[«L émergence de la fonction comptable», Pierre Labardin] [Presses universitaires de Rennes, 2010,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "[«L émergence de la fonction comptable», Pierre Labardin] [Presses universitaires de Rennes, 2010, www.pur-editions."

Transcription

1 «Moshe dit : Vous connaissez la différence entre un comptable anglais et un comptable sicilien? Il attendit. Non? Vous voulez que je vous la dise? dit-il. Je vous la dis? Dites, dit Papa. L Anglais, dit Moshe, peut dire combien de gens mourront chaque année. Le Sicilien peut vous donner leurs noms et leurs adresses.» Adam THIRLWELL, Politique, Points, p. 43. Comment organise-t-on la comptabilité? Derrière cette question très simple, se cache souvent aujourd hui une réponse qui ne l est pas moins : on confie ces tâches à un ensemble de salariés qui forme un service comptable. On voit bien à ce qu il renvoie : des salariés de qualifications différentes sont regroupés dans un espace et un temps bien définis pour accomplir des tâches très précises. Les techniques sont connues, s organisant autour d un plan comptable et de progiciels de gestion intégrés. Cette solution semble à première vue tellement satisfaisante qu elle paraît presque naturelle : on a du mal à imaginer comment on pourrait organiser autrement la comptabilité. La crise des entreprises bureaucratiques ou des administrations (dont Michel Crozier avait déjà pressenti les limites dès 1963 dans Le phénomène bureaucratique) a conduit à une remise en cause des services comptables de nombreuses entreprises. Alors qu aujourd hui les logiques de compétence remplacent dans des entreprises dites apprenantes les techniques bureaucratiques fondées sur la qualification (du moins dans les discours), il nous a semblé intéressant de revenir aux origines de ce modèle pour en comprendre les origines économiques, sociales et culturelles. Ce retour aux sources est d autant plus important que la constitution des services comptables s est opérée en opposition à l apparente désorganisation de la production comptable du XVIII e et du début du XIX e siècle. Ce travail est apparu nécessaire quand nous nous sommes aperçu de certaines similitudes existant entre les modes organisationnels du XVIII e siècle et ceux d aujourd hui. D une certaine manière, l étude de la naissance des services 13

2 L ÉMERGENCE DE LA FONCTION COMPTABLE comptables constitue le chemin inverse de celui s étant produit ces dernières années avec l apparition d organisations plus souples fondées sur la compétence, même si les différences entre les modes d organisation contemporains et ceux du XVIII e siècle demeurent sensibles. Cette recherche s avère d autant plus importante que la majeure partie des travaux historiques portant sur les comptables se centre sur la profession libérale, délaissant largement la réalité du travail comptable quotidien dans les entreprises. LA PROBLÉMATIQUE DE RECHERCHE La constitution de grands services comptables dans les grandes entreprises est un phénomène que l on peut faire remonter à la fin du XIX e siècle que ce soit dans une banque comme la Société Générale (Bonin [2006], p ) et le Crédit Lyonnais (Omnès [1998]) ou dans les grandes industries comme Saint- Gobain 1. Le mouvement correspond assez logiquement à l essor d une nouvelle catégorie sociale, celle des employés. Il paraît difficile de se fier aux statistiques officielles de la période vu l imprécision de la définition même d employé (Zerner [1985]). Néanmoins, comme le rappelle Gardey [2001], d «un peu plus de en 1866, le nombre des employés s élève à plus de 3 millions en 1936» (p. 44). Dans ces conditions, l apparition des services comptables pourrait sembler assez évidente : elle serait le simple résultat de l augmentation de la taille des entreprises (Woronoff [1998], p. 416). A priori, cette explication paraît d ailleurs assez séduisante. Le travail de bureau, initialement effectué par les patrons, aurait été progressivement délégué à des employés de bureau au fur et à mesure du développement de l entreprise. Cette théorie dite de la délégation a été défendue par des auteurs comme Fritz Croner dans les années 1950 (Kocka [1989], p ). Des travaux plus récents comme ceux de Jürgen Kocka [1989] pour l Allemagne ou Delphine Gardey [1995] ont nuancé et complété la thèse de Croner. Le premier, sans nier la théorie de la délégation, invoque d autres facteurs (nouvelles répartitions des tâches, mutations technologiques et sociales) quand la seconde s intéresse à l identité sociale de l employé de bureau en la définissant par rapport à l attachement au lieu de travail. Il nous semble que deux autres raisons permettent de relativiser au moins partiellement la théorie de la délégation. Le premier contre-exemple nous est fourni par la Compagnie de Saint-Gobain qui regroupe plus de salariés en 1764 (Pris [1981], p. 387). Si l on en croit le raisonnement de Croner, les tâches administratives devaient être largement déléguées. Or, comme le montre 1. En 1873, il n y a encore que 7 comptables travaillant au siège. En 1912, ils sont 74. 1L2 et 1L41. Archives Saint-Gobain. 14

3 un document de , il n y a pas, à cette époque, un seul teneur de livres. Le caissier s occupe de centraliser les écritures tandis que les différents directeurs tiennent les comptes pour ce qui relève de leur responsabilité. Au XVIII e siècle, le service comptable est donc loin d être une nécessité dans la mesure où les tâches comptables sont parcellisées entre divers acteurs de l entreprise. Si l on admet que la naissance des services comptables, suit l augmentation du nombre de comptables 3, le cas de Saint-Gobain fournit un deuxième contreexemple à la théorie de la délégation. En 1867, Saint-Gobain est déjà ce qu on peut appeler une grande entreprise : elle compte salariés dont 52 comptables, soit une proportion de 0,96 % 4. Si la théorie de Croner était exacte, les tâches administratives auraient déjà du être largement déléguées aussi bien au niveau du siège que des établissements où des comptables devaient travailler à plein temps. Le règlement de ne fait plus mention d activité comptable exercée par des salariés qui ne seraient pas comptables. Par conséquent, on devrait observer, peu ou prou, une stabilité des effectifs comptables par rapport à l ensemble des salariés. Pourtant, c est à ce moment là que le nombre de comptables explose : en 1912, on dénombre 340 comptables pour salariés, soit un taux de 2,76 % 6. Cette deuxième observation peut être généralisée. Au début du XIX e siècle, le nombre de comptables est très limité même dans les grandes entreprises. Ainsi en est-il de la faillite Guélin à Bourges 7 qui sort de l ordinaire du fait du montant du passif total ( ,32 francs) et du nombre exceptionnel de créanciers (994). Preuve supplémentaire de l importance de l affaire : le rapport des syndics de faillite est imprimé, ce que l on ne retrouve dans aucun autre rapport de l époque 8. En dépit de l importance du cas, plusieurs remarques du rapport sous-entendent clairement que Guélin n a recours à aucun teneur de livres pour ses écritures : «le sieur V. Guélin n avait pas préparé son bilan» (p. 2). 2. C 4-2, Archives Saint-Gobain. Cf. Annexes. 3. Il existe deux usages du terme de comptable que nous voulons clairement différencier. Le comptable peut d abord désigner l ensemble des employés travaillant dans un service comptable : le chef comptable, le caissier, l employé aux écritures etc. Dans ce cas, nous indiquerons le substantif comptable en italique. Le comptable peut également désigner une fonction particulière dans le service, comprise entre l aide-comptable et le chef-comptable. Dans ce cas le substantif comptable ne sera pas en italique. 4. 1L1 Bis, Archives Saint-Gobain /073, Archives Saint-Gobain. 6. 1L41, Archives Saint-Gobain U 68, Archives départementales du Cher. Guélin est un négociant qui exerce aussi les fonctions de banquier. 8. Précisons aussi que le nombre de faillites dans le Cher passe de 2 en 1827 à 8 en 1828 avant de revenir à un seul cas en 1829 (Jobert [1991], p. 157). Ces huit faillites sont probablement liées aux conséquences de la faillite Guélin. 15

4 L ÉMERGENCE DE LA FONCTION COMPTABLE 16 «Ce n est que le 16 juillet suivant que le sieur V. Guélin a monté de nouveaux livres tenus en partie double» (p. 9). «Chaque année, à partir du 1 er janvier 1824, le sieur Guélin a commencé un nouveau journal en tête duquel se trouvent indiqués l actif et le passif résultant des opérations antérieures» (p. 10). Les règlements des forges d Allevard 9 ou d Audincourt 10 constituent des cas proches : dans des usines regroupant plusieurs centaines d ouvriers, il n y a qu un teneur de livres ou un commis d écritures. Il est vrai que certains commis effectuent quelques tâches comptables selon ces règlements, mais le nombre de ceux qui exercent une fonction comptable ne dépasse jamais le seuil des 1 % des salariés. Aux forges d Ivoy exploitées par le marquis de Vogué, il n y a qu un comptable pour 101 salariés en 1849 (Cardon [1996], p. 140). Même constat à Saint- Quirin la même année : sur 689 salariés, il n y a que 9 employés de bureau 11! Un siècle plus tard, dans l Entre-deux-guerres, les opérations comptables ont commencé à se mécaniser. La division du travail s applique de plus en plus ouvertement et la qualité de l organisation semble être devenue une exigence majeure. Le dénombrement des comptables apporte pourtant quelques surprises : ainsi, à la Société des charbonnages du Boulonnais, en 1929, on compte trois comptables pour 112 salariés 12. Au 1 er janvier 1931, dans la Compagnie des Mines du Boulonnais, on trouve 1 chef comptable, 5 comptables et 1 aidecomptable pour 196 salariés, soit plus de 3,5 % de comptables 13! Aux Papeteries de Saint-Maur, le pourcentage de comptables est aussi assez élevé 14 : en janvier 1933, pour 170 salariés, on dénombre six comptables. Aux forges Teliet 15 (situé dans le Jura avec un siège à Arcueil), il y a 48 salariés dont deux comptables en À la Société Générale des Tanneries Françaises, en 1939, on retrouve une chef comptable, un aide-comptable, une secrétaire-caissière et trois employés de bureau sans affectation, le tout pour environ une centaine d ouvriers 16. Bref des taux largement supérieurs à 2 % du personnel effectuant des tâches comptables. Seul le textile paraît faire exception : aux établissements Bigrat en 1929 à Argenton-sur-Creuse, pour environ 75 personnes, il n y a qu un comptable J 337, Archives départementales de l Isère. Le règlement remonte à la période J, Archives départementales du Doubs. Le règlement remonte au 20 novembre AA 21 4, Archives Saint-Gobain. 12. Dossier Société des charbonnages du boulonnais, 140 AQ 3, Centre des Archives du Monde du Travail (Roubaix). 13. Fonds du Cartex, , Centre des Archives du Monde du Travail. 14. Dossier Papeteries de Saint-Maur, 140 AQ 34, Centre des Archives du Monde du Travail (Roubaix). 15. Dossier Teliet, 140 AQ 38, Centre des Archives du Monde du Travail (Roubaix) J 272, Archives départementales d Indre-et-Loire.

5 (Landais-Courant [2001], p. 275). Comme le note Landais-Courant, «la spécialisation de ces tâches [NDLA : de production] est très relative» (p. 276), le travail à façon se poursuivant encore dans l Entre-deux-guerres. Aux établissements Brisset 17, entreprise textile de la région parisienne, qui emploie 38 personnes en 1932, aucun comptable n est répertorié et c est apparemment le propriétaire Brisset père qui tient les comptes avec les conseils de l expert-comptable Lavoissier 18. Pour autant, d autres entreprises textiles emploient plus de comptables. Il en va ainsi des établissements Cain & Rheims 19 où l on dénombre huit comptables, regroupés dans un service à part pour 247 salariés. On pourrait multiplier ainsi les exemples, le constat resterait similaire : le nombre de comptables a augmenté plus rapidement que le nombre total de salariés dans les entreprises entre les débuts du XIX e et du XX e siècle. Dans ces conditions, il nous paraît difficile de nous en tenir à une explication qui se contenterait d invoquer les seules contingences en terme de taille. Que l on nous comprenne bien : il ne s agit pas de nier l impact, incontestable, de la grande entreprise. Les services comptables apparaissent évidemment dans cette dernière. Ce que nous voulons signifier, c est que si la grande entreprise est une condition nécessaire, elle n est en rien une condition suffisante pour expliquer la naissance des services comptables. La problématique centrale de cette thèse consiste donc à essayer de comprendre pourquoi, à un moment donné, les entreprises ont mis en place une fonction comptable 20. LE PLAN DE L OUVRAGE Pour essayer de répondre à cette problématique, nous nous proposons de présenter notre travail en trois temps. La première partie se situe clairement en amont de notre problématique : pourquoi la fonction comptable n existe-t-elle pas avant la fin du XIX e siècle? Pour cela, nous montrerons la cohérence des pratiques et des savoirs comptables aux XVII e, XVIII e et au début du XIX e siècle (ici dénommé âge classique) au travers de trois domaines (la technique, le personnel et l organisation comptable) qui constitueront les chapitres de cette partie. 17. Dossier Alfred Brisset, 140 AQ 4, Centre des Archives du Monde du Travail (Roubaix). 18. Dans une lettre de Lavoissier à Brisset du 1 er août 1932, le premier écrit au second : «dans le bilan que vous allez établir». 19. Dossier Établissements Cain & Rheims, 140 AQ 6, Centre des Archives du Monde du Travail (Roubaix). 20. Comme Anne Pezet [2009] pour les tableaux de bord, nous avons fait le choix de ne pas partir d une définition a priori de la fonction comptable de sorte à n en être pas prisonnier. Nous nous sommes contenté de limiter notre sujet à trois thématiques : les techniques (intellectuelles et matérielles), le personnel et l organisation. Dans une telle démarche, la définition de la fonction comptable et du service comptable est un résultat et non le point de départ du travail. 17

6 L ÉMERGENCE DE LA FONCTION COMPTABLE La deuxième partie se situe au moment de la naissance des services comptables expliquant les changements structurels qui l ont rendu possible. Dans un premier temps (chapitre 4), nous préciserons la nature de la rupture dans les savoirs de gestion qui s opère au cours du XIX e siècle. Le chapitre 5 se concentrera sur les nouveaux lieux que le savoir comptable contribue à créer au XIX e siècle. La troisième partie se situe en aval. Comme dans la seconde partie, il s agit d insister sur la cohérence interne des nouveaux modes organisationnels pour caractériser la fonction comptable naissante à la fin du XIX e et au début du XX e siècle (ici dénommé âge moderne. À partir des trois mêmes domaines (la technique, le personnel et l organisation comptable) qui constituent autant de chapitres, nous montrerons la nouvelle logique des savoirs et des pratiques. 18

7 LES SOURCES MOBILISÉES Nous ne rentrerons pas ici dans les détails méthodologiques comme dans un travail universitaire ordinaire. Une partie du travail a d abord consisté à chercher ce que d autres historiens ont pu écrire sur les comptables et autre teneurs de livres. L historien de la gestion s appuie traditionnellement sur deux types de sources : d une part les archives d entreprise. Nous avons travaillé essentiellement sur les cas de Saint-Gobain et Pont-à-Mousson. De façon plus marginale, nous avons travaillé sur des fonds d archives plus limités comme ceux d Altadis ou de nombreuses entreprises conservées au Centre des Archives du Monde du Travail à Roubaix ; d autre part, les ouvrages. La plupart sont conservées à la Bibliothèque Nationale de France ou au Fonds Stevelinck à la Bibliothèque Universitaire de Nantes. Il s agit de travailler sur les manuels de comptabilité et plus généralement de gestion publiés sur trois siècles. Ces sources sont évidemment l occasion d écrire deux histoires : d un côté, celle des pratiques des entreprises et, de l autre, celle de la constitution des savoirs de gestion. Tout au long de ce travail nous nous interrogerons sur les liens entre pratiques et savoirs. Nous avons également été amené à travailler sur des sources plus spécifiques : les revues comptables, les archives des associations (revues, annuaire etc.), de droit social des employés (thèses, rapports etc.) ou les archives de faillite, les sources littéraires (Balzac, Zola, Svevo, Simenon etc.), les correspondances et les mémoires. Nous renvoyons le lecteur intéressé à l exemplaire original de la thèse pour une discussion approfondie de l intérêt de ces différentes sources. 19

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION CENTRE NATIONAL DE LA DANSE > Département des métiers > LE CONTRAT DE COPRODUCTION Centre national de la danse Département des métiers 1 rue Victor Hugo 93507 Pantin cedex Le contrat de coproduction, l

Plus en détail

Pierre LABARDIN Doctorant au LOG Rue de Blois 45067 Orléans Cedex pierre.labardin@laposte.net

Pierre LABARDIN Doctorant au LOG Rue de Blois 45067 Orléans Cedex pierre.labardin@laposte.net La diffusion progressive des pratiques comptables en France Une étude d après les rapports des syndics de faillite auprès du Tribunal de Tours (1842-1935) Pierre LABARDIN Doctorant au LOG Rue de Blois

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

La formation, levier de performance économique et sociale (?)

La formation, levier de performance économique et sociale (?) 10 ème Forum Formation La formation, levier de performance économique et sociale (?) 26 mars 2015 Pascal Moulette Pascal Moulette pascal.moulette@univ-lyon2.fr Maître de conférences en Sciences de gestion

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

Analyse de la carte :

Analyse de la carte : Amorcée au 18eme siècle en Angleterre la révolution industrielle s accélère dans les années 1870 1880 et se diffuse dans toute l Europe et aux USA. Stimulé par de nouvelles inventions comme l électricité,

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

La mondialisation des tâches informatiques

La mondialisation des tâches informatiques Chapitre 1 La mondialisation des tâches informatiques Quel que soit le domaine que l on observe, les économies engendrées par l outsourcing, aussi appelé offshore ou délocalisation, sont considérables.

Plus en détail

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B L information suivante est organisée de façon à aider les organismes de bienfaisance à indiquer les dépenses

Plus en détail

Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014

Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014 2014 Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014 FANC-AFCN 16-12-2014 Table des matières 1. Introduction... 3 2. Historique... 3 3. Evolution des

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006; CSSS/06/052 1 DELIBERATION N 06/020 DU 18 AVRIL 2006 RELATIVE A LA DEMANDE D ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR DE LA SECURITE SOCIALE DANS LE CHEF DU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES DANS LE CADRE DE

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Jacques RENARD THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Préface de Louis GALLOIS Président de la SNCF Prix IFACI 1995 du meilleur ouvrage sur l audit interne Cinquième édition, 1994, 1997, 2000, 2002, 2004

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

1 - LE COMPTE EPARGNE-TEMPS... 2

1 - LE COMPTE EPARGNE-TEMPS... 2 Fiche d information Page 1 sur 12 OBJET Le présent document a pour objet de vous présenter les grands principes du compte épargne-temps (CET) mis en place au sein de notre ministère depuis 2003. Il aborde

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

LA TRANSFORMATION DE BUREAUX EN LOGEMENTS

LA TRANSFORMATION DE BUREAUX EN LOGEMENTS LA TRANSFORMATION DE BUREAUX EN LOGEMENTS A PARIS Par : Pierre MOREL, Président de SOVEICO Membre Titulaire IFEI Antoine HINFRAY Avocat Associé de la SCP FORESTIER & HINFRAY Docteur d Etat en droit Membre

Plus en détail

Pierre LABARDIN Doctorant LOG - Université d Orléans

Pierre LABARDIN Doctorant LOG - Université d Orléans La diffusion progressive des pratiques comptables en France Une étude d après les rapports des syndics de faillite auprès du Tribunal civil de Tours jugeant commercialement (1842-1935) Pierre LABARDIN

Plus en détail

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Andréas Boes et Thomas Lühr Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Pour les salariés allemands les plus qualifiés, l effacement des limites entre temps professionnel et

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

ÉVALUATION ET PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS (EPRP) ET PLURIDISCIPLINARITÉ.

ÉVALUATION ET PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS (EPRP) ET PLURIDISCIPLINARITÉ. ÉVALUATION ET PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS (EPRP) ET PLURIDISCIPLINARITÉ. PAR DIDIER BONNIN Didier BONNIN Ergonome conseil, Représentant du SNCE (Syndicat National des Cabinets conseils en Ergonomie)

Plus en détail

En voici, entre autres, les raisons principales, car il s agit de dénoncer :

En voici, entre autres, les raisons principales, car il s agit de dénoncer : ARGUMENTAIRES TECHNIQUES POUR REFUSER DE RATIFIER EN L ETAT L ORDONNANCE SUR L ACCESSIBILITE Seconde version suite à la publication de textes réglementaires La publication, entre autres, de l Arrêté du

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

Introduction. Introduction

Introduction. Introduction Introduction @1 Rôle révélateur de l entreprise. L entreprise révèle des réalités économiques, juridiques, politiques et sociales, nationales ou internationales, et malgré le paradoxe qu elle n est pas

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Bien architecturer une application REST

Bien architecturer une application REST Olivier Gutknecht Bien architecturer une application REST Avec la contribution de Jean Zundel Ce livre traite exactement du sujet suivant : comment faire pour que les services web et les programmes qui

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail 2012 Financial Breakthroughs - Ver-2012-02-06 - Document sous licence CC-BY-NC-ND I FICHE RESUME DE CE LIVRE BLANC... 1 II INTRODUCTION...

Plus en détail

Appel d Offres ouvert sur offres de prix N 07/2012

Appel d Offres ouvert sur offres de prix N 07/2012 Appel d Offres ouvert sur offres de prix N 7/212 Développement de l application mobile du Portail de l Administration «www.service-public.ma», sous les environnements Android et Iphone IoS et mise en ligne

Plus en détail

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck > Exposition L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck Entretien avec Chandra Rajakaruna de la fondation Mona Bismarck À l occasion des festivités organisées pour le 60 e anniversaire

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN APPLICATION DE L ARTICLE 100 DU DÉCRET 91-1197 DU 27 NOVEMBRE 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

on assurance anté essentielle

on assurance anté essentielle on assurance anté essentielle Demande d adhésion dématérialisée L assurance n est plus ce qu elle était. ESL 0150 ESL 12-03/13 Demande d adhésion dématérialisée MERCI D ÉCRIRE EN MAJUSCULES Etes-vous déjà

Plus en détail

La diversification des publics à l Opéra national de Paris

La diversification des publics à l Opéra national de Paris La diversification des publics à l Opéra national de Paris Françoise ROUSSEL * Au moment de son projet, l Opéra Bastille correspondait à une volonté de démocratisation de l Opéra. Dix ans après son ouverture,

Plus en détail

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur»

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur» PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET LA TRANSPARENCE EST-ELLE LA SOLUTION POUR RÉTABLIR LA CONFIANCE DANS LA FINANCE? Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Les contrats : leur origine et leur type. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013

Les contrats : leur origine et leur type. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013 Les contrats : leur origine et leur type - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013 Plan du cours Philosophie individualiste & libéralisme économique vs Code civile et théorie de l

Plus en détail

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction :

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction : TUTORIEL Qualit Eval Introduction : Qualit Eval est à la fois un logiciel et un référentiel d évaluation de la qualité des prestations en établissements pour Personnes Agées. Notre outil a été spécifiquement

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Dix ans de contentieux familiaux

Dix ans de contentieux familiaux Population, famille 1 Dix ans de contentieux familiaux Sonia Lumbroso, Odile Timbart* En 2003, les affaires familiales ont généré 402 000 procédures devant les tribunaux, soit une progression de 13 % en

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Sommaire. L ECHANGEUR Basse-Normandie en quelques mots 3. Dem@t-Tech www.demat-tech.com 4

Sommaire. L ECHANGEUR Basse-Normandie en quelques mots 3. Dem@t-Tech www.demat-tech.com 4 Dem@t-Tech Jeudi 4 Juin 2015 http://www.demat-tech.com/ ÉCHANGEUR BASSE-NORMANDIE Siège : Espace Numérique StarTech 61 27 bd. de Strasbourg 61-61000 Alençon (Orne, France) Tél : +33 2 33 80 87 50 - Fax

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN application DE l article 100 du Décret 91-1197 du 27 novembre 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction Années universitaires : 2006-2007 Introduction I- Présentation générale du métier Polyvalence du métier Qualités requises Avantages et inconvénients Féminisation du métier II- Comparaison secteur privé

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale)

Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale) Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale) Son histoire 1972 Situé à Villefranche-sur-Saône, le FTVS était un service de transition professionnelle vers le milieu ordinaire. 1993

Plus en détail

OVAL-E LE SYSTÈME D INFORMATION CENTRAL DE LA FFR. Organisation Support - Assistance Juillet 2014

OVAL-E LE SYSTÈME D INFORMATION CENTRAL DE LA FFR. Organisation Support - Assistance Juillet 2014 OVAL-E LE SYSTÈME D INFORMATION CENTRAL DE LA FFR Organisation Support - Assistance Juillet 2014 OVAL-E, BASE DE DONNÉES ADMINISTRATIVE DE LA FFR Base de données centralisée pour tous les aspects administratifs

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Activité juridique, directeur d'enquêtes privées de l Université Panthéon-Assas Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ. Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690. Dernière édition : octobre 2011

SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ. Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690. Dernière édition : octobre 2011 SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690 Dernière édition : octobre 2011 Texte mis à jour le 29 janvier 2014 MM. DAUTHIER dauthier@univ-tln.fr 1 Notes

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

PAROLES D ACTIFS. 1. Les personnes qui travaillent font partie LEÇON DU

PAROLES D ACTIFS. 1. Les personnes qui travaillent font partie LEÇON DU 1 Acteurs économiq PAROLES D ACTIFS 1. Les personnes qui travaillent font partie de la population active. a. Lisez la leçon du jour ci-contre. b. Dites si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses.

Plus en détail

Les cadres sont-ils présents sur les réseaux sociaux professionnels? Comment perçoivent-ils ces outils? Les jugent-ils utiles? C est notamment à ces

Les cadres sont-ils présents sur les réseaux sociaux professionnels? Comment perçoivent-ils ces outils? Les jugent-ils utiles? C est notamment à ces LES CADRES ET les réseaux sociaux LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE NOVEMBRE 2012 SYNTHÈSE Les cadres sont-ils présents sur les réseaux sociaux professionnels? Comment perçoivent-ils ces outils? Les jugent-ils

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4 FM N 111528 Contact Ifop : Frédéric Micheau Département Opinion et Stratégies d'entreprise frederic.micheau@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016

Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016 Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016 Sondage réalisé par pour 1 Méthodologie Recueil Echantillon de chefs d entreprises interrogé par téléphone du 15 au 25 juin 2015. Echantillon Echantillon

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations

1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations 1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations 1 Comment définir la théorie des organisations? Avec la seconde révolution industrielle, de grandes entreprises industrielles émergent,

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS

JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS Jean Luc Bovet, Auvernier Notre merveilleuse manière d écrire les nombres, due, dit-on, aux Indiens via les Arabes, présente en

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés du master «Marketing, publicité et communication»,

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL PRESTATION DE SERMENT DÉMARCHES PRÉALABLES Nous vous remercions de bien vouloir prendre rendez-vous auprès du SEP pour déposer le présent dossier accompagné de toutes

Plus en détail

Bernard FOURNIER. Chargé de cours au Département de Sciences politiques. Faculté de Droit. Université de Liège. Bernard.Fournier@ulg.ac.

Bernard FOURNIER. Chargé de cours au Département de Sciences politiques. Faculté de Droit. Université de Liège. Bernard.Fournier@ulg.ac. ET DU SEMINAIRE DE POLITIQUES COMPAREES Bernard FOURNIER Chargé de cours au Département de Sciences politiques Faculté de Droit Université de Liège Bernard.Fournier@ulg.ac.be Min REUCHAMPS Aspirant du

Plus en détail