Femmes d Asie du Sud-Est

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Femmes d Asie du Sud-Est"

Transcription

1 Femmes d Asie du Sud-Est

2 Sommaire Actualités Interview Anthony Reid, p.3 Dossier: Femmes d Asie du Sud-Est Les épouses vietnamiennes dans les régions frontalières chinoises, p.8 Les migrantes philippines en région Ilede-France, p.11 De l éducation à la formation des élites féminines intellectuelles au Vietnam, p. 14 Les études sur les femmes et le genre aux Philippines, p.16 Les femmes du ballet royal : du palais à la banlieue de Phnom Penh, p.18 Projets en cours Corpus et catalogue des inscriptions anciennes du Vietnam : fin de la première phase, p.20 Retour de terrain Tourisme, environnement et développement : la basse Kinabatangan, à Sabah, en Malaisie, p.22 Regard de chercheuse Bénédicte Brac de la Perrière, p.24 In Memoriam Pham Đán Bình ( ), p.25 Publications, p.26 Revues, p.30 Thèses, p.34 Annonce Université d été européenne des études sur l Asie du Sud-Est, p.36 Bureau de l Afrase Claire Trân Thi Liên, présidente Jérôme Samuel, vice-président Annabel Vallard, secrétaire Elsa Clavé-Celik, trésorière Rédaction : Pascal Bourdeaux, Christine Cabasset, Nicolas Césard, Laurence Husson, Hélène Njoto- Feillard, Vatthana Pholsena, Céline Pierdet, Catherine Scornet Maquette : Agnès De Féo Photo de couverture : femmes de Kompong Cham, Cambodge, 2009, Agnès De Féo. Edito Comme chaque année, la Lettre de printemps annonce le rendez-vous annuel de la vie de l Afrase : notre assemblée générale. Elle se tiendra dans les salons de la maison de l Asie, le 9 juin à partir de 17h. Au-delà des liens tissés à travers la Lettre, le site et Facebook depuis peu, l AG reste un lieu d échanges irremplaçable de convivialité entre les piliers de l association, les membres confirmés et ceux qui nous découvrent seulement. L AG sera évidemment l occasion de faire le bilan de nos activités et, une fois de plus, de tirer la sonnette d alarme concernant les finances. Malgré de nouvelles adhésions, aucune amélioration ne se dessine au point que le financement du représentant de l Afrase au bureau de l Euroseas et la publication papier de la Lettre en deviennent problématiques. Nous avons besoin de votre contribution pour continuer à poursuivre la mission de l Afrase : le renouvellement de votre adhésion, la mobilisation de vos réseaux afin d obtenir un abonnement de soutien auprès de vos institutions de rattachement, votre énergie, enfin, pour faire connaître l Afrase et susciter de nouvelles adhésions. Afin de faciliter celles-ci, notre trésorière a mis en place des modalités de paiement simplifiées en ligne (système Paypal). Nous avons par ailleurs légèrement augmenté les tarifs d adhésion, qui n avaient pas bougé depuis plusieurs années. Ces difficultés financières n empêchent pourtant pas les projets Dès octobre prochain, une rencontre sur le thème «Fonds audiovisuels et connaissance de l Asie du Sud-Est» sera organisée en collaboration avec l Ina. Y seront également conviés d autres institutions comme Bophana, le centre Max Stahl, l ECPAD ; ainsi que des chercheurs travaillant sur ces fonds. Il s agira surtout de présenter aux chercheurs, enseignants chercheurs et étudiants la richesse de fonds largement inexplorés et les outils spécifiques proposés par ces institutions pour trouver et traiter les données audiovisuelles. Pour la rentrée également, nous prévoyons une table-ronde inspirée de l actualité récente : «Regards sur les révolutions arabes à la lumière des modèles indonésien et turc» dans le nouveau bâtiment CNRS/EHESS avenue de France. Plus d informations prochainement sur le site et sur Facebook! En attendant, le bureau de l Afrase vous propose ce nouveau numéro de la Lettre : il s ouvre par un entretien d Anthony Reid, historien de l Asie du Sud-Est et professeur émérite à l ANU. Évoquant son parcours et ses liens avec les chercheurs français, il jette un regard stimulant sur les études sud-est asiatiques au cours de ces 50 dernières années et sur les perspectives futures de la recherche. Le cœur de la Lettre propose un dossier consacré aux «Femmes en Asie du Sud-Est», coordonné par Vatthana Pholsena et Elsa Clavé-Célik. Ce dossier ne prétend pas faire le tour de la question, mais tente de rendre compte d études en cours sur un domaine de recherche qui mériterait d être plus largement développé. Bénédicte Brac de la Perrière nous offre son regard de chercheuse, tandis que Clotilde Luquiau évoque son retour de terrain. Vous retrouvez enfin les traditionnelles et précieuses rubriques de recensions des publications, revues et thèses. N hésitez pas à informer les responsables de ces rubriques ainsi que nos webmestres pour toutes vos informations à diffuser. Claire Trân Thi Liên et Jérôme Samuel Les laboratoires et institutions suivantes soutiennent la Lettre de l Afrase Institut d Asie orientale (IAO), Lyon Institut de recherche sur l Asie du Sud Est contemporaine (Irasec), Bangkok Votre institution ou laboratoire peut également aider la Lettre de l Afrase en souscrivant un abonnement de soutien (100 euros par an). 2 Lettre de l Afrase n 78 - Printemps 2011

3 Entretien Anthony Reid «L Asie du Sud-Est est la région la plus postmoderne» Claire Trân Thi Liên Lors de la 70 e conférence de l AAS qui s est tenue à Honolulu (Hawaii) du 30 mars au 3 avril, un hommage a été rendu à l historien spécialiste de l Asie du Sud-Est, Anthony Reid, par ses anciens étudiants et collègues, parmi lesquels Pierre-Yves Manguin. Anthony Reid est l auteur de nombreux ouvrages dont le classique Southeast Asia in The Age of commerce L occasion de discuter à bâtons rompus avec l un des plus francophiles des chercheurs anglo-saxons sur l Asie Sud-Est. Étudiant, pourquoi avez-vous choisi l Asie du Sud-Est comme objet d étude? J ai grandi en Nouvelle-Zélande et j ai commencé à étudier à l université dans les années À cette époque, l Asie du Sud-Est apparaissait dans le monde académique comme un terrain de recherche nouveau, prometteur, avec des pays récemment indépendants en plein développement. Alors que la Chine était fermée et que l Inde apparaissait comme un espace colonial déjà très investi par les chercheurs. Pour moi, les étudiants d Asie du Sud-Est envoyés dans le cadre du plan Colombo incarnaient l altérité, en comparaison avec la Nouvelle-Zélande très homogène ethniquement. C est donc tout naturellement que je me suis intéressé à cette région. Une autre raison est que mon père a travaillé au début des années 1950 comme représentant des Nations unies à Jakarta et que j y ai passé plusieurs mois. Pourquoi avoir choisi la période du début de l époque moderne (Early Modern Age)? En fait, je n ai pas choisi cette période. Je dirais que c est elle qui est venue à moi lorsqu on m a demandé pour mon premier travail, à l université de Malaya à Kuala Lumpur, d enseigner sur la période du xvi e au xvii e siècles. Mais je n ai vraiment travaillé sur le début de l époque moderne que dix ans plus tard (1). En effet, la thèse que j ai soutenue à l université de Cambridge en 1965 portait sur le xix e siècle : The Straits Settlements and the Contest for North Sumatra : Atjeh, the Netherlands and Britain, (2). Par la suite, vivant en Malaisie dans les années 1960 et au contact des étudiants, je me suis intéressé à la différence entre la Malaisie et l Indonésie Anthony Reid, professeur émérite, Australian National University (ANU) 1. Anthony Reid, Southeast Asia in The Age of Commerce , 2 tomes, Yale University Press, New Haven and London, 1988 & 1993 ; Anthony Reid, ed., Southeast Asia in the Early Modern Era : Trade, Power and Belief, Cornell University Press, Ithaca and London, Thèse parue sous le titre The Contest for North Sumatra (Kuala Lumpur, 1969). Printemps Lettre de l Afrase n 78 3

4 Entretien 3. Kenneth Pomeranz, The Great Divergence: China, Europe, and the Making of the Modern World Economy, Princeton University Press, Récemment traduit en français : Une grande divergence - La Chine, l Europe et la construction de l économie mondiale, Paris, Albin Michel, Anthony Reid, Southeast Asia in the Age of commerce, Tome II : Expansion and crisis, chapitre V : «The origins of Southeast Asian poverty». 5. Anthony Reid, «La Structure des villes du Sud Est asiatique (xvi e -xvii e siècles)» in Urbi (Paris) 1 (October 1979) et «Alterity and Reformism: the Australian frontier in Indonesian studies», Archipel 21 (1981). 6. Augustin de Beaulieu, Mémoires d un voyage aux Indes Orientales, , ed. Denys Lombard (Paris: Maisonneuve & Larose, 1996) et Denys Lombard, «Martin de Vitré, Premier Breton à Aceh ( )», Archipel 54 (1997). pendant la période contemporaine et notamment à la révolution indonésienne. C est donc seulement à la fin des années 1970 que je suis revenu au début de l époque moderne, que j ai plus tard appelée «l âge du commerce». Les questions de «la grande divergence» et des origines du capitalisme (3), à une période où l Europe commençait à dépasser l Asie, dominaient les débats historiographiques. Dans quelle mesure avez-vous été influencé par la pensée de Braudel? En réalité, plus que l émergence du capitalisme, c était plutôt la question des origines de la pauvreté en Asie du Sud-Est qui m intéressait. Mon livre sur l Asie du Sud-Est à l âge du commerce a essayé d y répondre (4). C était une autre façon de poser la question du capitalisme. Les travaux de Braudel et sa thèse sur la Méditerranée apportaient une nouvelle ambition, celle d une histoire totale par une approche pluridisciplinaire (géographique, économique, anthropologique). Les Annales étaient à l époque, pour nous Anglo-saxons, une revue de référence. L accent mis sur les structures et la vie quotidienne m a permis d aborder avec plus de confiance cette période de l âge du commerce. Pouvez-vous nous parler de votre collaboration avec les chercheurs français? En 1978, alors que je commençais à travailler sur l époque moderne, je suis venu en congé sabbatique en France. À l époque, les études sur l Asie du Sud-Est étaient dominées par les personnalités de Denys Lombard et Georges Condominas. J ai travaillé très vite avec Denys Lombard : le fait d avoir tous les deux travaillé sur Aceh, un sujet alors peu étudié, nous a tout de suite rapprochés. Denys Lombard m a proposé de traduire un article pour une nouvelle revue française, Urbi, et de donner une conférence à Paris par la suite publiée dans Archipel (5). Je l ai invité aussi en Australie. Pour lui, l Australie représentait d une manière relativement moins «négative» le monde anglo-saxon. Tous les deux, nous nous intéressions aux sources historiques et je l ai encouragé à éditer à nouveau les récits d Aceh du xvii e siècle (6). Presque dix ans plus tard, en 1987, Denys m a à nouveau invité à Paris et à l EHESS lors d un autre congé sabbatique. Mais à cette période, la bibliothèque du Cedrasemi [Centre de documentation et de recherche sur l Asie du Sud-Est et le monde insulindien] venait de déménager sous la direction de Georges Condominas dans le sud de la France, à Sophia Antipolis. J avais envie de passer quelque mois là-bas avec ma famille. J ai travaillé avec beaucoup de plaisir à la bibliothèque dont s occupait alors Bénédicte Millcent. À l époque, il n y avait pas grand monde dans cette bibliothèque. Les Parisiens étaient déçus par sa perte et Denys m a demandé à mon retour «si j avais bien bronzé»! J ai également été en contact avec ceux qui pour moi représentaient plus largement «l école de Paris» comme Henri Chambert-Loir, Claude Guillot, Christian Pelras et Pierre-Yves Manguin. Ce dernier m a beaucoup aidé en 1987 lors d une conférence que je devais organiser à Lisbonne. Il parle parfaitement le portugais et, grâce à lui, j ai pu entrer en contact avec le monde des historiens portugais, notamment notre hôte Luis Filipe Ferreira Reis Thomaz, professeur à l Universidade Nova de Lisboa. Par la suite, j ai tiré grand profit des travaux de Pierre-Yves et de ses collègues sur l archéologie de l Asie du Sud-Est. Finalement, je dois dire que j ai été très impressionné par la réussite, avec si peu de moyens et de soutien institutionnel, de la revue Archipel. Que pouvez-vous dire sur les différences d approche sur la région entre chercheurs français et chercheurs anglo-saxons? Il me semble qu en Europe, en France et en Hollande tout particulièrement, la tradition orientaliste épigraphique et littéraire était très riche mais l histoire de l Asie restait périphérique. Dans le Nouveau monde, on considère au contraire l histoire de l Asie comme faisant partie intégrante d une histoire des mondes. Aux États-Unis, les sciences sociales étaient à la pointe et les différentes disciplines pouvaient se réunir au sein des area studies. L école australienne se situait entre les deux avec des départements sur l Asie du Sud-Est enseignant les langues et l étude des civilisations mais aussi des spécialistes dans les départements d histoire, d anthropologie, etc. Que pensez-vous du concept même d Asie en général et quel serait, selon vous, la spécificité de la région Asie du Sud-Est? Pour moi, l Asie n existe pas. Ce qui existe, c est le continent Eurasie. L Asie n existe que dans l imaginaire occidental et ensuite dans l imaginaire oriental au prisme du regard occidental. Quant à l Asie du Sud-Est, elle doit exister puisque j utilise ce terme en titre d ouvrages! Cette région existe surtout dans le sens d une culture matérielle. La vie quotidienne au niveau des relations de genres, les croyances, l environnement sont des éléments communs entre les pays de la région. Mais ces marqueurs sont de moins en moins prégnants. Les religions traditionnelles d Asie du Sud-Est sont moins vivaces face aux grandes religions comme l islam ou le christianisme qui deviennent des religions toujours plus globalisées. L Indonésie est plus islamique qu autrefois, le monde des esprits moins important pour les jeunes d aujourd hui. Dans d autres domaines également, 4 Lettre de l Afrase n 78 - Printemps 2011

5 les personnes sont moins déterminées qu avant par les structures traditionnelles du village, de la riziculture, du climat humide tropical qui caractérisent l Asie des moussons. Aujourd hui, la spécificité principale de la région Asie du Sud-Est réside peut-être dans son pluralisme. L Asie du Sud-Est n est pas autant intégrée par un État comme l est la Chine. Cet espace est caractérisé par des populations des plaines et des populations des montagnes, et donc par une grande diversité de populations, de groupes ethniques, de langues. De par son identité plurielle, l Asie du Sud-Est est la région la plus «postmoderne». Je dirais même que sa prémodernité est aussi une postmodernité dans ce sens où elle a appris très tôt à gérer le pluralisme. Sur ce point, elle se distingue fortement d espaces comme l Europe ou des pays d Asie orientale comme la Chine, le Japon ou la Corée qui ont du mal à gérer la pluralité, élément caractéristique de la postmodernité. La période de l après-guerre et de la guerre froide peut être considérée comme un âge d or des études sur l Asie du Sud-Est. Que pensez-vous de leur avenir? Je crains que le développement des études sur l Asie du Sud-Est soit moins spectaculaire que celles sur la Chine par exemple. On peut parler d un relatif déclin. Mais je reste cependant optimiste. J ai organisé au début des années 2000 une conférence à UCLA [University of California Los Angeles] sur les perspectives de recherche sur l Asie du Sud-Est (7). Les Américains d origine sud-est asiatique sont surtout concentrés à UCLA. Je disais alors qu il y avait deux sources d optimisme. La première est la diaspora. À Berkeley et sur plusieurs autres campus de Californie, près de 50 % des étudiants sont issus de la diaspora asiatique. Et je dirais près de 15% de la diaspora d Asie du Sud-Est. Le développement de l enseignement des langues asiatiques a reposé à la fois sur le politiquement correct («l exigence de la diversité») et sur les revendications des jeunes Vietnamiens, Thais, Philippins qui cherchaient à redécouvrir leur langue d origine. Audelà des étudiants qui cherchaient à obtenir ainsi un easy A a émergé une nouvelle génération de chercheurs très motivés et brillants, qui ont fortement contribué au développement des études sud-est asiatiques. En fait, des chercheuses pour la plupart, car les migrants ne veulent pas que leurs fils deviennent des universitaires inutiles! La seconde source d optimisme est que désormais les études sur l Asie du Sud-Est ne sont plus exotiques, elles sont revenues at home. En effet, l Asean économique et politique a monté des programmes de recherches sur la région, permettant ainsi aux chercheurs sud-est asiatiques de travailler sur des pays voisins du leur. Des chercheurs thais travaillent sur le Vietnam, des Philippins sur l Indonésie. Ces perspectives sont pour moi vraiment excitantes. Tout change et évolue en Asie du Sud-Est et la situation de la recherche est complètement différente de celle des années Ce ne sont plus les chercheurs occidentaux de Paris ou de Canberra qui parlent ex cathedra de l Asie du Sud-Est, mais un monde globalisé où les interactions se multiplient. Et les Sud-Est Asiatiques parlent pour eux-mêmes. Mais cela ne veut pas dire qu il n y a plus de place pour les jeunes Occidentaux dans les études sur l Asie du Sud- Est. Dans un monde globalisé, les interactions entre l Occident et l Asie sont de plus en plus fortes, non seulement dans le monde économique mais aussi dans le monde académique. Il y a donc pour les jeunes chercheurs occidentaux des perspectives d enseignement dans les universités de la région en plein développement. Il ne s agit plus d être des chercheurs arrogants qui auraient le monopole d un terrain exotique mais d être des passeurs, des intermédiaires qui peuvent faciliter les transactions économiques, la connaissance. Quels sont les questions importantes à étudier en ce début de xxi e siècle? Je dirai d abord l histoire du milieu (environmental history) du point de vue global. Le xxi e siècle montre déjà qu il sera plus dangereux que le xx e, en particulier en Asie du Sud-Est avec les tsunamis, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre, le problème des réserves d eau. Et une perspective sur la longue durée est essentielle. Le champ de la vie quotidienne est aussi à développer. Comment les choses changent-elles? Quelles sont les réactions au niveau du local face au mouvement de globalisation? Par exemple, comment se traduit-il au niveau de l habillement, avec l adoption de l habit occidental ou la préservation de l habit traditionnel? L étude des femmes dans le processus de modernisation me semble à ce titre importante. Il faudrait également s intéresser à l histoire sociale des années 1950 et 1960 au cours desquelles beaucoup de traditions asiatiques ont disparu. En Chine, la recherche d identité s est faite plus tôt dans les années Dans les années 1950 et 1960, on a cherché à détruire le vieux système social par la Révolution culturelle. En Asie du Sud-Est, ces années ont été aussi marquées par un besoin de modernité et d identité nationale, après une période coloniale rejetée pour sa «préservation» des traditions sclérosées. Il faudrait analyser comment ce refus des traditions asiatiques millénaires est arrivé, et pourquoi? Quel fut l impact de l ère Meiji et de sa modernité en Asie du Sud-Est? Puis, alors que la tradition est morte, l idée de «retraditionalisation», de reconstruction de quelque 7. Anthony Reid, Southeast Asian Studies : Pacific Perspectives, Programme in Southeast Asian Studies, Arizona State University, 2003 Printemps Lettre de l Afrase n 78 5

6 Claire Trân Thi Liên Entretien Derniers livres d Anthony Reid Mapping the Acehnese Past, ed. by R. Michael Feener, Patrick Daly, Anthony Reid, KITLV Press, To Nation by Revolution: Indonesia in the 20th Century, NUS Press, Singapore, Imperial Alchemy : Nationalism and Political Identity in Southeast Asia, Cambridge University Press, 2009 Deux livres à paraître au Nalanda Sriwijaya Centre Anthony Reid and the Study of the Southeast Asian past, ed by Geoff Wade et Li Tana, Iseas Publishing, Singapour, Early Interactions betwee, South and Southeast Asia, reflections on Crosscultural Exchange, ed by Pierre-Yves Maguin, A. Mani et Geoff Wade, Iseas Publishing, Singapour, chose de moderne avec du traditionnel est assez révolutionnaire, en particulier dans l espace urbain. Les exemples de recours aux valeurs confucéennes par Lee Kuan Yee pour soutenir le développement de Singapour ou, ailleurs, aux valeurs de l islam, du bouddhisme et du christianisme sont à étudier. Une autre thématique à développer est celle de l idéologie religieuse. Il me semble qu on a donné trop d importance à la construction de l État en Asie du Sud-Est, et pas assez aux religions, comme «ciment social» essentiel. Parallèlement aux changements économiques extrêmement rapides, les mutations religieuses et idéologiques me semblent une question centrale pour la région : l émergence d un capitalisme évangélique et d un islam capitaliste, les questions du salut personnel et de la moralité, celle des valeurs à développer dans un contexte de globalisation. L islamisation de l Asie du Sud- Est sur la longue durée (du xvi e au xx e siècle) mérite d être approfondie. Quel sont vos projets actuels et vos dernières publications? Je suis actuellement engagé à l Institute of Southeast Asian Studies de Singapour dans le Nalanda Sriwijaya Center Dans le cadre de l Institute of Southeast Asian Studies à Singapour, le Centre Nalanda Sriwijaya entend étudier les interactions historiques entre et dans les sociétés et civilisations asiatiques. Il s agit de comprendre comment les pouvoirs politiques et sociétés asiatiques ont interagi dans le temps à travers les échanges religieux, culturels et économiques, ainsi qu à travers les réseaux des diasporas. Enfin, le centre s intéresse aux manifestations d hybridité, de convergence projet Nalanda Sriwijaya Centre qui s intéresse aux interactions historiques entre les sociétés et les civilisations asiatiques. L idée principale de ce projet est de considérer l Asie du Sud-Est comme une région médiatrice nécessaire entre les deux centres que sont les mondes indien et chinois, restés plus fermés, soucieux de se protéger des invasions. Au contraire, l Asie du Sud- Est maritime s est montrée plus ouverte. L histoire de la médiation réalisée par l Asie du Sud- Est est importante. Ce que l Europe a connu de la Chine, elle l a apprise d abord en Asie du Sud-Est. Il y a aussi un projet novateur sur l histoire du milieu dans la région de l Océan indien. Je suis par ailleurs revenu au contemporain avec la publication d un livre sur le nationalisme. Après une longue carrière d historien à laquelle vos collègues ont rendu hommage lors de la conférence de l AAS, quelle est votre vision de votre discipline, l histoire? Pour moi, l histoire est mouvement, interactions. Elle ne doit pas se limiter. En même temps, je pense que la discipline historique doit garder son côté old fashioned. Je veux dire par là l idée du dur travail sur les documents qui demande beaucoup d énergie, une bonne connaissance des langues. Et en particulier des langues anciennes qui permettent aux jeunes de se connecter avec le passé et de le comprendre. Le passé n est pas statique. Il est toujours nouveau. Le passé est une redécouverte du présent et le présent crée de nouvelles questions pour le passé. Ainsi par exemple, le tsunami de ces dernières semaines m a fait prendre conscience que, dans mes travaux sur l économie en Asie du Sud-Est, je n avais pas pris en compte ces phénomènes sismiques qui ont pourtant fortement marqué sur la longue durée la région et donc son économie. Ainsi le tsunami qui s est produit au xiv e siècle à Sumatra (dévoilé récemment par la science) modifie notre compréhension historique. Étudier la gestion de ce risque dans le temps permettrait, je pense, d aider à comprendre le présent. Entretien réalisé par Claire Trân Thi Liên, Honolulu, le 2 avril 2011 dans une Asie globalisée. Le projet s intéresse donc aux influences interculturelles et aux connections en Asie du Sud-Est (Nalanda) dans une région considérée comme en centre essentiel de médiation et entre les grandes civilisations (Sriwijaya). Le centre diffuse ses recherches par le biais de publications, de conférences et proposent des bourses postdoctorales en collaboration avec l IIAS. 6 Lettre de l Afrase n 78 - Printemps 2011

7 Dossier Le village de Đồng Quang (province de Bắc Ninh), village de métiers autour de Hanoi, a connu un essor important au cours des dix dernières années (fabrication et exportation de mobilier en bois vers la Chine, le Japon, vers l Europe). Catherine Scornet Femmes d Asie du Sud-Est Dossier coordonné par Elsa Clavé-Celik et Vatthana Pholsena Le caractère relativement égalitaire des relations hommes-femmes en Asie du Sud-Est a longtemps fasciné les commentateurs en Asie et en Occident. Au sein des sociétés précoloniales, les femmes jouissaient d une position influente, aussi bien dans la vie sociale, économique que dans la sphère politique : officiantes de rituels, intermédiaires privilégiées dans le commerce, reines ou régentes, femmes soldats Les études sur la place des femmes dans ces sociétés ont su relativiser ce qui relevait du mythe et en ont retenu un constat : les femmes en Asie du sud-est occupaient un espace et possédaient des possibilités d action beaucoup plus larges dans le passé. Les conditions économiques, sociales et politiques des sociétés modernes en Asie du Sud-Est, à l ère des économies mondialisées, auraient participé à l affaiblissement de la condition féminine dans la région. Mais les femmes ont-elles vraiment perdu de leur marge de liberté? S est-il amoindri ou bien plutôt déplacé? La réponse n est pas si simple, comme le montrent Caroline Grillot et Asuncion Fresnoza-Flot dans leurs contributions. Les mariées vietnamiennes ne sont pas nécessairement des victimes, car se marier de l autre côté de la frontière chinoise relève aussi de choix et de trajectoires de vie courageuses. Les travailleuses philippines, aux prises avec une société patriarcale où le divorce n est pas légalement permis, quittent leurs familles mais réaffirment en même temps leur rôle social et familial en émigrant. Qu en est-il des théories féministes contemporaines, souvent dénoncées comme un ensemble de concepts étrangers inadéquats à saisir la réalité sud-est asiatique? Elles ne sont pas toujours déconnectées de la réalité contemporaine. Elles l influencent même parfois. Et ce sont les relations entre pensées féministes et société vietnamienne moderne et contemporaine que le centre de recherche et de formation Genre et Société de l université Hoa Sen à Hồ Chí Minh Ville propose, entre autres, d explorer. Les Gender Studies, bien développées dans le monde universitaire anglo-saxon, impulsent les dynamiques de recherche aux Philippines. Si certains biais sont parfois regrettables, comme le souligne Gwenola Ricordeau, on souhaite à la recherche française les mêmes réalisations. Enfin, notons que les études sur les femmes constituent un domaine de recherche riche et innovant qui permet d aborder l histoire et la culture des pays et des régions sous un angle intime et original. L un des meilleurs exemples en est donné, dans ce dossier, par Suppya Nut qui présente sur la longue durée la trajectoire des danseuses du Ballet royal du Cambodge de l époque angkorienne à l après Khmer rouge. Printemps Lettre de l Afrase n 78 7

8 Dossier Ambiguïté et impasses de vies Les épouses vietnamiennes dans les régions frontalières chinoises Zhang Juan Souvent perçus comme résultant de motivations économiques, les mariages des Vietnamiennes avec leurs voisins chinois relèvent de situations personnelles complexes qui ne trouvent pas forcément de solution une fois la frontière passée. De l autre côté, de nouvelles difficultés les attendent, engendrant des situations sociales et conjugales parfois moins faciles que celles de leur pays d origine. Frontière sinovietnamienne vue de Hekou, province du Yunnan, Chine (2009) Depuis quelques années, les mariages de jeunes femmes vietnamiennes avec des hommes de diverses régions d Asie orientale font l objet d une attention particulière, aussi bien au Vietnam que dans leurs pays d adoption (Singapour, Corée du Sud et Taiwan principalement). Ce dont on parle moins sont les alliances contractées entre hommes et femmes de part et d autre de la frontière terrestre entre le Vietnam et la Chine. Ancrés dans le cadre d échanges commerciaux et culturels qui s inscrivent dans une certaine continuité historique, ces alliances matrimoniales ne génèrent pas moins de questions restées irrésolues pour les autorités administratives comme pour les communautés. Qui sont ces femmes qui choisissent aujourd hui de s unir à un conjoint chinois plutôt qu à un époux vietnamien? Qui sont ces hommes qui les recherchent ou les évitent? Pourquoi et comment de tels couples mixtes se forment-ils dans ces espaces particuliers et en quoi suscitent-ils aujourd hui curiosité ou controverse? Les régions frontalières entre la Chine et le Vietnam ont depuis des siècles vu se mouvoir des populations d origines géographiques et ethniques diverses. En soi, les unions matrimoniales mixtes ne sont pas une exception ici plus qu ailleurs en Asie du Sud-Est. Or, depuis presque deux décennies, la réouverture officielle des postes frontaliers et la politique de contrôle des flux migratoires, qui l ont progressivement accompagnée, se heurtent à ces pratiques locales qui se sont longtemps passées de permission et bénéficiaient de complaisance. À ceci s ajoute la mise en place de la politique de contrôle des naissances, et la complexité d un système d enregistrement au registre d état civil des populations dans les deux pays, éléments qui obligent désormais les couples mixtes à régulariser des situations conjugales jusqu alors principalement validées par les familles et les communautés impliquées. Cependant, outre cette question de la reconnaissance légale d unions communément contractées localement, se pose aujourd hui la question du libre choix des époux, plus particulièrement des épouses. Le respect des droits humains progresse et l observance des conventions internationales sur les migrations obligent les pays à s intéresser aux pratiques qui vont à leur encontre. Souvent présentées par les activistes comme des femmes pauvres, peu éduquées ou mise à l écart du marché matrimonial vietnamien, ces femmes sont dépeintes, une fois la frontière franchie, comme des victimes d entremetteurs avides, de maris abusifs et de communautés indifférentes. Pourtant, force est de constater la complexité d un phénomène qui brouille aisément une présentation dualiste des choses. Certes, les mariages forcés sont légion, mais ne persistent-ils pas dans bien des régions rurales des deux pays? Certes, on manque de femmes mariables dans certaines provinces septentrionales chinoises, mais le recours aux femmes d ailleurs est une pratique répandue au sein du pays depuis que la libre circulation des individus est autorisée, voire encouragée. Les alliances transfrontalières sont donc surtout à envisager comme l extension géographique d une tendance marquée au sein de la Chine même : celle des migrations pour mariage. En revanche, c est en prenant le temps d écouter les femmes, les hommes et les membres des communautés que concernent ces mariages 8 Lettre de l Afrase n 78 - Printemps 2011

9 Caroline Grillot transfrontaliers, que l on perçoit les failles d une présentation simpliste. Ainsi, ce sont surtout les parcours complexes des uns et des autres qui apparaissent à l origine d un choix peu conventionnel. Il devient évident que malgré les similitudes culturelles entre le Vietnam et la Chine qui pourraient pousser les célibataires à envisager sans appréhension un rapprochement conjugal, un tel choix fait rarement l unanimité auprès des familles et de la société. Pourquoi? Les différents historiques, les conflits armés encore récents, les méfiances mutuelles et des méthodes commerciales encore peu harmonisées entre les désormais «partenaires économiques» peinent à rassurer et rendre attrayant un engagement personnel et intime avec son voisin. Si certains couples bravent les remarques, se moquent des illégalités et parviennent à leur fin, c est qu il existe des motivations différentes de la perspective d une amélioration du niveau de vie. En explorant les récits de vie des conjointes vietnamiennes de Chinois, on découvre l impact de stigmas condamnant l accès au mariage conventionnel. Affectées par des secrets de famille dévoilés, des parcours de jeunesse tourmentés, des grossesses extraconjugales, des mariages ratés ou abandonnés, elles sont parfois d âge trop avancé et voient leur aspiration au marché matrimonial local s éclipser à la faveur de plus favorisées. Différents parcours et trajectoires Thao, fille illégitime de son père encombre sa famille une fois la cellule familiale éclatée. C est ainsi qu à dix-sept ans, elle se retrouve placée auprès de sa tante qui la vend en Chine à la tenancière d un bordel. Farouche, elle parvient à négocier un mariage avec le cadet désintéressé d une famille modeste. Abusée et délaissée, elle parvient à repartir s installer dans une ville frontalière vietnamienne pour y travailler et élever son fils. Elle s y remarie avec un artisan vietnamien, à peine plus préoccupé de son équilibre affectif, et donne naissance à un second enfant : «Le destin ne m a pas gâtée, il faut faire avec, mon père déjà m avait abandonnée, ça continue.» Phuong fut mariée au Vietnam à un homme qui lui donna deux enfants. Trompée, elle brave la convention qui recommande la tolérance pour les écarts adultérins des Vendeuse de rue vietnamienne, Hekou, province du Yunnan, Chine (2009) Printemps Lettre de l Afrase n 78 9

10 Dossier maris et divorce. Elle part travailler à Taiwan trois ans, rentre à Hanoi et s achète un terrain où elle fait construire une maison pour ses enfants et son avenir. Pourtant, son commerce des fleurs la fait venir régulièrement à la frontière où elle se laisse convaincre par une entremetteuse d épouser un Chinois sans le sou, manutentionnaire et également divorcé et père de trois filles. À 42 ans, après quelques mois de romance, elle lui donne un fils et vit avec lui dans une pièce sans eau d une ville frontalière chinoise, sans réel plan d avenir. Ni Thao ni Phuong n ont vu leur mariage par leur entourage. Dans la province voisine vit Dung, jeune interprète amourachée d un commerçant avec qui elle parvient à se marier officiellement. Tous deux vivent à la frontière côté chinois avec leur petite fille et parviennent au fil des ans à dérouter les commérages qui faisait de l une la naïve amourachée d un autre trop démuni pour trouver mieux. De l autre côté de la frontière, Van attend la visite mensuelle de son compagnon chinois, dont elle montre les messages attendris, tandis que sa meilleure amie Huyen profite de son absence pour dépeindre l amoureux sous les traits d un homme d affaire déjà marié refusant de tout quitter pour un avenir incertain avec sa maîtresse et son fils. On apprend plus tard que leur voisine, Huong, a abandonné un mari violent et laissé un enfant encombrant à sa famille pour trouver le partenaire «idéal» en Chine. Diu nie des années de prostitution en jouant l épouse dévouée à son mari qui, lui, n avoue pas à sa propre famille que tenir un bordel frontalier constitue son activité professionnelle. Des échecs, des stigmas, des carrières de filles de joie à camoufler, un désir d émancipation ou de simples concours de circonstances bienvenus ou malheureux sont autant de motifs à l origine des rencontres entre ces Vietnamiennes et leurs partenaires chinois. Abusées, désabusées ou éprises, elles tentent toutes à leur façon de s accommoder d un passé qui les condamne au mépris ou à l exclusion sociale chez elle, ou d un présent qui peut autant les exposer aux trahisons, difficultés et suspicions. La diversité de parcours de ces femmes et l ambigüité de leurs trajectoires engendrent une image problématique. La présence des Vietnamiennes en Chine ne laisse donc personne indifférent et complique l intégration des couples mixtes. En effet, les représentations sociales ou la validation collective d une image donnée dont sont l objet les Vietnamiennes pèsent autant sur la réputation de leur compagnon-partenairefiancé-mari. Pour beaucoup, ces femmes ne seraient que des séductrices opportunistes et sans cœur, prêtes à investir leur affection et leur corps dans une relation pour une vie meilleure et leurs familles restées au Vietnam. Pour certains, elles tombent sous la domination d hommes qui s accommodent mal de la compétition sur le marché matrimonial chinois et de l exigence grandissante des femmes de leur pays. Ces derniers chercheraient donc en ces voisines des épouses idéales et dévouées. Tous ces stéréotypes pourraient n être qu anecdotiques s ils ne tendaient pas à définir ces mariages et n affectaient pas la possibilité pour ces couples de vivre harmonieusement dans leurs sociétés respectives et peu respectueuses à leur égard. Les autorités compétentes semblent également persister dans l obstruction à la légalisation d unions qui heureusement ne découlent pas, ni ne conduisent toutes, à une tromperie. Les Vietnamiennes se retrouvent donc pour la plupart dans une situation affective et sociale précaire et se heurtent souvent à des réalités qu elles n envisageaient pas si complexes. Car leur élan vers un avenir conjugal en Chine, lorsqu il est désiré ou attrapé au vol, a bien souvent été encouragé par des représentations sociales constamment entretenues côté vietnamien : des échos sur les conditions de vie meilleures, les hommes responsables et travailleurs, un âge au mariage plus avancé, les possibilités de travail mieux rémunéré, voire une société plus tolérante. La satisfaction autant que la désillusion accueillent les candidates volontaires. Quant aux infortunées et aux naufragées, déjà marginalisées par les circonstances ou un parcours personnel, il n est souvent pas question de renoncer et il leur faut s accommoder de compagnons imparfaits et de situations quotidiennes souvent difficiles à vivre. Ces dernières conduisent à l isolement ou au mépris déguisé dans une société où la compassion devient rare, d autant plus envers un parent démuni. Ainsi, la pauvreté, le célibat prolongé ou l échec conjugal, sources de discrimination, sont souvent à l origine de ces alliances de circonstances entre des hommes et des femmes qui tentent de fonder une famille, comme le demande la norme. Il faut ici rappeler l importance des points de vue extérieurs. Dans des sociétés pour lesquelles le mariage est moins une affaire personnelle que le résultat de négociations menées pour le bien de deux familles, le choix d une union mixte qui se passe souvent de reconnaissance sociale devient, par la force des choses, sujet de débat. Objet de suspicions et de griefs, les Vietnamiennes qui partent vivre auprès d un compagnon en Chine doivent bien souvent lutter pour acquérir une position conjugale et sociale plus envieuse que celle qu elles auraient pu maintenir au Vietnam. Caroline Grillot Doctorante en anthropologie, université Macquarie, Australie, en cotutelle avec l université libre d Amsterdam 10 Lettre de l Afrase n 78 - Printemps 2011

11 Migration, travail et famille Les migrantes philippines en région Ile-de-France La migration des Philippines vers la France se traduit en plusieurs termes : désir d autonomie, quête de pouvoir et désir d accéder à une mobilité géographique et sociale. Les obligations familiales, ressenties comme une tâche maternelle et primordiale à accomplir, empêchent malgré tout l émancipation. Le phénomène de mondialisation et la libéralisation des marchés facilitent la migration dynamique des femmes à l échelle globale. Près de la moitié des 214 millions de migrants dans le monde sont des femmes, principalement employées dans le secteur des services à la personne (OIM 2010). Parmi ces migrantes, les femmes philippines occupent une place importante au sein du marché global de la main-d œuvre semiet hautement qualifiée. En France, elles sont principalement concentrées dans les grandes villes, notamment en région Île-de-France. L immigration philippine a commencé dans l hexagone à la fin des années 1970 en provenance de pays du Moyen-Orient qui connaissaient à cette époque des troubles : le Liban en 1975, l Iran en et l Irak en Des migrantes philippines ont été alors amenées en France par leurs employeurs venus s y réfugier. Après la guerre, la plupart d entre elles ont décidé d y rester. Elles ont été rejointes au cours des années 1980 et 1990 par des membres de leur famille généralement dans le cadre du regroupement familial. On observe également à partir des années 1990 l arrivée de Philippins porteurs de visas touristiques ou ayant échappé à leurs employeurs lors de vacances à Paris. La population immigrée philippine en France augmente ainsi rapidement, passant de en 2001 à en 2009 (CFO 2010). La vague migratoire philippine vers la France s inscrit dans le phénomène global de la migration des femmes seules liée à «l informalisation des activités productrices» dans les pays développés (Sassen 2005). Au niveau individuel, les femmes migrent pour des raisons économiques (soutien à leur famille) ou sociales et personnelles (recherche d autonomie) (Oishi 2005; Roulleau-Berger 2010). Cependant, «l oppression subie et la subordination des femmes dans les sociétés de départ n ont rien d individuel» (Morokvasic 2005:63). C est la situation globale des femmes dans leur société d origine et au sein de leur famille qui est responsable de leur motivation de partir travailler à l étranger. Identifier la motivation fondamentale des femmes migrantes apparaît indispensable pour comprendre la façon dont elles mènent leur vie en migration. Les études abordant cette question tendent à examiner séparément et par tranches (vie professionnelle, vie familiale, vie associative) la vie de ces femmes, obscurcissant souvent le lien entre ces parties. Cet article vise à pallier partiellement cette lacune à travers une analyse de la situation des mères migrantes philippines dans la région Île-de-France : comment vivent-elles en France? Quels facteurs permettent d expliquer leur migration? Nous nous sommes intéressée à ces questions au cours de notre thèse de doctorat (Fresnoza-Flot 2008) qui portait sur la dynamique familiale des mères migrantes philippines en France. Pour mieux comprendre la situation de ces femmes, nous avons effectué des observations et des entretiens semidirectifs en région Île-de-France avec cinquante migrants philippins dont trente-cinq mères séparées de leur famille restée au pays. Nous nous sommes également rendue aux Philippines pour nous entretenir avec les membres de ces dernières. Dans cet article, nous examinons la Asuncion Fresnoza-Flot Les migrants philippins, en majorité catholiques, se réunissent tous les dimanches aprèsmidi pour la messe à la chapelle Sainte- Bernadette dans le xvi e arrondissement. Printemps Lettre de l Afrase n 78 11

12 Dossier Asuncion Fresnoza-Flot Un magasin philippin du xvi e arrondissement de Paris (quartier où la plupart des migrants philippins travaillent comme domestiques) logique de leur immigration et explorons la façon dont elles dirigent leur vie pour parvenir à satisfaire leurs obligations familiales tout en poursuivant leur projet personnel. Causes de l immigration philippine en France Dans le cas des mères interviewées, la décision d immigrer en France apparaît résulter de l interaction entre la capacité d initiative de ces femmes et les attentes de leur famille. Cette décision est également influencée par l inégalité de genre et le contrôle social que subissent ces femmes au sein de leur famille et de la société philippine. La majorité des migrantes interrogées expliquent leur départ par leur désir d améliorer la qualité de vie de leur famille et de soutenir la scolarisation de leurs enfants. Ceci explique pourquoi 27 des 35 mères interviewées travaillaient déjà hors de la maison avant même d émigrer. Cependant, leur salaire ne suffisait pas pour subvenir aux besoins de leur famille. En effet, malgré la parité observable entre les hommes et les femmes sur le marché du travail aux Philippines, le salaire de ces dernières reste plus bas que celui de leurs homologues masculins. Cette subordination s observe également au sein de la famille : en raison de la division genrée des rôles au sein de la famille, les mères assument seules la quasi-totalité des tâches domestiques, et ce même si elles ont un travail à l extérieur de la maison. Une autre raison fréquemment citée par les mères interviewées pour expliquer leur départ est la relation conjugale conflictuelle : parmi les 35 mères interviewées, 11 étaient déjà séparées de leur conjoint au moment de leur départ (le divorce n existe pas aux Philippines), tandis que quatre autres affirment avoir décidé d émigrer afin d échapper à leurs problèmes conjugaux (voir également Mozère 2004). Enfin, l émigration de certaines femmes trouve sa source dans leur rêve de voyage à l étranger et tient donc à la curiosité. Ces femmes désirent accéder à une mobilité géographique et à une autonomie individuelle qui leur semblent hors de portée dans la société philippine. En effet, les violences à l encontre des femmes (homicides, viols) décrites chaque jour dans les médias créent une psychose empêchant la plupart des femmes de sortir seules de chez elles le soir ou de se rendre seules dans des endroits qu elles ne connaissent pas. Dans ce cas, la violence devient une forme de contrôle social sur les femmes, renforçant l opinion héritée de la colonisation espagnole selon laquelle la place appropriée d une femme est à la maison. La vie ici et ailleurs des migrantes philippines Les mères interviewées consacrent la plus grande partie de leur vie en France à travailler afin de pouvoir remplir les obligations et les attentes de leur famille restée au pays. Leurs objectifs individuels et familiaux, ainsi que leur statut juridique (régulier ou irrégulier) structurent leur vie quotidienne en migration. Seuls leurs loisirs et leurs activités associatives viennent quelque peu égayer cet ordinaire. La situation juridique des migrantes philippines influence la façon dont s organise leur vie en France. Parmi les 35 femmes interrogées, seules 19 étaient en situation régulière au moment de nos entretiens. Les autres, sans-papiers, vivent dans la peur d être arrêtées par la police et travaillent «au noir» sans cotiser à la retraite ni à la Sécurité sociale. La plupart de ces femmes préfèrent travailler à temps plein, car un tel emploi offre normalement un logement gratuit. Les autres femmes en situation irrégulière partagent une colocation avec d autres migrants philippins et cumulent plusieurs emplois domestiques. Ces deux modes de résidence offrent aux migrantes philippines sans papier une certaine sécurité et les protègent d éventuels problèmes avec la police. À l inverse, les migrantes en situation régulière habitent souvent seules. Quel que soit leur statut juridique, les migrantes subissent une isolation sociale liée à leur travail : elles ont souvent peu de contacts avec leurs employeurs et peu d interactions avec la population locale. De plus, les migrantes interviewées sont séparées de leur famille restée au pays. Pour pallier cette séparation, elles négocient leur absence à travers des contacts téléphoniques, en envoyant de l argent, des cadeaux ou en rendant fréquemment visite à leur famille. Cette dernière stratégie est impossible pour les mères sans-papiers, qui recourent de manière plus intensive aux deux premières solutions (Fresno- 12 Lettre de l Afrase n 78 - Printemps 2011

13 za-flot 2009). Cette négociation continuelle de leur absence au foyer montre que l émigration à l étranger représente, aux yeux des mères interviewées, un moyen de remplir leurs obligations familiales. Comme l explique A. Sayad, «l immigré n a de sens, à ses propres yeux et aux yeux de son entourage, et [ ] il n a d existence, à la limite, que par le travail» (1999:260). Ainsi les migrantes âgées continuent à soutenir financièrement leurs enfants, même si ceux-ci sont déjà grands, ont terminé leurs études ou ont déjà fondé leur propre famille. Les migrantes philippines interviewées ont aussi une vie personnelle en dehors de leur travail et des pressions familiales. Ces femmes sortent avec leurs amies avec qui elles organisent des fêtes, vont au cinéma, font des promenades et du shopping, voire parfois boivent de l alcool ou jouent aux cartes (Fresnoza-Flot 2010). La plupart d elles participent aux activités d associations basées sur leurs appartenances religieuses et régionales : voyages touristiques, pèlerinage, spectacles. Ceci permet aux migrantes d accroître leur mobilité géographique et d affronter leur isolement social. De plus, certaines des femmes connaissnat des problèmes conjugaux entretiennent des relations passagères qu elles prennent soin de cacher aux yeux de leurs compatriotes et de leur famille (ibid.) Ces femmes trouvent ainsi dans la séparation familiale un véritable «espace de liberté» (Mozère 2004) où elles peuvent exprimer leur capacité d initiative. Malgré les difficultés de leur vie quotidienne et leur désir de réunion avec leur famille, les migrantes sont amenées à prolonger indéfiniment leur séjour en France en remettant toujours à plus tard leur retour au pays : en effet, leur migration améliore leur statut social aux Philippines et leur prestige au sein de leur famille, tout en leur permettant d accéder à une sorte d autonomie personnelle. La situation individuelle, familiale et sociale des migrantes philippines joue un rôle important dans leur décision d immigrer vers la France. Leur migration représente une forme de résistance contre la subordination qu elles subissent au sein de leur famille et dans la société philippine. L importance accordée à la scolarisation des enfants et à l amélioration de la vie économique et sociale de la famille suggèrent que la migration est aussi une stratégie de mobilité de classe et d ascension sociale de la famille. Ceci explique pourquoi la vie en France de ces migrantes se focalise sur leur travail et sur la négociation continuelle de leur absence au foyer. Bien que cette vie soit caractérisée par la précarité, l isolement social et la séparation, plusieurs éléments, les groupes d amies, les activités associatives et, pour certaines, les relations extraconjugales reflètent une autonomie acquise en migration. Cette autonomie ne se traduit cependant pas en émancipation, car leur migration ne les affranchit pas du poids des obligations et des attentes familiales qu elles s efforcent toujours de remplir. Asuncion Fresnoza-Flot Chercheuse associée à l unité de recherche Migrations et société (Urmis), Diderot-Paris 7 Bibliographie CFO (2010), «Stock estimate of overseas Filipinos as of December 2009», Manille: Commission on Filipinos Overseas, accessible sur www. cfo.gov.ph/pdf/statistics/stock% pdf. Fresnoza-Flot, A. (2010), «The Catholic Church in the lives of irregular migrant Filipinas in France: Identity formation, empowerment and social control», The Asia Pacific Journal of Anthropology 11(3-4): Fresnoza-Flot, A. (2009), «Migration status and transnational mothering: The case of Filipino migrants in France», Global Networks 9(2). Fresnoza-Flot, A. (2008), Migration, genre et famille transnationale : l exemple des mères migrantes philippines en France, Thèse de doctorat, université Paris Diderot-Paris 7. Morokvasic, M. (2005), «Emigration des femmes: suivre, fuir ou lutter», Cahiers Genre et Développement 5: Mozère, L. (2004), «Des domestiques philippines à Paris : un marché mondial de la domesticité défini en termes de genre», Journal des Anthropologues 97-98: OIM (2010), Etat de la migration dans le monde L avenir des migrations : renforcer les capacités face aux changements, Genève : Organisation internationale pour les migrations. Oishi, N. (2005), Women in Motion: Globalization, State Policies, and Labour Migration in Asia, California: Stanford University Press. Roulleau-Berger, L. (2010), Migrer au féminin, Paris : Presses Universitaires de France. Sassen, S. (2005), «Restructuration économique mondiale et femmes migrantes: nouveaux espaces stratégiques de transformation des rapports et identités de genre», Cahiers Genre et Développement 5: Sayad, A. (1999), La double absence : des illusions de l émigré aux souffrances de l immigré, Paris : Seuil. Printemps Lettre de l Afrase n 78 13

14 Dossier De l éducation à la formation des élites féminines intellectuelles au Vietnam Le centre de recherche Genre et Société a récemment été créé à l université Hoa Sen à Ho Chi Minh Ville. Ce centre a pour objectif d inscrire les études du genre dans le paysage universitaire vietnamien, ainsi que de développer des équipes de recherche et des projets internationaux. Plus largement, cet institut vise à sensibiliser, à travers des programmes de formation et une diffusion active d informations, un large public sur les questions relatives aux rapports hommesfemmes dans la société vietnamienne contemporaine. Un de ses projets phares a pour but d étudier l impact de l éducation coloniale sur la prise de conscience de l égalité hommes-femmes et sur les trajectoires professionnelles des premières générations de jeunes filles scolarisées. La création du Centre de recherche Genre et Société s intègre dans la stratégie de recherche de l université Hoa Sen, qui comprend trois axes principaux : l enseignement supérieur, les programmes «genre et développement» et «environnement et développement durable». Le Centre est actif depuis début De concert avec les efforts de renforcement des moyens d action en vue de l égalité entre femmes et hommes entrepris par les organisations, institutions, milieux associatifs et communautaires, les universités et institutions de recherche au Vietnam commencent à développer les études de genre tant sur le plan de la formation qu au niveau de la recherche. Les études de genre offrent l opportunité de faire découvrir des aspects nouveaux dans ce domaine et méconnus de l histoire nationale. Elles pourront notamment apporter des éclairages importants sur les rôles, positions, et identités des femmes, ainsi que sur les caractéristiques des relations entre hommes et femmes situées dans des contextes culturels variés et à des époques historiques différentes. Les connaissances «genrées» nous aideront à comprendre la réalité de manière plus complète et plus nuancée ; elles contribueront à consolider les fondements scientifiques au service de la construction d une société équitable et dans une perspective de développement durable. Le centre de recherche «genre et société» a pour ambition d apporter sa voix et de contribuer à ces efforts de recherche dans ces domaines prioritaires ayant une influence sur les relations sociales entre femmes et hommes. Nous espérons créer un forum en vue d attirer l attention des enseignants et des étudiants de l Université Hoa Sen et d initier des activités de recherche dans le domaine du genre et du développement social. Un autre objectif du Centre est de participer aux réseaux de recherche internationaux sur des thématiques communes afin de partager de nouvelles connaissances dans le vaste domaine de recherche que sont les études de genre. Projets de recherche du Centre Ayant fait le constat que l histoire des femmes et l évolution des pensées féministes sont peu connues au Vietnam, le Centre a choisi comme axe de recherche «femmes, genre et histoire». Deux projets de recherche en particulier sont en cours. L équipe de recherche du Centre s intéresse à l analyse des relations entre l éducation des filles et la formation des femmes intellectuelles, ainsi que l émergence des pensées et mouvements féministes au Vietnam à l époque moderne. Le projet, intitulé «Education des filles et émergence des élites francophones au Vietnam de 1920 à 1945 : quel héritage?», avec le soutien de l OIF (Organisation internationale de la Francophonie) et de l AUF (Agence universitaire de la Francophonie), vise à étudier l impact de l éducation coloniale sur les perceptions, la prise de conscience de l égalité hommes femmes, et les trajectoires professionnelles des premières générations de jeunes filles scolarisées à l école franco-indigène au Vietnam. En plus d une recherche documentaire, des entretiens avec les anciennes élèves de deux lycées Dong Khanh (Hue) et Ao Tim (Saigon) ont été réalisés. L exploitation des résultats des entretiens est en cours. Par ailleurs, un colloque international, intitulé «Femmes et guerres : une approche transnationale», sera organisé à l Université Hoa Sen du 17 au 20 octobre Plus de trois décennies après la fin des conflits qui ont déchiré l Asie du Sud-Est péninsulaire, il est plus qu opportun de rassembler documents et témoignages, de retracer les trajectoires des femmes qui ont traversé les deux guerres de décolonisation et d indépendance en vue de parvenir à écrire une partie de l histoire des femmes vietnamiennes à l époque contemporaine. Le projet a par ailleurs un autre objectif qui est la mise en réseaux, avec d autres groupes de recherche sur ce thème, afin d acquérir une perspective transnationale et de créer un espace qui facilite les échanges d expériences et de résultats de recherche dans le domaine «Femmes et guerres». Des spécialistes de France, des Etats-Unis, du Japon et du Laos interviendront dans ce colloque. 14 Lettre de l Afrase n 78 - Printemps 2011

15 Ngoc Du Séminaire de Nguyễn Thụy Phương sur l école française au Vietnam. L un des séminaires que le centre a organisés en 2010, dans le cadre du projet «Education des filles». Formation L Université Hoa Sen a initié un programme d «éducation générale» destiné à tous ses étudiants. Le programme est responsable du développement de l enseignement des matières de connaissances générales et de méthodologie, dont le module «Genre et développement». Le centre contribue par son expertise à la réalisation de ce module et aide à coordonner l équipe des enseignants. Diffusion d informations relatives aux questions de femmes et de genre Sensibiliser le public universitaire, ainsi que la population en général, à l égalité des sexes et aux méthodes d approche dans le domaine des études de genre est une nécessité dans le contexte du Vietnam où il existe encore des malentendus et des préjugés liés à la prédominance patriarcale. Pour contribuer à la diffusion d informations dans le domaine du genre, le Centre publie le bulletin électronique trimestriel «Genre et Société» en trois langues : vietnamienne, française et anglaise. Le numéro 3 vient de paraître au mois d avril Afin de faciliter l accès du public vietnamien aux actualités relatives aux questions de genre, le centre diffuse aussi une revue de presse en vietnamien tous les quinze jours. Le site internet du Centre est consultable sur : Conçu en trois langues, notre site vise un double objectif : d abord, mettre à disposition des lecteurs vietnamiens des documents et informations dans le domaine du genre ; ensuite, créer un moyen de communication pour entrer en relation avec la communauté scientifique internationale. Nous espérons ainsi arriver à former des équipes de recherche internationales autour de thématiques communes. Thái Thị Ngọc Dư Historienne, Centre de recherché Genre et société, université de Hoa Sen Membres du Centre de recherche Genre et Société Bùi Trân Phượng, docteure en histoire Thái thị Ngọc Dư, docteure en Lê Hoàng Anh Thư, master en sociologie Lê thị Hạnh, master en genre et développement Nguyễn thị Nhận, master en science de l éducation En collaboration avec enseignants et étudiants de l université Hoa Sen. Adresse : Bureau C004, 93 Cao Thắng, District 3 Ho Chi Minh Ville - Vietnam Tél : Fax : Site internet : ; Printemps Lettre de l Afrase n 78 15

16 Dossier Les études sur les femmes et le genre aux Philippines Hormis sous l angle de l immigration, notamment le succès des femmes philippines sur le marché mondial de l emploi domestique ou l articulation de leurs stratégies migratoires et matrimoniales, la recherche française en sciences sociales et humaines s est peu intéressée aux Philippines et, a fortiori, aux femmes, à leur histoire et à leurs luttes, aux rapports sociaux de sexe ainsi qu à la construction des identités de genre dans le pays. Les études sur les femmes se sont développées aux Philippines à partir des années 1970, conjointement à l émergence d organisations de femmes qui, sans toujours se revendiquer féministes, prétendaient au moins à l autonomie politique. Ces travaux ont dû surmonter le mythe d une société philippine «essentiellement» égalitaire entre hommes et femmes (voire d un matriarcat préhispanique), mais aussi la mauvaise réputation du féminisme, souvent considéré comme une idéologie fondamentalement bourgeoise et/ou occidentale. Selon Aguilar (1989), l intérêt croissant des sciences humaines et sociales pour les femmes est né de la mise à mal des représentations classiques de l égalité entre hommes et femmes dans l archipel par des recherches empiriques, à la fin des années Initialement focalisée sur la sphère publique, l attention des chercheuses et chercheurs (1) s est ensuite déplacée vers la sphère privée. Ce mouvement n est pas étranger à la politique d exportation de la main d œuvre de l État philippin alors mise en place et de l anxiété qu elle a suscité (Ricordeau, 2010) : l immigration massive et temporaire d hommes mariés a en effet profondément modifié la structure des rapports sociaux de sexe, dans laquelle la femme était traditionnellement qualifiée de ilaw ng tahanan (la lumière du foyer) et l homme de haligi ng tahanan (le pilier de la maison). C est au cours des années 1980 que les premiers centres de recherches spécialisés dans les études sur les femmes et dans une moindre mesure sur le genre ont été créés. Que le tout premier d entre eux, l Institute of Women s Studies (IWS), ait été fondé (en 1985) au sein d une université confessionnelle (St. Scholastica s College) et à l initiative d une religieuse, Sr. Mananzan, n est pas anecdotique. En effet, le mouvement des femmes a été profondément marqué par l engagement de religieuses, non seulement dans les luttes progressistes (en particulier la lutte contre le régime de Ferdinand Marcos), mais également contre le patriarcat y compris au sein de l église catholique. Or on trouve parmi ces religieuses quelques pionnières dans l étude des femmes, à commencer par Sr. Mananzan. La décennie 1980 est également marquée par la fondation, dans la principale université publique, The University of the Philippines (UP), d un centre de recherches qui est aujourd hui parmi les plus dynamiques du pays : le University Center for Women s Studies (UCWS). Depuis le début des années 1990, les études sur les femmes et le genre ont acquis une légitimité certaine dans les milieux académiques (Garcia, 2008), notamment sous l impulsion de la Women s Studies Association of the Philippines (WSAP) qui regroupe des chercheur-e-s, des enseignant-e-s et des militant-e-s œuvrant pour l essor des études sur les femmes et leur enseignement. On trouve de plus en plus d ouvrages relevant des études sur les femmes et le genre publiés par des éditeurs scientifiques (notamment l Ateneo de Manila University Press), même si l UCWS reste le plus important éditeur dans ce champ (avec une centaine de livres depuis sa création). On compte par ailleurs deux revues scientifiques spécialisées qui publient un à deux numéros par an : Lila. Asia-Pacific Women s Studies Journal et Review of Women s Studies. Ces revues sont publiées depuis 1988 et 1990, respectivement par l ISW et le UCWS. Mais la place des études sur les femmes et le genre reste réduite dans les plus réputées des revues scientifiques philippines de sciences sociales et humaines : seule la Philippine social sciences review (1995) leur a consacré un numéro à part entière. L ouverture des milieux académiques aux études sur les femmes et le genre s est également manifestée par la généralisation des études sur les femmes et le genre dans les formations universitaires, puis l introduction des études LGBT (2) dans les formations proposées à UP (voir Abaya et Dacanay, 2007), mais aussi dans des universités catholiques, comme le Miriam College ou la très prestigieuse De La Salle University. Ce mouvement n est sans doute pas étranger à la visibilité croissante de la culture LGBT (Ricordeau, 2011) que signale, par exemple depuis 1997, l édition régulière par Anvil, l un des plus importants éditeurs philippins, d auteurs gays. Approcher l histoire par les femmes Issu-e-s de disciplines variées (histoire, sociologie, science politique, psychologie, critique artistique, ethnologie ou économie notamment), les chercheur-e-s engagé-e-s dans les études sur les femmes et le genre aux Philippines continuent à privilégier les méthodologies classiques de ces disciplines, même si certaines auteures plaident, à l instar de Guerrero (1999), pour des méthodes féministes. Leurs travaux ont néanmoins permis de donner une visibilité aux femmes dans de nombreux secteurs (la création artistique, la politique, etc.), ils ont mis en avant le mouvement des femmes et ont permis de mieux connaître leur histoire sociale et politique. La situation économique et sociale, la santé et la sexualité des femmes ont fait l objet de nombreuses études qualitatives et quantitatives (la National Commission on the Role of Filipino Women ayant d ailleurs beaucoup contribué à la production et à la diffusion de données quantitatives), et parallèlement aux nombreuses monographies dont on dispose désormais, on compte aussi des ouvrages synthétiques, comme celui de Sobritchea (2004). Mais les études sur les femmes et le genre ont également profondément bouleversé la discipline historique. Si des premiers travaux ont permis d esquisser une histoire des femmes aux Philippines notamment avec les recherches menées par Camagay (notamment : 1995) mais aussi de réfléchir aux liens entre l histoire coloniale, la christianisation et le genre (Brewer, 2004), l histoire contemporaine a été également explorée par des chercheures travaillant notamment sur l engagement des femmes dans la sphère politique (Roces, 1998) ou la confrontation des femmes à la violence et à la militarisation (Hilsdon 1995). Des travaux 16 Lettre de l Afrase n 78 - Printemps 2011

17 récents proposent même des relectures de mouvements politiques déjà maintes fois étudiés, comme Lanzona (2009) sur les huks (3) ou Reyes (2008) sur le mouvement de la Propagande (4), mais en en proposant une lecture genrée. Problèmes et orientations de la recherche Le développement, aux Philippines, des recherches sur les femmes et le genre est néanmoins confronté à plusieurs obstacles majeurs, à commencer par le sous-développement du pays qui se traduit par de grandes difficultés économiques dans le milieu académique philippin et le départ, provisoire ou définitif, des chercheur-e-s les plus reconnu-e-s à l étranger, en particulier aux États-Unis, en Australie et au Canada. Il y a plus de vingt ans, Aguilar (1989, 544) dénonçait l importance du financement des sciences sociales philippines par les États-Unis et l accointance des chercheurs avec l État durant la loi martiale ( ). Or l essor des études sur les femmes doit beaucoup aux financements d agences gouvernementales et d institutions américaines ou internationales promouvant des formes gender fair de développement économique (voir : St-Hilaire Colette, 1996), ce qui influence l orientation de la recherche. La (relative) abondance de travaux sur la prostitution, les violences conjugales et l accès à la contraception et à l avortement, signale cette articulation très fréquente de la recherche et des agendas politiques. La formation dans des universités étrangères de la plupart des chercheur-e-s philippine-s (en particulier ceux et celles investi-e-s dans ce champ) n est pas sans conséquence. Ainsi, la tendance de nombreuses recherches à inscrire les femmes philippines dans un espace transnational s explique certainement par l influence croissante des cultural studies et post-colonial studies, mais aussi des Asian American studies et des Asian Australian studies auxquelles ces chercheur-es ont été exposé. Par ailleurs, la quasi-totalité des travaux sur les femmes et le genre sont malheureusement, comme la plupart des productions académiques philippines, écrites en anglais (5). La conjonction des départs des chercheur-e-s philippin-e-s dans les universités étrangères et la tradition américaine d un intérêt académique pour l archipel explique que certains des centres de recherche intéressés aux études sur les femmes et le genre aux Philippines se trouvent en dehors du pays, notamment le Center for Southeast Asian Studies (Université de Berkeley) ou le Center for Philippine Studies (Université de Hawaï). Hormis sous l angle de l immigration, notamment le succès des femmes philippines sur le marché mondial de l emploi domestique (Mozère, 2004) ou l articulation de leurs stratégies migratoires et matrimoniales (Ricordeau, 2010), la recherche française en sciences sociales et humaines s est, jusqu à présent, peu intéressée aux Philippines et, a fortiori, aux femmes, à leur histoire et à leurs luttes, aux rapports sociaux de sexe et à la construction des identités de genre dans le pays. Gwénola Ricordeau Maître de conférence en sociologie (CLERSE - UMR CNRS 8019), université de Lille 1 Bibliographie Abaya E. C., Dacanay, N. L., (2007), Reflections on LGBT/ Sexuality Studies and Advocacies in the University of the Philippines, International Resource Network. [en ligne : Aguilar Delia D. (1989), «Social construction of the Filipino woman», International Journal of Intercultural Relations 13 (4): Brewer Carolyn (2004), Shamanism, Catholicism, and Gender Relations in Colonial Philippines, , Burlington: Ashgate. Camagay Maria Luisa (1995), Working Women of Manila in the 19th Century, Quezon City: University of the Philippines Press. Corpuz Carmelita C. (2003), Mula noon hanggang Gabriela: ang kababaihan sa kasa<ysayan ng Pilipinas hanggang mga 1980, Manille : De La Salle University Press Garcia Neil C. (2008), Philippine Gay Culture: Binabae to Bakla, Silahis to MSM, Quezon City: University of the Philippines Press. Guerrero Sylvia H. (1999), Gender-Sensitive and Feminist Methodologies: A Handbook for Health and Social Researchers, Quezon City: UCWS, University of the Philippines. Hilsdon Anne-Marie (1995), Madonnas & Martyrs: Militarism and Violence in the Philippines, Quezon City: Ateneo de Manila University Press. Lanzona Vina A. (2009), Amazons of the Huk Rebellion: Gender, Sex, and Revolution in the Philippines, Madison: University of Wisconsin Press. Mananzan Mary John, dir. (1987), Essays on Women, Manille: St Scholastica College. Mozère Liane (2004) «Des domestiques philippines à Paris», Journal des anthropologues : Philippine social sciences review (1995), «Gender Issues in Philippine Society», 52 (1-4). Reyes Raque (2008), Love, Passion and Patriotism. Sexuality and the Philippine Propaganda Movement, , Washington: University of Washington Press. Ricordeau Gwenola (2011 à paraitre), «Baklas et tomboys : globalisation et politisation des identités homosexuelles», in William Gueraiche (dir.), Philippines contemporaines, Paris : Les Indes Savantes. Ricordeau Gwenola (2010), «Traîtresses ou victimes. Nationalisme et mariages mixtes aux Philippines», Diasporas. Histoire et societies 15: Roces Mina (1998), Women, Power, and Kinship Politics: Female Power in Post-War Philippines, Westport: Praeger. Sobritchea Carolyn Israel. dir. (2004), Gender, Culture & Society: Selected Readings in Women s Studies in the Philippines, Seoul: Asian Center for Women s Studies. St-Hilaire Colette (1996), «La production d un sujet-femme adapté au développement. Le cas de la recherche féministe aux Philippines», Anthropologie et Sociétés, 20 (1) : Le champ doit davantage, aux Philippines comme ailleurs, à des femmes qu à des hommes. 2. Abréviation de : «Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Trans». 3. Nom donné au mouvement constitué, à partir de 1872, en Espagne, par des intellectuels philippins en faveur de la libéralisation du régime colonial dans l archipel. 4. Mouvement de lutte armée, dirigé par le Parti Communiste des Philippines, contre l occupation japonaise, puis le gouvernement philippin ( ). 5. Signalons néanmoins une histoire politique des femmes écrite en filipino (Corpuz, 2003). Liens National Commission on the Role of Filipino Women : University Center for Women s Studies (UCWS) : cws.upd.edu.ph Bibliographie sélective d études sur les femmes aux Philippines (Université de Berkeley) : berkeley.edu/sseal/southeastasia/seaphil.html Printemps Lettre de l Afrase n 78 17

18 Dossier Les femmes du Ballet royal Du palais à la banlieue de Phnom Penh DR Suppya Hélène Nut évoque d anciens résidents méconnus, et pourtant autrefois très influents, du Palais royal à Phnom Penh : les danseuses du Ballet royal du Cambodge. épouses, concubines, filles ou nièces des princes ou du roi, ces dernières font partie intégrante de la famille royale et de son histoire depuis l époque angkorienne. Mais victime des purges du régime des Khmers rouges, la troupe du ballet royal n est jamais parvenue à retrouver son prestige d antan, marginalisée par le pouvoir politique actuel. Phnom Penh : danseuses du roi Sisowath (début du xx e siècle). Les danseuses du Ballet royal du Cambodge ont toujours été des alliées fidèles de la famille royale. Leur présence à la cour des rois khmers est attestée depuis la période angkorienne (ixe -xve siècle). Au début du xxe siècle, elles résidaient encore dans le Palais royal à Phnom Penh. Certaines étaient devenues les concubines, confidentes, voire les conseillères des plus grands personnages du royaume jusqu au monarque lui-même. Or, on sait peu de choses de leurs vies. Le Ballet royal a failli complètement disparaître après la prise de pouvoir par les Khmers rouges en Seule une poignée de danseuses survécut au règne brutal de Pol Pot. Trois décennies se sont écoulées depuis la fin du régime des Khmers rouges en 1979, mais leurs histoires restent à écrire. Une présence invisible et mystérieuse Lorsque les premiers explorateurs européens arrivèrent au Cambodge à la fin du xixe siècle, ils constatèrent avec surprise que l entourage du roi Ang Duong ( ) se composait de femmes, dont la reine-mère, les épouses et les concubines. Leur apparut ainsi un monde féminin insaisissable et mystérieux à leurs yeux. Du fait que le palais n autorisait aucune présence masculine dans son enceinte privée à l exception des membres de famille royale toutes les fonctions étaient occupées par des femmes. Parmi ces dernières, il y avait des chanteuses, des musiciennes et des danseuses qui composaient la troupe de danse du roi. Certaines devenaient concubines des princes ou du roi. Une fois mères, ces femmes avaient la satisfaction de voir leur progéniture intégrer la famille royale suivant des règles d étiquettes bien établies. Il n existait pas de statut de «bâtard» comme il pouvait y avoir en Occident. Le même phénomène se rencontrait chez les grands mandarins de l époque qui entretenaient également des troupes de danseuses. Avec la réorganisation du royaume par les Français sous le règne de Norodom ( ) et la mise sous tutelle du budget du royaume, les troupes mandarinales périclitèrent faute d argent. Le sort de la troupe du roi ne fut guère meilleur. À l exposition coloniale de 1931 à Paris, les Français durent s attacher les services de la troupe privée d une princesse pour compléter la troupe du roi moribonde. Quelques années plus tard, les danseuses furent chassées du palais et la majorité d entre elles quittèrent la troupe. Ainsi, la mainmise des Français sur les affaires du royaume acheva le rêve que nourrissaient ces femmes souvent d extraction humble d accéder au sommet de la hiérarchie aristocratique. Un esprit de corps Lorsque le royaume acquit son indépendance en 1954, il ne restait plus rien de la somptueuse troupe du roi. Certaines danseuses du palais qui avaient gravi tous les échelons de la hiérarchie réussirent cependant à préserver leurs positions privilégiées. Pour ne citer que quelques exemples, la mère du ministre des Affaires étrangères Son Sann fut danseuse étoile (elle faisait partie de la troupe royale qui accompagna sa majesté Sisowath en 1906 en France). Le roi Suramarit, père du prince Sihanouk, avait pour compagne une autre danseuse étoile, Khun Kim An Yeap, qui lui donna trois enfants. Le prince Sihanouk lui-même avait succombé aux charmes d une première danseuse, Neak Moneang Phat Kanhol. De leur union est né le prince Ranariddh qui fut Premier ministre du Cambodge ( ). En bref, la descendance de danseuses inclut des membres des élites traditionnelles jusqu aux figures de la famille royale. Paradoxalement, la fin du système de «patronclient» entraîna la formation d une «caste» 18 Lettre de l Afrase n 78 - Printemps 2011

19 Danseuses d aujourd hui: Répétition générale avant un spectacle. Bibliographie d artistes attachés au palais. Avant le protectorat, il était en effet d usage auprès des familles ordinaires de se mettre sous la protection d une personne influente du royaume. Certaines offraient leurs enfants dans l espoir d une vie meilleure pour ces derniers. Les plus belles filles étaient quant à elles destinées à intégrer les troupes de danses. Dorénavant, on y entrait plus que par cooptation. Au milieu du 20e siècle, lorsque la Reine Kossomak Neariroth, la mère du prince Sihanouk, entreprit de remonter la troupe, elle fit appel aux familles d artistes. Les entretiens que nous avons menées nous informent ainsi que la plupart des anciennes maîtresses de danse étaient entrées au palais parce qu elles étaient filles ou nièces de danseuses ou des gens du palais. Parmi les plus grandes danseuses, il y avait Bunnag, la propre nièce de la Reine-mère, ainsi que la princesse Buppha Devi, fille du prince Sihanouk ; de même, parmi les maîtresses de ballet, figurait Khun Meak, concubine du roi Sisowath, et Neak Neang My, concubine du roi Monivong. En moins d un demi-siècle, les danseuses ont ainsi consolidé leurs positions au sein de la famille royale à travers des alliances matrimoniales et en s appropriant une institution monarchique, le Ballet royal, à leurs propres fins. Un groupe marginalisé En 1970, le coup d état de Lon Nol mit fin au régime monarchique. Les danseuses demeuraient fidèles à la Reine mère, restée au Cambodge, alors que le prince Sihanouk trouvait refuge à Pékin. Mais le pire était à venir. Le régime des Khmers rouges n épargna pas la troupe du Ballet royal. Seul un dixième des artistes échappa à leur révolution meurtrière. En 1979, un nouveau régime communiste chassa les Khmers rouges du pouvoir. Le nouveau leadership du pays tint à l écart ces danseuses, perçues comme trop liées à la famille royale. L école de danse qui était jadis située dans le Palais royal fut déplacée aux portes de Phnom Penh. Elle était désormais intégrée dans un ensemble plus vaste, comprenant tous les arts de la scène, et perdit en visibilité. Le retour de la monarchie en 1993, et de Sihanouk sur le trône, permit aux danseuses de renouer avec l ancien protecteur et de réactiver le réseau de l ancien régime, grâce notamment à la princesse Buppha Devi, qui fut ministre de la Culture entre 2000 et Cependant, l état de grâce fût de courte durée, car en 2005 l État mit en vente l école de danse. Désormais, c est à l extérieur de Phnom Penh qu elle est située. L éloignement de l école dans une lointaine banlieue finit par décourager les plus doués des élèves. Les artistes eux-mêmes n envoyaient plus leurs enfants se parfaire à l art antique de leurs ancêtres. Petit à petit s effaçait un monde palatial dans un Cambodge tourné vers la modernité. Aujourd hui, il reste peu de choses de la splendeur d antan où les danseuses côtoyaient les grands et les puissants. Trop proches de la famille royale et de l élite de l ancien régime, elles ont été peu à peu marginalisées et réduites au silence par un pouvoir politique peu enclin à les voir revenir sur la scène publique. Cette brève présentation des danseuses du Ballet royal s appuie sur les résultats d une série d enquêtes sur le terrain menées depuis plus de trois ans auprès des artistes du Ballet royal du Cambodge grâce au financement de la fondation Anne Hendricks Bass. Plusieurs institutions collaborent à ce projet, dont Jerome Robbins Dance Division (New York Public Library) et Asia Society pour les Etats-Unis, et le Centre audiovisuel Bophana et Amrita Performing Arts pour le Cambodge. Suppya Hélène Nut Chargée de cours à l Inalco Directrice de projet sur la danse khmère (NYPL) S.H. Nut Chesnel, Céline (2009), «Du palais de grandes dames au Conseil des ministres Retour sur la neutralisation du pouvoir de Norodom par le Protectorat ( )», Péninsule 59 : Népote, Jacques (1992), Parenté et organisation sociale dans le Cambodge moderne et contemporain : quelques aspects et quelques applications du modèle les régissant. Genève: Olizane Cedoreck, 255 p. Népote, Jacques & Ravivaddhana Monipong Sisowath (1994), État présent de la Maison royale du Cambodge. Courbevoie: Institut de la Maison royale du Cambodge, 154 p. Osborne, Milton (1997), The French Presence in Cochinchina and Cambodia: Rule and Response ( ), 2e éd., Bangkok: White Lotus, 379 p. Printemps Lettre de l Afrase n 78 19

20 Projets en cours Corpus et catalogue des inscriptions anciennes du Vietnam : fin de la première phase La collection complète du Corpus complet des inscriptions anciennes du Vietnam en 222 volumes Philippe Papin Collecte des manuscrits dao dans la province de Lào-Cai, Nord du Vietnam Dans la province de Lào-Cai vivent plus de Dao (Yao) répartis sur 500 villages et huit districts, soit 13% de la population. À ce titre, ils constituent un des groupes ethniques 1 les plus importants de la province, un des plus dynamiques aussi du point de vue économique. Toutes ces communautés conservent des manuscrits anciens usant de caractères chinois prononcés en langue Dao, auxquels s ajoutent des caractères créés par les Dao pour des termes qui leurs sont propres. Parmi les 17 groupes ethniques de la province, et mis à part les Vietnamiens Kinh et ceux d origine chinoise, les Dao sont le seul groupe possédant une tradition écrite affirmée. Une enquête de 1992 menée sur un échantillon de dix villages Dao Tuyên avait recensé 998 livres écrits en caractères. Les années suivantes ont montré la disparition rapide de ces ouvrages. Plusieurs raisons peuvent être évoquées. La première tient au relatif désintérêt des Dao eux-mêmes pour ces textes. Si la jeune génération parle le Dao, elle ne le lit plus. De fait, elle va à l école vietnamienne tandis que l apprentissage des caractères a été délaissé depuis longtemps. Seule une transmission du père au fils a permis d en maintenir l usage chez un nombre limité de membres du groupe. Lorsqu un ancien trépasse, les ouvrages en sa possession sont trop souvent vendus aux touristes ou aux antiquaires. Un autre raison tient aux conditions de conservation de ces livres, menacés par les insectes et soumis à un climat humide peu propice à la pérennisation du papier. Or ces livres, manuels taoïstes, précis de médecine traditionnelle, de géomancie, épopées, etc constituent un patrimoine en péril que les autorités provinciales ont pris l initiative de préserver. En 2006, un programme de récolement a donc été créé par M. Trân Huu Son, directeur du service culturel de la province de Lào-Cai, Philippe Le Failler du centre de l EFEO au Vietnam et Bradley Davis de l Université de l Etat de Washington, à Seattle. Cette entreprise a été financée à hauteur de $ par la Ford Foundation. Les grandes étapes du projet se décomposaient comme suit : (1) Localisation et indexation des ouvrages anciens ; (2) Achat, photocopie ou photographie numérique des livres ; (3) Traduction et publication d ouvrages sélectionnés et (4) Établissement d un réseau éducatif permettant de redynamiser l enseignement des caractères. En effet, la préservation des textes n avait pas de sens si l on acceptait que disparût une capacité à les lire au sein des villages Dao. Parallèlement, une des ambitions du projet, et non la moindre, visait à contribuer à la professionnalisation des jeunes cadres du service culturel de la province de Lào-Cai et à améliorer ainsi leur capacité à gérer un projet par une formation à la méthode et à la responsabilisation. Il est désormais temps de faire un bilan. Plus de textes ont été répertoriés. C est un premier pas pour montrer aux autorités villageoises et aux détenteurs de ces livres l intérêt qu ils recèlent. Il va de soi que cette démarche reste volontaire et qu elle est soumise à l accord des détenteurs des textes. Si l achat de ces ouvrages n a été réalisé qu occasionnellement car il faut éviter de démunir les populations, les procédés de reproduction courants employés (l image numérique surtout), a permis, après traitement, d archiver informatiquement les textes en format PDF. Plus de 1000 textes ont été traités de la sorte, formant l ébauche d une bibliothèque numérique qui ne représente cependant qu une fraction des ouvrages recensés. À y regarder de près, on constate que les textes répertoriés portent certes un titre mais qu il s agit, pour beaucoup, de compilations abordant 20 Lettre de l Afrase n 78 - Printemps 2011

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines»

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Introduction : Le XXè siècle a connu plus de déplacements de personnes qu aucune autre période. Les migrations peuvent être internes aux pays ou bien régionales et

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Les formations interculturelles en Australie et Nouvelle-Zélande. Sommaire

Les formations interculturelles en Australie et Nouvelle-Zélande. Sommaire 1 Sommaire L Australie et la Nouvelle Zélande sont fortement intéressant pour l étudient souhaitant se spécialiser dans les domaines de l interculturel. Le deux pays ont été bâti d une immigration très

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!»

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» «Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» Entreprendre une vie de couple est toujours un moment plein d excitation, de rêves et d espoir. Voici un nouveau départ, une nouvelle vie

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Centre d etudes strategiques de l Afrique E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Séminaire pour hauts responsables - Lisbonne, Portugal Le premier événement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Dossier de presse Holimeet

Dossier de presse Holimeet Dossier de presse Holimeet Mardi 9 juin 2015 holimeet@gmail.com holimeet.fr Table des matières Communiqué Présentation de Holimeet 3 4-5 Le concept Holimeet, dans la mouvance du tribalisme planétaire La

Plus en détail

Licence en 1 an en Asie

Licence en 1 an en Asie Licence en 1 an en Asie POST BTS/DUT Votre licence en 1 an 1 2 Asie Votre licence en 1 an le plus grand et le plus peuplé des continents ARCTIC Ocean Bearing Sea N O R T H P a c i F i c Ocean DUBAÏ Arabian

Plus en détail

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC SOUTIEN, DÉVELOPPEMENT, REPRÉSENTATION L APER EST LA

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

UN MBA POUR QUI, POURQUOI?

UN MBA POUR QUI, POURQUOI? PARTIE 1 UN MBA POUR QUI, POURQUOI? L e MBA est une formation connue et reconnue dans le monde entier. Cependant, l appellation MBA n est pas un label déposé. Conséquence : l univers des MBA est un monde

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec. Présentation de l étude 3

Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec. Présentation de l étude 3 Sommaire Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec Présentation de l étude 3 Jean-Marie Blanc, Directeur des Relations institutionnelles et partenariats de l'apec Pierre Lamblin,

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS Introduction Objectifs de l étude Les Essenti Elles, le réseau des femmes managers de BPCE S.A., a souhaité lancer un nouveau Baromètre concernant les Femmes Managers en

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle - 1700-1778»

Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle - 1700-1778» LE DOUDIC Kévin Doctorant en Histoire Moderne Document actualisé le 03/01/2015 THÈMES DE RECHERCHES Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

SEMESTRE D ETUDE A MONASH UNIVERSITY SUNWAY MALAYSIA

SEMESTRE D ETUDE A MONASH UNIVERSITY SUNWAY MALAYSIA Adrian LAMBLIN SEMESTRE D ETUDE A MONASH UNIVERSITY SUNWAY MALAYSIA Bonjour à tous, Je m appelle Adrian et je reviens de Malaisie où j ai effectué un semestre d étude à Monash University Malaysia qui fut

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Capital in the twenty- First Century

Capital in the twenty- First Century Capital in the twenty- First Century 21 2013 9 2014 3 19 20 20 21 Capital in the twenty-first Century 20 19 18 20 80~90 World top income Database 1/4 1/4 XVi 20 90 2000 2010 / / 90% 100% 20 90 1/3~1/2

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Paris, ville mondiale

Paris, ville mondiale Première S, géographie LMA, 2011-2012 Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Paris, ville mondiale Cours 3 I Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de

Plus en détail

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Chercheurs doctorants et post-doctorants en sciences politiques/relations internationales/économie

Plus en détail

le leader mondial du voyage de groupe

le leader mondial du voyage de groupe le leader mondial du voyage de groupe 2 Qui sommes-nous? www.kuonigrouptravel.com le leader mondial du voyage de groupe Kuoni Group Travel Experts est né de la fusion de deux départements exceptionnellement

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

ISF STATUTS. Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire. Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE)

ISF STATUTS. Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire. Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE) ISF STATUTS Structures de la Fédération Internationale du Sport Scolaire Assemblée Générale (AG) Comité Exécutif (CE) Membres élus du Comité Exécutif un Président un Vice-président un Secrétaire Général

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

R A P P O R T D E F I N D E S E J O U R

R A P P O R T D E F I N D E S E J O U R FOUSSHI Horia Echange: ISARA-Lyon Cornell University (NY) R A P P O R T D E F I N D E S E J O U R V I E P R A T I Q U E Logement (type, accès, prix, caution ) L université de Cornell se situe à Ithaca

Plus en détail

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30 Sommaire Préface......................................................................... 7 Comprendre la Malaisie 13 Repères essentiels....................................................... 15 Chiffres

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères m ti s é er Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères Introduction Les agents diplomatiques et consulaires

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Sommaire. Présentation de l étude. Recommandation de venir en France Les étudiants étrangers en France

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Bibliothèque nationale de France L Oréal Fondation d entreprise

Bibliothèque nationale de France L Oréal Fondation d entreprise L Oréal Fondation d entreprise Bourse de recherche sur l art de l être et du paraître 2011-2012 Date limite de dépôt de dossier de candidature : le 30 mars 2011 Pour toutes informations complémentaires

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Belgique et migration. L Office des Étrangers

Belgique et migration. L Office des Étrangers FR Belgique et migration L Office des Étrangers Table des matières Avant-propos 1 Mission et valeurs 2 Structure et organisation 3 Compétences 4 Accès et séjour 4 Asile 6 Retour 7 Litiges et recours 8

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

La pension alimentaire pour conjointe ou conjoint

La pension alimentaire pour conjointe ou conjoint FR012 12 La pension alimentaire pour conjointe ou conjoint Le droit de la famille et les femmes en Ontario Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 «Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 Enquête réalisée par www.paris21.tv en partenariat avec la Société de Banque et d Expansion et de Paris Développement 17 Septembre 2014 www.netsbe.fr

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Mondialisation culturelle. dans le Golfe Persique

Mondialisation culturelle. dans le Golfe Persique Mondialisation culturelle dans le Golfe Persique Depuis environ une décennie, certains États du Golfe se préparent à l après pétrole en diversifiant leur économie. Après la finance, le commerce et le tourisme,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ STOP aux idées fausses sur la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ As-tu déjà entendu dire : «On est chômeur parce qu on ne veut pas travailler»? C est une

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

Brand content : les écarts entre l offre et la demande

Brand content : les écarts entre l offre et la demande 2014 Edition Spéciale 4 Intelligence Applied Les consommateurs sont de plus en plus nombreux, dans le monde, à se montrer très friands de brand content, et la plupart des marques sont prêtes à satisfaire

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393.

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393. OBSERVATOIRE SUR LE CONTENTIEUX EUROPÉEN DES DROITS DE L HOMME N. 2/2015 1. ARRET DU 3 OCTOBRE 2014, JEUNESSE C. PAYS-BAS Faits 1. L affaire concerne le refus des autorités néerlandaises d octroyer à la

Plus en détail

d hébergement pour pour femmes violentées et et en en difficulté

d hébergement pour pour femmes violentées et et en en difficulté Alliance Alliance des des maisons d hébergement pour pour femmes violentées et et en en difficulté Une écoute et une aide à portée de main 24 heures par jour, 7 jours et ce, 365 jours par année. Historique

Plus en détail

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction Années universitaires : 2006-2007 Introduction I- Présentation générale du métier Polyvalence du métier Qualités requises Avantages et inconvénients Féminisation du métier II- Comparaison secteur privé

Plus en détail

Cahiers Thématiques Cahier 7 Rôle des jeunes dans la prévention et gestion des conflits

Cahiers Thématiques Cahier 7 Rôle des jeunes dans la prévention et gestion des conflits La prévention et la gestion des conflits par les Conseils Locaux des Organisations de la Société Civile Guinéenne Cahiers Thématiques Cahier 7 Rôle des jeunes dans la prévention et gestion des conflits

Plus en détail

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement CBI : L expert en exportations à partir de pays en développement Depuis une quarantaine d années, le CBI contribue à la

Plus en détail