, et les autres cadres de concertation avec le MS et les autres partenaires constitueront des moments pour partager les expériences obtenues. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 65

67 Au niveau national, les données seront diffusées dans le document de l annuaire des statistiques sanitaires départementales et nationales qui paraissent chaque année et aussi lors de la réunion du Groupe des Facilitateurs. Les recherches effectuées au niveau du Ministère de la Santé, par les étudiants et les partenaires, pourront faire l objet de publication dans des revues internationales. Des présentations de ces résultats de recherche pourraient être faites également à des conférences nationales et internationales Utilisation de l information du programme L information disponible sur la performance du programme et la documentation de bonnes pratiques sera d une grande importance pour améliorer la visibilité du PNLP et surtout justifier davantage l utilisation des ressources mobilisées conformément aux objectifs fixés. Ces informations aideront à la prise de décision en particulier pour : - améliorer la mise en œuvre des interventions en apportant les corrections nécessaires ; - contribuer aux résultats des engagements internationaux ; - justifier les financements des partenaires ; - rechercher des financements complémentaires. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 66

68 5.5. Budgétisation du plan de suivi-évaluation Description des activités du Plan suivi-évaluation Les activités développées dans le présent plan suivi-évaluation sont en rapport principalement avec : - le renforcement des compétences du personnel impliqué dans le suivi/évaluation des activités de lutte antipaludiques: sessions de formations à l intention des différentes catégories de personnels du secteur public, privé et associatif. Ces formations seront organisées au niveau national, régional et district. Les différents acteurs de la lutte contre le paludisme au niveau communautaire (Relais communautaires, autres) seront formés en cascade sur le reportage des données des consultations et des mesures préventives. - Le renforcement des capacités à travers des acquisitions de matériels et de logistique en vue d améliorer l environnement de travail des parties prenantes d une part et mettre en place des données factuelles du programme; - l organisation d ateliers de développement/mise à jour des outils de S&E: cela se fera à travers la révision des outils de collecte et de suivi avec l appui d une assistance technique, la création de bases de données au niveau national, départemental et dans les zones sanitaires. Les acteurs à différents niveaux participeront à ces activités; - la mise en place d un système d assurance qualité des données sur le paludisme: cela se fera surtout lors des supervisions par les différents niveaux d encadrement (PNLP, DRS, ZS), l organisation d ateliers de monitorage des activités, la tenue de réunions trimestrielles de coordination et l organisation de revues du programme. - la mesure de l impact des interventions : à travers des études/enquêtes sur la couverture et l impact des interventions (MIS, autres), le suivi entomologique des zones à faible transmission de paludisme, la surveillance de l efficacité thérapeutique des antipaludique et des insecticides, la pharmacovigilance. - La diffusion des informations factuelles sur le paludisme se fera à travers des rapports d activités périodiques, le rapport annuel du PNLP et un bulletin trimestriel de retroinformation. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 67

69 Budgétisation des activités du Plan de suivi-évaluation du PNLP La budgétisation des activités du plan suivi/évaluation est présentée par intervention et par année (voir les tableaux de à en annexe 2). Le coût global du Plan S&E pour les 5 années s élève à FCFA. Il représente 5.7 % du budget global du plan stratégique du PNLP qui est de FCFA Les coûts totaux des activités de S&E par intervention se présentent comme suit : - Renforcement des compétences du personnel impliqué dans le suivi/évaluation des activités du programme: FCFA, soit 4,68 % du budget du plan S&E ; - Amélioration du cadre de travail de l unité de suivi/évaluation du PNLP et des autres structures impliquées dans la gestion de l information sur le paludisme: FCFA, soit 17,27 % du budget du plan S&E ; - Développement d outils de qualité intégrés pour la collecte des données de paludisme et le suivi de la mise en œuvre des activités : FCFA, soit 3,54 % du budget du plan S&E ; - Développement d un système d'assurance qualité intégré sur des données de paludisme: CFA, soit 43,39 % du budget du plan S&E ; - Documentation des bonnes pratiques et des progrès du programme: FCFA, soit 31,12 % du budget du plan S&E PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 68

70 Tableau 4:RECAPITULATIF DU BUDGET DU PLAN S&E DU PNLP PAR INTERVENTION INTERVENTIONS Renforcement des compétences des personnels impliqués dans le suivi/évaluation des activités de lutte antipaludiques Amélioration du cadre de travail des équipes du PNLP et des autres structures impliquées dans le système de suivi/évaluation à travers la fourniture d'équipements et matériels nécessaires Développement d outils de qualité pour la collecte des données de paludisme et le suivi de la mise en œuvre des activités Développement d un système d'assurance qualité des données de paludisme Documentation des bonnes pratiques et des progrès du programme pour constituer des bases factuelles BUDGET PAR ANNEE (CFA) Montant Total (CFA) ,68% ,27% ,54% ,39% ,12% % Total Récapitulatif Interventions 1 à 5 (CFA) % Total Récapitulatif Interventions 1 à 5 (Euros) PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 69

71 5.6. Modalités de mise en œuvre du Plan suivi et évaluation du PNLP Le Suivi/Evaluation de la lutte antipaludique au Bénin est basé sur le principe de 3 en 1, à savoir: - une seule structure de coordination des actions de lutte contre le paludisme dans le pays : le PNLP ; - un seul plan stratégique de lutte contre le paludisme pour le pays : le plan stratégique quinquennal du PNLP ; - un mécanisme national unique de suivi et évaluation : le Plan quinquennal de suivi/évaluation du PNLP; Rôles et responsabilités des parties impliquées dans le suivi/évaluation du programme a)- Sur le plan organisationnel Des mécanismes de suivi et d évaluation existent à chaque niveau du système de santé : La revue annuelle conjointe de performance du secteur de la santé (RACPSS) La RACPSS rassemble annuellement les responsables nationaux et départementaux du système public de santé, des ministères connexes à la santé ainsi que les PTF. Il s agit de l instance de suivi la plus large et la plus représentative du PNDS. A l issue de chaque RACPSS, des recommandations précises sont formulées. Il est à noter qu avant la tenue de cette revue au niveau national, elle sera d abord faite dans chaque sanitaire, puis au niveau de chaque département. Le Comité National de suivi de l Exécution et d Evaluation des Programmes (CNEEP) Le CNEEP est créé par décret en août 1990, restructuré et revu respectivement en 1997 et 2009 afin de l arrimer avec d autres cadres institutionnels en vigueur. Il se tient deux fois par an aussi bien au niveau national qu au niveau départemental. Il est essentiellement chargé de: - superviser la mise en œuvre effective des réformes du secteur santé telles que prévues dans les politiques et stratégies sanitaires nationales ; - veiller à l harmonisation des actions des partenaires au développement sanitaire ; - approuver la mise en œuvre de la stratégie sanitaire en fonction des résultats attendus ; PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 70

72 - étudier et approuver les rapports sur l appréciation des bénéficiaires des Programmes/Projets du Secteur Santé; - analyser les grandes questions préoccupantes du secteur. Le CODIR Elargi Il rassemble tous les acteurs nationaux des trois niveaux de la pyramide sanitaire. Son objectif est de faire le point de l exécution trimestrielle de la mise en œuvre du PTA. La réunion des PTFs Elle se tient trimestriellement au niveau central et réunit les acteurs du Cabinet du Ministre de la Santé élargi aux Directeurs Techniques et Centraux et les Partenaires Techniques et Financiers qui appuient le secteur de la santé. Cette rencontre a pour but d éplucher les sujets brûlants du moment qui nécessitent des clarifications en vue d une prise de décision. Il existe d autres mécanismes de suivi de la mise en œuvre de la politique sanitaire au niveau central, ce sont entre autres: - le Comité National de Coordination (CNC) des projets/programmes financés par le Fonds Mondial ; - le Comité Consultatif Inter Agence (CCIA) qui est une coordination au sein des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) ; - la Mission conjointe appui budgétaire au secteur (Suisse, U.E, BM, DANIDA, etc ) et suivi de la SCRP. Au niveau des Zones Sanitaires, l EEZS tient mensuellement sous la responsabilité du Médecin Coordonnateur de la ZS les réunions de coordination pour un meilleur suivi des indicateurs. Tous ces mécanismes de suivi et évaluation existants dans le secteur de la santé s appuient en grande partie sur les données du Système National d Information et de Gestion Sanitaires (SNIGS). En effet, pour orienter et définir une bonne politique de santé, les décideurs, à quelque niveau que ce soit (MS, DDS, ZS), doivent disposer d'informations fiables sur la situation sanitaire du secteur dont ils ont la charge. Ainsi, le SNIGS est identifié comme l un des outils fondamentaux de la planification, de la coordination et du suivi de la politique de santé du pays. PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 71

