CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS PARIS MEMOIRE. présenté en vue d'obtenir le DIPLOME MASTER II DROIT ECONOMIE GESTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS PARIS MEMOIRE. présenté en vue d'obtenir le DIPLOME MASTER II DROIT ECONOMIE GESTION"

Transcription

1 CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS PARIS MEMOIRE présenté en vue d'obtenir le DIPLOME MASTER II DROIT ECONOMIE GESTION MENTION : FINANCE ASSURANCE ACTUARIAT BANQUE SPECIALITE : FINANCE D ENTREPRISE PARCOURS : STRATEGIE ET EXPERTISE FINANCIERE Par Alexandre NEUVIALE Directeur de mémoire: Didier VOYENNE LA FINANCE PARTICIPATIVE AU SERVICE DES TPE/PME EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

2 REMERCIEMENTS REMERCIEMENTS En premier lieu, je tiens à remercier mon directeur de mémoire, Didier Voyenne, pour la disponibilité et l intérêt dont il a fait preuve à mon égard et pour le soutien permanent qu il m a apporté dans l élaboration de ce travail. Je remercie aussi l ensemble des professionnels qui m ont accordé des entretiens, d avoir partagé avec moi leur passion pour le financement des TPE/PME en France, m apportant l éclairage nécessaire pour cerner davantage le potentiel de la finance participative. 2

3 ACRONYMES ACRONYMES AMF : BFR : CO² : LDD : FCP : OPCVM : PEAPME : Autorité des Marchés Financiers Besoin en Fonds de Roulement Dioxyde de Carbone Livret Développement Durable Fonds Commun de Placement Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Plan d Epargne en Actions PME PME : Petites et Moyennes Entreprises (moins de 50 salariés Moins de 50 millions de Chiffres d affaires) TPE : Très Petites Entreprises (moins de 10 salariés moins de 2 millions de Chiffres d affaires) 3

4 GLOSSAIRE GLOSSAIRE Clause de bad leaver / good leaver : Clause d'un pacte d'actionnaires. La clause de bad leaver stipule qu'en cas de départ d'un associé avant la date X, cet associé se verra dilué de Y%. Cette clause pénalise "l'infidélité". La plupart du temps, plus le PDG reste en place, moins la dilution est importante. On la prévoit pour pénaliser une démission ou une faute lourde. Clause de drag along : Clause d'un pacte d'actionnaires permettant à un actionnaire (généralement majoritaire) de forcer la vente de 100% du capital. En effet, la cession de 100% du capital d'une entreprise est généralement plus aisée que la cession d'une simple majorité. Elle est souvent concédée par le minoritaire en échange d'une clause de tag along. Clause de ratchet : Lors d une augmentation de capital, le prix des titres souscrits par les actionnaires peut être différent de celui négocié par les premiers investisseurs à la constitution de la société ou lors d une précédente augmentation de capital. Pour que ces derniers se protègent en cas de baisse de la valeur de la société, ils peuvent inclure dans le contrat d investissement une clause de ratchet. Cette clause de ratchet a donc pour objectif de prémunir les premiers actionnaires d une dilution de leur participation lors de nouvelles levées de fonds. Clause de tag along : Clause d'un pacte d'actionnaires permettant à un actionnaire minoritaire de céder aux mêmes conditions ses parts lors de la cession par le majoritaire de sa participation. Euro Private Placement : Un Euro PP ou Euro Private Placement est une opération de financement à moyen ou long terme entre une entreprise, cotée ou non, et un petit nombre d investisseurs institutionnels. Ce type de financement s adresse donc en priorité aux entreprises de taille intermédiaire (ETI) françaises quand elles ont des besoins de financement importants et peu d alternatives au financement bancaire. Économie collaborative : L'économie collaborative ou économie du partage, considérée dans une acception large, englobe les diverses formes de consommation collaborative (AMAP, couchsurfing, co-voiturage, auto-partage, vélo-partage, cojetage, troc de livres et de vêtements), les modes de vie collaboratifs (co-working, co-location, habitat collectif, jardins partagés), le financement collaboratif (crowdfunding, prêt d'argent de pair à pair, monnaies alternatives), la production contributive (DIY, Fablabs, maker spaces) et la culture libre en général. 4

5 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIERES ACRONYMES... 3 GLOSSAIRE... 4 TABLE DES MATIERES... 5 SYNTHESE... 6 INTRODUCTION L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE I.1 LA GENESE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE I.1.1 La finance tribale I.1.2 Le microcrédit I.1.3 Histoire de projets I.2 INTERNET, UNE REVOLUTION INTELLECTUELLE ET CULTURELLE I.2.1 Le traitement de l information I.2.2 Le Web communautaire, la naissance des réseaux sociaux I.2.3 Du communautaire au participatif I.3 UNE SOCIETE EN PLEINE MUTATION I.3.1 L économie sociale solidaire (ESS) I.3.2 Les investissements socialement responsables (ISR) I.3.3 L économie collaborative LA FINANCE PARTICIPATIVE EN FRANCE II.1 UN OUTIL AU SERVICE DES TPE/PME II.1.1 Le marché des TPE/PME en France II.1.2 L épargne des français II.1.3 La réallocation de cette épargne au profit des TPE/PME II.2 LA BOITE A OUTILS DE LA FINANCE PARTICIPATIVE II.2.1 Le cadre juridique et les techniques de financement II.2.2 Du processus de sélection à la collecte II.2.3 L évolution du Business Model des plateformes II.3 VEILLE PROSPECTIVE SUR LA FINANCE PARTICIPATIVE II.3.1 Les règlementations et marchés en Europe et aux Etats-Unis II.3.2 Le cas du e-commerce II.3.3 L émergence de nouveaux modèles LES CLES DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE PARTICIPATIVE EN FRANCE III.1 LES ELEMENTS CLES A COURT TERME III.1.1 L évolution de la règlementation III.1.2 La promotion de la finance participative III.1.3 L accompagnement des entrepreneurs et des contributeurs III.2 LES ELEMENTS DE FONDS A MOYEN TERME III.2.1 Le développement de la culture entrepreneuriale en France III.2.2 L éloge de la prise de risque III.2.3 L interprétation de l échec III.3 LES ACCELERATEURS DE DEVELOPPEMENT DU MODELE III.3.1 Le Co-investissement, expression de l intelligence collaborative III.3.2 La création d un fonds mutuel de garantie pour les prêteurs III.3.3 La fiscalité, le cas de l innovation CONCLUSION SOURCES DOCUMENTAIRES TABLE DES ANNEXES LISTE DES FIGURES LISTE DES TABLEAUX

6 SYNTHESE SYNTHESE Quel marché pèsera 1000 Milliards de dollars en 2020? L Euro Private Placement inauguré en 2012? Le marché des Business Angels en forte augmentation aux Etats-Unis? Non! Il s agit d un marché plus que prometteur, celui de la finance participative (Crowdfunding). Un article paru dans Forbes le confirme 1, $1.000Mds au niveau mondial dont $6Mds pour le seul marché français. Un cas qui rappelle étrangement celui du e- commerce... Aujourd hui, le marché mondial ne pèse que $5Mds. Alors, quels sont les catalyseurs de ce développement exponentiel? Et quels sont les outils qui permettront à la France de surperformer les prévisions de Forbes? Voilà déjà six ans que la crise du siècle a commencé! Elle a successivement engendré l assèchement des marchés, l effondrement des banques, l explosion des faillites d entreprises et du taux de chômage, l appauvrissement des économies et des populations, et laisse derrière elle un paysage transformé. Les pays émergents d hier deviennent progressivement les grandes puissances d aujourd hui, l Europe et les Etats qui la composent sont ébranlés. Quant aux établissements de crédit, qui ont vu leur fonds propres diminuer de moitié, ils sont affaiblis, tout comme les entreprises. La crise de confiance générée par les doutes sur la détention d actifs toxiques dans les bilans des banques au cours de l été 2008 après la faillite de Lehman Brothers 2 a créé une crise de liquidité sans précédent. Les entreprises ont, dans de nombreux cas, perdu leur lignes de trésorerie Le 15 Septembre

7 SYNTHESE Deux ans plus tard, la crise de la dette souveraine a aggravé la situation financière des banques en Europe qui étaient massivement investies en obligations d Etats de la zone euro, considérées jusqu alors comme la référence de marché du taux sans risque. Enfin, le régulateur qui veut endiguer le risque systémique a imposé un nouveau cadre règlementaire plus strict aux établissements de crédit les obligeant à mobiliser davantage de fonds propres ; le comité Bâle se fixant l objectif de limiter la croissance du bilan des banques. Dès lors, ces dernières ont deux options : augmenter leurs fonds propres dans un contexte de bilans dégradés par la crise financière ou réduire le niveau de leurs engagements. La mécanique de désintermédiation est enclenchée. Le principe même du monopole bancaire est ébranlé. Les banques ne peuvent plus, seules, assumer le financement de l économie, d autres acteurs devant prendre place dans la chaîne de financement. De la même façon, les fonds publics, les Business Angels 3 et le Capital Investissement 4 français ne peuvent, à eux seuls, soutenir le niveau d investissement nécessaire au retour de la croissance 5. Les grandes entreprises, conscientes de l affaiblissement de leurs partenaires bancaires ont été les premières à diversifier leurs sources de financement 6 car elles en avaient les moyens techniques et financiers. En 2012, les entreprises du CAC 40 et du SBF80 affichent des structures de financement largement désintermédiées respectivement à 70% et 48% 7. Ces financements alternatifs sont désormais adaptés aux Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) avec la création l Euro Private Placement (Euro PP) et la possibilité pour les compagnies d assurance d investir directement dans des entreprises non cotées suite à la réforme du Code des Assurances à l instar de la création du fonds Novo. La finance alternative apparaît 3 Les Business Angels investissent 41 millions en Le Capital Investissement français investit 6,5 milliards pour un besoin de financement estimé à 11 milliards 5 Le besoin estimé est de 100 milliards d ici à 2020 pour les TPE/PME 6 USPP, Euro PP, IBO, Billet de trésorerie 7 Source : bfinance, Enquête Financement des «corporate» du SBF 120, septembre

8 SYNTHESE donc comme un concurrent sérieux de la finance traditionnelle dans un contexte où les établissements financiers sont tenus pour responsable de la crise et des scandales financiers qui lui ont fait écho dans la grande majorité des esprits. En effet, jamais la défiance des entreprises et des citoyens français n a été si grande à leur égard. Pourtant, les TPE/PME françaises restent intermédiées 8 à plus de 90% dans un contexte de crise qui a vu l accès au crédit bancaire se durcir et le crédit inter entreprises se détériorer. L absence d outils alternatifs de financement à des niveaux d investissements trop faibles sur des structures trop petites et le manque d information des entrepreneurs en sont les principales raisons. La révolution numérique 9 porte dans ses gènes la désintermédiation. Les évolutions technologiques majeures à l instar de l informatique, d Internet, et des appareils mobiles, ont en effet annihilé les dimensions spatiales et temporelles, réduisant massivement les coûts d information et de traitement. Cette révolution a redonné à l individu autonomie, indépendance, libre-arbitre et a favorisé un retour aux valeurs collectives et communautaires ancestrales permis par le développement des réseaux sociaux. Les crises successives, leur impact sur le pouvoir d achat des français et le profond bouleversement des comportements en faveur d une croissance intelligente, durable et inclusive 10 ont fait émerger une économie collaborative où l usage prime sur la propriété. L individu, tour à tour source d informations et de contenus, devient une ressource financière pour sa communauté 11. Les dynamiques fondamentales de la finance participative la positionnent comme une alternative crédible pour les TPE/PME dans un environnement où les banques sont peu enclines à financer les besoins de trésorerie, le BFR de croissance, les 8 A plus de 90% pour les PME/ETI et plus de 95% pour les TPE/PME selon l Observatoire du Financement des entreprises 9 Ere de l informatique et de la dématérialisation qui a connu le fort développement d Internet, des réseaux sociaux, et des connexions mobiles 10 Inspiré du projet Europe 2020 : Pour une croissance intelligente, durable et inclusive 11 Communauté prise au sens large dans le contexte des réseaux sociaux 8

9 SYNTHESE projets d innovation et éprouvent aujourd hui des difficultés à financer les projets entrepreneuriaux qu elles portaient avant crise. Le «Crowdfunding» est une branche de l économie collaborative, elle-même enracinée dans l Economie Sociale et Solidaire. Il se définit comme un outil de finance directe 12 mettant en relation les agents en capacité de financement 13 que sont les ménages, désireux de donner du sens à leur épargne et d en augmenter le rendement avec de l autre côté les agents en besoin de financement, les TPE/PME qui concentrent plus de la moitié de la croissance et des emplois français et qui peuvent dès lors proposer leurs projets au public. Or, malgré un taux d épargne parmi les plus élevés au monde (15,9 % du revenu disponible en 2013), les Livrets A, Assurance Vie et OPCVM absorbent massivement les fonds ainsi collectés, illustrant à la fois l aversion aux risques marquée des français et leur attachement à une fiscalité incitative. Il faut donc réorienter une partie de ces capitaux au profit du tissu entrepreneurial local en prenant en compte ces spécificités. Les clefs constitutives du développement exponentiel annoncé de la finance participative sont d ordre règlementaire, fiscal, organisationnel, humain et sociétal et nécessiteront la mobilisation de l ensemble des acteurs présents dans le champ gravitationnel des TPE/PME. Gageons que la volonté politique affichée par le Ministère de l Économie, de l Industrie et du Numérique de faire de la France «le pays pionnier en finance participative» et que le récent appel lancé par Mario Draghi, le président de la Banque Centrale Européenne (BCE), exhortant les pays de la zone euro à tout mettre en œuvre pour développer les financements alternatifs y compris la finance participative pour permettre le retour à l investissement et à la croissance, donneront l impulsion nécessaire pour que la France dépasse les prévisions de 12 Outil d investissement en capital ou en dette 13 Plus de 4000 Milliards de patrimoine financier et 210 Milliards de flux chaque année 9

10 SYNTHESE Forbes. Si les plateformes de finance participative ont acquis le statut de Conseillers en Investissements Participatifs 14 ou d Intermédiaires en Financements Participatifs 15 depuis la publication de l ordonnance le 30 mai dernier 16, la profession nouvellement créée devra toutefois s affranchir d un certain nombre d obstacles pour réaliser l ambition fixée. Mots clefs : finance participative, désintermédiation, financements alternatifs, révolution numérique, économie collaborative. 14 CIP : Statut identique au statut de Conseiller en Instruments Financiers (CIF) mais appliqué à la finance participative, il fait du conseil en investissement en capital 15 IFP : Statut d intermédiaire en crédit ouvrant une brèche dans le monopole bancaire 16 Ordonnance n du 30 mai 2014 relative au financement participatif, 10

11 INTRODUCTION INTRODUCTION Les besoins de financement des TPE/ PME en France sont estimés à 100 Mds d ici à Or, la succession de crises majeures qui a commencé avec les «subprimes» affecte durablement les banques dans leur capacité à financer l économie, et les TPE/PME françaises, massivement intermédiées, souffrent du durcissement du crédit. Dès lors, la recherche de sources alternatives de financement devient un véritable enjeu pour celles qui concentrent plus de la moitié des emplois et de la richesse nationale. La finance participative entend rapprocher les ménages, dont le taux d épargne est parmi les plus élevés au monde, du tissu entrepreneurial français. En effet, elle collecte, sous forme de dons, de prêts ou d investissements en capital, une somme de petits montants versés par une base de contributeurs élargie en vue de financer des projets artistiques, culturels, ou entrepreneuriaux. Ce mémoire ne prétend pas étudier le «Crowdfunding» sous toutes ses formes, les travaux menés se concentrent essentiellement sur les cas du prêt rémunéré et de l investissement en capital au profit des projets entrepreneuriaux portés par les TPE/PME françaises. Ce mémoire explique les dynamiques fondamentales de la finance participative et démontre qu elle n est pas un «effet de mode» mais bien un modèle pérenne de financement. Les travaux menés mettent l accent sur l enjeu de réorienter une partie de l épargne des français au profit de projets entrepreneuriaux de proximité et évaluent le potentiel du «Crowdfunding» comme alternative de financement pour les TPE/PME. Enfin, cette étude montre que les contours règlementaires et fiscaux du «Crowdfunding» restent perfectibles et que des évolutions d ordre organisationnel et sociétal seront nécessaires pour qu il exprime tout son potentiel au service du financement des TPE/PME en France. 11

12 INTRODUCTION Ainsi, après avoir rappelé les origines de la finance participative, son enracinement dans l Économie Sociale et Solidaire et son développement porté par la révolution numérique, nous dessinerons les contours de son cadre juridique en France et à l étranger et nous décrirons son fonctionnement, ses modèles économiques ainsi que son potentiel. Enfin, nous énumérerons sous forme de recommandations les éléments clés et les catalyseurs de son développement en France à court et à moyen terme. 12

13 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE La finance participative est une branche de l économie collaborative, tronc commun qui concentre des valeurs qui reposent sur la confiance, l échange et le partage, et prend ses racines dans l Économie Sociale et Solidaire. Les dynamiques fondamentales qui l animent sont à la fois la crise et l augmentation des coûts, la dématérialisation massive permise par l informatique, la déconsommation qui succède à l hyperconsommation, la relocalisation progressive des activités, la désintermédiation et la mutualisation. Si cette dernière nous ramène par exemple au lointain passé de la tontine, les autres, plus actuelles, sont empruntes des profonds bouleversements qu ont connu les individus cette dernière décennie, imprégnés par la révolution numérique, tournés vers les autres, rassemblés autour de préoccupations communes. Nous entrons dans l ère du verseau 17! I.1 La genèse de la finance participative La finance participative s est caractérisée tour à tour comme l outil de financement de projets artistiques, culturels ou entrepreneuriaux. Elle réunit, sous forme de dons, de prêts et d investissements en capital, une somme de petits montants versés par une base de contributeurs élargie. La finance participative procède donc de la mise en commun de moyens financiers d une communauté au profit d un projet, rappelant les financements tribaux tontiniers. Le microcrédit quant à lui, s est développé dans un écosystème déserté par la finance traditionnelle, permettant de relocaliser des activités agricoles et industrielles. Le mécénat enfin, a permis le financement de projets qui ont illustré siècle après siècle notre histoire, notre civilisation, notre culture. 17 Référence philosophique qui prend la forme d une métaphore astrologique. Selon Rudolf Steiner, nous quittons l Ere Des Poissons qui a vu l accomplissement du processus d individuation, pour entrer dans l ère du Verseau, une époque d harmonie retrouvée qui verra la formation de communautés spirituelles fraternelles. 13

14 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE I.1.1 La finance tribale Les tontines que F.Bouman décrit en 1977 comme «des associations regroupant des membres d un clan, d une famille, des voisins ou des particuliers, qui décident de mettre en commun des biens ou des services au bénéfice de tout un chacun, et cela à tour de rôle», sont répertoriées dans l histoire depuis le II ème siècle après J.C. 18. Les plus anciennes formes nous viennent d Asie. Les tontines de travail, de services, étaient basées sur le partage de l effort collectif au service de chaque individu de la communauté. Elles permettaient de construire une maison, de participer aux récoltes, d organiser des fêtes. En France, elles sont apparues au 19 ème siècle pour labourer les terres en milieu rural. La tontine 19 est le «Procédé d'emprunt par lequel l'état, sous l'ancien Régime, constituait sur la tête de chaque souscripteur une rente viagère qui, à sa mort, était reversée sur l'ensemble des souscripteurs survivants. (Développée en Italie en particulier par le banquier Lorenzo Tonti et introduite en France en 1653, la tontine royale fut supprimée en 1763, mais la formule fut encore utilisée par les particuliers au XIX e s. [tontine Lafarge].)» La première forme de tontine pécuniaire est répertoriée au Japon au 12 ème siècle. Ce financement informel est encore fortement ancré dans les communautés asiatiques et africaines de nos jours, il est passé du statut de fonds collectif d épargne versant des dividendes 20 à celui de fonds d entraide proposant du microcrédit sans intérêts. C est ainsi que l on finance les funérailles d un parent, un mariage, la construction d une maison, la réalisation d un projet agricole, artisanal ou entrepreneurial Définition Larousse 20 A l instar des tontines bénéficiant du régime fiscal de l assurance vie, proposées aujourd hui encore par des assureurs comme le groupe Le Conservateur 14

15 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE En finance tribale, la communauté finance un projet individuel pour un de ses membres, elle acquiert un bien commun, l individu rembourse à la collectivité un prêt sans intérêts selon les modalités qui ont été fixées. Ce n est qu à l issue du remboursement que le bien passera de la collectivité à l individu. Si le prêt n est pas remboursé, le bien reste dans la communauté, la jouissance du bien étant collective. La finance participative se rapproche de la finance tribale car elle permet de collecter auprès de sa communauté les sommes nécessaires à la réalisation d un projet individuel, l effort financier est donc mutualisé. Elle se caractérise également par la collecte de petits montants auprès de nombreux contributeurs qui sont tour à tour micro-mécènes, micro-prêteurs ou micro-investisseurs. I.1.2 Le microcrédit Le «Crowdfunding» (finance participative) s est développé il y a une dizaine d années principalement pour soutenir des projets culturels, artistiques et entrepreneuriaux de faibles montants. Le financement s effectue alors essentiellement sous forme de dons (avec ou sans contrepartie) ou de prêts solidaires 21. Le site par exemple, se présente comme le 1 er site européen de micro-finance solidaire, et propose une plateforme qui compte contributeurs qui ont d ores et déjà versés 8,7 million depuis 2009 et ont permis de financer projets dans 145 pays. A ses débuts, le microcrédit est basé sur un pari : financer des projets locaux, de faible ampleur, générant de faibles revenus mais suffisamment pour créer un écosystème qui permet à des familles, des tribus, des villages de trouver un équilibre économique et de subvenir à leurs besoins primaires. Il a trouvé son essor car il y avait un besoin, dans les pays en voie de développement, de financer des projets de création d entreprise, de développement, qui demandaient très peu de 21 Prêts sans intérêts ou à rendement minime 15

16 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE capitaux. Dans la plupart des cas, les montants de prêts demandés sont trop faibles pour intéresser les banques qui sont dans un modèle industrialisé et qui demandent par ailleurs des garanties que les publics concernés sont incapables d apporter. Les projets sont pourtant viables et les taux de défaut faibles. Par exemple, un agriculteur a besoin d une charrue pour labourer une parcelle de terre de quelques mètres carrés, pour planter et récolter. L exploitation agricole générera des Cash Flow, mais le montant du crédit est trop faible pour que les banques en tirent un profit supérieur au coût d étude. C est ainsi que le Pr Yunus, créé en 1976, la Grameen Bank 22 qui intervient auprès des populations les plus pauvres au Banglagesh. A ce jour, elle a financé plus de 10 milliards de dollars de crédits avec plus de 8 millions de membres 23 et le marché s est fortement développé. Ainsi, il existe « institutions de microfinance dans 85 pays, au service de 130 millions de personnes pour un encours de 30 milliards d'euros 24» et les établissements bancaires traditionnels montrent un regain d intérêt. En effet, le microcrédit offre des taux de rendement pouvant aller jusqu à 30% 25 et les nouvelles technologies permettent de traiter à distance des volumes importants à moindre coût. De plus, les prêts peuvent être titrisés et alimenter des portefeuilles de crédit. Néanmoins, la dynamique sociale et solidaire qui finance ces écosystèmes reste très présente. Par exemple, l ADIE 26 «délivre à microcrédits par an à des chômeurs ou Rmistes créateurs de leur propre emploi, ou à des travailleurs pauvres». Le microcrédit n est donc pas réservé à des projets du bout du monde, il finance aussi les initiatives locales en France. Il représente plus de 600 millions d euros sur le territoire à fin La Grameen Bank, littéralement «banque des villages» est une banque spécialisée dans le micro-crédit, pour laquelle le Pr Yunus, son créateur a reçu le prix Nobel de la paix en Data Report, Grameen Bank, 12/4/ Recensement Banque Mondiale 25 Taux annuel 26 Association pour le Droit à l Initiative Economique 16

17 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE Toutefois, si la finance participative s inspire du microcrédit qui s est développé principalement ces trente dernières années, elle trouve ses origines plus loin dans notre histoire. Par ailleurs, si elle a d abord existé par les dons et les prêts solidaires, les contributeurs se tournent aujourd hui davantage vers le prêt rémunéré et l investissement en capital. I.1.3 Histoire de projets Le bar/tabac «Le Moulin de la Gaité» à Cannes, a par exemple obtenu en trente jours un financement de pour ses travaux : 212 prêteurs ont signé pour un taux de 9,2% sur 48 mois 27 sur le site Unilend. La société parisienne Giglam Conseil, quant à elle, souhaitait acquérir du matériel télévisuel destiné à la location : elle a levé euros en 13 jours auprès de 147 prêteurs. L affaire s est conclue pour 9,1 % sur 60 mois 28. Côté Capital Investissement, Buzcard, une Start Up qui propose des cartes de visite munies d un QR code qui permet l enregistrement rapide et la mise à jour automatique des coordonnées, a levé euros en 72 heures sur la plateforme Anaxago 29. En finance participative, l épargnant donne du sens à son investissement. 27 https://www.unilend.fr/projects/detail/annick-de-terwangne-moulin-de-la-gaite https://www.unilend.fr/projects/detail/giglam-conseils 29 Principale plateforme d Investissement en Capital en France avec Wiseed 17

18 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE Dès lors, le «Crowdfunding» et plus largement les initiatives collaboratives et participatives se développent. Anne Hidalgo 30 par exemple, lance l initiative le 2 Juillet dernier en mettant en place un «budget participatif» : «les citoyens parisiens pourront désormais proposer et choisir des projets qui bénéficieront au total de 5% du budget d investissement de la Mairie, soit 426 millions d euros entre 2014 et » Pourtant, le «Crowdfunding» ne date pas d hier! La finance participative s est ainsi manifestée pour la première fois dans sa forme actuelle à l automne La construction de la statue de la liberté ou plus exactement de son socle a fait l objet d un appel aux dons et de multiples manifestations (spectacles, etc..) ont été organisées pour collecter les fonds. Plus récemment, en 1958, le réalisateur John Cassavettes réalise la prouesse de collecter 2000 dollars pour réaliser son film, «Shadows». Il lui aura suffi de déclarer lors d une émission de radio «qu il tournerait un film en se passant de producteur si chaque auditeur lui envoyait un dollar» pour réunir la somme en l espace de quelques jours. En 1997, le groupe anglais Marillion se sépare de sa société de Production EMI pour s autoproduire et collecte dollars en l espace de quelques semaines pour préfinancer leurs tournées. En France, un des premiers exemples significatifs a été le financement de l album de Grégoire. C est ainsi que «Mymajorcompany» a collecté les euros nécessaires à la production de l album, auprès de 350 contributeurs. Si la finance participative est ancrée dans notre culture et notre histoire, reposant sur des valeurs sociales solidaires, son essor actuel doit beaucoup à la révolution numérique et à la crise qui sévit depuis plus de six ans. Le développement des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication (NTIC) et notamment d Internet et des réseaux sociaux, a modifié en profondeur les comportements des individus et leurs besoins. La crise et son impact sur le pouvoir 30 Maire de la ville de Paris depuis

19 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE d achat des français ont renforcé cette mutation sociétale au profit d une nouvelle économie. I.2 Internet, une révolution intellectuelle et culturelle Internet, l absence de frontières, de distances et de temps, participent au profond bouleversement de notre société. La révolution numérique a vu successivement le formidable développement de l informatique, d Internet, des réseaux sociaux et des appareils mobiles. Elle transforme en profondeur les usages, réduit les coûts d information, de traitement, d utilisation, le délai d attente. Elle redonne de la proximité et favorise le retour de l échange et du partage. Elle porte en elle les gènes de la désintermédiation et permet l émergence de communautés d internautes, regroupées au sein de réseaux sociaux, bâtissant seuls, une économie collaborative et participative, qui remet en question les uns après les autres les modèles économiques établis. C est ainsi que tour à tour les industries de la musique et du cinéma, les secteurs du transport, de l hôtellerie et de la finance ont été bouleversés. I.2.1 Le traitement de l information L apparition d Internet a profondément modifié notre rapport à l information. D abord consommateurs de contenus, les internautes découvraient l immédiateté avec l apparition du courrier électronique. Il devenait possible de recevoir un courrier en quelques secondes 32. Puis ils sont devenus acteurs, sur des plateformes d échange et de partage, profitant des progrès technologiques qui permettent de traiter des volumes plus importants, plus rapidement. Échanges d avis, de bons plans, débats d idées au sein de «forums», les premières communautés apparaissent sur la toile. Plus tard, le Peer to Peer 33 (P2P) permet l échange de 32 En réalité, il fallait déjà plusieurs minutes pour se connecter sur la page de la boîte de réception avec un modem 28K. 33 Littéralement : «de pair à pair», dans ce contexte, on fait référence aux plateformes qui permettaient de télécharger illégalement musiques ou vidéos à partir du contenu des autres internautes connectés 19

20 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE fichiers audio et vidéo au sein de plateformes dédiées (Napster, Emule, Kazaa 34 ), consacrant la facilité d usage, l immédiateté, la variété et la richesse culturelle. A cet égard, le Peer to Peer a été la première véritable innovation de rupture, obligeant les industries de la musique et du cinéma à changer en profondeur leurs modèles économiques. Enfin, l internaute producteur et distributeur, devient source d informations et de contenus. On parle de «crowdsourcing» 35. Les blogs 36, les contenus produits par «la foule», s enrichissent et alimentent Wikipedia 37, Youtube 38, les réseaux sociaux, les pages Internet des marques et des sites marchands. Ainsi, les avis, conseils, recommandations et contenus sont partagés par chacun au profit de tous. Les réseaux sociaux permettent la création de communautés d intérêts, amicales ou professionnelles, éphémères ou durables, et consacrent la participation de chaque individu comme source 39 en leur sein. Dès lors, ils décuplent le volume d informations échangées instantanément sur la toile comme l illustrent Facebook 40 et Twitter 41 par exemple. 2,7 milliards d internautes dans le monde, 35% de la population mondiale, 83% des français, peuvent alimenter la toile d articles, d avis, de notes, de témoignages... Un pouvoir sans commune mesure! Ces outils permettent la mise en relation directe des individus qui peuvent dès lors s affranchir d intermédiaires. Les entreprises quant à elles, sont conscientes que le consommateur est désormais informé, autonome, responsable. Elles s adaptent à 34 Il s agit des trois plateformes les plus significatives à cette époque 35 Fichiers ouverts alimentés d informations et de contenus par la foule 36 Pages informatives rédigées par les internautes eux-mêmes 37 Encyclopédie «open source» ou collaborative qui permet à chaque internaute d enrichir les contenus 38 Site de diffusion de contenus audio et vidéo en streaming enrichi par tous 39 Commentaires, photos, avis conseils, vidéos, musiques 40 1 er réseau social privé en France, développé à Harvard il y a une dizaine d années comme un outil de mise en relation d anciens élèves, il a pris une toute autre ampleur pour compter aujourd hui plus d 1 Milliards d utilisateurs 41 Réseau social où l on diffuse des messages instantanés sous forme de «notes d humeurs», héritier de MSN ou ICQ 20

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites

Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites ÉPARGNE SALARIALE SOLIDAIRE Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Avec un encours de 3,15 milliards

Plus en détail

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum. LE CROWDFUNDING Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E.

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Organisé par l Institut Multilatéral d Afrique et la Banque Africaine du Développement en partenariat avec le Fond Monétaire International

Plus en détail

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Restitution synthétique "La France, face aux mutations de son temps, doit définir son propre modèle numérique, fondé sur

Plus en détail

Le marketing digital

Le marketing digital François SCHEID Renaud VAILLANT Grégoire DE MONTAIGU Le marketing digital Développer sa stratégie à l ère numérique, 2012 ISBN : 978-2-212-55343-7 Introduction Bienvenue dans un monde connecté et interactif!

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Communauté Finance & Gestion Table ronde

Communauté Finance & Gestion Table ronde Communauté Finance & Gestion Table ronde Quand le réseau se met au service du financement Marie FAGUET notrepetiteentreprise.com Thierry BONNET - Finance Utile Pierre Henri SOLER UNILEND Pascal SANCHEZ

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

FINANCES SOLIDAIRES ET PARTICIPATIVES EPARGNER ET INVESTIR AVEC DU SENS. Séminaire AMIS de LA VIE 07 Juillet 2015 M KALUSZYNSKI

FINANCES SOLIDAIRES ET PARTICIPATIVES EPARGNER ET INVESTIR AVEC DU SENS. Séminaire AMIS de LA VIE 07 Juillet 2015 M KALUSZYNSKI FINANCES SOLIDAIRES ET PARTICIPATIVES EPARGNER ET INVESTIR AVEC DU SENS Séminaire AMIS de LA VIE 07 Juillet 2015 M KALUSZYNSKI Sommaire PREAMBULE PARTIE 1 Finances solidaires PARTIE 2 Finances participatives

Plus en détail

Il était une fois WiSEED

Il était une fois WiSEED Il était une fois WiSEED En 2008, le financement participatif des startups ou de toute autre entreprise n existe nulle part dans le monde. Deux hommes décident de réinventer l économie et créent WiSEED,

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES

LES ASSURANCES DE PERSONNES LES ASSURANCES DE PERSONNES 2 LES ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCE VIE, ÉPARGNE RETRAITE, SANTÉ, DÉPENDANCE : SUR TOUS CES SUJETS DE SOCIÉTÉ, LES ASSUREURS ONT PARTICIPÉ ACTIVEMENT AUX DÉBATS, EN FAISANT

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

CONFERENCE DAUPH INNOV

CONFERENCE DAUPH INNOV CONFERENCE DAUPH INNOV AVEC LE PARRAINAGE DE INTERNET PEUT-IL FINANCER L ENTREPRENEURIAT INNOVANT? UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE 31 mars 2010, 18h30 ANIMATION : Didier REYNAUD, Directeur Fondateur AFFILIANCE,

Plus en détail

Actions. Guide entrepreneur. France CHARTE EDITORIALE

Actions. Guide entrepreneur. France CHARTE EDITORIALE Actions Guide entrepreneur France CHARTE EDITORIALE Pourquoi faire une campagne de crowdfunding? Vous êtes en phase d amorçage ou en développement rapide et vous souhaitez lever des fonds? Vous souhaitez

Plus en détail

THEME 5 DEVELOPPER LES OUTILS FINANCIERS ALTERNATIFS : MONNAIES COMPLEMENTAIRES, INVESTISSEMENT CITOYEN, EPARGNE SOLIDAIRE, BANQUES ETHIQUES

THEME 5 DEVELOPPER LES OUTILS FINANCIERS ALTERNATIFS : MONNAIES COMPLEMENTAIRES, INVESTISSEMENT CITOYEN, EPARGNE SOLIDAIRE, BANQUES ETHIQUES THEME 5 DEVELOPPER LES OUTILS FINANCIERS ALTERNATIFS : MONNAIES COMPLEMENTAIRES, INVESTISSEMENT CITOYEN, EPARGNE SOLIDAIRE, BANQUES ETHIQUES CONSTRUIRE UNE FINANCE ALTERNATIVE 1 Sommaire Table des matières

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES PLAN INNOVATION Inciter les entreprises à investir dans les PME de croissance : LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES 1 Pierre Moscovici, ministre de l Économie et des Finances «Après cinq années de

Plus en détail

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved.

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved. DIGITAL MINDS 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web Chapitre 7, WSI We Simplify the Internet Leader mondial en Stratégie Marketing sur Internet Siège social, Toronto, Canada Présent dans plus

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) RESSOURCES Épargne bancaire 4 690 Épargne solidaire 1 718 675 1 042 Livrets, OPCVM, Contrats d assurance-vie, 2 577 Épargne salariale

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

En 2010, on compte environ 1,65 milliard d utilisateurs d internet, Introduction

En 2010, on compte environ 1,65 milliard d utilisateurs d internet, Introduction Introduction La nature, pour être commandée, doit être obéie.» Francis Bacon, peintre anglo-irlandais. En 2010, on compte environ 1,65 milliard d utilisateurs d internet, soit un quart de la population

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

22. Finances responsables de quoi parlons- nous?

22. Finances responsables de quoi parlons- nous? 22. Finances responsables de quoi parlons- nous? Par Pascal Glémain. Economiste. Docteur de l Université de Nantes. Titulaire de la Chaire ESS (ESSCA). Membre du Comité du Label FINANSOL (Paris) Co-responsable

Plus en détail

Qui n a jamais eu envie d aider ou besoin d un coup de main?

Qui n a jamais eu envie d aider ou besoin d un coup de main? P1 DOSSIER DE PRESSE Qui n a jamais eu envie d aider ou besoin d un coup de main? En mettant en relation les internautes, Welp donne vie à l entraide gratuite, simple et sans contrainte. C est l envie

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

ayant le potentiel de recréer rapidement une partie des emplois détruits ces dernières années.

ayant le potentiel de recréer rapidement une partie des emplois détruits ces dernières années. Les franchises solidaires Une nouvelle filière économique innovante, dynamique, éthique et durable vecteur de développement/créatrice d emplois pour tous les territoires 08/02/2010 1 Les franchises solidaires

Plus en détail

DÉMATÉRIALISATION FINANCE 2014

DÉMATÉRIALISATION FINANCE 2014 NOTE DE SYNTHESE RENCONTRE DÉMATÉRIALISATION FINANCE 2014 DÉMATÉRIALISATION DU PROCESSUS PURCHASE-TO-PAY : QUELLES RUPTURES TECHNOLOGIQUES ANTICIPER EN RÉPONSE AUX ÉVOLUTIONS RÉGLEMENTAIRES ET ORGANISATIONNELLES?

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Dossier de Partenariat

Dossier de Partenariat L Entrepreneuriat des jeunes en milieu rural Partenaire officiel Sponsor officiel Dossier de Partenariat CONTEXTE Au niveau mondial, l Organisation Internationale du Travail publia le 12 août 2010, jour

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Sommaire Préambule - Kickstarter dépasse le milliard de dollars collectés - Mouvement de fonds ou épiphénomène? - Un ensemble d opportunités et d enjeux pour les différents acteurs

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Charte One Heart Spots

Charte One Heart Spots Charte One Heart Spots Bienvenue sur les One Heart Spots Merci d avoir choisi notre application mobile. Ce service est fourni par la SAS One Heart Communication (OHC), implantée à Paris (75009), au 2 rue

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

L IMPACT DES RESEAUX SOCIAUX SUR LES COMPORTEMENTS DES JEUNES CONSOMMATEURS

L IMPACT DES RESEAUX SOCIAUX SUR LES COMPORTEMENTS DES JEUNES CONSOMMATEURS Magdalena Grębosz Jacek Otto Ecole Polytechnique de Lodz, Pologne L IMPACT DES RESEAUX SOCIAUX SUR LES COMPORTEMENTS DES JEUNES CONSOMMATEURS L Introduction L Internet est actuellement le plus grand réseau

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

«Marketing viral ou ramdam marketing» BUZZ MARKETING

«Marketing viral ou ramdam marketing» BUZZ MARKETING «Marketing viral ou ramdam marketing» BUZZ MARKETING NOTIONS DE BASE «Quizz» Street marketing Tribal marketing Ethno marketing Guerrilla marketing Marketing direct Marketing viral ROI UGC KPI SML BAO RS

Plus en détail

INTRODUCTION. I. Définition. Qu est-ce que le crowdinvesting?

INTRODUCTION. I. Définition. Qu est-ce que le crowdinvesting? INTRODUCTION I. Définition Qu est-ce que le crowdinvesting? Le crowdinvesting 1 (littéralement «investissement par la foule») ou investissement participatif ne fait l objet d aucune définition juridique.

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique

Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique Liège, 10 / 10 / 2014 Joël Gayet Chercheur associé à Sciences Po Aix Directeur de la Chaire «Attractivité & Nouveau Marketing Territorial» Attractivité

Plus en détail

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 2 LE CREDIT COOPERATIF Ø banque à part entière, Ø banque coopérative actrice d une finance patiente, Ø banque engagée, Ø banque de l économie sociale

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

MODE & RESEAUX SOCIAUX COMMENT SURFER SUR LA TOILE DES RESEAUX

MODE & RESEAUX SOCIAUX COMMENT SURFER SUR LA TOILE DES RESEAUX MODE & RESEAUX SOCIAUX COMMENT SURFER SUR LA TOILE DES RESEAUX P our accompagner les marques de mode dans leur développement sur le Net, la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin, en partenariat

Plus en détail

Ouvrez-vous à de nouveaux horizons

Ouvrez-vous à de nouveaux horizons Ouvrez-vous à de nouveaux horizons Avec le crowdlending, financez vos projets d avenir www.pretgo.fr Le crowdlending, le nouvel eldorado de l économie réelle Réelle alternative au financement bancaire

Plus en détail

Sommaire. Informations clés... 04. Profil... 06. Corporate et Institutional Banking... 08. Retail Banking... 10. Private Banking...

Sommaire. Informations clés... 04. Profil... 06. Corporate et Institutional Banking... 08. Retail Banking... 10. Private Banking... _ FR Sommaire Informations clés... 04 Profil... 06 Corporate et Institutional Banking... 08 Retail Banking... 10 Private Banking... 12 Treasury et Financial Markets... 14 La BIL à votre service depuis

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

Internet et prévention. Communiquer sur la santé sexuelle en direction des jeunes internautes

Internet et prévention. Communiquer sur la santé sexuelle en direction des jeunes internautes Internet et prévention Communiquer sur la santé sexuelle en direction des jeunes internautes Journées Annuelles de Santé Publique 1 décembre 2011 I- CONTEXTE : les jeunes français (15-24 ans) et Internet

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Depuis 2009, les sociétés d assurance de la FFSA et du GEMA ont engagé une démarche volontaire de réflexion et d actions en matière

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs

1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs Dossier de Presse Février 2011 1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs Etude IFOP pour DIRECT ASSURANCE menée du 22 au 30 décembre 2010 auprès d un échantillon national de 1035 Français

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements Intervenants Véronique AUDRAIN Consultante Serge ANOUCHIAN Expert-comptable Sommaire Le contexte La mission

Plus en détail

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin.

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Extra Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Participez à l'action de Nouvel An d'alterfin! Alterfin est à la recherche de personnes qui souhaitent

Plus en détail

WE DO WHAT? DOSSIER DE PRESSE L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! MAI 2015. CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood.

WE DO WHAT? DOSSIER DE PRESSE L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! MAI 2015. CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood. WE DO WHAT? L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! DOSSIER DE PRESSE MAI 2015 CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood.co 1 S E O M M A I 1/ QUI SOMMES-NOUS? 2/ VALEURS 3/ FONCTIONNEMENT

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement!

Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement! Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement! Dossier de presse Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Novembre 2010 Plus de 100 rendez-vous en Rhône-Alpes! Service presse 04 72 59 40

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

10 points clés pour apprivoiser les réseaux sociaux en PME et TPE. club entrepreneurs ISC -6 Novembre 2014 à 19H

10 points clés pour apprivoiser les réseaux sociaux en PME et TPE. club entrepreneurs ISC -6 Novembre 2014 à 19H 10 points clés pour apprivoiser les réseaux sociaux en PME et TPE club entrepreneurs ISC -6 Novembre 2014 à 19H PETIT RAPPEL HISTORIQUE Quelques dates et chiffres clé pour comprendre l ampleur du phénomène

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Paris, le 22 septembre 2010 Communiqué de presse Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Le deuxième rapport annuel de l Observatoire de la microfinance met en relief des évolutions notables

Plus en détail

«Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois

«Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois «Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois Économie et Solidarités, vol. 39, n 2, 2008, p. 125-130. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante

Plus en détail

Crowdfunding. Présentation conférence EIFR -18 décembre2014

Crowdfunding. Présentation conférence EIFR -18 décembre2014 Crowdfunding Présentation conférence EIFR -18 décembre2014 Marie-Agnès NICOLET Présidente fondatrice de Regulation Partners marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40 / +33.1.46.22.65.34

Plus en détail

Gérer son image en ligne : besoin réel ou nombrilisme? Albéric Guigou & Juliette Descamps Reputation Squad

Gérer son image en ligne : besoin réel ou nombrilisme? Albéric Guigou & Juliette Descamps Reputation Squad Gérer son image en ligne : besoin réel ou nombrilisme? Albéric Guigou & Juliette Descamps Reputation Squad La e-reputation c est quoi exactement? Pourquoi est-ce important? Les Gens parlent de vous quand

Plus en détail