Prévisions mondiales actualisées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévisions mondiales actualisées"

Transcription

1 Pas assez de moteurs pour propulser la croissance Le rythme de croissance de la production mondiale reste très modéré, conséquence de la sous-performance cyclique persistante de nombreuses nations et des ajustements structurels en cours dans divers pays économiquement importants. Une faiblesse chronique de la demande globale reste un obstacle important à l affermissement de la croissance à l échelle mondiale. En outre, les économies sont menacées par des difficultés temporaires causées par des intempéries, dont une sécheresse importante et des incendies dans plusieurs régions, par la baisse de confiance liée aux conséquences des démêlées de la Grèce avec ses créanciers ou par la nouvelle chute des valorisations boursières mondiales, particulièrement en Chine. La détérioration des statistiques du commerce continue de témoigner de la sousperformance économique. Le volume des échanges mondiaux la combinaison des exportations et des importations s est contracté au cours de quatre des cinq premiers mois de 1, ramenant sa progression sur douze mois tout juste sous la barre des %. Cette performance est non seulement bien en dessous de la moyenne de % enregistrée depuis l'an, mais elle est aussi plus faible que la timide avancée d environ 3 % de la croissance de la production mondiale. La persistance de la faiblesse des échanges mondiaux est inquiétante parce qu elle touche simultanément les économies des marchés avancés et des marchés émergents. La demande atone et l accroissement d'une offre déjà excédentaire continuent de peser sur de nombreux marchés et sur les investissements des entreprises. Le tassement généralisé des marchés des produits de base, où un dollar américain fort s ajoute aux risques de contraction, en est un exemple. La timidité des investissements peut aussi refléter des changements structurels : des centres manufacturiers intégrés plus efficaces dans les économies des marchés émergents dont la croissance est plus rapide et, dans certains cas, l augmentation du protectionnisme qui va à l encontre des pressions exercées pour réduire les barrières contre les échanges internationaux En dehors de certains secteurs, notamment la construction automobile et l'aérospatiale, la production industrielle reste au plus bas dans le monde et la * Prévisions des Études économiques de la Banque Scotia pour 1. Sources : BPC, Bureau d analyse faiblesse persistante des commandes souligne la lenteur du retour de la des politiques économiques des Pays-Bas, FMI, production mondiale à une croissance plus solide. Pour la plupart, les entreprises Études économiques de la Banque Scotia. s appliquent à leur consolidation et à leur restructuration pour affronter les difficultés que pose la persistance d une croissance atone, comme le prouve l accélération des opérations de fusions et d acquisitions. L'essentiel des incertitudes économiques porte sur la Chine. La deuxième économie mondiale reste comparativement surperformante, et les récentes initiatives monétaires et budgétaires semblent avoir apporté un certain soutien à un secteur immobilier languissant. Cependant, le pays poursuit sa transition vers une trajectoire de croissance globale beaucoup plus modérée, en comptant davantage sur la consommation et beaucoup moins sur les investissements publics et sur les emprunts plus sensibles aux aléas du marché du crédit. La tendance au ralentissement de la croissance et la réduction de la demande de produits de base et d intrants manufacturés ont eu des répercussions sur les chaînes d approvisionnements régionales et mondiales, et ont touché tout l'éventail des partenaires commerciaux, régionaux et internationaux du pays. Le fort dégagement sur le marché boursier chinois ajoute un niveau supplémentaire d incertitude à des perspectives économiques déjà moins vigoureuses. La croissance a ralenti dans la plupart des grands pays exportateurs de produits de base. Pour beaucoup d entre eux, dont le et l Australie, la divergence des performances économiques reflète la vivacité sous-jacente des secteurs de la consommation et du logement, sensibles aux taux d intérêt, qui s appuient sur la bonne tenue générale des secteurs Table des matières Présentation Prévisions International Produits de base... Amérique du Nord... Provinces... 6 Marchés financiers Ralentissement de la croissance de la production dans le monde; le commerce mondial est encore plus lent var (%) d une année sur l autre PIB réel mondial* Commerce mondial Études économiques de la Banque Scotia Scotia Plaza,, rue King Ouest, 63 e étage Toronto (Ontario) MH 1H1 Tél. : Téléc. : Courriel : Le présent document a été préparé par Études économiques de la Banque Scotia, comme ressource pour les clients de la Banque Scotia. Les opinions, les estimations et les projections contenues dans le présent document sont les nôtres à la date de ce dernier et sont sujettes à changement sans préavis. Les renseignements et les opinions présents dans ce document sont tirés de sources considérées comme fiables, mais aucune garantie n est donnée concernant leur exactitude et leur exhaustivité. Ni la Banque Scotia ni ses sociétés affiliées n acceptent de responsabilité en cas de pertes résultant de l utilisation du présent document ou de son contenu. MC Marque de commerce de La Banque de Nouvelle-Écosse. Utilisée sous licence, s il y a lieu. est disponible sur banquescotia.com

2 de l emploi et des services. Mais la poursuite de la consolidation de la plupart des secteurs des produits de base sera nécessaire pour réaligner plus exactement la production et la rentabilité sur la faiblesse de la demande et la dégradation des termes de l échange sur le plan international. Cette consolidation affectera la production et la monnaie de certains pays précis. Parmi les autres grandes économies mondiales, le R.-U. a nettement pris la tête de ses homologues européens. Cette année et la suivante, l Inde devrait afficher le taux de croissance le plus élevé au monde. Les deux pays sont soutenus par une relance de la demande intérieure. L activité de la zone euro prend doucement de la vitesse, sous l impulsion de l Espagne et de l Irlande, qui profitent de la relance de leur compétitivité, et de l Allemagne, qui continue de montrer une croissance relative équilibrée. Après un autre début d année au ralenti, l économie américaine semble reprendre de la vitesse. Les consommateurs ont progressivement ouvert leur portefeuille. Les ventes de voiture sont au plus haut depuis 1 ans et les grands projets d achat sont à la hausse. L activité immobilière connaît aussi une reprise sans précédent depuis plusieurs années, à la fois dans les ventes de logement et dans la construction. L assouplissement progressif des conditions de crédit, combiné à une accessibilité encore raisonnable, l'accélération de la formation des ménages et l amélioration du marché de l emploi devraient protéger la reprise malgré une remontée prochaine des coûts du financement. La forte progression de l emploi un record de 1,8 millions nets de nouveaux emplois ont été créés dans le secteur privé depuis le début de la reprise, il y a environ six ans a contribué à ramener le taux de chômage global à son plus bas niveau depuis sept ans (soit,3 %), et les mesures alternatives pour remédier à la sous-utilisation de la main-d œuvre continuent de progresser. Les revenus sont à la hausse, stimulés par la chute des prix à la pompe, et les bilans des ménages bénéficient à la fois de la réduction de l'endettement et de la hausse de la valeur des actifs. L'importance considérable de la demande à combler devrait soutenir la reprise des dépenses des ménages et, plus important encore, donner une nouvelle impulsion tardive aux investissements des entreprises aux États-Unis. Cependant, la dynamique globale de l activité industrielle et des investissements des entreprises manque de nerf en raison de la faiblesse des ventes à l exportation, de l'érosion des bénéfices due à la force du dollar américain, de la baisse importante des activités de forage pétrolier et gazier et de l incertitude entourant les mesures de resserrement de la Réserve fédérale. Pendant ce temps, les sociétés ont bénéficié de conditions très favorables sur les marchés boursiers et obligataires pour améliorer leurs bilans, et elles ont emprunté pour financer leurs nombreuses opérations de fusions et d acquisitions. L augmentation des commandes américaines de biens durables en juin laisse présager une certaine relance des projets d'investissement en immobilisation pour les mois à venir. Alors que la vigueur du dollar américain et la mollesse de la croissance mondiale pèsent sur les exportations, la bonne tenue des ventes sur le marché intérieur devrait étayer la progression de la production manufacturière. En même temps, l économie américaine profite de l augmentation des dépenses fédérales et des États et de l'assouplissement des mesures d'austérité budgétaires du gouvernement fédéral. L économie du s est considérablement ralentie à cause de l anémie persistante des exportations et des investissements des entreprises. La mauvaise influence du secteur de l énergie, aggravée par la rechute des prix du pétrole, se fait toujours sentir dans les provinces productrices principalement l Alberta, la Saskatchewan et Terre-Neuve-et-Labrador même si toutes les régions sont touchées par la faiblesse de la demande de produits manufacturés et de services aux entreprises, ayant rapport avec l'énergie. L importance du secteur énergétique dans la performance du se reflète dans ses parts de marché le pétrole et les combustibles minéraux représentent 7 % des exportations canadiennes, un pourcentage équivalent à celui des quatre secteurs combinés des véhicules et des pièces automobiles, de la machinerie, des pierres et des métaux précieux, et du matériel informatique. L hiver dernier, la baisse de presque 8 % de l ensemble de la production liée à l énergie a déjà réduit la croissance de la production nationale d environ un demi-point de pourcentage. La faiblesse actuelle de l'économie canadienne devrait laisser la place à une reprise graduelle puisque les exportations non énergétiques pourraient profiter de l amélioration des conditions au Sud de la frontière. Le taux de change nettement plus bas devrait aussi favoriser la rentabilité des exportations le recul du huard face au billet vert a atteint 3 % au total depuis son sommet de 1, $ US à la mi-11 même si la position concurrentielle globale du pays doit être analysée d un point de vue international. Beaucoup de nos partenaires commerciaux et de nos concurrents directs à l échelle mondiale assistent aux mêmes ajustements monétaires et de taux d intérêt, que ce soit le Mexique, l Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud ou la zone euro. Malgré tout, le secteur de l aérospatiale devrait tirer son épingle du jeu puisque les avionneurs mondiaux accélèrent leur production pour répondre à un carnet de commandes bien rempli. La remise en production de la plus grande usine de montage d automobiles au, après plusieurs mois de réoutillage, dynamisera aussi les exportations canadiennes de véhicules et de pièces automobiles. L industrie chimique, qui profite de la baisse des prix des matières premières, devrait continuer de surperformer. L'accentuation du profil de croissance attendue aux États-Unis devrait aussi dynamiser les secteurs canadiens de l industrie forestière, de la fabrication et des services axés sur l exportation. Même si l économie canadienne fait face à de sérieux défis, la consommation et l immobilier restent assez dynamiques dans les régions de Toronto et de Vancouver. Cette année, ces deux secteurs ont été soutenus par les baisses de taux directeurs de la Banque du et par la poursuite de la création d'emplois dans le secteur privé. Le coût des emprunts est à un plancher historique et la faiblesse des prix de l énergie augmente le pouvoir d achat. Par ailleurs, les dépenses d infrastructure fourniront un soutien opportun. Même si les marchés des changes sont de plus en plus volatils, la valeur du dollar canadien se maintiendra probablement en dessous de celle du dollar américain, et peut-être encore plus que maintenant, donnant un solide coup de pouce au tourisme intérieur et à l industrie du divertissement.

3 International p 16p PIB réel Monde (en parité de pouvoir d achat) 3,9 3, 3,1 3,,, 1,, États-Unis 1,8,,3,8 Mexique,,1, 3,1 Royaume-Uni 1,8 3,,6,3 Zone euro 1,,9 1, 1,7 Allemagne 1, 1,6 1,7 1,9 France 1,, 1,1 1, Italie, -,, 1, Espagne 1,7 1, 3,, Russie,9,6 -,9, Turquie,,9 3, 3, Chine 9,1 7, 7, 6, Inde 7, 7, 7, 7,7 Japon,9 -,1 1, 1, Corée du sud, 3,3,7 3, Indonésie,8,,9, Australie 3,,7,,8 Thaïlande,,9 3, 3,7 Brésil 3,,1-1,8, Colombie,,6 3, 3, Pérou,6, 3,1,1 Chili, 1,9, 3,1 Prix à la consommation * indice des prix de gros utilisé antérieurement à 1 (variation annuelle, en %) (variation sur 1 mois, fin de l'année, en %), 1,9 1,8, États-Unis, 1, 1,, Mexique,7,1 3,1 3,8 Royaume-Uni,3,, 1, Zone euro, -,,6 1, Allemagne 1,7,1,7 1, France 1,8,1, 1,1 Italie,3 -,1, 1, Espagne,7-1,, 1, Russie 11, 11, 1, 7, Turquie 16,6 8, 7, 6,3 Chine, 1, 1,7,1 Inde* 1,,3,8 6, Japon -,1,,7 1, Corée du sud,9,8 1,7, Indonésie,6 8,,6,1 Australie 3, 1,7 1,9, Thaïlande,6,6,6, Brésil 6, 6, 9,3 6, Colombie,1 3,7 3,8 3, Pérou,6 3, 3, 3, Chili 3,,6 3,,9 Prévisions modifiées International Les prévisions de croissance du PIB du Brésil en 1 et en 16 ont été revues à la baisse à -1,8 % (au lieu de -1, %) et à, % (au lieu de,8 %) respectivement, puisqu une plus grande austérité budgétaire et un réencadrement sévère du crédit se répercutent sur le moral et la demande intérieure. En Allemagne, la dynamique économique s est affaiblie dans les derniers mois en raison des inquiétudes suscitées par le problème grec et d une demande mondiale relativement atone, ce qui nous a amenés à ramener nos prévisions de croissance du PIB réel pour l Allemagne à 1,7 % en 1 et à 1,9 % en 16. Cependant, les données issues des enquêtes régulières auprès des entreprises laissent toujours présager un rythme soutenu de croissance économique en Allemagne pendant la seconde moitié de l année, principalement stimulé par des fondamentaux intérieurs solides. En Europe, les perspectives d inflation se sont aussi réduites à cause du recul des prix mondiaux du pétrole et de l affaiblissement du coût des denrées alimentaires et des autres produits de base. Nous pensons que l'inflation des prix à la consommation dans la zone euro s établira à,6 % en 1 et à 1, % en 16. Ces derniers mois, la demande intérieure en Corée du Sud s est ressentie de l épidémie de MERS (coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient) et la croissance du PIB réel est descendue à, % en glissement annuel au T 1. Par conséquent, nous avons réduit nos prévisions de croissance de la production à la baisse pour la Corée du Sud à,7 % pour 1 et à 3, % pour 16 (plutôt que 3, % et 3, %, respectivement). Nous avons révisé nos prévisions de croissance du PIB réel de la Thaïlande à la baisse et nous estimons maintenant que l économie va croître cette année de 3, % (contre 3,7 % dans la prévision précédente) et de 3,7 % en 16 (, % précédemment). L activité du secteur de la fabrication est entravée par des difficultés persistantes à l exportation, par la lenteur des dépenses d infrastructure et par les risques politiques élevés dans le pays. 3

4 3 1-1 International p 16p Solde du compte courant -,1 (% du PIB) -,1-3, -,8 États-Unis -, -, -, -,6 Mexique -1, -, -, -,3 Royaume-Uni -, -,9 -,6 -, Zone euro -,1,,,1 Allemagne,1 7, 6,6 6, France -, -1, -,8 -,6 Italie -1,1 1,9,3,1 Espagne -,,8,6, Russie,7 3,,, Turquie -, -,9 -,9 -,1 Chine,3,1,8, Inde -1, -1, -1, -1,7 Japon,9,,6, Corée du sud,1 6,3 7,8 6,7 Indonésie 1, -,9 -, -, Australie -, -,8-3,3-3, Thaïlande, 3,3,6 3,7 Brésil -1, -, -,6 -, Colombie -1,9 -,3-6, -,8 Pérou -1,3 -, -3,9-3,7 Chili,3-1, -,7-1, Produits de base PIB des provinces Variation annuelle 1* 1p 16p Tendances des prix des produits de base Indice : T1 = 1 Gaz naturel (moyenne annuelle) Pétrole WTI ($ US/baril) Pétrole Brent ($ US/baril) Gaz naturel sur le NYMEX ($ US/million de BTU),3,8,9 3, Cuivre ($ US/lb),3 3,11,6,6 Zinc ($ US/lb),79,98,96 1, Nickel ($ US/lb) 7,8 7,6 6, 8, Or, à Londres en après-midi ($ US/once) Pâte ($ US/tonne) Papier journal ($ US/tonne) Bois d oeuvre ($ US/Mpmp) Nickel Pétrole WTI Cuivre Prévisions modifiées Produits de base L indice Scotia des prix des produits de base a rebondi de 9, % au T 1, principalement à cause de la légère remontée des prix du pétrole (aussi bien sur les marchés nationaux qu internationaux). Cependant, les prix des produits de base ont encore nettement chuté en juillet avec l évolution négative de la situation sur trois fronts : les inquiétudes liées aux retombées du problème de la dette grecque sur la zone euro, la nette correction des marchés boursiers chinois et le retour vraisemblable du pétrole iranien sur les marchés mondiaux à la suite de l accord sur le nucléaire (probablement pas avant 16). En outre, un dollar américain très fort lié à une hausse potentielle du taux des fonds fédéraux dès le mois de septembre a eu un effet déflationniste sur le prix des produits de base dans le monde. Le prix de l or LBMA a atteint un creux de cinq ans. La Chine représente presque la moitié de la demande mondiale des métaux de base et la récente correction des marchés boursiers a fait chuter l ensemble de leurs prix. Cependant, le cuivre à la LME est survendu à,38 $ US la livre. Les stocks de cuivre sur le marché à terme de Shanghai (SHFE) sont bas et l arbitrage positif entre des prix à la LME plus ou moins élevés entraînera une relance des achats par la Chine cet automne. Le prix du pétrole a évolué à la baisse en raison des inquiétudes suscitées par la mollesse de l économie mondiale et de la lutte que se livrent les producteurs du Golfe persique et ceux de pétrole de schiste américain pour des parts de marché. Pour l instant, rien n'indique une réduction importante de la production mondiale de pétrole, malgré une chute de % des dépenses mondiales d exploration et de nouveaux projets, cette année. Les prévisions concernant le prix des produits de base à court terme ont par conséquent été révisées à la baisse NL PE NS NB QC ON MB SK AB BC * PIB pour 1 : estimations préliminaires par secteur. Sources : Statistique, Études économiques de la Banque Scotia. 1 Or Sources : Bloomberg, Études économiques de la Banque Scotia.

5 Amérique du Nord p 16p (variation annuelle, en %) PIB réel,, 1,, Dépenses de consommation 3,,7,1, Investissement dans le secteur résidentiel 3,8,7, -,6 Investissements des entreprises 3,7 -,1 -,, Gouvernement,7 -,3,, Exportations,8,,, Importations 3,3 1,8 1,,9 PIB nominal,7,3 1,1,3 Indice implicite du PIB, 1,8 -,,3 Indice des prix à la consommation, 1,9 1,3, Indice de référence 1,8 1,8,,1 Bénéfices des sociétés avant impôts,1 8,8-1, 8, Emploi 1,,6,8,8 milliers d emplois Taux de chômage (en %) 7,1 6,9 6,8 6,7 Solde des paiements courants (en G$ CA) -6, -1, -68, -7, Balance commerciale (en G$ CA) 33,9, -7,3-16, Solde budgétaire fédéral (en G$ CA) -, 1,,3,8 pourcentage du PIB -,3,1,, Mises en chantier (en milliers) Ventes de véhicules motorisés (en milliers) Production de véhicules motorisés (en milliers) Production industrielle,,1,1,6 États-Unis PIB réel 1,8,,3,8 Dépenses de consommation,,7 3, 3,1 Investissement dans le secteur résidentiel -, 1,8 8,6 7, Investissements des entreprises,1 6,,7,8 Gouvernement 1,1 -,6,3,7 Exportations, 3, 1,9, Importations 3,3 3,8,7,1 PIB nominal,,1 3,3,6 Indice implicite du PIB,1 1,6 1, 1,8 Indice des prix à la consommation, 1,6,3, Indice de référence, 1,7 1,8,1 Bénéfices des sociétés avant impôts 6,6 1,7-1,, Emploi, 1,9,1 1,6 millions d emplois,1,63,9,3 Taux de chômage (en %) 6, 6,,3, Solde des paiements courants (en G$ US) Balance commerciale (en G$ US) Solde budgétaire fédéral (en G$ US) pourcentage du PIB -, -,8 -, -, Mises en chantier (en millions) 1,31 1, 1,1 1,3 Ventes de véhicules motorisés (en millions) 1, 16, 17, 17,3 Production de véhicules motorisés (en millions) 1, 11,7 1,1 1,3 Production industrielle,7 3,7, 3,1 Prévisions modifiées et États-Unis Nous avons ramené notre prévision de croissance du PIB canadien de 1,6 % à 1, % cette année. Même si la consommation et l'immobilier résidentiel restent raisonnablement dynamiques, la faiblesse actuelle des investissements des entreprises et des exportations pèsent sur la croissance globale. À terme, nous pensons toujours qu une augmentation de la demande américaine combinée à la faiblesse du dollar canadien fortifiera les exportations et l activité industrielle en relevant la croissance de la production à, % l année prochaine. Nos prévisions de croissance du PIB américain pour cette année et la suivante restent inchangées, à,3 % et,8 %, respectivement. L économie américaine montre des signes de rebond après un début d année assez moyen, appuyée par la consommation et le secteur du logement. La solide création d emplois, l augmentation des salaires, la faiblesse des prix du carburant et la demande à combler devraient soutenir la relance des dépenses des ménages jusqu à l année prochaine, tandis que la progression des ventes devrait inciter les entreprises à accroître leurs investissements. Au, le prix des produits de base non durables et la faiblesse de la croissance de la production devraient rendre difficile le maintien des excédents budgétaires prévus pour les années 1-16 et 16-17, malgré le gel des budgets de fonctionnement des ministères jusqu au 31 mars 16. Aux États- Unis, le maintien du déficit budgétaire fédéral à, % du PIB au cours du présent exercice et du prochain nécessitera de compenser les dépassements de coûts, comme celui de la croissance des dépenses en santé annuelle qui excédera probablement de nouveau, %. Mexico PIB réel,,1, 3,1 Indice des prix à la consommation (fin d année),7,1 3,1 3,8 Solde des paiements courants (en G$ US) -13,7-6, -6,7-3, Balance commerciale (en G$ US) -6, -, -,8-7,

6 Provinces -13 1p 1p 16p p 16p PIB PIB réelreel* Soldes Soldes budgétaires*, exercice au au mars mars (variation annuelle, annuelle, en %) en %) (millions de $) de $),, 1,, Terre-Neuve-et-Labrador 3,1 -,9-1,1 -, Île-du-Prince-Édouard 1,9 1,3 1, 1, Nouvelle-Écosse 1, 1,6 1, 1, Nouveau-Brunswick 1,3,,9 1, Québec 1,8 1, 1,6, Ontario 1,9,3,1, Manitoba Manitoba, 1,1 1,9,3-6 ** Saskatchewan Saskatchewan, 1,, 1, *** Alberta Alberta 3,3, -,8 1, s.o. Colombie-Britannique Colombie-Britannique,6,6,, *1 * PIB data are pour preliminary 1 GDP : by estimations industry estimates. préliminaires * AB * FY1-FY16: 1 Provinces' et AB estimates. 16 ** MB:FY-FY13; : Estimations AB:FY-FY13; des SK:FY16 ex pen par secteur aux prix de base provinces. accrual adjustment. ** MB : AB-AB13; AB : AB-AB13; SK : AB16 à l exclusion de l'ajustement des droits à pension. Emploi Emploi Taux Taux de chômage de chômage (en %) (variation annuelle, annuelle, en %) en %) (moyenne annuelle, annuelle, en %) en %) 1,,6,8,8 7,1 6,9 6,8 6,7 Terre-Neuve-et-Labrador 1,3-1,7 -,9 -,8 1,6 11,9 1,8 13, Île-du-Prince-Édouard 1, -,1 -,,6 11,3 1,6 1,6 1,6 Nouvelle-Écosse,8-1,1,3,6 8,9 9, 8,9 8,7 Nouveau-Brunswick,6 -, -,, 9, 9,9 1,1 9,9 Québec 1,,,9,8 8,1 7,7 7, 7,3 Ontario 1,,8,9 1, 7, 7,3 6,7 6,6 Manitoba Manitoba 1,,1 1,3,8,,,, Saskatchewan Saskatchewan 1,3 1,,,3,9 3,8,9,1 Alberta Alberta,7,,3,,8,7,9 6,1 Colombie-Britannique Colombie-Britannique 1,3,6,7,9 6,7 6,1,9,8 Mises en chantier en chantier (annuelles, milliers milliers d'unités) d'unités) Ventes de véhicules automobiles (annuelles, milliers d'unités) d'unités) Atlantique Québec Ontario Manitoba Saskatchewan Alberta Colombie-Britannique Prévisions modifiées Provinces Après le lent démarrage de l année, la croissance du PIB réel pour 1 a été revue à la baisse pour la Colombie-Britannique ainsi que pour les provinces centrales et les provinces de l Atlantique. L accélération prévisible de la croissance de la production dans ces provinces valide notre opinion selon laquelle les allégements fiscaux inscrits au budget fédéral et l amélioration des prestations pour enfants aideront la consommation, tandis que les sociétés en dehors du secteur minier devraient profiter de la faiblesse du huard et du renforcement de la demande américaine. Plusieurs évènements non récurrents, comme le redémarrage d une importante usine d assemblage automobile réoutillée, dynamiseront aussi la croissance. Cependant, la sécheresse en Alberta et dans certaines régions de la Saskatchewan pèsera sur la production agricole. La faiblesse des prix du pétrole que l on prévoit maintenant pour 16 limitera encore plus les gains de productivité dans les trois grandes provinces productrices du : l Alberta, la Saskatchewan et Terre- Neuve-et-Labrador. Au T, la progression de 1, % en glissement annuel de l emploi à temps plein est une bonne nouvelle puisqu elle compense une perte équivalente d emplois à temps partiel. La croissance de l emploi à temps plein au T en glissement annuel a été tirée à la hausse par un bond de 3, % au Manitoba et par une progression de 1,7 % au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador. La baisse à deux chiffres en glissement annuel des dépenses de construction de nouveaux logements a ralenti la croissance pendant les cinq premiers mois de 1, à Terre-Neuve-et-Labrador, au Nouveau-Brunswick, au Québec, au Manitoba et en Saskatchewan. Les Comptes publics de l année budgétaire 1-1 pour la Colombie-Britannique, l Alberta et la Saskatchewan font état d un excédent total sur une base consolidée de presque,9 milliards de dollars, une amélioration bienvenue d un peu plus de milliards de dollars par rapport au budget. Les annonces en cours sur l aide fédérale pour des projets provinciaux importants devraient renforcer l importance des investissements en infrastructures prévus par la majorité des provinces en 16. 6

