Les «méthodes Agiles»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les «méthodes Agiles»"

Transcription

1 doctrine Logiciel Le contrat de développement logiciel en méthode Agile Un peu de douceur dans un monde de brutes? Les «méthodes Agiles» consacrent une philosophie de travail évolutive et pragmatique reposant sur quatre valeurs et douze principes énoncés par le Manifeste Agile, rédigé en 2001 par plusieurs experts de l ingénierie logicielle (1), en partant du constat selon lequel une part importante des échecs industriels en matière informatique est due à une trop grande rigidité méthodologique et juridique. DES PRINCIPES ISSUS DE LA PRATIQUE DES PROFESSIONNELS DE L INFORMATIQUE Selon le Manifeste Agile, les quatre valeurs fondamentales de l Agilité sont : 1) la primauté des individus et des interactions sur des processus impersonnels et des outils génériques ; 2) le développement de logiciels opérationnels plutôt que l élaboration d une documentation exhaustive ; 3) la nécessité d une collaboration de chaque instant avec le client au lieu de la stricte application d une matrice de répartition des tâches ; 4) le développement d une réponse efficace au changement imprévu, davantage que le suivi d un plan préétabli qui devient caduc en cours de projet. Le Manifeste Agile décline ensuite les douze principes théoriques qui définissent l Agilité, et que nous énumérons rapidement ci-après : 1) satisfaire le client en livrant tôt et régulièrement les composants produits ; 2) accueillir l éventuel changement à chaque étape du développement et en faire un avantage compétitif pour le client ; 3) livrer fréquemment une application fonctionnelle, idéalement toutes les deux semaines ; 4) faire collaborer les différents métiers du client de manière quotidienne ; 5) placer les individus motivés au centre du projet ; 6) privilégier la transmission orale des informations ; 7) mesurer l avancée du projet par rapport au nombre de fonctionnalités livrées ; 8) réaliser le projet selon une cadence régulière et proportionnée aux ressources ; 9) privilégier la qualité des livrables ; 10) optimiser le travail en évitant la réalisation de tâches superflues ; 11) promouvoir l auto-organisation des équipes ; 12) réfléchir régulièrement aux moyens d amélioration. Les méthodes agiles constituent davantage un guide des bonnes pratiques opérationnelles pour le développement de solutions logicielles, qu un ensemble exhaustif de règles contractuelles. Aussi existe-t-il en réalité plusieurs méthodes agiles, les plus connues étant les méthodes «Scrum», «extreme Programming» ou encore «Lean/ Kanban». Chacune de ces méthodes tente de répondre à une problématique particulière tout en s inspirant de l esprit commun du Manifeste Agile. Par exemple, la méthode «Scrum» est une méthode de gestion de projet à laquelle aucune technique particulière d ingénierie logicielle n est associée, et qui vise avant tout à renforcer l autonomie, la motivation et la collaboration de l équipe de développement avec l équipe du client. A l inverse, la méthode «extreme Programming» favorise le développement d un code de qualité en appliquant de manière rigoureuse les bonnes pratiques d ingénierie logicielle (développements pilotés par les tests, intégration des modifications plusieurs fois par jour, etc.). Cette dernière méthode se focalise un peu moins sur les cérémonies Agiles à respecter par ailleurs dans le cadre du déroulement méthodologique du projet. L APPRÉHENSION RAISONNÉE DU CHANGEMENT Les méthodes agiles sont donc plurales. Mais toutes proposent une alternative aux méthodes de gestion classiques des projets informatiques, «en cascade» ou «en V», qui sont parfois critiquées pour leur rigidité structurelle excessive interdisant la prise en compte des changements en cours de projet (2). Le principal atout revendiqué par les prestataires agiles est, en effet, de pouvoir appréhender le changement de circonstances en cours de projet. De fait, de très nombreux projets informatiques échouent et créent des préjudices parfois extrêmement lourds, parce qu un changement est survenu en cours d exécution (les projets informatiques s étendent parfois sur 12, 15 mois ou plus), soit dans les besoins du client, soit dans la complexité technique des tâches du prestataire, et que la méthode convenue n a pas permis de gérer efficacement ce changement. EXPERTISES - DÉCEMBRE

2 C est dire qu un changement de circonstances, qui normalement vient déjouer les prévisions contractuelles des parties (notamment calendaires et budgétaires), est au contraire appréhendé et géré par application des méthodes agiles. D où une certaine confusion des juristes, car les projets informatiques obéissent traditionnellement à des principes qui peuvent paraître contraires à ceux du Manifeste Agile. A titre d exemple, les méthodes agiles contredisent l intangibilité des principaux éléments contractuels (périmètre fonctionnel défini, prix forfaitaire, durée bornée dans le temps, prestations définies dans une proposition commerciale initiale et sur la base d un cahier des charges avant le démarrage du projet). Les méthodes agiles proposent également une alternative au découpage du projet en phases linéaires et successives (conformément à une matrice définissant les responsabilités du client et du prestataire, chacun fournissant à tour de rôle ce qui relève de sa responsabilité). Les méthodes agiles permettent surtout la prise en compte des changements survenant en cours de contrat, dont l intégration dans le champ contractuel n est traditionnellement possible qu après une phase de renégociation où s affrontent les intérêts opposés de chaque partie (le client cherchant à inclure au forfait ce qu il interprète comme des «conséquences logiques» de ses besoins, ou encore des défauts d analyse initiale du prestataire, et le prestataire cherchant à l inverse à exclure du forfait tout ce qui ne répond pas strictement au périmètre fonctionnel et technique sur lequel il s est contractuellement engagé). C est avant tout en réaction à des difficultés bien connues des praticiens qui accompagnent leurs clients dans le cadre des contentieux judiciaires afférents aux projets informatiques, que les méthodes agiles se sont développées et se propagent de plus en plus. Les prestataires «agiles» revendiquent un taux de réussite des projets qui leur sont confiés supérieur à la moyenne essentiellement parce que les indices de mesure du succès sont différents, plus proches de la satisfaction des utilisateurs fonctionnels que de la conformité stricte à un périmètre initial. LES PIÈGES DE LA CONTRACTUALISATION AGILE Pour autant, la réalisation d un «projet agile» peut être un chemin semé d embûches, si certaines précautions ne sont pas traitées au stade de la contractualisation. Car bien que le Manifeste Agile lui-même minore l importance du contrat, en pratique tous les acteurs de l Agilité ont bien dû admettre qu ils ne peuvent faire l impasse sur l étape de la contractualisation, juridiquement indispensable. Au contraire, il est capital que le contrat reflète très précisément la méthodologie et les concepts agiles mis en œuvre, pour éviter de cruelles déconvenues ultérieures en cas de divergence d interprétation. De plus, il serait faux de prétendre que tout prestataire autoproclamé «agile» l est réellement. Pour certains, l Agilité est un argument commercial qui sert à accroître l obligation de collaboration du client, tout en déresponsabilisant le prestataire. Autre écueil encore : parfois le prestataire et le client s entendent effectivement pour mettre en œuvre un projet Agile, mais dans les faits, n appliquent pas vraiment la même Agilité Dans ces cas-là, un contrat précis permet d assurer la conformité du projet à l orthodoxie des méthodes agiles, et de revenir aux procédures convenues en cas de divergence. Dans tous les cas, il est primordial que le contrat reflète le plus fidèlement possible les principes opérationnels et organisationnels de développement en méthode agile, qui se caractérisent essentiellement par un mode de travail évolutif (1), itératif (2) et collaboratif (3). L AGILITÉ DU PÉRIMÈTRE CONTRACTUEL : DES BESOINS ÉVOLUTIFS À UN PRIX FORFAITAIRE Les méthodes agiles promeuvent une conception dynamique des projets informatiques qui se caractérise d abord au stade de la définition du périmètre contractuel (1), même en cas de «rigidité» des conditions financières (2). Le backlog, un référentiel contractuel évolutif Selon la méthode agile, le document pertinent qui définit les besoins du client, ne sera ni le cahier des charges ni la proposition technique et commerciale du prestataire, qui jouent un rôle préparatoire, mais une liste fonctionnelle élaborée de manière conjointe par les parties, appelée backlog. C est ce backlog qui constitue le document de référence sur la base duquel s effectuent l analyse de conformité des travaux, et la mesure du «reste à faire». Au sein du backlog, chaque fonctionnalité est exprimée en unité de valeur métier, pour quantifier l importance que revêt chaque fonctionnalité aux yeux des utilisateurs, et en points de complexité pour quantifier la difficulté technique de réalisation par le prestataire - et donc également ses charges, et in fine le prix à payer par le client pour le développement des fonctionnalités. Mais contrairement à un cahier des charges, le périmètre contractuel défini dans le backlog n est pas figé pour toute la durée du contrat. Il est par essence évolutif. En fonction de l état d avancement du projet, des difficultés, impondérables et autres retards rencontrés, le client pourra décider de modifier les fonctionnalités initialement commandées, en revoyant leur ordre de priorité, voire d abandonner certaines si elles sont devenues obsolètes au fil du projet ou pour y substituer de nouveaux besoins plus importants. A titre d exemple, les fonctionnalités initialement définies par les parties 416 EXPERTISES - DÉCEMBRE 2013

3 peuvent être modifiées par le client tout au long du projet en fonction des souhaits émis par les utilisateurs de la solution, c est-à-dire les représentants des «fonctions métiers» du client qui sont les vrais destinataires de la future solution. Dans le cas de la méthode agile «extreme Programming», ces demandes sont exprimées sous forme de «user stories» : le besoin n est pas exprimé de manière générique comme dans un cahier des charges, mais sous forme d une courte description concrète du besoin fonctionnel de l utilisateur (du type : «j aimerais réserver un billet d avion»). Les instances d arbitrage et d actualisation, et les «cérémonies agiles» dans le détail des-quelles nous n entrerons pas ici, permettent d assurer cette flexibilité. Ces cérémonies varient peu d une méthode à l autre, mais toutes organisent le copilotage du projet et la délibération du client assisté par les conseils du prestataire. En particulier, les priorisations et repriorisations des besoins métiers qui sont effectuées par le client doivent tenir compte des interdépendances et interactions des fonctions entre elles, et donc des règles de gestion qu il est indispensable de maîtriser parfaitement, et de manière consensuelle, côté prestataire comme côté client. Au stade de la rédaction du contrat, il est donc indispensable de vérifier que les spécificités de la méthode agile choisie sont bien stipulées. A cet égard, le contrat doit préciser la nature évolutive du backlog annexé : en effet, seul le dernier backlog en date, comportant les fonctionnalités retenues et priorisées, sert de référentiel de conformité pour réceptionner la solution cible. Ensuite, tout s enchaîne : le contrat doit prévoir également les modalités de rédaction et validation des spécifications fonctionnelles et techniques (qui sont menées elles aussi par courtes itérations, et qui donnent tout de suite lieu aux développements correspondants sans attendre la rédaction de l intégralité du dossier de conception). Il est donc nécessaire que le contrat définisse la durée de chaque itération, et stipule très clairement que si les dates du calendrier sont fixes, le contenu fonctionnel qui sera livré par le prestataire dépendra entièrement du stade d évolution du projet, et des arbitrages fonctionnels du client. Enfin, le contrat doit nécessairement définir les notions agiles, qui figureront de toute façon dans le PAQ, mais dont le sens doit être parfaitement compris par les deux parties. Les notions typiquement agiles de «product owner», «user stories», «démonstration», «rétrospective», «vélocité», etc., doivent être consensuelles. La possibilité du forfait face à l adaptabilité du périmètre contractuel En dépit du caractère évolutif du périmètre contractuel, les méthodes agiles ne semblent pas avoir remis en cause la pratique de réalisation au forfait des projets de développement logiciel, au grand dam de certains prestataires qui préfèrent naturellement intervenir en régie dans un contexte qui ressemble fort à une prestation d intégration continue. Il est vrai que l engagement au forfait semble a priori peu compatible avec la possibilité pour le client de faire évoluer ses besoins. Mais en pratique, on observe que les modifications du périmètre contractuel initial entraînent rarement une augmentation du prix initial, dès lors que les unités de valeurs et les points de complexité des nouvelles fonctionnalités ne dépassent pas l enveloppe globale du backlog en termes de charges. C est d ailleurs tout l enjeu de la repriorisation : le client peut toujours remplacer, au terme d un sprint, une fonctionnalité A initialement prévue, par une fonctionnalité B devenue plus pertinente, à nombre de points de complexité identique. Ainsi, les prestataires agiles s engagent sur un prix forfaitaire correspondant à un nombre de jours/hommes total, ce qui permet de faire évoluer les fonctionnalités effectivement développées dans les limites du prix forfaitaire contractuellement prévu. En clair : le résultat contractuel n est plus une liste de fonctionnalités, mais une enveloppe de complexité dans laquelle le client décide des besoins qu il privilégie. Il est possible de cumuler au sein d un même contrat un prix forfaitaire correspondant à un périmètre commandé de manière ferme, et un prix formulé au temps passé correspondant à un périmètre prospectif. C est ici l inventivité des rédacteurs de contrats qui doit parler, ainsi que l ingéniosité des parties dans l élaboration de conditions financières conformes à la méthode choisie, et respectueuses des responsabilités assumées par chacun. A titre d exemple, certains prestataires proposent des systèmes de bonus/ malus selon que l équipe respecte ou non le nombre de fonctionnalités qu il est convenu de développer par itération. En synthèse, il est donc indispensable que le contrat reflète avec précision les concepts, cérémonies, métriques, et procédures d exécution propres aux méthodes agiles. Dans ce but, le praticien veillera à se méfier de la «fausse Agilité», qu il s agisse d un argument de vente un peu expéditif du prestataire, ou d un engouement un peu superficiel du client. La meilleure recommandation possible est donc de conseiller aux clients utilisateurs de s engager dans un projet agile en connaissance de cause, informés de ces spécificités, en acceptant sciemment que le résultat fonctionnel ne sera pas forcément la solution esquissée dans son cahier des charges, et en toute hypothèse, en s appuyant sur un contrat rendant parfaitement compte de la méthodologie adoptée. L AGILITÉ DANS LA RÉALISATION DES DÉVELOPPEMENTS LOGICIELS Sur le plan technique et s agissant de la réalisation des livrables, les EXPERTISES - DÉCEMBRE

4 méthodes agiles sont qualifiées d itératives car elles privilégient la répétition fréquente de cycles de courte durée comportant de manière identique toutes les étapes de développement logiciel. On parle alors d itération, ou sprint. Ainsi chaque sprint cumule les opérations de spécifications fonctionnelles, de développement puis de tests à partir des user stories, (au lieu de les échelonner dans le temps avec une première phase de spécification par le prestataire, à valider par le client, puis une phase de développement, là aussi soumise à recette il s agit là de la fameuse «navette» des projets classiques). Idéalement, chaque sprint se termine donc par la livraison d un incrément logiciel définitif, prêt à être mis en production, et qui fait l objet d une démonstration opérationnelle aux utilisateurs. En cas de non-conformité, le développement peut aussi être corrigé à l occasion du sprint suivant. La courte durée des sprints instaure donc un rythme de travail dynamique qui permet en principe de capitaliser l expérience acquise par l équipe de développement lors des sprints précédents, et de réagir rapidement en cas de réorientation du projet. Concrètement, les méthodes agiles permettent donc à chaque itération d obtenir des fonctionnalités opérationnelles et autonomes. Ainsi, même en cas de rupture anticipée du contrat, le client doit pouvoir mettre en production les parties fonctionnelles qui lui ont déjà été livrées, indépendamment du fait que la solution entière ne lui sera pas fournie. Dans ce contexte, en cas de rupture anticipée des relations contractuelles, seule la résiliation est possible, la résolution du contrat étant neutralisée par le caractère opérationnel des précédents livrables, s ils ont été recettés. La pratique n est cependant pas toujours conforme à cette théorie, car elle dépend très largement de la nature et de la complexité de chaque solution informatique cible. En outre, la succession des sprints permet normalement au client de suivre à la loupe l état d avancement du projet, de prononcer la recette partielle des livrables, de manière progressive, et de mettre à jour, en cas de besoin, les fonctionnalités du backlog. Les opérations de tests sont menées de façon collaborative sur des durées très courtes et permettent de constater et de corriger les écarts dans un délai extrêmement réduit. Le praticien qui rédige un contrat de développement en méthode agile doit donc traduire juridiquement la notion de sprint, sa durée (généralement inférieure à six semaines) et les modalités de définition et d adaptation de son contenu prévisionnel. Le contrat doit également prévoir les différentes options qui s offrent aux parties au terme de chaque sprint (à partir du retour d expérience de l équipe et en fonction des arbitrages fonctionnels du client). Le contrat doit aussi prévoir une métrique indispensable en méthode agile, la «vélocité», qui permet de mesurer le nombre de fonctionnalités développées pendant chaque sprint, et de le comparer aux prévisions contractuelles. C est cette métrique qui permet de mesurer le taux de couverture fonctionnelle, et d identifier une éventuelle dérive. Si la vélocité réelle est supérieure à la vélocité convenue, les parties doivent en identifier l origine, et «corriger le tir» en ramenant la vélocité prévisionnelle à la vélocité réelle de l équipe. Le contrat doit encore stipuler le nombre maximum de sprints envisagé pour répondre à l ensemble des besoins fonctionnels du client, tel qu exprimé dans le backlog. Au niveau de la clause de recette, la méthodologie agile imposera de rompre avec le dogme du couperet qui tombe en fin de projet ou de phase. Le rédacteur du contrat veillera à introduire des recettes partielles (parfois confondues avec les cérémonies d acceptation des fonctionnalités démontrées en fin de sprint), et de nouveaux critères de recette valorisant la conformité du livrable aux attentes actuelles et pragmatiques des utilisateurs, en conservant à l esprit que ces attentes sont susceptibles de varier dans le temps UN FONCTIONNEMENT COLLABORATIF EXIGEANT Par ailleurs, tous les projets informatiques possèdent, indépendamment de la méthode qui les gouverne, une dimension humaine capitale, impliquant des échanges réguliers entre le client et l équipe du prestataire. En fait, les méthodes agiles exigent des parties une collaboration si intense ainsi qu une implication si forte du client dans la réalisation du projet, qu elles promeuvent en générale l intégration des deux équipes au sein d une seule équipe projet, qui intervient dans un même lieu, et selon les mêmes processus. Une collaboration généralisée à tous les stades du projet Cette collaboration des parties est un impératif présent à tous les stades du projet agile. Ainsi, le client est évidemment concerné au premier chef par la définition initiale du projet en termes de fonctionnalités et d objectifs (élaboration des principes directeurs et des fonctionnalités logicielles attendues dans le backlog), puisque cela lui incombe. Il doit néanmoins solliciter le conseil du prestataire afin de réaliser les regroupements fonctionnels les plus pertinents au sein du backlog, et effectuer des priorisations efficaces. En termes de gouvernance, le client peut aussi être amené à contrôler de manière quotidienne la cohérence entre les décisions prises par l équipe au cours des sprints, et l objectif fonctionnel final (la méthode Scrum insistant sur des réunions quotidiennes). Si les sprints impliquent de travailler de manière réactive sur de courtes séquences, il ne faut jamais perdre de vue les interdépendances des fonctionnalités en cours de développement avec les fonctionnalités déjà livrées, et celles qui doivent encore être spécifiées et réalisées par la 418 EXPERTISES - DÉCEMBRE 2013

5 suite. D où la nécessité, surtout si le projet est complexe, d un expert fonctionnel du métier au sein de l équipe du prestataire, qui doit porter son conseil et proposer des rationalisations fonctionnelles selon les meilleures pratiques, afin que le client comme son prestataire puissent toujours remettre en perspective les travaux de chaque sprint. Cette intensité de la collaboration devra elle aussi trouver une traduction efficace sur le plan contractuel, pour assurer la bonne réussite du projet. Les parties veilleront donc à prévoir les moyens nécessaires pour leur permettre de travailler ensemble de manière efficace et conforme, là encore, à la méthode retenue. Les clauses relatives à la gouvernance du projet, aux instances de décision, et aux obligations d information et de collaboration devront donc être adaptées avec le plus grand soin pour tenir compte de cette caractéristique essentielle des méthodes agiles. La mobilisation significative des ressources du client Cette exigence de proximité renforcée entre les parties n est pas neutre d un point de vue économique. Du côté du client, la méthodologie agile suppose l affectation de ressources internes suffisantes (par exemple à mi-temps ou, idéalement de manière dédiée). Mieux vaut identifier ce coût avant la formation du contrat pour éviter de désorganiser certains services pendant la durée du projet, d autant que les préposés de la direction informatique ne sont pas les seuls impliqués dans la réalisation du projet, et qu il faut clairement prévoir que les opérationnels en charge des métiers du client devront consacrer un temps très significatif. En effet, les équipes métiers sont concernées à tous les stades du projet, de la définition des besoins fonctionnels à la validation des résultats des travaux de conception puis de développement, en passant par les tests et l émission des éventuelles réserves. De son côté, le prestataire, bien souvent seul détenteur de l'expérience et de l'expertise agile, devra être capable d assumer une part supérieure du pilotage afin de garantir la cohérence fonctionnelle et technique du projet. En réalité, l intégration des deux équipes au sein d une seule est un peu artificielle : ce qui se produit réellement, c est l intensification corrélative de l obligation de conseil du prestataire, et de l obligation de collaboration du client. Enfin, la question du transfert des connaissances devra focaliser l attention du praticien soucieux de garantir la pérennité de la solution développée. Le contrat devra donc prévoir les conditions dans lesquelles le prestataire rédigera la documentation nécessaire au fur et à mesure du projet, pour permettre au client de maîtriser la solution développée après la fin du contrat. Même si les méthodes agiles n interdisent pas toute documentation écrite, elle considère la documentation comme secondaire, et la proximité des équipes présente généralement le risque que la communication orale supplante la rédaction de la documentation. Or, s il est possible d affirmer qu en phase d intégration, le caractère opérationnel des fonctionnalités livrées est plus important que leur documentation immédiate, il ne faut jamais oublier que la solution logicielle sera ensuite exploitée dans la durée par le client, et pourra faire l objet de prestations de maintenance corrective et évolutive, qui impliquent une documentation à jour et complète. Depuis quelques années, les méthodes agiles s affirment comme un gage de réussite sérieux des projets informatiques, en renforçant la collaboration du client et du prestataire autour d une méthode de développement itérative particulièrement souple faisant une large place au changement. Toutefois, ces méthodes ne sont pas pour autant d absolues garanties de succès, des imprévus peuvent toujours conduire à l échec du projet et à de considérables préjudices. En effet d un point de vue opérationnel, les méthodes agiles comportent de nombreux avantages apparents. Notamment, l absence de référentiel strict et intangible défini par le client (type cahier des charges) favorise le développement de solutions en rupture avec les technologies existantes, tout en donnant une place centrale aux fonctionnalités concrètement attendues par les utilisateurs. Par conséquent, les méthodes agiles peuvent constituer un vecteur efficace de conduite du changement, ce qui est primordial dans la mesure où les résistances internes sont l une des raisons de l échec des projets informatiques. L adhésion de l utilisateur à une solution qui ré-pond à un cahier des charges vieux de 18 mois est moins évidente que l adhésion de l utilisateur à une fonctionnalité qu il a décrite trois semaines plus tôt, mais cela implique donc une implication considérable des métiers. Alors certes, le client peut parfois avoir l impression tenace de «faire un chèque en blanc» au prestataire, et de n avoir aucune garantie sur ce qui lui sera livré in fine. Mais d une part, la méthode implique une grande transparence et une codécision qui font du client un acteur constant du projet, et d autre part, le découpage en courtes séquences supprime l effet tunnel pour réduire le risque de mauvaise surprise au stade de la recette de l entière solution. C est de cette implication du client, de sa DSI mais aussi de ses utilisateurs métiers que dépend, sinon le succès du projet - car le conseil et le coaching agile du prestataire y font beaucoup également - à tout le moins l absence de déconvenue tardive au moment où le temps perdu et l énergie consacrée au projet ne peuvent plus être rattrapés. Néanmoins, les caractères transparent, itératif, évolutif et collaboratif des méthodes agiles ne constituent pas une garantie de succès, pour les raisons susmentionnées, et parce que les impératifs classiques de cadrage initial (études d avant-projet), de EXPERTISES - DÉCEMBRE

6 conduite du changement, et d accompagnement juridique, demeurent indispensables comme dans le cadre des méthodes classiques. On dit parfois que l Agilité ne conviendrait qu aux clients indécis dont les besoins fonctionnels ne sont pas encore mûrs. C est excessif, car elles permettent tout aussi bien de mener à terme un projet dont le client a clairement conçu, dès le début et de manière pérenne, le périmètre précis de ses besoins. Il ne s agit là que de méthodes : l objectif demeure d équiper le client d une solution informatique qui va lui permettre de réaliser des gains de productivité et de rationaliser ses processus au mieux. Pour être pleinement efficaces, les méthodes agiles impliquent donc une évolution des mentalités au sein de l entreprise, et de son conseil. On ne saurait trop insister sur le fait que le contrat stipule le plus fidèlement possible les principes opérationnels de développement logiciel en méthode agile. Ces méthodes agiles doivent être appréhendées par les professionnels du droit, dans le but de leur conférer une traduction juridique et contractuelle pertinente et efficace pour les entreprises qui y recourent, qu il s agisse des prestataires informatiques ou des clients utilisateurs. Thomas BEAUGRAND Avocat associé Jean-Baptiste BELIN Avocat collaborateur Staub & Associés (1) Le Manifeste Agile est consultable sur (2) Pour une présentation plus détaillée des différences existantes entre les méthodes agiles et les méthodes d organisation traditionnelles, voir l article «Les Méthodes Agiles : de la souplesse dans les projets informatiques», publié en deux parties (le 26 novembre 2011 puis le 11 janvier 2012) sur le blog Immateria (http://www.immateria.fr), ainsi que l article publié par E. Varet et S. Leriche dans le numéro de mai 2012 de la revue Expertise sous le titre : «Méthodologie Agile et contrats de développement : révolution ou adaptation?». 420 EXPERTISES - DÉCEMBRE 2013

Méthodes Agiles : un équilibre contractuel remis en cause? Jonathan Rofé Matinales IPT DLA Piper Paris 24 mars 2011

Méthodes Agiles : un équilibre contractuel remis en cause? Jonathan Rofé Matinales IPT DLA Piper Paris 24 mars 2011 Méthodes Agiles : un équilibre contractuel remis en cause? Jonathan Rofé Matinales IPT DLA Piper Paris 24 mars 2011 Rappel Définition: Méthodes de conception de logiciel qui, favorisant une approche pragmatique,

Plus en détail

Topologie du web - Valentin Bourgoin - http://www.valentinbourgoin.net. Méthodes agiles & SCRUM

Topologie du web - Valentin Bourgoin - http://www.valentinbourgoin.net. Méthodes agiles & SCRUM Méthodes agiles & SCRUM 1/ Pourquoi les méthodes agiles? Définition d une méthode agile. Fondamentaux. Quand les utiliser? 2/ SCRUM En quoi est-ce une méthode agile? Sprints et releases. Le Product Owner.

Plus en détail

25/12/2012 www.toubkalit.ma

25/12/2012 www.toubkalit.ma 25/12/2012 www.toubkalit.ma 1 Définition Exemple des méthodes agiles Valeurs Principes Le cycle itératif et incrémental (Itération/Sprint) Schéma de travail Méthode Scrum. Méthode XP (Extreme programming).

Plus en détail

Soyez agile. Dans l industrie du logiciel, la. De plus chaque projet informatique

Soyez agile. Dans l industrie du logiciel, la. De plus chaque projet informatique Soyez agile Dans l industrie du logiciel, la gestion de projet est confrontée à de nombreux défis. Le principal est de pouvoir assurer l adéquation d un produit et de ses fonctionnalités avec les besoins

Plus en détail

SCRUM BUT, LE LIVRE BLANC. De la problématique de mener un projet AGILE dans une organisation classique

SCRUM BUT, LE LIVRE BLANC. De la problématique de mener un projet AGILE dans une organisation classique SCRUM BUT, LE LIVRE BLANC De la problématique de mener un projet AGILE dans une organisation classique Résumé Alors que les demandes de conduite de projet en AGILITE sont de plus en plus fréquentes, les

Plus en détail

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET 1 Tianxiao LIU Licence Professionnelle Réseaux & Sécurité Université de Cergy-Pontoise http://depinfo.u-cergy.fr/~tliu/lpg.php PLAN Objectif et

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

Yassine ZAKARIA SÉMINAIRE : MÉTHODES AGILES

Yassine ZAKARIA SÉMINAIRE : MÉTHODES AGILES Yassine ZAKARIA SÉMINAIRE : MÉTHODES AGILES Quelques constats Etude du Standish Group Seul 1/3 des projets informatiques sont qualifiés de succès 50 % sont livrés et opérationnels, mais sont sortis du

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

Méthode Agile de 3 ème génération. 2008 J-P Vickoff

Méthode Agile de 3 ème génération. 2008 J-P Vickoff PUMA Essentiel Méthode Agile de 3 ème génération 1 Structure de la présentation PUMA Essentiel méthode Agile de 3 ème génération Quelques principes Agiles Principales pratique Agile de pilotage Structure

Plus en détail

Scrum + Drupal = Julien Dubois

Scrum + Drupal = Julien Dubois Pourquoi j aime Scrum Pourquoi Scrum et Drupal sont faits pour s entendre Scrum + Drupal = Julien Dubois Happyculture.coop De quoi allons-nous parler? 1. Que sont les méthodes agiles? 2. Présentation de

Plus en détail

Méthodes Agiles et gestion de projets

Méthodes Agiles et gestion de projets Méthodes Agiles et gestion de projets Eric LELEU Consultant Solutions Collaboratives Contact ericleleu@nordnet.fr Site Personnel http://home.nordnet.fr/~ericleleu Blog http://ericleleu.spaces.live.fr La

Plus en détail

Jean-Pierre Vickoff www.vickoff.com

Jean-Pierre Vickoff www.vickoff.com Techniques du futur Agile Communication - Architecture - Méthode Vers une approche Agile de 3 ème génération Jean-Pierre Vickoff www.vickoff.com Protocole de séance : Précisions techniques immédiates possibles

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

Gestion de projet Agile. STS IRIS Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique»

Gestion de projet Agile. STS IRIS Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique» Gestion de projet Agile Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique» Sommaire Introduction Principes et méthodes Agiles Scrum 2 Introduction Gestion de projet : démarche structurante assurant

Plus en détail

AGILITÉ ET PROJETS AVEC SCRUM

AGILITÉ ET PROJETS AVEC SCRUM AGILITÉ ET PROJETS AVEC SCRUM ENSIMAG 2014 Jean-François Jagodzinski @jfjago www.agilessence.fr 1 Jean-François Jagodzinski - Coach Formateur et accompagnateur d équipes agiles Site -> http://www.agilessence.fr

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans le cadre de la gestion d un projet informatique

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Lorraine Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Maîtrise d ouvrage agile

Maîtrise d ouvrage agile Maîtrise d ouvrage agile Offre de service Smartpoint 17 rue Neuve Tolbiac 75013 PARIS - www.smartpoint.fr SAS au capital de 37 500 - RCS PARIS B 492 114 434 Smartpoint, en quelques mots Smartpoint est

Plus en détail

B & H Partners. Une nouvelle solution pour l accompagnement de vos projets informatiques

B & H Partners. Une nouvelle solution pour l accompagnement de vos projets informatiques B & H Partners Une nouvelle solution pour l accompagnement de vos projets informatiques Un partenariat inédit Page 2 L évolution des besoins d accompagnement des chantiers informatiques des entreprises

Plus en détail

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile 1 4 Les De plus en plus d organisations voient l Agilité comme une piste de solution aux problèmes auxquels elles sont confrontées. Par ailleurs,

Plus en détail

Les mécanismes d'assurance et de contrôle de la qualité dans un

Les mécanismes d'assurance et de contrôle de la qualité dans un Les mécanismes d'assurance et de contrôle de la qualité dans un projet Agile SPIN de Montréal - ETS 5 mars 2012 Qui sommes nous? mathieu boisvert Coach Agile Chargé de cours Co auteur d un livre avec Sylvie

Plus en détail

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP)

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Le point sur Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Depuis le début des années 90 s est développé un nouveau type de logiciel de gestion : le PGI, ou Progiciel de Gestion Intégré, plus connu sous

Plus en détail

1/ Le commanditaire Pour permettre au prestataire de réaliser sa mission, le commanditaire s engage à :

1/ Le commanditaire Pour permettre au prestataire de réaliser sa mission, le commanditaire s engage à : Article 1 : Principes de cession La reproduction et la réédition des créations du prestataire sont soumises à la perception de droits d auteur selon la loi du 11 mars 1957. La cession de ces droits ne

Plus en détail

Congrès annuel à Toulouse. Atelier : Les différentes modalités de contractualisation. 19 juin 2014 Francis COHEN

Congrès annuel à Toulouse. Atelier : Les différentes modalités de contractualisation. 19 juin 2014 Francis COHEN Congrès annuel à Toulouse Atelier : Les différentes modalités de contractualisation 19 juin 2014 Francis COHEN I/ Bien appréhender l univers contractuel : enjeux et réflexes à acquérir Des questions clés

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

Ingénierie des méthodes Agiles : Que cache l opposition entre déploiement et livraison en continu? Faut-il adopter DevOps 1?

Ingénierie des méthodes Agiles : Que cache l opposition entre déploiement et livraison en continu? Faut-il adopter DevOps 1? DEVOPS et le déploiement d application Les Livres Blancs de MARTE Ingénierie des méthodes Agiles : Que cache l opposition entre déploiement et livraison en continu? Faut-il adopter DevOps 1? L alignement

Plus en détail

Conduite de projets SI. Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS

Conduite de projets SI. Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS Conduite de projets SI Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS Agilité : de quoi parle-t-on? Agilité de l entreprise Urbanisme Architectures SOA Agilité du SI ERP Plateformes applicatives agiles

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013

Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013 Association Française pour la promotion des bonnes pratiques de sourcing escm. Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013 EXTRAIT de

Plus en détail

Planifier son projet avec SCRUM

Planifier son projet avec SCRUM Avec SCRUM l estimation de la taille du projet est collective. C est l équipe présente qui estime taille et la durée du projet. L estimation se base sur la capacité de l équipe : la vélocité. La vélocité

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant orientations sur le cadre de régulation du système de comptage évolué de GrDF Participaient à la séance : Olivier

Plus en détail

GESTION DE PROJET : LA METHODE AGILE

GESTION DE PROJET : LA METHODE AGILE GESTION DE PROJET : LA METHODE AGILE Le SCRUM est une méthode de gestion de projet. Elle a pour but d améliorer la productivité des équipes. Ce terme est inspiré du terme Scrum en rugby qui désigne une

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Eligibilité et Contractualisation Agile. Xavier Torpe 06 33 69 45 85 xavier.torpe@logica.com Septembre 2010

Eligibilité et Contractualisation Agile. Xavier Torpe 06 33 69 45 85 xavier.torpe@logica.com Septembre 2010 Eligibilité et Contractualisation Agile Xavier Torpe 06 33 69 45 85 xavier.torpe@logica.com Septembre 2010 Xavier TORPE Coach Agile De 2000 à aujourd hui Logica 2010. All rights reserved No. 2 Objectifs

Plus en détail

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 N i c o l a s C h u Réussir un projet de site web 6 e édition Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 annexe D Les indicateurs de pilotage

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES

CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES Décembre 2012 1. Introduction Conscient des enjeux de l innovation, le Ministère de l Industrie, du Commerce

Plus en détail

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Demande de conseil. Le cas pratique est un exercice juridique qui, à l instar d une personne se trouvant en situation de litige avec autrui, demande conseil. C est un exercice

Plus en détail

PEPI GPI (Gestion de Projet Informatique) - Note de Cadrage décembre 2010 -

PEPI GPI (Gestion de Projet Informatique) - Note de Cadrage décembre 2010 - I N S T I T U T N A T IO N A L D E L A R E C H E R C H E A G R O N O M I Q U E Pepi Gestion de Projets Informatiques PEPI GPI (Gestion de Projet Informatique) - Note de Cadrage décembre 2010-1 Préambule...

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic

Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic Du 23 au 25 juin 2015 1 Les objectifs de l Audit La réouverture des lignes de Nantes à Saint Gilles Croix de

Plus en détail

Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies?

Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies? Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies? gil.delille@forum-des-competences.org Agenda Les enjeux liés aux systèmes d information

Plus en détail

Scrum - Tour d'horizon de la méthode

Scrum - Tour d'horizon de la méthode Scrum - Tour d'horizon de la méthode Agenda Agilité Scrum Pilotage d'un projet agile selon Scrum Contractualisation Forces & questions ouvertes 2 Les méthodes agiles Méthodes de développement d'applications

Plus en détail

Introduction à l Agile (22/01/2012)

Introduction à l Agile (22/01/2012) Introduction à l Agile (22/01/2012) OCTO 2012 50, avenue des Champs-Elysées 75008 Paris - FRANCE Tél : +33 (0)1 58 56 10 00 Fax : +33 (0)1 58 56 10 01 www.octo.com 1 Plan! Qui suis-je?! Quelques notions

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Gestion de Projet Informatique

Gestion de Projet Informatique Gestion de Projet Informatique Partie 3 : Cycles de vie de projet Licence d'informatique 3 ième Année Tianxiao Liu Université de Cergy-Pontoise 1 GPI T. LIU The earliest moment is when you think it is

Plus en détail

SOMMAIRE C.1 PRINCIPES BUDGETAIRES... 2

SOMMAIRE C.1 PRINCIPES BUDGETAIRES... 2 C MODULE C PROCEDURES BUDGETAIRES & DE CONTROLE DE GESTION SOMMAIRE C MODULE C PROCEDURES BUDGETAIRES... 1 C.1 PRINCIPES BUDGETAIRES... 2 C.1.1 DEFINITIONS... 2 C.1.2 PRINCIPES... 2 C.2 ORGANES DE L ELABORATION

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Radenko Corovic, MBA radenko.corovic@rsmtechno.ca 1. Introduction Les méthodes agiles de développement des systèmes ont

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Plan d assurance qualité

Plan d assurance qualité Plan d assurance qualité Exemple de PAQ C3rb Informatique PLAN D ASSURANCE QUALITE (PAQ) C3RB - XXX 2014 Date 22 mai 2014 Version 1 Rédacteur C3rb Informatique SOMMAIRE 1. Suivi des modifications de ce

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

Reddition de compte et Agilité. Présenté par Jean-René Rousseau Agile Québec Septembre 2011

Reddition de compte et Agilité. Présenté par Jean-René Rousseau Agile Québec Septembre 2011 Reddition de compte et Agilité Présenté par Jean-René Rousseau Agile Québec Septembre 2011 Qui suis-je Jean-René Rousseau jrrousseau@pyxis-tech.com Coach Agile à Pyxis www.pyxis-tech.com/accompagnement

Plus en détail

CONTRAT D INTERCHANGE EDI

CONTRAT D INTERCHANGE EDI CLUB INFORMATIQUE DES GRANDES ENTREPRISES FRANCAISES 21, avenue de Messine - 75008 PARIS Tél. : 01 56 59 70 00 - Fax : 01 56 59 70 01 http://www.cigref.fr cigref@cigref.fr CONTRAT D INTERCHANGE EDI Janvier

Plus en détail

Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus

Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus C A T A L O G U E F O R M A T I O N S 2014 Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus Méthodes prévention AMDEC (Analyse

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir.

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir. Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des logiciels et bases de données En bref L administration consacre des moyens financiers et humains considérables

Plus en détail

Supply chain & Lean management. «Les facteurs clés d une entreprise performante» Jeudi 14 février 2013 Centre de services Ecoparc - Blanquefort

Supply chain & Lean management. «Les facteurs clés d une entreprise performante» Jeudi 14 février 2013 Centre de services Ecoparc - Blanquefort Supply chain & Lean management «Les facteurs clés d une entreprise performante» Jeudi 14 février 2013 Centre de services Ecoparc - Blanquefort Les facteurs clés d une entreprise performante Qu est ce qu

Plus en détail

Logica. Réussir son projet Centre d Appels. Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica

Logica. Réussir son projet Centre d Appels. Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica Réussir son projet Centre d Appels Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica Introduction Aujourd hui, les entreprises se focalisent sur une approche transactionnelle

Plus en détail

1. Le recours à l accord-cadre

1. Le recours à l accord-cadre LES ACCORDS-CADRES Inspirés de la technique française des marchés à bons de commande, les accords-cadres ont été consacrés en droit communautaire par les directives du 31 mars 2004 (2004/17 et 2004/18)

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Chris Imprimerie EURL au capital de 1000 euros 40 chemin de la Parette 13012 Marseille Siret 527 861 058 00016 TVA Intracom FR83527861058 Les rapports de la Société Chris

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES RÉALISÉS SELON LES METHODOLOGIES AGILES. - v 1.1 -

CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES RÉALISÉS SELON LES METHODOLOGIES AGILES. - v 1.1 - CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES RÉALISÉS SELON LES METHODOLOGIES AGILES - v 1.1 - Ce document est sous contrat Creative Commons Paternité- Partage des Conditions Initiales à l'identique 2.0 France License

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

Présentation UBO 12/2008 Présentation des méthodes agiles

Présentation UBO 12/2008 Présentation des méthodes agiles Gestion de projet Vers les méthodes agiles Des approches prédictives aux méthodes agiles appliquées avec SCRUM Présentation UBO 12/2008 Présentation des méthodes agiles Partie 1 : La société Altran Altran

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Du 01 janvier 2014 au 31 décembre 2014 1 PRÉAMBULE L agence web MILKCREATION est une société spécialisée dans la réalisation de prestations numériques. Elle intègre les domaines

Plus en détail

Jean-Pierre Vickoff. 2008 J-P Vickoff

Jean-Pierre Vickoff. 2008 J-P Vickoff Agilité étendue Jean-Pierre Vickoff 1 Structure de la présentation PUMA Essentiel méthode Agile de 3 ème génération Le mouvement Itératif-Incrémental (Agile) Agilité étendue au SI et PUMA Essentiel Entreprise

Plus en détail

Gestion de Projet Agile

Gestion de Projet Agile Gestion de Projet Agile Planification et Estimation Sprint 0 Tianxiao.Liu@u-cergy.fr Université de Cergy-Pontoise Master SIC/ISIM 2 ième Année Plan Introduction Motivation : pourquoi planifier & estimer?

Plus en détail

CATALOGUE)FORMATION)2015)

CATALOGUE)FORMATION)2015) CATALOGUE)FORMATION)2015) Intitulé(de(formation( Code( Agiliser)vos)processus) F010$ Fondamentaux)du)Lean) F021$ Résolution)de)problème) F022$ Lean)Six)Sigma) F023$ Mesures)et)indicateurs) F030$ Assurance)qualité,)vérification,)validation)

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex. Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part

LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex. Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part CONTRAT DE SERVICES EN LIGNE ENTRE LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part ET Le client Ci-après dénommé «le client»

Plus en détail

Consultation pour la réalisation d une étude sur : Formations et compétences Big Data et Cloud Computing en France

Consultation pour la réalisation d une étude sur : Formations et compétences Big Data et Cloud Computing en France 21/04/15 Cahier des charges Consultation pour la réalisation d une étude sur : Formations et compétences Big Data et Cloud Computing en France CDC Big Data et Cloud Computing COPIL 21/04/2015 COPIIEC 1/18

Plus en détail

backlog du produit Product Owner

backlog du produit Product Owner Méthodes agiles : Définition: selon Scott Ambler «Une méthode agile est une approche itérative et incrémentale pour le développement de logiciel, réalisé de manière très collaborative par des équipes responsabilisées

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Rédaction et négociation des contrats de licences

Rédaction et négociation des contrats de licences Rédaction et négociation des contrats de licences Partenariat Modèle contractuelle Clauses juridiques standard Principe d évaluation du brevet Département De l idée au projet à sa mise sur le marché, les

Plus en détail

Les méthodes Agiles. Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum

Les méthodes Agiles. Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum Les méthodes Agiles Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum Défini)on de base Les méthodes Agiles sont des procédures de concep)on de logiciel qui se veulent plus pragma)ques que les méthodes tradi)onnelles

Plus en détail

DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL

DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL 31 août 2004 Plate-Forme Opérationnelle de modélisation INRA ACTA ICTA http://www.modelia.org FICHE DU DOCUMENT 10 mai 04 N.Rousse - : Création : version de

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

A-t-on le temps de faire les choses?

A-t-on le temps de faire les choses? A-t-on le temps de faire les choses? A-t-on le temps de faire les choses? Un parcours de 25 ans dans le domaine des Systèmes d'information de 6 grandes entreprises Consultante depuis 19 ans Mission / contrats

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail