D EFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "D EFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE"

Transcription

1 D EFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU P AYS DE L ALBIGEOIS ET DES B ASTIDES Rapport final Février 2007 S YLVIE C OURALET C ONSULTANTE EN POLITIQUES ET PROJETS CULTURELS

2 Sommaire Avant-propos 4 La mission d étude : rappel 5 La méthodologie privilégiée : une démarche participative de projet 6 I. Le Pays de l Albigeois et des Bastides, situations et repères 8 1. Territoire : cartographie 9 2. Communautés de communes : compétences culturelles difficultés attentes et besoins Eléments orientés de contexte 16 II. Le Pays de l Albigeois et des Bastides, sa politique culturelle Principes fondateurs Ambition - Finalité Missions - Axes stratégiques Schéma synthétique 26 SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

3 III. Le Pays de l Albigeois et des Bastides, un programme opérationnel Actions prioritaires Organisation 39 Conclusion 41 Annexes 42 Annexe 1 : Sommaire du document «Diagnostic culturel du Pays de l Albigeois et des Bastides» - mai Annexe 2 : Liste des associations culturelles identifiées au sein du Pays de l Albigeois et des Bastides 46 Annexe 3 : Compte-rendu de la réunion avec les associations culturelles du Pays 50 Annexe 4 : Synthèse de l état des lieux culturels par communauté de communes issue du «Diagnostic culturel du Pays de l Albigeois et des Bastides» 55 Annexe 5 : Offre d emploi pour le recrutement du (de la) chargé(e) de mission culture 60 SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

4 Avant-propos Ce document a pour objet de présenter la politique culturelle du Pays de l Albigeois et des Bastides ; soit son ambition, les missions, les objectifs et les actions qui en découlent. La démarche singulière privilégiée par le Pays, exposée ci-après dans le document, a conditionné la définition de cette politique culturelle territoriale. Cette définition est le fruit du travail mené en «binôme» par la commission culture, mise en place par le Pays, et la consultante en étroite collaboration avec le Pays et avec l accompagnement de l ADEFPAT. Par ailleurs, cette mission a été financée par la Région Midi-Pyrénées, l Etat - Direction régionale des affaires culturelles Midi-Pyrénées ainsi que l ensemble des Communautés de communes du territoire. L état des lieux culturel du territoire réalisé par le Pays, qui a donné lieu à un document intitulé «Diagnostic culturel du Pays de l Albigeois et des Bastides», a permis d établir une photographie de l existant dans ce domaine de la culture et ce, dans les différentes disciplines artistiques : lecture, musiques, spectacle vivant, arts visuels, cinéma, patrimoine, musées, culture occitane (le sommaire de ce diagnostic est joint en annexe). Un premier recensement des acteurs culturels (liste jointe en annexe) et des équipements existants a également été réalisé. Cet état des lieux a fait apparaître toute la richesse culturelle de ce territoire. Ce qui a émergé comme fondamentalement structurant et déterminant pour ce territoire est la forte présence d acteurs culturels professionnels, connus et reconnus aux niveaux national et régional, investis dans différents champs artistiques : musiques, arts visuels, théâtre, culture occitane. Citons le Centre de création musicale GMEA (Albi), le Centre départemental d art contemporain CIMAISE ET PORTIQUE (Albi), l association ROCKTIME (Albi), la scène nationale de L ATHANOR (Albi), l association LA TALVERA (Cordes sur Ciel), L ETE DE VAOUR (Vaour). Ces acteurs professionnels (à l exception de L Athanor dont le nouveau directeur était en cours de recrutement) ont exprimé et mis en avant leur volonté et leur capacité de travailler ensemble, dans un esprit d ouverture et de collaboration en direction des associations culturelles du territoire (essentiellement amateurs) et des collectivités locales. Cet atout essentiel, constitutif, a guidé la réflexion et motivé l orientation de la politique culturelle à venir développée dans ce rapport. Au regard de ce constat, le choix a ainsi été fait de ne privilégier aucune discipline artistique (pas de sectorisation), de s appuyer sur l existant y compris en termes de communication, d équipements (lieux professionnels, médiathèques, sites patrimoniaux ) et de travailler sur des actions selon le principe d appel à projets. La politique proposée doit permettre de répondre également aux attentes et aux besoins identifiés des communautés de communes dans le cadre du diagnostic. Ces différents points sont repris et explicités dans ce document. SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

5 La mission d étude : rappel Le Pays de l Albigeois et des Bastides a engagé une démarche pour la définition de sa politique culturelle de territoire. Cette démarche s inscrit dans le dispositif mis en place par la Région Midi-Pyrénées, en étroite collaboration avec l Etat Direction régionale des affaires culturelles Midi-Pyrénées et des Départements. L objectif de ce dispositif est, selon les propos de la Région Midi-Pyrénées, «d apporter une dimension culturelle à la politique d aménagement du territoire de Midi-Pyrénées en impulsant une dynamique relative à la définition de projets culturels dans les Pays, les Agglomérations et les Parcs naturels régionaux». Le Pays de l Albigeois et des Bastides affiche une volonté de mettre en place une politique culturelle qui réponde à une vocation de service public. Trois mesures d intervention sont inscrites dans le Contrat de Pays validé en octobre 2004 : diffuser la culture sur l ensemble du territoire soutenir les initiatives culturelles et artistiques de qualité sauvegarder et valoriser le patrimoine local Trois grandes étapes structurent habituellement une étude sur la définition d une politique culturelle de territoire. un diagnostic état des lieux qui analyse l existant : institutions, activités culturelles, projets, équipements la définition du projet culturel de territoire c est-à-dire l expression du sens du projet, de sa raison d être. Il s agit alors de formuler l ambition du projet, ses missions et les actions qui en découlent, les objectifs et les publics visés la faisabilité du projet qui revient, pour un projet culturel de territoire, à déterminer le plus précisément possible, et sans perdre de vue les principes de réalité, le cadre d intervention et les critères d éligibilité du Pays ainsi que les premières modalités d organisation générale et la hiérarchisation des priorités. Un premier programme peut ainsi être formulé dans cette étape afin de permettre une mise en route la plus rapide possible. Pour mener à bien ce projet, le Pays de l Albigeois et des Bastides a fait le choix de recruter une chargée d étude pour réaliser le diagnostic, définir la politique culturelle et coordonner la démarche de définition de cette politique culturelle de territoire. Concomitamment à ce travail de la chargée de mission, le Pays a souhaité être accompagné dans sa réflexion par le dispositif régional de formation développement de l ADEFPAT avec l appui d une consultante extérieure. Cette action est développée dans le chapitre suivant. La mission de la chargée d étude a été interrompue pour des raisons personnelles à la fin de l étape du diagnostic état des lieux. Un rapport intitulé «Diagnostic culturel du Pays de l Albigeois et des Bastides» daté de mai 2006 a été réalisé. Les étapes sur la définition et la faisabilité du projet culturel ont alors fait l objet d une mission confiée à la consultante en charge de la formation - développement. Cette mission s est appuyée sur le diagnostic tel que réalisé (comme précisé dans la proposition) et le travail de la commission culture du Pays présenté ci-après dans ce document. SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

6 La méthodologie privilégiée : une démarche participative de projet La politique des Contrats de Pays a posé dès l origine, comme préalable, le recours à une démarche participative. Le Pays de l Albigeois et des Bastides a souhaité privilégier cette démarche de projet collective, partagée par tous. En ce sens, une commission culture a été mise en place. Ouverte à tous ceux concernés, intéressés et motivés par le domaine culturel, elle s est constituée sur la base du volontariat. Sa composition a fait l objet d une attention particulière afin qu elle soit la plus représentative possible avec des élus, des acteurs culturels et des membres du Conseil de développement. Sont membres de cette commission culture : - Thierry Besche, directeur du Centre de création musicale d Albi - GMEA - Jean-Claude Besset, principal de collège, Conseil de développement - Michel Besset, association Rocktime, chargé de mission à l ADDA du Tarn - Gilberte Birot, conseillère en économie sociale et familiale, Conseil de développement, membre de l association Entrée des artistes - Patrick Garcia, mineur, syndicaliste, Conseil de développement - Sébastien Garcia, directeur de la Maison de la Musique - Cap Découverte - Philippe Huau, chargé de mission au Pays - Daniel Loddo, chercheur musicien, association La Talvera - Marc Marin, directeur de l Eté de Vaour - Jackie-Ruth Meyer, directrice du Centre départemental d art contemporain Cimaise et Portique - Alain Nouvel, éleveur d ovins, Conseil de développement - Eric Pujol, vice-président du Pays, président de la communauté de communes du Villefranchois, maire de Marsal La chargée d étude recrutée par le Pays a participé aux premières réunions. La diversité de composition de ce groupe de travail a beaucoup enrichi les débats et les échanges. La forte implication et conviction des membres de cette commission ont contribué à mener une véritable réflexion participative et un travail dans le respect mutuel. La pratique de ces réunions, très positive, a été l occasion : d apprendre à travailler ensemble d acquérir un langage commun de nouer le dialogue entre différents acteurs du territoire qui se côtoient peu de mener une réflexion commune et de formaliser un projet au plus près des problématiques spécifiques et de la réalité du contexte local de «se connaître» et de découvrir ce qui se fait au sein des structures culturelles représentées. Des réunions dans les différents lieux ont été organisées en fonction des programmations Tout au long de l année 2006, ce groupe de travail s est réuni régulièrement, avec l appui de la consultante, à raison d une moyenne d une fois par mois par demi-journée ou journée. Ceci a représenté pour chaque participant un fort investissement. Chaque réunion a fait l objet d un compte-rendu. De manière pragmatique, cette méthodologie a permis d entrer directement dans une démarche de projet, «d être» dans le projet. Elle représente l amorce de la démarche à mener dans le cadre de la mise en œuvre de la politique culturelle de territoire tant en ce qui concerne la réflexion continue, indispensable, à mener que pour la réalisation des actions. L enjeu est bien là, dans cet apprentissage de travailler ensemble, dans l invention de nouvelles façons de travailler. Le challenge est de taille. SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

7 La définition de la politique culturelle du Pays de l Albigeois et des Bastides présenté dans ce document ainsi que les éléments de sa faisabilité sont le fruit de ce travail mené par le «binôme» commission culture consultante en étroite collaboration avec le Pays. Dans cette logique de concertation, de travail en commun et de volonté de transparence, trois rencontres ont par ailleurs été organisées par le Pays. Pour chacune de ces réunions, une présentation synthétique écrite de l état d avancement de la réflexion a été réalisée, validée par la commission culture. une rencontre des élus du Bureau du Pays avec les membres de la commission culture le 21 septembre 2006 à la mairie de Marsal une présentation du projet devant le Conseil d Administration du Pays le 10 octobre 2006 à la mairie de Réalmont une réunion avec les associations et structures culturelles du territoire en présence du Président du Pays et des membres de la commission culture (une vingtaine d associations du territoire présentes) le 22 novembre 2006 à la mairie de Marsal Ces différentes rencontres ont permis de : tracer les enjeux et le sens d une politique culturelle de territoire pour le Pays présenter et soumettre l état et l avancement des réflexions et des préconisations engager un échange entre élus, acteurs culturels et membres de la commission culture expliquer le dispositif mis en place par la Région Midi-Pyrénées et le rôle des Pays dans ce dispositif faire prendre conscience des changements en cours dans le domaine de la culture (rareté financière accrue, nécessité de mener des projets en commun ) recueillir les avis, les remarques et les interrogations de chacun. Les rencontres avec les élus du Pays ont également permis de valider l orientation choisie pour la politique culturelle de territoire du Pays de l Albigeois et des Bastides. Enfin, pour nourrir la réflexion, et dans cette volonté d ouverture, a été proposée au Pays l intervention d Alain Lefebvre, universitaire enseignant en urbanisme et aménagement du territoire à l Université Toulouse le Mirail, administrateur de l Observatoire national des politiques culturelles de Grenoble et spécialisé notamment dans les questions de «culture et territoire». Sa présence à la réunion avec les associations du Pays avait pour objectifs de : poser le cadre et l enjeu autour de la notion de «Culture et territoire» être un modérateur apporter un regard extérieur préfigurer les modalités de fonctionnement à venir dans le cadre d un comité de réflexion et de concertation. Le compte rendu de cette réunion est joint en annexe. La communauté d acteurs différents impliqués dans cette démarche de projet singulière a généré une forte dynamique et une compréhension mutuelle entre élus, membres d associations locales, responsables de structures professionnelles et membres de la société civile. SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

8 I. Le Pays de l Albigeois et des Bastides, situations et repères SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

9 1. Territoire : cartographie Ces données sont issues du «Diagnostic culturel du Pays de l Albigeois et des Bastides». Répartition des réseaux SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

10 Intercommunalités au sein du Pays de l'albigeois et des Bastides SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

11 2. Communautés de communes : compétences culturelles difficultés attentes et besoins Il y a sur le territoire du Pays de l Albigeois et des Bastides neuf communautés de communes et une communauté d agglomération, soit une population de près de habitants répartie pour moitié sur Albi, pour moitié sur le reste du territoire. Les informations concernant les compétences des communautés de communes dans le domaine culturel sont issues des recueils des actes administratifs publiés depuis août 2006 et concernant les arrêtés relatifs à l intercommunalité. Cette mise à jour complète les éléments présents dans le diagnostic culturel du Pays. Est repris en annexe la synthèse de l état des lieux où sont recensés les équipements et les dispositifs culturels existants par communauté de communes. Les communautés de communes ont inscrit le champ de l action culturelle comme compétences facultatives ou optionnelles. Des compétences inscrites dans les champs du cadre de vie, de l action sociale, de l environnement et de l aménagement du territoire, du développement économique peuvent avoir un lien avec le domaine culturel ; elles sont précisées ci-après. Les difficultés, besoins et attentes identifiés dans le cadre du diagnostic sont repris de manière synthétique. Les compétences liées au domaine culturel Communauté de communes du Causse nord ouest du Tarn (création de l intercommunalité en 1993) Construction, entretien et fonctionnement d équipements culturels et sportifs d intérêt communautaire - création et/ou réhabilitation d équipements culturels ou sportifs appartenant aux collectivités adhérentes - soutien à l animation et au développement dans les domaines culturels et sportifs sur le territoire communautaire au profit des associations existantes le 18 août 2006 dont le siège est situé sur le territoire des communes membres de la communauté de communes (une association citée en annexe : Eté de Vaour) En relation avec le domaine culturel - développement économique : toutes actions favorisant le maintien et le développement des services au public en milieu rural - aménagement de l espace : aménagement et/ou extension des sites touristiques entretien de sentiers et de circuits de randonnée - action sociale : accueil périscolaire sur le territoire de la communauté de communes et contrat temps libre CAF Communauté de communes des Monts d Alban (création de l intercommunalité en 1992) Construction, entretien et fonctionnement d équipements culturels et sportifs d intérêt communautaire - acquisition et gestion d un parc de matériels mutualisé entre les communes et les associations locales pour faciliter l organisation de leurs manifestations culturelles, sportives ou d animation locale SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

12 En relation avec le domaine culturel - aménagement de l espace et du territoire : mise en place d une charte paysagère et de documents d analyse ou d information pour une meilleure insertion paysagère et architecturale - politique du logement et cadre de vie : réalisation d opérations de sauvegarde et de mise en valeur de patrimoine bâti d intérêt communautaire (à ce jour : ancien «petit séminaire» de Massals et ancienne ferme au centre du village de Saint-André) - protection et mise en valeur de l environnement : inventaire de l état de tous les sentiers de randonnée du territoire en vue de la création d un réseau de sentiers - développement économique : élaboration de la stratégie touristique, programmation, information, promotion, accompagnement technique aux porteurs de projets touristiques - petite enfance et enfance jeunesse : étude d une politique globale enfance jeunesse, mise en œuvre et gestion des actions Contrat Temps Libre et Contrat Enfance Communauté de communes du Carmausin (création de l intercommunalité en 2001) Construction, entretien et fonctionnement d équipements culturels et sportifs et d équipements de l enseignement préélementaire et élémentaire d intérêt communautaire - équipement, entretien et fonctionnement d équipements culturels existants ou à créer pour le cinéma et l activité cinématographique, les installations du pôle verrier - animations culturelles dans l enceinte du Domaine de la Verrerie, que ce soit en régie directe ou en partenariat avec les associations et/ou autres collectivités En relation avec le domaine culturel - développement économique : création et gestion de structures dont le thème fédérateur est le verre ainsi que participation à toutes actions touristiques et de loisirs sur ce même thème - politique du logement et du cadre de vie : coordination des actions petite enfance / enfance jeunesse Communauté de communes du Pays Cordais (création de l intercommunalité en 1993) Construction, entretien et fonctionnement d équipements culturels et sportifs et d équipements de l enseignement préélementaire et élémentaire d intérêt communautaire : la médiathèque du Pays Cordais En relation avec le domaine culturel - action sociale : services petite enfance et enfance jeunesse SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

13 Communauté de communes du Réalmontais (création de l intercommunalité en 2001) Soutien aux projets associatifs d intérêt communautaire En relation avec le domaine culturel - action sociale - petite enfance et enfance jeunesse : étude, coordination et animation du partenariat en direction des centres de loisirs et des actions passerelles communales mise en œuvre d un projet éducatif local intercommunal - développement économique - tourisme : accueil, information et promotion du territoire animation et valorisation du territoire Communauté de communes du Ségala Carmausin (création de l intercommunalité en 1993) Soutien et organisation d événements ou manifestations à caractère culturel répondant aux objectifs suivants : - favoriser l accès à la culture sur l ensemble du territoire - accroître l animation et l attractivité du territoire - favoriser l émergence et la reconnaissance d une identité communautaire et aux critères suivants : - réalisation sur le territoire de la communauté de communes - rayonnement intercommunal - discipline : littérature, musique, théâtre, arts visuels - notoriété et/ou fréquentations remarquables - cofinancements : Département et/ou Région et/ou Etat Accueil favorisé sur le territoire de manifestations culturelles par des partenariats avec notamment l Athanor Scène Nationale, l ADDA du Tarn Mise en valeur, restauration et protection du petit patrimoine de caractère et les sites d intérêt intercommunal Sauvegarde et restauration d un certain nombre d ouvrages du patrimoine bâti rural traditionnel non protégé En relation avec le domaine culturel - réalisation d opérations de communication et de promotion du territoire dans le cadre de ses compétences - soutien à des événements du territoire d une dimension nationale et/ou internationale participant à sa promotion et à son activité économique (hébergement, restauration, commerce) SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

14 - actions touristiques : signalisation, promotion, communication création et entretien de circuits de randonnées et/ou thématiques participant à l attractivité du territoire, à la reconnaissance de son identité patrimoniale, historique et culturelle, à un maillage de circuits contribuant à la découverte du territoire dans son ensemble - action sociale enfance et jeunesse : politique de développement de l animation dans les champs péri et extrascolaires aide aux familles du territoire par un soutien financier aux lycées et collèges dans le cadre de manifestations ou sorties (voayges, manifestations, expositions) à caractère pédagogique, culturel, musical, artistique et sportif - technologies de l information et de la communication : accès haut débit Communauté de communes du Val 81 (création de l intercommunalité en 1994) Equipements culturels - actions et équipements culturels : aménagement, entretien et gestion de la médiathèque intercommunale de Valence - soutien aux annexes de Saussenac, Sérénac et Trébas par le prêt de documents et l encadrement aux bénévoles par le personnel de la médiathèque intercommunale de Valence - organisation de manifestations culturelles à l initiative de la Communauté de communes En relation avec le domaine culturel - enfance jeunesse : mise à disposition de locaux et soutien financier à l association «Familles Rurales» pour l action CLSH et l action Arts plastiques - infographie Communauté de communes du Villefranchois (création de l intercommunalité en 2001) Création et gestion d une médiathèque intercommunale à Villefranche d Albigeois Communauté de communes du Montredonnais (création de l intercommunalité en 2000) En relation avec le domaine culturel - Télécommunications : coordination et réalisation des actions nécessaires pour développer un réseau de téléphone à haut et très haut débit sur le territoire Communauté d Agglomération de l Albigeois (création de l intercommunalité en 2003) (le diagnostic précédemment cité précise les points concernant la ville d Albi) Gestion d équipements culturels SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

15 Les principales difficultés relevées dans le cadre du diagnostic la difficulté de sensibiliser les élus à la problématique culturelle le peu de moyens de certaines communautés de communes (liées à leur taille ; beaucoup de communes ont moins de cent habitants) qui pénalise la mise en œuvre de projets culturels la faiblesse des soutiens au tissu associatif et la difficulté pour ce dernier à pérenniser ses actions le sentiment d isolement, «d être oublié» des collectivités le manque d équipements professionnels adaptés à une diffusion professionnelle Les attentes et les besoins identifiés dans le cadre du diagnostic : synthèse Cinq axes principaux peuvent synthétiser les attentes et les besoins identifiés au sein des communautés de communes du territoire : la mise en réseau - fédérer et faire travailler différentes associations autour d un même projet culturel avec l appui de professionnels - établir des liens, coordonner et animer les différents porteurs de projets culturels la communication et l information - définir une identité claire - établir une communication lisible et coordonnée la médiation en direction des publics - bénéficier de savoir faire professionnels et de moyens humains la mise en valeur du patrimoine - valoriser le patrimoine bâti et naturel par un usage culturel contemporain les moyens techniques - constituer un pôle de matériel qui permette un fonctionnement en réseau - pouvoir faire appel à des techniciens professionnels pour le son, la lumière SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

16 3. Eléments orientés de contexte Comme déjà évoqué, un travail de diagnostic et d état des lieux a été mené et a donné lieu à un document. Il ne s agit donc pas ici de reprendre les éléments qui le composent mais de mettre en avant, en quelques points, des éléments saillants comme autant d arguments qui ont servi notamment, avec les attentes et les besoins identifiés auprès des communautés de communes, à la définition de la politique culturelle du Pays. Ces atouts, avancés lors de différents échanges menés dans le cadre de la commission culture du Pays, sont : Les habitants du territoire Il y a, sur ce territoire, une tradition d hospitalité, d ouverture et d accueil. Cela s illustre aussi bien par l arrivée de populations comme les Flamands ou les Champenois au XVIII ème siècle ou encore les Espagnols, les Polonais et les Italiens au XX ème siècle avec la verrerie et la mine que par un mouvement vers «l ailleurs», à travers un va et vient de la population vers des lieux de travail (vendanges ). Cet «esprit d ouverture» se retrouve dans la vie associative culturelle. Il existe une véritable dynamique associative qui se caractérise par un fort ancrage de structures sur le territoire avec, en même temps, la volonté constante de développer des liens et des échanges avec l extérieur. C est en partie en raison de cette ouverture qu il y a sur ce territoire une contribution artistique originale. La musique peut illustrer ce propos : du rock des années 70 aux musiques électronique et contemporaine et aux cultures urbaines aujourd hui. Ce territoire possède un potentiel, un vivier dans le domaine de la création avec l envie de transmettre et de promouvoir de jeunes artistes. Cet «esprit d ouverture» est une des conditions fondamentales pour que puisse se développer et s exprimer la création artistique dans le Pays ici et maintenant. Les lieux culturels du territoire Le Pays de l Albigeois et des Bastides avec notamment la présence d une ville d importance que représente Albi bénéficie de l implantation de structures culturelles de qualité, professionnelles, connues et reconnues aux niveaux national et régional. Ces lieux avec leurs équipes peuvent jouer un rôle d effet de levier et de moteur en faveur de la politique culturelle du Pays. Ces espaces professionnels peuvent devenir des lieux ressources tant en termes de savoir faire, de compétences, d expertise, de réseaux que d équipements. L implication des directeurs des principales structures professionnelles du territoire (à l exception de L Athanor d Albi dont le nouveau directeur était en cours de recrutement) dans le projet culturel de territoire est un atout majeur. Les responsables de ces structures sont partie prenante du projet culturel de territoire à venir. Ils souhaitent, et ce sans volonté d hégémonie de leur part, que : - d une part, un véritable travail en complémentarité et réciprocité avec les nombreuses associations culturelles et les collectivités du Pays de l Albigeois et des Bastides soit mené - d autre part, leurs actions puissent se développer et bénéficier à l ensemble du territoire du Pays et de ses habitants SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

17 Le patrimoine Comme beaucoup de territoires, le Pays de l Albigeois et des Bastides est riche d un patrimoine architectural et paysager diversifié. Celui-ci est fortement marqué par le Moyen Âge avec le catharisme et le XIX ème siècle avec la révolution industrielle. Un premier recensement est présenté dans le diagnostic culturel du territoire. Sa mise en valeur s inscrit dans le projet culturel de territoire par son nouvel usage dans le cadre de la création artistique et de la diffusion culturelle. Par ailleurs, une réflexion est en cours en ce qui concerne le volet touristique au sein du Pays de l Albigeois et des Bastides. Cette démarche intègre la question du patrimoine rural. Elément fondateur d une identité culturelle, ce patrimoine est aujourd hui disponible, libre pour un usage contemporain, pour autre chose que ce pourquoi il a été édifié. Il doit être considéré comme participant de la création artistique contemporaine, en mouvement et non figé, «vitrinifié». C est bien dans une approche de vie contemporaine que cette question du patrimoine a été abordée. Loin d un faire uniquement des «lieux de mémoire» selon l expression de l historien Pierre Nora, il s agit d en faire des «lieux d être autrement», des lieux où la vie contemporaine a toute sa place ; des endroits privilégiés pour la création et la diffusion artistiques. Patrimoine et création artistique doivent ainsi s enrichir, se donner à lire mutuellement, entrer en résonance. La création artistique contemporaine peut permettre de porter un nouveau regard sur le patrimoine, sans lui faire perdre son identité et sa valeur historique. Dans cette démarche, la connaissance des lieux, son histoire, ses vies antérieures seront utilisées dans cette mise en valeur. En ce sens, le patrimoine n est pas traité dans le cadre du projet culturel de territoire comme un champ spécifique mais intégré dans les différentes missions proposées. SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

18 II. Le Pays de l Albigeois et des Bastides, sa politique culturelle SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

19 1. Principes fondateurs Cinq principes, fondement de la politique culturelle du Pays de l Albigeois et des Bastides, peuvent être énoncés comme autant de facteurs de réussite du projet à venir. La prise en compte de l ensemble du territoire «Diffuser la culture sur l ensemble du territoire» est, comme nous l avons vu, la première mesure inscrite dans le Contrat de Pays. Un double mouvement doit alors s opérer : - irriguer culturellement le territoire par des actions de proximité, pour être là où sont les personnes, au plus près - inciter les habitants de ce territoire à aller vers les lieux culturels professionnels existants pour être confronté à d autres choses, pour «s autoriser», sans complexe, à entrer dans ces lieux Cette double «mise en mobilité» des acteurs culturels et des habitants est aujourd hui un enjeu du territoire. L une ne va pas sans l autre, il s agit bien d aller vers un public potentiel en privilégiant les actions culturelles de proximité pour, notamment, donner envie d aller voir ailleurs ce qui se fait. L objectif ici est bien de veiller à une répartition équilibrée des actions menées afin que l ensemble du territoire et des habitants du Pays de l Albigeois et des Bastides bénéficient du projet culturel à venir. La valorisation de l existant Comme la plupart des territoires, le Pays compte un nombre important d associations culturelles, une centaine est recensée par le Pays, oeuvrant dans les différentes disciplines artistiques. Ce qui fait la singularité de ce Pays est la présence, sur ce territoire à forte dominante rurale, de structures et d établissements culturels professionnels, d envergure et qui agissent dans plusieurs domaines artistiques : la musique (contemporaine, électroacoustique, occitane ), les arts visuels, le théâtre. Mettre en valeur l existant, tel est le postulat de départ. Le projet à venir proposé doit s appuyer sur cet existant, le soutenir ; ne rien rajouter de plus, mais faire fruit de ce potentiel, de ce vivier. L objectif est de révéler cet atout aux habitants du Pays et de leur en faire bénéficier. Le projet culturel à venir doit permettre de structurer les acquis et les expériences des uns et des autres. Il doit tenir compte de cette diversité et de cette richesse de structures culturelles et être au service de toutes les formes d expressions artistiques, hors de toute volonté de privilégier une logique sectorielle. Ce principe de mise en valeur de l existant s applique également en ce qui concerne les équipements. Le premier choix fait est de s appuyer en priorité sur les équipements existants : lieux professionnels, bibliothèques/médiathèques, sites patrimoniaux, lieux publics ou privés. A noter que la lecture, activité culturelle de base, la plus porteuse d ouverture et la plus propice à l expression des solidarités apparaît très structurée sur ce territoire du Pays de l Albigeois et des Bastides avec l existence d un schéma départemental de développement de la lecture publique. SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

20 Le partage d un projet commun et l envie d inventer une nouvelle façon de travailler ensemble La pratique de la commission culture a rapidement fait émerger cette envie de travailler ensemble, de regrouper les idées et les volontés. Cela implique bien sûr des changements d habitudes. Il s agit alors de partager un langage et des méthodes de travail communs, de rechercher la «confrontation positive» entre élus, membres de la société civile et acteurs culturels, professionnels et amateurs, et de favoriser l émergence de projets collectifs. De nouvelles coopérations et modalités de mise en réseaux doivent être trouvées aussi bien sur les plans artistique, intellectuel que technique. L intérêt est aussi de «tirer profit» de la présence sur ce Pays de professionnels de la culture et de la présence d amateurs. Au-delà des différences qui peuvent exister, chacun, professionnel et amateur, doit pouvoir se retrouver dans le projet culturel de territoire, dans un respect mutuel et un échange continu. L objectif est ambitieux, il nécessite du temps et un véritable apprentissage. L expérience autour du programme Leader est à ce titre utile. Notons par ailleurs que la mise en œuvre de projets communs partagés devient aujourd hui de plus en plus nécessaire et ce, au regard des modes actuels de financement des projets culturels : dispositif de la Région Midi-Pyrénées, rareté des crédits du Ministère de la Culture, interventions ciblées des Départements, incertitude des financements des politiques culturelles avec notamment la fin du programme de Leader+. Enfin, la mise en place d un projet culturel pour le Pays relève d une logique de structuration des actions menées. Ce travail en commun doit permettre d éviter le saupoudrage d initiatives individuelles et «l effet catalogue». Cette démarche se mène, de manière évidente, dans le respect de l exigence et de la qualité qu il s agisse des choix artistiques, des conditions d accueil et de diffusion, des modalités techniques. L utilité de l expérimentation Les actions à mettre en œuvre devront répondre au plus près à l ambition et aux missions affichées. La démarche proposée de faire travailler ensemble les acteurs concernés par le projet culturel impose une période d expérimentation, d exploration. Les actions menées devront alors, au fur et à mesure de leur mise en œuvre, faire l objet de réglages, de réajustement, d affinement. La nécessité de l évaluation L évaluation est partie intégrante de l action. Ceci est d autant plus vrai quand doivent s inventer de nouvelles façons de travailler. Pour chacune des actions proposées devront ainsi être déterminés de premiers critères d évaluation et de suivi de l action, établis à partir d objectifs fixés à un moment donné et au regard notamment des enjeux mis en avant. De premiers critères d évaluation, essentiellement quantitatifs, sont proposés dans le cadre des fiches actions présentées dans la suite de ce document. D autres, y compris qualitatifs, devront les compléter qui seront déterminés dans le cadre de la poursuite de la concertation. Une attention particulière doit être apportée à la définition de ces critères pour les actions proposées afin que les «petites» structures associatives ne soient exclues ou pénalisées. SYLVIE COURALET DEFINITION DE LA POLITIQUE CULTURELLE DU PAYS DE L ALBIGEOIS ET DES BASTIDES RAPPORT FINAL FEVRIER

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

Projet culturel amplepuisien 2014-2020

Projet culturel amplepuisien 2014-2020 Projet culturel amplepuisien 2014-2020 «La culture, dans son sens large, est considérée comme l ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Pays du Val d Adour. Projet Culturel de Territoire. Axes de développement

Pays du Val d Adour. Projet Culturel de Territoire. Axes de développement Pays du Val d Adour Projet Culturel de Territoire Axes de développement SOMMAIRE Projet Culturel du Val d Adour : rappel des objectifs et de la méthode p. 3 Les axes proposés au regard de l état des lieux

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

Cinéma Cirque Musique Patrimoine Théâtre Architecture Scénographie Arts plastiques

Cinéma Cirque Musique Patrimoine Théâtre Architecture Scénographie Arts plastiques 2014 2016 Cinéma Cirque Musique Patrimoine Théâtre Architecture Scénographie Arts plastiques Arts visuels Musée Lecture Danse Paysage une volonté partagée sur le territoire de la gironde La Direction des

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

L ACCES DE TOUS A LA LECTURE AVEC LA MEDIATHEQUE

L ACCES DE TOUS A LA LECTURE AVEC LA MEDIATHEQUE Extrait de la Charte définissant la politique culturelle de la Communauté de communes LES DOMAINES D INTERVENTION DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES L ACCES DE TOUS A LA LECTURE AVEC LA MEDIATHEQUE Sa proposition

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE ORIENTATIONS STRATEGIQUES N 10 : Animer et développer la production touristique : produits, équipements et hébergements N 11 : Favoriser la professionnalisation

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI)

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) AIX-EN-PROVENCE LILLE LYON ORSAY POITIERS RENNES SÉLESTAT TOULOUSE TOURS CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) le musicien intervenant (MI) dumiste, acteur du

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

Conseils de quartiers Règlement intérieur

Conseils de quartiers Règlement intérieur Conseils de quartiers Règlement intérieur caen.fr I Les principes fondateurs Règlement intérieur des conseils ARTICLE 1 Création des conseils de quartiers citoyens Les conseils de quartiers citoyens sont

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Enseignement et formation

Enseignement et formation TERRITOIRE Enseignement et formation Un réseau éducatif dense marqué par l importance de l enseignement Il existe un lien étroit entre la répartition spatiale des équipements d enseignement et la localisation

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF

LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF La formation constitue un outil au service du projet politique décliné au niveau local. Elle contribue au rayonnement de l USEP au sein des départements et des

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC

Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC Dossier de demande ravitaillement OFFICE DE TOURISME DU CANTON DE SALIGNAC 24590 SALIGNAC PARTENAIRES IMPLIQUES DANS LE PROJET Les organisateurs à l initiative du projet ont souhaité que celui-ci fédère

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE :

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : Le 31 janvier 2006 Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : 1 - Les étapes de la construction du programme à Aubervilliers. 2 - Les orientations générales du dispositif de Réussite Éducative. 3 - Les

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme RÈGLES DU JEU C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme Présentation et règles du jeu de cartes «La cohésion sociale au cœur du développement durable» Un jeu pour travailler ensemble sur

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

PROJET DE L ASSOCIATION «LES DEUX RIVES»

PROJET DE L ASSOCIATION «LES DEUX RIVES» 1 PROJET DE L ASSOCIATION «LES DEUX RIVES» 2 SOMMAIRE. I. Une Histoire...3 II. Les principes fondamentaux...3 III. Les objectifs...4 IV. Les actions...4 Actions envers les jeunes...4 Actions envers les

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault Préfecture de la région LR Direction Régionale des Affaires Culturelles Chambre de Commerce et d Industrie de Montpellier Chambre départementale des notaires de l Hérault Convention commune pour le développement

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Proposer de nouveaux produits intégrant hébergement touristique et activités FICHE ACTION N 12 Soutien aux hébergements et aux produits intégrés

Proposer de nouveaux produits intégrant hébergement touristique et activités FICHE ACTION N 12 Soutien aux hébergements et aux produits intégrés Contrat de territoire2007-2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Proposer de nouveaux produits intégrant hébergement touristique

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 La Madeleine Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal Sommaire I - Introduction - Le contexte : un ancien bâtiment

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves

La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves Centre Alain Savary INRP / vendredi 8 avril 2011 Séminaire «questions vives du partenariat et réussite éducative» La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Objet : Projet départemental «Objectif Rando»

Objet : Projet départemental «Objectif Rando» Evreux, le 20 octobre 2011 L Inspecteur d Académie Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale de l Eure à Mesdames et Messieurs les Directeurs des écoles maternelles et élémentaires

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION Etude 2013 Usages et pratiques des jeunes tarnais en matière de recherche d information Contexte général : La Fédération

Plus en détail

Réseau des RAM Groupe de travail thématique «Développer un projet d éveil artistique et culturel» - 2012

Réseau des RAM Groupe de travail thématique «Développer un projet d éveil artistique et culturel» - 2012 Réseau des RAM Groupe de travail thématique «Développer un projet d éveil artistique et culturel» - 2012 Contexte : Dans le cadre de l animation du réseau des Relais Assistants Maternels des Deux-Sèvres

Plus en détail

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Contexte La région Midi-Pyrénées bénéficie d un patrimoine naturel exceptionnel. Il faut toutefois constater un déficit de connaissance

Plus en détail

La Région investit sur ses territoires

La Région investit sur ses territoires Dossier de presse Contrats Auvergne + Aménagement du territoire La Région investit sur ses territoires 5,9 millions d euros pour le Pays de la Vallée de la Dore La troisième génération (2015-2018) de Contrats

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche DIRECTION DE L ACTION EDUCATIVE ET DE L ENFANCE MCPS/VM 2000/191.11 PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche Préambule MCPS/VM 2000/259.12 La circulaire du 30 novembre 2000 (Bulletin Officiel de

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA POSTE Société Anonyme au capital de 3.400.000.000 euros, dont le siège social est situé 44 Boulevard de Vaugirard 75757 PARIS cedex 15, immatriculée au RCS Paris

Plus en détail

Les grandes orientations du PEL jusqu en 2014

Les grandes orientations du PEL jusqu en 2014 Dans une ville, de multiples intervenants apportent aux familles aide et soutien dans l éducation des enfants. Pour donner plus de cohérence à ces actions, pour les renforcer, nous avons choisi à Brest

Plus en détail

SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE

SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE Ministère du travail, de l emploi et de la santé Paris, le 24 janvier 2011 SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE - Mercredi

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES Offre de service : ASSISTANCE POUR LA MISE EN PLACE EQUIPE PROJET Appui méthodologique et expertise sur des projets complexes nécessitant des expertises techniques poussées au regard de l évolution des

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

L'outil numérique moyen de reconnaissance et de mutualisation dans le Pays du Grand Bergeracois

L'outil numérique moyen de reconnaissance et de mutualisation dans le Pays du Grand Bergeracois L'outil numérique moyen de reconnaissance et de mutualisation dans le Pays du Grand Bergeracois Youenn HUON, directeur Le Pays du Grand Bergeracois Le Pays du Grand Bergeracois Le paysage intercommunal

Plus en détail

Le projet éducatif local

Le projet éducatif local Plan départemental Autour des Questions portant sur l Enfance et la Jeunesse Le projet éducatif local Cet outil a vocation à sensibiliser les acteurs locaux à l intérêt d inscrire leur territoire dans

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION Maître d ouvrage : Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de Camargue Objet de la consultation : Passation d'une commande pour prestation de services

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

Charte départementale de développement. de la pratique vocale et chorale en milieu scolaire. en Yvelines

Charte départementale de développement. de la pratique vocale et chorale en milieu scolaire. en Yvelines Entre Charte départementale de développement de la pratique vocale et chorale en milieu scolaire en Yvelines Signataires de la Charte L Académie de Versailles représentée par Monsieur Jean-Michel COIGNARD,

Plus en détail