Alzheimer et nouvelles technologies : Pistes de réflexion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Alzheimer et nouvelles technologies : Pistes de réflexion"

Transcription

1 Alzheimer et nouvelles technologies : Pistes de réflexion Pistes de réflexion en vue du colloque des 2 et 3 décembre 2011 P. 1

2 Sommaire Introduction... 3 Maladie d Alzheimer en chiffres... 4 Technologies en plein essor... 4 Gérontechnologie... 4 NBIC et nanotechnologies... 4 Un cadre conceptuel à définir... 6 Définition des enjeux et du cadre de réflexion... 6 Cognition et générations... 7 Temps et cible des technologies... 7 Contenu et ressources... 8 Les technologies de surveillance... 8 Les technologies d intelligence artificielle et de domotique... 8 Les NBIC... 9 Les questionnements éthiques posés par ces technologies Conclusion et synthèse Bibliographie et ressources web Bibliographie Ressources web P. 2

3 Introduction La maladie d Alzheimer peut être pensée comme la maladie de la communication et de la dépendance : fonctions cognitives touchées, diminuées, communication rendue difficile dépendance subie, du point de vue de la personne malade comme de celui des aidants, des proches et des soignants, mise en danger de la sécurité de la personne malade lors de la déambulation. Autant de concepts qui, semble-t-il, touchent directement les développements modernes et contemporains de la technologie : technologies de la communication, 1 de la géolocalisation (et par extension leur application à la surveillance), avancées des biotechnologies, convergence des nanotechnologies, des sciences cognitives... Si ce télescopage des problématiques et des nouvelles technologies semble fécond de promesses, un ensemble de raccourcis, confusions et oublis peut faire manquer les véritables enjeux des technologies contemporaines dans leur relation à la maladie d Alzheimer. Les nanotechnologies, la biotechnologie, l informatique peuvent-elles apporter des éléments de réflexion, des technologies d assistance à la personne malade Alzheimer? Dans quelle mesure, avec quelles limites? Avant de dresser les éléments conceptuels du cadre de réflexion, puis de présenter les ressources, acteurs et dynamiques en place aujourd hui et demain, nous présenterons quelques données de contextualisation. 1 Fréquemment appelées NTIC pour Nouvelles technologies de l information et de la communication. Elles regroupent un ensemble assez disparate de dispositifs et leur définition n est pas clairement établie. P. 3

4 Maladie d Alzheimer en chiffres En France en 2010 le nombre de cas de démence est évalué entre et cas selon les études, soit plus de 1,2% de la population totale. D ici 2050 ce chiffre devrait être multiplié par 2,4, soit plus de cas, représentant près de 3% de la population. Au niveau mondial, le nombre de cas de démence a déjà dépassé 24 millions, et près de 4.6 millions de n ouveaux cas sont comptabilisés chaque année, correspondant à un nouveau cas toutes les 7 secondes soit plus de 80 millions de cas en Technologies en plein essor Quelques chiffres situant les différentes technologies directement reliées à la maladie d Alzheimer (assistance cognitive, poids des nanotechnologies ), considérés à travers leur poids économique. Gérontechnologie Les technologies appliquées à la personne âgée sont en forte progression. En témoignent les indicateurs de l ASIPAG 3 concernant l activité des membres, en France et à l export, entre 2009 et 2010 : C.A. : 55,6 Millions d uros en 2010 (+ 62% entre 2009 et 2010*) Dont C.A. export : 10,8 Millions d uros en 2010 (+ 120% entre 2009 et 2010*) Nombre d unités vendues : en 2010 (+ 26% entre 2009 et 2010*) Effectif : 256 salariés (+ 27% entre 2009 et 2010*) NBIC et nanotechnologies Les NBIC, convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, de l informatique et des sciences cognitives, sont un domaine difficilement chiffrable. Citons simplement le poids économique, contesté, des nanotechnologies en 2015, estimé à 1000 milliards de dollars en Source : Rapport du Dr Claudine BERR, Directeur de recherche Inserm, pour la Fondation Plan Alzheimer 3 Association Solutions Innovantes pour l Autonomie et Gérontechnologies 4 Estimation de la National Science Foundation, Washington. Cf Article de ParisTech Review P. 4

5 En 2011, les principales entreprises de biotechnologies (Europe, Japon, Etats- Unis, Canada et Australie confondu) ont déclaré des profits de 4,7 milliards de dollars, en progression de 30% 5. 5 Rapport Ernst&Young sur les biotechnology Beyond borders : global biotechnology report 2011 P. 5