7 Prévisions trimestrielles T3 T T1 T T3p Tp T1p Tp T3p Tp PIB réel (variation annualisée sur trois mois, en %) 3,, -,6,,,,1,,,3 PIB réel (variation annuelle en %),6,,1 1,,9,8 1,,1,1, Prix à la consommation (variation annuelle en %),1 1,9 1,1,9 1,3 1,8,,,1, Indice de référence (variation annuelle en %),,,,,3,,1,1,,1 États-Unis PIB réel (variation annualisée sur trois mois, en %),3,1,6,3, 3, 3,,8,, PIB réel (variation annuelle en %),9,,9,3 1,8,,7,8,8,7 Prix à la consommation (variation annuelle en %) 1,8 1, -,1,, 1,,1,1,, Indice de référence (variation annuelle en %) 1,8 1,7 1,7 1,8 1,8 1,9,,,1,1 Marchés des capitaux Taux des banques centrales Amérique (en %, à la fin de la periode) Banque du 1, 1,,7,7,,,,,, Réserve fédérale des États-Unis,,,,,,,7 1, 1, 1,7 Banque du Mexique 3, 3, 3, 3, 3, 3,7,,,,7 Banque centrale du Brésil 11, 11,7 1,7 13,7 1, 1, 1, 13, 1,7 1, Banque de la République de Colombie,,,,,,,,,7, Banque centrale de réserve du Pérou 3, 3, 3, 3, 3, 3, 3, 3, 3, 3, Banque centrale du Chili 3, 3, 3, 3, 3, 3, 3, 3, 3, 3, Europe Banque centrale européenne,,,,,,,,,, Banque d Angleterre,,,,,,,7,7 1, 1, Banque nationale suisse, -, -,7 -,7 -,7 -,7 -,7 -,7 -,7 -, Asie/Océanie Banque centrale d Australie,,,,,,,,,, Banque populaire de Chine 6,,6,3,8,6,6,6,6,6,6 Banque de réserve de l'inde 8, 8, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, Banque de Corée,, 1,7 1, 1, 1, 1, 1, 1,7, Banque centrale de l'indonésie 7, 7,7 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, 7, Banque de Thaïlande,, 1,7 1, 1, 1, 1, 1, 1,7, Bon du Trésor à 3 mois,9,9,,8,,,,,,8 Obligation du à ans 1,1 1,1,1,8,,7 1, 1,3 1,6 1,8 Obligation du à ans 1,63 1,3,76,8 1, 1, 1, 1,8,, Obligation du à 1 ans,1 1,79 1,36 1,68 1,6 1,9,1,,3, Obligation du à 3 ans,67,3 1,98,3,3,,6,7,7,8 États-Unis Bon du Trésor à 3 mois,,,,1,3,8 1,1 1, 1,8,1 Obligation du Trésor à ans,7,66,6,6,8 1,3 1,6 1,9,3,6 Obligation du Trésor à ans 1,76 1,6 1,37 1,6 1,8,,1,3,,7 Obligation du Trésor à 1 ans,9,17 1,9,3,,6,8,9,9 3, Obligation du Trésor à 3 ans 3,,7, 3,1 3, 3, 3,3 3,3 3, 3, Écarts -États-Unis Bon du Trésor à 3 mois,9,88,3,7,1 -,3 -,6-1, -1, -1, ans,6,3 -, -,16 -,3 -, -,6 -,6 -,7 -,8 ans -,13 -,31 -,61 -,83 -,8 -,7 -,6 -, -, -, 1 ans -,3 -,38 -,6 -,67 -,8 -,6 -,6 -,6 -, -, 3 ans -,3 -,1 -,6 -,8 -,8 -,7 -,7 -,6 -,6 -,6 7

8 Marchés des capitaux Taux de change T3 T T1 T T3p Tp T1p Tp T3p Tp Amérique (à la fin de la periode) Dollar canadien (USD/CAD) 1,1 1,16 1,7 1, 1,3 1,33 1,3 1,9 1,8 1,7 Dollar canadien (CAD/USD),89,86,79,8,7,7,77,78,78,79 Peso mexicain (USD/MXN) 13,3 1,7 1,6 1,7 1,99 1,86 1,63 1,38 1,33 1,1 Real brésilien (USD/BRL),,66 3, 3,1 3, 3,3 3,3 3, 3, 3, Peso colombien (USD/COP) Nouveau sol - Pérou (USD/PEN),89,98 3,1 3,18 3, 3, 3,9 3,3 3,8 3,9 Peso chilien (USD/CLP) Taux croisés avec le dollar canadien Euro (EUR/CAD) 1,1 1,1 1,36 1,39 1,6 1, 1,37 1,3 1,31 1,7 Livre sterling (GBP/CAD) 1,8 1,81 1,88 1,96,7,1 1,96 1,9 1,9 1,93 Yen - Japon (CAD/JPY) Dollar australien (AUD/CAD),98,9,97,96,97,93,9,93,93,9 Peso mexicain (CAD/MXN) 11,99 1,69 1,3 1,6 11,8 11,9 1,3 11,9 11,98 1,1 Europe Euro (EUR/USD) 1,6 1,1 1,7 1,11 1,8 1, 1, 1, 1, 1, Livre sterling (GBP/USD) 1,6 1,6 1,8 1,7 1,3 1,1 1,1 1,1 1, 1, Franc suisse (USD/CHF),96,99,97,9,98 1, 1,3 1, 1,8 1,1 Couronne suédoise (USD/SEK) 7,1 7,81 8,63 8,8 8,6 8,7 8,6 8,6 8,6 8,6 Couronne norvégienne (USD/NOK) 6,3 7, 8,6 7,8 8, 8,3 8, 8,1 8, 7,9 Rouble russe (USD/RUB) 39,6 6,7 8,,3 6, 6,,,, 3, Livre turque (USD/TRY),8,3,6,68,77,8,78,7,69,6 Asie/Océanie Yen - Japon (USD/JPY) Dollar australien (AUD/USD),87,8,76,77,7,7,71,7,73,7 Yuan - Chine (USD/CNY) 6,1 6,1 6, 6, 6,1 6,1 6,8 6, 6,3 6, Roupie - Inde (USD/INR) 61,8 63, 6, 63,7 6, 66, 66, 66,8 67,1 67, Won - Corée du sud (USD/KRW) Rupiah - Indonésie (USD/IDR) Baht - Thaïlande (USD/THB) 3, 3,9 3, 33,8 3, 3, 3,6 3,8 3,9 36, Taux des banques centrales Inflation mondiale Rendements des obligations à 1 ans 7 % 1 variation sur 1 mois (%) 7 % 6 États- Unis Royaume- Uni 8 6 Chine prévision 6 États- Unis prévision 3 prévision 3 1 Zone euro Sources : Bloomberg, Études économiques de la Banque Scotia. - États- Unis Zone euro Sources : Bloomberg, Études économiques de la Banque Scotia Sources : Bloomberg, Études économiques de la Banque Scotia. 8

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

2014 : l année du dollar américain?

2014 : l année du dollar américain? 14 janvier 214 214 : l année du dollar américain? Faits saillants C est finalement en décembre que la Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé une baisse de ses achats de titres, mais plusieurs facteurs

Plus en détail

Plus forte volatilité en vue pour les devises

Plus forte volatilité en vue pour les devises 27 mai 214 Plus forte volatilité en vue pour les devises Faits saillants Les développements que nous anticipons du côté de l économie, des taux d intérêt obligataires et des politiques monétaires des principales

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2013 Le point sur la situation économique et financière du québec Automne 2013 NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Les taux de change s ajustent aux attentes plus tempérées envers les politiques monétaires

Les taux de change s ajustent aux attentes plus tempérées envers les politiques monétaires 18 juin 213 Les taux de change s ajustent aux attentes plus tempérées envers les politiques monétaires Faits saillants La poussée du dollar américain observée en mai s est vite essoufflée. Le repli est

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Perspectives de l économie mondiale

Perspectives de l économie mondiale Études économiques et financières Perspectives de l économie mondiale Octobre 215 Distribution préliminaire Avant-propos, résumé analytique et chapitre 1 L ajustement au repli des prix des produits de

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014 Marchés mondiaux INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. CAN : S&P/TSX 14 632 13 622 7,4 Suisse : SMI 8 983

Plus en détail

RAPPORT SOMMAIRE DE L ÉTUDE SUR LE MARCHÉ DU PROPANE. Prépare pour. l Association canadienne du gaz propane. Préparé par. Purvin & Gertz Inc.

RAPPORT SOMMAIRE DE L ÉTUDE SUR LE MARCHÉ DU PROPANE. Prépare pour. l Association canadienne du gaz propane. Préparé par. Purvin & Gertz Inc. RAPPORT SOMMAIRE DE L ÉTUDE SUR LE MARCHÉ DU PROPANE Prépare pour l Association canadienne du gaz propane Préparé par Buenos Aires ~ Calgary ~ Dubaï ~ Houston Londres ~ Los Angeles ~ Moscou ~ Singapour

Plus en détail

La seconde moitié de 2015 devrait être plus favorable aux matières premières

La seconde moitié de 2015 devrait être plus favorable aux matières premières avril 01 La seconde moitié de 01 devrait être plus favorable aux matières premières La période de morosité se poursuit sur le marché des matières premières alors que les principaux indices de prix ont

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0.

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0. REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS Au 30 juin, les marchés boursiers mondiaux ont inscrit des gains pour un Aux États-Unis, la création d emploi a fait un bond et le taux de chômage quatrième trimestre d affilée.

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Actualités géopolitiques

Actualités géopolitiques Aon Hewitt Retraite et gestion de placements Le Mois en Bref Avril 2015 Dans cette édition Le cours du pétrole se redresse, mais l incertitude persiste 1 Actualités géopolitiques 2 Actualités économiques

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Perspectives économiques 2014-2015 L économie mondiale en transition

Perspectives économiques 2014-2015 L économie mondiale en transition Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie mondiale en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT?

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? COMMENTAIRE Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? Faits saillants La reprise des ventes d automobiles aux États-Unis s est traduite

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

COMPTE CFD STANDARD MT4 Mise à jour le 06/10/2015

COMPTE CFD STANDARD MT4 Mise à jour le 06/10/2015 COMPTE CFD STANDARD MT4 Mise à jour le 06/10/2015 Symbole Instrument Valeur du lot AUDCAD. AUDCHF. AUDJPY. AUDNZD. AUDUSD. CADCHF. CADJPY. CHFHUF. CHFJPY. CHFPLN. EURAUD. EURCAD. EURCHF. EURCZK. EURGBP.

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

La Banque nationale suisse surprend les marchés

La Banque nationale suisse surprend les marchés La Banque nationale suisse surprend les marchés 16 janvier 2015 Faits saillants États-Unis : baisse décevante des ventes au détail en décembre. États-Unis : les prix de l essence font diminuer l inflation,

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

RAPPORT. sur le rendement du Fonds pour le semestre clos le 30 juin 2015

RAPPORT. sur le rendement du Fonds pour le semestre clos le 30 juin 2015 15 RAPPORT intermédiaire de la direction pour le semestre clos le 30 juin 2015 Fonds FÉRIQUE Fonds FÉRIQUE Revenu Court Obligations Terme Fonds FÉRIQUE Équilibré Pondéré Fonds FÉRIQUE Équilibré Fonds FÉRIQUE

Plus en détail

Devises. Les raisons de l attrait des devises émergentes à long et court terme AUTEURS : STEFAN HOFRICHTER & MARTIN HOCHSTEIN

Devises. Les raisons de l attrait des devises émergentes à long et court terme AUTEURS : STEFAN HOFRICHTER & MARTIN HOCHSTEIN Devises Les raisons de l attrait des devises émergentes à long et court terme AUTEURS : STEFAN HOFRICHTER & MARTIN HOCHSTEIN 20 Les devises de nombreux pays émergents ont subi d importantes corrections

Plus en détail

Faits saillants. Table des matières. Monde. États-Unis. Canada. Les économies provinciales. Annexes 20. Hiver 2015. Impulsion pétrolière 2

Faits saillants. Table des matières. Monde. États-Unis. Canada. Les économies provinciales. Annexes 20. Hiver 2015. Impulsion pétrolière 2 Hiver 215 Table des matières Monde Impulsion pétrolière 2 États-Unis Balise d espoir 5 Canada Décélération en 215 7 Les économies provinciales Ontario 9 Québec 11 Colombie-Britannique 13 Les Prairies 1

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

La dette des ménages canadiens demeure très élevée

La dette des ménages canadiens demeure très élevée 12 septembre 2014 La dette des ménages canadiens demeure très élevée Faits saillants États Unis : accélération bienvenue des ventes au détail. Forte hausse du crédit à la consommation en juillet aux États

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

Deuxième trimestre 2015

Deuxième trimestre 2015 Deuxième trimestre 2015 Contenu Perspectives économiques mondiales Perspectives sur les catégories d'actif Paul English, MBA, CFA vice-président principal, Placements Tara Proper, CFA vice-présidente adjointe,

Plus en détail

La faiblesse du huard va persister

La faiblesse du huard va persister Septembre 215 La faiblesse du huard va persister L élargissement de la bande de flottement du yuan et la dévaluation subséquente d autres monnaies des marchés émergents ont propulsé l USD pondéré des échanges

Plus en détail

Le huard dans la bourrasque des changements structuraux

Le huard dans la bourrasque des changements structuraux Juillet/Août 15 Le huard dans la bourrasque des changements structuraux L augmentation des incertitudes au sujet de l économie mondiale ne semble pas suffisante pour entamer la détermination de la Réserve

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

Performance commerciale du Canada

Performance commerciale du Canada Document de travail des Performance commerciale du Canada Examen de huit indicateurs Dylan Moeller d EDC Le 1 er août 2012 11 Table des matières Résumé... 3 1. Croissance des exportations... 5 2. Croissance

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire 9 janvier 1 Cycle de l immobilier résidentiel au Québec : bien différent de celui du Canada L an dernier, le marché de l habitation au pays a continué de défier à la hausse les pronostics tant au niveau

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 29 / 2013 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 17 décembre 2013 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail