TDAH données actuelles Dr Michel Gil 17 mai 2006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TDAH données actuelles Dr Michel Gil 17 mai 2006"

Transcription

1 TDAH données actuelles Dr Michel Gil 17 mai 2006

2 Concept de TDAH : du trouble comportemental au trouble cérébral 1902 Déficience morbide du contrôle moral 1922 Troubles comportementaux postencéphaliques chez les enfants 1960 Dysfonction cérébrale mineure 1980 Déficit d attention + ou - hyperactivité (DSM-III) 1994 TDAH inclut les sous-types : inattentif prédominant, hyperactif prédominant et mixte (DSM-IV) Syndrome comportemental post-traumatique avec hyperactivité 1934 Hyperactivité et comportement perturbateur associés à une atteinte cérébrale 1968 Réaction hyperkinésique de l enfance (DSM-II) 1987 Trouble déficitaire de l attention/ hyperactivité (DSM-III-R) 2000 Trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (DSM-IV-TR) 1. Attention -deficit/hyperactivity disorder historical development and overview [editorial]. J Atten Disord 2000;3: Stubbe DE. Child Adolesc Psychiatr Clin N Am 2000;9:

3 TDAH Définition du DSM-IV Le trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH) est un état neurobiologique caractérisé par un degré inapproprié d inattention [manque de concentration, distraction], d hyperactivité et d impulsivité ne correspondant pas au niveau de développement de l enfant et pouvant se manifester dans plusieurs types d environnement (ex. scolaire, social ou familial). Selon l American Psychiatric Association, DSM-IV TR, 2000.

4 Critères diagnostiques du TDAH selon le DSM-IV Symptômes persistants d inattention et/ou d hyperactivité-impulsivité Les symptômes persistent depuis au moins six mois Doit présenter au moins six des symptômes d inattention et/ou d hyperactivité-impulsivité Certains symptômes sont présents avant l âge de 7 ans Présence d un certain degré de gêne fonctionnelle liée aux symptômes dans deux types d environnement ou plus (ex. à l école, au travail ou à la maison) Altération significative du fonctionnement social, scolaire ou professionnel Les symptômes ne sont pas exclusivement dus à un autre trouble mental ou ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental Selon l American Psychiatric Association, DSM-IV TR, 2000.

5 Symptômes d inattention du TDAH selon le DSM-IV Les symptômes suivants doivent être fréquents* Inattention Incapacité à prêter attention aux détails Difficulté à soutenir son attention au travail ou dans les jeux N écoute pas Difficulté à mener les choses à terme Évite ou a en aversion les tâches qui nécessitent un effort mental soutenu Difficulté à s organiser Perte d objets importants Facilement distrait Oublis fréquents dans la vie quotidienne * Le sujet doit présenter au moins 6 des symptômes d inattention depuis au moins 6 mois à un degré qui est inadapté et qui ne correspond pas au niveau de développement. Selon l American Psychiatric Association, DSM-IV TR, 2000.

6 Troubles executifs 1)capacité d organisation 2)capacité à se concentrer 3)capacité à rester alerte 4)capacité à moduler ses émotions 5) mémoire de rappel et mémoire de travail 6)capacité à se contrôler et s auto-évaluer

7 Symptômes d hyperactivité-impulsivité impulsivité du TDAH selon le DSM-IV Les symptômes suivants doivent être fréquents * Hyperactivité Impulsivité Le sujet se tortille, remue sans arrêt Répond trop vite aux questions Ne peut demeurer assis Court/grimpe partout Ne peut attendre son tour Ne peut se tenir tranquille Impose sa présence/ dans les jeux ou au travail interrompt les autres «Touiours en mouvement»/ «comme s il était monté sur ressorts» Parle sans arrêt * Le sujet doit présenter au moins 6 des symptômes d hyperactivité-impulsivité depuis au moins 6 mois à un degré qui est inadapté et qui ne correspond pas au niveau de développement. Selon l American Psychiatric Association, DSM-IV TR, 2000.

8 TDAH : gêne fonctionnelle dans le cycle de vie Stress familial 1 Mauvaises relations avec les pairs 2 Altération du fonctionnement social 2 Accidents et blessures 3 Tabagisme 3 Alcoolisme/toxicomanie 3 Délinquance 3 Difficultés scolaires, échecs 2 Difficultés au travail 2 Difficultés dans les relations interpersonnelles 1 Difficultés pour les parents 1 1. Brown RT and Pacini JN. J of Learning Disabilities 1989;22(9): Slomkowski C, et al. J Abnormal child Psychology 1995;23(3): Barkley RA. Attention Deficit Hyperactivity Disorder: A Handbook for Diagnosis and treatment 2 nd Edition

9 Sous-types cliniques de TDAH Inattention prédominante : Facilement distrait Pas spécialement hyperactif ou impulsif sluggish cognitive tempo Hyperactivité-impulsivité prédominante : Extrêmement hyperactif et impulsif Pas très inattentif (peut ne présenter aucun signe d inattention) Souvent chez le jeune enfant Type mixte : Chez la plupart des patients Présente les trois signes typiques du trouble % Type mixte % Inattention prédominante < 15 % Hyperactivité-impulsivité prédominante Selon l American Psychiatric Association, DSM-IV TR, 2000.

10 Problèmes du diagnostic du TDAH chez l adulte Lorsque les enfants deviennent des adultes, les seuils diagnostiques du DSM-IV ( 6 symptômes d hyperactivité/impulsivité et/ou d inattention) se manifestent souvent différemment 1,2 Les critères actuels du DSM-IV ne reflètent pas l évolution des symptômes La rémission apparente peut être due à la définition du DSM-IV plutôt qu à une véritable rémission fonctionnelle du trouble On ne tient pas compte du risque de sous-diagnostiquer le TDAH chez l adulte si les symptômes changent Environ 77 % des adultes atteints de TDAH répondent aux critères de comorbidité La comorbidité peut contribuer au mauvais diagnostic du TDAH chez les adultes 1. Biederman, et al. AM J Psychiatry 1993;150(12): Sadock BJ and Sadock VA. Comprehensive Textbook of Psychiatry 2000.

11 Critères diagnostiques du TDAH chez les adultes Faible rendement à l école/au travail 1,2 Faibles résultats scolaires en ce qui concerne les habiletés Respecte rarement les échéances Replace souvent les choses au mauvais endroit Est souvent en retard au travail ou à ses rendez-vous Difficultés dans les relations interpersonnelles 1 Difficulté à écouter Difficulté à développer/à conserver des amitiés Prompt à se mettre en colère Violence verbale lorsqu en colère Aptitudes sociales inadéquates Instabilité émotionnelle 1,2 Sujet à des débordements émotionnels Démoralisé en raison des échecs répétés Faible estime de soi Dysfonctions d adaptation 2 Mauvaise gestion financière Endettement excessif Routine personnelle et familiale désordonnée Problèmes d alcoolisme et de toxicomanie 1. Searight RH, et al. Am Fam Physician 2000;62: Weiss M, et al. ADHD in Adulthood: a guide to current theory, diagnosis and treatment, 1999.

12 Hyperactivité : évolution des symptômes chez l adulte Une nervosité injustifiée se transforme souvent en nervosité justifiée Symptômes d hyperactivité selon le DSM-IV 1 Symptômes fréquents chez l adulte 2 Parle trop Se tortille, grimpe partout Ne peut rester tranquille dans les jeux/au travail Toujours en mouvement/s agite Court/semble «monté sur ressorts» Parle trop Nervosité «intérieure» «Débordé» Choisit des emplois actifs 1. Selon l American Psychiatric Association, DSM-IV TR, Weiss M, et al. ADHD in Adulthood: a guide to current theory, diagnosis and treatment, 1999.

13 Impulsivité : évolution des symptômes chez l adulte L impulsivité chez l adulte entraîne souvent des conséquences plus graves Symptômes d impulsivité selon le DSM-IV 1 Répond trop vite aux questions Ne peut attendre son tour Impose sa présence/interrompt les autres Symptômes fréquents chez l adulte 2 Irritable/prompt à se mettre en colère Changement d emploi impulsif Vitesse excessive au volant/accidents de la route Tabagisme/consommation de caféine 1. Selon l American Psychiatric Association, DSM-IV TR, Weiss M, et al. ADHD in Adulthood: a guide to current theory, diagnosis and treatment, 1999.

14 Inattention : évolution des symptômes chez l adulte Bien des adultes ne se plaignent pas de déficit d attention parce qu ils ont, jusqu à un certain point, appris à compenser Symptômes d inattention selon le Symptômes fréquents chez l adulte 2 DSM-IV 1 Difficulté à soutenir son attention Facilement distrait, oublie N écoute pas Ne mène pas à terme ce qu il entreprend Incapable de s organiser Perd ses choses, ne les remet pas à leur place Difficulté à soutenir son attention (lecture/travail administratif) Facilement distrait, oublie Difficulté à se concentrer Gère mal son emploi du temps Difficulté à mener à terme les tâches entreprises Perd ses choses, ne les remet pas à leur place 1. Selon l American Psychiatric Association, DSM-IV TR, Weiss M, et al. ADHD in Adulthood: a guide to current theory, diagnosis and treatment, 1999.

15 Héritabilité du TDAH Schizophrénie Taille Hudziak Nadder Levy Sherman Silberg Gjone Thapar Schmitz Edelbrock Gillis Goodman Willerman ,2 0,4 0,6 0,8 1 Héritabilité 1. Hudziak JJ, et al. Am Acad of Child and Adolesc Psychiatry 2000;39(4): Faraone SV, et al. Biol Psychiatry 1998;44: (référence incluse)

16 Étiologies Principalement génétique 85%:concordance 80%, jumeaux homoz, 50% concordance chez parents du premier degré.( récepteur à dopamine D4-7,DAT 1-480, DBH.. ) études familiales : 25-35% de la fratrie, 78-92% des jumeaux identiques, 15-20% des mères, 25-30% des pères, pour les autres atteintes neuro environnementales: traumas, infections, PTSD?, ROH et tabac durant grossesse, complications périnatales, petit poids de naissancesi parent atteint de TDAH 20-54% des enfants TDAH

17 Etiologies Facteurs psychosociaux non causaux mais aggravants anomalies dopaminergiques et noradré-nergiques(ne) du circuit corticostriatal-thalamo-cortical ( DAT1, DRD5, DRD4 impliqués) imagerie: sous perfusion frontale bilatérale et basal ganglia, diminution volume cérébral et cervelet,diminution asymétrie hémisphères facteurs de risque: nicotine et alcool durant la grossesse

18 Épidémiologie du TDAH

19 TDAH : prévalence aux États-Unis Nombre de cas de TDAH estimé à 7 millions d enfants et 7 millions d adultes 1,2 De 3 à 7 % des enfants d âge scolaire 2 de 6 à 8 % chez les enfants; 4 % chez les adolescents 3 Ratio garçon/fille de 4:1 chez les enfants et les adolescents 4 Les filles sont plus souvent de type inattentif, ce qui peut être la cause d un sousdiagnostic et d un traitement insuffisants 4 Dans 60 % des cas, les symptômes persistent à l âge adulte 1 Le taux de prévalence le plus cité chez les adultes est de 4 % (7 millions) 1 La prévalence est comparable peu importe la culture 3 1. Barkley RA. In: Murphy KR, Galdon M, eds. 1998: DSM-IV-TR4 th ed.2000: Goldman LS, et al. JAMA 1998;279: Cantwell DP. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry 1996;35(8):

20 Prévalence du TDAH chez les enfants d âge scolaire : aperçu interculturel Lieu, année Nouvelle-Zélande, 1987 Ontario, 1989 Iowa, 1990 Allemagne, 1990 Critères DSM-IV DSM-III-R DSM-III États-Unis, 1992 Allemagne, 1995 Tennessee, % 5% 10 % 15 % 20 % Goldman LS, et al.jama 1998;279:

21 Prévalence du TDAH chez les adolescents Selon les rapports, les taux de prévalence estimés vont de 0,3 à 4,67 % 1 Le TDAH persiste souvent à l adolescence (50 à 75 % des cas) 2 Associé au trouble affectif, aux familles monoparentales et à un manque de cohésion familiale 1,3 1. Cuffe SP, et al. J Am acad Child Adolesc Psychiatry 2001;40: Wilens TE, et al. Ann Rev Med 2002;53: Biederman J, et al. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry 1996;35:343-35

22 Persistance du TDAH à l âge adulte Une gêne fonctionnelle significative persiste à l âge adulte dans 60 à 75 % des cas de TDAH durant l enfance 1,2 On estime actuellement les cas de TDAH à 7 millions d adultes chez les Américains (1 à 6 % de la population en général) 3 Le TDAH est présent chez un nombre significatif de membres de la famille des enfants atteints de TDAH 4,5 Les inquiétudes quant à un abus possible ont un impact sur la médication prescrite 1. Hechtman L. Psychiatr Clin N Am 1992;1: Wender PH, et al. Ann NY Acad Sci 2001;931: Barkley RA. In:Murphy KR, Galdon M, eds. 1998: Mannuzza S, et al. Arch Gen Psychiatry 1993;50: Millstein RB, et al. J Attent Disord 1997;2:

23 Comorbidités et troubles neurologiques du développement associés au TDAH

24 Comorbidités et TDAH La comorbidité associée au TDAH constitue la règle plutôt que l exception 1 87 % des enfants atteints de TDAH présentent au moins une comorbidité 67 % des enfants atteints de TDAH présentent au moins deux comorbidités 77 % des adultes atteints de TDAH répondent aux critères de comorbidité 2 La comorbidité associée au TDAH et le trouble d opposition constituent un important défi sur le plan diagnostique et thérapeutique 1,3,4 La comorbidité contribue à l échec du diagnostic de TDAH chez l adulte 1,2 1. Biederman J, et al. AM Psychiatry 1991;148: Biederman J, et al. AM Psychiatry 1991;150: Kadesjo B, et al. J Child Psychol Psychiatry 2001;42: Newcom JH, et al. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry 2001;40:

25 Le diagnostic et le traitement du TDAH chez l enfant est souvent compliqué par la présence de comorbidités TDAH et troubles de l humeur/anxieux TDAH seul n = 579 TDAH et trouble des conduites TDAH et trouble de l opposition avec provocation TDAH et tics * Le total est supérieur à 100 % en raison de la présence de plusieurs troubles diagnostiqués chez des patients inscrits. Jensen P, et al. Arch Gen Psychiatry 1999;56:

26 Comorbidité et TDAH chez l adulte Comorbidité Prévalence estimée Trouble de l humeur Trouble d anxiété Abus d alcool Abus d autres substances Trouble de la personnalité Comportement antisocial 19 % - 37 % 1,2,3 25 % - 50 % 1,2,3 32 % - 53 % 1,2,4,5 8 % - 32 % 1,2,3,5 10 % - 20 % 1 18 % - 28 % 1,3 1. Biederman J, et al. AM Psychiatry 1993;150: Shekim WO, et al. Compr Psychiatry 1990;31: Mannuzza S, et al. Arch Gen Psych 1993;50: Murphy K, et al. Compr Psychiatry 1996;37(6): Roy-Byme P, et al. Compr Psychiatry 1997;38:

27 Comorbidité psychosociale associée au TDAH Diminution du rendement au travail/à l école Préoccupations familiales 2 : Plus grand stress pour les parents comparativement aux parents d enfants présentant d autres besoins particuliers Mère plus à risque de souffrir de dépression et de problèmes conjugaux Problèmes sociaux plus importants 3 Faibles aptitudes sociales/isolement Relations difficiles avec les frères, les soeurs et les pairs Les handicaps sociaux sont d importants prédicteurs de troubles comportementaux et d abus de substances ultérieurs 1 1. Greene RW, et al. J Consult Clin Psycho/1997;65: Brown RT, Pacini JN. J Leam Disabil 1989;22: Slomkowski C, et al. J Abnorm Child Psychol 1995;23:

28 Diagnostic différentiel du TDAH : psychiatrique et médical Troubles psychiatriques qui peuvent imiter le TDAH Troubles de l humeur Troubles psychotiques Troubles d adaptation Troubles d anxiété Troubles d apprentissage et de langage Stress Troubles médicaux qui peuvent imiter le TDAH Apnée du sommeil Abus de substances Troubles du développement Utilisation d autres médicaments Trouble convulsif Troubles de la vision Trouble de la glande thyroïde McCracken JT. Kaplan and Sadock s Comprehensive textbook of psychiatry. 2000;

29 Troubles psychiatriques à considérer lors du diagnostic différentiel du TDAH chez l adulte Trouble psychiatrique Dépression majeure Caractéristiques communes avec le TDAH Rapport subjectif d inattention, de mauvaise concentration et mémoire Difficulté à compléter ce qu il entreprend Caractéristiques différentielles Dysphorie substantielle et épisodique Trouble bipolaire Augmentation de l activité, difficulté à soutenir son attention, sa concentration Irritabilité Humeurs dysphoriques ou euphoriques persistantes Insomnie Symptômes psychotiques Anxiété généralisée Nervosité Difficulté à se concentrer Appréhensions et inquiétudes exagérées Symptômes somatiques de l anxiété Searight HR, et al. AM Fam Physician 2000;62:

30 Présentation clinique du TDAH

31 Présentation clinique du TDAH : période préscolaire Activité motrice excessive (toujours en mouvement) Agressivité (frappe les autres) Renverse les choses Curiosité insatiable N a peur de rien peut se mettre ou mettre les autres en danger Difficulté à se conformer aux consignes Joue avec beaucoup de vigueur et brise souvent les choses Exigeant, obstiné et bruyant Interrompt les autres Fait des crises de colère excessives Dupaul GJ, et al. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry 2001;

32 Présentation clinique du TDAH : période scolaire Facilement distrait Devoirs mal organisés, erreurs de négligence, souvent incomplets ou perdus Faibles résultats scolaires Visites fréquentes au bureau du directeur Répond avant la fin des questions (perturbe souvent la classe) Interrompt souvent les autres, impose sa présence Faible estime de soi Fait preuve d agressivité Difficultés dans les relations avec les pairs N attend pas son tour dans les jeux Ne reste pas assis Perçu comme immature Ne veut pas ou ne peut pas accomplir des tâches à la maison Prédisposé aux accidents Greenhill LL. J Clin Psychiatry 1998;59 Suppl 7:31-41.

33 Présentation clinique du TDAH : adolescents Peut ressentir une certaine agitation intérieure plutôt que de l hyperactivité Remet tout à plus tard, est mal organisé dans ses travaux scolaires et mène rarement ses travaux à terme Incapable de travailler de manière autonome Faible estime de soi Mauvaises relations avec les pairs Incapable d attendre pour obtenir satisfaction Difficultés d apprentissage spécifiques Les récompenses et les punitions ont habituellement peu d effets sur le comportement Comportement à risque (vitesse au volant, relations sexuelles non protégées, abus de substances) Apparemment peu préoccupé de sa propre sécurité (blessures et accidents) Difficultés ou conflits avec les autorités Greenhill LL. J Clin Psychiatry 1998;59 (Suppl 7):31-41.

34 Présentation clinique du TDAH : jeunes aux études postsecondaires Mauvaise gestion du temps, mauvaise organisation Rendement scolaire motivé par un sentiment d urgence émotionnelle Sprint d étude juste avant les examens Les comorbidités peuvent compliquer la situation aux études postsecondaires Abus de substances Troubles d apprentissage Dépression 1. Helligensteinin E, et al. J Am Coll Health 1999; Helligensteinin E, et al. J Am Coll Health 1995;43:

35 Présentation clinique du TDAH : adultes Facilement distrait, nerveux, mauvaise planification et organisation Mauvaise mémoire, détresse émotionelle, frustration, mauvais caractère Mauvais rendement scolaire/au travail Difficulté à mener à terme les tâches quotidiennes Problèmes familiaux (séparation, divorce, mariages multiples) Comorbidités Accidents de la route Désobéissance aux règles Faraone SV, et al. Biol Psychiatry 2000;48:9-20.

36 Conséquences psychosociales du TDAH chez l adulte Rendement au travail Les employeurs décrivent les adultes atteints de TDAH comme - Moins aptes à répondre aux exigences du travail - Moins aptes à travailler de manière autonome - S entendant moins bien avec les superviseurs Sont plus à risque d être renvoyés ou mis à pied que les groupes de contrôle Occupent généralement un statut d emploi moins élevé Ont plus de risques de quitter leur emploi ou de changer d emploi Plus faible estime de soi La faible estime de soi persiste à l âge adulte Se perçoit comme incompétent Préoccupations familiales Niveau de conflits familiaux plus élevé ayant un impact sur les manifestations du trouble Plus à risque de problèmes conjugaux et taux de divorces plus élevé Handicap social Problèmes relationnels et sociaux plus importants (plus particulièrement les relations homme-femme) 1. Faraone S, et al. Biol Psychiatry 2000;48: Weiss G, et al. 1993;473

37 Outils de diagnostic du TDAH : l entrevue Objectifs de l entrevue : 1,2 Identifier le moment du début des symptômes, la fréquence, les diagnostics et traitements antérieurs Passer en revue les caractéristiques typiques des troubles de comportement perturbateur (TDAH, TOAP, TC) et les maladies comorbides fréquentes Pour l adulte, chercher des signes d un TDAH chez les parents et les autres enfants Renseignements à obtenir : 1,2 Rendement scolaire ou professionnel Relations sociales Environnement familial et à la maison Fonctionnement personnel (ex. humeur, estime de soi) Antécédents sur le plan du développement Antécédents médicaux Antécédents psychiatriques familiaux et personnels 1. Conners CK and Jett JL. Compact Clinicals Greenhill LL, J Clin Psychiatry 1998;59(Suppl7):31-41.

38 Outils de diagnostic du TDAH : échelles d évaluation Outils d évaluation utiles et faciles à utiliser Disponibles pour les parents, les enseignants et les patients Quantifier les déviations comportementales par rapport aux comportements normaux Utiles pour évaluer et surveiller la réponse au traitement Ne doivent pas être utilisées seules pour poser ou réfuter le diagnostic ou pour faire une évaluation 1 Goldman, et al. JAMA 1998;279:

39 Échelles d évaluation du TDAH fréquemment utilisées Préscolaire L échelle d évaluation du trouble déficitaire de l attention chez le jeune enfant (Early childhood Attention Deficit Disorder Evaluation Scale ECADDES) 1 Échelle d évaluation de Swanson, Nolan et Pelham (SNAP) : échelle d évaluation pour les parents et les enseignants 2 Échelle Conners d évaluation pour les parents (CPRS) 3 Forces et faiblesses des symptômes du TDAH et des comportements normaux (Strengths and Weaknesses of ADHD-symptoms and Normal-behaviors SWAN) : échelle d évaluation pour les enseignants et les parents 4 Primaire Échelle de Poulin 5 Échelles Conners d évaluation pour les parents et les enseignants (CPRS et CTRS) 3,6 Échelle de cotation du TDAH (ADHDRS) 7 Liste de contrôle des comportements de l enfant (Child Behavioral Checklist CBCL): formulaires pour les parents, les enseignants et l enfant 8 SNAP et SWAN : échelles d évaluation pour les parents et les enseignants 4 1. Kohli R. Test reviews Psychology in the Schools 1997, Swanson J, etal [Monograph online], Available from:url:http://adhd.rebsnap-swan.pdf 3. Conners HC, etal. Compact cl Clinicals; Swanson J. School based assessments and interventions for ADD students, Wolraich M, et al., J Abnormal Chils Psychology 1998;26(2): Conners CK, etal. J Abnorm Child Psychol 1998; 26: Du Paul Gjetal. ADHD rabing scale-iv:checklist, norms, and clinical interpretations, Achentach TM Integrative Guide for the 1991 CBCL(4-18), YSR, and TRF Profiks, 1991

40 Échelles d évaluation du TDAH fréquemment utilisées Adolescents Adultes Inventaire des symptômes de l adolescent Échelle Conners d évaluation du TDAH chez (Adolescent Symptom Inventory 4 ASI-4) 1,2 Auto-évaluation des symptômes par l adolescent de Conners/Wells (Adolescent Self report of Symptoms CAAS) 3 (Adult Attention Deficit Disorder Scale Liste de contrôle des comportements de l enfant (CBCL) 4,5 Échelle Brown d évaluation du trouble déficitaire de l attention chez l adolescent (Brown ADD Scale for adolescents) 6 l adulte (Adult ADHD Rating scales CAARS) 7,8 Échelle Wender Reimherr d évaluation du trouble déficitaire de l attention chez l adulte WRAADDS) 9 Échelle d auto-évaluation du TDAH chez l adulte (Adult ASRS) : questionnaire de dépistage et liste d identification des symptômes Gadow KD,Sprakin J. Adolescent Symptom Inventory-4 (Screening Manual, 1997b. 2. Gadow KD,Sprakin J. Adolescent Symptom Inventory-4 (Screening Manual, Conners CK, etal.j. Abnormal Chils Psychology (6) Achentach TM Integrative Guide for the 1991 CBCL(4-18), YSR, and TRF Profiks, Achentach TM Manual for child behavior Chesklist 18 and 1991 Profile, Brown TE Brown attention-defcit disordwr scales for adolescents and adults, Conners CK and Jett JL Compact Clinicals 1999, etal. Compact cl Clinicals; Conners CK, etal. Conners Adult ADHD Rating Scales (CAARS), Wender PH, etal. AM J Psychiatry 1985; Adult ADHD Self report Scale (ASRS) Symptom Checklist and Screener Copyright 2003

41 Outils de diagnostic du TDAH : Tests neuropsychologiques Mesure objective de l attention soutenue et des fonctions du cortex préfrontal (flexibilité mentale, abstraction et mémoire de travail) 1 Ces tests ne peuvent servir seuls à poser un diagnostic de TDAH puisqu ils ne mesurent que la cognition 2 Ils peuvent être utiles pour identifier les modèles de forces et de faiblesses et pour le dépistage de déficits cognitifs possibles 1 Exemples : Test de rendement soutenu (Continuous Performance test CPT) Test de classement de cartes Wisconsin (Wisconsin Card Sorting Test) Test d association de mots et de couleurs de Stroop (Stroop Word- Colour Association Test) Test de la mémoire de travail,trail A et B 1. Conners CK, et al. Compact Clinicals Doyle AE, et al. J Consult Clin Psychol 2000;68:

42 Évolution et pronostic du TDAH

43 Pronostic de TDAH à l enfance Les symptômes du TDAH (souvent modifiés) à l enfance peuvent persister à l adolescence et à l âge adulte 1 Risque élevé de démêlés avec la justice à l adolescence et à l âge adulte 2 Les adultes sont mieux en mesure de contrôler leurs comportements et de masquer les symptômes 3 Les plus importants prédicteurs de persistance à l âge adulte sont : Désobéissance aux règles 3 Famille 1 Adversité 1 Comorbidité psychiatrique 1 1. Biederman J, et al. J Am acad Child Adolesc Psychiatry 1996;35: Biederman J, et al. J Pediatr 1998;133: Hofstra MB, et al. J AM Acad Child Adolesc Psychiatry 2002;41:

44 Un TDAH non traité à l enfance risque d entraîner des complications subséquentes Chez l enfant Comportement perturbateur Trouble de l opposition avec provocation Mauvais résultats scolaires et retard d apprentissage Faible estime de soi Faibles aptitudes sociales Relation parent-enfant difficile Blessures physiques Chez l adolescent Suspension ou expulsion de l école Difficultés scolaires plus importantes Dépendance ou abus de substances Exclusion sociale Troubles de l humeur Troubles comportementaux Manque de motivation Grossesse chez l adolescente Accidents de la route Selon l American Psychiatric Association, DSM-IV TR, Barkely RA (1998). Attention deficit hyperactivity disorder: A handbook for diagnosis and treatment (2 nd ed). New York: Guilford.

45 Effets du TDAH sur les parents et la famille Augmentation du stress imposé aux parents et à la famille : Inquiétudes et anxiété Frustration et colère Faible estime d eux-mêmes (parents et famille) : Sentiment de culpabilité, dépression Isolement social, souvent imposé par soi-même Augmentation des perturbations au travail Augmentation des conflits conjugaux Augmentation de la consommation d alcool et de drogue Ne pas oublier Murphy KR, et al. AM J Orthopsychiatry 1996;66:

46 Rendement scolaire des enfants et adolescents atteints de TDAH % d enfants atteints de TDAH 46,3 % 29,3 % 10,6 % N ont pas complété leurs études secondaires Barkley RA. In Murphy KR, et al :197. Ont dû reprendre une année scolaire au moins une fois Ont été suspendus

47 Augmentation de l abus de substances à long terme TDAH non traité chez les adultes Taux (%) d abus de substances au cours de la vie chez les adultes référés 46.3% 27 % Contrôle (n = 268) 55 % p = 0,001 TDAH (n = 239) Biederman J, et al. Biol Psychiatry 1998;

48 Le traitement du TDAH diminue le risque d abus de substances chez l adolescent % de la population à l étude avec abus de substances au suivi de 4 ans 32 % TDAH sans médication (n = 19) 12 % TDAH avec médication (n = 56) p < 0, % Groupe de contrôle sans TDAH (n = 137) Biederman J, et al. Biol Psychiatry 1999;104:e20.

49 Un TDAH non traité augmente le risque d infractions au code de la route et d accidents chez le jeune adulte % de sujets ayant reçu une contrevention pour une infraction au code de la route Infraction au code de la route Excès de vitesse Conduite en état d ébriété TDAH (n = 25) Contrôle (n = 23) Suspension de permis Données reportées à partir des registres officiels du State Department of Motor Vehicles. Accidents causés par le conducteur p = 0,004 p = 0,07 p = 0,01 Barkley RA, et al. Pediatrics 1996;

50 Un TDAH non traité augmente le risque de blessures chez les enfants % des enfants ayant souffert de blessures nécessitant l hospitalisation entre octobre 1988 et avril 1996 Blessure à pied ou à vélo Blessures à la tête Blessures multiples Admission aux soins intensifs TDAH (n = 240) Sans TDAH (n = ) p < 0,001 p = 0,05 DiScala C, et al. Pediatrics 1998; 102:

51 Un TDAH non traité augmente le risque de blessures chez les enfants (suite) % des enfants ayant souffert de blessures nécessitant l hospitalisation entre octobre 1988 et avril 1996 Blessure Blessure infligée résultant à soi-même d une agression * IGB = Indice de gravité des blessures ** ECG = Échelle du coma de Glasgow Blessure grave* (IGB > 20) TDAH (n = 240) Sans TDAH (n = ) p < 0,001 pour toutes les comparaisons Blessure grave** (ECG 3-8) DiScala C, et al. Pediatrics 1998; 102:

52 Traitement multimodal Information fournie à l enfant et à son entourage médication essentielle soutien aux parents et à la famille adaptation des activités de loisir et de sports thérapie comportementale éducation adaptée psychothérapie des troubles associés

53 Objectifs du traitement Réussite scolaire meilleur comportement meilleure attention meilleurs résultats Réussite sociale à l école à la maison avec les amis Amélioration de l estime de soi

54 Traitement enfants et ados Multimodal+++ : médication associée aux approches psycho-sociales : traitement béhavioral; importance des renforcements positifs,efficace pour habiletés sociales,performance scolaire mais moins sur impulsivité,hyperactivité,inattention. Pb difficulté à maintenir et à généraliser acquis,chronicité.. Adaptation scolaire, ( place dans la classe, durée des examens,fournir notes de classe,permettre des temps de repos,instructions directes,répétition, clarification ) Programmes d aide aux habiletés sociales solliciter l école pour une évaluation psycho-éducationnelle, au minimum WISC IV

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation.

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. 1 La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. Édition d avril 2009 Thème : Le trouble déficitaire de l attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) Références : www.comportement.net

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

SNAP-IV Instructions pour la cotation

SNAP-IV Instructions pour la cotation SNAP-IV Instructions pour la cotation La SNAP-IV est une version modifiée du questionnaire de Swanson, Nolan & Pelham (SNAP ; Swanson et al., 1983). Les items du DSM-IV (1994) du Trouble Déficitaire de

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE DOCUMENT SUPPLÉMENTAIRE 6C TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE Points clés pour les médecins à réviser avec les adolescents et adultes atteints de TDAH: Données concernant les risques: a) Des études cliniques

Plus en détail

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Nouvelles addictions comportementales Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Item N 77. Addictions comportementales Diagnostiquer, évaluer le retentissement

Plus en détail

TDAH et adaptations scolaires - niveau primaire et secondaire-

TDAH et adaptations scolaires - niveau primaire et secondaire- Le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un problème neurologique qui peut entraîner des difficultés à moduler les idées (inattention), les gestes (bougeotte physique),

Plus en détail

Le traitement du TDAH

Le traitement du TDAH T R O U B L E D É F I C I T A I R E D E L A T T E N T I O N E T H Y P E R A C T I V I T É Le traitement du TDAH par Pierre Poulin L évaluation de Jérôme et de Mélissa, présentée dans les articles précédents,

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5

TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 TSA VS TED: CHANGEMENTS APPORTÉS PAR LE DSM-5 PLAN DE LA SOIRÉE Base des changements et orientations associées au DSM-5 TED TSA Critères diagnostiques Principaux changements Défis et enjeux Trouble de

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 :

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 : Qui peut être atteint de schizophrénie? La schizophrénie est une maladie mentale qui touche environ 1 % de la population canadienne. Elle frappe autant les hommes que les femmes, et se déclare généralement

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

Conduite à tenir devant un enfant ou un adolescent ayant un déficit de l'attention et/ou un problème d'agitation

Conduite à tenir devant un enfant ou un adolescent ayant un déficit de l'attention et/ou un problème d'agitation NOTE DE CADRAGE Conduite à tenir devant un enfant ou un adolescent ayant un déficit de l'attention et/ou un problème Recommandation de bonne pratique Décembre 2012 1/33 L équipe Ce document a été réalisé

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

LE SYNDROME D ASPERGER ou AUTISME DE HAUT NIVEAU TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES

LE SYNDROME D ASPERGER ou AUTISME DE HAUT NIVEAU TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES TROUBLES PSYCHOPATHOLOGIQUES ET TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES TROUBLES SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES Dyslexie Dyscalculie Dr. David Da Fonseca Pédopsychiatre, Marseille david.dafonseca@ap-hm

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant MYLÈNE GINCHEREAU M.SC. PSYCHOÉDUCATION

Plus en détail

Rapport final de l étape préliminaire d évaluation du programme «La bougeotte»

Rapport final de l étape préliminaire d évaluation du programme «La bougeotte» Rapport final de l étape préliminaire d évaluation du programme «La bougeotte» Revue de la littérature sur les outils d évaluation et les meilleures pratiques d intervention auprès du trouble de Déficit

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE Programme d aide aux employés Par Denis GOBEILLE Les difficultés des employés Santé mentale au Canada 1 Canadien sur 10 souffre de l'une ou l'autre des affections suivantes D une dépression; De manies;

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue ANAMNÈSE - 1 - (N.B. : le carnet de santé de votre enfant peut vous être utile pour remplir ce questionnaire) Nom de la personne qui complète ce questionnaire : Informations générales Nom de l enfant :

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

LE JEU EXCESSIF. Dr Christine Davidson M.Philippe Maso. Décembre 2011

LE JEU EXCESSIF. Dr Christine Davidson M.Philippe Maso. Décembre 2011 LE JEU EXCESSIF Dr Christine Davidson M.Philippe Maso Décembre 2011 Qu est-ce qu un Joueur Occasionnel? Joue pour le plaisir Accepte de perdre l argent misé. Ne retourne pas pour se refaire. Joue selon

Plus en détail

Différents facteurs impliqués dans l addiction

Différents facteurs impliqués dans l addiction Différents facteurs impliqués dans l addiction Facteurs génétiques Neurobiologiques Circuits, métabolisme, neuroadaptation Développement Puberté Maturation cérébrale Sexe Comportement Tempérament Personnalité

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité Document destiné aux enseignants, aux médecins et aux infirmières scolaires H.Touré pour l'équipe du CSI (Centre de Suivi et d Insertion pour enfant et adolescent après atteinte cérébrale acquise), M.Chevignard,

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

La dépression qui ne répond pas au traitement

La dépression qui ne répond pas au traitement La dépression qui ne répond pas au traitement Mise à j our Wilfrid Boisvert, MD Présenté dans le cadre de la conférence : À la rencontre de l humain, Collège québécois des médecins de famille, novembre

Plus en détail

RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Conduite à tenir en médecine de premier recours devant un enfant ou un adolescent susceptible d avoir un trouble déficit de l attention avec ou sans hyperactivité Méthode

Plus en détail

Proportion des élèves du secondaire ayant reçu au moins un diagnostic médical d anxiété, de dépression ou d un trouble de l alimentation (EQSJS)

Proportion des élèves du secondaire ayant reçu au moins un diagnostic médical d anxiété, de dépression ou d un trouble de l alimentation (EQSJS) Proportion des élèves du secondaire ayant reçu au moins un diagnostic médical d anxiété, de dépression ou d un trouble de l alimentation (EQSJS) (N de ligne du PCS : 14, 176) (N de fiche EQSJS : 12.3)

Plus en détail

Utilisation d outils d soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic

Utilisation d outils d soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic Utilisation d outils d pour soutenir le repérage, rage, la détection et le diagnostic Martine Habra, PhD Agente de planification, programmation et recherche Institut universitaire en santé mentale Douglas

Plus en détail

Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité

Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité accompagner Association Suisse romande de Parents d Enfants et d adultes concernés par le trouble du Déficit d Attention / Hyperactivité préface table des matières 1 / Définition P. 4 2 / Manifestations

Plus en détail

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire»

Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Les difficultés scolaires, ou «l Echec scolaire» Par le Dr Stéphane BURLOT Plan : Les chiffres de l échec scolaire La spirale de l echec Les points d appels des difficultés scolaires Les Origines «médicales»

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

iceps 2015 Objectifs de la Présentation Efficacité des Thérapies Comportementales et Cognitives pour les Troubles Mentaux Swendsen

iceps 2015 Objectifs de la Présentation Efficacité des Thérapies Comportementales et Cognitives pour les Troubles Mentaux Swendsen iceps 2015 Efficacité des Thérapies Comportementales et Cognitives pour les Troubles Mentaux Joel Swendsen, Ph.D. CNRS 5287 CNRS / Université de Bordeaux / EPHE Sorbonne Objectifs de la Présentation Tapez

Plus en détail

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant Ellen Moss Nos projets d études Suivi de 20 ans auprès de 200 familles Mesures des caractéristiques familiales, du développement

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Dr G. Fournis Service de Psychiatrie et d Addictologie CHU Angers Faculté de Médecine Angers 1 Introduction

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT SCOLAIRE ET FORMATION DES ENSEIGNANTS

AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT SCOLAIRE ET FORMATION DES ENSEIGNANTS AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT SCOLAIRE ET FORMATION DES ENSEIGNANTS Pr. Céline Clément Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l Education et de la Communication celine.clement@unistra.fr ! Eléments

Plus en détail

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

Autisme Questions/Réponses

Autisme Questions/Réponses Autisme Questions/Réponses 1. Quelle est la définition de l autisme et des autres troubles envahissants du développement établie dans l état des connaissances élaboré et publié par la HAS? Les définitions

Plus en détail

Demande de règlement invalidité Demande de prolongation

Demande de règlement invalidité Demande de prolongation www.inalco.com Demande de règlement invalidité À L INDUSTRIELLE ALLIANCE, CE QUI COMPTE C EST VOUS! Veuillez transmettre le formulaire dûment rempli au bureau de votre région : Québec Ontario et provinces

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

Description des résidants dans les IHP et les MSP

Description des résidants dans les IHP et les MSP I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau

La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau LES RELATIONS ENTRE L ABUS, LA DÉPENDANCE ET LES TROUBLES MENTAUX par Karen Fortin Christophe est un jeune homme de 20 ans qui éprouve des difficultés

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue?

Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue? Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue? fournissent une approche systématique, factuelle et globale pour évaluer le fonctionnement cognitif et émotionnel d une personne, en plus

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement.

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. Présenté par: Lyne Roberge, chef en réadaptation Rina Dupont, coordonnatrice clinique

Plus en détail

Double diagnostic. Rapport sommaire. Recommendations. Définitions. Quelques statistiques. Décembre 2005. Parmi les sujets prioritaires,

Double diagnostic. Rapport sommaire. Recommendations. Définitions. Quelques statistiques. Décembre 2005. Parmi les sujets prioritaires, Double diagnostic Association canadienne pour la santé mentale, section d Ottawa Karen Shipman, Gestionnaire de programme kshipman@cmhaottawa.ca Rapport sommaire Décembre 2005 Hôpitaux spécialisées de

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Qu est ce que la compliance? Une maladie a été diagnostiquée Le diagnostic est correct Le traitement a été bien indiqué, bien choisi,

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq. Demande de règlement invalidité Demande initiale Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.ca Police N o 14A00 ASSURANCE COLLECTIVE

Plus en détail

Nom et coordonnées des personnes qui fourniront des lettres de recommandations :

Nom et coordonnées des personnes qui fourniront des lettres de recommandations : FORMULAIRE D INSCRIPTION À L INTERNAT EN PSYCHOLOGIE POUR LES MILIEUX DE LA RÉGION DE QUÉBEC Prénom Nom de famille Adresse Téléphone (1 seul numéro)* Courriel (1 seule adresse)* *Coordonnées pour vous

Plus en détail

Syndrome d alcoolisation fœtale (SAF)

Syndrome d alcoolisation fœtale (SAF) Syndrome d alcoolisation fœtale (SAF) 1/26 Références Nicloux, 1900 Rouquette, 1957 Lemoine, 1968 Jones, Smith et Streissguth, 1973 2/26 Le diagnostic de SAF Retard de croissance Dysmorphie caractéristique

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

Projets thérapeutiques santé mentale (2007-2010) manuel du monitoring patient

Projets thérapeutiques santé mentale (2007-2010) manuel du monitoring patient Projets thérapeutiques santé mentale (2007-2010) manuel du monitoring patient UTILISATION DES ECHELLES CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS ASSUETUDE PROJETS THERAPEUTIQUES SANTE MENTALE (2007-2010) INAMI,

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail