«WORKAHOLISM» : la dépendance au travail, une autre forme d addiction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«WORKAHOLISM» : la dépendance au travail, une autre forme d addiction"

Transcription

1 «WORKAHOLISM» : la dépendance au travail, une autre forme d addiction «Γνώθι σeαυτόν» ou «Connais-toi toi-même» Socrate, Athènes, avant JC A.J. Scheen (1) Résumé : L addiction au travail fait partie des dépendances comportementales, appelées encore dépendances sans drogues, elle est fréquemment rencontrée dans notre société. Le diagnostic différentiel consiste à distinguer un travailleur acharné, qui trouve plaisir dans son activité professionnelle, réussit à profiter de ses loisirs et garde une excellente qualité de vie, d un vrai dépendant du travail, prisonnier de son comportement compulsif qui finit par retentir sur sa santé psychique et physique, ses relations sociales et familiales et, in fine, sur la qualité même de son travail professionnel. Nous décrirons les différentes typologies caractérisant cette affection, son mode d évolution, les bases du diagnostic, les différents facteurs de risque, les multiples conséquences négatives pour la personne atteinte et son entourage ainsi que les grands principes de la prise en charge, basée sur une approche cognitivo-comportementale, de ce trouble apparenté à une véritable «toxicomanie». Mots-clés : Addiction - Dépendance - Estime de soi - Travail - Performance - Syndrome d épuisement Workaholism, another form of addiction Summary : Workaholism belongs to the behavioural addictions, also called «without substances» addictions, and is rather common in our society. The differential diagnosis must distinguish a hard worker, who has pleasure in his/her job, still profits from leisure time and maintains an excellent quality of life, from a true workaholic, who is prisoner of this compulsive behaviour that has negative consequences on his mental and physical health, his social and familial relationships and finally, his work performance itself. We describe here the various typologies of this mental disorder, its mode of evolution, its diagnostic approach, its multiple negative consequences for both patient and family as well as the main principles of management based on cognitive-behavioural therapy of this disorder that may be considered as a true addiction. Keywords : Addiction - Dependence - Work - Performance - Self esteem - Burnout Introduction (1) Professeur ordinaire, Université de Liège, Chef de Service, Service de Diabétologie, Nutrition et Maladies métaboliques et Unité de Pharmacologie clinique, CHU de Liège. A côté des dépendances aux substances psychoactives, il est communément admis de regrouper sous la dénomination d addictions comportementales toutes les conduites de dépendance à un comportement qui, par sa répétition compulsive, échappant au contrôle, peut être à l origine de conséquences négatives, qu elles soient psychologiques, somatiques ou relationnelles. L addiction au travail fait partie de ces addictions dites «sans drogues» (personne «droguée du travail»). Elle a été popularisée sous la terminologie anglo-saxonne «workaholism» (néologisme formé à partir de «work» et «alcoholism») par W. Oates en 1971 dans un livre devenu un «bestseller» (1). En français, les termes correspondants pourraient être «travailolisme» (ajout du suffixe d alcoolisme au mot travail) ou encore «ergodépendance», «ergomanie», «boulomanie» (2), mais ils ne sont guère usités. Par contre, l expression «esclave du travail» ou plus communément encore «bourreau de travail» est devenue populaire pour désigner une personne qui ne se ménage pas (accro du travail) et qui impose ou tend à imposer son régime de travail aux autres. A une époque où la société plébiscite les loisirs et où la plupart des gens aspirent à travailler moins (semaine des 35 heures, pré-retraite,), les personnes qui présentent une addiction au travail se singularisent manifestement par rapport à la masse. A la différence des autres toxicomanies, la dépendance au travail bénéficie généralement d une image plutôt positive dans le sens où elle donne aux autres l illusion d une volonté à toute épreuve, d une motivation profonde, d un engagement intense dans une activité valorisante, d une réussite sociale. Il est généralement admis que la question de l estime de soi est au centre de cette addiction au travail (2). Le but de cet article est d analyser plus précisément ce type de dépendance particulier, en complément d un autre article dévolu à cette même thématique paru dans la revue en 2010 auquel nous renvoyons le lecteur intéressé [(3): accessible online sur le site Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

2 A.J. Scheen Définition Plusieurs définitions existent dans la littérature (1, 4, 5). Leurs contenus diffèrent sensiblement en fonction du modèle théorique sur lequel ils s appuient (3). D une façon générale, l addiction au travail peut être définie comme un investissement excessif dans les activités professionnelles s accompagnant d une présence abusive sur le lieu du travail et/ou de la recherche frénétique de la performance ou de la productivité, à l origine d une négligence ou d un désintérêt pour les autres domaines de la vie et pouvant conduire à des répercussions physiques et psychologiques culminant dans un stade d épuisement professionnel («burnout») (6). Il n est pas facile de déterminer si une personne est «workaholic» et de la distinguer d un simple «gros travailleur» (7). Les spécialistes de la médecine du travail s accordent néanmoins sur trois signes caractéristiques orientant vers ce diagnostic : - le sujet «workaholic» travaille énormément, il consacre la plupart de son temps et de son énergie à son activité professionnelle; - il ne le fait pas par obligation de l un de ses supérieurs ou parce qu il a besoin d argent, mais plutôt suite à une motivation interne, une conviction, une vocation; - il ne prend pas plaisir à travailler, l enthousiasme a laissé la place à une véritable addiction dont il est prisonnier («esclave du travail») au détriment de toute autre activité. Phase de décompensation Le troisième stade aboutit à un retentissement délétère global, social et individuel, avec des répercussions physiques (céphalées, troubles cardio-vasculaires, ) et psychologiques (émoussements des affects, sentiment de dévalorisation, symptômes dépressifs, ) et, in fine, à un véritable épuisement professionnel, bien connu sous la terminologie anglo-saxonne de «burnout». Typologie Il existe manifestement différents types de personnes atteintes d une certaine addiction au travail qui possèdent, chacune, leurs propres caractéristiques (6). A ce titre, le «workaholism» doit être davantage considéré comme un syndrome que comme une entité nosologique univoque (9). Les principales typologies décrites dans la littérature sont résumées dans le tableau I (1, 4, 10). La description la plus détaillée revient à Spence et Robbins pour qui l addiction au travail peut être analysée selon trois composantes essentielles : l implication volontaire dans son travail, la pression externe à travailler de façon excessive et la satisfaction apportée par le travail (4). La notion de plaisir et d enthousiasme face au travail est sans doute importante dans la typologie des personnes présentant ce type d addiction : plus le degré de satisfaction et de plaisir est élevé, moins il existe des symptômes psychologiques ou physiques (11). Stades d évolution Sur le plan évolutif, trois stades successifs, de gravité croissante, peuvent être décrits (8). Phase d installation Le premier stade, d installation insidieuse, consiste en un allongement progressif du temps consacré au travail, au-delà des horaires habituels (sur le lieu du travail ou à domicile), associé à une réticence croissante à bénéficier de ses congés. Phase d état Le deuxième stade correspond à un surinvestissement dans le travail quasi frénétique, avec la survenue des premiers signes de retentissement négatif, sur le plan personnel (stress, troubles du sommeil, fatigue,..) ou sur le plan de la vie familiale (désinvestissement progressif, ), avec évitement de plus en plus marqué des moments de loisirs. Tableau I. Différentes typologies des personnes présentant une addiction au travail («workaholic») décrites dans la littérature Oates (1) Robinson (10) Spence et Robbins (4) 5 catégories 4 catégories 6 catégories (*) né converti situationnel Pseudoworkaholic fuyard infatigable boulimique avec déficit d attention méthodique enthousiaste enthousiaste non engagé détendu désenchanté (*) Individualisées en s appuyant sur un modèle tridimensionnel comportant l investissement au travail, la pression interne à travailler et la satisfaction au travail. 372 Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

3 «Workaholism» : dépendance au travail Selon le même concept, il a été proposé de faire la distinction entre un «bon» et un «mauvais workalholic» (12). Le premier est caractérisé par un engagement actif, volontaire et pleinement satisfaisant, avec débordement d énergie, excellente efficacité et remarquable productivité et, dans le même temps, peu de répercussions négatives. Dans ce cas, on a affaire à un travailleur acharné chez qui le travail est source de stimulation et de bien-être. Par contre, le second se caractérise par une activité compulsive, moins bien organisée et relativement peu productive, source d insatisfaction, d inconfort psychologique, de souffrance et de plaintes diverses. On retrouve alors souvent des formes de stress, de trouble obsessionnel compulsif («tocs») et de névrose obsessionnelle en relation avec le travail. Instruments d évaluation Il n est pas toujours aisé de faire la différence entre un «gros travailleur» et un «workaholic», sauf dans les cas caricaturaux (7). L impression initiale repose, avant tout, sur des critères subjectifs. Ainsi, comme déjà dit, le gros travailleur peut travailler plus que de raison, tout en restant capable de s arrêter lorsque son objectif professionnel est atteint et de profiter sereinement de ses temps libres. Il garde une excellente qualité de vie. A l inverse, le «workaholic» n est jamais satisfait du travail qu il a accompli et ne sait pas apprécier ses vacances (déprime) ou profiter de ses congés, car sa vie entière tourne autour du travail. Sa qualité de vie et son bien-être sont médiocres (13). Divers instruments psychométriques visant à dépister et à quantifier plus précisément la sévérité de l addiction au travail ont été développés. Les plus utilisés et les mieux validés sont deux auto-questionnaires, le «Work Addiction Risk Test» (25 items dont chaque réponse est cotée entre 1 et 4) (14) et la «Workaholism Battery» (3 séries de 7 à 9 items cotés de 1 à 5) (4). Ils ont déjà été décrits dans un article paru dans la revue (3). D autres ont été développés plus récemment, dont la «Bergen Work Addiction Scale» comportant 14 items (15). Ces questionnaires d auto-évaluation sont des outils de dépistage qui peuvent s avérer utiles en pratique clinique. Ainsi, le sujet qui se soumet au test peut plus aisément prendre conscience de son trouble de comportement (étape initiale cruciale dans l évolution vers la guérison, comme nous le verrons plus loin) tandis que le médecin peut repérer des formes d intensité encore modérée et quantifier de façon plus affinée la sévérité de la dépendance. Modèles théoriques explicatifs Plusieurs modèles théoriques explicatifs ont été proposés dans la littérature dont le modèle de l addiction («phénomène de récompense»), le modèle de l apprentissage («conditionnement opérant») et le modèle de la personnalité («comportement favorisé par un ensemble de traits innés ou acquis tôt dans la vie»). Ils ont été expliqués en détail dans un article précédent (3). Ces trois modèles appliqués à l addiction au travail ne sont cependant que des hypothèses et il est vraisemblable qu ils s intriquent, de façon variable, selon la personne considérée. Les trois modèles s accordent pour apporter des explications quant au fait que ce trouble du comportement se maintient généralement dans le temps, mais s opposent sur les causes de son apparition et sur sa capacité de réponse au changement (16). Quoi qu il en soit, les différents points de vue théoriques, du modèle psychanalytique aux modèles plus contemporains, mettent la question de l estime de soi (narcissisme) au centre de la problématique de l addiction au travail (2, 17). Epidémiologie Les données épidémiologiques concernant la prévalence de l addiction au travail sont relativement limitées dans la littérature internationale (2, 3). Selon une étude réalisée aux Etats-Unis, 25 à 30 % des américains seraient des «accrocs au travail» (5). Ces résultats ont été confirmés dans une autre investigation réalisée dans des entreprises américaines et canadiennes, avec une prévalence d addiction au travail estimée à 23 % (9). Il est cependant évident que les résultats obtenus dans de telles études dépendent fortement de la définition retenue pour poser le diagnostic de «workaholic», du mode de sélection de la population de travailleurs étudiée et des modalités de réalisation de l enquête. Bien que la dépendance au travail soit plus fréquemment observée dans le cadre d emplois rémunérés, elle ne concerne pas exclusivement les personnes avec un travail rétribué. Contrairement à une idée reçue, la prévalence de l addiction au travail ne serait pas significativement plus importante dans le sexe masculin par rapport au sexe féminin, en tout cas dans deux enquêtes réalisées aux Etats- Unis (5). Par contre, dans une autre étude israélienne, il existe une prévalence de l addiction Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

4 A.J. Scheen Il existe une relation assez forte entre l addiction au travail et le stress, avec toutes les conséquences que cela peut comporter pour la personne concernée (19). Les plaintes les plus habituelles sont d ordre psychologique au sens large (anxiété, irritabilité, trouble du sommeil, état dépressif, ) ou d ordre somatique (fatigue, céphalées, hypertension artérielle, ulcère gastro-duodénal, troubles fonctionnels digestifs divers, ). Les conséquences les plus dramatiques concernent, d une part, le synau travail significativement plus élevée chez les hommes et les travailleurs du secteur privé par rapport au secteur public (6). Facteurs de risque Il existe divers types de facteurs de risque favorisant le développement d une addiction au travail chez un individu donné. D une façon générale, ils peuvent être regroupés en facteurs ayant trait à la personnalité, à la profession ou à l environnement (8). Personnalité Les sujets affectés d une addiction au travail présentent souvent une faiblesse de l estime de soi à l origine d une quête de reconnaissance et de succès (personnalité narcissique) à laquelle l investissement professionnel peut permettre d accéder. On peut également retrouver des personnalités obsessionnelles et perfectionnistes. Le profil de personnalité de type A est fréquemment observé chez les sujets présentant une addiction au travail. Ce pattern A se caractérise par l ambition sociale, l importance de l investissement professionnel, la peur de l inactivité (impression de fuite du temps, réactions d impatience, ), une grande vulnérabilité face à l échec et à toute blessure narcissique, conduisant à un état de tension permanent. Ce profil de personnalité est fréquemment rencontré chez les patients coronariens. Profession Certains types d emploi, certains niveaux de responsabilité exposent à un risque accru de développer une addiction au travail. Les principaux arguments avancés par les individus pour justifier leur engagement volontaire dans ce type d activité professionnelle sont le caractère stimulant du travail et la notion de défi professionnel. Les postes à responsabilité sont considérés comme étant associés à un risque accru, ce qui pourrait expliquer, au moins dans certaines populations, que les femmes seraient actuellement moins exposées que les hommes (puisque, pour le moment, 2 à 3 fois moins de femmes occupent un poste correspondant à un emploi «à risque»). Environnement L environnement extra-professionnel peut aussi contribuer à l installation de l addiction au travail. Ainsi, les perturbations des relations affectives en général, qu elles soient fami- liales ou simplement amicales, sont reconnues comme des facteurs de prédisposition à la dépendance au travail. Dans ce cas, la «fuite» dans le travail constitue, en quelque sorte, une stratégie adaptative, plus ou moins consciente, ayant pour but d échapper à un milieu source d insatisfaction et de stress psychologique. Cet aspect devra absolument être pris en compte lors de l approche thérapeutique et peut, d ailleurs, entraver les chances de guérison. Conséquences négatives Tant que l individu est un travailleur acharné et qu il peut faire face au stress par une bonne réaction adaptative («coping» des auteurs anglosaxons) (18), les répercussions individuelles sont quasi inexistantes ou passent généralement inaperçues. L équilibre est cependant fragile et la personne peut progressivement décompenser, avec apparition de diverses plaintes psychologiques ou somatiques directement en rapport avec le stress (19, 20). Par ailleurs, l addiction au travail n est pas sans conséquences pour l environnement familial ou même professionnel (tableau II) (3). Répercussions individuelles Tableau II. Conséquences négatives multiples de la dépendance au travail Conséquences individuelles a) Psychologiques Stress, anxiété, dépression, troubles du sommeil, b) Somatiques Fatigue, céphalées, ulcère, hypertension, maladies cardiovasculaires, Conséquences familiales a) Conjoint Mésentente, divorce, b) Enfants Délaissement, pression malsaine, Conséquences professionnelles a) Sujet dépendant Diminution de productivité, isolement, b) Collègues Dévalorisation, pas de travail en équipe, 374 Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

5 «Workaholism» : dépendance au travail drome d épuisement («burnout»), d autre part, la survenue d un syndrome coronarien aigu. Répercussions familiales Le surinvestissement professionnel de la personne «workaholic» conduit à un désintéressement progressif de la vie familiale. Par ailleurs, la personne dépendante a tendance à imposer ses propres standards de perfectionnisme à son entourage, ce qui peut créer anxiété, angoisse et révolte. Il n est donc pas étonnant que l addiction au travail puisse engendrer des conflits conjugaux et créer des dysfonctionnements familiaux (21). Les conjoints ressentent plus d éloignement dans leur couple et éprouvent moins de sentiments positifs à l égard de leur partenaire, ce qui peut conduire au divorce (22). Quant aux enfants, ils se sentent délaissés ou alors soumis à une pression intolérable (en termes de succès scolaire ou professionnel), ce qui accroît le risque d anxiété et de dépression. Plus tard, à l adolescence, ils peuvent adopter, par mimétisme, des comportements compulsifs et développer, eux aussi, une dépendance au travail (23). Répercussions professionnelles Alors que l on pourrait penser que le sujet présentant une addiction au travail est tout bénéfice pour l entreprise, cela n est pas nécessairement le cas. Au stade d installation (travailleur acharné), le résultat est globalement positif. Cependant, lorsque le trouble s aggrave, la personne atteinte vit moins bien son acharnement au travail, a peur de l échec et devient moins efficace (18). Par ailleurs, elle entre souvent en conflit avec ses collègues, a tendance à travailler seule en étant incapable de déléguer et de fonctionner correctement au sein d une équipe (24). Les individus atteints d addiction au travail ont tendance à devenir des travailleurs inefficaces, car ils finissent par se concentrer sur le fait d être occupé plutôt que sur le fait d être productif! Approches thérapeutiques Le traitement de l addiction au travail repose essentiellement sur une approche cognitivocomportementale. La première étape est que la personne concernée prenne conscience de son trouble du comportement et accepte de se faire prendre en charge. Ce passage obligé n est, cependant, pas toujours évident (déni, le plus souvent), en particulier lorsque le comportement compulsif est sous-tendu par des difficultés relationnelles et/ou familiales, et correspond alors à un comportement d évitement, source de bénéfices secondaires. En cas de toxicomanie comportant des drogues (tabac, alcool, héroïne, ), l objectif thérapeutique consiste, en général, en une abstinence totale. Dans le cas de l addiction au travail, cet objectif est évidemment difficilement envisageable chez la plupart des personnes concernées. Les différentes approches proposées dans la prise en charge de l addiction au travail sont la gestion du stress, la psychothérapie, les thérapies familiales et les groupes d entraide. Elles ont été décrites en détail dans un article précédent (3). Le principal traitement de l addiction au travail repose sur une approche psychothérapeutique de type cognitivo-comportemental. Ainsi, après une évaluation minutieuse des comportements au travail et une identification des différents facteurs favorisants, la thérapie a pour but d apprendre à résister à la compulsion en adoptant des stratégies comportementales favorisant la reprise d une vie normale, à savoir comportant une répartition équilibrée entre les activités professionnelles et les moments de détente. Une fois que la personne est guérie de son addiction au travail, il a été montré qu elle récupère une meilleure productivité, tout en consacrant beaucoup moins de temps à son activité professionnelle (20). Conclusion Certaines personnes travaillent beaucoup parce qu elles sont simplement passionnées par leur travail. Pour d autres, ce n est pas un choix délibéré, plutôt une obligation résultant non de pressions extérieures, mais d une force interne irrépressible (comportement de type compulsif). Les «workaholics», comme on les appelle, sont dépendants du travail au même titre que certains le sont vis-à-vis de l alcool, de la drogue, du sexe ou des jeux de hasard. A ce stade extrême, ces «esclaves» du travail doivent être considérés comme des malades, d autant plus que cette forme de dépendance peut engendrer divers troubles psychologiques ou somatiques auxquels le médecin est régulièrement confronté. Après avoir été diagnostiquées et pourvu qu elles aient accepté le diagnostic, les personnes présentant une addiction au travail doivent bénéficier d une aide médicale adéquate, basée sur une approche psycho-cognitivo-comportementale, si possible dans le cadre d une équipe spécialisée. Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

6 A.J. Scheen Bibliographie 1. Oates W. Confessions of a workaholic : the facts about work addiction. New York, New York World Pub Co Elowe J. Boulomanie : entre illusion et addiction. Encéphale, 2010, 36, Karila L, Liot K, Reynaud M. Le travail : une addiction potentielle? Rev Med Liège, 2010, 65, Spence JT, Robbins AS. Workaholism : definition, measurement, and preliminary results. J Pers Assess, 1992, 58, Robinson B. Chained to the desk : a guidebook for workaholics, their partners and children and the clinician who treat them. New York, Harpaz I, Snir R. Workaholism : its definition and nature. Human Relations, 2003, 56, van Beek I, Taris TW, Schaufeli WB. and work engaged employees : dead ringers or worlds apart? J Occup Health Psychol, 2011, 16, Limosin F. L addiction au travail. La lettre du Psychiatre, 2008, 4, Aziz S, Zickar MJ. A cluster analysis investigation of workaholism as a syndrome. J Occup Health Psychol, 2006, 11, Robinson BE. A typology of workaholics with implications for counselors. J Add Off Couns, 2000, 21, Buelens M, Poelmans S. Enriching the Spence and Robbins typology of workaholism : demographic, motivational and organizational correlates. J Organizational Change Manag, 2004, 17, Schaufeli W, Taris T, Bakker A. Jekkyl or Mr. Hyde: on the differences between work engagement and workaholism. In: Burke RJ, Ed. Research companion to work hours and work addiction. Cheltenham : Edward Elgar Shimazu A, Schaufeli WB, Kubota K, Kawakami N. Do workaholism and work engagement predict employee well-being and performance in opposite directions? Ind Health, 2012, 50, Robinson BE, Phillips B. Measuring workaholism: content validity of the Work Addiction Risk Test. Psychol Rep, 1995, 77, Andreassen CS, Griffiths MD, Hetland J, Pallesen S. Development of a work addiction scale. Scand J Psychol, 2012, 53, McMillan L, O Driscoll M, Marsh N, Brady E. Understanding workaholism : data synthesis, theoretical critique, and future design strategies. Int J Stress Manag, 2001, 8, Burke RJ. Workaholism, self-esteem, and motives for money. Psychol Rep, 2004, 94, Shimazu A, Schaufeli W, Taris T. How does workaholism affect worker health and performance? The mediating role of coping. Int J Behav Med, 2010, 17, Scantamburlo G, Scheen AJ. Rôle du stress psychosocial dans les maladies complexes. Rev Med Liège, 2012, 67, Burke RJ. Workaholism in organizations : psychological and physical well-being consequences. Stress Medicine, 2000, 16, Robinson BE, Post P. Risk of addiction to work and family functioning. Psychol Rep, 1997, 81, Burke RJ. Workaholism and divorce. Psychol Rep, 2000, 86, Robinson B. Adult children of workaholics : clinical and empirical research with implications for family therapists. J Fam Psych, 2000, 11, Bonebright C, Clay D, Ankenmann R. The relationship of workaholism and work-life conflict, life satisfaction, and purpose in life. J Couns Psychol, 2000, 47, Les demandes de tirés à part sont à adresser au Pr A.J. Scheen, Département de Médecine, CHU de Liège, Belgique. 376 Rev Med Liège 2013; 68 : 5-6 :

Le terme «workaholisme

Le terme «workaholisme TF 202 en résumé AUTEUR : L. Taghavi, Centre interentreprises et artisanal de santé au travail (CIAMT) Le workaholisme correspond à un investissement excessif d un sujet dans son travail et à une négligence

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Les bourreaux de travail et leur perception du temps par Leslie-Anne Keown

Les bourreaux de travail et leur perception du temps par Leslie-Anne Keown Les bourreaux de travail et leur perception du temps par Leslie-Anne Keown «Work is more fun than fun» (Je m amuse plus en travaillant qu en m amusant) Noel Coward Le travail, peu importe la définition

Plus en détail

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT INTRODUCTION Le burnout est un trouble de l adaptation lié au travail, il touche les professionnels qui exercent en relation d aide. Initialement ce terme

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

LE STRESS COMME CAUSE D ABSENTEISME

LE STRESS COMME CAUSE D ABSENTEISME 1 LE STRESS COMME CAUSE D ABSENTEISME Dr. Jean-Pol PIRONET chef du service Qualité Médicale Medex 2 Dr. Hans Selye (1907-1982) Syndrome de stress ou S.G.A. (Syndrome général d adaptation) Le stress de

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

Recherche sur le Burnout en Belgique

Recherche sur le Burnout en Belgique Recherche sur le Burnout en Belgique Outil de détection précoce STRAETMANS Mélanie, psychologue melanie.straetmans@emploi.belgique.be SPF Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation

Plus en détail

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Marie-Josée Filteau, MD, FRCP(C) Patricia Gravel Clinique Marie-Fitzbach Plan Stress au travail Burnout Trouble de l adaptation Dépression majeure Troubles

Plus en détail

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

Le terme workaholisme

Le terme workaholisme MISE AU POINT TP 20 en résumé AUTEUR : T. Burcoveanu, Service d addictologie, hôpital Paul Brousse, Villejuif. Le workaholisme est une addiction comportementale dont certains facteurs de risque peuvent

Plus en détail

Document de référence. L épuisement professionnel

Document de référence. L épuisement professionnel Document de référence L épuisement professionnel Table des matières L épuisement professionnel : stratégies gagnantes pour gestionnaires 2 Introduction 2 Définition 2 Les causes et facteurs menant à l

Plus en détail

La cyberaddiction: une dépendance à Internet?

La cyberaddiction: une dépendance à Internet? La cyberaddiction: une dépendance à Internet? Impacts d Internet en santé mentale: Résultats de l enquête sur les accros du web Docteur GAUTIER J., pédopsychiatre Service de psychiatrie infanto-juvénile

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Névroses Q266 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Hystérie Névrose d angoisse Phobies TOC PTSD Diagnostic d une conversion hystérique Diagnostic

Plus en détail

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal Analyse communicationnelle de l épuisement professionnel (burnout) chez les travailleurs et travailleuses du domaine des communications-marketing au Québec Sarah DÉRAPS Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012

Les Addictions Comportementales. Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 Les Addictions Comportementales Dr Basile Vareltzis Médecine Psychosomatique / Addictologie Décembre 2012 C est quoi une addiction? Il s agit d une substance ou d une activité qui stimule le centre de

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

En faire plus, est-ce toujours mieux?

En faire plus, est-ce toujours mieux? En faire plus, est-ce toujours mieux? Le sport de haut niveau est en constante évolution. Les performances sportives ne cessent de progresser, et cela a pour conséquence d exiger de l athlète un engagement

Plus en détail

OUTIL DE DÉTECTION PRÉCOCE DU BURNOUT. Guide d utilisation

OUTIL DE DÉTECTION PRÉCOCE DU BURNOUT. Guide d utilisation OUTIL DE DÉTECTION PRÉCOCE DU BURNOUT Guide d utilisation Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Avec le soutien du Fonds Social Européen Cet outil peut également être consulté

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

Différents facteurs impliqués dans l addiction

Différents facteurs impliqués dans l addiction Différents facteurs impliqués dans l addiction Facteurs génétiques Neurobiologiques Circuits, métabolisme, neuroadaptation Développement Puberté Maturation cérébrale Sexe Comportement Tempérament Personnalité

Plus en détail

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire)

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire) Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés (Pr Ph. Meire) 1 Face aux malentendus et confusions, priorité à la clinique! Changement de personnalité ou de comportement = signal d alarme en gériatrie

Plus en détail

Document de référence. Gestion du stress

Document de référence. Gestion du stress Document de référence Gestion du stress Table des matières Introduction 2 Définition du stress 2 Les causes du stress au travail 2 Les catégories de stress : le stress positif et le stress négatif 2 Les

Plus en détail

DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT

DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT Martine PACAULT-COCHET Responsable Action Sociale Assistante Sociale Spécialisée Groupe Pasteur Mutualité www.gpm.fr Un engagement fort en faveur du bien-être des soignants

Plus en détail

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX Comment définir les RPS? Plus simple alors!!!! L agent demande, au travail aussi, à être considéré comme «une personne globale». La socialisation dans les relations

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Addictions et dépendances

Addictions et dépendances Addictions et dépendances Joëlle Visier Médecin Tabacologue CES de Bobigny/CPAM 93 Dr Hervé LE CLESIAU - Médecin Directeur Drogue, toxicomanie, addiction Faiblesse, vice, manie Souffrance, maladie Récompense,

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Marthylle LAGADEC lagadecaddiction@gmail.com Hôpital Paul Brousse Service d Addictologie du Pr. Reynaud (Villejuif) Institut Fédératif des Addictions

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

Le burn out : un concept flou?

Le burn out : un concept flou? Centre de recherche sur les Risques et les Crises Le burn out : un concept flou? Nice, 13 mars 2015 Philippe Zawieja philippe.zawieja@mines-paristech.fr 1 Objectifs 1. Comment situer le burn out dans la

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

mots pour maux burnout

mots pour maux burnout mots pour maux burnout burnout Définition Le terme de burnout était primairement utilisé pour définir le surchauffement d une fusée résultant de l épuisement de carburant. Puis H. Freudenberg, un psychanalyste

Plus en détail

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Gestion du stress et de l anxiété par les TCC Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Rappel sur les bases du modèle cognitif du stress Définitions du

Plus en détail

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Les Angoisses du normal au pathologique Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Quelques éléments de définition Stress : Anxiété : Angoisse :

Plus en détail

Guy Dudzinski Responsable activité promotion de la santé. Éviter l épuisement. Causes et conséquences de l épuisement Renforcer les ressources

Guy Dudzinski Responsable activité promotion de la santé. Éviter l épuisement. Causes et conséquences de l épuisement Renforcer les ressources Guy Dudzinski Responsable activité promotion de la santé Éviter l épuisement Causes et conséquences de l épuisement Renforcer les ressources Contexte L évolution d un personne devenue dépendante dépend

Plus en détail

Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015. www.maisondescommunes85.fr

Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015. www.maisondescommunes85.fr Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015 Sommaire Le cadre réglementaire, Des définitions, La démarche : Les outils de diagnostic, Les pistes d actions, Les

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE Et Hygiène? De quoi parle-t-on? Burn.Out. ou syndrome d épuisement professionnel : «maladie caractérisée par un ensemble de signes, de symptômes et de modifications

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 «PERSONNALITES» ADDICTIVES Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 Le concept d addiction Plan L histoire naturelle des addictions La construction des traits

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

Approche thérapeutique du «Burn Out».

Approche thérapeutique du «Burn Out». Approche thérapeutique du «Burn Out». Alain Souche Psychiatre Psychothérapeute FMH alain.souche@sunrise.ch ASPCo ASSOCIATION SUISSE DE PSYCHOTHERAPIE COGNITIVE www.aspco.ch Un bon équilibre de vie Une

Plus en détail

Burn out des professionnels de santé. Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences?

Burn out des professionnels de santé. Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences? Burn out des professionnels de santé Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences? Docteur Jean-Claude PERREAND Centre Hospitalier de Valence De quoi parle t-on? Burn out, ou syndrome d épuisement

Plus en détail

Trois protocoles pour rester zen

Trois protocoles pour rester zen Lilyane Clémente Trois protocoles pour rester zen Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

HETS Genève 16 octobre 2009 2. 2009 Luisier Aigroz Associés. HETS Genève 16 octobre 2009 4. 2009 Luisier Aigroz Associés

HETS Genève 16 octobre 2009 2. 2009 Luisier Aigroz Associés. HETS Genève 16 octobre 2009 4. 2009 Luisier Aigroz Associés STRESS & BURN OUT LE STRESS Complément à «La santé en entreprise» Philippe Aigroz 1 2 «Ensemble de perturbations biologiques et psychiques provoquées par une agression quelconque sur un organisme» (Petit

Plus en détail

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source.

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Ma famille, mon milieu, mes amis et ce que je suis, cela compte aussi! Alain Marchand

Plus en détail

LES ACTIONS PREVENTION-SANTÉ EN ENTREPRISES

LES ACTIONS PREVENTION-SANTÉ EN ENTREPRISES Aujourd hui, pour une entreprise «responsable», la santé de tous ses collaborateurs présente un enjeu primordial. Pour la bonne marche de l entreprise, il est évident que des salariés en meilleure santé

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Risques psychosociaux: regards croisés

Risques psychosociaux: regards croisés Risques psychosociaux: regards croisés Dr Danzin Psychiatre - PH hôpital Charcot (Plaisir) - Attachée à la consultation «souffrance et travail» du service de Pathologie Professionnelle de l hôpital Raymond

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

Introduction 1. Chapitre 1 Approche systémique 11

Introduction 1. Chapitre 1 Approche systémique 11 SOMMAIRE Introduction 1 Chapitre 1 Approche systémique 11 1. Bases théoriques de la psychothérapie familiale systémique 13 1.1 La première systémique centrée sur les comportements 14 1.1.1 L'épistémologie

Plus en détail

LES TROUBLES ANXIEUX. II- Schéma explicatif :

LES TROUBLES ANXIEUX. II- Schéma explicatif : LES TROUBLES ANXIEUX INTRODUCTION I- Définitions: 1. Anxiété : w Sentiment pénible d attente d un danger imprécis crainte. 2. Troubles anxieux: w Tr n altérant pas le contact avec la réalité w Tr produisant

Plus en détail

Mais où est donc passée l équipe mobile?

Mais où est donc passée l équipe mobile? 12e journée genevoise d addictologie 26 septembre 2013 Mais où est donc passée l équipe mobile? Dr Stéphane Morandi Unité de psychiatrie mobile Service de psychiatrie communautaire D OU VIENT-ELLE? Contexte

Plus en détail

BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR

BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR Anne-Marie GALLET et Valérie LANGEVIN BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR Les Assises du CHSCT, Saint-Denis, 30 septembre 2015 Définitions n Origine du terme Burn + out = combustion totale, «carbonisation psychique»

Plus en détail

Burn Out des professions de santé: le point de vue du psychiatre

Burn Out des professions de santé: le point de vue du psychiatre 1 sur 9 23/07/2010 18:35 Burn Out des professions de santé: le point de vue du psychiatre P r J.G. ROHMER CHRU Strasbourg Jeudi 28 février 2008 section de Sarreguemines «Quand je suis sortie de l école,

Plus en détail

de la passion du travail à son addiction?

de la passion du travail à son addiction? Le workaholism: de la passion du travail à son addiction? Congrès d Addiction Suisse Jeudi 22 janvier 2015 Hôtel Alpha-Palmiers Lausanne Le workaholism: de la passion du travail à son addiction? Le travail

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

WOCCQ (WOCCQ) Détail de la méthode

WOCCQ (WOCCQ) Détail de la méthode WOCCQ (WOCCQ) Le WOCCQ (WOrking Conditions and Control Questionnaire) est une méthode de diagnostic collectif du stress et des facteurs de stress professionnels, mise au point à l université de Liège à

Plus en détail

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie 1. Anxiété de séparation 2. Phobie spécifique 3. Phobie sociale 4. Anxiété généralisée 5.

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Moi et Mes addictions

Moi et Mes addictions Hygiène de vie Moi et Mes addictions Je m évalue Je m informe PRÉSENTS POUR VOTRE AVENIR Professeur Gérard Dubois Membre de l Académie Nationale de Médecine Service Santé Publique - CHU Amiens. Membre

Plus en détail

Présentation: Aline Mendes

Présentation: Aline Mendes Présentation: Aline Mendes Définition et aspects épidémiologiques; Parcours d un aidant et survenue du fardeau; Modalités d intervention; Institutionnalisation; L aidant professionnel; Réseau à Genève.

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Pourquoi proposer une ET aux aidants de malades Alzheimer? Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Introduction : la maladie d Alzheimer (MA) La maladie d Alzheimer est

Plus en détail

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé de la dépendance du statut légal des substances psychoactives de la responsabilité individuelle de la protection de la

Plus en détail

Etude sur la santé mentale des étudiants

Etude sur la santé mentale des étudiants Observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des Etudiants Etude sur la santé mentale des étudiants Premiers résultats Novembre 2007 Objectifs et méthode A la demande de La Mutuelle des Etudiants,

Plus en détail

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Problèmes posés en psychiatrie Le PTSD : une clinique encore mal connue La

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

Training of professionals - formation des professionelles: l exemple du glossaire sur la cocaine

Training of professionals - formation des professionelles: l exemple du glossaire sur la cocaine Training of professionals - formation des professionelles: l exemple du glossaire sur la cocaine Dr. med. Toni Berthel Aerztlicher Co-Direktor, integrierte Psychiatrie Winterthur ipw Swiss society of addiction

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 Depression et tabac COMMENT LE TABACOLOGUE EVALUE L ANXIETE ET LA DEPRESSION? J Perriot

Plus en détail

La question du risque en addictologie

La question du risque en addictologie La question du risque en addictologie Dépendance et solitude; le risque d isolement social Karine DEGROND et Estelle PRIMAULT Assistantes sociales Centre Hospitalier de Corbie Centre de Rééducation Fonctionnelle

Plus en détail

CAS DU BURN OUT EN PSYCHOTHERAPIE. Gestion du stress en entreprise

CAS DU BURN OUT EN PSYCHOTHERAPIE. Gestion du stress en entreprise CAS DU BURN OUT EN PSYCHOTHERAPIE Gestion du stress en entreprise Qu est ce que le burn out? Le burn out est un syndrome très particulier, un ensemble de manifestations inhabituelles du comportement, de

Plus en détail

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page II Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 lim Fischer Page III Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 P

Plus en détail

Gestion du stress professionnel Gestion des émotions

Gestion du stress professionnel Gestion des émotions Gestion du stress professionnel Compétence 6: Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins UE 4.2.S 5 C. DRAI, RE NOTO 1 Rappel des objectifs : Adapter ses modes de relation et de communication

Plus en détail

Les Risques Psychosociaux. Document de sensibilisation du GT CHSCTA de l académie de Toulouse

Les Risques Psychosociaux. Document de sensibilisation du GT CHSCTA de l académie de Toulouse Les Risques Psychosociaux Document de sensibilisation du GT CHSCTA de l académie de Toulouse Pourquoi une démarche d information en direction des personnels? Une obligation réglementaire Article L 230-2

Plus en détail