REGARDS SUR LES PME N 8. Dirigeant de PME, un métier? ÉLÉMENTS DE RÉPONSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REGARDS SUR LES PME N 8. Dirigeant de PME, un métier? ÉLÉMENTS DE RÉPONSE"

Transcription

1 un métier? ÉLÉMENTS DE RÉPONSE

2 un métier? Éléments de réponse

3 Regards sur les PME est édité par le GIE OSEO services, 27-31, avenue du Général Leclerc, Maisons-Alfort. Tél.: Mél: Numéro 8, septembre ISSN Imprimé en France par Graphoprint, Paris. N d imprimeur xxxxxxxxx. Dépôt légal 3 e trimestre Directeur de la publication: Didier Havette. Responsable de la coordination et de la publication des études: Claire Genevey. Conception, réalisation et relecture: Contours, Paris.

4

5 Copyright: L Observatoire des PME considère que la diffusion la plus large des informations qu il édite concourt à ses missions. Les demandes d autorisation de citation d extraits de Regards sur les PME doivent être adressées au préalable par mail à: en indiquant dans l objet du mail «demande d autorisation de citation». Toute citation doit mentionner la source sous la forme suivante: «Source: Regards sur les PME n 8, Observatoire des PME, GIE OSEO services».

6 Introduction Parlons cinéma Christian Marbach Président Introduction Parlons cinéma: c est le détour que je vous propose pour évoquer le «métier de dirigeant de PME», et pour introduire l excellente étude présentée dans le numéro 8 de la collection «Regards sur les PME». Parlons cinéma, en essayant de répondre à la question: dans quels films français montre-t-on un dirigeant de PME? Réfléchissez, cherchez vous allez peut-être trouver assez vite quelques films sur des patrons de très grandes entreprises, représentants de «grandes familles» à la Druon, manipulateurs du monde politique, héritiers plongés dans des complots complexes comme Belmondo dans l étonnant film de Philippe Labro. Réfléchissons encore, rappelez-vous que la PME, c est aussi bien l artisan que l hôtelier, le notaire, le garagiste L hôtelier, tiens: dans Le Diable par la queue, Danielle Darrieux tient un châteauhôtel décati puis rénové grâce au talent culinaire et au butin d un Yves Montand qui s y trouve être client après un «casse» réussi. Nous sommes là dans une belle province, bien riante, mais je ne conseille pas à nos professeurs de gestion d enseigner la préparation des «business plans» à partir de cet exemple. De même que je ne conseillerais pas à l APCE de se baser sur le cas de Michel Serrault, patron d une entreprise de fabrication de matériel sanitaire, persuadé à la suite d un accident cardiaque que «sa» vraie vie n est plus dans l entreprise, mais que «le bonheur est dans le pré». Dans Le Téléphone rose, un Pierre Mondy en train de céder sa PME s est pour sa part laissé tenter par un démon de midi qui prend les formes de Mireille Darc. Remarquons au passage que l acte de vente, la période de transmission de son entreprise est à l occasion reprise par les scénaristes car elle plonge le dirigeant dans un trouble existentiel: Jean-Pierre Bacri vit cela dans Le Goût des autres. Quant à Vincent Lindon, c est l incendie de sa «petite entreprise» de menuiserie qui le conduit à passer la ligne jaune de l honnêteté administrative et informatique pour rattraper la négligence fripouilleuse d un agent d assurances (qui, remarquons-le, donne aussi un mauvais exemple d entrepreneur). Si donc le dirigeant de PME intéresse le cinéma français Christian Marbach 5

