ww.ca nada-arch itectu re. or

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ww.ca nada-arch itectu re. or"

Transcription

1

2 THE JOURNAL OF THE SOCIETY FOR THE STUDY OF ARCHITECTURE IN CANADA LE JOURNAL DE LA SOCIETE POUR L'ETUDE DE L'ARCHITECTURE AU CANADA The Societv for the Study o f A r-c hitecture in Can:1da is.1 lea rned society d evoted to the examin.1ti on o f the ro le of the built e nviro nment in Ca nad iil n society. Its membe rship incl udes structural and IJndsc<l pe a rchitects, Mchitcc tura l histo rians and pl.111nc rs, soc iolo gis t ~. ethnolog ists,.111d specia lis ts in such fi e ld s as lwritage consen a tion and lilnd s cape hi s to ry. Fo unded in 1974, the Society is currently the sole nmion,ll society whose focus of inte rest is Ca nada's built en, ironment in a ll o f it ~ rn,l ni festa ti o ns. The jourua/ of 1/ir Socit'ly fur!lie St ud11 uf 1\rcliilec/urr iu Cnundn, publis hed fo ur ti mes a \'e.ll", is <1 refereed jo urna l. ivle mbl'!"ship fees, including s ubscription to the Journa l, are payable at the foll 01' ing rates :Student, $20 ; lndi, id ua l I Fa mi ly, $40 ; O rgani z<jtio n I Corpo ration I Insti tutio n, $65 ; Pa tron, $20 (plus il dona ti on nf no t less than $1 00). There is a surchil rge of 55 fo r a ll fo re ign mem be rships. Contributio ns O\'er a nd above me mbe rship fees a rc welcome, il nd.ue til x-dcductiblc. Please ma ke your cheque o r monev orde r payable to the : SSAC, Box 2302, Station D, Ottawa, Ontario KIP 5W5 La Societe pour I' etude de!'architecture a u Can ada est une societe s,, ante qui se consacre a l'examen du role de l'em ironnement b,i ti d dns Ia sncic tt,; ca nadienne. Ses membres sont Mc hit ecte~. a rchi tec tes pavsagistes, hi s to ri e n ~ de I' architecture et d e l' urbani sme, urbanistes, socio logucs, ethnologues ou speciji istes d u patrimoine et d e l'histoire du pavsage. Fondee en 1974, Ia Societe est p resentement Ia seul e associa ti on nationale preoccupee par l'em iro ru1 ement bii ti du Canad.1 sous to utes ses formes. Le joumnl de In SociCIJ pour i'nudc de l'nrcllilect urc nu Cnuadn, pub lie qua tre fois par,1nnee, est une revue dont les a rticles sont e, il lu es par un comite d e lecture. La coti sa ti on annue lle, qui comprcnd l'dbonnernent a u Journal, est Ia s ui1 a nte : e tudia nt, 20 $ ; individue l I fami ll e, -!0 s; ; o rg,l nisation I socie te I ins ti tut, 65 $ ; bieniaite ur, 20 $ (p lus Lll1 dnn d 'au moins 100 $). Un supple ment d e 5 $est d em.111d e pour les abonneme nts e tr,mgers. Les contributions d epass,m t l'ilbonne ment a nnuel sont bie m enues et d ed uctibles d ' impo t. Vc uillez s.1.p. E nvover un cheq ue o u Llll manda t p os t<~ I.i Ia. SEAC, Case postale 2302, succursale D, Ottawa (On tario) KIP 5W5 President ' Presidente M ich e le Picard rue Cd r tier Mo ntrea l, QC 1-12HI X2 (5 1-I l ! f : (5 1-I l 52-l o e. mi chelepica i dcotro n.cd Past president Ancien president Rh odri Windsor-Liscombe U n i\tr~ il \ ' of Bri ti':' h Columbi i\ IL'Illl)l'i,ll Ro <1d Y.l ncorl\ er, BC V6T 1 W5 (60-1 ) R I f : (6fl-l ) e i i en.: u r y.uhl.crl Vice presidents Vice presidents Andrew Wa ldron A rc h itectur.tl H i::-toridn, N.1 tion.1l Historic Si tes D irt c to rate l'.nks Ce1 n ad (1 5'"' Fl oor, 25 Edd,- StrcC" l" H u ll, QC K l /1 OYI5!819) ! f: (819) '1 t:"' a n d re,v _,, -,,l d r o pc h.~c.c.1 Pierre du Prey Dcp.-ntmcnt of :'-\rt O nt.1ri c> ll,rll Qu ce n '~ U ni, e r~ i t~-- Kingston, O i\~ K7L 3~6 (6 13) I I: (6 13) e p d l 1 pr po s t.q u ce n s u.ca Treasure-r Tresoner Edga r Tum,rk 12, Corn wa ll StrcC"t O tt,rl\'a, O t'l K IN 71'8 t I I : (6 13) e.!liin..;o m p.-l t ico...:::a Secretary Secretaire Michel Pe lletier Hbtori.m, Na tion.ll l lis to ri c Site:, Director.1te 1\u ks C.Hhh.i(l 5 th Floor, 25 Ed dy Street Hu i i. QC KI A0~ 1 5 (8 19) JS6 / f : (SI9) e: mi ch L~ I _ p e ll l't c h. ge.c. l Provincial Repre5entative!j I Re-presentants provinciaux George C halker H c ritagl' Fo und atio n of N t wiound l.md cllld LabrMior P.O. Box St. Jo hn 's, i\f.a IC.5\'~ (70\l) I I: t709j l l.'l e : georger hl'r it.lgcioundation.ccl Terrence S mi th Lamothe 193:; Ve rno n H a lifd:x, NS B ~ H JNS (<J02) Thomas Horrocks.'\ 0 1 Limited R eg~: n t Street, Su ite :100 Fredericton, NB DB.'lZ2 (506) -152-<JOOO / I (90b) ~03 c. th i.ca / ho rt th.nb.ca Claudine D eorn 2078,,1\ cn ul' C!,Hemon t ivio ntrcal. QC 1-13Z 21' t i f. ('il -l ) -11:' e penl(' t.gl Sharon Va tt ay -13 Bu s he ll A\'\enue To ronto, 01\: ~ 1-1 ~ (613) -IOu e: ~\ -, ltt c1 h.b:-;. u to ro nt o.(d Terrence J. Sinclair He ritc1 ge Bra nch Sa:-> kil tlhl--:>\\' c1 1l De p drhne nt of i\ hmicip(l ] Affa irs, C ulture a nd l lclll ::. ing -t:i \ 'ic toric1.a.'' L'Illll' Regind, SK S-1 1' W7!306) I I : (306) c t::- k.c.l L. Frederick Va lentine Culhd m. Pc d C' r ~o n, Vc1 k ntinc ~ Sixth Avenue S.IV. Celg<Hv, i\13 T21' OR9 (-1 0:'\) I I ( -1 0~) 262-S5 19 f' f, t~ p,,lrc hit cct urc.co m Dan ie l Millette 9 E-199 Drake Strt't'l V,mcou, er, BC V6Z 2T9 t i I : ( t': mi ll l'ttl'.-n ch itect u re.ubcca Kay ha n Nadj i 126 N i" "" Or. Yc llol\'knife, NT x 1 A 3WS t ; r (867) '! e : 1-..-lyh.ln t.\.\1 ww.ca nada-arch itectu re. or Journal Editor! Redacteur du Journal Luc Noppe n Ch.lirt d e reche rch t. d u Canttda sur le patrim o ine ur b.~ in!?tudes urbc1 ines et touri s ti g ues, Ecole des :,cienn s de Ia ge:-::t ion U n i\ " (' r ~ i tl; du Q ul;bel a i\-1o nt n.~ cll C P 8S8S, ; ucc. rt ntr<--, ill c ~ l o n t redl QC HJC 31'8 ( x-2562 f. (5 14) c : q<l m.l.l Web site site web Eric Rogers Swl la rd Court i'v1 i::..s i~~. lu g.1, ON 1.5V 213-t (905i C\36 e t> j r oge r h t rit.l g e o nt.tr iu.o r g Editor ot News & Views Redactrice de Nouvelles et Coups d'ceil Je nnife r McKendry I B.r idcn Strl'et K ingston, Oi\.; K 7M 2_17 (6 n e. lll (kcnd r k n~.nc t Administrative assistant D o nna Boag c/ o P~ t e r Bn.-1g /\e rn~ p cll: C' l ndu ~ tri('.-:; Assncic1tion of Cttn uda 60 Q ueen Stree t, S uite 1200 O tt.j \\'o, ON K1 r 5'\'7 (6 13) R L': pbn.-lg cl tlglobcl i.ll(' l T h e /oumn/ o(lho Societrjl(ll tho' 5t udrt o( Architecture in Ca nada is produced w ith the assis t<rnce of the Social SciencC's (1nd Huma nities Rcse.uch Council of C<1 nad.1 c1 nd the Canadc1 R ese <~rc h C ha ir on Urban Heritage. Le joumnl de In :;,,,.;a,: pour l't'tudt de /'nrchitcctu re au Cnnnda est pub lie a, ec l'.1 ide du Con:-.ei l d e reche rches e n sc i L n ce~ hum.1ines d u C.lllcldcl e t de Ia C hai re d e recherche du C dn.-h.ia e n p.1trimoine urbain. ISSN I ~ (supersedes I remplace ISSN ) Editing, proofreading, translation ' Revision linguistique, traduction : Page make-up ; Mise en pages: Printing I Impression : A rchithem e Tr.l!lSLOntine ntal L ith o Acm e Ret1.1issance, Quebec Mich t:> line C iro u x Aubin Cover l Couverture: Court l-l0 u se, Kin g~tlwi, O ntario,.tbo u t Photo \.Villi.1 m Not-m.m ( Mu sf~ McCord d ' his to irc canad ienne, N )

3 Luc Noppen 2 Presentation I Presentation Alena Prochazka 3 L'eperon sur la pointe a Calliere hommage a un edifice disparu ou contextualite reinventee? Une analyse genetique du projet de l'architecte DanS. Hanganu Isabelle Caron 14 Des memoires a,, excaver, : interpreter la presence des carrieres de pierre grise a Montreal Venetia Stewart 29 Justice Done: The Restitution of the Frontenac County Court House within the Classical Tradition Nicole Denis 35 Un plan Martellange pour l'hopital General de Quebec en 1700? Yona Jebrak 41 Proteger le patrimoine montrealais : textes internationaux et gestion municipale Daniel Millette 45 Re-Building Memories: On the Reconstruction of a "Traditional" Longhouse Susan D. Bronson 51 Birming Residence, West Vancouver Volu111c I To111C 27, /(;ros I l7crs 3, 4 (2002)

4 PRESENTATION Le present numero d'architectu re Ca nada est entierement consacre a des travaux de jeunes chercheurs qui temoignent de la vitalite des programmes de formation en histoire de!'architecture et en conservation et mise en valeur du patrim oine au pays. Son contenu decoule aussi en bonne partie des travaux du 27e Congres aru1uel de la Societe pour!'etude de!'architecture au Canada qui s'est tenu a Vancouver en mai 2002, tribune qui a vu bon nombre de nouvelles figures fa ire honneur a nos disciplines. Pour une societe savante comme la notre, la releve est importante et, dans cette voie, il est evident que les liens de plus en plus etroits qui se tissent entre notre congres am1uel et notre revue sont de bon augure pour l'aveni r. A la section analyses, Alena Prochazka interroge les documents du projet etabli par l'architecte DanS. Hanganu pour!'edifice de l'eperon du Musee d 'archeologie et d'histoire de Montreal sur Ia poi nte a Ca lliere, dans le Vieux-Montreal. Prod ame fig ure emblematique de Ia montrealite architecturale contemporaine des son apparition, ce monument n'a pas fini d'in teresser les chercheurs, soucieux de decoder Ia genese d'une figure qui, chose rare, fait l'unanimite. Un deuxieme texte, signe par Isabelle Caron, retrace l'epopee des dernieres ca rrieres de cette mythique " pierre grise» qui a sobrement colore le paysage construit montrealais. Tout en apportant maints details sur le materiau - qualifie depuis les annees 1970 d 'ingredient principal de la «montreali te» en architecture historique -, l'auteure propose aussi (( d 'excaver >) les memoires de l'indush ie de ]'extraction de cette pierre et de les mettre en valeur dans I' arrondissement Rosemont-Petite-Pa trie. La section des essais s'ouvre sur le texte de Veneti a Stewart, laurea te d u Prix Martin-Eli Wei! II s'agit d'un exercice methodique de restitution du palais de justice de Kingston fo nde sur une analyse critique du batiment confronte a ses sources documentaires. Pui s, avec autant de methode mais aussi bea ucoup d 'intuition, Nicole Denis nous propose de relire l'hopital General de Quebec comme un exemple d 'utilisation d 'un p la n type inspire de l'ceuvre arch itecturale d 'Etienne Martellange. Yona Jebra k encha1ne avec un essai sur!'influence - beaucoup plus tenue qu'on ne le croit generalement - des textes internationaux (chartes, conventions, etc.) sur la gestion municipale du patrimoine, en prenant pour exemple le cas montrea lais. Daniel Millette clot la section avec un essai, bien apprecie lors de sa presentation au congres de Vancouver, sur Ia (re)construction d 'une maison longue traditionnelle a Tsawwassen. Enfin, toujours grace a l'aimable collaboration de Pares Canada, nous publions!'excellent ra pport sur la maison B. C. Binning de Vancouver O uest prepare par Susan D. Bronson pour Ia Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Luc Noppen PRESENTATION T his issue of Architecture Canada is entirely dedicated to the works of young researchers who display the dynamics of the training programmes in history of architecture and in the country's heritage conserva tion and development. A good part of its content derives from the activities of the 27th Ann ual Congress of the Society for the Study of Architecture in Canada held in Vancouver in May 2002, a forum where a number of ne\v faces certainly did justice to our disciplines. Emerging professionals are very important to a learned society such as ours; hence, the increasingly cl oser ties between our Annual Congress and our journal are a very good omen for the future. ln the Analyses section, Alena Prochazka questions the literature of architect DanS. Hanganu's p roject for the Eperon building of the Montreal Museum of Archaeology and History in Pointe-a-Calliere, Old Montreal. Declared emblem of the contemporary architec tural montreality when it was built, it will remain of a monument of interest for researchers concerned with decrypting the genesis of a unanimously acclaimed-which is a rare thing-figure. A second text, signed by Isabelle Caron, relates the epic tale of the last quarries of that mythica l "grey stone" that soberl y coloured the architectural landscape of Montreal. Through numerous details on that building materia l-quali fied since the seventies as the main ingredient of the historic architecture "montreality"-the writer also proposes to "excavate" and highlight the memories of the extracti on ind ustry of the grey stone in the Rosemont-Petite-Patrie borough. The Essays section opens with the tex t of Venetia Stewart, the 2002 Ma rtin Eli Wei! Prize wim1er. It is a methodi cal restitution exercise of the Kingston County Court House, based on a critical path analysis of the building confronted with its documentary sources. Then with a grea t sense of intuition added to just as much methodologica l rigour, Nicole Deni s p roposes a new lecture of the Hop ital General de Quebec as an exa mple of the uti lization of a standard plan inspired by the architectura l works of Etiem1e Martel lange. Yona Jebrak, using Montrea l as an exa mple, follows with an essay on the much thinner than usually believed influence of internati onal documents (charts, agreements, etc.) on heritage municipal management. Daniel Millette concludes that secti on with an essay of his much appreciated conference at the Va ncouver congress, on the reconstruction of a tra ditional longhouse in Tsawwassen. Finally, through the kin d and steady collaboration of Parks Canada, we p ublish Susan D. Bronson's excellent report on the B.C. Binning House in West Vancouver, prepared for the Historic Si tes and Monuments Board of Canada. Luc Noppen

5 Alena Prochazka L'eperon sur Ia pointe a Callh!re : hommage a un edifice disparu ou contextualite reinventee? Une analyse gimetique du projet de l'architecte Dan S. Hanganu Ill. 1. L'Eperon, un batiment con9u par l'architecte Dan S. Hanganu, vue habituelle de I' angle. (Photo Michael Chen) Alena Prochazka, M. Arch., est chargee de cours ii /'Ecole d'architecture de l'universite de Montreal eta!'ecole de design de /'Universite du Quebec ii Monln?al; elle est egalemenl candidate au doct01 at au programme de Doctoral e11 etudes urbaines de /'Universite du Quebec a Montreal et associee ala Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain de l'uqam. jssac I jseac 27, n ~ 3, 4 (2002) ; Depuis sa construction en 1992, le batiment principal du Musee d'archeologie et d'histoire de Montreal Pointe-a-Calliere, con<;u par l'architecte montrealais DanS. Hanganu (ill. 1), a fait!'objet de plusieurs publications ; toutes decrivent le batiment selon certaines des caracteristiques apparentes du projet tel que realise. Cependant, une etude plus fine des idees qui ont guide l'equipe de concepteurs des les premieres esquisses met un nouvel eclairage sur Ia genese de sa forme. Une telle approche du projet- par!'analyse genetique' des dessins, des propos et des croquis de l'architecte- offre, au-deja des merites du batiment lui-meme, w1 regard sur Ia constitution des formes du bati qu'il conviendra de considerer comme patrimoine recent de Montreal. Le present article propose une relecture de!'interet de ce projet et de!'importance de sa contribution a Ia typologie du tissu bati montrealais. A!'occasion du 350' anniversaire de Ia fondation de Montreal, le Musee d'archeologie et d'histoire de Montreal Pointe-a Calliere est inaugure, le 17 mai 1992, dans un nouveau batiment devant mettre en valeur les vestiges archeologiques du site fondateur de Montreal. Le batiment principal du musee, surnomme l'eperon, est l'ceuvre de l'architecte DanS. Hanganu et de son equipe'. Consacre depuis comme l'un des projets construits recents les plus marquants a Montreal', le batiment a fait!'objet de publications ici eta l'etranger'. Des l'annee qui a suivi sa realisation,!'ensemble du musee', remarquable surtout pour son edifice principal, mais qui comprend egalement Ia crypte de Ia place Royale, re<;oit le grand prix d'architecture et un prix d'excellence de I'Ordre des architectes du Quebec. En 1994, le projet re<;oit de plus Ia Medaille d'excellence, Prix du gouverneur general en architecture. Des lors, on reconnait son caractere profondement ancre dans le contexte :,, 'Pointe-a-Calliere' refere desormais a un complexe museal, si tot integre a Ia culture montrealaise qu'on dit de!'edifice qu'il constitue une sh ate, supplementaire, 3

6 JSSAC I JSEAC 27. n ~ 3. 4 <2002J Ill. 2. L'edifice de Ia Royal Insurance Co. con9u par l'archilecle John William Hopkins : vue habituelle de I' angle. (Archrves nationales du Canada, Ottawa. C 20788) Ill. 3. L'Eperon. plan masse : un dessin poche de forme triangulaire. (Archives de ragence Dan S. Hanganu. architecte) de l'histoire,, Un tel arrirnage a un contexte culture! et bati, quasi organique, merite d'etre explore a titre de precedent, non seulement au regard de Ia forme particuliere du batiment, mais en fonction de strategies projectuelles qui pourraient guider d 'a utres projets sur cette voie. L'architecte et son «geste >> Comment l'a rchitecte a-t-il mene sa reflexion pour ainsi atteindre un but a Ia fois exigeant et empreint de modestie? Dans une entrevue realisee un an apres!'assertion clairvoyante de Morisset, que nous venons de citer, Dan Hanganu revele les objectifs qu'il s'etait donnes pour le projet : Le principal geste que j'ai voulu faire a Pointe-a-Calliere en est un de continuite: en erigeant le projet sur le cimetiere de 1643, sur les batiments Papineau, sur le batiment Berthelet et enfin sur le Royal In surance, j'acceptais, de maniere symbolique, que d'autres puissent un jour construire au-dessus de ce que nous avons bati'. Pourtant, tous les articles publies sur le projet, qui portent avant tout sur l'eperon, sont unanimes quand ils expliquent Ia forme globale du batiment en correlation avec celle de!'edifice de Ia Royal In surance Co. (1861) qui lui a precede sur le si te, et dont I'Eperon abrite les vestiges. En effet, pose sur les fondations de!'edifice qui a occupe ce lieu historique avant sa demolition vers 1950, a Ia suite d'un incendie, l'eperon en conserve le gabarit general: un corps de batiment contraint par son site triangulaire domine a ]'angle par une tour hors ceuvre". Sans conteste, Ill. 4. L'edifice de Ia Royal Insurance Co., plan masse : un dessin poem de forme lriangulaire, (Archives nationates du Canada, Ottawa. NMC-14003)!'evidence de cette parente morphologique globale appara'it au premier examen du nouveau batiment 0 De telles interpretations du batiment qui portent sur!'appreciation de son aspect materiel, apparent, sont accompagnees de documents graphiques - dessins et photos - venant illustrer les propos des commentateurs. Dans les articles, on reproduira des dessins de presentation realises par l'equipe de l'architecte (plans, elevations, coupes), on aura recours aux documents photographiques d'archives ou aux cliches pris pour Ia circonstance. A!'occasion, on y fera redessiner des epures d'architecture dans le but implicite de montrer plus fidelement le batiment tel que construit' 0 U s'agit en quelque sorte de representations << ameliorees " du projet de l'architecte. Or, ces images selectionnees et publiees le sont en tant que temoins fideles de!'objet traite (le batiment). Ce sont en fait des << images concretes,, pour reprendre un concept de Marc Grignon" dont nous discuterons ci-dessous : leur valeur se situe dans leur teneur en information factuelle en rapport avec!'objet represente. 4

7 Ill. 5. F a~ade ouest de redifice de Ia Royal Insurance Co. refermant Ia figure d'un square. (Foundling Street looking East to Custom House. Musee McCord d'histoire canadienne. Montreal. Photographie George Parks. ca 1895, MP-2856) Comme le rappelle Grignon", Derrida a montre - en developpa11t sa theorie du signe qui examinait comment Ia tradition philosophique occidentale a defendu!'idee de l'exteriorite du signe par rapport a ce qu'il represente - que Ia representation exerce une forme de contr6le sur!'objet represente. Ainsi, Ia disponibilite des images de!'edifice de Ia Royallnsurance Co. et de l'eperon - prises photographiques de Ia volumetrie vue de!'angle (ill. 1 et 2), plan masse montrant Ia volumetrie triangulaire en poche (ill. 3 et 4) - auront pu suggerer leur parente et donner lieu a ces interpretations de premiere heure. Mais qu'en est-il apres un examen non pas factuel et global du projet, mais davantage projectuel de cette realisation? Une analyse tenant compte de Ia genese du projet et examinant certains documents plus inedits de!'edifice disparu, dont il existe pourtant une trace bien concrete sous forme de vestiges des fondations, a permis de reveler une interpretation differente. Nous proposons dans cet article d 'examiner, au-deja d'un premier constat ne faisant etat que de l'apparente similitude entre les deux «couches historiques 13», ce qu'il en est du dialogue plus subtil entre le nouveau batiment et son contexte bati, a Ia fois historique et actuel et en termes des figures et des strategies projectuelles. La critique genetique et Ia definition de «l'image matricielle )) Dans l'annee qui a sui vi!'inauguration du musee, nous avons pu proceder a un inventaire photographique d'esquisses et d'autres documents qui ont servi Iars de Ia conception du projet (croquis, dessins, propos consignes, maquettes et tout document relatant Ia recherche sur les precedents). Relativement aux idees et aux decisions de design qui ont fonde ce projet qui, par Ia suite, devait acquerir une place d 'importance dans le patrimoine bati recent de Montreal, ces documents revelent leur valeur en tant qu'archives du patrimoine culture!. En ce sens, nous souscrivons a!'approche de Ia " critique genetique,, qui s'avere actuellement l'une des voies les plus fertiles dans Ia recherche architecturale relati ve au projet. Ayant pour origine le champ litteraire et privilegiant Ia tra nsdisciplinarite, Ia critique genetique s'interesse a Ia portee ideell e et culture lle des modes de representation en archi- Ill. 6. Dessin poche mettant en contraste les pleins et les vides de Ia trame batie (etude du contexte). (Archives de l'agence Dan S. Hanganu, architecte) Ill. 7. Croquis conceptuel une image emblematique qui prefigure le projet tel que realise. (Archives de l'agence Dan S. Hanganu, architecte) 5

8 JSSAC I JSEAC 27. n 3. 4 <2002l Ill. 8. Plan du sous-sol de!'edifice de Ia Royal Insurance Co. date de (Archives nationales du Canada. Ottawa. RG 11M, item 1455 :NMC ) Ill. 10, 11 et 12. Esquisses montrant une etape dans revolution de l'idee regissant Ia relation entre le plan syme trique des vestiges et le plan «a deux parois dissoci9es, hi9rarchis9es. avec cour centrale» de I'Eperon. (Archives de l'agence Dan S. Hanganu. architecte) -~ -~ I 1 - Ill. 9. L'edifice de Ia Royal Insurance Co. Ia logique de sa symetrie axiale fendant I' angle aigu de l'ilot en direction d'une rampe d'acces aux quais n'est pas celle du batiment de I'Eperon. (Photo Alexander Henderson , Custom House, Montreal, ca. 1878, Archives nationales du Canada. Ottawa, PA ) tecture en fondant des etudes sur les archives de Ia crea tion. L'approche genetique consiste a considerer que [une] O"uvre, dans sa perfec tion finale, reste l'effet de ses metamorphoses et contient Ia memoire de sa propre genese. Mais pour pouvoir devenir!'objet d'une etude, cette genese de I'O"uvre doit a voir laisse des << traces >>. Ce sont ces indices ma teriels [notes, croquis, esquisses, maquettes, plans, dessins techniques, etc. ] que Ia genetique [... ] se propose de retrouver et de comprendre". Preoccupation propre a Ia fin du XX' siecle,!'etude des modes de representation, et du dessin d'architecture en particulier, est!'objet d 'un interet de recherche relativement recent''. Tout en ouvrant un rega rd critique sur les outils de genese du 6

9 Ill. 13. Epure montrant le contraste entre le schema du plan des vestiges et celui retenu pour reperon. (Arch1ves de l'agence Dan S. Hanganu, archltecte),,.. "' i projet, les documents graphiques projectuels - dessins, croquis et autres representations et descriptionsreve:.jent leur importance propre en ce qu'ils peuvent contribuer, dans certains cas, a formuler les criteres de!'appreciation des projets d 'a rchitecture en tant que patrimolne culture!. En effet, une analyse attentive des documents qui temoignent de Ia refl exion architecturale menee par l'architecte et son equipe au cours du processus de genese du projet contribue a en devoiler le sens. La genese de I' idee contient Ia formule qui permettra d 'expliciter le projet sous sa forme aboutie. Les documents graphiques projectuels - dessins, croquis et autres representations et descriptions - revelent leur importance propre quand il s'agit d 'apprecier Ia pertinence d 'un projet, comme cela peut etre le cas dans un jury de selecti on de concours d 'architecture, ou quand il s'agit d'en apprecier Ia contribution symbolique et culturelle pour!'attribution de prix d 'excellence et autres selections de merite, OU encore pour en comprendre Ia contribution au patrimoine culture) d 'une localite. A ce propos, parlant des concours d 'a r chitecture, Edith Girard souligne!'importance de presenter - et de ce fait de comprendre - le processus idee! autant que le resultat forme! afi n que Ia va leur intrinseque du projet soit demontree: Pour suggerer le sens du projet et en trainer!'adhesion du jury, je crois q u'il faut toujours en reveni r a l'histoire de Ia conception. Au bout du com pte,!'argumenta tion Ia plus efficace reside dans le dispositif intellectuel qui est a Ia source meme du projet: ce qu'il s'agi t d 'exposer, c'est le processus- Ia coherence, Ia legitimite, l'ori ginalite de Ia demarche- qui, en se formant, a servi a fabriquer le projet'". j. -.. \ r I I ~, Ill. 14. Croquis du concept de Ia cour interieure degagee. une sorte d'agora ouverte sur les ves tiges souterrains en contrebas. (Archives de l'agence Dan S. Hanganu. architecte) pi Des le debut du processus d'elaboration du projet s'etablit une sorte d 'idee lllafricielle" qui contient Ia resolution initiale du probleme d'organisation general e de l'espace, une sorte de vision primitive du projet. Cette derniere demeure consignee dans des croquis et des dessins dont se sert le concepteur pour communiquer ses idees a son equipe ou pour tout simplement nourrir sa reflexion propre. Ces croquis initiaux ne seraient pas que 4 I 7

10 JSSAC I JSEAC 27. n~ 3. 4 (2002l Ill. 15. Schema illustrant Ia solution definitive. (Archives de l'agence Dan S. Hanganu, architecte) G. 7 8 Ill. 16. Plan de l"etage inferieur. tel que construit. (Plans redessines par Nicolas Roque! et Caroline Magloire) _ a - -.,.. ijl ill 4f I. _' I / '"' ~, I 'J des bribes d'idees sans portee majeure ; ils representeraient des idees-images pregnantes dont il s'agit, au cours du processus d'elaboration du projet, d'etablir Ia pertinence et Ia portee rationnelle en ra pport a Ia resolution des contraintes du projet. Comme Girard, nous considerons que les ca racteristiques de!'idee-image de depart sont composees de principes fondamenta ux (sans d oute d'ordre ethique) et de suggestions nees d'une interpretation instinctive du site. Cette interpretation se traduit en quelques principes fondamentaux frequemment appeles concepts du projet. Ainsi, dans!'approche que nous preconisons, le dessin est con<;u comme medium du projet, comme acteur principal de Ia conception, bien au-deja de sa simple capacite de representation. La methodologie de notre etude de cas consiste en une analyse d u projet par l'intermediaire des d ocuments projectuels, notamment des croquis et des dessins de conception. Contrairement aux ----~ images concretes, factuelles, que nous avons evoquees precedemment et qui ont accompagne les commentaires emis par plusieurs auteurs a propos du b <'Himent l'eperon, nous nous servirons d'images di tes abstraites' 8 Ces images abstra ites ne relatent pas «objectivement,, Ia chose representee, mais son interpretation par!'auteur, sa valeur symbolique et sa portee conceptuelle : il s'agit de lectures de Ia ville, du contexte, des precedents. Ces lectures participent a Ia recherche de!'idee, en tant que principe, qui peut caracteriser un projet a toutes les echelles de sa resolution : de!'articulation de son gabarit, de son organisa tion fonc tionnelle aux details d'assemblage. Ces idees-images, si jugees pertinentes, peuvent etre reprises dans d'autres itera tions (projets) et ce, dans differents registres du langage architectural (fi gures, strategies formelles, 8

11 Ill. 17. La halle du marche aux poissons du che Sainte-Anne, tectoniques, programmatiques)'9. Le concept de Ia dualite de <<!'image d'une ville», voire d'un batiment- images concretes et images abstraites - apporte par Marc Grignon revet ici toute sa pertinence a plus d'un titre. Du point de vue methodologique, cette dualite permet de distinguer!'image (representation) comme relatant une verite objective (image factuelle) de!'image comme trace d'une maniere de voir quelque chose (image symbolique, porteuse du sens). L'interet d'etudier ces images decoule du fait qu'elles aident a comprendre!'architecture d'une periode et d'une culture donnee et a etudier Ia portee du geste architectural des projets qui caracterisent un paysage construit20. Par ailleurs, du point de vue instrumental, I' analyse d'un batiment en partant des documents projectuels eta!'aide des deux types de representations, concretes et abstraites, en permet une comprehension plus fine, liee a son contexte culture!. L'analyse du projet Revenons a!'analyse de notre cas, I' edifice de l'eperon. Ill. 18. Lemur ouest donnant sur Ia rue de Callii!re est un pan aveugle qui sert de fond de scene a cette section de Ia place d'youville. (Archives de l'agence DanS. Hanganu, archilecle) Qu'en est-il de sa ressemblance avec!'edifice dont il abrite les vestiges (!'edifice de Ia Royal Insurance Co.)? Un examen attentif des dessins de conception temoigne de!'interrogation elaboree par l'architecte ace sujet. Rappelons d'abord que!'edifice de Ia Royal Insurance, con<;u par John William Hopkins, avait les dimensions propres a un edifice institutionnel de prestige. II etait done une figure urbaine qui, par sa masse et son echelle, contrastait avec les batiments environnants. Son concepteur avait cependant tente d'harmoniser son volume aux caracteristiques du contexte bati du quartier en ayant recours a une composition tripartite des trois fa<;ades 9

12 JSSAC I JSEAC 27, n ~ 3, 4 <2002l Il l. 19. A Ia pointe principale du plan en triangle, les deux parois sont dissoci es : Ia tour fait resolument partie du mur longeant le front de mer en accentuant Ia perception de son paisseur. Par!'interstice, le promeneur est invite a se faufi ler derriere cette paroi pour d9couvrir le vaste espace interieur. (Archives de l'agence Dan S. Hanganu, architecte) Il l. 20 et 2 1. Au niveau de Ia toiture, Ia definition de l' paisseur de Ia paroi donnant sur le rue de Ia Commune, r it8 r e 8 chaque tage, est soulign e par un puits de lumiere qui separe Ia paroi du cceur du batiment tout en donnant a voir son aboutissement : Ia tour. (Archives de l'agence Dan S. Hanganu, architecte) (ill. 2). Par ailleurs, contrairement aux ilots types du Vieux-Montreal, qui sont morceles et s'ouvrent sur des cours interieures plus ou moins spacieuses, Ia masse compacte du Royal Insurance occupait entierement!'ensemble du petit llot residue! cree par une intersection atypique de deux corridors urbains selon un angle aigu - Ia place d 'Youville et la rue de Ia Commune (ill. 4). Sa forme en prisme triangulaire soulignait ce trace urbain atypique, mais imposait sa masse au-deja de l'alignement de Ia rue Foundling (aujourd'hui confondue avec Ia place d'youville). Son em prise le long de Ia rue de Calli ere debordait en effet largement cet alignement, ce qui avait pour effet un resserrement du corridor urbain adjacent. L'edifice d 'alors venait ainsi refermer et definir une figure de place, un square de forme allongee (ill. 5), entre Ia saillie de sa fa<;ade ouest et!'edifice du poste de pornpiers sis, aujourd 'hui, au milieu de Ia place d 'Youville. Si!'on compare le plan masse de 1890 (ill. 4) avec celui faisant etat de!'emplacement du nouvel edifice de l'agence Hanganu de 1992 (ill. 3), les deux projets semblent adopter Ia meme strategie. Cependant, les croguis qui temoignent- des le debut du p rocessus de design du nouveau projet- de!'interpretation du bati environnant, revelent une toute autre intention. Un poche produit par l'equipe de design (ill. 6)- dessin de travail 10

13 Ill. 22 et 23. L"epaisseur des parois est visible. soulignee par des percements qui permettent de reveler leur plasticite. (Archives de l'agence Dan S. Hanganu, architecte) trouve parmi les «rebuts, du long processus de genese des idees maltresses du projet- resume deux observations caracteristiques du contexte, qui devaient devenir les idees-images (idees matricielles) qui ont guide le projet de sa forme jusqu'a!'elaboration de certains details architectoniques. Sur ce poche qui met en contraste les pleins et les vides de la trame batie, apparaissent clairement les evidements dans le corps des!lots massifs. C'est l'idee de la cour interieure ouverte, sorte d'espace vide entoure de murs en epaisseur, habitables. Apparait aussi l'idee du mur massif et muni de percements constituant le front de mer sur Ia rue de Ia Commune. C'est ainsi que, des les premiers croquis conceptuels, les deux idees ont pu etre rassemblees dans une image emblematique qui prefigure le projet tel que realise (ill. 7). Au long du processus devant fixer le concept general du projet, on peut suivre ala trace- a l'aide de dessins et de croquis - ces deux idees. On les verra se heurter de front a une troisieme : celle de Ia figure du plan triangulaire qui caracterise!'edifice de la Royal Insurance Co., et de sa symetrie selon un axe partageant l'angle aigu (ill. 8). Cet axe de symetrie magnifie par Ia tour d'angle est veritablement l'idee maitresse du projet de John William Hopkins. L'orientation de cet axe amene!'edifice a faire face au fleuve suivant cet angle, prolongeant son parvis vers une rampe qui descendait aux quais a l'epoque et qui est placee dans cette meme orientation (ill. 9). Les images des illustrations 10, 11 et 12 sont les temoins des diverses superpositions de ces trois idees dans!'elaboration du projet de Hanganu: son equipe s'est clairement interrogee sur la pertinence de reprendre le plan des vestiges anciens que le nouveau batiment devait abriter en vue de leur mise en valeur. Finalement, l'architecte opte pour une figure differente (ill. 13) : un plan triangulaire, certes, car contraint par son site, mais qui privilegie cependant le dialogue avec la ville, le present. En effet, Ia disposition du batiment, regie par son plan, epousera le caractere des ilots urbains environnants. Le projet visera!'inscription dans!'experience urbaine propre au Vieux-Montreal : de l'alternance des pleins et des vides que le flaneur decouvrira, attire par autant de breches et d'interstices, au gre de sa promenade. Apres un patient cheminement de va-et-vient, inherent a toute demarche de design, emerge resolument le concept prefigure dans une esquisse primitive (ill. 7). C'est le concept de Ia cour interieure degagee, sorte d'agora ouverte sur les vestiges 11

14 JSSAC I JSEAC 27. n 3. 4 <2002l Ill. 24 et 25. Details tectoniques creant des jeux d'ombre qui rendent l'epaisseur presque palpable. (Archives de l'agence Dan S. Hanganu, architects) souterrains en contrebas (ill. 14). Cette cour, partagee en deux parties par un rideau mobile dans sa forme definitive - l'une tournee vers le << tresor cache», les fondations archeologiques et le musee,!'autre, le hall d 'entree, tournee vers Ia ville -, est entouree de parois massives (ill. 15 et 16) habitees, dans leur epaisseur, par les espaces dits «servants >> (destines a desservir l' espace «servi >> de!'agora). La paroi qui donne sur Ia place d'youville (anciennement Ia rue Foundling), hierarchiquement secondaire et peu massive, enferme dans son epaisseur des circulations verticales. Dans cette hierarchisation des de ux parois se trouve inscrite Ia seconde idee inspiree par le regard que l'architecte a pose sur le contexte urbain : c'est!'idee du mur massif et muni de percements constituant le front de mer sur Ia rue de Ia Commune, tel que present dans les premiers croquis (ill. 6). La paroi qui d01me sur Ia rue de Ia Commune, d'un seul pan et plus massive, est priorisee. A noter encore une fois Ia difference avec le projet de John William Hopkins. Les murs lateraux de!'edifice disparu etaient semblables et s'arrimaient plutot a l'idee d'un rythme en regard de Ia largeur type des batiments environnants (composition tripartite des fa<;ades, ill. 2), une idee contextuelle plus vague et moins subtile que celle adoptee pour le projet de Dan Hanganu. Dans une entrevue accordee en 1994, l'architecte mentionne son intention: [Cette paroi est] un bouclier, parce que c'est le seul endroit ou lebatiment se moule contre ce plan imaginaire [!'ensemble de la rue de la Commune]. Malgre Ia force qui lui est intrinseque, le Musee se trouve ici face a plus fort que lui : ce plan vertical, Ia limite reelle de la ville. Mais ce plan-ia le moule dans une forme qui est par definition solide. Evidemment, il y a une certaine monumentalite. Il y a une presence". Ainsi, a Ia pointe principale du plan en triangle, les deux parois sont dissociees : celle qui donne sur Ia rue de Ia Commune aboutit a une tour. Ce n'est pas a proprement parler une tour d'angle; elle fait resolument partie du mur qui Ionge le front de mer en accentuant Ia perception de son epaisseur (ill. 19). Par!'interstice, le promeneur est invite a se faufiler derriere cette paroi pour decouvrir le vaste espace interieur. De l'exterieur, des percements et des tranchees visuelles pratiquees dans les deux parois qui l'entourent permettent d'entrevoir ce meme espace a travers l'epaisseur des murs habitables: tout comme pour un llot typique du Vieux-Montreal. Completant le plan en triangle, le mur ouest donnant sur Ia rue de Calliere est un pan aveugle qui sert aussi, comme fa<;ade exterieure, de fond de scene a cette section da Ia place d'youville. Sur ce dernier point, le concept de l'eperon poursuit Ia figure urbaine de!'edifice de Ia Royal Insurance (ill. 17). Cette intention etait clairement presente des le debut du concept, comme en temoignent des croquis primitifs (ill. 18). Un examen plus complet du projet realise permet de debusquer le concept que nous venons d 'exposer - astucieux et fort dans sa simplicite -, autant dans Ia volumetrie, Ia tectonique et Ia modenature du batiment l'eperon. En voici quelques exemples : au niveau de Ia toiture, Ia definition de l'epaisseur de Ia paroi donnant sur Ia rue de Ia Commw1e, reiteree a chaque etage, est soulignee par un puits de lumiere qui separe Ia paroi du cceur du batiment tout en donnant a voir son aboutissement : Ia tour (ill. 20 et 21); l'epaisseur des parois est visible, soujignee par des percements qui permettent de reveler leur plasticite (ill. 22 et 23), par des details tectoniques qui creent des jeux d'ombre rendant l'epaisseur presque palpable (ill. 24 et 25), par des occasions qui donnent a deambuler a meme l'epaisseur comme sur le sommet 12

15 IlL 26. L' :paisseur de Ia pa roi est ressentie en deambulant a meme repaisseur comme sur le sommet de Ia parol en une sorte de widow s walk flanquee d'une colonnade massive. donnant!'impression d'6tre excavee de repaisseur de Ia paroi. (Arch1ves de l'agence Dan S. Hanganu. archi!ecte) de Ia paroi en une sorte de widow's walk" flanquee d 'une colonnade massive, dormant!'impression d'etre excavee de l'epaisseur de Ia paroi" (ill. 26). Conclusion : une contextualite reinventee Dans Ia composition du projet de Dan Hanganu, ni symetrie ni bloc plein caracteristiques de!'edifice de Ia Royal Insurance. Entierement different de ce dernier dans son rapport avec le Vieux-Montreal, l'eperon offre un dialogue tout en subtilite avec son contexte, tout en imposant son caractere contemporain. Remarquable par son urbanite, le projet actualise les figures et les strategies typiques des lieux". Cependant, ces choix de l'architecte sont enchasses dans le processus creatif pendant lequel il developpe, au long de sa carriere, les caracteristiques de son ceuvre. Nous avons pu d'ailleurs relever, au nombre des documents qui constituaient les archives de ce projet, des cliches de voyages racontant, en d'autant de precedents realises ailleurs,!'idee-image de parois habitables, de murs revelant leur epaisseur grace a differents dispositifs de design que l'architecte integre dans son bagage intellectuel et creatif's. Ainsi,!'analyse des dessins et des documents servant ala conception, qui donnent acces a Ia genese des idees guidant le projet, permet d'expliquer lebatiment realise de maniere documentee. Nous avons montre comment le merite de ce projet (la demarche de l'architecte) et du batiment (sa realisation) reside principalement en ce qu'il porte les references au contexte et a l'histoire a une echelle resolument contemporaine. Ses strategies et ses figures, imaginees dans une attitude d'invention respectueuse plut6t que d'emulation ou de citation par rapport a son voisinage historique, reinventent!'idee de contextualite dans un district charge historiquement et symboliquement, le Vieux Montreal. Au-dela de!'interet que revet ce projet particulier, que nous traitons ici a titre d'etude de cas, une analyse genetique permet d'apprecier non seulement Ia qualite du batiment, mais egalement sa place dans Ia production architecturale contemporaine locale. En effet, retracer les idees-images qui circulent dans les projets qui marquent le caractere d'w1e ville et constater les differentes materialisations au gre des iterations multiples contribueraient a Ia comprehension du lent processus de construction d'un patrimoine culture! bati a travers les strates historiques d'une ville, que celles-ci soient plus ou moins recentes, voire encore en gestation. Notes 1. Par le terme analyse genetique, nous entendons une approche qui se situe a mi-chemin entre Ia critique genetique (une analyse discursive des dessins d'architecture qui, a l'instar du champ litteraire d'ott e!je tire sa source, s'interesse aux traces du processus de conception en tant que complement de l'ceuvre architecturale comme finalite) et Ia morphogenese du tissu urbai n (qui appelle!'etude des transformations des formes baties). Dans notre approche,!'analyse genetique des documents retrac;a nt!'evolution des idees et des formes au cours du projet d'architecture est plut6t un instrument methodologique qui sert a!'etude des significations inscri tes dans le paysage construit. lei, un batiment (le projet et sa rea lisation) n'est pas considere comme une ceuvre independante, mais plut6t comme l' un des elements du tissu urbain dont Ia continuite construit ce paysage. 2. Equipe de design : Thomas Schweitzer, Luc Plante, Gilles Prud'Homme. 3. Outre les prix d'excellence rec;us, le Musee Pointe-a-Calliere (sic) figure parmi les projets selectionnes pour!'exposition Le nouveau Montreal : projels urbains 111arquants dans le Vieux-Montreal presentes au Centre de design de I'Universite du Quebec a Montreal (commissaire Marc-Henri Choko) 13

16 JSSAC I JSEAC 27. n" 3. 4 <2002l et publies dans le catalogue d'exposition. Voir Choko, Marc-Henri, Bernard La Mathe, et Georges Adamczyk, 2001, Catalogue d'exposition Le nouveau Montreal: projets urbains nwrquants dans le Vieux-Montnial, Centre de design de l'universite du Quebec a Montreal. 4. Le projet est commente dans les publications suivantes : Brossard, Jean-Guy, 1993, et Michele Garceau, Pointe-il-Calliere, IIIUSee d'archeologie et d'histoire de Montreal: /cs fondements du discours, lnstitut quebecois de recherche sur la culture, Actes du colloque de l' ACFAS ; Choko, Marc-Henri, Bernard La Mathe, et Georges Adamczyk, 2001, Le nouveau Montreal: projets urbains marquants dan s /e Vieux-Montreal, Centre de design de l'universite du Quebec a Montreal ; Germain, Annick, et Damaris Rose, 2000, Montreal: The Quest for a Metropolis, John Wiley & Sons ; Lelievre, Francine (dir.), 1992, Le Rapport de projet- Pointe-il Calliere, 11/usee d'arclu?ologie et d'histoirc de Montreal, Montrea l, Societe immobiliere du patrimoine architectural de Montreal [SIMPA] ; Magendie, Franc;ois, 1993, Les 11/Usees thcmatiques :de Ia contemplation il Ia curiosite, Techniques et architecture, Paris, Regirex France, juin, p ; Magendie, Franc;ois, et Georges Adamczyk, 1994, Pointe-il Calliere. Musee d'archeologie et d'histoire de Montreal, Collection dirigee par Odile Henault, Montreal, section b ; Morisset, Lucie. 1993, «Le grand prix d'architecture 1993», ARQ Architecture-Quebec, n" 76, decembre, p ; Vanlaethem, France, 992, «Pointe-a-Calliere. Musee d'archeologie et d'histoire de Montreal», ARQ Architecture Quebec, n" 7, juin, p Le projet, dont le design est dirige par Dan S. Hanganu, est realise en collaboration avec Provencher Roy architectes. La renovation et l'amenagement de!'edifice de l' Ancienne-Douane sont realises par LeMoyne Lapointe Magne architectes et urbanistes. 6. Morisset : Dan S. Hanganu dans Magendie et Adamczyk : Seton la monographie archeologique portant sur le site, signee Les Recherches Arkhis (1991, Monographic archeologique du Royal Insurance Building, Montreal, Ville de Montreal/Ministere des Affaires culturelles et Societe immobiliere du patrimoine architectural de Montreal [SIMPA], inedit, p. 68), l'epithete " l'eperon» est entre dans ['usage grace a ['edifice Royal insurance: < L'edifice s'avance done tel une proue de navire, domine par un mat ou une imposante cheminee qu'evoque la tour, d 'ou le nom du site de l'eperon». 9. «Epousant la silhouette du dernier batiment a occuper cet emplacement, [!'edifice de l'eperon] retablit la continuite urbaine tout en s'affirmant comme une intervention resolument contemporaine» (Vanlaethem : 33). «[... ]!'edifice de l'eperon s'articule a l'histoire materielle du lieu : non seulement il epouse la forme triangulaire de son terrain, mais en outre il restitue la volumetrie et les proportions de!'edifice Royal In surance Company (1861), dernier occupant du site.[... ] et sa tour rend hommage a ce dernier» (Morisset: 10). «[... ]!'edifice vient se poser sur les fondations du batiment Royal In surance, aujourd'hui demoli, qui occupait ce lieu historique. II en conserve le gabarit general et une evidente parente typologique : un corps de bi\timent flanque a ['angle d'une tour hors ceuvre (Magendie et Adamczyk : 12). Voir aussi Germain et Rose (2000 : 41-43). 10. Les plans, les coupes et les elevations publies dans Magendie et Adamczyk ont ete redessines par Nicolas Roquet et Caroline Magloire. 11. Grignon, Marc (1999), «Comment s'est faite!'image d'une ville :Quebec du XVII" au XIX" siecle», In Lucie K. Morisset et al. (dir.), Ville imaginaire, ville identitaire, Quebec, Nota bene, p : Nous faisons ici allusion a!'interpretation de plusieurs auteurs (Magendie et Adamczyk [p. 12], Morisset [p. 10]) a l'effet que le nouveau projet de Hanganu serait une sorte de strate historique superposee aux precedentes. Cette interpretation rejolllt d'ailleurs ]'intention meme de l'architecte citee en page 2 (voir note 5). 14. de Biasi, Pierre-Marc (2000), «Critique genetique», Encyclopaedia Universalis, France. 15. Marc Grignon montre comment est apparu, depuis une vingtaine d'annees, un foisonnement de recherche portant sur le dessin d 'architecture et la genese des ceuvres d'architecture. 16. Girard, Edith (2000), «La genese du projet en situation de concours. Entretien avec Pierre Marc de Biasi», Pierre-Marc de Biasi et Rejean Legault (dir.), «Architecture», numero special de la Revue internationale de critique genetique, Genes is. Manuscrits, recherche, invention, n" 14, Paris, Jean Michel Place, p Girard: Grignon : Cette idee fait reference a l'«intertextualite» fondant Ia critique genetique (voir les travaux de Julia Kristeva, Mikha'il Bakhtine et Roland Barthes sur la genese du concept en analyse litteraire). 20. Grignon : 99. Les deux notions,!'image concrete d'une ville et son image abstraite, sont reliees de fac;on complexe et variable selon les contextes culturels et historiques. 21. Dan S. Hanganu, dans Magendie, 1994 : Dans une entrevue avec Georges Adamczyk, Dan Hanganu appelle cette colonnade «le widow's walk en reference au lieu, sur le to it de la maison, ou la veuve du marin attendait vainement son maria jamais disparu >> (Magendie et Adamczyk : 30). 23. Dans la meme entrevue, Hanganu observe : «le batiment [l'eperon] est un volume dont les parois s'effritent subtilement >> (Magendie et Adamczyk : 30). 24. Comme l'a dit Lucie K. Morisset (1993 : 10) dans son appreciation du projet lors de la reception du prix d'excellence en 1993 : «Pointe-a-Calliere s'est revele au jury un apport considerable au Vieux-Montreal, sous les traits d 'un modernisme parfaitement integre et se refusant au pastiche, encore plus au plagiat >>. 25. Dans une entrevue publiee dans Magendie (1994 : 22), Georges Adamczyk, parlant du rapport du projet a l'histoire de Montreal, remarque que!'intervention d 'Hanganu «correspond a une prise de position plus generate, a une attitude plus ouverte a I'egard de l'histoire des civilisations urbaines >>. Dan Hanganu de repondre : «[... ] il est evident que toutes mes collections de souvenirs, qu'elles viennent d'europe ou d'ailleurs, ont ete mises a profit >>. 14

17 Ill. 1. Chas. E. Goad. Plan du quartier Saint-Louis du Mile End, (ANC, Ottawa, NMC 16297/80) Isabelle Caron Des memoires «a excaver'» interpreter Ia presence des carrieres de pierre grise a Montreal. Isabelle Caron est doctorante dans /e cadre du progm111111e il1teruniversitaire en histoire de /'art, ii I'Universite du Quebec ii Montreal. El/e est associl'e ii Ia Clwire de recherche du Canada en patri111oine urbain. ]SSAC I js EAC 27, n'" 3, 4 (2002) ; Le mot << memoire >> -au singulier comme au pluriel- est en usage dans le milieu de!'intervention patrimoniale. On!'a prefere a << histoire >>, trop empese, trop lourd de sens, trop universitaire peut-etre pour un usage promotionnel de ce milieu de reflexion'. Les requalifications de l'environnement bati, avant de devenir constructions, renovations ou encore mises en valeur, passent par une etape de reflexion sur leur valeur de memoire et leur potentiel d'exploitation - sorte de filtre mnemonique -, avant que l'acte sur leur devenir, soit. Un tel arret est devenu passage oblige depuis les annees 1980, a l'instar de Ia France, apres qu'un long processus historique l'eut fait na'itre et developpe. Et fort heureusement, diront les partisans de l'histoirememoire de Montreal, qui se souviendront des annees 1970, annees noires si!'on considere les pertes en edifices historiques detruits, mais fonda trices pour Ia conscientisation a Ia conservation du patrimoine urbain montrealais. Montreal, dans son arrondissement Rosemont-Petite-Patrie, est a un tournant decisif de son evolution urbaine et de multiples reflexions sont en cours sur son avenir. II va de soi que le passage par l'etape d'evaluation ait ete entrepris avant les actes de construction-modification du paysage bati. Ainsi, dans le quartier montrealais de Petite-Patrie, traverse par le boulevard Rosemont, les habitants verront de nouvelles constructions s'eriger a partir de mars 2003'. Le projet de regroupement de trois h6pitaux (Saint-Luc, Notre-Dame et H6tel-Dieu) en un tres grand Centre hospitalier de l'universite de Montreal (CHUM) constitue un projet majeur' qui transformera Ia vie quotidienne 15

18 JSSAC I JSEAC 27. n 3, 4 C2002l _j L_l ; j [ J L_J LJU Ill. 2. Chas. E. Goad. Plans des quartiers Saint-Denis et Saint-Louis du Mile End (ANC, Ottawa. NMC , 320/356) des residants- notamment en raison de l'arrivee d'un nouveau groupe d 'usagers, celui des services hospitaliers, qui remplacera les actuels utilisateurs du garage de Ia Societe de transport de Montreal (STM) et des ateliers de Ia Ville de Montreal- ; consequemment, Ia caracterisation de leur environnement urbain, Ia << vie de quartier»,sera ineluctablement modifiee 5 A Ia demande de divers intervenants, le Groupe Cardinal Hardy procede depuis quelque temps deja a diverses etudes en vue de preparer, pour ce secteur de l'ile, des projets de developpement. Bien que le projet d'intervention soit encore a!'etude, nous croyons qu'il est interessant de communiquer des maintenant quelques reflexions quanta Ia possibilite d'exploiter, a Montreal, un nouveau lieu de memoire, un site porteur d'une identite a Ia fois montrealaise eta l'echelle du quartier. Ainsi, il est tout a fait pertinent de rappeler que plusieurs edifices anciens de Montreal ont ete construits a!'aide de Ia pierre grise des carrieres dont l'activite a longtemps domine dans le secteur. La mise en valeur annoncee de ce secteur pourrait etre!'occasion " d'excaver, Ia memoire du mieu. La rue des Carrieres dans l'est de l'ile de Montreal Une rue de!'est de Montreal porte le nom de " rue des Carrieres,, (ill. 1 et 2). Elle se deploie a partir de!'avenue Henri-Julien au sud du boulevard Rosemont pour joindre ce dernier du cote est, avant Ia Premiere Avenue. Que I' on consulte une carte de l'lle de Montreal ou qu'on l'emprunte en voiture, on distingue aisement son trajet sinueux particulier! Le contraste est etonnant: le trajet se demarque des traces reguliers et des angles droits qui s'etendent jusqu'au nord et occupent Ia partie sud de Ia ville, Ia plus ancienne. Bien que cette rue ne soit pas!'unique exemple d 'un dessin coude puisqu'on en observe un autre cas dans le quartier Mont-Royal, elle est particulierement interessante puisque son trace a precede l'avancee de Ia grille orthogonale vers le nord de l'ile. L'histoire de Ia rue des Carrieres est aussi ancienne que l'histoire des carrieres de pierre de Montreal, ou peu s'en faut. Chemin des Carrieres au tout debut de son existence, elle menait de Ia ville de Montreal aux differents lieux d 'extraction de Ia pierre calcaire, dessinant ce parcours viaire tout en sinuosites qui montait progressivement vers le nord-est. Par Ia suite, le trace recuperait ce qui s'appelait alors Ia Cote-a-Baron (le secteur du chemin des Tanneries) dont l'origine est localisee au lieu-dit de Ia tannerie des Bellair (au coin des rues Mont-Royal et Henri-Julien) et joignait le chemin de Ia cote de Ia Visitation. En 1876, le chemin des Carrieres est coupe dans sa partie ouest par le passage de!'occidental Railway, lequel traversait aussi une carriere et le village du Coteau Saint-Louis developpe autour du chemin depuis 1846 par les travailleurs desirant se rapprocher de leur lieu de travail. L'industrie qui s'est concentree le long de Ia voie ferree ainsi que le developpement des transports ont favorise!'urbanisation du secteur (ill. 3). Au sud de Ia voie ferree se forme et se peuple rapidement le village de Saint-Louis-du-Mile-End. Le village compte habitants lors de son incorporation en 1878, en 1895 quand on lui accorde le statut de ville, en 1905 et en 1910 quand Ia ville est annexee a Montreal et devient!e quartier Laurier. Sous l'effet de Ia densification, le trace sinueux du chemin des Carrieres doit s'adapter a un plan hippodamique rigoureux, developpe surtout sur son flanc ouest ; urbanite oblige, il porte desormais le nom de rue des Carrieres 7. Au nord de Ia voie ferree,!'expansion urbaine est favorisee par l'ouverture, en 1895, d'une premiere ligne de tramway vers le nord dans!'axe de Ia rue Saint-Denis 8 La meme annee, deux grandes societes immobilieres, Boulevard Saint-Denis et Pare Amherst, achetent les terres des families Comte (lot n" 8) et Hughes (lot n" 5) et les revendent en lots a batir a de jeunes menages. Une centaine de families fonde Ia meme annee Ia paroisse Saint-Edouard, a Ia marge des carrieres deja ouvertes, sur les terres de Greaves (lot n" 4) et de Lacroix (lot n" 2). Dans ce secteur, le chemin des Carrieres devient pour un temps le chemin de Ia cote Saint-Louis et se raccorde au chemin de Ia cote de Ia Visitation, a!'est de Ia rue Papineau (ill. 4). Des l'ouverture de Ia voie ferree, celle-ci avait ete bordee, sur son flanc nord entre le trace actuel des rues Saint-Denis et Boyer, par une voie de service qui est devenue rue publique en 1915 : Ia Pacific Avenue. En 1922, Ia portion de Ia rue des Carrieres- d'ailleurs celle connue sous ce nom- qui va de!'avenue Henri-Julien au boulevard Rosemont, le chemin de Ia cote Saint-Louis qui Ia prolonge et le chemin de Ia cote de Ia Visitation sont renommes pour former ensemble une nouvelle rue des Carrieres 10 Le trace de cette nouvelle entite, desormais confinee entierement au nord de Ia voie ferree, est cependant interrompu par Ia construction du viadue ferroviaire de Ia rue Saint-Denis, au debut des annees

19 Ill. 3. «Bridge Above the Quarries,>. The Canadian Illustrated News, 3 avril (BNO. Aibums Massicotte d) I. Ce n'est que depuis Ia construction d 'un deuxieme pont par-dessus Ia rue Saint-Denis, en notamment grace au reamenagement de l'llot du metro Rosemont-, que Ia rue des Carrieres retrouve son extension de 1922; a cette occasion, elle est prolongee vers!'ouest pour rejoindre Ia rue Alma, dans!'axe de Ia rue Henri-Julien. La carte de 1879 de Hopkins (ill. 5) montre Ia rue rattachee a Ia cote de Ia Visitation avec laquelle elle se confond. Par ailleurs, cette rue des Carrieres est renovee en 1973 et a nouveau en Quelques viaducs, avec ou sans acces pietonnier, sont ajoutes lors des renovations des annees 1970, sans compromettre l'idyllique parcours. Le train emprunte egalement le sentier puisqu'un espace parallele lui est menage cote sud de Ia voie carrossable. Des carrieres de belle pierre grise On situe Ia premiere carriere de pierre dans Ia partie septentrionale de l'lle, au cceur du developpement de ce qui etait autrefois Ville-Marie". La premiere carriere exploitee au cours du XIX siecle eta it cependant sise a Ia racine de Ia rue des Carrieres; des extractions ont aussi ete faites pres du Mont-Royal (ill. 6 et 7)". L'histoire detaillee des carrieres - et celle de Ia,, pierre grise» - de Montreal reste a fa ire (ill. 8)u. On sa it cependant que des Ia fin du XVIII' siecle, des gisements de pierre calcaire sont decouverts et exploites sur l'ile. Au debut du XIX siecle sont ouvertes les premieres carrieres de Ia cote Saint-Louis, notamment celle qui se trouvait a Ia hauteur de!'actuelle rue Duluth (ancienne rue Saint-Jean-Baptiste'') et qui est responsable du developpement du premier village Sa int-jean-baptiste. Ces premieres carrieres ont ete epuisees sous la pression d ' une demande tres forte, notamment de 1820 a 1860, quand cette pierre etait Ia norme de Ia construction dans les quartiers bourgeois. Les carriers'' et les tailleurs de pierre vont suivre les veines et y ouvrir des puits de plus en plus amples, exploites grace a une machinerie eta un outillage qui se developpent. Un inventaire, dresse en 1913, denombre huit groupes de carrieres sur l'lle de Montreal (ill. 9). La carte des Fortification Surveys de ainsi qu'une carte de synthese dressee en 1913 dmment un apen;:u general de!'emplacement des carrieres du groupe du Mile-End dans Ia seconde moitie du XIX ' siecle (ill. 10). Ill. 4. Chas. E. Goad. Cotes Saini-Louis et de Ia Visitation (ANC, Ottawa, NMC 16297i82) La conjugaison d'un ensemble de causes explique Ia fermeture des carrieres dans les annees D'abord, des Ia fin du XIX siecle, le materiau est devenu trop coc1teux. En consequence, en raison de ses couts d 'extraction, mais surtout des couts lies a sa taille, Ia pierre naturelle ne peut plus concurrencer Ia pierre artificielle dont!'usage est consacre, des 1910, sur les immeubles du centre-ville. En meme temps, les veines de pierre que!'on exploitait sur la cote Saint-Louis sont largement epuisees vers 1900 et, des les annees 1910, les carriers montrealais en sont reduits a ne produire que Ia pierre concassee, surtout utile aux melangeurs a beton et aux travaux de voirie de Ia municipalite. Les carrieres plus recentes, celles de Villera y, ont produit de Ia pierre de construction au tout debut du XX< siecle, mais ne produisent plus que de Ia pierre concassee a l'oree de Ia Premiere Guerre. 17

20 JSSAC I JSEAC 27. n 3. 4 <2002l Ill. 5. H.W. Hopkins, Atlas of the City and Island of Montreal, 1879, detail. (ANC. Ottawa. NMC-16064) Ill. 6. Henry Sandham, «The Quarries near Montreal by Moonlight >. The Canadian Illustrated News. 29 octobre (BNQ. Albums E.-Z. Massicotte. B-1 38-a) Mile-End Le chemin des Carrieres s'est developpe de fac;on organique sur Ia cote Saint-Louis, en suivant les depots rocheux qui livraient de Ia pierre de construction de qualite. II existe d'ailleurs une bonne documentation sur Ia composition geologique du sous-sol de l'ile de Montreal"' et plusieurs etudes ont deja documente les qualites de Ia pierre de construction". La totalite de l'lle de Montreal est formee de depots rocheux du systeme ordovicien et compte des couches de calcaires de Ia formation Trenton, de Ia formation Chazy et de Ia formation Black River. Or, l'lle de Montreal est parcourue par une veine de calcaire Black River - et ses trois composantes : le Pamelia, le Lowville et le Leray- et elle serpente sous le plateau Mont-Royal vers Villeray, tout en etant contenue entre deux failles qui ont cree un bouleversement rendant le Trenton, le Chazy et le Black River disponibles dans un meme puits, a des profondeurs variees (ill. 11). En 1913, William A. Parks depose au ministere des Mines a Ottawa un volumineux rapport sur les pierres de construction et d 'ornement extraites au Quebec. II decrit les quatre carrieres du groupe du Mile-End : The area bounded by Mount Roya l Avenue, Papineau Avenue and Beaubien Street, to the south, east and north respectively, and more irregularly to the west by a line reaching almost to St. Denis Street may be regarded as a quarrying area in the Trenton formation from which immense amounts of stone have been removed in the past. Most of the old quarries have long been abandoned, chiefly because the stone had been removed over the entire property controlled by the owner to a depth beyond which profitable quarrying was impossible. Many of the other quarries, particularly in the vicinity of St. Denis Street, have been filled in and built on. This region has produced a large portion of the high grad e Montreal limestone, and at present it shares with the Vi lleray group the distinction of yield ing the only cut stone within the city limits. 0. Mnrfinm11 & Fils This p roperty occupies the area between Carriere, Ga rnier and Marquette Streets and extends north almost to Beaubien street. It contains 30 acres in all, most of which has been quarried. At the south end of the property, adj oining Carriere Street about 50 yards still remain throughout the whole thickness of the section, but a considerably greater area of the good building beds which occur towards the bottom of the section still remains. The company is now cutting stone for the splendid Maisonneuve Market. The product of the quarry may also be seen in the Engineer 's Club ; the Bank of Ottawa, Park Avenue, and in St. Edouard Church at the corner of St. Denis and Beaubien Streets. In this latter building the rock-face work is marred by black skins in places and by the occasional presence of blocks with muddy streaks. The hammered stone shows sca ttered imperfections in the form of wavy dark lines and an occasional pluck. On the whole, this building is a very creditable exa mple illustrating the excl usive use of stone from Martineau's quarry. Joseph Gravel This property lies immediately to the west of that d escribed above and has been largely quarried over to a depth of about 15 feet in the upper thin beds. The quarry is now being extended to the south and the east towards Chambord Street. Old quarries occupy an extensive area south from here and across the railway to the Limoges quarry, which will be described later. The thin upper stone has been removed for the most part, but a large supply of building stone lies under the present flood of the quarry. At present only the upper stone is taken and it is all crushed. Twelve men are employed and a small crusher operated by stea m power is at work. The quarries of the Mi le End group extend through old workings south and east to below Laurier avenue. From the present point of view only one other quarry is of importance, that of Olivier Limo- 18

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Question Présentez-vous : Nom Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Ville Biographie Mot clé choisi Résumé Answer Individu Tania Mignacca Montréal Illustratrice

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Barthélémy-Vimont et Centre Wiliam-Hingston Autre(s) appellation(s) 2. No. dossier 45 3. No. réf. Archives CSDM 42B-42C / 42B-42C 4. ANNÉE de construction 1972

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION ARCHITECTURAL ET URBAIN ZPPAUP Montpellier Gambetta Clemenceau Figuerolles Rapport de présentation Juillet 2006 Page 73 Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager SECTEUR GAMBETTA

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Saint-Pierre-Apôtre Autre(s) appellation(s) Saint-Thomas-Apôtre 2. No. dossier 63 3. No. réf. Archives CSDM 240 / 240 4. ANNÉE de construction 1952 5. ARCHITECTE

Plus en détail

Ouellet, Reeves (Montréal)

Ouellet, Reeves (Montréal) Ouellet, Reeves (Montréal) Il nous a semblé indispensable, avant d'entreprendre une recherche formelle sur le problème qui nous était posé, de procéder à une réflexion plus générale sur ce qu'est une COMMEMORATION

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE Photo aérienne Ville d Annecy prise de vue : mai 2008 1 LE SECTEUR GALERIES LAFAYETTE LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DU SECTEUR

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE Ce document est destiné à vous particuliers, désireux de faire construire, de réaliser une extension de votre maison ou des

PERMIS DE CONSTRUIRE Ce document est destiné à vous particuliers, désireux de faire construire, de réaliser une extension de votre maison ou des PERMIS DE CONSTRUIRE Ce document est destiné à vous particuliers, désireux de faire construire, de réaliser une extension de votre maison ou des travaux courants, et ce afin de vous aider à établir votre

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Isabelle Bouchard et Gabriel Malo février 2001

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Isabelle Bouchard et Gabriel Malo février 2001 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle ENTRETIEN PHYSIQUE OUEST Autre(s) appellation(s) ÉCOLE DES MÉTIERS DE L'AUTOMOBILE 2. No. dossier 6 3. No. réf. Archives CSDM 072E / P675 4. ANNÉE de construction

Plus en détail

Construire ensemble le diagnostic

Construire ensemble le diagnostic Construire ensemble le diagnostic Thème n 2 : les énergies Thème : Changement climatique, énergie Energie et énergie renouvelable Bilan de la géothermie à Sucy Exemple du Clos de Pacy et des enjeux énergétiques

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Jeanne-LeBer Autre(s) appellation(s) Saint-Jean 2. No. dossier 56 3. No. réf. Archives CSDM 300 / 300 4. ANNÉE de construction 1957 5. ARCHITECTE concepteur Louis

Plus en détail

2 nd degré. Les ateliers. 1 er et 2 nd degré / de la MS maternelle à la 3 e Ateliers déclinés selon les niveaux

2 nd degré. Les ateliers. 1 er et 2 nd degré / de la MS maternelle à la 3 e Ateliers déclinés selon les niveaux 2 nd degré Contact action culturelle GAUDUCHEAU Hélène, 01 34 52 29 62 helene.gauducheau@agglo-sqy.fr VALLETTE Laure, 01 34 52 38 76 laure.vallette@agglo-sqy.fr Les ateliers 1 er et 2 nd degré / de la

Plus en détail

3:HIKQPC=^U\^U]:?k@a@k@e@f;

3:HIKQPC=^U\^U]:?k@a@k@e@f; BE / ES / GR / IT / LU / PO / Cont : 9.00 - A / DE : 9.90 - GB 8.20 - Suisse 15.00 CHF M 06529-4 H - F: 7,90 E - RD 3:HIKQPC=^U\^U]:?k@a@k@e@f; HORS SÉRIE H O R S S É R I E E N G L I S H T E X T ARCHITECTURE

Plus en détail

Casino de Foncillon (détruit), palais des congrès

Casino de Foncillon (détruit), palais des congrès Casino de Foncillon (détruit), palais des congrès 1 Façade de Foncillon Royan Dossier IA17046714 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2.1 CONTEXTE, ENJEUX La recomposition urbaine du secteur délimité par les boulevards Périphérique, Victor Hugo et du Général Leclerc - dit «Triangle» - est un

Plus en détail

Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château. Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP)

Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château. Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) Une projection plus fine, plus cohérente, pour protéger notre patrimoine,

Plus en détail

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux 4 L évaluation des incidences du projet sur l environnement 2. Un outil plus adapté à la mise en valeur du patrimoine 3. Une constructibilité

Plus en détail

ART ET ARCHITECTURE DANS LES ANNÉES 50

ART ET ARCHITECTURE DANS LES ANNÉES 50 BLOC André ART ET ARCHITECTURE DANS LES ANNÉES 50 En 1951 André Bloc et Félix del Marle créent le groupe Espace, qui explore une nouvelle forme de synthèse des arts, associant peinture, sculpture et architecture,

Plus en détail

Église Saint-Columba vue depuis l avenue Notre-Dame-de-Grâce (Source : Ville de Montréal, mars 2014)

Église Saint-Columba vue depuis l avenue Notre-Dame-de-Grâce (Source : Ville de Montréal, mars 2014) ÉNONCÉ DE L INTÉRÊT PATRIMONIAL DU SITE DE L ÉGLISE SAINT-COLUMBA ET DE SON CENTRE COMMUNAUTAIRE 4020-4036, avenue Hingston (arrondissement de Côte-des-Neiges Notre-Dame-de-Grâce) L intérêt patrimonial

Plus en détail

UN PROJET UNE PARTICULARITE La Gaîté Lyrique fait la joie du numérique (diaporama)

UN PROJET UNE PARTICULARITE La Gaîté Lyrique fait la joie du numérique (diaporama) UN PROJET UNE PARTICULARITE La Gaîté Lyrique fait la joie du numérique (diaporama) Page 1/7 Philippe Ruault En travaux depuis sept ans, la Gaîté Lyrique ouvre enfin ses portes au public Désormais, celle

Plus en détail

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN UTOPIA : MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Projet à destination des classes de cycle 3 des écoles élémentaires de Strasbourg Les objectifs : Permettre aux enfants de : Découvrir «activement» le Strasbourg

Plus en détail

Transformation de la maison Louis-Hippolyte La Fontaine

Transformation de la maison Louis-Hippolyte La Fontaine AVIS DU CONSEIL DU PATRIMOINE DE MONTRÉAL SUITE À SON ASSEMBLÉE DU 18 JUILLET 2014. Le Conseil du patrimoine de Montréal est l instance consultative de la Ville en matière de patrimoine*. Localisation

Plus en détail

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle SAINT-ANSELME Autre(s) appellation(s) FRONTENAC. 2. No. dossier 30. 3. No. réf. Archives CSDM 047 / 047

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle SAINT-ANSELME Autre(s) appellation(s) FRONTENAC. 2. No. dossier 30. 3. No. réf. Archives CSDM 047 / 047 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle SAINT-ANSELME Autre(s) appellation(s) FRONTENAC 2. No. dossier 30 3. No. réf. Archives CSDM 047 / 047 4. ANNÉE de construction 1910 5. ARCHITECTE concepteur Dalbé

Plus en détail

5 LE P2P EN PROJET : CBA ARCHITECTURE

5 LE P2P EN PROJET : CBA ARCHITECTURE 5 LE P2P EN PROJET : CBA ARCHITECTURE Ecriture architecturale composition et volumes contemporains Pour l ensemble des bâtiments, nous avons puisé notre vocabulaire architectural dans un registre contemporain

Plus en détail

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES TYPOLOGIE,PROPORTION ET RYTHMES ELEMENTS REMARQUABLES DU BATI 1 Pignon Mur extérieur dont les contours épousent la forme des pentes d un comble. Dans les immeubles, même à toit plat, on a pris l habitude

Plus en détail

ECOLE D ARCHITECTURE DE TACHKENT ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE TOULOUSE

ECOLE D ARCHITECTURE DE TACHKENT ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE TOULOUSE ECOLE D ARCHITECTURE DE TACHKENT ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE TOULOUSE LE TABLEAU BOUKHARIOTE ENTRE PLANIFICATION ET PERMANENCES CULTURELLES : ELEMENTS POUR UNE PRIVATISATION DES SOLS 2007-2008

Plus en détail

MASTER session 2015-2016. école d architecture d intérieur et de design. rue rothschild 49 ch 1202 genève

MASTER session 2015-2016. école d architecture d intérieur et de design. rue rothschild 49 ch 1202 genève école d architecture d intérieur et de design MASTER session 2015-2016 rue rothschild 49 ch 1202 genève +41 22 344 99 83 info@atelier-hermes.ch www.atelier-hermes.ch Master en architecture d intérieur

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

Commentaires sur le projet de réaménagement de l ancienne gare-hôtel Viger

Commentaires sur le projet de réaménagement de l ancienne gare-hôtel Viger Commentaires sur le projet de réaménagement de l ancienne gare-hôtel Viger Consultations publiques menées par l Office de consultation publique de Montréal 22 novembre 2007 1. Présentation d Héritage Montréal

Plus en détail

BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca

BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca Réaménagement de l autoroute Bonaventure à l entrée du centre-ville Sommaire des études de faisabilité Avril 2007 BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca Autoroute_Bonaventure_vue_aérienne_2004.jpg Vue

Plus en détail

Bâtiment de 61 chambres et 7 classes pour la Maison d Education de la Légion d Honneur a Saint Denis

Bâtiment de 61 chambres et 7 classes pour la Maison d Education de la Légion d Honneur a Saint Denis Bâtiment de 61 chambres et 7 classes pour la Maison d Education de la Légion d Honneur a Saint Denis Sylvain Rochet Teckicea-Bureau d'études structures Bois Pontarlier, France Guillaume Belus Agence Belus

Plus en détail

M me Françoise Sorieul Secrétaire M. Jacques Joli-Cœur Conseiller municipal et maire suppléant

M me Françoise Sorieul Secrétaire M. Jacques Joli-Cœur Conseiller municipal et maire suppléant PROCÈS-VERBAL de la huitième assemblée du Conseil de quartier du Vieux-Québec Cap- Blanc colline Parlementaire tenue le 24 septembre 2008, au Palais Montcalm, 995, Place d Youville, salle Café-spectacles,

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements 25 avenue Sainte-Lorette quartier Sainte-Lorette Grasse Dossier IA06001597 réalisé en 2008 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Prix Duo@Work. 2 ème édition. Excellence partagée entre architecte et industriel. Appel à candidature

Prix Duo@Work. 2 ème édition. Excellence partagée entre architecte et industriel. Appel à candidature Duo@Work 2 ème édition 1 Excellence partagée entre architecte et industriel Appel à candidature Un prix créé par l Unsfa Ile-de-France, en partenariat avec ARCHITECT@WORK Paris Excellence partagée entre

Plus en détail

Faculté de l'aménagement. Programme de maîtrise ès Sciences appliquées en Aménagement - option Conservation du patrimoine bâti (CPB)

Faculté de l'aménagement. Programme de maîtrise ès Sciences appliquées en Aménagement - option Conservation du patrimoine bâti (CPB) Faculté de l'aménagement Programme de maîtrise ès Sciences appliquées en Aménagement - option Conservation du patrimoine bâti (CPB) Document d'information Édition 2015-201 Structure du programme (45 crédits)

Plus en détail

Le Conseil des monuments et sites du Québec et L Association québécoise pour le patrimoine industriel

Le Conseil des monuments et sites du Québec et L Association québécoise pour le patrimoine industriel Nos préoccupations : Quelle est la place réelle accordée à la dimension patrimoniale au sein du projet? Quelles sont les intentions concrètes de la Société du Havre et les actions prévues quant LeConseildesmonumentsetsitesduQuébec

Plus en détail

Relocalisation des services de proximité Rive gauche

Relocalisation des services de proximité Rive gauche Relocalisation des services de proximité Rive gauche 1- Présentation du projet - Localisation La ville d Amiens souhaite regrouper différentes activités du Secteur Rive Gauche aujourd hui «éclatées» sur

Plus en détail

OFFICE OF LEGAL AFFAIRS

OFFICE OF LEGAL AFFAIRS UNITED NATIONS OFFICE OF LEGAL AFFAIRS Colloque Formes du Droit International : Réflexions sur le devenir des travaux de la Commission du droit international des Nations Unies La Formation du droit international,

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

Les expositions, vecteurs de patrimonialisation de l art contemporain

Les expositions, vecteurs de patrimonialisation de l art contemporain 1 Paris, le 23 décembre 2011 Remi Parcollet Projet de recherche Labex CAP Les expositions, vecteurs de patrimonialisation de l art contemporain Investigation à partir de la photographie documentaire Nous

Plus en détail

Rétro 50 réinventé! 4800 Harvard, Montréal, Qc, Canada Copropriété indivise Undivided condominium

Rétro 50 réinventé! 4800 Harvard, Montréal, Qc, Canada Copropriété indivise Undivided condominium Rétro 50 réinventé!, Canada Copropriété indivise Undivided condominium Table des matières 1 RÉSUMÉ...3 2 PROPRIÉTÉ...3 3 FICHE TECHNIQUE...5 4 PLANS ET PHOTOS...8 5 TERRAIN...19 6 QUARTIER...20 2 1 RÉSUMÉ

Plus en détail

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET IMMATÉRIEL DU QUÉBEC ET LE RÉPERTOIRE DU PATRIMOINE CULTUREL DU QUÉBEC. ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES POUR L INVENTAIRE DU PATRIMOINE IMMATÉRIEL.

Plus en détail

Approches en matière de PIIA

Approches en matière de PIIA Approches en matière de PIIA Démarche méthodologique PIIA - Beloeil à la Ville de Beloeil AQU 27 octobre 2012 Portrait de la Ville de Beloeil Située en Montérégie; En bordure de la rivière Richelieu et

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit)

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) Ancienne église paroissiale et cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) place de l' Eglise Poulainville Dossier IA80003711 réalisé en 2002 Copyrights Copyrights Auteurs

Plus en détail

ANALYSE URBAINE INSERTION INTERCALAIRE RAPPORT DE PRÉSENTATION

ANALYSE URBAINE INSERTION INTERCALAIRE RAPPORT DE PRÉSENTATION INSERTION INTERCALAIRE ANALYSE URBAINE ZPPAUP Montpellier Gambetta Clemenceau Figuerolles Rapport de présentation Juillet 2006 Page 21 ANALYSE URBAINE Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain

Plus en détail

BORDEAUX, PORT DE LA LUNE, UN GRAND ENSEMBLE URBAIN DU PATRIMOINE MONDIAL

BORDEAUX, PORT DE LA LUNE, UN GRAND ENSEMBLE URBAIN DU PATRIMOINE MONDIAL BORDEAUX, PORT DE LA LUNE, UN GRAND ENSEMBLE URBAIN DU PATRIMOINE MONDIAL Anne-Laure Moniot, Chef de Projet Patrimoine mondial, Direction générale de l aménagement, Mairie de Bordeaux. Bordeaux, port de

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: le cas de la maison Mary-Dorothy-Molson José Froment, 12 juin 2009 Denise Caron,

Plus en détail

Chapitre 4. Ressources et tableaux de correspondance. Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) 121

Chapitre 4. Ressources et tableaux de correspondance. Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) 121 RESSOURCES Chapitre 4 Ressources et tableaux de correspondance Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) 121 Ressources 122 Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) RESSOURCES

Plus en détail

DECLARATION PREALABLE DE TRAVAUX OU PERMIS DE CONSTRUIRE?

DECLARATION PREALABLE DE TRAVAUX OU PERMIS DE CONSTRUIRE? DECLARATION PREALABLE DE TRAVAUX OU PERMIS DE CONSTRUIRE? QUELLES DEMARCHES administratives POUR REALISER VOs travaux? SOMMAIRE LA DEMARCHE A SUIVRE Travaux soumis au permis de construire : PC Travaux

Plus en détail

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Demande de démolition 106, rue Rose de Lima Comité de démolition du 26 janvier 2010 1 Ville

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Réunion publique du 14 Juin 2011 Équoquartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Les temps du projet de la Remise CONCERTATION pendant toute la phase d élaboration du projet Les temps

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

Villa dite Saint-Cloud

Villa dite Saint-Cloud Villa dite Saint-Cloud 54 boulevard Frédéric-Garnier Royan Dossier IA17046390 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel Enquêteur : Suire

Plus en détail

Licence professionnelle. Assistant à chef de projet en aménagement de l espace

Licence professionnelle. Assistant à chef de projet en aménagement de l espace Licence professionnelle Assistant à chef de projet en aménagement de l espace ATELIER DE SYNTHÈSE 2014-2015 La formation La licence professionnelle «assistant à chef de projet en aménagement de l espace»

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE

LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE I.U.T Nice Côte d Azur Dépt. T.C. Cannes Année 2008 2009. STAGE PREVU DU 14 au 28 JANVIER 2009 LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE Le stage de première année, d une durée de deux semaines, est l occasion

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Le patrimoine : lecture historique. Etude du centre historique de New York

Le patrimoine : lecture historique. Etude du centre historique de New York Le patrimoine : lecture historique Etude du centre historique de New York DÉFINIR LE THÈME ET UNE TROUVER UNE PROBLÉMATIQUE Les accompagnements de programme «Les processus de patrimonialisation et de mémorialisation

Plus en détail

LE COIN DES ENSEIGNANTS La Colline du Parlement dans votre classe. Niveau intermédiaire (1 er cycle du secondaire)

LE COIN DES ENSEIGNANTS La Colline du Parlement dans votre classe. Niveau intermédiaire (1 er cycle du secondaire) LE COIN DES ENSEIGNANTS La Colline du Parlement dans votre classe Niveau intermédiaire (1 er cycle du secondaire) 1 Niveau intermédiaire En utilisant Internet, les élèves exploreront les aspects patrimoniaux

Plus en détail

Conférence-débat : synthèse «Pérennité de l information : vers une solution et une réalisation»

Conférence-débat : synthèse «Pérennité de l information : vers une solution et une réalisation» Conférence-débat : synthèse «Pérennité de l information : vers une solution et une réalisation» e-babel info@e-babel.org 25 novembre 2009 Avec la participation de : Mme Véronique Sordet : 7ème Programme

Plus en détail

Gare de Bischheim (voie ferrée Strasbourg - Lauterbourg)

Gare de Bischheim (voie ferrée Strasbourg - Lauterbourg) Gare de Bischheim (voie ferrée Strasbourg - Lauterbourg) 1 place de la Gare quartier du centre ville Schiltigheim Dossier IA67018060 réalisé en 2007 Auteurs (c) Inventaire général Paillard Elisabeth Haegel

Plus en détail

CARRÉ DES ARTS PRÉSENTATION - OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL MAI 2015

CARRÉ DES ARTS PRÉSENTATION - OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL MAI 2015 CARRÉ DES ARTS PRÉSENTATION - OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL MAI 2015 HISTORIQUE DU SITE HISTORIQUE DU SITE 1879 1881 1890 1907 1914 1926 1939 1949 1954 1. H. W. Hopkins, Atlas of the city

Plus en détail

Le prix Architecture 2015 de bibliothèques et de centres d archives du Québec honore trois réalisations architecturales de bibliothèques

Le prix Architecture 2015 de bibliothèques et de centres d archives du Québec honore trois réalisations architecturales de bibliothèques Le prix Architecture 2015 de bibliothèques et de centres d archives du Québec honore trois réalisations architecturales de bibliothèques Montréal, le 18 novembre 2015 Le Congrès des milieux documentaires

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE Guide pratique du particulier Envie de vous lancer dans un projet de construction neuve? Envie d aménager vos locaux ou de modifier votre façade? Vous êtes

Plus en détail

Place dite Fosse aux ours

Place dite Fosse aux ours Place dite Fosse aux ours la Guillotière Lyon 7e Dossier IA69005184 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ville de Lyon Chalabi Maryannick

Plus en détail

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et recommandations Le Pont des Trous constitue un des rares exemples

Plus en détail

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO LE BESOIN D UN PLAN DE GESTION Le patrimoine culturel et naturel fait partie des biens inestimables et irremplaçables non seulement de chaque pays mais de toute

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

LES MUSÉES ROYAUX DES BEAUX-ARTS SE MOQUENT DU PATRIMOINE DE BRUXELLES!

LES MUSÉES ROYAUX DES BEAUX-ARTS SE MOQUENT DU PATRIMOINE DE BRUXELLES! ATELIER DE RECHERCHE ET D ACTION URBAINES Boulevard Adolphe Max, 55 1000 Bruxelles T. 02/219 33 45 F. 02/219 86 75 info@arau.org Communiqué de presse du vendredi 9 juin 2006 LES MUSÉES ROYAUX DES BEAUX-ARTS

Plus en détail

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château centre d interprétation de l architecture et du patrimoine Localisation

Plus en détail

Vu l article 89 de la Charte de la Ville de Montréal (L.R.Q., chapitre C-11.4); Vu l'avis de motion donné le 2005.

Vu l article 89 de la Charte de la Ville de Montréal (L.R.Q., chapitre C-11.4); Vu l'avis de motion donné le 2005. VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT P-05-035 RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION, LA TRANSFORMATION ET L'OCCUPATION DU CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ McGILL ET DE L'HÔPITAL DES SHRINERS SUR UN EMPLACEMENT SITUÉ À L'EST

Plus en détail

Immeuble ; hôtel Le Garage

Immeuble ; hôtel Le Garage Immeuble ; hôtel Le Garage 67, 65, 69 avenue Maréchal-de-Saxe 2, 6 rue Le Royer rue Vendôme 27, 29 rue de Bonnel Lyon 3e Dossier IA69006073 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PROCÉDURE DE TRAITEMENT DES PLAINTES

POLITIQUE RELATIVE À LA PROCÉDURE DE TRAITEMENT DES PLAINTES 1. Traitement des plaintes Efficacité, efficience et responsabilité Cette politique met en place la procédure s appliquant à la Compagnie d assurances FCT Ltée., à la First American Title Insurance Company,

Plus en détail

CONSULTATION SUR L AFFICHAGE PUBLIC

CONSULTATION SUR L AFFICHAGE PUBLIC CONSULTATION SUR L AFFICHAGE PUBLIC Le Conseil administratif de la Ville de Genève met en consultation le projet de concept directeur de l'affichage public en Ville de Genève. Toute personne intéressée

Plus en détail

Dossier d autorisation du droit des sols

Dossier d autorisation du droit des sols Dossier d autorisation du droit des sols» Permis de Construire» Permis de Démolir» Déclaration Préalable L imprimé CERFA Il existe plusieurs imprimés CERFA selon le type de demande d autorisation : Édito

Plus en détail

Circulation à vélo sur les campus universitaires. Quelques expériences canadiennes et américaines

Circulation à vélo sur les campus universitaires. Quelques expériences canadiennes et américaines Circulation à vélo sur les campus universitaires Quelques expériences canadiennes et américaines Octobre 2004 Introduction Au printemps 2004, en réponse au sommet de Montréal de 2002, la ville de Montréal

Plus en détail

2118-2124, BOULEVARD GOUIN EST Arrondissement d Ahuntsic-Cartierville

2118-2124, BOULEVARD GOUIN EST Arrondissement d Ahuntsic-Cartierville 2118-2124, BOULEVARD GOUIN EST L intérêt patrimonial de la propriété située aux 2118 à 2124, boulevard Gouin Est repose d abord sur sa valeur historique par son témoignage à la fois d un moment charnière

Plus en détail

Le travail de l Atelier Jade

Le travail de l Atelier Jade Le travail de l Atelier Jade Jacques Devillers Graphiste de l invisible Jacques Devillers naît le 4 septembre 1921 à Amiens dans une famille d architectes. Après une formation en philosophie et un passage

Plus en détail

Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur

Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur Elaboration du schéma directeur d aménagement durable du Sud-Est de l agglomération de Namur PRESENTATION DU SCENARIO D AMENAGEMENT RETENU pour le compte de la Ville de Namur INSTITUT DE CONSEIL ET D'ETUDES

Plus en détail

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE))

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) Notes pour l allocution prononcée par M. Pierre Lucier, président de l université du Québec, lors de la collation des grades de l ÉCole

Plus en détail

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School 2. No. dossier 64 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 4. ANNÉE de construction 1930 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

la Maison du Patrimoine dossier de presse

la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine sommaire

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

3 ème année architecture, LMD Théorie du projet. Cours N 3. Concepts et idées. Pr. Said MAZOUZ

3 ème année architecture, LMD Théorie du projet. Cours N 3. Concepts et idées. Pr. Said MAZOUZ 3 ème année architecture, LMD Théorie du projet Cours N 3 Concepts et idées Pr. Said MAZOUZ Définitions du Concept Idée Théorie Notion Parti (française) Conception Opinion Abstraction Philosophie Croyance

Plus en détail

3. amniottise ed ieopc. 4. Imntseee ed niotpcceno. 5. ieoclp ed racacsrtee. 6. pihrgaste. 7. ssnied ua ttria. Partie A - Débrouille les termes

3. amniottise ed ieopc. 4. Imntseee ed niotpcceno. 5. ieoclp ed racacsrtee. 6. pihrgaste. 7. ssnied ua ttria. Partie A - Débrouille les termes CHAPITRE 10 FR-1 Partie A - Débrouille les termes Directives: Débrouille les termes suivants. Écris correctement les termes sur la ligne prévue à cette fin. 3. amniottise ed ieopc 4. Imntseee ed niotpcceno

Plus en détail

CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS

CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS ZONE APPLICABLE : C-308 Ce secteur est caractérisé par un tissu urbain espacé, constitué de bâtiments isolés et d une architecture d exception. La zone est

Plus en détail