73 b)- Sur le plan du suivi/évaluation Le suivi évaluation se fait à tous les niveaux de la pyramide sanitaire conformément au diagramme cidessous qui retrace l ossature du système de suivi évaluation avec les différents niveaux d intervention et les rôles de chacun des acteurs impliqués : INSTITUTIONS / STRUCTURES NIVEAU D EXÉCUTION RÔLES DES ACTEURS MS DNSP DPP DPM CAME CREC PNLP / S-E Orientation, Analyse, Synthèse, Prise de décisions, Diffusion et Rétro-information DDS SPPS SEPS Cellules départementales PNLP Synthèse / Analyse, /Prise de décision partielle et Rétro-information ZS BZ Centre de Surveillance Epidémiologique Cellule Statistique HZ CSC CSA ONG Production de données / traitement/ Synthèse/ Analyse /Prise de decision partielle Figure 10: Ossature du système de suivi évaluation PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 72

74 Coordination et partenariat pour la mise en œuvre du plan suivi/évaluation Les principaux acteurs de la mise en œuvre sont : - Le PNLP pour la coordination stratégique et technique ; - La Direction des Pharmacies et Médicaments pour le contrôle de qualité et la mise en place d un système de pharmacovigilance ; - la Centrale d Achat des Médicaments Essentiels (CAME) pour l approvisionnement des médicaments anti paludiques et consommables (CTA ; SP ; TDR ; Quinine et MIILD) ; - Les structures sanitaires publiques et privées de la pyramide sanitaire, les ONGs et les organisations communautaires de base pour la mise en œuvre des activités ; - Les partenaires techniques et financiers de l initiative FRP. La coordination du suivi et évaluation se fera à trois niveaux : national, départemental et au niveau zone sanitaire Au niveau national a)- Le groupe des facilitateurs Le Groupe des Facilitateurs est une illustration du principe de 3 en 1. Le Ministère de la Santé (MS), à travers le PNLP, collabore étroitement avec tous les partenaires de l Initiative Faire Reculer le Paludisme (FRP) dans le cadre du Groupe de Travail Technique chargé du Suivi et de l Evaluation (GTT/S-E). Ce groupe est un creuset d analyse des données collectées sur le paludisme dans le pays et d orientation des actions à mettre œuvre. Cette approche permet d assurer une coordination étroite et l assistance mutuelle des partenaires lors de la mise en œuvre du Plan de suivi et d évaluation. Ce groupe se réunit une fois par semestre sous la présidence du MS (voir décret portant création et attribution du GF). b)- Le service de suivi/évaluation du PNLP Dans l organigramme du PNLP, le service suivi/évaluation est l un des services techniques du PNLP qui a cinq missions essentielles : i) Elaboration des budgets programmes et les chronogrammes ; ii) Suivi et évaluation les termes de références et les activités du PNLP ; iii) Elaboration les directives PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 73

75 d évaluation des sous projets de lutte contre le paludisme ; iv) Gestion de la base de données des évaluations, monitoring, supervisions et autres ; v) Coordonner les recherches opérationnelles Au niveau départemental Le PNLP dispose de cellules départementales dirigées chacune par un médecin. Cette cellule est logée au sein du service de la protection et de la promotion sanitaires de la DDS. Au sein de chaque cellule, il y a en plus du médecin, un assistant social, un infirmier, un CVA et un agent d entretien. Il y a aussi à ce niveau les réunions trimestrielles qui réunissent tous les intervenants dans la lutte contre le paludisme au niveau départemental pour faire le point des performances atteintes Au niveau des EEZS Ce sont les EEZS qui sont chargées de la gestion de la lutte contre le paludisme au niveau des zones sanitaires. Les questions liées à la lutte contre le paludisme sont discutées lors des réunions mensuelles des EEZS Révision/Mise à jour du Plan suivi/évaluation du PNLP Le présent Plan de suivi/évaluation est un outil dynamique. Il sera révisé chaque fois que cela est nécessaire en fonction des nouvelles orientations et des priorités définies dans le plan stratégique Toute révision ou mise à jour du présent plan se fera en collaboration avec les acteurs et partenaires impliqués dans la lutte contre le paludisme au Bénin, notamment lors de son évaluation à mi-parcours et de son évaluation finale Facteurs de succès et obstacles dans la mise en œuvre du Plan Des facteurs endogènes et exogènes peuvent influencer la mise en œuvre du plan de suivi/évaluation: Facteurs de succès - Mobilisation effective des ressources pour le système de suivi/évaluation ; - Opérationnalisation effective du service de suivi/évaluation du PNLP et des autres structures collaboratrices décentralisées en charge du suivi des activités de lutte contre le paludisme; - Engagement des membres de l équipe du PNLP et des services du ministère de la santé dans le processus gestionnaire des données sur le paludisme: autres services du PNLP, PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 74

76 programmes/services du niveau central (Surveillance épidémiologique, SNIGS, SIMR, PEV, PCIMNE, CAME, LNSP, DPP, DPM, CREC) et des structures du niveau opérationnel (DDS, SPPS, SEPS, hôpitaux, ZS, BS, ONG). - Implication effective des acteurs et des partenaires du PNLP dans la mise en œuvre et le suivi des activités de lutte contre le paludisme: DDS, ZS, ONG, PTF, Communautés ; - Redynamisation et opérationnalisation du SNIGS à tous les niveaux de la pyramide sanitaire y compris le niveau communautaire, dans l optique d une meilleure complétude et promptitude des données Obstacles - Insuffisance voire absence de financements pour les activités planifiées dans le présent plan de suivi/évaluation du PNLP; - Non disponibilité de ressources humaines qualifiées en nombre pour le suivi de la mise en œuvre des activités et de la gestion des données de paludisme à différents niveaux de la pyramide sanitaire: PNLP, SNIGS, DDS, ZS ; - Faiblesse des capacités opérationnelles des acteurs au niveau périphérique, notamment l irrégularité des supervisions à différents niveaux (DDS, ZS, ONG), le non-respect des directives techniques sur la gestion des données dans le cadre du SNIGS (mauvaise tenue des outils de collecte et de rapportage des données, non-respect des délais de transmission des rapports). PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 75

77 CONCLUSION Le plan de suivi et d évaluation des interventions en matière de lutte contre le paludisme au Bénin est un outil d orientation et de repère pour les structures et les acteurs intervenant à tous les niveaux de la pyramide sanitaire. Son utilité pourrait s observer sur deux plans : l harmonisation des visions sur le cadre de suivi évaluation et la création d une synergie nationale pour apprécier les performances du PNLP conformément au plan de suivi évaluation. L adhésion aux différents mécanismes développés et leur appropriation permettront de : - capitaliser toutes les expériences, - rationaliser les actions à mener et les ressources, - promouvoir une méthodologie basée sur le partenariat renforcé et la réduction des coûts, - tendre vers l efficacité et l efficience dans toutes les actions menées au niveau national. Le succès de la mise en œuvre de ce document dépendra de la volonté de chacun des acteurs à en faire une préoccupation quotidienne. A ce titre, les différents responsables de la pyramide socio sanitaire et les partenaires du PNLP devront se l approprier et œuvrer pour sa mise en œuvre. Seul un engagement effectif des parties prenantes à différents niveaux de la pyramide sanitaire et une mobilisation des ressources adéquates permettront de garantir l atteinte des objectifs fixés du présent Plan de suivi/évaluation du PNLP PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 76

78 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES - PNLP/MS : Plan Stratégique pour faire reculer le paludisme au Bénin , mai PNLP/MS/OMS : Evaluation du Plan Stratégique FRP , avril PNLP / MS : Politique Nationale de lutte contre le paludisme et cadre stratégique de mise en œuvre, WHO/UNICEF/UNAIDS/CDC/The Global Fund : Monitoring and evaluation toolkit, second edition, January AFRICARE BENIN : Rapport de l évaluation finale du Projet de Lutte Intégré contre le Paludisme dans les départements de l Ouémé et du Plateau (PROLIPO), E. Akowanou, PROLIPO/AIMI, AFRICARE BENIN : Rapport final du Projet (PROLIPO), PNLP / MS : Plan stratégique quinquennal pour faire reculer le paludisme au Bénin , PNLP / MS : Plan National de Communication et de Mobilisation Sociale pour la lutte contre le paludisme au Bénin ( ), PNLP / MS : Plan d action PNLP / MS : Plan stratégique National pour la mise à l échelle des interventions à base communautaire de lutte contre le paludisme au Bénin ( ), PNLP / MS : Rapport annuel d activités : Exercice PNLP / MS : Document de stratégie de mise en œuvre et de pérennisation des interventions à base communautaire de lutte contre le paludisme au Bénin, PNLP/MS : Plan Intégré de Communication pour le renforcement de la lutte contre le paludisme au bénin ( ) - PNLP / MS/Partenaires FRP : Meilleures pratiques de lutte contre le paludisme au Bénin, PNLP / MS/OMS :Rapport d analyse des données de morbidité et de mortalité palustre collectées sur les trois sites sentinelles M&E/FRP/PNLP Bénin, PNLP/MS/OMS : Analyse des données sur le paludisme collectées dans les sites sentinelles de 2002 à 2004, août 2005 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 77

79 - OMS Bénin : Rapport annuel NPO MAL OMS Bénin : «Lutte contre le paludisme au Bénin en 2005 : la bataille de demain se gagne aujourd hui» - OMS/BM/UNICEF/UNAIDS/USAID/CDC/FMSTP : Guide pour le suivi et l évaluation des programmes de lutte contre le VIH/SIDA, la Tuberculose et le Paludisme - UNICEF/OMS : Rapport mondial sur le paludisme Partenariat FRP : Plan Stratégique mondial FRP MS : Plan National de Développement Sanitaire , septembre DPP : Plan de Suivi Evaluation et revue, Novembre PNLP : Rapport de la Revue de Performance du PNLP, Dececembre PNLP : Plan stratégique du PNLP , Août PNLP : Draft du Plan de S&E du PNLP , Janvier Africare : Plans de S&E des suventions du Fonds mondial pour le paludisme (Phase 2 RCC) - Fonds Mondial : Guide de suivi/évaluation du Fonds Sanitaire, Novembre DPP : Système National d Information et de Gestion Sanitaire (SNIGS), quatrième évaluation, juin DPP : Plan stratégique de renforcement du SNIGS , Décembre 2010 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 78

80 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 79

81 Annexe N 1 : INDICATEURS DE PERFORMANCE 1. Indicateurs d impact N INDICATEURS DEFINITION OPÉRATIONNELLE SOURCE FRÉQUENCE Incidence annuelle du paludisme dans les formations sanitaires (présumé,confirmé) Incidence annuelle du paludisme confirmé (dans les formations sanitaires et communauté) Incidence annuelle du paludisme grave dans les formations sanitaires Prévalence du Plasmodium chez les enfants âgés de moins de 5 ans Numérateur : Nombre de cas de paludisme notifiés dans les formations sanitaires x 1000 Dénominateur: Population totale à risque de paludisme dans la zone couverte Numérateur : Nombre de cas de paludisme confirmés notifiés x 1000 Dénominateur: Population totale à risque de paludisme dans la zone couverte Numérateur : Nombre de cas de paludisme confirmés graves notifiés dans les formations sanitaires x 1000 Dénominateur : Population totale à risque de paludisme dans la zone couverte Numérateur : Nombre de porteurs de Plasmodium confirmés (microscopie) chez les enfants âgés de moins de 5 ans x 1000 SNIGS/SIRP -PNLP SNIGS/SIRP -PNLP SNIGS/SIRP -PNLP MIS, EDS Annuelle Annuelle Annuelle Tous les 3 à 5ans NIVEAU DE MESURE National, Départemental et Zone sanitaire National, Départemental et Zone sanitaire National, Départemental et Zone sanitaire Nationale Dénominateur: Population totale PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 80

82 N INDICATEURS DEFINITION OPÉRATIONNELLE SOURCE FRÉQUENCE 5. Prévalence de l'anémie chez les enfants de 6-59 mois Taux de positivité (GE/TDR) au niveau des formations sanitaires et de la communauté Décès dus au paludisme pour 1000 personnes et par an d enfants âgés de moins de 5 ans enquêtés Numérateur : Enfants de 6 à 59 mois avec un taux d'hémoglobine inférieur à 8 g/dl) x 100 Dénominateur: Enfants de 6 à 59 mois dont le taux d'hémoglobine a été mesuré lors de l enquête Numérateur : Nombre de lames ou tests de diagnostic rapide positifs x 100 Dénominateur: Nombre de GE et TDR réalisés Numérateur : nombre de cas de décès dus au paludisme confirmés notifiés x 1000 Dénominateur: Population totale à risque de paludisme MIS, EDS SNIGS/Enqu êtes spéciales dans les structures de santé EDS ou MICS Tous les 3 à 5ans Mensuelle Annuelle Tous les 3 à 5 ans NIVEAU DE MESURE National National, Départemental et Zone sanitaire National 8. Mortalité proportionnelle due au paludisme dans les formations sanitaires 9. Létalité due au paludisme confirmé Numérateur: Nombre de décès dus au paludisme confirmés enregistrés dans les formations sanitaires Dénominateur : Nombre total de décès toutes causes confondues enregistrés dans les formations sanitaires Numérateur : Nombre de décès dus au paludisme confirmé enregistrés dans les formations sanitaires Dénominateur : Nombre total de cas de paludisme (simple et grave) SNIGS/SIRP /PNLP SNIGS/SIRP -PNLP Mensuelle Annuelle Annuelle Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental National PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 81

83 N INDICATEURS DEFINITION OPÉRATIONNELLE SOURCE FRÉQUENCE 10. Létalité hospitalière attribuable au paludisme et par an confirmé enregistrés dans les formations sanitaires Numérateur : Nombre de décès dû au paludisme grave dans les hôpitaux x1000 Dénominateur : Nombre de cas de paludismes graves hospitalisés dans les hôpitaux ciblés Hôpitaux/ SNIGS Annuelle NIVEAU DE MESURE National, Régional, Hôpitaux 2. Indicateurs de résultats N INDICATEURS DEFINITION OPÉRATIONNELLE SOURCE FRÉQUENCE NIVEAU DE MESURE Objectif : Amener au moins 80% de la population à risque à dormir sous moustiquaires imprégnées à longue durée d action Nombre de moustiquaires imprégnées d'insecticide distribuées (gestion de programme) Proportion de la population à risque de paludisme couverte par les MIILD 13. Proportion d enfants de moins de 1 an à risque de Nombre total de MIILD distribuées aux enfants âgés de moins d un an par le PEV, aux femmes enceintes par les CPN et aux populations à travers les campagnes Numérateur : Nombre de personnes ayant reçu une MIILD au cours des distributions (routine, campagne) Dénominateur : Population à risque de paludisme de la zone ciblée Numérateur : Nombre d enfants de moins de 1 an ayant reçu une MIILD au SNIGS/SIRP -PNLP/ Rapport des campagnes de distributions des MIILD SNIGS/PNL P (Données de routine de distribution des intrants) SNIGS/PNL P (Données Mensuelle Annuelle Annuelle Annuelle Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 82

84 N INDICATEURS DEFINITION OPÉRATIONNELLE SOURCE FRÉQUENCE paludisme dans ayant bénéficié d une MIILD au cours de la distribution durant les PEV de routine Proportion de femmes enceintes à risque de paludisme ayant bénéficié d une MIILD au cours de la distribution durant la CPN Proportion de ménages disposant d au moins une MIILD Proportion de ménages disposant d au moins deux MIILD Proportion de personnes à risque de paludisme, tous âges confondus, ayant dormi sous MIILD la nuit précédant l enquête cours de la distribution de routine Dénominateur : Nombre d enfants de moins de 1 an ciblés par la distribution durant le PEV de routine Numérateur : Nombre de femmes enceintes ayant reçu une MIILD au cours de la distribution de routine Dénominateur : Nombre de femmes enceintes ciblées par la distribution de routine durant la CPN Numérateur Nombre de ménages disposant d au moins une MIILD x100 Dénominateur : Nombre total de ménages enquêtés Numérateur Nombre de ménages disposant d au moins deux MIILD x100 Dénominateur : Nombre total de ménages enquêtés Numérateur : nombre de personnes, tous âges confondus, ayant dormi sous MIILD dans le ménage la veille de l enquête Dénominateur : nombre total de personnes ayant dormi dans les ménages la veille de l enquête de routine de distribution des intrants) SNIGS/PNL P (Données de routine de distribution des intrants) Enquête LQAS, MIS EDS Enquête LQAS, MIS EDS MIS, MICS, EDS, Enquête de couverture PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 83 Annuelle Annuelle Annuelle Tous les 3 à 5 ans NIVEAU DE MESURE National Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental National National Proportion d enfants de Numérateur : Nombre d enfants de MIS, MICS, Tous les 3 à 5 National

85 N INDICATEURS DEFINITION OPÉRATIONNELLE SOURCE FRÉQUENCE moins de 5 ans à risque de paludisme ayant dormi sous MIILD la nuit précédant l enquête Proportion de femmes enceintes à risque de paludisme ayant dormi sous MIILD la nuit précédant l enquête Proportion de ménages ayant bénéficié de la PID dans les zones ciblées Pourcentage de la population à risque de paludisme protégée par la PID dans les zones ciblées moins de 5 ans ayant dormi sous MIILD dans les ménages la veille de l enquête Dénominateur : Nombre total d enfants de moins de 5 ans ayant dormi dans les ménages la veille de l enquête Numérateur : Nombre de femmes enceintes ayant dormi sous MIILD dans les ménages la veille de l enquête Dénominateur : Nombre total de femmes enceintes ayant dormi dans les ménages la veille de l enquête Numérateur : Nombre de ménages ayant bénéficié de PID selon les directives nationales Dénominateur : Nombre de ménages dans les zones ciblées par la PID Numérateur : Nombre de personnes protégées par la PID Dénominateur : Nombre de personnes à risque de paludisme ciblées par la PID Objectif : Assurer la protection avec le TP2 d au moins 80% des femmes enceintes 22. Pourcentage de femmes enceintes attendues ayant reçu 2 doses TPI lors des Numérateur: Nombre de femmes enceintes ayant reçu deux doses de TPI selon les directives nationales EDS, Enquête de couverture MIS, MICS, EDS, Enquête de couverture PNLP (Données de routine) PNLP (Données de routine) SNIS/PNLP ans Tous les 3 à 5 ans Annuelle Annuelle Annuelle NIVEAU DE MESURE National National National National, Départemental, Zone sanitaire PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 84

86 N INDICATEURS DEFINITION OPÉRATIONNELLE SOURCE FRÉQUENCE 23. CPN dans les formations sanitaires Proportion de femmes ayant reçu un TPI pour le paludisme au cours des CPN lors de leur dernière grossesse Dénominateur : Nombre de femmes enceintes ayant fait au moins une visite prénatale au cours d une année Numérateur: Nombre de femmes enquêtées qui ont reçu deux doses de TPI au cours des CPN lors d une grossesse qui a abouti à une naissance vivante au cours des deux dernières années Dénominateur : Nombre total de femmes mères qui ont eu une naissance durant les deux dernières années MIS, MICS, EDS Tous les 3 à 5 ans NIVEAU DE MESURE Zone sanitaire Départemental National Objectif : Assurer un examen biologique pour au moins 90% des cas suspects de paludisme vus dans les formations sanitaires publiques et privées, et au niveau communautaire Numérateur : Nombre total de cas SNIGS/PNL Pourcentage de cas suspects suspects de paludisme ayant bénéficié P Zone sanitaire 24. de paludisme ayant bénéficié d un examen parasitologique (TDR, d un examen parasitologique GE) Annuelle Départemental National (TDR ou GE) Dénominateur : Nombre total de cas 25. Proportion d enfants de moins de 5 ans qui ont eu une fièvre au cours des 2 dernières semaines précédant l enquête et qui ont bénéficié d un examen parasitologique de paludisme (TDR ou GE) suspects de paludisme Numérateur : Nombre d enfants de moins de 5 ans ayant eu une fièvre au cours des 2 dernières semaines précédant l enquête et qui ont bénéficié d un examen parasitologique de paludisme (TDR ou GE) MIS, MICS, EDS Tous les 3 à 5 ans National PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 85

87 N INDICATEURS DEFINITION OPÉRATIONNELLE SOURCE FRÉQUENCE NIVEAU DE MESURE Dénominateur : Nombre total d enfants de moins de 5 ans qui ont eu une fièvre au cours des deux dernières semaines précédant l enquête Objectif : Assurer la prise en charge correcte au moins 90% des cas de paludisme simple ou grave vus dans le secteur public et privé conformément aux directives nationales Pourcentage des cas de paludisme vus en consultations externes ayant bénéficié d un traitement antipaludique approprié conformément aux directives nationales Pourcentage de cas de paludisme hospitalisés ayant bénéficié d un traitement approprié conformément aux directives nationales Proportion d enfants de moins de <5ans ayant reçu un traitement antipaludique approprié dans les 24 heures suivant l'apparition des premiers signes Numérateur: Nombre de cas de paludisme ayant reçu un traitement antipaludique approprié dans les formations sanitaires Dénominateur : Nombre de cas de de paludisme vus et traités dans les formations sanitaires Numérateur : Nombre de cas de paludisme ayant reçu un traitement approprié dans les hôpitaux Dénominateur : Nombre de cas de paludisme hospitalisés Numérateur: Nombre d enfants de moins de 5 ans ayant reçu un traitement antipaludique approprié dans les 24 heures suivant l'apparition de la fièvre Dénominateur : Nombre de malades de moins de cinq ans dans les ménages enquêtés ayant eu la fièvre d origine palustre au cours des deux semaines SNIGS/PNL P, Enquêtes spéciales SNIS/PNLP, Hôpitaux, Enquêtes spéciales MICS, MIS, EDS, Enquête spéciale Annuelle Annuelle Tous les 3 à 5 ans National, Départemental, Zone Sanitaire National, Départemental, Zone Sanitaire National PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 86

88 N INDICATEURS DEFINITION OPÉRATIONNELLE SOURCE FRÉQUENCE NIVEAU DE MESURE passées Numérateur: Nombre de malade Proportion de malades avec avec paludisme simple vu par les paludisme simple ayant reçu relais ayant reçu un traitement 29. un traitement antipaludique antipaludique approprié approprié au niveau des relais communautaires selon Dénominateur : Nombre de malades les directives nationales avec paludisme simple reçus par les relais Enquête Tous les ans Localités avec relais Objectif : Améliorer la communication pour un changement de comportement et la mobilisation sociale en faveur de la lutte contre le paludisme sont renforcées Numérateur : Nombre de personnes 30. Pourcentage de personnes (groupes cibles ou non) qui connaissent la cause, les (ou groupes cibles) interrogées qui connaissent la cause, les symptômes, les traitements ou les moyens de prévention MICS, MIS, EDS, Autres Tous les 1 à 3 Zone sanitaire Départemental symptômes, les mesures du paludisme enquêtes ans préventives et le traitement ménages National du paludisme Dénominateur : Nombre total de personnes interrogées 3. Indicateurs de gestion du programme (indicateurs de processus) N INDICATEURS 31. Proportion des formations sanitaires n ayant pas connu de rupture de stocks de plus d un jour dans les principaux intrants (CTA, TDR, SP, MIILD) par mois DEFINITION OPÉRATIONNELLE Numérateur : Nombre des formations sanitaires n ayant pas connu de rupture de stocks de plus d un jour dans les principaux intrants (CTA, TDR, MIILD) par mois SOURCE SNIS/PNLP, Enquêtes spéciales FRÉQUENCE Annuelle NIVEAU DE MESURE Zone sanitaire Départemental National PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 87

89 N INDICATEURS Complétude des rapports d activités des formations sanitaires publiques Complétude des rapports d activités des formations sanitaires privées Établissements de soins ayant la capacité de faire des diagnostics par microscopies et/ou des tests de diagnostic rapide Nombre de tests d efficacité thérapeutique des antipaludiques 35. (CTA) réalisés dans les sites sentinelles selon le protocole de l OMS Nombre de tests de sensibilité des 36. vecteurs aux insecticides réalisés dans les sites sentinelles selon le protocole de l OMS 37. Nombre de prestataires de soins formés sur les stratégies de lutte DEFINITION OPÉRATIONNELLE Dénominateur : Nombre de formations sanitaires fournissant des rapports Numérateur : Nombre de rapports des formations sanitaires reçus Dénominateur : Nombre de rapports attendus de formations sanitaires publiques Numérateur : Nombre rapports de formations sanitaires reçus Dénominateur : Nombre de rapports attendus de formations sanitaires privées Nombre et pourcentage d établissements de soins ayant la capacité de faire des diagnostics par microscopies et/ou des tests de diagnostic rapide Nombre de tests d efficacité thérapeutique des antipaludiques (CTA) réalisés dans les sites sentinelles selon le protocole de l OMS Nombre total des tests de sensibilité des vecteurs aux insecticides réalisés dans les sites sentinelles Nombre de prestataires de soins formés sur les stratégies de lutte SOURCE SNIS/PNLP SNIS/PNLP SNIS, registres des établissement s ou enquêtes auprès des établissement s Rapport Structures de recherches/p NLP Rapport Structures de recherches/p NLP Rapport PNLP FRÉQUENCE Mensuelle, trimestrielle Mensuelle, trimestrielle Annuelle Annuelle Annuelle Annuelle NIVEAU DE MESURE Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 88

90 N INDICATEURS antipaludiques (Prescripteurs y compris les RC, Labo, LAV, IEC, autres) Nombre de prestataires (agents de santé, relais communautaires, gestionnaires de dépôts) supervisés Nombre de personnes (femmes enceintes, mères d enfants, gardiens/gardiennes d enfants) sensibilisés sur le paludisme Nombre d'enfants de moins de 5 ans présentant un signe de danger ou de gravité référés par les GF/équipe RC et qui ont été reçus au niveau des centres de santé Quantité d intrants disponibles au niveau national (Etat, Partenaires) pour la mise en œuvre des interventions de lutte antipaludiques MIILD, SP, Insecticides pour PID, TDR, CTA, Artémisinine injectable, Kit enfants et adultes pour paludisme grave). 42. Nombre de spots radio/tv diffusés au cours de la période ciblée 43. Nombre d'émissions radio et TV animées DEFINITION OPÉRATIONNELLE antipaludiques (Prescripteurs y compris les RC, Labo, LAV, IEC, autres) Nombre de prestataires (agents de santé, relais communautaires, gestionnaires de dépôts) supervisés Nombre de personnes (femmes enceintes, mères d enfants, gardiens/gardiennes d enfants) sensibilisés sur le paludisme Nombre d'enfants de moins de 5 ans présentant un signe de danger ou de gravité référés par les GF/équipe RC et qui ont été reçus au niveau des centres de santé Quantité totale de chaque intrant au niveau national (MIILD, SP, Insecticides pour PID, TDR, CTA, Artémisinine injectable, Kits enfants et adultes pour paludisme grave). Nombre total de spots radio et spots TV sur le paludisme diffusés au cours de la période Nombre total d émissions radio et TV sur le paludisme animées au cours de la période SOURCE Rapport d activité PNLP et Partenaires Rapport d activité PNLP et Partenaires Rapport d activité PNLP et Partenaires Rapport PNLP Rapport PNLP Rapport PNLP FRÉQUENCE Annuelle Annuelle Annuelle Trimestrielle, Annuelle Trimestrielle Trimestrielle NIVEAU DE MESURE National Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental National Zone sanitaire Départemental National PNLP Partenaires Presse/PNLP Presse /PNLP PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 89

91 N INDICATEURS Nombre de supports IEC produits par type sur la prévention et le traitement du paludisme Nombre de ménages visités par les RC pour appui conseil sur l'utilisation des MIILD Nombre d ONG / Associations impliquées dans la mise en œuvre des activités de lutte contre le paludisme au niveau communautaire Nombre de Partenaires impliqués dans le partenariat Faire reculer le paludisme dans le pays 48. Taux d exécution des activités du plan d action annuel du PNLP 49. Taux d absorption du budget alloué au paludisme par l Etat et les partenaires DEFINITION OPÉRATIONNELLE Nombre total de types de supports IEC produits sur la prévention et le traitement du paludisme au cours de la période Nombre total de ménages ayant reçu la visite des RC au cours des visites à domicile d appui conseil SOURCE Rapport presse & PNLP Rapport RC & CSM FRÉQUENCE Annuelle Mensuelle Nombre d ONG contractantes Contrats Trimestrielle Annuelle Nombre de partenaires impliqués dans le partenariat Faire reculer le paludisme dans le pays Numérateur : Total des activités réalisées Dénominateur : Total des activités planifiées Numérateur : Total des dépenses effectuées pour la lutte contre le paludisme Dénominateur : Total des financements alloués par l Etat et les partenaires pour la lutte contre le paludisme Registres du PNLP Rapport PNLP Rapport PNLP Trimestrielle Annuelle Trimestrielle Annuelle Trimestrielle Annuelle NIVEAU DE MESURE Presse /PNLP DS/DRSP PNLP PNLP PNLP PNLP PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 90

92 MATRICE POUR LE SUIVI DES PROGRES DE LA PERFORMANCE DU PROGRAMME PALUDISME Indicateurs Proportion de personnes à risque de paludisme, tous âges confondus, ayant dormi sous MIILD la nuit précédant l enquête Données de base Cible par année Valeur Année Source % 100% 100% Proportion d enfants de moins de 5 ans à risque de paludisme ayant dormi sous MIILD la nuit précédant l enquête 64% 2010 MIS 80% 100% 100% Proportion de femmes enceintes à risque de paludisme ayant dormi sous MIILD la nuit précédant l enquête 60% 2010 MIS 80% 100% 100% Proportion de femmes ayant reçu un TPI pour le paludisme au cours des CPN lors de leur dernière grossesse 46% 2010 MIS 60% 70% 80% 100% Proportion de ménages ayant bénéficié de la PID dans les zones ciblées % 100% Pourcentage de cas suspects de paludisme ayant bénéficié d un examen parasitologique (TDR ou GE) 32.8% 2010 Rapport Revue 45% 80% 100% 100% Pourcentage des cas de paludisme vus en consultations externes ayant bénéficié d un traitement antipaludique approprié conformément aux directives nationales dans les FS publiques 95% 2010 Rapport Revue 95% 100% 100% 100% PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 91

93 Indicateurs Proportion de patients souffrant de paludisme simple correctement pris en charge dans les formations sanitaires privées Données de base Cible par année Valeur Année Source % 80% 100% Proportion d enfants âgés de moins de 5 ans ayant eu de fièvre au cours des deux dernières semaines et qui ont reçu un traitement antipaludique correct dans la communauté 25% 2010 MIS 40% 60% 70% 80% Proportion de cas graves de paludisme ayant reçu un traitement correct dans les formations sanitaires publiques 80% 2010 Rapport Revue 85% 90% 100% 100% Proportion de cas graves de paludisme ayant reçu un traitement correct dans les formations sanitaires privées % 100% Proportion de formations sanitaires n'ayant pas connu de rupture de stock d un jour ou plus d antipaludiques (CTA) recommandés Rapport EUV 90% 95% 100% 100% Proportion de formations sanitaires n'ayant pas connu de rupture de stock d un jour ou plus de sulfadoxinepyriméthamine Rapport EUV 90% 95% 100% 100% Proportion de formations sanitaires n'ayant pas connu de rupture de stock d un jour ou plus de MIILD Rapport EUV 90% 95% 100% 100% PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 92

94 Annexe N 1 : BUDGET DETAILLE PAR INTERVENTION Amélioration des compétences des personnels impliqués dans le suivi/évaluation Activités Organiser des ateliers (3) départementaux de dissémination du document de politique nationale, du plan stratégique et du plan de suivi et évaluation Former les agents impliqués dans le S&E à tous les niveaux de la pyramide sanitaire et partenaires nationaux sur les logiciels actualisés Recruter le personnel qualifié (Statisticien, Epidémiologiste,...) pour la cellule de S&E du PNLP Pourvoir les postes vacants dans les cellules départementales du PNLP en personnel qualifié Appuyer la fonctionnalité des cellules statistiques des ZS et des départements (formations ciblées) Former 4 cadres du PNLP sur la planification, quantification, analyse des carences Organiser 6 formations en cascades (DDS et ZS) par le pool de formateurs à l'endroit des acteurs impliqués dans la planification des activités Former 2 personnes du PNLP en épidémiologie, statistique et informatique appliquée Former un agent du PNLP sur l'archivage et la documentation Former 1 agent de l'unité suivi -évaluation en gestion de base de données (par un institut ou un cabinet qualifié) Appuyer les sessions de formation/recyclage des agents des secteurs privés des centres de santé et pharmacies des médicaments, sur les nouveaux outils de gestion Former les membres des bureaux OCB nouvelles sur le remplissage des outils de collecte de données communautaires (Sous recipiendaires) Budget par année (CFA) PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 93 Montant Total CFA PMI AR PMI BN BN PMI AR BN BN PMI AR FM Former les agents de santé et les facilitateurs à la FM Partenaires potentiels

95 Activités Budget par année (CFA) Montant Total CFA notification et à la prise en charge des effets indésirables Total Intervention 1 (CFA) Total Intervention 1 EUROS ) Partenaires potentiels Amélioration du cadre de travail Activités Appuyer 2 fois par an le fonctionnement du cadre de concertation du niveau central (prendre un acte) entre les services du MS (SNIGS, SIMR, PEV,PNLP) et les programmes chargés de la collecte à tous les niveaux de la pyramide sanitaire Appuyer 2 fois par an le fonctionnement du cadre de concertation entre les services du MS (SNIGS, SIMR, PEV, PNLP) et les DDS, ZS Appuyer les cellules statistiques en matériel roulant (34 motos) Appuyer les cellules statistiques en matériel informatique Appuyer les cellules statistiques pour la connexion Internet pour la transmission des données Mettre en place un système d'archivage électronique des documents du PNLP Budget par année (CFA) PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 94 Montant Total (CFA) PMI PMI AR Partenaires potentiels PMI et Autres PMI et Autres AR Doter le PNLP d'un centre de documentation AR Acquérir du matériel informatique pour le service suivi évaluation et les cellules départementales du PNLP Acquérir 20 ordinateurs portables pour les structures impliquées dans la gestion de l'information sur le paludisme Doter les sites sentinelles en équipement PMI PMI et Autres PMI et Autres

96 Activités complémentaires et consommables Acquerir 1 véhicule 4x4 pour le service de suivi-evaluation du PNLP Acquerir des logiciels de planification et de gestion des données pour le suivi -evaluation Appuyer le fonctionnement de la connexion Internet du PNLP Motivation des agents de santé Budget par année (CFA) Montant Total (CFA) Partenaires potentiels PMI et Autres PMI PMI et Autres Africare d'arrondissement Motivation des Gestionnaires de dépôt Africare Motivation des Agents de santé de commune Africare Motivation des Groupements féminins Africare Renforcer les capacités, des centres de santé et Projet-Alafia des responsables des dépôts répartiteurs Equiper les Groupements féminins Africare Aménager les 14 dépôts répartiteurs Projet-Alafia Total Intervention 2 (CFA) Total Intervention 2 (EUROS) Développement d'outils de qualité intégrés pour la collecte des données et le suivi de la mise en œuvre Activités Budget par année (CFA) Montant Total Partenaires (CFA) potentiels Appuyer la révision des outils du SNIGS PMI et Autres Appuyer la multiplication des outils du SNIGS révisés PMI et Autres Appuyer la fonctionnalité du système de reporting sur la gestion de stock (Révision et - PMI multiplication des outils) Multiplier le plan de suivi-évaluation validé à toutes les parties prenantes PMI Concevoir, multiplier et distribuer le bulletin trimestriel du SIRP PMI Maintenance et mise à jour de la base de données du PNLP PMI Appuyer la multiplication des directives UNICEF PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 95

97 Activités nationales et guides de supervision et de monitoring intégrant le paludisme. Appuyer la mise en place et le fonctionnement de la plateforme centrale des bases de données du PNLP Atelier d'adaptation des modules de formation et autres outils de collecte de données communautaire Reproduire les d'outils de collecte de données communautaires Adapter les outils de suivi des activités Budget par année (CFA) PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 96 Montant Total (CFA) PMI Partenaires potentiels Africare Africare Projet-alafia communautaires Reproduire les outils de collecte des données Projet-alafia Total Intervention 3 (CFA) Total Intervention 3 (Euros) Développement d un système d'assurance qualité des données de paludisme Activités Budget par année (CFA) Montant Total Partenaires (CFA) potentiels Organiser 2 Supervisions départementales par le niveau central (PNLP, SNIGS etc,l) PMI et Autres Appuyer 4 Supervisions des zones sanitaires par le niveau départemental PMI et Autres Appuyer 6 Supervisions du niveau périphérique AR Appuyer le monitorage semestriel couplé avec LQAS dans les formations sanitaires et la AR communauté Appuyer une étude d'identification des structures privées/confessionnelles AR Appuyer les supervisions des structures du secteur privé pour améliorer le reporting sur le AR paludisme Organiser des supervisions de contrôle de qualité du diagnostic biologique du paludisme PMI Organiser les supervisions sur la gestion des PMI et Autres

98 Activités Budget par année (CFA) Montant Total Partenaires (CFA) potentiels stocks au niveau des formations sanitaires et des dépôts Rendre fonctionnel le site internet du PNLP AR Supervision des activités de la lutte anti vectorielle des sites sentinelle PID PMI Organiser 2 supervisions semestrielles par le niveau central des 5 sites sentinelles de surveillance de l'efficacité des antipaludiques AR (CTA,...) Supervision trimestrielles des ONG / Facilitateurs par le BP Africare Organiser des missions mensuelles de supervision des activités de GF par les facilitateurs dans les 20 zones sanitaires du Africare projet Africare Assurer la supervision mensuelle/bimensuelle des OCB (Sous récipiendaires) Projet Alafia Assurer le suivi des activités et la supervision des acteurs sur le terrain par le Récipiendaire principal y compris le contrôle de qualité des Projet -Alafia médicaments et le suivi des références dans les14 zones sanitaires du projet Alafia Assurer le suivi des activités et la supervision des acteurs sur le terrain par les Sous récipiendaires dans les14 zones sanitaires du Projet Alafia projet Alafia Total Intervention 4 (CFA) Total Intervention 4 (Euros) PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 97

99 Documentation des bonnes pratiques et des progrès du programme pour constituer des bases factuelles Activités Réaliser tous les deux ans un test de sensibilité des vecteurs aux insecticides sur les sites sentinelles Réaliser tous les deux ans un test de contrôle de la qualité et efficacité en cours d'utilisation des MIILD Budget par année (CFA) Montant Total (CFA) Partenaires potentiels PMI AR Réaliser une enquête MIS en PMI, FM Réaliser des tests d'efficacité thérapeutique des antipaludiques tous les 2 ans PMI, FM Faire une étude sur la cartographie des gites larvaire au niveau rural AR Organiser des journées scientifiques sur le partage des résultats de recherche sur le paludisme tous les deux ans BN Réaliser tous les 2 ans une enquête entomologique sur le paludisme Réaliser les études sur l efficacité et la rémanence des larvicides disponibles tous les 2 ans Réaliser l'évaluation à mi-parcours du plan stratégique Réaliser la revue de performance du programme tous les ans Réaliser une étude sur la qualité de PEC du paludisme dans les formations sanitaires Réaliser une étude sur l'impact de la gratuité des prestations de soins du paludisme Appuyer l'élaboration d'un plan national de pharmacovigilance des médicaments y compris les antipaludiques Appuyer la mise en œuvre du plan national de pharmacovigilance des médicaments y compris les antipaludiques Appuyer au moins une thèse/mémoire par an sur le paludisme AR AR PMI, FM PMI, FM UNICEF BN FM PMI BM,autres PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 98

100 Activités Budget par année (CFA) Montant Total (CFA) Partenaires potentiels Réaliser une évaluation post campagne de distribution des MIILD FM Elaborer et valider un nouveau plan stratégique du PNLP et un plan de FM, autres suivi/évaluation pour la période Organiser des réunions trimestrielles de coordinationation entre le RP, la CAME et le Africare MS Organiser des réunions mensuelles de coordination dans chaque département Africare Restitution communautaire Africare Revue annuelle PR, SR et autres partenaires Africare Enquête de base/évaluation à mi parcours du projet africare (PILP) Réaliser une recherche opérationnelle sur les déterminants de l'utilisation des MIILD Réaliser une recherche opérationnelle sur les comportements des femmes enceintes face aux CPN et la prise des médicaments Assurer la saisie des données de suivi évaluation et des médicaments (Sous recipiendaires) Africare Africare Africare Projet Alafia Realiser l'enquete d'évaluation à mi-parcours du projet Alafia Projet Alafia Realiser l'enquete finale du projet Alafia Projet Alafia Organiser une réunion de coordination mensuelle/bimensuelle entre les agents de santé/facilitateurs et les OCB (Sous recipiendaires) Organiser une restitution communautaire semestrielle des résultats au niveau communautaire Projet Alafia Projet Alafia Total Intervention 5 (CFA) Total Intervention 5 (Euros) PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 99

101 PLAN DE SUIVI/EVALUATION DU PNLP , BENIN 100

PLAN STRATEGIQUE NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME 2011-2015

PLAN STRATEGIQUE NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME 2011-2015 PLAN STRATEGIQUE NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME 2011-2015 Vers un Bénin sans Paludisme! Sommaire INTRODUCTION... 5 I GENERALITES... 8 II - ANALYSE DU SYSTEME DE SANTE... 14 II - ANALYSE DU SYSTEME

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie ----------- UNIVERSITE DE LOME UNITE DE RECHERCHE DEMOGRAPHIQUE

REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie ----------- UNIVERSITE DE LOME UNITE DE RECHERCHE DEMOGRAPHIQUE REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTERE DE LA SANTE ----------- ----------- UNIVERSITE DE LOME UNITE DE RECHERCHE DEMOGRAPHIQUE DIRECTION

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

TABLE RONDE REMED LA PHARMACIE ET LA SANTE PUBLIQUE

TABLE RONDE REMED LA PHARMACIE ET LA SANTE PUBLIQUE TABLE RONDE REMED LA PHARMACIE ET LA SANTE PUBLIQUE UTILISATION DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES DANS LA LUTTE CONTRE LE PALUDISME : CAS DU BENIN PAR Mme TOUKOUROU MOUTIATOU, PHARMACIENNE, PRESIDENTE ONG PHARMACTION

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME

PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION DIRECTION DE LA SANTE DIVISION DE LA LUTTE CONTRE LA MALADIE PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME ~I:I)E HEHOIIlE REVUE DU PROGRAMME PALUDISME JUIN

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Appui au Ministère de la Santé dans la

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

Analyse des carences programmatiques de la lutte contre le paludisme : notes d'orientation

Analyse des carences programmatiques de la lutte contre le paludisme : notes d'orientation Analyse des carences programmatiques de la lutte contre le paludisme : notes d'orientation Introduction Une analyse exhaustive des carences programmatiques sous-entend l ensemble des exigences programmatiques

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement RÉSUMÉ DU RAPPORT Décembre 21 sera l heure du bilan de la décennie

Plus en détail

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU SANTÉ DE L ENFANT 9 Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU Au cours de la troisième enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des cinq

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN Ministère de la Santé DRAFT PLAN NATIONAL STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES EN SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN Ministère de la Santé DRAFT PLAN NATIONAL STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES EN SANTE REPUBLIQUE DU BENIN Ministère de la Santé DRAFT PLAN NATIONAL STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES EN SANTE Cotonou, Octobre 2007 Sommaire Sommaire...2 Résumé...6 Liste des abréviations

Plus en détail

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB)

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) REPUBLIQUE DU BENIN -------------------- MINISTERE DE L ENERGIE, DES RECHERCHES PETROLIERES ET MINIERES, DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES -------------------- DIRECTION GENERALE

Plus en détail

INTEGRATION DES SOINS DE SANTE BUCCO-DENTAIRES PRIMAIRES DANS LES ACTIVITES DES CENTRES DE SANTE ET DE PROMOTION SOCIALE (C.S.P.S.

INTEGRATION DES SOINS DE SANTE BUCCO-DENTAIRES PRIMAIRES DANS LES ACTIVITES DES CENTRES DE SANTE ET DE PROMOTION SOCIALE (C.S.P.S. REGION DES HAUTS-BASSINS BURKINA FASO ----------------------- ---------------- DIRECTION REGIONALE DE LA SANTE Unité - Progrès - Justice ----------------------- Cellule de Santé Bucco-dentaire INTEGRATION

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

Par. Dr Jean-Claude LODJO, MCZS KGS. Mme GUEHOU Françoise, RSO ZS KGS. YAROU CHABI Arouna, RFC BZ KGS

Par. Dr Jean-Claude LODJO, MCZS KGS. Mme GUEHOU Françoise, RSO ZS KGS. YAROU CHABI Arouna, RFC BZ KGS R é p u b l i q u e d u B é n i n M I N I S T E R E D E L A S A N T E D i r e c t i o n D é p a r t e m e n t a l e d e l a S a n t é d u B o r g o u e t d e l A l i b o r i Z O N E S A N I T A I R E D

Plus en détail

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse Bénin Enquête Démographique et de Santé 2006 Rapport de synthèse Ce rapport résume les principaux résultats de l Enquête Démographique et de Santé (EDSB-III), réalisée au Bénin du 3 août au 18 novembre

Plus en détail

C est quoi le District Health Information Software 2?

C est quoi le District Health Information Software 2? Introduction Actions entreprises C est quoi le Health Information Software 2? Avantages Inconvénients Conclusion Le système d information sanitaire est l un des piliers du Système de Santé Il contribue

Plus en détail

Actualisation des objectifs, cibles, jalons et priorités du Plan d'action mondial contre le paludisme (GMAP) au-delà de 2011 1

Actualisation des objectifs, cibles, jalons et priorités du Plan d'action mondial contre le paludisme (GMAP) au-delà de 2011 1 Actualisation des objectifs, cibles, jalons et priorités du Plan d'action mondial contre le paludisme (GMAP) au-delà de 2011 1 Vision d avenir: Un monde sans paludisme. Objectifs, cibles et jalons Objectif

Plus en détail

Réseau de métrologie sanitaire (HMN - Health Metrics Network) LE RÉSEAU, SA NATURE, SES ACTIVITÉS FUTURES ET SES AVANTAGES POTENTIELS POUR LES PAYS

Réseau de métrologie sanitaire (HMN - Health Metrics Network) LE RÉSEAU, SA NATURE, SES ACTIVITÉS FUTURES ET SES AVANTAGES POTENTIELS POUR LES PAYS Réseau de métrologie sanitaire (HMN - Health Metrics Network) LE RÉSEAU, SA NATURE, SES ACTIVITÉS FUTURES ET SES AVANTAGES POTENTIELS POUR LES PAYS 1. Qu est-ce que le Réseau de métrologie sanitaire HMN

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

Plan stratégique de l UNHCR pour la lutte contre le Paludisme 2008-2012

Plan stratégique de l UNHCR pour la lutte contre le Paludisme 2008-2012 Plan stratégique de l UNHCR pour la lutte contre le Paludisme 2008-2012 PLAN STRATÉGIQUE DE L UNHCR POUR LA LUTTE CONTRE LE PALUDISME 2008-2012 Table des matières Résumé d orientation...iii 2 Introduction...III

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

La qualité des données analysée à partir de la Chartre africaine de la statistique (CAS)

La qualité des données analysée à partir de la Chartre africaine de la statistique (CAS) Atelier AFRISTAT-INSEE - Produire les indicateurs statistiques nécessaires au suivi des OMD Du 4 au 8 juillet 2011 à Libourne. La qualité des données analysée à partir de la Chartre africaine de la statistique

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Améliorer l accès au diagnostic et au traitement du paludisme et intensifier la surveillance épidémiologique

Améliorer l accès au diagnostic et au traitement du paludisme et intensifier la surveillance épidémiologique Améliorer l accès au diagnostic et au traitement du paludisme et intensifier la surveillance épidémiologique Organisation mondiale de la Santé 2012 Tous droits réservés. Les publications de l Organisation

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES Consultant pour le suivi et l évaluation d une étude nationale sur l évaluation des besoins et des coûts nécessaires

Plus en détail

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 REPUBLIQUE DE LA GUINEE EQUATORIALE MINISTERE DE LA PÊCHE ET DE L ENVIRONNEMENT Direction Générale de l Environnement Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 Titre du projet: Renforcement

Plus en détail

Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages

Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages Résumé La déclaration du Millénaire des Nations Unies confirme que l eau et l assainissement jouent

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Rapport de mission de supervision

Rapport de mission de supervision Rapport de mission de supervision 11-17 Novembre 2012 Département de l Alibori et de l Alibori I Introduction contexte Le MEDISTOCK demeure l un des logiciels efficaces dans la gestion des médicaments

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Université Cheikh Anta DIOP de Dakar Doctorat d Etat en Médecine (1995)

Université Cheikh Anta DIOP de Dakar Doctorat d Etat en Médecine (1995) Nom THIAM Prénom Safiatou Adresse Route des Almadies BP : 15688 Dakar Fann Domicile +221 33868 3933 Cellulaire +221 77569 1809 E mail sofithiam@yahoo.fr Skype sofithiam 1. Formation Institutions Institut

Plus en détail

Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport

Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport ---------------------------------- ---------------------------------- ------------------------------ Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport Dr Maam Suwadu

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE LE PROGRAMME DE TELEMEDECINE AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT N 4-5-6-8 1 CFAO : Membre

Plus en détail

CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE

CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE M i n i s t è r e d e l a S a n t é CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE *-*-*-* Cotonou, Hotel du Lac le 11 novembre 2014 Discours

Plus en détail

En 2012, le Comité régional a adopté une

En 2012, le Comité régional a adopté une Renforcement des systèmes de santé en vue de la couverture sanitaire universelle En 2012, le Comité régional a adopté une résolution qui approuvait une proposition de feuille de route pour le renforcement

Plus en détail

RDC : Célébration de la Journée mondiale du Paludisme sur toute l étendue du pays le 25 avril 2015

RDC : Célébration de la Journée mondiale du Paludisme sur toute l étendue du pays le 25 avril 2015 RDC : Célébration de la Journée mondiale du Paludisme sur toute l étendue du pays le 25 avril 2015 La République Démocratique du Congo a célébré, à l instar d autres pays du monde gagnés par la malaria,

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA Plan de présentation Introduction Etat des lieux du secteur Stratégies

Plus en détail

BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT FONDS AFRICAIN DE DÉVELOPPEMENT

BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT FONDS AFRICAIN DE DÉVELOPPEMENT BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT FONDS AFRICAIN DE DÉVELOPPEMENT STRATÉGIE DU GROUPE DE LA BANQUE EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LE PALUDISME Département des politiques et de Janvier 2002 la revue des opérations

Plus en détail

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie Rapport de l Académie nationale de Pharmacie La préparation des doses à administrer - PDA : la nécessaire évolution des pratiques de dispensation du médicament INTRODUCTION Il est généralement admis que

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX Nom du projet: PROJET FILETS SOCIAUX Secteur: Rural Autorité de Tutelle: Cabinet du Premier Ministre PRINCIPES DE BASE DE LA PROTECTION SOCIALE : Définitions et concepts

Plus en détail

Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples du Bénin EDS-MICS-IV 2011-2012

Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples du Bénin EDS-MICS-IV 2011-2012 Enquête Démographique et de Santé et à Indicateurs Multiples du Bénin EDS-MICS-IV 2011-2012 Rapport Préliminaire Institut National de la Statistique et de l Analyse Économique (INSAE) ICF International

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005

ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005 ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005 1 Travail réalisé par : 1. Dr Innocent GAKWAYA : RAMA 2. Dr Charles RUDAKUBANA

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION PRESENTATION DU PROGRAMME DE FORMATION DES ACTEURS MEDICAUX HUMANITAIRES DE LA VIM S CHARGES DES INTERVENTIONS D ASSISTANCES HUMANITAIRE DANS LES SITUATIONS DES URGENCES EPIDEMIOLOGIQUES, DES CATASTROPHES

Plus en détail

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et URC/HCI : PROTOCOLE DE RECHERCHE ET D EVALUATION Evaluation de la Dissémination du Niger au Mali des meilleures pratiques de la mise en œuvre du collaboratif d amélioration des soins obstétricaux et néonataux

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Cellule d Appui à la Couverture maladie Universelle LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL Par:

Plus en détail

FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO

FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO PRESENTATION DU CURRICULUM HARMONISE PAR DR LAOPAN JEAN PARE PRESIDENT DE L ONPBF PRESIDENT DE L IOPA Plan de Présentation Contexte et justification I. CEDEAO

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A TRAVERS LES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES DE BASE

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A TRAVERS LES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES DE BASE GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A TRAVERS LES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES DE BASE Version Janvier 2013 1 Table des matières I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIF DU PROGRAMME

Plus en détail

Activités sanitaires- région de Kidal

Activités sanitaires- région de Kidal Mission Mali 1 Activités sanitaires- région de Kidal 1 S1 à S20 Année 2013 Médecins du Monde - Belgique 2 Plan de l exposé» Contexte» Réponse à l Urgence Sanitaire» Etat des lieux» Paquet d activités mené

Plus en détail

DOCUMENT DE STRATEGIE D IMPLICATION DU SOUS-SECTEUR PRIVE LIBERAL DE LA SANTE DANS LE FINANCEMENT BASE SUR LES RESULTATS (FBR) AU BENIN

DOCUMENT DE STRATEGIE D IMPLICATION DU SOUS-SECTEUR PRIVE LIBERAL DE LA SANTE DANS LE FINANCEMENT BASE SUR LES RESULTATS (FBR) AU BENIN REPUBLIQUE DU BENIN ********* MINISTERE DE LA SANTE **************** ****** SECRETARIAT GENERAL MINISTERE ****** DE LA SANTE -*-*-*-*- PROGRAMME DE RENFORCEMENT DE LA PERFORMANCE DU SYSTEME DE SANTE DOCUMENT

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

La région du Centre-Sud en chiffres

La région du Centre-Sud en chiffres MINISTĖRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice La région du Centre-Sud en chiffres Edition 2014 Géographie GÉOGRAPHIE ET ORGANISATION ADMINISTRATIVE 0rganisation administrative

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 LA SITUATION DE LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE ET EN AFRIQUE Par le Professeur Pierre Chaulet Alger 29 Novembre 2009 LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 En millions Taux Population mondiale 6.668 100% Personnes

Plus en détail

Rapport de Réunion. Cluster Santé Mali. Du 13 Novembre 2013 à la. Direction Nationale de la Santé. Mercredi, 13 novembre 2013 DATE HORAIRE 14H30 17H45

Rapport de Réunion. Cluster Santé Mali. Du 13 Novembre 2013 à la. Direction Nationale de la Santé. Mercredi, 13 novembre 2013 DATE HORAIRE 14H30 17H45 Cluster Santé Mali Rapport de Réunion Du 13 Novembre 2013 à la Direction Nationale de la Santé DATE Mercredi, 13 novembre 2013 HORAIRE 14H30 17H45 LIEU Direction Nationale de la Santé (DNS) Salle de réunion

Plus en détail

Le Fonds mondial et le renforcement des systèmes de santé. Quels sont les arguments à apporter à l appui d une proposition des Séries 8, 9 et 10?

Le Fonds mondial et le renforcement des systèmes de santé. Quels sont les arguments à apporter à l appui d une proposition des Séries 8, 9 et 10? Le Fonds mondial et le renforcement des systèmes de santé Quels sont les arguments à apporter à l appui d une proposition des Séries 8, 9 et 10? Document de travail Cette note a été préparée par l OMS

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 Septembre 2013 REMERCIEMENTS Le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE ENTRE La Commune de NIMES, Place de l Hôtel de Ville, 30033 NIMES

Plus en détail

Eau et Assainissement pour l Afrique TERMES DE REFERENCE

Eau et Assainissement pour l Afrique TERMES DE REFERENCE Eau et Assainissement pour l Afrique 01 BP : 4392 Cotonou Benin; Tel : + 229 21311093 ; Email: wsabenin@wsafrica.org; TERMES DE REFERENCE Services de consultants pour une étude d état des lieux dans le

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Hervé Bonaventure M. GBENAHOU Doctorant en Sociologie du développement

Hervé Bonaventure M. GBENAHOU Doctorant en Sociologie du développement Les objectifs stratégiques du développement au Bénin : secteurs et politiques prioritaires, utilisation des ressources publiques, les progrès réalisés et les défis rencontrés. Hervé Bonaventure M. GBENAHOU

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Elaborer le paquet minimum d'activités

Plus en détail

PLAN DE SANTE BRUXELLOIS : Répondre aux besoins du patient

PLAN DE SANTE BRUXELLOIS : Répondre aux besoins du patient PLAN DE SANTE BRUXELLOIS : Répondre aux besoins du patient 1. Contexte Dans le cadre de la mise en œuvre des différents chantiers prévus dans la Déclaration de Politique Générale de la COCOM, l élaboration

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU TCHAD ----------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------ PRIMATURE ------------------ MINISTÈRE DE LA SANTE PUBLIQUE

RÉPUBLIQUE DU TCHAD ----------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------ PRIMATURE ------------------ MINISTÈRE DE LA SANTE PUBLIQUE RÉPUBLIQUE DU TCHAD ----------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------ PRIMATURE ------------------ MINISTÈRE DE LA SANTE PUBLIQUE Enquête Nationale sur les Indicateurs du Paludisme au Tchad

Plus en détail

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie page 1/7 Consensus Scientifique sur le Paludisme Etat de la maladie Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Le paludisme est l une des maladies infectieuses les plus fréquentes. Il

Plus en détail

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION 1 LES OMD EN CHIFFRES Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION Faisant suite à la Déclaration du Millénaire, le bureau du PNUD en Haïti s est attelé à faire la promotion des Objectifs du Millénaire pour

Plus en détail

Paludisme : Élaboration de proposition du Fonds mondial (11 e Série)

Paludisme : Élaboration de proposition du Fonds mondial (11 e Série) Programme mondial de lutte antipaludique Paludisme : Élaboration de proposition du Fonds mondial (11 e Série) RÉCAPITULATIF DE LA POLITIQUE DE L OMS Juillet 2011 Sommaire Introduction 1 1. Gestion des

Plus en détail

EVOLUTION DU SECTEUR PHARMACEUTIQUE AU SENEGA

EVOLUTION DU SECTEUR PHARMACEUTIQUE AU SENEGA EVOLUTION DU SECTEUR PHARMACEUTIQUE AU SENEGA Dr Abdoulahath MANGANE, Pharmacien Depuis Juin 2004: Pharmacien à FHI, logisticien du programme SIDA/IST 2000-2004: Chef Division Législation à la DPL 1999-2004:

Plus en détail

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Dr Patricia Saraux-Salaün Xavier Samson Mission santé publique, Ville de Nantes Dr Anne

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

L évaluation et le suivi de la performance

L évaluation et le suivi de la performance Royaume du Maroc MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU BUDGET Upscaling Gender Responsive Budgeting for Accelerated Action on Gender Equality GRB Phase III Mars 2010 L évaluation et le suivi

Plus en détail

Dr Hortense KOSSOU C/PNLP-PALP

Dr Hortense KOSSOU C/PNLP-PALP Restitution des résultats de la Campagne intégrée de distribution gratuite de MIILD, de Vitamine A et d Albendazole aux enfants de moins de 5 ans au Bénin Dr Hortense KOSSOU C/PNLP-PALP PLAN Introduction

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma»

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma» Royaume du Maroc Ministère de la santé Direction de la Population المملكة المغربية وزارة الصحة مديرية السكان Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas

Plus en détail

ANNEXE C TABLEAUX POUR L'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES

ANNEXE C TABLEAUX POUR L'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES ANNEXE C TABLEAUX POUR L'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES Tableau C.1 Répartition par âge de la population des ménages Répartition de la population (de fait) des ménages par année d'âge, selon le sexe

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Conférence internationale sur la population et le développement

Conférence internationale sur la population et le développement Conférence internationale sur la population et le développement Conférence ministérielle Projet de Document d engagement Document d'engagement du troisième examen quinquennal de la mise en œuvre du Programme

Plus en détail