Alzheimer et nouvelles technologies : Pistes de réflexion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Alzheimer et nouvelles technologies : Pistes de réflexion"

Transcription

1 Alzheimer et nouvelles technologies : Pistes de réflexion Pistes de réflexion en vue du colloque des 2 et 3 décembre 2011 P. 1

2 Sommaire Introduction... 3 Maladie d Alzheimer en chiffres... 4 Technologies en plein essor... 4 Gérontechnologie... 4 NBIC et nanotechnologies... 4 Un cadre conceptuel à définir... 6 Définition des enjeux et du cadre de réflexion... 6 Cognition et générations... 7 Temps et cible des technologies... 7 Contenu et ressources... 8 Les technologies de surveillance... 8 Les technologies d intelligence artificielle et de domotique... 8 Les NBIC... 9 Les questionnements éthiques posés par ces technologies Conclusion et synthèse Bibliographie et ressources web Bibliographie Ressources web P. 2

3 Introduction La maladie d Alzheimer peut être pensée comme la maladie de la communication et de la dépendance : fonctions cognitives touchées, diminuées, communication rendue difficile dépendance subie, du point de vue de la personne malade comme de celui des aidants, des proches et des soignants, mise en danger de la sécurité de la personne malade lors de la déambulation. Autant de concepts qui, semble-t-il, touchent directement les développements modernes et contemporains de la technologie : technologies de la communication, 1 de la géolocalisation (et par extension leur application à la surveillance), avancées des biotechnologies, convergence des nanotechnologies, des sciences cognitives... Si ce télescopage des problématiques et des nouvelles technologies semble fécond de promesses, un ensemble de raccourcis, confusions et oublis peut faire manquer les véritables enjeux des technologies contemporaines dans leur relation à la maladie d Alzheimer. Les nanotechnologies, la biotechnologie, l informatique peuvent-elles apporter des éléments de réflexion, des technologies d assistance à la personne malade Alzheimer? Dans quelle mesure, avec quelles limites? Avant de dresser les éléments conceptuels du cadre de réflexion, puis de présenter les ressources, acteurs et dynamiques en place aujourd hui et demain, nous présenterons quelques données de contextualisation. 1 Fréquemment appelées NTIC pour Nouvelles technologies de l information et de la communication. Elles regroupent un ensemble assez disparate de dispositifs et leur définition n est pas clairement établie. P. 3

4 Maladie d Alzheimer en chiffres En France en 2010 le nombre de cas de démence est évalué entre et cas selon les études, soit plus de 1,2% de la population totale. D ici 2050 ce chiffre devrait être multiplié par 2,4, soit plus de cas, représentant près de 3% de la population. Au niveau mondial, le nombre de cas de démence a déjà dépassé 24 millions, et près de 4.6 millions de n ouveaux cas sont comptabilisés chaque année, correspondant à un nouveau cas toutes les 7 secondes soit plus de 80 millions de cas en Technologies en plein essor Quelques chiffres situant les différentes technologies directement reliées à la maladie d Alzheimer (assistance cognitive, poids des nanotechnologies ), considérés à travers leur poids économique. Gérontechnologie Les technologies appliquées à la personne âgée sont en forte progression. En témoignent les indicateurs de l ASIPAG 3 concernant l activité des membres, en France et à l export, entre 2009 et 2010 : C.A. : 55,6 Millions d uros en 2010 (+ 62% entre 2009 et 2010*) Dont C.A. export : 10,8 Millions d uros en 2010 (+ 120% entre 2009 et 2010*) Nombre d unités vendues : en 2010 (+ 26% entre 2009 et 2010*) Effectif : 256 salariés (+ 27% entre 2009 et 2010*) NBIC et nanotechnologies Les NBIC, convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, de l informatique et des sciences cognitives, sont un domaine difficilement chiffrable. Citons simplement le poids économique, contesté, des nanotechnologies en 2015, estimé à 1000 milliards de dollars en Source : Rapport du Dr Claudine BERR, Directeur de recherche Inserm, pour la Fondation Plan Alzheimer 3 Association Solutions Innovantes pour l Autonomie et Gérontechnologies 4 Estimation de la National Science Foundation, Washington. Cf Article de ParisTech Review P. 4

5 En 2011, les principales entreprises de biotechnologies (Europe, Japon, Etats- Unis, Canada et Australie confondu) ont déclaré des profits de 4,7 milliards de dollars, en progression de 30% 5. 5 Rapport Ernst&Young sur les biotechnology Beyond borders : global biotechnology report 2011 P. 5

6 Un cadre conceptuel à définir Il semble presque entendu que la question de la prise en charge de la personne malade Alzheimer trouvera des éléments de réponse, partiels, dans la montée en puissance de ces technologies. Néanmoins, il s agit de préciser ce cadre conceptuel, car de ce rapprochement découlent plusieurs approximations et représentations erronées de l a spécificité de la maladie d Alzheimer. De plus, le terme de «Nouvelles technologies» est à définir, dans la mesure où cela permettra d éviter les erreurs d appréciation. En somme, il s agira, pour établir des pistes de réflexions, de prendre en compte la spécificité concrète de la maladie d Alzheimer, et certainement pas de la limiter à une «maladie de la vieillesse» (ce que les gérontechnologies supposent). De la même manière, une définition claire des «nouvelles» technologies dont il question s impose, ce qui évitera de traiter de pratiques qui ne rentrent pas dans ce cadre. Cela permettra également d ouvrir un volet prospectif sur les avancées technologiques qu il est possible de prévoir et qui n existent qu au stade de projet. Enfin, le terme de «nouvelle technologie» semble, dans la représentation commune, toucher principalement les technologies utilisables par des nonprofessionnels (bracelet GPS par exemple). Il peut être important de ne pas limiter la technologie à son aspect «utilisateur», au risque de ne pas prendre en compte les enjeux contemporains. Définition des enjeux et du cadre de réflexion Le Workshop préparatoire organisé par l Espace éthique Alzheimer a mis en avant le besoin fondamental d une définition claire des enjeux et des termes du débat. En effet, le risque est de traiter : 1. De la maladie d Alzheimer comme d un «exemple» de c ondition liée à l âge (d où le recours aux gérontechnologies). La personne malade Alzheimer ne serait qu une personne âgée, concernée par des dispositifs et technologies «génériques» (confort, hygiène, déplacement ) 2. De pratiques existantes assistées par des technologies «nouvelles». Par exemple, traiter de stimulation cognitive à travers des appareils tactiles ne touche pas à proprement parler une nouvelle technologie, mais un nouveau support, l exercice étant le même sur papier. Il semble que ce type de situation ne présente pas de problématique particulière, car elle n est qu une transposition de support. P. 6

7 3. Des technologies existantes, sans aspect prospectif, en en dressant un inventaire non structuré. Cognition et générations Prendre la question des technologies sous l angle de l âge présente de nombreux problème. Parmi eux, notons simplement la négation des malades jeunes, qui ne sont absolument pas concernés par la majorité des produits gérontechnologiques. Notons également la négation de la spécificité de la dépendance Alzheimer. L approche cognitive, dans la réflexion sur les nouvelles technologies, doit donc prévaloir sur l approche générationnelle. Temps et cible des technologies Traiter des «nouvelles technologies» implique, avant toute autre considération, que des pratiques, des systèmes et des méthodes jusque là impossibles, et souvent impensables, sont désormais rendus 1) accessibles ou 2) raisonnablement imaginables à court ou moyen terme. Il est donc important de garder à l esprit que les nouvelles technologies (NTIC, géolocalisation, ou nanotechnologies) doivent ouvrir des perspectives nouvelles et inédites (c est ce qui sera attendu par le public). Le volet des technologies dites émergentes ne doit pas être absent de cette réflexion. Il n est donc pas nécessaire de limiter les technologies à l existant, ni aux technologies connues du grand public, parmi lesquelles le bracelet semble être le mieux identifié. Les technologies peuvent être au moins de trois «familles» : 1. Les technologies grand public, du quotidien (perspectives en télésanté pour une personne malade très dépendance, par exemple). 2. Les technologies du soin, employées par les professionnel(le)s (problématiques liée à la surveillance automatisée, par exemple) 3. Les avancées technologiques dans la recherche (que peut-on raisonnablement imaginer quant à l impact des nanotechnologies, des nanomécanismes, de la fusion des technologies émergentes au service d une assistance cognitive?) P. 7

8 Contenu et ressources Les questions posées par les nouvelles technologies doivent être spécifiques à la maladie d Alzheimer, l interroger tout particulièrement, et non des questions d éthique médicale appliquées à elle (annonce, décision, biomarqueurs). Il est important que les exemples identifiés répondent aux critères suivants : - Ils traitent spécifiquement de la maladie d Alzheimer ou apparentés, et ne sont pas à destination de l ensemble de la population âgée. Les technologies visent spécifiquement la spécificité de la maladie d Alzheimer (perte progressive d autonomie, notamment décisionnelle, par exemple, perte de mémoire immédiate) - Ils exploitent ou développent une technologie nouvelle de manière centrale (cette technologie n est pas un simple remplacement, comme la tablette tactile peut l être pour le papier) Les «familles» de technologies ci-dessous ne sont pas imperméables. Néanmoins, plusieurs tendances émergent depuis quelques années, sous la pulsion de deux dynamiques : - La nécessité (économique) de conserver la personne malade le plus longtemps à domicile - La convergence de différentes sciences et projets, comme les neurosciences, les bio et nano technologies, les sciences cognitives Les technologies de surveillance Technologie existante et disponible La surveillance géolocalisée (parfois à l insu de la personne atteinte) à l aide d un dispositif de type bracelet. Technologie existante, elle est semi-autonome (le bracelet peut par exemple émettre un signal si la personne sort d un périmètre défini par les proches). Les technologies d intelligence artificielle et de domotique Technologie en développement, disponible dans quelques années En développement depuis plus de 10 ans (notamment par IBM et les universités américaines), il s agit d une intelligence artificielle embarquée (dans un objet, dans un véhicule, répartie dans une maison ) qui guide et aide le patient dans P. 8

9 ses taches quotidiennes. Les différents projets visent moins à remplacer totalement les aidants qu à fournir une assistance aux personnes en début de maladie, permettant de retarder au maximum le placement en institution. A travers des outils de géolocalisation et de communication inter-objets, le système vise à prévenir le porteur d une tâche oubliée. Il s agit d une application des systèmes de «maison intelligente» (domotique) spécifique aux personnes atteintes de troubles cognitifs. Exemple d utilisation intelligente : - Le porteur entre dans la cuisine, se rapproche d une plaque et l allume. - La plaque communique avec le dispositif intelligent et l «informe» de son allumage - Il sort de la cuisine - Si, au bout de 20 minutes, il n est pas rentré dans la cuisine, le dispositif lui rappelle que la plaque est allumée, ou éteint la plaque pour lui. Cet exemple s applique également aux situations où la personne laisse couler l eau, laisse la porte ouverte : un dispositif intelligent communique avec la maison et guide, prévient et conseille la personne. Les bénéfices de cette technologie sont, selon ses développeurs, doubles : des aidants moins sollicités, et une «tranquillisation» de la personne malade grâce à un dispositif qui lui transmet des informations circonstanciées. Projet ATC (Assistive Technology for Cognition] En développement depuis une dizaine d année : un dispositif embarqué d assistance cognitive. Les NBIC Convergence de technologies existantes ou en développement, dont on pressent l intérêt fort mais qui demeurent extrêmement débattues. L acronyme NBIC regroupe les nanotechnologies, biotechnologies, l informatique et les sciences cognitives. Il ne désigne pas uniquement l ensemble disparate de ces champs de r echerche mais leur convergence et les applications qui en découleront. Parmi les applications de ces technologies, on peut citer les projets d implants cérébraux régulant les activités 6, permettant donc en théorie de r alentir les effets de la maladie d Alzheimer. Ceci est proche de la thématique du 6 Sur le sujet du recours aux NBIC pour détecter et ralentir les maladies d Alzheimer ou Parkinson, voir dans le Libération du 18 juin 2011 Transhumanistes sans gène, p. IV P. 9

10 transhumanisme 7, c est-à-dire de l amélioration des capacités physiques et mentales de l Homme, par des sciences et techniques. Ce champ de recherche est éthiquement extrêmement sensible (on y retrouve en grande partie les arguments et contre-arguments liés aux nanotechnologies). De plus, dans le cadre d un colloque, il devra être clairement situé dans un domaine prospectif et expérimental, mais il est évidemment fécond en réflexion éthique. 7 Sur le sujet : Demain les posthumains : Le fututr a-t-il encore besoin de nous? de Jean-Michel Besnier P. 10

11 Les questionnements éthiques posés par ces technologies Les différentes réponses technologiques aux situations liées à la maladie d Alzheimer représentent des problèmes éthiques de plusieurs natures. Nous en identifions au moins trois, toutes liées : - Problématiques de la surveillance : abordées au cours du workshop, ce sont les questions liées à la géolocalisation (bracelets notamment), à l acceptation de ces dispositifs (le patient doit-il être systématiquement prévenu, dans quelle mesure peut-on l aider sans qu il l accepte ) - Problématiques de la vie privée : également présente dans les cas de géolocalisation, ce type de question apparaît également dans le domaine de la domotique, de l a maison intelligente, qui communique des informations (activité, déplacement) pour assister le patient. Qui dispose de ces informations, quelle maîtrise peut-on avoir sur elles, touchent-elles à la vie privée de manière problématique. - Problématiques liées aux NBIC et aux nanotechnologies, qui interrogent la place globale de l Homme, les limites qu il doit ou non fixer à sa maîtrise technique, les problèmes liés aux intérêts financiers qui dirigent la recherche (qui est propriétaire de mes données) En sommes, les problématiques que l on retrouve dans les questions de t echnologies et nanotechnologies appliquées au corps humain. Il apparaît que les questions, si elles sont de natures diverses, se modifient en fonction de l avancée et de la disponibilité de la technologie (les technologies existantes ne posent pas les mêmes interrogations que les technologies émergentes et leur utilisation prospectives). P. 11

12 Conclusion et synthèse Il apparaît important de se baser sur une grille de critères pour établir les thématiques et questions traitées lors des conférences. Comme base de ces critères, nous proposons les suivants : - La maladie d Alzheimer doit être considérée comme maladie neurologique et non comme symptôme du vieillissement. A ce titre, il ne suffit pas qu une technologie appartienne au champ des gérontechnologies pour être pertinente. - Les «nouvelles» technologies doivent prendre en compte les technologies émergentes et leur aspect prospectif. Se limiter aux technologies disponibles sur le marché appauvrirait le débat et fermerait de nombreuses réflexions éthiques, parmi les plus actuelles et fécondes. - Les technologies abordées doivent présenter une profondeur éthique (dans leur application, les risques de dérives, les questions sociales qui en découlent) qui pourra être présentée et débattue. Les technologies nouvelles et émergentes peuvent être de plusieurs natures, qui illustrent l importance (économique, sociale, éthique) de la maladie d Alzheimer. Parmi elles : 1) Les technologies de surveillance (géolocalisation, bracelet, etc.) 2) Les objets intelligents, qui visent à pal lier aux déficiences cognitives et mémorielles des patients en faisant dialoguer entre eux des objets pour prévenir, aider et rassurer le malade 3) Les technologies nées de la convergence des NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, l informatique et les sciences cognitives) qui visent à modifier le vivant pour supprimer ou ralentir les effets de la maladie. Il nous semble important d aborder au moins ces trois familles de technologies, qui représentent trois «temps» : 1) Les objets existants, connus et commercialisés 2) Les installations et développements en cours de déploiement (domotique, maison intelligente) 3) La prospective et la réflexion sur les technologies émergente (NBIC appliquées à la santé) P. 12

13 Bibliographie et ressources web Bibliographie Besnier, Jean-Michel, Demain les posthumains : Le fututr a-t-il encore besoin de nous?, Fayard, Paris, 2010 BRADDOCK, David, RIZZOLO, Mary C., THOMPSON, Micah, BELL, Rodney, Emerging Technologies and Cognitive Disability, Journal of Special Education Technology, Coleman Institute, 19(4), Automne Disponible en ligne. CORNU, Jean-Michel, Nouvelles technologies, nouvelles pensées? La convergence des NBIC, Fyp Editions, Paris, 2008 JOTTERAND, Fabrice, Emerging Conceptual, Ethical and Policy issues in Bionanotechnology, Springer, 2010 Ressources web [SITE] Site de l AgeLab, di Massachussets Institute of Technology (MIT), qui présente les avancées de leur laboratoire dans le domaine de la dépendance liée à l âge et à la maladie. [SITE] Site du Coleman Institute for Cognitive Disabilities, établissement produisant notamment des notes de réflexion et études sur les nouvelles technologies et les déficits cognitifs. [ARTICLE] Article sur le site de Forbes présentant plusieurs technologies liées à l âge. Angle économique sur le vieillissement global de la population. Rédaction : Pierre-Emmanuel Brugeron pour l'erema P. 13

20 mars 2013. Colloque «L ingénieur contre la dépendance»

20 mars 2013. Colloque «L ingénieur contre la dépendance» 20 mars 2013 Grand amphithéâtre MGEN 3, square Max Hymans, Paris 15e Colloque «L ingénieur contre la dépendance» Comment créer une chaîne de valeur et de responsabilité dans une dynamique interprofessionnelle?

Plus en détail

Journée DES Santé Publique 15.12.2014

Journée DES Santé Publique 15.12.2014 Journée DES Santé Publique 15.12.2014 Sommaire 1. Pathologies concernées par le plan des MND 2. Plan Alzheimer 2008-2012 1. Présentation 2. Évaluation 3. Retour d expérience 3. Plan Maladies Neuro-Dégénératives

Plus en détail

Espace éthique Alzheimer - Bilan des premiers mois d activité. Présentation au Comité de Suivi du Plan Alzheimer - 30 juin 2011

Espace éthique Alzheimer - Bilan des premiers mois d activité. Présentation au Comité de Suivi du Plan Alzheimer - 30 juin 2011 Espace éthique Alzheimer - Bilan des premiers mois d activité Présentation au Comité de Suivi du Plan Alzheimer - 30 juin 2011 Constitution d un réseau national RNREMA : Mise en place du Réseau national

Plus en détail

Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie. PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie

Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie. PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie Expérimentation ESTIMA de géolocalisation des malades d Alzheimer fait partie du projet

Plus en détail

Un centre sur les neurosciences

Un centre sur les neurosciences Sommaire Un centre sur les neurosciences Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Le 6 août 2014 Centre des sciences de la santé Sunnybrook L incidence des maladies du système

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur?

Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur? Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur? Les opportunités pour les entreprises? Christophe RICHARD Pour mémoire Open Data Big Data «Open» signifie «ouvert» «Data»

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Le baromètre fête cette année ses 10 ans :

Le baromètre fête cette année ses 10 ans : Ce baromètre créé en 2004 et produit par l Assemblée des Communautés de France (AdCF) et Ocalia, présente chaque année l évolution et les usages du numérique dans les communautés, qu elles soient de communes,

Plus en détail

Gestion du risque dans les EMS: des alternatives au toutsécuritaire? Atelier animé par le Conseil éthique de l AFIPA

Gestion du risque dans les EMS: des alternatives au toutsécuritaire? Atelier animé par le Conseil éthique de l AFIPA Gestion du risque dans les EMS: des alternatives au toutsécuritaire? Atelier animé par le Conseil éthique de l AFIPA Journée romande de Curaviva du 3 avril 2014 Vignette clinique : Description de la situation

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les Carbet des aidants sur les Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées Dossier de presse Le réseau Gérontologie-Alzheimer organise, le 16 novembre 2013 à l Auditorium de la Mairie de Rémire-Montjoly,

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

en avant-première Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6

en avant-première Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6 en avant-première dossier de presse - mai 2014 Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6 La «Silver Economy» (économie

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital 1- Statistiques du concours 2012 : 1.1- postes, de inscrits, présents, admissibles et admis : Année Postes ouverts Inscrits

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

LE BIEN VIEILLIR VU PAR TARKETT DOSSIER DE PRESSE. *une expérience unique du revêtement de sol

LE BIEN VIEILLIR VU PAR TARKETT DOSSIER DE PRESSE. *une expérience unique du revêtement de sol LE BIEN VIEILLIR VU PAR TARKETT DOSSIER DE PRESSE *une expérience unique du revêtement de sol * FLOORINMOTION CARE DES ESPACES DE VIE CONNECTÉS AU SERVICE DU BIEN VIEILLIR En 2060, les personnes âgées

Plus en détail

conduites addictives en entreprise

conduites addictives en entreprise PRÉVENTION conduites addictives en entreprise GUIDE D INFORMATION ET DE PRÉVENTION Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre entreprise Parce que les comportements addictifs

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours Atelier 2 Stéphane Belin secours 1 La personne âgée: Contexte sociétal Augmentation des P.A. d ici à 2050 : + 62,3 % pour les > de 60 ans. + 149,9 % pour les > de 80 ans Au cours des 15 prochaines années

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 SOMMAIRE Avant-propos... 15 Introduction générale. Présentation de la méthode de «causalité»... 19 PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 CHAPITRE I Nous

Plus en détail

Introduction générale...15 Chapitre 1 Problématique de la gestion de la communication interne entre les fonctions-clé de l entreprise...

Introduction générale...15 Chapitre 1 Problématique de la gestion de la communication interne entre les fonctions-clé de l entreprise... Sommaire Introduction générale...15 Chapitre 1 Problématique de la gestion de la communication interne entre les fonctions-clé de l entreprise...21 Objectifs du chapitre 1...23 Les enjeux des acteurs du

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

débattre, comprendre, agir

débattre, comprendre, agir la dépendance : débattre, comprendre, agir Février 2011 MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE débat national sur la dépendance Pourquoi un débat sur la dépendance? Vivre plus longtemps :

Plus en détail

Newsletter Septembre 2015

Newsletter Septembre 2015 Newsletter Septembre 2015 Objets Connectés La monétique, secteur en devenir de cette révolution? 2015 sera incontestablement «l année 1» des objets connectés. Depuis quelques mois, il ne se passe pas une

Plus en détail

En premier lieu sur leur rôle respectif de l'expert-comptable et du commissaire aux comptes :

En premier lieu sur leur rôle respectif de l'expert-comptable et du commissaire aux comptes : Intervention à la Cour d appel le 10 décembre 2010 Le rôle du commissaire aux comptes dans l'anticipation et la prévention des difficultés des entreprises Particulièrement sur le sujet de la prévention

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014 L habitat intelligent : pourquoi? Quel contexte? Deux processus congruents : le vieillissement démographique la prolifération des dispositifs intelligents dans notre

Plus en détail

Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012

Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012 Uzès 21.9.2009 Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012 Dr Denise STRUBEL Centre de Gérontologie CHU Nîmes Le 3e plan Alzheimer (2008-2012) Proposition de 44 mesures selon 11 objectifs et 3 axes Axe

Plus en détail

Livre blanc. Quelles applications. pour. quelle mobilité

Livre blanc. Quelles applications. pour. quelle mobilité Livre blanc Quelles applications? pour quelle mobilité 2 «À l aube d une ère nouvelle, la mobilité voit ses usages se multiplier dans notre vie quotidienne, privée comme professionnelle. La déferlante

Plus en détail

Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux. Notre programme d interventions

Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux. Notre programme d interventions Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux Notre programme d interventions Contexte Depuis plusieurs années, les questions de santé au travail occupent une place croissante,

Plus en détail

Préface UN GUIDE À PLUSIEURS TITRES

Préface UN GUIDE À PLUSIEURS TITRES «Le taux d innovation a des chances d augmenter quand les changements du milieu rendent insatisfaisantes les procédures organisationnelles existantes.» Tel est l un des messages importants du prix Nobel

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Français, langue d enseignement LA CONDUITE D ABORD

Français, langue d enseignement LA CONDUITE D ABORD Français, langue d enseignement FRA - 5143-3 LA CONDUITE D ABORD Compréhension en lecture Dominante argumentative Prétest Version B Consignes - Vous devez répondre à ce prétest comme s il s agissait de

Plus en détail

Modalités de participation

Modalités de participation Modalités de participation Introduction Les Prix MIT Technology Review Innovateurs de moins de 35 ans sont une initiative de la revue de l Institut Technologique du Massachusetts (MIT), qui depuis plus

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité Concours ERDF de l innovation 2015 «Réseaux Electriques Intelligents» Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Cybersécurité dans les entreprises 9 ème Entretiens de Télécom ParisTech Alain Bouillé Président du CESIN Sommaire 1. Quel terrain de jeu

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 2013 Ipsos. Tous droits réservés. Contient des informations confidentielles et propriétaires d Ipsos

Plus en détail

Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir

Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir 1. Introduction : - par Marie Béatrice Levaux, présidente de la FEPEM 2. Chiffres et données clés :

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Bourse Charles Foix édition 2015 Le dossier est à retourner avant le vendredi 24 juillet 2015 à minuit par mail ou par courrier (le cachet faisant foi) à : S I L V E R V A L L E

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Philippe ROLLANDIN. Le monde cannibale. Le défi démographique de 2065

Philippe ROLLANDIN. Le monde cannibale. Le défi démographique de 2065 Philippe ROLLANDIN Le monde cannibale Le défi démographique de 2065 LE MONDE CANNIBALE Défis Collection dirigée par Laurent Giroux Cette collection propose soit des ouvrages offrant des outils rapidement

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR)

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la connaissance approfondie

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

2008 : CHRONIQUE d une croissance annoncée

2008 : CHRONIQUE d une croissance annoncée 2008 : CHRONIQUE d une croissance annoncée DIGITAS FRANCE : Synergie des métiers Research / UBE Website test Pré-test de campagne Post-test de campagne Profiling / Typologie Scoring Ateliers utilisateurs

Plus en détail

IEMA-4. Appel à participation

IEMA-4. Appel à participation Appel à participation Les tendances, méthodes et outils de mise en place des cellules de veille et d intelligence économique Sensible aux nouveaux enjeux en matière de veille, d intelligence économique

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

Frédérique BLOTT Développeur RH

Frédérique BLOTT Développeur RH Le Management des Hommes et des Organisations : une compétence au service de la santé des salariés, un domaine d expertise qui a sa place au sein des équipes pluridisciplinaires. Frédérique BLOTT Développeur

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document Congrès AGRH 2013 Conférences sur le thème de la connaissance praticable Nature du document Paris, le 28 novembre 2013 Document3/fmr Congrès AGRH 2013 Catherine VOYNNET FOURBOUL Directrice Master Executive

Plus en détail

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI LES PRATIQUES des ENTREPRISES MULTINATIONALES en MATIÈRE D EMPLOI au CANADA : développer les capacités organisationnelles et les institutions pour favoriser l innovation Jacques Bélanger, Pierre-Antoine

Plus en détail

Les solutions électriques

Les solutions électriques Les solutions électriques pour vivre chez soi plus longtemps La technologie au cœur du parcours de vie Vivre chez soi plus longtemps grâce à une installation électrique évolutive Selon l Insee, les plus

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

L assistance de l INRS sur les horaires atypiques Quelles interrogations des entreprises? Dr Marie-Anne GAUTIER, INRS

L assistance de l INRS sur les horaires atypiques Quelles interrogations des entreprises? Dr Marie-Anne GAUTIER, INRS L assistance de l INRS sur les horaires atypiques Quelles interrogations des entreprises? Dr Marie-Anne GAUTIER, INRS 36 Plan Introduction L Assistance sur les horaires atypiques Conclusion Les Produits

Plus en détail

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention 1 re PARTIE Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention Table ronde N 1 Les réponses de l état : quelles politiques publiques pour la recherche? Ont pris part aux débats : Pr Mathieu

Plus en détail

Mobilitics : Saison 1 : résultats iphone. Conférence de presse du 9 avril 2013

Mobilitics : Saison 1 : résultats iphone. Conférence de presse du 9 avril 2013 Mobilitics : Saison 1 : résultats iphone + Conférence de presse du 9 avril 2013 1 Smartphone, un ami qui vous veut du bien... 24 millions de smartphones en France (médiamétrie, Septembre 2012) Près d 1

Plus en détail

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage Master 1 T2M Instructions pour la rédaction des notes de stage I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et la

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX

COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX Tél. : +33 1 30 57 31 22 contact@candidatus.com L A G E S T I O N D E C A N D I D A T

Plus en détail

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques,

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques, KCE: c est quoi? Un organisme fédéral d'intérêt public autonome («semi» gouvernemental ) Sous la tutelle du Ministre de la Santé publique et des Affaires sociales Créé en 2002 et actif depuis mi 2003 Une

Plus en détail

Technologies innovantes dans les établissements pour séniors Opportunités en France à horizon 2015-2020

Technologies innovantes dans les établissements pour séniors Opportunités en France à horizon 2015-2020 Technologies innovantes dans les établissements pour séniors Opportunités en France à horizon 2015-2020 Présentation de l étude multi clients réalisée par CODA Strategies Août 2012 CODA STRATEGIES 4 rue

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr Stratégie des risques Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 La stratégie du risque... 2 I.0 Une démarche d entreprise... 2 I.1 Appétit pour le risque... 3 I.2 La tolérance

Plus en détail

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Conférence Big Data CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Le BIG DATA : le nouveau pétrole de la société. En présence de : Christophe MENICHETTI (spécialiste BIG DATA chez IBM) JN. SCHNEIDER et F. WEYGAND (professeurs

Plus en détail

Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille.

Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille. Le GPS, la téléphonie mobile et les alertes intelligentes au service de la santé et de votre famille. Symposium sur les Créneaux d'excellence québécois et les Pôles de compétitivité français Québec Mercredi

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Présentation de CoFundy

DOSSIER DE PRESSE. Présentation de CoFundy DOSSIER DE PRESSE Présentation de CoFundy SOMMAIRE I. CoFundy. 2 1. Une plateforme de crowdfunding pour la Tunisie 2. Un nouveau mode de financement 1 3. Les projets soutenus 4. La diaspora tunisienne

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Appel à projets Bourse Charles Foix édition 2015

Appel à projets Bourse Charles Foix édition 2015 Appel à projets Bourse Charles Foix édition 2015 APPEL À PROJETS - LA BOURSE CHARLES FOIX Clôture le vendredi 24 juillet 2015 à minuit Silver Valley lance, en partenariat avec le Conseil régional d Ile

Plus en détail

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet.

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet. Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention L Alcool sur le lieu de travail Références Le code du Travail (Articles R4228-20, R4228-21, R3231-16 et R4225-4) et le code des débits de boissons (Articles L.13

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

La domotique, ou comment les nouvelles technologies vont révolutionner notre façon de consommer de l énergie à domicile

La domotique, ou comment les nouvelles technologies vont révolutionner notre façon de consommer de l énergie à domicile La domotique, ou comment les nouvelles technologies vont révolutionner notre façon de consommer de l énergie à domicile Mars 2015 La domotique ou comment les nouvelles technologies vont révolutionner notre

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Gérer le risque opérationnel ORM - Operational Risk Management Juin 2008 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise GM Gouvernance PR Projets IS Systèmes d Information SO Service Management 1 Le risque

Plus en détail

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche 1 Appendice N Modèle de plan de travail de recherche Par Yannick Queau La théorie des régimes face aux difficultés de la coopération internationale : le cas du régime sur la biodiversité (titre provisoire)

Plus en détail

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 Page 1 www.halal-institute.org Le système HACCP 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 HACCP = Hazard Analysis Critical Control Point (analyse des dangers

Plus en détail