6 Un cadre conceptuel à définir Il semble presque entendu que la question de la prise en charge de la personne malade Alzheimer trouvera des éléments de réponse, partiels, dans la montée en puissance de ces technologies. Néanmoins, il s agit de préciser ce cadre conceptuel, car de ce rapprochement découlent plusieurs approximations et représentations erronées de l a spécificité de la maladie d Alzheimer. De plus, le terme de «Nouvelles technologies» est à définir, dans la mesure où cela permettra d éviter les erreurs d appréciation. En somme, il s agira, pour établir des pistes de réflexions, de prendre en compte la spécificité concrète de la maladie d Alzheimer, et certainement pas de la limiter à une «maladie de la vieillesse» (ce que les gérontechnologies supposent). De la même manière, une définition claire des «nouvelles» technologies dont il question s impose, ce qui évitera de traiter de pratiques qui ne rentrent pas dans ce cadre. Cela permettra également d ouvrir un volet prospectif sur les avancées technologiques qu il est possible de prévoir et qui n existent qu au stade de projet. Enfin, le terme de «nouvelle technologie» semble, dans la représentation commune, toucher principalement les technologies utilisables par des nonprofessionnels (bracelet GPS par exemple). Il peut être important de ne pas limiter la technologie à son aspect «utilisateur», au risque de ne pas prendre en compte les enjeux contemporains. Définition des enjeux et du cadre de réflexion Le Workshop préparatoire organisé par l Espace éthique Alzheimer a mis en avant le besoin fondamental d une définition claire des enjeux et des termes du débat. En effet, le risque est de traiter : 1. De la maladie d Alzheimer comme d un «exemple» de c ondition liée à l âge (d où le recours aux gérontechnologies). La personne malade Alzheimer ne serait qu une personne âgée, concernée par des dispositifs et technologies «génériques» (confort, hygiène, déplacement ) 2. De pratiques existantes assistées par des technologies «nouvelles». Par exemple, traiter de stimulation cognitive à travers des appareils tactiles ne touche pas à proprement parler une nouvelle technologie, mais un nouveau support, l exercice étant le même sur papier. Il semble que ce type de situation ne présente pas de problématique particulière, car elle n est qu une transposition de support. P. 6

7 3. Des technologies existantes, sans aspect prospectif, en en dressant un inventaire non structuré. Cognition et générations Prendre la question des technologies sous l angle de l âge présente de nombreux problème. Parmi eux, notons simplement la négation des malades jeunes, qui ne sont absolument pas concernés par la majorité des produits gérontechnologiques. Notons également la négation de la spécificité de la dépendance Alzheimer. L approche cognitive, dans la réflexion sur les nouvelles technologies, doit donc prévaloir sur l approche générationnelle. Temps et cible des technologies Traiter des «nouvelles technologies» implique, avant toute autre considération, que des pratiques, des systèmes et des méthodes jusque là impossibles, et souvent impensables, sont désormais rendus 1) accessibles ou 2) raisonnablement imaginables à court ou moyen terme. Il est donc important de garder à l esprit que les nouvelles technologies (NTIC, géolocalisation, ou nanotechnologies) doivent ouvrir des perspectives nouvelles et inédites (c est ce qui sera attendu par le public). Le volet des technologies dites émergentes ne doit pas être absent de cette réflexion. Il n est donc pas nécessaire de limiter les technologies à l existant, ni aux technologies connues du grand public, parmi lesquelles le bracelet semble être le mieux identifié. Les technologies peuvent être au moins de trois «familles» : 1. Les technologies grand public, du quotidien (perspectives en télésanté pour une personne malade très dépendance, par exemple). 2. Les technologies du soin, employées par les professionnel(le)s (problématiques liée à la surveillance automatisée, par exemple) 3. Les avancées technologiques dans la recherche (que peut-on raisonnablement imaginer quant à l impact des nanotechnologies, des nanomécanismes, de la fusion des technologies émergentes au service d une assistance cognitive?) P. 7

8 Contenu et ressources Les questions posées par les nouvelles technologies doivent être spécifiques à la maladie d Alzheimer, l interroger tout particulièrement, et non des questions d éthique médicale appliquées à elle (annonce, décision, biomarqueurs). Il est important que les exemples identifiés répondent aux critères suivants : - Ils traitent spécifiquement de la maladie d Alzheimer ou apparentés, et ne sont pas à destination de l ensemble de la population âgée. Les technologies visent spécifiquement la spécificité de la maladie d Alzheimer (perte progressive d autonomie, notamment décisionnelle, par exemple, perte de mémoire immédiate) - Ils exploitent ou développent une technologie nouvelle de manière centrale (cette technologie n est pas un simple remplacement, comme la tablette tactile peut l être pour le papier) Les «familles» de technologies ci-dessous ne sont pas imperméables. Néanmoins, plusieurs tendances émergent depuis quelques années, sous la pulsion de deux dynamiques : - La nécessité (économique) de conserver la personne malade le plus longtemps à domicile - La convergence de différentes sciences et projets, comme les neurosciences, les bio et nano technologies, les sciences cognitives Les technologies de surveillance Technologie existante et disponible La surveillance géolocalisée (parfois à l insu de la personne atteinte) à l aide d un dispositif de type bracelet. Technologie existante, elle est semi-autonome (le bracelet peut par exemple émettre un signal si la personne sort d un périmètre défini par les proches). Les technologies d intelligence artificielle et de domotique Technologie en développement, disponible dans quelques années En développement depuis plus de 10 ans (notamment par IBM et les universités américaines), il s agit d une intelligence artificielle embarquée (dans un objet, dans un véhicule, répartie dans une maison ) qui guide et aide le patient dans P. 8

9 ses taches quotidiennes. Les différents projets visent moins à remplacer totalement les aidants qu à fournir une assistance aux personnes en début de maladie, permettant de retarder au maximum le placement en institution. A travers des outils de géolocalisation et de communication inter-objets, le système vise à prévenir le porteur d une tâche oubliée. Il s agit d une application des systèmes de «maison intelligente» (domotique) spécifique aux personnes atteintes de troubles cognitifs. Exemple d utilisation intelligente : - Le porteur entre dans la cuisine, se rapproche d une plaque et l allume. - La plaque communique avec le dispositif intelligent et l «informe» de son allumage - Il sort de la cuisine - Si, au bout de 20 minutes, il n est pas rentré dans la cuisine, le dispositif lui rappelle que la plaque est allumée, ou éteint la plaque pour lui. Cet exemple s applique également aux situations où la personne laisse couler l eau, laisse la porte ouverte : un dispositif intelligent communique avec la maison et guide, prévient et conseille la personne. Les bénéfices de cette technologie sont, selon ses développeurs, doubles : des aidants moins sollicités, et une «tranquillisation» de la personne malade grâce à un dispositif qui lui transmet des informations circonstanciées. Projet ATC (Assistive Technology for Cognition] En développement depuis une dizaine d année : un dispositif embarqué d assistance cognitive. Les NBIC Convergence de technologies existantes ou en développement, dont on pressent l intérêt fort mais qui demeurent extrêmement débattues. L acronyme NBIC regroupe les nanotechnologies, biotechnologies, l informatique et les sciences cognitives. Il ne désigne pas uniquement l ensemble disparate de ces champs de r echerche mais leur convergence et les applications qui en découleront. Parmi les applications de ces technologies, on peut citer les projets d implants cérébraux régulant les activités 6, permettant donc en théorie de r alentir les effets de la maladie d Alzheimer. Ceci est proche de la thématique du 6 Sur le sujet du recours aux NBIC pour détecter et ralentir les maladies d Alzheimer ou Parkinson, voir dans le Libération du 18 juin 2011 Transhumanistes sans gène, p. IV P. 9

10 transhumanisme 7, c est-à-dire de l amélioration des capacités physiques et mentales de l Homme, par des sciences et techniques. Ce champ de recherche est éthiquement extrêmement sensible (on y retrouve en grande partie les arguments et contre-arguments liés aux nanotechnologies). De plus, dans le cadre d un colloque, il devra être clairement situé dans un domaine prospectif et expérimental, mais il est évidemment fécond en réflexion éthique. 7 Sur le sujet : Demain les posthumains : Le fututr a-t-il encore besoin de nous? de Jean-Michel Besnier P. 10

11 Les questionnements éthiques posés par ces technologies Les différentes réponses technologiques aux situations liées à la maladie d Alzheimer représentent des problèmes éthiques de plusieurs natures. Nous en identifions au moins trois, toutes liées : - Problématiques de la surveillance : abordées au cours du workshop, ce sont les questions liées à la géolocalisation (bracelets notamment), à l acceptation de ces dispositifs (le patient doit-il être systématiquement prévenu, dans quelle mesure peut-on l aider sans qu il l accepte ) - Problématiques de la vie privée : également présente dans les cas de géolocalisation, ce type de question apparaît également dans le domaine de la domotique, de l a maison intelligente, qui communique des informations (activité, déplacement) pour assister le patient. Qui dispose de ces informations, quelle maîtrise peut-on avoir sur elles, touchent-elles à la vie privée de manière problématique. - Problématiques liées aux NBIC et aux nanotechnologies, qui interrogent la place globale de l Homme, les limites qu il doit ou non fixer à sa maîtrise technique, les problèmes liés aux intérêts financiers qui dirigent la recherche (qui est propriétaire de mes données) En sommes, les problématiques que l on retrouve dans les questions de t echnologies et nanotechnologies appliquées au corps humain. Il apparaît que les questions, si elles sont de natures diverses, se modifient en fonction de l avancée et de la disponibilité de la technologie (les technologies existantes ne posent pas les mêmes interrogations que les technologies émergentes et leur utilisation prospectives). P. 11

12 Conclusion et synthèse Il apparaît important de se baser sur une grille de critères pour établir les thématiques et questions traitées lors des conférences. Comme base de ces critères, nous proposons les suivants : - La maladie d Alzheimer doit être considérée comme maladie neurologique et non comme symptôme du vieillissement. A ce titre, il ne suffit pas qu une technologie appartienne au champ des gérontechnologies pour être pertinente. - Les «nouvelles» technologies doivent prendre en compte les technologies émergentes et leur aspect prospectif. Se limiter aux technologies disponibles sur le marché appauvrirait le débat et fermerait de nombreuses réflexions éthiques, parmi les plus actuelles et fécondes. - Les technologies abordées doivent présenter une profondeur éthique (dans leur application, les risques de dérives, les questions sociales qui en découlent) qui pourra être présentée et débattue. Les technologies nouvelles et émergentes peuvent être de plusieurs natures, qui illustrent l importance (économique, sociale, éthique) de la maladie d Alzheimer. Parmi elles : 1) Les technologies de surveillance (géolocalisation, bracelet, etc.) 2) Les objets intelligents, qui visent à pal lier aux déficiences cognitives et mémorielles des patients en faisant dialoguer entre eux des objets pour prévenir, aider et rassurer le malade 3) Les technologies nées de la convergence des NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, l informatique et les sciences cognitives) qui visent à modifier le vivant pour supprimer ou ralentir les effets de la maladie. Il nous semble important d aborder au moins ces trois familles de technologies, qui représentent trois «temps» : 1) Les objets existants, connus et commercialisés 2) Les installations et développements en cours de déploiement (domotique, maison intelligente) 3) La prospective et la réflexion sur les technologies émergente (NBIC appliquées à la santé) P. 12

13 Bibliographie et ressources web Bibliographie Besnier, Jean-Michel, Demain les posthumains : Le fututr a-t-il encore besoin de nous?, Fayard, Paris, 2010 BRADDOCK, David, RIZZOLO, Mary C., THOMPSON, Micah, BELL, Rodney, Emerging Technologies and Cognitive Disability, Journal of Special Education Technology, Coleman Institute, 19(4), Automne Disponible en ligne. CORNU, Jean-Michel, Nouvelles technologies, nouvelles pensées? La convergence des NBIC, Fyp Editions, Paris, 2008 JOTTERAND, Fabrice, Emerging Conceptual, Ethical and Policy issues in Bionanotechnology, Springer, 2010 Ressources web [SITE] Site de l AgeLab, di Massachussets Institute of Technology (MIT), qui présente les avancées de leur laboratoire dans le domaine de la dépendance liée à l âge et à la maladie. [SITE] Site du Coleman Institute for Cognitive Disabilities, établissement produisant notamment des notes de réflexion et études sur les nouvelles technologies et les déficits cognitifs. [ARTICLE] Article sur le site de Forbes présentant plusieurs technologies liées à l âge. Angle économique sur le vieillissement global de la population. Rédaction : Pierre-Emmanuel Brugeron pour l'erema P. 13

en avant-première Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6

en avant-première Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6 en avant-première dossier de presse - mai 2014 Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6 La «Silver Economy» (économie

Plus en détail

"Les médecins seront les infirmières de 2030"

Les médecins seront les infirmières de 2030 RECHERCHE par Laure Martin le 25-09-2014 38 RÉACTION(S) "Les médecins seront les infirmières de 2030" Afficher sur plusieurs pages Chirurgien-urologue et neurobiologiste de formation, le Dr Laurent Alexandre

Plus en détail

Les technologies envahissent, depuis de nombreuses

Les technologies envahissent, depuis de nombreuses réflexion Gérontechnologies et société Cécile Cridelich Alain Franco z Les gérontechnologies, concept datant des années 1990 allient, gérontologie et technologie z Elles ont un rôle bien défini dans notre

Plus en détail

Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur?

Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur? Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur? Les opportunités pour les entreprises? Christophe RICHARD Pour mémoire Open Data Big Data «Open» signifie «ouvert» «Data»

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Actions menées sur la thématique santé et autonomie

Actions menées sur la thématique santé et autonomie Actions menées sur la thématique santé et autonomie Mireille Campana, Sous-directrice des réseaux et des usages des technologies de l information et de la communication 1. L intérêt de la DGCIS pour la

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT :

DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT : CSSS 044M C.P. Livre blanc L'autonomie pour tous DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT : ENTOURER LA PERSONNE ÂGÉE ET LES PROCHES AIDANTS, ADAPTER LES PRATIQUES Mémoire présenté à la Commission de la santé et des

Plus en détail

Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010

Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010 Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010 Démarche TIC & Santé, l innovation pour l autonomie Le contexte global de la démarche TIC & Santé

Plus en détail

TIC et Santé à domicile

TIC et Santé à domicile TIC et Santé à domicile Opportunités européennes à l horizon 2015-2020 Présentation Mars 2012 Etude multi clients réalisée par le cabinet CODA Strategies CODA STRATEGIES 4 rue Galvani 75838 Paris Cedex

Plus en détail

Agriculture et Finances

Agriculture et Finances Agriculture et Finances Quelles régulations pour une allocation optimale des capitaux? Cahier n 12 Présentation générale du Cahier Dans les systèmes d économie de marché des pays développés comme des pays

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

Fiche de poste : Responsable développement et opérationnel (H/F)

Fiche de poste : Responsable développement et opérationnel (H/F) Fiche de poste : Responsable développement et opérationnel (H/F) Rémunération fixe : base 48.000 brut selon expérience Rémunération variable très motivante et versée dès les premiers résultats acquis (%

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

La Silver Economie : Transition démographique, entre défi technologique et enjeu de société

La Silver Economie : Transition démographique, entre défi technologique et enjeu de société OCIRPVEUVAGE OCIRPÉDUCATION OCIRPHANDICAP OCIRPDÉPENDANCE La Silver Economie : Transition démographique, entre défi technologique et enjeu de société 3 avril 2014 Rappel : La Fabrique du centenaire 17

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Robotique

Intelligence Artificielle et Robotique Intelligence Artificielle et Robotique Introduction à l intelligence artificielle David Janiszek david.janiszek@parisdescartes.fr http://www.math-info.univ-paris5.fr/~janiszek/ PRES Sorbonne Paris Cité

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Paris, le 11 juin 2014 Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles et de l innovation Département de la Recherche, de l Enseignement supérieur et de la Technologie Appel à

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

PRESSE MÉMOIRE NUMÉRIQUE NOUVEAU SITE DOSSIER DE PRESSE. Décembre 2012. Contact Presse : Stéphane Berruchon contact@recall-you.com 06.87.79.38.

PRESSE MÉMOIRE NUMÉRIQUE NOUVEAU SITE DOSSIER DE PRESSE. Décembre 2012. Contact Presse : Stéphane Berruchon contact@recall-you.com 06.87.79.38. DOSSIER DE PRESSE PRESSE Décembre 2012 Le NOUVEAU SITE pour créer sa Contact Presse : Stéphane Berruchon 06.87.79.38.81 MÉMOIRE NUMÉRIQUE Communiqué de Synthèse Notre mémoire est sélective Avec le temps,

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

La médecine personnalisée

La médecine personnalisée La médecine personnalisée Clément Cousin Notes de l atelier s étant tenu à Science Po le 20 mai 2014 dans le cadre de la Semaine doctorale intensive clement.cousin@riseup.net Table des matières 1 Définition

Plus en détail

LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE

LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE LE POTENTIEL D INNOVATION DE LA SILVER ECONOMIE : ENJEUX DE DEVELOPPEMENT D UNE FILIERE BLANDINE LAPERCHE, SOPHIE BOUTILLER, FARIDAH DJELLAL LAB.RII - CLERSE UMR 8019 RÉSEAU DE RECHERCHE SUR L INNOVATION

Plus en détail

Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX

Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX 15 Les solutions pour la maison L un des enjeux majeurs du maintien à domicile est la garantie, pour la personne en situation de dépendance

Plus en détail

Groupe de travail Infrastructures de recherche

Groupe de travail Infrastructures de recherche Groupe de travail Infrastructures de recherche Note sur les particularités des infrastructures pour une recherche dans le numérique Version internet - 30/04/2015 Les plates- formes numériques, outils et

Plus en détail

Les Gérontechnologies au service des soignants. Jean-Pascal CASANOVA ergothérapeute

Les Gérontechnologies au service des soignants. Jean-Pascal CASANOVA ergothérapeute Les Gérontechnologies au service des soignants Jean-Pascal CASANOVA ergothérapeute L ergothérapie et les Gérontechnologies Les nouvelles technologies sont depuis longtemps préconisées par les ergothérapeutes

Plus en détail

Sofiprotéol : la gestion de portefeuille de projets au carré

Sofiprotéol : la gestion de portefeuille de projets au carré www.itbusinessreview.fr N 4 Sofiprotéol : la gestion de portefeuille de projets au carré page 16 N 4 - Avril 2013 RETOUR D EXPéRIENCE Un centre de services pour mieux gérer les applications à l INA études

Plus en détail

QPC Informatique vous propose d apporter la mobilité à vos applications de gestion d entreprise sans changer votre outil de gestion interne!

QPC Informatique vous propose d apporter la mobilité à vos applications de gestion d entreprise sans changer votre outil de gestion interne! Ce mois-ci : dossier complet sur l application Nuxidev La mobilité! QPC Informatique vous propose d apporter la mobilité à vos applications de gestion d entreprise sans changer votre outil de gestion interne!

Plus en détail

LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA

LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA 15 janvier 2015 COMPTE RENDU A L UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS DU JEUDI 15 JANVIER 2015 A SOPHIA ANTIPOLIS MIAGE NICE Conférence animé par Monsieur Stéphane

Plus en détail

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Conférence Big Data CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Le BIG DATA : le nouveau pétrole de la société. En présence de : Christophe MENICHETTI (spécialiste BIG DATA chez IBM) JN. SCHNEIDER et F. WEYGAND (professeurs

Plus en détail

L événement des solutions et applications mobiles

L événement des solutions et applications mobiles L événement des solutions et applications mobiles Mobility for business 11 & 12 octobre 2011 Edito Pour Vous, nous avons crée un événement entièrement dédié aux solutions et applications mobiles : Mobility

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales (MIASHS) de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord

L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord Jim Armstrong L e crédit consortial, qui se situe à la confluence des services bancaires commerciaux et des services bancaires d investissement,

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

palliatifs accompagnement

palliatifs accompagnement palliatifs & accompagnement Sommaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 11 PAGE 12 Définition des soins palliatifs En pratique, que sont les soins palliatifs? À qui s adressent les soins palliatifs? Quelles aides

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE

ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE PILOTAGE À DISTANCE Je commande mes volets, mes éclairages, mon alarme et mon chauffage à distance PILOTAGE CHAUFFAGE Je fais des économies sur le poste chauffage

Plus en détail

Vivre seul SUJETS DÉLICATS CONTEXTE

Vivre seul SUJETS DÉLICATS CONTEXTE Vivre seul CONTEXTE Un nombre croissant de personnes âgées vivent seules. Si elles sont atteintes de la maladie d Alzheimer ou de maladies apparentées, elles sont plus susceptibles d être diagnostiquées

Plus en détail

RFID ET LOCALISATION

RFID ET LOCALISATION RFID ET LOCALISATION INTRODUCTION L identification généralisée, par un code unique numérique, des objets et êtres vivants peut paraître lointaine, elle ne l est pas. Elle représente potentiellement une

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC L industrie française des biens de consommation prend-elle bien

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Retour d expérience ESA

Retour d expérience ESA Retour d expérience ESA -Service créé en 2009 dans le cadre du 1 er Plan Alzheimer 2008-2012 -Cette Equipe est tout d abord lancée à titre expérimental, dans le cadre de la mesure 6 de ce Plan, - Une réflexion

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale V E R S I O N A V R I L 2 0 1 2 C E N T R E D E R E C H E R C H E C L I N I Q U E É T I E N N E - L E B E L D U C H U S Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à l intention des chercheurs

Plus en détail

GESTION INFORMATISEE DE FILES D ATTENTE

GESTION INFORMATISEE DE FILES D ATTENTE GESTION INFORMATISEE DE FILES D ATTENTE Eviter les pièges et les fausses bonnes idées Des bornes d'accueil avec des sélections multiples présentées faussement comme étant des écrans tactiles De nombreuses

Plus en détail

30% POURQUOI EST-IL IMPORTANT DE VOUS ÉQUIPER? 80% des cambriolages* ont lieu en plein jour. 55% des cambriolages* ont lieu entre 14h et 17h.

30% POURQUOI EST-IL IMPORTANT DE VOUS ÉQUIPER? 80% des cambriolages* ont lieu en plein jour. 55% des cambriolages* ont lieu entre 14h et 17h. 80% des cambriolages* ont lieu en plein jour. 55% des cambriolages* ont lieu entre 14h et 17h. 7 FRANÇAIS SUR 10 sont cambriolés au moins une fois dans leur vie et les installations de systèmes d alarme

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

CRM pour le marketing

CRM pour le marketing CRM pour le marketing Créer l information, solliciter, séduire et retenir les clients de manière rentable Intégrés à Maximizer, les outils de marketing vous permettent simplement et efficacement de planifier,

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 septembre 2015

MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 septembre 2015 SAVE THE DATE! MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 2015 BioPharm America est le plus grand événement de partenariats

Plus en détail

Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille.

Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille. Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille. Symposium sur les Créneaux d'excellence québécois et les Pôles de compétitivité français Québec Mercredi

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Appel à projet. Bourse Charles Foix édition 2014. 2014- Silver Valley - tous droits réservés

Appel à projet. Bourse Charles Foix édition 2014. 2014- Silver Valley - tous droits réservés Appel à projet Bourse Charles Foix édition 2014 2014- Silver Valley - tous droits réservés APPEL À PROJET - LA BOURSE CHARLES FOIX Clôture le vendredi 1 août 2014 à minuit Silver Valley lance, en partenariat

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Le passage à l open source, une nouvelle priorité

Le passage à l open source, une nouvelle priorité Le passage à l open source, une nouvelle priorité acquia.com I 888 922 7842 I +01 79 97 25 70 I John Eccles House, Robert Robertson Avenue, Oxford, UK, OX4 4GP Le passage à l open source, une nouvelle

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Introduction à la comptabilité financière

Introduction à la comptabilité financière PARTIE 1 Introduction à la comptabilité financière Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 D une approche patrimoniale et juridique à une approche économique et financière... 3 Les tableaux de synthèse

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES

NOUVELLES TECHNOLOGIES NOUVELLES TECHNOLOGIES INTERET DANS LA PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES OU A RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE Dr V. CRESSOT Pôle de Gérontologie clinique CHU de Bordeaux 1 INTRODUCTION Augmentation

Plus en détail

Un monde de données. comprendre l implication sociale et politique des banques de données et leur accès

Un monde de données. comprendre l implication sociale et politique des banques de données et leur accès Un monde de données comprendre l implication sociale et politique des banques de données et leur accès Hubert Guillaud, éditeur de formation, vit à Romans-sur-Isère (Drôme). Il est rédacteur en chef d

Plus en détail

QlikView sur Mobile : Au-delà du reporting

QlikView sur Mobile : Au-delà du reporting QlikView sur Mobile : Au-delà du reporting Un Livre Blanc QlikView Octobre 2011 qlikview.com Table des matières QlikView sur Mobile, la solution de Business Discovery 3 La Business Discovery mobile 3 La

Plus en détail

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE CONTEXTE PÉDAGOGIQUE Le principe L Isoloir est un dispositif participatif en ligne innovant, ludique et interactif, simple à mettre en œuvre et qui ménage une véritable place aux enseignants. Face à la

Plus en détail

This is an author-deposited version published in : http://oatao.univ-toulouse.fr/ Eprints ID : 13058

This is an author-deposited version published in : http://oatao.univ-toulouse.fr/ Eprints ID : 13058 Open Archive TOULOUSE Archive Ouverte (OATAO) OATAO is an open access repository that collects the work of Toulouse researchers and makes it freely available over the web where possible. This is an author-deposited

Plus en détail

LES EDITIONS CoMPAGNoNS

LES EDITIONS CoMPAGNoNS LES EDITIONS CoMPAGNoNS Une gamme d outils malicieux pour les utilisateurs Sage EDITION 2014 37, rue Paule Raymondis 31200 Toulouse France Tél. : +33(0)5.61.26.71.64 Fax : +33(0)5.61.26.80.42 Contact commercial

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Santé à domicile et autonomie : Contexte, enjeux, perspectives

Santé à domicile et autonomie : Contexte, enjeux, perspectives Rencontres INRIA Industrie : les Sciences du Numérique au Service de la Santé à Domicile et de l'autonomie Santé à domicile et autonomie : Contexte, enjeux, perspectives Jacques Duchêne, Université de

Plus en détail

REVOLUTION NUMERIQUE EN SANTE ou LA SANTE CONNECTEE. SME NEUCHATEL 18 JUIN 2014 Ph de Lorme CHU Rouen

REVOLUTION NUMERIQUE EN SANTE ou LA SANTE CONNECTEE. SME NEUCHATEL 18 JUIN 2014 Ph de Lorme CHU Rouen REVOLUTION NUMERIQUE EN SANTE ou LA SANTE CONNECTEE SME NEUCHATEL 18 JUIN 2014 Ph de Lorme CHU Rouen ENJEUX DE LA FRANCE NUMERIQUE Renforcer la compétitivité de l économie française grâce au N. Permettre

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

Appel à Projets vague C

Appel à Projets vague C Appel à Projets vague C Programme international de recherche ISD Information System Dynamics 2010-2012 Ouverture de la campagne : 06 février 2012 Date limite pour la soumission des propositions : 06 avril

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Chiffre d affaires du T1 2011 Conférence téléphonique 4 Mai 2011

Chiffre d affaires du T1 2011 Conférence téléphonique 4 Mai 2011 Chiffre d affaires du T1 2011 Conférence téléphonique 4 Mai 2011 Profil Cegedim > Groupe CRM & données stratégiques Professionnels de santé Assurances & services Finance 2 T1 2011 conforme aux attentes

Plus en détail

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation - 6 janvier 2014 - Le 23 décembre 2013, le Gouvernement a déposé sur le Bureau du Sénat, un projet de loi relatif à la géolocalisation. Ce texte

Plus en détail

SEANCE N 1. Démarche d'investigation

SEANCE N 1. Démarche d'investigation SEANCE N 1 Démarche d'investigation Cette séance a pour but de faire percevoir à l élève que plusieurs objets techniques portant la même dénomination ont pu évoluer en fonction de l évolution des besoins

Plus en détail

Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie

Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie Paris, le 25 février 2014 Innovation Capital, société de capital investissement fondée

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

La démarche commerciale

La démarche commerciale FICHE DE SYNTHÈSE Module 5 La démarche commerciale - MODULE SEMAINE 5 - SOMMAIRE : I) Organiser la prospection et savoir se mettre en situation de réussite par la mise en place d une stratégie de recherche

Plus en détail

Mobilitics : Saison 1 : résultats iphone. Conférence de presse du 9 avril 2013

Mobilitics : Saison 1 : résultats iphone. Conférence de presse du 9 avril 2013 Mobilitics : Saison 1 : résultats iphone + Conférence de presse du 9 avril 2013 1 Smartphone, un ami qui vous veut du bien... 24 millions de smartphones en France (médiamétrie, Septembre 2012) Près d 1

Plus en détail

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Section éthique et déontologie du CNOM Rapporteur : Dr. Bernard LE DOUARIN Juillet 2012 Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Personnes

Plus en détail

Programme national de numérisation. Ministère de la Culture et de la Communication. Appel à projets 2012. Services numériques culturels innovants

Programme national de numérisation. Ministère de la Culture et de la Communication. Appel à projets 2012. Services numériques culturels innovants Paris, le 28 novembre 20 Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles et de l innovation Département de la Recherche, de l Enseignement supérieur et de la Technologie Programme

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

INNOVATION À L UNISS O N!

INNOVATION À L UNISS O N! INNOVATION À L UNISS O N! Le 11 octobre dernier, 40 collaborateurs SFR de tous pro ls se sont rassemblés pour un «hold-up» très spécial. Leur mission : s emparer de cinq prototypes ou services SFR et explorer

Plus en détail

Contenu disciplinaire (CK)

Contenu disciplinaire (CK) Compilation des suggestions apportées par les participants aux ateliers du Rendez-vous des conseillers pédagogiques Colloque de l AQPC 2013 Application technologique Trouver les causes, la biologie derrière

Plus en détail

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs smart solutions for smart leaders Le «Big Data» assurément Rédigé par Pascal STERN Architecte d Entreprise Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs Un avis rendu par la cour de justice

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail