Après les attentats du mois de janvier, le gouvernement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Après les attentats du mois de janvier, le gouvernement"

Transcription

1 Hte Normandie Déposé le 11/02/15 NUMERO 81 Février 2015 Unité nationale : artifice du Capital! Après les attentats du mois de janvier, le gouvernement nous joue la carte de l unité nationale en utilisant l émotion, les raccourcis, les leçons d'humanisme à la mode libérale et guerrière (quels chefs d'états défilant le 11 janvier n'avaient pas de sang sur les mains?). On veut nous imposer une ligne de conduite, LA ligne de conduite. Voilà une raison supplémentaire de redonner au mouvement syndical, à celui que nous défendons, une base idéologique solide. C'est ce qui nous permettra d'une part d'asseoir nos revendications et les luttes qui les accompagnent, et d'autre part de réagir aux différents événements, nationaux ou planétaires, en les interprétant avec le recul nécessaire. On ne défendra pas la laïcité ni les acquis des travailleurs à coups de slogan(s) qu'on nous impose et on ne se laissera pas embarquer dans un modèle de société qu'on réfute au nom d'une pseudo identité nationale qui n'est pas la nôtre. Paradoxe de la situation actuelle : les dirigeants libéraux qui érigent la réussite individualiste en modèle réussissent à faire défiler tout un peuple ou presque derrière eux. Ne nous laissons pas berner. Notre place est avec les opprimé-e-s. Dans l Éducation Nationale, les restrictions budgétaires ont des conséquences douloureuses, parmi lesquelles le redéploiement des moyens d'éducation prioritaire, mais ce n'est qu'une petite partie immergée du mal profond qui nous ronge à petit feu: la transformation de l École sur le modèle de l'entreprise. Il est forcément légitime que les établissements qui voient leurs moyens diminuer suite à ce redéploiement luttent pour au minimum les conserver, mais puisque qu'on nous affirme que l'éducation doit être une priorité, revendiquons toujours des moyens prioritaires pour l'éducation, tout en gardant notre objectif de transformation de l'ecole dans le cadre d'un modèle social lui aussi transformé. La loi Macron, (Accompagner l'évolution du marché du travail, pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques) est actuellement en discussion au parlement. On nous sert toujours la même rengaine: pour plus d'égalité, plus de justice, plus d'efficacité... mais cette loi s'inscrit dans la continuité de celles votées par la droite ou la gauche qui obéissent aux vœux du patronat : faciliter les licenciements, casser le cadre prud'hommal, banaliser le travail du dimanche...et pour nous appâter, on met en avant l'attaque des privilèges des professions réglementées de justice. Si pour le patronat, l'ecole est un enjeu majeur, pour nous, Sud Education, le combat contre le capitalisme et ses ravages doit être un enjeu majeur. Ce combat, on doit le mener dans l'education nationale, mais pas seulement! 1 Journal réalisé collectivement par les adhérents de SUD-Éducation et imprimé par eux Numéro de CPPAP : 0313 S Directrice de publication : G. VALLOIS Prix : 2 Gratuit pour les adhérents Abonnement : 20 SUD-Éducation Hte-Normandie 8 rue Louis Blanc, Rouen tel PAGE 1 : Edito PAGE 2 : Education prioritaire PAGE 3 : DHG, Calendrier CAPA PAGE 4 : Enseignement moral et civique, Prime à la casse. PAGE 5 : Nouvelles des circonscriptions Révocation d un postier. PAGE 6 : Droit d expression des salariés PAGE 7 : Loi Macron PAGE 8 : Communiqué de presse PAGE 9 : Stage RESF PAGE 10 : Exxon, agenda, permanences.

2 ÉDUCATION PRIORITAIRE : un combat mené à la base! L annonce du redéploiement de la carte de l éducation prioritaire est emblématique de la façon de procéder du gouvernement : des mots, pas plus de moyens, un déni total des réalités sur le terrain et un mépris croissant pour les acteurs de la lutte. «Déshabiller Paul pour rhabiller Pierre», tel pourrait être le titre de la rengaine jouée par le ministère au fil des ans. La méthode utilisée pour «trier» les écoles reposait sur des statistiques INSEE aux paramètres certes pertinents (taux de chômage, revenus moyens, dossiers de bourse.) mais pas représentatifs de la population des établissements scolaires. Par exemple, le collège de Grand Couronne accueille peu d élèves des Essarts, alors que les statistiques prenaient cette ville en compte et que le niveau de revenus y est bien plus élevé. Enfin, la réalité économique de Grand Couronne, confrontée aux licenciements de PETROPLUS et de la CHAPELLE DARBLAY, est en pleine évolution et cette mesure apparaît comme d autant plus insupportable. Sur le terrain les réactions ont été immédiates, tant au niveau des équipes éducatives qu au niveau des parents d élèves. Le secteur de Grand Couronne s est rapidement retrouvé à la pointe du combat : blocage des écoles Victor Hugo maternelle et élémentaire, blocage du collège Renoir, tenue régulière d AG menées par les parents d élèves. Avec un sens aigu de l auto-organisation, ces AG accouchaient rapidement de décisions pratiques (quelles actions? comment s organiser par rapport aux enfants? ) La décision de l administration, le vendredi 23 janvier, d envoyer la police pour débloquer le collège Renoir a fourni aux parents la couverture médiatique dont ils avaient besoin pour faire perdurer leur action. Loin de les abattre, cette démonstration de force des autorités a galvanisé les troupes! A noter le soutien sans faille de la municipalité de Grand Couronne, dont les élus étaient présents aux AG. Reçus ce même 23 janvier par l IEN de circonscription, les parents ne sont pas dupes : on leur fait miroiter le fameux dispositif CAPE pour «faire passer la pilule». Ce dispositif se révèle en fait une coquille vide dans laquelle il faudra négocier, pour 3 ans seulement (et on apprend entre temps que ces trois ans se transforment en deux ans!), des aménagements à la marge. Au cours de cette entrevue, les parents soulignent que les demandes de bourses sur le collège Renoir avaient été mal faites, voire pas faites du tout! 2 Quand on sait que ces demandes de bourse constituaient un critère pris en compte par l administration pour décider des moyens alloués Rendez-vous avec Frédéric Sanchez (Président de la Métropole) puis avec le recteur, envoi de la liste des actions menées ainsi que des photos sur la page twitter de la Ministre de L Education Nationale les initiatives ont été menées tambour battant. SUD EDUCATION a pris toute sa place dans cette lutte. Présence systématique aux AG, relais des informations, prise de position. Alors que le syndicat majoritaire a rapidement, au cours des AG, suggéré qu était venu le temps des négociations pour une CAPE, SUD a soutenu la position des parents et des enseignants qui souhaitaient s investir dans la lutte plutôt que dans la négociation. L appel à la grève lancé par la FSU pour le 3 février nous semblait totalement contre-productif dans la bagarre en cours sur l éducation prioritaire. Les mots d ordre, certes légitimes, semblaient disparates et donnaient l impression que le syndicat majoritaire souhaitait «compter ses troupes» ou redorer son blason sur le terrain de la grève, après sa petite alerte électorale.. Au niveau fédéral, toute ouverture s est ainsi avérée impossible pour discuter des mots d ordre. A SUD, nous appuyions depuis longtemps pour obtenir une date nationale sur la question de l éducation prioritaire. L entrevue du mercredi 28 janvier avec la DASEN et le chef de cabinet du Recteur a amplifié le mépris ressenti par les parents et les collègues reçus. L usure s installant, les AG qui ont suivi ont décidé l arrêt des blocages, une demande de rendez-vous avec la ministre de l éducation, une vigilance accrue. Les parents et enseignants investis dans cette lutte ont su créer de véritables assemblées démocratiques et ont fait preuve d une opiniâtreté remarquable. Des liens sont désormais tissés, des réseaux constitués, nul doute que l esprit de résistance saura resurgir à l heure des mobilisations contre les fermetures de classes et les DHG catastrophiques qui ne manqueront pas de survenir. Chapeau bas

3 DHG : encore et toujours l austérité! 2015, les bons vœux du gouvernement toujours la même ritournelle : limiter les dépenses d un «état obèse» qui creusent le déficit public Pourtant, tout citoyen qui tient son budget sait bien que celui-ci dépend de ses dépenses, certes, mais aussi de ses recettes. Or, depuis trente ans, la politique économique néolibérale a consisté à priver l État de nombreuses recettes. En effet, les ménages aisés ainsi que les entreprises ont bénéficié de cadeaux fiscaux et niches fiscales en tout genre, sans parler du bouclier fiscal qui permettait aux plus riches de plafonner leurs impôts. Les conséquences sont sans discussion : un appauvrissement de l État qui depuis 1980, a perdu des recettes fiscales pour un montant total de près de 5 % de PIB Pour mémoire, le traité de Maastricht prévoit que les pays membres de la zone euro ne puissent avoir un déficit budgétaire supérieur à 3 % du PIB On sait où trouver de quoi respecter cette règle budgétaire si tant est, que ce soit une fin en soi. Mais les économistes néolibéraux n ont cure des dépenses publiques qui permettraient de financer une autre école qui serait un lieu d épanouissement de la jeunesse plutôt qu un lieu de formatage, qui serait un lieu d ouverture plutôt qu un lieu de production de diplômes un lieu qui permettrait aux jeunes de s interroger sur une autre société. Malgré une hausse de 2,4% du budget de l Education Nationale pour 2015 avec 9400 postes crées à la clé, les moyens alloués sont bien en deçà des besoins, liés notamment à la hausse démographique. Pour le moment, l objectif des postes crées durant le quinquennat est loin d être atteint. Dans un contexte de dépenses incompressibles, c est «déshabiller Paul pour habiller Jacques», refrain bien connu maintenant, notamment pour diviser les salariés. Refrain qui se décline aussi à l Ecole comme l ont montré les mobilisations dans l Education prioritaire mais aussi dans tous les établissements où chacun fait ses comptes au moment de la DHG ( dotation horaire globale qui détermine, dans le second degré, les moyens horaires attribués à chaque établissement). Dans l académie, il y aura 45 créations de postes dans le secondaire et 51 dans le 1 er degré, c est bien insuffisant et ne permettra pas d améliorer les conditions de travail de tou-te-s, élèves et enseignant-e-s. Depuis combien d années gérons-nous la pénurie comme de «bons petits hussards»? Combien d heures d enseignement perdues? De nondédoublement? D augmentation des effectifs de classe? Allons-nous continuer à courber l échine en espérant que cette année la DHG nous épargne?... Soyons persuadés que ce ne sont pas des luttes isolées qui paient, c est leur convergence. C est ce que l on pense à SUD Education et c est pour cela que nous soutenons les luttes où qu elles soient et aidons les collègues à les faire converger. Calendrier des CAPA Chères et chers collègues, Nous vous rappelons que nous avons obtenu un siège (titulaire + suppléante) afin d être present-e-s aux commissions paritaires académiques et aux groupes de travail concernant les certifié-e-s! Aussi, ne manquez pas de nous contacter pour tout renseignement. Pour mémoire, les prochaines CAPA et GT auront lieu aux dates suivantes : Le 17/03 : CAPA : postes adaptés, accès au corps des certifiés, congé de formation professionnelle Le 27/03 : GT : mesures de carte scolaire Le 12/05 : GT : demandes de priorité de mutation au titre du handicap (mouvement intra) Le 26/05 : GT : barèmes du mouvement intra Le 28/05 : GT relatif au mouvement spécifique Le 02/06 : CAPA : notation Le 05/06 : GT : accès à la hors-classe Le 09/06 : CAPA : accès à la H.C. Du 18 au 23/06 : CAPA : mouvement intra. D autres suivront! Valérie Grunenwald et Florence Rochais. 3

4 Programme d'enseignement moral et civique : la poudre de Perlimpinpin! Hasard du calendrier ou plan de communication de l'education nationale? L'urgence de la réponse à donner à propos de la consultation des enseignants sur les programmes de l'enseignement moral et civique laisse à penser que l'education nationale veut montrer qu'elle agit dans nos établissements à la suite des attentats du 7 janvier. L'école n'a-t-elle pas toujours enseigné le vivre ensemble, le respect de l'autre et des règles? Même s'il n'est pas inutile de le redire, il n'y a que l'éducation nationale qui soit capable de transformer cela en compétences évaluables. Ce nouveau programme reviendrait-il à dire que nous n'avons pas fait ce travail correctement pendant des années? Ce ne peut être qu'un effet d'annonce ou une façon de se dédouaner d'une responsabilité qu'on ne veut pas endosser. En effet, comment peut-on croire qu'on va régler les problèmes de mal être des jeunes avec un simple programme? Devons-nous enseigner l'égalité des chances quand l'état modifie la carte scolaires des REP en sortant de nombreuses écoles et collèges du dispositif, contre l'avis des enseignants? Il est vrai que là, on ne le leur demande pas. Comment enseigne-t-on la fraternité quand les jeunes subissent des contrôles au faciès ou de la discrimination à l'embauche? Depuis longtemps les enseignants demandent des effectifs moins lourds dans les classes, des réseaux de RASED complets..., tous types de moyens qui apportent une aide réellement efficace pour aider les élèves les plus fragiles et éviter qu'ils ne sortent du système scolaire. Les réponses sont toujours les mêmes : nouveaux programmes, livrets de compétences, dossiers administratifs de plus en plus lourds, classes surchargées, manque de remplaçants, manque de places dans les ULIS, les SEGPA., disparition des CIO...La liste est longue. Mais rassurons nous, quand tout le monde saura chanter la Marseillaise, tout ira mieux. Et n'oublions pas non plus que l'état va embaucher 1000 formateurs pour aider les enseignants à appliquer ce programme. D'où sortent-ils? Qui sont-ils? Que connaîtront-ils à la pédagogie? Est-ce à dire que les enseignants ne sont plus capables de lire et de mettre en place un programme? Ou faut-il leur expliquer comment on rentre bien dans les clous? Nul doute que l'argent gaspillé pour une mesure aussi efficace aurait été mieux employé ailleurs... Et puis un nouveau programme, ça ne coûte rien. PRIME À LA CASSE! Un décret et un arrêté datant de novembre 2010 modifiaient la prime annuelle attribuée aux recteurs : elle allait dorénavant comporter deux volets : une part fixe de , et une "part variable" dont le montant pourrait aller jusqu'à 45 % de la part fixe, soit de 0 à Soit un total situé entre et annuels, ce qui n était déjà pas si mal Un nouvel arrêté est tombé à pic dans les cheminées des recteurs le 23 décembre dernier : la part fixe de la prime passait à , soit net de plus! Pour l enseignant de base qui a vu geler son point d indice en 2010 et ce jusqu en 2017, l annonce a tout l air d une farce dont il serait le dindon. Qu à cela ne tienne, la ministre persiste et signe : "Ce n'est ni une fleur ni un cadeau fait aux recteurs. On rectifie une anomalie, car les recteurs gagnaient moins que leurs subordonnés - inspecteurs d'académie et secrétaires généraux." Le lecteur appréciera la justesse du raisonnement, à l aune d une hiérarchie soucieuse de ses droits. Il comprendra que dans une économie de marché, il s agit d attirer «les meilleurs» aux postes élevés alors que sur le terrain, on travaille pour la gloire. Il appréciera donc le fait que les recteurs gagnent chaque mois, sous la forme de prime, plus qu un PE débutant (sans parler du logement de fonction, du véhicule, du chauffeur ) Il regrettera cependant que le raisonnement reste bloqué dans les hautes sphères de la hiérarchie alors qu'à diplôme égal un enseignant gagne moins que dans le privé, qu'un professeur en France est parmi les plus mal payés des pays de l'ocde. Il fulminera par contre en considérant que cet argent pourrait contribuer à l embauche des précaires, au financement de l éducation prioritaire Bref, à bien d autres choses plus justes que l arrosage des huiles. 4

5 DES NOUVELLES DES CIRCONSCRIPTIONS CIRCONSCRIPTION DE GRAND QUEVILLY : l IEN, M. Charlemein, a de saines lectures. Lors d une réunion impromptue avec les enseignant-e-s des écoles Maupassant de Petit Couronne (leur école était bloquée par les parents d élèves), M. Charlemein a révélé qu il consultait le site de SUD EDUCATION pour se tenir informé des actions en cours concernant la lutte pour l éducation prioritaire. M. Charlemein sait où aller chercher l info des luttes! Merci à lui de nous faire confiance, nous ne saurions qu encourager nos collègues à suivre son exemple. A noter toutefois que SUD EDUCATION, syndicat anti-hiérarchique, ne pourra pas lui proposer une adhésion. CIRCONSCRIPTION DE ROUEN SUD : l IEN, Mme Malot ne fait pas bonne lecture des textes en vigueur. Elle a en effet envoyé un courrier de remontrances à une directrice au motif que celle-ci ne lui aurait pas fait parvenir un état des grévistes pour la journée du 9 décembre et qu elle n aurait pas supervisé l envoi des déclarations préalables des enseignant-e-s de son école. Or ces déclarations avaient été envoyées dans les délais, mais les services postaux avaient livré les courriers en retard. Le BO n 33 du 4 septembre 2008 fixe, noir sur blanc, ces modalités. Il ressort de cette lecture que Mme Malot reproche à une collègue de n avoir pas fait le travail qui lui revenait à elle-même, inspectrice. Car c est son travail de recenser les grévistes à partir des déclarations préalables de grève des collègues et d en informer les services municipaux. De plus, si ces déclarations sont dites «individuelles», c est bien qu elles relèvent de la responsabilité de chacun, pas du directeur ou de la directrice. Il s agit là d un réel abus de pouvoir que SUD EDUCATION a dénoncé auprès de la DASEN afin d obtenir une clarification. En attendant, nous appelons nos collègues à être vigilant-e-s et ne pas céder à ce genre d injonction totalement abusive. Non à la révocation de Yann, fonctionnaire à la Poste! Voilà des années que La Poste utilise la répression et les mesures disciplinaires contre les salarié-e-s qui cherchent à résister aux restructurations incessantes, aux suppressions de postes et à la dégradation des conditions de travail. Mais elle vient de franchir un nouveau cap en prononçant la révocation de Yann Le Merrer, un camarade de Sud Ptt du 92 : même s il y avait eu des licenciements de salariés contractuels et que des procédures de licenciement sont toujours en cours, il s agit de la première révocation d un fonctionnaire pour fait de grève depuis 1951! Car ce que La Poste reproche à Yann, ce sont ses interventions et prises de parole aux côtés de grévistes, dans différents bureaux, durant la longue grève dans les Hauts-de-Seine, l an dernier. Cette révocation ne doit pas passer. En parallèle des contestations en justice, c est sur la mobilisation de tou-te-s qu il faut compter. Un premier rassemblement a eu lieu mardi 20 janvier à Nanterre devant la direction départementale du 92. Une pétition est aussi mise en ligne, à l adresse : reintegrationyann.sudptt.org. 5

6 Droit d expression des salarié-e-s : battons-nous pour le faire appliquer! Le ministre François Rebsamen avait donné une feuille de route aux partenaires sociaux du privé en juillet dernier, sur "la qualité du dialogue social et la représentation des salariés. L objectif avoué étant d aller vers "moins de formalisme et plus d'efficacité" et d améliorer ainsi la compétitivité et l'emploi. La feuille de route contenait deux axes principaux : - La représentation des salarié-e-s et le droit d expression au sein des très petites entreprises (TPE, moins de 11 salarié-e-s). - La fusion proposée, pour les entreprises de plus de 11 salarié-e-s, des Comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), des Comités d'entreprise et des délégués du personnel en une instance unique. A ce jour les négociations patronat /syndicats sont stoppées. Le point de désaccord fondamental est la modification de l instance CHSCT obligatoire actuellement dans les entreprises de plus de 50 salarié-e-s qui deviendrait une simple commission, optionnelle dans les entreprises de 50 à 300 salarié-e-s et obligatoire au-delà. Le Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social vient d annoncer que le gouvernement "prendrait ses responsabilités". Il y a de quoi s inquiéter! Vous pouvez signer la pét it ion : Et dans Education Nationale : quand est-il? C est là où le bât blesse : les CHSCT n ont été créés par l arrêté du 1er décembre 2011 qu à l échelle de l académie et du département. Le nombre de salariés censés y être représentés s élevant à plusieurs milliers ou dizaines de milliers, il est difficile de faire remplir toutes leurs fonctions aux CHSCT qui se réunissent trois fois par an. On notera aussi que le ministère a fait le choix de limiter à 7 le nombre de représentants du personnel en CHSCT, alors que le décret de 2011 permettait d aller jusqu à 9. Ce qui a conduit à évincer les «petits» syndicats (dont Sud) de nombre de CHSCT départementaux et académiques. Si le Code du travail était respecté, ce qui n est pas le cas, c est à partir de 50 salarié-e-s que devrait être créé un CHSCT. Concrètement, cela signifierait que la quasi-totalité des lycées, lycées professionnels et collèges devrait avoir un CHSCT, que pourraient être créés des CHSCT dans les circonscriptions du 1er degré, mais aussi au sein des rectorats et les IA, des CDDP et CRDP C est ce qu exige Sud éducation qui revendique la création de CHSCT dès 50 salarié-e-s, comme dans le privé. Mais ce n est vraisemblablement pas le souhait du ministère ni des organisations syndicales cogestionnaires. Pourtant, ce sont bien les personnels qui savent ce qu ils vivent au quotidien? Oui, les salarié-e-s peuvent et doivent agir directement sur leurs conditions de travail! Notre outil syndical est disponible pour cela. A titre d exemple nous avons été sollicités par le personnel d une école pour organiser une réunion rapide avec les autres syndicats sur le thème de leurs conditions de travail. Le soir même nous avons eu une première rencontre ou après échanges nous avons expliqué comment ouvrir et utiliser le RSST (Registre de Santé et Sécurité au Travail) dans un cadre collectif. Les douze collègues ont suivi nos conseils et ont rétroactivement rempli trois cents fiches qui vont permettre de saisir le CHSCT départemental et d être défendus par les élus de la CGT et de la FSU (nous ne siégeons pas) pour que soit évoqués leurs «cas» et qu une enquête du CHSCT soit diligentée. Battons-nous pour dénoncer nos conditions de travail! Contactez-nous pour toute aide dans vos démarches, notamment le RSST. 6

7 LOI MACRON : LOI DES PATRONS Depuis le 26 janvier, la loi Macron est examinée à l'assemblée. La logique d'ensemble de cette loi ultra-libérale est une attaque franche contre le droit travail. Le travail du dimanche et l'encadrement des professions réglementées ne sont que la partie immergée et médiatique. Il s'agit surtout de raboter, de supprimer ce qui protège les travailleur-euse-s. 1) Réforme de la justice prud'homale Cette réforme fragilise les conseiller-ère-s, les représentant-e-s des salarié-e-s. Ils seront moins nombreux et de nombreuses affaires pourront être transmises directement devant un juge professionnel. Les conseils de prud'homme dont 30% avaient été supprimés par Rachida Dati, vont être en partie vidés de leur capacité à défendre les salariés, les laissant seuls face à la justice patronale. 2) Travailler le dimanche La possibilité pour une entreprise de faire travailler ses salarié(e)s le dimanche sera étendu très largement. Entre 5 et 12 dimanches pourront être supprimés (c'est à dire travaillés) par le maire. Les contreparties (salaire doublé, repos compensatoires) seront réduites puisque les entreprises de moins 20 salarié-e-s n'auront pas obligation à doubler le salaire. Celles de plus de 20 salarié-e-s auront 3 ans pour «arriver au doublement du salaire des dimanches» Ces mesures ne seront mises en place, nous dit on, qu'avec l'accord des salarié-e-s Mais c'est parce que les salaires sont trop bas que certain-es accepteront! Pas de travail le dimanche, augmentation des salaires! 3) Faciliter les licenciements Simplification des procédures de licenciement pour les entreprises entre 2 et 9 salarié-e-s. En cas de licenciement abusif même si celui-ci est cassé par le tribunal administratif, il n'y aura aucune obligation d'indemnité ou de réintégration. 4) L'inspection du travail encore affaibli Le pouvoir de sanction passe des mains des Inspecteurs du Travail à celles de la D.I.R.E.C.C.T.E ( Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'emploi), instance totalement au service du patronat. 5) Le délit d'entrave au droit syndical allégé Suppression de la peine d'emprisonnement et de toute sanction pénale, et remplacement par des sanctions financières pour les patrons non respectueux du droit syndical. Ils pourront donc être «hors la loi» et nier les droits syndicaux et les représentants des salariés en prévoyant un petit budget pour... En résumé et à travers ces quelques points (non exaustifs), on comprend bien pourquoi la droite va en partie voter pour cette loi. C'est une attaque frontale contre nous tous et toutes, salarié-e-s (public/privé), chômeureuse-s, précaires, contre le droit du travail. Pour, soit-disant faire baisser le chômage, ils veulent faciliter les licenciements, nous faire travailler plus longtemps, nous faire taire. Nous devons répondre par une mobilisation large, massive, unitaire et interprofessionnelle! Contre la loi Macron, pas d'esprit du «11 janvier», pas d'union nationale, pas une minute de silence! 7

8 Communiqué de presse Fédération SUD Éducation 17, Bld de la Libération, St Denis Tél. : Fax : Non, un enfant de huit ans ne peut pas faire «l apologie du terrorisme». Huit ans. C est l âge d un enfant convoqué au commissariat et entendu le 28 janvier par la police niçoise pour «apologie du terrorisme» au titre de propos tenus en classe. Quels que soient les mots qu a pu prononcer cet enfant, il est ahurissant de voir que l institution y répond par une judiciarisation totalement disproportionnée. Témoignant d une vision policière de l éducation, la ministre de l Éducation nationale elle-même a soutenu publiquement cette manière de faire déclarant : «Je le dis avec force, non seulement cette équipe a bien fait de se comporter ainsi, mais son travail de suivi, et pédagogique et social, est une œuvre utile et je l'en remercie.» Le 14 janvier, à l Assemblée nationale, la ministre avait par ailleurs déjà fustigé les «trop nombreux questionnements» et les «questions insupportables» de certains élèves. Notre conception de l éducation est à l opposé de ces postures autoritaires et répressives. Bien sûr que les échanges avec les élèves peuvent être difficiles, mais nous continuons de préférer y répondre par l échange collectif et coopératif, le développement de l esprit critique, la construction patiente d une pensée autonome chez les élèves, la conviction et le raisonnement. Cette escalade dans l embrigadement de l école publique doit maintenant cesser. 8

9 Stage RESF académique le mardi 7 avril 2015 Il se déroulera de 9h30 à 16h30, à la Maison de l Université de Mont Saint- Aignan (Place Emile Blondel). Alors que le RESF a fêté ses 10 ans d existence à Rouen il y a quelques mois, voilà une nouvelle occasion de découvrir les combats de RESF et de participer au renforcement des équipes de correspondant-e-s du RESF dans les établissements scolaires de l académie. Le programme de la journée : Le matin, projection d un documentaire sur l accueil des migrants en France suivi d un débat. Repas libre. Différentes interventions l après-midi : France Terre d Asile, Médecins du Monde, DAL, avocats (avec un point spécifique sur les jeunes mineurs isolés), comités de soutien Pour les personnels de l Education en activité : Il faut demander une autorisation d absence à la hiérarchie avant le samedi 21 février (avant les congés de février). L autorisation d absence pour formation syndicale est un droit en application de la loi n du 23/11/1982 et du décret n du 15/06/1984. Dans le premier degré : faites votre demande auprès du DASEN, sous couvert de l IEN. Dans le second degré : remplissez la demande de congé de formation syndicale. Des formulaires prévus à cet effet sont à disposition dans les établissements, le remettre rempli au chef d établissement. Premier et second degrés : A défaut de réponse expresse au plus tard le 15 ème jour qui précède le stage, le congé est réputé accordé. Une attestation de présence vous sera remise le jour du stage si vous en avez besoin. Selon Oxfam, «la part du patrimoine mondial détenu par les 1 % les plus riches était passée de 44 % en 2009 à 48 % en 2014, et dépasserait les 50 % en 2016». Cela signifie que s'ils continuent à s'enrichir, ils posséderont plus que l'ensemble des autres habitants de la planète réunis. La quasitotalité des 52 % de patrimoine restant sont aux mains des 20 % les plus riches. «Au final, 80 % de la population mondiale doit se contenter de seulement 5,5 % des richesses», estime le rapport. 9

10 Coordonnées des permanences / contacts RESF LA RICHISSIME EXXON MOBIL LICENCIE! R.E.S.F. Le Havre 45 rue Pierre Benoît Le Havre Tél : E n grève pendant deux heures à l appel de l intersyndicale, des salarié-e-s d Exxon Mobil Notre-Dame-de-Gravenchon et des salarié-es d entreprises sous-traitantes ont manifesté mardi 27 janvier 2015 pour contester la fermeture du BUTYL et la restructuration de la PMT Ouest. Des Comités d entreprise des 14 et 15 janvier, il est ressorti que la société Exxon Mobil a décidé de fermer une unité jugée non rentable aux yeux de ses actionnaires américains. Cette fermeture entraînera la suppression de 80 emplois directs et 250 emplois induits dans la région. R.E.S.F. Rouen Permanences un mercredi sur 2 entre 16H et 17H Calendrier des prochaines permanences à Rouen : à 16h le 19/11, le 3/12, le 17/12 Maison des Associations 22 Rue Dumont d Urville Tel : RESF Eure 11 rue des Martyrs SAINT SEBASTIEN DE MORSENT Permanences Uniquement sur Rendez-vous Local Amnesty International / RESF Faubourg Saint Léger 3 rue Vigor EVREUX tél: À la remarque de journalistes leur rappelant le bénéfice du CICE qu ils ont touché pour créer des emplois, les communicants d Exxon ont répondu que « sont une goutte d eau dans le budget de leur société et ne peuvent pas peser conséquemment.» Alors rendez-les nous! Au Public l argent public! Car cette «goutte d eau», en plus de toutes les autres «gouttes d eau», perçues par d autres entreprises licencieuses ou non créatrices d emplois, plutôt que de tomber dans la poche des actionnaires, permettrait de maintenir certains établissements en REP, de créer des postes, de maintenir des postes de COP, de créer des postes d infirmiers et d assistants sociaux, de titulariser des précaires... olidaires 18/02/15 : AG de Sud Education. 11/03/15 : Réunion publique unitaire "Solidarité avec Kobané", à l initiative de Solidaires 76, salle Festive de Saint Etienne du Rouvray, de 18h à 21h. 7/04/15 : Stage RESF 9h30 à 16h30, à la Maison de l Université de Mont Saint-Aignan (Place Emile Blondel). Pour plus d informations, voir notre site. C est terrible! Charb ne pourra plus jamais nous dessiner! nitaires Ouais! On peut remercier Sacha pour les nouveaux dessins! émocratiques PERMANENCES DE SUD-ÉDUCATION HAUTE-NORMANDIE Sur la toile : ROUEN Lundi : 9h-12h & 13h30-17h 8 rue Louis Blanc Mardi : 8h30-17h (métro Europe) Mercredi : 9h-12h & 13h30-17h Tel /fax : Jeudi : 9h-12h & 13h30-17h mobile Vendredi : 9h-12h & 13h30-17h 10 LE HAVRE : 119 Cours de la République (Maison des syndicats) Tel : Lundi : 9H30-11H00 Mardi : 14H30-17H00 Jeudi : 15H30-17H30

PEGC Académie de Rennes

PEGC Académie de Rennes Septembre 2014 SNUipp-FSU CONTACTS Sections départementales SNUipp Côtes d'armor snu22@snuipp.fr Tél : 02 96 61 88 24 Finistère snu29@snuipp.fr Tél : 02 98 53 76 77 Ille et Vilaine snu35@snuipp.fr Tél

Plus en détail

Recrutement d enseignants du second degré. Que vaut-il mieux présenter : CAFEP (Privé) ou CAPES (Public)?

Recrutement d enseignants du second degré. Que vaut-il mieux présenter : CAFEP (Privé) ou CAPES (Public)? SYNEP Le syndical SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE Maison de la CFE-CGC 63 rue du Rocher 75008 PARIS tél. : 01 55 30 13 19 Fax : 01 55 30 13 20 Email : synep@synep.org Recrutement d enseignants

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

F. C. P. E IN F O S 0 6

F. C. P. E IN F O S 0 6 Conseil Départemental, 6 rue de France - 06000 NICE SEPTEMBRE 2013 - N 125 Conseil Départemental des Parents d Élèves F. C. P. E IN F O S 0 6 04 93 88 50 00 04 93 87 22 05 Site : www.fcpe06.org courriel

Plus en détail

Allègement des tâches administratives

Allègement des tâches administratives Allègement des tâches administratives I - Général A- Les effets de la dématérialisation par le net : 1- Des mails en nombre trop important et qui prennent un temps très important dans la gestion : des

Plus en détail

Circonscription d ARGENTEUIL NORD LIVRET D ACCUEIL DES ENSEIGNANTS DEBUTANTS

Circonscription d ARGENTEUIL NORD LIVRET D ACCUEIL DES ENSEIGNANTS DEBUTANTS Circonscription d ARGENTEUIL NORD LIVRET D ACCUEIL DES ENSEIGNANTS DEBUTANTS 2013/2014 1 PREAMBULE : Vous venez de réussir le concours de recrutement de professeurs des écoles et nous vous en félicitons.

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS 1) Les coopératives et les foyers ne sont pas des moyens de pallier certaines insuffisances financières ou matérielles : Ce

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité (adopté par le Conseil d administration du 8 octobre 2014) * Chapitre 1. Dispositions électorales communes aux instances de gouvernance Article 1.

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

Une circulaire "Technique" sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers

Une circulaire Technique sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers Paris, le10/11/2009 46, avenue d Ivry 75647 PARIS cedex 13 01 40 63 27 31 Fax: 01 40 63 29 09 Secrétariat : Claudine CAUQUIS : 01 40 63 27 10 tresor.enretraite@snes.edu Aux secrétaires et Trésoriers de

Plus en détail

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2 Périgueux, le 23 septembre 2013 L Inspecteur de l Education nationale, à Mesdames et Messieurs les Directeurs d école et Mesdames et Messieurs les enseignants de la circonscription de Périgueux II COMMUNICATION

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES ELECTIONS DES DELEGUES AU CONSEIL DE VIE LYCEENNE (CVL) Voter pour se faire entendre

GUIDE DE BONNES PRATIQUES ELECTIONS DES DELEGUES AU CONSEIL DE VIE LYCEENNE (CVL) Voter pour se faire entendre Je vote Tu votes Elle vote Il vote Nous votons Vous votez GUIDE DE BONNES PRATIQUES ELECTIONS DES DELEGUES AU CONSEIL DE VIE LYCEENNE (CVL) Voter pour se faire entendre Septembre 2010 Préface Elaboré au

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots N 489 - Semaine du 22 avril 2014 Austérité n ayons pas peur des mots Tout son poids dans la balance François Hollande

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise!

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise! Groupe CEolis Le spécialiste des comités d'entreprises, des CHSCT et des Syndicats Newsletter SPECIALE avril 2014 Édito : Eclairer l'avenir de l'entreprise BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST

Plus en détail

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique Travaux dirigés de droit du travail, 3 ème année de Licence de droit, année 2011-2012 1 ère séance - Le lien de subordination Cass. Soc. 13 novembre 1996, n 94-13187 Cass. Soc. 19 décembre 2000, n 98-40572

Plus en détail

Paris, le 27 janvier 2015. Le directeur des services académiques de l éducation nationale chargé du 1 er degré

Paris, le 27 janvier 2015. Le directeur des services académiques de l éducation nationale chargé du 1 er degré Affaire suivie par : Aspects réglementaires et quotité de temps partiel : Audrey Ledermann Chef du bureau DE3 Audrey-ledermann@ac-paris.fr Tél 01.44.62.43.42 Isabelle Chevrier Adjointe à la chef du bureau

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : Décret du Modifiant le décret n 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs

Plus en détail

Débat sur la loi de Santé

Débat sur la loi de Santé Débat sur la loi de Santé TPG Le principe de ce TPG est que le patient n aura plus à avancer les frais pour la consultation. Actuellement, pour une consultation chez le généraliste de 23 : 15,10 e remboursés

Plus en détail

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures)

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures) EC CABIINET PESCE - LEBOUCHER 1. SOCIETE 2. D EXPERTISE COMPTABLE www.cabinetpesceleboucher.fr Le 25/09/2013 ACTUALITES SOCIALES 2013/2 EN BREF (quelques chiffres) valeurs inchangées : SMIC Horaire au

Plus en détail

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Les fonctionnaires sont les salariés qui paient le plus lourd tribut à la réforme des retraites, qui pourtant n'apparaît que comme un deuxième

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

https://bv.ac-reunion.fr/dpep du 7 février au 23 février 2014

https://bv.ac-reunion.fr/dpep du 7 février au 23 février 2014 Le recteur à Mesdames et messieurs les enseignants du 1 er degré public S/c de mesdames et messieurs les IEN chargés des circonscriptions du premier degré S/c de mesdames et messieurs les principaux TRES

Plus en détail

solidarité www.aulnay-sous-bois.fr

solidarité www.aulnay-sous-bois.fr bureau d aide aux solidarité www.aulnay-sous-bois.fr Violences conjugales Vol avec violence Accidents de circulation Harcèlement Viol Agression Agression, Viol, Vol avec violence, Discriminations, Violences

Plus en détail

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 FO a été reçu à sa demande par le doyen de l inspection générale Vie scolaire, monsieur Bisson-Vaivre et monsieur Goyheneix, Inspecteur général, le 6 juillet

Plus en détail

Les nouvelles obligations comptables des comités d entreprises

Les nouvelles obligations comptables des comités d entreprises BULLETIN D INFORMATION DU GROUPE CEOLIS DECEMBRE 2014 Les nouvelles obligations comptables des comités d entreprises La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Info flash n 18 Juin 2015

Info flash n 18 Juin 2015 Info flash n 18 Juin 2015 Spécial Mouvement Intra Résultats Sommaire : 1) Compte rendu de la CAPA du 25 juin et bilan mouvement intra 2) Déclaration SNES-FSU CAPA du 25 juin 1) Compte rendu de la CAPA

Plus en détail

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE L UNAF et LA DEMI-PART FISCALE Union nationale des associations familiales 28 place Saint-Georges 75009 PARIS Tél : 01 49 95 36 00 Fax : 01 40 16 12 76 www.unaf.fr 1/11 L'UNAF et la suppression de la demi-part

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015 LE POINT SUR La base de données unique (BDU) dans les entreprises de moins de 300 salariés Afin de renforcer l information des instances représentatives du personnel, la loi du 14 juin 2013 a créé un nouveau

Plus en détail

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr www.ville-stains.fr SOMMAIRE page 4 INFORMATION ET ORIENTATION page 6 ACCES AU DROIT page 8 AIDE AUX VICTIMES page 10 MEDIATION page 12 ECRIVAIN PUBLIC page 14 LEXIQUE + NOS PARTENAIRES EDITO Pour la Municipalité,

Plus en détail

A la loupe. La Sécurité Sociale, pilier fondamental de la PROTECTION SOCIALE FRANCAISE

A la loupe. La Sécurité Sociale, pilier fondamental de la PROTECTION SOCIALE FRANCAISE A la loupe La Sécurité Sociale, pilier fondamental de la PROTECTION SOCIALE FRANCAISE Quand la réponse au désengagement croissant de la sécurité sociale de la prise en charge des frais de santé oriente

Plus en détail

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL La rupture met un terme définitif aux obligations des parties. La suspension entraîne un arrêt momentané à l'issu duquel le contrat reprend son cours. La rupture

Plus en détail

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg Académie de Strasbourg Groupe Professionnel de Secteur CPE Colmar Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr C est la rentrée! n 4 Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr 1- Le Mag Santé-Social - 4ème trimestre 2014 L édito Lors du QUE VIVE LE DIALOGUE SOCIAL Dans son discours à l Assemblée

Plus en détail

Les impacts sociaux des fusions

Les impacts sociaux des fusions Les impacts sociaux des fusions Le cadre juridique La négociation Les impacts sur le comité d entreprise Conférence - 2012 Le transfert d entreprise Article L1224-1 du code du travail «Lorsque survient

Plus en détail

INFOS N 5. Veille Jurisprudentielle IRP :

INFOS N 5. Veille Jurisprudentielle IRP : 1 INFOS N 5 Information du CE sur la déclaration du nombre de travailleurs handicapés «L'employeur porte à la connaissance du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel la déclaration

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

RESONANCES EDITO : Une feuille de route déjà bien pleine! Alors, bonne rentrée à toutes et à tous! Mickaël MANZONI

RESONANCES EDITO : Une feuille de route déjà bien pleine! Alors, bonne rentrée à toutes et à tous! Mickaël MANZONI RESONANCES Section Syndicale CFDT Adapei 35 17, rue Kérautret Botmel CS 74428-35044 Rennes cedex sectioncfdt.adapei@laposte.net Site: cfdtadapei35 Tél. 02 99 22 76 65 Permanence le mardi Journal de section

Plus en détail

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école ÉDITO Vous êtes élu au conseil d école et nous vous en félicitons. Les partenaires éducatifs dans leur diversité et au premier plan la famille,

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Annexe 4 CONVENTION RELATIVE À L ORGANISATION DE STAGE D'APPLICATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

Annexe 4 CONVENTION RELATIVE À L ORGANISATION DE STAGE D'APPLICATION EN MILIEU PROFESSIONNEL 2007 Annexe 4 CONVENTION RELATIVE À L ORGANISATION DE STAGE D'APPLICATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Vu le code du travail, et notamment son article L.211-1; Vu le code de l éducation, et notamment ses articles

Plus en détail

Mémento spécial mouvement. SNUipp-FSU Du Lot. Mouvement 2014. N oubliez pas : C est par le nombre que nous nous ferons entendre.

Mémento spécial mouvement. SNUipp-FSU Du Lot. Mouvement 2014. N oubliez pas : C est par le nombre que nous nous ferons entendre. Mémento spécial mouvement SNUipp-FSU Du Lot Mouvement 2014 N oubliez pas : C est par le nombre que nous nous ferons entendre. Alors n hésitez pas, adhérez au SNUipp, ce sont vos seules cotisations qui

Plus en détail

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres Sommaire Le droit à formation 1 - Droit à la formation 2 des représentants du personnel Des élus titulaires du CE................................ 2 Des membres du CHSCT............................... 2

Plus en détail

Compte-rendu du Conseil d école du 13 novembre 2008

Compte-rendu du Conseil d école du 13 novembre 2008 Compte-rendu du Conseil d école du 13 novembre 2008 Participants : - Directeur d école : M Santoni - Enseignants : Mmes Batifoulier, Bralet, Genoux, Convert, Teppe et Mlle Mely (Professeur des Ecoles 2,

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG Version Octobre 2014 Rectorat de l académie de Strasbourg 6 Rue de la Toussaint 67975 Strasbourg cedex 9 1 Page 1/14

Plus en détail

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Décembre 2009 Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Sommaire Introduction La loi handicap Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Résultats de l enquête nationale Recrutement, sous-traitance,

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005)

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Ces résultats correspondent à 18 questionnaires parmi les 26 stagiaires du groupe Amiens. Le total des réponses ne fait pas toujours

Plus en détail

Grenoble, le 16 janvier 2015. Le recteur de l académie de Grenoble Chancelier des universités. Mesdames et messieurs les chefs d établissement

Grenoble, le 16 janvier 2015. Le recteur de l académie de Grenoble Chancelier des universités. Mesdames et messieurs les chefs d établissement Grenoble, le 16 janvier 2015 Le recteur de l académie de Grenoble Chancelier des universités à Rectorat Division des personnels enseignants DIPER E DIR Réf N 15-002 Affaire suivie par : Franck Lenoir Téléphone

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

!!" # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5

!! # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5 "$ %&' ( )* ( +$ (,$- (./-- 0 1-2- $ 3- ( 4*4-5.&)* 5 Un cadre légal : Les écoles primaires, à la différence des collèges et des lycées, ne sont pas des établissements publics autonomes, et ne bénéficient

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 14 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66762 Cassation partielle sans renvoi Dans un arrêt

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL SOMMAIRE I) - Les effets de l accord sur les dispositions conventionnelles actuelles :... 3 II) - L exercice d'une activité syndicale

Plus en détail

COLLEGE ANDRE LAHAYE

COLLEGE ANDRE LAHAYE COLLEGE ANDRE LAHAYE 1, Avenue de l Espérance 33510 ANDERNOS Tél : 05 56 82 07 23 CAHIER DE STAGE Année scolaire 2014-2015 CLASSE DE L ELEVE : 3 NOM :.. PRENOM :.. Date de naissance : / / Adresse :. Commune

Plus en détail

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux SNUCLIAS FSU 173 rue de Charenton 75012 Paris 01 3 7 53 95 01 9 88 06 17 snuclias-fsu@orange.fr www.snuclias-fsu.fr Réforme de la Catégorie B s Territoriaux Le 21 février 2008, organisations syndicales,

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET Bien que la Sécurité Sociale assimile l accident de trajet aux accidents du travail en matière d indemnisation, il existe des différences. C est pourquoi il convient de déterminer le régime des accidents

Plus en détail

1/ OBJET : MOTION DU CONSEIL MUNICIPAL CONTRE LE PROJET DE PRIVATISATION DE LA POSTE.

1/ OBJET : MOTION DU CONSEIL MUNICIPAL CONTRE LE PROJET DE PRIVATISATION DE LA POSTE. L'AN DEUX MILLE HUIT, le QUATORZE OCTOBRE, à 18 h 30. Le Conseil Municipal s'est réuni en session ordinaire, sous la présidence de Madame DI BIN Roberte, Maire. Date de convocation : 09 Octobre 2008 PRESENTS

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Dossier spécial «prestation restauration»

Dossier spécial «prestation restauration» Confédération Générale du Travail FORCE OUVRIERE Dossier spécial «prestation restauration» La commission Hygiène Sécurité et Action Sociale de la Fédération a décidé de ce dossier afin de permettre aux

Plus en détail

La solidarité en action

La solidarité en action nos adresses Depuis 1942 nous sommes à votre service. Rendez-vous dans l un de nos Pôles Santé Agence de Berck sur Mer 15, rue de l Impératrice 62600 Berck sur Mer Tél. : 03 21 84 12 74 Ouvert du mardi

Plus en détail

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Le livret du délégué 2011/2012 LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Mail : www.lycee-jeanmoulin.fr 1 Vous avez été élu(e) par vos

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h

REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h contact : versailles@sgen.cfdt.fr REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h Ordre du jour : 1. Préparation de rentrée ; 2. Emplois d

Plus en détail

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d octobre 2013 Section éthique et déontologie Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Séance du 21 novembre 2014 Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Préambule La qualité et l efficacité

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Lutter contre les discriminations économiques

Lutter contre les discriminations économiques NOTE n 127 - Fondation Jean-Jaurès - 10 avril 2012 - page 1 Seybah Dagoma* Frédéric Dalsace** David Ménascé*** Pierre Victoria**** * Adjointe du Maire de Paris chargée de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DE RENTREE ANNEE SCOLAIRE 2010/2011

NOTE DE SERVICE DE RENTREE ANNEE SCOLAIRE 2010/2011 c c Arras, le 24 Août 2010 L inspectrice de l Éducation nationale de la Circonscription Arras 1 à Mesdames et Messieurs les Enseignants des Ecoles publiques de la Circonscription NOTE DE SERVICE DE RENTREE

Plus en détail