Proudhon sur la bourse, sources et emprunts

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proudhon sur la bourse, sources et emprunts"

Transcription

1 N Proudhon sur la bourse, sources et emprunts Luc MARCO Professeur de scnces de gestion Université Paris 13 Cette communication* recense les sources apparentes du livre de Proudhon (1857). Elle essaye aussi de retrouver des sources oubliées comme plusurs ouvrages et revues. Nous allons aussi comparer les données des frères Sala avec celles de Proudhon, pour les indicateurs suivants : nombre de sociétés cotées (par type de sociétés), capitalisation globale, moyenne, et taux de revenu actionnarial. Car tel un tigre qui se réveille, le capitalisme sauvage double son exigence de rentabilité des capitaux investis en Bourse, entre la monarch de Juillet et le début du Second empire. Mots clés : Proudhon, Duchêne, Bourse, Paris, France, * Communication présentée au colloque international de l Université de Vérone (Ital) en septembre Une version en langue anglaise du papr est disponible auprès de l auteur.

2 Proudhon sur la Bourse : sources et emprunts. Luc Marco Adresse de correspondance CEPN, Université Paris 13, 99 avenue JeanBaptiste Clément, Villetaneuse, France ; e mail : 1. Introduction A la fin de l année 1853 paraît un ouvrage anonyme chez l éditeur parisn Garnr frères. Il est intitulé le Manuel du spéculateur à la Bourse. L avertissement des éditeurs annonce une rupture par rapport aux ouvrages antérurs : au lu d une simple description des techniques boursières de calcul, c est un panorama de la «révolution dans l économ sociale 1» que donne le tableau statistique des valeurs négociables. Ce travail critique de l entrée de la France dans le capitalisme financr international fit alors grand bruit : suite à ce premr succès, une deuxième édition paraît fin 1854/début 1855, augmentée de 64 pages 2. Le 15 décembre 1856, à la fin de la préface de la troisième édition (encore augmentée de 64 pages) 3, l économiste Proudhon revendique la paternité de l ouvrage. Il assoc à cette paternité son collaborateur Georges Duchêne, un ancn rédacteur du journal le Peuple, qui publra onze ans plus tard une actualisation du livre 4. Proudhon prétend que leur livre est le premr du genre, et le seul à faire la synthèse entre les questions de droit économique et les problèmes de morale boursière. Cet article va tenter de répondre, à partir de la quatrième édition du Manuel du spéculateur à la Bourse, à quatre questions : 1 Quelles sont les véritables sources du texte de Proudhon? 2 N atil pas oublié volontairement certains livres ou revues antérurs? 3 Qu atil perçu d original dans l évolution du capitalisme de son temps? 4 Estil vraiment le premr dans ce genre éditorial? Pour cela nous verrons les sources citées, les prédécesseurs oubliés, une synthèse statistique sur vingt ans, des commentaires aux données, et une conclusion d ensemble. 2. Sources citées Selon la tradition de l époque, nos deux auteurs citent très peu d ouvrages ou de périodiques. En dehors des propres œuvres de Proudhon surtout sa brochure sur les chemins de fer, ils ne citent que huit livres : Coffinières (1825), CourcelleSeneuil (1853), Mill (1854), Francis (1854), Mériclet (1854) 5, Mareschal (1855), Darimon (1856) et Tedesco (1856). Dans cette 1 Anonyme (185354), p. V. 2 1 ère édition (185354) : VIII p. ; 2 e édition (185455) : VIII p. Tirage des deux premières éditions : exemplaires selon Bourdeau, Castleton et Ribeill (2009), p e édition (1857) : XII p., tirage : ex. ; 4 e édition (1857) : XII p., tirage : ex. (nous utiliserons celleci) ; 5 e édition (1857) : XII p., tirage : ex. Au total, près de exemplaires furent tirés selon Bourdeau, Castleton et Ribeill (2009), ibid. 4 G. Duchêne (1867). 5 Pseudonyme d Antoine Guitton.

3 2 Proudhon sur la Bourse liste, on trouve trois juristes (Coffinières, Mériclet, Mareschal), un économiste libéral (CourcelleSeneuil), un statisticn (Tedesco), deux économistes anglais (John Stuart Mill et John Francis), et un disciple proudhonn : Charles Darimon. Ces ouvrages décrivent la transformation de la Bourse de Paris de 1815 à Proudhon en déduit d ailleurs sa périodisation de l économ française : I période d anarch industrlle ( ) ; II période de féodalité industrlle ( ) ; III période plus récente d Empire industrl (depuis 1852) ; IV et période future de République industrlle. Proudhon ne cite qu un seul économiste libéral, peutêtre parce que CourcelleSeneuil était de formation comptable comme lui? Du côté des périodiques, Proudhon et Duchêne ne citent qu une dizaine de titres : deux quotidns (Le Journal du Commerce du saintsimonn Emile Pereire pour l année 1830 ; la Presse d Emile de Girardin pour 1856), trois hebdomadaires (le Journal des Actionnaires de l affairiste L. Jourdan, et la Gazette des Tribunaux, toutes deux pour 1856), deux mensuels (le célèbre Journal des Chemins de Fer de Jules Mirès pour , et la Revue d Edimbourg, traduite dans la Revue Britannique en 1855), et enfin un annuel (l Almanach de la Bourse de L. Deplanque pour 1857). La moitié de ces titres est séruse, l autre plutôt tendancuse. Ces citations servent à décrire des escroquers financières, ou des entreprises alors à la mode. Nos auteurs pensent que les revues sont moins crédibles que les livres car leurs propriétaires sont souvent payés par des banques ou des groupes financrs qui veulent ornter les placements boursrs vers leurs propres valeurs. Ils font cependant silence sur le Journal des Economistes, principale revue économique de l époque, qui contnt pourtant un très intéressant «Bulletin financr» tenu par Adolphe Courtois tous les mois. Pourquoi? C est que dès la première édition du Manuel (1854), le Journal des Economistes critique l ouvrage 6, puis en décembre 1856 un compte rendu 7 du livre de Darimon est encore très critique envers Proudhon. Les libéraux lui reprochent quatre travers au moment de son décès 8 : a) Proudhon n est pas rigoureux, il mélange théor économique et politique active ; b) il reste un homme seul, caractérl, sans école autour de lui ; c) il recherche une illusion : le crédit gratuit et la suppression de l intérêt ; d) il propose enfin une exposition perpétuelle des produits de l industr française, sorte de bazar ouvrr non rentable voulant supprimer la monna! Même le financr GuittonMériclet, pourtant cité par le Manuel à plusurs reprises, est très sévère envers nos auteurs : «Ces sortes d ouvrages ont une portée dangereuse : ils tendent à établir que la Bourse est la cause de l abaissement du sens moral du pays, et ce qui est encore plus fort, qu elle seule accapare les capitaux, suspend le travail, fait augmenter le taux de l intérêt, et, comme conséquence, qu on ferait bn de la démolir. A en croire M. Proudhon, cette industr est l art de s enrichir sans capital, sans commerce, sans gén, sans travail, et le secret de s approprr la fortune publique et celle des particulrs, sans donner aucun équivalent en échange 9.» Face à un Proudhon qui se prétendait un peu légèrement comme un financr, notre spécialiste donne un avis totalement négatif sur la dernière édition : «L ouvrage de M. Proudhon est écrit avec un grand esprit d hostilité ; il a des éclats de voix trèshauts, il est âpre et retors et recherche le paradoxe. Il montre la Bourse sous son côté le plus odux. L inventaire qu il en fait est écrit avec un véritable esprit de dénigrement ; mais tout y est trop exagéré pour être vrai. En attendant la venue de la loi de la démocrat 6 CourcelleSeneuil (1854), p. 284 : compte rendu honnête sur les qualités et les défauts de l ouvrage. 7 Roger de Fontenay (1856), p. 342 : réquisitoire implacable sur les dérives des idées proudhonnnes. 8 M. Foucher de Careil (1865), p. 388 : article très dur sur les défauts de Proudhon (contradictions, confusion ). 9 A. Guitton (1857), p. 53.

4 Proudhon sur la Bourse 3 mutuelle, laissons la Bourse doter le pays de nouvelles richesses, et croyons que le Manuel du Spéculateur à la Bourse sera complètement oublié pendant qu elle continuera encore de s avancer vers un plus brillant avenir 10.» Ce jugement sans appel correspondil à la tradition éditoriale en la matière? 3. Prédécesseurs oubliés En écartant les ouvrages purement juridiques de l époque, Proudhon et Duchêne ne citent pas de nombreux ouvrages qui traitent pourtant du même sujet qu eux, c estàdire des dangers et des espoirs de la montée en puissance d une Bourse des valeurs mobilières à Paris : le dictionnaire de commerce des frères Savary des Bruslons, qui donne en une description éclairée du commerce illicite et usuraire 11 ; la première controverse entre économistes sur l agiotage en 1787 entre Linguet et le Marquis de Mirabeau qui voulait relancer la nouvelle Compagn des Indes ; la naissance de la coulisse au moment de la Révolution française 12 ; le premr guide moderne sur la Bourse en 1815 avec Nicolas Dericquehem, un petit fonctionnaire du Trésor Impérial, qui annonce deux guides techniques: A. M ( ), Jacques Bresson (1821) qui vendit 12,000 exemplaires en quatre ans ; les articles pertinents de JeanPrre Pagès (1824), et les brochures de J.F. Castelnau (183539) ; le panorama critique des frères A. et E. Sala (1836) 13, qui dressent un état global des valeurs industrlles à la Bourse de Paris sous la Monarch de Juillet ; les livres prudents du spécialiste des chemins de fer Gaubert (1838) et de l économiste Emile Bères (1839) paru chez l éditeur Guillaumin ; le grand article comparant la France et l Angleterre de l économiste Charles Coquelin (1843) dans la Revue des DeuxMondes ; l auteur de bestsellers en la matière : Louis Sédillot qui, sous le pseudonyme de Lamst, publia de 1827 à 1853 un Manuel de la Bourse qui eut au moins 14 éditions ; le libéral Adolphe Courtois (1855) avec un ouvrage très proche de la part technique du ProudhonDuchêne ; le premr historn du domaine en la personne du même Jacques Bresson qui publia en 1857 une Histoire financière de la France et dirigea deux périodiques : l Annuaire des sociétés par actions (183940) suivi du Cours général de la Bourse de Paris ( ). Pourtant, dans la bibliothèque de Proudhon, nous retrouvons certains titres non cités dans le Manuel : la première édition en 1820 du livre de Jacques Bresson cité plus haut ; le livre de Charles Coquelin (1848) Du crédit et des banques, Paris : Guillaumin ; l ouvrage historique d André Cochut (1853) Law : son système et son époque, , Paris : Hachette ; un titre pratique de B.L. Bellet (1854) Le guide de l emprunteur, 3 e édition, Paris : Bellet ; la brochure d E. Forcade (1863) Notice sur la constitution financière de la société civile de l exposition universelle et permanente, Paris : E. Brière (source : Mironneau, , passim) qui reprend l idée chère à Proudhon d un bazar ouvrr perpétuel. 10 Idem, p Savary des Bruslons (1723), I, p. 836 (commerce en papr) ; (1730), supplément, p (bourse). 12 Martin (1789) 17 valeurs étudiées in la revue Etrennes financières, citée par Bigo (1933), p Adolphe Sala, né en 1802 à Florence dans une ville famille génoise, était militaire; son frère Eugène Sala sera, entre 1843 et 1850, le propriétairegérant du Bazar BonneNouvelle (cf. Marco, 2009).

5 4 Proudhon sur la Bourse En revanche, le livre des frères Sala n y est pas. Cela ne veut pas dire que Georges Duchêne ou même Proudhon ne l ont pas lu. La forme et le fond des deux livres sont très proches. 4. Données statistiques Comme Proudhon prétend donner l analyse de l évolution des vingt dernières années de la Bourse de Paris, nous avons calculé divers indicateurs à partir du livre des frères Sala (1836) et du propre livre de Proudhon qui traite de la fin de l année 1856 pour les données statistiques. Notre auteur était favorable à un calcul des bénéfices par minima et maxima, comme le montre la citation suivante : «Des statistiques détaillées et souvent renouvelées ; des information précises sur les besoins et les existences ; une décomposition loyale des prix de revnt ; la prévision de toutes les éventualités, la fixation entre producteurs, commerçants et consommateurs après discussion amiable, d un taux de bénéfice en maximum et minimum, selon les difficultés et les risques ; l organisation de sociétés régulatrices : tel est à peu près l ensemble des mesures au moyen desquelles ils songent à discipliner le marché.» 15 Table I Items Sala (1836) Proudhon (1856) Nombre de compagns françaises Sociétés anonymes Sociétés en commandites par actions Autres Capitalisation totale (en millions de francs) ,584.8 Capitalisation moyenne Revenu moyen des actions (intérêt + dividende versé) % % Revenu minimal (premr décile) % 1.2 % Revenu maximal (dernr décile) % 42.1 % Source : calculs à partir du Sala (1836) et du Proudhon (1857). Dans le livre des frères Sala, nous avons pris les indications concernant surtout l intérêt des capitaux investis. Ce qui fait que le taux obtenu (4.87 %) sousestime certainement le dividende moyen réellement obtenu par les actionnaires. En revanche, le premr décile est juste puisqu il s agit des sociétés qui n ont distribué ni intérêt ni dividende. Quant au dividende maximal, il doit lui aussi être quelque peu sousestimé 16. Notons enfin que les frères Sala arrivent à une conclusion opposée à celle de Proudhon concernant la masse des capitaux investis dans les chemins de fer : «on peut dire en général que les fonds sociaux ont tous été calculés trop bas. De là sont venus les mécomptes dont cette industr naissante a été atteinte, et par suite aux idées de bénéfices exagérés, dont on s était flatté en y entrant, a 14 Proudhon (1855). 15 Proudhon (1865) De la capacité politique des classes ouvrières, cité par G. Weill (1904), p. 41, note Même pour une société non cotée comme le Bazar BonneNouvelle, dès que la situation économique le permet le gérant distribue un petit dividende de 1 à 2 % (Marco, 2009). Pour une société en vogue comme L Hirondelle (omnibus de Paris à Melun), le dividende moyen a été de 28 % en 1834 et de 20 % en 1835, soit une moyenne de 24 % sur les deux dernrs exercices (Sala, 1836, p. 226).

