ÉBAUCHE POUR DISCUSSION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉBAUCHE POUR DISCUSSION"

Transcription

1 Un guide aidant à déterminer les honoraires appropriés pour les services d un architecte L Institut royal d architecture du Canada 2009

2

3 Table des matières Table des matières Préface 3 La valeur d un architecte (L architecture a son importance) 4 1. Rémunération de l architecte Modes de rémunération Facteurs d ajustement des honoraires / variables Frais remboursables Dispositions de paiement Autres dispositions de paiement Classification des bâtiments Usage Complexité du bâtiment Dimensions du bâtiment Coût du bâtiment ou coût de construction Catégorie ou type de bâtiments Définitions Autres références 30 Annexes : 31 A B C D E F G H Feuille de calcul des honoraires Exemple d une facture d honoraires à partir de la feuille de calcul Exemple de facture selon la méthode des honoraires à pourcentage Liste alphabétique des bâtiments par catégorie Services de l architecte Liste de services supplémentaires de l architecte Liste des consultants d une équipe de conception Comment trouver, choisir et engager un architecte 1

4 2

5 Préface Préface Le présent guide a été élaboré par l Institut royal d architecture du Canada pour aider les architectes et leurs clients à déterminer les honoraires appropriés pour les services de l architecte. Dans la période qui a suivi la Deuxième Guerre mondiale, les attentes envers les divers intervenants de la conception et de la construction et le rôle de chacun d entre eux étaient plutôt uniformes et généralement bien compris. Les services rendus par les architectes étaient les mêmes d un projet à l autre et les modes de réalisation des projets reposaient sur des procédures et des usages standards. C est pourquoi il était assez facile de déterminer des honoraires types pour les services d un architecte relativement à une catégorie de bâtiment donnée. Un tarif d honoraires pour les services d architectes était établi sur la base d un pourcentage du coût des travaux et ce tarif était reconnu par les parties et fréquemment utilisé. Aujourd hui, le contexte est différent et il faut examiner chaque projet séparément pour déterminer les honoraires appropriés de l architecte. L exercice de la profession et la prestation des services d architecture ont considérablement évolué. L architecte et le client doivent s entendre sur les multiples exigences du projet et négocier des honoraires particuliers pour chaque projet, notamment pour les raisons suivantes : différentes autorités compétentes et différents processus d approbation selon le type de bâtiment et l autorité compétente; systèmes de construction et technologies de plus en plus complexes et évolués; différentes formes de réalisation des projets; réalisation des projets en phases, divers usages et occupation à divers moments; nombreux experts additionnels à consulter dont il faut coordonner les travaux; niveaux de services additionnels (ou réduits) selon chaque projet et son mode de réalisation; grands écarts dans les coûts de construction; nouvelles exigences en matière de conception et de documentation de projets, comme la modélisation des données du bâtiment; exigences d une certification par un organisme indépendant (comme LEED ); nouvelles demandes pour une construction rapide et des échéanciers serrés; hausse des coûts indirects à cause des «Demandes de propositions» de plus en plus détaillées et complexes et de nouvelles dépenses de marketing; plus grandes attentes en matière de conservation énergétique et de performance des bâtiments; de plus en plus de documents à soumettre à diverses étapes de l élaboration des documents du projet. Vu l importance des changements intervenus dans les secteurs de la conception et de la construction, il est impossible de présumer que les mêmes honoraires professionnels conviendront à tous les projets, même pour des bâtiments de même catégorie et de mêmes dimensions. Ce document vise à aider toutes les parties à déterminer les honoraires appropriés pour les services de l architecte relativement à un projet donné. Toutes les questions et les suggestions concernant les honoraires de l architecte sont les bienvenues et doivent être adressées à : L Institut royal d architecture du Canada 55, rue Murray, bureau 330 Téléphone : Ottawa (Ontario) K1N 5M3 Courriel : Canada Site Web : On peut se procurer des copies additionnelles du présent document par le Centre de commande des documents de l IRAC à l adresse suivante : 3

6 La valeur d un architecte (L architecture a son importance) La valeur d un architecte (L architecture a son importance) «Nous habitons tous dans des bâtiments. Nous passons la majorité de nos heures éveillées et la totalité de nos heures de sommeil dans des bâtiments. Nous ne pouvons éviter de voir où nous vivons. À toux les niveaux, du plus intime au plus généralisé, pour le meilleur ou pour le pire, nous interagissons avec nos bâtiments.» L architecture est la seule profession dont les membres possèdent les compétences pour concevoir l environnement bâti et fournir des conseils d ordre technique ou esthétique à son égard. Les architectes fournissent des services empreints de la compétence technique et de la sensibilité esthétique appropriées aux milieux physique, social, culturel et économique, offrant ainsi une source d inspiration pour la collectivité dans son ensemble. Les architectes ont l obligation de servir l intérêt général et d assurer la santé et la sécurité du public. Ces notions ont maintenant une portée plus élargie et englobent la durabilité de l environnement ainsi que l accessibilité pour toutes les personnes. Les architectes ajoutent de la valeur aux bâtiments en s assurant que le concept et l aménagement des projets sont fonctionnels, que leur construction est durable et éconergétique et Dans le sens des aiguilles d une montre, à partir du haut à gauche Calgary Courts Centre architecte : Kasian Architecture Interior Design and Planning Ltd. photo : Robert Lemermeyer Forest Hill House architecte : Paul Raff photo : Steve Tsai Hazel McCallion Academic Learning Centre architecte : Shore Tilbe Irwin & Partners photo : Ben Rahn, A-Frame Photography que leur apparence et leur impact visuel offrent aux propriétaires et utilisateurs une expérience positive, ce qui en outre, augmente la valeur marchande de ces bâtiments. Les architectes sont formés pour apporter des solutions novatrices aux problèmes. L architecte est un atout précieux pour tout de projet de construction. En outre, la législation en vigueur et les codes du bâtiment dans tout le Canada exigent que les services d un architecte dûment autorisé à exercer la profession soient retenus pour plusieurs types ou «usages» de bâtiments. NOTE : Généralement, les services de l architecte représentent environ 10 % de tous les coûts de conception et de construction d un bâtiment. Les honoraires de l architecte peuvent donc correspondre à aussi peu que 0,01 pour cent des coûts de possession et d exploitation d un bâtiment sur son cycle de vie. Vu l importance des économies engendrées par une bonne conception sur tout le cycle de vie d un bâtiment, il ne convient pas de sabrer dans ces dépenses. Les architectes doivent sensibiliser leurs clients à la valeur de leurs services et expliquer comment leurs idées et leurs connaissances peuvent augmenter considérablement la valeur d un bâtiment tout en réduisant ses coûts d exploitation et d entretien. Le tableau ci contre illustre que les honoraires de l architecte ne représentent qu une très faible portion des coûts totaux de construction et de propriété d un bâtiment. Pourtant, cet investissement initial peut avoir des incidences majeures sur les coûts de possession futurs de tout bâtiment. 4

7 Rémunération de l architecte 1 1 Rémunération de l architecte 1.1 Modes de rémunération Il existe divers modes de rémunération des architectes et tous seront décrits dans la présente section. Les principaux sont les suivants : le montant forfaitaire le taux horaire ou quotidien les honoraires à pourcentage Très souvent, c est une combinaison de ces divers modes de rémunération qui convient le mieux à un projet ou à une phase d un projet, ou encore à un client. Par exemple, il est parfois difficile de déterminer à l avance le temps et la complexité des pourparlers avec les autorités compétentes en vue de l approbation d un projet. Dans un tel cas, il peut être équitable de rémunérer l architecte sur la base d un taux horaire préalablement convenu. Toutefois, la préparation des documents du projet peut être rémunérée sur la base d un pourcentage du coût de construction. Par ailleurs, d autres types de services clairement déterminés pourront être rémunérés selon un montant forfaitaire, par exemple, la préparation d un rendu architectural ou de matériel promotionnel, alors que certains autres services pour le même projet seront rémunérés selon un tarif quotidien ou un pourcentage du coût de construction Montant forfaitaire Un montant forfaitaire est un montant négocié avec le client pour les services professionnels qui peuvent être suffisamment définis dès le début du projet. Ce type d entente ne convient que si l architecte est en mesure de déterminer avec suffisamment de précision la portée du projet, son calendrier d exécution et divers autres éléments variables. Avant de négocier le montant forfaitaire, l architecte doit préparer une estimation complète des heures de travail et des frais indirects. Le montant forfaitaire devient alors un prix garanti, à moins que les paramètres du projet ne soient modifiés pour des raisons indépendantes de la volonté de l architecte. Le cas échéant, ou encore si l envergure du projet ou l étendue des services de l architecte sont modifiées à la hausse ou à la baisse, le montant forfaitaire de l architecte devra être ajusté en conséquence. Le montant forfaitaire est généralement plus élevé que le montant des honoraires à pourcentage pour un même projet. 5

8 1 Rémunération de l architecte Taux horaire ou quotidien Les honoraires fondés sur un taux horaire ou quotidien sont convenus au préalable par les deux parties. Ce mode de rémunération est utile lorsqu il est difficile de déterminer à l avance l étendue des services ou lorsque les services sont rendus de façon intérimaire et souvent pour une courte période. Ce mode de rémunération est généralement privilégié dans les situations suivantes : services mal définis; services partiels; services additionnels; définition du concept; phase particulière du projet; services de témoin expert; projets de rénovations; expertise ou services spécialisés. Les taux horaires varient selon les régions du pays et l expérience de l architecte et de ses employés. De plus, comme la formation des architectes s échelonne sur plusieurs années (parfois, le stage et le processus d admission à la profession sont beaucoup plus longs pour les architectes que pour d autres professionnels, y compris les médecins ou les avocats) leurs taux horaires correspondront à ceux d autres professionnels agréés de leur région. La facturation à l heure est établie sur la base d un taux fixe en dollars (p. ex., 250 $ de l heure) ou d un multiplicateur : le multiplicateur des «dépenses salariales directes» et le multiplicateur des «dépenses personnelles directes». Ce dernier est le plus souvent utilisé. Lorsqu ils sont basés sur les «dépenses personnelles directes», les taux des architectes et de leurs employés comprennent les éléments énumérés à la section Définitions du présent document. Il faudra également tenir compte du coût du surtemps si telle est la demande du client ou pour respecter un échéancier sur lequel l architecte n a pas le contrôle. Les taux horaires et quotidiens de l architecte et ses employés doivent être convenus au début du projet, et le client et l architecte doivent également s entendre sur un délai après lequel ils devront être ajustés (p. ex., après un an) pour tenir compte de l inflation et d autres facteurs. Il importe également de noter que la rémunération des services d architecture de base selon un taux horaire ne signifie pas que les honoraires totaux seront inférieurs à ce qu ils seraient si l architecte était rémunéré selon la méthode du pourcentage du coût des travaux. De plus, il ne convient pas de fixer une limite maximale aux honoraires facturés selon un taux horaire Honoraires à pourcentage Les honoraires à pourcentage établissent un lien entre les honoraires de l architecte et un pourcentage du coût des travaux. Le pourcentage varie selon le type de bâtiment, le coût 6

9 Rémunération de l architecte 1 de construction et le type de contrat de construction et selon diverses autres variables (ajustements des honoraires) décrites dans la section suivante. Il est possible de calculer les honoraires à pourcentage de l architecte en se basant sur un montant net qui exclut tous les honoraires des ingénieurs et autres consultants spécialisés. Par contre, il est également possible de calculer les honoraires à pourcentage qui incluent les services de base des ingénieurs en structure, mécanique et électricité. Ce document comprend des tableaux qui illustrent les deux méthodes. En général, les honoraires à pourcentage sont établis selon des barèmes dégressifs qui tiennent compte de la taille et de la complexité du projet et du coût de construction. Les barèmes dégressifs ne conviennent pas à nombre de projets de rénovation, ni à des projets très complexes ou personnalisés. Les honoraires indiqués au barème dégressif doivent être vus comme un point de départ à la discussion. Ce sont des honoraires de base qui doivent être révisés en fonction de divers facteurs d ajustement pour déterminer les honoraires appropriés pour les services d architecture relatifs à un projet donné. Une fois le pourcentage établi et les honoraires déterminés, le paiement est généralement échelonné selon les cinq phases traditionnelles d un projet, comme suit : PHASE POURCENTAGE DES HONORAIRES TOTAUX Esquisse % Projet préliminaire % Projet définitif % Appel d offres et négociation Phase de la construction (Administration du contrat) 2,5-6,5 % % NOTE : Dans les nouvelles formes de conception et de documentation de projets, comme la Modélisation des données du bâtiment (BIM), une plus grande partie du travail est effectuée à la première phase du projet. L échelonnement des honoraires dans les projets réalisés à l aide de la BIM est comme suit : Esquisse : 25 %, Projet préliminaire : 25 % et Projet définitif : 25 %. Exemple de répartition des honoraires pour un projet traditionnel 7

10 1 Rémunération de l architecte Normalement, les services sont fournis d une façon progressive et il en va de même des paiements; le paiement final pour les services de base traditionnels (l00 % des honoraires) est versé 12 mois après l achèvement substantiel des travaux ou parfois après l envoi du certificat de paiement final à l entrepreneur Coût des travaux Il est important que le client comprenne bien la définition du coût des travaux, parce que ce montant sert à calculer les honoraires au pourcentage. La définition du coût des travaux est la suivante : Le coût des travaux est le prix, selon le contrat de construction, de l ensemble des éléments du projet conçus ou décrits par l architecte ou en son nom, plus le coût des permis, les allocations pour imprévus et toutes les taxes applicables, y compris les taxes à la valeur ajoutée telle que la TPS, qu elles soient recouvrables ou non. Lorsqu il n a pas été établi de prix contractuel pour l ensemble ou une partie du projet, le coût des travaux est le coût estimé calculé par l architecte selon les prix en vigueur à la date prévue d exécution des travaux. Le coût des travaux ne comprend pas la rémunération de l architecte et des ingénieurs et autres conseils, ni le coût du terrain, ni les autres coûts qui sont à la charge du client. NOTE 1 : Dans l éventualité où il y a un gestionnaire de construction plutôt qu un entrepreneur général ou en plus de l entrepreneur général, les honoraires de celui-ci sont inclus au coût des travaux. NOTE 2 : Certains ordres provinciaux excluent les taxes à la valeur ajoutée et augmentent les honoraires à pourcentage en conséquence. Au début du projet, le coût des travaux correspond au budget sur lequel les parties de sont entendues. Au fur et à mesure de l élaboration du projet, le coût des travaux se précise grâce aux estimations réalisées aux diverses phases du projet. Le coût réel des travaux est établi par le prix du contrat. Il évoluera encore durant les travaux. Les honoraires à pourcentage du coût des travaux sont déterminés à partir des montants suivants, à chaque phase du projet : PHASE MONTANT $ Esquisse Projet préliminaire Projet définitif Appel d offres et négociations Administration du contrat convenu, selon le budget de construction établi à la fin de la phase estimation préliminaire du coût à la fin de la phase estimation du coût à la fin de la phase montant de la soumission retenue coût des travaux final (montant de la soumission ajusté pour tenir compte des suppléments ou des suppressions, selon les avenants de modification) Voir l Annexe C pour de plus amples renseignements et des exemples de calculs Comme il y a plusieurs catégories de bâtiments, le tableau suivant décrit les honoraires basés sur un pourcentage du coût des travaux. Les honoraires devront tenir compte des nombreuses variables décrites dans cette section. 8

11 1.1.4 Tableaux Honoraires à pourcentage n incluant pas les honoraires des ingénieurs Honoraires à pourcentage de base, par catégorie de bâtiments (en millions $) Nouvelle construction SANS les honoraires des ingénieurs de base COÛT DES TRAVAUX : < $ M$ 1 M - 2 M$ 2 M - 5 M$ 5 M - 10 M$ 10 M - 25 M$ 25 M - 50 M$ 50 M M$ 100 M M$ 250 M M$ 400 M M$ CATÉGORIE DE BÂTIMENTS 1 COMPLEXITÉ simple à négocier, le taux minimum étant de moyen complexe simple moyen complexe simple moyen complexe simple moyen complexe simple moyen complexe simple moyen complexe simple moyen complexe NOTES : Les honoraires moyens pour chaque catégorie se situent entre les pourcentages des projets simples et complexes Les honoraires comprennent la coordination des services des ingénieurs de base seulement Les honoraires doivent être ajustés en fonction des divers facteurs d ajustement énumérés à la page 11 Simple fait référence au caractère utilitaire du concept, sans complication, un minimum de finis et des systèmes structuraux, mécaniques et électriques de base Moyen fait référence au caractère conventionnel du projet, qui requiert une coordination normale, de même que des détails, dessins et systèmes de structure, mécanique et électricité usuels. Complexe fait référence au caractère exceptionnel du projet et à la complexité du concept qui exigent des systèmes plus évolués et la coordination de la structure, de la mécanique et de l électricité. 9

12 1.1.4 Tableaux Honoraires à pourcentage incluant les honoraires de base des ingénieurs Honoraires à pourcentage de base, par catégorie de bâtiments (en millions $) Nouvelle construction AVEC les honoraires des ingénieurs de base (structure, mécanique et électricité SEULEMENT) COÛT DES TRAVAUX : < $ M$ 1 M - 2 M$ 2 M - 5 M$ 5 M - 10 M$ 10 M - 25 M$ 25 M - 50 M$ 50 M M$ 100 M M$ 250 M M$ 400 M M$ CATÉGORIE DE BÂTIMENTS 1 COMPLEXITÉ simple à négocier, le taux minimum étant de moyen complexe simple moyen complexe simple moyen complexe simple moyen complexe simple moyen complexe simple moyen complexe simple moyen complexe NOTES : Les honoraires moyens pour chaque catégorie se situent entre les pourcentages des projets simples et complexes Les honoraires comprennent la coordination des services des ingénieurs de base seulement Les honoraires doivent être ajustés en fonction des divers facteurs d ajustement énumérés à la page 11 Simple fait référence au caractère utilitaire du concept, sans complication, un minimum de finis et des systèmes structuraux, mécaniques et électriques de base Moyen fait référence au caractère conventionnel du projet, qui requiert une coordination normale, de même que des détails, dessins et systèmes de structure, mécanique et électricité usuels. Complexe fait référence au caractère exceptionnel du projet et à la complexité du concept qui exigent des systèmes plus évolués et la coordination de la structure, de la mécanique et de l électricité. 10

13 Rémunération de l architecte Autres modes de rémunération Lorsque le projet comporte un élément répétitif (par exemple, un immeuble d habitation à logements multiples, un hôtel, etc.), il peut arriver, dans certaines provinces, que l architecte soit rémunéré à l unité. La détermination des honoraires selon cette méthode est souvent arbitraire et n a souvent aucune commune mesure avec la nature ou l étendue des services d architecture fournis. 1.2 Facteurs d ajustement des honoraires / variables qui influent sur les honoraires de l architecte Comme nous l avons mentionné dans la préface du présent document, l industrie de la conception et de la construction est de plus en plus complexe et chaque projet est subordonné à des facteurs qui lui sont propres et qui doivent être pris en compte au moment de déterminer les honoraires appropriés. Une liste de ces variables ou facteurs d ajustement des honoraires est présentée ci-dessous. Notez toutefois qu elle n est pas exhaustive. Certains maîtres de l ouvrage et clients ou architectes peuvent être assujettis à d autres facteurs qui influeront sur le coût des services professionnels relatifs au projet. Étendue des services Services à la phase préconceptuelle ou services fournis en amont Services traditionnels de l architecte Autres services Mode de réalisation du projet et attribution du contrat de construction Appels d offres séquentiels Conception appel d offres construction Design construction Partenariat public privé (PPP) Autres Calendriers de réalisation et projets réalisés en mode accéléré Documentation du projet et modélisation informatique Consultants spécialisés Approbations et autorités compétentes Documents à soumettre Nouvelles technologies Administration du contrat de construction Emplacement du projet et conditions du site Rénovation d un bâtiment existant (par rapport à une nouvelle construction) Travaux répétitifs ou concepts répétitifs Personnel de l architecte Démobilisation et remobilisation (arrêt et reprise des services de l architecte) Occupation du bâtiment par phases 11

14 1 Rémunération de l architecte Souvent, les variables sont évaluées sur une échelle de 1 à 5 ou en tant que pourcentage ou de coefficient de multiplication pour ajuster les honoraires. Parfois, les honoraires seront diminués pour tenir compte du caractère répétitif, d une quantité moindre de documents ou de l élimination d une phase (p. ex., le propriétaire se charge lui-même de la phase de l appel d offres et des négociations). Ce guide propose les variables suivantes en tant que multiplicateurs : 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 lorsqu il n y a aucune variable et que seuls les services de base sont requis Après avoir déterminé le type de bâtiment, le budget du projet et celui de la construction, le mode de réalisation du projet, le rôle des consultants et l étendue de leurs services, et après avoir tenu compte des autres facteurs d ajustement des honoraires indiqués ci-dessus, le client et l architecte peuvent négocier les honoraires des services de l architecte pour le projet en question. Tous les facteurs doivent être pondérés à l aide des coefficients de multiplication pour déterminer les honoraires finaux qui conviennent à un projet donné. La matrice ou feuille de calcul qui figure à l Annexe B du document aide à déterminer les honoraires appropriés en tenant compte de ces variables Facteur d ajustement des honoraires 1 Étendue des services Il est absolument nécessaire que le client et l architecte comprennent bien l étendue des services requis et attendus. L Annexe sur les services de l architecte du Document Six ou du Document Sept de l IRAC offre un bon aide-mémoire pour favoriser une entente mutuelle (voir l Annexe E). Si l architecte offre des services «partiels» ou «supplémentaires», les honoraires de base devront être ajustés à la hausse ou à la baisse en conséquence. Voir aussi l aide-mémoire intitulé Étendue des services à la page Services à la phase préconceptuelle ou services fournis en amont Très souvent, le client n a pas réalisé d études préliminaires ou n a pas obtenu les informations nécessaires pour commencer la conception architecturale. L architecte peut offrir ces services moyennant une rémunération additionnelle (p. ex., préparer un programme fonctionnel ou un énoncé de projet) ou voir à l embauche des consultants nécessaires (p. ex., un arpenteur). 12

15 Rémunération de l architecte Services traditionnels de l architecte Les services traditionnels de l architecte se divisent généralement en cinq phases : Esquisse; Projet préliminaire Projet définitif Appel d offres ou négociations Construction administration du contrat Ces phases sont bien décrites dans le tableau suivant qui dresse une liste des services types pour chaque phase. Notez que les services «préconceptuels» et «post-construction» ne font pas partie des services traditionnels et ne sont donc pas inclus aux honoraires à pourcentage indiqués au tableau. Bureaux de ABCP architecture + urbanisme architecte : François Moreau photo : Paul Dionne 13

16 1 Rémunération de l architecte Aide mémoire : Étendue des services Le tableau ci-dessous est une liste représentative des services que l architecte et ses conseils (ingénieurs, etc.) peuvent offrir. La nature du projet et les besoins du client détermineront l étendue exacte des services nécessaires. Démarrage du projet Évaluation du projet Approbation de l esquisse Approbation par les autorités Attribution du contrat de construction 1.0 ÉTUDES PRÉCONCEPTUELLES 2.0 ESQUISSE DU PROJET 3.0 PROJET PRÉLIMINAIRE 4.0 PROJET DÉFINITIF 5.0 APPEL D OFFRES ET NÉGOCIATION 6.0 ADMINISTRATION DU CONTRAT Achèvement substantiel de l ouvrage et permis d occuper 7.0 APRÈS-CONSTRUCTION SERVICES DE L ARCHITECTE Programmation Relations spatiales; diagrammes Calendrier de réalisation Établissement du budget Étude de coût global Étude de faisabilité économique Rencontres pour conformité à la réglementation Choix de l emplacement Étude environnementale Étude énergétique Examen d ouvrages existants Intégration d éléments fournis par le client Services reliés à la gérance de projet Présentations Études de marché Financement du projet Études spéciales Collaboration concernant le rezonage Promotion du projet SERVICES DE COLLABORATEURS SPÉCIAUX Arpentage Étude du sol SERVICES DE L ARCHITECTE Intégration d éléments fournis par le client Évaluation du programme et du budget Étude de variantes conceptuelles Conception de l esquisse Exécution des documents de l esquisse Estimation sommaire Discussion avec le client Esquisse de la décoration intérieure Études spéciales (possibilités d agrandissement, impact environnemental, etc.) Présentations promotionnelles ou autres Maquettes ou perspectives spéciales Gérance de projet Rencontres pour conformité à la réglementation SERVICES DES INGÉNIEURS- CONSEILS Étude de diverses solutions structurales Étude de diverses solutions mécaniques Étude de diverses solutions électriques Estimations correspondantes SERVICES DE COLLABORATEURS SPÉCIAUX Esquisse des ouvrages de génie connexes Esquisse de l aménagement paysager Estimations correspondantes SERVICES DE L ARCHITECTE Intégration d éléments fournis par le client Coordination de la conception Conception préliminaire du projet Dessins et documents du projet préliminaire Estimation préliminaire Discussions avec le client Projet préliminaire de décoration intérieure Études spéciales (p. ex. : répartition des espaces selon utilisateurs, locataires, etc.) Présentations promotionnelles Maquettes et perspectives Gérance de projet Rencontres pour conformité à la réglementation SERVICES DES INGÉNIEURS- CONSEILS Conception préliminaire de la structure Conception préliminaire de la mécanique Conception préliminaire de l électricité Estimations correspondantes SERVICES DE COLLABORATEURS SPÉCIAUX Conception préliminaire des ouvrages de génie connexes Conception préliminaire de l aménagement paysager Estimations correspondantes ou calcul de quantités SERVICES DE L ARCHITECTE Intégration d éléments fournis par le client Coordination du projet Dessins et documents du projet définitif Vérification et coordination des documents Estimation du coût probable Discussions avec le client Projet définitif de décoration intérieure Conception détaillée de variantes; documents spéciaux d appel d offres Gérance de projet Rencontres pour conformité à la réglementation SERVICES DES INGÉNIEURS- CONSEILS Documents d exécution de structure Documents d exécution de mécanique Documents d exécution d électricité Estimations correspondantes SERVICES DE COLLABORATEURS SPÉCIAUX Documents d exécution des ouvrages de génie connexes Documents d exécution de l aménagement paysager Estimation détaillée et relevé de quantités SERVICES DE L ARCHITECTE Intégration d éléments fournis par le client Coordination du projet Émission du dossier d appel d offres Émission des addendas Examen des soumissions Collaboration pour la conclusion du contrat Discussions avec le client Soumissions séparées ou contrats négociés Services relatifs à des propositions de soumissionnaires Gérance de projet SERVICES DES INGÉNIEURS- CONSEILS Émission des documents d appel d offres Émission des addendas Examen des soumissions SERVICES DE COLLABORATEURS SPÉCIAUX Émission des documents d appel d offres Émission des addendas Examen des soumissions SERVICES DE L ARCHITECTE Surveillance des travaux Évaluation de l avancement des travaux Émission des certificats de paiement Interprétation des documents contractuels Examen des dessins d atelier et des échantillons Modifications aux travaux Émission du certificat d achèvement substantiel Discussions avec le client Surveillance des travaux de décoration intérieure Surveillance continue des travaux Administration de contrats séparés Gérance de projet Matériel de promotion Dessins d après exécution Rencontres pour conformité à la réglementation SERVICES DES INGÉNIEURS- CONSEILS Surveillance des travaux de structure Surveillance des travaux de mécanique Surveillance des travaux d électricité Dessins d après exécution Rapports d avancement des travaux SERVICES DE COLLABORATEURS SPÉCIAUX Surveillance des travaux de génie connexes Surveillance des travaux d aménagement paysager Comptabilité détaillée du coût des travaux SERVICES DE L ARCHITECTE Surveillance des travaux Liste de déficiences Instructions pour la correction des déficiences Examen des garanties d émission du certificat de parachèvement de l ouvrage Discussions avec le client Collaboration pour la mise en service Services relatifs à la garantie d un an AUTRES SERVICES Oeuvres d art et d artisanat; signalisation, ouvrages graphiques Choix de meubles et autres éléments non fixes Surveillance de la performance du bâtiment Services relatifs aux modifications et à la démolition Surveillance du coût global Surveillance environnementale Inspections relatives à la garantie d un an SERVICES DES INGÉNIEURS- CONSEILS Collaboration pour la mise en service Surveillance de la performance des installations Choix de pièces d équipement non fixes Surveillance du coût global Services relatifs aux modifications et à la démolition 14

17 Rémunération de l architecte Autres services En plus des services traditionnels indiqués ci-dessus, bien des architectes offrent divers autres services ou services «supplémentaires». Des architectes se spécialisent dans certains de ces autres services. Voir l Annexe F pour une lise de ces autres services Facteur d ajustement des honoraires 2 Mode de réalisation du projet et attribution du contrat de construction Le mode de réalisation du projet ou l attribution du contrat de construction peuvent avoir de grandes incidences pour l architecte et sur ses honoraires. Les petits projets réalisés par des entrepreneurs expérimentés et fiables ne requièrent qu une surveillance et des services d administration de contrat de base. Par contre, les projets plus complexes, ceux dont l entrepreneur est peu expérimenté et ceux qui sont réalisés selon d autres modes que le traditionnel «conception-appel d offres-construction» requièrent plus de temps, plus de services et, en conséquence, des honoraires additionnels. En outre, le type de contrat de construction peut également avoir des incidences sur les honoraires de l architecte. Par exemple, les contrats à prix coûtant majoré ou les contrats à prix unitaires (contrairement aux contrats à forfait) exigent des services d administration de contrats additionnels pour la préparation des certificats de paiement. Les honoraires de l architecte doivent donc être augmentés en conséquence Conception appel d offres construction Le mode traditionnel de réalisation des projets est le mode conception-appel d offresconstruction et le tableau d honoraires à pourcentage est établi en fonction de ce mode d attribution des contrats de construction. Selon ce mode, l architecte prépare les documents de construction et les documents de l appel d offres. Après la signature du contrat entre le client et l entrepreneur général, l architecte administre le contrat de construction Appels d offres séquentiels Les appels d offres séquentiels exigent la séparation des documents contractuels (comme les documents d appel d offres, les devis et les dessins de construction) en dossiers distincts visant l obtention de multiples soumissions pour différentes parties de l ouvrage à être construites à différents moments, généralement selon la séquence de la construction (travaux préparatoires, fondations, etc.). Cette façon de faire et l administration de plusieurs soumissions et contrats demandent du travail additionnel à l architecte qui doit donc recevoir des honoraires additionnels en conséquence Design construction S il est décidé de confier à une même équipe la conception et la construction du projet, le mode du design-construction conviendra très certainement. 15

18 1 Rémunération de l architecte Le client profitera des services d un architecte (parfois appelé le conseiller du maître de l ouvrage) qui spécifie les exigences du contrat de construction (parfois appelé l énoncé des exigences du maître de l ouvrage). L entrepreneur devrait également retenir les services d un architecte distinct pour la conception du projet. Pour en savoir davantage sur ce mode de réalisation des projets, voir le site de l Institut canadien de design-construction, à Partenariat public privé Autres (Aussi appelé le PPP ou la diversification des modes de financement et d approvisionnement (DMFA) en Ontario) Dans ces diverses formes de réalisation de projet, le client ou maître de l ouvrage conclut généralement une entente avec une entité. Cette entité assume la responsabilité de tous les aspects du projet, incluant : le financement, la conception et la construction, l exploitation et l entretien. Les PPP sont de plus en plus courants pour de très grands projets, y compris des projets d infrastructure, dans lesquels divers ordres de gouvernement transfèrent le financement au secteur privé. Habituellement, les services de l architecte sont retenus par cette entité unique (pas nécessairement le propriétaire du bâtiment). L architecte n a pas toujours la possibilité d établir une relation professionnelle avec les utilisateurs ultimes du projet. Il existe diverses autres formes d attribution des contrats. Mentionnons par exemple le recours à un gérant de construction qui travaille avec l architecte et offre des services d estimation des coûts et des services consultatifs sur la constructibilité d un concept. Il peut aussi embaucher directement l architecte. Chaque forme de réalisation de projet a ses avantages et ses inconvénients qu il faut évaluer attentivement. Il faut toutefois retenir que l architecte joue un rôle très important. Ses compétences en conception et ses services impartiaux assurent généralement la réussite des projets Facteur d ajustement des honoraires 3 Calendriers de réalisation et projets réalisés en mode accéléré Dans ce monde d aujourd hui où tout va très vite, il y a souvent des pressions pour qu un projet soit achevé le plus rapidement possible pour occuper le bâtiment le plus tôt possible. Il faut alors établir des calendriers de réalisation des travaux pour satisfaire, par exemple, aux besoins des locataires, pour faciliter le démarrage des activités manufacturières d une usine ou pour assurer la rentrée scolaire dans de nouveaux locaux. Les projets réalisés en mode accéléré justifient des honoraires additionnels, car l architecte devra souvent embaucher du personnel additionnel, payer ses employés en temps supplémentaire et reporter d autres projets. La prolongation des travaux est un autre facteur à prendre en compte même dans la forme traditionnelle conception-appel d offres-construction car si le calendrier de réalisation n est pas respecté, l architecte doit rendre ses services sur une plus longue période et il doit être rémunéré en conséquence. 16

19 Rémunération de l architecte Facteur d ajustement des honoraires 4 Documentation du projet et modélisation informatique Bien des clients ont des exigences particulières concernant la documentation (p. ex., propres normes informatiques spécialisées ou formats «imprimables»). Il est aussi parfois nécessaire d ajuster le langage ou la plate-forme informatique pour satisfaire aux besoins des consultants, des entrepreneurs ou du client. On demande de plus en plus de documenter tous les aspects du projet à l aide de la modélisation des données du bâtiment (la BIM). De plus, il faut souvent fournir les documents électroniques en plusieurs formats, que ce soit à des fins d examen et d approbation, de préparation de dessins d ateliers ou d appels d offres. Tout cela peut prendre bien du temps et coûter cher. Les honoraires de l architecte et des consultants doivent donc être ajustés en conséquence Facteur d ajustement des honoraires 5 Consultants spécialisés Les nouvelles technologies et les nouvelles réglementations font en sorte qu il faut maintenant embaucher de plus en plus de consultants spécialisés. L architecte coordonne généralement le travail des experts-conseils et autres consultants, peu importe s il a retenu directement leurs services ou si ceux-ci ont été embauchés par le maître de l ouvrage. Les honoraires relatifs aux services et à la coordination des consultants spécialisés sont toujours en sus des honoraires de l architecte et ne sont pas compris dans les honoraires à pourcentage habituels Facteur d ajustement des honoraires 6 Approbations et autorités compétentes Le nombre d approbations requises des diverses «autorités compétentes» ne cesse d augmenter. À une certaine époque, le permit de construire suffisait; aujourd hui toutefois, la plupart des projets doivent être examinés par plusieurs autorités différentes. Certaines approbations, notamment celles qui ont trait au plan d ensemble ou à l aménagement du site et les permis de construire par phases demandent beaucoup de temps. Fournir les documents nécessaires; communiquer avec les autorités compétentes; et satisfaire à leurs exigences conceptuelles et techniques, tout cela coûte très cher. Les exigences varient selon les régions et les types de bâtiment. Néanmoins, les honoraires doivent être ajustés en conséquence Facteur d ajustement des honoraires 7 Documents à soumettre Certains clients, notamment les gouvernements fédéral et provinciaux, leurs agences et les sociétés d état, exigent que les documents du projet soient présentés à diverses étapes de leur avancement. Or, les coûts augmentent avec la fréquence des présentations de documents. Les honoraires de l architecte doivent être ajustés pour tenir compte du nombre de fois où il devra présenter ses documents tout au long de leur élaboration. 17

20 1 Rémunération de l architecte Facteur d ajustement des honoraires 8 Nouvelles technologies Tous les jours, on voit apparaître de nouvelles technologies, de nouveaux produits et systèmes de construction, des méthodes de construction de pointe et des outils de conception qui ont notamment pour effet d améliorer la performance énergétique. Bien des clients tiennent à intégrer ces innovations à leurs projets. Parfois, cela peut coûter plus cher, car l utilisation de produits ou de systèmes qui n ont pas encore fait leurs preuves ou qui exigent des certifications, des essais, des présentations de documents et des approbations additionnels comporte des risques inconnus. Il faudra peut-être aussi engager des consultants spécialisés additionnels et coordonner leur travail. Souvent, l architecte devra faire des recherches ou rendre des services supplémentaires Facteur d ajustement des honoraires 9 Administration du contrat de construction De nos jours, bien des clients demandent des services de surveillance de chantier plus élaborés que ceux qui sont prescrits dans les formulaires normalisés de contrats. Il est parfois nécessaire de visiter plus souvent le chantier d un projet complexe, ou d un projet construit par un entrepreneur moins expérimenté, pour assurer la qualité des travaux. L architecte et le client doivent discuter de la question d une surveillance étendue (ou du niveau de surveillance de la construction) dès le début du projet et ajuster les honoraires en conséquence Facteur d ajustement des honoraires 10 Emplacement du projet et conditions du site L emplacement du projet et les conditions du site peuvent avoir une influence sur les services de l architecte. Un site urbain très dense ou un site éloigné dans le nord du pays posent des défis de conception particuliers à l architecte. De plus, le temps et les frais de déplacement pour se rendre en région éloignée peuvent être beaucoup plus importants. Il faut tenir compte de ces facteurs au moment de s entendre sur les honoraires de l architecte Facteur d ajustement des honoraires 11 Rénovation d un bâtiment existant (par rapport à une nouvelle construction) Il est bien connu que les travaux de rénovation cachent des surprises. C est la raison pour laquelle il est recommandé de facturer ses honoraires à l heure. Si l architecte est rémunéré au pourcentage, il faudra ajuster ses honoraires à la hausse pour tenir compte des imprévus et des modifications qu il devra apporter à ses documents. Certains ordres professionnels recommandent d augmenter les honoraires des deux tiers ou de les multiplier par 1,65 dans les cas de travaux de rénovation. 18

LES MODES DE RÉALISATION DE PROJETS

LES MODES DE RÉALISATION DE PROJETS LES MODES DE RÉALISATION DE PROJETS Devis Construction Canada / 20 novembre 2013 ANNIE VILANDRÉ arch., LEED GA CONSULTANTE DESIGN + CONSTRUCTION annie.vilandre@gmail.com 514.445.4142 OBJECTIF Revisiter

Plus en détail

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY DOCUMENT D APPEL D OFFRES NO : SP-14-144 CHAPITRE E CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES FOURNITURE

Plus en détail

Mise en service. Formation nationale sur la mise en service, 2006. Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan

Mise en service. Formation nationale sur la mise en service, 2006. Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan Mise en service Formation nationale sur la mise en service, 2006 Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan 1 Portée de l exposé Aperçu sur la mise en service Exigences de mise en service par rapport aux

Plus en détail

Le Projet des architectes de l APEC

Le Projet des architectes de l APEC Le Projet des architectes de l APEC Entrevue d évaluation pour les architectes de l APEC de l Australie et de la Nouvelle- Zélande Protocoles relatifs au processus de candidature pour un architecte de

Plus en détail

VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION APPROVISIONNEMENTS APPEL D OFFRES PUBLIC SP-14-128

VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION APPROVISIONNEMENTS APPEL D OFFRES PUBLIC SP-14-128 VILLE DE CHÂTEAUGUAY DIVISION APPROVISIONNEMENTS APPEL D OFFRES PUBLIC SP-14-128 SERVICES PROFESSIONNELS EN ARCHITECTURE POUR LE RÉAMÉNAGEMENT DE L AGORA-PHASE II POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY 1. GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES NATIONALES ET INTERNATIONALES 30 AVRIL, 2008 (ANNEXES RÉVISÉES 6 JUIN 2012) 1. INTRODUCTION Ce document présent les

Plus en détail

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations Communauté de Communes de la Vallée de Munster Vérification périodique des équipements et des installations Cahier des clauses administratives particulières 9 rue Sébastopol 68140 MUNSTER Tél. 03 89 77

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

Guide des exigences de soumission obligatoires

Guide des exigences de soumission obligatoires - Présentez les reçus/les factures originales et détaillées des repas et des rafraîchissements admissibles durant les cours de formation. 1 Guide des exigences de soumission obligatoires Les soumissions

Plus en détail

GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016

GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016 GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016 Fonds d assurance de la responsabilité professionnelle de l Ordre des architectes du Québec 420, rue McGill Bureau 300 Montréal (Québec) H2Y 2G1 514 842 4979 1 800 842 4979 fdaq@fondsarchitectes.qc.ca

Plus en détail

SERVICES PROFESSIONNELS POUR LA CONCEPTION ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX D AQUEDUC DE LA RUE TREMBLAY À LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

SERVICES PROFESSIONNELS POUR LA CONCEPTION ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX D AQUEDUC DE LA RUE TREMBLAY À LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SERVICES PROFESSIONNELS POUR LA CONCEPTION ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX D AQUEDUC DE LA RUE TREMBLAY À LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SP-14-174 La Ville de Châteauguay demande des soumissions pour des services

Plus en détail

MISSIONS D ASSISTANCE A MAÎTRISE D OUVRAGE POUR LES BÂTIMENTS

MISSIONS D ASSISTANCE A MAÎTRISE D OUVRAGE POUR LES BÂTIMENTS MISSIONS D ASSISTANCE A MAÎTRISE D OUVRAGE POUR LES BÂTIMENTS 1. Contenu des missions Les prestations d IGRETEC pour la mission d assistance à maîtrise d ouvrage consistent en la mission de surveillance

Plus en détail

Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux

Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux Chapitre 4 Section 4.10 Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2006

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS

GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS Note importante : Ce guide sera mis à jour régulièrement. Veuillez consulter notre site web pour obtenir la version la plus récente. GUIDE À L INTENTION DES ENTREPRENEURS ACCRÉDITÉS 1. FORMULAIRES A. CONTRATS

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

Examen professionnel de 2013 (IDPX) Distribution des 150 questions notées

Examen professionnel de 2013 (IDPX) Distribution des 150 questions notées Examen professionnel de 2013 (IDPX) Distribution des 150 questions notées EXAMEN PROFESSIONNEL EN DESIGN D INTÉRIEUR (IDPX) PAGE 1 1. Connaissances et compétence en analyse et en synthèse des éléments

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

DEPARTEMENT DES HAUTES-PYRENEES. COMMUNE d ADE

DEPARTEMENT DES HAUTES-PYRENEES. COMMUNE d ADE DEPARTEMENT DES HAUTES-PYRENEES COMMUNE d ADE ETUDE DIAGNOSTIC ET SCHEMA DIRECTEUR DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF Cahier des Clauses Administratives Particulières (CCAP) Commune d Adé diagnostic et schéma

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Veuillez prendre note que pour obtenir ces documents des frais vous seront exigés.

Veuillez prendre note que pour obtenir ces documents des frais vous seront exigés. SERVICES PROFESSIONNELS D UN CABINET D EXPERTS- COMPTABLES POUR LA VÉRIFICATION DES ÉTATS FINANCIERS ANNUELS DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY POUR LES TROIS ANNÉES FERMES 2015, 2016 ET 2017 SP-15-166 La Ville

Plus en détail

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7 Page : 1 de 7 BUT DÉFINITIONS Déterminer la marche à suivre pour l administration des contrats de recherche, de consultation professionnelle et d essais industriels. Contrat de recherche Projet de recherche

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA)

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2015-2016 Remarque : L état des revenus et des dépenses

Plus en détail

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC Termes et conditions et formulaires d inscription 1. APERÇU Le programme incitatif pour les firmes de négociation pour compte

Plus en détail

PRÉAMBULE ÉNONCÉ DE POLITIQUE CHAMPS D APPLICATION POLITIQUE : PROCESSUS D APPELS D OFFRES CODE : DG-15. Origine : Autorité : Résolution 12-06-20-6.

PRÉAMBULE ÉNONCÉ DE POLITIQUE CHAMPS D APPLICATION POLITIQUE : PROCESSUS D APPELS D OFFRES CODE : DG-15. Origine : Autorité : Résolution 12-06-20-6. POLITIQUE : PROCESSUS D APPELS D OFFRES CODE : DG-15 Origine : Direction générale Autorité : Résolution 12-06-20-6.1 Référence(s) : Politiques et règlements de la CSEM : Approvisionnement (DG-16); Règlement

Plus en détail

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION CAUTIONNEMENTS FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION À UTILISER AVEC LE DOCUMENT INTITULÉ CAUTIONNEMENT D EXÉCUTION HEADSTART

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

Frais de déplacement et dépenses connexes

Frais de déplacement et dépenses connexes Chapitre 4 Section 4.12 Ministère des Services gouvernementaux Frais de déplacement et dépenses connexes Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport annuel 2004 Contexte

Plus en détail

Exemple : Consultant Contrat et stipulations

Exemple : Consultant Contrat et stipulations Exemple : Consultant Contrat et stipulations Note : Le présent document est fourni à des fins informatives seulement. Les associations professionnelles de la santé qui souhaitent utiliser cette ressource

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE : LA RECHERCHE POLITIQUE RELATIVE AUX CONTRATS ET COMMANDITES PAGE: 1 Adoptée: CAD-5355 (15 06 93) Modifiée: CAD-5869 (27 02 96) CAD-5971 (18 06 96) CAD-6138

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des produits et coûts relatifs aux contrats de construction.

Plus en détail

Guide du participant. Programme de rénovations écoénergétiques. Marchés Affaires et grandes entreprises

Guide du participant. Programme de rénovations écoénergétiques. Marchés Affaires et grandes entreprises Guide du participant Programme de rénovations écoénergétiques Marchés Affaires et entreprises Le bleu est efficace Dans le cadre de son Plan global en efficacité énergétique, Gaz Métro offre à sa clientèle

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Document diffusé au réseau de la santé et des services sociaux du

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

1 Table des matières 2 CCEMC ET TDDC INSTRUCTIONS RELATIVES AUX COÛTS ET DÉPENSES ADMISSIBLES

1 Table des matières 2 CCEMC ET TDDC INSTRUCTIONS RELATIVES AUX COÛTS ET DÉPENSES ADMISSIBLES 1 Table des matières 2 Introduction... 3 2.1. Objet du document... 3 2.1. Contexte... 3 3 Rémunérations et avantages sociaux... 4 3.1. Toutes les organisations... 4 3.2. Entités publiques (y compris les

Plus en détail

CHAPITRE V SELECTION DES CONSULTANTS ET D AUTRES PRESTATAIRES DE SERVICES

CHAPITRE V SELECTION DES CONSULTANTS ET D AUTRES PRESTATAIRES DE SERVICES CHAPITRE V SELECTION DES CONSULTANTS ET D AUTRES PRESTATAIRES DE SERVICES Méthode de sélection: les dispositions qui suivent s appliquent lorsqu elles ne sont pas contraires à celles préconisées dans les

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Suivi de la vérification de la gestion financière Région de l Ontario

Suivi de la vérification de la gestion financière Région de l Ontario Suivi de la vérification de la gestion financière Juin 2002 Direction de la vérification et de l évaluation Étapes d approbation du rapport Mise en branle du processus de suivi août 2000 Achèvement du

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Subventions en vertu du Programme canadien de sécurité et de santé en agriculture (PCSSA)

Subventions en vertu du Programme canadien de sécurité et de santé en agriculture (PCSSA) ASSOCIATION CANADIENNE DE SÉCURITÉ AGRICOLE (ACSA) Subventions en vertu du Programme canadien de sécurité et de santé en agriculture (PCSSA) LIGNES DIRECTRICES pour la préparation du rapport final du projet

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA (Ébauche, novembre 2007) 1 PARTIES 1.1 L Institution of Engineers of Ireland (Engineers Ireland)

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

2.3.1 Administration. du projet

2.3.1 Administration. du projet 2.3 du project 2.3.1 2.3.1 du projet Manuel canadien de pratique de l architecture 2.3.1 Introduction Organisation du projet Équipe interne Rôle du chargé de projet Contrat client-architecte Gestion du

Plus en détail

Bureau du directeur général des élections

Bureau du directeur général des élections Chapitre 4 Section 4.10 Bureau du directeur général des élections Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section 4.10 Contexte Connu sous

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

713, chemin Montréal POLITIQUES ET PROCÉDURES Ottawa (Ontario) K1K 0T2 613-746-4621 No. FIN 005 JANVIER 1988 OCTOBRE 2012

713, chemin Montréal POLITIQUES ET PROCÉDURES Ottawa (Ontario) K1K 0T2 613-746-4621 No. FIN 005 JANVIER 1988 OCTOBRE 2012 TITRE : FRAIS DE DÉPLACEMENT / FORMATION / REPRÉSENTATION EN VIGUEUR LE : DERNIÈRE RÉVISION : JANVIER 1988 OCTOBRE 2012 CATÉGORIE : SOURCE : ADMINISTRATIF FINANCES SERVICE DES FINANCES AUTRES RÉFÉRENCES

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

UNION OF CANADIAN CORRECTIONAL OFFICERS SYNDICAT DES AGENTS CORRECTIONNELS DU CANADA CSN POLITIQUE DE REMBOURSEMENT

UNION OF CANADIAN CORRECTIONAL OFFICERS SYNDICAT DES AGENTS CORRECTIONNELS DU CANADA CSN POLITIQUE DE REMBOURSEMENT UNION OF CANADIAN CORRECTIONAL OFFICERS SYNDICAT DES AGENTS CORRECTIONNELS DU CANADA CSN POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ET DU SALAIRE Version de fevrier 2009 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1

Plus en détail

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Politique de remboursement des frais de séjour et de déplacement Adopté par le conseil des commissaires le 16 octobre 2012, résolution : C 12 138.

Plus en détail

Que faire quand on embauche un entrepreneur?

Que faire quand on embauche un entrepreneur? Que faire quand on embauche un entrepreneur? De nombreux entrepreneurs expérimentés et fiables travaillent dans votre région, des professionnels hautement qualifiés, qui font des affaires selon les règles.

Plus en détail

ÉVALUATION DU PASSIF DES POLICES : ASSURANCES IARD FACTEURS RELATIFS AU PASSIF DES SINISTRES ET AU PASSIF DES PRIMES

ÉVALUATION DU PASSIF DES POLICES : ASSURANCES IARD FACTEURS RELATIFS AU PASSIF DES SINISTRES ET AU PASSIF DES PRIMES NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne constituent pas des normes de pratique. Elles visent à aider les actuaires en ce qui concerne l application des normes de pratique dans des cas spécifiques. Le mode

Plus en détail

DIRECTIVES DE RÉMUNÉRATION ET D ÉVALUATION DES MEMBRES DE LA HAUTE DIRECTION (ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE)

DIRECTIVES DE RÉMUNÉRATION ET D ÉVALUATION DES MEMBRES DE LA HAUTE DIRECTION (ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE) Date d entrée en vigueur : 7 juin 2013 Remplace/amende : s. o. Origine : Ressources humaines et vice-rectorat exécutif aux affaires académiques Numéro de référence : HR-40 Remarque : Le masculin est utilisé

Plus en détail

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer :

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer : CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU HAUT SAINT FRANÇOIS MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HAMPDEN RÈGLEMENT NUMÉRO 110-34 DÉCRÉTANT LA DÉLÉGATION DE COMPÉTENCE DE LA PART DU CONSEIL À LA DIRECTRICE GÉNÉRALE / SECRÉTAIRE

Plus en détail

Factures n os 1 à 18 de PCL pour la période du 30 juin 2011 au 21 décembre 2012

Factures n os 1 à 18 de PCL pour la période du 30 juin 2011 au 21 décembre 2012 Examen du contrat de gestion de la construction du projet de réhabilitation de l édifice de l Ouest Factures n os 1 à 18 de PCL pour la période du 30 juin 2011 au 21 décembre 2012 Le 18 juin 2013 À la

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse:

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: confie au mandataire 1 nom/adresse: le mandat décrit dans le présent contrat:

Plus en détail

4.03 Projet d informatisation du régime d enregistrement foncier (FIEF)

4.03 Projet d informatisation du régime d enregistrement foncier (FIEF) MINISTÈRE DES SERVICES AUX CONSOMMATEURS ET AUX ENTREPRISES 4.03 Projet d informatisation du régime d enregistrement foncier (FIEF) (Suivi de la section 3.03 du Rapport spécial sur l obligation de rendre

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Adopté au conseil d administration du 10 juin 2004 Modifications

Plus en détail

SERVICE DES FINANCES PROCÉDURE RELATIVE AUX FRAIS DE VOYAGE ET AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT

SERVICE DES FINANCES PROCÉDURE RELATIVE AUX FRAIS DE VOYAGE ET AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT SERVICE DES FINANCES PROCÉDURE RELATIVE AUX FRAIS DE VOYAGE ET AUX FRAIS DE DÉPLACEMENT Entrée en vigueur : 1 er mai 2014 Table des matières 1. OBJET... 1 2. AVANCE DE VOYAGE... 1 Requérant... 1 Responsable

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Division des bâtiments Office de l efficacité énergétique (OEE) Ressources naturelles Canada (RNCan) http://oee.nrcan.gc.ca/commerciaux/appuifinancier/existant/ameliorations/index.cfm?attr=20

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Mai 2014. Outil L ingénierie

Mai 2014. Outil L ingénierie Mai 2014 Outil L ingénierie Ce document a été produit grâce à l aide financière du Ministère de la Famille. Table des matières Les associations... 4 Qu'est- ce que la pratique de l ingénieur?... 4 Qu'est-ce

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

APPEL D OFFRES SUR INVITATION

APPEL D OFFRES SUR INVITATION APPEL D OFFRES SUR INVITATION PROJET : INFO-8 ACQUISITION D ÉQUIPEMENTS INFORMATIQUES POUR LA COMMISSION SCOLAIRE AU COEUR-DES-VALLÉES CAHIER DES CHARGES DOCUMENT I APPEL D OFFRES APPEL D OFFRES «ACQUISITION

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

APPEL DE PRÉSÉLECTION (ADP)

APPEL DE PRÉSÉLECTION (ADP) Le 2 avril 2014 APPEL DE PRÉSÉLECTION (ADP) L objet de cet Appel de présélection est d établir une liste de courtiers d assurance qui sont en mesure de fournir des offres de service et des propositions

Plus en détail

Listes de contrôle d approvisionnement pour Conseils scolaires

Listes de contrôle d approvisionnement pour Conseils scolaires Acheminement de travail Demande de qualifications de fournisseurs Utilisé pour obtenir de l information sur les habiletés et qualifications de fournisseurs afin de créer une liste de fournisseurs pré-qualifiés

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant Cet article est le deuxième d une série de quatre visant à examiner les implications fiscales canadiennes et états-uniennes dans le cadre d une affectation temporaire d un employé du Canada aux États-Unis.

Plus en détail

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES L obtention d un prêt hypothécaire est souvent l engagement financier le plus important qu un Canadien prendra. Les prêts hypothécaires présentent

Plus en détail