7 Introduction Christian Marbach 6 mais je ne voudrais pas ici tirer de mes impressions de cinéphile amateur des généralisations trop affirmées, ce n est en général pas pour donner l occasion d une méditation sur le métier de dirigeant, mais plutôt pour saisir un personnage déterminé, et le plonger dans une situation parfois dramatique: je pense par exemple à l excellent Horloger de Saint-Paul où Philippe Noiret, dirigeant de PME, doit affronter l incarcération de son fils et en parle avec émotion dans les «bouchons» lyonnais avec l inspecteur de police Jean Rochefort. Bertrand Tavernier sait, lui, rendre les interrogations personnelles du père mais aussi décrire à l occasion les gestes de l artisan. Le disque dur de ma mémoire m apporte d autres images de patron de PME, mais souvent traitées au cinéma avec cette espèce de caricature qui, avec plus ou moins de lourdeur, veut traduire un message politique. Dans Knock, Louis Jouvet pousse très très loin son rôle missionnaire en faveur de la santé et privilégie sans aucun scrupule le développement de son carnet de commandes. Dans Topaze, Marcel Pagnol nous fait part d une sorte de création d entreprise qui comporte des aspects peu recommandables; un petit «prof», ayant «compris» le monde des notables «forcément» malhonnêtes (c est un des lieux communs des films français sur la bourgeoisie, et les professions libérales, que l on retrouve aussi chez Chabrol), se lance dans la spéculation immobilière. De l autre côté du discours politique, Raimu joue les boulangers indispensables (sans boulanger, pas de pain sans pain, pas de village: on se croirait dans Le Tour de la France par deux enfants à l énoncé de ces vérités d instruction civique) et tout le caractère utile et bienveillant de son rôle d honnête artisan est souligné en creux par la «grève» qu il entame, bouleversé par la fuite heureusement momentanée de sa jeune épouse. Et, représentatifs d une utopie «mil neuf cent trente-six», les créateurs d entreprise rassemblés dans La Belle Équipe de Julien Duvivier se lancent sans même avoir besoin de recourir à l ADIE dans le lancement d une guinguette dont les clients viendront, forcément, chanter et partager l illusion lyrique: encore un «business plan» problématique! Très souvent, la représentation du dirigeant de PME à travers les films français reprend donc davantage un moment du dialogue politique et social, qu une description précise de son métier ou de ses motivations entrepreneuriales. Le «métier» est tout juste évoqué par quelques images; ce qui intéresse le cinéaste, c est souvent un cas de conscience extérieur à la sphère professionnelle plus qu une péripétie inscrite dans la trajectoire de l entreprise. J aimerais à cette occasion qu un travail bien plus complet que cette brève accumulation de réminiscences soit effectué sur ce beau sujet de l image du patron de PME dans le

8 cinéma (ou dans le livre, ou dans la télévision ); nous avons déjà, dans notre revue, abordé le cas de l image de l entreprise dans l enseignement secondaire et nous allons bientôt traiter de l ensemble des travaux économiques sur les PME dans les universités. Mais restons-en au cinéma, pour noter qu aux États-Unis il propose en général une vision autrement plus dynamique de l entreprise et a su réaliser des films, souvent excellents, montrant des personnages totalement plongés dans l aventure de l entreprise. Certes, ces personnages ont aussi une vie en dehors de l entreprise, ils ont des enfants, ils vivent des amours tumultueuses mais les cinéastes américains savent peut-être mieux rendre la «dedication» (je parle exprès franglais) totale de leur héros à son acte d innovation : on est là plus près de Schumpeter que de Courteline, et je voudrais à cet égard encourager tous les lecteurs de nos revues, forcément intéressés par les PME, à revoir The Fountainhead de King Vidor (où Gary Cooper, un architecte exigeant et même obstiné jusqu à la monomanie, préfère mettre en péril l agence qu il a créée plutôt que de se «compromettre») ; à suivre à nouveau le parcours de Spencer Tracy dans Edison, the Man de Clarence Brown (car Edison n a pas simplement été un «inventeur», mais aussi un créateur de PME qui a su faire grandir son entreprise); et surtout, plus récent (1988), donc plus intéressant encore dans la comparaison que l on peut faire des images entrepreneuriales des deux côtés de l Atlantique, l extraordinaire et peu connu Tucker : The Man and His Dream de Francis Ford Coppola où un ingénieur se lance tout seul avec quelques compagnons dans la conception et la fabrication d une voiture, s oppose aux grandes entreprises de Detroit, triomphe un court instant, se ruine et décide de repartir pour un «challenge», histoire totalement vraie qui est évidemment très éloignée de l apologie pseudo-écologiste du bonheur dans le pré ou du discours «pseudo-lutte des classes» de tant de films français. Les réalisateurs et scénaristes de cinéma seraient-ils donc imprécis ou infidèles dans leur description du «métier de dirigeant de PME»? Formuler ainsi la question est incorrect: leur mission n est pas le «rendu» exact de ce métier. Leur objectif est, évidemment et d abord, de raconter de belles histoires qui mettent en scène des personnages avec des caractères interprétés par de grands acteurs qui nous font ainsi passer deux heures agréables. Mais dans la mesure où le cinéma est aussi porteur de message, on peut s interroger sur la pertinence, la véracité et donc l impact de ce message «latéral» ainsi délivré sur le patron de PME. Les optimistes trouveront que, souvent, certains traits de caractère sont bien rendus, vitalité, ténacité, obstination, goût du pouvoir, capacité à se faire entendre. Les pessimistes penseront que, Introduction Christian Marbach 7

9 Introduction Christian Marbach 8 par ailleurs, la vraie histoire de l entreprise et la vraie description du métier de dirigeant ne peuvent pas se retrouver dans l accumulation ainsi aléatoire de bribes de films. La démarche que nous avons proposée à Pierre Louart, Gérard Dokou, Hervé Molin et Audrey Nirrengarten, qui participent avec succès au lancement d un centre de réflexion sur le métier de dirigeant, est évidemment plus professionnelle donc, aussi, moins imagée! C est qu analyser un métier peut être aussi une aventure scientifique, et a été une démarche scientifique entreprise par un certain nombre de chercheurs, d économistes et de sociologues. Vous trouverez donc ici une synthèse aussi complète que possible de toutes ces analyses. Le lecteur s apercevra, très vite, que finalement les chercheurs qui nous proposent leur «portrait» du métier en font, aussi, des lectures très diverses, en fonction de l outil qu ils utilisent, et de la grille de raisonnement qu ils privilégient. Le métier de dirigeant de PME ne peut-il être lu sans idées préconçues? Aucune observation précise du travail d un patron plombier n arrive à gommer, pour certains, son image d employeur, donc d exploiteur. Pour d autres, heureusement, le métier s analyse selon d autres théories plus attachées à la création de biens et à l innovation. D autres encore privilégient l analyse des traits de caractère dominants et essaient de rechercher des lignes directrices homogénéisantes dans la variété incroyable des métiers. Toutes ces analyses sont à mon avis plus utiles par leur juxtaposition que par leur lecture isolée qui risque, chaque fois, de privilégier un seul aspect d une réalité complexe, et donc de fournir un portrait déformé, anamorphosé avec un zoom insistant sur une seule partie de l ensemble. Pour ajouter, d ailleurs, une autre analyse avec un autre outil qui nous paraît avoir aussi sa justification, l Observatoire des PME a mis en route une étude et va diffuser très bientôt ses résultats, en interrogeant les patrons de PME sur la réalité de leur emploi du temps: à quoi passez-vous votre temps? Nul doute que nous obtiendrons des éléments très intéressants sur la réalité de leur travail et donc de leur préoccupation, même si «remplir les papiers» n est pas simplement «accomplir des tâches de gestion», si «lire des revues professionnelles» n est pas simplement faire des efforts de formation technologique, et si déjeuner avec un client ne s assimile pas à cent pour cent à une étude de marché ou à un acte d après-vente. Et puis, une telle approche nous redonnera une autre vérité, celle du terrain, celle du métier. Car le métier de dirigeant de PME, souvent seul, souvent accompagné d un très petit nombre d employés ou de compagnons, ce n est pas simplement «assumer une responsabilité stratégique globale». C est aussi, et surtout, tenir soi-même un arc à

10 souder (je reviens là à Tucker), définir en détail un plan d immeuble, pétrir soi-même son pain (je repense, ici, à Raimu), visiter les bouchots de moules, nettoyer et entretenir les machines à traire de sa ferme, repasser les costumes confiés par les clients de sa teinturerie, se lever de très bon matin pour aller s approvisionner au marché de gros, dessiner et installer un chien-assis dans un toit de pavillon de banlieue, traiter esthétiquement les rides d une visiteuse de son cabinet, ou charger un camion de déménagement avant de partir pour huit cents kilomètres de route. Voilà aussi, voilà surtout peut-être le métier de dirigeant de PME. Introduction Christian Marbach 9

11 Sommaire Sommaire Introduction Parlons cinéma Christian Marbach, président un métier? Éléments de réponse 10 L ÉTUDE Préambule 15 I QUI SONT LES DIRIGEANTS DE PME? De qui parle-t-on? L approche sémantique: une multitude de termes et de définitions L approche statistique: une classification hétérogène à préciser Une approche dynamique: le dirigeant dans son environnement L émergence du dirigeant de PME comme objet d étude Du Moyen Âge au XX e siècle: des conceptions politiques et historiques fluctuantes du dirigeant d entreprise L intérêt croissant pour la PME et son dirigeant 33 II QU EST-CE QUE LE MÉTIER DE DIRIGEANT DE PME? Diriger une PME : un métier spécifique? Gestion de la PME: diversité ou spécificité? Une gestion personnifiée D une approche psychologique à une logique compétence Motivations et traits de personnalité Valeurs et vision stratégique Activités et compétences Une synthèse: les différentes typologies de dirigeants Les interactions avec l environnement : quels impacts sur le métier? L entourage du dirigeant L isolement face aux décisions importantes Les réseaux de chefs d entreprise Le recours au conseil La formation Vers de nouveaux modes d accompagnement du dirigeant? 61

12 III DIRIGEANT DE PME : UN MÉTIER EN ÉVOLUTION De nouveaux dirigeants Les nouveaux créateurs et les repreneurs Les dirigeants de la nouvelle économie Les franchisés Les femmes dirigeantes: un mode de management différent? L influence de la culture d origine Un nouvel environnement Technologies de l information et de la communication (TIC) et économie du savoir Des marchés mondialisés plus exigeants 76 Sommaire 11 CONCLUSION 78 ANNEXES 80 Annexe 1: Catégories statistiques 80 Annexe 2: Caractéristiques socio-économiques 83 LA TRIBUNE 1. Comprendre le rôle du dirigeant dans le collectif de l entreprise, Christian Jouvenot Dirigeant de PME : un métier au cœur de la performance économique, Renée Ingelaere Compétences et professionnalisation des dirigeants-entrepreneurs, Françoise Cocuelle Dirigeants de PME, parlons de notre métier, Pierre Fonlupt Chef d entreprise, investir et se battre pour créer, Jean-François Bernardin Une étude remarquable par de nombreux aspects, Alain Griset La formation, un enjeu stratégique pour les dirigeants de PME, Joël Ruiz un métier d avenir, Serge Boscher 107

13 Sommaire 12 LES COMPLÉMENTS 1. Auteurs, contributeurs, remerciements Méthodologie Lexique et sigles Sources documentaires Index des auteurs cités 124 L OBSERVATOIRE DES PME Présentation 126 Méthode 127 La recherche universitaire 128 Publications: Regards sur les PME, 129 Les membres: le groupe OSEO, la Caisse des Dépôts 130

14 un métier? ÉLÉMENTS DE RÉPONSE

15

16 PRÉAMBULE Si les PME se signalent par leur diversité, elles partagent néanmoins une caractéristique essentielle : l existence d un personnage clé, le dirigeant auquel est dévolu un rôle essentiel. Il était donc logique que l Observatoire des PME cherche à mieux connaître les dirigeants de PME, pour éclairer le fonctionnement et les besoins des petites et moyennes entreprises; rappelons en effet les principales missions de l Observatoire des PME: recenser les informations disponibles sur les PME, clarifier les concepts utilisés, comparer les situations en France et à l étranger, combler les lacunes de la connaissance, diffuser les informations. Pour la réalisation de ses missions, l Observatoire procède par approche quantitative et qualitative et fait appel à des compétences complémentaires: les services d études du groupe OSEO, le monde universitaire, des entreprises de conseil et d enquête statistique. L ÉTUDE Préambule 15 L Observatoire des PME a donc jugé essentiel de mettre en œuvre une étude permettant de décrire, comprendre, et mettre en évidence les différents aspects du métier et l organisation du temps du dirigeant de PME. Pour cela, il a suivi la méthode suivante: Dans une première approche, il a semblé logique et nécessaire de réaliser l analyse et la synthèse des connaissances existantes sur le sujet : c est l objet de la présente publication de présenter les résultats de ce travail. Dans une seconde approche, qui donnera également lieu à publication, un regard extrêmement proche est porté sur le dirigeant de PME au moyen d une enquête conduite auprès d un échantillon représentatif de 1000 dirigeants de PME, afin d observer la façon de gérer le temps et la charge de travail, et de coordonner et organiser les activités de l entreprise, le degré de planification des tâches, la relation à l urgence, la rapidité du processus décisionnel, la gestion du réseau relationnel, et la capacité à élaborer une vision stratégique de l entreprise. La présente publication correspond à la première des deux approches ci-dessus : elle a pour objectif de dresser le panorama le plus complet existant à ce jour des travaux académiques ainsi que des connaissances les plus significatives produites au sein d organismes institutionnels sur le métier de dirigeant de PME.

17 En effet, comme il est écrit sur le site Internet du ministère des PME, «être chef d entreprise est un métier à part entière, aux complexités indiscutables, où l empirisme, le flair et la chance ne compenseront jamais l incompétence et l inexpérience.» L ÉTUDE Préambule 16 Comme toutes les études conduites par l Observatoire des PME, celle-ci peut être déclarée «achevée mais ouverte» tant il est vrai en effet que l intérêt que suscitent le dirigeant de PME, la PME en général, la création d entreprise et le développement de l esprit d entreprise semble croissant dans notre pays, en partie grâce à l action des pouvoirs publics. Cette étude a été réalisée par le Centre de ressources et de prospective sur le métier de dirigeant de PME, présenté dans la partie «Compléments». Les auteurs se sont appuyés sur trois types de sources: - en premier lieu l ensemble des travaux académiques de langue française, essentiellement en sciences de gestion et en sciences économiques, et plus particulièrement les publications et communications des conférences de l AIREPME (Association internationale de recherche sur l entrepreneuriat et les PME), l AIMS (Association internationale de management stratégique), l Académie de l Entrepreneuriat; - les études, ouvrages, rapports, articles et travaux d instances de représentation ou de groupements de dirigeants, ainsi que les travaux de l Observatoire des PME; - des données statistiques françaises et, de façon plus ponctuelle, européennes. Une telle synthèse bibliographique impose nécessairement la mention d un grand nombre d auteurs; afin de ne pas alourdir la lecture, le nom de chaque auteur et la date de la publication auxquels se réfèrent les idées présentées ont été indiqués entre parenthèses au fil du texte. Le lecteur trouvera de plus amples informations bibliographiques dans la partie «Compléments». Trois grands axes de questionnement ont guidé l exploitation puis la synthèse des ressources bibliographiques: - Partie 1. Qui sont les dirigeants de PME? Comment définir le dirigeant de PME? Comment les dirigeants de PME sont-ils décrits et analysés dans les différents travaux qui leur ont été consacrés? - Partie 2. Qu est-ce que le métier de dirigeant de PME? De quelles connaissances dispose-t-on sur les composantes de ce

18 métier? Quelles sont les principales théories et analyses développées dans la recherche académique et dans les autres travaux significatifs? - Partie 3. Dirigeant de PME: un métier en évolution Quelles sont les évolutions récentes de ce métier? Quelles sont les évolutions prévisibles et prévues? Quelles sont les perspectives de la recherche? Sur chacune de ces trois parties, les auteurs ont donc effectué une recherche d information dans les sources bibliographiques, et lorsque ces sources ne permettaient pas de traiter certains aspects du thème, ils ont signalé la lacune comme méritant un approfondissement. Il s agit donc de pistes de travaux à conduire ultérieurement. L ÉTUDE Préambule 17

19

20 L étude I. Qui sont les dirigeants de PME?

21

22 Malgré l accent mis par les médias sur les chefs d entreprise ces dernières années, les dirigeants de PME françaises restent assez mal connus: il existe peu d ouvrages ou d études accessibles au grand public qui traitent directement des spécificités du responsable de PME. L actualité économique concerne plus facilement le management et l organisation des grands groupes que des petites structures. Le recueil de l information sur les grandes entreprises est sans doute plus aisé, plus lisible, plus institutionnalisé. D emblée, il faut s interroger sur les raisons de ce constat. Manque d intérêt, difficulté d analyse, complexité du champ d étude? Il était donc opportun de dresser un état des lieux de la façon dont les dirigeants de PME sont perçus. L ÉTUDE I. Qui sont les dirigeants de PME? DE QUI PARLE-T-ON? Peut-on définir ce qu est un dirigeant de PME? Le recours aux définitions économiques et statistiques, ainsi que quelques données brutes apportent des éléments pour définir les contours de ce champ d étude qui reste avant tout marqué par une grande diversité. La première étape logique pour décrire le dirigeant de PME serait de s accorder sur une définition unique. Mais la réalité est différente. Il existe de nombreuses définitions du dirigeant de PME, ne serait-ce que parce qu il existe plusieurs expressions courantes pour désigner ce rôle et cette fonction (approche sémantique). L approche statistique s appuie sur des définitions différentes. La caractérisation du dirigeant de PME nécessite donc une approche dynamique s appuyant sur l environnement du chef d entreprise L approche sémantique : une multitude de termes et de définitions Plusieurs termes sont synonymes pour désigner le dirigeant de PME : patron, dirigeant, chef d entreprise, entrepreneur, manager La variété des désignations ne cache pas forcément des divergences de sens. Les mots utilisés mettent plutôt chacun l accent sur une partie du «métier» de dirigeant. Par exemple, patron (en latin patronus, «modèle», «protecteur», «avocat», et en italien padrone, «maître de maison»), souligne un côté soutien et protecteur. Mais l on constate une double dérive du mot, dans des registres revendicatif (poujadiste) et paternaliste qui sont quelque peu dépréciés aujourd hui.

23 L ÉTUDE I. Qui sont les dirigeants de PME? 22 L entrepreneur désigne historiquement le négociant capitaliste qui apparaît au sein de la bourgeoisie, synonyme anglais d adventurer et d undertaker. Animé par l esprit d entreprise, il prend des risques. Le sens donné au mot «entrepreneur» a notablement varié selon les époques et le contexte dans lequel il était utilisé (Uzunidis et Boutillier, 1995). Aujourd hui, l entrepreneuriat est devenu un champ de recherche à part entière, propre à la création d une entreprise et au lancement d un projet. Si l on dépasse cette première notion de créateur d entreprise, l entrepreneur est celui qui agit de façon proactive par rapport à son environnement. Cette qualité peut s exprimer en dehors de la création d activité, à différentes phases du cycle de vie de l organisation. Dans cette optique, tous les chefs d entreprise ne sont pas nécessairement entrepreneurs, dès lors qu ils privilégient une approche plus centrée sur la gestion que sur le développement de leurs activités. De même la qualité d entrepreneur n est pas non plus réservée au dirigeant. «Ainsi ce serait moins l homme qui fait l entrepreneur que la situation, et des situations seraient plus entrepreneuriales que d autres» (Fonrouge, 2002). Il existe des recherches sur l intrapreneur (Louart, Beaucourt et Carrier, in Verstraete, 2000), celui qui fonctionne comme un quasientrepreneur dans des entreprises où il est salarié. On parle également de coentrepreneur pour désigner le collaborateur de dirigeant de PME en situation permanente de créativité, de prise d initiative et de conception de projet de développement (Dokou, 2004). Ce type de rôle (ou de vocation) peut être un chemin d expérience avant de s installer à son compte ou de reprendre une entreprise. Le terme manager est d inspiration anglo-saxonne. Le Petit Robert donne pour définition de manager: «chef, dirigeant d une entreprise». Or, les managers ne sont pas tous chefs d entreprise. Aujourd hui, ce terme a été intégré à la langue française et désigne plutôt les cadres* ou responsables d équipes. On l étend souvent à la notion de cadre dirigeant pour mieux prendre en compte les niveaux de responsabilité et de rémunération dont bénéficient certains salariés. Le terme chef d entreprise est donc le plus couramment utilisé. Chef d entreprise est clair: le «chef» est celui qui est à la tête de caput, «tête». Toutefois certains dirigeants préfèrent l expression «animateur d équipes» pour mieux mettre l accent sur la qualité qu exige l exercice de leur métier. * Les mots suivis d un astérisque sont définis dans le lexique en fin d ouvrage.

24 Nous privilégions dans cette étude le concept de dirigeant qui correspond à la désignation la plus globale de l activité. Un dirigeant «dirige», il organise met en ordre et conduit donne des ordres L approche statistique : une classification hétérogène à préciser Les informations statistiques dont on dispose sont peu nombreuses pour décrire les dirigeants de PME et appréhender leur activité professionnelle. Les catégories statistiques existantes s appuient sur des définitions différentes La classification de l INSEE L ÉTUDE I. Qui sont les dirigeants de PME? 23 L Institut national de la statistique et des études économiques regroupe au sein de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS* INSEE, 2003) les «Artisans, commerçants et assimilés, et chefs d entreprise» dans la même PCS, qui comprend plus de 1,4 million d actifs occupés. Elle inclut: «les actifs qui mettent en valeur un capital économique en tant que chef de leur propre entreprise, mais travaillant seul ou qui n emploient qu un petit nombre de salariés, dans un domaine où l aspect travail manuel est important, en dehors de l agriculture». La définition complète est disponible en annexe. Le champ ne permet pas de recouper ces données avec celles fournies par SIRENE 1 concernant le nombre de PME. Il convient de noter que la PCS «Artisans, commerçants et assimilés, et chefs d entreprise» intègre notamment les gérants de sociétés, qu ils soient majoritaires ou non, les aides familiaux, mais ne regroupe pas tous les indépendants 2. Les dirigeants d exploitations agricoles n appartiennent pas à cette PCS. Les artisans, commerçants et chefs d entreprise de plus de 10 salariés PCS 2002 Artisans Commerçants Chefs d entreprise de 10 salariés ou plus TOTAL Source: enquête Emploi, INSEE/Traitement DCASPL 3 1. «Système informatique pour le répertoire des entreprises et de leurs établissements» géré par l INSEE. 2. Les précisions méthodologiques sont disponibles en annexe. 3. La mention «Traitement DCASPL» indique que les données ont été extraites et agrégées par les services de la DCASPL.

25 L ÉTUDE I. Qui sont les dirigeants de PME? 24 Zoom sur la profession des chefs d entreprise de 10 salariés ou plus Profession Nombre en 2002 Chefs de grande entreprise (500 salariés et plus) 2635 Chefs de moyenne entreprise (50 à 499 salariés) Chefs d entreprise du bâtiment ou des travaux publics (10 à 49 salariés) Chefs d entreprise de l industrie ou des transports (10 à 49 salariés) Chefs d entreprise commerciale (10 à 49 salariés) Chefs d entreprise de service (10 à 49 salariés) TOTAL Source: enquête Emploi, INSEE/Traitement DCASPL L enquête SINE de l INSEE, système d information sur les nouvelles entreprises, a pour objectif de suivre pendant cinq ans une génération d entreprises issue de création ex nihilo, de reprise ou de réactivation. Trois générations de 1994, 1998 et 2002 ont ainsi été suivies. L enquête inclut des éléments d informations sur l entrepreneur: sexe, âge, qualification, situation et expérience antérieure, niveau de diplôme. Le projet de création et la situation de l entreprise au moment de l enquête, ainsi que ses éventuelles perspectives de développement sont également intégrés. Des informations issues de cette enquête seront exploitées dans la partie III, 1 «Dirigeant de PME: un métier en évolution De nouveaux dirigeants» La nomenclature de la DARES et le recensement du CEPME La DARES 1 s appuie sur une nomenclature spécifique des métiers fondée sur la famille professionnelle ou FAP, issue du rapprochement du répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME*), utilisé par l ANPE, et de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) 2. La DARES recense ainsi plus de dirigeants d entreprises de PME. La définition du métier de dirigeant de PME issue du ROME est détaillée dans la partie II, 2.3 «Qu est-ce que le métier de dirigeant de PME? Activités et compétences». 1. Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale 2. La FAP permet d exploiter le champ des «dirigeants de petites et moyennes entreprises» (L600). Cet agrégat regroupe les professions répertoriées dans la PCS sous les professions «chefs de moyenne entreprise (50 à 499 salariés; 2320)», «chefs d entreprise du bâtiment ou des travaux publics (10 à 49 salariés; 2331)», «chefs d entreprise de l industrie ou des transports (10 à 49 salariés; 2332)», «chefs d entreprise commerciale (10 à 49 salariés; 2333)», «chefs d entreprise de service (10 à 49 salariés; 2334)». Cet agrégat ne tient pas compte de la PCS 2310 relative aux chefs de grande entreprise de 500 salariés et plus. Les entreprises de moins de 10 salariés ne sont pas non plus prises en compte.

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les actifs Français.

Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société entre pérennité et changement Contacts : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Réussir sa création d entreprise

Réussir sa création d entreprise Chambre des Experts Comptables du Cœur d Hérault Réussir sa création d entreprise Les conseils de l expert-comptable Support téléchargeable sur : www.cecch.fr CSOEC 2012 Comité Création d Entreprise La

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

Les revenus de l activité professionnelle

Les revenus de l activité professionnelle Comment ne pas se tromper quand on commence, et surtout faut-il ne pas se tromper? À chacun de trouver la réponse à cette question, ô combien personnelle. Le but de cet ouvrage est de débroussailler un

Plus en détail

Sommaire. Textes officiels... 5. Horaires... 7. Enseignement de détermination... 9. Présentation... 9. Programme... 10

Sommaire. Textes officiels... 5. Horaires... 7. Enseignement de détermination... 9. Présentation... 9. Programme... 10 Sommaire Textes officiels... 5 Horaires... 7 Enseignement de détermination... 9 Présentation... 9 Programme... 10 Indications complémentaires... 11 collection Lycée voie générale et technologique série

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008 12 Moharram 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 03 3 DECRETS Décret exécutif n 08-04 du 11 Moharram 1429 correspondant au 19 janvier 2008 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

- Dossier de presse -

- Dossier de presse - - Dossier de presse - Janvier 2014 Sommaire I. Valérie Moissonnier & l Institut du Selfcoaching 1. Valérie Moissonnier : son parcours et son blog RadioCoaching 2. L équipe de l Institut du Selfcoaching

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

donner du pouvoir d agir aux salariés

donner du pouvoir d agir aux salariés 2 donner du pouvoir d agir aux salariés 2 Donner du pouvoir d agir aux salariés Renforcer le «pouvoir d agir» des Français est une des clés du rebond de notre pays. En cela, l Economie sociale et solidaire

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises Palais du Luxembourg Jeudi 4 avril 2013 Jacques Hérard Groupe Cegos La formation des actionnaires salariés

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

2. Pourquoi choisir l EURL?

2. Pourquoi choisir l EURL? Le capital peut être variable. Un commissaire aux comptes n est pas obligatoire dans les petites EURL. L EURL est soumise à l impôt sur le revenu avec la possibilité d opter pour l impôt sur les sociétés.

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Fiche conseil ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL

Fiche conseil ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

L auto-entrepreneur : trois ans déjà!

L auto-entrepreneur : trois ans déjà! PROFIL DE L'AUTO-ENTREPRENEUR N 108 août 2012 L auto-entrepreneur : trois ans déjà! L introduction du régime de l auto-entrepreneur au 1 er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE Nouvelle phase de développement Recomposition d actionnariat Optimisation de la structure financière Transmission d entreprise

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise DOSSIER DE PRESSE La 6 e édition des Rencontres de la création et de la reprise d entreprise se tiendra le jeudi 12 février 2009 au Zénith de Limoges, de 8h30 à 18h. L accès est gratuit et ouvert à tous,

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

Dossier de Partenariat

Dossier de Partenariat L Entrepreneuriat des jeunes en milieu rural Partenaire officiel Sponsor officiel Dossier de Partenariat CONTEXTE Au niveau mondial, l Organisation Internationale du Travail publia le 12 août 2010, jour

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Carnet «E»

Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Carnet «E» Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Carnet «E» Carnet «E» Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Contexte du présent carnet Le PDG de la PME devra un jour

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp *

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp * 325 Le droit qui s écrit Stéphanie Beauchamp * Alain ROY et Violaine LEMAY, Le contrat conjugal : pour l amour ou pour la guerre?, Montréal, Éditions Thémis, 2009, 130 p. Tous le savent, le contexte social

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE CHAPITRE 1 ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE L enjeu théorique COOPÉRATION ET ÉCONOMIE SOCIALE : UNE SYNTHÈSE INTRODUCTIVE L initiative

Plus en détail

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie Choisir l avenir Distribution de produits financiers : Conseil et optimisation du patrimoine privé et professionnel Ingénierie Financière pour PME : Introduction en Bourse, levées de fonds, LBO Private

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Fiche métier : Le Community Manager

Fiche métier : Le Community Manager Fiche métier : Le Community Manager Le métier de Community Manager, en quoi cela consiste? 1) Un métier neuf La notion de community management étant relativement récente, il n en existe pas de véritable

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Agriculture et Finances

Agriculture et Finances Agriculture et Finances Quelles régulations pour une allocation optimale des capitaux? Cahier n 12 Présentation générale du Cahier Dans les systèmes d économie de marché des pays développés comme des pays

Plus en détail