6 Proudhon sur la Bourse 5 succédé presque avec raison aujourd hui, la crainte d y compromettre des capitaux plus faciles à utiliser ailleurs. 17» Chez Proudhon et Duchêne les informations sont plus précises. Dans le tableau général que nous avons utilisé 18, sont disponibles : a) le nombre d actions en circulation ; b) la valeur au pair ; c) le revenu du dernr exercice ; d) le cours fin de En divisant le revenu par (a x b), on obtnt une évaluation du rendement des actions par rapport aux capitaux sociaux. La difficulté technique de calcul est que nos auteurs donnent parfois des montants bruts de revenus (en francs), et d autres fois des pourcentages. Sur 25 secteurs différents, le premr décile ne concerne pas les chemins de fer, mais plutôt les assurances maritimes (4 sociétés à 1,78 %), les assurances incend (4 sociétés), les canaux (1 société), la forge d Andincourt, les mines «Fermière de Caronte» et «Mouzaïa», le pont de Grenelle, et les omnibus «Impériales» et «Petites voitures» 19. Symétriquement, le dernr décile concerne surtout les banques (2 sociétés audessus de 25%), les assurances (5 sociétés), les bougs (1 société), les filatures (2 sociétés), les forges d Herserange, le journal Le Siècle, la mine Ville Montage, la navigation (3 sociétés), le pont de Marseille, l usine de Séguineau (constructions maritimes), les voitures omnibus Caillard, et le télégraphe sousmarin de la Manche. En raisonnant globalement, si en 1836 le revenu comprenait un intérêt d environ 3 % et un dividende de 1,87 %, en 1856 l intérêt doit passer à 5 % l an et le dividende à 5,13 %. Ces chiffres correspondent bn à ceux calculés par la littérature Commentaires L esprit agioteur de l envahissement de la mentalité boursière dans l économ française est perceptible dans la progression globale de la capitalisation, multipliée par 3,8 fois en vingt ans! Proudhon critique la hausse faramineuse de la capitalisation globale car cela immobilise, selon lui, trop de capitaux qui pourrant être utilisés à dynamiser la petite production artisanale et ouvrière 21. En conséquence la capitalisation moyenne donne seuil de capital minimal trop élevé pour les organisations ouvrières. De même la pression exercée par les actionnaires sur la répartition des profits via les dividendes est trop forte selon lui. Surtout pour le dernr décile (+ 42 %) ce qui dénote la non prise en compte de l amortissement dans le comptes des sociétés cotées, surtout dans les chemins de fer. La publicité financière des comptes annuels (bilan et compte de résultat) a bénéficié de la multiplication par 4,8 du nombre de Sociétés Anonymes. Et comme ces sociétés sont autorisées préalablement par l Etat jusqu en 1867, leurs archives sont bn conservées par les Archives Nationales (sér F à 6796 : sociétés autorisées). Parallèlement le secret des affaires s est maintenu par la hausse corrélative (x 3,1 fois) des Sociétés en commandite par actions, qui venant juste d être réformées par la loi de La gestion familiale y gardait un solide pré carré car la publicité des comptes y était moins importante que pour les S.A. La forme plus confidentlle des Sociétés civiles et commerciales, qui ne concernent que certains secteurs précis (habitations, assurances), reste marginale avec une hausse de 1,75 17 Sala (1836), p Proudhon (1857), pp Voir les tableaux détaillés en annexe. 20 Bourguignon et LévyLeboyer (1985), p. 96 trouvent un taux de capitalisation entre 4,5 et 7 % pour Proudhon (1857), p

7 6 Proudhon sur la Bourse fois, proche de celle de l économ globale de l époque : + 1,1 % par an de 1840 à 1860, soit une augmentation de 1,22 fois sur vingt ans Conclusion Même si CourcelleSeneuil leur concède le statut de précurseurs du genre 23, l argument publicitaire courant consistant à présenter cet ouvrage comme le premr du domaine, ne résiste pas à l analyse. Proudhon et Duchêne n ont pas été les pionnrs de la critique séruse de l agiotage à la Bourse de Paris. Linguet et Mirabeau l ont fait soixantedix ans auparavant. Même dans la virulence du propos, le style proudhonn a eu des prédécesseurs chez les fouriéristes et quelques saintsimonns (Olinde Rodrigues, Adolphe Guéroult) 24. L analyse économique des données atelle permis à nos auteurs de percevoir l évolution d ensemble de la Bourse parisnne? La réponse est oui. Par rapport au premr bilan quantitatif établi à partir du livre des frères Sala, nos auteurs ont clairement perçu dans leurs propres fiches d entreprises ou de secteurs, trois éléments : a) l extraordinaire élévation de la capitalisation globale ; b) l augmentation notable de la taille moyenne des entreprises cotées ; c) la hausse constante de la pression exercée par les actionnaires sur la répartition des bénéfices par le biais des dividendes effectivement distribués. Enfin le critique virulent Proudhon atil compris les idées des gestionnaires de son temps? Là aussi la réponse est clairement positive, pour plusurs raisons. Primo parce que la formation de comptable de notre auteur le rendait tout à fait apte à lire les documents comptables des entreprises qu il étudiait. Secondo car il était familr de la presse des affaires de son temps et qu il savait lire entre les lignes, pour séparer le bon grain des idées véridiques, de l ivra des propos d escroquer. C est pourquoi, face à la montée de la concurrence des nombreux manuels boursrs, Proudhon et Duchêne ont préparé une sixième édition de leur ouvrage, qui est restée partllement inédite 25. Ce n est que dix ans plus tard que Duchêne reprendra ces données actualisées pour écrire son propre ouvrage qui est une suite tout à fait dans l esprit des idées proudhonnnes. Références Anonyme (185354) Manuel du spéculateur à la Bourse, 1 ère édition, Paris : Garnr frères. Bères, E. (1839) Manuel de l actionnaire, Paris : Guillaumin. Bigo, R. (1933) Les bases historiques de la finance moderne, Paris : Armand Colin. Bourguignon, F., & LévyLeboyer, M. (1985) L économ française au XIX e macroéconomique, Paris : Economica. siècle, analyse 22 Bourguignon et LévyLeboyer (1985), p CourcelleSeneuil (1854), pp Voir aussi madame M.C. Goldsmid (1846). 25 «Comment les affaires vont en France», manuscrit de févrr Voir Bourdeau, Castleton & Ribeill (2009), p. 33. Une version partlle a été publiée en 1859 chez l éditeur Bruxellois A. Schnée (voir la notice n 914 in Mironneau, 1987).

8 Proudhon sur la Bourse 7 Bourdeau, V., Castleton, E., & Ribeill, G. (2009) Introduction, in P.J. Proudhon, Manuel du spéculateur à la Bourse, une antholog (pp. 553), Alfortville : éditions d Ere. Bresson, J. (1821) Des fonds publics français et étrangers, Paris : Bachelr, 3 e édition. Castelenau, J.F. (183539) Portefeuille de la Bourse de Paris, suivi de Coup d œil sur les sociétés par actions, Paris : Delloye, Appert. Coffinières, A.S.G. (1825) De la Bourse et des spéculations sur les effets publics, Paris : BelinLe Prur. Coquelin, Ch. (1843) Des sociétés commerciales en France et en Angleterre, Revue des Deux Mondes, III, pp CourcelleSeneuil, J.G. (1853) Traité théorique et pratique des opérations de bourse, 2 e édition, Paris : Guillaumin. CourcelleSeneuil, J.G. (1854) Compte rendu du Manuel du spéculateur à la Bourse, Journal des économistes, 2 e sér, t. II, 15 mai, pp Courtois, Ad. (1855) Des opérations de Bourse, Paris : Garnr frères. Darimon, A. (1856) De la réforme des banques, Paris : Guillaumin. Dericquehem, N. (1815) Guide des spéculateurs à la Bourse, Paris : l Auteur, Martinet & Delaunay. Duchêne, G. (1867) La spéculation devant les tribunaux, pratique et théor de l agiotage, Paris : Librair centrale. Fontenay, R. de (1856) De la gratuité du crédit, Journal des Economistes, t. XII, décembre, pp Francis, J. (1854) La Bourse de Londres, trad. Française, Paris : Renouard. Gaubert, J. (1838) Guide des actionnaires aux chemins de fer, Paris : Duprat. Goldsmid, M.C. (1846) De la faillite, ver rongeur de la société, ou De l infaillible destruction de ce fléau, Paris : Lacrampe fils. Guitton, A. pseudonyme de Mériclet (1854) Nouveau tableau de la Bourse de Paris, Paris : Dentu. Linguet, S.N.H. (1787) Considérations sur la dénonciation de l agiotage, lettre au Comte de Mirabeau le 27 mars 1787, réédition Londres : Pergamon Press. M, A. (181920) VadeMecum des spéculateurs sur la rente, Paris : Jaubert. Marco, L. (2009) Histoire managériale du Bazar BonneNouvelle, Paris : L Harmattan.

9 8 Proudhon sur la Bourse Mareschal, L.H. J. (1855) Des fusions et des grandes compagns de chemins de fer, Paris : Garnr frères. Martin, M.J.D. (178990) Etrennes financières, Recueil des matières les plus importantes en finance, banque, commerce,... etc., revue annuelle, Paris : imprimer de SeguyThiboust. Mill, J.S. (1853) Principes d économ politique, trad. Fr., Paris : Guillaumin. Mirabeau, H.G. Riquetti (1787) Dénonciation de l agiotage au Roi et à l assemblée des notables, réédition Londres : Pergamon Press. Mironneau, J. (1987) Catalogue des livres de PrreJoseph Proudhon et de sa famille, Besançon : Bibliothèque Municipale. Pagès, J.P. (1824) Agiotage, Banque, Capitaux, Jeux de Bourse, Encyclopéd Moderne, 25 vol., Paris : Dupuy. Proudhon, P.J. (1855) Société de l Exposition perpétuelle, projet, in Théor de la propriété, 2 e éd., Paris : Librair Internationale, 1866, pp Proudhon, P.J. (1857) Manuel du spéculateur à la Bourse, 4 e édition, Paris : Garnr frères. Sala, A. & E. (1836) Manuel des placemens industrls, Paris : Hivert et chez l Auteur. Savary des Bruslons, J. & Ph.L. (172330) Dictionnaire du commerce, Paris : Jacques Estnne. Sédillot, L. pseudonyme : Lamst (182753) Manuel de la Bourse, Paris : Ducrocq. Tedesco, A. de (1856) Les reports faits par une caisse de l Etat, Paris : Imprimer Maulde et Renou. Weill, G. (1904) Histoire du mouvement social en France , Paris : Alcan. Résumé Cette communication recense les sources apparentes du livre de Proudhon (1857). Elle essaye aussi de retrouver des sources oubliées comme plusurs ouvrages et revues. Nous allons aussi comparer les données des frères Sala avec celles de Proudhon, pour les indicateurs suivants : nombre de sociétés cotées (par type de sociétés), capitalisation globale, moyenne, et taux de revenu actionnarial. Car tel un tigre qui se réveille, le capitalisme sauvage double son exigence de rentabilité des capitaux investis en Bourse, entre la monarch de Juillet et le début du Second empire. Mots clés : Proudhon, Duchêne, Bourse, Paris, France,

10 Proudhon sur la Bourse 9 ANNEXE 1. La capitalisation par compartiments de la Bourse fin 1856 Compartiment Capitalisation (en millions de francs) Nombre de sociétés françaises Chemins de fer ,15 24 Assurances Maritimes incend sur la v diverses ,20 56,20 63,00 42,00 20,00 Banques et caisses ,12 46 Bougs ,80 4 Canaux ,87 11 Caoutchoucs Charbonnages et asphaltes ,62 22 Eaux et Bains ,60 6 Filatures ,03 8 Forges, Fonders, Hauts Fourneaux ,70 21 Gaz ,62 11 Glaces et verrers ,56 5 Immeubles Journaux ,77 3 Mines diverses ,65 18 Navigation ,00 8 Papeters ,40 4 Ponts et ports ,00 4 Sucrers, raffiners Usines ,61 6 Voitures et omnibus ,56 7 Divers ,55 9 TOTAL , Source : dépouillement de Proudhon (1857), pp

11 10 Proudhon sur la Bourse Annexe 2. Le pourcentage des revenus annuels pour l ensemble des sociétés fin Compartiment Chemins de fer Nord Ouest Sceaux et Orsay Orléans Est (ancnnes) Est (nouvelles) Paris à Lyon Lyon à Genève Lyon à la Méditerranée Midi (ancnnes) Midi (nouvelles) Bordeaux à la Teste GrandCentral St Rambert à Grenoble Graissessac à Bézrs Ardennes et Oise Bessèges à Alais Chemins de fer Autrichns Sarde VictorEmmanuel Manage à Erquelines CentralSuisse OuestSuisse Tarragone à Reuss Rome à Frascati Assurances maritimes Générale Sécurité Union des ports Indemnité Llyod français Océan Chambre d assurances Mélusine Vig Sauvegarde Pilote C française des prêts à la grosse Phare maritime La Maritime Centrale La Réunion L Eole C Bordelaise Taux de Revenus 7,29 15, ,70 16,50 17,20 6,38 4,50 4,50 6,20 15,20 5,25 26,25 5,80 4,12 3,60 5,05 18,30 8,10 7,48 3,00 3,00 1 2,40 1,78 1,78 1,78

12 Proudhon sur la Bourse 11 Gironde Garonne Aquiraine (sic) Llyod bordelais Alliance maritime La Provence Havraise et Parisnne La Fortune Les DeuxMondes La Sphère Le Commerce Les Antilles Llyod marseillais Assurances contre l incend Générale Phénix Nationale L Union Le Soleil La France L Urbaine La Providence L Aigle La Paternelle La Confiance Le Nord Assurances sur la v Générale Nationale Union Phénix Conservateur Caisse Paternelle Impériale Assurances diverses Générale (grêle) L Agriculture et la Générale réuns (mortalité des bestiaux) La Française (accidents des chemins de fer) Banques et Caisses Banque de France Banque de la Martinique Banque de la Guadeloupe Banque de la Réunion Banque de la Guyane Banque du Sénégal Banque de l Algér Comptoir d escompte de Paris 1,78 3,60 3,60 3,60 3,60 2,40 10,75 10,75 10,75 3,00 3,00 3,00 0,60 10,08 55,55 21,50 13,50 6,50 3,60 1,80 1,25 0,25 2,00 16,31 27,00 3,20 3, ,00 30,00 8,33 1,00 19,00 9,13 20,00 6,10 6,50 8,60 8,60 8,60 7,30 8,40

13 12 Proudhon sur la Bourse SousComptoir des Entrepreneurs SousComptoir des Métaux SousComptoir des Chemins de fer SousComptoir des Denrées coloniales Comptoir d Alais Comptoir d Angoulême dito Comptoir de Caen Comptoir de Colmar Comptoir de Dôle Comptoir de Lille Comptoir de Mulhouse Comptoir de Sablé Comptoir de Saint Jean d Angély Comptoir de Sainte Mar aux Mines Crédit Foncr de France Crédit Mobilr Crédit Maritime Caisse générale des chemins de fer, Mirès et C Caisse générale des actionnaires, Amail et C Caisse centrale de l Industr, Vergniolle et C Crédit industrl, Malevergne et C Caisses d escompte, Prost et C Caisse Béchet et C Caisse Lehideux et C Comptoir central, Bonnard et C Bouron et C Lécuyer et C Nupropriétaires Comptoir Commercial d Angers Caisse Commerciale de Honfleur Caisse Départementale de la Mayenne Caisse Commerciale du Nord Caisse Industrlle du Nord Comptoir de la Méditerranée Caisse Commerciale de Roubaix Caisse du commerce et de l agriculture Caisse Commerciale d Avignon Crédit Foncr de SanFrancisco Société générale de Bruxelles Banque de Belgique, 1 ère sér e Banque de Belgique, 2 sér Actions réuns Banque de Darmstadt Crédit mobilr autrichn Mobilr et foncr suisse Crédit des Etats sardes Crédit mobilr espagnol C générale de crédit en Espagne Banque de Genève 8,25 4,72 4,80 4,80 3,50 40,74 15,98 15,98 22, ,48 7,34 10,26 2,05 11,50 1,15 9,50 9,00 12, ,45 7,00 6,49 6,98 13,96 6,98 6,98 6,98 5,70

14 Proudhon sur la Bourse 13 Bougs Stéariner Etoile Soleil Huiler Canaux QuatreCanaux Bourgogne Arles à Bouc TroisCanaux Roanne à Digoin Aire à la Bassée Sambre à l Oise Scarpe inférure Sambre française Canalisation de l Ebre Canal de Suez Caoutchoucs Caoutchouc durci Caoutchoux souple C générale Belge Charbonnages et Asphaltes Houillères de la HauteLoire Centre du Flenu PontdeLoupSud MontuxSaintEtnne Blanzy Azincourt Chazotte LayonetLoire Portes et Sénéchas Loire (quatre groupes) Loire SaintEtnne Montrambert RivedeGr SaintChamond Mayenne et Sarthe Grand Combe Charbonnages belges HautFlenu HouillèresréunssousQuarégnon AsphaltesSeyssel Bastennes Eaux et Bains C générale des Eaux Eaux d Auteuil et de Neuilly Eau de Seine purifiée 22,80 57,00 11,40 11,40 11,40 6,51 1,10 10,80 6,75 12,90 12,00 11, ,55 2,00 7, ,40 8,40 20,00 3,33 4,66 3,00 9,00 9,00 11,33 20,00 12, ,00 5,61 8,70

15 14 Proudhon sur la Bourse Eaux de Calais et SaintPrre Samaritaine Lavoirs et Bains réunis Filatures Lin Maberly (Amns) Cohin et C Trudin, C Continentale Société lainière C linière de PontRémy La Foudre, C Rouennaise La Bresle La Lys Forges, Fonders, HautsFourneaux Loireet Ardèche Decazeville Alais, Gard BasseIndre Châtillon et Commentry Horme Maubeuge Creusot Fourchambault Marine et chemins de fer Herserange AisneetNord FrancheComté Côted Or Andincourt Espérance (Belgique) MonceausurSambre Providence (Belgique) Ougrée Sambre, FrancoBelge Phénix métallurgique Gaz C parisnne d Eclairage et Chauffage Union des Gaz Nord (Batignolles) Est (Vincennes) Versailles Brest Amns Wazemmes C Centrale, Lebon, 18 villes Gaz et Hauts Fourneaux de Marseille L Alliance Glaces et Verrers Saint Gobain 26,16 7,00 11,10 7,16 0,00 50, ,00 12,50 11,70 11, ,90 7,90 7,90 0,80 7,50 12,50 10,50 12,00 12,00 14,90 7,00 1 3,60 6,40 5,50

16 Proudhon sur la Bourse 15 Montluçon Oigns Floreffe AixlaChapelle Immeubles Palais de l Industr Immeubles Rivoli Rue Impériale de Lyon Journaux Journaux réunis : Pays, Constitutionnel Le Siècle Le Droit Mines diverses VilleMontagne NouvelleMontagne Stolberg et Westphal Corphal BleybergèsMontzen Eschweiler Dito, 2 e sér Silés Mines et fonders de cuivre du Rhin Pontgibaud Fermière de Caronte Tenez, Algér Mouzaïa, dito Villefort, Vialas, Auzonnet, etc. Septèmes SanFernando Salins du Midi Salines de Gouhenans Navigation Messagers Impériales Navigation à vapeur, Bazin et C C générale maritime FrancoAméricaine Clippers français Armements maritimes Paquebots fluviaux et maritimes Navigation mixte Papeters Marais et SainteMar Essonnes Echarçon Souche Ponts et Ports Ports de Marseille 6,20 4,80 6,50 4,70 29, ,00 22,00 6,90 2 9,00 7,00 1 2,25 2,25 6,70 1,75 1,75 9,00 16, ,40 2,70 30,80 20,00 8,50 16,30 53,30

17 16 Proudhon sur la Bourse Pont et port de Grenelle Ponts réunis Ponts réunis nouveaux Sucrers, Raffiners De la Scarpe De Tournus De Bourdon Usines Galvanisation du fer Fers étirés, Gandillot et C Chameroy Cail et C Constructions maritimes, Séguineau et C Cristofle et C Voitures et Omnibus Messagers impériales Caillard et C Omnibus des chemins de fer C générale des Omnibus Omnibus de Londres Gondoles parisnnes C impériales des petites voitures Divers Substances alimentaires, dessiccation Docks Napoléon Télégraphe sousmarin (Manche) Télégraphe sousmarin (Méditerranée) Vidanges Richer Moulin Packham Grilles fumivores Produits chimiques de Javelle et Sèvres Société des DeuxCirques 1,00 5,50 5,25 10,20 8,50 11,00 11,00 18,60 13,70 11,60 10,10 50, ,90 0,90 60,00 3,30 9,00 3,33 11,90 1,70 10,80 2 2,50 14,70 9,00 TOTAL 10,13 Source : dépouillement de Proudhon (1857), pp

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

VI. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL. 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires

VI. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL. 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires VI B. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL BELGE 0.- REVUES 1. SOURCES 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires 12. Traités internationaux 13. Commentaires, doctrine

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1 AVANT-PROPOS... 1 Clés d accès... 2 INTRODUCTION... 3 1. Le contexte économique des évaluations d entreprises... 3 Les évaluations d entreprises se multiplient...... 3 dans un contexte de plus en plus

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Octobre 2015 INTRODUCTION Pour la huitième année consécutive, l Association des Régions de France,

Plus en détail

Examen de baccalauréat 2004,

Examen de baccalauréat 2004, Examen de baccalauréat 2004, Sciences économiques et droit (partie comptabilité et gestion) (durée 4h) Matériel autorisé : calculatrice de poche Structure de l examen durée prévisible points attribués

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT ET DE GESTION Adopté le 26 septembre 2009 1 RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT

Plus en détail

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace ALICE ROMAINVILLE Dans le système de production de l habitat qui existe à Bruxelles, en ce début

Plus en détail

fiscalité 2015/16 Daniel Freiss Brigitte Monnet Conseiller éditorial : Daniel Sopel

fiscalité 2015/16 Daniel Freiss Brigitte Monnet Conseiller éditorial : Daniel Sopel fiscalité 2015/16 Daniel Freiss Brigitte Monnet Conseiller éditorial : Daniel Sopel Dans la même collection Droit de l immobilier 2015/2016 Droit des assurances 2015/2016 Droit du travail 2015/2016 Droit

Plus en détail

QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC

QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC 43 Objectif : Public : Déroulement : Ce quiz a pour objectif de faire découvrir quelques événements qui ont joué un rôle majeur dans le développement

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Société des aciers comprimés AGP Société des fours à coke de Douai 96 AQ

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Société des aciers comprimés AGP Société des fours à coke de Douai 96 AQ ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL Société des aciers comprimés AGP Société des fours à coke de Douai 96 AQ INTRODUCTION Activités métallurgie Présentation de l entrée Ce fonds est entré en décembre

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Le Centre d excellence Sports Rousseau : une bonne affaire pour les Blainvillois! Présentation du maire 13 novembre 2012

Le Centre d excellence Sports Rousseau : une bonne affaire pour les Blainvillois! Présentation du maire 13 novembre 2012 Présentation du maire 13 novembre 2012 Mot du maire Le 23 octobre, nous adoptions les résolutions relatives à l entente de principe survenue entre les villes de Boisbriand et de Blainville, concernant

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

GROUPE LES HÔTELS DE PARIS. Réunion d information - Résultats annuels 2002

GROUPE LES HÔTELS DE PARIS. Réunion d information - Résultats annuels 2002 GROUPE LES HÔTELS DE PARIS Réunion d information - Résultats annuels 2002 LES INTERVENANTS Patrick MACHEFERT Président-directeur Général Michel MANCHERON Secrétaire Général Olivier WOLF Directeur Administratif

Plus en détail

AVANCE REGIONALE A LA CREATION D ENTREPRISE

AVANCE REGIONALE A LA CREATION D ENTREPRISE AVANCE REGIONALE A LA CREATION D ENTREPRISE NOM DE LA SOCIETE Date de réception du dossier : Date de présentation au Comité : Décision du Comité : IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE ET DE SES DIRIGEANTS Nom

Plus en détail

FORTUNA di GENERALI. Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23. FORTUNA di GENERALI 1

FORTUNA di GENERALI. Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23. FORTUNA di GENERALI 1 FORTUNA di GENERALI 1 TYPE D ASSURANCE-VIE GARANTIES Assurance-vie dont le rendement est lié à des fonds d investissement (branche 23). Fortuna di Generali garantit des prestations en cas de vie ou en

Plus en détail

Pierre Milchior. Richard Simonin. Gérant. Directeur Général Exécutif. L année 2005 a été très encourageante.

Pierre Milchior. Richard Simonin. Gérant. Directeur Général Exécutif. L année 2005 a été très encourageante. Rapportannuel2005 Pierre Milchior Gérant L année 2005 a été très encourageante. Elle restera incontestablement marquée par une progression de notre activité, associée à un retour des bénéfices. Cela s

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France 2012 041 INTRODUCTION Activités Assurances Présentation de l entrée Ce fonds est entré aux

Plus en détail

ZA5211. Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French)

ZA5211. Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French) ZA5211 Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French) FLASH 271 ACCESS TO FINANCE OF EU SMES Bonjour, je suis et je vous appelle de Efficience3. Votre entreprise

Plus en détail

10. Peter F. DRUCKER (1909- )

10. Peter F. DRUCKER (1909- ) 10. Peter F. DRUCKER (1909- ) Les tâches majeures des dirigeants efficaces Peter F. Drucker est le gourou des gourous du management. Né à Vienne à l'époque glorieuse d'avant 14, Drucker a effectivement

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

Le projet d édition des œuvres économiques de Clément Juglar :

Le projet d édition des œuvres économiques de Clément Juglar : Editer les textes économiques Colloque - Centre Panthéon 19-20 Mai 2006 Le projet d édition des œuvres économiques de Clément Juglar : Premières interrogations Schumpeter évoque l oeuvre de 1862 et considère

Plus en détail

Savoir conjuguer Bourse et immobilier

Savoir conjuguer Bourse et immobilier Savoir conjuguer Bourse et immobilier Questions Quel nom porte une société par actions dont l activité consiste à investir dans l immobilier les capitaux qu elle collecte? Sous quel nom désigne-t-on l

Plus en détail

Section des Archives économiques. SCHLUMBERGER et Cie 114 AQ

Section des Archives économiques. SCHLUMBERGER et Cie 114 AQ A R C H I V E S N A T I O N A L E S Section des Archives économiques SCHLUMBERGER et Cie 114 AQ 2003 057 Introduction Dates extrêmes : 1919 1957. Origine : contrat de dépôt révocable de Neuflize, Schlumberger

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva.

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva. The master thesis The master thesis (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) Code: thesis-writing Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva thesis-writing Menu 1. Introduction: le mémoire est

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES FONDS DE LA REUNION DES FABRICANTS DE BRONZES (1817-1954) 106 AS 1-70. Répertoire numérique détaillé. par.

ARCHIVES NATIONALES FONDS DE LA REUNION DES FABRICANTS DE BRONZES (1817-1954) 106 AS 1-70. Répertoire numérique détaillé. par. 1 ARCHIVES NATIONALES FONDS DE LA REUNION DES FABRICANTS DE BRONZES (1817-1954) 106 AS 1-70 Répertoire numérique détaillé par Magali Lacousse et David Desportes Sous la direction de Christine Nougaret

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC PROJET D INSTRUCTION N 1 CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC DEPARTEMENT OPERATIONS & DEVELOPPEMENT DU MARCHE Page 1 DEPARTEMENT DES OPERATIONS DU MARCHE Version Date Auteurs Description 1 Novembre Les services

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014 Les Mardis de l École des chartes Plan général I Les grandes dates de la vie de Morny II Les biographies antérieures III L apport des sources accessibles

Plus en détail

Le cadre et la finalité Fiche de la comptabilité

Le cadre et la finalité Fiche de la comptabilité Le cadre et la finalité Fiche de la comptabilité 1 Définition La comptabilité est un système d organisation de l information financière qui permet à la fois de saisir, de classer et d enregistrer l ensemble

Plus en détail

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951)

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES 233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) Répertoire numérique détaillé établi par Lolita GEORGEL étudiante en master 1 Sciences

Plus en détail

L alcool, moi et les autres

L alcool, moi et les autres L alcool, moi et les autres Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Jérôme Hoessler L alcool, moi et les autres Jérôme Hoessler 6, rue Claude-Chahu 75116 Paris ISBN : 978-2-287-98829-5

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL LE SOLEIL L'AIGLE COMPAGNIE GÉNÉRALE DE RÉASSURANCE 117 AQ

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL LE SOLEIL L'AIGLE COMPAGNIE GÉNÉRALE DE RÉASSURANCE 117 AQ ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL LE SOLEIL L'AIGLE COMPAGNIE GÉNÉRALE DE RÉASSURANCE 117 AQ INTRODUCTION Activités assurances Présentation de l entrée Ce fonds est transféré aux Archives nationales

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse Communiqué COMMUNIQUE Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse PARIS - 17 novembre 2009 SEITOSEI, agence de communication et marketing financiers, en partenariat avec la Fédération Française

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Matthias Kuert Killer Responsable de la politique sociale kuert@travailsuisse.ch Berne, octobre 2013 Tableau 1 Bénéfices

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

Formules bancaires importantes

Formules bancaires importantes Formules bancaires importantes Ce formulaire sert d ouvrage de référence pour les principales formules en usage dans les opérations bancaires. Chacune des formules présentées est illustrée par un exemple

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

1 re partie. Introduction et définitions

1 re partie. Introduction et définitions 1 re partie Introduction et définitions 7 Fiche 1 : Définition et objectifs de la comptabilité analytique Définition de la comptabilité analytique La comptabilité analytique est un outil d aide à la prise

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Business Plan (plan des affaires)

Business Plan (plan des affaires) Business Plan (plan des affaires) 1. Conditions personnelles Vos objectifs personnels En termes d évolution personnelle (voulez-vous avoir une famille avec des enfants, devenir un officier supérieur à

Plus en détail

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

Petit Mémento. Pascal Nguyên. L autoentrepreneur

Petit Mémento. Pascal Nguyên. L autoentrepreneur Petit Mémento Pascal Nguyên L autoentrepreneur Le profil et les activités de l auto-entrepreneur Les simplifi cations qui ont prévalu à la création de l auto-entrepreneur font que le régime est susceptible

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Paris, 5 mai 2015 Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Croissance du chiffre d affaires : +5,3% à périmètre et change courants (+2,3%

Plus en détail

Fiche d information financière assurance-vie branches 21 et 23 ERGO Life Assurance-rentier 1

Fiche d information financière assurance-vie branches 21 et 23 ERGO Life Assurance-rentier 1 Fiche d information financière assurance-vie branches 21 et 23 ERGO Life Assurance-rentier 1 ERGO Life Assurance-rentier 1 Type d assurance-vie Assurance-vie avec versement de rente fixe (branche 21) et/ou

Plus en détail

GFI Informatique confirme la solidité de sa croissance avec un chiffre d affaires du 3 ème trimestre 2008 en hausse :

GFI Informatique confirme la solidité de sa croissance avec un chiffre d affaires du 3 ème trimestre 2008 en hausse : COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 6 novembre 2008 GFI Informatique confirme la solidité de sa croissance avec un chiffre du 3 ème trimestre 2008 en hausse : globale : +13,5% organique : +5,5% 3 ème Trimestre

Plus en détail

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS Par : Gilles Benoist CEO du Groupe CNP Assurances de 1998 à 2012

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Mise à jour des données SILC pour l année 2010 (Traduction du rapport allemand 2012) Sur mandat d Employés Suisse : Hansjörg Schmid, communication

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008 FREIHALTE-ZONE Fondation de placements immobiliers 2007/2008 2 FREIHALTE-ZONE Sommaire Introduction 4 Environnement général, immeubles d habitation et immeubles commerciaux 5 Généralités concernant le

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel - 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise à l occasion

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS 1884/85 Commencement des opérations de la BNS La Banque nationale de Serbie exprime ses remerciements au Département de la

Plus en détail

Avantages fiscaux Payer moins d impôts, c est si simple.

Avantages fiscaux Payer moins d impôts, c est si simple. Avantages fiscaux Payer moins d impôts, c est si simple. FR ensemble, à l essentiel Sommaire Tout pour bien gérer vos droits fiscaux 04 Qui peut profiter des avantages fiscaux? 04 L épargne logement Wüstenrot,

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

Gestion des finances personnelles (LCA.DP)

Gestion des finances personnelles (LCA.DP) Gestion des finances personnelles (LCA.DP) Planification financière 410-693-RO (2-1-2) 1 2/3 Automne2013 Paul Bourget Adresses de courriel : pbourget@crosemont.qc.ca Site Web : www.iclf.ca Thématique générale

Plus en détail

Etude Assurance emprunteur : connaissance de la réforme

Etude Assurance emprunteur : connaissance de la réforme Juin 2011 MACIF PRESENTATION DES RESULTATS N 23976 Elodie Van Cuyck Le Millénaire 2 35 rue de la Gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 Etude Assurance emprunteur : connaissance de

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

Descriptif du programme de rachat d actions propres approuvé par l assemblée générale mixte des actionnaires du 29 avril 2009

Descriptif du programme de rachat d actions propres approuvé par l assemblée générale mixte des actionnaires du 29 avril 2009 Société Anonyme au capital de 47 800 000 Euros Siège Social : 4, square Edouard VII 75009 Paris 712 048 735 R.C.S. Paris Descriptif du programme de rachat d actions propres approuvé par l assemblée générale

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

Aucun document n est autorisé. Les calculatrices le sont.

Aucun document n est autorisé. Les calculatrices le sont. GESTION Ce cas a été rédigé par l ESC Lille. Consignes Aucun document n est autorisé. Les calculatrices le sont. La pondération des différentes questions est la suivante : Question n 1 : 3 points Question

Plus en détail

L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : La Société Anonyme

L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : La Société Anonyme LILLE - PARIS - BRUXELLES L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : La Société Anonyme Jacques VERVA Avocat aux Barreaux de LILLE et de BRUXELLES Conseiller du Commerce Extérieur de la France jacques.verva@scp-mvdm.com

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

Dynamisez votre épargne et bénéficiez d une fiscalité privilégiée. PEA Vie Plus

Dynamisez votre épargne et bénéficiez d une fiscalité privilégiée. PEA Vie Plus Dynamisez votre épargne et bénéficiez d une fiscalité privilégiée PEA Vie Plus PLATES-FORMES ASSURANCE VIE Qui sommes-nous? Vie Plus est une filière de Suravenir, compagnie d assurance de personnes du

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

Cet ouvrage couvre totalement le programme de l UE 6 Finance

Cet ouvrage couvre totalement le programme de l UE 6 Finance Cet ouvrage couvre totalement le programme de l UE 6 Finance d entreprise du Diplôme de Comptabilité et de Gestion (DCG) des études de l expertise comptable. Il s inscrit également dans le cadre des programmes

Plus en détail

Pourquoi des directives?

Pourquoi des directives? 1 Pourquoi des directives? Forte hausse de la production + nombres de courtiers Clarté dans la politque d acceptation Plus de transparence Cadre général Pour les demandes de crédit spéciales prenez contact

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENLigne toutes les innovations FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Communiqué de presse 6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Le Groupe Crédit Coopératif a connu en 2014 une activité commerciale de bon niveau qui a permis d obtenir

Plus en détail

Résultats annuels 2003 26 février 2004

Résultats annuels 2003 26 février 2004 Résultats annuels 2003 26 février 2004 1 Des objectifs de croissance atteints (en m ) 2003 2002 Δ Excédent brut d'exploitation 383,4 219,1 +75,0% Cash flow courant 232,6 146,3 +58,9% Cash flow courant

Plus en détail

Questions d Entretiens en Finance de Marché Retour 2011/2012

Questions d Entretiens en Finance de Marché Retour 2011/2012 Questions d Entretiens en Finance de Marché Retour 2011/2012 Université Lille 1 - Master 2 Mathématiques et Finance Mathématiques du Risque Contact : alexis.fauth@invivoo.com http://samm.univ-paris1.fr/-alexis-fauth-

Plus en détail

51 Idées pour créer son entreprise

51 Idées pour créer son entreprise Écrit et réalisé par William Le Rolland 51 Idées pour créer son entreprise Première impression : janvier 2011 Dernière édition le : 7 mars 2013 Ce même livre a été créé pour le format ebook et livre papier

Plus en détail

Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton

Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton Katherine Steinhoff et Geoff Bickerton Préparée pour la 22 e conférence sur l économie de la poste et de la livraison, tenue du 4 au 7 juin 2014, à Frascati, en Italie 1 Débat sur la prestation de services

Plus en détail

Mandats Patrimoine privé

Mandats Patrimoine privé GUIDE À L'INTENTION DU CLIENT Mandats Patrimoine privé Tarification préférentielle Mandats Patrimoine privé Mackenzie Conçus pour la gestion et la préservation du patrimoine Conseils Patrimoine privé En

Plus en détail

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie)

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie) Ligne directrice Objet : Catégorie : (sociétés d assurance-vie) Comptabilité N o : D-9 Version initiale : décembre 2004 Révision : juillet 2010 La présente ligne directrice s adresse aux sociétés d assurance-vie

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Louvain-la-Neuve, le 27 mars 2009, 16h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET PROFITABILITÉ : BSB TIENT SES PROMESSES! La croissance de la société s est

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale COURS 470 Série 09 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION :

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION : INTRODUCTION : Dans la vie économique nous avons marqué des nombreuses annonces de dissolution d entreprises, que notre choix s est porté, pour l élaboration de mon sixième rapport qui est son titre «la

Plus en détail