L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle"

Transcription

1 Kaouthar Messaoudi L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle Publibook

2 Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires PARIS France Tél. : +33 (0) IDDN.FR R.P Cet ouvrage a fait l objet d une première publication aux Éditions Publibook en 2012

3 À mon cher papa, disparu le 28 avril 2010 À monsieur Christian Houzel, qui m a appris que, derrière les formules et les équations, il y a des hommes et des femmes dont la vie et le combat sont fascinants.

4

5 Sommaire Avant-propos...13 Introduction générale...15 Première partie : La théorie de l élasticité au début du XIX e siècle...23 Introduction...25 Chapitre I Les premières tentatives pour le fondement d une théorie d élasticité des solides à trois dimensions...27 I- Sophie Germain : une intruse dans le domaine des mathématiques...27 I-1- Sur les pas d Euler...29 I-2- Recherches sur les surfaces élastiques...31 II- Le fondement de la théorie d élasticité par Navier...35 II-1- Le principe des vitesses virtuelles de Lagrange...36 II-2- Les surfaces élastiques...37 II-3- Le fondement de la théorie de l élasticité des corps solides à trois dimensions..39 II-3-1- Les équations générales de l équilibre...40 II-3-2- Calcul des conditions aux limites...42 III- Poisson : un grand mathématicien à la recherche de grandes idées...47 III-1- Le programme de Laplace et la théorie moléculaire de Poisson...49 III-2- Le premier mémoire de Poisson en élasticité...52 III-3- Le deuxième mémoire de Poisson...55 III-4- Le troisième mémoire de Poisson...57 III-5- Calcul probabiliste...60 Chapitre II La naissance de la théorie de l élasticité dans l ombre de la théorie de la lumière...63 I- Introduction de la mécanique des milieux continus : la première théorie d élasticité de Cauchy...63 I-1- La 1 re théorie d élasticité des solides...63 I-1-1- Les nouveaux principes de la lumière...65 I-1-2- Analogie entre les hypothèses de Cauchy et les principes de Fresnel...66 I-1-3- Le principe des pressions...68 I-1-4- Résolution du problème...70 I Les équations complètes de l équilibre...75 I Les équations d équilibre à deux constantes...77 I-1-5- Condensation, dilatation et rotation dans les milieux continus

6 II- Application de la première théorie II-1- La propagation du son II-2- La propagation de la chaleur II-3- Une méthode universelle III- La deuxième théorie d élasticité des solides III-1- Une nouvelle méthode III-2- La notion de pression ou tension dans un système de points matériels III-3- Nouvelle définition du concept de la pression IV- Comparaison des deux théories IV-1- Étude d une plaque anisotrope : introduction de la notion de l analyse dimensionnelle IV-2- Application de la théorie de l élasticité aux phénomènes lumineux IV-2-1- Comparaison entre la théorie de la lumière et la théorie de l élasticité des solides IV-2-2- Les équations différentielles du mouvement vibratoire de l éther IV-3- Conclusion Deuxième partie : Le potentiel élastique Chapitre III L introduction du potentiel dans le calcul de l élasticité des solides I- Introduction II- La méthode variationnelle de George Green II-1- Potentiel des actions moléculaires II-2- Potentiel des corps élastiques II-3- Réduction des nombres de constantes : II-4 La preuve de l existence de vingt et un coefficients indépendants II-5- Réduction des coefficients a- Trois plans de symétries : b- Axe de symétrie ou d élasticité c- Isotropie II-6- Équations d équilibre et conditions aux limites III- Les travaux de Stokes dans le cadre de l élasticité des solides III-1- Propagation d une perturbation arbitraire dans un milieu élastique III-2- Calcul de l équation différentielle d un pont suspendu IV- Sur les relations, établies par Boussinesq, entre l énergie interne d un corps fluide ou solide et ses pressions et forces élastiques IV-1- Application de la théorie de l élasticité à la théorie de la lumière V- Conclusion Chapitre IV La théorie de l élasticité selon Kirchhoff I- Introduction II- Une nouvelle organisation de la mécanique III- Les plaques élastiques III-1- Équation d équilibre d une plaque III-2- Discussion des conditions aux limites d une plaque par Boussinesq III-3- Unicité de la solution

7 IV- Étude de l équilibre d une tige ou l analogie cinétique de Kirchhoff V- Mémoires ultérieurs VI- Plaque courbe VII- Calcul de la force mécanique d un corps polarisé ou magnétisé VIII- L application de la théorie de l élasticité des solides à la théorie de la lumière IX- Tige transversale X- Conclusion Troisième partie : La thermodynamique de la déformation Chapitre V La considération des effets thermiques pendant le processus de déformation par W. Thomson Introduction I- La théorie dynamique de la chaleur de William Thomson I-1- La thermoélasticité I-1-1- Tenseur de contraintes I-1-2- Tenseur de déformations I-1-3- Définition de l énergie potentielle pour un solide déformé a- Premier principe de la thermodynamique b- Le deuxième principe de la thermodynamique I-2- L équation contrainte-énergie dans le cas des solides I-2-1- Formulation du problème : I-2-2 Cas des petites déformations I-2-3 Le nombre de coefficients d élasticité dans les cristaux I-2-4 Équation d équilibre d un solide élastique par la méthode thermodynamique a- Traction longitudinale et contraction latérale b- La dilatation II- Problème dynamique d une sphère élastique III- Élasticité parfaite et viscosité III-1- Élasticité parfaite a- Formulation de la loi de Hooke b- Cas particuliers de la loi de Hooke c- la défaillance de la loi de Hooke III-2- Viscosité III-3- Module d élasticité statique et cinétique IV- Application de la théorie de l élasticité à la propagation des ondes lumineuses327 V- Conclusion Conclusion générale Bibliographie

8

9 Avant-propos L objet de cette thèse est d étudier l évolution de la théorie de l élasticité des solides à trois dimensions, au cours du XIX e siècle. C est au début de ce siècle qu est née la théorie de l élasticité, qui a rapidement attiré l attention de nombreux savants et mathématiciens. Dans ce travail, nous nous intéressons aux différents concepts et théories qui ont participé aux progrès de cette branche de la physique. Il y a un siècle et demi ou même moins, des traités tels que ceux de Saint- Venant, de A. E. H. Love ou de Todhunter pouvaient contenir l histoire du développement de cette discipline. Dans cette dernière décennie, l ouvrage d Amy Dahan a permis de rafraîchir les mémoires sur une partie de l histoire de l élasticité en France qui avait un lien étroit avec Cauchy. Tout au long du XIX e siècle, la théorie de l élasticité a connu une période d intense développement. Dans ces conditions, toute tentative d écrire l histoire complète et détaillée des résultats et méthodes de la théorie de l élasticité, dans le cadre d une thèse de doctorat, semble vouée à l échec. C est pourquoi nous avons choisi de ne retenir que ce qui nous a semblé fondamental dans son évolution et ce qui représente un grand tournant dans son histoire. L histoire de l élasticité des solides est étroitement liée au développement des moyens mathématiques. Ce lien a suscité la mise au point de nouveaux outils mathématiques. Les efforts employés pour l amélioration de ces outils sont souvent la source du progrès de cette théorie. Le développement de la théorie de l élasticité est principalement dû à Navier, Poisson, Cauchy, Lamé, Kirchhoff, Maxwell, Clebsch et Thomson. Ce dernier a essayé surtout de généraliser la solution et d éliminer les hypothèses auxquelles cette théorie était assujettie. Plusieurs principes ont été introduits dans l étude de l élasticité des corps : parmi ceux-ci, celui concernant la continuité de la matière paraissait nécessaire pour l utilisation des 13

10 intégrales. Cauchy remplaça ce principe erroné, car la matière n est pas continue, par celui de la continuité des déplacements géométriques. La théorie de l élasticité peut se réduire à l établissement des relations fondamentales liant ses différents paramètres physiques et à l étude des conditions aux limites à l aide des équations aux dérivées partielles, comme l a démontré Cauchy. La théorie de l élasticité des corps n est pas une théorie mathématique, mais une branche de la mécanique qui, à son tour, représente une partie de la physique. Ce qui nous amène à tenir compte des différentes propriétés d ordre pratique. Des méthodes spécifiques ont été mises en œuvre par différents savants ou mathématiciens au cours des XIX e et XX e siècles pour rendre compte de ces propriétés. Certaines méthodes ou solutions étaient fondamentales dans l histoire de la théorie. Parmi celles-ci, nous allons étudier la mécanique des milieux continus de Cauchy, la méthode du potentiel de Green et Kirchhoff, sans oublier les effets de la chaleur sur la déformation des corps solides introduits par Thomson. Cet ouvrage est limité au cadre de l élasticité tridimensionnelle linéaire des corps isotropes ou non, au XIX e siècle. Nous avons aussi cherché à connaître les raisons pour lesquelles les mathématiciens et les physiciens se sont intéressés au domaine de l élasticité des solides sans que cette discipline ait un lien quelconque avec leurs formations d origine. Nous allons essayer de répondre à cette question tout au long de ce travail. 14

11 Introduction générale L histoire des théories et des expériences, qui ont donné lieu au développement de la théorie de l élasticité des solides, présente un très grand intérêt. Plusieurs théories physiques ont été utiles pour saisir la réalité du phénomène de l élasticité. En effet, à travers les siècles, la théorie de l élasticité des solides est passée par plusieurs étapes qui ont contribué à son développement et à son accomplissement. On peut considérer que la théorie moderne de l élasticité est née en 1821, quand Navier donna pour la première fois, dans son célèbre mémoire 1, les équations générales de l équilibre et du mouvement d un corps solide élastique. La plupart des problèmes que pose cette théorie ont déjà été partiellement résolus ou discutés dans des cas particuliers aux XVII e et XVIII e siècles ; de Galilée à Euler en passant par Hooke et les Bernoulli, plusieurs résultats d un grand intérêt avaient été obtenus. Seulement, aucune théorie mathématique rigoureuse n a été établie. Au XIX e siècle, la loi de Hooke fut le point de départ de plusieurs recherches qui débouchèrent sur la naissance d une vraie théorie mathématique de l élasticité. La loi de Hooke et la théorie de la lumière, précisément la conception de l éther, furent à l origine d une théorie complète et générale de l élasticité des solides et des recherches supplémentaires dans le cas des fluides. Cauchy, Green, Kirchhoff, Thomson et beaucoup d autres savants ont établi une théorie générale de l élasticité avant d étudier les phénomènes lumineux à proprement parler. Parmi les théories les plus instructives en histoire de la physique, on trouve, en première position, celle de la lumière. Dans l antiquité grecque, les philosophes considéraient que la vision était causée par la projection de particules lumineuses qui se détachaient des objets et venaient frapper l organe de la vue. Au contraire, les pythagoriciens supposaient que l œil projetait des rayons qui servaient à saisir les objets perçus. Les platoniciens se positionnaient entre ces deux doctrines opposées. Quant à l école péripatéticienne, elle considérait la lumière comme une qualité des corps 1 Navier, «Mémoire sur les lois de l équilibre et du mouvement des corps solides élastiques», in : Comptes rendus de l Académie des sciences, t.vii,

12 lumineux. Ibn al-haytham refusa la théorie ancrée dans la tradition grecque. Il donna une description géométrique au concept de la propagation de la lumière dans son livre Optique. Il fallut attendre Kepler, six siècles plus tard, pour faire des avancées comparables à celles de Ibn al-haytham. Il semble que Galilée fut le premier savant qui se fût interrogé sur le temps que met la lumière pour se déplacer d un point à un autre ; il a même établi une expérience à cette fin, mais les techniques de l époque n étaient pas suffisantes pour obtenir des résultats convenables. Par la suite, cette expérience s avéra féconde. Descartes essaya, par le biais des expériences, de se faire une idée sur la nature de la lumière et conclut que la vitesse de la lumière devait être infinie. Plus tard, il donna une explication des couleurs en les attribuant au mouvement de rotation qu effectuent des petites sphères de la matière subtile dans les pores des corps terrestres. Descartes insista sur le fait qu il n est pas nécessaire qu une action matérielle ait lieu entre les objets et l œil. Ce postulat le place parmi les précurseurs de la théorie des ondulations, bien qu il ne considérât pas la lumière comme une propagation d ondes successives, mais comme une pression transmise instantanément. Cette idée de la propagation instantanée, il la contredira lui-même dans sa démonstration de la loi de la réfraction. À la même époque que Descartes, Fermat s intéressait à ce sujet en étudiant le phénomène de la réfraction. Il posa un principe de minimum et non une hypothèse de nature causale concernant la réfraction ; d après ce principe, la nature agit par les voies les plus courtes et les plus aisées, c est-àdire que la lumière met le minimum de temps pour parcourir une distance séparant deux points distincts appartenant à deux milieux contigus ayant la propriété de posséder chacun une vitesse de propagation différente. Cette hypothèse entre dans une forme analytique qui choisit le chemin optique minimal (le principe du chemin optique minimum par rapport au temps de parcours dans le cas relatif à la réfraction). Deux doctrines différentes sur la nature de la lumière virent le jour à partir de la deuxième moitié du XVII e siècle. La première fut proposée par Huygens dans son Traité de la lumière, qui suggère la théorie ondulatoire comme une explication à la cause même de la transmission de la lumière : la lumière se propage en formant des ondes dans un milieu éthéré, distinct de l air qui transmet le son, composé de petites boules élastiques. En étudiant la transmission de la lumière à travers un éther élastique, Huygens détermina les lois de la réfraction et retrouva la valeur correspondant au rapport des sinus déduite par Fermat. En poursuivant son raisonnement, Huygens dédui- 16

13 sit une théorie sur la double réfraction dans les cristaux uniaxes. La théorie des ondes de Huygens fut oubliée pendant de longues années, cédant la place à sa rivale, qui triompha au XVIII e siècle et dont le maître d œuvre porte le nom d Isaac Newton. Newton revint à la théorie de l émission de la lumière, qui stipule que des petits corpuscules émanant des corps lumineux produisent la vision de la lumière en heurtant la rétine. Il croyait aussi à l existence d un milieu animé de vibrations successives et rapides dans lequel les corpuscules sont en mouvement et capables de produire un certain effet. Il admettait que chaque rayon de lumière possédât une structure périodique, ce qui explique les phénomènes de la réflexion et de la réfraction. En résumé, à la fin du XVIII e siècle, en optique, les idées soumises sont les théories des ondulations et de l émission ; elles donnent des explications causales aux phénomènes, c est-à-dire l existence de substances constituées de particules lumineuses ou d éther qui produisent la lumière. Restées longtemps dans l oubli, les idées de Huygens furent ressuscitées par Young et Fresnel dès le début du XIX e siècle. Grâce à sa fameuse expérience des deux miroirs et à ses nombreux écrits sur la diffraction, Fresnel donna une consécration définitive à la loi des interférences. Fresnel considérait l éther comme un solide élastique ; seulement à cette époque, aucune théorie générale de l élasticité n existait encore. Fresnel démontra également qu il n existait aucune analogie entre la lumière et le mouvement des ondes sonores, et il affirma la nécessité de vibrations transversales de l éther luminifère pour expliquer la polarisation. Les recherches de ce savant lui permirent de créer une doctrine des ondes lumineuses qui fut, surtout après sa disparition, perfectionnée et complétée par les travaux analytiques de nombreux savants comme Poisson, Lamé et, surtout, Cauchy et Green. La théorie des ondes de Fresnel consiste à déterminer les équations différentielles qui décrivent la propagation des ondes lumineuses, en considérant un milieu éthéré. Il posa quelques hypothèses sur les rapports de cet éther avec la matière pondérable, tout en tenant compte de la continuité de la matière. Ces équations ont été simplifiées à l aide d hypothèses adéquates afin de réduire les difficultés analytiques, comme c est le cas dans plusieurs questions de la physique mathématique. L existence de l éther était indiscutable pour les plus grands physiciens et mathématiciens de l époque ; au point que l Anglais William Thomson déclarait : «L éther n est pas une création imaginaire du philosophe spéculatif, mais qu il nous est aussi important que l air que nous respirons.» Il réussit 17

14 même à déterminer le rapport de la masse volumique de cette substance par rapport à celle de l eau ; ce résultat fut retrouvé plus tard par Boussinesq. Dans le cadre de la physique mathématique, les phénomènes électriques offraient un vaste sujet de recherches. De la découverte des actions électromagnétiques et des recherches qui suivirent, allaient se construire peu à peu toute la science et toute l industrie électrique d aujourd hui. Après la découverte de la loi de Coulomb, l électricité statique conduisit d éminents savants comme Laplace, Poisson, Green et leurs successeurs à établir des théories très riches et intéressantes dans ce domaine, pendant qu Ampère essayait, en électricité dynamique, de réduire les actions électrodynamiques et, par conséquent, tout l électromagnétisme à des forces de type newtonien, s exerçant entre les éléments de courant et satisfaisant au principe de l égalité des actions et des réactions. Plus tard, la théorie d Ampère fut développée par des physiciens comme Weber, Grossmann et Helmholtz. Avec le physicien Faraday, la théorie de l électricité a pris un autre tournant. En effet, les idées de Faraday qui paraissaient, au début, comme purement qualitatives et assez obscures, se sont précisées petit à petit en une théorie des lignes de force à travers les diélectriques, c est-à-dire en un champ électromagnétique. Faraday n étant pas un mathématicien, ce fut Maxwell qui démontra l importance de ces résultats. En introduisant la notion du courant de déplacement et en appliquant les lois de l électromagnétisme, Maxwell détermina les équations fondamentales entre les forces électriques et magnétiques. À partir de ces équations, il posa l hypothèse qu une onde électromagnétique se propage à la vitesse de la lumière. Cette idée garda un aspect hypothétique jusqu à ce que le physicien allemand Hertz eût élaboré, en 1888, des expériences sur la propagation des ondes électromagnétiques auxquelles son nom est resté attaché. Ces découvertes n exclurent pas l importance de l éther en tant que matière essentielle pour la propagation de la lumière ; ce qui explique que Maxwell considérait l éther comme un fluide inducteur responsable des actions électromagnétiques. Cette correspondance des deux théories est claire dans le cas des corps isotropes, où la vitesse de la molécule éthérée de Fresnel a la même direction que la force électrique. Pourtant, il existe une grande différence entre l éther de Fresnel et le fluide inducteur de Maxwell. Ce dernier regardait le potentiel électrique comme le potentiel interne, qui est complètement exclu de la construction de l éther auquel Thomson attribuait la propagation de la lumière. Thomson a imaginé un éther absolument 18

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de Notion de courant de particule ; conservation du courant = expression du courant de particules chargées ; charges; j = q k k - cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de v k

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 Généralités sur la lumière. Chapitre 2 Lois et principes de l optique géométrique. Chapitre 3 Formation des images

Sommaire. Chapitre 1 Généralités sur la lumière. Chapitre 2 Lois et principes de l optique géométrique. Chapitre 3 Formation des images Sommaire Chapitre 1 Généralités sur la lumière A. Qu est ce que l optique aujourd hui?..................................... 8 B. Généralités sur la lumière.............................................

Plus en détail

Le Défi e-no Smoking

Le Défi e-no Smoking Le Défi e-no Smoking Du même auteur «Comment arrêter de fumer en travaillant», Éditions First, 1991 «5 semaines pour une vie sans tabac», Méthode audio FirstAvantage, 1992 «30 Jours pour Apprendre à fumer»,

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

Son et Lumière. L optique géométrique

Son et Lumière. L optique géométrique Son et Lumière Leçon N 3 L optique géométrique Introdution Nous allons au cours de cette leçon poser les bases de l optique géométrique en en rappelant les principes fondamentaux pour ensuite nous concentrer

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE

Mathématiques - OPTION TECHNOLOGIQUE ESPRIT GENERAL Objectifs de l épreuve Vérifier chez les candidats l existence des bases nécessaires pour des études supérieures de management. Apprécier l aptitude à lire et comprendre un énoncé, choisir

Plus en détail

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 3 : Dynamique SMPC1 Chapitre 3 : Dynamique du point matériel I Lois fondamentales de la dynamiques I.1)- Définitions Le Référentiel de Copernic: Le référentiel

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Générateur de Nombres Aléatoires

Générateur de Nombres Aléatoires Générateur de Nombres Aléatoires Les générateurs de nombres aléatoires sont des dispositifs capables de produire une séquence de nombres dont on ne peut pas tirer facilement des propriétés déterministes.

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail

Surface sphérique : Miroir, dioptre et lentille. Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V

Surface sphérique : Miroir, dioptre et lentille. Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Surface sphérique : Miroir, dioptre et lentille Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Définition : Les miroirs sphériques Un miroir sphérique est une

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

ISO/IEC TR 90006. Première édition 2013-11-01. Numéro de référence ISO/IEC TR 90006:2013(F) ISO/IEC 2013

ISO/IEC TR 90006. Première édition 2013-11-01. Numéro de référence ISO/IEC TR 90006:2013(F) ISO/IEC 2013 RAPPORT TECHNIQUE ISO/IEC TR 90006 Première édition 2013-11-01 Technologies de l information Lignes directrices pour l application de l ISO 9001:2008 pour la gestion des services IT et son intégration

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Théorie des graphes. Introduction. Programme de Terminale ES Spécialité. Résolution de problèmes à l aide de graphes. Préparation CAPES UCBL

Théorie des graphes. Introduction. Programme de Terminale ES Spécialité. Résolution de problèmes à l aide de graphes. Préparation CAPES UCBL Introduction Ces quelques pages ont pour objectif de vous initier aux notions de théorie des graphes enseignées en Terminale ES. Le programme de Terminale (voir ci-après) est construit sur la résolution

Plus en détail

ELECTRICITE STATIQUE. Sommaire. Introduction. 3.1 Loi des charges. Chapitre 3. Chapitre 3

ELECTRICITE STATIQUE. Sommaire. Introduction. 3.1 Loi des charges. Chapitre 3. Chapitre 3 Chapitre 3 ELECTRICITE STATIQUE Sommaire Loi des charges Charge électrostatique Le champ électrique Potentiel et différence de potentiel Déplacement de charges Introduction Dès l'antiquité, les hommes

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

X LENTILLES SPHERIQUES MINCES

X LENTILLES SPHERIQUES MINCES X LENTILLES SPHERIQUES MINCES Exercices de niveau Dans ces exercices vous apprendrez à manipuler correctement les relations de conjugaison et de grandissement, d abord dans des cas très simples puis plus

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

Principes de management de la maintenance

Principes de management de la maintenance Jean-Paul Raoul Illustrations : Hervé Baudry Principes de management de la maintenance Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Mécanique des solides déformables

Mécanique des solides déformables Mécanique des solides déformables Auteur Michel MAYA 1 Descriptions 2 Représentations graphiques Ce cours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité + Pas d utilisation

Plus en détail

Loi binomiale Lois normales

Loi binomiale Lois normales Loi binomiale Lois normales Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 204/205 Table des matières Rappels sur la loi binomiale 2. Loi de Bernoulli............................................ 2.2 Schéma de Bernoulli

Plus en détail

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Les verres Introduction: TP: Nous avons choisi de faire un tp sur les notes que peuvent produire différents verres avec des quantités différentes d eau. Car nous voulions

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE Gabriel Scherer TS3 TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE TPP4.odt 1/6 Rappels : 1 U.A. = 1,497.10 11 m Constante de gravitation universelle G = 6,67.10 11 u.s.i.

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1. Introduction à l optique géométrique...1. Chapitre 2. Formation des images... 13. Chapitre 3

Table des matières. Chapitre 1. Introduction à l optique géométrique...1. Chapitre 2. Formation des images... 13. Chapitre 3 Cours d'optique non linéaire Table des matières Chapitre 1 Introduction à l optique géométrique...1 Chapitre 2 Formation des images... 13 Chapitre 3 Lentilles minces sphériques... 21 1. Propagation de

Plus en détail

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces -

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - Introduction Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - La focométrie consiste en la détermination expérimentale de la distance focale d un instrument d optique. Dans le TP précédent, nous avons

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

Résume du cours de Mécanique Analytique

Résume du cours de Mécanique Analytique Résume du cours de Mécanique Analytique jean-eloi.lombard@epfl.ch 22 janvier 2009 Table des matières 1 Équations de Lagrange 1 1.1 Calcul des variations....................... 3 1.2 Principe de moindre

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique 2ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 2003-2004 But de l expérience Nous devions

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Chapitre 10 : Condensateur et circuit RC I. Notions de base en électricité : a) Courant électrique

Plus en détail

MODULE 3. Performances-seuils. Les appareils de mesure. Appareils de mesure Choix et utilisation. L élève sera capable

MODULE 3. Performances-seuils. Les appareils de mesure. Appareils de mesure Choix et utilisation. L élève sera capable MODULE 3. Les appareils de mesure. Performances-seuils. L élève sera capable 1. de choisir un appareil de mesure ; 2. d utiliser correctement un appareil de mesure ; 3. de mesurer courant, tension et résistance.

Plus en détail

Licence MASS 2000-2001. (Re-)Mise à niveau en Probabilités. Feuilles de 1 à 7

Licence MASS 2000-2001. (Re-)Mise à niveau en Probabilités. Feuilles de 1 à 7 Feuilles de 1 à 7 Ces feuilles avec 25 exercices et quelques rappels historiques furent distribuées à des étudiants de troisième année, dans le cadre d un cours intensif sur deux semaines, en début d année,

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES B. MARCHADIER Dépendance et indépendance de deux aléas numériques images Mathématiques et sciences humaines, tome 25 (1969), p. 2534.

Plus en détail

Hydraulique des terrains

Hydraulique des terrains Hydraulique des terrains Séance 3 : Hypothèses de l écoulement en conduite Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Cinématique d écoulement -Lignes caractéristiques -Vitesses et débits B. Hypothèse

Plus en détail

Ajouter un Widget à SugarCRM Création de l AlterEnum

Ajouter un Widget à SugarCRM Création de l AlterEnum ALTERVISIONS Ajouter un Widget à SugarCRM Création de l AlterEnum Lior CHAMLA 09/04/2009 Nous allons voir comment créer un contrôle personnalisé à ajouter dans les différents modules de SugarCRM. SOMMAIRE

Plus en détail

LA STATIQUE MODELISATION DES ACTIONS MECANIQUES

LA STATIQUE MODELISATION DES ACTIONS MECANIQUES I- Introduction L MECNIQUE C est la science mise à notre disposition afin de déterminer : les efforts, les caractéristiques d un mouvement, les dimensions, les déformations, les conditions de fonctionnement

Plus en détail

O 2 Formation d images par un système optique.

O 2 Formation d images par un système optique. par un système optique. PCS 2015 2016 Définitions Système optique : un système optique est formé par une succession de milieux homogènes, transparents et isotropes (MHT) séparés par des dioptres (et /

Plus en détail

Thème : Modèle et modélisation. Problématique : Comment fonction les lentilles optiques et à quoi servent-elles?

Thème : Modèle et modélisation. Problématique : Comment fonction les lentilles optiques et à quoi servent-elles? PENET François LAMARCQ Simon DELAHAYE Nicolas Les lentilles optiques Thème : Modèle et modélisation. Problématique : Comment fonction les lentilles optiques et à quoi servent-elles? Sommaire : Introduction

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

COURS DE DENOMBREMENT

COURS DE DENOMBREMENT COURS DE DENOMBREMENT 1/ Définition des objets : introduction Guesmi.B Dénombrer, c est compter des objets. Ces objets sont créés à partir d un ensemble E, formé d éléments. A partir des éléments de cet

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique Fiches PROGRAMME 2012 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction.

Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction. Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction. Pr. Richard Welter, Institut de Biologie Moléculaire des Plantes, welter@unitra.fr CONTENU DES ENSEIGNEMENTS 1) Discussion sur la notion

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

INFOGRAPHIE. Rapport du Projet de dessin 2D et 3D

INFOGRAPHIE. Rapport du Projet de dessin 2D et 3D Institut Galilée INFO 1 : Yohan ROUSSET Stéphane FOURNIER INFOGRAPHIE Rapport du Projet de dessin 2D et 3D Superviseur : R. MALGOUYRES Année 2008-2009 2 Table des matières I. Introduction... 4 II. Dessin

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet

gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet management sup gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet Le pictogramme qui figure ci-contre mérite une explication. Son objet est d alerter le lecteur sur la menace que

Plus en détail

Marie Godin. Les Contes de Marie. La coccinelle Mabelle, Le Bonhomme en sucre et autres histoires. Publibook

Marie Godin. Les Contes de Marie. La coccinelle Mabelle, Le Bonhomme en sucre et autres histoires. Publibook Les Contes de Marie Marie Godin Les Contes de Marie La coccinelle Mabelle, Le Bonhomme en sucre et autres histoires Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

Lois de l électrocinétique

Lois de l électrocinétique Retour au menu! Lois de l électrocinétique 1 Courant électrique 1.1 Notion de courant n conducteur est un matériau contenant des charges libres capables de se déplacer. Dans les électrolytes les charges

Plus en détail

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle.

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. TP force centrifuge Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : Étudier la force centrifuge dans le cas d un objet ponctuel en rotation uniforme autour d un axe fixe. 1 Présentation

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES EXPÉRIENCE 5 MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES I. Introduction et objectifs Les miroirs et les lentilles sont des objets utilisés quotidiennement. Le miroir le plus répandu (et le plus simple) est le miroir

Plus en détail

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux 6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux Ce chapitre contient des rappels d optique géométrique et vise à faire le lien entre les notions d ondes étudiées au début du cours et l optique géométrique.

Plus en détail

Exemples de dynamique sur base modale

Exemples de dynamique sur base modale Dynamique sur base modale 1 Exemples de dynamique sur base modale L. CHAMPANEY et Ph. TROMPETTE Objectifs : Dynamique sur base modale réduite, Comparaison avec solution de référence, Influence des modes

Plus en détail

1. La notion de force

1. La notion de force 1. La notion de force livre page 6 & 7 a) introduction Tu as déjà sûrement entendu le terme de force, c est en effet un mot utilisé fréquemment dans le langage commun : on parle de la force publique, de

Plus en détail

Question O1. Réponse. Petit schéma : miroir

Question O1. Réponse. Petit schéma : miroir Question O1 Vous mesurez 180 cm, vous vous tenez debout face à un miroir plan dressé verticalement. Quelle doit être la hauteur minimale du miroir pour que vous puissiez vous y voir des pieds à la tête,

Plus en détail

Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire. Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT

Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire. Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT SURFACES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT Lignes de séparation ou séparatrices

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA LUMIERE ET L OPTIQUE GEOMETRIQUE

CHAPITRE 1 LA LUMIERE ET L OPTIQUE GEOMETRIQUE CHAPITRE 1 LA LUMIERE ET L OPTIQUE GEOMETRIQUE I Qu est-ce que la lumière? Historique : théorie ondulatoire et théorie corpusculaire II Aspect ondulatoire Figure 1-1 : (a) Onde plane électromagnétique

Plus en détail

Pourcentages et évolutions

Pourcentages et évolutions Pourcentages et évolutions Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Part en pourcentage 2 1.1 Ensemble de référence.......................................... 2 1.2 Addition et

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Un algorithme de composition musicale

Un algorithme de composition musicale Un algorithme de composition musicale Table des matières Présentation Le compositeur. Le code PMX.................................................. Structures de données utilisées........................................

Plus en détail

Partie II les outils, page 38, 31 : Abaque de Devilliers

Partie II les outils, page 38, 31 : Abaque de Devilliers LA PHYSIQUE DANS LES STAGES "PERMIS À POINTS" Les stages permis à points rencontrent un grand succès. Au programme de ces stages, une séquence est obligatoirement consacrée aux lois physiques de l automobile.

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Le Guide de l officine de pharmacie

Le Guide de l officine de pharmacie Cédric Charlas Le Guide de l officine de pharmacie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

Méthodes thermiques d analyse

Méthodes thermiques d analyse UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. Méthodes thermiques d analyse Pr Khalil EL GUERMAÏ Méthodes Thermiques d Analyse 1)- Introduction 2)- Analyse

Plus en détail

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées Approche quantitative Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées «Les faits sont têtus. Il est plus facile de s arranger avec les statistiques.» Mark Twain L objectif de ce document

Plus en détail

CHAPITRE VI ALEAS. 6.1.Généralités.

CHAPITRE VI ALEAS. 6.1.Généralités. CHAPITRE VI ALEAS 6.1.Généralités. Lors de la synthèse des systèmes logique (combinatoires ou séquentiels), nous avons supposé, implicitement, qu une même variable secondaire avait toujours la même valeur

Plus en détail

La science des fusées 1

La science des fusées 1 Mth1101 - TD - Application 9 : optimisation avec contraintes, multiplicateurs de Lagrange La science des fusées 1 Introduction Une fusée comporte plusieurs étages composés d un moteur et de son carburant.

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail