CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS PARIS MEMOIRE. présenté en vue d'obtenir le DIPLOME MASTER II DROIT ECONOMIE GESTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS PARIS MEMOIRE. présenté en vue d'obtenir le DIPLOME MASTER II DROIT ECONOMIE GESTION"

Transcription

1 CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS PARIS MEMOIRE présenté en vue d'obtenir le DIPLOME MASTER II DROIT ECONOMIE GESTION MENTION : FINANCE ASSURANCE ACTUARIAT BANQUE SPECIALITE : FINANCE D ENTREPRISE PARCOURS : STRATEGIE ET EXPERTISE FINANCIERE Par Alexandre NEUVIALE Directeur de mémoire: Didier VOYENNE LA FINANCE PARTICIPATIVE AU SERVICE DES TPE/PME EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

2 REMERCIEMENTS REMERCIEMENTS En premier lieu, je tiens à remercier mon directeur de mémoire, Didier Voyenne, pour la disponibilité et l intérêt dont il a fait preuve à mon égard et pour le soutien permanent qu il m a apporté dans l élaboration de ce travail. Je remercie aussi l ensemble des professionnels qui m ont accordé des entretiens, d avoir partagé avec moi leur passion pour le financement des TPE/PME en France, m apportant l éclairage nécessaire pour cerner davantage le potentiel de la finance participative. 2

3 ACRONYMES ACRONYMES AMF : BFR : CO² : LDD : FCP : OPCVM : PEAPME : Autorité des Marchés Financiers Besoin en Fonds de Roulement Dioxyde de Carbone Livret Développement Durable Fonds Commun de Placement Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Plan d Epargne en Actions PME PME : Petites et Moyennes Entreprises (moins de 50 salariés Moins de 50 millions de Chiffres d affaires) TPE : Très Petites Entreprises (moins de 10 salariés moins de 2 millions de Chiffres d affaires) 3

4 GLOSSAIRE GLOSSAIRE Clause de bad leaver / good leaver : Clause d'un pacte d'actionnaires. La clause de bad leaver stipule qu'en cas de départ d'un associé avant la date X, cet associé se verra dilué de Y%. Cette clause pénalise "l'infidélité". La plupart du temps, plus le PDG reste en place, moins la dilution est importante. On la prévoit pour pénaliser une démission ou une faute lourde. Clause de drag along : Clause d'un pacte d'actionnaires permettant à un actionnaire (généralement majoritaire) de forcer la vente de 100% du capital. En effet, la cession de 100% du capital d'une entreprise est généralement plus aisée que la cession d'une simple majorité. Elle est souvent concédée par le minoritaire en échange d'une clause de tag along. Clause de ratchet : Lors d une augmentation de capital, le prix des titres souscrits par les actionnaires peut être différent de celui négocié par les premiers investisseurs à la constitution de la société ou lors d une précédente augmentation de capital. Pour que ces derniers se protègent en cas de baisse de la valeur de la société, ils peuvent inclure dans le contrat d investissement une clause de ratchet. Cette clause de ratchet a donc pour objectif de prémunir les premiers actionnaires d une dilution de leur participation lors de nouvelles levées de fonds. Clause de tag along : Clause d'un pacte d'actionnaires permettant à un actionnaire minoritaire de céder aux mêmes conditions ses parts lors de la cession par le majoritaire de sa participation. Euro Private Placement : Un Euro PP ou Euro Private Placement est une opération de financement à moyen ou long terme entre une entreprise, cotée ou non, et un petit nombre d investisseurs institutionnels. Ce type de financement s adresse donc en priorité aux entreprises de taille intermédiaire (ETI) françaises quand elles ont des besoins de financement importants et peu d alternatives au financement bancaire. Économie collaborative : L'économie collaborative ou économie du partage, considérée dans une acception large, englobe les diverses formes de consommation collaborative (AMAP, couchsurfing, co-voiturage, auto-partage, vélo-partage, cojetage, troc de livres et de vêtements), les modes de vie collaboratifs (co-working, co-location, habitat collectif, jardins partagés), le financement collaboratif (crowdfunding, prêt d'argent de pair à pair, monnaies alternatives), la production contributive (DIY, Fablabs, maker spaces) et la culture libre en général. 4

5 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIERES ACRONYMES... 3 GLOSSAIRE... 4 TABLE DES MATIERES... 5 SYNTHESE... 6 INTRODUCTION L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE I.1 LA GENESE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE I.1.1 La finance tribale I.1.2 Le microcrédit I.1.3 Histoire de projets I.2 INTERNET, UNE REVOLUTION INTELLECTUELLE ET CULTURELLE I.2.1 Le traitement de l information I.2.2 Le Web communautaire, la naissance des réseaux sociaux I.2.3 Du communautaire au participatif I.3 UNE SOCIETE EN PLEINE MUTATION I.3.1 L économie sociale solidaire (ESS) I.3.2 Les investissements socialement responsables (ISR) I.3.3 L économie collaborative LA FINANCE PARTICIPATIVE EN FRANCE II.1 UN OUTIL AU SERVICE DES TPE/PME II.1.1 Le marché des TPE/PME en France II.1.2 L épargne des français II.1.3 La réallocation de cette épargne au profit des TPE/PME II.2 LA BOITE A OUTILS DE LA FINANCE PARTICIPATIVE II.2.1 Le cadre juridique et les techniques de financement II.2.2 Du processus de sélection à la collecte II.2.3 L évolution du Business Model des plateformes II.3 VEILLE PROSPECTIVE SUR LA FINANCE PARTICIPATIVE II.3.1 Les règlementations et marchés en Europe et aux Etats-Unis II.3.2 Le cas du e-commerce II.3.3 L émergence de nouveaux modèles LES CLES DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE PARTICIPATIVE EN FRANCE III.1 LES ELEMENTS CLES A COURT TERME III.1.1 L évolution de la règlementation III.1.2 La promotion de la finance participative III.1.3 L accompagnement des entrepreneurs et des contributeurs III.2 LES ELEMENTS DE FONDS A MOYEN TERME III.2.1 Le développement de la culture entrepreneuriale en France III.2.2 L éloge de la prise de risque III.2.3 L interprétation de l échec III.3 LES ACCELERATEURS DE DEVELOPPEMENT DU MODELE III.3.1 Le Co-investissement, expression de l intelligence collaborative III.3.2 La création d un fonds mutuel de garantie pour les prêteurs III.3.3 La fiscalité, le cas de l innovation CONCLUSION SOURCES DOCUMENTAIRES TABLE DES ANNEXES LISTE DES FIGURES LISTE DES TABLEAUX

6 SYNTHESE SYNTHESE Quel marché pèsera 1000 Milliards de dollars en 2020? L Euro Private Placement inauguré en 2012? Le marché des Business Angels en forte augmentation aux Etats-Unis? Non! Il s agit d un marché plus que prometteur, celui de la finance participative (Crowdfunding). Un article paru dans Forbes le confirme 1, $1.000Mds au niveau mondial dont $6Mds pour le seul marché français. Un cas qui rappelle étrangement celui du e- commerce... Aujourd hui, le marché mondial ne pèse que $5Mds. Alors, quels sont les catalyseurs de ce développement exponentiel? Et quels sont les outils qui permettront à la France de surperformer les prévisions de Forbes? Voilà déjà six ans que la crise du siècle a commencé! Elle a successivement engendré l assèchement des marchés, l effondrement des banques, l explosion des faillites d entreprises et du taux de chômage, l appauvrissement des économies et des populations, et laisse derrière elle un paysage transformé. Les pays émergents d hier deviennent progressivement les grandes puissances d aujourd hui, l Europe et les Etats qui la composent sont ébranlés. Quant aux établissements de crédit, qui ont vu leur fonds propres diminuer de moitié, ils sont affaiblis, tout comme les entreprises. La crise de confiance générée par les doutes sur la détention d actifs toxiques dans les bilans des banques au cours de l été 2008 après la faillite de Lehman Brothers 2 a créé une crise de liquidité sans précédent. Les entreprises ont, dans de nombreux cas, perdu leur lignes de trésorerie Le 15 Septembre

7 SYNTHESE Deux ans plus tard, la crise de la dette souveraine a aggravé la situation financière des banques en Europe qui étaient massivement investies en obligations d Etats de la zone euro, considérées jusqu alors comme la référence de marché du taux sans risque. Enfin, le régulateur qui veut endiguer le risque systémique a imposé un nouveau cadre règlementaire plus strict aux établissements de crédit les obligeant à mobiliser davantage de fonds propres ; le comité Bâle se fixant l objectif de limiter la croissance du bilan des banques. Dès lors, ces dernières ont deux options : augmenter leurs fonds propres dans un contexte de bilans dégradés par la crise financière ou réduire le niveau de leurs engagements. La mécanique de désintermédiation est enclenchée. Le principe même du monopole bancaire est ébranlé. Les banques ne peuvent plus, seules, assumer le financement de l économie, d autres acteurs devant prendre place dans la chaîne de financement. De la même façon, les fonds publics, les Business Angels 3 et le Capital Investissement 4 français ne peuvent, à eux seuls, soutenir le niveau d investissement nécessaire au retour de la croissance 5. Les grandes entreprises, conscientes de l affaiblissement de leurs partenaires bancaires ont été les premières à diversifier leurs sources de financement 6 car elles en avaient les moyens techniques et financiers. En 2012, les entreprises du CAC 40 et du SBF80 affichent des structures de financement largement désintermédiées respectivement à 70% et 48% 7. Ces financements alternatifs sont désormais adaptés aux Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) avec la création l Euro Private Placement (Euro PP) et la possibilité pour les compagnies d assurance d investir directement dans des entreprises non cotées suite à la réforme du Code des Assurances à l instar de la création du fonds Novo. La finance alternative apparaît 3 Les Business Angels investissent 41 millions en Le Capital Investissement français investit 6,5 milliards pour un besoin de financement estimé à 11 milliards 5 Le besoin estimé est de 100 milliards d ici à 2020 pour les TPE/PME 6 USPP, Euro PP, IBO, Billet de trésorerie 7 Source : bfinance, Enquête Financement des «corporate» du SBF 120, septembre

8 SYNTHESE donc comme un concurrent sérieux de la finance traditionnelle dans un contexte où les établissements financiers sont tenus pour responsable de la crise et des scandales financiers qui lui ont fait écho dans la grande majorité des esprits. En effet, jamais la défiance des entreprises et des citoyens français n a été si grande à leur égard. Pourtant, les TPE/PME françaises restent intermédiées 8 à plus de 90% dans un contexte de crise qui a vu l accès au crédit bancaire se durcir et le crédit inter entreprises se détériorer. L absence d outils alternatifs de financement à des niveaux d investissements trop faibles sur des structures trop petites et le manque d information des entrepreneurs en sont les principales raisons. La révolution numérique 9 porte dans ses gènes la désintermédiation. Les évolutions technologiques majeures à l instar de l informatique, d Internet, et des appareils mobiles, ont en effet annihilé les dimensions spatiales et temporelles, réduisant massivement les coûts d information et de traitement. Cette révolution a redonné à l individu autonomie, indépendance, libre-arbitre et a favorisé un retour aux valeurs collectives et communautaires ancestrales permis par le développement des réseaux sociaux. Les crises successives, leur impact sur le pouvoir d achat des français et le profond bouleversement des comportements en faveur d une croissance intelligente, durable et inclusive 10 ont fait émerger une économie collaborative où l usage prime sur la propriété. L individu, tour à tour source d informations et de contenus, devient une ressource financière pour sa communauté 11. Les dynamiques fondamentales de la finance participative la positionnent comme une alternative crédible pour les TPE/PME dans un environnement où les banques sont peu enclines à financer les besoins de trésorerie, le BFR de croissance, les 8 A plus de 90% pour les PME/ETI et plus de 95% pour les TPE/PME selon l Observatoire du Financement des entreprises 9 Ere de l informatique et de la dématérialisation qui a connu le fort développement d Internet, des réseaux sociaux, et des connexions mobiles 10 Inspiré du projet Europe 2020 : Pour une croissance intelligente, durable et inclusive 11 Communauté prise au sens large dans le contexte des réseaux sociaux 8

9 SYNTHESE projets d innovation et éprouvent aujourd hui des difficultés à financer les projets entrepreneuriaux qu elles portaient avant crise. Le «Crowdfunding» est une branche de l économie collaborative, elle-même enracinée dans l Economie Sociale et Solidaire. Il se définit comme un outil de finance directe 12 mettant en relation les agents en capacité de financement 13 que sont les ménages, désireux de donner du sens à leur épargne et d en augmenter le rendement avec de l autre côté les agents en besoin de financement, les TPE/PME qui concentrent plus de la moitié de la croissance et des emplois français et qui peuvent dès lors proposer leurs projets au public. Or, malgré un taux d épargne parmi les plus élevés au monde (15,9 % du revenu disponible en 2013), les Livrets A, Assurance Vie et OPCVM absorbent massivement les fonds ainsi collectés, illustrant à la fois l aversion aux risques marquée des français et leur attachement à une fiscalité incitative. Il faut donc réorienter une partie de ces capitaux au profit du tissu entrepreneurial local en prenant en compte ces spécificités. Les clefs constitutives du développement exponentiel annoncé de la finance participative sont d ordre règlementaire, fiscal, organisationnel, humain et sociétal et nécessiteront la mobilisation de l ensemble des acteurs présents dans le champ gravitationnel des TPE/PME. Gageons que la volonté politique affichée par le Ministère de l Économie, de l Industrie et du Numérique de faire de la France «le pays pionnier en finance participative» et que le récent appel lancé par Mario Draghi, le président de la Banque Centrale Européenne (BCE), exhortant les pays de la zone euro à tout mettre en œuvre pour développer les financements alternatifs y compris la finance participative pour permettre le retour à l investissement et à la croissance, donneront l impulsion nécessaire pour que la France dépasse les prévisions de 12 Outil d investissement en capital ou en dette 13 Plus de 4000 Milliards de patrimoine financier et 210 Milliards de flux chaque année 9

10 SYNTHESE Forbes. Si les plateformes de finance participative ont acquis le statut de Conseillers en Investissements Participatifs 14 ou d Intermédiaires en Financements Participatifs 15 depuis la publication de l ordonnance le 30 mai dernier 16, la profession nouvellement créée devra toutefois s affranchir d un certain nombre d obstacles pour réaliser l ambition fixée. Mots clefs : finance participative, désintermédiation, financements alternatifs, révolution numérique, économie collaborative. 14 CIP : Statut identique au statut de Conseiller en Instruments Financiers (CIF) mais appliqué à la finance participative, il fait du conseil en investissement en capital 15 IFP : Statut d intermédiaire en crédit ouvrant une brèche dans le monopole bancaire 16 Ordonnance n du 30 mai 2014 relative au financement participatif, 10

11 INTRODUCTION INTRODUCTION Les besoins de financement des TPE/ PME en France sont estimés à 100 Mds d ici à Or, la succession de crises majeures qui a commencé avec les «subprimes» affecte durablement les banques dans leur capacité à financer l économie, et les TPE/PME françaises, massivement intermédiées, souffrent du durcissement du crédit. Dès lors, la recherche de sources alternatives de financement devient un véritable enjeu pour celles qui concentrent plus de la moitié des emplois et de la richesse nationale. La finance participative entend rapprocher les ménages, dont le taux d épargne est parmi les plus élevés au monde, du tissu entrepreneurial français. En effet, elle collecte, sous forme de dons, de prêts ou d investissements en capital, une somme de petits montants versés par une base de contributeurs élargie en vue de financer des projets artistiques, culturels, ou entrepreneuriaux. Ce mémoire ne prétend pas étudier le «Crowdfunding» sous toutes ses formes, les travaux menés se concentrent essentiellement sur les cas du prêt rémunéré et de l investissement en capital au profit des projets entrepreneuriaux portés par les TPE/PME françaises. Ce mémoire explique les dynamiques fondamentales de la finance participative et démontre qu elle n est pas un «effet de mode» mais bien un modèle pérenne de financement. Les travaux menés mettent l accent sur l enjeu de réorienter une partie de l épargne des français au profit de projets entrepreneuriaux de proximité et évaluent le potentiel du «Crowdfunding» comme alternative de financement pour les TPE/PME. Enfin, cette étude montre que les contours règlementaires et fiscaux du «Crowdfunding» restent perfectibles et que des évolutions d ordre organisationnel et sociétal seront nécessaires pour qu il exprime tout son potentiel au service du financement des TPE/PME en France. 11

12 INTRODUCTION Ainsi, après avoir rappelé les origines de la finance participative, son enracinement dans l Économie Sociale et Solidaire et son développement porté par la révolution numérique, nous dessinerons les contours de son cadre juridique en France et à l étranger et nous décrirons son fonctionnement, ses modèles économiques ainsi que son potentiel. Enfin, nous énumérerons sous forme de recommandations les éléments clés et les catalyseurs de son développement en France à court et à moyen terme. 12

13 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE La finance participative est une branche de l économie collaborative, tronc commun qui concentre des valeurs qui reposent sur la confiance, l échange et le partage, et prend ses racines dans l Économie Sociale et Solidaire. Les dynamiques fondamentales qui l animent sont à la fois la crise et l augmentation des coûts, la dématérialisation massive permise par l informatique, la déconsommation qui succède à l hyperconsommation, la relocalisation progressive des activités, la désintermédiation et la mutualisation. Si cette dernière nous ramène par exemple au lointain passé de la tontine, les autres, plus actuelles, sont empruntes des profonds bouleversements qu ont connu les individus cette dernière décennie, imprégnés par la révolution numérique, tournés vers les autres, rassemblés autour de préoccupations communes. Nous entrons dans l ère du verseau 17! I.1 La genèse de la finance participative La finance participative s est caractérisée tour à tour comme l outil de financement de projets artistiques, culturels ou entrepreneuriaux. Elle réunit, sous forme de dons, de prêts et d investissements en capital, une somme de petits montants versés par une base de contributeurs élargie. La finance participative procède donc de la mise en commun de moyens financiers d une communauté au profit d un projet, rappelant les financements tribaux tontiniers. Le microcrédit quant à lui, s est développé dans un écosystème déserté par la finance traditionnelle, permettant de relocaliser des activités agricoles et industrielles. Le mécénat enfin, a permis le financement de projets qui ont illustré siècle après siècle notre histoire, notre civilisation, notre culture. 17 Référence philosophique qui prend la forme d une métaphore astrologique. Selon Rudolf Steiner, nous quittons l Ere Des Poissons qui a vu l accomplissement du processus d individuation, pour entrer dans l ère du Verseau, une époque d harmonie retrouvée qui verra la formation de communautés spirituelles fraternelles. 13

14 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE I.1.1 La finance tribale Les tontines que F.Bouman décrit en 1977 comme «des associations regroupant des membres d un clan, d une famille, des voisins ou des particuliers, qui décident de mettre en commun des biens ou des services au bénéfice de tout un chacun, et cela à tour de rôle», sont répertoriées dans l histoire depuis le II ème siècle après J.C. 18. Les plus anciennes formes nous viennent d Asie. Les tontines de travail, de services, étaient basées sur le partage de l effort collectif au service de chaque individu de la communauté. Elles permettaient de construire une maison, de participer aux récoltes, d organiser des fêtes. En France, elles sont apparues au 19 ème siècle pour labourer les terres en milieu rural. La tontine 19 est le «Procédé d'emprunt par lequel l'état, sous l'ancien Régime, constituait sur la tête de chaque souscripteur une rente viagère qui, à sa mort, était reversée sur l'ensemble des souscripteurs survivants. (Développée en Italie en particulier par le banquier Lorenzo Tonti et introduite en France en 1653, la tontine royale fut supprimée en 1763, mais la formule fut encore utilisée par les particuliers au XIX e s. [tontine Lafarge].)» La première forme de tontine pécuniaire est répertoriée au Japon au 12 ème siècle. Ce financement informel est encore fortement ancré dans les communautés asiatiques et africaines de nos jours, il est passé du statut de fonds collectif d épargne versant des dividendes 20 à celui de fonds d entraide proposant du microcrédit sans intérêts. C est ainsi que l on finance les funérailles d un parent, un mariage, la construction d une maison, la réalisation d un projet agricole, artisanal ou entrepreneurial Définition Larousse 20 A l instar des tontines bénéficiant du régime fiscal de l assurance vie, proposées aujourd hui encore par des assureurs comme le groupe Le Conservateur 14

15 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE En finance tribale, la communauté finance un projet individuel pour un de ses membres, elle acquiert un bien commun, l individu rembourse à la collectivité un prêt sans intérêts selon les modalités qui ont été fixées. Ce n est qu à l issue du remboursement que le bien passera de la collectivité à l individu. Si le prêt n est pas remboursé, le bien reste dans la communauté, la jouissance du bien étant collective. La finance participative se rapproche de la finance tribale car elle permet de collecter auprès de sa communauté les sommes nécessaires à la réalisation d un projet individuel, l effort financier est donc mutualisé. Elle se caractérise également par la collecte de petits montants auprès de nombreux contributeurs qui sont tour à tour micro-mécènes, micro-prêteurs ou micro-investisseurs. I.1.2 Le microcrédit Le «Crowdfunding» (finance participative) s est développé il y a une dizaine d années principalement pour soutenir des projets culturels, artistiques et entrepreneuriaux de faibles montants. Le financement s effectue alors essentiellement sous forme de dons (avec ou sans contrepartie) ou de prêts solidaires 21. Le site par exemple, se présente comme le 1 er site européen de micro-finance solidaire, et propose une plateforme qui compte contributeurs qui ont d ores et déjà versés 8,7 million depuis 2009 et ont permis de financer projets dans 145 pays. A ses débuts, le microcrédit est basé sur un pari : financer des projets locaux, de faible ampleur, générant de faibles revenus mais suffisamment pour créer un écosystème qui permet à des familles, des tribus, des villages de trouver un équilibre économique et de subvenir à leurs besoins primaires. Il a trouvé son essor car il y avait un besoin, dans les pays en voie de développement, de financer des projets de création d entreprise, de développement, qui demandaient très peu de 21 Prêts sans intérêts ou à rendement minime 15

16 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE capitaux. Dans la plupart des cas, les montants de prêts demandés sont trop faibles pour intéresser les banques qui sont dans un modèle industrialisé et qui demandent par ailleurs des garanties que les publics concernés sont incapables d apporter. Les projets sont pourtant viables et les taux de défaut faibles. Par exemple, un agriculteur a besoin d une charrue pour labourer une parcelle de terre de quelques mètres carrés, pour planter et récolter. L exploitation agricole générera des Cash Flow, mais le montant du crédit est trop faible pour que les banques en tirent un profit supérieur au coût d étude. C est ainsi que le Pr Yunus, créé en 1976, la Grameen Bank 22 qui intervient auprès des populations les plus pauvres au Banglagesh. A ce jour, elle a financé plus de 10 milliards de dollars de crédits avec plus de 8 millions de membres 23 et le marché s est fortement développé. Ainsi, il existe « institutions de microfinance dans 85 pays, au service de 130 millions de personnes pour un encours de 30 milliards d'euros 24» et les établissements bancaires traditionnels montrent un regain d intérêt. En effet, le microcrédit offre des taux de rendement pouvant aller jusqu à 30% 25 et les nouvelles technologies permettent de traiter à distance des volumes importants à moindre coût. De plus, les prêts peuvent être titrisés et alimenter des portefeuilles de crédit. Néanmoins, la dynamique sociale et solidaire qui finance ces écosystèmes reste très présente. Par exemple, l ADIE 26 «délivre à microcrédits par an à des chômeurs ou Rmistes créateurs de leur propre emploi, ou à des travailleurs pauvres». Le microcrédit n est donc pas réservé à des projets du bout du monde, il finance aussi les initiatives locales en France. Il représente plus de 600 millions d euros sur le territoire à fin La Grameen Bank, littéralement «banque des villages» est une banque spécialisée dans le micro-crédit, pour laquelle le Pr Yunus, son créateur a reçu le prix Nobel de la paix en Data Report, Grameen Bank, 12/4/ Recensement Banque Mondiale 25 Taux annuel 26 Association pour le Droit à l Initiative Economique 16

17 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE Toutefois, si la finance participative s inspire du microcrédit qui s est développé principalement ces trente dernières années, elle trouve ses origines plus loin dans notre histoire. Par ailleurs, si elle a d abord existé par les dons et les prêts solidaires, les contributeurs se tournent aujourd hui davantage vers le prêt rémunéré et l investissement en capital. I.1.3 Histoire de projets Le bar/tabac «Le Moulin de la Gaité» à Cannes, a par exemple obtenu en trente jours un financement de pour ses travaux : 212 prêteurs ont signé pour un taux de 9,2% sur 48 mois 27 sur le site Unilend. La société parisienne Giglam Conseil, quant à elle, souhaitait acquérir du matériel télévisuel destiné à la location : elle a levé euros en 13 jours auprès de 147 prêteurs. L affaire s est conclue pour 9,1 % sur 60 mois 28. Côté Capital Investissement, Buzcard, une Start Up qui propose des cartes de visite munies d un QR code qui permet l enregistrement rapide et la mise à jour automatique des coordonnées, a levé euros en 72 heures sur la plateforme Anaxago 29. En finance participative, l épargnant donne du sens à son investissement. 27 https://www.unilend.fr/projects/detail/annick-de-terwangne-moulin-de-la-gaite https://www.unilend.fr/projects/detail/giglam-conseils 29 Principale plateforme d Investissement en Capital en France avec Wiseed 17

18 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE Dès lors, le «Crowdfunding» et plus largement les initiatives collaboratives et participatives se développent. Anne Hidalgo 30 par exemple, lance l initiative le 2 Juillet dernier en mettant en place un «budget participatif» : «les citoyens parisiens pourront désormais proposer et choisir des projets qui bénéficieront au total de 5% du budget d investissement de la Mairie, soit 426 millions d euros entre 2014 et » Pourtant, le «Crowdfunding» ne date pas d hier! La finance participative s est ainsi manifestée pour la première fois dans sa forme actuelle à l automne La construction de la statue de la liberté ou plus exactement de son socle a fait l objet d un appel aux dons et de multiples manifestations (spectacles, etc..) ont été organisées pour collecter les fonds. Plus récemment, en 1958, le réalisateur John Cassavettes réalise la prouesse de collecter 2000 dollars pour réaliser son film, «Shadows». Il lui aura suffi de déclarer lors d une émission de radio «qu il tournerait un film en se passant de producteur si chaque auditeur lui envoyait un dollar» pour réunir la somme en l espace de quelques jours. En 1997, le groupe anglais Marillion se sépare de sa société de Production EMI pour s autoproduire et collecte dollars en l espace de quelques semaines pour préfinancer leurs tournées. En France, un des premiers exemples significatifs a été le financement de l album de Grégoire. C est ainsi que «Mymajorcompany» a collecté les euros nécessaires à la production de l album, auprès de 350 contributeurs. Si la finance participative est ancrée dans notre culture et notre histoire, reposant sur des valeurs sociales solidaires, son essor actuel doit beaucoup à la révolution numérique et à la crise qui sévit depuis plus de six ans. Le développement des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication (NTIC) et notamment d Internet et des réseaux sociaux, a modifié en profondeur les comportements des individus et leurs besoins. La crise et son impact sur le pouvoir 30 Maire de la ville de Paris depuis

19 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE d achat des français ont renforcé cette mutation sociétale au profit d une nouvelle économie. I.2 Internet, une révolution intellectuelle et culturelle Internet, l absence de frontières, de distances et de temps, participent au profond bouleversement de notre société. La révolution numérique a vu successivement le formidable développement de l informatique, d Internet, des réseaux sociaux et des appareils mobiles. Elle transforme en profondeur les usages, réduit les coûts d information, de traitement, d utilisation, le délai d attente. Elle redonne de la proximité et favorise le retour de l échange et du partage. Elle porte en elle les gènes de la désintermédiation et permet l émergence de communautés d internautes, regroupées au sein de réseaux sociaux, bâtissant seuls, une économie collaborative et participative, qui remet en question les uns après les autres les modèles économiques établis. C est ainsi que tour à tour les industries de la musique et du cinéma, les secteurs du transport, de l hôtellerie et de la finance ont été bouleversés. I.2.1 Le traitement de l information L apparition d Internet a profondément modifié notre rapport à l information. D abord consommateurs de contenus, les internautes découvraient l immédiateté avec l apparition du courrier électronique. Il devenait possible de recevoir un courrier en quelques secondes 32. Puis ils sont devenus acteurs, sur des plateformes d échange et de partage, profitant des progrès technologiques qui permettent de traiter des volumes plus importants, plus rapidement. Échanges d avis, de bons plans, débats d idées au sein de «forums», les premières communautés apparaissent sur la toile. Plus tard, le Peer to Peer 33 (P2P) permet l échange de 32 En réalité, il fallait déjà plusieurs minutes pour se connecter sur la page de la boîte de réception avec un modem 28K. 33 Littéralement : «de pair à pair», dans ce contexte, on fait référence aux plateformes qui permettaient de télécharger illégalement musiques ou vidéos à partir du contenu des autres internautes connectés 19

20 I.L EMERGENCE DE LA FINANCE PARTICIPATIVE fichiers audio et vidéo au sein de plateformes dédiées (Napster, Emule, Kazaa 34 ), consacrant la facilité d usage, l immédiateté, la variété et la richesse culturelle. A cet égard, le Peer to Peer a été la première véritable innovation de rupture, obligeant les industries de la musique et du cinéma à changer en profondeur leurs modèles économiques. Enfin, l internaute producteur et distributeur, devient source d informations et de contenus. On parle de «crowdsourcing» 35. Les blogs 36, les contenus produits par «la foule», s enrichissent et alimentent Wikipedia 37, Youtube 38, les réseaux sociaux, les pages Internet des marques et des sites marchands. Ainsi, les avis, conseils, recommandations et contenus sont partagés par chacun au profit de tous. Les réseaux sociaux permettent la création de communautés d intérêts, amicales ou professionnelles, éphémères ou durables, et consacrent la participation de chaque individu comme source 39 en leur sein. Dès lors, ils décuplent le volume d informations échangées instantanément sur la toile comme l illustrent Facebook 40 et Twitter 41 par exemple. 2,7 milliards d internautes dans le monde, 35% de la population mondiale, 83% des français, peuvent alimenter la toile d articles, d avis, de notes, de témoignages... Un pouvoir sans commune mesure! Ces outils permettent la mise en relation directe des individus qui peuvent dès lors s affranchir d intermédiaires. Les entreprises quant à elles, sont conscientes que le consommateur est désormais informé, autonome, responsable. Elles s adaptent à 34 Il s agit des trois plateformes les plus significatives à cette époque 35 Fichiers ouverts alimentés d informations et de contenus par la foule 36 Pages informatives rédigées par les internautes eux-mêmes 37 Encyclopédie «open source» ou collaborative qui permet à chaque internaute d enrichir les contenus 38 Site de diffusion de contenus audio et vidéo en streaming enrichi par tous 39 Commentaires, photos, avis conseils, vidéos, musiques 40 1 er réseau social privé en France, développé à Harvard il y a une dizaine d années comme un outil de mise en relation d anciens élèves, il a pris une toute autre ampleur pour compter aujourd hui plus d 1 Milliards d utilisateurs 41 Réseau social où l on diffuse des messages instantanés sous forme de «notes d humeurs», héritier de MSN ou ICQ 20

STARTUPS. Le guide pour les investisseurs

STARTUPS. Le guide pour les investisseurs STARTUPS Le guide pour les investisseurs 2016 2 Le guide pour les investisseurs 2016 Vous souhaitez diversifier votre patrimoine? Vous êtes soucieux du choix de vos placements? Vous êtes avant tout motivés

Plus en détail

Impact +, un crédit solidaire pour des entrepreneurs qui bousculent les codes

Impact +, un crédit solidaire pour des entrepreneurs qui bousculent les codes Impact +, un crédit solidaire pour des entrepreneurs qui bousculent les codes DOSSIER DE PRESSE Faire du business autrement. C est la volonté de cette nouvelle génération d entrepreneurs, collectifs ou

Plus en détail

Présentation du 5 juin 2014 Iresa Catherine Deffains-Crapsky, Maître de conférences, Isabelle Leroux-Rigamonti, Maître de conférences, GRANEM

Présentation du 5 juin 2014 Iresa Catherine Deffains-Crapsky, Maître de conférences, Isabelle Leroux-Rigamonti, Maître de conférences, GRANEM Présentation du 5 juin 2014 Iresa Catherine Deffains-Crapsky, Maître de conférences, Isabelle Leroux-Rigamonti, Maître de conférences, GRANEM Université d Angers Le financement participatif Eléments de

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

LE CROWDFUNDING LA NOUVELLE DONNE. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING LA NOUVELLE DONNE. Copyright Duhamel Blimbaum. LA NOUVELLE DONNE Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Conférence sur le Crowdfunding

Conférence sur le Crowdfunding Conférence sur le Crowdfunding 16 décembre2014 Marie-Agnès NICOLET Présidente fondatrice de Regulation Partners Présidente du club des marchés Financiers marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

«Un projet, un réseaux, trois solutions de financement participatif»

«Un projet, un réseaux, trois solutions de financement participatif» 11h00-12h00 : Financement participatif «Un projet, un réseaux, trois solutions de financement participatif» Intervenants Pierre-Henri SOLER, Unilend Jean-Christophe LEONARD, My Galoo Michelle SALLERIN,

Plus en détail

Finance solidaire : comprendre le cycle de l épargnant au bénéficiaire Salle des Arcades, 10 septembre 2014 11h15-12h45

Finance solidaire : comprendre le cycle de l épargnant au bénéficiaire Salle des Arcades, 10 septembre 2014 11h15-12h45 Finance solidaire : comprendre le cycle de l épargnant au bénéficiaire Salle des Arcades, 10 septembre 2014 11h15-12h45 Intervenants: Audrey Bégué, Responsable Développement Epargne Solidaire, Crédit Coopératif

Plus en détail

Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites

Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites ÉPARGNE SALARIALE SOLIDAIRE Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Avec un encours de 3,15 milliards

Plus en détail

Le financement participatif ou LE CROWDFUNDING, OUTIL CRÉDIBLE DU FINANCEMENT DE PROJETS L ACTION DE FINANCEMENT PARTICIPATIF FRANCE

Le financement participatif ou LE CROWDFUNDING, OUTIL CRÉDIBLE DU FINANCEMENT DE PROJETS L ACTION DE FINANCEMENT PARTICIPATIF FRANCE ENQUÊTE FINANCEMENT ALTERNATIF DU TOURISME LE CROWDFUNDING, OUTIL CRÉDIBLE DU FINANCEMENT DE PROJETS L ACTION DE FINANCEMENT PARTICIPATIF FRANCE Le financement participatif (ou crowdfunding) devient progressivement

Plus en détail

Communauté Finance & Gestion Table ronde

Communauté Finance & Gestion Table ronde Communauté Finance & Gestion Table ronde Quand le réseau se met au service du financement Marie FAGUET notrepetiteentreprise.com Thierry BONNET - Finance Utile Pierre Henri SOLER UNILEND Pascal SANCHEZ

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

ACCUEIL ET OUVERTURE DES TRAVAUX Nicols CHILLOF - Président de CCI CENTRE Thierry MARTIGNON Directeur Régional BPIFRANCE

ACCUEIL ET OUVERTURE DES TRAVAUX Nicols CHILLOF - Président de CCI CENTRE Thierry MARTIGNON Directeur Régional BPIFRANCE 9H30 9H40 10H00 ACCUEIL ET OUVERTURE DES TRAVAUX Nicols CHILLOF - Président de CCI CENTRE Thierry MARTIGNON Directeur Régional BPIFRANCE LE FINANCEMENT PARTICIPATIF : UNE VERITABLE REVOLUTION FINANCIERE

Plus en détail

Regards croisés sur l entreprise

Regards croisés sur l entreprise Regards croisés sur l entreprise Quelles perspectives de financement pour les PME depuis la crise? 10 juin 2014 Fiche mémo Eléments de contexte Situation des PME françaises L accès au financement des PME

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances *** Déplacement à Lannion - Conférence

Plus en détail

L opportunité de la finance participative 18 Mars 2014 2014 MIPISE

L opportunité de la finance participative 18 Mars 2014 2014 MIPISE L opportunité de la finance participative 18 Mars 2014 La finance participative : un marché en plein essor dans le monde La finance participative ou «crowdfunding» : Modèle innovant apparu aux Etats- Unis,

Plus en détail

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum. LE CROWDFUNDING Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

Le crowdfunding. Laurent Dorey

Le crowdfunding. Laurent Dorey Laurent Dorey Mardi 31 Mars 2015 Etude de cas -Ateliers Roubaud à préparer pour TP Prospection : Partie I 1. Dois-je préciser à mon client américain le retard de la 2 ème machine, dès ma prochaine visite,

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Groupama Banque : qui, que, quoi?

Groupama Banque : qui, que, quoi? Groupama Banque : qui, que, quoi? - Une seule banque au service de tous les clients du Groupe - Un nouveau modèle bancaire, conçu dès sa création comme multicanal - L une des seules banques en France à

Plus en détail

Il était une fois WiSEED

Il était une fois WiSEED Il était une fois WiSEED En 2008, le financement participatif des startups ou de toute autre entreprise n existe nulle part dans le monde. Deux hommes décident de réinventer l économie et créent WiSEED,

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Restitution synthétique "La France, face aux mutations de son temps, doit définir son propre modèle numérique, fondé sur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 PREFET DU LANGUEDOC-ROUSSILLON DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 1. Point Presse Lundi 18 mars à 17h30 Amphi Philippe Lamour

Plus en détail

PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE. Avec le soutien de

PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE. Avec le soutien de PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE Avec le soutien de L épargne solidaire, c est quoi? L épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant de placer son épargne au bénéfice d activités

Plus en détail

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E.

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Organisé par l Institut Multilatéral d Afrique et la Banque Africaine du Développement en partenariat avec le Fond Monétaire International

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

Marc BESNARD Sept. 2012

Marc BESNARD Sept. 2012 Marc BESNARD Sept. 2012 Table des matières INTRODUCTION... 1 1. Le marché de la VOD... 2 1.1. De la consommation illégale à la consommation légale... 2 1.2. Eviter le phénomène de VOD à prix bradé... 2

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Comment se lancer dans le crowdfunding

Comment se lancer dans le crowdfunding Comment se lancer dans le crowdfunding Selon une étude de Massolution, le crowdfunding a permis de lever, en 2014, 15 milliards d'euros, dont 3 en Europe. Déjà énorme, le potentiel de ce nouveau type de

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

Tourisme : cap vers le Web 2.0

Tourisme : cap vers le Web 2.0 Tourisme : cap vers le Web 2.0 Aujourd hui et Demain Orléans 27 novembre 2007 www.detente.fr p.viceriat@detente.fr Qu est est-ce que le Web 1.0? Le Web 1.0 est une manière simple et économique de mettre

Plus en détail

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF LE FINANCEMENT PARTICIPATIF Jeudi 22 octobre 2015 Ce que nous allons voir ensemble Présentation mutuelle Tour de table Présentation de l'airdie La finance participative Principes et chiffres clefs Une

Plus en détail

Services Financiers Spécialisés Au cœur du développement des réseaux bancaires

Services Financiers Spécialisés Au cœur du développement des réseaux bancaires Services Financiers Spécialisés Au cœur du développement des réseaux bancaires Mars 2012 banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés Trois métiers cœurs natixis

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES PLAN INNOVATION Inciter les entreprises à investir dans les PME de croissance : LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES 1 Pierre Moscovici, ministre de l Économie et des Finances «Après cinq années de

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

www.successfoule.com

www.successfoule.com CROWDFUNDING FORMATION LRSET (26/02/15) www.successfoule.com hugo marcone CROWDFUNDING VIDEOS (www.successfoule.com) (www.nobsprod.com) Un très fort engouement hugo marcone «Crowdfunding : un regard critique

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON Synthèse des débats rédigée par : 10 mai 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Lyon, le 10 mai 2012, un forum participatif

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Actions. Guide entrepreneur. France CHARTE EDITORIALE

Actions. Guide entrepreneur. France CHARTE EDITORIALE Actions Guide entrepreneur France CHARTE EDITORIALE Pourquoi faire une campagne de crowdfunding? Vous êtes en phase d amorçage ou en développement rapide et vous souhaitez lever des fonds? Vous souhaitez

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

6 février 2015 Etude Kurt Salmon pour le Forum d Avignon Paris

6 février 2015 Etude Kurt Salmon pour le Forum d Avignon Paris «France, Grande-Bretagne, Etats-Unis et Chine : quels nouveaux modèles de consommation culturelle? quelles adaptations pour les institutions culturelles?» 6 février 2015 Etude Kurt Salmon pour le Forum

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Sommaire Préambule - Kickstarter dépasse le milliard de dollars collectés - Mouvement de fonds ou épiphénomène? - Un ensemble d opportunités et d enjeux pour les différents acteurs

Plus en détail

22. Finances responsables de quoi parlons- nous?

22. Finances responsables de quoi parlons- nous? 22. Finances responsables de quoi parlons- nous? Par Pascal Glémain. Economiste. Docteur de l Université de Nantes. Titulaire de la Chaire ESS (ESSCA). Membre du Comité du Label FINANSOL (Paris) Co-responsable

Plus en détail

Contrat Solidaire de Predica

Contrat Solidaire de Predica Septembre 2014 Dossier de presse Contrat Solidaire de Predica Donner du sens à son épargne Contacts presse Françoise Bololanik + 33 (0)1 57 72 46 83 / 06 25 13 73 98 Camille Langevin + 33 (0)1 57 72 73

Plus en détail

GT 2012 : PROPOSITIONS

GT 2012 : PROPOSITIONS GT 2012 : PROPOSITIONS 12 pages Couverture Pacte pour le développement du commerce «Ce qui est bon pour le commerce est bon pour le client» + de commerces + de proximité + de choix + d emplois 2 et 3 POURQUOI

Plus en détail

www.successfoule.com

www.successfoule.com CROWDFUNDING FORMATION PFCA (27/01/15) www.successfoule.com hugo marcone CROWDFUNDING VIDEOS (www.successfoule.com) (www.nobsprod.com) hugo marcone «Crowdfunding : un regard critique sur la foule aux œufs

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

FINANCES SOLIDAIRES ET PARTICIPATIVES EPARGNER ET INVESTIR AVEC DU SENS. Séminaire AMIS de LA VIE 07 Juillet 2015 M KALUSZYNSKI

FINANCES SOLIDAIRES ET PARTICIPATIVES EPARGNER ET INVESTIR AVEC DU SENS. Séminaire AMIS de LA VIE 07 Juillet 2015 M KALUSZYNSKI FINANCES SOLIDAIRES ET PARTICIPATIVES EPARGNER ET INVESTIR AVEC DU SENS Séminaire AMIS de LA VIE 07 Juillet 2015 M KALUSZYNSKI Sommaire PREAMBULE PARTIE 1 Finances solidaires PARTIE 2 Finances participatives

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, un outil de financement méconnu? (1/3)

L'appel public à l'épargne, un outil de financement méconnu? (1/3) L'appel public à l'épargne, un outil de financement méconnu? (1/3) Pour une entreprise issue de l'économie sociale, il n'est pas toujours facile de financer ses activités. Pourtant, un outil de financement

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved.

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved. DIGITAL MINDS 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web Chapitre 7, WSI We Simplify the Internet Leader mondial en Stratégie Marketing sur Internet Siège social, Toronto, Canada Présent dans plus

Plus en détail

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance (Compte rendu de la table ronde du 21 septembre 2006) BIM n - 10 octobre 2006 Association des Centraliens & CERISE Le BIM d'aujourd'hui nous

Plus en détail

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Le crowdfunding : le guide Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Définition Un mode de financement de projets créatifs, solidaires, entrepreneuriaux ou personnels en récoltant via internet de petits

Plus en détail

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 L économie sociale et solidaire : de quoi parle-t-on? Une économie du quotidien, ancrée sur les territoires Des entreprises et

Plus en détail

CONFERENCE DAUPH INNOV

CONFERENCE DAUPH INNOV CONFERENCE DAUPH INNOV AVEC LE PARRAINAGE DE INTERNET PEUT-IL FINANCER L ENTREPRENEURIAT INNOVANT? UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE 31 mars 2010, 18h30 ANIMATION : Didier REYNAUD, Directeur Fondateur AFFILIANCE,

Plus en détail

Le marketing digital

Le marketing digital François SCHEID Renaud VAILLANT Grégoire DE MONTAIGU Le marketing digital Développer sa stratégie à l ère numérique, 2012 ISBN : 978-2-212-55343-7 Introduction Bienvenue dans un monde connecté et interactif!

Plus en détail

Le Groupe La Poste à la recherche d une performance globale

Le Groupe La Poste à la recherche d une performance globale 093-098 Lefebvre_093-098 Lefebvre 09/05/11 11:02 Page93 Le Groupe La Poste à la recherche d une performance globale DES TÉMOIGNAGES DE DIRIGEANTS D ENTREPRISE Moderniser sans se renier. C est en suivant

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

Le marché ISR français en 2009

Le marché ISR français en 2009 Le marché ISR français en 2009 Anne-Catherine Husson-Traore Directrice Générale Dominique Blanc Responsable de la recherche ISR 19 mai 2010 Panel et méthodologie Travail d enquête réalisé auprès de chacun

Plus en détail

Dossier de Partenariat

Dossier de Partenariat L Entrepreneuriat des jeunes en milieu rural Partenaire officiel Sponsor officiel Dossier de Partenariat CONTEXTE Au niveau mondial, l Organisation Internationale du Travail publia le 12 août 2010, jour

Plus en détail

THEME 5 DEVELOPPER LES OUTILS FINANCIERS ALTERNATIFS : MONNAIES COMPLEMENTAIRES, INVESTISSEMENT CITOYEN, EPARGNE SOLIDAIRE, BANQUES ETHIQUES

THEME 5 DEVELOPPER LES OUTILS FINANCIERS ALTERNATIFS : MONNAIES COMPLEMENTAIRES, INVESTISSEMENT CITOYEN, EPARGNE SOLIDAIRE, BANQUES ETHIQUES THEME 5 DEVELOPPER LES OUTILS FINANCIERS ALTERNATIFS : MONNAIES COMPLEMENTAIRES, INVESTISSEMENT CITOYEN, EPARGNE SOLIDAIRE, BANQUES ETHIQUES CONSTRUIRE UNE FINANCE ALTERNATIVE 1 Sommaire Table des matières

Plus en détail

CONFÉRENCE SOCIALE 2015

CONFÉRENCE SOCIALE 2015 CONFÉRENCE SOCIALE 2015 SOMMAIRE LA DÉLÉGATION DE LA CFDT RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Intervention de Laurent Berger TABLE-RONDE 1 La sécurisation des parcours professionnels et la création

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2008 Assemblée Nationale Commission des finances, de l'économie générale et du plan MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

microcrédit en ligne Microcrédit en ligne

microcrédit en ligne Microcrédit en ligne microcrédit en ligne Microcrédit en ligne Qu'est-ce que? (solidarité + entrepreneuriat) x web = (www.veecus.com) est une plateforme de microcrédit en ligne lancée au début de l année 2009. En latin, veut

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE 161 (2014-2015) N o 1 161 (2014-2015) N o 1 PARLEMENT DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE Session 2014-2015 17 JUILLET 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION VISANT LE SOUTIEN ET LE DÉVELOPPEMENT DU CROWDFUNDING EN FÉDÉRATION

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

Campagne de financement participatif - comment on fait?

Campagne de financement participatif - comment on fait? Campagne de financement participatif - comment on fait? Comment réussir une collecte de fonds sur une plateforme de crowdfunding? Bien préparer sa collecte et évaluer son potentiel de financement Trouver

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Sommaire 22.08.2011 AG PME Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Au Delà Du Profit : philosophie d'une entreprise française

Plus en détail

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements

La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements La Planification Financière Fiscale Personnelle (PFFP) A nouveaux enjeux nouveaux comportements Intervenants Véronique AUDRAIN Consultante Serge ANOUCHIAN Expert-comptable Sommaire Le contexte La mission

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

Bienvenue à notre réunion

Bienvenue à notre réunion Bienvenue à notre réunion Quelle Allocation d Actifs dans l environnement actuel compte tenu de la baisse inéluctable du rendement de l actif général des compagnies d assurances (fonds en ) Jean Marc DIEHL

Plus en détail

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) RESSOURCES Épargne bancaire 4 690 Épargne solidaire 1 718 675 1 042 Livrets, OPCVM, Contrats d assurance-vie, 2 577 Épargne salariale

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative de finance responsable.

Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative de finance responsable. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Initiative de finance responsable. La Foncière Terre de Liens Laura Loffler Janvier 2013 Majeure Alternative Management HEC Paris

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

La génese. Ainsi est né Biilink, la marketplace sociale des startups!

La génese. Ainsi est né Biilink, la marketplace sociale des startups! Uno dos PRESS Page 1 La génese Lancé il y a maintenant plus d un an, Biilink s est d abord auto-défini comme le réseau social de l initiative et de l entraide féminine. A travers un fonctionnement type

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail