«WORKAHOLISM» : la dépendance au travail, une autre forme d addiction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«WORKAHOLISM» : la dépendance au travail, une autre forme d addiction"

Transcription

1 «WORKAHOLISM» : la dépendance au travail, une autre forme d addiction «Γνώθι σeαυτόν» ou «Connais-toi toi-même» Socrate, Athènes, avant JC A.J. Scheen (1) Résumé : L addiction au travail fait partie des dépendances comportementales, appelées encore dépendances sans drogues, elle est fréquemment rencontrée dans notre société. Le diagnostic différentiel consiste à distinguer un travailleur acharné, qui trouve plaisir dans son activité professionnelle, réussit à profiter de ses loisirs et garde une excellente qualité de vie, d un vrai dépendant du travail, prisonnier de son comportement compulsif qui finit par retentir sur sa santé psychique et physique, ses relations sociales et familiales et, in fine, sur la qualité même de son travail professionnel. Nous décrirons les différentes typologies caractérisant cette affection, son mode d évolution, les bases du diagnostic, les différents facteurs de risque, les multiples conséquences négatives pour la personne atteinte et son entourage ainsi que les grands principes de la prise en charge, basée sur une approche cognitivo-comportementale, de ce trouble apparenté à une véritable «toxicomanie». Mots-clés : Addiction - Dépendance - Estime de soi - Travail - Performance - Syndrome d épuisement Workaholism, another form of addiction Summary : Workaholism belongs to the behavioural addictions, also called «without substances» addictions, and is rather common in our society. The differential diagnosis must distinguish a hard worker, who has pleasure in his/her job, still profits from leisure time and maintains an excellent quality of life, from a true workaholic, who is prisoner of this compulsive behaviour that has negative consequences on his mental and physical health, his social and familial relationships and finally, his work performance itself. We describe here the various typologies of this mental disorder, its mode of evolution, its diagnostic approach, its multiple negative consequences for both patient and family as well as the main principles of management based on cognitive-behavioural therapy of this disorder that may be considered as a true addiction. Keywords : Addiction - Dependence - Work - Performance - Self esteem - Burnout Introduction (1) Professeur ordinaire, Université de Liège, Chef de Service, Service de Diabétologie, Nutrition et Maladies métaboliques et Unité de Pharmacologie clinique, CHU de Liège. A côté des dépendances aux substances psychoactives, il est communément admis de regrouper sous la dénomination d addictions comportementales toutes les conduites de dépendance à un comportement qui, par sa répétition compulsive, échappant au contrôle, peut être à l origine de conséquences négatives, qu elles soient psychologiques, somatiques ou relationnelles. L addiction au travail fait partie de ces addictions dites «sans drogues» (personne «droguée du travail»). Elle a été popularisée sous la terminologie anglo-saxonne «workaholism» (néologisme formé à partir de «work» et «alcoholism») par W. Oates en 1971 dans un livre devenu un «bestseller» (1). En français, les termes correspondants pourraient être «travailolisme» (ajout du suffixe d alcoolisme au mot travail) ou encore «ergodépendance», «ergomanie», «boulomanie» (2), mais ils ne sont guère usités. Par contre, l expression «esclave du travail» ou plus communément encore «bourreau de travail» est devenue populaire pour désigner une personne qui ne se ménage pas (accro du travail) et qui impose ou tend à imposer son régime de travail aux autres. A une époque où la société plébiscite les loisirs et où la plupart des gens aspirent à travailler moins (semaine des 35 heures, pré-retraite,), les personnes qui présentent une addiction au travail se singularisent manifestement par rapport à la masse. A la différence des autres toxicomanies, la dépendance au travail bénéficie généralement d une image plutôt positive dans le sens où elle donne aux autres l illusion d une volonté à toute épreuve, d une motivation profonde, d un engagement intense dans une activité valorisante, d une réussite sociale. Il est généralement admis que la question de l estime de soi est au centre de cette addiction au travail (2). Le but de cet article est d analyser plus précisément ce type de dépendance particulier, en complément d un autre article dévolu à cette même thématique paru dans la revue en 2010 auquel nous renvoyons le lecteur intéressé [(3): accessible online sur le site Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

2 A.J. Scheen Définition Plusieurs définitions existent dans la littérature (1, 4, 5). Leurs contenus diffèrent sensiblement en fonction du modèle théorique sur lequel ils s appuient (3). D une façon générale, l addiction au travail peut être définie comme un investissement excessif dans les activités professionnelles s accompagnant d une présence abusive sur le lieu du travail et/ou de la recherche frénétique de la performance ou de la productivité, à l origine d une négligence ou d un désintérêt pour les autres domaines de la vie et pouvant conduire à des répercussions physiques et psychologiques culminant dans un stade d épuisement professionnel («burnout») (6). Il n est pas facile de déterminer si une personne est «workaholic» et de la distinguer d un simple «gros travailleur» (7). Les spécialistes de la médecine du travail s accordent néanmoins sur trois signes caractéristiques orientant vers ce diagnostic : - le sujet «workaholic» travaille énormément, il consacre la plupart de son temps et de son énergie à son activité professionnelle; - il ne le fait pas par obligation de l un de ses supérieurs ou parce qu il a besoin d argent, mais plutôt suite à une motivation interne, une conviction, une vocation; - il ne prend pas plaisir à travailler, l enthousiasme a laissé la place à une véritable addiction dont il est prisonnier («esclave du travail») au détriment de toute autre activité. Phase de décompensation Le troisième stade aboutit à un retentissement délétère global, social et individuel, avec des répercussions physiques (céphalées, troubles cardio-vasculaires, ) et psychologiques (émoussements des affects, sentiment de dévalorisation, symptômes dépressifs, ) et, in fine, à un véritable épuisement professionnel, bien connu sous la terminologie anglo-saxonne de «burnout». Typologie Il existe manifestement différents types de personnes atteintes d une certaine addiction au travail qui possèdent, chacune, leurs propres caractéristiques (6). A ce titre, le «workaholism» doit être davantage considéré comme un syndrome que comme une entité nosologique univoque (9). Les principales typologies décrites dans la littérature sont résumées dans le tableau I (1, 4, 10). La description la plus détaillée revient à Spence et Robbins pour qui l addiction au travail peut être analysée selon trois composantes essentielles : l implication volontaire dans son travail, la pression externe à travailler de façon excessive et la satisfaction apportée par le travail (4). La notion de plaisir et d enthousiasme face au travail est sans doute importante dans la typologie des personnes présentant ce type d addiction : plus le degré de satisfaction et de plaisir est élevé, moins il existe des symptômes psychologiques ou physiques (11). Stades d évolution Sur le plan évolutif, trois stades successifs, de gravité croissante, peuvent être décrits (8). Phase d installation Le premier stade, d installation insidieuse, consiste en un allongement progressif du temps consacré au travail, au-delà des horaires habituels (sur le lieu du travail ou à domicile), associé à une réticence croissante à bénéficier de ses congés. Phase d état Le deuxième stade correspond à un surinvestissement dans le travail quasi frénétique, avec la survenue des premiers signes de retentissement négatif, sur le plan personnel (stress, troubles du sommeil, fatigue,..) ou sur le plan de la vie familiale (désinvestissement progressif, ), avec évitement de plus en plus marqué des moments de loisirs. Tableau I. Différentes typologies des personnes présentant une addiction au travail («workaholic») décrites dans la littérature Oates (1) Robinson (10) Spence et Robbins (4) 5 catégories 4 catégories 6 catégories (*) né converti situationnel Pseudoworkaholic fuyard infatigable boulimique avec déficit d attention méthodique enthousiaste enthousiaste non engagé détendu désenchanté (*) Individualisées en s appuyant sur un modèle tridimensionnel comportant l investissement au travail, la pression interne à travailler et la satisfaction au travail. 372 Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

3 «Workaholism» : dépendance au travail Selon le même concept, il a été proposé de faire la distinction entre un «bon» et un «mauvais workalholic» (12). Le premier est caractérisé par un engagement actif, volontaire et pleinement satisfaisant, avec débordement d énergie, excellente efficacité et remarquable productivité et, dans le même temps, peu de répercussions négatives. Dans ce cas, on a affaire à un travailleur acharné chez qui le travail est source de stimulation et de bien-être. Par contre, le second se caractérise par une activité compulsive, moins bien organisée et relativement peu productive, source d insatisfaction, d inconfort psychologique, de souffrance et de plaintes diverses. On retrouve alors souvent des formes de stress, de trouble obsessionnel compulsif («tocs») et de névrose obsessionnelle en relation avec le travail. Instruments d évaluation Il n est pas toujours aisé de faire la différence entre un «gros travailleur» et un «workaholic», sauf dans les cas caricaturaux (7). L impression initiale repose, avant tout, sur des critères subjectifs. Ainsi, comme déjà dit, le gros travailleur peut travailler plus que de raison, tout en restant capable de s arrêter lorsque son objectif professionnel est atteint et de profiter sereinement de ses temps libres. Il garde une excellente qualité de vie. A l inverse, le «workaholic» n est jamais satisfait du travail qu il a accompli et ne sait pas apprécier ses vacances (déprime) ou profiter de ses congés, car sa vie entière tourne autour du travail. Sa qualité de vie et son bien-être sont médiocres (13). Divers instruments psychométriques visant à dépister et à quantifier plus précisément la sévérité de l addiction au travail ont été développés. Les plus utilisés et les mieux validés sont deux auto-questionnaires, le «Work Addiction Risk Test» (25 items dont chaque réponse est cotée entre 1 et 4) (14) et la «Workaholism Battery» (3 séries de 7 à 9 items cotés de 1 à 5) (4). Ils ont déjà été décrits dans un article paru dans la revue (3). D autres ont été développés plus récemment, dont la «Bergen Work Addiction Scale» comportant 14 items (15). Ces questionnaires d auto-évaluation sont des outils de dépistage qui peuvent s avérer utiles en pratique clinique. Ainsi, le sujet qui se soumet au test peut plus aisément prendre conscience de son trouble de comportement (étape initiale cruciale dans l évolution vers la guérison, comme nous le verrons plus loin) tandis que le médecin peut repérer des formes d intensité encore modérée et quantifier de façon plus affinée la sévérité de la dépendance. Modèles théoriques explicatifs Plusieurs modèles théoriques explicatifs ont été proposés dans la littérature dont le modèle de l addiction («phénomène de récompense»), le modèle de l apprentissage («conditionnement opérant») et le modèle de la personnalité («comportement favorisé par un ensemble de traits innés ou acquis tôt dans la vie»). Ils ont été expliqués en détail dans un article précédent (3). Ces trois modèles appliqués à l addiction au travail ne sont cependant que des hypothèses et il est vraisemblable qu ils s intriquent, de façon variable, selon la personne considérée. Les trois modèles s accordent pour apporter des explications quant au fait que ce trouble du comportement se maintient généralement dans le temps, mais s opposent sur les causes de son apparition et sur sa capacité de réponse au changement (16). Quoi qu il en soit, les différents points de vue théoriques, du modèle psychanalytique aux modèles plus contemporains, mettent la question de l estime de soi (narcissisme) au centre de la problématique de l addiction au travail (2, 17). Epidémiologie Les données épidémiologiques concernant la prévalence de l addiction au travail sont relativement limitées dans la littérature internationale (2, 3). Selon une étude réalisée aux Etats-Unis, 25 à 30 % des américains seraient des «accrocs au travail» (5). Ces résultats ont été confirmés dans une autre investigation réalisée dans des entreprises américaines et canadiennes, avec une prévalence d addiction au travail estimée à 23 % (9). Il est cependant évident que les résultats obtenus dans de telles études dépendent fortement de la définition retenue pour poser le diagnostic de «workaholic», du mode de sélection de la population de travailleurs étudiée et des modalités de réalisation de l enquête. Bien que la dépendance au travail soit plus fréquemment observée dans le cadre d emplois rémunérés, elle ne concerne pas exclusivement les personnes avec un travail rétribué. Contrairement à une idée reçue, la prévalence de l addiction au travail ne serait pas significativement plus importante dans le sexe masculin par rapport au sexe féminin, en tout cas dans deux enquêtes réalisées aux Etats- Unis (5). Par contre, dans une autre étude israélienne, il existe une prévalence de l addiction Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

4 A.J. Scheen Il existe une relation assez forte entre l addiction au travail et le stress, avec toutes les conséquences que cela peut comporter pour la personne concernée (19). Les plaintes les plus habituelles sont d ordre psychologique au sens large (anxiété, irritabilité, trouble du sommeil, état dépressif, ) ou d ordre somatique (fatigue, céphalées, hypertension artérielle, ulcère gastro-duodénal, troubles fonctionnels digestifs divers, ). Les conséquences les plus dramatiques concernent, d une part, le synau travail significativement plus élevée chez les hommes et les travailleurs du secteur privé par rapport au secteur public (6). Facteurs de risque Il existe divers types de facteurs de risque favorisant le développement d une addiction au travail chez un individu donné. D une façon générale, ils peuvent être regroupés en facteurs ayant trait à la personnalité, à la profession ou à l environnement (8). Personnalité Les sujets affectés d une addiction au travail présentent souvent une faiblesse de l estime de soi à l origine d une quête de reconnaissance et de succès (personnalité narcissique) à laquelle l investissement professionnel peut permettre d accéder. On peut également retrouver des personnalités obsessionnelles et perfectionnistes. Le profil de personnalité de type A est fréquemment observé chez les sujets présentant une addiction au travail. Ce pattern A se caractérise par l ambition sociale, l importance de l investissement professionnel, la peur de l inactivité (impression de fuite du temps, réactions d impatience, ), une grande vulnérabilité face à l échec et à toute blessure narcissique, conduisant à un état de tension permanent. Ce profil de personnalité est fréquemment rencontré chez les patients coronariens. Profession Certains types d emploi, certains niveaux de responsabilité exposent à un risque accru de développer une addiction au travail. Les principaux arguments avancés par les individus pour justifier leur engagement volontaire dans ce type d activité professionnelle sont le caractère stimulant du travail et la notion de défi professionnel. Les postes à responsabilité sont considérés comme étant associés à un risque accru, ce qui pourrait expliquer, au moins dans certaines populations, que les femmes seraient actuellement moins exposées que les hommes (puisque, pour le moment, 2 à 3 fois moins de femmes occupent un poste correspondant à un emploi «à risque»). Environnement L environnement extra-professionnel peut aussi contribuer à l installation de l addiction au travail. Ainsi, les perturbations des relations affectives en général, qu elles soient fami- liales ou simplement amicales, sont reconnues comme des facteurs de prédisposition à la dépendance au travail. Dans ce cas, la «fuite» dans le travail constitue, en quelque sorte, une stratégie adaptative, plus ou moins consciente, ayant pour but d échapper à un milieu source d insatisfaction et de stress psychologique. Cet aspect devra absolument être pris en compte lors de l approche thérapeutique et peut, d ailleurs, entraver les chances de guérison. Conséquences négatives Tant que l individu est un travailleur acharné et qu il peut faire face au stress par une bonne réaction adaptative («coping» des auteurs anglosaxons) (18), les répercussions individuelles sont quasi inexistantes ou passent généralement inaperçues. L équilibre est cependant fragile et la personne peut progressivement décompenser, avec apparition de diverses plaintes psychologiques ou somatiques directement en rapport avec le stress (19, 20). Par ailleurs, l addiction au travail n est pas sans conséquences pour l environnement familial ou même professionnel (tableau II) (3). Répercussions individuelles Tableau II. Conséquences négatives multiples de la dépendance au travail Conséquences individuelles a) Psychologiques Stress, anxiété, dépression, troubles du sommeil, b) Somatiques Fatigue, céphalées, ulcère, hypertension, maladies cardiovasculaires, Conséquences familiales a) Conjoint Mésentente, divorce, b) Enfants Délaissement, pression malsaine, Conséquences professionnelles a) Sujet dépendant Diminution de productivité, isolement, b) Collègues Dévalorisation, pas de travail en équipe, 374 Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

5 «Workaholism» : dépendance au travail drome d épuisement («burnout»), d autre part, la survenue d un syndrome coronarien aigu. Répercussions familiales Le surinvestissement professionnel de la personne «workaholic» conduit à un désintéressement progressif de la vie familiale. Par ailleurs, la personne dépendante a tendance à imposer ses propres standards de perfectionnisme à son entourage, ce qui peut créer anxiété, angoisse et révolte. Il n est donc pas étonnant que l addiction au travail puisse engendrer des conflits conjugaux et créer des dysfonctionnements familiaux (21). Les conjoints ressentent plus d éloignement dans leur couple et éprouvent moins de sentiments positifs à l égard de leur partenaire, ce qui peut conduire au divorce (22). Quant aux enfants, ils se sentent délaissés ou alors soumis à une pression intolérable (en termes de succès scolaire ou professionnel), ce qui accroît le risque d anxiété et de dépression. Plus tard, à l adolescence, ils peuvent adopter, par mimétisme, des comportements compulsifs et développer, eux aussi, une dépendance au travail (23). Répercussions professionnelles Alors que l on pourrait penser que le sujet présentant une addiction au travail est tout bénéfice pour l entreprise, cela n est pas nécessairement le cas. Au stade d installation (travailleur acharné), le résultat est globalement positif. Cependant, lorsque le trouble s aggrave, la personne atteinte vit moins bien son acharnement au travail, a peur de l échec et devient moins efficace (18). Par ailleurs, elle entre souvent en conflit avec ses collègues, a tendance à travailler seule en étant incapable de déléguer et de fonctionner correctement au sein d une équipe (24). Les individus atteints d addiction au travail ont tendance à devenir des travailleurs inefficaces, car ils finissent par se concentrer sur le fait d être occupé plutôt que sur le fait d être productif! Approches thérapeutiques Le traitement de l addiction au travail repose essentiellement sur une approche cognitivocomportementale. La première étape est que la personne concernée prenne conscience de son trouble du comportement et accepte de se faire prendre en charge. Ce passage obligé n est, cependant, pas toujours évident (déni, le plus souvent), en particulier lorsque le comportement compulsif est sous-tendu par des difficultés relationnelles et/ou familiales, et correspond alors à un comportement d évitement, source de bénéfices secondaires. En cas de toxicomanie comportant des drogues (tabac, alcool, héroïne, ), l objectif thérapeutique consiste, en général, en une abstinence totale. Dans le cas de l addiction au travail, cet objectif est évidemment difficilement envisageable chez la plupart des personnes concernées. Les différentes approches proposées dans la prise en charge de l addiction au travail sont la gestion du stress, la psychothérapie, les thérapies familiales et les groupes d entraide. Elles ont été décrites en détail dans un article précédent (3). Le principal traitement de l addiction au travail repose sur une approche psychothérapeutique de type cognitivo-comportemental. Ainsi, après une évaluation minutieuse des comportements au travail et une identification des différents facteurs favorisants, la thérapie a pour but d apprendre à résister à la compulsion en adoptant des stratégies comportementales favorisant la reprise d une vie normale, à savoir comportant une répartition équilibrée entre les activités professionnelles et les moments de détente. Une fois que la personne est guérie de son addiction au travail, il a été montré qu elle récupère une meilleure productivité, tout en consacrant beaucoup moins de temps à son activité professionnelle (20). Conclusion Certaines personnes travaillent beaucoup parce qu elles sont simplement passionnées par leur travail. Pour d autres, ce n est pas un choix délibéré, plutôt une obligation résultant non de pressions extérieures, mais d une force interne irrépressible (comportement de type compulsif). Les «workaholics», comme on les appelle, sont dépendants du travail au même titre que certains le sont vis-à-vis de l alcool, de la drogue, du sexe ou des jeux de hasard. A ce stade extrême, ces «esclaves» du travail doivent être considérés comme des malades, d autant plus que cette forme de dépendance peut engendrer divers troubles psychologiques ou somatiques auxquels le médecin est régulièrement confronté. Après avoir été diagnostiquées et pourvu qu elles aient accepté le diagnostic, les personnes présentant une addiction au travail doivent bénéficier d une aide médicale adéquate, basée sur une approche psycho-cognitivo-comportementale, si possible dans le cadre d une équipe spécialisée. Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

6 A.J. Scheen Bibliographie 1. Oates W. Confessions of a workaholic : the facts about work addiction. New York, New York World Pub Co Elowe J. Boulomanie : entre illusion et addiction. Encéphale, 2010, 36, Karila L, Liot K, Reynaud M. Le travail : une addiction potentielle? Rev Med Liège, 2010, 65, Spence JT, Robbins AS. Workaholism : definition, measurement, and preliminary results. J Pers Assess, 1992, 58, Robinson B. Chained to the desk : a guidebook for workaholics, their partners and children and the clinician who treat them. New York, Harpaz I, Snir R. Workaholism : its definition and nature. Human Relations, 2003, 56, van Beek I, Taris TW, Schaufeli WB. and work engaged employees : dead ringers or worlds apart? J Occup Health Psychol, 2011, 16, Limosin F. L addiction au travail. La lettre du Psychiatre, 2008, 4, Aziz S, Zickar MJ. A cluster analysis investigation of workaholism as a syndrome. J Occup Health Psychol, 2006, 11, Robinson BE. A typology of workaholics with implications for counselors. J Add Off Couns, 2000, 21, Buelens M, Poelmans S. Enriching the Spence and Robbins typology of workaholism : demographic, motivational and organizational correlates. J Organizational Change Manag, 2004, 17, Schaufeli W, Taris T, Bakker A. Jekkyl or Mr. Hyde: on the differences between work engagement and workaholism. In: Burke RJ, Ed. Research companion to work hours and work addiction. Cheltenham : Edward Elgar Shimazu A, Schaufeli WB, Kubota K, Kawakami N. Do workaholism and work engagement predict employee well-being and performance in opposite directions? Ind Health, 2012, 50, Robinson BE, Phillips B. Measuring workaholism: content validity of the Work Addiction Risk Test. Psychol Rep, 1995, 77, Andreassen CS, Griffiths MD, Hetland J, Pallesen S. Development of a work addiction scale. Scand J Psychol, 2012, 53, McMillan L, O Driscoll M, Marsh N, Brady E. Understanding workaholism : data synthesis, theoretical critique, and future design strategies. Int J Stress Manag, 2001, 8, Burke RJ. Workaholism, self-esteem, and motives for money. Psychol Rep, 2004, 94, Shimazu A, Schaufeli W, Taris T. How does workaholism affect worker health and performance? The mediating role of coping. Int J Behav Med, 2010, 17, Scantamburlo G, Scheen AJ. Rôle du stress psychosocial dans les maladies complexes. Rev Med Liège, 2012, 67, Burke RJ. Workaholism in organizations : psychological and physical well-being consequences. Stress Medicine, 2000, 16, Robinson BE, Post P. Risk of addiction to work and family functioning. Psychol Rep, 1997, 81, Burke RJ. Workaholism and divorce. Psychol Rep, 2000, 86, Robinson B. Adult children of workaholics : clinical and empirical research with implications for family therapists. J Fam Psych, 2000, 11, Bonebright C, Clay D, Ankenmann R. The relationship of workaholism and work-life conflict, life satisfaction, and purpose in life. J Couns Psychol, 2000, 47, Les demandes de tirés à part sont à adresser au Pr A.J. Scheen, Département de Médecine, CHU de Liège, Belgique. 376 Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Différents facteurs impliqués dans l addiction

Différents facteurs impliqués dans l addiction Différents facteurs impliqués dans l addiction Facteurs génétiques Neurobiologiques Circuits, métabolisme, neuroadaptation Développement Puberté Maturation cérébrale Sexe Comportement Tempérament Personnalité

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Présentation: Aline Mendes

Présentation: Aline Mendes Présentation: Aline Mendes Définition et aspects épidémiologiques; Parcours d un aidant et survenue du fardeau; Modalités d intervention; Institutionnalisation; L aidant professionnel; Réseau à Genève.

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010.

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010. Octobre 00 Nobody s Unpredictable Sondage effectué pour : Agence Thomas Marko & Associés Echantillon : 000 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Nouvelles addictions comportementales Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Item N 77. Addictions comportementales Diagnostiquer, évaluer le retentissement

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Burn out des professionnels de santé. Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences?

Burn out des professionnels de santé. Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences? Burn out des professionnels de santé Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences? Docteur Jean-Claude PERREAND Centre Hospitalier de Valence De quoi parle t-on? Burn out, ou syndrome d épuisement

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE Et Hygiène? De quoi parle-t-on? Burn.Out. ou syndrome d épuisement professionnel : «maladie caractérisée par un ensemble de signes, de symptômes et de modifications

Plus en détail

LE STRESS PROFESSIONNEL

LE STRESS PROFESSIONNEL LE STRESS PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE EN SUISSE ROMANDE Communication donnée lors des Doctoriales des EDSE 2012, tenu à Genève le 4 mai 2012 Carl Denecker Université de Genève

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

Comportements addictifs

Comportements addictifs Comportements addictifs Les cyberdépendances Addictions comportementales, Qu est-ce que c est? L addiction, au sens général, peut se définir par une envie incontrôlable et répétée, de consommer un produit

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE lu ~~ Référence: DB Objet: Nouvelles fiches de saisine du Comité Technique Paritaire Circulaire sur le stress

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Prévenir... les méfaits du stress

Prévenir... les méfaits du stress Prévenir... les méfaits du stress 23 Vous avez dit? T out le monde se dit. Le stress est souvent considéré comme un mal inévitable de la vie moderne. C est à la fois un alibi, un bouc-émissaire et un sujet

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Description des résidants dans les IHP et les MSP

Description des résidants dans les IHP et les MSP I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants

Plus en détail

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Carlo Diederich Directeur Santé&Spa Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Mondorf Healthcare at work Nouveau service destiné aux entreprises en collaboration avec les Services de Médecine du Travail

Plus en détail

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions La psychothérapie Se poser les bonnes questions? LA PSYCHOTHÉRAPIE Au Québec, la psychothérapie est une activité réservée par la loi * depuis juin 2012, ce qui signifie que seules les personnes autorisées,

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE?

SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE? SOUFFREZ-VOUS D UN TROUBLE BIPOLAIRE? Les changements de l humeur constituent un phénomène normal de la vie. Cependant, dans la maladie bipolaire, ces changements sont hors de proportion avec les énervements.

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11 LES ADDICTIONS Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France Du produit à l addiction Auparavant l accent était mis sur la substance alcool/drogue qui était diabolisée

Plus en détail

Quand le stress nous rend malade

Quand le stress nous rend malade Yuri Arcurs Quand le stress nous rend malade Tous concernés! De quoi s agit-il? Le stress stimule notre organisme pour qu'il s'adapte à une nouvelle situation, bonne ou mauvaise. Deux hormones sont alors

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1 " Table des matières Introduction Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... 7 8 8 Chapitre 1 Connaître les bases de l'affirmation de soi et de la communication Les comportements

Plus en détail

testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité!

testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! : t i u t a r g t i Extra testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! Enoncé Un fan de casino Vous êtes praticien dans la belle ville d Enghien (célèbre pour son casino ). Vous recevez Joël 43

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

LA SCLEROSE EN PLAQUES

LA SCLEROSE EN PLAQUES Fiche 4 LA SCLEROSE EN PLAQUES PRESENTATION Quelques généralités La sclérose en plaques (SEP) est une maladie qui se caractérise par l apparition dans le système nerveux central de petites lésions disséminées,

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

Autisme Questions/Réponses

Autisme Questions/Réponses Autisme Questions/Réponses 1. Quelle est la définition de l autisme et des autres troubles envahissants du développement établie dans l état des connaissances élaboré et publié par la HAS? Les définitions

Plus en détail

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie?

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? 18 2 e semestre 2012/HesaMag #06 Dossier spécial 7/34 Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? La protection du bien-être au travail est un droit des salariés.

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Double diagnostic. Rapport sommaire. Recommendations. Définitions. Quelques statistiques. Décembre 2005. Parmi les sujets prioritaires,

Double diagnostic. Rapport sommaire. Recommendations. Définitions. Quelques statistiques. Décembre 2005. Parmi les sujets prioritaires, Double diagnostic Association canadienne pour la santé mentale, section d Ottawa Karen Shipman, Gestionnaire de programme kshipman@cmhaottawa.ca Rapport sommaire Décembre 2005 Hôpitaux spécialisées de

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes

Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes «Une association de l analyse des réseaux sociaux à une perspective clinique des histoires et du contexte de

Plus en détail

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant MYLÈNE GINCHEREAU M.SC. PSYCHOÉDUCATION

Plus en détail

Utilisation d outils d soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic

Utilisation d outils d soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic Utilisation d outils d pour soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic Martine Habra, PhD Agente de planification, programmation et recherche Institut universitaire en santé mentale Douglas

Plus en détail

Approche centrée e sur le patient

Approche centrée e sur le patient Approche centrée e sur le patient Objectifs Prendre conscience des différences de type d approche Connaître le concept de l approche centrée sur le patient Savoir utiliser un outil d approche centrée sur

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL. Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30

SANTE AU TRAVAIL. Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30 SANTE AU TRAVAIL Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30 Le management des RPS dans son entreprise RPS, de quoi parle-t-on? Quelle démarche

Plus en détail

ressources humaines élevez les performances individuelles et collectives grâce à notre modèle scientifique innovant de gestion du capital Humain

ressources humaines élevez les performances individuelles et collectives grâce à notre modèle scientifique innovant de gestion du capital Humain Professionnels des ressources humaines élevez les performances individuelles et collectives grâce à notre modèle scientifique innovant de gestion du capital Humain Trouver le bon candidat, celui auquel

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle

Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle M e Annick Gariépy, Barreau du Québec M e Marie Christine Kirouack, Ad. E., PAMBA Congrès AJBQ 22 mai 2015 L archétype du bon

Plus en détail

Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne

Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne Le Conseil fédéral Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne Rapport du Conseil fédéral en réponse aux postulats Forster-Vannini (09.3521) du 9.6.2009 et Schmid-Federer (09.3579) du 10.6.2009

Plus en détail

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat.

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat. Expertis Étude Stress Stress sur le Éléments statistiques Dr Brigitte Lanusse-Cazalé Production : Le Laussat. Les réactions au stress Les phases de stress + le stress dure, + le capital d adaptation s

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

LES MECANISMES DE DEFENSE

LES MECANISMES DE DEFENSE LES MECANISMES DE DEFENSE Table des matières Table des matières 3 I - GENERALITES, DEFINITION 7 A. GENERALITES, DEFINITION...7 II - LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE 9 A. le refoulement :...9 B. la

Plus en détail

Insalubrité morbide. menace la santé. lorsqu il constitue une menace pour la santé ou la sécurité de ses occupants. Il est donc

Insalubrité morbide. menace la santé. lorsqu il constitue une menace pour la santé ou la sécurité de ses occupants. Il est donc Insalubrité morbide Quand l insalubrité menace la santé Un logement est considéré insalubre lorsqu il constitue une menace pour la santé ou la sécurité de ses occupants. Il est donc impropre à l habitation.

Plus en détail