LA TITRISATION DES CRÉANCES BANCAIRES : UNE ÉTUDE EN DROIT COMPARÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA TITRISATION DES CRÉANCES BANCAIRES : UNE ÉTUDE EN DROIT COMPARÉ"

Transcription

1 SÈNAMI CÉCILE-CLAUDE RACHEL AHOYO LA TITRISATION DES CRÉANCES BANCAIRES : UNE ÉTUDE EN DROIT COMPARÉ Mémoire Présenté à la Faculté des Études Supérieures de l'université Laval pour l'obtention du' grade de Maîtrise en droit (LLM.) Avril 1997 O Sènarni C-C. Rachel AHOYO, 1997

2 NaUOW U D W of Canada Acquisitions and Bibliographie Services miuiiuu IqUG 8 iauui -8- du Canada Acquisitions et senrices bibliographiques 395 Wellington Street 395, rue Wellington Ottawa ON K1A ON4 Ottawa ON K1A ON4 Canada Canada The author has granted a nonexclusive licence allowing the National Librq of Canada to reproduce, loan, distribute or self copies of this thesis in microform, paper or electronic formats. The author retains ownership of the copyright in this thesis. Neither the thesis nor substantial extracts fiom it may be printed or otherwise reproduced without the author's permission. L'auteur a accordé une licence non exclusive permettant à la Biblioîhèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distribuer ou vendre des copies de cette thèse sous la forme de microfiche/nim, de reproduction sur papier ou sur format électronique. L'auteur conserve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent être imprimés ou autrement reproduits sans son autorisation.

3 AVANT-PROPOS La réalisation de ce mémoire a été rendue possible grâce à la collaboration de notre directeur de programme, Monsieur Sylvio Normand, qui nous a encouragé à le rédiger dans les délais ; nous lui adressons nos sincères remerciements, Ce mémoire est surtout le fruit de l'assistance de notre directrice, Madame Nicole L'heureux qui, par sa disponibilité et son souci constant du travail bien fait, n'a ménagé aucun effort pour nous prodiguer ses précieux conseils. Nous lui manifestons ici notre profonde gratitude et voulons lui dire combien nous avons eu du plaisir à travailler avec elle. Nous dédions ce travail d'abord à notre chère maman, Véronique, sans laquelle nous n'aurions pas pu bénéficier de ce séjour à l'université Laval. Très soucieuse de l'avenir de ses enfants et seule à nous porter depuis onze ans, eue a consenti d'énormes sacrifices pour nous offrir une bonne éducation. Puisse-t-elle trouver dans ce travail la récompense à ses innombrables privations. À notre soeur Mireille et à nos frères Philippe, Jean-Paul, Thierry et Luc-Olivier ainsi qu'à leurs conjoints Christian et Carole, sans oublier Christian Adjadohoun et Georgie Agboton, nous voulons dire merci pour leurs incessants encouragements et pour l'amour dont chacun d'eux fait preuve pour l'harmonie de notre belle famille. Puissions-nous rester toujours unis. Quant à Gloria, adorable nièce, nous souhaitons qu'elle grandisse dans la chaleur de cette famille afin de faire un jour mieux que nous. Que tous ceux et celles que nous aimons trouvent dans ce mémoire le fmit de leur permanente assistance. Enfin, puisque demère toute femme il y a un homme, nous voulons tout spécialement dédier ce mémoire à notre cher Charles, notre grande motivation, qui nous a entouré de son amour et de son indéfectible présence pendant toute sa réalisation. Puissionsnous voir se réaliser dans les mois à venir nos meilleurs projets.

4 Résumé Ce mémoire fait d'abord une présentation générale de la titrisation en commençant par les conditions de son apparition en Amérique du Nord et dans les pays de l'ocde. II fait état des diverses réglementations nationales en la matière et dégage- les principales parties qui interviennent dans l'opération. Le mémoire souligne ensuite les problèmes juridiques posés par la rédisation de la titrisation dans les différents ordres nationaux : dans le système anglosaxon, la question majeure se pose par rapport à la qualification de la cession des créances titrisabies (vente ou prêt) ; dans le système de droit romain, c'est plutôt la question de I'opposabilité de la cession aux tiers ainsi que celle du transfert des sûretés liées aux créances cédées qui sont les plus préoccupantes. Enfin, ce mémoire relève les risques de la titrisation et insiste surtout sur les garanties qui les couvrent. Remarquant que le marché de la titrisation est en pleine expansion, l'auteur ouvre des perspectives sur une éventuelle uniformisation internationale de la rgglementation de cette nouvelle technique financière.

5 AVANT PROPOS... RÉsUMÉ... TABLE DES MATIÈRES... Pages Chapitre 1 Le cadre légal et réglementaire de la titrisation... Section i La Définition et le domaine de la titrisation... Paragraphe 1 La notion de titrisation... Paragraphe 2 Le domaine de la titrisation... Section 2 La réglementation de la titrisation en droit international... Paragraphe 1 La réglementation en Amérique... Paragraphe 2 Les législations européennes et africaines... Chapitre 2 Le montage de la titrisation... Section 1 Les parties au contrat de titrisation... Paragraphe 1 Les principaux intervenants... Paragraphe 2 Les autres intervenants... Section 2 Les instruments juridiques de la titrisation... Paragraphe 1 Les instruments américains. canadiens et anglais Paragraphe 2 Les instruments européens... Chapitre 3 La procédure de titrisation... Section 1 Le contrat de cession de créances... Paragraphe 1 Le choix des créances titrisables... Paragraphe 2 Le transfert des créances au Fonds... Section 2 L'émission des titres... Paragraphe 1 Les catégories de titres et leurs structures d'émission Paragraphe 2 La nature juridique des titres...

6 Chapitre 4 Les risques iiés à la titrisation et les garanties qui s'y rapportent... Section 1 Les risques de la titrisation Paragraphe 1 Les risques liés au débiteur... Paragraphe 2 Les risques liés la faillite de l'établissement cédant.. Section 2 Les garanties de la titrisation Paragraphe 1 Les garanties internes et externes... Paragraphe 2 L'importance de la notation CONCLUSION... BIBILOGRAPHIE...

7

8 La titrisation, «Securitization» selon I'expression américaine, constitue l'une des innovations financières internationales les plus importantes de ces vingt dernières années. Elle est défuie comme la technique par Iaquelle un établissement de crédit, appelé établissement cédant, cède à une structure adhoc, généralement un fonds, des créances qu'il détient dans son bilan en vue de les transformer en titres négociables sur le marché public. Précisons au départ que le terne titrisation a été utilisé ces dernières années sous deux acceptions différentes : Ia titrisation <<de bilan» est une évolution de l'intermédiation financière consistant à remplacer les crédits bancaires traditionnels par l'émission de titres de valeurs mobilières; la titrisation &on bilan» qui consiste en l'émission de titres adossés à des créances hypothécaires et à des actifs. La titrisation est qualifiée de «hors bilan» en raison du fait que les actifs servant de sûretés aux titres sont isolés ou carrément exclus du bilan de l'établissement cédant.' C'est de ce type de titrisation dont nous traiterons dans ce mémoire. La titrisation est née aux États-unis et a été la conséquence de la pression du marché de logement. En effet. le développement du crédit hypothécaire aux États-unis a fait suite à un marché de logement très dynamique. Un système de financement à long terme s'est progressivement mis en place pour favoriser I'acquisition de logement.' Au cours des années 1970, le système de financement du logement a été confronté à des difficultés grandissantes dues à deux phénomènes : le niveau élevé des taux d'intérêt d'une part, et le plafonnement de la rémunération des dépôts, d'autre part. La hausse des taux dlintérst attira de nouveaux établissements financiers dans le secteur du logement. Ces établissements se procuraient des ressources à vue, en contournant la réglementation en vigueur interdisant la rémunération des dépôts à vue, par la création de nouveaux produits, notamment, les «Money Markets ~unds>>~. Cette situation provoqua la 1 John K. THOMPSON, éd., Ln ritrisution : une perspective infernationale, Paris. OCDE p. 7. L'hypothèque est un droit réel accessoire accordé à un creancier sur un bien immobilier en garantie du paiement de la dette du débiteur. Institution de type fonds communs de placement.

9 fuite des déposants traditionnels des «Savings and Loan Associations» 4 qui préféraient consacrer leur fonds à des activités plus lucratives. Ainsi. faute de dépôt, les institutions traditionnelles de dépôt et les banques octroyaient moins de crédit. Leur marge de profit a considérablement baissé, ce qui les amena à rechercher des sources de financement alternatives aux dépôts pour augmenter leur revenu. En outre, la volatilité des taux d'intérêt rendait de plus en plus risqué le refmancement par des emprunts à court terme, des prêts hypothécaires à taux fure. dont la durée était supérieure ou égale à quinze ans. Dans le même temps, le marché secondaire des créances hypothécaires était devenu trop étroit pour répondre aux besoins de financement des «Savings and Loan Associations». Cette crise de liquidité, doublée du risque de taux d'intérêt. déstabilisa le système américain de financement du logement et amena les pouvoirs publics à encourager la «Securitization» conçue comme une nouvelle technique de refinancement des créances hypothécaires. Pour la plupart des institutions de dépôt, le recours à la «Securitization» constituait une réponse à leur problème, car elle allait leur permettre de juguler la crise en fournissant une méthode plus efficace pour lever les capitaux et générer de l'argent liquide («cash flow»). L'objectif de la titrisation est de rendre liquides et négociables les créances qui figurent à l'actif du bilan des institutions de dépôt, d'une part, et de mieux gérer les risques de crédit liés aux créances, d'autre part. En effet, alors que les prêts à taux variables et les ventes de prêts participatifs permettent à un prêteur de partager les risques avec l'emprunteur, la titrisation des créances lui permet d'extraire la créance titrisée de son bilan réduisant ainsi la maturité moyenne du portefeuille de créances et éliminant le risque de variation des taux d'intérêt qui y est associé. -- Équivalent des caisses d6pargne.

10 Ainsi, tout en réduisant la taille de leurs actifs et en augmentant le volume de leurs revenus sous foxme de commissions, les banques peuvent obtenir une meilleure rentabilité à partir de n'importe quel niveau de capital. Associée à d'autres techniques de gestion des risques, la titrisation peut améliorer considérablement la capacité des banques à contrôler la taille et la composition des bilans et leur permettre de réduire les risques par une meilleure structuration et un meilleur contrôle de ces risques. L'examen minutieux du risque de crédit effectué par les agences de notation y connibue énormément? Il apparaît donc que la titrisation est un excellent moyen d'améliorer la gestion des bilans des banques. En outre, elle peut être un important moyen de régler les problèmes d'actifs improductifs dont souffrent les établissements de crédit et de réhabiliter les établissements financiers qui sont devenus insolvables, faute de liquidités. Les banques ne sont plus obligées de faire appel au marché obligataire à un coût relativement important, pour couvrir les prêts. En tant que source de financement des créances dont le coût est la rentabilité du placement pour l'investisseur, la titrisation offie certains avantages par rapport aux dépôts. D'abord elle est exemptée de certaines taxes réglementaires et elle a souvent un meilleur rendement que les ventes ou prêts participatifs dans la mesure où, elle offre aux investisseurs un investissement plus liquide avec de meilleures caractéristiques de risque. En outre, par la cession des créances et des risques sous forme de titres, la titrisation transforme le rôle du banquier, en ce sens qu'elle ouvre la porte à la spécialisation et au partage des tâches entre établissements bancaires et non bancaires, puisque en dernier ressort certains crédits seront financés par des agents non bancaires. Aux États-unis, la titrisation passe par le retrait total des actifs titrisés du bilan de l'initiateur, ces actifs deviennent donc des sûretés sur lesquelles seront adossés les titres émis. La participation de l'initiateur au processus de titrisation après la cession des créances n'est relative qu'à la gestion. Jean-Charles PAPEIANS. <<Asset Ssuetization : A Comparative Study between the United States and Belgiumn, ( lw6), IBLR 1 RDAI. 344.

11 Quatre agences fédérales ont favorisé le développement de la titrisation aux États-unis. Il s'agit de : la ufederal Home Loan Bank Board» (FHLBBs), qui est la banque centrale des caisses d'épargne; la ~Federal Home Loan Mortgage Corporation* (~Freddie Mac»), qui achète des crédits hypothécaires et finance ses opérations, soit en 6me-t des obligations de type classique sans garanties gouvernementales, soit en titrisant une partie des actifs qu'elle acquiert; La (sederai National Mortgage Association» («Fannie Mae»), qui anime le marché secondaire en achetant des crédits hypothécaires répondant à des critères smcts et qui émet des titres classiques à échéances variées, mais non garanties par 16tat; enfin, la «Governrnent National Mortgage Associations ((Ginnie Mac»), qui garantit des programmes d'émission sous certaines conditions d'éligibilité. La garantie qu'elle offre est assimilée à celle du gouvernement des États-unis. Elle n'émet cependant pas de titres hypothécaires. Les titres émis par ces différentes agences sont qualifiés de «titres sur hypothèques».6 Grâce à l'aide précieuse de ces agences gouvernementales, le marché américain de la titrisation a connu une évolution fulgurante. A la fin de 1993, l'encours des titres adossés à des créances hypothécaires émis par des organismes publics est estimé à plus 1,7 milliards de dollars US.' La taille du marché des titres adossés à des créances hypothécaires non émis par des organes fédéraux s'élevait à 130 milliards de dollars US, et celui des titres adossés à des actifs était environ de 200 mibards de dollars US à la fin de l'année Dans les années 1980, on assiste à une tendance à I'internationalisation de la titrisation à l'américaine. Ainsi, au Canada, la titrisation a été envisagée dans les années 1980, à la suite de la hausse des taux à court terme; ce qui constituait un risque d'inadéquation que les banques avaient du mai à accepter. Elle devait permettre, outre le fait de réduire ce risque, d'accorder aux consommateurs des cridits immobiliers à plus long terme et à des taux plus faibles. Un programme d'émission de titres adossés à des créances immobilières (TACI), soutenu par l'état fédérai, a été mis en place. Ce programme ayant été un véritable succès, le marché des TAC1 se développe de plus en plus depuis sa création. John K. THOMPSON. Op. cil. note no 1. p Ibid. p. 25.

12 Le volume des titres mis sur le marché était de 16 milliards de dollars canadiens à Ia fui de l'année En 199 1, on assista à la naissance du marché des titres adossés à des créances mobilières (TACM). À la fin de 1993, l'encours des billets de trésorerie adossés à des créances s'élevait à 3 milliards de dollars canadiens et celui des titres adossés à des créances automobiles et à des créances nées de l'utilisation des cartes de crédit était aussi de 3 milliards.' La Grande-Bretagne et la France ont été pratiquement, à notre connaissance, les premiers pays européens à adopter la titrisation comme instrument de financement. Le but visé était de promouvoir la titrisation, non pas pour améliorer le financement hypothécaire à taux fixe, mais surtout pour sortir des actifs du bilan des institutions initiatrices. La première loi anglaise sur la titrisation a été prise en 1986 mais n'est entrée en vigueur qu'en La Grande-Bretagne constitue le plus grand marché d'actifs titrisés en Europe et le deuxième au monde après les États-unis. Le marché des titres adossés à des créances hypothécaires s'est considérablement développé entre où a eu lieu la première opération et l'année 1988 où il a atteint un point culminant. À la fin de 1994, l'encours total des titres adossés à des créances hypothécaires était de 16 milliards de livres sterling et l'encours total des titres adossés à des actifs était à peu près de 3 milliards de livres sterling. Ce sont les Gpecialist Mongage Lenders~ (SML) qui ont initié la plupart des émissions des titres adossés à des créances hypothécaires, les banques n'ont émis que de faibles montants de titres.' En France, la titrisation a effectivement été introduite dans le système financier par une loi datant de Les nombreuses restrictions contenues dans cette loi n'ont malheureusement pas facilité le développement de la titrisation. Ce n'est qu'en 1989 qu'a véritabiement commencé la titrisation avec une émission de titres adossés à des créances de bourse française sur les intermédiaires du marché financier (CAC-Titrisation).

