BILAN 2 E ÉDITION 5 NOVEMBRE 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BILAN 2 E ÉDITION 5 NOVEMBRE 2012"

Transcription

1 BILAN 2 E ÉDITION 5 NOVEMBRE 2012 DES STRATÉGIES DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET DES RÉSULTATS À ATTEINDRE POUR L AVENIR DU DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION

2 L INITIATIVE 182 personnes ont participé à l événement : 38 élus et représentants d élus 45 membres de la communauté d affaires 34 représentants d institutions et professionnels d organisations de développement 30 fonctionnaires municipaux et provinciaux 27 membres de l équipe d animation et d organisation 8 représentants des médias Parmi les 62 personnes ayant répondu au questionnaire d évaluation : 94 % considèrent que le Forum a permis d identifier des résultats à atteindre au cours des 3 à 5 prochaines années 82 % considèrent qu ils connaissent mieux les orientations stratégiques des organismes de soutien au développement économique 97 % se disent globalement satisfaits ou très satisfaits du Forum Les élus, des acteurs stratégiques En janvier 20011, la Table des maires de l agglomération décidait de lancer l initiative d un forum économique ayant pour but de mobiliser la communauté autour d une vision partagée, d une connaissance des enjeux du développement économique de l agglomération et d un consensus sur les priorités. Devant le succès de ce premier Forum et en réponse aux souhaits des participants, la Table a décidé de renouveler l initiative en Le 18 septembre 2012, Caroline St-Hilaire, mairesse et présidente de l agglomération de Longueuil conviait ainsi collègues et partenaires à cette nouvelle édition du Forum économique : «Il y a un an avait lieu le premier Forum économique de notre agglomération. Ce fut l occasion idéale de discuter ensemble des enjeux et des projets économiques qui nous concernent tous. Ce Forum nous a permis de nous forger une vision commune et d assurer ainsi la saine croissance de notre communauté. Une rencontre annuelle plus que bénéfique, elle est nécessaire [ ] Cette rencontre réunira de nouveau les élus et les gens d affaires de l agglomération. Elle nous permettra de nous mobiliser autour des stratégies de développement économique et des priorités d action pour l avenir de notre région». Les objectifs Plus précisément, cette deuxième édition du Forum avait pour objectifs de faciliter l appropriation et la validation des orientations et des stratégies développées par les organisations de développement économique de l agglomération et d identifier des résultats concrets à atteindre dans un horizon de trois à cinq ans. Les participants ont été invités à inscrire leurs propos en continuité de la vision adoptée lors du Forum 2011, soit celle d assurer un développement économique durable, un développement économique qui permet le plein épanouissement des citoyens, l essor des communautés ainsi que la croissance des entreprises. Les invités Tous les acteurs du développement économique les gens d affaires, les représentants d institution, les responsables d organisations de développement, les partenaires ainsi que les élus municipaux, provinciaux et fédéraux de l agglomération ont été invités à s y inscrire via le site Internet de la Chambre de commerce et d industrie de la Rive-Sud. L invitation a été relayée par les organisations de développement économique et a été publiée dans les médias locaux. 2 Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil

3 L ORGANISATION APERÇU DU BUDGET Contribution Développement économique Longueuil $ CRÉ de l agglomération de Longueuil $ CLD de l agglomération de Longueuil $ Participants (95 $, taxes incluses) $ Dépenses Coordination, animation et publications $ Logistique $ Un comité organisateur a été mandaté par les élus pour préparer le Forum. Il était composé de : Hélène Bergeron, directrice générale, Chambre de commerce et d industrie de la Rive-Sud (CCIRS); Michel Bienvenu, directeur général, Conférence régionale des élus (CRÉ) de l agglomération de Longueuil; Lyne Bouchard, vice-rectrice du Campus de Longueuil et vice-rectrice des technologies de l information, Université de Sherbrooke; Gilles Côté, président-directeur général, Développement économique Longueuil (DEL); Sonia Godbout, directrice générale, Centre local de développement (CLD) de l agglomération de Longueuil; Thérèse Sainte-Marie, chef de service du développement,. Outre leur présence au comité organisateur, le rôle dévolu aux partenaires était d alimenter le cahier du participant, de contribuer financièrement au Forum ou d accomplir certaines fonctions requises pour sa réalisation (budget et trésorerie, logistique, formation et gestion des animateurs, communications, graphisme et promotion). Le comité a démarré son travail en mars 2012 et s est appuyé sur les expertises des professionnels de leurs organisations pour la préparation et l animation du Forum. Le comité a également retenu les services d Anne-Marie Mottet comme coordonnatrice du Forum. Le comité tient à remercier tous les gens d affaires qui ont accepté de témoigner de leur expérience ainsi les membres du personnel de leurs organisations dont la contribution fut essentielle à la réussite du Forum. Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil 3

4 L ÉVÉNEMENT LES THÈMES DES ATELIERS Une structure économique diversifiée Consolider nos secteurs économiques structurants Soutenir l émergence de nouveaux secteurs économiques structurants Favoriser l essor de la consommation locale Des ressources adéquates Stimuler l entrepreneuriat S assurer d une main-d œuvre en adéquation avec les emplois disponibles aujourd hui et demain Améliorer le transport collectif pour une plus grande mobilité des personnes Se doter des réseaux de transport des marchandises performants Profiter stratégiquement de l infrastructure aéroportuaire Utiliser pleinement les ressources financières disponibles Une agglomération attrayante Affirmer l identité de l agglomération Valoriser les attraits de l agglomération par le développement de la culture et du tourisme Se doter d une vision d aménagement cohérente Animateur de la journée : Jean Lapierre, analyse politique Conférencière : Sophie Brochu, présidente et chef de la direction de Gaz Métro Le Forum économique s est tenu le 5 novembre 2012 à l Hôtel Mortagne de Boucherville. Préparation Un Cahier du participant a été expédié par messagerie électronique aux personnes inscrites. Une copie imprimée était disponible à l accueil. Un Cahier de l animateur a aussi été préparé pour répondre aux besoins des 18 animateurs de table, membres du personnel de la CCIRS, du CLD et de la CRÉ de l agglomération de Longueuil, de DEL et du Service du développement de la Ville de Longueuil. Des rencontres de préparation ont été tenues avec l animateur de la journée, les entrepreneurs témoins de leur expérience et membres du panel. Échanges Chacun des participants a été invité à participer à deux rondes d échanges en atelier. Les tables de 8 à 10 participants ont été composées afin d assurer une diversité de points de vue. Déroulement Allocution de madame Marie Malavoy, députée de Taillon, ministre de l Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Montérégie Présentation des principaux résultats du Forum 2011 et des actions menées depuis par messieurs Jean Lapierre, animateur du Forum et Martin Fortier, président de la Chambre de commerce et d industrie de la Rive-Sud Place aux entrepreneurs : témoignages de madame Renée-Claude Surprenant d(oci Importation) et de messieurs Pierre J. Beauchamp (Halo Art), Serge Brasset (Collège Édouard-Montpetit), Marc Boucher (Festival Classica), Marc Boucher (Bombardier Transport Canada), Juan-Carlos Quintana (Centre ACCESS, Commission scolaire Riverside) et contributions de Michel Bienvenu (CRÉ de l agglomération de Longueuil), Gilles Côté (Développement économique Longueuil), Sonia Godbout (CLD de l agglomération de Longueuil) Rondes d ateliers Présentation des résultats des débats par madame Lyne Bouchard (Campus Longueuil de l Université de Sherbrooke) et Marie-Josée Filteau (Certex) ainsi que messieurs Stéphane Élie (Symbiose Centre Contact Client) et Claude Robert (Groupe Robert inc.) Allocution de madame Caroline St-Hilaire, mairesse et présidente de l agglomération de Longueuil 4 Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil

5 LA SYNTHÈSE Les animateurs des ateliers ont invité les participants à formuler des consensus. C est à partir de ceux-ci que madame Lyne Bouchard a présenté la synthèse des résultats des ateliers. Il faut se doter d une vision commune, mais cette vision a une particularité : elle repose nécessairement sur l engagement de plusieurs parties. On ne peut pas seulement parler d agglomération, on ne peut pas non plus juste attendre un plan. Il faut la porter cette agglomération, la vivre, et, nécessairement, elle doit se vivre au niveau local. Il faut donc travailler non pas sur la fusion des différentes composantes de l agglomération, mais sur la complémentarité. Comme, par exemple : Le transport et le tourisme : le vélo et la marche avec les attraits touristiques et culturels, l accès au fleuve; Les institutions d enseignement et les centres de recherche en appui au développement de l entreprise; Le pouvoir d achat des villes au service des entreprises locales; Les PME qui se regroupent pour former des mutuelles de formation; L offre culturelle complémentaire (en qualité et quantité) à ce qui se fait ailleurs en culture ou dans d autres industries; Le tourisme industriel. Certaines infrastructures pourraient être déployées ou mieux utilisées en appui au développement, toujours pour favoriser la complémentarité. Comme, par exemple : Un palais de congrès; Les infrastructures de transport incluant une plateforme logistique en transport; Un complexe culturel moderne et dynamique; L aéroport, pour l agglomération, mais aussi comme infrastructure métropolitaine. Pour cela, il faut désamorcer la judiciarisation de la situation; Une voie ferrée, une gare intermodale prenant sa base à l aéroport. Certains leviers gouvernementaux peuvent aussi être mieux utilisés : La taxation : faire payer plus cher les parcomètres et l essence; Utiliser les REER pour supporter la création d une première entreprise; Mieux travailler les interventions du ministère des Transports du Québec (davantage d investissement dans les infrastructures); Déclarer «Longueuil» une région; Promulguer un étiquetage «Produit local». Les entrepreneurs ont la perception que les intervenants en développement sont morcelés. On ne veut pas d un guichet unique, mais certainement d un continuum intégré pour être reconnu comme la région où les entrepreneurs peuvent grandir. Pour y arriver, il faudra faire deux choses : Promouvoir, parler d une même voix, dire qui nous sommes Promouvoir nos entrepreneurs, nos attraits touristiques et culturels, nos créneaux d excellence, les emplois disponibles, nos qualités vertes. Le tout emballé dans une image de marque forte, une signature unique d agglomération. Il faudra utiliser les outils technologiques. Il faudra se donner les moyens nécessaires (ressources humaines et financières) pour se mettre en valeur. S apprivoiser, mieux se connaître et mieux connaître Les clients, les citoyens, les services, les entreprises, les immigrants. Il faut faire un inventaire de qui nous sommes. Il faut aussi connaître nos manques, comme les secteurs économiques importants à renforcer. Enfin, les propos des ateliers nous ramènent au contenu de la conférence de madame Sophie Brochu. Elle a avoué ne pas connaître, au départ, l industrie du camionnage. Elle a pris le temps d apprendre pour être en mesure de répondre à ses besoins. Elle a déclaré que la croissance de son organisation et de l usage du gaz naturel ne doit pas entraîner la disparition de l usage de l électricité. Au contraire, ces deux ressources doivent se déployer de façon complémentaire Et, en conséquence, pour répondre aux besoins et développer les organisations et les ressources, elle met en place les infrastructures nécessaires. Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil 5

6 LES CONTRIBUTIONS DES PARTICIPANTS Sont présentés dans les pages suivantes les consensus établis dans les ateliers ainsi que les propositions d actions énoncés par les participants, selon les notes qu ils ont remises aux animateurs des ateliers. THÈME A : Une structure économique diversifiée Consolider nos secteurs économiques structurants (4 groupes) Au-delà de chacun des secteurs structurants identifiés (aérospatiale, transport terrestre et logistique, agroalimentaire), les participants ont souligné l importance de travailler avec ce qui est déjà induit dans la région (où l on excelle) et de développer (au centre et autour) pour créer des maillons, de la synergie. Un maillage qui peut être établi entre créneaux comme avec les centres de recherches et l Université de Sherbrooke. Ils ont proposé de créer un document promotionnel, d y mettre en valeur les forces de l agglomération dont la présence des institutions d enseignement, le réseau routier, la proximité de Montréal ainsi que ses attraits aux plans résidentiel, commercial et culturel. Pour consolider l aérospatiale, il faut viser à garder notre place, à lever les embûches à son développement. Il est nécessaire de travailler en équipe pour promouvoir l agglomération, créer une «team Rive-sud» dont la stratégie est soutenue par les citoyens. Il faut être attirant, se distinguer davantage, promouvoir les attraits : l ENA, la qualité de vie, la proximité de Montréal, les projets de prolongation de métro, de train de banlieue, la flexibilité d horaire. Le développement de l aéroport est une priorité, en faire un branding, un ambassadeur pour l agglomération. Il faut identifier une vision commune et fédérer les organisations autour de cette vision dans un plan à court, moyen et long termes. L aéroport peut être l axe principal de notre «osmose intermodale». C est un équipement sous-utilisé. Il faut y créer une zone franche; adopter des mesures fiscales (crédits d impôt provinciaux et municipaux) pour y attirer des entreprises; mettre en place un centre d essai. La nécessité de régler les problèmes de congestion des axes routiers, d accentuer le transport sur rail et collectif (est/ouest et nord/sud) a fait consensus tout comme le positionnement avantageux de l agglomération. Un positionnement à renforcer en utilisant avantageusement les opportunités créées par l autoroute 30 et le projet de Contrecœur du Port de Montréal : redévelopper les espaces contigus à l autoroute 30 pour encourager l établissement d entreprises de distribution, prioriser l intermodal (aéroport, train, réseaux routiers), faire valoir la possibilité de transformer les marchandises qui transitent dans l agglomération (conditionnement). Ont également été mentionnés le besoin d un nouveau pont entre Boucherville/Contrecœur et la 40/640, l intérêt d une concertation Rive-Sud (de Sorel à Valleyfield/Hudson), de même que l établissement d une plateforme logistique métropolitaine. Le développement de l agroalimentaire est apparu prioritaire tout en tenant compte des défis que ce secteur rencontre : rareté de main-d œuvre, positionnement à définir en tenant compte de la proximité du marché américain, besoin d infrastructures permanentes pour les marchés locaux, le manque de connaissance de l importance du secteur dans l agglomération et sa promotion sans dupliquer la Route fleurs et saveurs mise sur pied par le CDBAL. Pour le développer, il faut tirer profit des terres agricoles disponibles, valoriser leur production dans une niche bio, faciliter l implantation d entreprises orientées vers le bioalimentaire (dézonage nécessaire pour combler le manque de terrains dans le «Triangle d or de Boucherville»), faire valoir qu on peut proposer une «assiette complète», s inscrire dans le branding de garde-manger du Québec mis de l avant pour la Montérégie. 6 Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil

7 Soutenir l émergence de nouveaux secteurs économiques structurants (6 groupes) Pour attirer de nouvelles entreprises, il faut agir ensemble, de façon concertée et complémentaire, en parlant d une même voix. Il faut identifier un organisme porteur pour l agglomération, un organisme qui exercera un leadership pour passer à l action rapidement, en incitant les entreprises à travailler ensemble et en faisant connaître l offre de l agglomération. Il faut se doter d un plan d affaires, d un plan de recrutement d entreprises; mettre en place des projets-pilotes; miser sur l essaimage; s installer dans des niches (devenir des spécialistes). Parmi les secteurs économiques, les participants ont ciblé les entreprises bioalimentaires (en complémentarité et en synergie avec celles existantes), les TIC et le multimédia (en raison de l offre de formation déjà présente dans l agglomération), la santé (pharmaceutique et biomédical comme vecteurs pour revitaliser le boulevard Taschereau), les entreprises vertes et écoresponsables (transformation de l aluminium, l énergie propre, le transport vert, l horticulture environnementale, les infrastructures et les toits verts) ainsi que des réseaux de sous-traitance (en amont et en aval) pour les créneaux d excellence reconnus dans l agglomération. Les besoins de soutien au développement de l économie sociale ont également été soulignés, entre autres ceux de recherche appliquée pour le développement de produits. La promotion de l agglomération auprès des entreprises potentielles passe par un positionnement stratégique clair basé sur la mise en valeur de nos forces et attraits : main-d œuvre qualifiée, taux de roulement bas, accessibilité et diversité des institutions d enseignement, qualité de vie; ainsi que la diffusion des outils développés par les organisations de développement économique. La promotion doit aussi inclure nommément les secteurs économiques ciblés pour répondre aux besoins de l agglomération. Cette promotion nécessite l adoption d une image de marque, d un branding pour la région. Elle doit se faire au moyen de démarchage proactif, par la présence dans des missions économiques pertinentes, par une plus grande médiatisation des «bons coups», le développement du tourisme industriel. Il faut faire de l agglomération une destination. De nombreuses conditions de succès ont été mentionnées. Il faut créer un centreville d agglomération attrayant pour les affaires (avec des sièges sociaux, du transport collectif, des CPE), créer une école de formation en agroalimentaire, créer un centre québécois d entrepreneuriat éco/vert, créer une grappe transport pour le développement de nouvelles technologies de transport collectif, créer un pôle agroalimentaire et un autre en santé. Il faut miser sur l innovation, la recherche, le développement technologique, favoriser le savoir; améliorer la concertation entre les acteurs du développement économique, les institutions d enseignement et les centres de recherche, les entreprises existantes et le municipal pour présenter une offre globale plus alléchante et assurer une meilleure compétitivité. Il faut également améliorer le transport des personnes et des marchandises, s assurer d avoir les infrastructures appropriées pour accueillir les secteurs ciblés et appliquer les principes du développement durable. Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil 7

8 Favoriser l essor de la consommation locale (4 groupes) Le consensus qui s est dégagé des discussions porte sur la nécessité de faire connaître les besoins ainsi que les produits et services pour stimuler la consommation locale. Si tous ne s entendent pas sur une définition de la consommation locale (est-ce que cela exclut les multinationales, la fabrication à l étranger? est-ce que cela réfère au lieu de production?), il est toutefois apparu que l offre locale est peu connue et que les commerces et entreprises de service de même que les associations de gens d affaires ont intérêt à se coordonner plutôt que de se concurrencer. Il a été proposé de créer un répertoire des produits et services qui sera disponible sur les sites Web des villes de l agglomération (avec mots-clés et support informatique); d organiser des «journées portes ouvertes» pour faire connaître les industries, les commerces de quartier ainsi que les producteurs agricoles; d encourager l étiquetage «produit local»; de dédier une ressource pour informer, encourager, promouvoir l achat local par des événements; et en faire connaître les retombées économiques, sociales et humaines. Il est également souhaité que les municipalités de l agglomération adoptent une politique d achat local. Pour présenter une offre de produits et services répondant aux besoins de la population, il faut aider les commerçants à identifier les besoins complémentaires (diversifier les produits) de leur clientèle actuelle, compiler des statistiques pour connaître la clientèle potentielle, identifier les fuites commerciales pour favoriser la prospection de commerces et de services répondant à la demande; plus spécifiquement connaître les besoins et les particularités des immigrants résidant sur le territoire. Les secteurs déjà identifiés sont la santé, le logement, le divertissement ainsi que les cuisines collectives, en intergénérationnel, et s adressant à une population vieillissante. En ce qui a trait aux commerces de proximité, plusieurs actions ont été proposées : créer une image commune pour les commerces de proximité, faire une promotion commune, créer des circuits, proposer des cartes de fidélisation, protéger et mettre en valeur les villages urbains, créer des événements et des mobilisations, utiliser les ressources technologiques (par exemple, la géolocalisation). La promotion des produits agricoles locaux a fait l objet de nombreuses suggestions dans le but de développer un sentiment d appartenance (qu est-ce que l agriculture peut faire pour l agglomération? Développer un Buy Longueuil Act) : personnifier les producteurs; encourager les restaurants à nommer la provenance des ingrédients sur leur menu; accroître l accessibilité (navettes gratuites pour se rendre aux marchés publics, achat en ligne, livraison à domicile); éduquer la population au bioalimentaire; soutenir l achat des terres agricoles par des gens d ici. 8 Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil

9 THÈME B : Des ressources adéquates Stimuler l entrepreneuriat (4 groupes) Un consensus a été établi sur un besoin commun de faciliter l accès aux ressources pour les entrepreneurs. «C est complexe pour quelqu un qui ne connaît pas le système». Il faut un magasin, un «entrepreneur shop», une même porte d entrée pour tous les services, aux horaires flexibles, sept jours par semaine, à l exemple d un kiosque touristique. Il faut donner une adresse à l entrepreneuriat : un bureau de développement économique, social et communautaire, un office de développement regroupant la CRÉ, le CLD, DEL, Investissement Québec, les ministères, les banques, etc. Un guichet unique. Une centralisation des ressources. Des ressources où les intervenants doivent croire à l entrepreneur plutôt qu au seul projet; lui simplifier son trajet. Plus spécifiquement, il a été mentionné le besoin de soutenir les commerces et services de proximité qui sont souvent détenus par des femmes, de soutenir particulièrement cette clientèle dont les entreprises sont plus à risque et qui n a pas de financement adapté. Pour créer une relève en entreprise existante, il faut développer une approche vers l acquéreur; mettre en place un CTE (centre de transfert d entreprise); créer des activités ludiques entre cédants et acquéreurs (plutôt que les traditionnels 5 à 7); financer les premières étapes de rachat (exemple : vérification diligente); faire l étalement du rachat de l entreprise; accorder des incitatifs financiers pour le rachat; favoriser le développement de l entrepreneur dans son milieu d emploi et le développement de projets d entreprise en milieu d emploi. Il faut aussi faire connaître les belles histoires de transfert et de relève. Globalement, il faut valoriser l entrepreneuriat. Le valoriser particulièrement dans les écoles par l adoption d une approche commune, un maillage entre toutes les écoles (du secondaire à l université) en diversifiant les moyens : conférences, capsules vidéo, kiosques, projets de simulation d entreprises, visites inspirantes d entrepreneurs. Miser aussi sur l entrepreneuriat des immigrants. Il faut également stimuler l idéation : encourager des modèles d affaires différents (coopérative, OBNL, entrepreneuriat collectif); créer un forum public/privé (des états généraux) pour réfléchir aux types de releveurs, aux secteurs prioritaires à développer dans la région; ouvrir de nouveaux secteurs d activité autres que le manufacturier, la transformation et l innovation technologique; cibler des secteurs d activité à fort potentiel de relève et de démarrage. Des outils spécifiques ont été souhaités : utiliser les REER pour une première entreprise; du capital de risque pour financer les balances de vente afin de faciliter la sortie du vendeur; incubateur d entreprise, virtuel ou physique pour accompagner les projets et réduire les coûts fixes; exemption d impôt pour les relèves familiales; créer un «œil du dragon» régional; offrir du financement en ligne (crowdfounding); et créer des fonds, comme les anges, des regroupements de partenaires pour attirer des capitaux par la promotion du potentiel dans les parcs industriels. Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil 9

10 S assurer d une main-d œuvre en adéquation avec les emplois disponibles aujourd hui et demain (2 groupes) Les entreprises ont besoin de s adapter à une nouvelle main-d œuvre. Il faut développer le volet gestion des ressources humaines en incitant, entre autres, les employeurs à s assurer de bien connaître les caractéristiques de leurs employés et faire en sorte que ceux-ci se sentent importants dans l entreprise. C est un moyen de maintenir en emploi les immigrants et les personnes éloignées du marché du travail. Les employeurs doivent être sensibilisés aux différents outils pour intégrer et retenir leurs employés issus de l immigration. La promotion des possibilités de reconnaissance des acquis en entreprise doit être accrue, tout comme celle des mutuelles de formation (pour les PME), un outil répondant à leurs besoins. Sur le plan de l offre de formation, le besoin d accroître la collaboration entre les établissements d enseignement et la nécessité de créer et d entretenir des passerelles entre eux ont fait consensus. Il faut varier les modèles de formation et d apprentissage dans les établissements afin d être plus près de la réalité des entreprises et du développement technologique (formation Web, démonstration par capsule vidéo, visite et stage en entreprise). De plus, les enseignants devraient être incités à faire un stage en entreprise afin de mieux préparer leurs étudiants. L offre de formation devrait être mieux diffusée. Sur le plan du soutien à l emploi, l idée de créer une porte d entrée unique, par secteur, par créneau, afin d assurer une meilleure adéquation avec les emplois disponibles a été avancée. Sans compter qu il faut valoriser la formation professionnelle et technique auprès des parents et des enseignants, en impliquant les entreprises et les décideurs du milieu scolaire. Améliorer le transport collectif pour une plus grande mobilité des personnes (2 groupes) Un consensus a été établi autour du constat suivant : des investissements financiers importants sont requis en transport en commun, car la Rive-Sud est un parent pauvre en la matière. Pour que ces investissements soient porteurs, il faut adopter un plan de transport structurant (intra et extra régional) propre à l agglomération tout en étant arrimé à celui de la Communauté métropolitaine de Montréal, prioriser en fonction des besoins de la population et favoriser la mixité des modes de transport. Les transporteurs doivent effectuer un virage client en s appuyant sur une meilleure connaissance des besoins de leur clientèle, dont la réduction du temps des parcours La nécessité de changer les comportements et les valeurs de la population pour l adoption du transport collectif et du transport actif a fait l objet d un second consensus. Pour ce faire, le moyen suivant a été mentionné : augmenter la part du financement du transport collectif par les automobilistes (parcomètre, taxe sur l essence). Se doter des réseaux de transport des marchandises performants (1 groupe) La nécessité d utiliser avec plus d efficience le réseau routier existant a fait l objet d un consensus. Le ministère des Transports du Québec a été invité à cibler et prioriser ses interventions sur le territoire en fonction des besoins réels, entre autres par un meilleur équilibre entre les investissements financiers destinés à la réfection et ceux pour le développement du réseau. De même, le besoin d une stratégie métropolitaine visant la continuité et l efficacité, dans une approche intégrée à l inverse de la situation actuelle du «chacun-pour-soi» a été mentionné. 10 Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil

11 Un appel à l imagination a été lancé pour les mesures de mitigation : se servir des accotements sur l autoroute pour rouler, situer les pôles de rabattement aux réseaux de transport collectif hors des limites de l agglomération afin de réduire la pression sur le réseau interne, décongestionner l accès au métro, agir sur les heures de déplacement vers Montréal, augmenter le travail à domicile et stimuler l emploi à l intérieur de l agglomération. Finalement, l augmentation des taxes sur l essence est un moyen retenu pour financer le réseau routier. Profiter stratégiquement de l infrastructure aéroportuaire (2 groupes) L aéroport de Saint-Hubert doit être reconnu comme un équipement métropolitain structurant et son développement passe par l adoption d une vision partagée, l élaboration d un plan d affaires et le règlement de la question de la gouvernance. Voilà le consensus établi par les participants qui ont également souligné la nécessité de profiter de la fenêtre d opportunité actuelle (situation des ponts et travaux à l échangeur Turcot). Ils souhaitent la municipalisation pour régler les problèmes de gouvernance et font appel à la concertation et au dialogue pour désamorcer la situation juridique et améliorer l adhésion des résidents. Le développement doit prendre en compte le respect de l environnement, des résidents et des utilisateurs. Les gens d affaires qui en tirent profit devraient participer aux risques financiers. Facteur de consolidation et d attraction de l aéronautique et source d emplois en recherche, l aéroport doit être vu comme étant plus que de simples pistes de décollage et d atterrissage. L aéroport, ce sont des avions pour faire du transport industriel, commercial et de passagers. Pour que la zone aéroportuaire soit utilisée plus stratégiquement, il faudrait, par exemple, construire une aérogare, créer un centre d excellence en aménagement aérospatial, accueillir des lignes aéronautiques régulières (transport de passagers et de marchandises). Utiliser pleinement les ressources financières disponibles (2 groupes) Les participants ont fait consensus autour d une approche visant à prendre en compte les besoins des entrepreneurs en matière de financement : faire preuve de souplesse, simplifier et alléger les processus, accompagnement linguistique pour les entrepreneurs immigrants, partir de la réalité des entrepreneurs (partir du bas vers le haut) pour créer des programmes de financement et créer des programmes de financement pour les entreprises de service. Des programmes de financement incluant une meilleure promotion et une plus grande accessibilité sont souhaités : site Internet unique, guichet unique, regroupement des acteurs du développement économique dans un même lieu (incluant la BDC, Investissement Québec), création d un pôle économique comme porte d entrée unique; mieux outiller les banques et les caisses pour qu elles puissent informer leurs clients. L éventualité d un incubateur d entreprises au campus Longueuil de l Université de Sherbrooke a également été mentionnée. Un consensus a aussi été établi autour de la nécessaire de faire reconnaître l agglomération pour obtenir un partage équitable des leviers financiers. Bilan - deuxième édition - 5 novembre 2012 Forum sur le développement économique de l agglomération de Longueuil 11

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation

Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation Association des cadres scolaires du Québec Le 7 février 2008 Caroline Dion, responsable FPT MELS et Hélène Fortin,

Plus en détail

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes ATELIER : Motiver et engager les jeunes dans leur parcours Présenté par : Éric Darveau, Directeur général

Plus en détail

Documents de travail 1/5

Documents de travail 1/5 Documents de travail 1/5 La prospection des investissements directs étrangers (IDE) Préambule Les organismes de prospection d investissement étranger définissent différemment l investissement direct étranger

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Enjeu 1 Transport des personnes et des marchandises

Enjeu 1 Transport des personnes et des marchandises Enjeu 1 Transport des personnes et des marchandises 1.1) Offre de transport collectif et actif 1.1.1) Amélioration de l offre de transport collectif et actif 1.1.1.1) Faire les représentations nécessaires

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012.

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. * Du CLD de L Érable Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. 2 *Pour le CLD de L Érable, le développement économique et social passe par la réalisation concrète de projets menés par

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes.

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes. Présent dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis 1998, le Centre local de développement s est impliqué fortement dans son milieu pour combler les besoins collectifs. De par ses actions structurantes, le CLDVG

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

Plan de transport 2008

Plan de transport 2008 Plan de transport 2008 Montréal Une démarche de planification stratégique de transport durable Claude Carette et Gilles Lalonde - Ville de Montréal Préparé par : Service des infrastructures, transport

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Sommaire des recommandations... 2 INTRODUCTION... 3

Sommaire des recommandations... 2 INTRODUCTION... 3 La Banque de développement économique du Québec un outil de planification économique et de soutien aux entrepreneurs de la Communauté métropolitaine de Montréal Mémoire présenté dans le cadre des consultations

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la communauté métropolitaine de Montréal Adopté par le conseil

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Alliance de l industrie touristique du Québec

Alliance de l industrie touristique du Québec Alliance de l industrie touristique du Québec Un marketing agile et coordonné, des ressources financières regroupées Une industrie rassemblée, concertée et représentée Assises du Tourisme 2015 Le projet

Plus en détail

La diversification économique, une affaire de partenariat

La diversification économique, une affaire de partenariat La diversification économique, une affaire de partenariat CONCERTATION AUTOUR DE L AGENCE DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES HAUTES-LAURENTIDES Membres du conseil d administration : - Luc Rajotte, Caisse

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

inventaire des mesures existantes définition de la famille

inventaire des mesures existantes définition de la famille 2 POLITIQUE FAMILIALE 3 4 5 6 7 8 8 9 mot du maire mot de la conseillère déléguée à la famille introduction inventaire des mesures existantes portraits de famille mission générale de la politique générale

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb

Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb IDENTIFICATION DE L ÉQUIPE PLAN DE POSITIONNEMENT D AFFAIRES Équipe 6 : Sahbi Boukhit, Lisa Gravel, Audrey Lacroix, Nathalie Martinez, Julie Paquette, Justine Schoeb DESCRIPTION DU PROJET Programme AMBASSADEURS

Plus en détail

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Version Finale 4 juin 2012 1 MISE EN CONTEXTE ALLIANCES Le Plan d action gouvernemental pour la solidarité et l inclusion sociale 2010-2015

Plus en détail

PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT. de l engagement bénévole. en loisir et en sport

PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT. de l engagement bénévole. en loisir et en sport PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT de l engagement bénévole en loisir et en sport Plan de présentation 1. La description du programme o Les acteurs et partenaires ciblés et les objectifs o La logistique

Plus en détail

Plan d action d Équiterre 2015

Plan d action d Équiterre 2015 Plan d action d Équiterre 2015 (présenté au Conseil d administration le 25 novembre 2014) (adopté le 15 janvier 2015) Version du 25 novembre 2014 LA MISSION L énoncé de mission d une organisation définit

Plus en détail

Monsieur ou Madame la présidente, Monsieur le ministre, Mesdames et messieurs les députés,

Monsieur ou Madame la présidente, Monsieur le ministre, Mesdames et messieurs les députés, MÉMOIRE présenté à la Commission des finances publiques dans le cadre de l étude du projet de loi no 123 Loi sur la fusion de la Société générale de financement du Québec et d Investissement Québec préparé

Plus en détail

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1 CONTEXTE L Union des Tunisiens de Québec (UTQ), et en présence du Consul de la Tunisie à Montréal, a organisé le 18 février 2012 le premier forum sur les préoccupations de la communauté tunisienne de la

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2014

PLAN D ACTION 2013-2014 Le cadre d intervention de la SADC Côte-Nord 1 2 Les grands axes du cadre d intervention 1 Les services de soutien aux Les enjeux des collectivités La planification stratégique régionale 3 4 Diagnostic

Plus en détail

Accéder à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs

Accéder à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs Accéder à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs Un programme à la mesure de votre succès! Présenté par : Partenaires majeurs : Partenaire Argent : Partenaire Bronze : Représentant

Plus en détail

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Février 2015 AluQuébec : vision, mission et objectifs Mission Favoriser la synergie et l arrimage entre

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

La réalisation de ce scénario de revitalisation a été rendu possible grâce à :

La réalisation de ce scénario de revitalisation a été rendu possible grâce à : La réalisation de ce scénario de revitalisation a été rendu possible grâce à : Comité de travail Céline Parr, présidente, Nicolet Denis Jutras, conseiller municipal, Ville de Nicolet Ginette Germain, agente

Plus en détail

Plan d action et d intervention 2011-2013 à l égard des. personnes handicapées

Plan d action et d intervention 2011-2013 à l égard des. personnes handicapées Plan d action et d intervention 2011-2013 à l égard des personnes handicapées Table des matières Remerciements......................................... 3 Mot du maire...........................................

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2015-2018. Version finale

PLAN STRATÉGIQUE 2015-2018. Version finale Version finale 6. PISTES D ACON À METTRE EN ŒUVRE POUR CHAQUE ORIENTAON STRATÉGIQUE (SUITE) PLAN D ACON TRIENNAL L ébauche de plan d action présentée aux pages suivantes expose, pour chacune des priorités

Plus en détail

Plan d action pour la diversification économique

Plan d action pour la diversification économique Plan d action pour la diversification économique Asbestos 2012 Fière de son passé minier, la d Asbestos met tout en place pour favoriser l essor économique sur son territoire. Misant sur une diversification

Plus en détail

ÉCHANGE D EXPERTISE DES AGENTS DE SENSIBILISATION À L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE

ÉCHANGE D EXPERTISE DES AGENTS DE SENSIBILISATION À L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE ÉCHANGE D EXPERTISE DES AGENTS DE SENSIBILISATION À L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE RÉSUMÉ DES PRINCIPAUX ÉLÉMENTS DISCUTÉS COLLOQUE IDEO-ASEJ 2014 Thème #1 : Relations avec le milieu scolaire Trucs et astuces

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Blain,Joyal,Charbonneau S.E.N.C.R.L. c o m p t a b l e s a g r é é s. Le sens du partenariat

Blain,Joyal,Charbonneau S.E.N.C.R.L. c o m p t a b l e s a g r é é s. Le sens du partenariat Blain,Joyal,Charbonneau S.E.N.C.R.L. c o m p t a b l e s a g r é é s Le sens du partenariat Notre mission En plus d aider nos clients à prendre des décisions, nous les guidons dans leurs projets et démarches

Plus en détail

Le développement durable à Rivière-du-Loup Par MM. Michel Morin et Éric Côté. Colloque RQVVS Rivière-du-Loup, le 17 septembre 2010

Le développement durable à Rivière-du-Loup Par MM. Michel Morin et Éric Côté. Colloque RQVVS Rivière-du-Loup, le 17 septembre 2010 Le développement durable à Rivière-du-Loup Par MM. Michel Morin et Éric Côté Colloque RQVVS Rivière-du-Loup, le 17 septembre 2010 Trois questions de base Qu est-ce qu une municipalité? Une entreprise ou

Plus en détail

Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec

Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec Recherche et rédaction : Monica Jekovska, agente de recherche au CRDS 22 e Colloque du RQVVS,

Plus en détail

CAHIER DU PARTICIPANT

CAHIER DU PARTICIPANT CAHIER DU PARTICIPANT Coordination des travaux : Pascale Daigle, Chaire de Tourisme de l UQAM Conception,recherche, rédaction : Pascale Daigle et Brigitte Maheu, Chaire de Tourisme de l UQAM Collaboration

Plus en détail

Ensemble vers de saines habitudes de vie!

Ensemble vers de saines habitudes de vie! Ensemble vers de saines habitudes de vie! Du plan d action gouvernemental «Investir«pour l avenir» et du Fonds pour la promotion des saines habitudes de vie aux balises de déploiement du soutien de Québec

Plus en détail

Plan de fidélisation des familles 2014-2017. Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel

Plan de fidélisation des familles 2014-2017. Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel Plan de fidélisation des familles 2014-2017 Soutenir les familles tout au long de leur parcours résidentiel Montréalaises, Montréalais, Notre ville est riche de près de 300 000 familles sur son territoire,

Plus en détail

à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs

à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs Accéder à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs Une présentation de : En collaboration avec : Accéder à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs Le Réseau R des

Plus en détail

SITES & GRANDS EVENEMENTS

SITES & GRANDS EVENEMENTS SITES & GRANDS EVENEMENTS MOTEURS DU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES, DES TERRITOIRES ET DE LA SOCIETE... pour un développement structurel du territoire, au service de la stratégie des décideurs politiques

Plus en détail

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC Faites partie de la plus grande campagne de sensibilisation du public aux bienfaits des sciences de la vie L innovation en santé : des

Plus en détail

FORUM 1 DES PARTENAIRES DU PLAN DE DÉVELOPPEMENT DE MONTRÉAL

FORUM 1 DES PARTENAIRES DU PLAN DE DÉVELOPPEMENT DE MONTRÉAL DEMAIN MONTRÉAL FORUM 1 DES PARTENAIRES DU PLAN DE DÉVELOPPEMENT DE MONTRÉAL Synthèse des échanges du Forum du 14 juin 2012 RAPPORT PRÉPARÉ PAR L INSTITUT DU NOUVEAU MONDE POUR LE BUREAU DU PLAN DE LA

Plus en détail

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable Atelier : Les employeurs et la diversité ethnoculturelle 11 ième Conférence Internationale Métropolis 4 octobre 2006 Lisbonne, Portugal

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont Formations Automne 2014 / Hiver 2015 Explorer la pérennité pour des changements durables MONTRÉAL QUAND : 15 et 16 octobre 2014 (Durée de 2 jours) ANIMATION : Marie-Denise Prud Homme et François Gaudreault,

Plus en détail

2014-2015. Programme régional de formation

2014-2015. Programme régional de formation 2014-2015 Programme régional de formation L E C A D R E, U N G E S T I O N N A I R E D E P E R S O N N E S D A N S U N C O N T E X T E D E R É S E A U X D E S E R V I C E S À L A P O P U L A T I O N À

Plus en détail

PROJET D ACCUEIL CULTUREL ÉTUDIANTS INTERNATIONAUX

PROJET D ACCUEIL CULTUREL ÉTUDIANTS INTERNATIONAUX PROJET D ACCUEIL CULTUREL ÉTUDIANTS INTERNATIONAUX INTRODUCTION MISE EN CONTEXTE La Vitrine culturelle de Montréal poursuit l objectif de mettre sur pied un projet d accueil culturel pour les étudiants

Plus en détail

PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de

PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de développement de l industrie touristique, Tourisme Québec,

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

Plan d action. pour les aînés 2013-2015

Plan d action. pour les aînés 2013-2015 Plan d action pour les aînés 2013-2015 Une occasion pour toutes les générations 2 PLAN D ACTION POUR LES AÎNÉS 2013-2015 L objectif du projet Municipalité amie des aînés est de faire de nos villes des

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

PLAN DE PARTENARIAT Plan de partenariat 2015

PLAN DE PARTENARIAT Plan de partenariat 2015 PLAN DE PARTENARIAT Plan de partenariat 2015 Plan de partenariat G U I D E D E V I S I B I L I T É 2 0 1 5 PRÉSENTATION DU CONSEIL ÉCONOMIQUE DE BEAUCE (CEB) La mission du Conseil économique de Beauce

Plus en détail

2011-09-03 Mario Brodeur, architecte

2011-09-03 Mario Brodeur, architecte Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique de la commission de l aménagement de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) portant sur le projet de Plan métropolitain d aménagement

Plus en détail

Municipalité de Saint-Anicet. Plan d orientation stratégique et sa mise en œuvre années 2015-2018

Municipalité de Saint-Anicet. Plan d orientation stratégique et sa mise en œuvre années 2015-2018 Municipalité de Saint-Anicet Plan d orientation stratégique et sa mise en œuvre années 2015-2018 Les priorités Agir avec dynamisme dans la gestion des affaires de la Municipalité et obtenir des services

Plus en détail

Alain Dépatie Normand Héroux Jacques Séminaro. Formant quorum sous la présidence de madame Lucie Désilets. Mesdames Francine Chabot, Nicole Leblanc

Alain Dépatie Normand Héroux Jacques Séminaro. Formant quorum sous la présidence de madame Lucie Désilets. Mesdames Francine Chabot, Nicole Leblanc 1 Procès-verbal de la séance ordinaire du Comité exécutif de la Commission scolaire Marie-Victorin, tenue le 22 juin 2004 à 21 h, à la salle Flore laurentienne située au siège social de la Commission scolaire

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Fonds dédié aux projets citoyens initiés et portés par des jeunes de 12 à 17 ans dans la région de la Capitale-Nationale Parrainage d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Une initiative de

Plus en détail

En cours ou en continu PLAN D ACTION VOLET SOCIOCOMMUNAUTAIRE

En cours ou en continu PLAN D ACTION VOLET SOCIOCOMMUNAUTAIRE Réalisé En cours ou en continu À faire PLAN D ACTION VOLET SOCIOCOMMUNAUTAIRE Étudier la possibilité de réaménager ou de déménager les bureaux municipaux Offrir des services municipaux de qualité Mettre

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS EN MATIÈRE D ORGANISATION DE DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE POUR LA MRC D ABITIBI 21 SEPTEMBRE 2015

SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS EN MATIÈRE D ORGANISATION DE DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE POUR LA MRC D ABITIBI 21 SEPTEMBRE 2015 SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS EN MATIÈRE D ORGANISATION DE DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE POUR LA MRC D ABITIBI 21 SEPTEMBRE 2015 ACRONYMES ADL : Agent de développement local (à l emploi des municipalités)

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Un partenariat et un nouveau site Web pour recruter des élèves

COMMUNIQUÉ. Un partenariat et un nouveau site Web pour recruter des élèves COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate L industrie aérospatiale invite les jeunes et les adultes à miser sur leur avenir. Inscrivez vous dès maintenant à une formation spécialisée en aéronautique! Montréal,

Plus en détail

d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes :

d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes : Axes et priorités Les quatre enjeux deviennent les axes de développement à la base du plan d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes : Axe 1 - Agir

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Bilan synthèse 4 e édition de la

Bilan synthèse 4 e édition de la Bilan synthèse 4 e édition de la 1 er au 7 avril 2006 Présenté par L institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Mai 2006 Rapport synthèse Semaine québécoise des adultes en formation Édition

Plus en détail

Table des matières. 5.1.1 Mobilisation des gestionnaires...3 5.1.2 Sensibilisation des pairs...3 5.1.3 L information...4

Table des matières. 5.1.1 Mobilisation des gestionnaires...3 5.1.2 Sensibilisation des pairs...3 5.1.3 L information...4 Politique institutionnelle Conciliation emploi-famille Adoptée par le Conseil d administration le 25 juin 2008 Table des matières Origine de la politique...1 1. Finalités...1 2. Objectifs de la présente

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec L événement Deux jours pour le leadership jeunesse offre à quelque 200 jeunes leaders des écoles secondaires EVB-CSQ

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif L école éloignée en réseau Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement Au plan administratif La gestion et l organisation d un projet ÉÉR dans une commission

Plus en détail

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Au Forum provincial des réseaux de soutien à l immigration francophone

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

Regional economic development. Développement économique régional

Regional economic development. Développement économique régional Regional economic development REDER Développement économique régional La vision du DER est de contribuer au développement socio économique des communautés qui nous accueillent, afin de soutenir leur croissance

Plus en détail

PLAN D'ACTION NOUS JOINDRE SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT DU TÉMISCAMINGUE

PLAN D'ACTION NOUS JOINDRE SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT DU TÉMISCAMINGUE SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT DU TÉMISCAMINGUE PLAN 2015 D'ACTION Le présent document propose des priorités d aux membres du conseil d administration de la SDT (SADCT CLDT) pour 2015 uniquement. Ces s ont été

Plus en détail

PROPOSITION DE PARTENARIAT

PROPOSITION DE PARTENARIAT PROPOSITION DE PARTENARIAT Événement organisé en collaboration avec la MRC Memphrémagog et Tourisme Memphrémagog À PROPOS L ASSOCIATION DES PROFESSIONNELS EN DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC L Association

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Plan d action de développement durable 2009-2013 MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Il me fait plaisir de présenter le plan d action de développement durable du Centre de la francophonie des Amériques

Plus en détail

Collaboration ouverte

Collaboration ouverte Collaboration ouverte www.jouezlejeu.ca le 24 septembre 2015 Multiplier les opportunités, préciser vos stratégies, optimiser votre savoir. Présentateur officiel Hôtel Rive Gauche, Beloeil Jouez le jeu!

Plus en détail

5/5/5. orientations stratégiques 2014-2018. Un plan qui positionne le tourisme comme vecteur économique clé pour la relance de Montréal

5/5/5. orientations stratégiques 2014-2018. Un plan qui positionne le tourisme comme vecteur économique clé pour la relance de Montréal Le plan 5/5/5 orientations stratégiques 2014-2018 Un plan qui positionne le tourisme comme vecteur économique clé pour la relance de Montréal 5 ans 5 millions de nuitées 5 % d augmentation des dépenses

Plus en détail

LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges)

LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges) LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges) Il détient une maîtrise en géographie (camionnage) de l Université Laval et obtient la

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail