Conférence CFnews du mardi 27 mars 2012 au Cercle de l'union Interalliée - 33, rue du Faubourg Saint- Honoré Paris 8ème

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence CFnews du mardi 27 mars 2012 au Cercle de l'union Interalliée - 33, rue du Faubourg Saint- Honoré Paris 8ème"

Transcription

1 Conférence CFnews du mardi 27 mars 2012 au Cercle de l'union Interalliée - 33, rue du Faubourg Saint- Honoré Paris 8ème PAROLES D'EXPERT M&A : comment réussir ses acquisitions en Allemagne Page Sommaire L'actualité - toutes les rubriques» International» Paroles d'expert» M&A : comment réussir ses acquisitions en Allemagne mardi 27 mars 2012 Caroline Lesage Les ETI allemandes présentent des avantages que doivent saisir les PME et groupes français : quelques recommandations s'imposent cependant. Le point lors du petit déjeuner CFnews avec Accuracy, Salans et goetzpartners. Depuis le 1er janvier 2011, CFnews a enregistré 20 acquisitions de sociétés allemandes (Télécharger le tableau CFnews des investissements des sociétés françaises en Allemagne depuis le 1er janvier 2011) contre 18 dans le sens inverse (Télécharger le tableau CFnews des investissements des sociétés allemandes en France depuis le 1er janvier 2011 ). Mais comment réussir ses acquisitions en Allemagne? Les experts de Salans, Accuracy et goetzpartners ont décrypté les caractéristiques du tissu économique allemand et leurs conséquences sur les opérations de M&A menées par des acquéreurs français lors d'une table ronde organisée par CFnews le 27 mars dernier au cercle de l'union Interalliée. DES SOCIÉTÉS À CAPITAUX PRIVÉS, FAMILIALES Même si le nombre d'entreprises dites actives est sensiblement le même -3,6 millionsdes disparités sont nettes. "L'Allemagne, compte globalement un plus grand nombre d'eti que la France", rappelle Franck Portais, associé fondateur du bureau parisien de goetzpartners en 2001, la banque d'affaires d'origine allemande et présente dans huit pays avec 10 bureaux et 200 personnes. En effet, 70,8 % des PME allemandes publient un chiffre d'affaires inférieur à 5 M (vs 76,7 % en France), 22,5 millions entre 5 et 50 M (vs 20 %) et 6,7 % des sociétés pèsent plus de 50 M de revenralfus (vs 3,3 %). On retrouve également une plus forte prépondérance de sociétés privées et d'affaires familiales outre-rhin : sur les 50 plus grandes entreprises allemandes en terme de revenus, seules 30 sont cotées (contre 42 en France), 12 sont des entreprises familiales (contre 3 en France) et 5 sont des sociétés publiques (contre 12 en France). Cela implique une moindre transparence puisque 30 % des entreprises outre-rhin ne publient pas leurs comptes. Par ailleurs, les CFnews.net tous droits réservés 1

2 sociétés allemandes montrent moins d'intérêt pour le marché boursier que leurs voisines françaises : la somme des capitalisations boursières des sociétés tricolores cotées représente 75 % du PNB français (contre 43 % du côté allemand). Cette typologie et ces différences culturelles explique déjà pourquoi dans les faits il n'y a pas un volume d'opérations cross border plus important. DES AVANTAGES COMPÉTITIFS ÉPROUVÉS Mais s'intéresser aux société allemandes apportent beaucoup pour ses consoeurs françaises. "En effet, elles présentent quatre principaux avantages compétitifs", indique Arnaud Lambert (photo), associé chez Accuracy à Paris, cabinet de conseil financier implanté dans 9 pays dont l'allemagne (Francfort depuis 2009 et Munich depuis juin dernier). "Tout d'abord, même les plus petites d'entre elles présentent un fort degré d'internationalisation en raison de leur fort taux d'exportation (9 % du montant total du commerce international vs 3 % en France), ce qui implique de prendre en compte de nombreux aspects lors de la transaction comme les problématiques de consolidation, les JV, les accords en matière d'approvisionnement, les taux de change, etc.". Secundo, il est nécessaire de comprendre le climat social allemand, très différent du nôtre, et de rencontrer les partenaires sociaux qui peuvent être de bons partenaires lors des négociations. Malgré un taux élevé de syndicalisation (18,6 % contre 7,6 % en France), l'allemagne offre un coût du travail plus avantageux qu'en France : entre 2000 et 2010, a augmenté de seulement 5,8 % contre 22,7 % dans l'hexagone. Tertio, l'une des particularités des sociétés allemandes est leur investissement massif en R&D (43 Md de dépenses au total en 2009 contre 25 Md pour les sociétés françaises). En amont d'une acquisition en Allemagne, il est donc important de déceler les coûts et l'organisation des départements liés à la R&D, et d'identifier les opportunités, sachant que 18 % des brevets en Europe sont enregistrés en Allemagne (vs 6 % en France). Enfin, l'allemagne bénéficie de délais de paiement attractifs -37 jours en moyenne dans le secteur privé, contre 59 jours en France et 46 jours au Royaume-Uniimpactant favorablement le BFR, facilite les crédits revolving et implique des mécanismes d'ajustement dans les contrats d'achats. DEUX FORMES JURIDIQUES POUR LES PME ALLEMANDES "Sur le plan juridique, co-existent deux statuts dominants et complémentaires", note Ralf Nitschke (photo de gauche), associé allemand mais basé à Paris du cabinet d'avocats Salans, présent à Francfort et Berlin depuis D'une part le "limited liability company" (GmbH), qui correspond à la SARL française, la forme juridique la plus répandue en Allemagne, adaptée aux petites et moyennes entreprises privées, assez facile à appréhender pour les français. En revanche il leur faudra fournir plus d'efforts en matière de due diligences pour comprendre le "limited partnership" (GmbH & Co KG), un autre statut très répandu mais qui n'a pas vraiment d'équivalent français. "Proche de la société en commandite, mais comparable à la SAS en terme de flexibilité et à une partnership en terme de transparence fiscale", ajoute l'avocat. Mais outre ces éléments techniques,"pour mener à bien une acquisition outre-rhin, il est absolument indispensable de dépasser les barrières culturelles, rappelle Johannes Jonas (photo de droite), un autre associé chez CFnews.net tous droits réservés 2

3 Salans. Les allemands n'apprécient par exemple guère l'improvisation, ils s'appliquent à suivre les lignes directrices et le plan qu'ils se sont fixés." LES FRANÇAIS PLUS ACTIFS EN M&A "Bien que la France ait enregistré un nombre plus important de transactions ces dix dernières années que l'allemagne ( deals en France vs en Allemagne), la taille des transactions est en moyenne 2,5 fois plus élevée outre-rhin que dans l'hexagone", remarque Franck Portais (photo), managing director chez goetzpartners, qui note également une plus grande volatilité générale sur le marché français. En revanche, les Français se sont montrés beaucoup plus actifs en matière d'acquisitions sur le sol allemand que l'inverse : entre 2005 et 2011, les français -dans 80 % des cas des groupes cotés- ont racheté 1,5 fois plus de sociétés allemandes que les Allemands n'ont acheté de sociétés françaises (163 vs 112). "La cible allemande typique est une société privée, principalement dans les secteurs de l'industrie (25), des biens de consommation (16), de l'it (15), de l'automobile (14) et des transports (10)", souligne Franck Portais, ajoutant que seules 8 transactions dépassent le milliard d'euros. LES SOCIÉTÉS FAMILIALES ALLEMANDES CHANGENT En outre, seuls 2 % des cibles allemandes étaient des sociétés familiales. "Les chances de reprendre une société allemande dans le cadre d'une transmission sont de ce fait très minces", analyse Stephan Goetz (photo), fondateur de goetzpartners. "Lorsqu'il n'y a pas de successeur, la mise en vente d'une société familiale est le résultat d'une concertation entre les actionnaires, les syndicats, les clients et les banques, qui décident en amont des modalités", poursuit-il, citant le cas du fabriquant de pompes à béton Putzmeister, cédé fin janvier pour 500 M au géant chinois des engins de chantier pour BTP Sany. "La Chine représentant près de la moitié du marché mondial de la construction, Sany offrait de belles perspectives de croissance au groupe tout en maintenant les emplois. Il est absolument indispensable de consulter l'ensemble des forces en présence et de s'appuyer sur des conseillers locaux", insiste Stephan Goetz, rappelant qu'atos Origin, qui s'était entouré uniquement de conseils français, avait perdu des clients suite au rachat de la division "IT solutions & services" de Siemens. LE PRIVATE EQUITY SOUFFRE AUSSI Globalement, le marché allemand du private equity présente les mêmes troubles que le marché français. Les mega deals supérieurs à 1 Md se font rares et les montages LBO requièrent plus de fonds propres face à la pénurie de dette senior et "la mezzanine ou l'unitranche n'offrent pas d'alternatives satisfaisantes", selon Holger Scheer (photo), associé chez Salans au bureau de Francfort. "Fin 2011, les actifs sous gestion des sociétés de capital investissement s'élevaient à 37,2 Md, dont plus de 19 Md cumulés par les fonds allemands, environ 17 Md étant entre les mains des fonds étrangers", constate l'avocat, ajoutant que l'an dernier, les levées de fonds ont atteint un niveau honorable : 2,8 Md, deux fois plus qu'en ,9 Md ont été injectés dans les PME allemandes, une hausse de 22 % par rapport à l'an dernier, mais le nombre de transactions a chuté CFnews.net tous droits réservés 3

4 de 12,5 % avec 1262 deals enregistrés (contre 1442 en 2010). LES DUE DILIGENCE : GERMAN GAAPS ET PENSION FUND À LA LOUPE En matière de due diligence, plusieurs critères doivent retenir l'attention de l'acquéreur, notamment lorsqu'il s'agit de sociétés du «Mittelstand», ayant souvent un management historique familial avec lequel les négociations autour des méthodes d évaluation ou de conduite de due diligence peuvent prendre du temps. "Il est important de bien analyser le référentiel comptable et les modalités d application retenus par les sociétés cibles compte-tenu de leurs impacts potentiels sur des travaux d évaluation", souligne Heiko Ziehms (photo), associé chez Accuracy au bureau de Francfort, "en particulier lorsqu'elles présentent des états financiers établis selon les German GAAPS, lesquels viennent de faire l objet d une révision fondamentale." Un sujet en particulier mérite l attention : les engagements de retraite, qui ne sont "pas toujours financés par des fonds suffisamment capitalisés et devront alors être honorés grâce aux cash flows futurs et donc être déduits du prix d acquisition", poursuit l'expert. La valeur économique actualisée de l engagement peut-être sensiblement différente de la provision enregistrée dans les comptes et il est donc nécessaire de conduire des analyses spécifiques en la matière." LE MÉCANISME DE «LOCKED BOX» "Dans le contexte d un marché M&A relativement difficile et favorable aux vendeurs, les processus en Allemagne se sont toutefois globalement professionnalisés : les «Vendor Due Diligence» et «Financial Facts Book» sont devenus des standards et peuvent faciliter le travail d investigation des investisseurs", note Heiko Ziehms. On observe également une tendance à la mise en place de montages juridiques fixant définitivement le prix d acquisition à la signature des protocoles (mécanisme de «locked box»). Il convient donc d adapter la conduite des due diligence à ces pratiques qui supposent une prise de risque supplémentaire pour l acquéreur. "Mais les due diligence ne doivent pas être un frein aux acquisitions en Allemagne et le process n'est pas tellement différent de ce que nous faisons en France", nuance Régis Peltier (à dr. sur la photo ci-contre), responsable du M&A chez le groupe d'ingénierie coté Assystem, qui a signé trois acquisitions outre-rhin au cours des dix dernières années, dont Berner & Mattner l'an passé. Selon Roland Lienau (à g. sur la photo), managing director chez Wendel, en charge des investissements en Allemagne : "les facteurs clés de succès pour réussir une acquisition en Allemagne sont de bien cerner les caractéristiques de l'écosystème local, d'être convaincu de son choix et de ne pas faire du prix une priorité." Télécharger en PDF: Tableau CFnews des investissements des sociétés françaises en Allemagne depuis le 1er janvier 2011 Tableau CFnews des investissements des sociétés allemandes en France depuis le 1er janvier 2011 CFnews.net tous droits réservés 4

5 Voir la fiche de SALANS Voir la fiche de ACCURACY Voir la fiche de GOETZPARTNERS CF RETROUVER LES AUTRES ARTICLES Voir les autres articles du secteur "Corporate Finance" Voir les autres articles de la région "Etranger" Voir les autres articles de la zone géographique "Allemagne" CONTINUER LA LECTURE CAPITAL INVESTISSEMENT CVC recrute Bertrand Meunier Deux transfuges de Transaction R pour Credit Suisse Banque Privée La semaine vue par Diogène : Inframed,Unicredit, Suisse, Broadlake Capital, Elevation Partners, Cinéma... Résultats : les acteurs cotés du non-coté optimistes M&A Deux transfuges de Transaction R pour Credit Suisse Banque Privée Partenariats, fusions & acquisition en Chine Easton CF formalise son réseau européen Build-up, le nouvel eldorado des LBO CFnews (Corporate Finance News) est le premier média indépendant d'informations sur le Corporate Finance et le Private Equity L'actu des M&A, LBO, levées de fonds, retournements, nominations... chaque jour, en continu - Trois bases de données historiques des acteurs, personnalités et opérations (plus de deals) ou demandes d essai à CFnews.net tous droits réservés 5

Le build-up est-il la solution?

Le build-up est-il la solution? Développement des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) en France Le build-up est-il la solution? Paris - 10 janvier 2012 Oliver Gottschalg Pierre Mestchersky Stéphane Gilet Dominique Degand Observatoire

Plus en détail

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company Investment Consulting Company 183, avenue du Roule 92200 Neuilly-sur-Seine France Présentation Corporate Tel : +33 (0) 1 46 40 75 51 Fax : +33 (0) 1 46 40 75 55 Janvier 2013 contact@appeltonmillercapital.com

Plus en détail

Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées

Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées «Inventaire et mode d emploi» Transaxiall - Atelier RM 5 5 2014 Le marché de la reprise en France - 500 000 entreprises à reprendre? - 350 000 n ont pas de valeur

Plus en détail

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds.

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Paris, le 4 novembre 2013 Un regain d optimisme à l échelle

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

Point de vue de l investisseur

Point de vue de l investisseur Financez votre entreprise avec des fonds propres Point de vue de l investisseur Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 septembre 2010 Corporate Finance Intervenant Samuel Babey Directeur Corporate

Plus en détail

Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine

Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine Pourquoi la France est-elle le pays à privilégier pour s implanter en Europe? * La France est l une des grandes économies de la zone euro : Deuxième

Plus en détail

La transmission d entreprises

La transmission d entreprises La transmission d entreprises www.interface-entreprises.com Janvier 2013 Plan 1 2 3 4 5 1 Contexte et enjeux de la transmission d entreprises 2 Les motivations de la transmission 3 Les points clés du processus

Plus en détail

L EVALUATION DE L ENTREPRISE

L EVALUATION DE L ENTREPRISE L EVALUATION DE L ENTREPRISE PRINCIPES GENERAUX DE L'EVALUATION L'évaluation constitue une étape obligée mais néanmoins complexe dans un processus de transmission d'entreprise, compte tenu de l'ensemble

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise?

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Raphaël Abou BluFinance Arnold Raicher Optimiser la cession Processus de décision Choix d un intermédiaire Processus de cession professionnel Témoignage

Plus en détail

Google et e-bay : coopétition

Google et e-bay : coopétition Google et e-bay : coopétition Introduction E-Bay : l'un des plus gros clients de Google Google : le principal fournisseur de trafic pour E-Bay. Deux stratégies différentes : E-Bay investit sur des domaines

Plus en détail

2) Je veux acheter une entreprise

2) Je veux acheter une entreprise 2) Je veux acheter une entreprise a. Je prépare mon projet b. Je recherche une cible c. J évalue la cible d. Je négocie avec un cédant e. J audite la cible f. Je contractualise la reprise de mon entreprise

Plus en détail

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse

AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Transactions Maroc AMIC Bourse de Casablanca Financement des Entreprises Du Capital Investissements à la Bourse Strictement confidentiel Les étapes clefs La préparation, un facteur clef de succès Quelle

Plus en détail

Maîtriser les fondamentaux des financements structurés dans un marché en pleine mutation, en deux formations :

Maîtriser les fondamentaux des financements structurés dans un marché en pleine mutation, en deux formations : Finance Maîtriser les fondamentaux des financements structurés dans un marché en pleine mutation, en deux formations : Fonds d investissement immobilier français Structuration, due diligence et financement

Plus en détail

Glossaire ABSA (Action à Bon de Souscription d'action) Action ordinaire Action gratuite Action de préférence (preferred share) Ajustements de prix

Glossaire ABSA (Action à Bon de Souscription d'action) Action ordinaire Action gratuite Action de préférence (preferred share) Ajustements de prix Glossaire ABSA (Action à Bon de Souscription d'action) A l'action émise par une société est attaché un bon de souscription d'actions (BSA) qui donne lui-même le droit de souscrire de nouvelles actions

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises

www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises PwC Offre de services Transactions Présentation générale Le pôle Transactions de PwC Maroc en collaboration

Plus en détail

Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche?

Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche? Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche? Marie Desportes : Turenne Capital Didier Martin : Responsable des financements d acquisition SG Méditerranée

Plus en détail

GenCap Croissance FIP

GenCap Croissance FIP GenCap Croissance FIP GenCap Croissance Un fonds d investissement dédié aux PME régionales : L Aquitaine recèle des sphères d activité économique dynamiques avec des pôles industriels d excellence comme

Plus en détail

Rapport Financier Semestriel

Rapport Financier Semestriel Rapport Financier Semestriel au 31 décembre 2010 Sommaire Eléments financiers du premier semestre 2010-2011 Rapport d activité 1 Comptes consolidés intermédiaires résumés 3 Rapport des commissaires aux

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

PRESENTATION DU CABINET

PRESENTATION DU CABINET PRESENTATION DU CABINET Cabinet de conseil sur les opérations de cession, acquisition et levée de fonds 14, rue Marignan 75008 Paris - Tel: +33 1 42 96 58 41 - Fax: +33 1 46 22 51 27 - E-mail: info@2acapital.com

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Rsa Corporate Finance. Visitez notre site web www.groupe-rsa.com

Rsa Corporate Finance. Visitez notre site web www.groupe-rsa.com Rsa Corporate Finance Visitez notre site web www.groupe-rsa.com La puissance d un réseau mondial doté d une forte implantation nationale Le Groupe Rsa, membre du du 9 ème réseau mondial Crowe Horwath International

Plus en détail

PwC Combien vaut mon entreprise?

PwC Combien vaut mon entreprise? Advisory Combien vaut mon entreprise? Confidentiel Intervenant Samuel Babey Directeur Corporate Finance Responsable M&A secteur industriel pour la Romandie Téléphone direct: +41 58 792 9805 samuel.babey@ch.pwc.com

Plus en détail

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART Page : 1 Version : 05/2015 Agenda I. Présentation du Groupe Luxempart II. Luxempart en chiffres III. Nos transactions récentes Page : 2 Version : 05/2015 I. Présentation

Plus en détail

Croissance externe. Jeudi 26 juin 2014

Croissance externe. Jeudi 26 juin 2014 Croissance externe Elle correspond pour une entreprise à l'acquisition de sociétés concurrentes ou complémentaires qui augmentent ainsi son volume d'activité Jeudi 26 juin 2014 L accompagnement de la transmission

Plus en détail

Rôle de l expert-comptable dans une opération de capital investissement

Rôle de l expert-comptable dans une opération de capital investissement Petit déjeuner débat : L expert-comptable : acteur du capital investissement Organisé par : le Conseil Régional de l Ordre des Expert Comptables de Casablanca et des Régions du Centre, Tensift et Sud,

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Avril 2011 SOMMAIRE Projets de Loi et de Réforme p. 3 Réforme de la fiscalité du patrimoine Jurisprudence et Réponses ministérielles p. 4 Assurance-vie donnée en garantie et ISF

Plus en détail

Communiqué de presse - 1 -

Communiqué de presse - 1 - Communiqué de presse - 1 - Nouvelle étude internationale de Continental : Les véhicules hybrides et électriques sont de mieux en mieux considérés par les automobilistes du monde entier Continental, grand

Plus en détail

Petit Déjeuner des PME et des Start-up

Petit Déjeuner des PME et des Start-up Advisory Petit Déjeuner des PME et des Start-up Méthodes d'évaluation et facteurs clés influençant la valeur d'une transaction Confidentiel Intervenant Samuel Babey Directeur Corporate Finance Responsable

Plus en détail

EUGENE EISENBERGER ENTREPRISES

EUGENE EISENBERGER ENTREPRISES EUGENE EISENBERGER ENTREPRISES Présentation Historique Métiers Références Contact Conseil en Investissements Financiers (CIF), membre de la CNCIF, association agréée par l AMF Immatriculé à l Orias sous

Plus en détail

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 1 GENERALITES SUR LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL DEVELOPPEMENT ET LE CAPITAL TRANSMISSION 17-18 FEVRIER 2007 2 2 DEFINITIONS

Plus en détail

DDH Pierre Casanova Chun-Chun Garbit

DDH Pierre Casanova Chun-Chun Garbit Combien vaut mon Entreprise? Pierre Casanova Chun-Chun Garbit Introduction Organisation Une structure créée fin 2004 sur Marseille, après 10 ans d expérience chez General Electric, basée sur un fort réseau

Plus en détail

LE GUIDE DE L INTRODUCTION EN BOURSE. Les intérêts et les enjeux. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE GUIDE DE L INTRODUCTION EN BOURSE. Les intérêts et les enjeux. Copyright Duhamel Blimbaum. LE GUIDE DE L INTRODUCTION EN BOURSE Les intérêts et les enjeux Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction L introduction en bourse est le processus par lequel une société cote ses titres, par cession d

Plus en détail

Une structure de financement et d'accompagnement. de PME existantes. Version V29 : Q2 2006

Une structure de financement et d'accompagnement. de PME existantes. Version V29 : Q2 2006 Une structure de financement et d'accompagnement de PME existantes Version V29 : Q2 2006 1 Présentation PME Constat & Principes Produits & Cibles Equipe de gestion Etapes & Avancement 2 Constat Annuellement,

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

NEGOCIER AVEC UN FONDS

NEGOCIER AVEC UN FONDS REPRISE D ENTREPRISE NEGOCIER AVEC UN FONDS INTERVENANT : Laurent JULIENNE HEC ENTREPRENEURS 9 septembre 2014 A. LE MONTAGE FINANCIER Obligations convertibles A. LA STRUCTURE TYPE 1. Structure financière

Plus en détail

Investissements directs étrangers (IDE) en France : principaux constats

Investissements directs étrangers (IDE) en France : principaux constats DG Trésor - Pôle commerce extérieur 24/07/2014 Investissements directs étrangers (IDE) en France : principaux constats - Si la France se situe aux premiers rangs mondiaux en termes de stock d IDE (4 ème

Plus en détail

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE. Janvier 2006. Place de marché en ligne dédiée à la Reprise Transmission d entreprise INVESTISSEUR

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE. Janvier 2006. Place de marché en ligne dédiée à la Reprise Transmission d entreprise INVESTISSEUR Place de marché en ligne dédiée à la Reprise Transmission d entreprise DOSSIER DE PRESSE Dossier de Presse Janvier 2006 SOMMAIRE 1. LE CONCEPT FONDATEUR 2. FUSACQ AUJOURD HUI 3. FUSACQ EN 3 POINTS 4. A

Plus en détail

Typologie des missions de due diligence et approche par étapes

Typologie des missions de due diligence et approche par étapes Studiedag Journée d études Overdracht en overname van KMO s Transmission et reprise de PME Typologie des missions de due diligence et approche par étapes M. Vincent DE WULF, Réviseur d entreprises, Membre

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Communiqué de presse Résultats du premier semestre 2007 23 août 2007

Communiqué de presse Résultats du premier semestre 2007 23 août 2007 Vente de gaz naturel en baisse de 21,3% Baisse des ventes en Belgique (-22,8 %) en raison des températures particulièrement douces du premier semestre et de la diminution des ventes aux centrales électriques.

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances *** Déplacement à Lannion - Conférence

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Idinvest Private Value Europe II

Idinvest Private Value Europe II Fonds Commun de Placement à Risques (FCPR) Idinvest Private Value Europe II www.allianz.fr Avec vous de A à Z Idinvest Private Value Europe II Une stratégie d investissement dans l univers des entreprises

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

SR FINANCE RESTRUCTURATION GOUVERNANCE CORPORATE FINANCE

SR FINANCE RESTRUCTURATION GOUVERNANCE CORPORATE FINANCE SR FINANCE RESTRUCTURATION GOUVERNANCE CORPORATE FINANCE CorporateFinance Développement Montage et coordination des opérations de corporate finance. Levée de fonds privés, Introduction en bourse, Restructuration/refinancement

Plus en détail

Groupe Banque Cantonale de Genève Aperçu des services bancaires en matière de financement d entreprises

Groupe Banque Cantonale de Genève Aperçu des services bancaires en matière de financement d entreprises Groupe Banque Cantonale de Genève Aperçu des services bancaires en matière de financement d entreprises Page 1 La mission de la BCGE «Contribuer au développement économique du canton et de la région»*

Plus en détail

CONSEIL ACCOMPAGNEMENT DES TRANSACTIONS

CONSEIL ACCOMPAGNEMENT DES TRANSACTIONS CONSEIL ACCOMPAGNEMENT DES TRANSACTIONS VOS ENJEUX Dirigeant ou actionnaire de votre entreprise, fonds d investissement, BDO vous accompagne dans vos projets d investissement ou de désinvestissement et,

Plus en détail

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?»

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Entreprendre Financer Réussir «Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Raphaël Abou Administrateur Délégué Allyum 20 octobre 2010 Forum Financier Mons Introduction Notre métier : Accompagner

Plus en détail

HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE

HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE HONG KONG 香 港 GUANGZHOU 广 州 SHANGHAI 上 海 BUREAUX D ASIE LPA UNE PRESENCE FORTE EN CHINE Shanghai Francfort PARIS Guangzhou Hong Kong AlgER CASABLANCA Créé il y a 25 ans, Lefèvre Pelletier & associés (LPA)

Plus en détail

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures Coninco Master Class Les investissements en infrastructures Emmanuel Lejay, CFA, Executive Director, Swiss Life Asset Managers Vevey, 4-5 Novembre 2013 Agenda Définition de la classe d actifs Risques et

Plus en détail

Résultats annuels 2007. Réunion d information du 9 avril 2008

Résultats annuels 2007. Réunion d information du 9 avril 2008 Résultats annuels 2007 Réunion d information du 9 avril 2008 Sommaire Expert en solutions logicielles pour la finance Faits marquants 2007 Les résultats 2007 Stratégie de développement efront en bref Editeur

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES DE SARL

CESSION DE PARTS SOCIALES DE SARL CESSION DE PARTS SOCIALES DE SARL 02/05/2011 L'acquisition de parts sociales confère un droit de propriété à l'associé sur tout ou partie de la société selon qu'il s'agit d'une structure unipersonnelle

Plus en détail

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE?

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? par Jean Luc SCEMAMA Membre du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Président du Comité Transmission d Entreprise du CSOEC Club Reprise

Plus en détail

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise)

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) 3.1 Charte du conseil d'administration AVIS IMPORTANT Le chapitre 1 intitulé Rêve, mission, vision et valeurs, des Textes

Plus en détail

Strictement confidentiel

Strictement confidentiel Opportunité d acquisition d une entreprise de confection masculine performante - Juillet 2014 1. Historique et contexte de l opération Créée il y a plus de 50 ans à Paris, SUITNESS est une entreprise familiale

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

Les matinales du créateur d'entreprise Les avantages de reprendre une entreprise

Les matinales du créateur d'entreprise Les avantages de reprendre une entreprise Les matinales du créateur d'entreprise Les avantages de reprendre une entreprise Patrick Schefer OPI Capital Proximité Jeudi 22 juillet 2010 Office de Promotion des Industries et des Technologies Office

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Informations réglementées

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Informations réglementées COMMUNIQUÉ DE PRESSE Informations réglementées Pour publication immédiate RHJ INTERNATIONAL ANNONCE LA CLOTURE DE LA RESTRUCTURATION FINANCIERE DE HONSEL Bruxelles, le22 juillet 2009 RHJ International

Plus en détail

M&A Advisory Les enjeux d une recherche de capitaux

M&A Advisory Les enjeux d une recherche de capitaux 11 octobre 2011 M&A Advisory Les enjeux d une recherche de capitaux Deloitte Conseil Finance membre du CCIF agrément n C05B000 0 M&A Advisory - Un leader du conseil en fusions et acquisitions 2010 Deloitte

Plus en détail

Cabinet de Conseil Financier

Cabinet de Conseil Financier Cabinet de Conseil Financier Table des Matières Section 1 Section 2 Section 3 A propos de nous A propos de vous A propos de vous & de nous 3 9 13 2 Section 1 A propos de nous A Propos de vous A propos

Plus en détail

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels? Interview «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?» 34 Update I/2014 Le rédacteur en chef, Marty-Jörn Klein, s est entretenu

Plus en détail

Présentation d Helix international

Présentation d Helix international 31 ème Congrès international de l Ordre des Experts Comptable de Tunisie En partenariat avec «Développement économique : modèle et gouvernance de la décentralisation» Sfax, les 17 et 18 septembre 2014

Plus en détail

REVALORISEZ VOS ACTIFS DEPRECIES

REVALORISEZ VOS ACTIFS DEPRECIES AVEC TEC CORPORATE REVALORISEZ VOS ACTIFS DEPRECIES I. Qu est-ce que le Barter ou l Échange marchandise avec TEC Corporate? Notre métier Vous racheter vos stocks disponibles à une valeur comptable supérieure

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

PARTIE 2.7 LES CREDITS D IMPOT ET LES REDUCTIONS D IMPOT

PARTIE 2.7 LES CREDITS D IMPOT ET LES REDUCTIONS D IMPOT I/Le crédit d impôt recherche PARTIE 2.7 LES CREDITS D IMPOT ET LES REDUCTIONS D IMPOT Le crédit d impôt recherche a été conçu pour inciter les entreprises à développer leurs activités de recherche ; il

Plus en détail

Mars 2015. L indice Mid-Market de la zone euro. Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research

Mars 2015. L indice Mid-Market de la zone euro. Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research Mars 2015 L indice Mid-Market de la zone euro Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research Sommaire page 3 Méthodologie page 4 Évolution de l Indice page 5 Capital-transmission vs industriels page 6 Activité

Plus en détail

NOUS CRÉONS LES LIENS ENTREPRENEURS D AUJOURD HUI ET DE DEMAIN

NOUS CRÉONS LES LIENS ENTREPRENEURS D AUJOURD HUI ET DE DEMAIN NOUS CRÉONS LES LIENS ENTREPRENEURS D AUJOURD HUI ET DE DEMAIN 2 3 UNE MISSION CENTRÉE SUR LA RELÈVE DES DIRIGEANTS, CONCENTRÉE SUR LES BESOINS DES ENTREPRENEURS Le (CTEQ) a pour mission de traiter l enjeu

Plus en détail

La carte d'achat dans les organisations françaises

La carte d'achat dans les organisations françaises CHAPITRE 2 La carte d'achat dans les organisations françaises Pour bien appréhender l'usage efficace de la carte d'achat, il est important de toujours la considérer comme un moyen d'exécution de la commande.

Plus en détail

Rapport Chargé de mission MDSI. Deloitte. Maïmouna SOW

Rapport Chargé de mission MDSI. Deloitte. Maïmouna SOW Rapport Chargé de mission MDSI Deloitte Maïmouna SOW 1 Sommaire I- Introduction--------------------------------------------------------------3 II- Présentation de Deloitte----------------------------------------------4

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE (Exercice clos le 30 septembre 2014)

RAPPORT DE TRANSPARENCE (Exercice clos le 30 septembre 2014) RAPPORT DE TRANSPARENCE (Exercice clos le 30 septembre 2014) Sommaire 1 PRESENTATION DU CABINET...1 1.1 Le cabinet en France...1 1.1.1 Description de l activité et des entités de commissariat aux comptes

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

Financer la transmission de votre entreprise

Financer la transmission de votre entreprise Financer la transmission de votre entreprise Laurent Genest Directeur principal, Transfert d entreprises Banque Nationale Claude Lafond Directeur principal, Investissements Caisse de dépôt et placement

Plus en détail

Acquisition et transmission d entreprise

Acquisition et transmission d entreprise Petits déjeuners des start-ups Acquisition et transmission d entreprise Facteurs à considérer dans la vente de son entreprise Genève, le 31 janvier 2003 Agenda Les services de PwC Le processus de vente

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

Préparation à la vente

Préparation à la vente Alain Schockert Administrateur-Délégué 30 mars 2011 - Namur Agenda Quand et pourquoi? A qui? Comment et spécificités de la transaction? Processus type Phase préparatoire Modes de cession Etapes d un processus

Plus en détail

PME-ETI. doper sa croissance à l international TABLE RONDE

PME-ETI. doper sa croissance à l international TABLE RONDE PME-ETI doper sa croissance à l international Le «Made in France» plait à l étranger. Mais la France est encore trop en retrait. Les ETI doivent se lancer. Témoignages lors de cette table ronde au Medef

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

Le dernier rapport sur les prix des véhicules automobiles montre que la nouvelle exemption par catégories ne produit pas encore d'effets positifs

Le dernier rapport sur les prix des véhicules automobiles montre que la nouvelle exemption par catégories ne produit pas encore d'effets positifs IP/03/1117 Bruxelles, le 25 juillet 2003 Le dernier rapport sur les prix des véhicules automobiles montre que la nouvelle exemption par catégories ne produit pas encore d'effets positifs Le dernier rapport

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

Compte rendu de l étude Accuracy - CF News Entreprises et fonds : liaisons dangereuses ou fructueuses?

Compte rendu de l étude Accuracy - CF News Entreprises et fonds : liaisons dangereuses ou fructueuses? Compte rendu de l étude Accuracy - CF News Entreprises et fonds : liaisons dangereuses ou fructueuses? Présenté le 13 février 2008 dans les Salons Boffrand de la Présidence du Sénat POURQUOI CETTE ÉTUDE?

Plus en détail

La valorisation d'entreprises innovantes. Eric Rattier

La valorisation d'entreprises innovantes. Eric Rattier La valorisation d'entreprises innovantes Eric Rattier Plan de l intervention 1. Introduction 2. Quelles méthodes utiliser pour valoriser une entreprise innovante? 3. Conseils pour utiliser la méthode des

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014

Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 Dossier semestriel Crédit immobilier Bilan 2013, perspectives 2014 BILAN DE L ANNÉE 2013 : Evolution mensuelle des taux en 2013 : baisse de 0,10% du taux d intérêt sur 20 ans Evolution des taux depuis

Plus en détail

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015 PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014 Le 25 juin 2015 AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr L ORGANISATION DU PARTENARIAT AFIC - EY Objectifs du partenariat

Plus en détail

SOMMAIRE. AVANT-PROPOS À LA 2 e ÉDITION 9 INTRODUCTION 11 CHAPITRE 1. LE MARCHÉ DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISES EN FRANCE 13

SOMMAIRE. AVANT-PROPOS À LA 2 e ÉDITION 9 INTRODUCTION 11 CHAPITRE 1. LE MARCHÉ DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISES EN FRANCE 13 SOMMAIRE AVANT-PROPOS À LA 2 e ÉDITION 9 INTRODUCTION 11 CHAPITRE 1. LE MARCHÉ DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISES EN FRANCE 13 1. Des milliers d entreprises à transmettre 13 Le marché de la transmission

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

RESULTATS 2013. BIP annonce un bénéfice global d EUR 33 millions pour l année 2013

RESULTATS 2013. BIP annonce un bénéfice global d EUR 33 millions pour l année 2013 Luxembourg, le 20 février 2014 Communiqué de presse : RESULTATS 2013 BIP annonce un bénéfice global d EUR 33 millions pour l année 2013 Dividende proposé en hausse à EUR 2,60 par action Le Conseil d administration,

Plus en détail

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Clubs Mines-Energie et Mines-Finance - Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Franck Rabut - NovaWatt Président

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s La Transmission Claude SAUVAGEOT SOMMAIRE Introduction Présentation générale Bref rappel Le déroulement du processus théorique du LBO INTRODUCTION QUI SOMMES-NOUS? FSI Régions est une société de gestion

Plus en détail

DESCRIPTIF DE MODULE. Nom école/site : HEIG-VD Année académique : 2015-2016

DESCRIPTIF DE MODULE. Nom école/site : HEIG-VD Année académique : 2015-2016 DESCRIPTIF DE MODULE Nom école/site : HEIG-VD Année académique : 2015-2016 PREMIERE PARTIE : DESCRIPTIF DU MODULE (champs obligatoires) 1. Domaine Economie et Services 2. Filière(s) Economie d entreprise

Plus en détail