13 Jusqu'en 1993, une seule opération de titrisation de créances hypothécaires a eu lieu en raison du fait que de nombreux prêts hypothécaires sont consentis à des taux d'intérêt assez faibles. À la fm de 1994, il avait déjà eu de nombreuses autres émissions de titres dont le volume dépassait 66 milliards de ~rancs." En Belgique, la titrisation éveille de plus en plus l'intérêt des autorités qui y voient certains avantages. Aussi, depuis 1992, il y a eu des modifications significatives de la législation visant à faciliter les émissions de titres adossés à des cr6ances hypothécaires ou à d'autres actifs. Jusqu'en 1995, il n'y avait pas encore d'opération de titrisation. Outre ces trois pays, plusieurs autres pays européens (notamment ceux de l'ocde) se sont familiarisés avec la titrisation ou se proposent de la pratiquer. C'est le cas de l'espagne, de l'italie, de Ia Suède et de la Finlande, Au contraire, la situation financière relativement forte de certains pays ne stimule pas la titrisation. C'est le cas de lmiemagne, de 1'Autriche, du Danemark, des Pays-Bas et de la Suisse. Malgré les graves problèmes d'insolvabilité qu'ont connu ses banques, la Norvège ne s'est pas encore résolue à recourir à la titrisation. Jusqu'en 1995, le Japon n'avait pas encore connu un développement de son marché des actifs titrisés. " En Afrique, dans les pays de l'union monétaire ouest africaine notamment, la mise en œuvre de la titrisation par la Banque centrale des États de I'tlfrique de l'ouest s'inscrit dans le cadre de l'application du nouveau dispositif de gestion de la monnaie et du crédit dont elle vise à renforcer l'efficacité. Il s'agit d'une opération ponctuelle. Toutefois, l'adoption d'un cadre juridique approprié, qui permettrait l'utilisation de cette nouvelle technique par les banques et établissements financiers aficains, reste envisageable. 'O Ibid. p " Ibid. p

14 Quels que soientt les objectifs de la titrisation et le pays qui la pratique, sa mise en application implique des conséquences aussi bien sur le plan de sa réglementation que de sa réalisation. Par ailleurs, comme toute opération fmancière, elle peut comporter certains risques qu'il faudra essayer de réduire, voire d'éliminer. Le but du présent mémoire est de décrire le montage juridique et la mise en oeuvre de la tiuisation. en essayant d'apporter, sur la base des études qui ont été faites, des approches de solutions aux problèmes d'ordre juridique qui en découlent. Pour ce faire, nous adopterons une démarche en deux parties. Nous procéderons d'abord à une présentation genérale de la titrisation en droit comparé. en nous limitant aux exemples des États-unis et du Canada en Amérique, à ceux de la Grande-Bretagne, de la France et de la Belgique en Europe, puis à l'expérience des pays de Union monétaire ouest africaine (Première partie). Ensuite, nous aborderons les problèmes relatifs à la réalisation même de l'opération (deuxième partie).

15 Première partie

16 La titrisation est une technique financière par laquelle une institution financière initiatrice cède certaines créances de son bilan à une structure adhoc qui, à son tour, les transforme en titres négociables destinés à être vendus sur le marché des capitaux. Nouvel instrument financier, la titrisation a éveillé l'attention des juristes. Il fallait, en effet, de toute urgence créer pour cette nouvelle technique un cadre juridique dans lequel elle sera mise en œuvre et où elle évoluerait. La pratique la plus ancienne de la titrisation revient aux États-unis. Aussi, la législation la plus évoluée et la plus sophistiquée en la matière est américaine. Toutefois, cette législation n'a pas pour vocation de s'imposer à tous les pays qui voudraient expérimenter cette technique sur leur temtoire. La Grande-Bretagne, la France, la Belgique et plusieurs autres pays européens ont pris, dans le cadre de la titrisation, des dispositions législatives et réglementaires, en adéquation avec leurs propres systèmes juridiques et financiers. Le but de la réglementation est tout d'abord d'organiser I'opération. Pour ce faire, définir la notion et déterminer son champ d'application sont les premières étapes à franchir. Malheureusement, rares sont les pays qui ont réussi à donner une définition Iégislative de la titrisation. Le soin en sera donc laissé à la doctrine qui fera de son mieux pour cerner la notion. d'où une multitude de définitions. Ensuite, la mise sur place d'une structure propre à I'opération s'avère nécessaire. Sur le plan juridique, les rôles respectifs des intervenants dans l'opération, leurs obligations et leurs droits doivent être précisés. En outre, il faut spécifier les instruments juridiques de I'opération, leur rôle, leur statut juridique, les conditions de leur existence, de leur fonctionnement et de leur liquidation. On distingue plusieurs sortes d'instruments juridiques dont les modes de gestion varient selon le statut qui leur est accordé par la Loi. L'Afrique étant encore à ces premiers pas, son expérience dont nous ferons état n'est pas exhaustive. Toutefois, l'entrée de ce continent dans l'application de cette innovation financière rend compte de l'intérêt du monde face à un tel instrument.

17 Il s'agira pour nous de faire ressortir le cadre juridique de la titrisation selon les législations anglo-américaines, canadienne et dans une certaine mesure africaine (chapitre 1). Nous essayerons en suite de schématiser le montage juridique de l'opération.(chapi~e 2).

18 À l'instar de la plupart des techniques financières, la titrisation répond à certaines exigences Iégislatives et réglementaires. Née pour la première fois aux Étas-unis, elle a été conçue en fonction de l'importance du marché américain des capitaux, de la disposition géographique des banques et de la diversité des investisseurs sur cet immense territoire. Aujourd'hui, la titrisation a franchi les frontières américaines pour s'étendre à d'autres pays, voire à d'autres continents. Ainsi, on la retrouve au Canada, en Australie, et dans la plupart des pays européens, et, dans une certaine mesure, en Afrique. En raison de la diversité des méthodes d'application de cette nouvelle technique financière dans les différents pays, nous nous limiterons aux expériences nord-américaines d'une part, et à quelques cas européens et africains d'autre part. C'est dans cette perspective que nous définirons d'abord la titrisation et préciserons son domaine (section I), avant de jeter un regard sur sa réglementation sur le plan international (section 2). Section 1 - Définition et domaine de la titrisation Paragraphe 1 - La notion de titrisation Sur le plan international. il n'existe aucune définition uniforme de la titrisation. II revient donc à chaque pays d'essayer de comprendre cette notion afin de mieux s'en servir.

19 La titrisation se définit par I'émission de titres de valeurs mobilières adossés à des hypothèques et à des actifs en s'appuyant non pas sur la capacité attendue d'une société privée ou d'un organisme public de rembourser sa dette, mais sur la perspective de flux de trésorerie générés par des actifs spécifique^.'^ Aux États-unis, la «Secuntk 193.3~ établissant la technique de titrisation ne définit pas en tant que telle la titrisation. Eue défnit plutôt les conditions selon lesquelles une créance peut être considérée comme tihsable. Selon cette Ioi, une créance n'est titrisable que dans la mesure où elle est née dans le cadre d'un contrat d'investissement. Encore faudrait-il savoir de façon précise, ce que l'on entend par contrat d'investissement. Selon l'arrêt SEC v. 13 W.J. Howey Co., le contrat d'investissement spécifié par la «Securities Act 1933~ est un contrat ou une transaction par lequel une persomë investit son argent dans une entreprise commune et en espère des profits par le fait du promoteur de cette entreprise ou d'une tierce partie. Au Canada, en particulier au Que&c, la titrisation est définie comme : <an ensemble d'opérations par lequel une entreprise convertit des prêts ou des créances à recevoir en titres négociables en procédant d'abord à des regroupements d'un certain nombre de prêts ou de créances, puis à des émissions de titres représentant ces actifs». t -1 Dans un sens plus large, elle peut être définie comme : <da création d'un marché par des insmments financiers et grâce auxquels de véritables emprunteurs peuvent court-circuiter les banques et les institutions de dépôt pour ainsi s'adresser directement aux bailleurs de fonds,. ' " John K. THOMPSON, Op. cit.. note no I. p. 7. [Arrêt 328 U.S 293 (1946)] ; Cet arrêt est cite par (3qa-y M.SHAW and Davis C. BONSAL Securiries Reguiurion. Due Diligence and Disclostire - US und UKAspecrs. in Joseph Jude NORTON and Paul R. SPUAN. (éd.) Asset securiri;cirion Inremarional Financial und perspectives, Oxford; Cambridge. Mass. USA. B. Blackwel Finance, 199 1, p Me David B. K~REANS et David Perez LAFLEUR BROWN? ul~ fiducie A l'aide des entreprises,. p. 4, in Colloque sur les fiducies dans le Code civil du Quebec, Lesfidicies dans le Code civil du QuCbec: une réforme radicale, Montrdal, Institut Wilson & Lafieur inc, 25 mai 1995, N.

20 En France, la titrisation peut s'entendre, dans un sens large, de la transformation d'une créance non liquide en titres négociables dans un marché secondaire. De manière plus étroite, les auteurs la définissent comme suit : «la vente d'actions ou d'obligations représentant des intérêts de propriété, ou étant garanties par une créance ou un portefeuille de créances, productrice de revenus, dans une transaction destinée à réduire ou à répartir certains risques inhérents à la propriété de créances ou aux garanties de prêts sur créances, et destinée à assurer un caractère plus rapidement négociable et donc plus liquide de ces intérêts que des titres de créances ou des garanties de prêts sur créances~'~. Selon Rives-Lange et Contamine Raynaud, «La titrisation est un procédé qui consiste à permettre aux établissements de crédit de placer sur le marché, par l'intermédiaire d'un Fonds spécialisé, les créances qu'ils détiennent sur leurs clients»" Quant à Bertrel et Jeantin, ils désignent la titrisation comme : «La transformation des créances figurant à l'actif des établissements de crédit ou de la Caisse des dépôts et consignations en titres négociables[...] ou, plus précisément, leur cession à un fonds commun de créances (...) qui, pour se refinancer, émet des parts représentatives de ces créances sur le marché organisé et en principe ouvert à tous». If De ce qui précède, il ressort que la titrisation, encore dénommée «securitization>> en droit américain et anglais, est la technique par laquelle des actifs du bilan d'une institution financière" sont cédés à un fonds ad hoc, appelé en droit américain et anglais «Special purpose vehicle~ (spv)", Fonds communs de créances en France (FCC), Société d'investissement en créances (SIC) et Fonds de placement en créance (FPC) en Belgique. Pour se refinancer suite à Jean-Charles PAPEMNS, Op. cit. note n05, p J-L RIESLANGE & M. CONTAMINE RAYNAUD, Droit bancaire, Paris, Précis Dalloz, 6' éd., 1995, p J-P BERTREL & M. JEAMIN, Droit de l'ingénieriefinancière, Paris, Litec, p Nous devons préciser ici que les créances titrisabies ne sont pas forcément celles d'une institution financière. Elles peuvent égaiement appartenir à des entreprises, voire à des particuliers. Mais, généralement, la titrisaion a lieu dans le cadre des créances bancaires ou financières. C'est à ce genre de créance que nous allons nous consacrer dans ce mémoire. l9 Le SPV peut prendre la forme, soit d'un *Pannership», soit d'une Corporation. ou encore d'un atrust~.

21 l'acquisition de cet actif, le fonds émet une série de titres négociables représentant les créances cédées et destinées à être vendues aux investisseurs- Une fois la notion de titrisation cernée, il importe d'en préciser le champ d'application. Paragraphe 2 - Le Domaine de la titrisation En matière de titrisation, les créances sont en général toutes représentatives d'opérations de crédit. Elles naissent d'un contrat de prêt. Il faut donc exclure a priori la titrisation des titres de propriété ou de garanties de créance. Initialement, aux États-unis, la titrisation portait uniquement sur des crédits hypothécaires. Ensuite, elle s'est progressivement étendue aux crédits à la consommation, en particulier aux crédits automobiles, aux crédits nés de l'utilisation des cartes de crédit, au leasing informatique et même aux factures de téléphone et d'électricit6. On distingue ainsi de nos jours, aux États-unis. deux catégories de créances titrisables : les créances hypothécaires (mongage backed securities) et les créances non hypothécaires (asset backed securities) regroupant toutes les autres formes de crédit. Au Canada où la titrisation est largement inspirée du modèle américain. on retrouve les mêmes créances titnsables qu'aux États-unis à savoir les créances hypothécaires, les créances automobiles, Ies créances nées de I'utilisation des cartes de crédit etc. Il en est de même de la Grande-Bretagne où, jusqu'à la fin des années 1980, la titrisation portait essentiellement sur des créances hypothécaires." En France, les grandes catégories de créances pouvant faire l'objet de titrisation sont les crédits à la consommation, les crédits automobiles, les crédits à l'habitat, les créances sur les collectivités locales et d'une façon générale, les crédits sur le secteur public. Les crédits aux entreprises n'ont été admis que récemment. 10 Laurence JAMES, gsecurities Law in the United Kingdom», in GRAHAM & TROTMAN/ Martinus Nijhoff, International Securities Law Handbook. éd. Karl-Edud Von der Heydt Stanley Keller. Great Britain 1995, p. 209.

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

REGLEMENT REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS

REGLEMENT REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction...1 2. Structure...2 2.1 Vue d'ensemble...2 2.2 Niveau 1...2 2.2.1 Règle 1...2 2.2.2

Plus en détail

Titrisation de l'actif par les succursales de banques étrangères autorisées

Titrisation de l'actif par les succursales de banques étrangères autorisées Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255 Albert Street 255, rue Albert Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 1 - DEFINITIONS DES OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 2 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX CESSIONS PARFAITES 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX PENSIONS

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse.

Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse. 12 mars 2004 Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse. L Offre et la diffusion au public de la note d information restent

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2007 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

BULLETIN DE FISCALITÉ. Juillet 2015 LES RÈGLES D'ATTRIBUTION DU REVENU LES DIVIDENDES INTERSOCIÉTÉS LES PERTES APPARENTES QU'EN DISENT LES TRIBUNAUX?

BULLETIN DE FISCALITÉ. Juillet 2015 LES RÈGLES D'ATTRIBUTION DU REVENU LES DIVIDENDES INTERSOCIÉTÉS LES PERTES APPARENTES QU'EN DISENT LES TRIBUNAUX? Formation en fiscalité BULLETIN DE FISCALITÉ Juillet 2015 LES RÈGLES D'ATTRIBUTION DU REVENU LES DIVIDENDES INTERSOCIÉTÉS LES PERTES APPARENTES QU'EN DISENT LES TRIBUNAUX? LES RÈGLES D'ATTRI- BUTION DU

Plus en détail

République et Canton de Genève Département des finances

République et Canton de Genève Département des finances République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Direction Générale Le directeur général Hôtel des Finances Rue du Stand 26 Case postale 3937 1211 Genève 3 AUX ASSOCIATIONS

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5 Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2

Plus en détail

RÈGLE 1 INTERPRÉTATION ET EFFETS

RÈGLE 1 INTERPRÉTATION ET EFFETS RÈGLE 1 INTERPRÉTATION ET EFFETS 1. Dans les présentes Règles à moins que le contexte ne s'y oppose, le terme : «activités manipulatrices et trompeuses» désigne la saisie d un ordre ou l exécution d une

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 December 2014 CHAMP D'APPLICATION Ne s'applique pas à : La comptabilisation des crédits d'impôt à l'investissement

Plus en détail

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE)

