[«L émergence de la fonction comptable», Pierre Labardin] [Presses universitaires de Rennes, 2010,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "[«L émergence de la fonction comptable», Pierre Labardin] [Presses universitaires de Rennes, 2010, www.pur-editions."

Transcription

1 «Moshe dit : Vous connaissez la différence entre un comptable anglais et un comptable sicilien? Il attendit. Non? Vous voulez que je vous la dise? dit-il. Je vous la dis? Dites, dit Papa. L Anglais, dit Moshe, peut dire combien de gens mourront chaque année. Le Sicilien peut vous donner leurs noms et leurs adresses.» Adam THIRLWELL, Politique, Points, p. 43. Comment organise-t-on la comptabilité? Derrière cette question très simple, se cache souvent aujourd hui une réponse qui ne l est pas moins : on confie ces tâches à un ensemble de salariés qui forme un service comptable. On voit bien à ce qu il renvoie : des salariés de qualifications différentes sont regroupés dans un espace et un temps bien définis pour accomplir des tâches très précises. Les techniques sont connues, s organisant autour d un plan comptable et de progiciels de gestion intégrés. Cette solution semble à première vue tellement satisfaisante qu elle paraît presque naturelle : on a du mal à imaginer comment on pourrait organiser autrement la comptabilité. La crise des entreprises bureaucratiques ou des administrations (dont Michel Crozier avait déjà pressenti les limites dès 1963 dans Le phénomène bureaucratique) a conduit à une remise en cause des services comptables de nombreuses entreprises. Alors qu aujourd hui les logiques de compétence remplacent dans des entreprises dites apprenantes les techniques bureaucratiques fondées sur la qualification (du moins dans les discours), il nous a semblé intéressant de revenir aux origines de ce modèle pour en comprendre les origines économiques, sociales et culturelles. Ce retour aux sources est d autant plus important que la constitution des services comptables s est opérée en opposition à l apparente désorganisation de la production comptable du XVIII e et du début du XIX e siècle. Ce travail est apparu nécessaire quand nous nous sommes aperçu de certaines similitudes existant entre les modes organisationnels du XVIII e siècle et ceux d aujourd hui. D une certaine manière, l étude de la naissance des services 13

2 L ÉMERGENCE DE LA FONCTION COMPTABLE comptables constitue le chemin inverse de celui s étant produit ces dernières années avec l apparition d organisations plus souples fondées sur la compétence, même si les différences entre les modes d organisation contemporains et ceux du XVIII e siècle demeurent sensibles. Cette recherche s avère d autant plus importante que la majeure partie des travaux historiques portant sur les comptables se centre sur la profession libérale, délaissant largement la réalité du travail comptable quotidien dans les entreprises. LA PROBLÉMATIQUE DE RECHERCHE La constitution de grands services comptables dans les grandes entreprises est un phénomène que l on peut faire remonter à la fin du XIX e siècle que ce soit dans une banque comme la Société Générale (Bonin [2006], p ) et le Crédit Lyonnais (Omnès [1998]) ou dans les grandes industries comme Saint- Gobain 1. Le mouvement correspond assez logiquement à l essor d une nouvelle catégorie sociale, celle des employés. Il paraît difficile de se fier aux statistiques officielles de la période vu l imprécision de la définition même d employé (Zerner [1985]). Néanmoins, comme le rappelle Gardey [2001], d «un peu plus de en 1866, le nombre des employés s élève à plus de 3 millions en 1936» (p. 44). Dans ces conditions, l apparition des services comptables pourrait sembler assez évidente : elle serait le simple résultat de l augmentation de la taille des entreprises (Woronoff [1998], p. 416). A priori, cette explication paraît d ailleurs assez séduisante. Le travail de bureau, initialement effectué par les patrons, aurait été progressivement délégué à des employés de bureau au fur et à mesure du développement de l entreprise. Cette théorie dite de la délégation a été défendue par des auteurs comme Fritz Croner dans les années 1950 (Kocka [1989], p ). Des travaux plus récents comme ceux de Jürgen Kocka [1989] pour l Allemagne ou Delphine Gardey [1995] ont nuancé et complété la thèse de Croner. Le premier, sans nier la théorie de la délégation, invoque d autres facteurs (nouvelles répartitions des tâches, mutations technologiques et sociales) quand la seconde s intéresse à l identité sociale de l employé de bureau en la définissant par rapport à l attachement au lieu de travail. Il nous semble que deux autres raisons permettent de relativiser au moins partiellement la théorie de la délégation. Le premier contre-exemple nous est fourni par la Compagnie de Saint-Gobain qui regroupe plus de salariés en 1764 (Pris [1981], p. 387). Si l on en croit le raisonnement de Croner, les tâches administratives devaient être largement déléguées. Or, comme le montre 1. En 1873, il n y a encore que 7 comptables travaillant au siège. En 1912, ils sont 74. 1L2 et 1L41. Archives Saint-Gobain. 14

3 un document de , il n y a pas, à cette époque, un seul teneur de livres. Le caissier s occupe de centraliser les écritures tandis que les différents directeurs tiennent les comptes pour ce qui relève de leur responsabilité. Au XVIII e siècle, le service comptable est donc loin d être une nécessité dans la mesure où les tâches comptables sont parcellisées entre divers acteurs de l entreprise. Si l on admet que la naissance des services comptables, suit l augmentation du nombre de comptables 3, le cas de Saint-Gobain fournit un deuxième contreexemple à la théorie de la délégation. En 1867, Saint-Gobain est déjà ce qu on peut appeler une grande entreprise : elle compte salariés dont 52 comptables, soit une proportion de 0,96 % 4. Si la théorie de Croner était exacte, les tâches administratives auraient déjà du être largement déléguées aussi bien au niveau du siège que des établissements où des comptables devaient travailler à plein temps. Le règlement de ne fait plus mention d activité comptable exercée par des salariés qui ne seraient pas comptables. Par conséquent, on devrait observer, peu ou prou, une stabilité des effectifs comptables par rapport à l ensemble des salariés. Pourtant, c est à ce moment là que le nombre de comptables explose : en 1912, on dénombre 340 comptables pour salariés, soit un taux de 2,76 % 6. Cette deuxième observation peut être généralisée. Au début du XIX e siècle, le nombre de comptables est très limité même dans les grandes entreprises. Ainsi en est-il de la faillite Guélin à Bourges 7 qui sort de l ordinaire du fait du montant du passif total ( ,32 francs) et du nombre exceptionnel de créanciers (994). Preuve supplémentaire de l importance de l affaire : le rapport des syndics de faillite est imprimé, ce que l on ne retrouve dans aucun autre rapport de l époque 8. En dépit de l importance du cas, plusieurs remarques du rapport sous-entendent clairement que Guélin n a recours à aucun teneur de livres pour ses écritures : «le sieur V. Guélin n avait pas préparé son bilan» (p. 2). 2. C 4-2, Archives Saint-Gobain. Cf. Annexes. 3. Il existe deux usages du terme de comptable que nous voulons clairement différencier. Le comptable peut d abord désigner l ensemble des employés travaillant dans un service comptable : le chef comptable, le caissier, l employé aux écritures etc. Dans ce cas, nous indiquerons le substantif comptable en italique. Le comptable peut également désigner une fonction particulière dans le service, comprise entre l aide-comptable et le chef-comptable. Dans ce cas le substantif comptable ne sera pas en italique. 4. 1L1 Bis, Archives Saint-Gobain /073, Archives Saint-Gobain. 6. 1L41, Archives Saint-Gobain U 68, Archives départementales du Cher. Guélin est un négociant qui exerce aussi les fonctions de banquier. 8. Précisons aussi que le nombre de faillites dans le Cher passe de 2 en 1827 à 8 en 1828 avant de revenir à un seul cas en 1829 (Jobert [1991], p. 157). Ces huit faillites sont probablement liées aux conséquences de la faillite Guélin. 15

4 L ÉMERGENCE DE LA FONCTION COMPTABLE 16 «Ce n est que le 16 juillet suivant que le sieur V. Guélin a monté de nouveaux livres tenus en partie double» (p. 9). «Chaque année, à partir du 1 er janvier 1824, le sieur Guélin a commencé un nouveau journal en tête duquel se trouvent indiqués l actif et le passif résultant des opérations antérieures» (p. 10). Les règlements des forges d Allevard 9 ou d Audincourt 10 constituent des cas proches : dans des usines regroupant plusieurs centaines d ouvriers, il n y a qu un teneur de livres ou un commis d écritures. Il est vrai que certains commis effectuent quelques tâches comptables selon ces règlements, mais le nombre de ceux qui exercent une fonction comptable ne dépasse jamais le seuil des 1 % des salariés. Aux forges d Ivoy exploitées par le marquis de Vogué, il n y a qu un comptable pour 101 salariés en 1849 (Cardon [1996], p. 140). Même constat à Saint- Quirin la même année : sur 689 salariés, il n y a que 9 employés de bureau 11! Un siècle plus tard, dans l Entre-deux-guerres, les opérations comptables ont commencé à se mécaniser. La division du travail s applique de plus en plus ouvertement et la qualité de l organisation semble être devenue une exigence majeure. Le dénombrement des comptables apporte pourtant quelques surprises : ainsi, à la Société des charbonnages du Boulonnais, en 1929, on compte trois comptables pour 112 salariés 12. Au 1 er janvier 1931, dans la Compagnie des Mines du Boulonnais, on trouve 1 chef comptable, 5 comptables et 1 aidecomptable pour 196 salariés, soit plus de 3,5 % de comptables 13! Aux Papeteries de Saint-Maur, le pourcentage de comptables est aussi assez élevé 14 : en janvier 1933, pour 170 salariés, on dénombre six comptables. Aux forges Teliet 15 (situé dans le Jura avec un siège à Arcueil), il y a 48 salariés dont deux comptables en À la Société Générale des Tanneries Françaises, en 1939, on retrouve une chef comptable, un aide-comptable, une secrétaire-caissière et trois employés de bureau sans affectation, le tout pour environ une centaine d ouvriers 16. Bref des taux largement supérieurs à 2 % du personnel effectuant des tâches comptables. Seul le textile paraît faire exception : aux établissements Bigrat en 1929 à Argenton-sur-Creuse, pour environ 75 personnes, il n y a qu un comptable J 337, Archives départementales de l Isère. Le règlement remonte à la période J, Archives départementales du Doubs. Le règlement remonte au 20 novembre AA 21 4, Archives Saint-Gobain. 12. Dossier Société des charbonnages du boulonnais, 140 AQ 3, Centre des Archives du Monde du Travail (Roubaix). 13. Fonds du Cartex, , Centre des Archives du Monde du Travail. 14. Dossier Papeteries de Saint-Maur, 140 AQ 34, Centre des Archives du Monde du Travail (Roubaix). 15. Dossier Teliet, 140 AQ 38, Centre des Archives du Monde du Travail (Roubaix) J 272, Archives départementales d Indre-et-Loire.

5 (Landais-Courant [2001], p. 275). Comme le note Landais-Courant, «la spécialisation de ces tâches [NDLA : de production] est très relative» (p. 276), le travail à façon se poursuivant encore dans l Entre-deux-guerres. Aux établissements Brisset 17, entreprise textile de la région parisienne, qui emploie 38 personnes en 1932, aucun comptable n est répertorié et c est apparemment le propriétaire Brisset père qui tient les comptes avec les conseils de l expert-comptable Lavoissier 18. Pour autant, d autres entreprises textiles emploient plus de comptables. Il en va ainsi des établissements Cain & Rheims 19 où l on dénombre huit comptables, regroupés dans un service à part pour 247 salariés. On pourrait multiplier ainsi les exemples, le constat resterait similaire : le nombre de comptables a augmenté plus rapidement que le nombre total de salariés dans les entreprises entre les débuts du XIX e et du XX e siècle. Dans ces conditions, il nous paraît difficile de nous en tenir à une explication qui se contenterait d invoquer les seules contingences en terme de taille. Que l on nous comprenne bien : il ne s agit pas de nier l impact, incontestable, de la grande entreprise. Les services comptables apparaissent évidemment dans cette dernière. Ce que nous voulons signifier, c est que si la grande entreprise est une condition nécessaire, elle n est en rien une condition suffisante pour expliquer la naissance des services comptables. La problématique centrale de cette thèse consiste donc à essayer de comprendre pourquoi, à un moment donné, les entreprises ont mis en place une fonction comptable 20. LE PLAN DE L OUVRAGE Pour essayer de répondre à cette problématique, nous nous proposons de présenter notre travail en trois temps. La première partie se situe clairement en amont de notre problématique : pourquoi la fonction comptable n existe-t-elle pas avant la fin du XIX e siècle? Pour cela, nous montrerons la cohérence des pratiques et des savoirs comptables aux XVII e, XVIII e et au début du XIX e siècle (ici dénommé âge classique) au travers de trois domaines (la technique, le personnel et l organisation comptable) qui constitueront les chapitres de cette partie. 17. Dossier Alfred Brisset, 140 AQ 4, Centre des Archives du Monde du Travail (Roubaix). 18. Dans une lettre de Lavoissier à Brisset du 1 er août 1932, le premier écrit au second : «dans le bilan que vous allez établir». 19. Dossier Établissements Cain & Rheims, 140 AQ 6, Centre des Archives du Monde du Travail (Roubaix). 20. Comme Anne Pezet [2009] pour les tableaux de bord, nous avons fait le choix de ne pas partir d une définition a priori de la fonction comptable de sorte à n en être pas prisonnier. Nous nous sommes contenté de limiter notre sujet à trois thématiques : les techniques (intellectuelles et matérielles), le personnel et l organisation. Dans une telle démarche, la définition de la fonction comptable et du service comptable est un résultat et non le point de départ du travail. 17

6 L ÉMERGENCE DE LA FONCTION COMPTABLE La deuxième partie se situe au moment de la naissance des services comptables expliquant les changements structurels qui l ont rendu possible. Dans un premier temps (chapitre 4), nous préciserons la nature de la rupture dans les savoirs de gestion qui s opère au cours du XIX e siècle. Le chapitre 5 se concentrera sur les nouveaux lieux que le savoir comptable contribue à créer au XIX e siècle. La troisième partie se situe en aval. Comme dans la seconde partie, il s agit d insister sur la cohérence interne des nouveaux modes organisationnels pour caractériser la fonction comptable naissante à la fin du XIX e et au début du XX e siècle (ici dénommé âge moderne. À partir des trois mêmes domaines (la technique, le personnel et l organisation comptable) qui constituent autant de chapitres, nous montrerons la nouvelle logique des savoirs et des pratiques. 18

7 LES SOURCES MOBILISÉES Nous ne rentrerons pas ici dans les détails méthodologiques comme dans un travail universitaire ordinaire. Une partie du travail a d abord consisté à chercher ce que d autres historiens ont pu écrire sur les comptables et autre teneurs de livres. L historien de la gestion s appuie traditionnellement sur deux types de sources : d une part les archives d entreprise. Nous avons travaillé essentiellement sur les cas de Saint-Gobain et Pont-à-Mousson. De façon plus marginale, nous avons travaillé sur des fonds d archives plus limités comme ceux d Altadis ou de nombreuses entreprises conservées au Centre des Archives du Monde du Travail à Roubaix ; d autre part, les ouvrages. La plupart sont conservées à la Bibliothèque Nationale de France ou au Fonds Stevelinck à la Bibliothèque Universitaire de Nantes. Il s agit de travailler sur les manuels de comptabilité et plus généralement de gestion publiés sur trois siècles. Ces sources sont évidemment l occasion d écrire deux histoires : d un côté, celle des pratiques des entreprises et, de l autre, celle de la constitution des savoirs de gestion. Tout au long de ce travail nous nous interrogerons sur les liens entre pratiques et savoirs. Nous avons également été amené à travailler sur des sources plus spécifiques : les revues comptables, les archives des associations (revues, annuaire etc.), de droit social des employés (thèses, rapports etc.) ou les archives de faillite, les sources littéraires (Balzac, Zola, Svevo, Simenon etc.), les correspondances et les mémoires. Nous renvoyons le lecteur intéressé à l exemplaire original de la thèse pour une discussion approfondie de l intérêt de ces différentes sources. 19

TABLE DES MATIÈRES. Première partie. Gérer la comptabilité à l âge classique

TABLE DES MATIÈRES. Première partie. Gérer la comptabilité à l âge classique PRÉFACE... 7 PROLOGUE... 11 INTRODUCTION... 13 La problématique de recherche... 14 Le plan de l ouvrage... 17 Les sources mobilisées... 19 Première partie Gérer la comptabilité à l âge classique CHAPITRE

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

Nous : Quel parcours universitaire avez-vous mené pour en arriver là?

Nous : Quel parcours universitaire avez-vous mené pour en arriver là? Dans le cadre de notre projet professionnel personnalisé, nous avons interviewer ce mercredi 17 novembre pendant 45 minutes, Médéric Michaud, 24 ans, co-dirigeant de l agence événementielle SEVENT basée

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

Un travail didactique de «re-lecture»

Un travail didactique de «re-lecture» Comment mesurer la démocratisation? Proposition de cadre interprétatif Sylvie OCTOBRE * S il est vrai que les résultats d enquêtes viennent parfois nourrir les assertions politiques de l information à

Plus en détail

UN SIÈCLE DE TRANSPORTS URBAINS À TRAVERS LES ARCHIVES

UN SIÈCLE DE TRANSPORTS URBAINS À TRAVERS LES ARCHIVES HISTOIRE DE RENNES DOSSIER UN SIÈCLE DE TRANSPORTS URBAINS À TRAVERS LES ARCHIVES JULIETTE PATRON - MARS 2002 www.archives.rennes.fr LE TEMPS DES VÉLOCIPÈDES ET DES VOITURES HIPPOMOBILES Archives de Rennes,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3134 Convention collective nationale IDCC : 2205. NOTARIAT AVENANT N O 11 DU 20 DÉCEMBRE

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

TROUSSE D!OUTILS DE RÉFÉRENCE

TROUSSE D!OUTILS DE RÉFÉRENCE TROUSSE D!OUTILS DE RÉFÉRENCE!"#$%&'()#$*+,"-&(./0,&"%$1&'($/))&.1/2"#($3/$13/",-,)/0,&"$ #0$3+&(2/",%/0,&"$*#$3/$-&(./0,&"$/-,"$*#$1#(.#00(#$3+/00#,"0#$*#%$&45#)0,-%6$ Trousse d outils de référence À

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

AVENANT DU 14 OCTOBRE 2009

AVENANT DU 14 OCTOBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 240. PERSONNEL DES GREFFES DES TRIBUNAUX DE COMMERCE

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION CENTRE NATIONAL DE LA DANSE > Département des métiers > LE CONTRAT DE COPRODUCTION Centre national de la danse Département des métiers 1 rue Victor Hugo 93507 Pantin cedex Le contrat de coproduction, l

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL INDEX 1. INTRODUCTION Page 2 1.1 Base légale 1.2. Objectifs 2. CHAMP D APPLICATION Page 3 3. METHODOLOGIE Page 3 3.1 Contrôle

Plus en détail

Qualification. Niveau technique requis par le poste de travail

Qualification. Niveau technique requis par le poste de travail 22 L'EMPLOI EST-IL DE PLUS EN PLUS QUALIFIE? A Qu'est-ce que la qualification de l'emploi? a) Définitions 1. La qualification peut se définir comme l'ensemble des aptitudes acquises par l'individu ou requises

Plus en détail

Pierre LABARDIN Doctorant au LOG Rue de Blois 45067 Orléans Cedex pierre.labardin@laposte.net

Pierre LABARDIN Doctorant au LOG Rue de Blois 45067 Orléans Cedex pierre.labardin@laposte.net La diffusion progressive des pratiques comptables en France Une étude d après les rapports des syndics de faillite auprès du Tribunal de Tours (1842-1935) Pierre LABARDIN Doctorant au LOG Rue de Blois

Plus en détail

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère Introduction Un diplomate est une personne qui réfléchit à deux fois avant de ne rien dire. F. Sawyer Qu est-ce que la diplomatie? Qu est-ce qu un diplomate? Que fait un ambassadeur? À quoi sert-il? Beaucoup

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Aborder l informatique autrement

Aborder l informatique autrement I N T R O D U C T I O N Aborder l informatique autrement Cet ouvrage est le fruit d un double constat : selon le premier, l informatique est un cas à part dans le monde de l entreprise ; le second est

Plus en détail

Les concours de la Banque de France

Les concours de la Banque de France Les concours de la Banque de France à l économie (1 842-19 14) La Banque de France est apparue tout au long du XX~ siècle comme un organisme hybride. Elle était, à la différence d aujourd hui, une société

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Cours: Introduction au marketing

Cours: Introduction au marketing Cours: Introduction au marketing Prof : Mr Tachfin Sections : E D F Par : El Mehdi Frarai 1.1 HISTOIRE DU MARKETING Le marketing aurait connu ses premières heures au XVII e siècle. La peti-te histoire

Plus en détail

THÉORIE DES ORGANISATIONS

THÉORIE DES ORGANISATIONS Jean-Michel Plane THÉORIE DES ORGANISATIONS 4 e édition Dunod, Paris, 4 e édition, 2013 ISBN 978-2-10-058930-2 SOMMAIRE Avant-propos 7 CHAPITRE 1 L école classique de l organisation I F.W. Taylor et le

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Créer une entreprise comporte une part de risque mais la reprise d une structure déjà existante également! Les risques

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE MSE. Diplôme Européen reconnu par la Fédération Européenne des Ecoles ; www.fede.

MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE MSE. Diplôme Européen reconnu par la Fédération Européenne des Ecoles ; www.fede. MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE MSE Diplôme Européen reconnu par la Fédération Européenne des Ecoles ; www.fede.org - BAC+5 Présentation Ce programme de formation interdisciplinaire

Plus en détail

Enquête construction bois Basse Normandie 2009

Enquête construction bois Basse Normandie 2009 Enquête construction bois Basse Normandie 2009 Courant 2009, ProfessionsBois a réalisé une enquête auprès des constructeurs bois intervenant sur la Basse Normandie. 118 entreprises bas normandes ont été

Plus en détail

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 14 - février 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total En 2009, en Martinique,

Plus en détail

Lors d une réunion CE, l'employeur peut se faire assister par des tiers à l'entreprise sous réserve de respecter certaines conditions.

Lors d une réunion CE, l'employeur peut se faire assister par des tiers à l'entreprise sous réserve de respecter certaines conditions. 1501020 IRP Assistance de l employeur à la réunion de CE Lors d une réunion CE, l'employeur peut se faire assister par des tiers à l'entreprise sous réserve de respecter certaines conditions. Les faits

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

La civilisation du livre

La civilisation du livre Niveau : TCL Année scolaire : 2009/2010 Composition de Français : 2ème Trimestre Durée : 03H00 Texte : La civilisation du livre L homme du XX e siècle hésite rarement entre le livre et la radio. La radio

Plus en détail

Cycle Mastère 1 EUROPEEN DE LA FEDE EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE MSE

Cycle Mastère 1 EUROPEEN DE LA FEDE EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE MSE Cycle Mastère 1 EUROPEEN DE LA FEDE EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE MSE Diplôme Européen délivré par la Fédération Européenne des Ecoles 2 ; www.fede.org NIVEAU BAC+5-300 crédits ECTS (60 crédits

Plus en détail

Master Gestion patrimoniale et financière

Master Gestion patrimoniale et financière Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Gestion patrimoniale et financière Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Du 27 au 29 Février dernier, une mission du service de la protection des consommateurs de l ARSEE a séjourné à Port-Gentil.

Du 27 au 29 Février dernier, une mission du service de la protection des consommateurs de l ARSEE a séjourné à Port-Gentil. Du 27 au 29 Février dernier, une mission du service de la protection des consommateurs de l ARSEE a séjourné à Port-Gentil. Au programme de cette mission qui nous aura permis d administrer un questionnaire

Plus en détail

Formation de 5 jours. Contexte

Formation de 5 jours. Contexte Comité d Entreprise formation économique agréée Contexte Les représentants du personnel travaillent dans un cadre sans cesse en évolution qui nécessite des formations adaptées leur permettant d exercer

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

Licence professionnelle Management, logistique, transport

Licence professionnelle Management, logistique, transport Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management, logistique, transport Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants

2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants 2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants 2.1 Probabilité conditionnelle Soient A et B deux événements tels que P(B) > 0. Soit alors P(A B), la probabilité que A se réalise, B étant réalisé.

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Le 29 mai 1997 Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 En bref 1 Nombre de demandes de brevets désignant la France toutes voies confondues

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE V LE QUESTIONNAIRE Par Geneviève POIRIER-COUTANSAIS Geneviève POIRIER-COUTANSAIS - Infirmière générale dans un Centre Hospitalier général. - Infirmière chercheur - Formateur

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION 2012/2013 PARTIE 1 : METHODOLOGIE DU RESUME Le résumé est la reformulation d un texte en un nombre de mots restreint, c est une épreuve

Plus en détail

MIJEC 44. Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009

MIJEC 44. Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009 MIJEC 44 Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009 Groupe de pilotage MIJEC 44 novembre 2008 Préambule : Depuis mars 2007, le groupe de pilotage MIJEC 44 a engagé une réflexion sur l opportunité

Plus en détail

PROJET D ACCORD-CADRE RELATIF A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Annexe 2 à l article 13 bis du Statut Adopté en CPN le 07/12/2015

PROJET D ACCORD-CADRE RELATIF A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Annexe 2 à l article 13 bis du Statut Adopté en CPN le 07/12/2015 PROJET D ACCORD-CADRE RELATIF A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Annexe 2 à l article 13 bis du Statut Adopté en CPN le 07/12/2015 PREAMBULE Les organisations syndicales représentées en CPN et la

Plus en détail

Groupement d employeurs : une solution alternative pour l emploi dans la filière livre

Groupement d employeurs : une solution alternative pour l emploi dans la filière livre Groupement d employeurs : une solution alternative pour l emploi dans la filière livre Rencontre du 30 janvier 2014 Avec Fontaine O Livres, Paris Mix Group Emploi et le MOTif Comment le groupement d employeurs

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE - BAC+5 - MSE Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association

Plus en détail

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année :

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année : Classes préparatoires - nature des classes composant les classes préparatoires économiques et commerciales aux grandes écoles Arrêté du 23-03-1995 http://mentor.adc.education.fr/exl-doc/scanbo/resk9500106a.pdf

Plus en détail

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 N 111871 Vos contacts Ifop : Fabienne Gomant fabienne.gomant@ifop.com Marion Chasles-Parot marion.chasles-parot@ifop.com Janvier 2014 1 La méthodologie

Plus en détail

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique Delphine Regnard, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Lycée, terminale (latin) Autres niveaux et thèmes de programme

Plus en détail

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA LA RÉMUNERATION DES AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA DE FICTION EN FRANCE (21-211) Rapport pour la Guilde française des scénaristes Par Pierre Kopp Professeur à l université de Panthéon-Sorbonne (Paris

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Le licenciement des salariés protégés

Le licenciement des salariés protégés Le licenciement des salariés protégés Les salariés bénéficiant de dispositions légales protectrices sont d abord et avant tout les représentants du personnel: délégués du personnel, membres des comités

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

N 3629 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3629 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3629 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 février 2002. PROPOSITION DE LOI portant réforme de l atelier protégé

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES COMPTABLES EN FRANCE (FIN DU XVIII E SIECLE ENTRE- DEUX-GUERRES) : LE PASSE D UNE NECESSITE ILLUSOIRE

LA SURVEILLANCE DES COMPTABLES EN FRANCE (FIN DU XVIII E SIECLE ENTRE- DEUX-GUERRES) : LE PASSE D UNE NECESSITE ILLUSOIRE Manuscrit auteur, publié dans "«COMPTABILITE ET ENVIRONNEMENT», France (2007)" LA SURVEILLANCE DES COMPTABLES EN FRANCE (FIN DU XVIII E SIECLE ENTRE- DEUX-GUERRES) : LE PASSE D UNE NECESSITE ILLUSOIRE

Plus en détail

Les chiffres clés de l emploi de l aide à domicile associative

Les chiffres clés de l emploi de l aide à domicile associative Mois AAAA En bref Depuis le plan de développement des services à la personne de 2005 ( «plan Borloo»), l aide à domicile tend à s effacer au profit des services à la personne 1. Cette fiche a pour objet

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

PARTIE 1. Origines et principes du Trade Finance

PARTIE 1. Origines et principes du Trade Finance PARTIE 1 Origines et principes du Trade Finance Dans cette première partie, nous définirons les activités de Trade Finance et les enjeux de ce métier pour les banques. Nous montrerons son rôle dans le

Plus en détail

Introduction. ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes)

Introduction. ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes) Introduction ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes) Il existe actuellement différentes méthodes de calcul du coût d un

Plus en détail

Où est passé Proudhon?

Où est passé Proudhon? Où est passé Proudhon? d Anne Argouse et Hugues Peyret Une coproduction : Antoine Martin Productions Vie des Hauts Production Images Plus Epinal DVD, 15 Où est passé Proudhon? Un film d Anne Argouse et

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE Révision des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de fortune La nouvelle version des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de

Plus en détail

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE DIRECCTE Service ESE Février 2015 METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE Situation socio-économique Direccte Service étude, statistique, évaluation Février 2015 DIRRECTE Service ESE Février 2015 Sommaire Bref

Plus en détail

Les archives, les archivistes et l archivistique

Les archives, les archivistes et l archivistique Chapitre Les archives, les archivistes et l archivistique Louise Gagnon-Arguin C est à l apparition de l écriture que remonte la naissance des archives et de l archivistique ainsi que de nouvelles occupations

Plus en détail

Histoire du réseau information jeunesse racontée par Françoise Tétard : 1961, une année clé

Histoire du réseau information jeunesse racontée par Françoise Tétard : 1961, une année clé Histoire du réseau information jeunesse racontée par Françoise Tétard : 1961, une année clé Compte rendu d une Intervention de Françoise Tétard (historienne) lors de la rencontre régionale du réseau information

Plus en détail

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc L es établissements de crédit interviennent à divers titres dans les montages utilisant des entités ad hoc, soit comme arrangeurs et/ou

Plus en détail

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage http://www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Esplanade des Antilles - 33 607 PESSAC Cedex ode@u-bordeaux3.fr - www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Après une Licence

Plus en détail

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N Personnels PERSONNELS ENSEIGNANTS Attribution aux personnels enseignants des premier et second degrés relevant du MEN d

Plus en détail

Saisie d OD. 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? 2 Lecture d un dossier. a) Par numéro de facture

Saisie d OD. 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? 2 Lecture d un dossier. a) Par numéro de facture Saisie d OD ADAGIO 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? Une OD («Opération Diverse» en comptabilité) est un lot d écritures comptables. Le terme «régularisation» indique que l OD est destinée à corriger

Plus en détail

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de l année 2008 -- Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle

Plus en détail

Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux

Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction :

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction : TUTORIEL Qualit Eval Introduction : Qualit Eval est à la fois un logiciel et un référentiel d évaluation de la qualité des prestations en établissements pour Personnes Agées. Notre outil a été spécifiquement

Plus en détail