Quelques éléments pour l analyse économique de la sécurité routière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelques éléments pour l analyse économique de la sécurité routière"

Transcription

1 Quelques éléments pour l analyse économique de la sécurité routière Marc Gaudry 1, 2 Matthieu de Lapparent 2 Dominique Schwartz 3 1 Agora Jules Dupuit (AJD) Université de Montréal, Montréal 2 Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité (INRETS) Arcueil 3 Paris Sciences Économiques (PSE) École Nationale des Ponts et Chaussées (ENPC), Paris Résumé Suite aux demandes du Comité «Économie de la sécurité routière» de préciser le contenu thématique souhaitable d un cursus d économie de la sécurité routière, nous utilisons un cadre d analyse usuel en économie des transports et posons au passage un certain nombre de questions qui pourraient devenir objets de travaux de recherche en économie de la sécurité routière. Il est prévu d en publier une version légèrement modifiée au Ch. 4 d un document Synthèse du PREDIT, Economie de la sécurité routière : enjeux, état des lieux et réflexions prospectives, pp , La Documentation française, Paris, Définition : Économie de la sécurité routière Mesure et valorisation des dommages Un marché et ses composants Questions particulières sur l un ou l autre niveau spécifique à la sécurité routière Sciences économiques et économie politique Références Université de Montréal Agora Jules Dupuit, Publication AJD-98 Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité Département économie et sociologie des transports, Working Paper DEST N o 9 Le 26 avril

2 2

3 Suite aux demandes du Comité de préciser le contenu thématique souhaitable d un cursus d économie de la sécurité routière, nous utilisons un cadre d analyse usuel en économie des transports et posons au passage un certain nombre de questions qui pourraient devenir objets de travaux de recherche en économie de la sécurité routière. Des documents illustratifs ont déjà été fournis pour certains points, par exemple les matrices de comptabilité sociale, ou cités comme exemples de travaux pertinents à notre champ d application des sciences économiques, et sont à la disponibilité du lecteur qui en fera la demande à Marc Gaudry. 1. Définition : Économie de la sécurité routière L analyse économique de la sécurité routière est d abord l explication du niveau et de la valeur économique des dommages imputables aux accidents de la route dans une économie donnée. Mais, comme pour toute quantité ou valeur économique, on peut par ailleurs s intéresser à sa distribution dans la population et modéliser le rôle et les effets du marché politique qui en conditionne en partie les réalisations. En économie, expliquer les réalisations privées et publiques de diverses variables, tant quantitatives que qualitatives 1, exige toujours et s appuie nécessairement sur les quatre éléments essentiels à toute modélisation scientifique 2 : mesures et données (S), théories (P), procédures de quantification & test statistiques afférents (Q), et résultats chiffrés 3 des modèles (R). 2. Mesure et valorisation des dommages Discutons de la mesure des quantités et des valeurs La mesure du niveau des dommages (victimes et biens). Les dommages corporels et matériels occasionnés par les accidents de la route sur la chaussée publique sont-ils correctement mesurés : A. dans les comptes nationaux? B. dans les matrices de comptabilité sociale? C. dans les bilans des actifs nets du capital national? Nécessaire dans un contexte économique, la mesure physique et en valeur peut poser en particulier les problèmes «thématiques» suivants pour lesquels des sous-questions pourraient se définir naturellement dans la coulée de chaque interrogation. A. Dommages et comptabilité nationale. On sait que l activité de transport privé (pour compte propre usage de la voiture particulière, camionnage et aviation pour compte propre) est généralement mal analysée dans la comptabilité nationale typique. Pour cette raison, beaucoup de pays ont développé des Comptes satellites transports (TSA en anglais) qui partagent chaque ligne/colonne des matrices input-output (intermédiaires et finales) entre ce qui est transport («branche transport», au sens de la comptabilité physique) et ce qui ne l est pas 4. Q.1. Les comptes transport sont-ils suffisamment précis du point de vue de la mesure statistique physique et économique des accidents et des transactions s y rapportant? 1 L application des méthodes quantitatives aux variables qualitatives fait aujourd hui partie des pratiques des économistes. 2 SPQR désigne une norme européenne pour les données et modèles établie par SpotlightsTN (2002). 3 La norme SPQR intègre la prévision au composant R. 4 On distingue habituellement, en comptabilité nationale, entre les productions finales, intermédiaires et totales. L objet des comptes satellites transport porte sur chacune de ces mesures. Ainsi, la part des transports dans la production et la consommation finale (PNB ou Revenu National) passe de 3-4 % à 12-16% quand les activités pour compte propre sont réaffectées (sans changer les totaux) aux divers postes. Quand la perspective est celle de la production totale (l usage total des ressources), une même opération est nécessaire. En effet, les transports constituent une activité intermédiaire relativement considérable, puisqu il y a «indirectement» beaucoup de transport dans toutes les activités finales. 3

4 B. Dommages et comptabilité sociale. Lorsqu on inclut les matrices input-output dans le système comptable de l ensemble des flux financiers, on définit alors des «Matrices de comptabilité sociale (MCS)» (e.g., Decaluwé et Robichaud, 2000). Q.2. Est-il souhaitable et possible d isoler dans les MCS les flux de transactions associés à l activité «accidents de la route»? C. Variation des actifs nationaux et pertes de capital humain. Les mesures tirées de l analyse inputoutput ou de MCS mentionnées plus haut concernent des flux économiques par période. Mais il est utile de faire périodiquement l état de la variation des stocks. Si les stocks de capital privé sont mesurés dans nos économies, les stocks de capital «social» des équipements publics, généralement mal répertoriés et ignorés par la comptabilité de caisse pratiquée dans le secteur public, ne le sont pas toujours. C est le cas tant du patrimoine naturel que du patrimoine construit. C est aussi le cas du capital humain. Et toutes ces mesures comportent une dimension de valorisation d autant plus difficile à établir qu on s éloigne du marché. Q.3. Quelle est alors la part des dommages corporels dus aux accidents de la route bien comptés dans la variation du stock annuel de capital humain? 2.2. La valeur économique des dommages. En effet, la valeur économique mesurée ou mesurable en argent est nécessairement subjective et dépendante du consentement à payer (Dupuit, 1844), même si ce consentement n est pas indépendant des caractéristiques physiques ou biologiques (comme les indices médicaux de gravité des blessures) des biens corporels ou autres, parce que l économie crée de la valeur proprement économique représentable par une transformation des unités de mesure physiques des biens et services en unités économiques. On pourrait dire, pour simplifier, que la valeur économique est assimilable au revenu réel ou au capital réel (selon qu on s intéresse au stock de capital ou au flux de services qu on en tire). On peut donc mesurer la valeur du capital humain perdu lors d accidents de la route et se poser des questions comme : Q.4. Quelle est la relation entre valeur tutélaire (Boiteux & Baumstark, 2001) et valeur économique? Les valeurs tutélaires des morts et blessés de la route couramment utilisées sont-elles applicables à la détermination des pertes annuelles de capital humain à cet égard? L usage d une même valeur pour tous est-il purement politique? On sait que la valorisation tutélaire des accidents n est pas faite selon des critères économiques très stricts. On ignore par exemple que le consentement à payer diminue pour chaque unité (vie) supplémentaire susceptible d être épargnée et (selon les études américaines) varie selon l ethnie du bénéficiaire (selon la distance biologique 5 entre donneur et receveur potentiels). Il faut aussi faire remarquer que la valorisation de la vie humaine implicite aux décisions d infrastructure varie de fait selon le mode de transport utilisé. On peut penser que des problèmes difficiles faisant appel aux moments des variables se posent bien, car le marché (politique en particulier) ne réagit pas de la même façon à 100 individus tués successivement sur la route et à 100 individus tués ensemble sur un avion qui s arrête soudainement à flanc de colline... Q.5. Les valorisations pratiquées dans les bilans doivent-elles valoriser différemment les victimes tuées dans des accidents de transport en tenant compte du nombre de victimes par accident? 5 Ainsi, qui consentirait à payer le même montant pour sauver sa fille ou sa belle-mère?...quand la nourriture vient à manquer, ces valorisations se manifestent. Mis elles sont aussi présentes quand il faut payer pour traverser un pont, pour reprendre l exemple de Dupuit, ou dans les coefficients des divers termes d impédance des modèles gravitaires, selon le motif des déplacements. En Europe, les valorisations communes habituelles (e.g. UNITE, avril 2001 ; TEN-STAC, 2005) pondèrent les dommages corporels par le PNB per capita : certains européens valent donc 8 fois moins que d autres en moyenne dans l Europe des 15. L accroissement à 27 augmente encore ces valeurs relatives. 4

5 La seule explication raisonnable, comme l a fait remarquer Allais (1987), est peut-être que les moments des variables aléatoires (en l occurrence le premier et le troisième), comme les gains des loteries (portant ici sur les tués et blessés) sont valorisés différemment. C est ce qu on appelle ailleurs la «préférence de la famille royale» car, traditionnellement, la reine d Angleterre (Élizabeth II, par exemple) et son mari ne voyagent pas dans le même avion : cela n a aucun effet sur le premier moment (l espérance de mort) mais a un effet certain sur le second et, surtout, sur le troisième. Le marché réagit ainsi...un Kursk (118 marins russes tués ensemble), c est grave, mais 118 marins russes tués individuellement dans l exercice de leurs fonctions, l est-ce autant? 3. Un marché et ses composants Mais l économie de la sécurité routière est bien plus que la mesure et la valorisation des accidents : c est aussi leur explication, comme pour n importe quel marché : taille et composition du marché (éventuellement par segment socio-économique et culturel), prix et revenus, régulations de l offre ou de la demande, distribution des bénéfices et des coûts Niveaux à considérer : offre et demande ; exposition, fréquence et gravité. Deux décompositions conceptuelles des marchés nous intéressent particulièrement. Disons d emblée qu en économie, il y a toujours décomposition de l observable selon 3 termes : offre, demande et équilibre (ou délais et attente) et qu en sécurité routière, la décomposition des dommages observés se fait par ailleurs entre diverses composantes du risque de dommages : exposition, fréquence et gravité. Il s agit, comme pour les constructions intellectuelles sur l offre et la demande, de décompositions éclairantes, puisqu en principe on n observe que quantités et prix de dommages. Se poseront donc en principe des problèmes d offre et de demande d exposition, de fréquence et de gravité. Les résultats obtenus en sécurité routière, compilés régulièrement sous la forme de «bilans nationaux» de dommages encourus durant une certaine période, donneront donc lieu, comme dans tout marché, à l explication d une offre et d une demande portant en principe sur le «risque» total de tels dommages mais en déclinant si possible le marché par dimension : celui du risque d exposition, celui du risque de fréquence et celui du risque de gravité, ce que font jusqu à un certain point les assureurs depuis fort longtemps. Ils d intéressent au marché de l autoprotection (achats ou comportements visant la réduction de la fréquence) ou de l auto-assurance (achats ou comportements visant la réduction de la gravité d un accident qui serait arrivé), même si l objet des classifications actuarielles n est pas d abord la décomposition 6 des dommages selon ces trois dimensions ou en fonction des caractéristiques socio-économiques qui pourraient expliquer chacune d entre elles Variables explicatives. En effet, ces trois formes inter-reliées du risque s expliquent ellesmêmes par divers facteurs associés à des «piliers» qui sont au nombre de quatre. En effet, si on distingue traditionnellement, au niveau microéconomique, entre les 3 premiers «piliers constitutifs» de la sécurité routière que sont les véhicules (V), les infrastructures (I) et les conducteurs (C), la dimension économique (A) constitutive du quatrième pilier est néanmoins fondamentale. 6 Considérons par exemple la façon dont le risque de dommages varie selon l âge. On sait qu en moyenne les dommages routiers attendus par année baissent avec l âge de l individu assuré (disons, pour simplifier, de 20 à 80 ans). Mais la décomposition entre exposition, fréquence et gravité nous apprend beaucoup par ailleurs : les courbes de probabilité par kilomètre parcouru ont des formes en U qui, pour les hommes et les femmes, se croisent comme des ciseaux à leur minimum vers ans : elles sont donc décroissantes avant et croissantes au delà de ans. Si la valeur moyenne des dommages décroît alors, c est donc principalement à cause de l exposition qui baisse rapidement au delà d un certain âge (malgré que la gravité moyenne augmente généralement). Une tarification qui discrimine selon l exposition, l âge et le sexe sera donc complexe. 5

6 Il s agit pour A du «niveau de la mer 7» qui est nécessaire pour préciser le sens des dimensions d un accident particulier qui implique par définition du système de transport en t, V, I et C pour chaque «barque». Disons que, pour expliquer l accident, il faut, en plus des circonstances définies par certaines valeurs de V, I et C, identifier aussi par exemple le niveau agrégé de l exposition au risque en t, préciser la nature des demandes routières par catégorie d usager et la congestion en t, et connaître jusqu au taux d occupation des véhicules pertinents de toutes catégories en t : V : Véhicules (caractéristiques et entretien, poids total en charge et nature du chargement) ; I : Infrastructures (géométrie du tracé, structure et couche de roulement, météo, gestion) ; C : Comportements (dont vitesse et prise de risque) ; A : Activités économiques (niveaux, composition 8, répartition temporelle et spatiale). Ce sont les interactions des offres et des demandes de différents types d acteurs qui interviennent sur ces quatre piliers et produisent la sécurité routière. Il faut donc identifier ces acteurs et analyser les liens entre eux : Définir leurs comportements d offre et de demande sur les trois piliers classiques VIC; Analyser les liens entre ces trois piliers classiques et les variables économiques A. Les échelles chronologiques du quartet VICA, n étant pas les mêmes, il convient de s intéresser à la dynamique temporelle des éléments et à la longueur de l ajustement des uns aux autres suite à une modification d un ou plusieurs éléments du système. Selon les perspectives (stratégique, tactique, voire opérationnelle) ou durées adoptées ou considérées, l un ou l autre élément sera naturellement exogène ou endogène 9 à l analyse Approches micro et macro économiques. Comme dans toute modélisation multifactorielle d un marché, il existe des littératures diverses qui relèvent de perspectives et d objectifs distincts. Considérons deux exemples représentatifs. Le premier, d inspiration microéconomique, tire son origine des travaux de Boyer et Dionne (1987) qui ne cherchent pas à expliquer les bilans nationaux par l ensemble des variables [V, I, C, A] mais visent seulement à mieux classifier les individus [C] à des fins d assurances. Ils cherchent en fait à substituer aux classifications actuarielles traditionnelles des classifications fondées sur des modèles de régression estimés sur données individuelles. Cette méthodologie, qui semble malheureusement 10 n utiliser encore que des fonctions de régression de forme mathématique fixe, n a à ce jour été appliquée apparemment qu au Québec (Dionne et Vanasse, 1996). Le second, d inspiration plus méso- ou macro-économique, est centré sur l explication des bilans nationaux et regroupe les six 11 modèles nationaux de la famille internationale DRAG (Gaudry & Lassarre, 2000) qui présentent l avantage unique d appliquer une méthodologie commune à l explication de bilans nationaux divers, méthodologie qui utilise des formes mathématiques souples 7 Comme la demande de transport est une demande dérivée de l activité économique, la prise de risque qu elle comporte nécessairement le sera aussi. Mais la définition du risque afférent n est pas simple. 8 Les motifs des déplacements des personnes et la nature des biens transportés ont des effets distincts. 9 Les structures d équations simultanées ont été utilisées assez rarement malgré leur pertinence évidente. Il faut donc s attendre à un accroissement de la prise en compte de la simultanéité dans l analyse de la sécurité routière. 10 Voir Note 9. Comme la force et la direction de la corrélation statistique dépend de la forme fonctionnelle des variables utilisées en régression multiple, parce que la covariance entre les facteurs en est affectée, des résultats dont la forme optimale n a pas été établie sont peut-être très fragiles, voire sciemment trompeurs si les auteurs ont pris conscience de leur manque de robustesse à des modifications de forme fonctionnelle. 11 Les modèles décrits ont trait à l Allemagne de l Ouest, à la Californie et à la France, au Québec, à la Norvège et à Stockholm. Le livre contient pas ailleurs des chapitres qui développent explicitement l offre et la demande, par exemple pour la vitesse pratiquée, et interprètent les résultats des équilibres à l aide de théories économiques classiques plutôt pointues (e.g. Gaudry, 2006) sur le rôle des anticipations rationnelles (Lucas) et la nature du risque (Knight, Allais). 6

7 et distingue toujours entre les niveaux de l exposition, de la fréquence et de la gravité des accidents. On peut alors poser la question : Q.6. Quels sont les avantages et les inconvénients de divers modèles nationaux de suivi de l insécurité routière ou du bilan routier? Q.7. Quelles sont les directions de recherche les plus prometteuses pour assurer le suivi et l explication de l évolution d un bilan routier national? En dehors des traditions multifactorielles, il existe aussi, bien sûr, une pléthore de travaux sur le rôle de facteurs individuels «gaucher/droitier ; fumeur/non fumeur ; assuré sous régime A ou B ; etc.» ou qui s articulent sur des méthodologies «avant/après intervention», bi-factorielles et utilisant des tests de variables définies de manière généralement linéaire Des méthodes statistiques spécifiques à la sécurité routière? Il y a des champs d application des sciences économiques qui ont donné naissance à des développements de méthodes statistiques spécifiques qui ont ensuite enrichi la boîte à outils de l économiste appliqué : par exemple, la modélisation des séries macroéconomiques a suscité une littérature considérable sur l étude des tendances, des racines unitaires et de la co-intégration. Est-ce le cas pour la sécurité routière, en sorte qu un programme de recherche doive comporter un volet de méthodologie statistique spécifique au champ d application? L explication de la demande de transport 12 et du choix modal ont favorisé, sinon causé, le développement de techniques statistiques propres : le cas des modèles probabilistes de type Logit est un exemple incontestable. En règle générale, les chercheurs ont, dans ce domaine, fait progresser l économétrie des choix probabilistes comme produit joint de leurs travaux sur la demande de transport. Ces techniques ont donc un rapport immédiat et un lien spécifique à la sécurité routière parce qu elles sont associées à l explication et à la prévision du risque d exposition. On ne peut alors modéliser le risque d exposition par mode sans y faire appel ou sans les considérer, voire continuer à les développer à cette fin. Les travaux de Lapparent sur l introduction de l incertitude sur le temps de trajet (2006) ou ses apports Bayésiens (2007) dans les modèles probabilistes sont à comprendre dans cette tradition du développement de techniques statistiques spécifiques à l explication du risque d exposition. La question complémentaire qui se pose alors naturellement est de savoir si des méthodes statistiques spécifiques ont aussi été développées pour l explication de la fréquence des accidents de la route ou de leur gravité... On ne peut pas dire que des méthodes aussi nouvelles que celles mentionnées plus haut pour l étude de la demande aient été développées spécifiquement pour l étude de la fréquence et de la gravité des accidents. Pour donner une idée des diverses dimensions statistiques pertinentes à la modélisation en sécurité routière, on peut consulter le premier chapitre du livre sur les modèles de type DRAG mentionné plus haut (Gaudry, 2000). On y discute en particulier 13 de la question des formes fonctionnelles 12 Si Dupuit a formulé une fonction de demande et la notion de surplus du consommateur comme réponse à une question sur la tarification d un pont, McFadden a partagé le prix Nobel de sciences économiques en 2000 pour sa contribution à l étude du choix modal avec des modèles de la famille Logit enrichis aux fins de l étude de la demande de transport. 13 Ce chapitre prétend que, comme on a des raisons de penser que les méthodes statistiques utilisées ont une influence sur les résultats, il faut toujours aujourd hui considérer les questions posées explicitement par les modèles du livre : Forme : si des tests de forme fonctionnelle (relation linéaire ou pas, monotone ou pas) sont faits, combien des «résultats» supposés connus seront robustes, tant dans les relations entre deux variables étudiées que dans les relations multifactorielles? Multi-factorialité : dans les études à deux variables (utilisant souvent des tests du χ 2 ) impliquant un groupe de contrôle, comment peut-on être certains que les conditions ceteris paribus sont orthogonales aux variables d intérêt et ne sont pas en interaction avec elles? Et quel serait l impact de covariances non nulles cachées entre ces variables et la variable explicative utilisée? 7

8 (linéaires ou pas ; monotones ou pas) et de multi-factorialité dans le contexte des modèles explicatifs du risque routier à niveaux multiples. 4. Questions particulières sur l un ou l autre niveau spécifique à la sécurité routière Exposition. Pour qu un accident arrive, il faut être là, c est-à-dire s exposer : les économistes spécialistes de la tarification au coût marginal proposent donc (en théorie tout au moins) que, lorsqu un accident arrive, toutes les parties payent la totalité du coût de l accident. Paradoxalement, au niveau individuel, ceci signifie que le responsable comme le non-responsable d un accident doivent en principe payer un prix égal au coût total de l accident : un système d assurance comportera donc une «prime d exposition» dont Edlin & Karaca-Mandic (2006) ont montré qu elle variait certainement en fonction de la densité du trafic. Et on en viendra à discuter de l avantage de payer cette prime d une manière qui varie avec l exposition, soit directement en l intégrant au coût du carburant (Edlin, 2003), soit en la rendant variable selon l exposition en temps réel 14 : dans un exemple anglais récent et courant (Crampton, 2007) les niveaux très élevés des primes à certains endroits et à certains moments suggèrent qu il y a là un filon très riche à exploiter. Q.8. Que nous apprennent les divers modèles sur le rôle de l exposition dans l explication du nombre des accidents? Q.9. Au niveau individuel, l assurance automobile doit-elle être, de par la loi, modulable en fonction du kilométrage annuel des assurés? Le niveau de l exposition et la congestion relative qui résultent de l évolution de l activité économique, tant dans sa localisation que dans sa composition industrielle, sont importants pour expliquer le risque d exposition Fréquence et gravité. À niveau d exposition routière donné, la probabilité d avoir un accident et la probabilité que cet accident soit d un certain niveau de gravité constituent deux dimensions des dommages qui méritent aussi des explications distinctes et naturellement interdépendantes. Les activités d autoprotection (qui modifient la probabilité d avoir un accident) et les activités d auto-assurance (qui affectent la gravité des accidents s ils se produisent) sont nombreuses et passent par les caractéristiques des véhicules à l achat, leur entretien, leur chargement et l état du conducteur non moins que par la vitesse, la prise de risque et la qualité de la conduite. Q.10. Quelle est, dans l évolution du parc automobile, la part croissante de la valeur des véhicules imputable aux caractéristiques d autoprotection et d auto-assurance passives et actives? Que connaît-on, tant en marketing quantitatif qu autrement, de la demande pour Toutes ces questions se posent indépendamment de la nature des données (micro, de comptage, «meso» ou macro ; en séries chronologiques, en coupes transversales ou en combinaisons de deux) et se posent tant pour l explication de la motorisation que pour celle de l usage des véhicules. 14 Il peut même arriver que la prime varie selon le parcours. Ainsi, à Boston, l usage d une certaine autoroute urbaine pour aller au travail exige depuis très longtemps une police particulière. En Grande Bretagne, la compagnie d assurances Norwich Union offre depuis octobre 2006 une tarification (déterminée par GPS) se rapprochant beaucoup d une tarification au coût marginal en temps réel, comme on le voit au tableau suivant (Crampton, 2007): Coût d un trajet de retour à domicile pour un conducteur entre 24 et 65 ans 2.3 miles on a single-lane road 1.2 miles on a highway 2.6 miles on a single-lane road 2.3 miles on a low-speed road TOTAL COST Off-peak rate 9.2 pence 1.2 pence 10.4 pence 16.1 pence 36.9 pence Peak rate (1) 13.8 pence 1.8 pence 15.6 pence 27.6 pence 58.8 pence (1) = from 23h00 until 6h00. 8

9 ces caractéristiques? L obligation de les rendre obligatoires réduirait-elle leur coût? Quel serait alors l impact sur la taille et l industrie automobile? Q.11. Que sait-on, toutes modélisations empiriques considérées, de la tendance des conducteurs à compenser, en partie ou totalement, ces améliorations en maintenant ou en modifiant un certain niveau de risque recherché? Les ajustements du comportement compensent-ils exactement les gains théoriques annoncés par les ingénieurs depuis 40 ans? Q.12. Que nous apprennent les divers modèles sur le rôle de la fréquence et de la gravité dans l explication du nombre des accidents? Ces dimensions sont-elles des substituts? 5. Sciences économiques et économie politique Lois et règlementations. Dans les sections qui précèdent, nous avons considéré les lois et réglementations qui s appliquent à la sécurité routière comme exogènes. Toutefois, les séries longues maintenant disponibles dans beaucoup de pays permettent de traiter de manière crédible du marché politique. Dans plusieurs domaines des sciences économiques, on a pu appliquer par exemple le modèle de l électeur médian pour obtenir des hypothèses testables sur les comportements gouvernementaux. On pourrait penser en particulier que la vague démographique du «baby boom» conduirait à des lois très différentes en phase ascendante lorsque les jeunes constituent l électeur médian et en phase descendante. Parmi les objets susceptibles de recherches empiriques, on peut penser aux caractéristiques sécuritaires des véhicules (e.g. ceinture et baudrier, résistance aux chocs, parebrises, airbags, etc.), aux droits d accès (e.g. âge et conditions médicales des conducteurs, contrôle technique des véhicules), à l usage du réseau (e.g. caractéristiques de l offre routière, vitesses autorisées, feux de jour obligatoires, niveaux des amendes et régimes d assurance automobile). Envisageons des exemples susceptibles de travaux à partir de données multinationales. L exemple des régimes d assurances. S agissant des régimes d assurances, les régimes extrêmes du no-fault (sans égard à la faute) que l on retrouve dans diverses provinces canadiennes et australiennes pourraient être étudiés dans cette perspective. L exemple des vitesses autorisées. S agissant des vitesses maximales autorisées et de leur contrôle, les mêmes hypothèses reliées à la bulle démographique (naturellement combinées à d autres considérations) constitueraient des sujets prometteurs. On peut penser à plusieurs autres sujets, comme l allumage des feux de jour et les systèmes de permis à points, qui sont explicitement dans le marché politique depuis une génération au moins ; des sujets plus récents, comme celui des arbitrages entre taille et poids des véhicules (objet d une controverse nord-américaine, prémices d une tendance...), sont aussi d un intérêt certain pour l économie politique de la sécurité routière. 9

10 6. Références Allais, M. (1987). Allais Paradox. In: The New Palgrave Dictionary of Economics. 1, 80-82, Macmillan Press. Boiteux, M. et L. Baumstark (2001), «Transports : choix des investissements et coûts des nuisances», Commissariat Général du Plan, La Documentation Française, Juin. Boyer, M. and G. Dionne (1987), The Economics of Road Safety, Transportation Research B, Crampton, T., (2007), «Beam down my insurance : satellites used to set rates for car policies», International Herald Tribune, p. 1 & 10, 23 rd February. Decaluwé, B. et V. Robichaud (2000). Une matrice de comptabilité sociale (MCS) avec transport, Ch, 1, Rapport d étape, Année I ( ), Projet «OPERATION ORIGIN-DESTINATION», Agora Jules Dupuit, Université de Montréal. Dionne et Vanasse (1996), Une évaluation empirique de la nouvelle tarification de l assurance automobile au Québec, Rapport 9722, Théma, Université de Cergy-Pontoise et Université de Paris X-Nanterre, 31 p., juin. Dupuit, J. (1844), De la mesure de l utilité des travaux publics, Annales des Ponts et Chaussées, Série 2, Vol. 8. Edlin, A.S. (2003), Per Mile Premiums for Auto Insurance, in Arnott, R, Greenwald, B., Kanbur, R. and B. Nalebull, Economics for an Imperfect World, Ch. 5, 53-82, MIT Press. Edlin, A.S. and Karaca-Mandic, P. (2006), The Accident Externality from Driving, Journal of Political Economy (114), 5, Gaudry, M. (2000). Multiple Levels, Damages, Forms, Moments and Variables in Road accident models. In Gaudry, M. and S. Lassarre, (2000). Structural Road Accident Models: The International DRAG Family, Pergamon, Elsevier Science, Oxford, Ch. 1, Gaudry, M. (2006), Life, Limb and Bumper Trade-Offs Calculable from Road Accident Models: An Empirical Multimoment Portfolio Analysis and Life Asset Pricing Model (LAPM), Transport Reviews 26, 4, Gaudry, M. and S. Lassarre (2000), eds, Structural Road Accident Models: The International DRAG Family, Elsevier Science Publishers, Oxford. Lapparent, M. de (2006), "Attitudes towards risk of time losses in travel activity and air route choices", en révision pour Journal of Intelligent Transportation Systems. Lapparent, M. de (2007), Bayesian analysis of a random utility nested Logit model in the presence of Box- Cox transformations: application to work mode choice, Manuscript, Département économie et sociologie des transports, INRETS, 22 p, March. 10

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Le pilotage de la performance... 17 I. Du contrôle au pilotage de la performance... 17 A. Le contrôle de gestion traditionnel... 17 B. Le pilotage de la performance... 19

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet

Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet Vieillissement de la population et transport Claude Marin-Lamellet Laboratoire Ergonomie Sciences Cognitives pour les transports Contexte général Augmentation de la population de personnes âgées En 2005,

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 - PARTIE I - Organisation de trésorerie du régime général et principes d optimisation de la régulation des positions de trésorerie à très court terme...15

Plus en détail

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique Stéphane Gregoir (stephane.gregoir@edhec.edu) Juin 2008 Objectifs Illustrer quelques uns des problèmes que l on peut rencontrer

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Changement technique induit rôle des normes et des prix dans les mécanismes d induction : une approche de longue période

Changement technique induit rôle des normes et des prix dans les mécanismes d induction : une approche de longue période Changement technique induit rôle des normes et des prix dans les mécanismes d induction : une approche de longue période Rapport final pour l IFE Synthèse Mai 2005 Mourad Ayouz Franck Nadaud Sous la direction

Plus en détail

Analyse de données longitudinales continues avec applications

Analyse de données longitudinales continues avec applications Université de Liège Département de Mathématique 29 Octobre 2002 Analyse de données longitudinales continues avec applications David MAGIS 1 Programme 1. Introduction 2. Exemples 3. Méthodes simples 4.

Plus en détail

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 10 novembre 2014 Marianne Tenand Monitorat ENS (2014-2015) marianne.tenand@ens.fr A rendre au plus tard dans mon casier du bâtiment B le mercredi

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : FINANCE ( applicable à partir

Plus en détail

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité PRÉPARATIN DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES SÉRIE ES bligatoire et Spécialité Décembre 0 Durée de l épreuve : heures Coefficient : ou L usage d une calculatrice électronique de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Anneau des Sciences : Note préliminaire sur «l analyse du tracé proposé par la ville d Oullins»

Anneau des Sciences : Note préliminaire sur «l analyse du tracé proposé par la ville d Oullins» Anneau des Sciences : Note préliminaire sur «l analyse du tracé proposé par la ville d Oullins» Aurélie MERCIER, Laboratoire d Economie des Transports 06 Mars 2013 Les paragraphes qui suivent apportent

Plus en détail

Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises

Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises Economic Focus Février 2003 L'analyse économique appliquée au droit Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises Introduction Le marché de la distribution

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France Christophe Daniel (GRANEM, Université d Angers), Anne Lavigne (LEO, Université d Orléans), Stéphane Mottet(GRIEF, Université de Poitiers), Jésus-HerellNzeObame(GRANEM,

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500 ABRAHAM BROER References [R] Kenneth H. Rosen, Mathématiques discrètes, Édition révisée Chenelière McGraw-Hill, 2002. 1. But

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1.1 La notion d embedded value La présente communication porte sur l Embedded Value agrégée des deux sociétés Vie qui sont détenues à 100% par Foyer S.A., à savoir

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

La régression sur données de panel

La régression sur données de panel La régression sur données de panel 1 I. Définition Les données utilisées en économétrie sont le plus souvent des séries chronologiques, tel le nombre de naissances enregistrées par an dans le département

Plus en détail

Le déploiement des radars automatiques a fait baisser le nombre de morts

Le déploiement des radars automatiques a fait baisser le nombre de morts Montreuil, mars 2011 Questions de base quand on parle de sécurité routière et des deux-roues motorisés Le déploiement des radars automatiques a fait baisser le nombre de morts Comme le confirme le tableau

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix.

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D'ECONOMIE APPLIQUEE ABIDJAN 1 AVRIL 21 CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE EPREUVE D'ORDRE GENERAL DUREE :

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 7. : Risque, rentabilité et diversification Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version Etudiants Mars 2012 Préambule Fig. 10.1 (p.294) : Evolution

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Coefficient. 1 ère année. 2 ème année. 3 ème année. 4 ème année. Volume horaire par semaine (Cours magistral)

Coefficient. 1 ère année. 2 ème année. 3 ème année. 4 ème année. Volume horaire par semaine (Cours magistral) 1 ère 2 ème 3 ème 4 ème Université Mouloud MAMMERI de Tizi-Ouzou Faculté des Sciences Economiques et de Gestion Département : Sciences de Gestion Programme des études Enseignements Volume horaire par semaine

Plus en détail

Actuariat I ACT2121. septième séance. Arthur Charpentier. Automne 2012. charpentier.arthur@uqam.ca. http ://freakonometrics.blog.free.

Actuariat I ACT2121. septième séance. Arthur Charpentier. Automne 2012. charpentier.arthur@uqam.ca. http ://freakonometrics.blog.free. Actuariat I ACT2121 septième séance Arthur Charpentier charpentier.arthur@uqam.ca http ://freakonometrics.blog.free.fr/ Automne 2012 1 Exercice 1 En analysant le temps d attente X avant un certain événement

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

LES COMPTEURS DE VITESSE. Pourquoi les compteurs sont-ils gradués en kilomètres par heure (1)?

LES COMPTEURS DE VITESSE. Pourquoi les compteurs sont-ils gradués en kilomètres par heure (1)? LES COMPTEURS DE VITESSE Les compteurs de vitesse (ou tachymètres) font partie des équipements obligatoires à bord des véhicules terrestres à moteur. Voici les questions que tout le monde se pose à leur

Plus en détail

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Véhicules du gouvernement Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Maximes «No man hath endurance, as he that selleth insurance» -Anon 2 Notre

Plus en détail

Mobilité et transports 1263-1400. Neuchâtel 2015

Mobilité et transports 1263-1400. Neuchâtel 2015 11 Mobilité et transports 1263-1400 Accidents des transports en Suisse 2014 Neuchâtel 2015 Accidents des transports en Suisse 2014 Vue d ensemble 2 Circulation routière 4 Transports publics routiers 9

Plus en détail

Formation Académique Arrêté LMD : N 187 du 01/07/09

Formation Académique Arrêté LMD : N 187 du 01/07/09 : Formation Académique Arrêté LMD : N 187 du 01/07/09 - Responsable de l'équipe de spécialité Nom & prénom : BELAZZOUZ Ben Ali Grade : Maître de conférences : 027.72.18.28 Fax : 027.72.18.28 A. Exposé

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : MARKETING ( applicable à

Plus en détail

ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 2013 #9

ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 2013 #9 ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 2013 #9 ARTHUR CHARPENTIER 1 Soit X la variable aléatoire continue de fonction de densité : { (1.4)e 2x + (0.9)e 3x pour x > 0 f X (x) = 0 sinon. Trouver E[X]. A) 9 20 B)

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

Séminaire Innovation

Séminaire Innovation Séminaire Innovation La garantie Oxygène, une réponse innovante des assureurs aux soucis budgétaires des ménages en temps de crise? 13 mai 2009 Pierre CORDIER Stéphane DÉSERT Nathanaël ORMILLIEN Introduction

Plus en détail

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire 1 Dans les coulisses d une décision de politique monétaire Yves Longchamp Conjoncture suisse Banque Nationale Suisse Université de Fribourg le 4 mai 2007 Plan de la présentation 2 Plan de la présentation

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Choix de Portefeuille Christophe Boucher Chapitre 1. Théorie de la décision en avenir incertain Critère d espérance d utilité L attitude vis-à-vis du risque Chapitre 2. Rendements et critères

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

Economie et socio-économie

Economie et socio-économie Ligne à Grande Vitesse Paris Orléans Clermont-Ferrand Lyon Economie et socio-économie Capacité contributive et perspectives de financement Novembre 2011 setec international Réseau ferré de France (RFF),

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

Méthodes de prévision des ventes

Méthodes de prévision des ventes Méthodes de prévision des ventes Il est important pour toute organisation qui souhaite survivre dans un environnement concurrentiel d adopter des démarches de prévision des ventes pour anticiper et agir

Plus en détail

POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION

POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Adoptée au Comité exécutif du 26 mai 2015 Résolution n o 61-CE-2014-2015 Service des ressources financières Entrera en vigueur à la signature des prochaines conventions collectives POLITIQUE DE FRAIS DE

Plus en détail

Gestion des stocks. quantité économique de commande recomplétement calendaire gestion à point de commande. Gestion de production

Gestion des stocks. quantité économique de commande recomplétement calendaire gestion à point de commande. Gestion de production GESTION DES STOCKS Gestion des stocks Le stock et ses fonctions les politiques de gestion des stocks : objectifs, contraintes et décisions quelques modèles classiques de gestion des stocks quantité économique

Plus en détail

L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL

L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL Online Intelligence Solutions L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL Par Jacques Warren WHITE PAPER WHITE PAPER A Propos de Jacques Warren Jacques Warren évolue en marketing digital depuis 1996, se concentrant

Plus en détail

Les aspects théoriques de la réparation du préjudice économique : Réparation intégrale et typologie des préjudices

Les aspects théoriques de la réparation du préjudice économique : Réparation intégrale et typologie des préjudices Les aspects théoriques de la réparation du préjudice économique : Réparation intégrale et typologie des préjudices CYCLE DE CONFERENCES 2006-2007 «Risques, assurances, responsabilités» Les limites de la

Plus en détail

PRELEVEMENT KILOMETRIQUE APPLIQUE AUX VOITURES. Une analyse critique

PRELEVEMENT KILOMETRIQUE APPLIQUE AUX VOITURES. Une analyse critique PRELEVEMENT KILOMETRIQUE APPLIQUE AUX VOITURES Une analyse critique Pierre Courbe Fédération Inter-Environnement Wallonie Namur, 22 janvier 2016 Plan de l exposé Introduction Présentation théorique Analyse

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité 1 Marge Seuil Zone sur Coûts coûts de de rentabilité profi pertes variables xes ts M = m x Q PLAN DE LA LEÇON : 1.LES COÛTS VARIABLES : OBJECTIFS

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

IV. CAPACITE ET VITESSE

IV. CAPACITE ET VITESSE IV. CAPACITE ET VITESSE EN FONCTION DE LA GEOMETRIE DES ROUTES ET DES TUNNELS ROUTIERS IV.1. Introduction Cette partie traite des différents mouvements de la circulation à l intérieur d un tunnel routier

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Qu est-ce qu une vitesse durable sur la route?

Qu est-ce qu une vitesse durable sur la route? Qu est-ce qu une vitesse durable sur la route? Septembre 2010 Pourquoi roulons-nous vite? Nous roulons vite principalement pour gagner du temps Mais une perception faussée du rapport entre vitesse et temps

Plus en détail

Pièce H Évaluation socio-économique

Pièce H Évaluation socio-économique Pièce H Pièce H Évaluation socio-économique 220 SOMMAIRE GENERAL DE LA PIECE H PARTIE 1 : CADRAGE DE L ÉVALUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE DU PROJET... 222 1. Objectifs... 222 2. Hypothèses... 222 PARTIE

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE Les outils de planification MeDirect proposent des solutions de planification d investissement en ligne qui fournissent des projections de votre patrimoine et des

Plus en détail

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015 LIGNE 15 : PONT DE SÈVRES < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE Été 2015 J.12 Annexe Suites données par la Société du Grand

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

La sécurité routière en France Bilan de l année 2004

La sécurité routière en France Bilan de l année 2004 Observatoire national interministériel de sécurité routière La sécurité routière en France Bilan de l année 2004 10 mai 2005 Jean CHAPELON, secrétaire général de l ONISR 0 La sécurité routière en France

Plus en détail

La tarification et les coûts des transports : Mécanismes économiques fondamentaux

La tarification et les coûts des transports : Mécanismes économiques fondamentaux La tarification et les coûts des transports : Mécanismes économiques fondamentaux Laurence Jacquet, Université de Cergy-Pontoise THEMA (laurence.jacquet@u-cergy.fr) 30 août 2012, Entretiens enseignants-entreprises

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : COMPTABILITE ( applicable

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

Modélisation du risque opérationnel dans le secteur de l assurance

Modélisation du risque opérationnel dans le secteur de l assurance Avril 2011 N 14 Modélisation du risque opérationnel dans le secteur de l assurance Par Julie Gamonet Centre d études actuarielles Lauréate du prix du jeune actuaire 2010 Un texte paraissant dans SCOR Papers

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006

Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006 Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006 Sources : période 1955-1979 - A.R.V. BERTRAND, Revue de l'institut

Plus en détail

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées 22 Solut!ons pour planifier vos finances Des stratégies éprouvées pour améliorer vos finances L avenir que vous bâtissez aujourd hui est celui dont vous profiterez demain Seriez-vous rassuré de savoir

Plus en détail

Les déterminants de la demande de travail et de l investissement dans les entreprises privées québécoises.

Les déterminants de la demande de travail et de l investissement dans les entreprises privées québécoises. Université de Montréal Les déterminants de la demande de travail et de l investissement dans les entreprises privées québécoises. Par Faoziat Akanni Sous la direction de M. Yves Richelle et M. Abraham

Plus en détail

Fiche technique. Titre de l étude : Les formations à la conduite et leurs enjeux pour la sécurité routière. Étude comparative Sud-Ouest/Québec

Fiche technique. Titre de l étude : Les formations à la conduite et leurs enjeux pour la sécurité routière. Étude comparative Sud-Ouest/Québec Fiche technique Titre de l étude : Les formations à la conduite et leurs enjeux pour la sécurité routière. Étude comparative Sud-Ouest/Québec Durée : 20 mois Période : Février 2000 à octobre 2001 Organisme

Plus en détail

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008 Décembre 2008 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers

Plus en détail

Dans un monde trépidant d aujourd hui, les propriétaires d entreprise passent

Dans un monde trépidant d aujourd hui, les propriétaires d entreprise passent NUMÉRO 2013-09 WWW.BDO.CA LE FACTEUR FISCAL GUIDER LE PROPRIÉTAIRE OU GESTIONNAIRE D ENTREPRISE À PRENDRE UNE DÉCISION CONCERNANT L ACQUISITION D UN VÉHICULE Dans un monde trépidant d aujourd hui, les

Plus en détail

Prime de risque et répartition optimale de l'actif

Prime de risque et répartition optimale de l'actif Prime de risque et répartition optimale de l'actif Richard Guay Premier vice-président Gestion du risque et Gestion des comptes des déposants Plan de la présentation! Estimation de la prime de risque :!

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2010/5 Distr. générale 12 janvier 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie Prof. Mathias Thoenig et Philippe Andrade Examen de Rattrapage : Session d été 2015 Nom et prénom No matricule No de place Points EX 1 EX 2

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail