S'entourer des bonnes personnes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S'entourer des bonnes personnes"

Transcription

1 scop.com le magazine d information des Sociétés Coopératives et participatives du Limousin-Berry novembre 2014 >n 15 L agence différente & pas pareille! Vos agences en Limousin CONSEIL EN COMMUNICATION IDENTITÉ VISUELLE PRINT - WEB 13 rue Saint Michel - Le Dorat tél Votre partenaire pour la création, la reprise ou la transmission d entreprises avec le statut scop Brive 16, rue de l Hôtel de Ville BRIVE LA GAILLARDE Limoges 26, boulevard Carnot LIMOGES p.10 S'entourer des bonnes personnes Union Régionale Des Scop Limousin-Berry 23 avenue du Général de Gaulle Limoges tél : fax : avec la participation du Conseil Régional du Limousin et du Conseil Général de la Haute-Vienne p. 6 panorama des scop p. 19 l annuaire des scop 2014

2 novembre 2014 >n 15 sommaire Créer, reprendre ou transmettre en Scop une aventure collective, un engagement durable Zoom sur Les scop en Limousin-Berry panorama des scop 4 6 édito Chelidoine DES SALARIÉS ASSOCIÉS ET DÉCIDEURS La Scop est une société coopérative régie par la loi du 19 juillet Elle prend la forme d une Société Anonyme ou d une Société à Responsabilité Limitée. En tant que salariés associés, vous êtes co-entrepreneurs et vous détenez statu tairement la majorité des droits de vote. Vous participez à l élection des dirigeants. Dans une Scop, les délibérations sont votées en assemblée générale selon la règle 1 associé = 1 voix, quel que soit le montant de l apport en capital de chacun. Les Scop à votre écoute : Union régionale des SCOP Limousin-Berry 23, av. du Général de Gaulle tél fax : En savoir plus: DES BÉNÉFICES ATTRIBUÉS À CEUX QUI CONTRIBUENT AUX RÉSULTATS Dans une Scop, le partage du bénéfice est équitable : une part obligatoire pour tous les salariés : la part travail une part pour les associés : les intérêts du capital une pour l entreprise : les réserves, pour assurer le développement et la pérennité de l entreprise. LA FORCE D UN RÉSEAU Ces règles et principes renforcent la compétitivité de l entreprise et sont un gage d accomplissement pour ceux qui y travaillent. Créer une Scop, c est bénéficier de l appui d un réseau, d une solidarité entre les Scop et d un accompagnement de proximité à toutes les étapes de la mise en œuvre et de la consolidation du projet aura été une année importante pour les Scop, avec la promulgation le 21 juillet 2014 de la loi sur l économie sociale et solidaire. Il sera possible par exemple pour des salariés qui constituent une Scop de bénéficier de manière transitoire des particularités fiscales des Scop, dans l attente de détenir plus de la moitié du capital (scop amorçage). Ces nouvelles dispositions favorables à notre modèle d entreprise devraient participer activement au développement de notre mouvement dans les prochaines années. A travers ce magazine nous vous livrons des «extraits de vie» de 4 coopératives qui ont fait le choix chacune, d entreprendre autrement. Ces co-entrepreneurs affichent leur volonté de construire à plusieurs un projet d entreprise viable économiquement, et ainsi d assurer le développement et la pérennité de leur activité. Magazine d information des Scop du Limousin-Berry 23 avenue du Général de Gaulle Limoges Directeur de la publication : URSCOP Xavier Gasquet Rédaction reportages : Corinne Mérigaud Conception graphique : SCOP Et Pourquoi Pas? Le Dorat Impression : Imprimatur St-Just-le-Martel N 15 - Novembre 2014 Tirage : 1200 exemplaires Bonne lecture à tous. Comirem DGC Tekte La transmission d entreprise en Scop statut scop 12 questions-réponses Innover en scic annuaire scop.com - n 15 - novembre scop.com - n 15 - novembre

3 zoom sur... les scop en Limousin-Berry en 2014 Chiffre d Affaires HT de 88 millions d euros Les SCOP du Limousin-Berry affichent une bonne santé économique : la consolidation des comptes sur 53 Scop fait apparaître un chiffre d affaires HT de 88 millions d euros. 53 scop en Limousin-Berry Cher : 2 Corrèze : 9 Creuse : 5 Haute-Vienne : 31 Indre : 6 + de euros de participation La caractéristique des Scop du Limousin-Berry est la recherche d une répartition équitable des résultats entre la nécessaire constitution de réserves pour pérenniser l entreprise et garantir les investissements futurs, et la répartition aux salariés (associés ou non). Ainsi en 2013, sur les de bénéfices, ont constitué les réserves, ont été répartis aux salariés à travers l accord de participation ou d intéressement et ont été servis en dividende euros de capitaux propres par salarié Les capitaux propres des Scop du Limousin-Berry (capital et réserves) représentent à fin 2013 près de par salarié. 66% des salariés sont associés Le taux de sociétariat dans les Scop du Limousin-Berry, ramené à l effectif de plus de deux ans d ancienneté est de 66 %. 17% Commerce distribution 10 scop 30% services 16 scop effectifs des scop par département Cher : 14 Corrèze : 56 Creuse : 23 Haute-Vienne : 705 Indre : 32 Soit 830 salariés au total dont 550 associés. ACTIVITÉS des scop par secteur 19% Industrie 9 scop 34% BTP 18 scop Bilan des scop en 2014 au niveau national Sociétés coopératives et participatives salariés coopérateurs Taille moyenne : 20 Taux de sociétariat après 2 ans d ancienneté : 69 % 3,9 milliards d euros de chiffre d affaires 1,9 milliards d euros de valeur ajoutée 130 millions d euros de résultat net scop.com - n 15 - novembre scop.com - n 15 - novembre

4 panorama La Chélidoine Le théâtre à la campagne L'histoire de La Chélidoine a débuté au printemps 1987, rue Platon à Paris. Des comédiens rêvaient d'une autre vie, d'un monde meilleur, loin de la capitale. Ils fondent leur compagnie de théâtre, La Chélidoine, l'hirondelle en grec ancien qui annoncera le printemps du renouveau théâtral, avec l'envie de capter un nouveau public. La troupe choisit la Corrèze pour jouer ses pièces. << Avec Sylvie Peyronnet, nous avions envie de faire du théâtre depuis la province, le hasard nous a amenés à Saint-Pantaléon-de-Lapleau, en novembre 1986, pour monter une entreprise de création dramatique qui ne serait pas une association raconte Claude Montagné, le gérant. Nous voulions être indépendants quant à nos choix et créer avant Depuis vingt-sept ans, les comédiens de La Chélidoine ont planté leur scène dans la montagne limousine... Une démarche pionnière qui a conquis le public. tout un outil de travail. Le maire souhaitait créer une manifestation culturelle, le Festival du Roc du Gour naîtra de cette rencontre. >> Ces trentenaires ne connaissent pas le statut scop lorsqu'ils rencontrent le délégué de l'union Régionale des Scop qui va les accompagner. << Cela nous a tout de suite séduit ajoute-t-il, l'idée d'un outil de travail à partager, le fait de s'impliquer à fond dans son poste, le fonctionnement démocratique... Tous ces principes répondaient à nos aspirations. >> Les associés louent un gîte mais ils ne disposent pas d'endroit pour jouer. Qu'importe! Ils s'improvisent bricoleurs et planteront leurs décors dans des écoles, des salles communales, sur des marchés, des places, dans des granges... partout où ils pourront se produire. L'entraide et la solidarité seront souvent au rendezvous. Un voisin les aide à souder des décors, un autre leur prête un vieux Tube Citroën. Après des années de «labourage culturel» comme il dit, le travail de la compagnie est reconnu. Les comédiens dénichent une ancienne propriété agricole au lieu-dit Lestrade à Saint-Angel à proximité de l'a89. La vaste grange servira de lieu de répétitions et de stockage. Faute d'équipements culturels dans un rayon de 30 km, ils élaborent alors un projet de salle d'une capacité de 130 places. Le projet mettra quelques années à aboutir, le temps de convaincre les partenaires financiers l'europe, la Région, le Conseil général et la Ville d'ussel. Le 8 juillet 1997, les premiers spectateurs assistent à la création de l'année «La Rose de Mars», dix ans après la naissance de la compagnie. Ce nouvel outil permettra de partir à la conquête d'autres publics. Le pari osé sera gagné en quelques années. En 2005 une extension doublera la surface du lieu avec l'aménagement de loges, nécessitant un investissement de subventionné par l'europe, la Région et le Conseil général. Ce site de diffusion culturelle est devenu incontournable en Limousin et au-delà. Le théâtre détient trois licences : création et vente de spectacles, lieu d'accueil du public et accueil de spectacles avec la possibilité de les faire tourner. La troupe anime des ateliers théâtre suivis par cent cinquante enfants, adolescents et adultes qui viennent de loin, Limoges, Guéret, Mauriac. La compagnie encadre également des ateliers hors département, notamment dans le Cantal et le Puy-de-Dôme. «La parole libérée» Des quatre associés de départ, deux se sont retirés. Claude Montagné et Sylvie Peyronnet ont été rejoints à partir de 1996 par Nadine Gagnant, Thierry Salagnac et Luc Brunot. Chaque lundi l'équipe se retrouve pour mettre en place le programme des deux à trois semaines à venir et se répartir les tâches. << Chacun donne ses idées et les coups de gueule ne sont pas rares atteste Claude mais nous connaissons les défauts, les travers et les qualités de chacun. Il est vrai qu'à cinq, la parole est facilement libérée. Etre en scop est aussi un état d'esprit, cela ne se fait pas du jour au lendemain. Si ça coule de source pour certains d'entre nous, ce fut plus long pour d'autres. Par exemple Luc ne voyait pas son intérêt à devenir associé, aujourd'hui il a compris et adhère à 120 %. L'esprit coopératif, ça s'apprend... >> Chacun a trouvé sa place avec une répartition des fonctions suivant les compétences. Claude et Sylvie assurent la partie artistique et administrative et la représentation auprès des institutionnels. Nadine gère la promotion, la diffusion et l'accueil des équipes artistiques tout en animant les ateliers enfants, Luc prend en charge la comptabilité et le site Internet, Thierry est le régisseur général. << Pour nous, créer une scop était une évidence précise le gérant. Dans ma jeunesse j'ai milité à l'oci puis au PC. Avec Sylvie nous avons connu Mai 68, les manifs, les revendications et les utopies... Et nous n'avons jamais supporté d'avoir un patron. Nous avons toujours refusé d'avoir des associés extérieurs. Dans le bâteau, il ne doit y avoir que ceux qui rament. >> 6 scop.com - n 15 - novembre 2014 scop.com - n 15 - novembre

5 panorama Des clients fidèles leurs font aujourd'hui confiance notamment la Communauté d'agglomération de Châteauroux, le bureau d'études parisien Rocsol, Sogéo Experts à Poitiers et le client historique Terreal, fabricant de tuiles et briques. La société compte une clientèle de promoteurs immobiliers comme Nexity ou Kaufmann et Broad qui font appel à leur savoir-faire pour des études hydrogéologiques, un secteur en plein essor. Depuis deux ans la SCOP s'est recentrée sur les dossiers en lien avec la loi sur l'eau, à savoir les drainages agricoles avec la Chambre d'agriculture et la régularisation des étangs de particuliers, développant une clientèle nouvelle. La scop a dernièrement investi dans un véhicule, un sonomètre (7.000 ) pour mesurer les bruits par exemple aux abords des carrières, et du matériel d'hydrologie (5.000 ). Elle a également été agréée pour dispenser des formations en géologie et géophysique. Emilie et Véronique ont suivi récemment une formation qui leur permettra de réaliser des prélèvements ponctuels notamment sur les enrobés pour définir s'ils contiennent de l'amiante. Titulaire d'un Master 2 géologie, géomatique et environnement, Mickaël Choubrac a intégré la société en 2010 après un stage effectué en << Je suis arrivé grâce à mes compétences et aux besoins de Comirem dans ce domaine. Je connaissais le statut scop avant mon stage et j'avais pu voir la différence puisque j'avais fait deux stages dans le public et dans une SARL classique. Dans ce dernier cas, le patron décide de tout et les salariés répondent à ses exigences. En scop nous avons plus de liberté quant à nos choix, nous travaillons pour nous, même si nous stressons plus pour l'évolution de l'entreprise. Comme nous sommes libres de produire ce que nous voulons, cela compense le stress. >> Comirem SCOP Les pieds sur terre Les quatre associés de départ Emilie Bizet, gérante, Véronique Gagnon, géophysicienne, Michaël Karst, géologue et José Babot, ingénieur géologue environnementaliste sont toujours là, ce dernier ayant pris sa retraite en 2008 tout en restant associé. Depuis deux ans Mickaël Choubrac a intégré la société, devenant à son tour associé. Un an après la reprise, l'équipe a quitté les locaux de l'hôtel d'entreprises de Déols pour de nouveaux bureaux sur la zone aéroportuaire et en décembre 2013, elle a pris ses aises dans un bâtiment de 200 m 2 sur l'ancienne base militaire. Comirem SCOP a ajouté une corde à son arc en réalisant des diagnostics de sites et sols pollués. << Cela permet de faire un état des lieux avant la vente Repris en 2007 par les salariés de l'entreprise, le bureau d'études spécialisé dans le domaine de la géologie, de l'hydrogéologie et de l'environnement s'est bien développé tout en diversifiant ses compétences. pour connaître les frais à prévoir et la mise en adéquation du site par rapport à son usage précise Michaël Karst. Cette activité représente aujourd'hui 20 à 25 % de notre chiffre d'affaires. Nous intervenons au niveau national, surtout en région parisienne et dans les départements limitrophes. >> L'activité géophysique a bien progressé grâce à la mise en œuvre de méthodes d'imagerie du sous-sol non destructives. Mickaël Choubrac a été recruté pour mette en place une base de données cartographiques. << C'est un outil d'aide à la décision formidable, par exemple pour réaliser une carrière en trouvant la zone la plus favorable >>, précise-t-il. «Une notoriété accrue» Les associés ont également augmenté leur portefeuille clients puisqu'avec l'un d'eux, ils réalisaient 60 % de leur chiffre d'affaires. Ils ont notamment noué des partenariats avec des bureaux d'études en géotechnique. La crise de 2008 a impacté l'activité, et deux ans ont été nécessaires pour retrouver l'équilibre. << Nous avons retardé le paiement des salaires pendant un an et consenti une baisse ajoute Michaël Karst. Entre temps la notoriété de l'entreprise s'est accrue. >> «Salariés plus impliqués» Pour Michaël Karst, la coopérative a pleinement répondu à ses attentes. «Le salarié prend les décisions et nous menons l'activité tous ensemble. Nous avons le choix quant à la répartition des éventuels bénéfices, ce qui n'est pas le cas dans une SARL classique. Les salariés se sentent plus impliqués, ils travaillent pour l'entreprise mais aussi pour eux. Dans une société normale, les salariés oublient l'entreprise dès qu'ils ont franchi la porte. En contrepartie, nous avons des soucis supplémentaires et de grandes satisfactions lorsque nous signons de nouveaux contrats. Le statut n'a pas entravé notre activité et, contrairement à ce qu'on pourrait penser, cela n'aide pas forcément aujourd'hui pour les appels d'offres. Avant de se lancer, je conseille aux porteurs de projets d'avoir un peu d'expérience et de bien s'entendre avec leurs futurs associés sinon cela ne fonctionnera pas. >> Cependant un inconvénient est souvent pointé du doigt par les personnes extérieures. << Nous quitterons la scop avec nos parts et sans faire de bénéfices sur la société, ce qui n'est pas un problème pour nous. >> 8 scop.com - n 15 - novembre 2014 scop.com - n 15 - novembre

6 panorama DGC Serrurerie Une marche après l'autre... Voilà six ans Cédric Delhoume concrétisait un projet qui lui tenait à coeur depuis des années, créer son entreprise. Géomètre de formation, il s'est ensuite reconverti en suivant une formation de métreur. Salarié durant dix ans dans une entreprise de bâtiment, puis serrurier durant trois ans, il est embauché en tant que conducteur de travaux par un constructeur de maisons individuelles. << Ces différents postes ne m'ont jamais permis de m'épanouir pleinement, et depuis la fin de mes études, j'avais l'ambition de monter ma société raconte Cédric. J'ai proposé à mon père Gilles de me rejoindre. En raison de son âge, 52 ans, il a pris le temps de la réflexion avant de démissionner. >> Mickaël Couturaud, Gilles et Cédric Delhoume, Célia Chiroux et Katia Valledor Créée en 2008 à proximité de l'aéroport de Limoges, DGC Serrurerie a su se faire un nom grâce aux compétences particulières développées en interne. En un mois l'entreprise est créée et l'activité démarre le 13 mai Sans hésiter il choisit la forme coopérative qui répond à ses objectifs. << L'entreprise a été montée par des salariés, pour des salariés avec avant tout un état d'esprit de bien-être au travail et de bonne ambiance précise le gérant. Nous avons associé nos savoirs-faire dans le but de satisfaire la clientèle, ce qui reste le leitmotiv de la société. Je connaissais un peu le statut scop car les plus importantes entreprises du bâtiment de Limoges sont des scop. Leur effectif dépasse cent salariés et elles sont très anciennes. Cela prouve que les coopératives ouvrières ont une certaine puissance financière et que ce modèle est efficace. >> Lors de la création de sa société, Cédric Delhoume a pris contact avec Xavier Gasquet, délégué de l'union Régionale des Scop pour finaliser le montage de son projet. << J'avais collecté des informations, il m'a expliqué les grands principes et a répondu à toutes mes demandes avec une bonne réactivité. >> Le jeune homme obtient une subvention de la Région, un Pass Création de 5.000, une avance remboursable EDEN de et le fonds de garantie France Active Limousin apporte sa caution. La Caisse d'epargne lui consent deux prêts sur sept ans de pour l'achat du matériel et de en fonds de roulement. Un troisième prêt de lui est ensuite accordé pour financer de nouveaux matériels. «S'entourer des bonnes personnes» L'activité a rapidement décollé grâce aux démarches entreprises en amont auprès des architectes et des clients que connaissaient Cédric et Gilles. << J'ai tout de suite ouvert un site Internet, une ligne téléphonique et édité des cartes de visite ce qui a permis de démarrer la production dès le premier jour. J'ai recruté un serrurier, compagnon du Tour de France en septembre pour un contrat de dix mois. En septembre 2009, un chef d'atelier, un métallier et un second compagnon ont été embauchés. La gestion de personnel a été compliquée, les deux premiers salariés ont été licenciés car ils ne correspondaient pas au profil d'une scop. Le plus difficile est de s'entourer des bonnes personnes car la coopérative est avant tout une grande famille. >> L'entreprise compte aujourd'hui sept salariés dont quatre associés depuis l'embauche de Mickaël Couturaud en 2010, un métallier serrurier et de Célia Chiroux, secrétaire comptable deux ans après. Dernièrement Katia Valledor, métreur, a été recrutée pour prendre en charge la commercialisation auprès des particuliers. Le chiffre d'affaires a connu une forte progression les trois premières années passant de à , puis a baissé au quatrième exercice et à nouveau augmenté avec en 2013 sur seize mois, dont un tiers dans leur spécialité, les escaliers et garde-corps. «Suite à la crise la tendance s'est inversée avec aujourd'hui 60% réalisés sur le marché des professionnels en direct avec des architectes et constructeurs. Nous intervenons dans la région, des chantiers ont aussi été réalisés à Bordeaux, Arcachon, Angoulême et Agen. La clientèle s'est fidélisée assez vite et le site, bien référencé sur Google, a amené 65% de clients particuliers. Le budget communication est très important et amène du business». Depuis 2012 la pose d'un panneau 4x3 près de l'atelier a capté une nouvelle clientèle sur cet axe très fréquenté de l'aéroport. «Une hiérachie à respecter» Aujourd'hui l'équipe est soudée autour des valeurs coopératives. << Nous discutons ensemble des décisions importantes, nous défendons les mêmes valeurs à savoir l'échange, le plaisir de travailler, la fierté de ce que nous fabriquons. Certains clients nous ont choisis parce que nous sommes une scop. >> Parmi les inconvénients Cédric Delhoume insiste sur les difficultés à recruter dans le cas d'une scop créée et non reprise. << Sans être idéaliste, il faut avoir les pieds sur terre, la démocratie est organisée autour d'une hiérarchie à respecter pour bien fonctionner. Le mouvement coopératif continuera à se développer par le rajeunissement de ses effectifs qui apportera du sang neuf et des idées neuves. >> Parmi les projets en cours, un showroom sera aménagé cet automne et la construction d'un atelier est également prévue. 10 scop.com - n 15 - novembre 2014 scop.com - n 15 - novembre

7 panorama Actuellement Tekte mène de front plusieurs chantiers de rénovation, les façades du collège Ventadour et du lycée Limosin à Limoges, l'extension du bâtiment administratif de la Communauté de communes Vienne Glane à Saint-Junien. << Nous essayons à chaque fois d'apporter une création architecturale, même sur des projets ne s'y prêtant pas >> ajoute-t-il. Tekte Une scop construite pour durer En activité à Limoges depuis quatorze ans, Tekte propose une offre globale à ses clients pour des projets de constructions supérieurs à 170 m 2. Cette société de maîtrise d œuvre a en effet été transformée en société d'architecture en 2008, ce qui lui a permis de se positionner sur les marchés publics. Gérée par Gaël Liébert et Stéphane Manildo, l'entreprise compte quatre salariés dont trois associés. Elle a enregistré depuis le départ volontaire d'un salarié, non remplacé en raison de la crise, la déclaration en incapacité d'un autre et l'arrivée d'un assistant de direction. Tekte reste l'un des rares cabinets d'architecture en France à avoir opté pour la forme coopérative. Une démarche mûrement réfléchie. «Bon carnet de commandes» Les deux architectes de l'équipe répondent à des projets publics, trois par an en moyenne, et conçoivent également des bâtiments commerciaux pour le compte d'un client allemand, des bureaux et des logements collectifs sur la région voire au-delà en fonction des opportunités. << Nous nous adaptons, la taille de notre structure permet d'être souple et réactif souligne le chef d'agence Gaël Liébert. Nous allons chercher des marchés publics plus loin dans un rayon de 200 à 300 km. Actuellement nous avons des projets à Châtellerault, Bergerac, Périgueux et dans le Lot-et-Garonne. Les appels d'offres étant moins nombreux, cela nous incite à élargir notre périmètre d'intervention. L'activité se maintient, nous avons un bon carnet de commandes, même si les marchés sont très aléatoires dans le bâtiment ces dernières années à cause de la crise. >> Les associés ont signé des réalisations de référence notamment l'extension et la rénovation du gymnase de Saint-Léonard-de-Noblat qui viennent d'être achevées. En 2012 ils avaient répondu à un appel à projet lancé par l État, la Région et l'ademe portant sur des bâtiments tertiaires économes en énergie. << Cette réalisation est exemplaire précise Stéphane Manildo architecte. Toutes les parois ont été isolées y compris le sol de l'aire de jeux et nous avons installé un système de chauffage par géothermie verticale pour puiser les calories dans le sol, combiné à une chaudière gaz en cas de défaillance ou grand froid. La consommation a fortement baissé. >> «Un modele anti-mondialisation» La coopérative a bien résisté à la crise. << Je pense que c'est une réponse car une telle structure apporte une alternative aux solutions classiques lorsque le patronat et les salariés sont dans un rapport frontal qui mène souvent à une impasse, constate Stéphane Manildo. Les grèves sont devenues la seule solution pour faire entendre ses revendications, on l'a vu avec le conflit de la SNCM où chacun campait sur ses positions. La scop permet d'avoir un autre regard, d'appréhender une situation autrement car les gens sont impliqués de manière différente dans leur entreprise. Ils ont une vision plus large car ils ne sont pas cantonnés dans un statut de salarié ou de patron. La forme coopérative est peut-être la solution la plus globale pour éviter un conflit stérile. >> Autre avantage selon lui, la garantie du maintien d'un savoir-faire parce que les coopératives ne sont pas délocalisables. Elles participent ainsi à la préservation d'un certain patrimoine français, de plus en plus convoité par certains pays étrangers. << Nous avons une richesse liée à des savoirs-faire anciens portés par des travailleurs et qui sont souvent associés à un territoire et une production particulière comme la porcelaine de Limoges. La vocation d'une scop est de tout mettre en oeuvre pour éviter qu'ils se perdent et soient récupérés par un pays comme la Chine par exemple. La scop est le modèle anti-mondialisation par excellence. >> Comme toute entreprise, la scop peut dégager des profits mais elle a l'obligation de constituer en priorité des réserves contrairement à une société classique. << L'organisation de la scop pousse à la raison quant à la répartition des éventuels bénéfices, cela peut éviter de s'emballer trop vite et de commettre des erreurs de gestion en mettant de côté une certaine somme constate le chef d'agence. Nous n'avons pas d'actionnaires assoiffés à contenter, nous préservons en premier lieu notre outil de travail ce qui permet d'avoir un comportement économique sain en matière de gestion des ressources. >> Pour Tekte, la principale contrainte fut de marier coopérative et société d'architecture, une situation peu fréquente dans ce secteur d'activité. Cependant les associés se heurtent parfois à l incompréhension en dehors des frontières régionales où les coopérative sont moins répandues. << L'image de la scop n'est pas toujours bien perçue regrette-t-il, mais il est vrai qu'elle n'envoie pas un signal capitalistique fort. >> Reportages : Corinne Mérigaud 12 scop.com - n 15 - novembre 2014 scop.com - n 15 - novembre

8 transmission d entreprise en scop Pourquoi transmettre à ses salariés? Dans les années à venir, en raison notamment du départ à la retraite de leur dirigeant, un très grand nombre d entreprises risque de disparaître faute de repreneur. De plus en plus de cédants envisagent de transmettre leur entreprise à leurs salariés, en la transformant en Scop. Voici leurs principales motivations telles qu ils les expriment eux-mêmes. Ce sont autant d arguments qui vous permettront d envisager cette solution en connaissance de cause. VOUS ASSUREZ LA PÉRENNITÉ DE VOTRE ENTREPRISE Les équipes restent stables : il n y a pas de perte de savoir-faire. Une transition douce pour les clients et les fournisseurs qui gardent les mêmes contacts. Vos salariés repreneurs seront aussi des continuateurs très motivés pour poursuivre votre aventure. Un mode de gestion participative orientant vers des décisions sages (pas d excès, pas de gaspillage...). Part obligatoire des résultats affectée aux réserves : matelas utile dans les périodes de crise, gage de solidité financière. Une entreprise transmise à ses salariés réduit de 20 à 50% le risque de disparition dans les 5 ans (étude Oséo 2010). VOUS SAUVEGARDEZ LES EMPLOIS QUE VOUS AVEZ CRÉÉS Pas de risque de découpage de vos activités, de «vente par appartement» et donc de licenciements associés. Pas de risque de délocalisation : l outil de travail appartient aux salariés associés. VOUS N AVEZ PAS À CHERCHER DE REPRENEURS Vous les connaissez mieux que personne. Eux connaissent parfaitement l entreprise et sont directement opérationnels. VOUS POUVEZ ASSURER UNE TRANSITION EN DOUCEUR Vous pouvez accompagner vos salariés repreneurs qui en auront probablement besoin. Vous savez de quel type de soutien chaque salarié repreneur a besoin : conseil en management, commercial, technique, gestion... La transmission s effectue par transformation directe en Scop, l entreprise conserve son statut de société commerciale (SA ou SARL), son identité et son histoire. L entreprise conserve ses partenaires habituels : banques, conseils, fournisseurs. Plusieurs salariés associés, cela signifie plus de moyens financiers qu un seul repreneur (salarié) grâce à l accompagnement des outils financiers du réseau des Scop. Vous économisez des heures à chercher des repreneurs : ils sont là. Vous protégez les éléments stratégiques et confidentiels de l entreprise. 14 scop.com - n 15 - novembre 2014 scop.com - n 15 - novembre

9 Statut La Scop en 12 questions-réponses 1 La Scop est-elle une société commerciale? Oui, la SCOP est une société commerciale et elle peut exercer son activité dans tous les domaines. Le capital social minimum est de 2 parts de 20 pour une SCOP constituée sous forme SARL avec au moins deux associés-salariés. Il est de pour une SCOP constituée sous forme de SA avec au moins 7 associés-salariés. Comme dans toute société commerciale, le risque des associés est limité aux apports en capital. 2 Quelles sont les différences avec une entreprise traditionnelle? La particularité de l entreprise SCOP est d être véritablement l affaire de ceux qui y travaillent. Tout nouvel embauché a vocation, après formation à devenir associé. Les associéssalariés, «les coopérateurs», participent alors aux choix stratégiques de l entreprise lors des assemblées générales annuelles. 3 Quel est le pouvoir d un salarié? La règle en vigueur entre les associéssalariés est celle de la démocratie. Chaque associé dispose d une voix en assemblée générale, quel que soit le capital qu il détient. Cette règle est le reflet des valeurs coopératives et la base d un esprit d entreprise fort. 4 Donc ce sont les salariés qui apportent le capital, mais est-ce suffisant? Au fil des années, la SCOP va consolider peu à peu sa structure financière. Au-delà de l apport initial des fondateurs, elle se renforce : Par les apports en capitaux des nouveaux embauchés qui deviennent associés. Par le prélèvement sur salaire (de 1% à 5%) auquel consentent les associés-salariés pour augmenter leur capital social. Par la transformation en parts sociales des bénéfices annuels reçus par chaque salarié coopérateur au titre de la «part travail» ou au titre des dividendes. 5 Et le capital peut-il être remboursé? Lorsqu un associé quitte l entreprise, la SCOP lui rembourse son capital. Société à capital variable, la SCOP enregistre sans formalité particulière les variations de son capital social. 6 Le statut des salariés est-il différent dans une Scop? Le statut des salariés (associés ou non) de la SCOP est le même que celui de tous les salariés en matière de législation du travail, de sécurité sociale, de convention collective, etc... Le dirigeant lui-même, de par la loi, relève du régime général des salariés et peut bénéficier par exemple des indemnités de chômage. 7 Une Scop peut-elle admettre des associés non salariés? Une récente réforme de la loi coopérative permet aux SCOP d admettre au capital social des investisseurs ou organismes financiers ; leurs parts doivent être inférieures à 50 % du capital social qui doit rester majoritairement en possession des associés-salariés. 8 Comment sont répartis les résultats? Comme toute entreprise, la SCOP doit réaliser des profits. Ces profits sont équitablement répartis entre 3 composantes : la SCOP, les associés et les salariés. Ils sont affectés : Prioritairement aux réserves de l entreprise pour au moins 16 %. Ensuite aux salariés pour au moins 25 %. Cette «part travail» fait l objet le plus souvent d un accord de participation. Enfin aux associés, en rémunération du capital, pour un montant automatiquement inférieur à la «part travail». 9 Pourquoi faut-il constituer des réserves? Au fil des années, les réserves financières constituées à partir des résultats s accumulent. Impartageables entre les associés, elles ne peuvent servir qu au financement de l entreprise. Elles pérennisent l entreprise. 10 Comment sont élus les dirigeants? Le dirigeant de la SCOP est élu par les associés-salariés. Ce sont donc ses qualités professionnelles et d animateur qui l imposent à la tête de l équipe. 11 Y-a-t-il une fiscalité propre aux Scop? Comme toute société commerciale, les SCOP arrêtent des comptes sociaux, acquittent la TVA et l impôt sur les sociétés au taux en vigueur. Mais pour tenir compte des particularités de leur fonctionnement, et notamment de la non-appropriation de leurs réserves, l Etat exonère les SCOP de la CET. Par ailleurs, les sommes issues de la participation et bloquées dans le cadre d un accord de participation permettent, par la constitution d une provision pour investissement d un montant égal, de diminuer très sensiblement l assiette de l impôt sur les bénéfices. 12 Quel est le but de la révision coopérative? Pour pouvoir se prévaloir du statut et bénéficier de ses particularités fiscales, la SCOP doit répondre de son fonctionnement coopératif et être inscrite sur une liste établie par le Ministère du Travail. La loi impose également une expertise exercée périodiquement pour s assurer du bon fonctionnement de la coopérative. Cette expertise, que l on nomme la révision coopérative, permet aux dirigeants de bénéficier d un conseil extérieur et de valider des choix stratégiques sur des points sensibles. La révision est un outil d aide au développement. des Questions? Vos interlocuteurs : Xavier GASQUET : Délégué régional Marie-Françoise FANET : Accueil création 23 Avenue du Général de Gaulle Tél : Fax : Site : innover en SCIC Vous êtes une association, une entreprise, de futurs créateurs, vous souhaitez... Savoir quel est le meilleur statut pour votre projet d entreprise Concilier les aspirations humaines et les défis économiques Intégrer à votre projet un grand nombre d acteurs privés ou publics Croître l emploi et l activité sur votre territoire Le statut SCIC La forme coopérative de l entreprise à but social Xavier GASQUET : Délégué Régional Marie-Françoise FANET : Accueil création 23, av. du Général de Gaulle tél fax : Le statut SCIC est fait pour vous. scop.com - n 15 - novembre scop.com - n 15 - novembre

10 annuaire par département La forme coopérative de l entreprise à but social De forme privée et d intérêt public, la Scic est une nouvelle forme d entreprise coopérative qui permet d associer celles et ceux qui, salariés, usagers, bénévoles, collectivités territoriales ou tous autres partenaires, veulent agir ensemble dans un même projet de développement local. Une société Être rentable économiquement Elle augmente ses fonds propres par l incorporation des réserves générées par les excédents de son activité ; elle est contrainte à une démarche de qualité par le marché et la concurrence. La dimension entreprise oblige les sociétaires qui s engagent dans cette démarche à innover, à être performants, à répondre à de véritables besoins sur le territoire. Pour apprécier le caractère d utilité sociale du projet, le Préfet ou son service instructeur (DIRECCTE), tient compte notamment de la contribution de celui-ci : à des besoins émergents ou non satisfaits, à l insertion sociale et professionnelle, au développement de la cohésion sociale, à l accessibilité aux biens et aux services. La demande d agrément sera appréciée au regard de l utilité sociale du projet, mais aussi sur l organisation, le fonctionnement et les moyens humains, matériels et financiers mis en œuvre. Un multipartenariat S associer ensemble sur un territoire à confronter leur intérêt spécifique, pour créer des emplois et de l activité présentant un intérêt collectif. Les catégories d associés peuvent être : salariés, usagers, bénévoles, collectivités, associations, entreprises privées, et sont ainsi garantes ensemble de l objet social de l entreprise. LES FUTURS ASSOCIÉS La Scic doit comprendre parmi son sociétariat, au moins trois catégories d associés : salarié, usager (au sens large), personne physique ou morale qui contribue à l activité de la Scic. Pour organiser le pouvoir dans la Scic, il est possible de prévoir que les associés soient répartis : par catégorie : 1 personne = 1 voix, par collège ayant même nombre de voix, par collège disposant entre 10 % et 50 % des voix. Bénévoles Salariés SCIC SARL : capital minimum : Minimum : associés Maximum : associés SCIC SA : capital minimum : Minimum : associés UNE COOPÉRATIVE ÊTRE UTILE SOCIALEMENT Basée sur la loi de 1947 sur les coopératives, elle garantit la non lucrativité par l impartageabilité des réserves accumulées, et la dévolution de l actif en cas de cessation d activité à une structure similaire. La rémunération du capital n est pas l objet de l activité des coopératives : la Scic va défendre les valeurs de solidarité et de bien-être social par les choix de son fonctionnement démocratique et participatif. projet commun Usagers HAUTE-VIENNE ACCEMATIC 38, rue François Chénieux Tél. : Fax : Activité : vente, installation, maintenance de portes automatiques, rideaux métalliques, portails, automatismes, etc Responsable : Thomas HENRY A.E.L. (Avenir Électrique de Limoges) 99, rue Henri Giffard BP LIMOGES Cedex 9 Tél. : Fax : Activité : électricité générale bâtiment Réseaux Responsable : Catherine PARROTIN EFF. : ASS/SAL. : 82 BERNEUIL BOIS Berneuil BELLAC Tél. : Fax : Activité : menuiserie, charpente Responsable : Thomas RIGAUD EFF. : 5 - ASS/SAL. : 2 BES CARRELAGES 50, rue Auguste Comte Z.I. Nord LIMOGES Tél. : Fax : Activité : revêtement des sols et murs Responsable : G. BORDEAU EFF. : 5 - ASS/SAL. : 5 BLANCHON 29, rue de Tourcoing Tél. : Fax : Activité : étude et réalisation de tous travaux publics ou particuliers Responsable : Didier BAYLE EFF. : 55 - ASS/SAL. : 27 CESAM-OXALIS 2, avenue Foch EYMOUTIERS Tél. : Activité : coopérative d entrepreneur-e-s Délégué territorial : Christophe BELLEC DESCHAMPS électricité 15, rue de Châteauroux Tél. : Fax : deschampselectricite.com Activité : électricité générale, câblage informatique Responsable : Claude BOUSSELY EFF. : 8 - ASS/SAL. : 6 DESYA 125, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny Tél. : Fax : Activité : conception d automatismes industriels, d équipements de contrôle des processus industriels Responsable : Jacques PUJOL EFF. : 7 - ASS/SAL. : 7 D.G.C. SERRURERIE 157, avenue de l aéroport LIMOGES Tél. : Fax : Activité : ferronnerie, menuiserie acier, charpente, bardage,... Responsable : Cédric DELHOUME EFF. : 4 - ASS/SAL. : 2 DIES-ELEC 15, rue Berthie Albrecht Z.I. Nord LIMOGES Tél. : Fax : Activité : réparation automobiles Responsable : Bruno NOUAILLER EFF. : 20 - ASS/SAL. : 14 INNOV ALU 384, rue de Toulouse Tél. : Fax : Activité : menuiserie métallique Responsable : Benoît GALETOU EFF. : 33 - ASS/SAL. : 17 KREON TECHNOLOGIES Ester Technopole 19, rue Columbia LIMOGES Cedex Tél. : Fax : Activité : mise au point, fabrication, vente et maintenance de systèmes d imagerie tri-dimensionnelle. Responsable : Thierry REBILLARD EFF. : 11 - ASS/SAL. : 2 LA FRATERNELLE 10, rue de la Fraternité SAINT-LEONARD-DE-NOBLAT Tél. : Activité : boulangerie Responsable : Jean-Louis BUFFIERE L ATELIER DU VITRAIL 10, rue Fernand Malinvaud BP LIMOGES Cedex Tél. : Fax : Activité : fabrication restauration vitraux Responsable : Didier BAYLE EFF. : 9 - ASS/SAL. : 5 LE TRAVAIL Le Mas-Sarrazin COUZEIX Tél. : Fax : Activité : plâtrerie, rénovation, carrelage Responsable : Marc LOBO EFF. : 15 - ASS/SAL. : 15 LIMOUSIN CHAUDRONNERIE Parc Axial SAINT-JUNIEN Tél. : Fax : Activité : chaudronnerie, tôlerie, tuyauterie, serrurerie Responsable : Daniel LABRACHERIE EFF. : 7 - ASS/SAL. : 1 BRIANCE BREUILH ET POURQUOI PAS Société Nouvelle 13, rue Saint-Michel BP LE DORAT MAGNAC-BOURG Tél. : Tél. : Fax : La Scic s inscrit dans la dynamique du Entreprises Fax : développement local et des projets Associations privées sur un territoire. Elle engage des Activité : fabrication et commercialisation de Activité : agence de communication produits de panification, distribution épicerie et de marketing direct partenaires multiples à s associer, Collectivités publiques Responsable : Laurent LEYNIAC Responsable : Titaïna CROZZOLI EFF. : 14 - ASS/SAL. : 11 EFF. : 7 - ASS/SAL. : 4 18 scop.com - n 15 - novembre 2014 scop.com - n 15 - novembre

11 annuaire par département OEKOUMENE 50, rue Élisée-Reclus Tél. : Activité : architecture, urbanisme, scénographie Responsables : Alexandra BAVIERE et Hugues GIRAUDY EFF. : 3 - ASS/SAL. : 2 PLANETE NATURE 15, rue Hoche LIMOGES Tél. : Fax : Activité : distribution, production, transformation et conditionnement de produits biologiques, écologiques et naturels. Responsable : Christine LACHATRE EFF. : 10 - ASS/SAL. : 2 RESSOURCES 87 6, allée des Faons -Moissaguet FEYTIAT Tél. : Fax : Activité : commercialisation, développement de produits de formation Responsable : Christine FERNANDEZ SCOMIL Bâtiment 140, rue de Bellac LIMOGES Tél. : Fax : Activité : menuiserie bois et matière plastique Responsable : Violette LAMARQUE EFF. : 10 - ASS/SAL. : 9 SCOPEMA Z.A.E. des Garennes - Rue de Pouloueix ORADOUR-SUR-VAYRES Tél. : Fax : Activité : équipements sièges caravanes Responsable : Gilles RIBETTE EFF. : 28 - ASS/SAL. : 18 S.C.T.R.B. (Société Coopérative de Travaux de Rénovation du Bâtiment) 2, rue Jean-Pierre Timbaud SAINT-JUNIEN Tél. : Fax : Activité : plomberie, électricité, menuiserie, isolation Responsable : Jean-Philippe LEBRUN EFF. : 3 - ASS/SAL. : 3 S.L.M.C. (Société Limousine de Menuiserie Charpente) Les Champs de Beauvais LANDOUGE Tél. : Fax : Activité : menuiserie Charpente Responsable : Philippe BUREAU EFF. : 11 - ASS/SAL. : 10 MICROLIDE Société Nouvelle 32, rue de Tourcoing ZI Romanet Tél. : Fax : Activité : fabrication de systèmes de traçabilité pour la chaîne du froid Responsable : Pierre ROBERT EFF. : 9 - ASS/SAL. : 8 Miroiterie GBM Société Nouvelle ZI les Courrières ISLE Tél. : Fax : Activité : miroiterie, conception et réalisation de menuiseries PVC et aluminium Responsable : Dorothée BLAISE EFF. : 36 - ASS/SAL. : 24 S.O.P.C.Z. (Société des Ouvriers Plombiers Couvreurs Zingueurs) 12, rue Armand Barbès BP LIMOGES Cedex Tél. : Fax : Activité : plomberie, couverture, chauffage, électricité industrielle, travaux publics Responsable : Jean-Marie THIBAUD EFF. : ASS/SAL. : 160 TEKTE 49, rue François Chénieux Tél. : Fax : Activité : architecture Responsable : G. LIEBERT EFF. : 5 - ASS/SAL. : 3 TERRE LUNE 38, rue Victor Thuillat LIMOGES Tél. : Fax : Activité : création graphique, publicité Responsable : Laure SUREAUD EFF. : 3 - ASS/SAL. : 2 T.V.S. (Télé Vidéo Service) 5, rue Brémontier Tél. : Fax : Activité : achat, vente et dépannage d appareils radio, télévision et hifi Responsable : Bernard FAUGERON EFF. : 3 - ASS/SAL. : 3 CORREZE AU FIL DU BOIS Le Bourg CHANTEIX Tél. : Activité : construction écologique, rénovation bâtiments anciens Responsable : Cyril LALLEMENT EFF. : 3 - ASS/SAL. : 3 ELECTRO-SERVICES 19 55, Avenue Pierre Sémard BRIVE Tél. : Fax : Activité : réparation, SAV matériel électroménager, TV, Hifi... Responsable : R. DERRIEUX et M. ROUX EFF. : 7 - ASS/SAL. : 4 GEFISCOPE Z.I. du Theil BP USSEL Cedex Tél. : Fax : Activité : gestion formation informatique Responsable : Mr CLOUP EFF. : 4 - ASS/SAL. : 4 LA CHÉLIDOINE Lestrade USSEL Tél. : Fax : Activité : compagnie théâtrale Responsable : Claude MONTAGNE EFF. : 5 - ASS/SAL. : 5 LA PETITE MARCHANDE D'HISTOIRES 5 allée de la papeterie - bâtiment l'atelier UZERCHE Tél. : Activité : librairie tartinerie Responsable : Mathilde BOUDINET LIBRAIRIE CHANTEPAGES 26, avenue Charles de Gaulle TULLE Tél. : Activité : librairie Responsables : Yvette GUIONIE Claire FONTANEL PARVEAU MMI 33, avenue de la Gare VIGNOLS Tél. : Fax : Activité : fabrication de machines outils Responsable : Jean-Luc BONNEL EFF. : 10 - ASS/SAL. : 7 SCOB 19 (Société Coopérative Ouvrière du Bâtiment) 5, boulevard Jean Audiau TULLE Tél. : Fax : Activité : maçonnerie, isolation, restauration Responsables : Y. BOUILLAGUET et O. OTERO EFF. : 13 - ASS/SAL. : 10 SCOP FORMA PRO 19 1, rue Ernest Rupin BRIVE Tél. : Fax : Activité : enseignement privé, formation professionnelle Responsable : Anne-Paule JOURDAN EFF. : 13 - ASS/SAL. : 7 CREUSE CFIM TP (Centre de Formation et d insertion aux Métiers des Travaux Publics) Rue Henri Pluyaud LA SOUTERRAINE Tél. : Fax : Activité : réalisation de formation, analyse, conseil dans le domaine de la formation des travaux publics Responsable : Jérémie CAZENAVE EFF. : 9 - ASS/SAL. : 5 ESPACE VERT SOSTRANIEN Le Glais LA SOUTERRAINE Tél. : Activité : entretien et aménagement d'espaces verts Responsables : Marion VANNIER et Stéphane FAGEON EFF. : 4 - ASS/SAL. : 4 L AUBERGE VAGABONDE Le Montgaudon SAINT DOMET Activité : distribution de repas pour milieu événementiel Responsable : Paul BRUTON LOCAL TECHNIQUE Esplanade Charles de Gaulle AUBUSSON Tél. : Activité : prestations techniques et scéniques, location de matériel, formation, conseil Responsable : Stéphane DUCOURTIOUX EFF. : 4 - ASS/SAL. : 3 VRD EAU CONSEILS 61, rue de Vernet GUERET Tél. : Fax : Activité : maîtrise d œuvre pour réseaux et/ou traitement d eau potable ou d assainissement et VRD Responsable : Alain BORREL EFF. : 4 - ASS/SAL. : 3 INDRE COMIREM SCOP 26, rue Hubert - Le Sellier de Chezelles (Anciennement Bât 116 de base militaire de la Martinerie) DEOLS Tél. : Fax : Activité : géologie, hydrogéologie Responsable : Emilie BIZET EFF. : 4 - ASS/SAL. : 4 GEOSE 27, avenue de l Occitanie Le Pré Naudin SAINT-MAUR Tél. : Activité : installation matériels et équipements de géothermie, aérothermie, plomberie, sanitaire Responsable : Grégory CAILLAUD EFF. : 3 - ASS/SAL. : 3 INFOLOGIS 10, rue Just Veillat CHATEAUROUX Tél. : Fax : Activité : développement de logiciels destinés aux associations d aide à la personne Responsable : Thierry TOUCHET EFF. : 8 - ASS/SAL. : 4 LA LUCARNE 18, rue Jean Jaurès EGUZON-CHANTOME Tél. / Fax : Activité : menuiserie, parquet, terrasse, isolation Responsable : Sophie CHARTIER EFF. : 3 - ASS/SAL. : 3 LA PANTOUFLE DU BERRY ZI Les Noyers VATAN Tél. : Activité : création, fabrication et vente d articles chaussants Responsable : Patricia LANGLOIS EFF. : 3 - ASS/SAL. : 3 S.O.B.T.P. (Société Ouvrière Bâtiment Travaux Publics) 6, rue de la Liberté BP 29 Saint-Florentin VATAN Tél. : Fax : Activité : bâtiment travaux publics Responsable : Christophe JOURDAIN EFF. : 10 - ASS/SAL. : 10 CHER LA FONTENEL 2, rue de la Couturanderie SAINT-LAURENT Tél. : Activité : location de gîtes ruraux, accueil de personnes âgées Responsables : Fabrice TOULERON L.B.M. (La Berrichonne de Mécanique) Société Nouvelle - 3 Place du Bas-de-Grange VIERZON Tél. : Fax : Activité : machines outils Responsables : J.P. LECOCQ, L. COUTEL EFF. : 12 - ASS/SAL. : 12 scop.com - n 15 - novembre scop.com - n 15 - novembre

12 nos partenaires CONTACT B U DGET Aide à domicile Garde d enfants Portage de repas I NFOLO GI S Le partenaire informatique du maintien a domicile PLANNING Mandataire DEMATERIALISATION TELEGESTION Aide aux familles Soins à domicile COMPTA 10, Rue Just Veillat CHATEAUROUX Tél Fax (Société COopérative et Participative) Outils exclusivement dédiés aux activités d aide à la personne au domicile Base de données commune à l ensemble des logiciels Multi entités juridiques Multi activités Multi conventions collectives Approche «métier» Plus de 15 millions d heures traitées annuellement Imp.La Basse Marche - Le Dorat Ne pas jeter sur la voie publique D.G.C. SERRURERIE Cédric Delhoume Spécialiste de l escalier et du garde-corps Acier, inox, bois, carbone Portail, fermeture, menuiserie et véranda Tél. : , avenue de l aéroport LIMOGES D.G.C. MENUISERIE Cédric Delhoume Fax : Menuiserie, volet roulant, volet battant et persienne, Store et brise soleil, Pergola et véranda, Portail et fermeture 2, rue Jean-Pierre Timbaud Saint Junien Tél. : , avenue de l aéroport LIMOGES Énergie renouvelable - Climatisation - Alarme Électricité générale - Chauffage électrique Alarme - Menuiserie PVC et Alu - Plomberie Tél Port. : Les plus grands fabricants sont nos partenaires. Nous réparons toutes les technologies ESSENCE,DIESEL HDI.TDI.TDCI CDI.CDTI.HPI.etc. Tout l entretien de toute les marques avec la garantie constructeur préservée. Toutes nos pieces détachées ont la qualité origine. Vente Pièces et accessoires toutes marques références en stock Vente et montage de tous les PNEUMATIQUES SPECIALISTE GEOMETRIE.DIESEL.ELECTRICITE.ELECTRONIQUE.MECANIQUE. TEL FAX RUE BERTHIE ALBRECHT. BP Z.I.NORD LIMOGES scop.com - n 15 - novembre scop.com - n 15 - novembre

Sommaire. Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier

Sommaire. Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier Dossier de presse Octobre 2013 Sommaire Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier Le Réseau des Scop : un accompagnement pour ces

Plus en détail

Installation des ambassadeurs des marchés publics. Limoges, le 19 février 2015. www.haute-vienne.gouv.fr. @prefet87

Installation des ambassadeurs des marchés publics. Limoges, le 19 février 2015. www.haute-vienne.gouv.fr. @prefet87 Installation des ambassadeurs des marchés publics Limoges, le 19 février 2015 www.haute-vienne.gouv.fr @prefet87 Paris, le 19 février 2015 Le Médiateur national des Marchés publics Chère Ambassadrice,

Plus en détail

Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations

Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations MIFE LOIRE SUD Dans le parcours de la création d entreprise, la MIFE Loire Sud se positionne

Plus en détail

Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire

Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire L conomie sociale et solidaire regroupe un ensemble d entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d. -Entreprise d insertion de menuiserie

Plus en détail

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher La naissance de l idée Activité Bilan personnel Contraintes Etude de marché Le marché et la concurrence La politique commerciale Construire son projet Les moyens commerciaux Les moyens de production Les

Plus en détail

Histoire des coopératives

Histoire des coopératives Histoire des coopératives Les premières pratiques coopératives permanentes et organisées apparaissent en Europe au cours des années 1840 : coopérative de consommation des Equitables pionniers de Rochdale

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 L économie sociale et solidaire : de quoi parle-t-on? Une économie du quotidien, ancrée sur les territoires Des entreprises et

Plus en détail

Enquête éco-construction. Bilan et résultats

Enquête éco-construction. Bilan et résultats Enquête éco-construction Bilan et résultats Introduction Lancée sur l ensemble de la région Rhône-Alpes en juin 29 par le réseau des Chambres de Métiers et de l Artisanat de Rhône-Alpes et en partenariat

Plus en détail

le réseau régional RESEAU PÉPINIÈRES D ENTREPRISES RÉGION LIMOUSIN Document de synthèse non contractuel - janvier 2015 (v2) 2 C u b e P e P

le réseau régional RESEAU PÉPINIÈRES D ENTREPRISES RÉGION LIMOUSIN Document de synthèse non contractuel - janvier 2015 (v2) 2 C u b e P e P Document de synthèse non contractuel - janvier 2015 (v2) RESEAU PÉPINIÈRES D ENTREPRISES RÉGION LIMOUSIN le réseau régional 2 C u b e P e P s 2 3 l a n e S a i n t - J u n i e n G V i e n n e L a B o î

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE AMGE industrie, 28 salariés en Haute-Normandie. reprennent leur entreprise en Scop!

DOSSIER DE PRESSE AMGE industrie, 28 salariés en Haute-Normandie. reprennent leur entreprise en Scop! DOSSIER DE PRESSE AMGE industrie, 28 salariés en Haute-Normandie reprennent leur entreprise en Scop! SOMMAIRE L entreprise AMGE industrie L accompagnement du réseau Scop La Scop AMGE accompagnée dans le

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

Hervé, électricien électronicien

Hervé, électricien électronicien Devenir électricien J ai la chance d exercer un métier qui offre désormais une grande diversité d interventions. En plus du câblage électrique, j installe de plus en plus de systèmes domotiques, je fais

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Macoretz Scop, «Construire ensemble» Contact presse : Aurore MAJOU, Chargée de Communication

DOSSIER DE PRESSE. Macoretz Scop, «Construire ensemble» Contact presse : Aurore MAJOU, Chargée de Communication 1 DOSSIER DE PRESSE Macoretz Scop, «Construire ensemble» Contact presse : Aurore MAJOU, Chargée de Communication aurore.majou@macoretz-scop.fr / 02 40 21 82 90 Anne Gravouille, Responsable Marketing et

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

Ecole Universitaire de Management

Ecole Universitaire de Management Promotion 2010/2011 Sites : Clermont-Ferrand et Vichy LISTES D'EMPLOIS Ecole Universitaire de Management Sommaire : Licence professionnelle Carrières de la banque et de l'assurance... p2 Licence professionnelle

Plus en détail

fonctionne quoi l entreprise ... comment? développement éveloppem qu u C est «%» 8l entreprise au cœur du? entreprise entrepris fonctionne qu une?

fonctionne quoi l entreprise ... comment? développement éveloppem qu u C est «%» 8l entreprise au cœur du? entreprise entrepris fonctionne qu une? Comment témoignages C est quoi uneentreprise... Comment 8 8l entreprise au cœur du développement durable le Medef témoignages comment avoir voyez-vous «%»... l entreprise % entreprise au cœur du 8 88 éveloppem

Plus en détail

Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007

Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 58 Août 2009 Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION Le chiffre d affaires net de sous-traitance

Plus en détail

Et si le meilleur des repreneurs était déjà dans votre entreprise? la transmission d entreprise en Scop

Et si le meilleur des repreneurs était déjà dans votre entreprise? la transmission d entreprise en Scop Et si le meilleur des repreneurs était déjà dans votre entreprise? la transmission d entreprise en Scop Fabien Hosteins PDG, Loy et Cie, Morbihan «On a vu tellement d entreprises du bâtiment mal reprises

Plus en détail

à l'économie sociale et solidaire

à l'économie sociale et solidaire Guide des aides à l'économie sociale et solidaire en Haute-Normandie L'édito du président ÉDITO 2 Désireuse de redynamiser un tissu économique territorial parfois fragilisé, tout en encourageant localement

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013 Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire rural Centre-ville Quartier populaire Parc d activités économiques Problématique Problématique enclavé Banlieue pavillonnaire Problematique Problematique Insertion Petite enfance Problématique Problématique

Plus en détail

Créer son entreprise

Créer son entreprise Créer son entreprise (Cycle gestion d entreprise) Formation de 6 jours - Créer son activité - Le cadre juridique, fiscal et social - Business plan et finances - Lancer son activité - Présenter et vendre

Plus en détail

Animé par : Martin DELATTE. Animé par : Catherine GRIMOND

Animé par : Martin DELATTE. Animé par : Catherine GRIMOND Salariés, Accompagnement reprenez votre entreprise et aides pour financières assurer sa de pérennité Pôle Emploi Martin DELATTE Catherine GRIMOND Sommaire Introduction Qu est ce qu une Scop Les enjeux

Plus en détail

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE DOSSIER DE PRESSE ADOM'ETHIC MAI 2010 p 1 INTRODUCTION UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE Le secteur des services à la personne a connu une croissance rapide ces quatre dernières années,

Plus en détail

LES METIERS DE L EQUIPEMENT DU BATIMENT

LES METIERS DE L EQUIPEMENT DU BATIMENT LES METIERS DE L EQUIPEMENT DU BATIMENT INSTALLATEUR SANITAIRE INSTALLATEUR THERMIQUE Elèves de 3 ème, 3 ème SEGPA, 3 ème Prépa-pro, 3 ème Dispositif alternance Aptitudes manuelles Adaptabilité aux différentes

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

entreprendre pour soi, réussir ensemble

entreprendre pour soi, réussir ensemble entreprendre pour soi, réussir ensemble Une CAE rassemble des professionnels de métiers différents, qui souhaitent développer leur propre activité tout en évoluant dans un cadre collectif et en bénéficiant

Plus en détail

Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile

Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile DIESS Lille-Métropole Développement des Initiatives d'economie Sociale et Solidaire 1 bis place Charles Roussel 59200 TOURCOING Contact : Ignace Motte 03.20.24.39.03 ignacemotte@diess.fr OTeN - IRIS Observatoire

Plus en détail

Les SCOP et la gouvernance coopérative

Les SCOP et la gouvernance coopérative Les SCOP et la gouvernance coopérative Université Interprofessionnelle 2015 Isabelle JORGE Union Régionale des SCOP Rhône-Alpes L entreprise du XXIème siècle? Autonomie Auto-organisation Management collaboratif

Plus en détail

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE Union des Métalliers 10, rue du Débarcadère 75017 Paris Tél. 01 40 55 13 00 Fax. 01 40 55 13 01 Union@metallerie.ffbatiment.fr STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Modalités de fonctionnement des associations syndicales pour la gestion forestières

Modalités de fonctionnement des associations syndicales pour la gestion forestières 2011 725009 Fiche établie dans le cadre du stage d élève ingénieur Formation Ingénieur Forestier AgroParisTech d Emmanuelle Esmenjaud Modalités de fonctionnement des associations syndicales pour la gestion

Plus en détail

INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE

INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE Bureaux 11-13 avenue de la Division Leclerc 94234 Cachan Cedex 01 49 84 85 85 contact@lafabrique-valdebievre.fr www.lafabrique-valdebievre.fr

Plus en détail

LE CRÉDIT AGRICOLE DE LORRAINE

LE CRÉDIT AGRICOLE DE LORRAINE LE CRÉDIT AGRICOLE DE LORRAINE en 2013 SOMMAIRE Édito Nos 5 domaines d engagements : Excellence dans la relation avec nos clients et sociétaires Développement économique du territoire Responsabilité Sociétale

Plus en détail

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie Compte-rendu de la soirée-débat organisée le 20 avril 2012 par le Syndicat des Travailleurs de l Industrie et des Services du Nord (CNT-STIS 59) sur le thème «Les sociétés coopératives, une alternative

Plus en détail

CORRIGE. Sujet zéro n 1. Parties Intitulés Nombre de points. 1 Série de questions 12

CORRIGE. Sujet zéro n 1. Parties Intitulés Nombre de points. 1 Série de questions 12 Economie-gestion Durée : 2 H Coefficient : 1 Page 1/6 CORRIGE Sujet zéro n 1 Parties Intitulés Nombre de points 1 Série de questions 12 Trois sujets au choix : 2 Sujet A : Quelles démarches mettre en œuvre

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

donner du pouvoir d agir aux salariés

donner du pouvoir d agir aux salariés 2 donner du pouvoir d agir aux salariés 2 Donner du pouvoir d agir aux salariés Renforcer le «pouvoir d agir» des Français est une des clés du rebond de notre pays. En cela, l Economie sociale et solidaire

Plus en détail

AMENAGER VOTRE GITE : LES ETAPES A SUIVRE

AMENAGER VOTRE GITE : LES ETAPES A SUIVRE AMENAGER VOTRE GITE : LES ETAPES A SUIVRE Vous souhaitez ouvrir une activité d accueil touristique en Limousin : le réseau des Gîtes de France est à votre service pour vous accompagner dans la réalisation

Plus en détail

Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports. Service des Sports Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès

Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports. Service des Sports Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès Nom de l association Sigle Numéro SIRET APE DEMANDE DE SUBVENTION ORDINAIRE ANNEE 2016 Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes Service des Sports Service des Sports Bâtiment Pyrène 1,

Plus en détail

ADMINISTRATEUR DE BIENS

ADMINISTRATEUR DE BIENS ADMINISTRATEUR DE BIENS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON CREATION D ENTREPRISE Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON PLAN DU SEMINAIRE Partie 1 : Qu est-ce qu un entrepreneur? Qu est-ce qu entreprendre? Partie 2 : L'idée Partie 3 : Le projet personnel

Plus en détail

L économie sociale et solidaire

L économie sociale et solidaire L économie sociale et solidaire Traditionnellement le mois de novembre est le mois de l Economie Sociale et Solidaire. Cette année comme les années précédentes de nombreuses actions et rencontres ont eu

Plus en détail

Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre

Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre Décembre 2011 N 4 Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre Un vieillissement important des actifs de l ESS Objectif de ce panorama A travers la présentation des chiffres

Plus en détail

Document édité par S.P. DPE FREDERICM Groupe AX101 pour reseau83 site info : www.reseau38.com

Document édité par S.P. DPE FREDERICM Groupe AX101 pour reseau83 site info : www.reseau38.com Document édité par S.P. DPE FREDERICM Groupe AX101 pour reseau83 site info : www.reseau38.com A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le

Plus en détail

[ Adie Contact : un lien avec le créateur sur la durée. [ L informatique se met à la portée des créateurs. [ Une action au coût limité

[ Adie Contact : un lien avec le créateur sur la durée. [ L informatique se met à la portée des créateurs. [ Une action au coût limité [ Adie Contact : un lien avec le créateur sur la durée Assuré par des correspondants bénévoles, le service Adie contact permet de créer un lien privilégié avec chaque micro-entrepreneur financé. Grâce

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

www.haute-vienne.gouv.fr @prefet87

www.haute-vienne.gouv.fr @prefet87 1 www.haute-vienne.gouv.fr @prefet87 2 Pacte de responsabilité et de solidarité: Bilan et perspectives 3 SOMMAIRE Communiqué de synthèse page 4 Une mesure, un interlocuteur : Le pacte baisse le coût du

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

Les SCOP, un cadre naturel pour l Agile?

Les SCOP, un cadre naturel pour l Agile? Les SCOP, un cadre naturel pour l Agile? Sandrine Mathon www.plus.google.com/sandrinemathon www.twitter.com/mathonsandrine www.linkedin.com/in/sandrinemathon smathon@wembla.fr www.wembla.fr SCOP et Agilité

Plus en détail

Actualité. Edito. Reprise d entreprise : Pourquoi se faire accompagner?

Actualité. Edito. Reprise d entreprise : Pourquoi se faire accompagner? N 07 JAN. 05 Actualité Reprise d entreprise : Pourquoi se faire accompagner? Débusquer les bons dossiers : bonnes affaires sont rares. Un professionnel accède à des dossiers que vous ne pouvez pas débusquer

Plus en détail

Le devenir de la vie associative et du bénévolat à Saint-Quentin-en-Yvelines Avis du CODESQY

Le devenir de la vie associative et du bénévolat à Saint-Quentin-en-Yvelines Avis du CODESQY Le devenir de la vie associative et du bénévolat à Saint-Quentin-en-Yvelines Avis du CODESQY (mars 2008) Le devenir de la vie associative et du bénévolat à Saint-Quentin-en-Yvelines Avis du CODESQY (mars

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 1 FEVRIER 2013 DELIBERATION N CR-13/05.020 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie pour favoriser l'entrepreneuriat régional Programme

Plus en détail

EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n B 095 550 356

EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n B 095 550 356 EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n B 095 550 356 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION sur les conditions

Plus en détail

Démarrer son activité déco

Démarrer son activité déco Karine Mazeau Démarrer son activité déco Devis Factures Assurances Appels d offres Suivi de chantier Descriptifs 2013, Groupe Eyrolles ISBN : 978-2-212-13605-0 CHAPITRE 1 LE STATUT FISCAL Dans ce chapitre,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE L UNITE D ACCUEIL MEDICO-JUDICIAIRE DE GUERET VENDREDI 3 JUILLET 2009 A 16H CENTRE HOSPITALIER DE GUERET

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE L UNITE D ACCUEIL MEDICO-JUDICIAIRE DE GUERET VENDREDI 3 JUILLET 2009 A 16H CENTRE HOSPITALIER DE GUERET DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE L UNITE D ACCUEIL MEDICO-JUDICIAIRE DE GUERET VENDREDI 3 JUILLET 2009 A 16H CENTRE HOSPITALIER DE GUERET CONTACTS PRESSE : EOVI MUTUELLE DU LIMOUSIN PASCALE BRUN 05 55

Plus en détail

La création d entreprise. Se donner les moyens de réussir

La création d entreprise. Se donner les moyens de réussir La création d entreprise de à Se donner les moyens de réussir Créer une entreprise, comment s y prendre? Deux approches sont envisageables : La méthode express : j y crois, j y vais et on verra La méthode

Plus en détail

Accompagnement et financements solidaires : quels organismes?

Accompagnement et financements solidaires : quels organismes? Accompagnement et financements solidaires : quels organismes? Animé par : ADIE Association des CIGALES de Bretagne BCS BGE Ille & Vilaine Bretagne Active Les CAE d Ille & Vilaine PRESOL L AGORA, autour

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Janvier 2013

DOSSIER DE PRESSE Janvier 2013 DOSSIER DE PRESSE Janvier 2013 Enseigne CARRÉMENT FLEURS : carrément gagnant, tout simplement! Créée à Agen en 2006, l enseigne Carrément Fleurs est spécialisée dans la vente de fleurs coupées fraîches,

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES FORMATIONS 100% PRO TOUTE L ANNÉE. TROUVEZ VOTRE FORMATION QUALIFIANTE. -10% SUR CERTAINES FORMATIONS DU CATALOGUE. î à Cher client, Le

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION ORDINAIRE ANNEE 2015

DEMANDE DE SUBVENTION ORDINAIRE ANNEE 2015 Nom de l association Sigle Numéro SIRET APE DEMANDE DE SUBVENTION ORDINAIRE ANNEE 2015 Dossier à renvoyer à : Ou à déposer à : Mairie de Tarbes CCAS CCAS Bâtiment Pyrène 1, place Jean Jaurès 29 bis, rue

Plus en détail

Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux

Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux Dossier de presse Exemple de crèche réalisée par la société crèche attitude Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux Lieu : Ilot M5 - rue d Hozier Marseille (quartier Joliette) - surface 360

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

Actualité. Edito. Reprise d entreprise : Sentiers battus et marché caché!

Actualité. Edito. Reprise d entreprise : Sentiers battus et marché caché! N 06 NOV. 04 Actualité Reprise d entreprise : Sentiers battus et marché caché! Bernard S., ex cadre supérieur d un groupe international rentre chez lui à la nuit tombée, après une journée de rendez- vous

Plus en détail

www.crealim.com JEUDI 29 AVRIL 2010 8h30 > 18h15 ZÉNITH de LIMOGES entrée gratuite Inscription souhaitée sur organisées par

www.crealim.com JEUDI 29 AVRIL 2010 8h30 > 18h15 ZÉNITH de LIMOGES entrée gratuite Inscription souhaitée sur organisées par JEUDI 29 AVRIL 2010 8h30 > 18h15 ZÉNITH de LIMOGES organisées par avec le concours financier de entrée gratuite Inscription souhaitée sur www.crealim.com UNE JOURNÉE OUVERTE A TOUS! FUTUR CREATEUR OU REPRENEUR

Plus en détail

CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR -

CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR - CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR - OBJECTIFS Dans un contexte de concurrence et de concentration des opérateurs, les PME doivent s adapter et renouveler et moderniser

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL À PROJET. CONCEPTION DE LA CHARTE GRAPHIQUE DU COLLECTIF CONTES A REBOURS ET DU FESTIVAL LAREPLIQUE Novembre 2015

CAHIER DES CHARGES APPEL À PROJET. CONCEPTION DE LA CHARTE GRAPHIQUE DU COLLECTIF CONTES A REBOURS ET DU FESTIVAL LAREPLIQUE Novembre 2015 CAHIER DES CHARGES APPEL À PROJET CONCEPTION DE LA CHARTE GRAPHIQUE DU COLLECTIF CONTES A REBOURS ET DU FESTIVAL LAREPLIQUE Novembre 2015 1 I- PARTICIPATION AU PROJET Le collectif Contes à Rebours lance

Plus en détail

Le guide pour comprendre

Le guide pour comprendre ENTREPRISES D INSERTION ENTREPRENEURS SOCIAUX Le guide pour comprendre Une loi sur l Economie Sociale et Solidaire (ESS) pour permettre son changement d échelle Après plus de deux ans de travaux, la loi

Plus en détail

sociale & solidaire en Aquitaine

sociale & solidaire en Aquitaine chiffres clés L économie sociale & solidaire en Aquitaine édition 2015 2 édito SOMMAIRE Définition 3 Les chiffres clés de l Aquitaine 4 Focus secteurs 6 L Insertion par l Activité Economique (IAE) 6 Les

Plus en détail

Un projet d'entreprise sociale et solidaire?

Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Programme Qu'est-ce qu'une entreprise sociale et solidaire? Objectif : repérer les éléments fondateurs de ce type de projets Les réponses de l'adress Objectif

Plus en détail

Master Management PME PMI

Master Management PME PMI IUP Management et Gestion des Entreprises 7/8 Master Management PME PMI Lieu de formation : Clermont Ferrand Objectifs de ce : Former des professionnels de la gestion appelés à prendre en charge des fonctions

Plus en détail

Quelques informations préalables

Quelques informations préalables Quelques informations préalables * Votre structure est... Une association Une fondation Une SCOP Une SCIC Une société commerciale (autre que coopérative) Une mutuelle Pouvez-vous décrire en une phrase

Plus en détail

Les Coulisses du Bâtiment L évènement de la rentrée pour le secteur! Les 10, 11 et 12 octobre 2013

Les Coulisses du Bâtiment L évènement de la rentrée pour le secteur! Les 10, 11 et 12 octobre 2013 Les Coulisses du Bâtiment L évènement de la rentrée pour le secteur! Les 10, 11 et 12 octobre 2013 La 11 ème édition des «Coulisses du Bâtiment» se déroulera les 10, 11 et 12 octobre prochain. Une nouvelle

Plus en détail

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008

Réseau des Boutiques Paysannes Languedoc-Roussillon Mai 2008 LA CHARTE DES BOUTIQUES PAYSANNES Ce document est un condensé de l expérience des producteurs et artisans des Boutiques Paysannes en Languedoc-Roussillon. Il est également inspiré de celle du Réseau AVEC-Rhône

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? LE GROUPE JEAPI

QUI SOMMES-NOUS? LE GROUPE JEAPI QUI SOMMES-NOUS? LE GROUPE JEAPI Le Groupe JEAPI mise depuis toujours sur l énergie humaine et les compétences. La liberté d entreprendre ensemble a toujours été et continue d être le moteur de son développement.

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS) POLITIQUE REGIONALE D'APPUI A LA CREATION ET AU DEVELOPPEMENT DES COOPERATIVES

ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS) POLITIQUE REGIONALE D'APPUI A LA CREATION ET AU DEVELOPPEMENT DES COOPERATIVES ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS) POLITIQUE REGIONALE D'APPUI A LA CREATION ET AU DEVELOPPEMENT DES COOPERATIVES CONSEIL RÉGIONAL D AQUITAINE SEANCE PLÉNIÈRE DU 15 DÉCEMBRE 2008 DELIBERATION DU CONSEIL

Plus en détail

Bénévoles, adhérents, dirigeants associatifs, porteurs de projet, participez aux FORMATIONS DES. tout au long. de l année.

Bénévoles, adhérents, dirigeants associatifs, porteurs de projet, participez aux FORMATIONS DES. tout au long. de l année. Bénévoles, adhérents, dirigeants associatifs, porteurs de projet, participez aux FORMATIONS DES tout au long de l année sur inscription Formations et conseils aux associations Le service Vie associative

Plus en détail

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices»

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» «Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» N 2/automne 2005 Supplément du francilien N 51 Revue de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

Bilan d'activité 2013

Bilan d'activité 2013 Coopérative d Activités et d Emploi généraliste d'ille et Vilaine Bilan d'activité 2013 Développement économique Création d'activités et d'entreprises Accompagnement de parcours Numéro SIRET : 437 827

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE La transmission de son entreprise est un processus long et complexe, juridiquement aussi bien que fiscalement. Comme tous les dirigeants d entreprise, combien de fois avez-vous

Plus en détail

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 ADESS Cornouaille Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 1 L ADESS Cornouaille est un des quinze pôles de développement de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) en Bretagne. C

Plus en détail

LES SITES D INFORMATION

LES SITES D INFORMATION LES SITES D INFORMATION http://www.actinbusiness.com p. 2 http://www.actoria.fr p. 4 http://www.caravanedesentrepreneurs.com p. 6 http://www.coachinvest.com p. 8 http://www.mbcapital.com p. 10 http://www.netpme.fr

Plus en détail

Le développement des missions de conseil fiscal

Le développement des missions de conseil fiscal Le développement des missions de conseil fiscal Intervenants Régis de BREBISSON Expert Comptable Cabinet DBA, Membre du groupement France Défi Didier PLANE Consultant Cabinet Avensi Consulting Sommaire

Plus en détail

Union régionale des Scop d Aquitaine

Union régionale des Scop d Aquitaine Union régionale des Scop d Aquitaine DOSSIER DE PRESSE AVEC LE SOUTIEN DE NOS PARTENAIRES : Sommaire Page 3 1) Les Scop, les salariés co-entrepreneurs Page 4 2) Un modèle entrepreneurial d actualité Page

Plus en détail

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise DOSSIER DE PRESSE La 6 e édition des Rencontres de la création et de la reprise d entreprise se tiendra le jeudi 12 février 2009 au Zénith de Limoges, de 8h30 à 18h. L accès est gratuit et ouvert à tous,

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

EN 2008, LA MAT. toujours PLUS

EN 2008, LA MAT. toujours PLUS ensemble EN 2008, LA MAT vous OFFRE toujours PLUS de SERVICES! Du NOUVEAU côté PROVINCE! sommaire edito Marcel SOUFFLET, Président de La MAT 4_ 5_ 6_ 7_ TOUJOURS PLUS d avantages DÉCOUVREZ nos partenaires!

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 19 février 2014 / 10 h 00 Imprimerie Maugein / Z.I. de Mulatet / Tulle SOMMAIRE

DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 19 février 2014 / 10 h 00 Imprimerie Maugein / Z.I. de Mulatet / Tulle SOMMAIRE Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, le 17 février 2014 DOSSIER DE PRESSE Développer les emplois d avenir dans les entreprises Mercredi 19 février 2014 / 10 h

Plus en détail

Les données par familles

Les données par familles 28 Les données par familles 3. Une diversité de situations Taille des établissements par familles 1% 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% Coopératives Mutuelles Associations Foations Ensemble ESS Hors ESS 1% % 25 salariés

Plus en détail

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet»

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet» 1 Thématique 2 «Je finance mon projet» 3 2 Thématique 2 «Je finance mon projet» Le réseau Créo Vaucluse c est qui c est quoi? 30 structures spécialistes de l accompagnement des entrepreneurs (création,

Plus en détail

Compte Rendu. Soirée CIGALES. (Club d Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l Epargne Solidaire)

Compte Rendu. Soirée CIGALES. (Club d Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l Epargne Solidaire) Compte Rendu Soirée CIGALES (Club d Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l Epargne Solidaire) - 21 février 2014-20h-23h - QUINTENAS 26 participants Contexte : La soirée du 21 février

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

Aides et Subventions

Aides et Subventions S SOSCOP CONSEIL EN AIDES ET SUBVENTIONS PUBLIQUES Aides et Subventions Conseil et assistance aux entreprises Sarl SOSCOP entreprise indépendante au capital de 7 000 RCS Nanterre 482 461 779 APE 7022Z

Plus en détail

Identification de la société

Identification de la société Identification de la société Raison sociale de l entreprise : SO Lifes Siège social : 23 Avenue Saint Lazare, Bât D, Résidence Parc des Roses, 34000 MONTPELLIER Zone de couverture : Montpellier et ses

Plus en détail

Créer son entreprise

Créer son entreprise Créer son entreprise (Cycle gestion d entreprise) Formation de 6 jours - Créer son activité - Le cadre juridique, fiscal et social - Business plan et finances - Lancer son activité - Présenter et vendre

Plus en détail

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN DOSSIER de PRESSE AGENDA Juin 2015 >PROJET : La Commune Nouvelle Dossier de Presse : VIE PRATIQUE >Pourquoi une commune nouvelle entre Les Avenières et Veyrins-Thuellin? Les communes des Avenières et de

Plus en détail