Réussir l externalisation de sa consolidation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réussir l externalisation de sa consolidation"

Transcription

1 Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Conseil en Systèmes d Information L externalisation de la production des comptes consolidés peut, dans certains cas, être une réponse pertinente à la complexification réglementaire en matière d information financière. Si cette solution permet d apporter de la flexibilité à une fonction qui peut s avérer coûteuse au regard de besoins qui sont par nature ponctuels, elle comporte aussi des risques qui peuvent être évités en adoptant une démarche structurée. Après avoir décrit les risques à éviter pour mener à bien ce type de projet, nous présentons un exemple de méthodologie simple et pragmatique, facteur de sécurisation et de maîtrise du projet, en en détaillant chacune des étapes. LES ÉCUEILS À ÉVITER Le tableau ci-après recense les principaux écueils que l entreprise doit chercher à éviter lors d un projet d externalisation de la consolidation. Il indique en regard la démarche permettant de pallier en amont ces insuffisances ou manques. Critères fonctionnels mal identifiés Critères techniques mal identifiés Écueils Processus de remontée des informations insuffisamment explicite Répartition mal définie des tâches entre le groupe et le prestataire Architecture système inadaptée aux besoins du groupe Processus ne répondant pas aux obligations réglementaires en matière de contrôle interne Déploiement de l organisation : formation insuffisante des différents intervenants coordination insuffisante des travaux Reprise des données historiques : mode de reprise des données historiques déconnecté des besoins du groupe (soldes, mouvements, antériorité) Traitement des opérations de consolidation : planification insuffisante et irréaliste absence de lien entre l activité et les traitements de consolidation Analyse des comptes : analyse insuffisante ne permettant pas une appropriation des comptes par le groupe Établissement des états financiers : processus utilisé ne facilitant pas l audit par les commissaires aux comptes Étapes Décrire l environnement de consolidation/choisir le prestataire Déterminer une cible Accompagner la phase de transition et de mise en œuvre 12 N 305 N 337 RF COMPTABLE M A R S

2 LA NÉCESSITÉ D UNE MÉTHODOLOGIE ADAPTÉE Les grandes étapes méthodologiques à mettre en œuvre dans le cadre d un projet d externalisation sont mises en évidence dans le schéma ci-après. Étape 1 Décrire l environnement de consolidation Objectifs Processus existant Informations délivrées Dysfonctionnements à corriger Décrire l environnement cible Processus cible Organisation Système d information ÉTAPE 1 : DÉCRIRE L ENVIRONNEMENT DE CONSOLIDATION EXISTANT Périodicité d établissement des comptes consolidés Le choix du prestataire en charge de l externalisation pourra être fait préalablement à ces travaux ou postérieurement à la phase d élaboration du scénario d externalisation. Ce choix devra tenir compte de la capacité du prestataire à déployer une équipe et une organisation répondant aux besoins exprimés par le groupe. Étape 2 Élaboration du scénario d externalisation Étape 3 Accompagnement de la mise en œuvre L étape préliminaire à l externalisation sera l analyse et la formalisation des besoins du groupe sur la base de son organisation actuelle. Besoin de ressources Besoin d expertises Besoin de procédures, d outils et de formation Référentiel utilisé et exposition aux problématiques techniques X X Périmètre de consolidation et implantation du groupe X X X Objectifs alloués à l information financière Environnement du groupe et objectifs alloués à la fonction consolidation Les objectifs de la fonction consolidation varient en fonction de l environnement des groupes et, notamment, du périmètre des sociétés à consolider, du référentiel utilisé, ainsi que de la périodicité d établissement des comptes consolidés. Sur la base du tableau ci-dessus : certains groupes ont un besoin fort d apport en expertise consolidation tout en ayant un volume faible d informations à traiter. Ce pourra être le cas, par exemple, d un groupe coté établissant des comptes selon le référentiel IFRS avec un périmètre réduit de filiales. Dans ce cas, la direction financière aura des attentes majeures vis-à-vis du prestataire en conseil «consulting comptable» et en apport d expertise consolidation X X à l inverse, d autres groupes ont un besoin ponctuel de ressources pour traiter un volume important d informations, tout en ayant une exposition faible aux problématiques techniques. Il s agira, par exemple, d un groupe non coté établissant des comptes consolidés annuellement en normes françaises. La direction financière souhaitera alors se décharger d un sujet non stratégique. Elle aura des attentes plus fortes en termes d organisation du processus, d optimisation des procédures de consolidation et de gestion du volume d informations à traiter. Après avoir décrit l environnement de consolidation, il est nécessaire d analyser en détail l organisation actuelle du processus. Cette analyse aura pour objectifs : M A R S RF COMPTABLE N 305 N

3 de décrire le niveau de décentralisation des travaux, la contribution des différents intervenants, ainsi que le niveau de validation des informations d identifier les zones de complexité et de mesurer leur maîtrise par les équipes en interne de recenser les différentes sources d information (services juridiques, département fiscal, contrôle de gestion). L analyse pourra être conduite, par exemple, à l aide de la matrice présentée ci-dessous. Intervenants Équipes centrales (*) Filiales Autres Niveau de maîtrise du processus Calendrier et instructions de consolidation X X +++ Arrêté des comptes sociaux X +++ Réconciliation des opérations intragroupe X - Alimentation des liasses de consolidation X ++ Retraitement des comptes aux normes groupe X X X + Évaluation et traitement des impôts différés X X -- Analyse des comptes X + Rapprochement avec les données du contrôle X + de gestion Établissement du tableau des flux de trésorerie X X + Établissement des états financiers consolidés X ++ Dossier d analyse X ++ (*) Direction financière, département fiscal, contrôle de gestion. L information délivrée La tâche suivante est de préciser les attentes des différents «clients» de la fonction consolidation (direction financière, département fiscal, contrôle de gestion ). En effet, l information délivrée a minima, constituée des états financiers consolidés et des notes aux états financiers, est généralement complétée d éléments d analyse indispensables à l appropriation des comptes par le groupe. Le contenu et le mode d externalisation dépendront du résultat combiné de l ensemble de ces étapes. ÉTAPE 2 : DÉTERMINER UNE CIBLE La définition d une cible est incontournable non seulement pour disposer d une base contractuelle solide avec le prestataire, mais également pour que le groupe conserve la maîtrise de ses comptes consolidés. La cible se compose de trois éléments principaux : le processus, l organisation et le système d information. Améliorer les points faibles recensés Les points de dysfonctionnement identifiés dans le cadre de la phase d analyse de l existant pourront conduire le groupe et le prestataire à fiabiliser certaines étapes du processus. Ces travaux pourront comprendre : la mise en place d outils et de procédures complémentaires des compléments de formation des intervenants 14 N 305 N 337 RF COMPTABLE M A R S

4 l optimisation des processus comptables amont (par exemple, optimisation du processus d arrêté des comptes sociaux). Définir les livrables Simultanément à ces travaux, le format des livrables devra être défini : dossier d analyse, états financiers. Certains besoins spécifiques du groupe pourront nécessiter des adaptations de paramétrage du logiciel de consolidation : création d états de restitution, création de comptes. Organisation de la consolidation : définir les travaux assurés en interne Sur la base de la matrice précédemment établie, le groupe devra déterminer le périmètre des travaux qu il souhaite continuer à assumer en interne. Ses choix devront intégrer certains critères préalablement définis tels que : les sources d information la complexité des retraitements opérés et le niveau de connaissance de l activité qu ils nécessitent la maîtrise ou non de ces travaux en interne l investissement nécessaire à l acquisition ou au maintien de compétences en interne la valeur ajoutée attendue du prestataire. Après analyse, le groupe pourra souhaiter se désengager totalement des travaux de production tout en conservant un rôle de revue et de contrôle de l information délivrée. Il pourra, à l inverse, décider de continuer à assumer en interne, partiellement, certains travaux d évaluation, de tests de valeurs nécessitant une maîtrise de l activité du groupe. Définition de l architecture système Une architecture système sera ensuite définie. Elle sera plus ou moins complexe en fonction du scénario retenu. Différents cas de figure peuvent être distingués : le groupe souhaite continuer à utiliser son système de consolidation actuel. Dans ce cas, le prestataire s adaptera à l organisation existante. Il pourra travailler à l optimisation de certains aspects du processus tel qu évoqué précédemment le prestataire met à disposition du groupe sa plateforme de consolidation le groupe et le prestataire partagent une application hébergée chez un tiers. ÉTAPE 3 : DÉFINITION DU SCÉNARIO DE L EXTERNALISATION Objectifs La description du processus de consolidation et le choix d organisation permettront au groupe de déterminer en lien avec le prestataire un scénario d externalisation. Ce scénario devra définir précisément la répartition des travaux entre les différents intervenants, les livrables, l architecture système ainsi que le calendrier de réalisation. Il est à noter que, indépendamment de l organisation retenue, le groupe devra désigner en interne une personne en charge de la coordination des opérations en lien avec les filiales et le prestataire. Les scénarios types : description et lien avec l architecture système Le tableau page 16 décrit la répartition des tâches dans les trois scénarios d externalisation de base. Liens avec l architecture système Scénario A «Externalisation totale». Le groupe aura essentiellement un rôle de revue des états financiers. Une architecture système simple pourra être mise en œuvre puisque le groupe ne souhaite pas avoir accès à l outil de consolidation. Une application en monoposte suffira au prestataire pour accomplir sa mission. Scénario B «Externalisation partielle sans intervention du groupe». Les filiales auront en charge l établissement des informations d «entrée» (liasses de consolidation, intragroupe...). Le prestataire réalisera les travaux de production et d analyse des comptes consolidés. Le groupe procédera à la revue des états financiers consolidés. M A R S RF COMPTABLE N 305 N

5 Calendrier et instructions de consolidation Scénario A Externalisation totale Scénario B Externalisation partielle avec intervention du groupe Scénario C Externalisation partielle sans intervention du groupe Équipe interne Équipe externe Équipe interne Équipe externe Équipe interne Équipe externe Arrêté des comptes sociaux Réconciliation des opérations intragroupe Alimentation des liasses de consolidation Retraitement des comptes aux normes groupe Évaluation et traitement des impôts différés Traitement des travaux de consolidation Analyse des comptes Établissement du tableau des flux de trésorerie Établissement des états financiers consolidés Dossier d analyse Revue et contrôle des états financiers : Personne en charge. Dans ce cas, il sera préféré une architecture système permettant au groupe et au prestataire de travailler sur une plateforme commune. Elle sera accessible à distance, par exemple, via un serveur Web ou un serveur Citrix. Scénario C «Externalisation partielle avec intervention du groupe». Le prestataire assumera l ensemble des travaux. Le groupe conservera cependant un rôle actif dans l évaluation des retraitements et l analyse des comptes consolidés. Les filiales seront peu sollicitées. L architecture système retenue pourra permettre l alimentation en décentralisé des liasses de consolidation, par exemple en mettant en place des postes de saisie décentralisée. ÉTAPE 4 : ACCOMPAGNER LA PHASE DE TRANSITION ET METTRE EN ŒUVRE L EXTERNALISATION Une fois la cible définie, l étape suivante sera le déploiement de l externalisation. Le déploiement du système Le scénario d externalisation et l architecture système étant établis, les travaux suivants devront à présent être réalisés. La reprise des données historiques de consolidation. Le périmètre des données reprises dans le nouvel outil devra être adapté aux besoins du groupe. Il devra tenir compte des besoins d analyse du groupe (exercice précédent, trimestres 16 N 305 N 337 RF COMPTABLE M A R S

6 précédents). La reprise pourra ainsi être réalisée en solde à la clôture de l exercice précédent ou en flux sur plusieurs périodes annuelles et intermédiaires. La formation des filiales à l utilisation de l outil de consolidation et à certaines étapes du processus : saisie des liasses, réconciliation des opérations intragroupe. La formation des équipes centrales : consultation des états consolidés, utilisation des fonctionnalités d analyse. Le déploiement de l organisation Rythme du déploiement Le déploiement de l organisation pourra être opéré en une seule fois ou progressivement sur plusieurs arrêtés. Le choix pour l une ou l autre de ces solutions devra se faire en fonction de la complexité du processus de consolidation et du calendrier imparti pour la mise en place de l externalisation. Un travail permanent de fiabilisation et d optimisation de l organisation déployée devra être réalisé, notamment en fixant de nouveaux objectifs à chaque arrêté, que ce soit en termes d analyse, de traitement des informations ou de «fluidité» des processus. Prévoir la réversibilité Pour conclure ce projet d externalisation, une étude devra être conduite afin de déterminer un scénario de réversibilité. Ce scénario devra garantir au groupe la possibilité à tout moment de réinternaliser ses travaux de consolidation. Il devra, par exemple, prévoir : les conditions de maintien de l architecture système utilisée notamment dans le cadre d une plateforme commune les modalités de mise en place d un nouvel outil et de reprise des données de consolidation l accessibilité aux données historiques de consolidation. Dans ce contexte, il est primordial que le groupe conserve la maîtrise de ses comptes pendant la phase d externalisation. La mise en place de supports d échange entre le prestataire constitue l un de ces éléments. Le site Internet de votre revue Retrouvez gratuitement dans votre espace réservé : v 3 ans d archives de votre revue v l'actualité (dépêches quotidiennes, newsletter bimensuelle) v l'échéancier et les chiffres utiles actualisés quotidiennement Si vous avez égaré vos codes d'accès, contactez notre Service Relations Clients au (0,15 TTC /min) M A R S RF COMPTABLE N 305 N

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES

LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES 1 SOMMAIRE 1. Les sources d information 2. Les conditions d acceptation de mission 3. La planification de l audit de la consolidation 4. Les travaux d

Plus en détail

Rapport d audit interne

Rapport d audit interne Exercice social clos au 31/12/2004 Rapport d audit interne du Président du Conseil d administration de la Compagnie Financière de Deauville en application de l article 117 de la loi n 2003-706 du 1 er

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans le cadre de la gestion d un projet informatique

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Lorraine Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

L innovation au cœur des processus et des systèmes

L innovation au cœur des processus et des systèmes L innovation au cœur des processus et des systèmes www.novigo-consulting.com NOS OFFRES Notre vocation est d appuyer les entreprises pour évaluer la multitude de besoins et assurer le succès des projets

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations Auteur: Fabian PIAU, Master 2 MIAGE, Nantes La Gestion des Configurations est un processus issu d ITIL version 2 qui aide au soutien du service («Service

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir.

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir. Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des logiciels et bases de données En bref L administration consacre des moyens financiers et humains considérables

Plus en détail

Yourcegid Consolidation On Demand

Yourcegid Consolidation On Demand Yourcegid Consolidation On Demand LS -YC Consolidation - OD - 04/2012 LIVRET SERVICE YOURCEGID CONSOLIDATION ON DEMAND ARTICLE 1 : OBJET Le présent Livret Service fait partie intégrante du Contrat et ce

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Sage FRP Treasury Universe Edition Module Cash L expert en gestion de trésorerie et flux financiers

Sage FRP Treasury Universe Edition Module Cash L expert en gestion de trésorerie et flux financiers distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Sage FRP Treasury Universe Edition Module Cash L expert en gestion de trésorerie et flux financiers Le module Cash de Sage FRP Treasury Universe Edition est une

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Benchmark sur le processus de consolidation. Analyse portant sur les sociétés du CAC 40 Décembre 2012

Benchmark sur le processus de consolidation. Analyse portant sur les sociétés du CAC 40 Décembre 2012 Benchmark sur le processus de consolidation Analyse portant sur les sociétés du CAC 40 Décembre 2012 Introduction La communication financière est un enjeu majeur pour l ensemble des sociétés. La volonté

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

Panorama des pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l enquête 2011

Panorama des pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l enquête 2011 Panorama des pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l enquête 2011 La consolidation est à la fois un travail de coordination des acteurs et de gestion des volumes, mais aussi et

Plus en détail

1. COMPOSITION ET CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION

1. COMPOSITION ET CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION PREVU A L ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE

Plus en détail

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES PLAN LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX & ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES Copyright BV Associates 2013 IMEPSIA TM est une marque déposée par BV Associates Page 1 SOMMAIRE 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

Systèmes d Information. (Aviva, Orange - France Telecom) Expertise IFRS. Transition aux normes IFRS. Assistance aux filiales

Systèmes d Information. (Aviva, Orange - France Telecom) Expertise IFRS. Transition aux normes IFRS. Assistance aux filiales , doté d une solide expérience dans les domaines de la consolidation et des normes IFRS (15 années), j ai développé une triple expertise : métier, système et sectorielle, dont je souhaite faire bénéficier

Plus en détail

Identification, évaluation et gestion des incidents

Identification, évaluation et gestion des incidents Identification, évaluation et gestion des incidents De la cartographie des risques à la mise en place de la base incidents Xavier DIVAY Responsable de la conformité et du contrôle permanent QUILVEST BANQUE

Plus en détail

NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ

NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ OUTSOURCING IT Le succès d une opération d outsourcing se mesure au degré de préparation et d implication des parties concernées. Mieux vaut donc faire preuve de pragmatisme

Plus en détail

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing A propos d Insight Insight est le spécialiste en gestion des contrats de licences, en fourniture de logiciels et services associés. Nous accompagnons

Plus en détail

Marché à Procédure adaptée. Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr

Marché à Procédure adaptée. Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr Marché à Procédure adaptée Passé en application de l article 28 du code des marchés publics Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr CNDP/ 03 /2015 Cahier des clauses techniques

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

erp : quelle réponse pour les pme?

erp : quelle réponse pour les pme? erp : quelle réponse pour les pme? Sommaire Les fonctions couvertes Les bénéfices pour les PME L implantation Les problématiques à considérer La maintenance Les problèmes rencontrés Exemple de société

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

Périmètre d Intervention. Notre Offre

Périmètre d Intervention. Notre Offre 5 Nos Références 4 Nos Valeurs 3 Périmètre d Intervention 1 2 Notre Offre 1 La société La Société Qui sommes nous? 20 ans d expérience - 4 ans d existence Management des Systèmes d information Performance

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES

CONDITIONS PARTICULIERES CONDITIONS PARTICULIERES HEBERGEMENT/CLOUD/SAAS GROUPE Com6 2015 Article 1. Préambule 1. Le client souhaite bénéficier d une prestation d hébergement. 2. Le client déclare avoir adhéré sans réserve aux

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Messagerie collaborative et unifiée de l Inra

Messagerie collaborative et unifiée de l Inra Messagerie collaborative et unifiée de l Inra Prestation d expertise et d assistance à maitrise d ouvrage pour la conception d un nouveau service. Page 1 sur 7 SUIVI DES MODIFICATIONS Version Eléments

Plus en détail

GLOBAL CONSOLIDATION SOLUTIONS

GLOBAL CONSOLIDATION SOLUTIONS GLOBAL CONSOLIDATION SOLUTIONS Vincent Tignon & Ali Hazzaz Fondateurs de Neonn NEONN, CONSOLIDATION NOUVELLE GÉNÉRATION Nous abordons la consolidation avec l ambition de vous apporter une visibilité stratégique

Plus en détail

Cahier des charges du support technique d assistance aux centres d examens DELF/DALF Objet du marché :

Cahier des charges du support technique d assistance aux centres d examens DELF/DALF Objet du marché : Cahier des charges du support technique d assistance aux centres d examens DELF/DALF Objet du marché : Mise en place d un support technique d assistance aux centres d examens DELF/DALF. Préambule Les pièces

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

Réussir le choix de son SIRH

Réussir le choix de son SIRH Réussir le choix de son SIRH Pascale Perez - 17/09/2013 1 L évolution du SI RH 1960 à 1970 : le progiciel de paie. Le système d information RH apparaît dans les années soixante avec la construction des

Plus en détail

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5 Noël NOVELLI ; Université d Aix-Marseille; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 La gestion de la qualité Enjeux de la

Plus en détail

Cabinet d expertise comptable et de conseil dédié aux groupes et filiales d entreprises françaises et internationales

Cabinet d expertise comptable et de conseil dédié aux groupes et filiales d entreprises françaises et internationales Cabinet d expertise comptable et de conseil dédié aux groupes et filiales d entreprises françaises et internationales Fort de 300 collaborateurs, primexis accompagne des groupes et filiales d entreprises

Plus en détail

Modèle de cahier des charges CRM

Modèle de cahier des charges CRM Modèle de cahier des charges CRM Vous trouverez dans ce modèle de cahier des charges les éléments généralement nécessaires au bon fonctionnement d un projet CRM. Chaque entreprise étant unique, il vous

Plus en détail

Les audits de l infrastructure des SI

Les audits de l infrastructure des SI Les audits de l infrastructure des SI Réunion responsables de Catis 23 avril 2009 Vers un nouveau modèle pour l infrastructure (CDSI Avril et Juin 2008) En dix ans, les évolutions des SI ont eu un fort

Plus en détail

Evelyne GURFEIN Comptes consolidés IAS IFRS et conversion monétaire

Evelyne GURFEIN Comptes consolidés IAS IFRS et conversion monétaire Evelyne GURFEIN Comptes consolidés IAS IFRS et conversion monétaire, 2007 ISBN-10 : 2-7081-3760-3 ISBN-13 : 978-2-7081-3760-8 Chapitre 7 Les normes IAS/IFRS et leur impact Quelle question? «Bonjour, je

Plus en détail

OFFRES DE SERVICES SDS CONSULTING

OFFRES DE SERVICES SDS CONSULTING OFFRES DE SERVICES SDS CONSULTING AUTOUR DE LA SOLUTION TSM DERNIERE MISE A JOUR : MAI 2011 préalable 1 Liste des services proposés Nos équipes sont spécialisées depuis de nombreuses années dans le domaine

Plus en détail

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE L AFNOR définit la maintenance comme l «ensemble des actions permettant de maintenir et de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d assurer un service déterminé.» De nos jours, les systèmes

Plus en détail

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER Pour les banques, le papier devrait servir à imprimer des billets ; pas à en garder la trace dans

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751

Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751 Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751 Ce rectificatif est disponible sur le site de l AMF ( www.amf-france.org) et auprès

Plus en détail

Création outil multimédia de restitution du projet «l intergénérationnel : un levier pour un levier pour créer du lien social en milieu rural

Création outil multimédia de restitution du projet «l intergénérationnel : un levier pour un levier pour créer du lien social en milieu rural CAHIER DES CHARGES Création outil multimédia de restitution du projet «l intergénérationnel : un levier pour un levier pour créer du lien social en milieu rural Juillet 2013 Sarah Pecas I - PRESENTATION

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

Exercice 2005. Mesdames, Messieurs,

Exercice 2005. Mesdames, Messieurs, SQLI Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance Au capital social de 1.332.339,15Euros Siège social : Immeuble Le Pressenssé 268, avenue du Président Wilson 93200 La Plaine Saint-Denis RCS

Plus en détail

TIERCE MAINTENANCE APPLICATIVE

TIERCE MAINTENANCE APPLICATIVE Notre expertise au cœur de vos projets TIERCE MAINTENANCE APPLICATIVE SERVICE LEVEL AGREEMENT Sommaire 1. Terminologie...4 1.1. Définitions...4 1.2. Abréviations...5 2. Missions & Objectifs...5 2.1. Missions...5

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

Charte de contrôle interne

Charte de contrôle interne Dernière mise à jour : 05 mai 2014 Charte de contrôle interne 1. Organisation générale de la fonction de contrôle interne et conformité 1.1. Organisation Le Directeur Général de la Société, Monsieur Sébastien

Plus en détail

Communiqué de presse FY 2014-2015

Communiqué de presse FY 2014-2015 Communiqué de presse du 29 mai 2015 Huizingen, Belgique Confidentiel jusqu au 29 mai 2015 Communiqué de presse FY 2014-2015 (Résultats pour l exercice clôturé le 31 mars 2015) 1,8 de croissance du chiffre

Plus en détail

L outillage du Plan de Continuité d Activité, de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise

L outillage du Plan de Continuité d Activité, de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise Auteur : Robert BERGERON Consultant en Sécurité des Systèmes d Information et Management de la Continuité d Activité Quel outil pour le PCA? de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise Introduction

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

Objet de la consultation : FOURNITURE, PARAMETRAGE ET MAINTENANCE D UN PROGICIEL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT CAHIER DES CHARGES

Objet de la consultation : FOURNITURE, PARAMETRAGE ET MAINTENANCE D UN PROGICIEL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT CAHIER DES CHARGES Objet de la consultation : FOURNITURE, PARAMETRAGE ET MAINTENANCE D UN PROGICIEL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT CAHIER DES CHARGES Date et heure limite de remise des offres 26 juin 2015 à 18 h Sommaire

Plus en détail

les outils de la gestion de projet

les outils de la gestion de projet les outils de la gestion de projet Sommaire Objectifs de la gestion de projet Les étapes du projet Les outils de gestion de projets Paramétrage de l outil PROJET : «ensemble des actions à entreprendre

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Méthodes Agiles : un équilibre contractuel remis en cause? Jonathan Rofé Matinales IPT DLA Piper Paris 24 mars 2011

Méthodes Agiles : un équilibre contractuel remis en cause? Jonathan Rofé Matinales IPT DLA Piper Paris 24 mars 2011 Méthodes Agiles : un équilibre contractuel remis en cause? Jonathan Rofé Matinales IPT DLA Piper Paris 24 mars 2011 Rappel Définition: Méthodes de conception de logiciel qui, favorisant une approche pragmatique,

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

Développez votre système d'information en toute simplicité

Développez votre système d'information en toute simplicité Développez votre système d'information en toute simplicité IT CONSULTING HOSTING as a service SR opérations SA Société suisse fondée en 2003, SR opérations SA est une filiale de SRF groupe SA. SR opérations

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

I partie : diagnostic et proposition de solutions

I partie : diagnostic et proposition de solutions Session 2011 BTS assistant de manager Cas Arméria: barème et corrigé Remarque: la 1 ère partie doit être cohérente avec les éléments déterminants du contexte décrit dans cet encadré, qui n est pas attendu

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DIRECTION DE LA COMPTABILITE RFI Demande d information Dématérialisation des factures fournisseurs Réf. : RFI2011_DEMAFAC_V1.3_2011-05-04.docx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

Étalonnage Consolidation au Québec

Étalonnage Consolidation au Québec Étalonnage Consolidation au Québec Fiche de présentation Sommaire 1. Pourquoi participer à cet étalonnage?... 1 2. Composition détaillée du questionnaire... 2 3. Extraits de la synthèse livrée... 3 4.

Plus en détail

Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager. Présentation du 22 mai 2014

Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager. Présentation du 22 mai 2014 Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager Présentation du 22 mai 2014 Gérer les actifs logiciels et leur répartition Maîtriser le durcissement des configurations Suivre l application des correctifs

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Les modules SI5 et PPE2

Les modules SI5 et PPE2 Les modules SI5 et PPE2 Description de la ressource Propriétés Intitulé long Formation concernée Matière Présentation Les modules SI5 et PPE2 BTS SIO SI5 PPE2 Description Ce document présente une approche

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

ITIL V2. La gestion des mises en production

ITIL V2. La gestion des mises en production ITIL V2 La gestion des mises en production Création : novembre 2004 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL a été réalisé en 2004 et la traduction

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE PREAMBULE La société ARKILIUM, «le prestataire», est une société prestataire de services qui a développé un savoir-faire et une compétence approfondie dans la conception et

Plus en détail

EXPERTISE COMPTABLE ACCOMPAGNEMENT COMPTABLE ET FINANCIER AUDIT CONSEIL

EXPERTISE COMPTABLE ACCOMPAGNEMENT COMPTABLE ET FINANCIER AUDIT CONSEIL EXPERTISE ACCOMPAGNEMENT ET FINANCIER CONSEIL présentation Implanté en plein cœur de Paris, le cabinet Exalys Audit & Expertise est un cabinet d expertise-comptable pluridisciplinaire, intervenant auprès

Plus en détail

Methode Mehari www.ofppt.info

Methode Mehari www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Methode Mehari DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Sommaire 1. Introduction... 2 2. Chapitre

Plus en détail

La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF

La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF Approche du Groupe GMF Besoins d archivage de la messagerie d entreprise Introduction Présentation du Groupe GMF Secteur : assurance

Plus en détail

IBM Cognos Disclosure Management

IBM Cognos Disclosure Management IBM Cognos Disclosure Management Gestion de la production de rapports collaboratifs Les points clés Fusionne les données d entreprise avec l analyse narrative ciblée dans un environnement auditable et

Plus en détail

Sage Concept Consolidation & Reporting. Sage pour les moyennes et grandes entreprises Des solutions au service de votre performance

Sage Concept Consolidation & Reporting. Sage pour les moyennes et grandes entreprises Des solutions au service de votre performance Sage Concept Consolidation & Reporting Sage pour les moyennes et grandes entreprises Des solutions au service de votre performance L offre de Consolidation sommaire L offre de Consolidation et de Reporting

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique

Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique Sage HR Management Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique Face à un marché instable et une concurrence accrue, la Direction Générale a pris conscience

Plus en détail

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-3 : pourcentage de contrôle et pourcentage d intérêt II-1 : les missions de l auditeur des comptes consolidés

Plus en détail

GÉREZ VOTRE RELATION CLIENT SANS QUITTER MICRO SOFT OUTLOOK

GÉREZ VOTRE RELATION CLIENT SANS QUITTER MICRO SOFT OUTLOOK Face à l évolution rapide des marchés, les entreprises doivent continuellement reconsidérer leurs axes de développement et leurs stratégies commerciales. Les sollicitations permanentes des concurrents

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

Cahier des charges pour la mise en place de l infrastructure informatique

Cahier des charges pour la mise en place de l infrastructure informatique 1 COMMUNE DE PLOBSHEIM Cahier des charges pour la mise en place de l infrastructure informatique Rédaction Version 2 : 27 /05/2014 Contact : Mairie de PLOBSHEIM M. Guy HECTOR 67115 PLOBSHEIM dgs.plobsheim@evc.net

Plus en détail

GUIDE SUR L ASSISTANCE A LA MAÎTRISE D'OUVRAGE EN INFORMATIQUE

GUIDE SUR L ASSISTANCE A LA MAÎTRISE D'OUVRAGE EN INFORMATIQUE GUIDE SUR L ASSISTANCE A LA MAÎTRISE D'OUVRAGE EN INFORMATIQUE Validé par la Commission technique des marchés le 9 décembre 2004 1.1 OBJET DU GUIDE...3 1.2 LE PERIMETRE DU GUIDE...3 1.2.1 Terminologie

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

www.bd.com/fr IMPORTANT Bienvenue

www.bd.com/fr IMPORTANT Bienvenue www.bd.com/fr IMPORTANT Bienvenue Bienvenue sur www.bd.com/fr (ci-après «le Site»). Ce Site est administré par Becton Dickinson France, une filiale à 100 % de Becton Dickinson and Company (ci-après collectivement

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC PROJET E-RH DANS L ADMINISTRATION PUBLIQUE MAROCAINE - PREMIÈRE PHASE

ROYAUME DU MAROC PROJET E-RH DANS L ADMINISTRATION PUBLIQUE MAROCAINE - PREMIÈRE PHASE MMSP ROYAUME DU MAROC PROJET E-RH DANS L ADMINISTRATION PUBLIQUE MAROCAINE - PREMIÈRE PHASE Termes de référence et documents techniques de l'offre concernant la Version 1.0 Page i TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail