MEMOIRE DE FIN D ETUDES SUR LE THEME :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "---------------- MEMOIRE DE FIN D ETUDES SUR LE THEME :"

Transcription

1 MEMOIRE DE FIN D ETUDES SUR LE THEME : DECENTRALISATION ET DEVELOPPEMENT LOCAL : EVALUATION DU PROGAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT LOCAL URBAIN (PADELU) DANS LA COMMUNE D ARRONDISSEMENT DE THIAROYE SUR MER Présenté par : EDOUARD NDECKY Sous la direction de : M. Amadou DIOP Dr MAME CHEIKH NGOM Maître de Conférences Secrétaire municipal CATSM Année universitaire :

2 DEDICACE A mon oncle Paul MALOU arraché à notre affection pendant que nous faisions ce travail. Qu il repose en paix. A ma famille, mon épouse Bélise et mes enfants Paul Christophe Cécilien et Roseline Edouarda. REMERCIEMENTS Qu il me soit permis de dire ici toute ma reconnaissance à : M. Amadou DIOP, directeur du master et à travers lui, tout le corps professoral ; M. Ndiaga NIANG, maire de la commune d arrondissement de Thiaroye sur mer ; M. Mame Cheikh NGOM, secrétaire municipal de la commune d arrondissement de Thiaroye sur mer pour son encadrement et sa générosité ; L ensemble de mes collègues, pour la pierre que chacun a apporté à l édifice, sans oublier mon ancien directeur et "camarade de classe", M. Ousmane NDIAYE, pour sa collaboration et son humilité ; Mes frères et sœurs, particulièrement Henri pour ses conseils et ses encouragements ; L ensemble des personnes qui m ont facilité la collecte de donnés. 2

3 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS CA : Commune d Arrondissement CAE : Cellule d Animation Economique CATSM : Commune d Arrondissement de Thiaroye sur Mer CCDE : Comité Communal de Développement Economique CNCAS : Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal CREE : Créer son Entreprise DAO : Dossier d Appel d Offres DCL : Direction des Collectivités Locales DDI : Direction de la Dette et de l Investissement FED : Fonds Européen de Développement GA : Groupement d Affaires GERME : Gérer Mieux son Entreprise GIE : Groupement d Intérêt Economique GPF : Groupement de Promotion Economique ICS : Industries Chimiques du Sénégal MAEU : Micro Activités Economiques Urbaines MOS : Maître d œuvre Social MOT : Maître d œuvre Technique MPE : Micro et Petite Entreprise OCB : Organisation Communautaire de Base ONUDI : Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel PADELU : Programme d Appui au Développement Local Urbain PAPES : Projet d Appui aux Petites Entreprises du Sénégal RN1 : Route Nationale numéro 1 SAR : Société Africaine de Raffinage SCM : Société de Cautionnement Mutuel SLEC : Savoir Lire et Ecrire TDR : Termes De Référence UCD : Unité Communale de Développement 3

4 INTRODUCTION GENERALE Depuis la chute du mur de Berlin en 1989 et la fin de la guerre froide, le monde est devenu unipolaire avec pour doctrine la Démocratie. Et qui dit démocratie, dit la loi du grand nombre d où la nécessité de la participation de tous. Dans un tel contexte, la Décentralisation s avère incontournable comme politique de gestion des Etats. Et cela, le président français, François Mitterrand l avait très tôt vu venir, en atteste cette adresse au Conseil des Ministres du 15 juillet 1981 : «La France a eu besoin d un pouvoir fort et centralisé pour se faire. Elle a aujourd hui besoin d un pouvoir décentralisé pour ne pas se défaire». Le Sénégal n est pas en reste, il avance sur cette voie de la décentralisation depuis longtemps lentement mais sûrement. Cependant, la décentralisation n est pas une fin en soi, elle a pour but le développement des collectivités territoriales. Un vaste chantier qui nécessite des ressources humaines bien formées. Le master en Aménagement du territoire, Décentralisation et Développement Local trouve bien sa justification dans un tel contexte. Aussi, le Programme d Appui au Développement Local Urbain (PADELU) mis en œuvre au Sénégal entre 2000 et 2007 n avait-il pas les mêmes ambitions? Il avait une démarche innovante qui responsabilise les communes bénéficiaires. C est ainsi qu elles ont assuré la maîtrise d ouvrage de toutes les infrastructures qui ont été réalisées. Cela a été rendu possible par l option de l appui budgétaire utilisée par le programme. Les fonds passaient par le trésor public et étaient pris en compte dans le budget de la commune bénéficiaire. Pour relever le pari de cette innovation, le PADELU avait mis à la disposition de chaque commune un maître d œuvre technique pour le suivi de la réalisation des infrastructures et un maître d œuvre social pour assurer l appropriation du programme par les populations bénéficiaires et prendre en charge la gestion et l entretien des infrastructures. Des opérateurs qui ont été recrutés par les communes elles-mêmes. Mais aussi, le PADELU a assuré, à travers plusieurs sessions de formation et séminaires, le renforcement de capacités des agents des services techniques communaux. Poursuivant toujours son objectif de lutte contre la pauvreté, le PADELU a mis œuvre le volet Micro Activités Economiques Urbaines qui vise la création d emplois et de revenus pour les bénéficiaires. La commune d arrondissement de Thiaroye sur mer figure parmi les communes bénéficiaires du programme. Côté infrastructures, grâce au PADELU, la commune a pu 4

5 répondre au besoin exprimé par les populations avec la construction d une maternité doublée du logement de la sage-femme et une maison de la femme pour un coût global de plus de cent millions de francs CFA. Bénéficiaire également du volet MAEU, la commune a pu mettre en réseaux ses nombreux acteurs sur le plan socio-économique et renforcer leurs capacités. Il était important pour nous d en savoir plus sur ce programme qui est un terrain approprié d expérimentation des enseignements de ce master et une occasion pour la commune de faire le point sur ce programme. 5

6 PROBLEMATIQUE 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le Sénégal a une longue tradition de décentralisation qui remonte à la période de la colonisation avec la création des quatre communes à Saint Louis et Gorée en 1872, à Rufisque en 1880 et à Dakar en Différentes étapes ont ponctué ce processus depuis l accession du pays à la souveraineté internationale en Nous pouvons citer parmi les plus marquantes : - l élargissement de la décentralisation au monde rural en 1972 par la création des communautés rurales par la loi du 19 avril 1972; - l uniformisation du statut des communes en 1990 (par la loi du 09 octobre 1990) qui deviennent toutes de droit commun et le transfert de la gestion du budget de la communauté rurale du sous-préfet au président du conseil rural ; - la régionalisation doublée du transfert de compétences aux collectivités locales dans neuf domaines par les lois du 22 mars 1996 et l institution d un contrôle allégé dit de simple légalité. Il apparaît donc que le Sénégal est dans l optique d une politique de décentralisation progressive, prudente, mais irréversible. La politique de décentralisation a cependant pour objectif, le développement local. Or, il est établi que ce dernier ne pourra être atteint que par la démarche de projets, en particulier, les projets structurants. Mais face à la modicité des ressources des collectivités locales, l Etat du Sénégal, de concert avec ses partenaires a élaboré et mis en œuvre des projets et programmes de développement local dès 1998 parmi lesquels nous pouvons citer : - le Programme d Appui aux Régions (PAR) ; - le Programme d Appui aux Communes (PAC), financé par la Banque Mondiale. Il est exécuté en trois phases : PAC1, PAC2, PAC3 par l intermédiaire de l Agence de Développement Municipal (ADM) ; - la Programme National d Infrastructures Rurales (PNIR), financé par la Banque Mondiale ; - l Agence du Fonds de Développement Social (AFDS) financée par l Association Internationale pour le Développement (AID) ; 6

7 - le Programme National de Développement Local (PNDL), fruit de la synthèse du PNIR et de l AFDS est un ambitieux programme financé par la Banque Mondiale et l Etat du Sénégal à hauteur de 100 milliards de francs CFA ; - le Programme de Renforcement et d Equipement des Collectivités Locales (PRECOL) sur financement de l Etat du Sénégal, de la Banque Mondiale et de l Agence Française de Développement (AFD) ; - le Programme de Soutien aux Initiatives de Développement Local (PSIDEL) destiné aux communautés rurales et financé par l Union Européenne ; - le Programme d Appui à la Décentralisation en Milieu Rural (PADMIR) fonctionne sur financement du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), du Fonds d Equipement des Nations Unies (FENU) et de la Coopération Luxembourgeoise ; - le Projet de Promotion des Communautés Rurales (Pro-CR) intervenant dans le bassin arachidier sur financement de la Coopération Allemande (GTZ/KFW) ; - le Programme d Appui à la Décentralisation et au Développement Local (PRODDEL) qui a pris le relais du Pro-CR. A ceux-là s ajoute entre autres, le Programme d Appui au Développement Local Urbain (PADELU) qui était le pendant du PNIR en milieu urbain. Il est mis en œuvre entre 2001 et 2007 et a donné le relais au Programme d Appui au Développement des Collectivités Locales (PADEC/PADELU). Le PADELU est un important programme national d un financement de 6,2 milliards de francs CFA (9,5 millions d euros) de l Union Européenne dans le cadre du huitième Fonds Européen de Développement (8 ème FED) qui a été mis en oeuvre dans 17 Communes et communes d arrondissement parmi lesquelles la commune d arrondissement de Thiaroye sur mer, objet de notre étude. Thiaroye sur mer fait partie des communes de la deuxième génération et a mis en œuvre le programme entre 2003 et 2007 avec un important volet infrastructures à travers la construction d une maison de la femme pour un coût de F et une maternité avec le logement de la sage-femme d un coût de F et un volet communication et renforcement de capacités non moins important qui a permis à la commune d arrondissement de mener à bien la maîtrise d ouvrage de ce programme. Un troisième volet qui est aussi d une grande importance, c est le volet Micro Activités Economiques Urbaines (MAEU) mis en œuvre par le Projet d Appui aux Petites Entreprises du Sénégal (PAPES/ONUDI) et qui a consisté à l encadrement des Groupements d Affaires (GA) de la CA pour qu ils puissent bénéficier de financements à 7

8 la Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal (CNCAS) grâce à un fonds de garantie de 340 millions de francs CFA qui y est logé par le PADELU. Deux ans après la fin de la mise en œuvre, que reste-il du programme PADELU? Qu en est-il de la fonctionnalité des infrastructures que le programme a aidé à réaliser, au regard du mode de gestion préconisé? L entretien de ces infrastructures obéit-il au guide édicté par le programme? Est-ce que la responsabilisation de la CA à travers la maîtrise d ouvrage a favorisé une plus grande appropriation des infrastructures par les populations? Le volet MAEU a-t-il permis aux groupements de la CA de mener des activités génératrices de revenus afin de lutter contre la pauvreté? Quel est le résultat de ces activités économiques menées par les groupements d affaires. Voila un ensemble de questions qui, si elles sont bien répondues, permettront d avoir une idée précise de l apport du PADELU dans la CATSM. 2. LES OBJECTIFS DE RECHERCHE Objectif général : L objectif général de cette étude est d évaluer l impact de la mise en œuvre du PADELU dans la vie de la commune d arrondissement de Thiaroye sur mer. Objectifs spécifiques : Pour mesurer l impact du PADELU dans la CA de Thiaroye sur mer, nous nous intéresserons particulièrement à: 1- Evaluer la fonctionnalité et le système de gestion et d entretien des infrastructures mises en place dans le cadre du PADELU à la lumière des guides de gestion et d entretien édités par le programme. 2- Evaluer le système mis en place par le PAPES/ONUDI dans le cadre du volet MAEU et les activités menées par les groupements d affaires bénéficiaires du crédit CNCAS. 3. LES HYPOTHESES DE RECHERCHE Hypothèse principale : 8

9 La mise en œuvre du PADELU dans la CA de Thiaroye sur mer a eu un impact positif pour la commune. Hypothèse secondaire 1 : La communication et le renforcement de capacités par le PADELU ont permis la mise sur pied d un système performant de gestion, de maintenance et d entretien des infrastructures et équipements de la commune. Hypothèse secondaire 2 : A travers les MAEU, le PADELU a permis aux groupements d affaires de créer de la richesse et de lutter contre la pauvreté. 4. DISCUSSION CONCEPTUELLE Dans le souci de lever toute ambiguïté et de faciliter la compréhension des termes clés de cette étude, nous rappelons ici l acception qu il faut en avoir dans ce contexte. Décentralisation : Les échecs répétés des politiques de centralisation et les crises de gouvernabilité qui s ensuivirent ont précipité le processus de transformation du paysage institutionnel et consacré la décentralisation. La décentralisation en Afrique de l Ouest prend son essor dans les années 1990 avec des réformes institutionnelles profondes. D après le Toupictionnaire 1, «la décentralisation est une politique de transfert des attributions de l Etat vers les collectivités territoriales ou des institution publiques pour qu elles disposent d un pouvoir juridique et d une autonomie financière. Le transfert de ces attributions, qui restent néanmoins sous la surveillance de l Etat, permet à ce dernier de décharger ses administrations centrales et de confier les responsabilités au niveau le plus adapté.» Elle est entendue ici comme une option politique par laquelle, l Etat délègue un certain nombre de ses prérogatives à des collectivités locales. Le pouvoir de décision, naguère exercé par l Etat dans la conduite de certaines activités au niveau local est donné à des personnes publiques élues par les administrés au sein d une collectivité territoriale déterminée. Ainsi, le pouvoir de décision est détenu par les entités émanant de la volonté populaire et non par des agents ou des personnalités nommées par le pouvoir central. 1 Dictionnaire multimédia, disponible sur 9

10 La décentralisation vise à donner aux collectivités locales des compétences propres, distinctes de celles de l'état, à faire élire leurs autorités par la population et à assurer ainsi un meilleur équilibre des pouvoirs sur l'ensemble du territoire. La décentralisation rapproche le processus de décision des citoyens, favorisant l'émergence d'une démocratie de proximité. Ceci, pour mettre en pratique le principe de subsidiarité qui veut qu une responsabilité soit exercée par le plus petit niveau d'autorité publique compétent pour résoudre le problème. C'est donc, pour l'action publique, la recherche du niveau le plus pertinent et le plus proche des citoyens. Il conduit à ne pas faire à un échelon plus élevé ce qui peut être fait avec la même efficacité à un échelon plus bas. Le niveau supérieur n'intervient que si le problème excède les capacités du niveau inférieur (principe de suppléance). Le Petit Larousse 2 définit la décentralisation comme étant un système d organisation des structures administratives de l Etat qui accorde des pouvoirs de décision et de gestion à des organes autonomes régionaux ou locaux (collectivités locales, établissements publics). La décentralisation consiste donc en un transfert de responsabilités ou de compétences et de ressources du pouvoir central à des autorités ou collectivités sous nationales relativement indépendantes et autonomes et responsables devant le citoyen et l état central. Elle a été marquée au Sénégal par le transfert de compétences, en 1996, dans 9 (neuf) domaines aux élus et l érection de la Région comme collectivité territoriale depuis cette date. La décentralisation permet d améliorer la participation des populations dans le processus décisionnel. Sur le plan économique et social elle peut rendre plus efficiente et plus efficace la mise en œuvre des politiques publiques locales; La décentralisation crée les conditions pour l émergence d une gouvernance territoriale qui a pour objectif le développement local. Développement local : L émergence du local trouve ses racines dans les années et a une signification du rejet du pouvoir central et apparaît comme une réponse à la mondialisation. «Le développement local est l expression de la solidarité locale créatrice de nouvelles relations sociales et manifeste la volonté des habitants d une micro-région de valoriser les richesses locales, ce qui est créateur de développement économique» 3. 2 Le Petit Larousse JL Guigou, colloque de Poitiers sur le thème du développement local 1983 p3 10

11 Un projet de développement local est un projet qui s efforce de changer la situation d un territoire. Pour la DATAR 4 le développement local est «La mise en œuvre le plus souvent, mais pas exclusivement, dans un cadre de coopération communale, d un projet global associant les aspects économiques, sociaux, culturels du développement». Généralement initiée par des élus locaux, un processus de développement local s élabore à partir d une concertation large de l ensemble des citoyens et des partenaires concernés et trouve sa traduction dans une maîtrise d ouvrage commune. Pour Xavier Greffe «Le développement local est un processus de diversification et d enrichissement des activités économiques et sociales sur un territoire à partir de la mobilisation et de la coordination de ses ressources et de ses énergies. Il sera donc le produit des efforts de sa population, il mettra en cause l existence d un projet de développement intégrant ses composantes économiques, sociales et culturelles, il fera un espace de contiguïté, un espace de solidarité». A travers ces définitions, nous notons que le développement local ne se limite pas seulement aux aspects économiques mais tient compte des aspects sociaux et culturels. Il nécessite la mobilisation de la population locale autour du projet et l utilisation des ressources locales. Il s organise autour du triptyque territoire, acteurs et gouvernance territoriale. Le couplage des deux termes «développement» et «local» appelle l articulation de deux caractéristiques essentielles : la durée qui doit marquée toute démarche de développement, et l espace, c est-à-dire le territoire local concerné par cette démarche. Il a été défini par Jacqueline MENGIN 5 comme «une intervention structurée, organisée, à visée globale et continue dans un processus de changement des sociétés locales en proie à des déstructurations et des restructurations» L aspect durabilité a amené les auteurs à parler de développement durable défini dans le rapport Brundlandt «Our Common Future» publié en 1987, comme «un développement répondant aux besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.» 4 Délégation à l Aménagement du Territoire et à l Action Régionale 5 MENGIN (J),Guide du développement local, l Harmattan,

12 Partant de cette définition, le développement durable se caractérise par trois principes fondamentaux : La responsabilité des générations actuelles envers les générations futures La gestion rationnelle des ressources naturelles L équivalence des intérêts sociaux, écologiques et économiques Mais la définition qui correspond le mieux à notre contexte d étude est celle de LONGHI 6 selon laquelle «le développement local est un mouvement ascendant, un processus de développement reposant sur une démarche de mobilisation des acteurs d une zone géographique donnée, désireux de prendre en charge leur avenir autour de projets autonomes». Appui budgétaire : Il consiste pour un partenaire au développement à accepter que son concours financier (investissements retenus) soit inscrit dans le budget de la collectivité locale bénéficiaire et que les dépenses soient exécutées conformément aux règles de la comptabilité publique nationale. Ainsi, le financement s effectue à travers les circuits du Trésor Public pour assurer une meilleure traçabilité des dépenses. De manière plus générale, «l appui budgétaire est une modalité de mise en oeuvre de l aide au développement qui consiste à apporter des aides financières aux Trésors des pays bénéficiaires. Ces aides permettent d augmenter les ressources de l État bénéficiaire pour exécuter son propre budget selon ses propres procédures» 7. Maîtrise d ouvrage : On appelle maître d'ouvrage (parfois maîtrise d'ouvrage, notée MOA) l'entité porteuse du besoin, définissant l'objectif du projet, son calendrier et le budget consacré à ce projet. Le résultat attendu du projet est la réalisation d'un produit, appelé ouvrage. La maîtrise d'ouvrage maîtrise l'idée de base du projet, et représente à ce titre les utilisateurs finaux à qui l'ouvrage est destiné. Ainsi, le maître d'ouvrage est responsable de l'expression fonctionnelle des besoins mais n'a pas forcément les compétences techniques liées à la réalisation de l'ouvrage. Dans le cadre du PADELU, la maîtrise d ouvrage est assurée par les collectivités locales que sont les communes, une manière pour le programme de les responsabiliser pleinement. 6 Longhi Ch.,Spindler J., 2000, Le développement local, L.G.D.J., Coll. Politiques Locales, Paris. 7 L appui budgétaire «Et si on essayait le respect et la confiance» Louis Michel Communautés européennes,

13 Maîtrise d œuvre sociale : La maîtrise d œuvre sociale est un concept innovant qui a vu le jour au Sénégal avec l avènement du PADELU. Le Maître d œuvre Social (MOS) est une personne physique ou morale chargée de la vulgarisation, la sensibilisation et l implication des acteurs au processus d appropriation et d entretien des infrastructures mises en place. «A l image du Maître d œuvre Technique (MOT) qui est le réceptacle de toutes les considérations techniques au cours de la construction d une infrastructure, le MOS est le réceptacle de toutes les préoccupations d ordre social dans le cadre de la réalisation de l infrastructure» 8. Le MOS a principalement un rôle de facilitateur du processus d ingénierie sociale à jouer pour que la finalité de l ouvrage puisse correspondre aux attentes des bénéficiaires. 5- APPROCHE METHOLOGIQUE 5-1. La revue documentaire Cette phase a commencé dès le choix du thème et s est déroulée en deux étapes. Dans un premier temps, l objectif était d approfondir les concepts qui font le contour de notre question de recherche tels la décentralisation, le développement local, la gouvernance, la proximité, le jeu des acteurs etc. Pour ce faire, nous avons exploité les ouvrages qui était à notre disposition dont principalement : «Développement local, gouvernance territoriale : Enjeux et perspectives» de A. Diop; «Economie de proximité» de Pecqueur B. et Zimmermann J. B. ; «Les acteurs, ces oubliés du territoire» de Hervé Gumuchian, Eric Grasset, Romain Lajarge, Emmanuel Roux. D autre part, pour mieux cerner les attentes des uns et des autres sur notre thème qui porte sur l évaluation du PADELU dans la commune d arrondissement de Thiaroye sur mer, nous avons approché, eu des entretiens et recueilli une documentation technique et pratique auprès des autorités municipales, de la Direction des Collectivités Locales (DCL) et du secrétariat permanent du PADEC/PADELU La collecte de données sur le terrain a) Le choix des structures à enquêter 8 Guide pratique d entretien et de maintenance des infrastructures et équipements urbains, PADELU, Décembre

14 La méthodologie utilisée aussi bien pour le volet infrastructures que pour le volet micro activités économiques urbaines, est un choix raisonné tenant compte de certains acquis. C est ainsi qu en ce qui concerne le volet infrastructures, précisément la maison de la femme, un travail avait été fait par le maître d œuvre social à partir d une base de données (non disponible) d environ 80 groupements de femmes répartis dans cinq unités communales de développement (UCD), un comité de gestion a été mis en place avec 25 femmes dont cinq par UCD. Partant de cet acquis, nous avons accès notre travail de collecte sur le comité de gestion jugé représentatif de tous les groupements de femmes. S agissant du volet micro activités économiques urbaines, notre méthodologie est le prolongement du travail de la cellule d animation économique qui avait fait le recensement de l ensemble des micro entreprises, GIE, réseaux de GIE et ASC. La synthèse de cette base de données est présentée ci-dessous : Tableau N 1 : Base de données des MPE de la CATSM MPE Micro entreprises/ OCB/ASC GIE et réseaux ateliers Nombre Source : Rapport d exécution technique du PAPES juin 2007 A partir de cette base de données, la cellule d animation économique, sur la base de critères et de concert avec les autorités municipales, a sélectionné 10 groupements d affaires (GA) qui devaient constituer la première vague de projets à financer. Il faut cependant préciser que ces GA sont des réseaux constitués de plusieurs GIE ou micro entreprises. Pour exemple, le GA des menuisiers regroupe les 18 ateliers de menuiserie recensés dans la base de données. Cela nous a amenés à considérer ces GA que nous avons enquêtés. b) Les instruments de collecte utilisés En ce qui concerne aussi bien le volet infrastructures du programme que le volet micro activités économiques urbaines (MAEU), des guides d entretien ont été utilisés pour collecter des informations auprès de certaines structures et leur offrir ainsi largement la possibilité de s exprimer. Il s agit des autorités municipales, du comité de gestion de la maison de la femme, 14

15 de la sage-femme, du comité de santé, de la société de cautionnement mutuel (SCM), de la fédération des SCM, de l animatrice du PAPES et de l animatrice locale. Par contre les dix groupements d affaires dans le cadre du MAEU ont été enquêtés sur la base de questionnaires Le traitement et l analyse des données Après dépouillement et afin de faciliter l analyse, les données collectées ont été organisées sous forme de tableaux. C est ainsi qu un tableau fait le point sur l utilisation des services offerts par la maternité, un autre livre la situation actuelle des groupements d affaires ou encore le compte d exploitation du groupement des femmes avicultrices qui est présenté afin d appréhender leur niveau de résultat. 15

16 I- PRESENTATION DU PADELU ET DE LA ZONE D ETUDE I-1. THIAROYE SUR MER, UNE COMMUNE ENTRE TRADITION ET MODERNITE I-1.1. Une commune littorale Carte N 1 : Situation de la commune dans la Région La commune d arrondissement de Thiaroye sur mer est une bande d environ 3 km² de terre comprise entre la route nationale N 1 (RN1) et l océan Atlantique. Elle s étire sur 6 km depuis l intersection du boulevard du centenaire de la commune de Dakar avec la RN1 jusqu à la route de l hôpital psychiatrique de Thiaroye. Cette commune de l ouest du département de Pikine est limitée : Au nord par la RN1 du pont de Pikine jusqu à la route de l hôpital psychiatrique de Thiaroye. A l est par la route de l hôpital de Thiaroye et son prolongement jusqu à la mer. A l ouest par le boulevard du centenaire de la commune de Dakar. Au sud par le littoral sud de l océan Atlantique. I-1.2. Les aspects physiques et démographiques 16

17 Au plan topographique, la commune de Thiaroye sur mer est relativement plate avec des sols sableux, par endroit hydromorphes où le maraîchage se pratique toute l année, la nappe phréatique étant à environ six mètres. Au plan démographique ; l évolution de la population se présente comme suit : Tableau N 2 : Estimation de la population de la CA de Thiaroye sur mer Années Nbre d hbts Sources : estimation de la population sénégalaise de 2005 à 2015 DPS janvier 2005 Comme dans toute la périphérie Dakaroise, la population de Thiaroye sur mer s accroît à un rythme soutenu. La population de Thiaroye sur mer est composée en majorité de wolofs, ensuite suivent les poulars et les sérères installés dans le village traditionnel de Mbatal. On note aussi la présence d autres ethnies minoritaires tels que les diolas. I-1.3. La vie économique à Thiaroye sur mer Elle tourne autour de la pêche qui constitue la principale activité économique pour les hommes et principalement les jeunes. C est pourquoi la forte pression sur la ressource halieutique qui a conduit à sa rareté ces dernières années a poussé les jeunes vers l émigration clandestine pour laquelle Thiaroye a payé un lourd tribut en vies humaines. Les femmes quant à elles s activent principalement dans la transformation et la vente de produits halieutiques, mais aussi le petit commerce. Au plan industriel, Thiaroye sur mer est une banlieue à forte concentration industrielle. On y dénombre plus de trente industries allant des industries alimentaires à celles textiles et mécaniques, en passant par les industries chimiques et plastiques. Cependant, ces industries loin d être une source de revenus pour la CATSM, constituent plutôt une source de pollution. I-1.4. Le cadre de vie L habitat 17

18 Carte N 2 : L habitat de la commune Au plan de l habitat, la CATSM présente deux visages : d un côté, nous avons la zone abritant le village originel qui garde l aspect traditionnel avec ses quartiers non lotis et d un autre côté, la zone Est donnant l exemple de zone d habitat régulier et planifié. On y dénombre 11 cités, signe de modernité et d un niveau de vie plus élevé. L environnement Il est fortement pollué par les industries qui sont sur le territoire de la commune d arrondissement ou à proximité. C est le cas de SENCHIM, des ICS ou de la SAR. Ces industries utilisant des produits hautement toxiques constituent une poudrière au milieu des habitations. La pression foncière aidant, les populations occupent des zones qui devaient être interdites à l habitation. C est le cas des emprises des pipe-lines, conduites souterraines d hydrocarbures allant du port de Dakar à la SAR. Un autre problème d environnement de la commune, c est la pollution de la baie transformée en dépotoir d ordures par les populations riveraines. Et quand elles se mélangent à des algues marines qui échouent à une certaine période de l année, le décor n est pas beau à voir. I-1.5. Les infrastructures et équipements de la commune 18

19 Carte N 3 : Les infrastructures et équipements de la commune Maternité + logement Maison de la femme Les infrastructures scolaires La commune compte quatre écoles primaires publiques dont deux dans un état de vétusté avancé. Il se pose également un problème de promiscuité et de suivi des élèves au niveau de ces écoles publiques où la moyenne est de 65 élèves par classe. Aucun établissement public moyen ou secondaire n existe dans la commune ce qui pose un problème de déplacement et de transport aux élèves après la classe de CM². Les établissements privés quant à eux sont plus nombreux mais ne sont pas toujours accessibles aux couches les plus démunies. Il en existe même deux d enseignement secondaires tous établis dans le quartier moderne de Thiaroye Azur mais aussi des écoles privées de type franco-arabe. Il faut noter aussi la présence de deux centres de formation sur le territoire communal. Il s agit du centre d enseignement technique féminin et du Centre National de Formation des Techniciens de Pêche et d Aquaculture (CNFTPA). Les infrastructures sanitaires 19

20 Elles sont constituées de deux postes de santé couplés chacun à une maternité et d une case santé. Ces deux postes de santé se trouvent, l un dans le noyau traditionnel, au quartier Mandiaye Diop et l autre dans le quartier Thiaroye Azur. Ce dernier vient d être complété par une maternité en 2007, grâce à l intervention du PADELU. La commune abrite également l hôpital psychiatrique de Thiaroye qui polarise tout le pays et même la sous région. Il a une capacité de 250 lits et a pour but d assurer des prestations de soins de santé mentale à toutes les populations et à moindre coût. A noter aussi que la commune dispose de deux infrastructures communautaires très modernes, en l occurrence, le foyer des jeunes et la maison de la femme. Cette dernière est construite et équipée dans le cadre du PADELU. I-1.6. L organisation administrative de la CATSM L organisation de l administration communale CONSEIL.MUNICIPAL 3 e ADJOINT 1 ER ADJOINT MAIRE 2 e ADJOINT 4 e ADJOINT Sec. Maire SEC. MUNICIPAL Sec.SM Recettes et fiscalité Administration Générale et Finance Etat Civil Graphique N 1 Organigramme de la CATSM Le conseil municipal est passé de 36 à 56 membres à l occasion de la présente législature. Il est l organe délibérant les décisions devant engager la commune, il est composé de commissions spécialisées qui sont au nombre de huit : -la commission santé ; -la commission éducation ; -la commission environnement ; -la commission pêche ; -la commission halles marchés et patrimoine Jeunesse Sports et loisirs 20

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT DE CLÔTURE 2009-2011 D ACTIVITES

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012 1. Objectifs globaux 1. Contribuer à l atteinte des Objectifs du Millénaire (ODM) par la réalisation d actions de proximité (éducation, santé, eau potable, etc.) ; 2. Promouvoir la bonne gouvernance en

Plus en détail

PREMIERE SESSION ORDINAIRE. Rapport du Consultant (Document de Travail) CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL

PREMIERE SESSION ORDINAIRE. Rapport du Consultant (Document de Travail) CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL Rapport du Consultant (Document de Travail) 20 CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL IV RAPPORT DU

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali

L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali 1. Introduction 2. Situation de la recherche terminologique 3. Nécessité de la recherche terminologie; 4. Le Bureau de

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CAFÉ GENRE N 2 Planification et Budgétisation Sensible au Genre : partage des expériences Cameroun Mali Sénégal

CAFÉ GENRE N 2 Planification et Budgétisation Sensible au Genre : partage des expériences Cameroun Mali Sénégal Mali Sénégal CAFÉ GENRE N 2 Planification et Budgétisation Sensible au Genre : partage des expériences Mali Sénégal SALLE DE CONFÉRENCE, ONU FEMMES, YAOUNDÉ JEUDI 24 AVRIL 2014 À 14H30 Invités : - Monsieur

Plus en détail

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE L IAGU est une ONG internationale spécialisée dans la recherche/action, l appui technique et l information dans le domaine de l environnement

Plus en détail

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale 10 ème ANNIVERSAIRE Contexte et justification L économie ivoirienne est basée sur son agriculture. Le secteur agricole qui comprend les productions végétales, animales et les industries agroalimentaires,

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1 Dossier de presse 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise 14 avril 2008 1 OSEO ET LA CREATION D ENTREPRISE..3 PRET A LA CREATION D ENTREPRISE....4 L objectif.. 4 Caractéristiques....4 PREMIERE ETUDE

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Présentation de MCA Sénégal:

Présentation de MCA Sénégal: République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi ---------------- Primature ---------------- TDRs CONSULTANT FACILITATEUR ATELIER DE DEVELOPPEMENT DE L ESPRIT D EQUIPE AU SEIN DU PERSONNEL DE MCA SENEGAL

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT ANNUEL 2011 D ACTIVITES DU PROJET

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique EuropeAid/120804/C/G/Multi Compte rendu de l assemblée générale de la mutuelle de santé communautaire de Meskine (MuSaCoM) Maroua, Cameroun 27 mai

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille Extension de l école de la deuxième chance à Marseille CONTEXTE La notion d Ecole de la Deuxième Chance La notion d école de la seconde chance fait suite à la parution, en 1995, d un Livre Blanc de la

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

ELIGIBILITE : QUESTIONS RECURRENTES

ELIGIBILITE : QUESTIONS RECURRENTES ELIGIBILITE : QUESTIONS RECURRENTES Le financement d actions d animation sur le territoire du GAL Outre les actions d animation générales portées par le GAL, est souvent posée la question de la possibilité

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Préambule Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Conformément aux termes de la Charte Lausannoise de l animation, la Ville de Lausanne donne mandat

Plus en détail

Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale. Dr Amadou SOW, ADG/ASER

Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale. Dr Amadou SOW, ADG/ASER Cder IEPF Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale Dr Amadou SOW, ADG/ASER Définition Un PPP consiste en l association entre une autorité publique et

Plus en détail

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles Dossier de presse Lancement des schémas territoriaux des services aux familles 7 février 2014 Contact presse francois.coen@famille.gouv.fr 1. UNE MOBILISATION SANS PRÉCÉDENT Le gouvernement a annoncé en

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES IX e JOURNÉES D ÉTUDES INGÉNIERIE DES DISPOSITIFS DE FORMATION A L INTERNATIONAL «ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES»

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti SPPPI PACA Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti Constat : des obstacles à la mise en œuvre des mesures PPRT - des aspects sociaux et habitat

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014 Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner Plan de Communication Octobre 2014 Ligne budgétaire : DP3 Plan de Communication, 4.2.1 1) Contexte et justification Selon

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

DOCUMENT SYNTHESE PLAN DE DEVELOPPEMENT INSTITUTIONNEL DE LA MAIRIE DE BAGRE

DOCUMENT SYNTHESE PLAN DE DEVELOPPEMENT INSTITUTIONNEL DE LA MAIRIE DE BAGRE MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE LA DECENTRALISATION ---------------- REGION DU CENTRE EST ------------- PROVINCE DU BOULGOU ------------- COMMUNE DE BAGRE BURKINA FASO UNITE PROGRES - JUSTICE

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 5 Promouvoir une gestion territoriale des emplois et des compétences à l échelle du Pays Action 10 Education permanente au Développement

Plus en détail

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mai 2015 La mixité sociale, une ambition réaffirmée à mettre en œuvre localement L objectif de mixité sociale pour lutter contre les effets de spécialisation

Plus en détail

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE Spécialité : Professionnelle FINANCES DES COLLEIVITES TERRITORIALES ET DES GROUPEMENTS M2

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

La gestion des crédits de la politique de la ville

La gestion des crédits de la politique de la ville GESTION DES CRÉDITS DE LA POLITIQUE DE LA VILLE 143 La gestion des crédits de la politique de la ville Saisie sur le fondement de l article 58-2 de la loi organique relative aux lois de finances, la Cour

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Mai 2015 AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Presentation Marc Ziegler UN ENJEU : LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Face aux solutions recherchées par le gouvernement au regard des milliards de dettes sociales et fiscales accumulées dans les DOM

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Forum des investisseurs privés

Forum des investisseurs privés Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Immobilier au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue de Friedland

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail