Le magazine des Entreprises Adaptées. Trimestriel Avril 2010 n 14. Vie des régions : Marlène Peyrutie. Formation : Certificat de Qualification

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le magazine des Entreprises Adaptées. Trimestriel Avril 2010 n 14. Vie des régions : Marlène Peyrutie. Formation : Certificat de Qualification"

Transcription

1 Le magazine des Entreprises Adaptées Présentation Dossier spécial détachable page I Filières Métiers UNEA Politique : L UNEA cible les PME PAGE 06 Entretien avec Jean-Marc Borello, président du Mouvement des Entrepreneurs Sociaux PAGE 08 Vie des régions : Marlène Peyrutie de Pôle emploi Aquitaine PAGE 12 Vie des régions page 10 Formation : Certificat de Qualification Professionnelle pour les travailleurs handicapés PAGE 18 Partenaires et Réseaux Professionnels : Entretien Rémy With, premier vice-président du Conseil Général du Haut-Rhin PAGE 26 Trimestriel Avril 2010 n 14

2 Editorial Économie sociale, Économie solidaire. La crise économique qui frappe le monde entier depuis 2 ans remet en selle de manière salutaire cette orientation de l économie au détriment du tout libéralisme qui ne proposait pour l entreprise que courbe de productivité et bénéfices exponentiels. L Humain, et par conséquent le social, s en trouvait plus ou moins exclu. Sébastien Citerne, Nos entreprises adaptées et notre système d économie sociale et solidaire Président de l UNEA s en trouvent ainsi renforcées. C est pourquoi l UNEA, premier réseau représentant du secteur adapté, continuera à promouvoir cette année le concept de l entreprise adaptée. Tout d abord, il faut souligner l aboutissement d une revendication que l UNEA porte depuis plus de deux ans, qui doit permettre, en régime de croisière, de faire croitre le secteur adapté en développement et création, et donc de renforcer l économie solidaire. En effet, en ce début d année, la création du fonds de souplesse pour la gestion et l attribution des aides au poste doit permettre le développement et la création d E.A., tout en atténuant considérablement l effet pervers du contingentement qui va à l encontre de tout développement du secteur adapté. Dans un deuxième temps, le congrès de l UNEA des 16 et 17 juin prochains à Le secteur adapté et nos entreprises sont bien un exemple vivant de l économie sociale et solidaire. COMPIEGNE aura pour thème l utilité économique et sociale des E.A. Ainsi tous les dirigeants d EA réfléchiront à ces deux thèmes majeurs qui englobent tout à la fois l aspect économique (retour sur investissement, développement commercial, ) et social (emploi pérenne, intégration sociale et accès à la pleine citoyenneté des travailleurs handicapés). Cela devrait déboucher sur la mise en place de la Valeur Ajoutée Sociale du secteur adapté. Ce présent numéro de notre magazine est un peu le reflet de toutes ces préoccupations qui animent notre Union. L entreprise adaptée réunit en effet en son sein des contraires (économique et humain) qui constituent notre quotidien de dirigeants d entreprise. Mais cette dualité fonctionne et permet à tous nos salariés handicapés de se sentir citoyens à part entière. Cela nous est bien présenté par le Président du tout jeune Mouvement des Entrepreneurs Sociaux. Des témoignages de dirigeants mais aussi de salariés handicapés dans toutes nos régions confirment aussi ce bel édifice d économie sociale et solidaire que constitue l entreprise adaptée où l être humain est en permanence au centre. Le secteur adapté et nos entreprises sont bien un exemple vivant de l économie sociale et solidaire. Je vous souhaite une très bonne lecture et vous donne rendez-vous avec le prochain numéro qui donnera les conclusions du Congrès sur la Valeur Ajoutée Économique et Sociale du secteur adapté. 3

3

4 Sommaire N 14 - AVRIL 2010 Politique 09 Editorial Politique L UNEA cible les PME page 06 Faire de l entreprise sociale le modèle de demain page 07 Rencontre avec Jean-Marc Borello page 08 Vous avez dit DIRECCTE? page 09 Vie des régions AIA se bat contre la crise page 10 Pôle emploi Aquitaine et les entreprises Adaptées page 12 Trophées Crisalides 2010 page 13 Dossier spécial Filières Métiers UNEA page I Formation L autodiagnostic vu par ses utilisateurs page 15 Un cursus pragmatique pour mieux travailler avec les EA page 17 Passer le même diplôme que tout le monde page 18 Le magazine des Entreprises Adaptées 16, rue Martel Paris Tél. : Fax : Directeur de la publication : Sébastien Citerne Rédacteur en chef : Richard Pernod Création, réalisation et régie publicitaire : SODIRP Impression : La Chrysalide - Marseille Entreprise Adaptée Les Bambous Liste des annonceurs : Banque Populaire - Schneider - Ocirp - Arsep Eksistence Conseil - Société Générale - Développement-Création France Active partenaire de votre développement page 20 Une franchise responsable page 21 Deafi, une opportunité d intégration pour les salariés sourds ou malentendants page 22 Partenaires et Réseaux Professionnels SNCF, concilier esprit solidaire et efficacité économique page 24 Rémy With, Premier vice-président du Conseil Général du Haut-Rhin page 26 5 AVRIL 2010 N 14

5 Politique L UNEA cible les PME Devant les difficultés rencontrées par les entreprises pour respecter l obligation d emploi de personnes handicapées qui leur incombe, l Union Nationale des Entreprises Adaptées (UNEA) a mis en place un outil pour faciliter le recours aux Entreprises Adaptées. Cet outil permet à ces entreprises de proposer directement aux Entreprises Adaptées des marchés ou des offres de sous-traitance, et ainsi, pour celles qui ont plus de 20 salariés, de remplir leur obligation d emploi de manière indirecte (jusqu à 50% de l obligation totale) Cet outil internet, appelé Place de Marché(PdM), permet de publier sur le site des demandes de prestations ou de sous-traitance qui sont envoyées sous forme d aux Entreprises Adaptées. Celles-ci se positionnent en ligne et font parvenir des offres de prix aux demandeurs. Ce dispositif peut, de surcroit, aider les entreprises à taux 0 (de 20 à 49 salariés) à s exonérer totalement de la surtaxe de «1500 fois le SMIC», si elles réalisent, avant le 1 er juillet 2010, une action positive en faveur de l emploi des personnes handicapées. 6

6 Faire de l'entreprise sociale le modèle de demain Fondé en février dernier, le Mouvement des entrepreneurs sociaux ambitionne de fédérer les acteurs du secteur. Son objectif : opérer un véritable changement d'échelle. sociale fonctionne, et ils veulent le prouver. Lancé le 2 février, le Mouvement des entrepreneurs L'économie sociaux (Mouves) compte pour l'instant une centaine d'adhérents. Son objectif est d'atteindre les mille fin Parmi ses membres, des «entrepreneurs» : le gérant d'ethiquable, Rémi Roux, ou encore le président du réseau Cocagne, Jean- Guy Henckel, et des «partenaires», comme Thierry Sibieude, responsable de la Chaire entreprenariat social à l'essec et Philippe Frémeaux, le directeur du magazine Alternatives économiques. Le groupement s'est donné comme président l'atypique Jean-Marc Borello, ex-gérant de boites de nuit et délégué général du groupe SOS, une structure qui développe des actions dans tous les champs de la solidarité (handicap, toxicomanie, exclusion...), tout en employant 3000 salariés et en étant rentable. L'objectif du mouvement : structurer un secteur «en plein développement mais trop morcelé» pour porter une voix nouvelle au plus haut niveau. Tout part en effet d'un constat paradoxal : la demande n'a jamais été aussi forte - selon un sondage Ifop de 2009, un Français sur deux souhaite une transformation profonde du système économique. Mais l'offre, réelle l'économie sociale représente plus de entreprises et 2 millions de salariés dans l'hexagone peine à passer à l'échelle supérieure. Les obstacles sont structurels Fonds propres des entreprises insuffisants, débouchés commerciaux à élargir... mais d'abord psychologiques dans un secteur ou la culture de la preuve et du résultat sont peu implantés. «Nous voulons lever les barrières à l'essor en créant un environnement favorable, en termes d'accompagnement, de formation, de financement, de marchés», précise Hugues Sibille, président de l'avise et vice-président du Mouvement. Et pour faire bouger les réglementations, il faut convaincre les décideurs que l'innovation sociale est aussi utile et mérite autant d'investissement que l'innovation technologique. On sait par exemple qu'un euro dépensé dans une structure d'insertion par l'activité économique rapporte en retour deux «Nous voulons lever les barrières à l essor en créant un environnement favorable, en termes d accompagnement, de formation, de financement, de marchés. ou trois euros à l 'Etat, à travers des impôts supplémentaires et des économies sur les dépenses sociales. Le mouvement travaille également à l'élaboration d'un label «entreprise sociale», fondé sur un ensemble de pratiques et veut encourager les jeunes diplômés à s'engager dans cette voie, via des formations spécifiques, comme l'ecole de l'entrepreneuriat d'économie sociale en Languedoc-Roussillon, ou les chaires de l'essec ou de l'esc d'angers. «Nous voulons agir pour que l'entrepreneuriat social devienne un choix possible et attractif pour tout entrepreneur, pas seulement la vocation exclusive d'une minorité engagée et militante», affirme Barbara Blin-Barrois, co-fondatrice de la SCIC Ôkhra et trésorière du mouvement. Organisés en groupe de travail, les membres du mouvement s'emploient déjà à formaliser des propositions concrètes en vue du premier congrès, prévu le 1er juillet prochain à l'usine, à Saint-Denis (93). Et ce n'est qu'un début, à en croire Bill Drayton, le fondateur d'ashoka international : «Les entrepreneurs sociaux ne se contentent pas de donner un poisson ou d'enseigner à pêcher. Ils ne se reposeront pas avant d'avoir révolutionné l'industrie de la pêche.» Rémi Roux, gérant d Ethiquable Jean-Guy Henckel, président du réseau Cocagne Thierry Sibieude, responsable de la Chaire entreprenariat social à l Essec Philippe Frémeaux, directeur du magazine Alternatives économiques» Quelques membres du Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves) 7 AVRIL 2010 N 14

7 Politique Rencontre avec... Jean-Marc Borello Pourquoi créer maintenant un mouvement visant à fédérer les acteurs de l'économie sociale? L'économie sociale et solidaire représente 10% des emplois en France. Pourtant, ses acteurs ont été inaudibles lors du débat sur l'économie de marché qui a suivi la crise financière. Cela a mis en évidence le déficit de lien entre les différentes structures. Le paysage est en train de changer : le monde associatif se concentre, les coopératives s'internationalisent. Cela pose des questions d'identité très concrètes. Toutes les structures, dans leur variété, pourront-elles se reconnaître dans un faisceau de critères? L'entreprise sociale ne doit plus se définir par un statut, mais par des pratiques. Il ne s'agit pas d'exclure mais au contraire de nous ouvrir. La poursuite d'une finalité sociale, sociétale ou environnementale, l'association à la gestion des différentes parties prenantes (salariés, bénéficiaires, etc.), l'encadrement de l'échelle des salaires, le réinvestissement des excédents, sont des caractéristiques que nous partageons. Le vrai danger serait que d'autres décident d'un label sans nous! Nous devons nous approprier ce que nous avons inventé et faire connaître notre modèle d'une économie alternative: viable mais n'ayant pas pour objectif la maximisation des profits. Comment le Mouves s'inscrit-il dans les structures existantes? L'existant est très utile : nous avons besoin de fédérations «L économie sociale a les moyens de rivaliser avec le secteur privé. locales et sectorielles. Mais le secteur est trop morcelé. Aujourd'hui, personne, parmi le grand public, ne sait ce qu'est l'économie sociale. L'économie sociale a-t-elle les moyens de rivaliser avec le secteur privé? Oui, à condition de développer une gestion efficace. Les Anglo-saxons l'ont d'ailleurs bien compris. Le Royaume-Uni, le pays le plus libéral d'europe, a un secteur associatif très développé. Certains secteurs, comme la santé ou l'éducation, ont par nature une rentabilité limitée. A qualité de gestion égale, nous sommes forcément plus avantageux que le privé lucratif. Et il n'y a pas de raison que nous soyons moins bien gérés... De plus en plus de jeunes diplômés s'intéressent à notre secteur. A SOS, cela fait quinze ans que nous recrutons des élèves de grandes écoles. Ce mouvement prendra de l'ampleur si nous sommes capables d'offrir des postes suffisamment attractifs.» La culture du résultat ne représente-t-elle pas un choc culturel pour le secteur associatif? En effet. Pourtant, ce n'est pas parce que nous faisons du social que nous ne devons pas mesurer le retour sur investissement, vérifier si une mesure a atteint ses objectifs. C'est indispensable pour travailler avec les grandes fondations. Et cela ne peut que renforcer notre crédibilité. Jean-Marc Borello Délégué général du groupe SOS et président du Mouvement des entrepreneurs sociaux 8

8 Vous avez dit DIRECCTE? Issues des décisions du Conseil de modernisation des politiques publiques visant à donner au niveau régional la responsabilité de la conduite des politiques publiques, les DIRECCTE sont désormais une réalité, comme nous l explique Alain-Louis Schmitt, Directeur Régional des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'emploi en Pays de la Loire. Alain-Louis Schmitt Directeur Régional des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi en Pays de la Loire Quel est l esprit qui préside à la création des DIRECCTE? La révision générale des politiques publiques, qui concerne aussi bien l organisation de l administration centrale que ses services déconcentrés, vise à repenser le fonctionnement de l Etat pour qu il soit mieux à même de répondre aux grands défis du 21 e siècle. Une réforme ambitieuse qui suppose de renforcer la cohérence de nos interventions par une approche globale des sujets dont nous avons à traiter, grâce au regroupement des équipes au sein de structures resserrées autour du Préfet de région. Le niveau régional devient en effet le niveau de pilotage des politiques de l Etat, à travers 6 services contre 20 précédemment. Une simplification de notre fonctionnement, qui s accompagne de l instauration d une culture du résultat pour davantage d efficacité. Avec, au passage, une valorisation des agents de l Etat et une recherche de l équilibre dans les comptes publics. La DIRECCTE, qui est l un des éléments de cette réforme, est porteuse d'une approche rénovée des problématiques reliant le travail et l'emploi, les entreprises et le développement économique, sans perdre de vue les exigences de protection des consommateurs et des salariés. Quels bénéfices en attendez-vous? En premier lieu, de gagner en expertise et en complémentarité dans nos domaines d'intervention. Une approche globale des Nouveau service de l'etat en région, créée dans le cadre de la réforme générale des politiques publiques, la DIRECCTE, Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi, regroupe les anciens services régionaux : DRTEFP et DDTEFP, DRCCRF, DRT, DRCA, DRCE, DRIRE (DI et métrologie) et CRIE. «La réforme de l administration permet de renforcer la cohérence de nos interventions. sujets qui permet de mieux anticiper, ce qui est primordial dans un contexte de mutation économique, et de proposer des réponses véritablement adaptées. Ainsi en alliant gestion des compétences et développement économique, nous» gagnons en cohérence dans l accompagnement que nous proposons aux entreprises. Un pôle 3 E (entreprise / emploi / économie) leur est d ailleurs dédié sans exclusive. Deuxième objectif, étroitement lié au premier, proposer une logique d'interlocuteur unique qui renforce la visibilité et la lisibilité de nos compétences et de nos services : le moyen de rendre leur action plus visible et plus simple à appréhender. Enfin, disposer d'une organisation plus efficiente qui rende le meilleur service au meilleur coût en optimisant les mutualisations et les synergies. Concrètement, qu est-ce que cela change dans les relations avec vos interlocuteurs notamment les entreprises? Pas grand-chose dans les relations quotidiennes, car nous avons veillé au maintien des interlocuteurs habituels, mais tout sur le fond puisque désormais nous sommes porteurs de l ensemble des compétences des services que nous avons rassemblés. De nouveaux savoir-faire qui viennent enrichir le dialogue et la réflexion dans nos champs d intervention. Après une période «test» dans 5 régions pilotes, la réforme est entrée en vigueur en janvier, quel est l accueil sur le terrain? S il n y a pas encore une réelle prise de conscience de la portée de cette réforme, qui est finalement encore peu connue, la simplification des démarches qu elle permet est en revanche bien accueillie. La logique du guichet unique, qui permet notamment de mieux s y retrouver dans les différents dispositifs existants est, me semble-t-il, fortement appréciée. 9 AVRIL 2010 N 14

9 Vie des régions AIA se bat contre la crise Le ralentissement de l'économie frappe durement l'industrie, et les entreprises adaptées comme Asnières Industries Adaptées ne font pas exception. Spécialisée dans le câblage automobile, puis reconvertie dans la blanchisserie industrielle, l'entreprise, qui emploie 76 salariés handicapés, lutte pour préserver leur emploi. Une machine à laver de la taille d'un camion recrache sa cargaison dans une gigantesque essoreuse. Quelques minutes plus tard, le paquet de linge poursuit son parcours dans une salle attenante où une dizaine d'employés s'affairent pour nourrir la repasseuse. Aspirés entre deux rouleaux, napperons et serviettes de table sont pliés avec précision par des spatules sorties du tapis roulant, et empilés sous l'œil vigilant d'une opératrice qui vérifie le parfait état du produit prêt à être conditionné. Avant de s'envoler vers New York ou Tahiti, le linge destiné aux passagers de première classe des vols Air France est nettoyé ici, à Asnières dans les Hauts-de-Seine. En tout, jusqu'à 4,5 tonnes et articles par jour sont confiés aux 76 salariés, tous handicapés, de l'ea AIA (Asnières Industries Adaptées). Une structure qui revient de loin Créée en 1993 pour reclasser les salariés handicapés de Renault Boulogne-Billancourt, elle était spécialisée dans le montage de faisceaux électriques pour l'automobile. Une activité choisie à l'époque pour ses perspectives économiques et pour son intérêt pour les salariés. «Notre but était de fournir à chaque opérateur une activité stimulante adaptée à ses capacités», explique le président d'aia, Wenceslas Baudrillart. Une logique à l'opposé de la taylorisation: chaque salarié assemble son produit du début à la fin. L'activité fonctionne bien et permet d'employer jusqu'à 145 opérateurs. Mais, à la fin de l'année 1997, Renault, dont le contrat arrive à terme, commence à se désengager, bientôt suivi par l'autre «gros client», PSA Peugeot-Citroën. «Il y a eu à cette époque un mouvement massif de délocalisation, qui a touché tout le câblage électrique», se souvient Wenceslas Baudrillart. Ateliers protégés ou pas, tous sont touchés: on estime à le nombre d'emplois supprimés en France dans le secteur entre 1995 et «Nous voyions le travail diminuer, témoigne Claudine Charron, opératrice dans l'entreprise depuis 14 ans. Et au fur et à mesure, les ateliers se vidaient. J'avais été au chômage trois ans avant de travailler ici. J'avais peur de perdre ma place car les listes d'attente sont très longues pour le reclassement.» AIA est en effet obligé de réduire ses effectifs à 125 opérateurs. Mais ce n'est pas suffisant. «A la fin de l'année 2003, il m'est apparu évident que nous devions nous diversifier, sans quoi nous n'existerions bientôt plus», explique Wenceslas Baudrillart. Avec un objectif : «Rester une vraie entreprise industrielle, avec une activité cohérente, et des partenariats de long terme». Le choix d une activité non délocalisable Le choix se porte sur la blanchisserie industrielle, une activité non délocalisable. Justement, la réglementation en matière d'emploi de travailleurs handicapés vient de changer pour inclure le personnel navigant des compagnies aériennes. Un quota qu'air France ne peut remplir autrement que via ses sous-traitants. Le partenariat est tout trouvé. La transformation d'aia peut alors commencer. Avec, à la clé, un changement d'échelle. «Nous avons dû passer d'un équipement très léger des tables de montage à un équipement lourd», 10

10 Pour sa diversification dans la blanchisserie, l entreprise a investi euros. L arrêt de l activité de câblage et de nouveaux licenciements devraient permettre d apurer le passif. raconte Wenceslas Baudrillart. Avec l'aide de plusieurs emprunts, dont un de la Caisse des dépôts et consignations/ France Active, et d'une subvention de la Région, AIA investit au total euros pour réaliser les travaux. Tous les salariés reçoivent cinq jours de formation à la blanchisserie. Enfin, c'est toute une organisation à refaire : le nouveau matériel, très cher et coûteux en énergie, ne doit tourner que chargé. «Cette adaptation a été la plus difficile pour les salariés, témoigne Gilbert Lhuillery, secrétaire du comité d'entreprise et délégué syndical FO. Pour beaucoup, ces exigences en matière de cadence sont difficiles à tenir». L'activité démarre, mais en 2008 la crise frappe, et l'activité des compagnies aériennes est particulièrement touchée. Le nombre de passagers en première classe chute. «Nous avons été pris à revers, constate Wenceslas Baudrillart. Alors que nous devions monter en puissance, nous avons vu la demande chuter. Du jour au lendemain, les prévisions données par les clients n'étaient plus d'actualité.» Impossibilité d'amortir les investissements, manque de liquidités... en juin 2009, AIA est déclarée en cessation de paiement. Un plan de rigueur Commence alors un plan drastique d'économies, avec notamment la réinternalisation de la comptabilité et de la maintenance. Une prospection commerciale active permet de décrocher de nouveaux contrats, avec Louis-Vuitton et France Telecom, et d'amortir un peu le choc. Mais treize départs à la retraite ou en invalidité ne peuvent pas être remplacés, et l'entreprise doit encore procéder à dix licenciements économiques. Les deux phases du plan de redressement sont pourtant approuvées par le comité d'entreprise. «Nous savions que, sans ces mesures, l'emploi de tous était menacé.», justifie Gilbert Lhuillery. Un sacrifice qui commence à porter ses fruits puisqu'en 2010 la trésorerie redevient positive. Le mois prochain, AIA, qui a prévu pour la fin de l'année l'arrêt complet de l'activité câblage, présentera devant le tribunal un plan d'apurement du passif. Et recommence à regarder vers l'avenir. «A terme, nous aimerions diversifier notre activité vers les uniformes de travail, afin d'offrir aux salariés un travail plus varié», espère Wenceslas Baudrillart. 11 AVRIL 2010 N 14

11 Vie des régions Pôle emploi Aquitaine et les Entreprises Adaptées : «un partenariat prometteur» En Aquitaine les coopérations entre Pôle Emploi et les EA sont ambitieuses avec des axes de progrès identifiés en commun. La rencontre avec la Correspondante interrégionale à l intégration pour la Mission Handicap (*) permet de mieux évaluer les bonnes pratiques et la complexité de ce partenariat prometteur. La directrice régionale de Pôle emploi Aquitaine, Maryse Dagnicourt, développe des partenariats entre les EA, les services fonctionnels de Pôle emploi et les agences locales. Ils sont basés sur la confiance mutuelle et une qualité de service. «Les coopérations entre le pôle emploi et les EA de la région se fondent sur deux axes», explique Marlène Peyrutie, conseiller interrégionale à l intégration Mission Handicap de la Direction Générale de Pôle emploi. Le premier axe consiste à développer avec la direction régionale des partenariats dans l emploi indirect via les achats de prestations. Le deuxième axe consiste à travailler avec les agences locales sur la satisfaction des offres d emploi déposées auprès des équipes locales. En ce qui concerne l emploi indirect, le partenariat est récent mais en constante évolution. Il va trouver un nouvel essor sous l impulsion d un groupe de travail national piloté par la direction générale. La coopération des deux partenaires sur la satisfaction des offres d emploi avec des candidats sélectionnés par Pôle Emploi est plus complexe. Elle demande une expression précise des compétences attendues par les directeurs des entreprises adaptées et une évaluation des candidats pressentis sans stigmatiser le handicap du candidat. Cette coopération suppose aussi que les deux partenaires travaillent ensemble très étroitement. Notre interlocutrice de la DG de Pôle emploi souligne: «Nous ne regardons pas la personne à travers son handicap. Nous mettons toujours l accent sur ses compétences professionnelles et sa capacité à s intégrer dans une équipe.» * Cette mission existe depuis trois ans au Pôle emploi Aquitaine. Une journée unique Afin de développer la coopération sur l axe des «achats de prestations», une journée de sensibilisation fut organisée le 9 mars 2010 au centre de formation de Pôle emploi à Bordeaux. Elle a concerné les services achats, juridiques, comptables et financiers de la Direction Régionale Aquitaine de Pôle emploi : 12 collaborateurs ont bénéficié de cette journée intitulée «connaître et travailler avec l entreprise adaptée». Avec cet événement Marlène Peyrutie a voulu impliquer tous les services concernés dans la découverte des activités des EA de la région. Cyril Gayssot, délégué régional des EA, et animateur de cette journée, a présenté l organisation régionale de son réseau en créant ainsi une dynamique de collaboration autour des activités des entreprises adaptées. Marlène Peyrutie précise que cette journée représentait «une première en France». Les directions générales de Pôle emploi et des EA ont ouvert la voix à des partenariats régionaux, ambitieux et novateurs, en signant une convention bilatérale. Aussi la Directrice Régionale a-t-elle souhaité que sa région s empare du dossier dont le premier acte était cette journée fondatrice. Les partenariats en pratique En général les agences locales de Pôle emploi ont un interlocuteur identifié garant des offres d emploi déposées par les EA. Selon les départements la nature des offres d emploi est différente car l activité économique varie d un territoire à un autre. Dans le Lot-et- Garonne par exemple les offres d emploi ont un caractère saisonnier et les CDD confiés à Pôle emploi représentent un segment dans le parcours d insertion des salariés. En revanche, la tendance est inversée dans les bassins d emploi à forte dynamique de création 12

12 Marlène Peyrutie Conseiller interrégionale à l intégration Le travail de Marlène Peyrutie au sein de la mission Handicap de Pôle emploi «Je ne dirige pas d équipe, je relaie les axes de la politique handicap auprès de la directrice régionale et je travaille avec ses équipes sur le recrutement et le maintien dans l emploi des collaborateurs handicapés. J accompagne les acteurs dans la réalisation de la politique d achat aux entreprises du secteur adapté, et en particulier avec les Entreprises Adaptées, et Cyril Gayssot m accompagne sur ce dossier.» d emploi. Dans ces bassins, les salariés sont embauchés en CDI dans les EA. Et Marlène Peyrutie précise que les salariés restent dans l entreprise à la fois parce que les dirigeants investissent sur le développement des compétences mais aussi parce que la nature des activités est variée, avec des passerelles entre les emplois. «Des coopérations ambitieuses» Le partenariat peut être scellé par une convention de collaboration signée entre les partenaires si les deux signataires ont souhaité valoriser leur complémentarité. S il n y a pas de convention, cela ne signifie pas que le partenariat n existe pas - bien au contraire. Marlène Peyrutie ajoute que les coopérations sont «ambitieuses» dans le sens où chacun à conscience que des difficultés peuvent être rencontrées. «D ailleurs elles existent et c est par le dialogue et une meilleure connaissance des enjeux de chacun que la collaboration se développera.» Dans l avenir l une des priorités serait de trouver des réponses aux deux questions clés : Comment mieux travailler ensemble au placement durable des demandeurs d emploi et comment développer l emploi indirect avec les entreprises adaptées. Pour y arriver, deux axes de travail sont fondamentaux : développer au niveau local un partenariat basé sur la confiance et la compréhension mutuelle en identifiant les axes de progrès et en s engageant sur des plans d action locaux professionnaliser sur l emploi indirect pour un meilleur recours aux marchés concourant à stabiliser l obligation d emploi. Les Ateliers Fouesnantais lauréat des Trophées Crisalide Eco-activités 2010 C est en partant du constat que les ressources naturelles se font de plus en plus rares et qu il est devenu nécessaire de réduire les impacts de l activité humaine sur l environnement, que ce concours a décidé de récompenser, depuis 2008, les initiatives sur le thème des éco-activités en Bretagne. L édition 2010 a démontré combien les domaines d intervention sont variés, de la pompe à chaleur pour les maisons à basse consommation à la gestion à distance de véhicules en autopartage, en passant par un procédé de sérigraphie respectueux de l environnement ou la fabrication d isolants haute performance. Au total, une soixantaine de projets se sont ainsi portés candidats. Les Ateliers Fouesnantais qui misent sur l innovation depuis de nombreuses années, se sont distingués dans la catégorie Développement, pour leur activité de dépollution et valorisation des tubes cathodiques. «Auparavant cette opération était traitée en externe. Nous avons choisi de l intégrer, mais en veillant particulièrement à la sécurité de nos salariés, en recherchant les solutions les mieux à même de les préserver des émanations de produits toxiques», précise Philippe Fillette, le directeur. C est finalement une technologie américaine, de broyage en caisson à très forte dépression, qui a été retenue. Mais avant de la mettre en œuvre, il a été nécessaire de l adapter aux normes européennes. «Nous avons travaillé pour cela avec la DRIRE sur l aspect purement technologique, mais aussi avec L INRS, les services de la CRAM, de l inspection du travail et de la médecine du travail, pour passer en revue l ensemble des problématiques» ajoute Philippe Fillette. Au final, c est dans une pièce étanche aux cloisons coupe-feu, dans laquelle aucun salarié ne travaille, que les tubes cathodiques sont broyés après préparation, une filtration de l air de type chirurgical évitant toute émanation toxique. Si les tubes cathodiques ne sont plus vendus depuis 2006, en revanche le marché de leur recyclage devrait continuer à croître jusqu en Les ateliers Fouesnantais entendent bien capter une grande partie de cette activité sur le Grand-Ouest. Crisalide Eco-activités est un concours organisé par Créativ et la CCI Rennes Bretagne et labellisé Eco-Origin. 13 AVRIL 2010 N 14

13 Dossier spécial Filières Métiers UNEA Pour répondre plus efficacement aux sollicitations des entreprises partenaires et du marché en général, les Entreprises Adaptées se sont organisées en filières métiers. En quelques années, elles ont su apporter la preuve de la qualité du service proposé ainsi que de leur réactivité dans un environnement en perpétuelle évolution. 9 Filières de compétences Couvrant les domaines d activité les plus porteurs, les Filières Métiers de l UNEA assurent une meilleure visibilité aux capacités des Entreprises Adaptées. Cette organisation, permet en effet de : répondre à des appels d offre nationaux, mutualiser les moyens de production de plusieurs Entreprises Adaptées, tisser sur l ensemble du territoire un réseau de professionnels, organiser une synergie des Entreprises Adaptées en harmonisant les pratiques. Pascale Lecoq, Vice-présidente de l UNEA, Responsable Filières Métiers Directrice ACVO «L organisation en Filières Métiers a notamment permis de renforcer l échange de bonnes pratiques (veille documentaire, mise en conformité, formation du personnel, évolution des matériels, procédures, tarifs ) pour proposer une offre plus complète et mieux adaptée aux besoins des clients. La signature de contrats cadres nationaux via des GME, comme c est déjà le cas pour les filières Impression et DEEE, s en est trouvé facilitée. Après la création de la filière «centre d appels» en 2009, nous espérons bien mettre en œuvre cette année la filière «nettoyage de locaux». Le développement durable de notre secteur appelle cependant de notre part, plus de prospective sur les filières d avenir et les nouveaux métiers, en collaboration étroite avec les partenaires de l UNEA, et une mobilisation plus forte» des Entreprises Adaptées autour des filières. I La charte Filière Métiers Chaque Filière Métiers est régie par une charte qui précise les règles de déontologie, les actions et les moyens que les «Entreprises Adaptées» s engagent à respecter et à promouvoir au sein de la filière concernée. Cette charte est un document cadre qui précise les règles de fonctionnement communes aux EA de la filière et les prérequis nécessaires pour fournir des prestations de qualités et concurrencielles. Un animateur pour coordonner la Filière Chaque Filière Métiers nomme un animateur qui en est le porte-parole. Il représente l ensemble des membres adhérents auprès de l UNEA mais aussi auprès des acteurs extérieurs (grands comptes, PME, administrations ). Il est le «coordinateur» des différentes actions de la filière (réunions, participation à des salons ). Il diffuse aux membres de la filière les informations en provenance de l UNEA mais aussi celles qu il a pu récolter et susceptibles d intéresser la filière. En collaboration avec l animateur filière, la responsable en charge des Filières Métiers, au sein du Service Economique de l UNEA, Sylvie Brier aide à la promotion, au développement des filières existantes et à la création de nouvelles Filières Métiers. Contact : - Tél AVRIL 2010 N 14

14 Dossier spécial En chiffres 20 EA 400 salariés Une production moyenne par employé de 10 à 29 tonnes par an La Filière Blanchisserie Les métiers Blanchisserie industrielle Collecte, pré-tri, conditionnement, évacuation et stockage du linge sale. Lavage et finition : séchage, repassage, pliage. Emballage, conditionnement adapté et livraison Location de linge. La démarche qualité Des matériels professionnels permettent de garantir aux clients des prestations de qualité (tunnels de lavage, sécheuses repasseuses, plieuses automatiques ). Des certifications professionnelles : ISO , ISO 14001, ISO Les secteurs d activité Le linge formé (éponge, linge des résidents et des particuliers). Les vêtements de travail (vêtements de haute visibilité, blouses, tuniques, cottes de travail). Le plat (champs opératoires, draps, alèses, nappages). Leur capacité de traitement de 1 à 7 tonnes par jour leur permette de répondre à la demande de nombreux secteurs d activité : automobile, agroalimentaire, industriel, hôtelier, hospitalier, pharmaceutique. Animateur Filière Blanchisserie Michel PAGES Michel Pagès, Directeur d Etape Auvergne et animateur de la filière «L un de nos principaux objectifs en 2010 est le développement de la filière afin d être le plus représentatif possible et de devenir le partenaire incontournable des donneurs d ordres. Cela suppose de s adapter en permanence aux nouvelles technologies, matériels et produits, afin de faire face à une concurrence toujours plus percutante.» Parole de client Nancy SCHOCH, responsable RH du groupe Française de Gastronomie, nous précise : «Notre personnel saisonnier vient de terminer la saison de Pâques et nous avons remis, une fois de plus, une importante quantité de blouses pour nettoyage à la blanchisserie Etap 43. Nous sommes vraiment satisfaits du travail fourni pour ce type de prestation par cette EA qui sous-traite notre linge. La qualité du nettoyage est irréprochable. Je me dois d ajouter qu en plus, ces blouses sont fabriquées par cette Entreprise Adaptée et qu elles sont de très bonne qualité. C est pourquoi notre partenariat dure depuis quelques années!» II

15 Impression Les métiers Conception - création Recherche de concepts adaptés à l image du client et mise en page de tous les documents commerciaux et administratifs. Impression Le parc machine de la profession et de la filière s est considérablement modernisé avec des presses «offset» en 4 et 5 couleurs. Les matériels traitent de plus en plus les opérations en flux tendus en intégrant toutes les étapes de la chaîne graphique, tant pour l impression «offset» feuille que pour le numérique. Façonnage Réalisation de tous les types de travaux de finition, rainage, découpe, pliage, dos carré collé, reliure spirale, gaufrage, dorure à chaud Routage Personnalisation informatique de documents, mise sous pli, composition de kit de commercialisation et expédition, pliage et montage de document papier. Archivage Saisie informatique des données, archivage de maquettes, mise à jour de fichiers texte, mise à jour d une photothèque, numérisation et océrisation, gestion de bases de données. La démarche qualité et développement durable Conformité avec la norme qualité ISO 9001 Label «Imprim Vert» Denis Simand, Animateur Filière Impression Président SCOP APSI «En chiffres 4 EA 75 salariés 6 millions de Chiffre d Affaires en 2009 Cette année, nous veillerons à consolider et pérenniser nos partenariats avec les grands comptes, en mettant en avant notre démarche éthique. Car l éthique demeure le meilleur moyen de faire barrage aux pratiques contestables de certaines entreprises du secteur qui n hésitent pas à s associer à des EA non professionnelles de l impression pour fausser la concurrence. Autre axe de travail, l amélioration de notre performance économique en terme d achats, dans le cadre d une démarche de développement durable, par le biais entre autres de négociations collectives. Enfin, nous devrons développer des synergies en terme social, afin de renforcer l employabilité de nos salariés.» III AVRIL 2010 N 14

16 Dossier spécial «Alain Fichelle, Animateur Filière Conditionnement et Logistique Responsable commercial Flandres Ateliers La force de notre filière est de proposer une offre diversifiée qui a su s adapter aux contraintes des différents secteurs d activités. Face à la crise économique réelle et à la baisse de volume, notre maillage du territoire nous permet de faire jouer pleinement la carte de la proximité géographique avec nos clients. Un atout de plus au moment où les entreprises veulent réduire leur empreinte carbone et cherchent à limiter les déplacements inutiles et coûteux. Nous sommes en effet mieux à même de leur proposer une réponse véritablement adaptée à leurs besoins, loin des réponses standard des logisticiens nationaux.» Conditionnement et logistique Les métiers Mise sous film thermo rétracté ou manchonnage : réalisations de lots promotionnels, copacking de produits industriels. Mise sous film flow pack : ensachage unitaire, kits échantillons, lots agroalimentaires. Fardelage : sur emballage de produits lourds. Tampographie : marquage tous supports, étiquetage automatique. Conditionnement de produits liquides (hygiène, entretien) et de produits en poudre. Façonnage et assemblages divers, tri contrôle qualité ; Montage et remplissage de présentoirs. Préparation de commandes : picking, étiquetage, mise en carton, préparation d expédition. Approvisionnement et stockage. Gestion des stocks. Prestations sur site client/ La démarche qualité Certifications spécifiques de type ISO liées aux secteurs industriels concernés : certifications pharmaceutiques, certification ECOCERT (conditionnement de produits Bio), ou agréments douaniers pour le conditionnement de produits alcoolisés par exemple. Des matériels professionnels permettent de garantir aux clients des prestations de qualité. IV

17 Le matériel Machines de mise sous film thermo rétractable, flow pack et fardelage Thermo-formeuses : HF ou thermo-soudage Etiqueteuses automatiques Filmeuses automatiques Engins de manutention (chariots) et véhicules de livraison Doseuses automatiques Lignes de production automatisées mises à disposition pour nos clients Secteurs d activités Industriel, pharmaceutique, cosmétique, agro-alimentaire En chiffres 30 EA 10 à 50 salariés par entité 20 millions d de Chiffre d Affaires annuel Parole de client Flandre Ateliers assure pour le compte de la filière le contrôle et le conditionnement des masques de protection respiratoires produits par Macopharma, comme nous le précise Ludivine Lutyn, responsable d activité. «Il s agit d assurer la préparation des expéditions vers nos différents clients, du conditionnement des étuis à la mise sous film des palettes. Une collaboration qui s inscrit naturellement dans notre engagement sociétal concrétisé par un accord d entreprise qui favorise les partenariats avec les E.A et l emploi de travailleurs handicapés. Au départ la notion même d Entreprise Adaptée nous était tout à fait étrangère. Nous avons appris à nous connaître et découvert ce que nous pouvions mutuellement nous apporter. Nos équipes ont d emblée été surprises par le niveau de professionnalisme proposé que notre collaboration n a fait que valider. A tel point que nous envisageons aujourd hui de nouveaux développements que ce soit en terme de logistique ou de gestion de nos commandes sur le web.» V AVRIL 2010 N 14

18 Dossier spécial Une activité en forte progression Avec 9 EA et 200 salariés, le secteur a connu en un an une forte progression de son activité au titre de la filière (contrats communs). DEEE De 122 tonnes en 2008 pour un chiffre d affaires de (réalisé par 8 EA) la filière est passée en 2009 à 401 tonnes traitées pour un chiffre d affaires global de réalisées par 9 EA. L ensemble des EA du secteur ont traité en 2009, tonnes, pour un Les métiers chiffre d affaires total de Collecte et tri les déchets sont de 4 types : Les Écrans, appareils contenant un tube cathodique ou un écran plat, plasma ou LCD. Les Petits appareils en mélange (PAM) : Imprimantes, claviers, copieurs, hi-fi, petits appareils électroménagers Les GEM (Gros Electro Ménager) Hors Froids : Machine à laver, gazinières, Les GEM Froids : Réfrigérateurs, congélateurs et tous les appareils contenants des fluides frigorifiques. Démantèlement Les fractions démontées sont orientées vers les filières de valorisation agréées. La filière travaille essentiellement sur les 2 premiers types de déchets (écrans et PAM), pour les collectivités par l intermédiaire des Eco-organismes et les professionnels, en direct. La démarche qualité Les Entreprises Adaptées disposent de véhicules de collecte adaptés pour le transport des DEEE sur palettes ou en conteneurs grillagés, bâtiments de stockage et de démontage des équipements. Les installations sont agréées Installation Classée pour l Environnement (ICPE) par la Préfecture (DRIRE) du département d implantation. Pour le transport des déchets dangereux, les E.A disposent d un Récépissé de Déclaration de Transport par route de Déchets Dangereux et non Dangereux, et d une Autorisation de Négoce - Courtage de Déchets Dangereux et non Dangereux. Elles sont certifiées QUALITE ISO 9001, ENVIRONNEMENT ISO 14001, ou QSE. Gérard Chevalier, Animateur Filière DEEE Directeur Maine Ateliers «Ce marché en plein essor, offre de réelles opportunités de développement. L entreprise Adaptée y a toute sa place. L objectif principal de la filière est de se positionner, par son professionnalisme, comme un acteur à part entière du secteur, et non comme des sous-traitants des opérateurs nationaux, auprès des entreprises et notamment des PME. Nous devons pour cela maintenir un haut niveau de qualité des prestations, notamment des taux de valorisation supérieurs aux autres intervenants du secteur, grâce à notre processus de recyclage qui privilégie la main d œuvre et permet ainsi de mieux dénicher tout ce qui est récupérable. Mais il ne faut pas s y tromper, la concurrence est rude, tant de la part des grands groupes que des entreprises d insertion liées à la grande distribution.» VI Parole de client «Après avoir étudié les solutions possibles concernant le devenir des matériels électroniques en fin de vie, nous sommes parvenus à la conclusion que leur démantèlement par des organismes certifiés, répondants à toutes les normes en vigueur, constituait la solution la plus satisfaisante. Pour choisir le prestataire le plus approprié, nous avons sollicité l ensemble des acteurs du marché sans a priori. La filière de l UNEA s est révélée la plus compétitive, à niveau de compétences égales. Signé en avril 2009, le contrat qui nous lie au GME mis en place à cette occasion, a déjà permis le traitement de 55 tonnes de déchets électroniques du fax au PC, en passant par l imprimante, le serveur, la caisse automatique et même le distributeur automatique de billets, qui vient d intégrer la filière. Après une période d ajustement nécessaire, 2010 sera l année de l extension de ce protocole à l ensemble de nos entités, avec l objectif d une centaine de tonnes traitée à la fin de l année». Laurent Seguier, Direction des Ressources Groupe Achats de la Société Générale.

19 Electrique En chiffres 4 EA réparties entre le Nord, l Ouest et le Centre, employant chacune une vingtaine de salariés, en moyenne. Les métiers Câblage filaire : Réalisation de faisceaux, de coupe de câbles ou fils à longueur, de sertissage de connectiques variées et de la pose des connecteurs correspondants, réalisation de torons Câblage électromécanique : Equipement et câblage de coffrets, de pupitres avec ou sans automate Câblage électronique : Réalisation et implantation de cartes CMS, de cartes de puissance, de cartes de contrôle. Intégration complète : Mélange du câblage filaire, électronique et électromécanique. Une offre globale Achat, approvisionnement : Gestion complète ou partielle des achats sur les données du cahier des charges, gestion des stocks. Industrialisation et méthode : Mise en place des documents de fabrication exploitables par nos salariés. Fabrication : Processus de réalisation et de test. La démarche qualité L ensemble des Entreprises Adaptées intègre une démarche qualité. Certaines sont certifiées ISO Les secteurs d activités Automobile, ferroviaire, aéronautique, médical, télécommunication et informatique, équipements industriels, BTP, agricole. Brigitte Le Nerrant, Animatrice Filière Electrique Directrice APF Industries Tours «Après une année 2009 très difficile pour notre secteur industriel, nous abordons 2010 avec la volonté de nous faire connaitre sur de nouveaux marchés de niche générant des activités de moyenne série. Aujourd hui nos clients, qu ils soient PME ou grandes entreprises ont un besoin essentiellement régional. La validité de la filière prendra tout son sens avec des donneurs d ordre nationaux dont les besoin se déclinent localement. La mise en avant de notre offre globale et notre démarche qualité sont nos atouts majeurs pour répondre à ces demandes.» VII AVRIL 2010 N 14

20 Dossier spécial En chiffres 13 EA 284 salariés de Chiffre d Affaires en 2009 Gestion Electronique des Documents Les métiers Tri et préparation de documents. Dématérialisation de documents pour archivage électronique. Numérisation de documents avec indexation. Scannérisation de documents et transfert de données vers des bases métiers clients. Scannérisation de documents et consultation interactive sur site Internet hébergé. Scannérisation de factures, de plans, de microfiches Gestion de l ensemble des flux physiques courriers entrants et traitement en numérisation. Archivage physique de documents, destruction. La démarche qualité Les Entreprises Adaptées sont équipées de scanners professionnels allant jusqu au format A0, de postes et serveurs informatiques de dernière génération et de logiciels adaptés aux différents marchés. Elles garantissent l intégrité physique et la confidentialité des documents. Franck Menu, Animateur Filière GED Directeur ANR Services Paris «Avec un taux de croissance de plus de 10 % l an, la GED est l une des activités les plus porteuses du moment. Les entreprises veulent se recentrer sur leur cœur de métier et sous-traitent leurs opérations de Back-office. Sur ce marché, les Entreprises Adaptées sont bien placées et il ya de réelles opportunités à saisir, avec des prestations très diversifiées qui ouvrent un large champ d intervention. De quoi susciter l intérêt des Entreprises Adaptées qui ont cependant encore du mal à franchir le pas. Il est vrai que l une de nos principales difficultés est le recrutement de collaborateurs qui doivent» parfois traiter des process très complexes. Parole de client Depuis 2006, Orange confie à Flandre Ateliers le traitement des courriers clients fixe et Internet (réception numérisation dispatching vers les centres de traitement), ainsi que le traitement des appels sortants en matière de recouvrement. Le moyen d exprimer l engagement citoyen du groupe, en intégrant parmi ses prestataires des Entreprises Adaptées, mais pas seulement. «Nous avons été séduit par leur capacité à proposer des solutions innovantes», souligne Hichem Kamoun, responsable d Affaires. «Tout récemment, c est sur leurs conseils que nous avons mis en place un «vidéo-codage» qui permet une numérisation automatique des courriers avec une meilleure qualité des scans. Une recherche permanente de l innovation technique qui les distingue de bien de nos fournisseurs». Une activité stratégique pour le groupe Orange, qui mobilise 150 collaborateurs chez Flandre Ateliers, avec un chiffre d Affaires très important à la clé. VIII

ANR. Votre atout sous-traitance. www.anr-services.fr. www.anr-services.fr

ANR. Votre atout sous-traitance. www.anr-services.fr. www.anr-services.fr Votre atout sous-traitance www.anr-services.fr www.anr-services.fr INDUSTRIE Câblage - Connectique Câbles sertis et faisceaux électriques Coffrets et armoires électriques Borniers et connecteurs pour aéronautique,

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Un projet d'entreprise sociale et solidaire?

Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Programme Qu'est-ce qu'une entreprise sociale et solidaire? Objectif : repérer les éléments fondateurs de ce type de projets Les réponses de l'adress Objectif

Plus en détail

L ESAT Le Petit Rosne : 80 personnes au service de votre entreprise... Association Régionale des Infirmes Moteurs Cérébraux IdF

L ESAT Le Petit Rosne : 80 personnes au service de votre entreprise... Association Régionale des Infirmes Moteurs Cérébraux IdF L ESAT Le Petit Rosne : 80 personnes au service de votre entreprise... Association Régionale des Infirmes Moteurs Cérébraux IdF L ESAT* le Petit Rosne est un établissement employant actuellement 65 personnes

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 JUILLET 2012 DELIBERATION N CR-12/05.340 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'économie sociale

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Donner du sens à l externalisation. Relation client Centre de contacts multicanal Back office administratif Gestion électronique de documents Éditique

Donner du sens à l externalisation. Relation client Centre de contacts multicanal Back office administratif Gestion électronique de documents Éditique Donner du sens à l externalisation Relation client Centre de contacts multicanal Back office administratif Gestion électronique de documents Éditique infogérance documentaire et relation client De la performance

Plus en détail

ESAT. La Courbaisse. Établissement et Service d Aide par le Travail

ESAT. La Courbaisse. Établissement et Service d Aide par le Travail ESAT La Courbaisse Établissement et Service d Aide par le Travail ESAT La Courbaisse L ESAT La Courbaisse L espace sarrazin Géré par l ADAPEI du Rhône, l ESAT accueille des adultes handicapés intellectuels

Plus en détail

par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes

par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes Inauguration de la SCOP SARL Chizé confection par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes Contact presse : Attachée de presse de la Région Poitou-Charentes Valérie Courrech 05 49 55 77

Plus en détail

le dynamisme d une entreprise adaptée

le dynamisme d une entreprise adaptée La performance d une société de services, le dynamisme d une entreprise adaptée Un groupe de partenaires professionnels au service des entreprises La performance d une société de services, le dynamisme

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi»

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Paris, 9 avril 2015 Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Le Fonds Adie : Le fonds de dotation de l'adie lance 3 fonds pour l emploi - Jeunes, Femmes, Microfranchise solidaire - pour un programme philanthropique

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

handyjob )))) multi-services Un regard différent sur le monde je suis handycapable

handyjob )))) multi-services Un regard différent sur le monde je suis handycapable Un regard différent sur le monde je suis handycapable Avec 80% de travailleurs handicapés, notre spécificité est d'être une entreprise solidaire et citoyenne en proposant un service d'une grande exigence

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Intégrateur de solutions Achats. Parce qu il est primordial de ne pas se tromper

Intégrateur de solutions Achats. Parce qu il est primordial de ne pas se tromper Intégrateur de solutions Achats Parce qu il est primordial de ne pas se tromper 2 ACHATS Logis Spécialiste des achats techniques et notamment l électronique, la connectique et l informatique. Dans une

Plus en détail

Trophée contrat de génération

Trophée contrat de génération Trophée contrat de génération EDITION 2014 Entreprises de plus de 50 salariés -- 17 septembre 2014 -- Contact presse cab-ted-presse@cab.travail.gouv.fr Sommaire Qu est-ce que le contrat de génération?

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

ESAT Les Citronniers Marseille 12 ème

ESAT Les Citronniers Marseille 12 ème ESAT Les Citronniers Marseille 12 ème 38, rue Gaston de Flotte, ZI Saint Jean du Désert, 13012 Marseille Téléphone : 04 91 93 88 88 Créé le 5 novembre 1990, l ESAT Les Citronniers a atteint sa capacité

Plus en détail

Logistique. Les différentes sous-familles et leurs missions. Entretien, maintenance et sécurité des bâtiments (10A)

Logistique. Les différentes sous-familles et leurs missions. Entretien, maintenance et sécurité des bâtiments (10A) 10 Logistique Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de mettre à la disposition des services de l entreprise les ressources nécessaires à leur fonctionnement, en assurant l entretien

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Créée sur le bassin économique de la Loire, elle peut être amenée à se développer sur d autres territoires.

REGLEMENT INTERIEUR. Créée sur le bassin économique de la Loire, elle peut être amenée à se développer sur d autres territoires. REGLEMENT INTERIEUR Ce règlement intérieur a pour objet de préciser et d adapter les règles de fonctionnement des statuts de DESIGNERS+, association à but non lucratif régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Mémoire technique Aide à la rédaction

Mémoire technique Aide à la rédaction Mémoire technique Aide à la rédaction Pour apprécier la valeur technique de l offre, le maître d ouvrage peut exiger des candidats la fourniture d un mémoire technique. Deux cas de figure s offrent alors

Plus en détail

Présentation. Une autre idée

Présentation. Une autre idée Présentation 2011 Une autre idée DU CADEAU Informations Générales CECOP SA FICHE TECHNIQUE 2 Nom : CECOP SA Capital : 1.000.000 Création : Novembre 1981 Siège : 24 rue Thomas Edison 92230 Gennevilliers

Plus en détail

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Le portage salarial Isabelle DEJEAN, AGC Groupe PROMAN - Besançon Qui est

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60 Le Mouvement Associatif Novembre 2014 1 Présentation de l enquête Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Enquête en miroir : 501 jeunes représentatif des personnes âgées de 18 à 24 ans

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT NOVEMBRE 2013 2 Le mot de la direction Lorsque nous avons fondé NEXEO, nous avions déjà une expérience significative du métier de la prestation intellectuelle

Plus en détail

Méthodologie de mesure d impact de la co-création

Méthodologie de mesure d impact de la co-création Méthodologie de mesure d impact de la co-création Avec le soutien en mécénat de compétences d Accenture Document de synthèse de l étude (version abrégée) Accenture Accenture est une entreprise internationale

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

A - HISTORIQUE D'AUTONOMIE ET SOLIDARITE

A - HISTORIQUE D'AUTONOMIE ET SOLIDARITE Page 1 sur 9 A - HISTORIQUE D'AUTONOMIE ET SOLIDARITE En 1990, à une époque où le chômage était particulièrement important dans la région Nord Pas de Calais, certains ont choisi d agir face à cette situation

Plus en détail

Vendredi 26 avril 2013. ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle

Vendredi 26 avril 2013. ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle Vendredi 26 avril 2013 ERDF accompagne l E2C78 et Bleu Oxygène pour favoriser l insertion professionnelle Sommaire ERDF accompagne l insertion sociale 3 La convention partenariale qui unit la Direction

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Arnaud Montebourg. Michel Sapin. Mercredi 25 juillet 2012. Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

Arnaud Montebourg. Michel Sapin. Mercredi 25 juillet 2012. Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Arnaud Montebourg Ministre du Redressement productif Michel Sapin Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Mercredi 25 juillet 2012 MINISTÈRE DU REDRESSEMENT

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE DOSSIER DE PRESSE ADOM'ETHIC MAI 2010 p 1 INTRODUCTION UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE Le secteur des services à la personne a connu une croissance rapide ces quatre dernières années,

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

Qui sommes nous? Nous adaptons les compétences et le volume de notre personnel selon votre demande en vous garantissant :

Qui sommes nous? Nous adaptons les compétences et le volume de notre personnel selon votre demande en vous garantissant : Qui sommes nous? «L Entraide par le Travail» est une ETA (Entreprise de Travail Adapté) agréée par l Awiph sous le N 88 spécialisée en imprimerie, conditionnement, mailing et montage électrique et mécanique,

Plus en détail

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements Introduction: objectifs et cadre général (1/2) ATELIERS REGIONAUX THEMATIQUES Objectifs

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

L économie sociale et solidaire

L économie sociale et solidaire L économie sociale et solidaire Traditionnellement le mois de novembre est le mois de l Economie Sociale et Solidaire. Cette année comme les années précédentes de nombreuses actions et rencontres ont eu

Plus en détail

FICHE DE PRESSE. En Lot-et-Garonne, la CARSAT s engage aux côtés de la préfecture en faveur des seniors au travail : une première en Aquitaine.

FICHE DE PRESSE. En Lot-et-Garonne, la CARSAT s engage aux côtés de la préfecture en faveur des seniors au travail : une première en Aquitaine. FICHE DE PRESSE 6 décembre 2013 Déployer les contrats de génération, c est maintenir les seniors dans leur emploi et favoriser l insertion durable des jeunes sur le marché du travail. En Lot-et-Garonne,

Plus en détail

Qualiservice. Etiquetage. Stockage. Cellophanage. Logistique. Remplissage. Manchonnage. Flow-Pack. Tri PASSION GENERE L ACTION

Qualiservice. Etiquetage. Stockage. Cellophanage. Logistique. Remplissage. Manchonnage. Flow-Pack. Tri PASSION GENERE L ACTION Filmage Etiquetage Cellophanage Manchonnage LA PASSION Assemblage Stockage Logistique Remplissage Flow-Pack GENERE Tri L ACTION 1. L entreprise 2. Chaine de production 3. Organisation 4. Qualité 5. Conclusion

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

JARDECOR. 15, rue de La Grande Maison 45 380 La-Chapelle-Saint-Mesmin

JARDECOR. 15, rue de La Grande Maison 45 380 La-Chapelle-Saint-Mesmin DOSSIER DE PRESENTATION JARDECOR 15, rue de La Grande Maison 45 380 La-Chapelle-Saint-Mesmin Téléphone / Fax : 02 38 43 30 67 Messagerie : guy.champavert@jardecor.fr SITE : http://www.jardecor.fr Forme

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Guide pratique Détenteurs Professionnels. Les lampes usagées ne se jettent plus: elles doivent être recyclées! Et vous qu en faites-vous?

Guide pratique Détenteurs Professionnels. Les lampes usagées ne se jettent plus: elles doivent être recyclées! Et vous qu en faites-vous? Guide pratique Détenteurs Professionnels Les lampes usagées ne se jettent plus: elles doivent être recyclées! Et vous qu en faites-vous? Plusieurs solutions existent : Les faire enlever gratuitement par

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques L insertion par l économique Un secteur fragilisé (Dossier réalisé par Sébastien Desitter, Expert-comptable, Commissaire aux comptes, In Extenso Rhône-Alpes) Né dans les

Plus en détail

Obtenir une aide pour financer un projet d immobilier d entreprise

Obtenir une aide pour financer un projet d immobilier d entreprise Obtenir une aide pour financer un projet d immobilier d entreprise Conseil général du Lot Tout savoir sur l aide Conditions d obtention? Cette mesure vise à accorder des aides sous forme de subvention

Plus en détail

étudié pour les étudiants!

étudié pour les étudiants! étudié pour les étudiants! Réussir, c est une question de volonté, c est aussi être accompagné. Un concept étudié pour les étudiants On ne réussit jamais par hasard. Qu il s agisse de ses études ou de

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

CREER UN ATELIER-CHANTIER D INSERTION (ACI)

CREER UN ATELIER-CHANTIER D INSERTION (ACI) CREER UN ATELIER-CHANTIER D INSERTION (ACI) SOMMAIRE POUR COMMENCER Qu est-ce qu un ACI? Quels sont les enjeux? Quels sont les points de vigilance à prendre en considération? ETATS DES LIEUX Les chiffres

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire?

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Les entreprises d'économie sociale placent encore souvent leurs réserves dans des banques classiques. Aujourd hui, la crise financière

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 Le point sur la filière énergies renouvelables : Mention RGE, aides, formation, qualification, audits Pleine application de l éco-conditionnalité des aides au 1 er janvier

Plus en détail

«Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia

«Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia «Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia Le contexte de la rénovation du diplôme Synthèse prospective emplois compétences Le contexte professionnel des industries

Plus en détail

Société BIS RECYCLAGE Saint-Jory (31) Audit de conformité réglementaire de la gestion des DEEE

Société BIS RECYCLAGE Saint-Jory (31) Audit de conformité réglementaire de la gestion des DEEE Saint-Jory (31) Audit de conformité réglementaire de la gestion des DEEE 1 INFORMATIONS GENERALES SUR LE SITE...1 2 ELEMENTS TECHNIQUES...2 2.1 PRINCIPALES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES... 2 2.2 ELEMENTS

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

ESAT ESAT. E.S.A.T. Atelier du Château 16 rue Gallieni 92500 Rueil Malmaison. Tél. : 01 47 08 23 23 Fax : 01 47 77 06 15

ESAT ESAT. E.S.A.T. Atelier du Château 16 rue Gallieni 92500 Rueil Malmaison. Tél. : 01 47 08 23 23 Fax : 01 47 77 06 15 ESAT l agence d en face E.S.A.T. Atelier du Château 16 rue Gallieni 92500 Rueil Malmaison Tél. : 01 47 08 23 23 Fax : 01 47 77 06 15 contact@cat-atelierduchateau.com www.cat-atelierduchateau.com ESAT Sommaire

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FEDER)

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FEDER) Page 1 Axe Référence Domaine Service instructeur Dates agréments CLS 2 La compétitivité de l économie : développer l économie réunionnaise dans l environnement international REGION Direction des Affaires

Plus en détail

COMMERCIAL MARKETING COMMUNICATION

COMMERCIAL MARKETING COMMUNICATION ASSISTANT COMMERCIAL (H/F) Contrat : CDI Lieu : Vendée Entreprise spécialisée dans l'installation de poêles à bois et à granulés. COMMERCIAL MARKETING COMMUNICATION Polyvalent(e), vos missions seront d'ordre

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois!

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois, Des actifs monétaires aux marchés actions, la gamme des FCP Insertion Emplois de Mirova* vise à concilier

Plus en détail

Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée

Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée DOSSIER DE PRESSE Mercredi 12 décembre 2012 1- Communiqué de presse

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS 10 PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS L ACCÈS DES PME À LA COMMANDE PUBLIQUE L accès des PME à la commande publique est une priorité gouvernementale. C est également un des objectifs assigné

Plus en détail

Économie sociale et Solidaire Landes (40)

Économie sociale et Solidaire Landes (40) Économie sociale et Solidaire Landes (40) Entreprise Adaptée Agrément N EA72-0808-31 du 25/03/2008 Agrément Entreprise Solidaire du 05/05/2008 Historique : FaCylities Multi Services est née en 2007 de

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

ayant le potentiel de recréer rapidement une partie des emplois détruits ces dernières années.

ayant le potentiel de recréer rapidement une partie des emplois détruits ces dernières années. Les franchises solidaires Une nouvelle filière économique innovante, dynamique, éthique et durable vecteur de développement/créatrice d emplois pour tous les territoires 08/02/2010 1 Les franchises solidaires

Plus en détail

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME DOSSIER DE PRESSE Communiqué de presse.................................. p.2 et 3 Bilan des P2RI en Pays

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

Aujourd hui, le C.A.T accueille 130 personnes handicapées adultes, et propose différentes prestations aux entreprises et à la clientèle privée :

Aujourd hui, le C.A.T accueille 130 personnes handicapées adultes, et propose différentes prestations aux entreprises et à la clientèle privée : E. E.S.A.T. «LA GRANGE AU BOIS» 24 bis, Av. Raymond Poincaré, 77400 LAGNY-SUR-MARNE Tél. : 01 60 94 23 00 Fax : 01 60 94 22 39 E.mail : cat.lagrangeaubois@wanadoo.fr Implanté sur la commune de Montévrain,

Plus en détail

Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité.

Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité. Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité. Septembre 2011 Contact : Muriel LESAINT, chef de projet. muriel.lesaint@educagri.fr Tel : 03 84 87 21 06 Contenu

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Traitement et contrôle des opérations bancaires en services (pôles) d'appui technique et commercial en réseau de

Plus en détail

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Du mardi 3 décembre au vendredi 6 décembre 2013 La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Eric PIBOYEUX Président de la commission Jeunes FEDEREC Anne-Claire BEUCHER Responsable

Plus en détail

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences Projet de décret relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue DECRET Chapitre V Qualité

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris Master Economie du Développement Durable, de l Environnement et de l Energie Trophée Innovation & Développement Durable Développement durable et restauration collective Opportunités et risques, Cas du

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Guide pratique de la Collectivité Locale

Guide pratique de la Collectivité Locale Guide pratique de la Collectivité Locale Objet Ce Guide édité par Récylum* présente : - la procédure de contractualisation (via l Organisme Coordonnateur); - les modalités de mise à disposition et d enlèvement

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques

La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques Communiqué de Presse le 17 juin 2013 La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques Du fait du compactage de ses activités, le site

Plus en détail