Comportement dilatométrique de mortiers de chaux pour la restauration

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comportement dilatométrique de mortiers de chaux pour la restauration"

Transcription

1 Comportement dilatométrique de mortiers de chaux pour la restauration Application à la durabilité des ré-assemblages de pierres fissurées Jean-Didier Mertz* Mikaël Guiavarc h* Paolo Pagnin** * Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques 29 rue de Paris F-7742 Champs sur Marne ** Entreprise LITHOS SNC Castello 877 I-3122 Venise RÉSUMÉ. La resolidarisation de pierres fissurées à l aide de mortiers et coulis constitue une problématique majeure en restauration. Les critères de sélection des produits se fondent sur des paramètres chimiques (faible teneur en sels solubles), pétrophysiques et mécaniques (absorption d eau, porosité, module d élasticité, résistance en compression ou en traction, adhérence, dureté). Pour des situations environnementales en climat semi-aride où les pierres sont soumises à de forts gradients thermiques et hygriques, d autres propriétés doivent être considérées car les solutions techniques validées en climat tempéré peuvent être moins durables ou inadaptées. Plusieurs recherches soulignent l importance des processus dimensionnels comme source potentielle de dommage, capable de fragiliser les matériaux et à terme, d initier des désordres irréversibles. Le développement d une méthode de mesure de la dilatation hygrique et thermique est présenté. Elle constitue un puissant moyen d évaluation du comportement dynamique des milieux poreux dans le cadre d une recherche de compatibilité durable d éléments ré-assemblés. L approche permet d argumenter la sélection de micromortiers pour le traitement des pierres fissurées des sites archéologiques de Djemila (Algérie) et Volubilis (Maroc). ABSTRACT. Reassembling of fissured stone with mortar and grout is a major problem in stone restoration work. The current criteria for a selection of products are related to chemical (soluble salts), petrophysical and mechanical properties (absorption of water, Revue. Volume X n x/année, pages 1 à X

2 Revue. Volume X n x/année 2 porosity, elasticity modulus, mechanical resistance in compression or traction, adherence, hardness). Because stones are subjected to high hygric and thermal gradients in semi-arid environment conditions, other properties must be considered because validate technical solutions could be less durable or unsuitable. Many researches lead to the importance of dilation as a source of weakness and no-reversible damage. The set up of a new method related to thermal and hygric dilation measurements is presented. Dilation behaviour of porous media and mortars is a significant method to assess the durable compatibility of reassembled stones. The research is applied to the practical treatment of cracked limestones in the archaeological sites of Djemila (Algeria) and Volubilis (Morocco). MOTS-CLÉS: dilatation hygrique, dilatation thermique, contraintes environnementales, fissures, compatibilité, durabilité, micromortier de chaux, coulis d injection, calcaires, sites archéologiques KEYWORDS: hygric dilation, thermal dilation, environmental stresses, cracks, compatibility, durability, lime mortar, injection grout, limestones, ancient archaeological sites 1. Introduction Tous des matériaux poreux du patrimoine architectural bâti sont soumis à des sollicitations environnementales qui déterminent leur degré d altération (Winkler, 1987 ; Brimblecombe et al., 23). Les modifications physiques qui en découlent, dues aux variations de température et d humidité (Snethlage et al., 1997 ; Weiss et al., 24 ; Benavente et al., 28), traduisent inéluctablement une fatigue et conduisent à des déformations irréversibles (fissures) dont le développement est contrôlé par les caractères pétrographiques et les propriétés physiques des matériaux. Sur les édifices, aux fluctuations thermiques s ajoutent les variations d humidité qui s expriment d abord par physisorption puis pour un taux de saturation en eau plus élevé, par transfert d eau liquide. Les pressions capillaire et osmotique contribuent à déformer les milieux poreux et à modifier la structure des minéraux sensibles à l humidité (Delgado-Rodrigues, 21 ; Sebastian et al., 28 ; Benavente et al., 28). Lors d une variation d humidité, le comportement dilatométrique global résulte des propriétés microstructurales du réseau poreux, de sa connectivité et de la distribution des pores. La présence de minéraux argileux gonflants est un facteur aggravant voire déterminant, et a une incidence majeure sur l importance de la dilatation (Félix, 1983 ; Mertz, 27 ; Sébastian et al., 27 ; Franzini et al., 27 ; Jimenez-Gonzales et al., 28). La déformabilité des pierres résulte ainsi davantage de la sensibilité structurale de ces phases aux variations d humidité que des propriétés cristallographiques des minéraux, dont les caractéristiques ne sont pas directement impliquées dans le processus d expansion-contraction. L effet de la température sur les pierres a été largement étudié (Copper et al., 1977 ; Zezza, 198 ; Sengar, 199 ; Siegesmund et al., 2 ; Ondrasina et al, 22 ; Weiss et al., 24). C est le cas des marbres qui se caractérisent par une dilatation souvent élevée due aux propriétés tensorielles de la calcite. Selon l orientation

3 Comportement dilatométrique des mortiers 3 spatiale de ses axes cristallographiques (Rosenholtz et al., 1949 ; Kleber, 199 ; Gascon et al., 1986), les marbres et calcaires marbriers peuvent acquérir un degré d anisotropie marqué et présenter d importantes déformations. Ces caractéristique détermine des dilatations volumiques différentes selon la taille, l agencement et la proportion des espèces minérales. Des recherches menées sur des pâtes cimentaires (Meyers, 19 ; Zoldners, 1972) suggèrent que le coefficient de dilatation thermique des matériaux poreux est une fonction non linéaire de l état d humidité interne des réseaux de pores. Cette dépendance (Zachary et al., 27), incite a considérer séparément les sollicitations hydrique et thermique pour évaluer la stabilité des matériaux dans le cadre d une recherche de compatibilité. Les recherches visant à appréhender la compatibilité d une pierre et d un mortier (Bromblet, 2 ; Al-Saad et al., 21 ; Binda et al., 23) ou définir des critères raisonnables de durabilité d assemblages pierre-pierre (Winkler, 1986 ; Dessandier et al., 2) sont nombreuses. L adaptation d une composition de mortier de réparation, de rejointoiement ou d injection reste un domaine d investigation permanent qui justifie pleinement l activité du comité RILEM TC-COM 167 Repair Mortars for Historical Masonry. Les recommandations professionnelles mettent l accent sur certaines propriétés rhéologiques, les méthodes de contrôle ou les conditions d application et de mise en œuvre à respecter. Outre les performances mécaniques des mortiers, d autres auteurs (Knöfel et al., 1993 ; Sasse et al., 1996, Maurenbrecher et al., 27) soulignent l importance de considérer les paramètres de dilatation. La présente étude a pour objectif d évaluer la pertinence du comportement dimensionnel de matériaux soumis à une contrainte thermohydrique comme facteur d aide à la décision pour la sélection d un mortier adapté. Elle est appliquée à deux pierres calcaires de construction provenant des sites antiques de Djémila (Algérie) et Volubilis (Maroc). 2. Contexte climatique des sites Classés au patrimoine mondial de l humanité par l Unesco respectivement en 1982 et 1987, les sites antiques de Djémila et Volubilis constituaient des places fortes prospères, étendues sur plusieurs dizaines d hectares. La fracturation des pierres de construction est omniprésente, d origine anthropique, liée aux sollicitations atmosphériques (gélifraction, dissolution, desquamation) ou à l instabilité du sol. Elle représente la forme d altération commune aux sites, dont le traitement est nécessaire sous peine de perdre nombre de ces témoignages archéologiques. A Volubilis mais surtout à Djémila situé dans une région de plateaux élevés à 1 m d altitude, les variations des températures diurnes et saisonnières sont plus contrastées que celles enregistrées en Europe. Des suivis micro climatiques menés en périodes chaude et froide sur une durée d un mois ont révélé des gradients

4 Revue. Volume X n x/année 4 de température journaliers de plus de 3 C à la surface des pierres, tandis que des épisodes de condensation se produisent même en période estivale. 3. Matériaux 3.1. Substrats pierreux Les pierres étudiées correspondent à deux faciès extrêmes : un calcaire dur et un calcaire tendre, tous deux affectés par une fissuration prononcée d origine différente. La principale pierre de construction à Djémila (Dj) est un calcaire marbrier dense et dur, d âge Sénonien supérieur (Dessandier et al., 28a). Constituée de calcite micritique et dépourvue de minéraux argileux, elle est parcourue par plusieurs générations de fractures d origine tectonique, généralement colmatées par de fins remplissages calciques et d oxydes de fer d épaisseur compris entre 1 et mm. Ces remplissages suggèrent une croissance syntaxiale par rapport aux épontes des fissures. Sur les blocs appareillés, la fissuration résultant ou non des effets du gel, se développe dans deux directions principales, soit le long ou à l interface entre le remplissage et la matrice mettant en évidence un plan de faiblesse (fig.1), soit dans une direction verticale qui résulte d une contrainte en compression ou en flexion. D autres situations suggèrent une origine anthropique de la fissuration, attribuée à la reconstruction partielle du site. Ces fissures verticales s expriment parallèlement ou perpendiculairement au litage. Selon les faciès, cette pierre présente une porosité comprise entre. et 3% (NF EN 1936), une surface spécifique de m2.g-1, un coefficient de saturation en eau de (NF B1-4) et une résistance mécanique en compression élevée comprise entre et 216 MPa (NF EN 1926). La pierre provenant du site de Volubilis (V) a été utilisée pour la construction de nombreuses habitations de taille modeste. L altération se développe sur toutes ses faces indépendamment du litage, sous la forme de cupules desquamées ou de plaques concentriques qui concourt à la ruine des blocs (fig.2). Ces altérations soulignent la prépondérance des contraintes externes atmosphériques sur l hétérogénéité naturelle de la pierre dans le développement de la fissuration. C est une calcarénite molassique d origine locale, fine et tendre, riche en éléments terrigènes et d âge Miocène (Dessandier et al., 28b). Composée de nombreux bioclastes et débris coquilliers, la pierre est constituée d environ 7% de calcite micritique, de grains de dolomie, d apatite et d argiles. Le cortège argileux est formé de kaolinite, d illite et majoritairement de smectite présentant un caractère gonflant qui justifie la surface spécifique élevée de la pierre (3.6 m2.g-1). Poreux (36%), ce faciès très capillaire se caractérise par un coefficient de saturation de.98 et de faibles propriétés mécaniques qui n excèdent pas 12 MPa en compression uniaxiale.

5 Comportement dilatométrique des mortiers Figure 1. Djémila, mur d enceinte du Figure 2. Volubilis, Thermes de Temple Septimien. Localisation de la Gallienus. Altération en boule et fissuration dans les veines calcitiques. desquamation de la molasse Mortiers et coulis La diversité des pierres naturelles rend difficile l élaboration d une gamme de mortiers dont toutes les caractéristiques seraient parfaitement concordantes à celles des pierres. Henriques (24) a proposé une liste de propriétés et d exigences auxquelles doivent satisfaire les mortiers dans un souci de compatibilité : - faible absorption d eau et surtout, évaporation et transfert d eau vapeur élevés ; - résistance mécanique et module élastique plus faibles que ceux de la pierre ; - retrait minimal et bonne adhérence au substrat ; - teneur en sel soluble aussi faible que possible ; - stabilité dimensionnelle similaire à celle de la pierre. La sélection des mortiers repose d une part sur la nécessité d intégrer des produits artisanaux facilement réalisables in situ et d autre part, sur des formulations éprouvées dont l injectabilité et les propriétés mécaniques sont adaptées au traitement des fissures (Kalagri et al., 21). Le choix des mortiers s est porté sur des produits traditionnels à base de chaux et des produits pré-dosés, optimisés pour des applications spécifiques en Europe (tableau 1).

6 Revue. Volume X n x/année 6 Dénomination Mortier CL Mortier NHL PLM-M LEDAN TA1 Composition Chaux hydratée, pouzzolane, poudre de calcaire, adjuvant* Chaux hydratée, pouzzolane, poudre de calcaire, adjuvant* Mélange de chaux hydrauliques, silice micronisée Mélange de chaux hydrauliques, poudre de silice, pouzzolane naturelle, adjuvant* Rapport eau/liant ~1 ~ Teneur Cl-/SO42(%) nm nm.1/2 nm Résistance en compression (MPa) ** 13** Adhérence (MPa) <. <.8 nm 1.4** MVA (kg.m3)*** φhg (%)*** <r> (µm)*** Ssp (m²g-1)*** Usage Mortier de comblement Mortier de comblement Coulis d injection Coulis d injection Tableau 1. Caractéristiques des mortiers et coulis d injection. nm : non mesuré ; * : proportion massique des constituants des mortiers : 71/199/112 g pour. ml du superplastifiant Glenium 1 (BASF) ; ** : selon fiches techniques (3w.kremerpigmente.com) ; *** : MVA masse volumique apparente ; φhg porosité ouverte au mercure ; <r> et Ssp, rayon moyen de pore et surface spécifique calculés en porosimétrie au mercure. 4. Méthode 4.1. Mesure de la dilatation Si la dilatation volumique revêt un intérêt particulier puisqu elle rend compte de phénomènes globaux pour lesquels les directions de mesures sont essentielles, il est plus fréquent de mesurer des variations de longueur suivant une direction donnée qui renseigne mieux sur l hétérogénéité dilatométrique des matériaux anisotropes.

7 Comportement dilatométrique des mortiers 7 Dans son article de synthèse, Baudran (1969) expose les principes théoriques de la dilatation et ses relations avec la composition et la structure. Pour des conditions isothermes et pour un état d adsorption de vapeur d eau à l équilibre correspondant à une variation d humidité relative HR, la dilatation hygrique linéaire ε d un solide poreux s écrit sous la forme : ε = L/L [1] Pour des conditions d humidité constantes, le coefficient de dilatation thermique linéaire α s écrit : α = L/(L. T) [2] avec : L la longueur initiale de l éprouvette, L la variation de longueur, T le gradient de température exprimé en K Conditions expérimentales Les mesures de la dilatation hygrique et thermique ont été effectuées sur le même banc dilatométrique. Il est constitué de capteurs de déplacements LVDT (linear variation differential transformer) de résolution infinie et d une précision comprise entre.3 et.37µm, montés sur un châssis en acier (fig.3). La température (T) et l humidité relative (HR) sont enregistrées grâce à une sonde Pt1 et une sonde capacitive d humidité relative (HIH4). Le banc, placé dans une enceinte climatique contrôlée en température ( 1 à + C), est connecté à une centrale d acquisition pilotée par informatique. La linéarité des capteurs (.2%) a été optimisée sur une fraction de l étendue de mesure (±4 mm) grâce à une cale étalon d épaisseur 1 µm raccordée au National Institute of Standard Technology (NIST). La dérive des capteurs en conditions isothermes (±.1 C) est inférieure à 1µm sur une durée de 12 jours (fig.4).,8,4 Dérive (µm) Temps (h), ,4 -,8-1,2-1,6-2, Figure 3. Vue du banc de mesure dilatométrique. Figure 4. Suivi de la stabilité des capteurs.

8 Revue. Volume X n x/année , , , Temps (jours) 4 9 Humidité relative (%) 23 7 Température ( C) Humidité relative (%) , Figure. Contrôle des conditions d humidité ( ) imposées lors d un cycle de dilatation hygrique isotherme. 3 Température ( C) 1 1 Temps (jours) Figure 6. Evolution de la température ( ) de l humidité relative à l intérieur de l enceinte pour un gradient de température de 4 C. La variation d humidité lors des essais est contrôlée par du silicagel (~%HR) puis par une solution sursaturée de sulfate de potassium (K2SO4) générant une atmosphère de 97% d humidité relative à 2 C (fig.). Ce gradient d humidité n introduit aucune variation significative du signal délivré pour des conditions isothermes d étalonnage à vide, ce qui permet d attribuer sans autre correction la réponse des capteurs à la déformation hygrique des matériaux. Les mesures de dilatation thermique sont réalisées pour une gradient de température de 4 C. La durée nécessaire pour atteindre l équilibre en température entre les paliers à et 4 C est de 12 heures. Le contrôle de l humidité relative à l intérieur de l enceinte au cours de ce cycle met en évidence une faible variation de l humidité relative qui n excède pas 2% (fig.6). La dilatation du châssis en acier, support des capteurs, constitue une source d erreur importante à cause de sa propre dilatation. Elle est déterminée lors d un essai préalable à blanc avec des barreaux étalons en invar de même hauteur que les éprouvettes. Cette correction permet de calculer l expansion thermique Léch des échantillons soumis à une différence de température T : Léch = ( Léch xinvar) mesuré + Linvar avec : Léch mesuré l expansion mesurée de l échantillon, xinvar mesurée du barreau en invar et α invar = 1,.1-6 K-1. [3] mesuré l expansion Les éprouvettes étant des carottes cylindriques ou des parallélépipédiques rectangles de 6 mm de hauteur, la reproductibilité est assurée pour chaque matériau par le test d un lot statistique d au moins quatre éprouvettes.

9 Comportement dilatométrique des mortiers 9. Résultats et interprétation L évolution dilatométrique des matériaux est enregistrée au cours d un cycle unique marqué par le passage jusqu à stabilisation d un équilibre hygométrique de à 97% d humidité relative, et de à 4 C pour les sollicitations thermiques. Le comportement thermohygrique des pierres est très contrasté et opposé. Insensible à l humidité, le faciès dur et peu perméable Dj (k~1-17m²) traduit un état de compaction caractérisé par des points de contact grain/grain nombreux et de petite taille, propices au transfert de chaleur et à une expansion thermique élevée. Le faciès tendre est au contraire très réactif à l humidité et montre une expansion hygrique élevée comprise entre,8 et,7.1-3 (fig.7), plus importante suivant la direction perpendiculaire aux plans stratigraphiques. Cette différenciation est attribuée à la répartition préférentielle des minéraux smectitiques gonflants suivant le litage. Ce comportement opposé des deux faciès de pierre souligne la dualité entre les effets de structure et de la minéralogie dans les processus de dilatation. 1 9 Vv 8 Vh,6, 6,4,3 4,2 3 Dj6 Dj,1 -, T( C) - HR(%), Temps (h) Figure 7. Suivis hygriques des faciès durs (Dj, Dj6) et des faciès poreux et argileux (V). Vv : perpendiculaire au litage ; Vh parallèle au litage. Expansion thermique (µm) Dilatation hygrique (1-3 ),8 3 2 Dj 3 1 Dj Vv 1 Vh 1 Température ( C), Temps (h) Figure 8. Dilatations thermiques comparatifs entre les faciès durs (Dj, Dj6) et les faciès poreux argileux (Vv et Vh). Les propriétés d expansion hygrique des mortiers et coulis (fig.9 et 1) se différencient également en fonction de leur caractéristiques microstructurales. Les mortiers artisanaux à base de chaux (CL, NHL) présentent des surfaces spécifiques non négligeables dues à la finesse des chaux et à l adjonction de pouzzolanes. Elles restent moins élevées que celles des coulis prêt-à-l emploi adjuvantés avec une charge de la silice micronisée qui accroît encore les surfaces externes (>1m².g-1). En comblant les espaces vides intergranulaires, ces ajouts réduisent de manière significative le rayon moyen de pore (cf. tableau 1) des produits. Soumis à des gradients d humidité élevés et conformément à la loi de Kelvin, les coulis sont d autant plus sensibles à l adsorption de vapeur qu ils sont plus microporeux.

10 Revue. Volume X n x/année 2 1,7 1, 8 1, 1, ,7, 4,2 3 NHL CL -,2 -, Temps (h) 3 3 T( C) - HR(%) -3 ) PLM 8 1,2 7 1 LEDAN 6,7, 4, ,2 1 -, 4 Figure 9. Dilatométrie hygrique des mortiers de chaux CL et NHL. T( C) - HR(%) 1 1,7 Dilatation hygrique (1 Dilatation hygrique (1-3 ) Temps (h) Figure 1. Dilatométrie hygrique des coulis PLM et LEDAN. Ces relations se traduisent par une dilatation hygrique très élevée du coulis PLM, qui se singularise du produit Ledan non seulement par sa cinétique d adsorption mais aussi par sa dilatation finale. La corrélation inversement proportionnelle entre la surface spécifique et le rayon de pore justifie l expansion hygrique des produits. 6 4 NHL Temps (h) Figure 11. Dilatation thermique comparative des mortiers de chaux CL et NHL (o : température) 4 PLM LEDAN Expansion thermique (µm) Température ( C) 4 CL Température ( C) Expansion thermique (µm) Temps (h) Figure 12. Expansion thermique des coulis PLM-M et LEDAN (o : température). Le comportement à la température suggère de grandes différences entre les mortiers et les coulis. Les produits prêt-à-l emploi, plus compétents, acquièrent une dilatation finale modérée ( à K-1) du même ordre de grandeur que celle des pierres naturelles. Les mortiers artisanaux (fig.11) se caractérisent par une dilatation plus élevée et une cinétique plus lente. Cette réponse plus progressive peut être

11 Comportement dilatométrique des mortiers 11 attribuée à la moindre cohésion interne des mortiers, réduisant le transfert de chaleur par contact aux joints de grains DJ Dilatation thermique Seuil hygrothermique ( C) 12 α th (1-6 / K) DJ LEDAN PLM NHL CL V 6 4 DJ6 Vh 2 Vv 4 2 Dj CL NHL LEDAN PLM V,2,4,6,8 1 1,2 1,4-3 Dilatation hygrique ε hyg (1 ) 1,6 1,8 2 Figure 13. Coefficients de dilatation des pierres et produits étudiés. Figure 14. Seuil de sensibilité hygro-thermique des matériaux. L analyse des coefficients de dilatation thermique et hygrique pour un gradient HR de 97% renseigne de manière pertinente sur le degré de compatibilité théorique des mortiers et coulis étudiés avec les pierres (fig.13). Cependant, dans les conditions naturelles, les changements de température et d humidité ne s exercent pas de manière équivalente en fréquence et en amplitude. Dans un concept de conservation durable, l adaptation de produits candidats au comblement des fissures peut être approchée par un seuil de sensibilité, valeur pour laquelle les déformations induites par les variations de température et d humidité sont identiques (fig.14). Les produits traditionnels à base de chaux sont particulièrement sensibles dès que le gradient de température atteint à C ; à l inverse, les coulis pré-dosés mais aussi la calcarénite (V) sont surtout réactifs à l humidité compte tenu des conditions climatiques à Djémila et Volubilis. 6. Conclusion L influence de la température et de l humidité relative a été caractérisée sur le comportement dimensionnel de produits susceptibles d être utilisés pour le traitement des fissures. Le développement d une méthode de mesure de la dilatation permet de quantifier ces paramètres physiques essentiels pour prévoir la tenue des ré-assemblages de pierres. La méthode constitue en ce sens un outil d aide à la décision pour valider des choix pratiques. Suivant la réponse dimensionnelle des matériaux, les valeurs de dilatation se corrèlent bien avec certains paramètres

12 Revue. Volume X n x/année 12 structuraux ou minéralogiques des matériaux. Néanmoins, en considérant que les matériaux poreux inorganiques répondent à la loi de Hooke en cas de dilatation bloquée, les interfaces seront le siège d une accumulation de contraintes. Une caractérisation des sollicitations qui pourraient se concentrer aux interfaces pierre/mortier s avère nécessaire afin de vérifier l évolution de l adhérence des produits en conditions dynamiques. Remerciements : La recherche a été soutenue dans le cadre du programme européen de recherche MEDISTONE n 124 FP6-INCO-MPC2. 7. Bibliographie Al-Saad Z. et Abdel-Halim M.A.H., «Laboratory evaluation of various types of mortars for the conservation of Qsar al-bint monument, Petra-Jordan», Engin. Structures, vol.23, 21, p Baudran A., «Conception et réalisation d un dilatomètre absolu enregistreur pouvant fonctionner à haute température en atmosphère controlée. Utilisation pour l étude du comportement de minéraux argileux» Bull. Soc. Franç. de Céramique,n 82, 1969, p. 348 Benavente D., Cultrone G. et Gomez-Heras M., «The combined influence of mineralogical, hygric and thermal properties on the durability of porous building stones» Eur. J. Mineral., 2, 28, p Binda L., Baronio G., Marrochino E. et Vaccaro C., «Chemical and mineralogical characterization of historic mortars in Ferrara (northeast Italy)», Cement and Concrete Research, vol.34, 24, p Brimblecombe P. et Camuffo D., «Long term damage to the built environment» In Brimblecombe P. editor. The effect of air pollution on the built environment. Air Pollution Reviews London : Imperial College Press, 23, p.1-3 Bromblet P., «Evaluation of the durability and compatibility of traditional repair lime-based mortars on three limestones» International Journal for Restoration of Buildings and Monuments, vol 6, n, 2, p Cooper H.W. et Simmons G., «The effect of cracks on the thermal expansion of rocks», Earth and Planetary Science Letters, v.36, 1977, p Delgado-Rodriguez J., «Swelling behaviour of stones and its interest in conservation». Materiales de Construccion, vol.1, n , 21, p Dessandier D., Bromblet P. et Mertz J-D., «Durability of tuffeau stone in buildings : influence of mineralogical composition and microstructural properties». 9th Int. Congress on Deterioration and Conservation of Stone, Venice, Ed. V. Fassina, Elsevier, vol.1, 2, p.69-78

13 Comportement dilatométrique des mortiers 13 Dessandier D., Antonelli F., Hamiane M., Khalfallah C., Lazzarini L., Leroux L., Riache C., Taoutaou H. et Varti-Matarangas M., «Atlas of the ornamental and building stones of Djemila ancient site (Algeria)». BRGM/RP-6277-FR, 28a, 171 p Dessandier D., Antonelli F., Bouzidi R., El Rhoddani M., Kamel S., Lazzarini L., Leroux L. et Varti-Matarangas M., «Atlas of the ornamental and building stones of Volubilis ancient site (Morocco)». BRGM/RP-39-FR, 28b, 166 p Félix C., «Sandstone linear swelling due to isothermal water sorption», in Materials Science and Restoration, edited by F.H. Wittmann, Tech. Akademic Esslingen, Ostfildern, 1983, p.3-31 Franzini M., Leoni L., Lezzerini M. et Cardelli R., «Relation-ship between mineralogical composition, water absorption and hygric dilatation in the Macigno sandstones from Lunigiana (Massa, Tuscany)», Eur. J. Mineral., 19, 27, p Gascon F. et Balbas M., «Modelo tensorial en la dilatacion lineal termica anisotropa de marmoles», Bol. Geol. y Minero de España, 97/6, 1986, p Henriques F. M. A., «Replacement mortars in conservation: an overview». In: Proceedings of the 1th international congress on deterioration and conservation of stone, Stockholm, June27-July2 24, Ed. D. Kwiatkowski and R. Löfvendahl, vol. II, 24, p Jimenez-Gonzalez I. et Scherer G.W., «Evaluating the potential damage to stones from wetting and drying cycles», in Measuring, Monitoring and Modeling Concrete Properties, ed. M.S. Konsta-Gdoutos, Springer, Netherlands, 26, p Jimenez-Gonzalez I., Rodriguez-Navarro C. et Scherer G.W., «Role of clay minerals in the physicomechanical deterioration of sandstone», J. of Geophys. Research, vol. 113, 28, F221, doi:1.129/27/jf84 Kalagri A., Miltiadou-Fezans A and Vintzileou E., «Design and evaluation of hydraulic lime grouts for the strengthening of stone masonry historic structures», Materials and Structures, vol.44, 21, sous presse Kleber W., Einführung in die Kistallographie, VEB Verlag Technik, 199, Berlin Knöfel D. et Schubert P., Mörtel und Steinergänzungsstoffe in der Denkmalpflege, Berlin, 1993 Lubelli B., van Hees R.P.J., Huinink H.P. et Groot C.J.W.P., Irreversible dilation of NaCl contamined lime-cement mortar due to crystallization cycles, Cement and Concrete Research, 36, (4), 26, p Maurenbrecher A.H.P., Trischuk K., Rousseau M.Z. et Subercasseaux M.I., «Les mortiers de rejointoiement pour la conservation des maçonneries anciennes». Rapport de recherche 22, mars 27, Institut de recherche en construction et CNRC, Ottawa (Canada), KIA OR Mertz J.-D., «Salt damage, dilation and actual practices in sandstone conservation», Dombaumeistertagung Symposium Strasbourg 26, Bull. OND, 27, p Meyers S.L., «Thermal expansion characteristics of hardened cement paste and of concrete». Proc. Of the Highway Res. Bd., 3, 19, p.193

14 Revue. Volume X n x/année 14 Ondrasina J., Kichner D. et Siegesmund S., «Freeze-thaw cycles and their influence on marble deterioration: a long-term experiment», Geological Society of London, Special Publications, 2, 22, p.9-18 Rozenholtz J.L. et Smith D.Z., «Linear thermal expansion of calcite, var. Iceland spar and Yule marble», American Mineralogist, 34 (II), 1949, p Ruedrich J., Seidel M., Rothert E. et Siegesmund S., «Length changes of sandstones caused by salt crystallisation». Prikryl R. & Smith B.J. (Eds), Building Stone Decay : From Diagnosis to Conservation. Geological Society, London, Special Publications, 271, 27, p Sasse H.R. et Snethlage R., «Methods for evaluation of stone conservation treatments», In : Saving our architectural heritage : the conservation of historic stone structures, Ed. by N.S. Baer and R. Snethlage ; report of the Dahlem workshop, Berlin, March 3-8, 1996, p Sengar P.B.S., «Some aspects of the conservation of the Taj Mahal», Intern. Seminary on Stone Conservation, 199, New Delhi. Sebastian E., Cultrone G., Benavente D., Rodriguez-Navarro C. et Linares L., «Swelling damage in clay-rich sandstones used in Cultural Heritage», J. Cult. Herit, 9, 28, p.6676 Siegesmund S., Ullemeyer K., Weiss T. et Tschegg E.K., «Physical weathering of marbles caused by anisotropic thermal expansion», Int. Journ. Earth Sci., 89, 2, p Snethlage R. et Wendler E., «Moisture cycles and sandstone degradation», In : Saving our architectural heritage : the conservation of historic stone structures, Ed. by N.S. Baer and R. Snethlage, John Wiley, London, 1997, p Weiss T., Siegesmund S., Kirchner D. et Sippel J., «Insolation weathering and hygric dilatation : two competitive factors in stone degradation», Environ. Geol., vol. 46, 24, p Winkler E.M., Adurability index for stone». Association of Engineering Geologists Bulletin, vol.23, 1986, p Winkler E.M., «Weathering and weathering rates of natural stones», Envir. Geol. Water Sc., vol. 9, n 2, 1987, p Zachary C., Grasley C. et Lange D.A., «Thermal dilation and internal relative humidity of hardened cement paste», Materials and Structures, 4, 27, p Zezza U., «Effect of temperature on intergranular decohesion of the marbles», Congrès Int. sur l'altération et la Conservation de la Pierre, 198, Lausanne. Zoldners N.G., «Thermal properties of concrete under sustained elevated temperature» ACI SP-2-1, 1972, p.1-27

