Vers une réforme d ensemble du droit de la responsabilité civile. Consultation de la Chancellerie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers une réforme d ensemble du droit de la responsabilité civile. Consultation de la Chancellerie"

Transcription

1 Vers une réforme d ensemble du droit de la responsabilité civile Consultation de la Chancellerie Rapport de Dominique NORGUET 12 janvier 2012

2 Vers une réforme d ensemble du droit de la responsabilité civile CONSULTATION DE LA CHANCELLERIE Rapport de Dominique NORGUET Avec la collaboration de Anne-Marie REITA-TRAN, Département de droit civil et commercial, à la Direction générale adjointe chargée des études, de la prospective et de l innovation. Présenté au nom de la Commission du droit de l entreprise Et adopté au Bureau du 12 janvier 2012 Chambre de commerce et d'industrie de Paris 27, avenue de Friedland F Paris Cedex 8 Registre de transparence N

3 SOMMAIRE PARTIE 1 PRÉSENTATION DU PROJET DE L INSTITUT... 4 I LA METHODE... 5 A UN DROIT DE LA «SEULE» RESPONSABILITE DELICTUELLE... 5 B UNE RECODIFICATION... 5 II LES LIGNES DE FORCE DU PROJET... 5 A LA COEXISTENCE ENTRE LA CLAUSE GENERALE DE RESPONSABILITE POUR FAUTE ET LES DELITS SPECIAUX La clause générale Les délits spéciaux ou régimes spéciaux de responsabilité... 6 B UN PRINCIPE DE DISTINCTION ET DE HIERARCHISATION DES INTERETS PROTEGES... 6 C LA DIVERSIFICATION DES REGLES DE REPARATION... 6 PARTIE 2 ANALYSE DE CERTAINS THÈMES DU POINT DE VUE DE LA VIE DES AFFAIRES... 8 I SUR LA RESPONSABILITÉ DES SOCIÉTÉS MÈRES DU FAIT DE LEURS FILIALES... 9 A PROJET DE TEXTE (ARTICLE 7, ALINEA 2)... 9 B OBSERVATIONS DE LA CCIP... 9 II SUR LA RESPONSABILITÉ DU FAIT DES INSTALLATIONS CLASSÉES A PROJET DE TEXTE (ARTICLE 23) B OBSERVATIONS DE LA CCIP III SUR LA RESPONSABILITÉ POUR FAUTE LUCRATIVE A PROJET DE TEXTE (ARTICLE 54) B OBSERVATIONS DE LA CCIP Rappel du contexte Pistes de solutions

4 Depuis 1804, les règles du Code civil relatives à la responsabilité civile n ont quasiment pas évolué alors que, pourtant, ce pan de notre droit a connu d importantes mutations et s est sensiblement complexifié, sous le double effet : d une part, de la jurisprudence qui s est attachée à l adapter aux changements économiques et sociaux lorsque cela était nécessaire, mais au prix d une certaine insécurité juridique ; d autre part, d interventions ponctuelles du législateur conduisant à multiplier, au coup par coup, les régimes spéciaux de responsabilité. La nécessité d une réforme de notre droit de la responsabilité civile ne fait donc pas débat. Elle s inscrit dans un grand chantier de rénovation du Code civil, entrepris il y a déjà quelques années 1, qui se décline aujourd hui autour d un triptyque : la réforme du droit des contrats, du régime général des obligations et de la responsabilité civile. Ce dernier volet est particulièrement sensible au regard des enjeux économiques et sociaux de la matière, notamment du point de vue de la compétitivité de nos entreprises. En 2005, l avant-projet Catala a joué un rôle majeur pour initier les réflexions sur la teneur d une telle réforme, même si ses positions ont été largement critiquées, notamment par le monde économique (responsabilité solidaire des membres d un groupe, responsabilité de plein droit des sociétés mères du fait de leurs filiales, responsabilité sans faute du fait des activités dangereuses, introduction des dommages et intérêts punitifs) 2. Puis en 2009, le Sénat a publié un rapport d information relatif à la responsabilité civile, en soulignant le besoin de renforcer la cohérence et la sécurité juridique de cette branche essentielle de notre droit. On notera également que cette nécessaire modernisation du Code civil s impose au regard des évolutions en cours dans les autres pays et de la volonté des Institutions de l Union européenne de créer un «cadre commun de référence», dont le projet publié en 2009 comporte un livre consacré à la responsabilité délictuelle. C est dans ce contexte que, sous l impulsion et la présidence du Professeur François Terré, un groupe de travail a été mis en place au sein de l Institut 3, avec pour ambition d élaborer un véritable projet de réforme d ensemble de la responsabilité civile délictuelle. Regroupant d éminents universitaires, mais également des représentants des professionnels (entreprises et assurances), ce groupe a remis son rapport à la Chancellerie en mai Ce document est aujourd hui soumis à consultation par cette dernière. Dans une première partie, on présentera brièvement les grandes lignes de ce travail d ampleur et d une très grande qualité, destiné à contribuer à la construction d un droit de la responsabilité conforme aux besoins de notre temps, apte à tenir sa place dans la concurrence des systèmes nationaux et dans le concert des droits européens. Ensuite, dans une seconde partie, on s attachera à analyser plus spécifiquement certains choix qui semblent mériter débat du point de vue de la vie des affaires 4. 1 Notamment, réformes successives du divorce (2004), de la filiation (2005), des successions et libéralités (2006), des sûretés (2006), de la fiducie (2007), de la prescription en matière civile (2008). 2 Voir sur ces différents points le rapport Kling de la CCIP du 19 octobre 2006, 3 Académie des Sciences Morales et Politiques. 4 Des experts ont été consultés par la CCIP dans le cadre des travaux préparatoires à cette prise de position : Philippe Stoffel-Munck, Professeur à l'université de Paris I ; Michel Germain, Professeur à l'université Paris II ; Jean-Baptiste Duchâteau, Directeur droit des sociétés et droit boursier de Veolia-environnement ; Gaëlle Miserey, Responsable juridique droit de l'environnement de Veolia-environnement ; Jérôme Vitulo, Directeur juridique adjoint de Lafarge ; François-Guy Trébulle, Professeur à l'université Paris Descartes. On précisera que le présent rapport peut parfois différer des préconisations de ces experts. 3

5 PARTIE 1 Présentation du projet de l Institut 4

6 I LA METHODE A UN DROIT DE LA «SEULE» RESPONSABILITE DELICTUELLE Un premier choix a consisté à dissocier la responsabilité délictuelle de la responsabilité contractuelle ; ce qui est conforme au constat que les deux dispositifs ont des finalités bien distinctes : pour la première, réparer le dommage injustement causé dans le cas de l obligation née d un délit civil (fonction de rétablissement de la victime dans la situation où elle se trouverait si le dommage n avait pas eu lieu : compensation de l intérêt négatif) ; pour la seconde, fournir au créancier l équivalent de l avantage escompté du contrat dans le cas d inexécution d une obligation contractuelle (fonction de satisfaction du créancier ou d exécution par équivalent du contrat : compensation de l intérêt positif). Les travaux de l Institut ont rattaché cette problématique au premier volet du triptyque consacré à la réforme des contrats. En cela d ailleurs, le projet de l Institut est conforme au projet de «cadre commun de référence», ainsi qu aux principes Unidroit et PETL 5. B UNE RECODIFICATION Le parti de la recodification l a emporté sur une démarche de simple consolidation du droit positif. En effet, seule la recodification permet de réévaluer les solutions positives prises dans leur ensemble, de prouver leur fonctionnement et leur cohérence, et de vérifier leur adéquation aux besoins actuels et aux faits à venir. Dès le départ de la réflexion, il est apparu nécessaire de mettre fin à un paradoxe lié à l ampleur démesurée de la construction prétorienne. Depuis deux siècles, c est le juge qui a construit le droit commun de la responsabilité civile, à partir des quelques textes peu diserts du Code civil, pendant que le législateur fabriquait des régimes spéciaux dérogatoires à ce droit «jurisprudentiel» commun. Dès lors, le projet de l Institut a, à juste titre, estimé que le législateur devait réassumer son rôle, ne serait-ce qu au regard de la stabilité du système et de la prévisibilité des solutions. Au-delà, ce nouveau travail ne pouvait s effectuer sans s interroger systématiquement sur l évolution de notre responsabilité délictuelle au regard des autres droits nationaux. II LES LIGNES DE FORCE DU PROJET Elles sont au nombre de trois : la distinction opérée entre la clause générale de responsabilité pour faute et les délits spéciaux (A) ; l effort de différenciation entre les divers intérêts protégés (B) ; et la diversification des règles de la réparation (C). A LA COEXISTENCE ENTRE LA CLAUSE GENERALE DE RESPONSABILITE POUR FAUTE ET LES DELITS SPECIAUX 1. La clause générale Le principe même d une clause générale de responsabilité pour faute traduit une exigence morale fondamentalement ancrée dans notre culture et incontournable au regard des impératifs d éthique. Grâce à sa plasticité, elle permet de s adapter à toutes les mutations sociétales, économiques et sociales. 5 Principles of European Tort Law, European Group on Tort Law,

7 Par ailleurs, la vocation universelle de ce principe général de responsabilité pour faute s exprime à travers son caractère d ordre public : elle ne peut être ni exclue, ni même limitée par contrat (art. 48 al. 1 er projet de l Institut). 2. Les délits spéciaux ou régimes spéciaux de responsabilité Première observation : la responsabilité du fait des choses devient un délit spécial, en ce qu elle ne couvrirait que les dommages corporels. Deuxième observation : le législateur a la faculté de créer, au cas par cas, des dispositifs de responsabilité sans faute, pouvoir qui était jusqu à présent détenu «par défaut» par le juge. Troisième observation : un même fait dommageable ne pourra cumuler le bénéfice de règles propres à plusieurs délits spéciaux, dans la mesure où chacun est destiné à permettre la réparation de certains types de dommages susceptibles de survenir dans certaines circonstances bien identifiées. B UN PRINCIPE DE DISTINCTION ET DE HIERARCHISATION DES INTERETS PROTEGES Jusqu à présent, et de façon générale, le droit positif n opère aucune distinction entre les intérêts protégés, notamment selon que le dommage consiste en une atteinte à la personne, à ses biens ou à ses intérêts purement moraux, ou qu il est «purement économique». Certes, la prise en considération des dommages corporels, notamment via l obligation contractuelle de sécurité, est une réalité. Il n en reste pas moins qu il paraît aujourd hui souhaitable de faire nettement émerger la diversité et par conséquent la hiérarchie des intérêts protégés par le droit des délits civils. Dès lors, les règles de réparation ont été articulées à partir des divers préjudices résultant d atteintes à des catégories d intérêts typiques l atteinte à la personne, l atteinte aux biens, l atteinte aux intérêts moraux. Par ailleurs, selon le projet, la distinction des intérêts de la personne et des intérêts collectifs est au cœur de la définition du dommage. Les intérêts de la personne (physique ou morale) sont en effet ceux que le droit de la responsabilité civile protège naturellement ; la protection de l intérêt collectif est en principe l affaire d autres branches du droit (droit pénal, droit administratif) et l action en responsabilité délictuelle n est pas la voie normale de cette protection ; l atteinte à ce type d intérêt n est donc réparable que dans les hypothèses et aux conditions déterminées par la loi (art. 8 al. 2 projet de l Institut). C est particulièrement le cas de l atteinte à l environnement. Cette démarche vise à endiguer les excès de certains mouvements jurisprudentiels (résultant notamment de l activisme de certains lobbies), pouvant mener à des doubles indemnisations. Enfin, le projet manifeste ainsi clairement la primauté de la protection de la personne dans la hiérarchie des intérêts protégés : la compétence exclusive de la responsabilité délictuelle pour l atteinte à l intégrité physique ou psychique (art. 3 projet de l Institut), la prohibition des clauses qui excluraient ou en limiteraient la réparation (art. 48 al. 2 projet de l Institut), l interdiction de réduire les dommages et intérêts lorsque la victime n a pas pris les mesures propres à limiter le préjudice lié à ce type de dommages (art. 53 projet de l Institut). C LA DIVERSIFICATION DES REGLES DE REPARATION Pour que le législateur conserve un moyen efficace de marquer la hiérarchie des intérêts, les règles de réparation ont été diversifiées en fonction des différentes catégories de préjudices. On distingue ainsi des règles particulières à la réparation du préjudice résultant d une atteinte à la personne (art. 56 à 64 projet de l Institut), à la réparation du préjudice résultant d une atteinte aux biens (art. 65 à 67 projet de l Institut), et à la réparation du préjudice résultant d une atteinte à l intégrité morale de la personne (art. 68 et 69 projet de l Institut). Un certain nombre de principes méritent une consécration législative tels le principe de réparation intégrale (art. 49 projet de l Institut), ou encore la détermination par le juge de la réparation (art. 50 projet de l Institut), l évaluation des dommages et intérêts au jour du jugement (art. 52 projet de l Institut). 6

8 Le projet a également introduit des innovations inspirées des solutions du DCFR et des PETL. On signale en particulier : la possibilité pour le juge de réduire les dommages et intérêts lorsque le demandeur n a pas pris les mesures sûres et raisonnables propres à limiter son préjudice (en exceptant le cas précité où le préjudice résulte d une atteinte à l intégrité physique ou psychique de la personne) ; la possibilité de condamner l auteur d une faute intentionnelle lucrative à verser des dommages et intérêts restitutoires plutôt que compensatoires (art. 54 projet de l Institut). Il ne faut pas confondre de tels dommages et intérêts avec les dommages et intérêts punitifs : leur fonction est de priver l auteur du dommage du profit qu il a pu retirer de sa faute intentionnelle en l obligeant à le restituer à la victime. 7

9 PARTIE 2 Analyse de certains thèmes du point de vue de la vie des affaires 8

10 Bien évidemment, nombreux sont les aspects du projet qui concernent directement la vie des affaires. Mais le choix a été fait de ne pointer que ceux qui soulèvent des interrogations de la part de la CCIP. I SUR LA RESPONSABILITÉ DES SOCIÉTÉS MÈRES DU FAIT DE LEURS FILIALES A PROJET DE TEXTE (ARTICLE 7, ALINEA 2) Une société ne répond du dommage causé par la société qu elle contrôle ou sur laquelle elle exerce une influence notable que si, par une participation à un organe de cette société, une instruction, une immixtion ou une abstention dans sa gestion, elle a contribué de manière significative à la réalisation du dommage. Il en va de même lorsqu une société crée ou utilise une autre société dans son seul intérêt et au détriment d autrui.» B OBSERVATIONS DE LA CCIP Certes, le projet de texte n a pas opté pour une responsabilité sans faute (à l inverse de l avant-projet Catala), et a retenu une responsabilité pour faute des sociétés mères du fait de leurs filiales, mais au sens le plus large qui soit. Alors que l inspiration générale et légitime du projet est de hiérarchiser les intérêts protégeables en facilitant, corrélativement, plus ou moins la réparation, il fait preuve d une sévérité contestable à l égard des sociétés. En ce sens, on rappellera les vives réserves que la Cour de cassation avait formulées dans son rapport du 15 juillet 2009 sur l avant-projet Catala, lorsqu elle mettait en garde contre tout dispositif susceptible «de receler en germe des risques de dépaysement de holding implantées en France et plus généralement de délocalisation des fonctions de direction et de contrôle de certains pans de l économie». Par ailleurs, la CCIP souligne le champ d application potentiellement beaucoup trop large : La référence à l «influence notable» est particulièrement vague ; elle pourrait même englober des investisseurs qui sont des partenaires financiers de la société, sans aucunement participer à la gestion de l entreprise. le critère de la «participation à un organe» de la société ne saurait être probant à lui seul : il est très fréquent que la société mère soit représentée au sein de l organe de gestion de sa filiale, sans pour autant en avoir le contrôle. l exigence d une contribution «significative» à la réalisation du dommage laisse place à beaucoup d incertitude. On constate d ailleurs que, dans le cadre du Grenelle II, le législateur a pris soin de recourir à des notions plus encadrées, telle celle utilisée à l article L du Code de l environnement qui vise la «faute caractérisée» de la société mère. le fait de condamner, de manière extrêmement large, la création ou l utilisation d une société «dans son seul intérêt et au détriment d autrui» laisse perplexe. Il n est pas rare ni illégitime - qu une société mère crée une filiale dans son intérêt et au détriment de concurrents. Hormis bien entendu les cas de fraude toujours répréhensibles, la création de filiales relève de l ingénierie sociétaire qui permet aux groupes notamment et en toute transparence de répondre éventuellement à une stratégie de cantonnement des risques. En outre, sur un plan théorique, cela reviendrait à remettre en question le concept même de la personnalité morale, à travers la négation de son autonomie. 9

11 En conclusion : 1/ La CCIP conteste l esprit même de l article 7 alinéa 2 qui tend finalement à «compiler» des solutions jurisprudentielles dans un texte de loi. 2/ Au regard de l importance des enjeux, la prudence devrait conduire à réaliser une analyse d impact consistant à identifier des cas concrets susceptibles de mettre en cause la responsabilité pour faute des sociétés mères. Seule cette démarche permettrait d apprécier, de manière éclairée, l opportunité ou non d un texte à portée générale en la matière, en sus de la règle de droit commun de la responsabilité pour faute. 3/ En tout état de cause, il serait raisonnable de se donner le temps de l expérimentation quant à l application du récent dispositif «Grenelle II» précité et relatif à la responsabilité spécifique des sociétés mères en matière environnementale. II SUR LA RESPONSABILITÉ DU FAIT DES INSTALLATIONS CLASSÉES A PROJET DE TEXTE (ARTICLE 23) «Sauf disposition particulière, l exploitant d une installation sujette à classement au sens du Code de l environnement répond de plein droit de l atteinte à l intégrité physique ou psychique des personnes ou de l atteinte aux biens causée par son activité, lorsque c est précisément la réalisation du risque justifiant le classement qui a causé le dommage. L exploitant ne peut s exonérer qu en prouvant la faute inexcusable de la victime ou le fait intentionnel d un tiers présentant les caractères de la force majeure.» B OBSERVATIONS DE LA CCIP En 2006 la CCIP avait émis d importantes réserves en réaction à l avant-projet Catala qui envisageait d insérer dans le Code civil un texte spécifique créant une responsabilité de plein droit du fait d activités «anormalement dangereuses». Elle avait estimé que le droit existant permettait d ores et déjà aux victimes d être indemnisées, soit sur le fondement du Code civil, soit de plus en plus souvent sur celui de réglementations spéciales (notamment le Code de l environnement). En outre, sur un plan pratique, l instauration d un tel dispositif aurait pour effet de stigmatiser à l excès les installations classées et risquerait d engendrer, là encore, des conséquences financières importantes, notamment en termes d augmentation des primes d assurance pour les exploitants. Quant au régime de responsabilité du fait des installations classées envisagé par le projet de l Institut, il suscite des observations sur plusieurs points. 1/ On relèvera, d emblée, un enjeu de compétitivité pour nos entreprises exploitantes d installations classées qui supportent des charges administratives excessives du fait d une surtransposition des directives européennes : aux termes de la réglementation française, installations sont soumises à un régime d autorisation préalable ainsi qu à la réalisation d une étude d impact et d une étude de dangers alors que si l on appliquait à la lettre les trois directives européennes concernées 6, seules d entre elles nécessiteraient en réalité de telles formalités. 2/ Quoi qu il en soit, s agissant du champ d application d un éventuel dispositif, il serait excessivement sévère d englober les installations simplement soumises à déclaration et dont le risque demeure très limité, sauf à impacter trop lourdement les PME qui en sont gérantes. 6 Directive 96/82 du 09/12/96 concernant la maîtrise des dangers liés aux accidents majeurs impliquant des substances dangereuses dite «seveso», directive n 96/61/CE du 24/09/96 relative à la prévention et à la réduction intégrées de la pollution dite IPPC, et directive 85/337/CE du 27 juin 1985 concernant l évaluation des incidences de certains projets publics et privés sur l environnement dite «étude d impact». 10

12 3/ Par ailleurs, le lien qui est fait entre le risque et le classement de l installation est inexact : le classement ne se fait pas au regard d un risque, mais au vu de données concrètes et objectives liées à la dangerosité de l activité elle-même (présence de certains produits, émission de telles ou telles substances dans des quantités données ) Au vu de ces observations, la position de la CCIP de 2006 reste d actualité 7. III SUR LA RESPONSABILITÉ POUR FAUTE LUCRATIVE A PROJET DE TEXTE (ARTICLE 54) «Lorsque l auteur du dommage aura commis intentionnellement une faute lucrative, le juge aura la faculté d accorder, par une décision spécialement motivée, le montant du profit retiré par le défendeur plutôt que la réparation du préjudice subi par le demandeur. La part excédant la somme qu aurait reçue le demandeur au titre des dommages-intérêts compensatoires ne peut être couverte par une assurance de responsabilité». B OBSERVATIONS DE LA CCIP 1. Rappel du contexte La «faute lucrative» est une faute commise intentionnellement à partir d une projection économique : elle devrait rapporter plus qu elle ne risque de coûter. Concrètement, son auteur sait que, nonobstant l indemnisation à laquelle il s expose en cas de condamnation judiciaire, sa marge resterait suffisante pour lui préserver un gain ou un avantage financier. Autrement dit, même après déduction des éventuels dommages et intérêts à verser, l opération resterait bénéfique économiquement. A titre d exemple, citons l affaire du parfum «Champagne» 8 : ceux qui ont été condamnés pour agissements parasitaires ont ensuite affirmé avoir perdu juridiquement mais gagné économiquement. Initialement cantonné à certaines branches du droit, notamment celles des atteintes à la vie privée par voie de presse, des actes de concurrence déloyale et de la violation des droits de propriété intellectuelle, le problème des fautes lucratives ne cesse de prendre de l ampleur, en raison du nombre croissant d activités et de domaines dans lesquels de tels comportements se rencontrent (droit des sociétés, droit de l environnement, droit des transports, régime des promesses de vente, contentieux de la rupture contractuelle ). Il est ici intéressant de donner quelques éléments sur l état de notre droit positif, confronté aux droits étrangers. Les textes a) Le droit positif français Traditionnellement, notre droit de la responsabilité civile repose sur le principe de la réparation intégrale 9, c'est-àdire les dommages et intérêts compensatoires. Leur fonction est exclusivement réparatrice et non répressive. L objectif premier est «de rétablir aussi exactement que possible l équilibre détruit par le dommage et de replacer la victime dans la situation où elle se serait trouvée si l acte dommageable ne s était pas produit» 10. En théorie, la mesure de l indemnisation se fait donc au regard du strict préjudice subi par la victime. 7 Cf. supra. 8 CA Paris 1ère Ch. A, 15 décembre 1993, D. 1994, p L article 1149 du Code civil actuel dispose : «Les dommages et intérêts dus au créancier sont, en général, de la perte qu il a faite et du gain dont il a été privé, sauf les exceptions et modifications ci-après». 10 Cass.civ. 2 e, 19 novembre 1975, Bull. civ. II, n 302, p

13 Toutefois, le principe de la réparation intégrale n est pas d ordre public et il connaît des dérogations. Dans certaines branches du droit, des évolutions législatives ont permis de déconnecter l évaluation des dommages et intérêts de celle du préjudice, pour prendre en compte la gravité de la faute ou encore les bénéfices réalisés par l auteur de la faute. Ainsi, en matière de contrefaçon, la loi du 29 octobre 2007 (transposant la directive communautaire du 29 avril 2004 relative au respect des droits de propriété intellectuelle) a entendu remédier à l insuffisance des dommages et intérêts pouvant résulter d une stricte application du principe de réparation intégrale. Le nouveau dispositif prévoit que les dommages et intérêts devront désormais être déterminés en «prenant en considération», non seulement «les conséquences économiques négatives de la contrefaçon dont le manque à gagner» et «le préjudice moral», mais également «les bénéfices réalisés par le contrefacteur». Par ailleurs, il n est pas inintéressant d évoquer ici la problématique des fautes lucratives telle qu elle est prise en compte dans l évaluation des sanctions pécuniaires prononcées par l Autorité de la concurrence ou l AMF : S agissant des pratiques anticoncurrentielles, l article L du Code de commerce prévoit que «les sanctions pécuniaires sont proportionnées à la gravité des faits reprochés, à l importance du dommage à l économie, à la situation de l organisme ou de l entreprise sanctionné ( ) et à l éventuelle réitération de pratiques prohibées». En matière financière, l'article L III du Code monétaire et financier indique que «le montant de la sanction doit être fixé en fonction de la gravité des manquements commis et en relation avec les avantages ou les profits éventuellement tirés de ces manquements». Par ailleurs, le même texte prévoit, pour les personnes morales comme pour les personnes physiques, un plafond alternatif de sanction fixé à hauteur du «décuple du montant des profits éventuellement réalisés» (l'autre plafond étant un montant forfaitaire fixe de 100 millions d euros pour les personnes morales et de 15 millions ou euros pour les personnes physiques selon la nature du manquement) 11. La pratique jurisprudentielle Sans remettre en cause expressément le principe des dommages et intérêts compensatoires, les tribunaux tendent à s en éloigner en pratique, sous couvert de leur pouvoir d appréciation souveraine. En effet, ils sont souvent amenés, en présence de fautes lucratives, à faire une évaluation des dommages et intérêts déconnectée de l ampleur du préjudice. Ainsi, pour pallier les insuffisances d une stricte application du principe de réparation intégrale, ils «gonflent» artificiellement l indemnisation des préjudices moraux ou prononcent des condamnations davantage influencées par la gravité de la faute commise ou par le profit réalisé que par le montant réel du dommage. Tel est notamment le cas en droit de la concurrence ou en matière d atteinte aux droits de la personnalité. b) En droit comparé Dommages et intérêts punitifs Dans les pays de Common law, l évaluation des dommages et intérêts répond à une logique de prévention et de dissuasion, notamment fondée sur les dommages et intérêts punitifs. Toutefois, le droit anglais, souvent invoqué 11 Il faut noter qu'un arrêt de la Cour de cassation rendu sur QPC le 8 juillet 2010 a considéré que les termes «profits éventuellement réalisé» (article L de Code monétaire et financier) étaient suffisamment précis au regard des exigences du principe de légalité et des peines, validant donc l'application du concept de faute lucrative dans le cadre du prononcé d'une sanction pécuniaire par l'amf. Par un autre arrêt rendu le 8 février 2011, la Cour a en outre fourni une précision intéressante quant à la notion de «profits éventuellement réalisés», qu'elle interprète de manière extensive : ces profits désignent, en effet, «les avantages économiques éventuellement retirés de l'opération», de sorte qu'il convient d'y inclure non seulement les plus-values réalisées mais encore «les pertes évitées». 12

14 comme modèle, ne pratique les punitive damages que dans des cas bien plus restreints aujourd hui que naguère 12. Autre solution, toujours en Common Law : celle des dommages et intérêts multiples. Par exemple, aux Etats- Unis, la contrefaçon de brevets est sanctionnée par une indemnité qui peut être égale au triple du montant des dommages et intérêts strictement compensatoires. Dommages et intérêts restitutoires En droit européen, refusant nettement les dommages et intérêts punitifs, le DCFR 13 a pris le parti d admettre les dommages et intérêts restitutoires en ouvrant une option au demandeur entre les dommages et intérêts compensatoires et les dommages et intérêts restitutoires. De même, le règlement CE 864/2007 du Parlement européen et du Conseil sur la loi applicable aux obligations non contractuelles (Rome II) considère que la loi compétente selon ce règlement «qui conduirait à l octroi de dommages et intérêts exemplaires ou punitifs non compensatoires excessifs» peut être jugée contraire à l ordre public du for (consid. 32). Certains systèmes nationaux admettent l option entre l action en réparation du dommage injustement causé et l action en restitution de l enrichissement sans cause (droit italien, droit espagnol, droit autrichien) : le demandeur choisit la voie la plus avantageuse. Aux Pays-Bas, selon l article 6 :104 NBW, le juge peut, à la demande de la victime, évaluer le dommage à la totalité ou une partie du profit réalisé par le défendeur. 2. Pistes de solutions a) Les enjeux D un côté, une telle réforme tendrait à assurer une plus grande effectivité de notre droit afin qu il apporte des réponses adéquates face à des comportements qui bénéficient, jusqu à présent, d une certaine impunité. Plus largement, il s agirait de renforcer la loyauté dans la vie des affaires dans le sens d un meilleur fonctionnement du marché. Par ailleurs, un système légal de responsabilité civile en cas de fautes lucratives pourrait rendre plus prévisible ce qui se fait parfois aujourd hui de façon aléatoire et obscure auprès des tribunaux (évaluation souveraine des préjudices, sans que l on sache vraiment quels éléments ont été pris en considération, notamment la gravité de la faute ou les bénéfices réalisés). Mais, d un autre côté, une telle évolution ne serait pas exempte de risques. En premier lieu, le débat sur l introduction d un dispositif légal lié à l indemnisation des fautes lucratives a toujours donné lieu à un amalgame dangereux avec les dommages et intérêts punitifs. A maintes reprises, la CCIP a souligné que leur introduction en droit français serait de nature à créer d importantes difficultés, principalement en raison de leur caractère punitif qui les exposerait à être considérés comme relevant de la matière pénale au sens de la CEDH 14. Rappelons également que, dans son rapport Kling d octobre 2006, la CCIP s était clairement opposée à cette évolution, estimant que «l admission de ce nouveau type de sanction aurait pour effet de donner à la responsabilité civile une fonction répressive qu elle n a traditionnellement pas et qui doit rester propre au droit pénal». A titre d exemple d un tel amalgame, on peut citer : 12 P. Birks, op. cit., n : en dehors des cas expressément prévus par un statute, la principale application d exemplary damages non restitutoires est celle de délits «oppressifs et inconstitutionnels» commis par un agent public (ex. : false imprisonment, malicious prosecution). Encore faut-il que les dommages et intérêts compensatoires apparaissent, dans les circonstances du cas, inadéquats à dissuader le défendeur d un tel comportement dans l avenir, et que le défendeur n ait pas été déjà pénalement condamné pour les mêmes faits (op. cit., n ). Même «exemplaires», les dommages doivent d ailleurs rester «modérés» (op. cit., n ). Un mouvement général de restriction des exemplary damages s est amorcé en droit anglais dans les années soixante, sous l impulsion de Lord Devlin (Winfield/Jolowicz on Tort, 15th ed., 745, Sweet et Maxwell, 1998). 13 DCRF art. VI 6 :104 (4). 14 D où le nécessaire respect d un certain nombre de garanties processuelles quant à leur prononcé, ainsi que la nécessité de pouvoir connaitre à l avance le montant maximal de la peine encourue. 13

15 en septembre 2005, l avant-projet Catala qui avait proposé d introduire la notion de faute lucrative dans le Code civil, par un nouvel article 1372 ainsi rédigé : «L auteur d une faute manifestement délibérée, et notamment d une faute lucrative, peut être condamné, outre les dommages et intérêts compensatoires, à des dommages et intérêts punitifs dont le juge a la faculté de faire bénéficier pour une part le Trésor public. La décision du juge d octroyer de tels dommages et intérêts doit être spécialement motivée et leur montant distingué de celui des autres dommages et intérêts accordés à la victime. Les dommages et intérêts punitifs ne sont pas assurables». le rapport d information du Sénat de juillet 2009 qui a préconisé d «envisager le prononcé de dommages et intérêts punitifs d un montant limité en cas de faute lucratives intervenant dans certains contentieux spécialisés». Il ajoutait que seraient visés les domaines des atteintes à la vie privée, du droit de la concurrence ou du droit de l environnement. Face aux risques de dérives, un plafond maximal serait défini pour le prononcé des dommages et intérêts punitifs, en proportion des dommages et intérêts compensatoires octroyés (par exemple, le double). Selon ce rapport, ces dommages et intérêts punitifs qui pourraient être assurables seraient versés par priorité à la victime et, pour partie, à un fonds ou au Trésor. En second lieu et dans le prolongement de cet amalgame avec les dommages et intérêts punitifs, la notion de faute lucrative est également très souvent associée à la reconnaissance de l action de groupe dans notre droit. Ainsi, ce même rapport du Sénat a-t-il préconisé d «envisager l introduction d actions collectives en responsabilité en cas de fautes lucratives commises à l égard d une pluralité de victimes et générant des dommages individuels de faible montant». b) Pour une réforme dotée d un encadrement très étroit afin d éviter les dérives L existence des fautes lucratives est une réalité et les solutions qui y sont actuellement apportées par notre droit sont peu satisfaisantes. Mais, si l on s accorde sur l intérêt d une éventuelle réforme, celle-ci ne saurait être acceptable qu à de très strictes conditions, à défaut desquelles elle ne pourrait être soutenue par la CCIP. Sur les conditions de mise en œuvre 1/ Tout d abord, il est indispensable d encadrer la notion de «faute lucrative», afin d exclure toutes les hypothèses de recherche légitime de profits par les entreprises. Il faudrait ne viser que les fautes commises délibérément, dans le but d en retirer un profit dont on connaît le caractère illicite, tout en ayant conscience de causer un préjudice à autrui. Ces trois conditions de caractérisation de la faute lucrative devraient être cumulatives. 2/ Ensuite, la décision du juge devrait comme le préconise d ailleurs le projet de réforme être «spécialement motivée» et l évaluation des différents chefs de condamnation clairement individualisée. Sur la fixation de la sanction En tout état de cause, la victime ne devrait être indemnisée qu à hauteur de son seul préjudice, cela pour plusieurs raisons : 1. le versement à la victime du profit illicite constituerait un enrichissement sans cause, non conforme à nos principes fondamentaux ; 2. une telle solution serait d ailleurs incontestablement une incitation au contentieux ; 3. de surcroît, ce serait le risque d ouvrir indirectement la voie aux actions collectives. Il en résulte que la seule voie envisageable serait, à côté des dommages et intérêts compensatoires alloués à la victime, la possibilité pour le juge de prononcer le versement au Trésor public d une amende civile, dont le montant ne pourrait dépasser celui du profit illicite. 14

16 Directeur de la publication : Pierre TROUILLET CCIP - 27 avenue de Friedland Paris cedex 08 Rapports consultables ou téléchargeables sur le site : Dépôt légal : février 2012 ISSN : Gratuit 15

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Les personnes morales étrangères, comme objet d'une sanction pénale française David

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE Véronique VINCENT Juin 2011 Dans un arrêt du 18 mai 2011 (Cass.soc., n 09-69.175), la Cour

Plus en détail

JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION

JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION Maître Antoine Guiheux, Avocat au barreau de Paris. «Les cieux, les astres, la lumière, l air et la mer, sont des biens tellement communs

Plus en détail

Class action en droit français

Class action en droit français Class action en droit français Commission juridique de la Chambre Franco- Allemande de Commerce et d Industrie Paris, le 12 mai 2013 Christian Connor Avocat au Barreau de Paris cconnor@lmtavocats.com Introduction

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES 1 st OCTOBER 2015 EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES Paul CRAHAY Avocat au Barreau de Liège Maître de conférences Hec-Ulg page 2 Section

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat 1 Année universitaire 2014-2015 «DROIT CIVIL : Les obligations» Droit des contrats Licence e 2 Semestre 4 Eva MOUIAL BASSILANA, Professeur Introduction générale au droit des contrats I. L HISTORIQUE DU

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 25 JANVIER 2010 C.09.0203.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0203.F 1. C. V., comte d. R., 2. GENERALI BELGIUM, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, avenue Louise, 149,

Plus en détail

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Sommaire Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Section 1 : les opérations de trésorerie... 17 A Définitions des opérations de trésorerie...

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. N 1 / 11. du 6.1.2011. Numéro 2807 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011

Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011 Mise à disposition de salariés : Les nouvelles obligations de l entreprise depuis la loi Cherpion du 28 juillet 2011 Françoise Pelletier, avocat associé Karine Bézille, avocat counsel Mardi 5 juin 2012

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF DÉPASSEMENT DU FORFAIT JOURS : QUELLE RÉMUNÉRATION?

VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF DÉPASSEMENT DU FORFAIT JOURS : QUELLE RÉMUNÉRATION? N-Nour VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF MARS 2011 Depuis le 1 er janvier 2011, les contributions d assurance chômage sont versées aux Urssaf (voir Infos d Experts janvier 2011). Certaines

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail DROIT SOCIAL CHSCT : RECENTES EVOLUTIONS LEGALES ET JURISPRUDENTIELLES Véronique VINCENT Septembre 2013 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), partenaire social au domaine

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2015-488 QPC du 7 octobre 2015 (M. Jean-Pierre E.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 juillet 2015 par la Cour de cassation (première chambre civile, arrêt n 969 du même jour), dans

Plus en détail

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich s.scritti resp civ grerca lione LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich Professeur de droit comparé

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Actualité juridique publié le 24/03/2014, vu 1446 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à l hypothèse, oh combien classique,

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Table des matières. Section 1 Les garanties aux différentes étapes de l expertise 10

Table des matières. Section 1 Les garanties aux différentes étapes de l expertise 10 Table des matières L expertise amiable et l expertise judiciaire offrent-elles les mêmes garanties? 9 Paul-Henry Delvaux Introduction 9 Section 1 Les garanties aux différentes étapes de l expertise 10

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Chiffrer les préjudices Savoir compter ne suffit pas

Chiffrer les préjudices Savoir compter ne suffit pas Chiffrer les préjudices Savoir compter ne suffit pas «le manque à gagner n'est pas le fruit d'un simple calcul mathématique, mais le résultat d'une opération d'évaluation et d'appréciation de données économiques

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette Introduction 1) Notion d obligation 2) Typologie des obligations - La distinction des obligations selon leurs

Plus en détail

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/03/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 27 février 2013 N de pourvoi: 11-23228 ECLI:FR:CCASS:2013:C100166 Publié au bulletin Rejet M. Pluyette (conseiller doyen faisant

Plus en détail

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir :

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir : Prise de position du Conseil des Notariats de l Union européenne concernant la proposition de Directive de société unipersonnelle à responsabilité limitée (SUP) Les Notaires d Europe déplorent les conséquences

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le sexisme Introduction La Vice-Première

Plus en détail

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Relations collectives Décembre 2013 Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Le droit des CHSCT a été modifié par la loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Dématérialisation et protection des données

Dématérialisation et protection des données Colloque de l AJAR 4 décembre 2012 Dématérialisation et protection des données Philippe POIGET, Directeur des affaires juridiques, fiscales et de la concurrence Fédération Française des Sociétés d Assurances

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

1. De l exercice limité du contrôle par l employeur sur le permis à points

1. De l exercice limité du contrôle par l employeur sur le permis à points aolfq=pl`f^i= PERMIS DE CONDUIRE ET CONTRAT DE TRAVAIL Richard WETZEL Mars 2009 Depuis le 14 juillet 2002, la sécurité routière est devenue une priorité nationale. S engage ainsi une répression plus rigoureuse

Plus en détail

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL Hélène Lebon Avocat Associé PROGRAMME Champ d application de la loi I&L Principales obligations imposées par la loi Informatique et libertés Pouvoirs

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : chambre commerciale Audience publique du 26 octobre 2010 N de pourvoi: 09-71404 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président Me Spinosi, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Bernard Esambert, membre du Collège Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint Conférence

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties :

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties : ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses Cette synthèse a pour objet de répondre aux questions les plus fréquemment posées relatives au contrat d assurance RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions relatives

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 378 rectifié bis SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2007-2008 Annexe au procès-verbal de la séance du 10 juin 2008 PROPOSITION DE LOI tendant à assurer une plus grande équité dans notre politique de sécurité

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Droit de la propriété industrielle

Droit de la propriété industrielle Droit de la propriété industrielle Auteur(s) : Jean-Pierre Clavier Présentation(s) : Jean-Pierre Clavier est professeur de droit privé à l Université de Nantes. Il dirige l Institut de Recherche en Droit

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail