BILAN 2 E ÉDITION 5 NOVEMBRE 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BILAN 2 E ÉDITION 5 NOVEMBRE 2012"

Transcription

1 BILAN 2 E ÉDITION 5 NOVEMBRE 2012 DES STRATÉGIES DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET DES RÉSULTATS À ATTEINDRE POUR L AVENIR DU DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION

2 L INITIATIVE 182 personnes ont participé à l événement : 38 élus et représentants d élus 45 membres de la communauté d affaires 34 représentants d institutions et professionnels d organisations de développement 30 fonctionnaires municipaux et provinciaux 27 membres de l équipe d animation et d organisation 8 représentants des médias Parmi les 62 personnes ayant répondu au questionnaire d évaluation : 94 % considèrent que le Forum a permis d identifier des résultats à atteindre au cours des 3 à 5 prochaines années 82 % considèrent qu ils connaissent mieux les orientations stratégiques des organismes de soutien au développement économique 97 % se disent globalement satisfaits ou très satisfaits du Forum Les élus, des acteurs stratégiques En janvier 20011, la Table des maires de l agglomération décidait de lancer l initiative d un forum économique ayant pour but de mobiliser la communauté autour d une vision partagée, d une connaissance des enjeux du développement économique de l agglomération et d un consensus sur les priorités. Devant le succès de ce premier Forum et en réponse aux souhaits des participants, la Table a décidé de renouveler l initiative en Le 18 septembre 2012, Caroline St-Hilaire, mairesse et présidente de l agglomération de Longueuil conviait ainsi collègues et partenaires à cette nouvelle édition du Forum économique : «Il y a un an avait lieu le premier Forum économique de notre agglomération. Ce fut l occasion idéale de discuter ensemble des enjeux et des projets économiques qui nous concernent tous. Ce Forum nous a permis de nous forger une vision commune et d assurer ainsi la saine croissance de notre communauté. Une rencontre annuelle plus que bénéfique, elle est nécessaire [ ] Cette rencontre réunira de nouveau les élus et les gens d affaires de l agglomération. Elle nous permettra de nous mobiliser autour des stratégies de développement économique et des priorités d action pour l avenir de notre région». Les objectifs Plus précisément, cette deuxième édition du Forum avait pour objectifs de faciliter l appropriation et la validation des orientations et des stratégies développées par les organisations de développement économique de l agglomération et d identifier des résultats concrets à atteindre dans un horizon de trois à cinq ans. Les participants ont été invités à inscrire leurs propos en continuité de la vision adoptée lors du Forum 2011, soit celle d assurer un développement économique durable, un développement économique qui permet le plein épanouissement des citoyens, l essor des communautés ainsi que la croissance des entreprises. Les invités Tous les acteurs du développement économique les gens d affaires, les représentants d institution, les responsables d organisations de développement, les partenaires ainsi que les élus municipaux, provinciaux et fédéraux de l agglomération ont été invités à s y inscrire via le site Internet de la Chambre de commerce et d industrie de la Rive-Sud. L invitation a été relayée par les organisations de développement économique et a été publiée dans les médias locaux. 2 Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil

3 L ORGANISATION APERÇU DU BUDGET Contribution Développement économique Longueuil $ CRÉ de l agglomération de Longueuil $ CLD de l agglomération de Longueuil $ Participants (95 $, taxes incluses) $ Dépenses Coordination, animation et publications $ Logistique $ Un comité organisateur a été mandaté par les élus pour préparer le Forum. Il était composé de : Hélène Bergeron, directrice générale, Chambre de commerce et d industrie de la Rive-Sud (CCIRS); Michel Bienvenu, directeur général, Conférence régionale des élus (CRÉ) de l agglomération de Longueuil; Lyne Bouchard, vice-rectrice du Campus de Longueuil et vice-rectrice des technologies de l information, Université de Sherbrooke; Gilles Côté, président-directeur général, Développement économique Longueuil (DEL); Sonia Godbout, directrice générale, Centre local de développement (CLD) de l agglomération de Longueuil; Thérèse Sainte-Marie, chef de service du développement,. Outre leur présence au comité organisateur, le rôle dévolu aux partenaires était d alimenter le cahier du participant, de contribuer financièrement au Forum ou d accomplir certaines fonctions requises pour sa réalisation (budget et trésorerie, logistique, formation et gestion des animateurs, communications, graphisme et promotion). Le comité a démarré son travail en mars 2012 et s est appuyé sur les expertises des professionnels de leurs organisations pour la préparation et l animation du Forum. Le comité a également retenu les services d Anne-Marie Mottet comme coordonnatrice du Forum. Le comité tient à remercier tous les gens d affaires qui ont accepté de témoigner de leur expérience ainsi les membres du personnel de leurs organisations dont la contribution fut essentielle à la réussite du Forum. Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil 3

4 L ÉVÉNEMENT LES THÈMES DES ATELIERS Une structure économique diversifiée Consolider nos secteurs économiques structurants Soutenir l émergence de nouveaux secteurs économiques structurants Favoriser l essor de la consommation locale Des ressources adéquates Stimuler l entrepreneuriat S assurer d une main-d œuvre en adéquation avec les emplois disponibles aujourd hui et demain Améliorer le transport collectif pour une plus grande mobilité des personnes Se doter des réseaux de transport des marchandises performants Profiter stratégiquement de l infrastructure aéroportuaire Utiliser pleinement les ressources financières disponibles Une agglomération attrayante Affirmer l identité de l agglomération Valoriser les attraits de l agglomération par le développement de la culture et du tourisme Se doter d une vision d aménagement cohérente Animateur de la journée : Jean Lapierre, analyse politique Conférencière : Sophie Brochu, présidente et chef de la direction de Gaz Métro Le Forum économique s est tenu le 5 novembre 2012 à l Hôtel Mortagne de Boucherville. Préparation Un Cahier du participant a été expédié par messagerie électronique aux personnes inscrites. Une copie imprimée était disponible à l accueil. Un Cahier de l animateur a aussi été préparé pour répondre aux besoins des 18 animateurs de table, membres du personnel de la CCIRS, du CLD et de la CRÉ de l agglomération de Longueuil, de DEL et du Service du développement de la Ville de Longueuil. Des rencontres de préparation ont été tenues avec l animateur de la journée, les entrepreneurs témoins de leur expérience et membres du panel. Échanges Chacun des participants a été invité à participer à deux rondes d échanges en atelier. Les tables de 8 à 10 participants ont été composées afin d assurer une diversité de points de vue. Déroulement Allocution de madame Marie Malavoy, députée de Taillon, ministre de l Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Montérégie Présentation des principaux résultats du Forum 2011 et des actions menées depuis par messieurs Jean Lapierre, animateur du Forum et Martin Fortier, président de la Chambre de commerce et d industrie de la Rive-Sud Place aux entrepreneurs : témoignages de madame Renée-Claude Surprenant d(oci Importation) et de messieurs Pierre J. Beauchamp (Halo Art), Serge Brasset (Collège Édouard-Montpetit), Marc Boucher (Festival Classica), Marc Boucher (Bombardier Transport Canada), Juan-Carlos Quintana (Centre ACCESS, Commission scolaire Riverside) et contributions de Michel Bienvenu (CRÉ de l agglomération de Longueuil), Gilles Côté (Développement économique Longueuil), Sonia Godbout (CLD de l agglomération de Longueuil) Rondes d ateliers Présentation des résultats des débats par madame Lyne Bouchard (Campus Longueuil de l Université de Sherbrooke) et Marie-Josée Filteau (Certex) ainsi que messieurs Stéphane Élie (Symbiose Centre Contact Client) et Claude Robert (Groupe Robert inc.) Allocution de madame Caroline St-Hilaire, mairesse et présidente de l agglomération de Longueuil 4 Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil

5 LA SYNTHÈSE Les animateurs des ateliers ont invité les participants à formuler des consensus. C est à partir de ceux-ci que madame Lyne Bouchard a présenté la synthèse des résultats des ateliers. Il faut se doter d une vision commune, mais cette vision a une particularité : elle repose nécessairement sur l engagement de plusieurs parties. On ne peut pas seulement parler d agglomération, on ne peut pas non plus juste attendre un plan. Il faut la porter cette agglomération, la vivre, et, nécessairement, elle doit se vivre au niveau local. Il faut donc travailler non pas sur la fusion des différentes composantes de l agglomération, mais sur la complémentarité. Comme, par exemple : Le transport et le tourisme : le vélo et la marche avec les attraits touristiques et culturels, l accès au fleuve; Les institutions d enseignement et les centres de recherche en appui au développement de l entreprise; Le pouvoir d achat des villes au service des entreprises locales; Les PME qui se regroupent pour former des mutuelles de formation; L offre culturelle complémentaire (en qualité et quantité) à ce qui se fait ailleurs en culture ou dans d autres industries; Le tourisme industriel. Certaines infrastructures pourraient être déployées ou mieux utilisées en appui au développement, toujours pour favoriser la complémentarité. Comme, par exemple : Un palais de congrès; Les infrastructures de transport incluant une plateforme logistique en transport; Un complexe culturel moderne et dynamique; L aéroport, pour l agglomération, mais aussi comme infrastructure métropolitaine. Pour cela, il faut désamorcer la judiciarisation de la situation; Une voie ferrée, une gare intermodale prenant sa base à l aéroport. Certains leviers gouvernementaux peuvent aussi être mieux utilisés : La taxation : faire payer plus cher les parcomètres et l essence; Utiliser les REER pour supporter la création d une première entreprise; Mieux travailler les interventions du ministère des Transports du Québec (davantage d investissement dans les infrastructures); Déclarer «Longueuil» une région; Promulguer un étiquetage «Produit local». Les entrepreneurs ont la perception que les intervenants en développement sont morcelés. On ne veut pas d un guichet unique, mais certainement d un continuum intégré pour être reconnu comme la région où les entrepreneurs peuvent grandir. Pour y arriver, il faudra faire deux choses : Promouvoir, parler d une même voix, dire qui nous sommes Promouvoir nos entrepreneurs, nos attraits touristiques et culturels, nos créneaux d excellence, les emplois disponibles, nos qualités vertes. Le tout emballé dans une image de marque forte, une signature unique d agglomération. Il faudra utiliser les outils technologiques. Il faudra se donner les moyens nécessaires (ressources humaines et financières) pour se mettre en valeur. S apprivoiser, mieux se connaître et mieux connaître Les clients, les citoyens, les services, les entreprises, les immigrants. Il faut faire un inventaire de qui nous sommes. Il faut aussi connaître nos manques, comme les secteurs économiques importants à renforcer. Enfin, les propos des ateliers nous ramènent au contenu de la conférence de madame Sophie Brochu. Elle a avoué ne pas connaître, au départ, l industrie du camionnage. Elle a pris le temps d apprendre pour être en mesure de répondre à ses besoins. Elle a déclaré que la croissance de son organisation et de l usage du gaz naturel ne doit pas entraîner la disparition de l usage de l électricité. Au contraire, ces deux ressources doivent se déployer de façon complémentaire Et, en conséquence, pour répondre aux besoins et développer les organisations et les ressources, elle met en place les infrastructures nécessaires. Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil 5

6 LES CONTRIBUTIONS DES PARTICIPANTS Sont présentés dans les pages suivantes les consensus établis dans les ateliers ainsi que les propositions d actions énoncés par les participants, selon les notes qu ils ont remises aux animateurs des ateliers. THÈME A : Une structure économique diversifiée Consolider nos secteurs économiques structurants (4 groupes) Au-delà de chacun des secteurs structurants identifiés (aérospatiale, transport terrestre et logistique, agroalimentaire), les participants ont souligné l importance de travailler avec ce qui est déjà induit dans la région (où l on excelle) et de développer (au centre et autour) pour créer des maillons, de la synergie. Un maillage qui peut être établi entre créneaux comme avec les centres de recherches et l Université de Sherbrooke. Ils ont proposé de créer un document promotionnel, d y mettre en valeur les forces de l agglomération dont la présence des institutions d enseignement, le réseau routier, la proximité de Montréal ainsi que ses attraits aux plans résidentiel, commercial et culturel. Pour consolider l aérospatiale, il faut viser à garder notre place, à lever les embûches à son développement. Il est nécessaire de travailler en équipe pour promouvoir l agglomération, créer une «team Rive-sud» dont la stratégie est soutenue par les citoyens. Il faut être attirant, se distinguer davantage, promouvoir les attraits : l ENA, la qualité de vie, la proximité de Montréal, les projets de prolongation de métro, de train de banlieue, la flexibilité d horaire. Le développement de l aéroport est une priorité, en faire un branding, un ambassadeur pour l agglomération. Il faut identifier une vision commune et fédérer les organisations autour de cette vision dans un plan à court, moyen et long termes. L aéroport peut être l axe principal de notre «osmose intermodale». C est un équipement sous-utilisé. Il faut y créer une zone franche; adopter des mesures fiscales (crédits d impôt provinciaux et municipaux) pour y attirer des entreprises; mettre en place un centre d essai. La nécessité de régler les problèmes de congestion des axes routiers, d accentuer le transport sur rail et collectif (est/ouest et nord/sud) a fait consensus tout comme le positionnement avantageux de l agglomération. Un positionnement à renforcer en utilisant avantageusement les opportunités créées par l autoroute 30 et le projet de Contrecœur du Port de Montréal : redévelopper les espaces contigus à l autoroute 30 pour encourager l établissement d entreprises de distribution, prioriser l intermodal (aéroport, train, réseaux routiers), faire valoir la possibilité de transformer les marchandises qui transitent dans l agglomération (conditionnement). Ont également été mentionnés le besoin d un nouveau pont entre Boucherville/Contrecœur et la 40/640, l intérêt d une concertation Rive-Sud (de Sorel à Valleyfield/Hudson), de même que l établissement d une plateforme logistique métropolitaine. Le développement de l agroalimentaire est apparu prioritaire tout en tenant compte des défis que ce secteur rencontre : rareté de main-d œuvre, positionnement à définir en tenant compte de la proximité du marché américain, besoin d infrastructures permanentes pour les marchés locaux, le manque de connaissance de l importance du secteur dans l agglomération et sa promotion sans dupliquer la Route fleurs et saveurs mise sur pied par le CDBAL. Pour le développer, il faut tirer profit des terres agricoles disponibles, valoriser leur production dans une niche bio, faciliter l implantation d entreprises orientées vers le bioalimentaire (dézonage nécessaire pour combler le manque de terrains dans le «Triangle d or de Boucherville»), faire valoir qu on peut proposer une «assiette complète», s inscrire dans le branding de garde-manger du Québec mis de l avant pour la Montérégie. 6 Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil

7 Soutenir l émergence de nouveaux secteurs économiques structurants (6 groupes) Pour attirer de nouvelles entreprises, il faut agir ensemble, de façon concertée et complémentaire, en parlant d une même voix. Il faut identifier un organisme porteur pour l agglomération, un organisme qui exercera un leadership pour passer à l action rapidement, en incitant les entreprises à travailler ensemble et en faisant connaître l offre de l agglomération. Il faut se doter d un plan d affaires, d un plan de recrutement d entreprises; mettre en place des projets-pilotes; miser sur l essaimage; s installer dans des niches (devenir des spécialistes). Parmi les secteurs économiques, les participants ont ciblé les entreprises bioalimentaires (en complémentarité et en synergie avec celles existantes), les TIC et le multimédia (en raison de l offre de formation déjà présente dans l agglomération), la santé (pharmaceutique et biomédical comme vecteurs pour revitaliser le boulevard Taschereau), les entreprises vertes et écoresponsables (transformation de l aluminium, l énergie propre, le transport vert, l horticulture environnementale, les infrastructures et les toits verts) ainsi que des réseaux de sous-traitance (en amont et en aval) pour les créneaux d excellence reconnus dans l agglomération. Les besoins de soutien au développement de l économie sociale ont également été soulignés, entre autres ceux de recherche appliquée pour le développement de produits. La promotion de l agglomération auprès des entreprises potentielles passe par un positionnement stratégique clair basé sur la mise en valeur de nos forces et attraits : main-d œuvre qualifiée, taux de roulement bas, accessibilité et diversité des institutions d enseignement, qualité de vie; ainsi que la diffusion des outils développés par les organisations de développement économique. La promotion doit aussi inclure nommément les secteurs économiques ciblés pour répondre aux besoins de l agglomération. Cette promotion nécessite l adoption d une image de marque, d un branding pour la région. Elle doit se faire au moyen de démarchage proactif, par la présence dans des missions économiques pertinentes, par une plus grande médiatisation des «bons coups», le développement du tourisme industriel. Il faut faire de l agglomération une destination. De nombreuses conditions de succès ont été mentionnées. Il faut créer un centreville d agglomération attrayant pour les affaires (avec des sièges sociaux, du transport collectif, des CPE), créer une école de formation en agroalimentaire, créer un centre québécois d entrepreneuriat éco/vert, créer une grappe transport pour le développement de nouvelles technologies de transport collectif, créer un pôle agroalimentaire et un autre en santé. Il faut miser sur l innovation, la recherche, le développement technologique, favoriser le savoir; améliorer la concertation entre les acteurs du développement économique, les institutions d enseignement et les centres de recherche, les entreprises existantes et le municipal pour présenter une offre globale plus alléchante et assurer une meilleure compétitivité. Il faut également améliorer le transport des personnes et des marchandises, s assurer d avoir les infrastructures appropriées pour accueillir les secteurs ciblés et appliquer les principes du développement durable. Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil 7

8 Favoriser l essor de la consommation locale (4 groupes) Le consensus qui s est dégagé des discussions porte sur la nécessité de faire connaître les besoins ainsi que les produits et services pour stimuler la consommation locale. Si tous ne s entendent pas sur une définition de la consommation locale (est-ce que cela exclut les multinationales, la fabrication à l étranger? est-ce que cela réfère au lieu de production?), il est toutefois apparu que l offre locale est peu connue et que les commerces et entreprises de service de même que les associations de gens d affaires ont intérêt à se coordonner plutôt que de se concurrencer. Il a été proposé de créer un répertoire des produits et services qui sera disponible sur les sites Web des villes de l agglomération (avec mots-clés et support informatique); d organiser des «journées portes ouvertes» pour faire connaître les industries, les commerces de quartier ainsi que les producteurs agricoles; d encourager l étiquetage «produit local»; de dédier une ressource pour informer, encourager, promouvoir l achat local par des événements; et en faire connaître les retombées économiques, sociales et humaines. Il est également souhaité que les municipalités de l agglomération adoptent une politique d achat local. Pour présenter une offre de produits et services répondant aux besoins de la population, il faut aider les commerçants à identifier les besoins complémentaires (diversifier les produits) de leur clientèle actuelle, compiler des statistiques pour connaître la clientèle potentielle, identifier les fuites commerciales pour favoriser la prospection de commerces et de services répondant à la demande; plus spécifiquement connaître les besoins et les particularités des immigrants résidant sur le territoire. Les secteurs déjà identifiés sont la santé, le logement, le divertissement ainsi que les cuisines collectives, en intergénérationnel, et s adressant à une population vieillissante. En ce qui a trait aux commerces de proximité, plusieurs actions ont été proposées : créer une image commune pour les commerces de proximité, faire une promotion commune, créer des circuits, proposer des cartes de fidélisation, protéger et mettre en valeur les villages urbains, créer des événements et des mobilisations, utiliser les ressources technologiques (par exemple, la géolocalisation). La promotion des produits agricoles locaux a fait l objet de nombreuses suggestions dans le but de développer un sentiment d appartenance (qu est-ce que l agriculture peut faire pour l agglomération? Développer un Buy Longueuil Act) : personnifier les producteurs; encourager les restaurants à nommer la provenance des ingrédients sur leur menu; accroître l accessibilité (navettes gratuites pour se rendre aux marchés publics, achat en ligne, livraison à domicile); éduquer la population au bioalimentaire; soutenir l achat des terres agricoles par des gens d ici. 8 Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil

9 THÈME B : Des ressources adéquates Stimuler l entrepreneuriat (4 groupes) Un consensus a été établi sur un besoin commun de faciliter l accès aux ressources pour les entrepreneurs. «C est complexe pour quelqu un qui ne connaît pas le système». Il faut un magasin, un «entrepreneur shop», une même porte d entrée pour tous les services, aux horaires flexibles, sept jours par semaine, à l exemple d un kiosque touristique. Il faut donner une adresse à l entrepreneuriat : un bureau de développement économique, social et communautaire, un office de développement regroupant la CRÉ, le CLD, DEL, Investissement Québec, les ministères, les banques, etc. Un guichet unique. Une centralisation des ressources. Des ressources où les intervenants doivent croire à l entrepreneur plutôt qu au seul projet; lui simplifier son trajet. Plus spécifiquement, il a été mentionné le besoin de soutenir les commerces et services de proximité qui sont souvent détenus par des femmes, de soutenir particulièrement cette clientèle dont les entreprises sont plus à risque et qui n a pas de financement adapté. Pour créer une relève en entreprise existante, il faut développer une approche vers l acquéreur; mettre en place un CTE (centre de transfert d entreprise); créer des activités ludiques entre cédants et acquéreurs (plutôt que les traditionnels 5 à 7); financer les premières étapes de rachat (exemple : vérification diligente); faire l étalement du rachat de l entreprise; accorder des incitatifs financiers pour le rachat; favoriser le développement de l entrepreneur dans son milieu d emploi et le développement de projets d entreprise en milieu d emploi. Il faut aussi faire connaître les belles histoires de transfert et de relève. Globalement, il faut valoriser l entrepreneuriat. Le valoriser particulièrement dans les écoles par l adoption d une approche commune, un maillage entre toutes les écoles (du secondaire à l université) en diversifiant les moyens : conférences, capsules vidéo, kiosques, projets de simulation d entreprises, visites inspirantes d entrepreneurs. Miser aussi sur l entrepreneuriat des immigrants. Il faut également stimuler l idéation : encourager des modèles d affaires différents (coopérative, OBNL, entrepreneuriat collectif); créer un forum public/privé (des états généraux) pour réfléchir aux types de releveurs, aux secteurs prioritaires à développer dans la région; ouvrir de nouveaux secteurs d activité autres que le manufacturier, la transformation et l innovation technologique; cibler des secteurs d activité à fort potentiel de relève et de démarrage. Des outils spécifiques ont été souhaités : utiliser les REER pour une première entreprise; du capital de risque pour financer les balances de vente afin de faciliter la sortie du vendeur; incubateur d entreprise, virtuel ou physique pour accompagner les projets et réduire les coûts fixes; exemption d impôt pour les relèves familiales; créer un «œil du dragon» régional; offrir du financement en ligne (crowdfounding); et créer des fonds, comme les anges, des regroupements de partenaires pour attirer des capitaux par la promotion du potentiel dans les parcs industriels. Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil 9

10 S assurer d une main-d œuvre en adéquation avec les emplois disponibles aujourd hui et demain (2 groupes) Les entreprises ont besoin de s adapter à une nouvelle main-d œuvre. Il faut développer le volet gestion des ressources humaines en incitant, entre autres, les employeurs à s assurer de bien connaître les caractéristiques de leurs employés et faire en sorte que ceux-ci se sentent importants dans l entreprise. C est un moyen de maintenir en emploi les immigrants et les personnes éloignées du marché du travail. Les employeurs doivent être sensibilisés aux différents outils pour intégrer et retenir leurs employés issus de l immigration. La promotion des possibilités de reconnaissance des acquis en entreprise doit être accrue, tout comme celle des mutuelles de formation (pour les PME), un outil répondant à leurs besoins. Sur le plan de l offre de formation, le besoin d accroître la collaboration entre les établissements d enseignement et la nécessité de créer et d entretenir des passerelles entre eux ont fait consensus. Il faut varier les modèles de formation et d apprentissage dans les établissements afin d être plus près de la réalité des entreprises et du développement technologique (formation Web, démonstration par capsule vidéo, visite et stage en entreprise). De plus, les enseignants devraient être incités à faire un stage en entreprise afin de mieux préparer leurs étudiants. L offre de formation devrait être mieux diffusée. Sur le plan du soutien à l emploi, l idée de créer une porte d entrée unique, par secteur, par créneau, afin d assurer une meilleure adéquation avec les emplois disponibles a été avancée. Sans compter qu il faut valoriser la formation professionnelle et technique auprès des parents et des enseignants, en impliquant les entreprises et les décideurs du milieu scolaire. Améliorer le transport collectif pour une plus grande mobilité des personnes (2 groupes) Un consensus a été établi autour du constat suivant : des investissements financiers importants sont requis en transport en commun, car la Rive-Sud est un parent pauvre en la matière. Pour que ces investissements soient porteurs, il faut adopter un plan de transport structurant (intra et extra régional) propre à l agglomération tout en étant arrimé à celui de la Communauté métropolitaine de Montréal, prioriser en fonction des besoins de la population et favoriser la mixité des modes de transport. Les transporteurs doivent effectuer un virage client en s appuyant sur une meilleure connaissance des besoins de leur clientèle, dont la réduction du temps des parcours La nécessité de changer les comportements et les valeurs de la population pour l adoption du transport collectif et du transport actif a fait l objet d un second consensus. Pour ce faire, le moyen suivant a été mentionné : augmenter la part du financement du transport collectif par les automobilistes (parcomètre, taxe sur l essence). Se doter des réseaux de transport des marchandises performants (1 groupe) La nécessité d utiliser avec plus d efficience le réseau routier existant a fait l objet d un consensus. Le ministère des Transports du Québec a été invité à cibler et prioriser ses interventions sur le territoire en fonction des besoins réels, entre autres par un meilleur équilibre entre les investissements financiers destinés à la réfection et ceux pour le développement du réseau. De même, le besoin d une stratégie métropolitaine visant la continuité et l efficacité, dans une approche intégrée à l inverse de la situation actuelle du «chacun-pour-soi» a été mentionné. 10 Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil

11 Un appel à l imagination a été lancé pour les mesures de mitigation : se servir des accotements sur l autoroute pour rouler, situer les pôles de rabattement aux réseaux de transport collectif hors des limites de l agglomération afin de réduire la pression sur le réseau interne, décongestionner l accès au métro, agir sur les heures de déplacement vers Montréal, augmenter le travail à domicile et stimuler l emploi à l intérieur de l agglomération. Finalement, l augmentation des taxes sur l essence est un moyen retenu pour financer le réseau routier. Profiter stratégiquement de l infrastructure aéroportuaire (2 groupes) L aéroport de Saint-Hubert doit être reconnu comme un équipement métropolitain structurant et son développement passe par l adoption d une vision partagée, l élaboration d un plan d affaires et le règlement de la question de la gouvernance. Voilà le consensus établi par les participants qui ont également souligné la nécessité de profiter de la fenêtre d opportunité actuelle (situation des ponts et travaux à l échangeur Turcot). Ils souhaitent la municipalisation pour régler les problèmes de gouvernance et font appel à la concertation et au dialogue pour désamorcer la situation juridique et améliorer l adhésion des résidents. Le développement doit prendre en compte le respect de l environnement, des résidents et des utilisateurs. Les gens d affaires qui en tirent profit devraient participer aux risques financiers. Facteur de consolidation et d attraction de l aéronautique et source d emplois en recherche, l aéroport doit être vu comme étant plus que de simples pistes de décollage et d atterrissage. L aéroport, ce sont des avions pour faire du transport industriel, commercial et de passagers. Pour que la zone aéroportuaire soit utilisée plus stratégiquement, il faudrait, par exemple, construire une aérogare, créer un centre d excellence en aménagement aérospatial, accueillir des lignes aéronautiques régulières (transport de passagers et de marchandises). Utiliser pleinement les ressources financières disponibles (2 groupes) Les participants ont fait consensus autour d une approche visant à prendre en compte les besoins des entrepreneurs en matière de financement : faire preuve de souplesse, simplifier et alléger les processus, accompagnement linguistique pour les entrepreneurs immigrants, partir de la réalité des entrepreneurs (partir du bas vers le haut) pour créer des programmes de financement et créer des programmes de financement pour les entreprises de service. Des programmes de financement incluant une meilleure promotion et une plus grande accessibilité sont souhaités : site Internet unique, guichet unique, regroupement des acteurs du développement économique dans un même lieu (incluant la BDC, Investissement Québec), création d un pôle économique comme porte d entrée unique; mieux outiller les banques et les caisses pour qu elles puissent informer leurs clients. L éventualité d un incubateur d entreprises au campus Longueuil de l Université de Sherbrooke a également été mentionnée. Un consensus a aussi été établi autour de la nécessaire de faire reconnaître l agglomération pour obtenir un partage équitable des leviers financiers. Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil 11

Monsieur Guy Benedetti, directeur général ainsi que madame Carole Cousineau, secrétaire corporative.

Monsieur Guy Benedetti, directeur général ainsi que madame Carole Cousineau, secrétaire corporative. Ce document n a pas de valeur officielle Mise en garde Le document ci-après reproduit les résolutions et actes du conseil d administration. En aucun cas, des extraits de ce site ne peuvent être utilisés

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

Plan de transport 2008

Plan de transport 2008 Plan de transport 2008 Montréal Une démarche de planification stratégique de transport durable Claude Carette et Gilles Lalonde - Ville de Montréal Préparé par : Service des infrastructures, transport

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE COMMUNIQUÉ DE PRESSE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE IMPORTANT PARTENARIAT AVEC LE MOUVEMENT DESJARDINS POUR LES 200 JOURS AVANT LA 49 e FINALE DES JEUX DU QUÉBEC Saint-Bruno-de-Montarville, 13 janvier 2014 Le

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE 13 JUIN 2012 19 h BUREAU D ARRONDISSEMENT DE BROMPTON SONT PRÉSENTS

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Absences motivées : madame Francine Doucet, messieurs André Couture et Jacques Pineault.

Absences motivées : madame Francine Doucet, messieurs André Couture et Jacques Pineault. PROCÈS-VERBAL de la première (09-01) assemblée régulière de l année 2009 du Conseil d administration du Collège de Rimouski tenue le mardi 27 janvier 2009, à 17 h, au local G-130 du Cégep de Rimouski.

Plus en détail

1989 / 1990. Membres du conseil d administration. Bons coups / évènements marquants

1989 / 1990. Membres du conseil d administration. Bons coups / évènements marquants 1989 / 1990 Présidente Sylvie Gilbert Fowlis Vice-présidente Suzanne Beaudin Secrétaire & Trésorier Paul Messier Conseillère Thérèse Dubois Conseillère Jacqueline Rodrigue Conseiller Stanley Lake Personne-ressource

Plus en détail

Plan d action pour la diversification économique

Plan d action pour la diversification économique Plan d action pour la diversification économique Asbestos 2012 Fière de son passé minier, la d Asbestos met tout en place pour favoriser l essor économique sur son territoire. Misant sur une diversification

Plus en détail

CAHIER DU PARTICIPANT

CAHIER DU PARTICIPANT CAHIER DU PARTICIPANT Coordination des travaux : Pascale Daigle, Chaire de Tourisme de l UQAM Conception,recherche, rédaction : Pascale Daigle et Brigitte Maheu, Chaire de Tourisme de l UQAM Collaboration

Plus en détail

PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT. de l engagement bénévole. en loisir et en sport

PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT. de l engagement bénévole. en loisir et en sport PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT de l engagement bénévole en loisir et en sport Plan de présentation 1. La description du programme o Les acteurs et partenaires ciblés et les objectifs o La logistique

Plus en détail

Mme la mairesse Caroline St-Hilaire, présidente M. Albert Beaudry M. Éric Beaulieu Mme Lorraine Guay Boivin Mme Sylvie Parent

Mme la mairesse Caroline St-Hilaire, présidente M. Albert Beaudry M. Éric Beaulieu Mme Lorraine Guay Boivin Mme Sylvie Parent Procès-verbal de la séance ordinaire du comité exécutif de la Ville de Longueuil, siégeant pour exercer des fonctions qui lui ont été déléguées par le conseil d'agglomération, tenue le 17 juin 2014 à compter

Plus en détail

Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb

Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb IDENTIFICATION DE L ÉQUIPE PLAN DE POSITIONNEMENT D AFFAIRES Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb DESCRIPTION DU PROJET Programme AMBASSADEURS

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC COMMISSION SCOLAIRE DE LA SEIGNEURIE-DES-MILLE-ÎLES COMITÉ EXÉCUTIF

PROVINCE DE QUÉBEC COMMISSION SCOLAIRE DE LA SEIGNEURIE-DES-MILLE-ÎLES COMITÉ EXÉCUTIF PROVINCE DE QUÉBEC COMMISSION SCOLAIRE DE LA SEIGNEURIE-DES-MILLE-ÎLES COMITÉ EXÉCUTIF Séance ordinaire du comité exécutif de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, tenue le mardi 27 juin

Plus en détail

1. Ouverture de l'assemblée 9h00 X. 2. Adoption de l ordre du jour 9h05 X. 3.1. Suivi au procès-verbal 9h15 X

1. Ouverture de l'assemblée 9h00 X. 2. Adoption de l ordre du jour 9h05 X. 3.1. Suivi au procès-verbal 9h15 X Projet d ordre du jour Comité exécutif Lundi 27 janvier 2014 à 9 h 00 Heure Info Adoption 1. Ouverture de l'assemblée 9h00 2. Adoption de l ordre du jour 9h05 3. Procès-verbal de la cent troisième (103e)

Plus en détail

Relève entrepreneuriale

Relève entrepreneuriale 9 e édition Juin 2015 MISE EN CANDIDATURE Relève entrepreneuriale Sous la présidence d honneur de Louis Vachon, président et chef de la direction, Banque Nationale lesmedaillesdelareleve.com En collaboration

Plus en détail

Province de Québec Municipalité de Saint-Philippe. Sont absents Monsieur Gaétan Brosseau, maire Monsieur le conseiller Benoit Bissonnette

Province de Québec Municipalité de Saint-Philippe. Sont absents Monsieur Gaétan Brosseau, maire Monsieur le conseiller Benoit Bissonnette Province de Québec Municipalité de Saint-Philippe Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil municipal de la Municipalité de Saint-Philippe, tenue à la salle du conseil de l hôtel de ville, le 3 février

Plus en détail

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal Orlando G. Cerocchi LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal :: INTRODUCTION :: OBJECTIF DU PROGRAMME :: FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS TOURISTIQUES ADMISSIBLES :: CHAMPS

Plus en détail

ADOPTÉ Le 11 mai 2015

ADOPTÉ Le 11 mai 2015 ADOPTÉ Le 11 mai 2015 Procès-verbal de la 1 re assemblée spéciale 2015-2016 des membres du conseil d administration de la Conférence régionale des élus de l Outaouais tenue par conférence téléphonique,

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec Consultations sur la Banque de développement économique du Québec Commission de l économie et du travail Assemblée nationale du Québec 15 mai 2013 Table des matières Recommandations de Réseau Capital 3

Plus en détail

Rendez-vous. Programme. 10 avril 2014 CENTRE FÉLIX-LECLERC 1001 RANG SAINT-MALO, TROIS-RIVIÈRES

Rendez-vous. Programme. 10 avril 2014 CENTRE FÉLIX-LECLERC 1001 RANG SAINT-MALO, TROIS-RIVIÈRES Rendez-vous Programme 10 avril 2014 CENTRE FÉLIX-LECLERC 1001 RANG SAINT-MALO, TROIS-RIVIÈRES Rendez-vous Les partenaires du DAFA et le Conseil québécois du loisir sont heureux de vous accueillir à ce

Plus en détail

Mémoire sur l industrie du taxi

Mémoire sur l industrie du taxi Mémoire sur l industrie du taxi Présenté à la : Commission permanente du conseil d agglomération sur l environnement, le transport et les infrastructures et Commission permanente du conseil municipal sur

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015. Pour une meilleure qualité de vie des générations actuelles et futures

Plan d action de développement durable 2012-2015. Pour une meilleure qualité de vie des générations actuelles et futures Plan d action de développement durable 2012-2015 Pour une meilleure qualité de vie des générations actuelles et futures PRODUCTION : École nationale de police du Québec 350, rue Marguerite-D'Youville Nicolet

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE LIVRE VERT VERS UNE POLITIQUE NATIONALE DU SPORT, DU LOISIR ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE

CONSULTATION PUBLIQUE LIVRE VERT VERS UNE POLITIQUE NATIONALE DU SPORT, DU LOISIR ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CONSULTATION PUBLIQUE LIVRE VERT VERS UNE POLITIQUE NATIONALE DU SPORT, DU LOISIR ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE Ministère de l Éducation, du Sport et du Loisir Argumentaire Préparé par Michel Comeau, Directeur

Plus en détail

M. Jacques Lemire. Le vice-président constate que le quorum est atteint et déclare la séance ouverte.

M. Jacques Lemire. Le vice-président constate que le quorum est atteint et déclare la séance ouverte. Procès-verbal de la séance extraordinaire du comité exécutif de la Ville de Longueuil tenue le 29 août 2006, à 9 h, au 4250, chemin de la Savane, Longueuil, sous la présidence de M. Jacques Goyette, vice-président.

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Pierre Dominique, Jean Létourneau, Jacques Séminaro, Normand Héroux. Formant quorum sous la présidence de madame Lucie Désilets.

Pierre Dominique, Jean Létourneau, Jacques Séminaro, Normand Héroux. Formant quorum sous la présidence de madame Lucie Désilets. 1 Procès-verbal de la séance ordinaire du Comité exécutif de la Commission scolaire Marie-Victorin, tenue le 23 août 2005 à 21 h, à la salle Flore laurentienne située au siège social de la Commission scolaire

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Ensemble vers de saines habitudes de vie!

Ensemble vers de saines habitudes de vie! Ensemble vers de saines habitudes de vie! Du plan d action gouvernemental «Investir«pour l avenir» et du Fonds pour la promotion des saines habitudes de vie aux balises de déploiement du soutien de Québec

Plus en détail

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre P A HI S S S T C R I ON M Ê IR E ULT U R A MO V ÉM E O IR E UR S AV OI R E LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE Plan d action sur le livre OCCUPATION : DÉVOREUSE DE LIVRES VOTRE LIBRAIRE, AUTEUR DE PETITS BONHEURS

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

MÉMOIRE L ORGANISATION DU TRANSPORT COLLECTIF DANS LA MRC DE L ASSOMPTION

MÉMOIRE L ORGANISATION DU TRANSPORT COLLECTIF DANS LA MRC DE L ASSOMPTION MÉMOIRE L ORGANISATION DU TRANSPORT COLLECTIF DANS LA MRC DE L ASSOMPTION PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DU PROJET PLAN D AMÉNAGEMENT ET DÉVELOPPEMENT MÉTROPOLITAIN PMAD 13 OCTOBRE 2011 1 INTRODUCTION La communauté

Plus en détail

Le démarrage et le développement d une PME: un processus qui se complexifie

Le démarrage et le développement d une PME: un processus qui se complexifie Centre d entrepreneuriat et d essaimage Université du Québec à Chicoutimi Le démarrage et le développement d une PME: un processus qui se complexifie Par Louis Dussault, professeur, directeur général CEE-UQAC

Plus en détail

Une coopérative de travailleurs actionnaire (CTA)

Une coopérative de travailleurs actionnaire (CTA) Une coopérative de travailleurs actionnaire (CTA) pour un nouveau partenariat d affaires employeur - employés 12 Juin 2012 Madame Marie-Claude Boisvert, Chef de l exploitation, Desjardins Capital de risque

Plus en détail

d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes :

d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes : Axes et priorités Les quatre enjeux deviennent les axes de développement à la base du plan d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes : Axe 1 - Agir

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec

plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec Le plan d affaires 2005-2008 de la Société du Centre des congrès de Québec Le nouveau plan d affaires de la Société du Centre des congrès

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC COMMISSION SCOLAIRE DE LA SEIGNEURIE-DES-MILLE-ÎLES COMITÉ EXÉCUTIF

PROVINCE DE QUÉBEC COMMISSION SCOLAIRE DE LA SEIGNEURIE-DES-MILLE-ÎLES COMITÉ EXÉCUTIF PROVINCE DE QUÉBEC COMMISSION SCOLAIRE DE LA SEIGNEURIE-DES-MILLE-ÎLES COMITÉ EXÉCUTIF Séance ordinaire du comité exécutif de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, tenue le mardi 14 juin

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

Élections fédérales. Formation 101

Élections fédérales. Formation 101 Élections fédérales Formation 101 Déroulement de la formation 1- Le parlement canadien 2- Rôle du député 3- Rôle du premier ministre 4- Les enjeux locaux en lien avec les élections fédérales 5- Comment,

Plus en détail

Blain,Joyal,Charbonneau S.E.N.C.R.L. c o m p t a b l e s a g r é é s. Le sens du partenariat

Blain,Joyal,Charbonneau S.E.N.C.R.L. c o m p t a b l e s a g r é é s. Le sens du partenariat Blain,Joyal,Charbonneau S.E.N.C.R.L. c o m p t a b l e s a g r é é s Le sens du partenariat Notre mission En plus d aider nos clients à prendre des décisions, nous les guidons dans leurs projets et démarches

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Appel à projets Télécentres et téléactivités

Appel à projets Télécentres et téléactivités Appel à projets Télécentres et téléactivités Ouvert en continu sur la période 2005-2007 1 janvier 2006 En croissance régulière, le télétravail concerne déjà 7% des salariés en France, contre 25 % dans

Plus en détail

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

Un touriste : effectue un séjour de plus de 24 heures; Un excursionniste : effectue un séjour de moins de 24 heures.

Un touriste : effectue un séjour de plus de 24 heures; Un excursionniste : effectue un séjour de moins de 24 heures. GROUPE DE TRAVAIL L industrie touristique à Montréal Définition de l industrie La définition utilisée au Canada est celle qui a été adoptée par l Organisation mondiale du tourisme et la Commission statistique

Plus en détail

Saguenay - Lac-Saint-Jean ANNÉE SCOLAIRE 2011-2012

Saguenay - Lac-Saint-Jean ANNÉE SCOLAIRE 2011-2012 Saguenay - Lac-Saint-Jean ANNÉE SCOLAIRE 2011-2012 Préparé par le comité régional du développement de Jeunes Entreprises - Jean-Michel Gobeil, agent de sensibilisation à l entrepreneuriat jeunesse - Chrystelle

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT. Mardi 6 novembre 2012

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT. Mardi 6 novembre 2012 PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT Mardi 6 novembre 2012 Sont présents: Madame Julie Figueiredo représentante des enseignants Madame Isabelle Gauthier représentante du personnel professionnel Madame

Plus en détail

Bonjour et bienvenue à l assemblée publique du conseil d administration du RTL, en ce jeudi 12 mars 2015.

Bonjour et bienvenue à l assemblée publique du conseil d administration du RTL, en ce jeudi 12 mars 2015. MOT DE LA PRÉSIDENTE Séance du conseil d administration du RTL, le 12 mars 2015 Le texte lu fait foi. Bonjour et bienvenue à l assemblée publique du conseil d administration du RTL, en ce jeudi 12 mars

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Mme la mairesse Caroline St-Hilaire, présidente M. Albert Beaudry M. Éric Beaulieu Mme Lorraine Guay Boivin Mme Sylvie Parent

Mme la mairesse Caroline St-Hilaire, présidente M. Albert Beaudry M. Éric Beaulieu Mme Lorraine Guay Boivin Mme Sylvie Parent Procès-verbal de la séance extraordinaire du comité exécutif de la Ville de Longueuil tenue le 18 mars 2014 à compter de 9 h, dans la salle H-383 de l'hôtel de ville de Longueuil, 4250, chemin de la Savane,

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010-2011. Le 5 octobre 2011

RAPPORT ANNUEL 2010-2011. Le 5 octobre 2011 RAPPORT ANNUEL 2010-2011 2011 Le 5 octobre 2011 Mutuelle d'attraction SOMMAIRE Mot de la présidente Notre mission Notre vision Nos objectifs Le conseil d administration 2010-2011 L équipe Services offerts

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

cerclefinanceduquebec.com

cerclefinanceduquebec.com cerclefinanceduquebec.com Activités & événements 11 septembre 2013 Perspectives des services financiers au Canada Louis Vachon Président et chef de la direction, Banque Nationale 31 octobre 2013 Colloque

Plus en détail

Le grand rendez-vous des exportateurs à ne pas manquer!

Le grand rendez-vous des exportateurs à ne pas manquer! Le grand rendez-vous des exportateurs à ne pas manquer! www.forum-export.ca Palais des Congrès de Montréal Montréal (Québec) 12 et 13 novembre 2003 Un forum de mobilisation des exportateurs québécois Paul-Arthur

Plus en détail

Plan stratégique 2012-2017

Plan stratégique 2012-2017 Plan stratégique 2012-2017 Présentation Le Plan stratégique 2012-2017 présente ce que Polytechnique Montréal s'engage à accomplir durant les cinq prochaines années dans le but de poursuivre sa mission,

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL NOVEMBRE 2007 Montréal, le 23 novembre 2007 À l attention de Madame Jocelyne Beaudet, Présidente Commission de l Office de consultation publique

Plus en détail

PROGRAMME DE CERTIFICATION EN LEADERSHIP ET HABILETÉS DE DIRECTION

PROGRAMME DE CERTIFICATION EN LEADERSHIP ET HABILETÉS DE DIRECTION PROGRAMME DE CERTIFICATION EN LEADERSHIP ET HABILETÉS DE DIRECTION ALAIN BOUCHARD, Président et chef de la direction d Alimentation Couche-Tard PROGRAMME DE CERTIFICATION CERTIFICATION EN LEADERSHIP ET

Plus en détail

conseil d administration ET secrétariat GÉNÉRAL

conseil d administration ET secrétariat GÉNÉRAL conseil d administration ET secrétariat GÉNÉRAL au 31 mars 2015 Hélène F. Fortin FCPA auditrice, FCA, IAS.A. Saint-Lambert Présidente du conseil d administration Associée Gallant & Associés S.E.N.C.R.L.

Plus en détail

»»»» CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? DÉFINITION

»»»» CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? DÉFINITION 5 Fiche de sensibilisation CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? Il nous arrive fréquemment de nous interroger sur notre façon de faire les choses

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2013-2014 FORÊT D ARDEN LES JEUNES D AUJOURD HUI, L ESPOIR DE DEMAIN

RAPPORT ANNUEL 2013-2014 FORÊT D ARDEN LES JEUNES D AUJOURD HUI, L ESPOIR DE DEMAIN RAPPORT ANNUEL 2013-2014 FORÊT D ARDEN LES JEUNES D AUJOURD HUI, L ESPOIR DE DEMAIN Crédit photo : Lino Cipresso Photo BIENVENUE Nous sommes très heureux de vous présenter le rapport annuel 2013-2014 de

Plus en détail

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat Cartographie des employés, un aéroport en plein essor faits saillants Organismes et entreprises Près de 30 entreprises et organismes établis sur le site de l aéroport 3 700 emplois directs au sein de ces

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

Outils et ressources liés à la planification des ressources humaines

Outils et ressources liés à la planification des ressources humaines Outils et ressources liés à la planification des ressources humaines Guide ressources à l intention des gestionnaires du secteur d emploi de l économie sociale et de l action communautaire Avant-propos

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Le Département Cantal : Votre nouveau bureau

DOSSIER DE PRESSE. Le Département Cantal : Votre nouveau bureau DOSSIER DE PRESSE Le Département Cantal : Votre nouveau bureau Sommaire Contexte de notre action : CyberCantal Télécentres p. 4 Qu'est ce qu'un télécentre? p. 7 Les objectifs pour le Département du Cantal

Plus en détail

Mobiliser pour être prêt!! Christiane Rouleau UQAM 13 mars 2008

Mobiliser pour être prêt!! Christiane Rouleau UQAM 13 mars 2008 Mobiliser pour être prêt!! Christiane Rouleau UQAM 13 mars 2008 Un temps de réflexion Vous avez constaté la progression de l épidémie Vous savez que la prévention atteindra rapidement ses limites Beaucoup

Plus en détail

L ÉCHO MONTS ET RIVIÈRES Numéro 9 octobre 2009

L ÉCHO MONTS ET RIVIÈRES Numéro 9 octobre 2009 Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées, section Monts et Rivières de la Vallée du Richelieu Beloeil, Carignan, Chambly, McMasterville, Mont-Saint-Hilaire,

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE

COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE COMPTE RENDU DE LA RENCONTRE DE LA TABLE INTERORDRES D ÉDUCATION DU BAS-SAINT-LAURENT TENUE LE 13 JANVIER 2011 DE 13 H 30 À 16 H 30 À LA DIRECTION RÉGIONALE DU MELS Présences : M mes Martine Cliche, présidente,

Plus en détail

Programme de certification. en leadership et habiletés de direction

Programme de certification. en leadership et habiletés de direction Programme de certification en leadership et habiletés de direction Alain Bouchard, d Alimentation Couche-Tard Liste des intervenants Document de présentation Louis Baron, Professeur et directeur du MBA

Plus en détail

Le vice-président constate que le quorum est atteint et déclare la séance ouverte. Il est proposé d adopter l ordre du jour suivant :

Le vice-président constate que le quorum est atteint et déclare la séance ouverte. Il est proposé d adopter l ordre du jour suivant : Procès-verbal de la séance extraordinaire du comité exécutif de la Ville de Longueuil tenue le 16 décembre 2008, à 9 h 30, à l'hôtel de ville de Longueuil situé au 4250, chemin de la Savane, Longueuil,

Plus en détail

SESSION ORDINAIRE DU 4 AVRIL 2011

SESSION ORDINAIRE DU 4 AVRIL 2011 Tenue au Centre Municipal à 20h00. SESSION ORDINAIRE DU 4 AVRIL 2011 PRÉSENCES: Mme Nancy Bourassa Sous la présidence du Maire, M. Marcel Blais. Est aussi présente, Mme Jocelyne G. Paré, Directrice générale/secrétaire-trésorière

Plus en détail

2015-2019 PLAN DE DEVELOPPEMENT LOCAL COMITÉ DE COORDINATION

2015-2019 PLAN DE DEVELOPPEMENT LOCAL COMITÉ DE COORDINATION COORDINATION PATRICE GAUTHIER SYLVIE PELLETIER PIERRE THIBODEAU 2015-2019 PLAN DE DELPHINE CHARMOILLE HUGUES DEGLAIRE MANON GAUTHIER SYLVAIN LESSARD CHANTAL ROY LOCAL Municipalité de Saint-Ulric En collaboration

Plus en détail

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires,

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires, Édition du printemps 2012 Bulletin d information pour les partenaires de La Personnelle Chers partenaires, Comme annoncé en novembre dernier, notre équipe de la commercialisation a travaillé, au cours

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE VISION 2031 : UNE VOIE LIBRE POUR L AVENIR

TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE VISION 2031 : UNE VOIE LIBRE POUR L AVENIR TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE VISION 2031 : UNE VOIE LIBRE POUR L AVENIR CONSOLIDER L AMÉNAGEMENT EN DÉVELOPPANT LE TRANSPORT COLLECTIF RECRÉER DES VILLES À DIMENSION HUMAINE DÉVELOPPER LES LIENS ROUTIERS

Plus en détail

Mémoire pour les consultations de la Communauté métropolitaine de transport sur le financement du transport collectif

Mémoire pour les consultations de la Communauté métropolitaine de transport sur le financement du transport collectif Mémoire pour les consultations de la Communauté métropolitaine de transport sur le financement du transport collectif Présenté à la Commission du transport de la CMM Mercredi 9 mai 2012 Soumis par: Charles

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

1. VÉRIFICATION DU QUORUM ET OUVERTURE DE LA SÉANCE (À 19 H 42)

1. VÉRIFICATION DU QUORUM ET OUVERTURE DE LA SÉANCE (À 19 H 42) COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil des commissaires de la Commission scolaire de Kamouraska Rivière-du-Loup tenue le 10 février 2015, à 19

Plus en détail

CONSEIL DES COMMISSAIRES

CONSEIL DES COMMISSAIRES Conseil des commissaires (séance régulière) Procès verbal du 26 septembre 2007 PROVINCE DE QUÉBEC COMMISSION SCOLAIRE de PORTNEUF CONSEIL DES COMMISSAIRES Procès-verbal de la séance régulière du conseil

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Programmation. Hiver-Printemps 2015. www.autismemonteregie.org

Programmation. Hiver-Printemps 2015. www.autismemonteregie.org Programmation Hiver-Printemps 2015 www.autismemonteregie.org Mission Autisme Montérégie est la seule association spécialisée en troubles du spectre de l autisme mandatée par l Agence de la santé et des

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs 27 millions de visiteurs, dont 7 millions d étrangers et 0 millions de Français 44 millions de visiteurs au total pour Paris et sa région Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre Principales nationalités

Plus en détail

Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec

Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec 2013 Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec Présenté à la Commission de l économie et du travail, de l Assemblée nationale du Québec Présenté le 17

Plus en détail

12 e Colloque des services des finances des universités québécoises QUE NOUS RÉSERVE L AVENIR?

12 e Colloque des services des finances des universités québécoises QUE NOUS RÉSERVE L AVENIR? PROGRAMME 12 e Colloque des services des finances des universités québécoises QUE NOUS RÉSERVE L AVENIR? Présenté par le Sous-comité des directeurs des finances de la CREPUQ MERCREDI 14 ET JEUDI 15 NOVEMBRE

Plus en détail

L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ

L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ La ville de L Assomption est plus dynamique et plus belle que jamais, reconnue ici et ailleurs pour sa qualité de vie et son environnement exceptionnel. Dans

Plus en détail

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Guide pour une demande de financement 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Table des matières 1. PRÉSENTATION... 3 1.1 Le Forum jeunesse de la région de

Plus en détail

15-23 ADOPTION DES PROCÈS-VERBAUX DES SÉANCES DU 12 ET 19 JANVIER 2015

15-23 ADOPTION DES PROCÈS-VERBAUX DES SÉANCES DU 12 ET 19 JANVIER 2015 PROCÈS-VERBAL de la session ordinaire du conseil municipal de la Municipalité de Saint-Flavien, tenue le lundi 9 février 2015 à 20h00, au lieu habituel des sessions dudit Conseil. PRÉSENTS : Madame Lucie

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

Des nouvelles de nos CEJFilles

Des nouvelles de nos CEJFilles Des nouvelles de nos CEJFilles P A G E 1 S E P T E M B R E 2 0 1 4 D A N S CE N U M É R O : La politique? Moi, je m implique! Journée de réflexion «Lac-àl épaule de CEJFI». À la découverte des nouveaux

Plus en détail

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC Faites partie de la plus grande campagne de sensibilisation du public aux bienfaits des sciences de la vie L innovation en santé : des

Plus en détail

Une alternative d investissement avec des gestionnaires en émergence d ici. Avril 2015

Une alternative d investissement avec des gestionnaires en émergence d ici. Avril 2015 Une alternative d investissement avec des gestionnaires en émergence d ici Avril 2015 RETRAITE PRODUITS DÉRIVÉS FINANCES ET TECHNOLOGIE ENTREPRENEURIAT (Vital Proulx) INFRASTRUCTURES RESSOURCES HUMAINES

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT 4 PRÉSENTATION DE LA MAISON DU DÉVELOPPEMENT DURABLE 5 VOLET CONSTRUCTION 8 VOLET COMMUNICATIONS ET RELATION PUBLIQUES 9

MOT DU PRÉSIDENT 4 PRÉSENTATION DE LA MAISON DU DÉVELOPPEMENT DURABLE 5 VOLET CONSTRUCTION 8 VOLET COMMUNICATIONS ET RELATION PUBLIQUES 9 SOMMAIRE MOT DU PRÉSIDENT 4 PRÉSENTATION DE LA MAISON DU DÉVELOPPEMENT DURABLE 5 VOLET CONSTRUCTION 8 VOLET COMMUNICATIONS ET RELATION PUBLIQUES 9 VOLET ÉDUCATION 11 VOLET RECHERCHE 12 CAMPAGNE DE FINANCEMENT

Plus en détail

IGF, résolument tourné vers l avenir

IGF, résolument tourné vers l avenir IGF, résolument tourné vers l avenir Au nom des membres du conseil d administration d IGF-Québec et en mon nom personnel, permettez-moi de vous présenter la nouvelle programmation 2015-2016. Cette année

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010-2011

RAPPORT ANNUEL 2010-2011 RAPPORT ANNUEL 2010-2011 8 juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Mission... 3 Rapport du président... 4 Conseil d'administration 2010-2011... 7 Rapport du trésorier... 8 Rapport de la vérificatrice... 9 Rapport

Plus en détail

PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES EXPLOITATION PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES -2015-2016 Adopté le 13 décembre 2013 Résolution 13-CA (AMT)-314 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION DE L AGENCE MÉTROPOLITAINE DE TRANSPORT...

Plus en détail