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE) Communiqué du 6 octobre 2006 NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, EN GRANDE BRETAGNE OU AU JAPON Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange

Plus en détail

Renseignements additionnels au Rapport annuel 2004

Renseignements additionnels au Rapport annuel 2004 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2004 La Caisse a pour mission de recevoir des sommes en dépôt conformément à la loi et de les gérer en recherchant le rendement optimal du capital des déposants

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais En vigueur à compter du 6 octobre 2014 En tant que client de Pro-Investisseurs MD CIBC, vous avez accepté de payer certains frais selon les types

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2008 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Quelle que soit sa taille, son activité et sa forme juridique, l'entreprise d'économie sociale et sociale est tenue de maintenir une comptabilité conforme à

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement Les normes internationales d'information financière (IFRS) et les principes comptables généralement reconnus (PCGR)

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.23 J ai mon voyage inc. La société J'ai mon voyage inc., une agence de voyages, a été fondée le 1 er juillet 20-0 par Madame Dodo Michel. Le 20 juin 20-3, le comptable de l'entreprise

Plus en détail

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi.

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi. Glossaire des prêts Acompte : Montant en espèces que l'acheteur doit verser au vendeur pour prouver sa bonne foi. Si l'offre est acceptée, l'acompte est affecté à la mise de fonds. Si l'offre est subséquemment

Plus en détail

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba)

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) 625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5 AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) Nature de l avenant Le présent avenant ne s applique qu au preneur pour lequel des prestations

Plus en détail

Opérations bancaires et investissements

Opérations bancaires et investissements Opérations bancaires et Publication : 1 avril 2003 Révision : TABLE DES MATIÈRES But et portée... 1 Principes... 1 Glossaire... 2 Directive exécutoire... 3 Résumé des responsabilités... 4 Collèges... 4

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013 BULLETIN FISCAL 2013-131 Novembre 2013 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Protéger 100% du capital investi* à l'échéance tout en profitant de la hausse potentielle des taux longs. (*) Hors défaut et/ou faillite de l Émetteur.

Plus en détail

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne PARTIE I OBJET ET INTERPRÉTATION 1.1 Objet de l entiercement 1.2 Interprétation 1.3 Les

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

INTÉGRATION DE TABLEAUX STATISTIQUES QUI ÉTAIENT PUBLIÉS ANTÉRIEUREMENT PAR LA COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIÈRE ET DES ASSURANCES

INTÉGRATION DE TABLEAUX STATISTIQUES QUI ÉTAIENT PUBLIÉS ANTÉRIEUREMENT PAR LA COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIÈRE ET DES ASSURANCES Version intégrale INTÉGRATION DE TABLEAUX STATISTIQUES QUI ÉTAIENT PUBLIÉS ANTÉRIEUREMENT PAR LA COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIÈRE ET DES ASSURANCES INTRODUCTION A partir de la présente édition du Bulletin

Plus en détail

Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00)

Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00) Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00) dans la limite de l'enveloppe disponible Batik Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance*

Plus en détail

B.O.I. N 52 du 11 AVRIL 2007 [BOI 14A-3-07]

B.O.I. N 52 du 11 AVRIL 2007 [BOI 14A-3-07] B.O.I. N 52 du 11 AVRIL 2007 [BOI 14A-3-07] Références du document 14A-3-07 Date du document 11/04/07 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 14 A-3-07 N 52 du 11 AVRIL 2007 PUBLICATION DE L'AVENANT A LA CONVENTION

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Note d'information établie à la suite de la décision du Conseil d Administration du 8 décembre

Plus en détail

Table des matières Schéma E - Emprunts

Table des matières Schéma E - Emprunts Table des matières Schéma E - Emprunts Table des matières Schéma E - Emprunts 1 INDICATIONS RELATIVES À L'ÉMETTEUR... 1 1.1 Indications générales... 1 1.1.1 Raison sociale, siège social et siège administratif...

Plus en détail

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 1 - DEFINITION DES PRODUITS DERIVES 2 - DEFINITIONS DES MARCHES 3 - USAGE DES CONTRATS 4 - COMPTABILISATION DES OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 51 SECTION 5

Plus en détail

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Me David Lemieux Fasken Martineau 22 mai 2007 Première Étape : Déterminer les besoins de l entreprise 1. Plan d affaires 2. Projections financières

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS)

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) 1) PRÉSENTATION La Caisse Régionale de Normandie Seine fournit de nombreux types

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE OU AU JAPON

NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE OU AU JAPON Modalités principales de l émission des obligations à option de conversion et/ou d échange en actions Nexans nouvelles ou existantes (OCEANE) sans droit préférentiel de souscription ni délai de priorité

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

RÈGLEMENT N 03/2010/CM/UEMOA RELATIF AUX OBLIGATIONS SECURISEES DANS L'UEMOA

RÈGLEMENT N 03/2010/CM/UEMOA RELATIF AUX OBLIGATIONS SECURISEES DANS L'UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE --------------------- Le Conseil des Ministres RÈGLEMENT N 03/2010/CM/UEMOA RELATIF AUX OBLIGATIONS SECURISEES DANS L'UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Journal des valeurs mobilières tenu par le négociant

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Journal des valeurs mobilières tenu par le négociant Circ.-CFB 96/6 Journal des valeurs mobilières Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Journal des valeurs mobilières tenu par le négociant (Journal des valeurs mobilières) du 21 octobre

Plus en détail

Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres

Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres Circulaire _2009_29 du 30 septembre 2009 Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres Champ d'application: Les entreprises d'assurances soumises à la loi du 9 juillet 1975

Plus en détail

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA Avenant de compte de retraite immobilisé (CRI) annexé au contrat de REER autogéré Valeurs mobilières Desjardins inc. (RER 168-066) LE PRÉSENT DOCUMENT EST UN AVENANT AU CONTRAT DE REER CONCLU ENTRE : ET

Plus en détail

1 milliard $ cadre Corporation. Reçus de souscription. presse. de souscription. une action. 250 millions $ de. Facilité de crédit.

1 milliard $ cadre Corporation. Reçus de souscription. presse. de souscription. une action. 250 millions $ de. Facilité de crédit. Communiqué de Ébauche en date du 2 juin 2014 presse NE PAS DISTRIBUER AUX SERVICES DE PRESSE DES ÉTATS-UNIS NI DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS Ce communiqué de presse ne constitue pas une offre de vente ou une

Plus en détail

Lettre circulaire 2000/1 du Commissariat aux Assurances

Lettre circulaire 2000/1 du Commissariat aux Assurances Luxembourg, le 12 janvier 2000 Lettre circulaire 2000/1 du Commissariat aux Assurances Madame le Directeur, Monsieur le Directeur, Le 25 mars 1998, le Conseil de l OCDE a adopté unanimement avec les voix

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

Aux directeurs financiers des firmes Membres de l'accovam et aux vérificateurs des firmes rele-vant de sa compé-tence. Le 2 juillet 1996 C-101

Aux directeurs financiers des firmes Membres de l'accovam et aux vérificateurs des firmes rele-vant de sa compé-tence. Le 2 juillet 1996 C-101 Aux directeurs financiers s firmes Membres l'accovam et aux vérificateurs s firmes rele-vant sa compé-tence Le 2 juillet 1996 C-101 Prière transmettre RÈGLES SUR LA COUVERTURE DES POSITIONS EN DEVISES

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises A. Principes 1. En application de l'article 69, 1 er, 1 er alinéa de l'arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 68/54 DÉCISION (UE) 2015/425 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 15 décembre 2014 modifiant la décision BCE/2010/21 concernant les comptes annuels de la Banque centrale européenne (BCE/2014/55) LE CONSEIL

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Limites régissant les engagements importants

Limites régissant les engagements importants Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation Jones Day Paris, le 10 février 2011 SOMMAIRE Introduction générale I. Rappel des règles de sous-capitalisation

Plus en détail

Emprunt bancaire immobilier

Emprunt bancaire immobilier - 1 - Emprunt bancaire immobilier Résumé : Quels sont les éléments nécessaires pour contracter un emprunt immobilier auprès d'un organisme bancaire? Ce Chapitre insiste particulièrement sur les modes de

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Circulaire d offre Compagnie Pétrolière Impériale Ltée Aucune commission de valeurs mobilières ni organisme similaire ne s est prononcé de

Plus en détail

Les investissements étrangers dans l immobilier canadien

Les investissements étrangers dans l immobilier canadien Les investissements étrangers dans l immobilier canadien La compréhension des principaux enjeux sous-jacents à l acquisition, à la location, au financement ou à l aménagement d un immeuble au Canada permettra

Plus en détail

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Le Plan d'indemnisation en assurances IARD (le «Plan») est le fruit de cinq ans de négociations avec les surintendants provinciaux et fédéral des assurances.

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE Les présentes lignes directrices sont fournies par la SUN LIFE DU CANADA, COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE, pour les

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 21 novembre 2007 Communiqué de presse Standard and Poor s vient de confirmer la notation AA de CNP Assurances et n attend pas d impact de la crise des subprimes mortgages sur la solidité financière

Plus en détail

Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros

Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros 26 mai 2015 Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros Europcar Groupe S.A. («Europcar»), société anonyme de droit français, a annoncé aujourd hui le lancement d une

Plus en détail

Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Intérêts de groupe financier - Banques et sociétés de portefeuille bancaires

Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Intérêts de groupe financier - Banques et sociétés de portefeuille bancaires Bureau du surintendant des institutions financiers Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 www.osfi-bsif.gc.ca

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur.

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur. Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : INDEX N O : TITRE : APPROUVÉ PAR : PUBLICATION : DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : Notes d'orientation sur les

Plus en détail

Résumé du Programme de Warrants (bons d option ou certificats)

Résumé du Programme de Warrants (bons d option ou certificats) Résumé du Programme de Warrants (bons d option ou certificats) Le résumé suivant (le "Résumé") doit être lu comme une introduction au présent Prospectus lequel est soumis dans son intégralité aux réserves

Plus en détail

Communiqué de presse Ne pas distribuer, directement ou indirectement, aux Etats-Unis, au Canada, en Australie ou au Japon

Communiqué de presse Ne pas distribuer, directement ou indirectement, aux Etats-Unis, au Canada, en Australie ou au Japon Ce communiqué ne constitue pas une offre de valeurs mobilières aux Etats-Unis ni dans tout autre pays. Les Obligations (et les actions sous-jacentes) ne peuvent être ni offertes ni cédées aux Etats-Unis

Plus en détail

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV CHAMP D APPLICATION DÉFINITIONS POLITIQUE DE PLACEMENT INFORMATION

Plus en détail

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement.

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail