Les services publics personnalisés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les services publics personnalisés"

Transcription

1 Les services publics personnalisés Transformer l action publique, vers l égalité réelle Avril 2011 Les rapports établis par les groupes de réfl exion du Lab sont des contributions libres aux débats et réfl exions politiques du Parti socialiste.

2 Introduction Les services publics sont au XXI e siècle, comme ils l étaient à l aube de la III e République, un enjeu fondamental de démocratie et d égalité réelle. Aujourd hui comme hier, les Français attendent de leurs services publics qu ils répondent à des besoins élémentaires, qu ils contribuent à l éducation et à l émancipation des citoyens, qu ils assurent la cohésion territoriale et la sécurité, qu ils cimentent la société, bref qu ils soient les rouages à la fois concrets et symboliques de l intérêt général et du pacte républicain. plus en plus formatés a priori par des programmes, règles et dispositifs 1». Or la prestation de masse, la codification uniforme, la segmentation des publics selon de mauvais critères, la qualité de service évaluée par sondages ne constituent pas une modernisation des services publics. C est une quête absurde de fausse performance, qui supprime des emplois, aggrave les inégalités entre les personnes et entre les territoires, génère du mal-être au travail et des tensions 2. Force est de constater l écart qui se creuse entre ces attentes et la réalité. Les services publics sont abimés dans leur capacité à répondre aux besoins et dans leur organisation territoriale. Ils souffrent d un déficit de considération, de vision, de projets, d innovation, voire de légitimité fruit fatal d une «modernisation» décidée d en haut, dont nos concitoyens et les agents qui leur font face au quotidien ont été mis à l écart. A contrario, il faut repartir de ce quotidien pour reconstruire l action publique et son efficacité dans notre pays. L obsession comptable, les politiques du chiffre, et les dogmes libéraux (le fameux new public management!) sont en cause. Le coût réel des réformes mal conduites par la droite sera à inventorier! Réduire le périmètre et les ressources des services publics, prêter aux agents des motivations purement monétaires et aux usagers des comportements de simples clients face à des «fournisseurs», c est à la fois offenser le professionnalisme et l engagement des agents publics, méconnaître les besoins des usagers, agir à rebours des attentes des citoyens et spolier le contribuable des mécanismes de solidarité et de la cohésion sociale auxquels il pense contribuer. L exercice de réforme actuel revient à imposer aux usagers des services individualisés de masse et aux agents publics «des actes professionnels de Cette forme de «modernisation», présentée comme la réponse «évidente», «de bon sens», et finalement «unique», à l exigence légitime d efficacité de la dépense publique, est souvent contreproductive et coûteuse. Accroître anarchiquement les investissements informatiques, généraliser les «guichets uniques» sans modifier en conséquence les «tuyauteries» internes, prétendre moderniser les administrations et services publics par morceaux sans les décloisonner, afficher une «qualité de service» mesurée par des standards, des ratios moyens et de coûteux sondages d opinion, cela ne fait pas une politique d ensemble des services publics. D autant plus que pendant ce temps, les besoins collectifs s intensifient et se diversifient avec les mutations que connaît notre pays. L accroissement de l activité des femmes, l allongement de la durée de la vie, les bouleversements dans les modes de vie amènent à reconsidérer les frontières entre la sphère familiale et la sphère publique. Les services publics étaient conçus comme «impersonnels», la relation de service devant rester «anonyme». Des relations à la fois interpersonnelles et professionnelles sont à organiser pour recréer la confiance, qui est au 1 Francis Ginsbourger, «Des services publics face aux violences, concevoir des organisations source de civilité», éditions de l Anact, avril Tensions entre les usagers, tensions entre les usagers et les agents 2

3 fondement des besoins émergents. Les citoyens-usagers expriment une demande de services publics qui ne se satisfait plus des réponses standardisées ou des traitements anonymes : ils attendent de «leurs» services publics une proximité effective. Ces exigences de proximité et de prise en compte de l autonomie des personnes, ainsi que la diversité croissante des publics selon les territoires, les âges et les générations, selon les modes de vie et de sociabilité dynamitent l approche traditionnelle des services publics. L idée selon laquelle «ce qui est bon pour l usager» pourrait être défini de manière uniforme à l échelle du pays, ou même d un territoire, a vécu. Les élus politiques ou les administrations sont garants de l intérêt général, mais n ont pas le monopole de sa définition. Nos concitoyens attendent des services publics qu ils apportent des réponses à tous, mais aussi des réponses appropriées à chacun. De plus en plus, ils souhaitent également participer à la conception des services publics. Aux services individualisés de masse, nous voulons substituer des services collectifs personnalisés. Face à l impasse actuelle, nous ouvrons la perspective d une transformation des services publics pour et avec les usagers, faisant de l expression de leurs besoins et attentes le moteur du changement, et d une efficacité sociétale, évaluée et mesurée à plusieurs niveaux complémentaires, la finalité réaliste de profonds changements. Les services publics personnalisés représentent en ce sens un formidable défi démocratique. Coconcevoir et co-construire des services publics avec les usagers, les agents, les élus et les opérateurs, c est faire à nouveau des services publics des biens communs dont chacun a le souci mais dont personne n a le monopole. Cela implique la mise en place de formes d expression conduisant à la formulation d une idée commune de ce que doit être le service, la valorisation des connaissances de proximité des acteurs et une utilisation pertinente des apports du numérique. Une politique progressiste des services publics doit concilier trois ambitions : un souci premier d égalité du citoyen, les exigences légitimes du contribuable, les besoins singuliers de chaque usager. Dans une période où s affirme une tendance lourde à la personnalisation et à la diversification des usages, il importe de concilier ces finalités sans les confondre. Une politique progressiste des services publics personnalisés doit s assigner trois objectifs : Combiner «prestations standardisées», qui restent inévitables pour des raisons pratiques et pour la bonne productivité de l argent public, et «ajustements mutuels», qui requièrent expérience, professionnalisme et métier des agents, régler au plus fin la relation de service, en tenant compte de la spécificité des publics, en adaptant les modes de délivrance des services aux territoires, viser la qualité effective de la relation à la collectivité qu est la relation de service public L ampleur de cette transformation doit être accompagnée d une valorisation forte du rôle des agents publics, mieux formés, motivés, réellement reconnus. Cette nouvelle ambition pour les services publics tourne sans équivoque le dos à des années de dévalorisation des agents publics et de leur mission. C est une révolution pour les services publics, aux antipodes de la contre-réforme néolibérale qui guide les différentes vagues de «modernisation de l état» depuis les années 1970 et applique mécaniquement la logique marchande à l action publique. Cette révolution ne se contente plus de l égalité formelle. Elle se donne l égalité réelle pour ligne de mire, dans une société du bien-être qu un état prévoyant ne doit pas seulement tenter de réparer, mais contribuer à préparer. Elle implique de bâtir, depuis le niveau le plus microlocal jusqu à la comptabilité nationale, des critères et des indicateurs d efficacité sociétale qui compléteront et se substitueront à la comptabilisation budgétaire et productiviste des dépenses publiques. 3

4 Sans aucun doute, on opposera à ce projet la situation des finances publiques qui tétaniserait toute volonté de transformation. Pourtant, dans la crise, l innovation n est plus simplement désirable, mais indispensable. Et seule une transformation partagée, échappant aux logiques bureaucratiques, permettra à l avenir, le bon le meilleur? usage de l argent public. 4

5 Sommaire Introduction I- Réforme de l État et transformation des services publics : occasions manquées, destructions programmées et raisons d espérer Un souffle à retrouver La perversion de la réforme Des embryons de transformation utile à protéger et développer II- égalité réelle, autonomie, co-production : les fondements des services publics personnalisés Dépasser les paradoxes Des personnes au cœur des relations de service Autonomie et capacité de chacun à exprimer ce qu il juge bon pour lui-même Co-concevoir et co-produire : organisation des relations de service public et intérêt général III- Nouvelle donne, nouvelle organisation : pour une utopie de gestion Favoriser et organiser l expression des besoins de l usager réel «équiper» les agents des services publics La personnalisation des services publics à l âge numérique Un horizon de maîtrise des coûts IV- Les services publics personnalisés peuvent changer la vie des Français Exemples de transformation de la relation de service public Conclusion Réinventer l action publique 5

6 I- Réforme de l État et transformation des services publics : occasions manquées, destructions programmées et raisons d espérer Un souffle à retrouver La perversion de la réforme Depuis les lois de décentralisation de 1982, aucun programme politique d envergure n a porté une vision globale de la transformation de la puissance publique, au service à la fois des usagers (en organisant l expression micro-locale des besoins et en lui répondant par de nouveaux espaces démocratiques), des citoyens (en assurant l égalité et l impartialité des services publics) et des contribuables (en maîtrisant les coûts). Tout s est passé depuis lors comme si la réforme de l état, et plus largement des trois fonctions publiques, ne faisait pas partie des sujets «politiques», au sens d un débat ambitieux faisant ressortir et se confronter plusieurs visions différentes de l avenir de notre société. Pourtant, de telles visions différentes existent aujourd hui, sans doute plus que jamais depuis l avènement de la V e République. Vingt ans après la loi Deferre, porteuse d une plus grande proximité dans la relation entre services publics et usagers, l acte 2 de la décentralisation de s est traduit par un transfert brutal de compétences de l état aux collectivités territoriales, sans le transfert complet des moyens financiers correspondants. Les «Stratégies ministérielles de réforme» lancées en 2003, les «Audits de modernisation de l état» en 2005 et enfin la Révision générale des politiques publiques (RGPP) en 2007 sont restés des exercices technocratiques et comptables, aux effets principalement négatifs 3, y compris pour le contribuable (des «économies ruineuses» qui plombent l avenir). Un véritable esprit de recentralisation s est emparé du pouvoir après Il a tétanisé l action publique. Faute d une vision ambitieuse et générale, les tentatives les plus récentes de «réforme» de l état au premier rang desquelles la RGPP se sont inspirées du «new public management», avatar public des vieilles méthodes du management privé (que les entreprises abandonnent d ailleurs largement), privilégiant le quantitatif sur le qualitatif, les chiffres et les indicateurs absurdes plutôt que les compétences réelles des agents, et abimant leur capacité à co-produire des biens communs avec les usagers. Le thatchérisme en Grande-Bretagne avait pourtant montré les ravages engendrés par la confusion entre modernisation et réduction des services publics. En France, les transformations portées par la RGPP se résument souvent à des fusions de services de l état, certes spectaculaires et faciles à afficher politiquement, mais sans réel impact financier immédiat, voire carrément avec un impact négatif à long terme (affaiblissement de la capacité publique d expertise, sous-investissement dans l éducation ou la santé, etc.). La RGPP n a pas donné lieu à une évaluation fine des besoins et attentes des Français au XXI e siècle, ni à une réflexion sur les processus de productions administratifs, ni à une réorganisation des équipes à un niveau fin, ni à des pratiques négociées de changement d organisation. Pourtant, seul un tel exercice englobant pourrait être véritablement porteur d économies et d amélioration des services publics. Les coûteuses consultations de cabinets privés, sans écoute des usagers ni des agents qui, pourtant, sont au cœur de l expérience de service public! semblent avoir 3 La RGPP s est essentiellement traduite par la suppression indistincte de dizaines de milliers de postes de fonctionnaires, même ses conséquences budgétaires, en termes d économie pour l état, sont ridicules surtout en regard du désordre et de l appauvrissement collectif générés. 6

7 eu pour seule fonction la justification à tout prix du non remplacement d un fonctionnaire sur deux. Les vrais sujets de la modernisation, comme la désegmentation des administrations (pour en finir avec les «silos» qui multiplient les interlocuteurs et les «comptes» d un seul et même usager), l évaluation des besoins ou l association des usagers-citoyens à la prescription de service public, sont totalement absents du radar de la RGPP. Concernant la présence des services publics sur le territoire, la «réforme» ainsi conduite mène à une nette dégradation de la qualité des services rendus, dont l expression la plus douloureuse est la «Saint- Barthélémy» des services publics de proximité (réduction des sites sur les cartes judiciaire, scolaire, hospitalière ). Un des fondements du service public, l accès égal à la prestation, a été compromis, avec la multiplication de «zones blanches» dans les territoires de marge, en banlieue ou dans les zones rurales. Il faut évoquer également des entreprises publiques qui, plutôt que de profiter d une certaine autonomie et souplesse d organisation pour engager un travail de personnalisation utile, se sont engagées dans un processus de «segmentation» du public selon des critères technocratiques, prédéfinissant une offre standardisée par «type» de clientèle, sans vraiment tenir compte des «usages» réels (et donc des besoins) des personnes qui utilisent le service (EDF, SNCF, La Poste, ). L exemple de La Poste est édifiant, l entreprise mettant en place des «formats» d offre selon une typologie élaborée avec le croisement des statistiques nationales (Insee, ) et de données émanant de ses systèmes d information (fréquentations, chiffre d affaires, surface du bureau de poste ). Des embryons de transformation utile à protéger et développer L absence de réflexion sociétale a eu pour corollaire, comme si cela allait de soi, une réforme envisagée sous l angle exclusif de la productivité et des «économies» budgétaires. Un simple exemple parmi tant d autres : la carte Vitale, dont l intérêt pour les finances publiques n est pas douteux (le traitement informatisé permettant des économies par rapport au traitement des «feuilles de sécu») mais qui pourrait rendre beaucoup plus de service à l usager : on aurait pu imaginer, par exemple, qu elle joue un rôle de «carnet de santé électronique», fournissant des informations sur la consommation de médicaments, les échéances de vaccination, etc. Un tel tropisme comptable traduit une conception du service public comme coût, charge, et non comme investissement ou lieu de création de valeur. C est faire l impasse sur le citoyen, dans ses exigences les plus pointues en matière de démocratie et de transparence, de même que sur l usager, dans ses besoins des plus généraux au plus intimes. Une autre manière de penser et d agir s impose dès lors qu un pan entier des services jusque là exercés par l entourage familial on pense notamment à la prise en charge de la dépendance basculent dans le champ public. Cette mutation majeure impose, parmi d autres tendances sociétales lourdes, une réflexion approfondie sur la personnalisation. Des initiatives existent, à plus ou moins grande échelle, qui ouvrent des chemins innovants vers une transformation des services publics adaptée à la nouvelle donne sociétale. Si ces progrès de la personnalisation, bien réels, sont souvent entravés par le manque de moyens (et surtout, l incapacité d un redéploiement en profondeur des objectifs et des ressources), il est flagrant que la personnalisation reste utopique dans une gestion centralisée, hyperhiérachisée et réticente à l innovation. L instauration de l APA, à l initiative du gouvernement de Lionel Jospin, a montré voie. Depuis 2002, les personnes âgées bénéficient d une allocation personnalisée pour l autonomie, dont l objectif est de leur laisser le libre choix de leur mode de vie. Le maintien à domicile avec une aide est proposé au même titre qu une place en établissement spécialisé. Ce début de personnalisation permet le versement d une allocation différenciée selon le mode de prise en charge et le niveau de dépendance. La loi portée par Paulette Guinchard-Kunstler prévoyait que la personnalisation soit facilitée par une nouvelle structure : le centre de liaison et d information communaux (CLIC). Mais, faute de budget et 7

8 d ambition, cette démarche est souvent restée embryonnaire dans les départements 4. Les personnes handicapées, avec la loi de 2002 réhabilitant les cadres de l action sociale et médicosociale, ont désormais le choix de leur projet de vie, qu elles définissent en lien avec leur famille et leurs accompagnants selon leurs capacités. Mais, alors que les maisons départementales sont asphyxiées sur fond de désengagement de l état, un projet de loi envisage de remettre en cause le projet personnalisé de compensation. La prise en charge du handicap reste inégale selon l origine sociale et selon l âge. Après 60 ans, l incapacité survenue n est plus considérée comme un handicap. L accompagnement des enfants en situation de handicap, à la crèche, à l école, dans leurs loisirs, demanderait bien d autres ressources que celles qui y sont affectées. On est terriblement loin de la personnalisation Les demandeurs d emplois, notamment les cadres, peuvent bénéficier d un Programme personnalisé d accès à l emploi (PPAE), fondé sur une analyse approfondie des compétences et des besoins de chacun, et débouchant sur un plan d action à mettre en œuvre. Mais là où le principe semble porteur, le manque d effectifs mis à la disposition des structures d accompagnement, est source d un cadrage bureaucratique qui fait peser le doute sur l efficacité et la viabilité du projet. été initiée en réponse aux problèmes de sécurité, par des professionnels liés à la politique de la ville : éducateurs, travailleurs sociaux et missions locales notamment. Les associations du quartier comme l Union des habitants et l Union des commerçants ont été très présentes. La souplesse d organisation des PIMMS leur a permis de prendre en compte de nouveaux besoins, et de mettre en place de nouveaux services : lectures et accompagnement de personnes âgées ou malvoyantes pour retirer de l argent ; pédagogie sur les comptes bancaires ; aide aux personnes ayant des difficultés de compréhension (étrangères par exemple) ; rédaction de curriculum vitae, de contrats, de feuilles d impôts ; interface avec d autres services publics comme les Caisses d allocations familiales, etc. L offre varie en fonction des besoins de telle sorte que les services rendus par les PIMMS varient d un lieu à l autre. On a là typiquement un mode d exercice de la relation de service public qui fait émerger des besoins et apporte des réponses appropriées. La petite enfance constitue un terrain privilégié pour le déploiement de solutions personnalisées : gardes itinérantes, horaires étendus, flexibilité de prise en charge, co-gestion L offre de services personnalisés reste néanmoins encore peu développée et résulte plutôt d expérimentations ponctuelles, émanant d initiatives locales de la société civile sans cadre public permettant de garantir l égalité en la matière. Alors la personnalisation finit par n être plus accessible qu aux plus aisés, cependant que la prestation de masse s impose à la plupart. Localement, les points d information médiation multiservices (PIMMS) remplissent des missions de médiations dans les quartiers sensibles. Leur création en 1995 à Lyon sous forme associative a 4 Hors de France, en matière de compensation de la dépendance, l exemple britannique est intéressant. Le programme InControl permet à une personne âgée de décider, dans un cadre défini, des modalités d intervention des «aidants» professionnels, proches, etc. Même si, avec un recul de quelques années, il apparaît que le programme InControl demeure trop «top-down», avec l imposition d un mode de co-production et d autonomie imposée qui ont effrayé une partie des bénéficiaires potentiels. D où l importance de laisser l usager formuler ses besoins, et de porter un soin très important à la communication autour du/des services. 8

9

10 II- égalité réelle, autonomie, co-production : les fondements des services publics personnalisés La personnalisation peut devenir l un des fils conducteurs d une réforme en profondeur des services publics. Elle exige une façon nouvelle d écrire la loi commune dans notre République, en donnant au droit suffisamment de souplesse pour prendre en compte les vies et les situations réelles. Mais la personnalisation ne se limite pas à la compréhension des différences quant on écrit la loi ou quand on élabore des politiques publiques. Elle doit mobiliser des principes d action nouveaux, qui tranchent avec les systèmes verticaux qui ont marqué notre histoire. Dépasser les paradoxes Les Français sont attachés aux services publics, au nom des valeurs de justice et d égalité. Ces valeurs demandent à être ressourcées à la lumière de deux préoccupations majeures : comment maintenir le caractère public du service dans une «société d individus» exprimant des besoins et attentes diversifiés, tout en disposant de ressources inégales pour répondre à ces besoins et attentes? comment les services publics peuventils échapper à une vision strictement budgétaire et à des méthodes de gestion mécaniquement transposées du secteur marchand, sans perdre de vue des exigences d efficacité? Pour aller vers davantage d égalité réelle, la puissance publique au sens large 6 doit non seulement diversifier ses réponses, mais considérer, plus fondamentalement, que la relation de service public ne fonctionne pas sur un mode «questionréponse», pas plus d ailleurs que sur un mode «offre-demande». Deux postulats erronés, l un de tradition étatiste et l autre de tradition néo-libérale, nous ont conduits à la situation actuelle. Le postulat bureaucratique consiste à considérer que seuls les élus politiques et les agents publics sont habilités à définir l offre de services publics, c est à dire à définir «ce qui est bon pour» des «administrés». Le postulat marchand prétend renverser le premier : les services publics devraient se borner à «répondre» aux demandes de leurs «clients» et à les satisfaire. Pour sortir de cette impasse, il y a lieu de considérer que l expression par chacun de ses besoins et attentes est un moment essentiel de la relation de service 7, qui engage simultanément les usagers et les agents. En favorisant l expression et la co-production de réponses différenciées à des situations différentes, la lutte contre les inégalités pourra acquérir une nouvelle efficacité. Des personnes au cœur des relations de service La référence à la personne, qu elle soit usager ou agent, permet d enraciner les politiques publiques dans un ensemble de pratiques professionnelles variables, attentionnées, différenciées. La personnalisation implique des règles visant à organiser les relations de service. Il faut notamment protéger les agents dont le métier (par définition collectif) doit être renforcé pour faire face à l expression de chacun et la susciter, sans trop «prendre sur eux» comme c est trop souvent le cas actuellement. La personnalisation se distingue 6 Non seulement l état, mais aussi les collectivités locales, les organismes sociaux ou les grandes entreprises publiques. 7 Ce que les chercheurs en gestion du CGS-Mines ParisTech, Armand HATCHUEL et Frédérique PALLEZ, appellent prescription. 10

11 ainsi de «l individualisation» anarchique, qui génère des demandes contradictoires, et une nouvelle forme de subordination des agents publics qui s apparenterait à de la servilité. qui installe des personnes dans la dépendance, ni avec des injonctions culpabilisantes à l autonomie, qui présument une indépendance inaccessible en réalité. En rupture avec l individualisation qui reste prise dans une conception «industrialiste», la prise en compte des personnes concerne tout autant : des agents, qui, à force de trop prendre sur eux du fait du «débordement du social», se sentent usés et adoptent des comportements de retrait ; des usagers, qui, partant du sentiment que leur situation singulière n est pas prise en compte et qu ils ne sont que des numéros de dossier, en arrivent à se montrer consuméristes et parfois agressifs, à considérer que les services publics ne leur «appartiennent» plus. Dès lors, ils «exigent leur dû», tout simplement sans se sentir nullement engagés en tant que citoyens. Les effets pervers et les surcoûts induits par cette perversion du caractère public du service, pour chacun et pour la collectivité, sont trop graves aujourd hui pour qu on n en recherche pas les fondements. La personnalisation reconnaît le caractère complexe de l autonomie, apprentissage au long cours qui implique la construction de capacités d émancipation, et antidote à des processus de fragilisation, de marginalisation et d exclusion. Elle permet, en créant les conditions pour que chacun puisse s exprimer, de sortir d une notion de «prise en charge» qui contribue parfois à fabriquer des «bénéficiaires» passifs. De façon plus large, la personnalisation des services publics permet de penser les pratiques professionnelles d aide à la personne ainsi que l exercice des métiers liés à ce qu il est convenu d appeler la «dépendance». Dans cette matière, la relation de service public doit se penser à la fois du côté de l usager qui ne doit pas être traité en individu anonyme, ni en objet de compassion, et du côté des agents et de leurs métiers. Mais la personnalisation, loin de se limiter à la santé, et au travail du soin en général, permet un champ d application beaucoup plus vaste : l éducation, la sécurité, l emploi Les services publics ne doivent plus être vécus comme fournissant des prestations, mais comme le lieu de relations à la collectivité. Ces relations doivent être empreintes à nouveau de réciprocité, de solidarité, de civilité ; elles doivent traduire une volonté de faire participer les acteurs de la cité à la vie collective, une volonté de renforcement de la cohésion sociale par de nouvelles formes d échange social. Autonomie et capacité de chacun à exprimer ce qu il juge bon pour lui-même Avancer sur le chemin d une égalité réelle, c est apporter des ressources d expression à ceux qui en sont aujourd hui les plus dépourvus. Cela n a rien à voir, ni avec une posture charitable Co-concevoir, co-produire : organisation des relations de service public et intérêt général La conception bureaucratique de l organisation des services publics, sans étude préalable des besoins de la population ni prise en compte des retours d expérience avec les usagers, justifiait la fourniture de prestations de masse standardisées et, dans bien des cas, la concentration géographique des services. L uniformité de traitement remplaçait l égalité de traitement. L usager cédait la place à un «bénéficiaire» placé dans une situation passive où des agents prescrivent ce qui est bon pour lui. Les marges de manœuvre «informelles» des uns et des autres se sont réduites à mesure que des modes opératoires et des indicateurs ont «formaté» les relations. 11

12 C est dans ces conditions, comme le reconnaissait le Conseil d état dans son rapport annuel de 1996, que «l égalité des droits peut aller de pair avec l inégalité de fait». Se focaliser sur le caractère égalitaire de la prestation délivrée sans se soucier ni de l inégalité de situation originelle ou finale dans laquelle se trouvent les usagers ni des ressources et des possibles qu ouvre (ou que ferme) le service public à chacun, constitue une dérive manifeste. Dès lors, le service public tend à se réduire à un ensemble de prestations sur la qualité desquelles on demande à l usager de se prononcer (la fameuse «évaluation de la qualité de service»), mais sans le rendre acteur. Il nous faut entendre ce que dit Amartya Sen : «Se focaliser sur les vies réelles dans l évaluation de la justice a des conséquences nombreuses et importantes pour la nature et la portée de l idée de justice» 8. Si l on parle ici de rendre les services publics aux usagers en personne, ce n est pas seulement dans l idée de les «associer», de les faire «participer», ou de les rendre «évaluateurs» de quelque chose qui serait défini a priori et en dehors d eux. C est de façon générale, considérer que la parole «profane» de chaque usager doit pouvoir interroger et interpeller la parole «experte» de l élu, du technicien ou de l agent de base. C est rendre l usager «partie prenante» de la conception, de la mise en œuvre et de l évaluation des services publics, prescripteur et non simple utilisateur. Les services publics regagneront en légitimité aux yeux de la population, qui, plutôt que de s en servir comme des machines, se les appropriera comme des biens communs. 8 Amartya Sen, L idée de justice, Flammarion,

13

14 III- Nouvelle donne, nouvelle organisation : pour une utopie de gestion Favoriser et organiser l expression des besoins de l usager réel La personnalisation des services publics appelle des ressources dédiées à la professionnalisation de l écoute des usagers, à l organisation de la «remontée» de l expression de l usager réel dans le fonctionnement des organisations, à la traduction des nouveaux besoins dans la conception des choix d organisation et dans une évolution continue de cette organisation. Cette démocratie du quotidien réclame de nouveaux espaces, une définition claire des sphères de légitimité de chacune des «parties prenantes» au service public, et ne doit pas, bien au contraire, s abstraire de considérations d efficacité. Par définition, la personnalisation ne peut pas être décrétée «d en haut». La personnalisation, par la co-production des services publics avec les usagers et leur inclusion comme «prescripteurs», doit devenir un principe de gestion. Cette nouvelle donne s intègre dans un ensemble déjà constitué de règles, et amène à reconsidérer cet ensemble. C est une révolution, en ce sens que les services publics personnalisés repositionnent les services publics dans une «société des individus». Mais c est d abord une «utopie réaliste», d autant plus que cette vision des services publics personnalisés prolonge des manières de penser et d agir qui sont déjà à l œuvre, ou l ont déjà été, de façon ponctuelle ou expérimentale ; on pense aux expériences initiées par Bertrand Schwartz dans les années 80, ou encore aux nouvelles formes de «dialogue sociétal», telles que les Bureaux des Temps dans des grandes villes françaises. Cette utopie réaliste est une grille de lecture qui permet de rendre compte de ce qui se joue chaque jour lorsque, tout simplement, des administrations et des services publics offrent aux agents des ressources organisationnelles compétences, formations, temps d échanges, espaces de travail, agencements informatiques favorables à l aménagement des relations avec les usagers. Les enseignants, les puéricultrices, les personnels soignants, les «travailleurs sur autrui» selon l expression de François Dubet n ont pas attendu une «théorie» pour concilier les besoins de tous et les attentes de chacun même si les attaques à répétition menées ces dernières années contre la formation de ces agents et les coupes dans les effectifs mettent en danger, là aussi, les marges de manœuvre. Des arbitrages de tous les instants sont, de même, le lot quotidien du machiniste de bus et du gardien de prison. Ces professionnels de la relation de service doivent en permanence arbitrer entre logique de production (technique, règlements), logique de performance (résultats attendus) et logique civile (relation de service avec les usagers sur un espace public) ; concilier des attentes (parfois contradictoires entre elles), bref jongler avec de nombreux paramètres. Ils doivent pour ce faire composer avec des moyens (effectifs), des ressources (limitées), des impératifs d efficacité (rentabilité, productivité ) ou des exigences politiques (lorsque par exemple l efficacité des politiques est censée se refléter dans quelques chiffres). Le problème survient lorsque certaines logiques en écrasent d autres et les empêchent de s exprimer. C est actuellement le cas : les logiques de production et de performance écrasent la logique civile, dans une période où, précisément, il faudrait repartir de là pour apprendre à recomposer l ensemble, en 14

15 misant sur la conscience professionnelle des agents publics et leur expérience, et en les adaptant à la nouvelle donne sociétale. La relation de service public ne se satisfait plus d une conception a priori de l offre, de connaissances statistiques des besoins (marketing) ou des jugements a posteriori (évaluation par sondage) des usagers, d une hiérarchie qui dicte les consignes, bref d un système qui descend du haut vers le bas, «topdown». Mais il ne suffit pas de lui substituer, par une simple inversion, un système «bottom-up», qui fonctionnerait par la démocratie participative, par le contrôle citoyen sur les experts, bref une inversion telle que le management de proximité n aurait plus lieu d être, remplacé par des agents de première ligne faisant remonter les attentes des usagers Ni «top-down», ni simplement «bottom-up», une politique de personnalisation des services publics est plutôt celle qui suit un mouvement d aller et retour, où les connaissances élaborées à tous les niveaux descendent et remontent. Il s agit d encourager l expression des utilisateurs par de multiples moyens (qui peuvent être très simples : boîtes à idées, cahiers d expression, lieux pour recevoir suggestions et plaintes, etc. avec engagements de suivis.) et, sur ces bases, d organiser des échanges et des débats ouverts et non formalisés. Si des commissions de consultation des usagers existent aujourd hui parfois, elles n ont en général aucun pouvoir réel. Pour aller vers une véritable expression des besoins, il est indispensable de doter les structures de participation des usagers de réels pouvoirs (au moins de suspension de certaines décisions, d obligation des réponses des responsables, voire même de véto suspensif sur certains enjeux) et de favoriser l élection comme mode de désignation de leurs membres (comme dans les Conseils d école). «Équiper» les agents de services publics Les services publics personnalisés sont aussi l occasion de promouvoir l idée d un dialogue social amélioré dans les services publics, et d en finir avec le sentiment d une confrontation entre des agents harassés et des usagers qui se plaignent d être trop souvent pris en otage. Pour cela, la personnalisation suppose que collectivement, les agents aient les ressources adéquates et suffisantes pour «adapter la relation de service» au plus fin, en fonction de l autonomie de l usager. élaborer la «bonne distance», ne pas trop prendre sur soi est la marque du professionnel de métier. Ce qui vaut de façon aigüe pour des situations de dépendance (vieillesse, handicap, maladie, dépression, etc.) ou de fragilité sociale (précarité, pauvreté et exclusion) a valeur plus générale pour les relations de service public : il faut aussi apprendre la «distance» dans les métiers de la petite enfance, de la sécurité, etc. C est ce le chemin étroit qui évite de verser d un côté dans l individualisation anarchique ou de l autre dans la routine impersonnelle. La relation ainsi construite devient une relation d assistanat, si elle ne contribue pas à renforcer les capacités de l individu, à le constituer comme sujet de son destin. Exercer dans la durée une telle responsabilité implique de repenser le travail des agents, en y faisant une place fondamentale pour le partage d expérience et de bonnes pratiques entre pairs, la capitalisation des connaissances des besoins et des attentes des usagers, l élaboration collective et l écoute mutuelle. La formation initiale et continue des agents doit tenir compte d exigences nouvelles, notamment des nécessaires compétences d écoute induites par la personnalisation. à l inverse d une main d œuvre interchangeable et précaire, des services publics personnalisés nécessitent de véritables professionnels et donc une reconstruction des métiers publics. La personnalisation des services publics à l âge numérique De plus en plus, sans que ce soit a priori positif ou négatif, le premier point de contact de l usager avec les services publics est un écran. L âge numérique est aujourd hui bien réel, et l enjeu est d en faire une opportunité pour les citoyens et la sphère publique, alors qu il est jusqu à maintenant largement capté 15

16 par l économie privée ou dévoyé dans la sphère publique 11. Internet a aussi habitué de nombreux Français à obtenir du marché la plupart des biens et des services sur mesure, dans des délais plus courts. À la consommation de masse succède une consommation de plus en plus personnalisée. C est pour les services publics un défi majeur. Mieux utiliser les technologies de l information et de la communication peut aider les administrations à changer de culture et à penser en termes de personnalisation. Paradoxalement, les technologies permettent la construction d une relation plus complète de l usager aux services publics. En premier lieu, la personnalisation des services publics en ligne, prise à son niveau le plus radical, réclame la disparition des «sites web» traditionnels et souvent obsolètes de l administration électronique, et leur remplacement par les outils qui permettent d insérer au maximum la démarche administrative dans le «moment de vie» qu elle vient servir : fournir des éléments d information, des services de validation, de production de document, des informations sur les accès faits aux données administratives qui nous concernent, des liens avec ceux qui peuvent nous aider dans une passe difficile, un projet complexe, une aventure collective. Prenons l exemple du site impots.gouv.fr. Ses évolutions annuelles ne remettent jamais en cause le postulat (déclinaison du principe «do it yourself») selon lequel il revient au contribuable de passer du temps à chercher de l information, à remplir une déclaration, à risquer de se tromper, etc. Pourtant, on pourrait imaginer une autre conception de la relation de service : considérer la déclaration d un élément de revenu ou de dépense comme un service devant être rendu automatiquement de manière sûre, garantie, explicite et confidentielle par l employeur, la banque, l association à laquelle on cotise, garantir ainsi la fiabilité des informations données, ainsi que l impossibilité de se tromper par incompréhension 12. En deuxième lieu, il importe de souligner que l administration électronique ne se réduit pas aux démarches auprès des administrations. Bien plus souvent, l administration réglemente la manière dont les acteurs économiques ou sociaux doivent interagir en s acquittant de la TVA sur les transactions entre eux, en obligeant à une information loyale sur les produits échangés ou sur la compétence de ceux qui rendent un service (médical, par exemple). Là aussi, le recours aux outils numériques permet de transformer le service public : le respect de la règle peut être grandement simplifié par la fourniture aux acteurs de plateformes de scripts de transactions leur garantissant le respect des règles en vigueur ce qui n est en rien contradictoire avec l intervention des agents publics mais permet à cette dernière de se concentrer sur leur valeur propre : informer, expliciter, conseiller, assister. De telles plateformes pourraient supprimer les «détours administratifs» dans des domaines aussi variés que les transactions immobilières (notaires), l assistance juridique (avocats), et nombre de professions réglementées. Encore faut-il que cet «encodage juridique» ne se fasse pas au service d une vision statique de la société : les services publics en ligne, au service de la société connectée et numérisée qui émerge en France comme ailleurs, ont un devoir d innovation, d invention, pour dépister les nouveaux usages, et garantir en ligne les droits fondamentaux à la liberté (et donc à la confidentialité), à l égalité (et donc à l accès) et à la fraternité : c est ainsi que le dynamisme des réseaux sociaux en ligne est une nouvelle dimension de la sociabilité que les services publics ont pour devoir de servir et de faciliter, plutôt que de la combattre. Inventer les droits en ligne suppose une expérimentation exigeante et incessante, à rebours du discours plat qui confond les outils et leurs usages sociétaux. 11 Voir la position du médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, sur les «dérives de a e-administration» : page= Si nul n est censé ignorer la loi, la loi quant à elle elle ne devrait pas ignorer le devoir de simplicité des règles collectives 16

17 Un horizon de maîtrise des coûts des services publics La révolution de la personnalisation des services publics intervient dans un cadre budgétaire contraint, conséquence brutale de la politique économique et budgétaire irresponsable du gouvernement actuel et de la crise que nous traversons. par la trop grande spécialisation et la rigidité de dispositifs qui ne sont plus perçus comme sources de valeur. Si de prime abord, la personnalisation peut apparaître comme génératrice de coûts supplémentaires par rapport à des prestations de masse, elle est au contraire, à bien des égards, source de responsabilité et de richesses sociétales. Tout d abord, nous tenons à réaffirmer une conception des services publics a fortiori personnalisés comme biens communs, investissement d avenir et lieux de création de valeur, et non comme de simples charges. Cela n empêche pas au contraire l exigence fondamentale d efficacité de l action publique. Ensuite, la personnalisation des services publics est un formidable levier de redistribution de l investissement public vers ceux qui en ont le plus besoin du fait du moment de vie qu ils traversent, de leur position géographique, ou de leur situation socio-économique. Par ailleurs, la mutualisation intelligemment conduite des services publics peut permettre de dégager de nouvelles marges de manœuvre. Il n est pas question ici de la mutualisation au sens de la RGPP, c est à dire la course à des économies d échelle productivistes, la centralisation (souvent préalable à l externalisation coûteuse) des organismes de service public et la standardisation des possibilités offertes par le service public. La mutualisation que nous souhaitons promouvoir relève davantage du mode de fonctionnement des mutuelles, qui contient les notions de réciprocité et de péréquation. Au lieu de faire «maigrir» les services publics, il s agit de les rendre plus polyvalents 13, à l instar des dispositifs PIMMS (voir supra) : des services plus faciles d accès, variables parce que co-élaborés avec les usagers, et dont les coûts seront mieux admis par les contribuables que ceux entraînés 13 Dans le cadre de missions clairement définies et acceptées par toutes les parties 17

18 IV- Les services publics personnalisés peuvent changer la vie des Français Des exemples pour incarner le projet des services publics personnalisés. L éducation, chantier essentiel de la personnalisation L éducation est un des chantiers majeurs de la personnalisation, tant les personnes en construction que sont les enfants ont des besoins différenciés et singuliers. Les difficultés et les points forts ne sont pas les mêmes pour tous, et les temps d apprentissages non plus. Il faut recréer la relation de service public à l école, en prenant en considération l ensemble des prescripteurs : les enseignants ainsi que les autres agents, les élèves, leurs parents et les élus locaux. La personnalisation est une condition majeure pour retrouver la capacité des adultes d avoir un regard précis sur chacun des enfants aujourd hui impossible à force de réduction des moyens et de désorganisation de l ensemble du système. Des rythmes adaptés à chaque enfant L organisation de l offre éducative à tous les âges de la vie scolaire est déterminante dans la réussite et le bien-être des enfants. La concentration des écoles maternelles et primaires dans le cadre des regroupements pédagogiques intercommunaux (RPI), au motif de réduction des coûts et de rassemblement des élèves par tranche scolaire, conduit, dès le plus jeune âge, à des temps de transports importants et à l éparpillement des enfants en dehors du temps scolaire, sans que l impact sur la vie et les apprentissages de l enfant ne soit étudié. Un plafond de temps de déplacement doit être instauré. D une plus grande proximité, il découlera aussi l implication des parents dans la vie des entités scolaires et dans les activités péri et extra-scolaires. Pour le secondaire (collège, lycée), la densité du réseau des établissements est importante même si, là encore, des temps très significatifs de trajets sont constatés. La modification des rythmes scolaires (après midi consacrés plutôt à des activités culturelles ou sportives) ouvre la porte à une plus grande participation des parents. L accès à un apprentissage progressif de savoir-faire Le soutien aux élèves est une forme importante de personnalisation. Il peut être assuré soit dans l établissement en dehors des heures scolaires (avec la participation des parents qui le souhaitent ou de «tuteurs» en post-bac dans le cadre de vacationssoutien, différentes des contrats de surveillance), soit hors établissement, en «e-soutien» ou en intervention des enseignants dans des lieux public de proximité. Le temps de travail des enseignants ne doit plus être seulement mesuré en temps devant les classes ni même en temps passé à enseigner (y compris à distance), mais aussi en temps d interactions entre collègues, avec les élèves et avec leurs parents. âge : prendre en compte la diversité des situations de perte d autonomie Au-delà de l APA Les services offerts aux personnes âgées ne prennent pas suffisamment en compte la diversité des situations de perte d autonomie, des solidarités familiales et les désirs de chacun dans le choix de son parcours. Pour réussir la révolution de l âge, la personnalisation doit progresser. On l a dit plus haut, l Allocation Personnalisée à l Autonomie fournit une aide financière en fonction du degré de dépendance, mais les usagers conservent un reste à 18

19 charge trop important et dans leur vie quotidienne, et manquent souvent de solutions concrètes et locales répondant à leurs besoins. C est pourquoi un nouveau droit universel à la compensation de la perte de l autonomie tout au long de la vie doit être reconnu par la société. Ce droit de protection sociale doit garantir un «panier de soins et de services» conséquent, et adapté aux besoins de chacun. Il doit intégrer le rôle des aidants familiaux. La personnalisation des services publics offerts aux personnes âgées dépendantes doit permettre d améliorer leur bien-être grâce à des services adaptés, plus à leur écoute, un personnel plus nombreux et mieux formé. Au-delà de l objectif de coordination de proximité des nombreux acteurs de l âge et de mutualisation des moyens, des maisons départementales de l Autonomie pourront servir de guichet unique : on pourra y trouver l information, l écoute sans avoir à multiplier les démarches, des conseils et des aides pour adapter son logement, des actions de prévention (pratique sportive notamment), un «café des âges» associant les ainés à la définition de la politique intergénérationnelle. Diversifier l offre de logement et d équipement des logements Une véritable politique de soutien passe également par une diversification des offres de logement, car une personne de grand âge ou en situation de handicap est dans une situation d autonomie différente selon l aménagement de son logement et l insertion de celui-ci dans son environnement. La société française oppose souvent le «maintien à domicile» et le «placement en établissement», les deux expressions confinant la personne âgée dans une posture passive. Pourtant chacun aspire à davantage de souplesse, pour pouvoir, au gré des besoins, faire évoluer son mode d hébergement. La ville du XXI e siècle doit être une ville adaptée à la fluidité des parcours de vie des seniors : logement adaptable, collocation (intergénérationnelle ou non), résidences collectives, habitat intergénérationnel, habitat avec services partagés ou mutualisés, établissement inséré dans la ville dans lesquels des lieux de vie (restaurant, salon de coiffure, boutiques, salles de théâtre) sont partagés avec l ensemble de la cité, accueil de jour en établissement, baluchonnage permettant de suppléer les aidants familiaux. Condition du bien-être des plus âgés et condition de vie en société auxquelles s oppose une relégation des anciens considérés comme une «charge» la mixité générationnelle dans la cité doit être conçue comme un enjeu de santé et d enrichissement personnel des anciens et, à travers eux, d enrichissement personnel pour tous. Santé : tendre, sur les territoires, vers l égalité réelle dans l offre de soin personnalisée Savoir évaluer et répondre aux besoins territoriaux Les Français attendent un mix efficace et souple entre proximité et expertise. Les stratégies de maîtrise des coûts par hyperconcentration des services sont inadaptées aux nouvelles occupations des territoires (réappropriation des zones rurales délaissées au cours du XX e siècle dans une sorte «d exode urbain» lent) par des publics très exigeants en matière de couverture sanitaire, et confrontés massivement au vieillissement. Les besoins sont connus : pouvoir être soigné en grande proximité pour les premières urgences ou le quotidien, pouvoir être transporté facilement pour la proximité ou plus loin pour la prise en charge spécialisée, être accompagné à domicile pour le post-opératoire ambulatoire, les affections longues durées et les conséquences médicales du vieillissement. La bonne réponse en termes de service public doit comprendre une action sur l installation médicale et para-médicale (réouverture du numérus clausus, fin de la totale liberté d installation, contractualisation entre CNAM et médecin avec bonus pour installation en zone déficitaire) et une action sur la mobilisation des solidarités locales (professions paramédicales, ambulanciers, taxis, secteur associatif) pour produire le service de la permanence sanitaire et sociale. Un statut spécifique pourrait être créé, au-delà des maisons médicales, pour des groupements de permanence médicale et paramédicale pouvant regrouper professionnels de la santé, du transport 19

20 (y compris non médicalisé) et les associations intervenant à domicile. Le coût de telles initiatives pourrait notamment être solvabilisé par une prestation individualisée «prévention/proximité» mobilisable par chaque ayant droit par la CNAM (ce qui pourrait d ailleurs conduire à deux filières assurance maladie : une pour prévention/proximité, une pour spécialisation). Retraites : un système universel et personnalisé Le projet de réforme des retraites proposé par le Parti socialiste en 2010 vise à permettre davantage de choix individuels dans le cadre de garanties collectives. pour remplir leurs missions et tendre vers une authentique personnalisation de la relation de service. Avec actuellement une moyenne de plus de 100 demandeurs d emploi dans leur portefeuille et la prise en charge de l indemnisation depuis la fusion au sein de Pôle emploi de l Unédic et de l ANPE, ils ne peuvent pas se consacrer suffisamment à la prospective des débouchés ni au développement des capacités professionnelles des demandeurs d emploi. Dans ce contexte, la personnalisation du service public de l emploi ne peut se limiter à une simple baisse du nombre moyen de demandeurs d emploi par portefeuille, à un allongement de la durée des entretiens, voire à leur multiplication. Si une avancée dans ce sens est souhaitable, elle ne saurait être la réponse univoque aux difficultés de ce service public. D une part, des garanties collectives, qui sont des protections pour tous les Français : le maintien de l âge légal de départ en retraite à 60 ans, à la fois liberté de choix et facteur de justice, et la prise en compte des périodes de travail pénible (de nuit, à la chaîne, port de charges lourdes, dans le bâtiment ), qui doivent permettre de bénéficier d une majoration des annuités permettant de partir plus tôt à la retraite. D autre part, davantage de liberté laissée aux travailleurs. Ceux qui le peuvent et le souhaitent doivent être incités à travailler plus longtemps. La mise en place d un compte-temps permettrait de décloisonner les trois temps de la vie formation, travail, retraite voire intégrerait la possibilité de prendre une année sabbatique, de reprendre ses études grâce à un droit de tirage accordé à la sortie du système scolaire, ou de réduire progressivement son temps de travail. Emploi : redonner de l efficacité au service public de l emploi en personnalisant effectivement l accompagnement La personnalisation nécessite un aiguillage fin des demandes d information et un meilleur ciblage des propositions d emploi. Un agent qui serait responsable d une nouvelle stratégie, plus dynamique, pourrait être désigné, libéré, en partie tout au moins, de la gestion quotidienne des dossiers. La désignation d un référent unique ou conseiller unique, si elle ne s accompagne pas d une réorganisation des flux de demandes d informations et des actes administratifs, ne sera pas en mesure d apporter une réelle amélioration. La possibilité pour un conseiller de cibler un demandeur ou un groupe de demandeurs en fonction des opportunités d embauches dans un domaine d activité à un moment donné nécessite une réorganisation de sa charge de travail. Le traitement rapide des questions récurrentes et des besoins prévisibles des demandeurs d emploi doit faire l objet d une hiérarchisation. Toute réorganisation du travail des agents, donc de la relation de service, doit être négociée, lisible pour les agents et appropriable par eux. Ce sont des conditions sine qua non pour tendre vers une offre effectivement personnalisée et placer le demandeur d emploi au cœur des priorités. Améliorer l efficacité du service public de l emploi nécessite de reconsidérer radicalement les ressources mises à la disposition des conseillers 20

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

Professionnaliser. les médiateurs sociaux. acquis de l expérience (VAE) par la validation des

Professionnaliser. les médiateurs sociaux. acquis de l expérience (VAE) par la validation des Professionnaliser les médiateurs sociaux par la validation des acquis de l expérience (VAE) MÉDIATEUR SOCIAL un métier de contact, un intervenant social de proximité sur un territoire déterminé Acteur

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

UNE VILLE QUI SAIT HABILITER SES CITOYENS À PARTICIPER AUX DÉCISIONS PUBLIQUES

UNE VILLE QUI SAIT HABILITER SES CITOYENS À PARTICIPER AUX DÉCISIONS PUBLIQUES MISE EN CONTEXTE: Réalisée à la bibliothèque Marc-Favreau dans le cadre de la démarche stratégique du bureau de la ville intelligente et numérique (BVIN), la causerie citoyenne du 16 novembre 2014 visait

Plus en détail

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 1 INTRODUCTION L accès aux soins de premier recours est une des composantes majeures du droit fondamental à la santé.

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF 1.000 places de crèches supplémentaires pour les franciliens SOMMAIRE Page 1 : programme de la matinée du 7 octobre

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

«silver économie» économie orientée vers les seniors. St Savin - commission économie

«silver économie» économie orientée vers les seniors. St Savin - commission économie «silver économie» économie orientée vers les seniors 2 Répondre aux enjeux sociaux par une approche économique 3 4 Population relative au niveau national et départemental 5 Projection sur le Sud Vienne

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

ce que l UNSA a obtenu

ce que l UNSA a obtenu Agents contractuels de la Fonction publique : ce que l UNSA a obtenu UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

La Région, c est votre espace!

La Région, c est votre espace! La Région, c est votre espace! Jacques Auxiette inaugure l Espace Régional du Mans Jeudi 25 janvier 2007 Communiqué de presse L Espace Régional du Mans en bref Plaquette «La Région c est votre Espace!»

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail