Comportement dilatométrique de mortiers de chaux pour la restauration

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comportement dilatométrique de mortiers de chaux pour la restauration"

Transcription

1 Comportement dilatométrique de mortiers de chaux pour la restauration Application à la durabilité des ré-assemblages de pierres fissurées Jean-Didier Mertz* Mikaël Guiavarc h* Paolo Pagnin** * Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques 29 rue de Paris F-7742 Champs sur Marne ** Entreprise LITHOS SNC Castello 877 I-3122 Venise RÉSUMÉ. La resolidarisation de pierres fissurées à l aide de mortiers et coulis constitue une problématique majeure en restauration. Les critères de sélection des produits se fondent sur des paramètres chimiques (faible teneur en sels solubles), pétrophysiques et mécaniques (absorption d eau, porosité, module d élasticité, résistance en compression ou en traction, adhérence, dureté). Pour des situations environnementales en climat semi-aride où les pierres sont soumises à de forts gradients thermiques et hygriques, d autres propriétés doivent être considérées car les solutions techniques validées en climat tempéré peuvent être moins durables ou inadaptées. Plusieurs recherches soulignent l importance des processus dimensionnels comme source potentielle de dommage, capable de fragiliser les matériaux et à terme, d initier des désordres irréversibles. Le développement d une méthode de mesure de la dilatation hygrique et thermique est présenté. Elle constitue un puissant moyen d évaluation du comportement dynamique des milieux poreux dans le cadre d une recherche de compatibilité durable d éléments ré-assemblés. L approche permet d argumenter la sélection de micromortiers pour le traitement des pierres fissurées des sites archéologiques de Djemila (Algérie) et Volubilis (Maroc). ABSTRACT. Reassembling of fissured stone with mortar and grout is a major problem in stone restoration work. The current criteria for a selection of products are related to chemical (soluble salts), petrophysical and mechanical properties (absorption of water, Revue. Volume X n x/année, pages 1 à X

2 Revue. Volume X n x/année 2 porosity, elasticity modulus, mechanical resistance in compression or traction, adherence, hardness). Because stones are subjected to high hygric and thermal gradients in semi-arid environment conditions, other properties must be considered because validate technical solutions could be less durable or unsuitable. Many researches lead to the importance of dilation as a source of weakness and no-reversible damage. The set up of a new method related to thermal and hygric dilation measurements is presented. Dilation behaviour of porous media and mortars is a significant method to assess the durable compatibility of reassembled stones. The research is applied to the practical treatment of cracked limestones in the archaeological sites of Djemila (Algeria) and Volubilis (Morocco). MOTS-CLÉS: dilatation hygrique, dilatation thermique, contraintes environnementales, fissures, compatibilité, durabilité, micromortier de chaux, coulis d injection, calcaires, sites archéologiques KEYWORDS: hygric dilation, thermal dilation, environmental stresses, cracks, compatibility, durability, lime mortar, injection grout, limestones, ancient archaeological sites 1. Introduction Tous des matériaux poreux du patrimoine architectural bâti sont soumis à des sollicitations environnementales qui déterminent leur degré d altération (Winkler, 1987 ; Brimblecombe et al., 23). Les modifications physiques qui en découlent, dues aux variations de température et d humidité (Snethlage et al., 1997 ; Weiss et al., 24 ; Benavente et al., 28), traduisent inéluctablement une fatigue et conduisent à des déformations irréversibles (fissures) dont le développement est contrôlé par les caractères pétrographiques et les propriétés physiques des matériaux. Sur les édifices, aux fluctuations thermiques s ajoutent les variations d humidité qui s expriment d abord par physisorption puis pour un taux de saturation en eau plus élevé, par transfert d eau liquide. Les pressions capillaire et osmotique contribuent à déformer les milieux poreux et à modifier la structure des minéraux sensibles à l humidité (Delgado-Rodrigues, 21 ; Sebastian et al., 28 ; Benavente et al., 28). Lors d une variation d humidité, le comportement dilatométrique global résulte des propriétés microstructurales du réseau poreux, de sa connectivité et de la distribution des pores. La présence de minéraux argileux gonflants est un facteur aggravant voire déterminant, et a une incidence majeure sur l importance de la dilatation (Félix, 1983 ; Mertz, 27 ; Sébastian et al., 27 ; Franzini et al., 27 ; Jimenez-Gonzales et al., 28). La déformabilité des pierres résulte ainsi davantage de la sensibilité structurale de ces phases aux variations d humidité que des propriétés cristallographiques des minéraux, dont les caractéristiques ne sont pas directement impliquées dans le processus d expansion-contraction. L effet de la température sur les pierres a été largement étudié (Copper et al., 1977 ; Zezza, 198 ; Sengar, 199 ; Siegesmund et al., 2 ; Ondrasina et al, 22 ; Weiss et al., 24). C est le cas des marbres qui se caractérisent par une dilatation souvent élevée due aux propriétés tensorielles de la calcite. Selon l orientation

3 Comportement dilatométrique des mortiers 3 spatiale de ses axes cristallographiques (Rosenholtz et al., 1949 ; Kleber, 199 ; Gascon et al., 1986), les marbres et calcaires marbriers peuvent acquérir un degré d anisotropie marqué et présenter d importantes déformations. Ces caractéristique détermine des dilatations volumiques différentes selon la taille, l agencement et la proportion des espèces minérales. Des recherches menées sur des pâtes cimentaires (Meyers, 19 ; Zoldners, 1972) suggèrent que le coefficient de dilatation thermique des matériaux poreux est une fonction non linéaire de l état d humidité interne des réseaux de pores. Cette dépendance (Zachary et al., 27), incite a considérer séparément les sollicitations hydrique et thermique pour évaluer la stabilité des matériaux dans le cadre d une recherche de compatibilité. Les recherches visant à appréhender la compatibilité d une pierre et d un mortier (Bromblet, 2 ; Al-Saad et al., 21 ; Binda et al., 23) ou définir des critères raisonnables de durabilité d assemblages pierre-pierre (Winkler, 1986 ; Dessandier et al., 2) sont nombreuses. L adaptation d une composition de mortier de réparation, de rejointoiement ou d injection reste un domaine d investigation permanent qui justifie pleinement l activité du comité RILEM TC-COM 167 Repair Mortars for Historical Masonry. Les recommandations professionnelles mettent l accent sur certaines propriétés rhéologiques, les méthodes de contrôle ou les conditions d application et de mise en œuvre à respecter. Outre les performances mécaniques des mortiers, d autres auteurs (Knöfel et al., 1993 ; Sasse et al., 1996, Maurenbrecher et al., 27) soulignent l importance de considérer les paramètres de dilatation. La présente étude a pour objectif d évaluer la pertinence du comportement dimensionnel de matériaux soumis à une contrainte thermohydrique comme facteur d aide à la décision pour la sélection d un mortier adapté. Elle est appliquée à deux pierres calcaires de construction provenant des sites antiques de Djémila (Algérie) et Volubilis (Maroc). 2. Contexte climatique des sites Classés au patrimoine mondial de l humanité par l Unesco respectivement en 1982 et 1987, les sites antiques de Djémila et Volubilis constituaient des places fortes prospères, étendues sur plusieurs dizaines d hectares. La fracturation des pierres de construction est omniprésente, d origine anthropique, liée aux sollicitations atmosphériques (gélifraction, dissolution, desquamation) ou à l instabilité du sol. Elle représente la forme d altération commune aux sites, dont le traitement est nécessaire sous peine de perdre nombre de ces témoignages archéologiques. A Volubilis mais surtout à Djémila situé dans une région de plateaux élevés à 1 m d altitude, les variations des températures diurnes et saisonnières sont plus contrastées que celles enregistrées en Europe. Des suivis micro climatiques menés en périodes chaude et froide sur une durée d un mois ont révélé des gradients

4 Revue. Volume X n x/année 4 de température journaliers de plus de 3 C à la surface des pierres, tandis que des épisodes de condensation se produisent même en période estivale. 3. Matériaux 3.1. Substrats pierreux Les pierres étudiées correspondent à deux faciès extrêmes : un calcaire dur et un calcaire tendre, tous deux affectés par une fissuration prononcée d origine différente. La principale pierre de construction à Djémila (Dj) est un calcaire marbrier dense et dur, d âge Sénonien supérieur (Dessandier et al., 28a). Constituée de calcite micritique et dépourvue de minéraux argileux, elle est parcourue par plusieurs générations de fractures d origine tectonique, généralement colmatées par de fins remplissages calciques et d oxydes de fer d épaisseur compris entre 1 et mm. Ces remplissages suggèrent une croissance syntaxiale par rapport aux épontes des fissures. Sur les blocs appareillés, la fissuration résultant ou non des effets du gel, se développe dans deux directions principales, soit le long ou à l interface entre le remplissage et la matrice mettant en évidence un plan de faiblesse (fig.1), soit dans une direction verticale qui résulte d une contrainte en compression ou en flexion. D autres situations suggèrent une origine anthropique de la fissuration, attribuée à la reconstruction partielle du site. Ces fissures verticales s expriment parallèlement ou perpendiculairement au litage. Selon les faciès, cette pierre présente une porosité comprise entre. et 3% (NF EN 1936), une surface spécifique de m2.g-1, un coefficient de saturation en eau de (NF B1-4) et une résistance mécanique en compression élevée comprise entre et 216 MPa (NF EN 1926). La pierre provenant du site de Volubilis (V) a été utilisée pour la construction de nombreuses habitations de taille modeste. L altération se développe sur toutes ses faces indépendamment du litage, sous la forme de cupules desquamées ou de plaques concentriques qui concourt à la ruine des blocs (fig.2). Ces altérations soulignent la prépondérance des contraintes externes atmosphériques sur l hétérogénéité naturelle de la pierre dans le développement de la fissuration. C est une calcarénite molassique d origine locale, fine et tendre, riche en éléments terrigènes et d âge Miocène (Dessandier et al., 28b). Composée de nombreux bioclastes et débris coquilliers, la pierre est constituée d environ 7% de calcite micritique, de grains de dolomie, d apatite et d argiles. Le cortège argileux est formé de kaolinite, d illite et majoritairement de smectite présentant un caractère gonflant qui justifie la surface spécifique élevée de la pierre (3.6 m2.g-1). Poreux (36%), ce faciès très capillaire se caractérise par un coefficient de saturation de.98 et de faibles propriétés mécaniques qui n excèdent pas 12 MPa en compression uniaxiale.

5 Comportement dilatométrique des mortiers Figure 1. Djémila, mur d enceinte du Figure 2. Volubilis, Thermes de Temple Septimien. Localisation de la Gallienus. Altération en boule et fissuration dans les veines calcitiques. desquamation de la molasse Mortiers et coulis La diversité des pierres naturelles rend difficile l élaboration d une gamme de mortiers dont toutes les caractéristiques seraient parfaitement concordantes à celles des pierres. Henriques (24) a proposé une liste de propriétés et d exigences auxquelles doivent satisfaire les mortiers dans un souci de compatibilité : - faible absorption d eau et surtout, évaporation et transfert d eau vapeur élevés ; - résistance mécanique et module élastique plus faibles que ceux de la pierre ; - retrait minimal et bonne adhérence au substrat ; - teneur en sel soluble aussi faible que possible ; - stabilité dimensionnelle similaire à celle de la pierre. La sélection des mortiers repose d une part sur la nécessité d intégrer des produits artisanaux facilement réalisables in situ et d autre part, sur des formulations éprouvées dont l injectabilité et les propriétés mécaniques sont adaptées au traitement des fissures (Kalagri et al., 21). Le choix des mortiers s est porté sur des produits traditionnels à base de chaux et des produits pré-dosés, optimisés pour des applications spécifiques en Europe (tableau 1).

6 Revue. Volume X n x/année 6 Dénomination Mortier CL Mortier NHL PLM-M LEDAN TA1 Composition Chaux hydratée, pouzzolane, poudre de calcaire, adjuvant* Chaux hydratée, pouzzolane, poudre de calcaire, adjuvant* Mélange de chaux hydrauliques, silice micronisée Mélange de chaux hydrauliques, poudre de silice, pouzzolane naturelle, adjuvant* Rapport eau/liant ~1 ~ Teneur Cl-/SO42(%) nm nm.1/2 nm Résistance en compression (MPa) ** 13** Adhérence (MPa) <. <.8 nm 1.4** MVA (kg.m3)*** φhg (%)*** <r> (µm)*** Ssp (m²g-1)*** Usage Mortier de comblement Mortier de comblement Coulis d injection Coulis d injection Tableau 1. Caractéristiques des mortiers et coulis d injection. nm : non mesuré ; * : proportion massique des constituants des mortiers : 71/199/112 g pour. ml du superplastifiant Glenium 1 (BASF) ; ** : selon fiches techniques (3w.kremerpigmente.com) ; *** : MVA masse volumique apparente ; φhg porosité ouverte au mercure ; <r> et Ssp, rayon moyen de pore et surface spécifique calculés en porosimétrie au mercure. 4. Méthode 4.1. Mesure de la dilatation Si la dilatation volumique revêt un intérêt particulier puisqu elle rend compte de phénomènes globaux pour lesquels les directions de mesures sont essentielles, il est plus fréquent de mesurer des variations de longueur suivant une direction donnée qui renseigne mieux sur l hétérogénéité dilatométrique des matériaux anisotropes.

7 Comportement dilatométrique des mortiers 7 Dans son article de synthèse, Baudran (1969) expose les principes théoriques de la dilatation et ses relations avec la composition et la structure. Pour des conditions isothermes et pour un état d adsorption de vapeur d eau à l équilibre correspondant à une variation d humidité relative HR, la dilatation hygrique linéaire ε d un solide poreux s écrit sous la forme : ε = L/L [1] Pour des conditions d humidité constantes, le coefficient de dilatation thermique linéaire α s écrit : α = L/(L. T) [2] avec : L la longueur initiale de l éprouvette, L la variation de longueur, T le gradient de température exprimé en K Conditions expérimentales Les mesures de la dilatation hygrique et thermique ont été effectuées sur le même banc dilatométrique. Il est constitué de capteurs de déplacements LVDT (linear variation differential transformer) de résolution infinie et d une précision comprise entre.3 et.37µm, montés sur un châssis en acier (fig.3). La température (T) et l humidité relative (HR) sont enregistrées grâce à une sonde Pt1 et une sonde capacitive d humidité relative (HIH4). Le banc, placé dans une enceinte climatique contrôlée en température ( 1 à + C), est connecté à une centrale d acquisition pilotée par informatique. La linéarité des capteurs (.2%) a été optimisée sur une fraction de l étendue de mesure (±4 mm) grâce à une cale étalon d épaisseur 1 µm raccordée au National Institute of Standard Technology (NIST). La dérive des capteurs en conditions isothermes (±.1 C) est inférieure à 1µm sur une durée de 12 jours (fig.4).,8,4 Dérive (µm) Temps (h), ,4 -,8-1,2-1,6-2, Figure 3. Vue du banc de mesure dilatométrique. Figure 4. Suivi de la stabilité des capteurs.

8 Revue. Volume X n x/année , , , Temps (jours) 4 9 Humidité relative (%) 23 7 Température ( C) Humidité relative (%) , Figure. Contrôle des conditions d humidité ( ) imposées lors d un cycle de dilatation hygrique isotherme. 3 Température ( C) 1 1 Temps (jours) Figure 6. Evolution de la température ( ) de l humidité relative à l intérieur de l enceinte pour un gradient de température de 4 C. La variation d humidité lors des essais est contrôlée par du silicagel (~%HR) puis par une solution sursaturée de sulfate de potassium (K2SO4) générant une atmosphère de 97% d humidité relative à 2 C (fig.). Ce gradient d humidité n introduit aucune variation significative du signal délivré pour des conditions isothermes d étalonnage à vide, ce qui permet d attribuer sans autre correction la réponse des capteurs à la déformation hygrique des matériaux. Les mesures de dilatation thermique sont réalisées pour une gradient de température de 4 C. La durée nécessaire pour atteindre l équilibre en température entre les paliers à et 4 C est de 12 heures. Le contrôle de l humidité relative à l intérieur de l enceinte au cours de ce cycle met en évidence une faible variation de l humidité relative qui n excède pas 2% (fig.6). La dilatation du châssis en acier, support des capteurs, constitue une source d erreur importante à cause de sa propre dilatation. Elle est déterminée lors d un essai préalable à blanc avec des barreaux étalons en invar de même hauteur que les éprouvettes. Cette correction permet de calculer l expansion thermique Léch des échantillons soumis à une différence de température T : Léch = ( Léch xinvar) mesuré + Linvar avec : Léch mesuré l expansion mesurée de l échantillon, xinvar mesurée du barreau en invar et α invar = 1,.1-6 K-1. [3] mesuré l expansion Les éprouvettes étant des carottes cylindriques ou des parallélépipédiques rectangles de 6 mm de hauteur, la reproductibilité est assurée pour chaque matériau par le test d un lot statistique d au moins quatre éprouvettes.

9 Comportement dilatométrique des mortiers 9. Résultats et interprétation L évolution dilatométrique des matériaux est enregistrée au cours d un cycle unique marqué par le passage jusqu à stabilisation d un équilibre hygométrique de à 97% d humidité relative, et de à 4 C pour les sollicitations thermiques. Le comportement thermohygrique des pierres est très contrasté et opposé. Insensible à l humidité, le faciès dur et peu perméable Dj (k~1-17m²) traduit un état de compaction caractérisé par des points de contact grain/grain nombreux et de petite taille, propices au transfert de chaleur et à une expansion thermique élevée. Le faciès tendre est au contraire très réactif à l humidité et montre une expansion hygrique élevée comprise entre,8 et,7.1-3 (fig.7), plus importante suivant la direction perpendiculaire aux plans stratigraphiques. Cette différenciation est attribuée à la répartition préférentielle des minéraux smectitiques gonflants suivant le litage. Ce comportement opposé des deux faciès de pierre souligne la dualité entre les effets de structure et de la minéralogie dans les processus de dilatation. 1 9 Vv 8 Vh,6, 6,4,3 4,2 3 Dj6 Dj,1 -, T( C) - HR(%), Temps (h) Figure 7. Suivis hygriques des faciès durs (Dj, Dj6) et des faciès poreux et argileux (V). Vv : perpendiculaire au litage ; Vh parallèle au litage. Expansion thermique (µm) Dilatation hygrique (1-3 ),8 3 2 Dj 3 1 Dj Vv 1 Vh 1 Température ( C), Temps (h) Figure 8. Dilatations thermiques comparatifs entre les faciès durs (Dj, Dj6) et les faciès poreux argileux (Vv et Vh). Les propriétés d expansion hygrique des mortiers et coulis (fig.9 et 1) se différencient également en fonction de leur caractéristiques microstructurales. Les mortiers artisanaux à base de chaux (CL, NHL) présentent des surfaces spécifiques non négligeables dues à la finesse des chaux et à l adjonction de pouzzolanes. Elles restent moins élevées que celles des coulis prêt-à-l emploi adjuvantés avec une charge de la silice micronisée qui accroît encore les surfaces externes (>1m².g-1). En comblant les espaces vides intergranulaires, ces ajouts réduisent de manière significative le rayon moyen de pore (cf. tableau 1) des produits. Soumis à des gradients d humidité élevés et conformément à la loi de Kelvin, les coulis sont d autant plus sensibles à l adsorption de vapeur qu ils sont plus microporeux.

10 Revue. Volume X n x/année 2 1,7 1, 8 1, 1, ,7, 4,2 3 NHL CL -,2 -, Temps (h) 3 3 T( C) - HR(%) -3 ) PLM 8 1,2 7 1 LEDAN 6,7, 4, ,2 1 -, 4 Figure 9. Dilatométrie hygrique des mortiers de chaux CL et NHL. T( C) - HR(%) 1 1,7 Dilatation hygrique (1 Dilatation hygrique (1-3 ) Temps (h) Figure 1. Dilatométrie hygrique des coulis PLM et LEDAN. Ces relations se traduisent par une dilatation hygrique très élevée du coulis PLM, qui se singularise du produit Ledan non seulement par sa cinétique d adsorption mais aussi par sa dilatation finale. La corrélation inversement proportionnelle entre la surface spécifique et le rayon de pore justifie l expansion hygrique des produits. 6 4 NHL Temps (h) Figure 11. Dilatation thermique comparative des mortiers de chaux CL et NHL (o : température) 4 PLM LEDAN Expansion thermique (µm) Température ( C) 4 CL Température ( C) Expansion thermique (µm) Temps (h) Figure 12. Expansion thermique des coulis PLM-M et LEDAN (o : température). Le comportement à la température suggère de grandes différences entre les mortiers et les coulis. Les produits prêt-à-l emploi, plus compétents, acquièrent une dilatation finale modérée ( à K-1) du même ordre de grandeur que celle des pierres naturelles. Les mortiers artisanaux (fig.11) se caractérisent par une dilatation plus élevée et une cinétique plus lente. Cette réponse plus progressive peut être

11 Comportement dilatométrique des mortiers 11 attribuée à la moindre cohésion interne des mortiers, réduisant le transfert de chaleur par contact aux joints de grains DJ Dilatation thermique Seuil hygrothermique ( C) 12 α th (1-6 / K) DJ LEDAN PLM NHL CL V 6 4 DJ6 Vh 2 Vv 4 2 Dj CL NHL LEDAN PLM V,2,4,6,8 1 1,2 1,4-3 Dilatation hygrique ε hyg (1 ) 1,6 1,8 2 Figure 13. Coefficients de dilatation des pierres et produits étudiés. Figure 14. Seuil de sensibilité hygro-thermique des matériaux. L analyse des coefficients de dilatation thermique et hygrique pour un gradient HR de 97% renseigne de manière pertinente sur le degré de compatibilité théorique des mortiers et coulis étudiés avec les pierres (fig.13). Cependant, dans les conditions naturelles, les changements de température et d humidité ne s exercent pas de manière équivalente en fréquence et en amplitude. Dans un concept de conservation durable, l adaptation de produits candidats au comblement des fissures peut être approchée par un seuil de sensibilité, valeur pour laquelle les déformations induites par les variations de température et d humidité sont identiques (fig.14). Les produits traditionnels à base de chaux sont particulièrement sensibles dès que le gradient de température atteint à C ; à l inverse, les coulis pré-dosés mais aussi la calcarénite (V) sont surtout réactifs à l humidité compte tenu des conditions climatiques à Djémila et Volubilis. 6. Conclusion L influence de la température et de l humidité relative a été caractérisée sur le comportement dimensionnel de produits susceptibles d être utilisés pour le traitement des fissures. Le développement d une méthode de mesure de la dilatation permet de quantifier ces paramètres physiques essentiels pour prévoir la tenue des ré-assemblages de pierres. La méthode constitue en ce sens un outil d aide à la décision pour valider des choix pratiques. Suivant la réponse dimensionnelle des matériaux, les valeurs de dilatation se corrèlent bien avec certains paramètres

12 Revue. Volume X n x/année 12 structuraux ou minéralogiques des matériaux. Néanmoins, en considérant que les matériaux poreux inorganiques répondent à la loi de Hooke en cas de dilatation bloquée, les interfaces seront le siège d une accumulation de contraintes. Une caractérisation des sollicitations qui pourraient se concentrer aux interfaces pierre/mortier s avère nécessaire afin de vérifier l évolution de l adhérence des produits en conditions dynamiques. Remerciements : La recherche a été soutenue dans le cadre du programme européen de recherche MEDISTONE n 124 FP6-INCO-MPC2. 7. Bibliographie Al-Saad Z. et Abdel-Halim M.A.H., «Laboratory evaluation of various types of mortars for the conservation of Qsar al-bint monument, Petra-Jordan», Engin. Structures, vol.23, 21, p Baudran A., «Conception et réalisation d un dilatomètre absolu enregistreur pouvant fonctionner à haute température en atmosphère controlée. Utilisation pour l étude du comportement de minéraux argileux» Bull. Soc. Franç. de Céramique,n 82, 1969, p. 348 Benavente D., Cultrone G. et Gomez-Heras M., «The combined influence of mineralogical, hygric and thermal properties on the durability of porous building stones» Eur. J. Mineral., 2, 28, p Binda L., Baronio G., Marrochino E. et Vaccaro C., «Chemical and mineralogical characterization of historic mortars in Ferrara (northeast Italy)», Cement and Concrete Research, vol.34, 24, p Brimblecombe P. et Camuffo D., «Long term damage to the built environment» In Brimblecombe P. editor. The effect of air pollution on the built environment. Air Pollution Reviews London : Imperial College Press, 23, p.1-3 Bromblet P., «Evaluation of the durability and compatibility of traditional repair lime-based mortars on three limestones» International Journal for Restoration of Buildings and Monuments, vol 6, n, 2, p Cooper H.W. et Simmons G., «The effect of cracks on the thermal expansion of rocks», Earth and Planetary Science Letters, v.36, 1977, p Delgado-Rodriguez J., «Swelling behaviour of stones and its interest in conservation». Materiales de Construccion, vol.1, n , 21, p Dessandier D., Bromblet P. et Mertz J-D., «Durability of tuffeau stone in buildings : influence of mineralogical composition and microstructural properties». 9th Int. Congress on Deterioration and Conservation of Stone, Venice, Ed. V. Fassina, Elsevier, vol.1, 2, p.69-78

13 Comportement dilatométrique des mortiers 13 Dessandier D., Antonelli F., Hamiane M., Khalfallah C., Lazzarini L., Leroux L., Riache C., Taoutaou H. et Varti-Matarangas M., «Atlas of the ornamental and building stones of Djemila ancient site (Algeria)». BRGM/RP-6277-FR, 28a, 171 p Dessandier D., Antonelli F., Bouzidi R., El Rhoddani M., Kamel S., Lazzarini L., Leroux L. et Varti-Matarangas M., «Atlas of the ornamental and building stones of Volubilis ancient site (Morocco)». BRGM/RP-39-FR, 28b, 166 p Félix C., «Sandstone linear swelling due to isothermal water sorption», in Materials Science and Restoration, edited by F.H. Wittmann, Tech. Akademic Esslingen, Ostfildern, 1983, p.3-31 Franzini M., Leoni L., Lezzerini M. et Cardelli R., «Relation-ship between mineralogical composition, water absorption and hygric dilatation in the Macigno sandstones from Lunigiana (Massa, Tuscany)», Eur. J. Mineral., 19, 27, p Gascon F. et Balbas M., «Modelo tensorial en la dilatacion lineal termica anisotropa de marmoles», Bol. Geol. y Minero de España, 97/6, 1986, p Henriques F. M. A., «Replacement mortars in conservation: an overview». In: Proceedings of the 1th international congress on deterioration and conservation of stone, Stockholm, June27-July2 24, Ed. D. Kwiatkowski and R. Löfvendahl, vol. II, 24, p Jimenez-Gonzalez I. et Scherer G.W., «Evaluating the potential damage to stones from wetting and drying cycles», in Measuring, Monitoring and Modeling Concrete Properties, ed. M.S. Konsta-Gdoutos, Springer, Netherlands, 26, p Jimenez-Gonzalez I., Rodriguez-Navarro C. et Scherer G.W., «Role of clay minerals in the physicomechanical deterioration of sandstone», J. of Geophys. Research, vol. 113, 28, F221, doi:1.129/27/jf84 Kalagri A., Miltiadou-Fezans A and Vintzileou E., «Design and evaluation of hydraulic lime grouts for the strengthening of stone masonry historic structures», Materials and Structures, vol.44, 21, sous presse Kleber W., Einführung in die Kistallographie, VEB Verlag Technik, 199, Berlin Knöfel D. et Schubert P., Mörtel und Steinergänzungsstoffe in der Denkmalpflege, Berlin, 1993 Lubelli B., van Hees R.P.J., Huinink H.P. et Groot C.J.W.P., Irreversible dilation of NaCl contamined lime-cement mortar due to crystallization cycles, Cement and Concrete Research, 36, (4), 26, p Maurenbrecher A.H.P., Trischuk K., Rousseau M.Z. et Subercasseaux M.I., «Les mortiers de rejointoiement pour la conservation des maçonneries anciennes». Rapport de recherche 22, mars 27, Institut de recherche en construction et CNRC, Ottawa (Canada), KIA OR Mertz J.-D., «Salt damage, dilation and actual practices in sandstone conservation», Dombaumeistertagung Symposium Strasbourg 26, Bull. OND, 27, p Meyers S.L., «Thermal expansion characteristics of hardened cement paste and of concrete». Proc. Of the Highway Res. Bd., 3, 19, p.193

14 Revue. Volume X n x/année 14 Ondrasina J., Kichner D. et Siegesmund S., «Freeze-thaw cycles and their influence on marble deterioration: a long-term experiment», Geological Society of London, Special Publications, 2, 22, p.9-18 Rozenholtz J.L. et Smith D.Z., «Linear thermal expansion of calcite, var. Iceland spar and Yule marble», American Mineralogist, 34 (II), 1949, p Ruedrich J., Seidel M., Rothert E. et Siegesmund S., «Length changes of sandstones caused by salt crystallisation». Prikryl R. & Smith B.J. (Eds), Building Stone Decay : From Diagnosis to Conservation. Geological Society, London, Special Publications, 271, 27, p Sasse H.R. et Snethlage R., «Methods for evaluation of stone conservation treatments», In : Saving our architectural heritage : the conservation of historic stone structures, Ed. by N.S. Baer and R. Snethlage ; report of the Dahlem workshop, Berlin, March 3-8, 1996, p Sengar P.B.S., «Some aspects of the conservation of the Taj Mahal», Intern. Seminary on Stone Conservation, 199, New Delhi. Sebastian E., Cultrone G., Benavente D., Rodriguez-Navarro C. et Linares L., «Swelling damage in clay-rich sandstones used in Cultural Heritage», J. Cult. Herit, 9, 28, p.6676 Siegesmund S., Ullemeyer K., Weiss T. et Tschegg E.K., «Physical weathering of marbles caused by anisotropic thermal expansion», Int. Journ. Earth Sci., 89, 2, p Snethlage R. et Wendler E., «Moisture cycles and sandstone degradation», In : Saving our architectural heritage : the conservation of historic stone structures, Ed. by N.S. Baer and R. Snethlage, John Wiley, London, 1997, p Weiss T., Siegesmund S., Kirchner D. et Sippel J., «Insolation weathering and hygric dilatation : two competitive factors in stone degradation», Environ. Geol., vol. 46, 24, p Winkler E.M., Adurability index for stone». Association of Engineering Geologists Bulletin, vol.23, 1986, p Winkler E.M., «Weathering and weathering rates of natural stones», Envir. Geol. Water Sc., vol. 9, n 2, 1987, p Zachary C., Grasley C. et Lange D.A., «Thermal dilation and internal relative humidity of hardened cement paste», Materials and Structures, 4, 27, p Zezza U., «Effect of temperature on intergranular decohesion of the marbles», Congrès Int. sur l'altération et la Conservation de la Pierre, 198, Lausanne. Zoldners N.G., «Thermal properties of concrete under sustained elevated temperature» ACI SP-2-1, 1972, p.1-27

Altération par cristallisation de sel dans les pierres de calcarénite utilisées dans la construction de monuments historiques

Altération par cristallisation de sel dans les pierres de calcarénite utilisées dans la construction de monuments historiques N : 4P-46 HRAITA M.., Université Mohamed V Agdal, Rabat, Maroc, Altération par cristallisation de sel dans les pierres de calcarénite utilisées dans la construction de monuments historiques M. Hraita,

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton peut être soumis à des changements de dimension les causes principales pour ces changements sont: CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE VARIATION D HUMIDITÉ SECHAGE VARIATION DE TEMPERATURE

Plus en détail

Béton de structure à propriétés d isolation thermique améliorées : approche expérimentale

Béton de structure à propriétés d isolation thermique améliorées : approche expérimentale Béton de structure à propriétés d isolation thermique améliorées : approche expérimentale L. H. Nguyen, A. L. Beaucour, S. Ortola, A. Noumowé Université de Cergy-Pontoise, L2MGC, EA 4114, F - 95000 Cergy-Pontoise

Plus en détail

Comportement des réparations structurales en béton :

Comportement des réparations structurales en béton : Comportement des réparations structurales en béton : Couplage des effets hydriques et mécaniques C.R.I.B. Comportement des réparations structurales en béton : Couplage des effets hydriques et mécaniques

Plus en détail

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS Technodating «Matériaux durables pour le gros œuvre en construction humide» 17 mai 2013 BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS (ET AUX LAITIERS DE HAUTS FOURNEAUX) Braymand Sandrine F.Feugeas, C. Fond, N.Serres,

Plus en détail

Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux.

Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux. Risque associé au retrait gonflement des sols argileux et marneux. Expérimentation combinant essais mécaniques et approche microstructurale Myriam Duc, Aurélie Maloula, Lamis Makki Laboratoire Central

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT ROLES OF MICROSTRUCTURE AND MINERALOGICAL COMPOSITION OF CLAY

Plus en détail

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Groupe d'étude des Matériaux Hétérogènes Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Mouna Zouaoui, Benoit Nait-Ali, Nicolas Glandut, David Smith SFT Journée thématique

Plus en détail

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ)

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) : Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) Ph. Tamagny, Laboratoire central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes L. Wendling, Laboratoire régional des Ponts et Chaussées,

Plus en détail

Comportement thermique de laines minérales isolantes à des teneurs en eau variables en conditions isothermes

Comportement thermique de laines minérales isolantes à des teneurs en eau variables en conditions isothermes Comportement thermique de laines minérales isolantes à des teneurs en eau variables en conditions isothermes L. MARMORET 1*, P. SALAGNAC 2, F. ACHCHAQ 1, H. BEJI 1 1 Laboratoire des Technologies Innovantes,

Plus en détail

Effet des granulats de caoutchouc sur les propriétés d un mortier de ciment

Effet des granulats de caoutchouc sur les propriétés d un mortier de ciment Effet des granulats de caoutchouc sur les propriétés d un mortier de ciment Amar Benazzouk, Omar Douzane, Thierry Langlet, Katiba Mezreb, Fayçal Labbani, Jean-Marc Roucoult Laboratoire des Technologies

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

Résistance au feu des bétons

Résistance au feu des bétons Chapitre4 Résistance au feu des bétons 4.1 - Comportement aux températures élevées 4.2 - Conductivité thermique 4.3 - Évolution des résistances du béton et de l acier en fonction de la température 41 Chapitre

Plus en détail

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Samuel HEMERY (2 e année) Directeur de thèse: Thierry Auger (CNRS) Encadrant CEA: Jean Louis Courouau (DPC/SCCME/LECNA)

Plus en détail

Influence de la température et du rapport Eau/Ciment sur le retrait empêché des pâtes de ciment au jeune âge

Influence de la température et du rapport Eau/Ciment sur le retrait empêché des pâtes de ciment au jeune âge Influence de la température et du rapport Eau/Ciment sur le retrait empêché des pâtes de ciment au jeune âge A. Pertué, P. Mounanga, A. Khelidj GeM UMR CNRS 6183, Institut de Recherche en Génie Civil et

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait

CHRYSO Serenis. Agent réducteur de retrait CHRYSO Serenis Agent réducteur de retrait C H RY S O S e re n i s A g e n t r é d u c t e u r d e re t r a i t Le béton est un matériau vivant, siège de réactions chimiques lentes et par ailleurs soumis

Plus en détail

Les mortiers de réparation

Les mortiers de réparation Les mortiers de réparation Pathologie du béton et la réparation du béton Déroulement de l opération 1 Diagnostic Evaluer la maladie et son étendue Réparations Structurelles / Superficielles 2 Préparation

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations :

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : PATHOLOGIE DU BETON Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : Physiques : - retrait - actions thermiques - actions mécaniques Chimiques - internes - externes Electrochimiques

Plus en détail

5.4 Le béton prêt à l emploi BPE

5.4 Le béton prêt à l emploi BPE 5.4 Le béton prêt à l emploi BPE L origine et le développement du BPE L appellation «Béton Prêt à l Emploi» (BPE) est réservée au béton préparé en usine dans des installations fixes (centrales) et transporté

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

3.4 Les bétons fibrés

3.4 Les bétons fibrés Chapitre 3 Les bétons aux nouvelles performances 3.4 Les bétons fibrés 3.4.1 - Généralités 3.4.2 - Les différents types de fibres Un béton fibré est un béton dans lequel sont incorporées des fibres. À

Plus en détail

Développement et caractérisation de matériaux destinés à la protection incendie

Développement et caractérisation de matériaux destinés à la protection incendie Développement et caractérisation de matériaux destinés à la protection incendie Jérôme Féjean Laboratoire GRGC, équipe matériaux, Insa de Rennes, 2 avenue des Buttes de Coësmes, 3543 Rennes Cedex, France.

Plus en détail

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle Les enduits Unité de Formation Professionnelle Les différents enduits Les finitions en isolations extérieure Migration de vapeur d eau Gestions des désordres Une protection contre les intempéries 1 Certains

Plus en détail

PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE

PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE 1 PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE Comportement et compatibilité des matériaux pour le bâti ancien Bruno JARNO 2 AJENA Énergie et Environnement Association loi 1901 sans but lucratif 30 années

Plus en détail

Mardi 18 juin 2013 Limoges

Mardi 18 juin 2013 Limoges Construire en terre : passé, présent futur! Pascal MAILLARD - Responsable Projets R&D Mardi 18 juin 2013 Limoges 1 Sommaire Historique et techniques de construction Construire en terre aujourd hui Caractérisation

Plus en détail

Description des essais et instrumentation

Description des essais et instrumentation Description des essais et instrumentation Louis Demilecamps Hervé Lançon Xavier Bourbon CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) PROGRAMME EXPÉRIMENTAL Tests de flexion sur blocs parallélépipédiques (RL)

Plus en détail

Modélisation du décollement de l interface ancien-nouveau béton sous sollicitations monotones et de fatigue

Modélisation du décollement de l interface ancien-nouveau béton sous sollicitations monotones et de fatigue Modélisation du décollement de l interface ancien-nouveau béton sous sollicitations monotones et de fatigue Quoc Thanh Tran Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions (LMDC), 135 avenue de Rangueil

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

L INFLUENCE DES CHARGES ORGANIQUES SUR LES PROPRIETES PHYSICO-MECANIQUE DE LA RESINE EPOXY (CAS LA POUDRE DE LIEGE)

L INFLUENCE DES CHARGES ORGANIQUES SUR LES PROPRIETES PHYSICO-MECANIQUE DE LA RESINE EPOXY (CAS LA POUDRE DE LIEGE) L INFLUNC DS CHARGS ORGANIQUS SUR LS PROPRITS PHYSICO-MCANIQU D LA RSIN POXY (CAS LA POUDR D LIG) H. Boulahia 1, C. Aribi 1, A. Zerizer 1, B. Bezzazi 1 1 Unité de recherche- Matériaux, Procédés et nvironnement,

Plus en détail

Guide pratique de la rénovation de façades

Guide pratique de la rénovation de façades Guide pratique de la rénovation de façades Pierre, béton, brique Alexandre CAUSSARIEU Thomas GAUMART Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11624-1 Diagnostic des pathologies 1.1 DIFFÉRENTES PATHOLOGIES Les

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Mark F. Green Queen s University at Kingston Auteurs: John Gales Tom Parker Hamze Hajiloo Martin Noël Duncan Cree Luke Bisby

Plus en détail

Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques

Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques Mohamed filali*, Bruno Ladevie**, Fudym** Alain De Ryck**, Olivier * IUT Cherbourg-Manche, Antenne de Saint-Lô

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011 CHPITRE II LE CIMENT 2.1 Définitions a. Liant hydraulique : des poudres finement brayées qui avec le contact d eau font prise et durcissent sous des processus physico-chimiques complexes. b. Ciment : Le

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Etude des transferts couplés de chaleur et d'humidité dans les constructions bois

Etude des transferts couplés de chaleur et d'humidité dans les constructions bois 2ème forum bois construction, Beaune 2012 Etude des transferts de chaleur et d'humidité dans les constructions bois E. Mougel 1 Etude des transferts couplés de chaleur et d'humidité dans les constructions

Plus en détail

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES FICHE CONSEIL N 8 OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES (Plaques, carreaux, enduits) Cette fiche a pour objet d informer les intervenants sur des méthodes simples visant à déterminer

Plus en détail

Réduction du potentiel de fissuration des bétons de réparation: approche quantitative de la notion de compatibilité

Réduction du potentiel de fissuration des bétons de réparation: approche quantitative de la notion de compatibilité Réduction du potentiel de fissuration des bétons de réparation: approche quantitative de la notion de compatibilité F. Modjabi-Sangnier, A. Ghezal, B. Bissonnette et M. Jolin Centre de recherche sur les

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

Chaux pour le traitement des sols

Chaux pour le traitement des sols Chaux pour le traitement des sols 1. Qu entend-on par traitement des sols à la chaux? Le traitement à la chaux des sols trop humides et/ou trop plastiques,tels les sols argileux ou limoneux, est une solution

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

Panneaux à tolérance précise pour application industrielle

Panneaux à tolérance précise pour application industrielle Panneaux à tolérance précise pour application industrielle De nouvelles perspectives pour vos travaux Panneaux à fines tolérances dimensionnelles JACKODUR JACKON Insulation GmbH JACKON Insulation GmbH

Plus en détail

Interprétation des mesures du retrait de dessiccation des bétons autoplaçants (BAP).

Interprétation des mesures du retrait de dessiccation des bétons autoplaçants (BAP). Interprétation des mesures du retrait de dessiccation des bétons autoplaçants (BAP). H. Samouh 1, E. Rozière 1, A. Loukili 1 1 Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique (GeM), UMR-CNRS 6183, Centrale

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

L2-1/3. Relation entre corrosion et fissuration du béton

L2-1/3. Relation entre corrosion et fissuration du béton L2-1/3 Relation entre corrosion et fissuration du béton Acronyme : APPLET Titre complet : Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive Performantielle et probabiliste Dates de début et de fin du projet

Plus en détail

Le choix de la terre. Les presses. BTC Brique de Terre Compressée/Comprimée Brique en Terre Crue Compressée Construction en Géo-béton

Le choix de la terre. Les presses. BTC Brique de Terre Compressée/Comprimée Brique en Terre Crue Compressée Construction en Géo-béton BTC Brique de Terre Compressée/Comprimée Brique en Terre Crue Compressée Construction en Géo-béton Le choix de la terre Il faut enlever la première couche de terre végétale et les éléments organiques jusqu

Plus en détail

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Alain SELLIER Objectif des essais en retrait gêné Analyser finement le comportement THM au jeune âge d une structure type (RG8) Analyser

Plus en détail

Microtomographie et fissuration : cas d un composite ciment-verre en cours de lixiviation

Microtomographie et fissuration : cas d un composite ciment-verre en cours de lixiviation Microtomographie et fissuration : cas d un composite ciment-verre en cours de lixiviation Nicolas Burlion*, Thomas Rougelot* & Dominique Bernard** * Laboratoire de Mécanique de Lille UMR CNRS 8107, Equipe

Plus en détail

1. Conductivité thermique effective

1. Conductivité thermique effective La mesure de conductivité thermique (à travers l exemple des super-isolants de type aérogels) Arnaud RIGACCI Ecole des Mines de Paris Centre Energétique et Procédés (CEP) Equipe «Energétique, Matériaux

Plus en détail

Evaporation et cristallisation de sels solubles dans un réseau poreux modèle

Evaporation et cristallisation de sels solubles dans un réseau poreux modèle Evaporation et cristallisation de sels solubles dans un réseau poreux modèle M. ANGELI a, C. RAUFASTE b, D. K. DYSTHE b a. Norges Geotekniske Institutt (NGI), PO Box 3930 Ullevål Stadion, 0806 OSLO (Norvège)

Plus en détail

PANNEAU ISOLANT CALSITHERM

PANNEAU ISOLANT CALSITHERM INFORMATIONS TECHNIQUES PANNEAU ISOLANT Isolation intérieure confort Isolation thermique conductivité capillaire active inhibition de moisissures non inflammable écologique Domaines d application du panneau

Plus en détail

1 Méthodes et principes généraux de renforcement

1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1-1 Introduction La durée d exploitation d un ouvrage en béton armé est à priori comprise entre 50 et 120 ans selon sa composition et sa fonction. Or, de

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Hartwig M. Künzel, Andreas Holm (Fraunhofer Institut Bauphysik, Holzkirchen) 1. Introduction L apparition de l humidité dans

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

La finition de l enduit Tadelakt, ne sera pas influencée par la nature du support existant.

La finition de l enduit Tadelakt, ne sera pas influencée par la nature du support existant. Tadelakt TEXTE DE BASE POUR CAHIER DES CHARGES Le Tadelakt, un mot d origine Arabe, est un enduit imperméable à la chaux hydraulique naturelle, souvent utilisé pour la construction des hammams et maisons

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Lutter contre l humidité/ Traitement des murs Fiche n 3.3.1 - p1/7

Lutter contre l humidité/ Traitement des murs Fiche n 3.3.1 - p1/7 Lutter contre l humidité/ Traitement des murs Fiche n 3.3.1 - p1/7 1-Introduction Un moyen très répandu de condamner les remontées capillaires dans les murs, consiste à pratiquer une injection de produits

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

- Recherche de fissuration en service - Contrôle de soudures métalliques en fabrication et en service

- Recherche de fissuration en service - Contrôle de soudures métalliques en fabrication et en service EVALUATION DES MÉTHODES DE THERMOGRAPHIE INFRAROUGE SÉLECTIVES POUR LES APPLICATIONS DU DOMAINE NUCLÉAIRE EVALUATION OF INFRARED SELECTIVE THERMOGRAPHY METHODS FOR APPLICATIONS IN THE NUCLEAR FIELD M.TAGLIONE*

Plus en détail

Evaluation du potentiel de récupération d énergie à l échappement d un moteur TDI à l aide d un cycle de Rankine organique (ORC)

Evaluation du potentiel de récupération d énergie à l échappement d un moteur TDI à l aide d un cycle de Rankine organique (ORC) Evaluation du potentiel de récupération d énergie à l échappement d un moteur TDI à l aide d un cycle de Rankine organique (ORC) Sébastien DECLAYE 1*, Sylvain QUOILIN 1, Vincent LEMORT 1. 1 Laboratoire

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Indice de Révision Date de mise en application B 01/09/2014 Cahier Technique F Profil d usage ISOLE ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, avenue du Recteur-Poincarré, 75782 Paris

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES C.F-S.P page 1 Pourquoi l isolation thermique? En 1973 les pays européens subissent le premier choc pétrolier.

Plus en détail

SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION

SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION «ECLIPSE» : Additif limitant le retrait des bétons La fissuration du béton est universellement reconnue comme une des limitations les plus sérieuses pour ce matériau de

Plus en détail

Auteur : Clément CARPENTIER. Avril 2011

Auteur : Clément CARPENTIER. Avril 2011 Notes techniques et réflexions Les transferts d humidité dans les bâtiments Auteur : Clément CARPENTIER Avril 2011 Ingénierie énergétique 26160 FELINES S/RIMANDOULE TEL & FAX : (33) 04.75.90.18.54 email

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT D ASSEMBLAGES DE MUR

ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT D ASSEMBLAGES DE MUR IX ème Colloque Interuniversitaire Franco-Québécois sur la Thermique des Systèmes 18-20 mai 2009, Lille ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT

Plus en détail

P r e for o ma m n a c n e c s e s r hé h o é l o o l g o i g q i u q e u s e s d e d s e

P r e for o ma m n a c n e c s e s r hé h o é l o o l g o i g q i u q e u s e s d e d s e Performances rhéologiques des enrobés et des enrobés spéciaux Yvan Paquin, ing. Directeur Technique Construction DJL inc. 24 novembre 2010 Contenu de la présentation 1. Comportement rhéologique des enrobés

Plus en détail

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 2/11 Contenu 1. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ET DEFINITION... 3 1.1 Contexte réglementaire... 3

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Caractérisation du réseau de bulles d air dans un béton par analyse d image

Caractérisation du réseau de bulles d air dans un béton par analyse d image Caractérisation du réseau de bulles d air dans un béton par analyse d image Sourdun Journées Techniques OA 9, 10 mai 2012 S. BOUTEILLE, Ch. HERBERT Jeudi 10 mai 2012 Sébastien BOUTEILLE / CETE de Lyon

Plus en détail

AGROnomie et BATiment : Incidence des toitures végétalisées sur la performance énergétique des bâtiments selon une approche pluridisciplinaire

AGROnomie et BATiment : Incidence des toitures végétalisées sur la performance énergétique des bâtiments selon une approche pluridisciplinaire AGROnomie et BATiment : Incidence des toitures végétalisées sur la performance énergétique des bâtiments selon une approche pluridisciplinaire Rafik BELARBI, Salah-Eddine OULDBOUKHITINE Laboratoire des

Plus en détail

Caractéristiques techniques. Recommandations d emploi

Caractéristiques techniques. Recommandations d emploi Caractéristiques techniques Recommandations d emploi L isolant vert de BASF, depuis 1964 Le Styrodur est l isolant vert en poly styrène extrudé (XPS), conçu par BASF en 1964. Avec plus de 25 millions de

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait

Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait Hacène MOKRANI, Brahim BOUROUGA Laboratoire de Thermocinétique, UMR CNRS 6607, E.P.U.N., rue Christian Pauc, La Chantrerie,

Plus en détail

Économise de l énergie

Économise de l énergie Arrête l infiltration d eau de pluie Économise de l énergie Améliore la résistance aux inondations Crème de protection pour façades Crème de protection pour façades Stormdry Lorsque la façade est humide,

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL LCPC Instrumentation et Mesures sur Chantier CFMSG - 18 Septembre 2002 LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL JM. Caussignac Le Risque et le Génie Civil - F.O.-ENPC 3/02/00 1 Sommaire

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

ACOUSTIQUE DES CLOISONS

ACOUSTIQUE DES CLOISONS ISOLATION ACOUSTIQUE DES CLOISONS MOBILES, DÉMONTABLES ET AMOVIBLES Plafonds suspendus et barrières phoniques 1 ISOLATION ET ABSORPTION ACOUSTIQUE Ne pas confondre! Un matériau peut être caractérisé par

Plus en détail

Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique

Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique Mokhfi Takarli Laboratoire de Génie Civil et Génie Mécanique - INSA de Rennes - 20 Avenue

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail