Le «tourisme social» fait depuis bien longtemps partie de notre paysage national, en matière de vacances et de loisirs.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le «tourisme social» fait depuis bien longtemps partie de notre paysage national, en matière de vacances et de loisirs."

Transcription

1

2 Introduction Le «tourisme social» fait depuis bien longtemps partie de notre paysage national, en matière de vacances et de loisirs. Mais, bien souvent, on ne sait plus trop ce qu il recouvre ni quels sont ses objectifs. C est pourquoi l Union Nationale des Associations de Tourisme et de Plein Air (UNAT) a souhaité réaliser cette publication sur : «le tourisme associatif : une réalité économique et sociale» et décrire le rôle que joue ce secteur aujourd hui, en Nous utilisons à dessein ce terme de «tourisme associatif» car le tourisme social comprend aussi l action des comités d entreprise ou d organismes sociaux. A cet égard, il convient de souligner l'importance du travail mené avec les confédérations syndicales dans le cadre d'une "Déclaration commune" signée en juin En outre, si les associations, coopératives et mutuelles, réunies au sein de l Unat, constituent le noyau central du tourisme social, on ne saurait pour autant réduire leur fonction à la seule dimension sociale, si indispensable soit-elle. Elles constituent en effet aussi un secteur jouant un rôle économique important, créateur d emplois et elles contribuent activement au développement local et à l aménagement du territoire, notamment dans les zones dites fragiles. Mais ce secteur, qui joue donc un rôle social et économique bien réel, ne s est aussi développé que dans le cadre d un partenariat actif avec l Etat, les collectivités territoriales, le monde du travail et les organismes sociaux. C est aujourd hui tout l enjeu de l Unat, et à travers elle, de tout le secteur, que de prolonger ce partenariat qui a valeur d exemple, y compris à l échelle européenne, et qui a permis que notre pays sache à la fois être une destination touristique majeure et un pionnier en matière de politique sociale du tourisme. Un tourisme associatif de qualité, s inscrivant dans le cadre d un développement durable et au service d une politique sociale et économique dynamique en matière de tourisme et de vacances pour tous, c est assurément un beau défi pour l avenir! Le président de l Unat François Soulage 2

3 Le tourisme associatif en bref Focus Le chiffre d affaires des membres de l Unat en 2005 s élève à 1,467 milliard d euros : Les chiffres du secteur L Unat, en 2006, regroupe 56 membres nationaux et 545 membres régionaux (associations, unions, fédérations), acteurs du tourisme social et associatif. Le chiffre d affaires cumulé des membres nationaux de l Unat en 2005 s élève à 1,467 milliards d euros, et totalise : emplois directs équivalents temps plein annuels 942 équipements répartis sur tout le territoire (hors CVL) lits (hors CVL) personnes accueillies (hors voyages) Définition des équipements du tourisme associatif Centres d accueil de jeunes et centres sportifs : Ces établissements (auberges de jeunesse, centres internationaux de séjours...) ont été créés pour développer l accueil, l hébergement à vocation touristique et les échanges internationaux de jeunes. L action éducative et les activités récréatives font partie des objectifs des associations qui les gèrent. Quant aux centres sportifs, ils proposent, outre l hébergement, des stages d activités physiques et sportives très variées. Ces équipements accueillent prioritairement des jeunes et des groupes même s ils s organisent pour accueillir différents types de clientèle. Les villages de vacances Equipement touristique ouvert à tous les publics, sans condition spécifique, le village de vacances est une structure qui regroupe : Un hébergement en pension complète, demi-pension et/ou location (gîtes, appartements). Des activités et animations pour les adultes et les enfants Des installations et activités de loisirs Une ouverture sur l environnement local (visites, découvertes) Une ouverture en toute saison, pendant et hors vacances scolaires, pour des longs ou courts séjours La capacité moyenne d un village est de 242 lits (210 lits en pension, 311 lits en location, 331 lits pour un village proposant les deux formules) 48% des villages de vacances proposent des formules en pension et demi-pension (chambres), 32% proposent de la location (appartements ou gîtes), et 20% proposent les deux formules, pension et location. La politique tarifaire (2005) : Les tarifs sont forfaitaires et incluent l ensemble des prestations : - Une semaine en pension complète pour un adulte s élèvait à 385,51 (55,07 par jour) - Une semaine en location pour un logement 5/6 personnes s élèvait à 658,95 Une étude comparative des tarifs de l été 2005, réalisée par VTF, portant sur le relevé des prix pratiqués par 361 villages de vacances des opérateurs de l Unat et 106 villages ou résidences du secteur commercial, fait apparaître, toutes régions confondues, un tarif moyen des opérateurs de l Unat de 36% inférieur, pour la pension complète, et de 23% inférieur, pour la location, à l offre du secteur concurrentiel la plus comparable. Données qualitatives des villages de vacances La charte de qualité Loisirs de France, mise en place par l Unat en 1997, est l aboutissement d une démarche de qualité rigoureuse et originale, puisqu elle qualifie à la fois les loisirs et services (lutins bleus), le site et l environnement (lutins blancs) et le confort du logement (lutins rouges) de 450 villages de vacances en France. Des contrôles, mis en place par la commission Loisirs de France, sont organisés tous les 5 ans sur les villages de vacances classés. 3

4 L apport des villages de vacances à l économie locale (enquête été 2005) Méthodologie Les données de ce chapitre proviennent d une étude de clientèle, menée par la SOMIVAL et validée par ODIT France, effectuée auprès de 1241 familles de vacanciers présents dans 22 villages de vacances échantillonnés, en juillet et août 2005 Dépense moyenne des familles pendant leurs vacances (mer, montagne, campagne) Focus Un village de vacances dans une commune c est : 15 emplois directs équivalents temps plein créés à dépensés par le village de vacances dans son environnement local 90 à 130 par vacancier et par semaine de retombées économiques locales Les familles en formule location dépensent en moyenne 516 par semaine et par foyer (3,95 personnes en moyenne par foyer), hors coût de l hébergement. Les familles en formule pension/demi-pension dépensent en moyenne 90 par semaine et par personne en été (3,26 personnes en moyenne par foyer), hors coût de l hébergement et restauration. 4

5 Apport économique d un village de vacances selon les espaces (2004) * Le chiffre d affaires moyen des villages de vacances est plus élevé et les dépenses moyennes des clientèles sont moins élevées en zone montagne qu en zone campagne et littoral, ce qui est dû au fait qu une proportion beaucoup plus importante des clientèles est en formule pension (63% en montagne contre 30% en campagne et 37% en littoral). Les dépenses des clientèles pendant la période d été, pour un village de vacances (juillet et août 2004) Un impact en croissance : augmentation de la dépense moyenne de 10% depuis 2001 (euros constants) Impact des variations du calendrier des vacances scolaires Une étude a été réalisée par l Unat et le TAC 1 en 2004, sur les conséquences de la diminution des vacances d été d une semaine (passant les vacances d été de 9 à 8 semaines pleines) sur l activité des villages de vacances. Celle-ci démontrait que la diminution a eu pour conséquence une diminution du chiffre d affaires des gestionnaires des villages de vacances de 2 à 3%. Pour pallier l effet de l amputation d une semaine pleine l été, une hausse de prix de l ordre de 5 à 8% a été nécessaire, ce qui pénalise la politique tarifaire d accès aux vacances pour tous voulue par le secteur et a des effets économiques pervers. 1 Tourisme Action Concertation, qui regroupe 7 associations centralisées de l Unat : Renouveau vacances, Vacances bleues, Vacanciel, Villages clubs du soleil, VTF «l Esprit vacances», VAL et VVF Villages 5

6 Les contributions du tourisme associatif aux recettes fiscales et cotisations sociales Méthodologie Focus Le tourisme associatif apporte 157,6 millions d euros d impôts, taxes et recettes fiscales à la collectivité quand les aides à la pierre et les aides à l emploi en faveur du même secteur ont coûté 23,1 millions d euros. L Unat avait réalisé, en 1993, une première étude permettant de connaître le volume des impôts et taxes payés par les associations de tourisme, et de le mettre en parallèle des aides budgétaires reçues de la collectivité par ces mêmes associations. Douze ans après, la situation a beaucoup évolué, en grande partie du fait des nouvelles mesures fiscales appliquées au secteur associatif au 1er janvier Ce constat ressort des résultats d une enquête que l Unat a mené en 2005 auprès de l ensemble de ses membres nationaux et régionaux, et qui comprend en plus, par rapport à l étude de 1993, un volet sur les charges patronales versées par les associations de tourisme. Ce sont 97 associations ou fédérations qui ont répondu à cette enquête, et qui représentent 80% du volume d activité du secteur ; l Unat a procédé à un léger redressement pour parvenir à une estimation globale des chiffres du secteur. Impôts et taxes En 1993 le montant annuel des impôts et taxes payés par le secteur était de 122 millions de francs (18,6 millions d euros). Ces chiffres ne tenaient pas compte de la TVA non récupérée du fait du non assujettissement de 80% du secteur à la TVA et autres impôts commerciaux. En 2005 le montant des impôts et taxes payés par le même secteur s est élevé à 38,2 millions d euros soit une hausse de 105,7% sur une période de 12 ans. Les raisons de cette progression : croissance du chiffre d affaires des associations impôts et taxes payés suite à la réforme fiscale de 2000 : TVA, taxe professionnelle, impôt sur les sociétés nouvelles dispositions fiscales 6

7 Charges sociales Les charges sociales patronales versées sur 2004 par notre secteur s élèvent à 119,4 millions d euros pour emplois équivalents temps plein annuels (emplois directs). Les charges sociales salariales s élèvent quant à elles à 48,3 millions d euros. Apport de la collectivité au secteur du tourisme associatif L Unat s est employée à mesurer les différentes aides de la collectivité reçues par le secteur, qu il s agisse de l Etat ou des collectivités territoriales, et aussi bien des aides à l emploi que des aides à la pierre. Aides à l emploi : aide globale de 10,2 millions d euros (emplois jeunes, CES ) Aides à la pierre en 2004 : - Etat : plan de consolidation du patrimoine du tourisme social et associatif de 4,7 millions d euros - Collectivités territoriales : engagement en 2004 de 8,2 millions d euros - ANCV : 5 millions d euros d aide à la rénovation (issue de l épargne salariale et de la contribution des employeurs, et non d un financement public) Le total des aides reçues en 2004 par le secteur du tourisme social et associatif de l Etat et des différentes collectivités territoriales s est élevé à 23,1 millions d euros. Apport net du secteur à la collectivité 7

8 L apport social du tourisme associatif dans les territoires Méthodologie L Unat a réalisé en 2005, pour le Conseil national du tourisme, une étude qualitative ayant pour objectif de mettre en évidence les différentes actions réalisées par les structures d hébergement du tourisme social, parallèlement à l activité touristique traditionnelle. Les outils d analyse de l activité touristique sont actuellement de deux natures : une analyse statistique en termes de fréquentation (lieux, durées, espaces, etc.) et une analyse à caractère économique ou financière : chiffre d affaires généré, emplois créés, etc. L activité touristique qui ne se limite pas à la seule haute saison, est en grande partie générée à partir de sites d accueil, dans des territoires d implantation. Ces équipements développent, en dehors de leur mission d origine d accueil strictement touristique, des activités périphériques. Ces activités peuvent constituer des réponses à une demande sociale locale, qui ne peut pas toujours être satisfaite par les services de la commune d implantation. Focus Pour les populations locales, un hébergement du tourisme associatif sur la commune c est aussi bien souvent : Un accueil à caractère social (ex : hébergement temporaire de personnes âgées) Une fourniture de service (ex : cantine scolaire) Un accès à des infrastructures et des activités (ex : piscine) Des prestations sociales (ex : organisation d une halte-garderie) Un impact sur la vie locale (ex : maintien de services publics type école) Cinq types d actions ont été identifiées : 8 L Hébergement social Mise à disposition des différents publics (étudiants, personnes en difficulté, demandeurs d asile, personnes âgées ) des infrastructures des équipements touristiques en partenariat avec les services sociaux, écoles ou collectivités territoriales. Il peut s agir : d hébergement social temporaire d hébergement temporaire de personnes âgées Fourniture de services Ensemble des services proposés aux habitants et assurés par les équipements. Deux types de services identifiés : la préparation des repas à destination : - des personnes âgées - des cantines scolaires, crèches, CLSH en partenariat avec l Aide à domicile en milieu rural (ADMR) la restauration collective régulière pour groupes scolaires, entreprises, services publics ) tout au long de l année Accès aux infrastructures et aux activités Opportunité pour les habitants de bénéficier : d activités sportives et de loisirs (tennis, piscine, manifestations culturelles) de salles pour des activités sociales et associatives de prêt de matériel spécifique Prestations sociales Il s agit de : l organisation d un centre de loisirs sans hébergement (CLSH) pour les enfants du territoire l organisation d une halte garderie pour les 0-3 ans du territoire la participation à un projet d insertion sociale et professionnelle : intégration à l équipe de personnes en réinsertion professionnelle Impacts sur la vie locale Effets directs ou indirects que la présence des équipements peuvent avoir sur les territoires : création ou maintien de l emploi création ou maintien de commerces et services maintien des services publics (Poste, écoles ) valorisation de l environnement local : mise en valeur du territoire qui lui permettra d être plus attractif pour les vacanciers et plus agréable pour la population locale Cette étude montre que si le tourisme est une activité économique productrice de richesses, il est aussi facteur de développement local et de lien social. Les équipements du tourisme associatif sont implantés parfois dans des territoires assez isolés ou peu habités où le risque d exode rural est permanent. Ils constituent souvent un pôle d animation sociale, en dehors des périodes de vacances scolaires, dans la mesure où les collectivités territoriales ne peuvent répondre par leurs seuls moyens aux attentes et aux besoins des habitants.

9 Les enjeux de l avenir des équipements du tourisme associatif Focus Les enjeux du tourisme associatif : Maintenir une activité économique locale Permettre la création, et la pérennisation d emplois Constituer une offre de vacances de qualité à des prix accessibles dans un contexte de mixité sociale Pérenniser une aide à la pierre s appuyant sur des fonds publics et sociaux Les financeurs de la rénovation des équipements du tourisme social en 2004 dans le cadre du plan de consolidation* Pour la rénovation des équipements du tourisme associatif ** Etat = Ministère du Tourisme + DIACT (anciennement DATAR) Europe = FEDER ANCV = Fonds d investissement social. Emprunts et fonds propres = directement pris en charge par les propriétaires ou les gestionnaires *Le tableau ci-dessus ne représente pas la totalité des opérations de rénovation : les associations mènent aussi des opérations de rénovation ne bénéficiant pas de ce plan. Les précédents chapitres l illustrent assez bien : le tourisme associatif est un vecteur très fort de développement économique local, de maintien de l emploi, d aménagement du territoire. Le tourisme social et associatif a pu bénéficier depuis une quinzaine d années d aides de l Etat sous la forme d un Plan Patrimoine depuis 1990 puis d un Programme de Consolidation des équipements du tourisme social pour la période Par ailleurs, le secteur a obtenu un soutien financier important des collectivités territoriales et organismes sociaux. Aujourd hui les inquiétudes sont grandes de voir l Etat se désengager et interrompre ce dispositif d aide à la pierre, qui mettrait en péril la chaîne de financement dans laquelle les propriétaires ou organismes gestionnaires prennent déjà la plus grande part. Or, ce retrait, s il devait être confirmé, mettrait directement en péril l existence même de certains équipements et affecterait gravement le maintien d une offre de vacances accessible au plus grand nombre. Une aide à la pierre soutenue par l Etat, même modeste si on la compare aux besoins de rénovation, est une véritable garantie et déclenche les co-financements notamment des collectivités territoriales. Statut juridique des propriétaires des équipements du patrimoine associatif en 2004 ** Sur cette même année 2004 l enveloppe globale d aide à la rénovation du patrimoine du tourisme associatif versé par l ANCV s est élevé à 5,4 millions d euros Les faits La loi de finances votée pour 2006 n a pas fixé de crédits pour la dernière année du plan de consolidation. L absence de lignes de crédits de l Etat remet en cause le cofinancement de certaines collectivités territoriales. Par ailleurs il faut s attendre à ce que l ANCV qui, ces dernières années, a contribué de façon remarquable au financement de la rénovation du patrimoine du tourisme associatif, ne puisse à l avenir intervenir à la même hauteur en raison d une diminution prévisible des excédents disponibles. L Etat cumule un retard de crédits de paiements estimé à plus de 10 millions d euros sur les opérations de rénovation autorisées ces dernières années. L absence de soutien de l Etat dans l aide à la pierre entraînera l impossibilité d établir des plans de financements cohérents et aura pour conséquence l annulation de projets de rénovation pour 2006 même dans le cas où les premières tranches ont déjà été réalisées. Le maintien d une offre de vacances de qualité destinée aux enfants et aux jeunes comme aux familles dans des conditions tarifaires acceptables est une nécessité qui répond aussi bien à des besoins sociaux qu à une activité économique créatrice d emploi et de développement local. Cette politique sociale du tourisme ne peut être envisagée sans une véritable politique d aide à la pierre engagée par l Etat. Il y va de la survie d une activité dont les besoins pour la période se résument comme suit : Souhait de présenter représentant une enveloppe globale de pour une demande de représentant une moyenne de 123 projets de rénovation 159 millions d euros de travaux 25,5 millions d euros d aide de financement de l Etat 16 % du montant global des projets présentés 9

10 Conclusion Cette présentation synthétique de ce qu'est aujourd'hui le tourisme associatif démontre, s'il en est besoin, le rôle que joue ce secteur dans notre pays. Mais il souligne aussi combien ce qui a été porté par des générations de décideurs politiques locaux ou nationaux, de militants associatifs et d'acteurs sociaux, d'aménageurs, de professionnels du tourisme souhaitant oeuvrer dans un objectif d'intérêt général, peut être remis en cause si on n'y prend garde. Des millions de personnes de tous âges et de toutes conditions partent en vacances par le biais d'associations ; des milliers d'emplois directs ou indirects dépendent de cette activité. Pour des centaines de communes, les associations de tourisme sont des acteurs essentiels de développement et de cohésion sociale. Enfin, ce secteur soutient, par son engagement européen et international, la mise en place de dispositifs, actions et produits contribuant à forger un tourisme durable et solidaire. Tout cela vaut, à notre sens, la peine d'être poursuivi. Synthèse réalisée par Armelle Demeure, Jean-Marc Mignon et Renaud Quesada (UNAT) Sources Etude sur l impact économique des variations du calendrier des vacances scolaires - UNAT et TAC - Mars pages L apport social du tourisme associatif dans les territoires UNAT - Conseil national du tourisme Octobre pages Rapport sur l avenir du tourisme social et associatif UNAT Mai pages Contribution du tourisme associatif aux recettes fiscales et cotisations sociales UNAT Mai pages Etude d impact des villages de vacances TAC SOMIVAL Octobre pages 10 Crédits photo : Renouveau vacances, VAL, Unat Bretagne, Unat Pays-de-Loire, J-P Gratien, Patrick Verdier

11 Les membres de l Unat Tourisme et Loisirs 53 11

12

LITS. en Limousin. Le tourisme. etsolidaire DEPENSES. Bilan et tendances pour les acteurs régionaux de la filière DEFINITION.

LITS. en Limousin. Le tourisme. etsolidaire DEPENSES. Bilan et tendances pour les acteurs régionaux de la filière DEFINITION. DEFINITION DEPENSES LITS Le tourisme social HEBERGE- etsolidaire en Limousin Bilan et tendances pour les acteurs régionaux de la filière Edition 2015 «Un tourisme au service des hommes et des territoires»

Plus en détail

4 Recensement de la population. Voir 4.1. 4 Logement. Au sens du recensement de la population,

4 Recensement de la population. Voir 4.1. 4 Logement. Au sens du recensement de la population, 62 Au recensement de la population de 2009, on comptait 81 700 logements essentiellement localisés en province Sud (76%, dont 88% dans le Grand Nouméa). 17% se situaient en province Nord et 7% dans les

Plus en détail

CTI 2016-2021. Accompagnement des Communes. et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne

CTI 2016-2021. Accompagnement des Communes. et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne CTI Accompagnement des Communes et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne 2016-2021 Dans un contexte de réduction des dotations de l État, cette nouvelle politique territoriale affiche la

Plus en détail

Le marché des résidences de tourisme

Le marché des résidences de tourisme Le marché des résidences de tourisme Importance et structure du marché des résidences de tourisme Le segment des résidences de tourisme a représenté de l ordre de 4 200-4 250 logements collectifs mis en

Plus en détail

Atelier établir un budget prévisionnel

Atelier établir un budget prévisionnel Atelier établir un budget prévisionnel SOMMAIRE Les documents utiles à la construction du budget Le compte de résultat Le suivi budgétaire La comptabilité analytique La méthodologie du budget prévisionnel

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-068

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-068 PARIS, le 27/03/2003 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2003-068 OBJET : CHEQUES-VACANCES Participation patronale à l'acquisition des chèques-vacances

Plus en détail

Non à l asphyxie financière des Départements!

Non à l asphyxie financière des Départements! DOSSIER DE PRESSE Du 19 au 24 septembre 2016 SEMAINE DE MOBILISATION DES DÉPARTEMENTS Non à l asphyxie financière des Départements! Point presse de Damien ABAD Jeudi 15 septembre 2016 Contact presse :

Plus en détail

créer de l emploi dans les territoires

créer de l emploi dans les territoires 3 créer de l emploi dans les territoires 3 Créer de l emploi dans les territoires L Économie sociale et solidaire trouve sa force dans les territoires : quartiers urbains, zones rurales, bassins industriels

Plus en détail

Des stratégies partagées pour le développement régional

Des stratégies partagées pour le développement régional Des stratégies partagées pour le développement régional Contrat de Projets Etat / Région et programmes européens FEDER / FSE / FEADER / FEP 2007 2013 en Nord-Pas de Calais Nouveau contexte/nouveaux enjeux

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2012

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2012 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2012 Le contexte Liffréen et le public reçu Contexte Liffréen et public reçu La population légale de la commune au 1 er janvier 2013 s établit à 6 829

Plus en détail

Appel à projets FSE 2016 Soutien aux dispositifs d accompagnement à la création/reprise d entreprises en Alsace

Appel à projets FSE 2016 Soutien aux dispositifs d accompagnement à la création/reprise d entreprises en Alsace Appel à projets FSE 2016 Soutien aux dispositifs d accompagnement à la création/reprise d entreprises en Alsace Axe 1 : Activité indépendante, entreprenariat et création d entreprise Objectif spécifique

Plus en détail

PERSONNES AGEES BP 2015

PERSONNES AGEES BP 2015 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2014 Type : BP 2015 Service : DSSD Thème : ACTIONS SOCIALES Commission : Act. Sociales : Personnes Agées/Handicapées PERSONNES AGEES BP 2015 Avec 65

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2016 en quelques chiffres. (Loi de finances initiale)

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2016 en quelques chiffres. (Loi de finances initiale) LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2016 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2016 (art. 57 de la loi de finances initiale pour 2016) RECETTES FISCALES

Plus en détail

EUROVALYS. Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne

EUROVALYS. Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne EUROVALYS Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne Diversifiez votre patrimoine en investissant indirectement

Plus en détail

FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014

FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014 FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014 SNF ET INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE 76 Charges salariales en % de la valeur ajoutée 8 Impôts indirects nets de subventions 74 72 Industrie manufacturière 6 4 Industrie

Plus en détail

1 Le salaire. Définition du salaire. Liberté de fixer le salaire. Interdiction de toute discrimination. À travail égal, salaire égal

1 Le salaire. Définition du salaire. Liberté de fixer le salaire. Interdiction de toute discrimination. À travail égal, salaire égal 1 Le salaire Définition du salaire Le salaire est la contrepartie de la prestation de travail qu effectue le salarié pour l employeur dans le cadre d un contrat de travail. La définition du salaire relève

Plus en détail

L OFFICE DE TOURISME VOTRE MEILLEUR ALLIÉ DU DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE LOCAL

L OFFICE DE TOURISME VOTRE MEILLEUR ALLIÉ DU DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE LOCAL L OFFICE DE TOURISME VOTRE MEILLEUR ALLIÉ DU DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE LOCAL La 1 ère vitrine de votre territoire et du dynamisme de votre collectivité LA FORCE DE TOUT UN RÉSEAU NATIONAL ÉCHANGE, PARTAGE

Plus en détail

C O M M U N I C A T I O N

C O M M U N I C A T I O N C O M M U N I C A T I O N Appui du Fonds d Encouragement Régional (FER) à la création de chambres d hôtes Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers-ères, Début juin le comité de Pays-d

Plus en détail

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 ssur 01 N 11 I Bulletin hebdomadaire du 19/03/2009 Le deuxième pilier de pension est une nécessité! Contenu I Introduction 02 I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 I 2. Situation

Plus en détail

La Maison du Tourisme et son parc locatif Evolutions et chiffres clés. Pourquoi faire classer ou labelliser son hébergement?

La Maison du Tourisme et son parc locatif Evolutions et chiffres clés. Pourquoi faire classer ou labelliser son hébergement? Loueurs en meublés et chambres d hôtes Plougasnou le 13 novembre 2013 Ordre du jour La Maison du Tourisme et son parc locatif Evolutions et chiffres clés. Pourquoi faire classer ou labelliser son hébergement?

Plus en détail

Retombées. économiques, sociales et fiscales du Tourisme Social et Solidaire en Midi-Pyrénées. Chiffres clés

Retombées. économiques, sociales et fiscales du Tourisme Social et Solidaire en Midi-Pyrénées. Chiffres clés Retombées économiques, sociales et fiscales du Social et Solidaire en Midi-Pyrénées Chiffres clés Edition 2014 Actes réalisés par l Union Nationale des Associations de et de plein air Cathédrale Sainte-Cécile

Plus en détail

Les aides aux équipements touristiques à vocation sociale

Les aides aux équipements touristiques à vocation sociale Les aides aux équipements touristiques à vocation sociale SOMMAIRE Rappel des objectifs du programme 1- Pour quels Equipements? 2- Focus sur l implication sociale 3- Pour quels projets? 3- Pour quel montant?

Plus en détail

Contribution de la CPCA au diagnostic territorial

Contribution de la CPCA au diagnostic territorial Contribution de la CPCA au diagnostic territorial NB : Ce travail a été réalisé en interne par les équipes techniques de la CPCA Introduction La CPCA Picardie rassemble depuis 2001 les quinze grandes coordinations

Plus en détail

L AIDE A L AUTONOMIE. Organisation et financement. Aide à l'autonomie UFR CGT Cheminots

L AIDE A L AUTONOMIE. Organisation et financement. Aide à l'autonomie UFR CGT Cheminots L AIDE A L AUTONOMIE Organisation et financement 1 Aide à l autonomie 2 Dépendance ou aide à l autonomie? La notion de dépendance, apparue en 1997, renvoie à une approche uniquement biomédicale, visant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Deux hommes au cœur des préoccupations sociales : Jacques Bouvier & Michel Bottemanne 8. L accueil familial en quelques mots 9

DOSSIER DE PRESSE. Deux hommes au cœur des préoccupations sociales : Jacques Bouvier & Michel Bottemanne 8. L accueil familial en quelques mots 9 DOSSIER DE PRESSE S o m m a i r e Les Villas Edeniales : une solution d accueil familial 2 Les Villas Edeniales : un investissement sûr et pérenne 5 Les Villas Edeniales vues par 7 Virginie Chenal Roland

Plus en détail

FIDAL Tunisie AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010. Comment sécuriser vos investissements en Tunisie d un point de vue juridique et fiscal

FIDAL Tunisie AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010. Comment sécuriser vos investissements en Tunisie d un point de vue juridique et fiscal AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010 Comment sécuriser vos investissements en d un point de vue juridique et fiscal Tunis, Hôtel Ramada Plaza Tunis, le 6 juillet 2010 11h50 en bref 1200 avocats 295 millions

Plus en détail

LE BUDGET DE SCIENCES PO EN 13 QUESTIONS

LE BUDGET DE SCIENCES PO EN 13 QUESTIONS Printemps 2003 LE BUDGET DE SCIENCES PO EN 13 QUESTIONS FONDATION NATIONALE DES SCIENCES POLITIQUES / INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE PARIS 27, RUE SAINT-GUILLAUME 75337 PARIS CEDEX 07. TEL : +33 (0)1

Plus en détail

! " #$%%& Présentation du territoire

!  #$%%& Présentation du territoire ! " #$%%& Présentation du territoire Créé le 18 septembre 2000 le Pays Cœur Entre-deux-Mers est composé de 71 communes regroupées en 7 intercommunalités aux portes de Bordeaux sur la rive droite de la

Plus en détail

Les aides publiques au tourisme Panorama général et typologie des dispositifs

Les aides publiques au tourisme Panorama général et typologie des dispositifs Les aides publiques au tourisme Panorama général et typologie des dispositifs Jonathan Grandin, Institut Supérieur des Métiers Chef du projet «Observatoire des aides aux entreprises et du développement

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL

Plus en détail

STATUTS. Article 2. Création de la Communauté de Communes

STATUTS. Article 2. Création de la Communauté de Communes STATUTS Article 1 Création de la Communauté de Communes En application de l article 69 et 71 de la loi n 92-125 du 6 Février 1992 relative à l Administration Territoriale de la République et des dispositions

Plus en détail

[Diagnostic] Les musiques actuelles, une filière dynamique et structurée en Pays de la Loire

[Diagnostic] Les musiques actuelles, une filière dynamique et structurée en Pays de la Loire DÉCLARATION COMMUNE D INTENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DES MUSIQUES ACTUELLES EN PAYS DE LA LOIRE ÉTAT - DRAC des Pays de la Loire, Région des Pays de la Loire, Centre National de la Chanson des Variétés

Plus en détail

Le régime fiscal des associations loi 1901

Le régime fiscal des associations loi 1901 Le régime fiscal des associations loi 1901 1 Sommaire I) Le principe de la fiscalité associative II) Comment déterminer son statut fiscal III) Les impôts IV) Les exonérations possibles V) Les factures

Plus en détail

Chiffres clés. du tourisme. Édition 2012

Chiffres clés. du tourisme. Édition 2012 Chiffres clés du tourisme Édition 2012 oc Le poids économique du tourisme en France La consommation touristique en France et son poids dans le PIB 2010 (p) Évolution 2010/2009 Consommation touristique

Plus en détail

Livre vert sur l'avenir de la TVA

Livre vert sur l'avenir de la TVA Livre vert sur l'avenir de la TVA - vers un système de TVA plus simple, plus robuste et plus efficace - Contribution de la Fédération Française d Equitation MAI 2011 Fédération Française d Equitation FFE

Plus en détail

MANCHE TOURISME INFO HORS SÉRIE : LA TAXE DE SÉJOUR ET LA TAXE ADDITIONNELLE DÉPARTEMENTALE

MANCHE TOURISME INFO HORS SÉRIE : LA TAXE DE SÉJOUR ET LA TAXE ADDITIONNELLE DÉPARTEMENTALE MANCHE TOURISME INFO HORS SÉRIE : LA TAXE DE SÉJOUR ET LA TAXE ADDITIONNELLE DÉPARTEMENTALE Le tourisme constitue une activité essentielle dans l économie départementale de par la création de richesse

Plus en détail

Agir pour l insertion dans l industrie

Agir pour l insertion dans l industrie Guide pratique Agir pour l insertion dans l industrie 1. Pourquoi un fonds pour l insertion? 2. Comment intervient-il? 3. Qui est éligible à un financement? 4. Quels sont les critères de sélection des

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. EXTRAIT DES DÉLIBÉRATIONS Séance du 12 décembre 2013 DOSSIER N 2013 BP H 23 04

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. EXTRAIT DES DÉLIBÉRATIONS Séance du 12 décembre 2013 DOSSIER N 2013 BP H 23 04 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DES DÉLIBÉRATIONS Séance du 12 décembre 2013 DOSSIER N 2013 BP H 23 04 Politique : - Tourisme Programme(s) : - Hébergement touristique - Développement touristique local - Promotion

Plus en détail

L OFFRE D HÉBERGEMENT

L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 41 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non-marchand qui constituent l offre touristique française.

Plus en détail

LUNDI 11 AVRIL. La jeunesse est au cœur des préoccupations du Président de la République et du Gouvernement.

LUNDI 11 AVRIL. La jeunesse est au cœur des préoccupations du Président de la République et du Gouvernement. SYNTHESE DES MESURES JEUNESSE LUNDI 11 AVRIL La jeunesse est au cœur des préoccupations du Président de la République et du Gouvernement. Rappel de quelques mesures significatives prises sur ce sujet depuis

Plus en détail

La Présidence De la Polynésie française

La Présidence De la Polynésie française La Présidence De la Polynésie française BUREAU DE LA COMMUNICATION Mercredi 10 février 2016 Compte rendu du Conseil des Ministres Conférence ministérielle annuelle de l association des PTOM et 14ème Forum

Plus en détail

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES N 111 - SOCIAL n 30 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES Le dispositif du chèque-vacances

Plus en détail

Vendredi 8 avril 2011

Vendredi 8 avril 2011 www.laregion.fr Vendredi 8 avril 2011 La Région et la Banque Européenne d Investissement (BEI) mettent en place le Fonds photovoltaïque régional en partenariat avec trois banques régionales Muriel PIN

Plus en détail

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT CHARTE LOCALE DU SPORT La charte locale du sport fixe les enjeux du développement du sport et des activités physiques et sportives sur le territoire d Aulnay- sous- bois en partenariat avec le monde sportif

Plus en détail

Cafés*Terroir de Moselle Un réseau soutenu par les partenaires institutionnels mosellans

Cafés*Terroir de Moselle Un réseau soutenu par les partenaires institutionnels mosellans Cafés*Terroir de Moselle Un réseau soutenu par les partenaires institutionnels mosellans Le réseau Cafés*Terroir de Moselle est né en 2009, dans un contexte d engagement fort du département en faveur du

Plus en détail

Périmètre : les associations au cœur de l ESS

Périmètre : les associations au cœur de l ESS La version définitive du projet de loi sur l Économie sociale et solidaire a été adoptée lundi 21 juillet 2014 par le Parlement. Fruit de près de deux ans de réflexion et de travaux auxquels Le Mouvement

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne janvier 2014 Décembre 2015 BILAN DES ACCOMPAGNEMENTS DLA 2014 En bref L analyse s appuie sur les données transmises par les chargés de mission du Dispositif Local d'accompagnement (DLA) pour l année 2014,

Plus en détail

L OFFRE D HÉBERGEMENT

L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 41 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française

Plus en détail

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires :

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : Dossier de presse Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : la Caisse de Dépôts et Consignations la Caisse d Épargne de Bretagne, l association «Parcours Confiance

Plus en détail

Dossier de Presse. Défense Mobilité 7 Avril 2011 CONTACTS PRESSE

Dossier de Presse. Défense Mobilité 7 Avril 2011 CONTACTS PRESSE Dossier de Presse Défense Mobilité 7 Avril 2011 CONTACTS PRESSE Défense Mobilité - Séverine Petitgas - 01 57 24 80 95 severine.petitgas@defense.gouv.fr Publicis Consultants - Cécile Draunet - 01 44 82

Plus en détail

ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE

ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE SYNTHESE Le groupe de travail a examiné avec une particulière attention les options disponibles pour le recouvrement d une cotisation sur la valeur ajoutée ou de

Plus en détail

1. LE CONTEXTE NATIONAL

1. LE CONTEXTE NATIONAL Préambule Note préparatoire au DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 La tenue d un débat d orientations budgétaires dans les deux mois précédant le vote du budget est obligatoire pour les communes de plus

Plus en détail

Guide des Aides individuelles d action sociale 2012

Guide des Aides individuelles d action sociale 2012 Guide des Aides individuelles d action sociale 2012 Caisse d allocations familiales des Hautes-Alpes 10 Boulevard G. Pompidou BP 145 05008 GAP cedex Caf des Hautes-Alpes Page 1 sur 16 Sommaire PRINCIPES

Plus en détail

27 Janvier 2015 - Marseille. GROUPEMENTS D EMPLOYEURS et mutualisation de l emploi

27 Janvier 2015 - Marseille. GROUPEMENTS D EMPLOYEURS et mutualisation de l emploi 27 Janvier 2015 - Marseille GROUPEMENTS D EMPLOYEURS et mutualisation de l emploi Le CRGE Un outil régional à dimension nationale Un outil régional au service des politiques publiques de l emploi Le Centre

Plus en détail

Pour un tourisme. des hommes et des territoires. Avec l UNAT. Ile de France. au service. Vous avez dit Tourisme Social et Solidaire?

Pour un tourisme. des hommes et des territoires. Avec l UNAT. Ile de France. au service. Vous avez dit Tourisme Social et Solidaire? Paris Tourist Office - Pour un tourisme au service des hommes et des territoires Avec l UNAT Ile de France Vous avez dit Tourisme Social et Solidaire? L Economie sociale et solidaire regroupe un ensemble

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES : RÈGLEMENT DES SUBVENTIONS DÉPARTEMENTALES APPLICABLE EN 2013

CONDITIONS GÉNÉRALES : RÈGLEMENT DES SUBVENTIONS DÉPARTEMENTALES APPLICABLE EN 2013 CONDITIONS GÉNÉRALES : RÈGLEMENT DES SUBVENTIONS DÉPARTEMENTALES APPLICABLE EN 2013 Le présent règlement s applique pour les dossiers déposés avant le 31 octobre 2012 pour un financement en 2013. > PRINCIPES

Plus en détail

Recueil des circulaires fiscales de la loi de finances complémentaire pour 2001

Recueil des circulaires fiscales de la loi de finances complémentaire pour 2001 Recueil des circulaires fiscales de la loi de finances complémentaire pour 2001 CIRCULAIRE N 01 MF/DGI/DLF/LF/LFC 01 A Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya En communication à: Messieurs les Directeurs

Plus en détail

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche Comité de suivi des programmes européens de la période 2007-2013 Dossier de Presse FSE FEDER FEADER FEP Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement

Plus en détail

LE SHOPPING EN MODE PLAISIR LES ALLÉES SHOPPING DE BAYONNE - ONDRES

LE SHOPPING EN MODE PLAISIR LES ALLÉES SHOPPING DE BAYONNE - ONDRES LE SHOPPING EN MODE PLAISIR LES ALLÉES SHOPPING DE BAYONNE - ONDRES Dossier de Presse Février 2016 CREATIVE RP 124, avenue de Villiers 75017 PARIS www.creativerp.fr CONTACT PRESSE Judith Layani 01 45 00

Plus en détail

Un dispositif harmonisé pour les acteurs de l ensemble du territoire de la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes sera proposé en 2017.

Un dispositif harmonisé pour les acteurs de l ensemble du territoire de la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes sera proposé en 2017. Appel à Projets 2016 Education à la citoyenneté et à la solidarité internationale La Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC) s engage à soutenir le développement des initiatives locales d'éducation

Plus en détail

Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique

Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique Cahier des charges Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique 1. OBJET DE LA MISE EN CONCURRENCE OBJET DU MARCHÉ Le présent marché concerne l assistance à maîtrise

Plus en détail

FONDS RÉGIONAL D AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE UN OUTIL AU SERVICE DES COMMUNES. Wallis

FONDS RÉGIONAL D AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE UN OUTIL AU SERVICE DES COMMUNES. Wallis FONDS RÉGIONAL D AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE UN OUTIL AU SERVICE DES COMMUNES Wallis LE PRÉSIDENT DE LA RÉGION CHRISTIAN ESTROSI Il était nécessaire de remettre de l équité dans les politiques d aménagement

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION Axe Objectif thématique (art. 9 Règ. général et Règ. FEDER) Objectif Spécifique Priorité d'investissement (art. 5 Règ. FEDER) Page 1 Axe 3 : Améliorer la compétitivité des entreprises OT 3 : Renforcer

Plus en détail

LE PROJET DE CLUB. Eléments d information pour concevoir et présenter un projet de développement pour votre club

LE PROJET DE CLUB. Eléments d information pour concevoir et présenter un projet de développement pour votre club LE PROJET DE CLUB Eléments d information pour concevoir et présenter un projet de développement pour votre club LES ETAPES 1. Réaliser un état des lieux àla fin de la saison sportive écoulée. 2. Analyser

Plus en détail

Ces ASIA sont définies à la CAAS de Montpellier (commission académique d action sociale) où siègent les représentants des personnels.

Ces ASIA sont définies à la CAAS de Montpellier (commission académique d action sociale) où siègent les représentants des personnels. Les personnels de l Education Nationale peuvent prétendre à bénéficier (en dehors des prestations interministérielles) des actions sociales d initiative académiques (ASIA) Ces ASIA sont définies à la CAAS

Plus en détail

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Thierry Debeneix Epargne salariale, Epargne retraite et Fonds supplémentaires

Plus en détail

Chapitre III. Les contrôles effectués sur l Etat employeur

Chapitre III. Les contrôles effectués sur l Etat employeur 69 Chapitre III Les contrôles effectués sur l Etat employeur LES CONTROLES EFFECTUES SUR L ETAT EMPLOYEUR 71 PRESENTATION L Etat employeur a versé en 2008 au régime général 5 331 M de cotisations maladie

Plus en détail

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 1 e Introduction, contexte Le projet associatif définit les actions à poursuivre ou à entreprendre pour atteindre les objectifs de l Association.

Plus en détail

PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN

PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN Proposées par UDAPEI du BAS-RHIN Union départementale des associations de parents, de personnes handicapées

Plus en détail

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination»

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» 79 Axe prioritaire 3 Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» Priorité

Plus en détail

CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE. Ville de CHARENTON

CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE. Ville de CHARENTON CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE Ville de CHARENTON 1 SOMMAIRE I PREAMBULE... 3.4 II Les engagements de la ville de Charenton... 5 Respecter la vie démocratique... 5 Garantir aux associations une écoute et

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 AVRIL 2013 DELIBERATION N CR-13/06.158 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de développement qualitatif de

Plus en détail

CRITERES DE SELECTION PO FSE ETAT MARTINIQUE 2014-2020 Version consolidée par le CSI du 27 Novembre 2015

CRITERES DE SELECTION PO FSE ETAT MARTINIQUE 2014-2020 Version consolidée par le CSI du 27 Novembre 2015 l CRITERES DE SELECTION PO FSE ETAT MARTINIQUE 2014-2020 Version consolidée par le CSI du 27 Novembre 2015 Le Programme Opérationnel (PO) FSE Martinique Etat 2014-2020 adopté par la Commission européenne

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 171 du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par la Cour d appel d Anvers.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 171 du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par la Cour d appel d Anvers. Numéro du rôle : 5549 Arrêt n 168/2013 du 19 décembre 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 171 du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par la Cour d appel d Anvers.

Plus en détail

Réf.> SST Paris, le 27 avril 2016

Réf.> SST Paris, le 27 avril 2016 Réf.> SST Paris, le 27 avril 2016 Contribution CAPEB Pôle Économique De/ À > Objet > Plan bâtiment durable GT Nouvelles dynamiques de rénovation des logements Cette contribution se constitue de deux parties.

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions à l intention des jeunes exposés à la délinquance Action de remobilisation pour prévenir le basculement dans la délinquance PARCOURS CITOYEN Nature du porteur

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 Contexte national Objectif de réduction du déficit public : 3 % du PIB à horizon 2017 (3,3 % en 2016) : 50 milliards d économie sur 2015-2017 dont réduction des concours

Plus en détail

Conseil Général d Ille-et-Vilaine Groupe d Union de la Droite et du Centre Budget Primitif 2012 Session des 8, 9 et 10 février 2012

Conseil Général d Ille-et-Vilaine Groupe d Union de la Droite et du Centre Budget Primitif 2012 Session des 8, 9 et 10 février 2012 Conseil Général d Ille-et-Vilaine Groupe d Union de la Droite et du Centre Budget Primitif 2012 Session des 8, 9 et 10 février 2012 Monsieur le Président, Mes Chers Collègues, Comme traditionnellement

Plus en détail

Rencontre inter fonctions publiques

Rencontre inter fonctions publiques La restauration collective quels enjeux Rencontre inter fonctions publiques Février 2013- Jacqueline Maréchal Programme de la rencontre La restauration collective définition Son objectif social Sa participation

Plus en détail

Résidence séniors à la Réunion Un concept d habitat pensé pour les nouveaux retraités

Résidence séniors à la Réunion Un concept d habitat pensé pour les nouveaux retraités OCÉAN VERS SAINT-DENIS AÉROPORT ROLAND GARROS PORT DE SAINTE-MARIE VERS SAINTE-MARIE CENTRE COMMERCIAL DUPARC VERS SAINTE-SUZANNE Visuels non contractuels CBo Territoria - Mars 2016 re la vi lle g ra nd

Plus en détail

OGEC en difficultés financières : Recours internes et procédures collectives

OGEC en difficultés financières : Recours internes et procédures collectives MARS 2016 FICHE PRATIQUE OGEC en difficultés financières : Recours internes et procédures collectives Cette fiche a pour objectif d informer les présidents d OGEC sur les différentes procédures qui existent

Plus en détail

CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale

CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire dans le cadre de consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n 27 Loi

Plus en détail

OPTIQUE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 03/05/2016 1

OPTIQUE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 03/05/2016 1 OPTIQUE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'OPTIQUE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'OPTIQUE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'OPTIQUE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'OPTIQUE... 12 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 15 1 LE MARCHÉ

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation relatif à : «La fourniture d électricité et de gaz naturel : préparer l avenir»

Avis du Conseil National de la Consommation relatif à : «La fourniture d électricité et de gaz naturel : préparer l avenir» Conseil National de la Consommation 12 juin 2012 Avis du Conseil National de la Consommation relatif à : «La fourniture d électricité et de gaz naturel : préparer l avenir» NOR : EFIC1225942V En application

Plus en détail

Dossier de presse Mercredi 5 octobre 2016

Dossier de presse Mercredi 5 octobre 2016 Conférence de presse 5 octobre 2016 Sommaire Projet Mobilités 2020 2025 2030 Etape «arrêt» du projet, en vue de la révision du Plan de Déplacements Urbains (PDU) Connexion entre la ligne B et Toulouse

Plus en détail

Louez saisonnier, nous gérons à temps complet. Dossier de presse Mai 2014

Louez saisonnier, nous gérons à temps complet. Dossier de presse Mai 2014 Louez saisonnier, nous gérons à temps complet Dossier de presse Mai 2014 1 Contents Le mot du Président-Fondateur... 3 Le contexte économico-touristique et la location saisonnière... 4 Locasuccess en quelques

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

Aides et financements Identifier les bons organismes

Aides et financements Identifier les bons organismes Aides et financements Identifier les bons organismes BIEN GÉRER MON BUDGET Retraite I Prévoyance I Santé I Epargne I Activités sociales essentiel-autonomie.humanis.com Bon à savoir : coups de pouce financiers

Plus en détail

Un plan stratégique de 23 millions d euros pour l hébergement des personnes âgées à Grenoble

Un plan stratégique de 23 millions d euros pour l hébergement des personnes âgées à Grenoble DOSSIER DE PRESSE Un plan stratégique de 23 millions d euros pour l hébergement des personnes âgées à Grenoble 2017-2021 Edito Bien vivre, tout au long de la vie! Avec ce plan stratégique pour l hébergement

Plus en détail

les risques d investissements touristiques

les risques d investissements touristiques les risques d investissements touristiques Introduction Plan Première partie: Définitions d investissement Les intervenants au niveau des investissements touristiques au Maroc. La charte d investissement.

Plus en détail

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise Guide des négociateurs La protection sociale complémentaire en entreprise Complémentaire santé prévoyance - retraite 2 Préambule L offre

Plus en détail

Présentation du Village d Artisans - TPE de Pornic. Dossier de presse

Présentation du Village d Artisans - TPE de Pornic. Dossier de presse Présentation du Village d Artisans - TPE de Pornic Dossier de presse Pornic, le 8 juillet 2011 Sommaire I- Un village d artisans TPE à Pornic : un tremplin pour les petites entreprises des secteurs de

Plus en détail

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet Salariés - 13 mai 2011 Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation entre vie

Plus en détail

L ÉCONOMIE SOCIALE en Jamésie

L ÉCONOMIE SOCIALE en Jamésie L ÉCONOMIE SOCIALE en Jamésie LA JAMÉSIE La région administrative Nord-du-Québec, créée en 1987, couvre plus de la moitié du territoire québécois, soit près de 840 000 km². La Jamésie, partie sud de la

Plus en détail

Contributions du CESE à la politique européenne du tourisme. Comité économique et social européen

Contributions du CESE à la politique européenne du tourisme. Comité économique et social européen Contributions du CESE à la politique européenne du tourisme Comité économique et social européen Introduction à la notion de tourisme Selon la définition établie par l Organisation mondiale du tourisme,

Plus en détail

Le RSA mode d emploi. > Édition 2016. Le guide du revenu de solidarité active (RSA) en Ille-et-Vilaine. Pour connaître vos droits et devoirs lorsque

Le RSA mode d emploi. > Édition 2016. Le guide du revenu de solidarité active (RSA) en Ille-et-Vilaine. Pour connaître vos droits et devoirs lorsque Le RSA mode d emploi Le guide du revenu de solidarité active (RSA) en Ille-et-Vilaine > Édition 2016 Pour connaître vos droits et devoirs lorsque vous percevez le RSA Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine

Plus en détail

Fiche d identification

Fiche d identification Dossier de demande d aide financière pour les lieux de vie collectifs Fiche d identification DEMANDEUR Raison sociale :... Adresse :... Tel/Fax/Courriel... Statut juridique :... N FINESS et/ou SIRET Nom

Plus en détail

La Résidence des Vignes. Document non contractuel

La Résidence des Vignes. Document non contractuel La Résidence des Vignes Résidences services A BOISSY-LE-CUTTÉ 15 Le programme Résidences services «Kip Home» à Boissy-le-Cutté Regroupés autour du club house, à proximité des proches, les résidences services

Plus en détail

DECLARATION CONSTITUTIVE DU CNAJEP

DECLARATION CONSTITUTIVE DU CNAJEP DECLARATION CONSTITUTIVE DU CNAJEP FIAP, le 27 mai 1968 Au moment où notre pays connaît un profond bouleversement social, les associations d éducation populaire, de développement culturel et de jeunesse

Plus en détail

(2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS

(2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS (2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS Dans les 10 premières années de son activité, M&D a concentré toutes ses forces sur les infrastructures villageoises. A la fin des années 90, la question des activités

Plus en détail