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT ROLES OF MICROSTRUCTURE AND MINERALOGICAL COMPOSITION OF CLAY

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Indice de Révision Date de mise en application B 01/09/2014 Cahier Technique F Profil d usage ISOLE ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, avenue du Recteur-Poincarré, 75782 Paris

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Hartwig M. Künzel, Andreas Holm (Fraunhofer Institut Bauphysik, Holzkirchen) 1. Introduction L apparition de l humidité dans

Plus en détail

ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT D ASSEMBLAGES DE MUR

ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT D ASSEMBLAGES DE MUR IX ème Colloque Interuniversitaire Franco-Québécois sur la Thermique des Systèmes 18-20 mai 2009, Lille ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique

Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique Mokhfi Takarli Laboratoire de Génie Civil et Génie Mécanique - INSA de Rennes - 20 Avenue

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Evaluation des risques liés à l humidité dans le cas d une isolation thermique par l intérieur de murs anciens : étude de cas.

Evaluation des risques liés à l humidité dans le cas d une isolation thermique par l intérieur de murs anciens : étude de cas. Evaluation des risques liés à l humidité dans le cas d une isolation thermique par l intérieur de murs anciens : étude de cas. Antoine Dugué 1, Frédéric Betbeder 1, Jérôme Lopez 1, Philippe Lagière 2 1

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Sommaire Principes d établissement de plans Formats de briques Appareillages de maçonnerie Construction

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Document Technique C&B 2012. Etat des lieux des connaissances actuelles sur le Fonctionnement Hygrothermique des matériaux biosourcés

Document Technique C&B 2012. Etat des lieux des connaissances actuelles sur le Fonctionnement Hygrothermique des matériaux biosourcés Document Technique C&B 2012 Etat des lieux des connaissances actuelles sur le Fonctionnement Hygrothermique des matériaux biosourcés 1 Sommaire Liste des Figures... 4 Liste des Tableaux... 5 1 Préface...

Plus en détail

FORMULATION DES BETONS AVEC AJOUT PAR L UTILISATION DES RESEAUX DE NEURONES

FORMULATION DES BETONS AVEC AJOUT PAR L UTILISATION DES RESEAUX DE NEURONES IV ème SNMPE, 15, 16 Mai 2012 Université M Hamed Bougara Boumerdès FORMULATION DES BETONS AVEC AJOUT PAR L UTILISATION DES RESEAUX DE NEURONES R. Rebouh 1, B. Boukhatem 2, M. Ghrici 3, S. Kenai 4 1 Laboratoire

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Friulsider KEM chemical fixings KEM Fixations chimiques Friulsider

Friulsider KEM chemical fixings KEM Fixations chimiques Friulsider Friulsider KEM chemical fixings KEM Fixations chimiques Friulsider Many different solutions for always perfect applications Beaucoup de solutions pour des applications toujours parfaites 1 2 3 4 5 6 7

Plus en détail

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites M. Ropital, T. Rogaume, D. Halm Institut Pprime, UPR 3346 CNRS, ISAE-ENSMA, Université de

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com Gestion de l humidité dans la rénovation 1 Une réhabilitation thermique implique le renforcement de l isolation Les travaux d isolation peuvent modifier le comportement hygrothermique des parois Les maîtres

Plus en détail

ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES ET CARACTERISATION EXPERIMENTALE DES MATERIAUX

ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES ET CARACTERISATION EXPERIMENTALE DES MATERIAUX CHAPITRE 1 ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES ET CARACTERISATION EXPERIMENTALE DES MATERIAUX La particularité de ce travail de recherche réside à la fois dans la manière de traiter la problématique scientifique

Plus en détail

Etude de la réparation des fissures par patch dans les réservoirs de stockage sous pression interne.

Etude de la réparation des fissures par patch dans les réservoirs de stockage sous pression interne. Etude de la réparation des fissures par patch dans les réservoirs de stockage sous pression interne. S. MEDJDOUB a, B. BACHIR BOUADJRA b, A. HOCINE a, A. BENHAMOU a a. Laboratoire Contrôles, Essais, Mesures

Plus en détail

B1 Cahiers des charges

B1 Cahiers des charges B1 Cahiers des charges B1 cahiers des charges 35 B.1 Cahiers des charges Ce chapitre contient les cahiers des charges. Pour plus d informations, nous réfèrons au paragraphe B.3. Mise en oeuvre et B.4 Détails

Plus en détail

On peut être «lourd» et agile!

On peut être «lourd» et agile! éditorial Traitements & Matériaux 412 Octobre - Novembre 2011 3 On peut être «lourd» et agile! La métallurgie est considérée comme une industrie «lourde», les traitements thermiques comme de «vieux» procédés,

Plus en détail

Monitoring et suivi du comportement des chaussées

Monitoring et suivi du comportement des chaussées Monitoring et suivi du comportement des chaussées Pierre Hornych Juliette Blanc IFSTTAR - LAMES 1/xx MONITORING ET SUIVI DU COMPORTEMENT DES CHAUSSÉES DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS ET PERSPECTIVES Introduction

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine

SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine Revue des Energies Renouvelables Vol. 11 N 4 (2008) 587 594 SARM: Simulation of Absorption Refrigeration Machine S. Kherris 1*, M. Makhlouf 1 et A. Asnoun 2 1 Laboratoire des Matériaux et des Systèmes

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

Conception de l enveloppe du bâtiment de Roxul [BEDR MC] FireWall et Roxul Plus MB

Conception de l enveloppe du bâtiment de Roxul [BEDR MC] FireWall et Roxul Plus MB CONCEPTION D ENVELOPPE DU BÂTIMENT PAR ROXUL Conception de l enveloppe du bâtiment de Roxul [BEDR MC] FireWall et Roxul Plus MB Isolant en panneau coté pour sa résistance au feu pour les bâtiments métalliques

Plus en détail

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008 3 Liants 3.1 Ciments Les ciments Portland (CEM I) et ciments Portland composés (CEM II) doivent être conformes à la norme NF EN 197-1. NOTE 1 La marque NF-Liants hydrauliques, ou son équivalent dans les

Plus en détail

Drainage de maches anti-remontée à l humidité. Pour la pose de carreaux en céramique et de pierres naturelles/dalles sur des escaliers extérieurs.

Drainage de maches anti-remontée à l humidité. Pour la pose de carreaux en céramique et de pierres naturelles/dalles sur des escaliers extérieurs. Drainage de maches anti-remontée à l humidité Pour la pose de carreaux en céramique et de pierres naturelles/dalles sur des escaliers extérieurs. Goutte par goutte, le désastre prend forme. Comme ils ne

Plus en détail

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. La cloison de doublage, aussi appelée contre-cloison ou doublage, FERMACELL est destinée à être

Plus en détail

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant.

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant. FICHE TECHNIQUE 120-1.4 07.21.13.13 1 Nom du produit ISOFOIL 2 Manufacturier ISOFOIL est fabriqué par Groupe Isolofoam, entreprise québécoise et important manufacturier de produits isolants depuis plus

Plus en détail

N09 Viaduc de Chillon

N09 Viaduc de Chillon Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes N09 Viaduc de Chillon Solution innovante en relation avec la RAG Conférence JERI

Plus en détail

conformes aux règles de l Art

conformes aux règles de l Art conformes aux règles de l Art documents de référence travaux d enduits de mortiers minéraux revêtements plastiques épais sur béton et enduits hydrauliques documents de référence mortiers d enduits minéraux

Plus en détail

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive Le marquage proprement dit A apposer sur tout produit mis sur le marché européen A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive N est pas une marque de qualité Obligatoire!

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure

Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 265 273 Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure D. Medjelekh * Laboratoire de l Architecture Bioclimatique et

Plus en détail

UTILISATIONS MURALES L ISOLATION AU NATUREL... VALEUR-R EXCEPTIONNELLE, RÉSISTANCE REMARQUABLE À L HUMIDITÉ, TRÈS GRANDE DURABILITÉ DANS LES BÂTIMENTS

UTILISATIONS MURALES L ISOLATION AU NATUREL... VALEUR-R EXCEPTIONNELLE, RÉSISTANCE REMARQUABLE À L HUMIDITÉ, TRÈS GRANDE DURABILITÉ DANS LES BÂTIMENTS VALEUR-R EXCEPTIONNELLE, RÉSISTANCE REMARQUABLE À L HUMIDITÉ, TRÈS GRANDE DURABILITÉ L ISOLATION AU NATUREL......À L EXTÉRIEUR UTILISATIONS MURALES DANS LES BÂTIMENTS ISOLANT DE POLYSTYRÈNE EXTRUDÉ MUR

Plus en détail

L ingénierie au service de la nature MC

L ingénierie au service de la nature MC L ingénierie au service de la nature MC Concerto, la fenêtre qui est testée pour l étanchéité à l air aussi bien à -30 C qu à température ambiante 20 C. Pourquoi est-il important d évaluer le degré d étanchéité

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

Agrément technique général. Association professionnelle de la construction en bottes de paille Allemagne Sieben Linden 1 D-38486 Bandau

Agrément technique général. Association professionnelle de la construction en bottes de paille Allemagne Sieben Linden 1 D-38486 Bandau No d agrément : Z-23.11-1595 INSTITUT ALLEMAND DES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION Etablissement de droit public 10 février 2006 10829 Berlin Kolonenstr. 30 L Tel. (49) 030 78730-332 Fax. (49) 030 78730-320

Plus en détail

ÉTUDE DU COMPORTEMENT À LONG TERME ET À LA FATIGUE DE SYSTÈMES D ANCRAGE DE PIÈCES MÉTALLIQUES DANS LE BÉTON

ÉTUDE DU COMPORTEMENT À LONG TERME ET À LA FATIGUE DE SYSTÈMES D ANCRAGE DE PIÈCES MÉTALLIQUES DANS LE BÉTON PROJET D INITATION À LA RECHERCHE ET AU DÉVELOPPEMENT Laboratoire LGCIE Site Coulomb 2 ÉTUDE DU COMPORTEMENT À LONG TERME ET À LA FATIGUE DE SYSTÈMES D ANCRAGE DE PIÈCES MÉTALLIQUES DANS LE BÉTON Tuteur:

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

CONTRÔLE PAR THERMOGRAPHIE INFRA-ROUGE DES DOUBLES SOUDURES AVEC CANAL CENTRAL DES GÉOMEMBRANES PLASTOMÈRES

CONTRÔLE PAR THERMOGRAPHIE INFRA-ROUGE DES DOUBLES SOUDURES AVEC CANAL CENTRAL DES GÉOMEMBRANES PLASTOMÈRES CONTRÔLE PAR THERMOGRAPHIE INFRA-ROUGE DES DOUBLES SOUDURES AVEC CANAL CENTRAL DES GÉOMEMBRANES PLASTOMÈRES CONTROL OF DOUBLE JOIN WITH CENTRAL DUCT OF PLASTOMERIC GEOMEMBRANE BY INFRARED THERMOGRAPHY

Plus en détail

Activation thermique pour le contrôle vibratoire de structures composites

Activation thermique pour le contrôle vibratoire de structures composites Activation thermique pour le contrôle vibratoire de structures composites A. Imbert a, G. L Hostis b, B. Durand b a.cetim-cermat, 21 rue du Chemnitz BP2278 68068 Mulhouse, France b LPMT, ENSISA, 11 rue

Plus en détail

Détermination du module d Young de roches anisotropes par la mesure de vitesse de propagation d ondes ultrasonores

Détermination du module d Young de roches anisotropes par la mesure de vitesse de propagation d ondes ultrasonores Détermination du module d Young de roches anisotropes par la mesure de vitesse de propagation d ondes ultrasonores Thomas LE COR 1,2, Nicolas LARCHER, Damien RANGEARD 1, Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF 4,

Plus en détail

Fabricant. 2 terminals

Fabricant. 2 terminals Specifications Fabricant Nominal torque (Nm) 65 Minimal torque (Nm) 0,63 Coil resistance - 20 C (ohms) 20 Rated current DC (A) 1 Rotor inertia (kg.m 2 ) 2.10-3 Weight (kg) 7,20 Heat dissipation continuous

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : L humidité dans les bâtiments Rédaction : Tomasini François / Etudiant ETC 3 ème année Date : Décembre 2010 Présentation Un problème abordé

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES

IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES IMPACT OF SOIL TREATMENT ON INTERNAL EROSION OF FINE COMPACTED SOILS Abdelwadoud MEHENNI 1,2, Olivier CUISINIER 1, Farimah MASROURI

Plus en détail

Analyse de la coupe d un mur extérieur : La maison R40

Analyse de la coupe d un mur extérieur : La maison R40 Analyse de la coupe d un mur extérieur : La maison R40 Par: Maïa Djambazian Catherine Nathalie Marcoux ravail présenté à Omar Bakar dans le cadre du cours ARC2301 Date: 20 novembre 2008 able des matières

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

SÉPARATEURS DE CONDENSATSS

SÉPARATEURS DE CONDENSATSS SÉPARATEURS DE CONDENSATSS ÉLIMINATION DES CONDENSATS, DE L AIR COMPRIMÉ L humidité naturellement contenue dans l air et les poussières atmosphériques aspirées par le compresseur se retrouvent après compression,

Plus en détail

Guide technique. Transferts d humidité à travers les parois. Évaluer les risques de condensation

Guide technique. Transferts d humidité à travers les parois. Évaluer les risques de condensation Guide technique Transferts d humidité à travers les parois Calcul des transports d humidité et de chaleur Règles de mise en œuvre associées GUIDE TECHNIQUE Transferts d humidité à travers les parois La

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch Parylène C Parylène D www.comelec.ch Présentation du parylène, des parylènes. Voie d obtention et conséquences. Principales propriétés Matériel de prédilection pour le médical et la pharmacologie. Exemples

Plus en détail

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines LES CAHIERS PRATIQUES Préambule La demande du client Ce document est réalisé sur la base d ateliers de travail rassemblant des entreprises

Plus en détail

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB Avis Technique 14/13-1922*V1 Annule et remplace l Avis Technique 14/13-1922 Tubes en PE-Xc Système de canalisations en PEX PEX piping system PEX Rohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

novatec PREMIUM II Le joint standard pour applications industrielles

novatec PREMIUM II Le joint standard pour applications industrielles novatec PREMIUM II Le joint standard pour applications industrielles JOINTS TEXTILES TECHNIQUES COMPENSATEURS ISOLATIONS NOUVEAUX MATERIAUX Vos exigences... sécurité accrue meilleure résistance à la température

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 1ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 21 Identification du dommage par EA de stratifiés composites chargés en statique et cyclique M. Kharoubi 1, L. Fatmi 1, A. El Mahi 2, R. EL Guerjouma

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi fautil faire attention? Eléments de diagnostic Le contexte économique et écologique actuel rend l isolation des bâtiments en rénovation incontournable.

Plus en détail

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi Col l e c t i o n T e c h n i q u e C i m b é t o n T 47 Guide de prescription des ciments pour des constructions durables Cas des bétons coulés en place Durabi ilitédurabilité Sommaire 1 - Notion de durabilité...

Plus en détail

Mesure chimique. Chemical measurement. Sonde de température Pt 1000 Inox Pt 1000 stainless steel. Ref : 703 262. Français p 1.

Mesure chimique. Chemical measurement. Sonde de température Pt 1000 Inox Pt 1000 stainless steel. Ref : 703 262. Français p 1. Mesure chimique Chemical measurement Français p 1 English p 3 Sonde de température Pt 1000 Inox Pt 1000 stainless steel Version : 6010 Mesure chimique Sonde de température Pt 1000 Inox 1 Description La

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Guide du monteur Thermostats

Guide du monteur Thermostats Refrigeration and Air Conditioning Controls Guide du monteur R E F R I G E R A T I O N A N D A I R C O N D I T I O N I N G Contenu Page Montage... 3 Thermostat KP avec sonde d ambiance... 4 Thermostat

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

L isolation extérieure dès le gros œuvre

L isolation extérieure dès le gros œuvre L isolation extérieure dès le gros œuvre L ISOLATION PAR L EXTERIEUR : SA SUPERIORITE SUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR RTh est un nouveau procédé de maçonnerie spécialement conçu pour l isolation par l

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Fiche technique Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Table des matières Page Introduction... 3 Caractéristiques techniques... 3 AVTA pour fluides neutres...

Plus en détail

Méthode d étalonnage de mini capteurs enregistreurs de température et d humidité relative pour utilisation in situ

Méthode d étalonnage de mini capteurs enregistreurs de température et d humidité relative pour utilisation in situ Cah. Tech. Inra, 2010, 70, 5-16 Méthode d étalonnage de mini capteurs enregistreurs de température et d humidité relative pour utilisation in situ Laurent Burnel 1, Audrey Alignier 1, Pierre Perrin 2 Résumé

Plus en détail

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Symposium on Innovation and Technology in The Phosphate Industry - SYMPHOS May 6-10, 2013 Agadir, Marocco La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Méthodes et Technologies

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Les solutions support d enduit mince avec isolation

Les solutions support d enduit mince avec isolation Les solutions support d enduit avec isolation Th38 SE Th38 SE FM+ Dimensions : Th38 SE : 1200 x 600 x épaisseurs 20 à 300 mm Th38 SE FM+ : 500 x 500 x épaisseurs 60 à 120 mm (autres dimensions sur consultation)

Plus en détail