SPÉCIAL APPRENTISSAGE 2009 L

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SPÉCIAL APPRENTISSAGE 2009 L"

Transcription

1 Le magazine de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain SPÉCIAL APPRENTISSAGE N octobre 2009 Apprentissage L apprentissage, c est fort en vitamines! Notre dossier complet P. 13 à 25 P. 16 Retrouvez l Artisanat tous les lundis de 10h à 11h sur

2 Créateurs d Entreprise nous accompagnons vos projets Des outils adaptés à votre quotidien Un financement sur-mesure Nos solutions en matière de prévoyance Tout savoir pour constituer son dossier de création ou de reprise d entreprise et engager un partenariat financier. Lyonnaise de Banque - SA au capital de RCS Lyon - SIREN cic.fr

3 SOMMAIRE octobre 2009 ÉDITO Pierre Cormorèche Président L alternance est une bonne école VIE INSTITUTIONNELLE 4 à 5 Groupements d artisans : deux exemples au service d une véritable dynamique locale. ÉCONOMIE FORMATION JURIDIQUE 6 Qu est-ce que le FISAC? 8 à 9 Un trimestre sous le signe de la formation 10 à 11 Accidents de la circulation dans le cadre du travail, quelles responsabilités...? DOSSIER APPRENTISSAGE 13 à 25 L apprentissage, c est fort en vitamines! INFORMATIONS SOCIALES INFOPOINTCOM 28 / à 27 Grippe H1N1 Mesures en faveur de l emploi des seniors En cette période difficile pour l emploi, particulièrement pour les jeunes, il est primordial d être réaliste et de mettre en valeur ce qui marche. En France, seulement jeunes environ se forment par alternance, alors qu en Allemagne c est autour de 2 millions de jeunes engagés dans cette formule. Le chômage des moins de 25 ans dans notre pays se situe autour de 22 % alors qu en Allemagne c est autour de 10 %. Sans porter de jugement restrictif, les chiffres sont révélateurs. Notre devoir est de continuer à militer de manière à permettre aux jeunes de trouver les meilleures formations tout en trouvant leur place dans les entreprises. Le principe de l ALTERNANCE doit être développé dans l ensemble des modes de formation. Pour cela, les partenaires, les décideurs doivent en faire une priorité comme une ÉCOLE de la RÉUSSITE. Le premier chantier concerne l orientation où l alternance doit être reconnue et préconisée à sa juste valeur. Arrêtons d en faire une possibilité de dernier choix. Je vous invite à découvrir à travers ce numéro les différentes expériences de formation par alternance. Je remercie toutes les équipes engagées dans cette méthode qui donnent qualification et espérance aux jeunes. Je souhaite que les entreprises continuent leurs efforts pour les accueillir et particulièrement celles qui n ont pas encore choisi de former par l apprentissage. La Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain est à vos côtés pour vous aider dans vos démarches. Préparons l avenir de nos entreprises et de la jeunesse. Voici un défi que nous pouvons partager sans démagogie et sans tabous. Directeur de la publication : Pierre Cormorèche. Directeur de la rédaction : Bruno Pénichon. Secrétariat de rédaction : Catherine René. Rédaction : Chambre de Métiers et de l Artisanat, M&G Éditions - Chorégraphic. Éditeur : Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain. Crédit photo : - Alain Gilbert - Aurélie Seignemartin - Hervé Goyard - Andres Rodriguez - Fotolia.com Composition : Hervé Goyard. Impression : Impressions de la Tour (Péronnas). Parution trimestrielle, tirage : exemplaires. Distribution : Bourgogne Routage. Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain : 102 BD ÉDOUARD HERRIOT - BP 123 VIRIAT BOURG-EN-BRESSE CEDEX Tél Tous les numéros peuvent être consultés sur le site entreprise & métiers n octobre

4 VIE INSTITUTIONNELLE Groupements d artisans: deux exemples au service d une véritable dynamique locale Des artisans du bâtiment se regroupent en faveur de l éco-construction. Cette année, la foire de Villarsles- Dombes avait pour thème l environnement et la construction écologique. Les visiteurs ont donc pu rencontrer des professionnels proposant différents produits ou services autour de ces domaines. Parmi toutes les offres proposées autour de l éco-construction et les économies d énergie, se trouvait celle de l association APECAN (Association pour la promotion de l éco construction et de l aménagement naturel). Sous ce statut, se regroupent des entreprises qui souhaitent, ensemble, proposer à leurs clients une offre globale pour la construction ou la rénovation. Le premier objectif de cette association nouvellement créée à été, de se faire connaître durant cette foire. APE- CAN rassemble à ce jour 23 membres actifs regroupant toutes les activités du bâtiment. L initiative du regroupement a été saluée par les différentes personnalités qui ont visité le stand. En effet, ce groupement pourra répondre à une nouvelle demande : la réalisation de bouquets d «éco-travaux» coordonnés par un seul interlocuteur. À l initiative de deux professionnels L association est née de l initiative de Denis Planche, plombier chauffagiste à Marlieux, et de Sylvain Sotto, coordinateur de travaux à Villars-les-Dombes. Ils ont compris toute l importance pour les petites entreprises de se positionner rapidement sur les domaines de l écoconstruction. L idée du groupement a remporté un vif succès dès le départ, puisque la première réunion organisée fin juin a fait salle comble. Cette motivation, aussi bien des initiateurs, qui sont d ailleurs respectivement le président et le secrétaire, que des membres se ressent par le laps de temps très court entre l émergence de l idée et la réalisation effective du projet. Accompagnée par la Chambre de Métiers et de l Artisant de l Ain et la CAPEB 01 et entourée d un comptable et d un avocat, en 2 mois, APECAN est passée de l idée à la réalité. Pour ce faire, il fallu choisir la forme juridique, rédiger des statuts, un règlement intérieur, élire un bureau, créer des outils de communication Le premier objectif d être présent à la foire de Villars a été tenu. Les chefs d entreprises attendent de l association qu elle soit un apporteur d affaires mais aussi qu elle permette d avoir accès plus facilement aux informations sur l éco-construction. Si chacun sait que son métier évolue en parallèle des demandes des clients, il est parfois difficile d avoir accès aux informations sur ces nouveaux produits, techniques ou manières de faire. Tout l intérêt d adhérer à l association est là : proposer une offre complète et avoir collectivement accès à des informations ou formations. Pour le moment, les membres ont choisi de se grouper sous le régime d une association régie par la loi de 1901, car APECAN n est pas un constructeur ni un maître d œuvre et n a pas vocation 4 entreprise & métiers n octobre 2009

5 à réaliser des opérations commerciales. Elle réalise simplement des actions de promotion de ses membres et les aide à monter en compétences au niveau environnemental. En effet, sur ce point, chaque membre de l association s engage à faire réaliser un prédiagnostic environnement pour connaitre sa situation vis-à-vis de la législation. Ensuite, les entreprises devront mettre en place des actions environnementales remarquables pour postuler à la charte environnement et, dans un troisième temps, se former pour prétendre à l obtention d écolabels ou de certifications. Du point de vue des clients, l association présente un avantage certain puisque chaque chantier sera piloté par l un des membres qui sera l interlocuteur unique et qui coordonnera les différents intervenants. De plus, l offre multimétiers, est désormais incontournable : en effet, la réglementation thermique actuelle est construite de telle manière qu un projet se pense dans sa globalité et non pas point par point. Par exemple, estil vraiment utile de mettre un système de chauffage très performant dans une maison qui n est pas isolée et dont les menuiseries sont vétustes? L action de l association commencera donc par un diagnostic du projet afin de conseiller au mieux les clients. APECAN est le premier groupement accompagné par la Chambre à proposer ce genre de service avec en toile de fond le respect de l environnement. Souhaitons que ces chefs d entreprises montrent l exemple et ouvrent la voie à d autres initiatives similaires. Pour faire face à la concurrence, les professionnels du paysage s organisent Depuis décembre dernier, la coopérative artisanale des professionnels des paysages adhérents à la CNATP, est agréée «Services à la personne». Aujourd hui, les travaux d entretien courant des jardins de particuliers sont inclus dans les services à la personne. Ces travaux comprennent aussi la taille des haies et des arbres, le débroussaillage et le déneigement des abords immédiats du domicile. Par ailleurs, l enlèvement des déchets occasionnés par la prestation est inclus dans cette activité. Cette coopérative regroupe des paysagistes qui, par l intermédiaire de cette structure, permettent à leur client particulier de bénéficier d un crédit d impôt de 50 % sur les travaux d entretien courant au jardin. Les prestations réalisées Tonte, taille,débroussaillage, enlèvement des végétaux, binage, traitement phytosanitaire, déneigement et entretien et rénovation du petit équipement extérieur Accompagnée par la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain lors de sa création (4 membres), cette structure compte désormais 8 professionnels et plusieurs autres sont d ores et déjà candidats. Les membres de la coopérative Ain paysages et jardins services Vie des Jardins Priay Paysages Meillonnas Paysage Élagage Dominique Michon Varoux Paysage Jean-Louis Rigollet Gardoni Paysages Lattitude Verte Dagneux Priay Meillonnas Villemotier Champagne-en-Valromey Attignat Culoz Civrieux-en-Dombes Plus d information : Ain Paysages et Jardins Services 104 Boulevard Edouard Herriot VIRIAT Tél. / Fax Mail : entreprise & métiers n octobre

6 ÉCONOMIE Fonds d Intervention pour les services, l artisanat et le commerce Qu est-ce que le FISAC? C est un outil financier pour aider à la modernisation de l artisanat, du commerce et des services dont les artisans peuvent bénéficier directement, selon deux modalités distinctes Le FISAC a été créé par la loi du 31 décembre 1989 avec la mise en place effective en mars À l origine, il était alimenté par un prélèvement sur l excédent de la taxe d aide au commerce et à l artisanat, taxe assise sur les surfaces de vente au détail de plus de 400 m². Opérations collectives, rurales ou urbaines : dans le département, plusieurs territoires ont bénéficié d ORC. Actuellement, deux opérations sont en cours : l ORC Bresse Revermont Valde-Saône portée par le Syndicat mixte du même nom, et l ORC le Val-de- Saône Sud portée par les Communautés de communes Saône Vallée et Porte Ouest de la Dombes. Opérations rurales individuelles : les artisans installés dans une commune de moins de habitants et qui n ont pas de concurrent direct peuvent bénéficier d une subvention de 30 % d une dépense éligible entre et pour tout investissement matériel. En 2008, la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain a accompagné 9 entreprises artisanales pour l aménagement de locaux professionnels ou aménagement de véhicules (4 alimentaires, 3 salons de coiffure, 2 entreprises bâtiment). Conditions d attribution Communes de moins de habitants Maîtrise d ouvrage privée Dépenses d investissement éligibles (plafonnées à ) : relatives à la modernisation des entreprises et des locaux d activité (vitrines incluses) ; relatives à la sécurisation des entreprises et des locaux d activité ; visant à favoriser l accessibilité des entreprises aux personnes handicapées et aux personnes à mobilité réduite. Taux maxima : 30 % pour les investissements matériels, 40 % pour les dépenses de sécurisation et pour celles visant à favoriser l accessibilité des entreprises aux personnes handicapées et aux personnes à mobilité réduite. Maîtrise d ouvrage publique Dépenses d investissement éligibles : les mêmes que pour le privé ainsi que l achat de locaux d activité (hors fonds commerciaux) si location pendant 10 ans, aménagement des abords immédiats du commerce concerné, notamment pour en faciliter l accès. Taux maxima : identique à la maîtrise d ouvrage privé. Conditions communes L opération doit être précédée d une étude de faisabilité. Le chiffre d affaires annuel hors taxes de l entreprise doit être inférieur à 1 M. Le montant de la dépense subventionnable ne peut être inférieur à Le délai de carence est, sauf exception, de 2 ans entre 2 opérations ayant le même objet. Gérard PINATTON au Boulangerie Dos Santos à Condamine TÉMOIGNAGE En janvier 2006, José Dos Santos et son épouse ont repris une boulangerie pâtisserie épicerie à Condamine, petite commune de 400 habitants. Cette entreprise correspondait à leurs attentes professionnelles de services à la population locale : en complément de l accueil de la clientèle au magasin, une tournée est effectuée, 5 jours par semaine, dans les communes environnantes. Cependant, le véhicule-boutique repris était ancien, sans confort et coûteux en frais d entretien. L achat d un véhicule-boutique neuf et répondant aux réglementations d hygiène et de sécurité était nécessaire pour le développement de l entreprise et, également pour assurer les tournées. Corine Hemery, conseiller alimentaire, les a accompagnés pour mettre en place leur projet et pour établir la demande d aide auprès du FISAC. La subvention accordée leur a permis de financer une part de cet investissement. Corine HEMERY au entreprise & métiers n octobre 2009

7 PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE VOS CLIENTS PEUVENT COMPTER SUR VOTRE PROFESSIONNALISME. Vous, vous pouvez compter sur le nôtre! % * DES CLIENTS MAAF recommandent MAAF *Baromètre Assurances 2007 SOFRES Protection du chef d entreprise. En cas d accident, vous bénéficiez d indemnités journalières pendant votre arrêt de travail. Choisir la référence qualité prix, c est aussi choisir les pros de l assurance des pros. Pour rencontrer un conseiller en clientèle professionnelle et obtenir gratuitement une étude personnalisée, appelez le (0,12 TTC/min depuis un poste fixe + surcoût selon opérateurs) la référence qualité prix entreprise & métiers n octobre

8 FORMATION Donnez de l élan à votre savoir Le service formation de la Chambre de Métiers et de l Artisan at de l Ain VOTRE PARTENAIRE formation Ca talo gue 2e semestre Donnez de l élan à votre savoir 2009 Un trimestre sous le signe de la formation Retrouvez le e-catalogue sur catalogue formation 2e SE 2009.i1 1 r t ve n er me ns e co tiv A éra p im 19/06/ :37:43 Parcours Bureautique Découvrir l informatique et Windows - 3 journées de 7 heures - 65 /483 * WINDOWS XP Stage 3 : les mardis 24 novembre, 1er et 8 décembre WINDOWS VISTA Stage 3 : les jeudis 26 novembre, 3 et 10 décembre WORD perfectionnement - 3 journées de 7 heures - 65 /483 * les mercredis 18, 25 novembre et 2 décembre. EXCEL perfectionnement - 3 journées de 7 heures - 65 /483 * les mercredis 9, 16 et 23 décembre Parcours internet Gérez votre messagerie et votre agenda avec Outlook - 1 journée de 7 heures - 30 /161 * Stage 2 : vendredi 13 novembre Protégez vos données des nuisances informatiques - 1 journée de 7 heures - 30 /161 * Stage 2 : vendredi 20 novembre Créez une animation avec Flash - 3 journées de 7 heures - 65 /483 * Stage 2 : les jeudis 3, 10, 17 décembre Mise à jour de votre site Internet - 1 journée de 7 heures - 30 /161 * Stage 2 : lundi 30 novembre Parcours Infographie PAO DAO Autocad architecture - 3 journées de 7 heures - 65 /483 * Les vendredis 4, 11, 18 décembre Pack Photoshop 112 /1 120 * - 8 jours Photoshop CS initiation à la retouche photo - 4 journées de 7 heures - 80 /644 * Stage 2 : les lundis 16, 23 novembre, 7, 14 décembre Photoshop CS perfectionnement à la retouche photo - 4 journées de 7 heures - 80 /644 * les mardis 17, 24 novembre, 1er et 8 décembre Parcours Comptabilité Gestion Juridique Informatiser sa paie sur CIEL ou EBP 3 journées de 7 heures 65 /483 * Stage CIEL Les jeudis 3, 10 et 17 décembre Stage EBP Les vendredis 4, 11 et 18 décembre entreprise & métiers n octobre 2009 *Exemple de coût : 3 journées 65 (1) / 483 (2) 1 - Coût du stage pour le chef d entreprise, conjoint(e) non-salarié(e), auxiliaire familial 2 - Coût du stage pour le salarié ou hors du secteur artisanal.

9 Parcours Gestion informatique Gestion commerciale sur CIEL ou EBP - 2 journées de 7 heures 50 /322 * Les mardis 17 et 24 novembre Tenir sa comptabilité sur CIEL ou EBP perfectionnement - 3 journées de 7 heures - 65 /483 * Les mardis 1 er, 8 et 15 décembre Parcours Développement commercial Développer et diversifier son fichier client - 2 journées de 7 heures 50 /322 * Stage 2 : les vendredis 20 et 27 novembre Optimiser ses relations commerciales et fidéliser la clientèle - 2 journées de 7 heures - 50 /322 * Stage 2 : les vendredis 4 et 11 décembre Parcours développement personnel et ressources humaines Gérer son stress - 2 journées de 7 heures - 50 /322 * Les lundis 23 et 30 novembre Gérer les conflits - 3 journées de 7 heures - 65 /483 * Les mercredis 18, 25 novembre et 2 décembre Adaptation du feng shui au monde professionnel - 2 journées de 7 heures - 50 /322 * Les mardis 17 et 24 novembre Conseil de la formation Artisans, Maintenir et développer son entreprise c est aussi se former. Le Conseil de la formation de la CRMA Rhône-Alpes finance la formation des artisans inscrits au répertoire des métiers concernant : la gestion et le développement de l entreprise Contact pour le département de l Ain : Aline Pipart au Contact pour la Chambre régionale : Isabelle Michon au Josette SEDFI au Jacqueline SIGAUD au Télécopie au Mél : Web : Chambre régionale de métiers et de l artisanat Rhône-Alpes - Conseil de la formation 119, Boulevard de Stalingrad Villeurbanne entreprise & métiers n octobre

10 JURIDIQUE Accidents de la circulation dans le cadre du travail Quelles responsabilités pour le salarié, l employeur, la hiérarchie? Une réunion débat sur ce thème s est tenue le 17 septembre, dans les salons de la préfecture, où plus de 80 personnes ont pu débattre à l invitation de Régis Guyot, préfet de l Ain et de Rachel Mazuir président du Conseil général, en partenariat avec La Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Ain représentée par son président, Pierre Cormorèche. le sujet en présence de Marie-Christine Tarrare, procureur de la République auprès du tribunal de grande instance de Bourg, de M es Reimignac et Robert, avocats au barreau de Bourg, de Claude Blanchard, vice-présidente des Agents généraux d assurance de l Ain (AGEA), et de Jean-Yves Le Teste de la direction des risques professionnels à la CRAM Rhône-Alpes. Le contexte En France, les accidents de la route représentent, dans l ensemble des accidents liés au travail pour les salariés relevant du régime général (CNAM-TS), 10 % des accidents avec arrêt de travail, 48 % des morts. Les accidents de travail liés à la route sont, à l évidence, plus graves que les autres. Dans l Ain, on compte 700 accidents avec arrêt de travail par an, dont près de 30 % dans les entreprises de moins de 10 salariés. Plus des 3/4 des accidents se produisent lors d un trajet entre le domicile et le lieu de travail, le reste lors d une mission pour l employeur. Il reste encore beaucoup de chefs d entreprises qui évaluent mal leur responsabilité civile et pénale en cas d accident routier impliquant un de leurs salariés. D après un sondage IFOP-PSRE de mars 2007, 30 % pensent qu ils ne risquent pas de voir leur responsabilité civile et/ou pénale recherchée, 50 % n ont pas lancé d action de prévention. C est pour cela que l association PSRE a établi les bases d un colloque de sensibilisation à destination des responsables employeurs, entreprises ou collectivités. Celui-ci a permis à un panel de spécialistes de donner leur point de vue sur En partant d exemples de la vie de tous les jours Le commercial veut arriver aussi vite que possible chez le client, mais avec un véhicule mal entretenu, après un déjeuner où il n a pas bu plus que d habitude Averti, lors d une conversation téléphonique avec oreillette d un changement de programme, il est pressé par son employeur d aller aussi vite que possible chez un client. Juste après, il grille un feu rouge et percute un véhicule. La gendarmerie relève des pneus lisses et un taux d alcoolémie positif. Le tiers décède des suites de l accident et le délégué commercial souffrira d une invalidité permanente. La livraison et le détour sur le trajet domicile travail Un vendredi soir, une dernière livraison mais le chargement n est pas arrimé, le véhicule utilitaire léger est en surcharge, l itinéraire mal préparé À la recherche du point de livraison, le conducteur freine brusquement, ce qui provoque la projection du chargement vers la cabine de conduite. Son collègue passager est blessé. 10 entreprise & métiers n octobre 2009

11 Le même véhicule utilitaire est heurté, tout de suite après son coup de frein, par le véhicule d une salariée qui rentre chez elle avec une collègue. À la demande de son employeur, cette personne effectuait, comme chaque jour, un détour par la poste avant de rentrer chez elle après sa journée de travail. Sa passagère, collègue de bureau qu elle dépose régulièrement chez elle au retour, est blessée. Le véhicule de la conductrice n est pas assuré pour les déplacements professionnels Dans tous ces scénarios, le salarié conducteur aura toutes les responsabilités que tout conducteur peut être amené à avoir face au non-respect du code de la route. Mais l employeur peut aussi voir sa responsabilité engagée. S il y a accident corporel, une enquête va établir sa part de responsabilité, compte tenu du lien de subordination qui le lie à son salarié en mission, et vérifier dans quelle mesure : l organisation de l entreprise favorise ou non les prises de risque sur la route (temps de déplacement irréalistes entre les rendez-vous, primes de rendement poussant au non-respect des vitesses ou des temps de repos, paiement des contraventions par les salariés ou l entreprise ) ; les procédures existent pour l inspection et l entretien des véhicules, véritables outils de travail mis à la disposition des salariés, leur permettant ainsi de rouler en sécurité ; des consignes existent pour bannir l utilisation du téléphone portable pendant les périodes de conduite, pour s assurer que les poids totaux en charge sont respectés, que les chargements sont bien arrimés les salariés ont compris ces consignes et procédures et leur application est contrôlée ; la consommation d alcool, dans le cadre du travail, est réglementée, des rappels de sensibilisation au risque alcool existent. Là encore, il s agira de cas par cas : le salarié est connu pour avoir des problèmes avec l alcool : on cache le problème parce que c est tabou, ou bien on traite son cas pour ne pas l exposer au risque de la conduite le salarié, buveur occasionnel, a consommé pendant un déplacement hors de l entreprise : la responsabilité de l entreprise ne sera pas recherchée surtout si des consignes existent ; le salarié a consommé lors d un événement organisé dans le cadre du travail, en présence de son patron et/ou de ses collègues : la responsabilité de l employeur sera directement engagée. Si l enquête révèle soit une volonté délibérée d ignorer les règles, soit leur absence bien que le risque soit connu, si nombre de facteurs sont en défaveur de l employeur, les amendes peuvent, en cas d homicide involontaire, atteindre et les peines de prison 5 ans. Des circonstances aggravantes peuvent rendre ces maxima encore plus élevés. Pour en savoir plus Association PSRE «La maîtrise du risque routier en entreprise» Site Internet : 3, av. du Président Wilson PARIS Tél ou entreprise & métiers n octobre

12 12 entreprise & métiers n octobre 2009

13 L apprentissage, c est fort en vitamines! Dossier : A.Gilbert - A. Seignemartin Avec contrats d apprentissage en cours en mai 2009, l Ain fait figure en Rhône-Alpes de super-champion. Le dynamisme du service apprentissage de la Chambre de Métiers et la bonne entente qui règne entre tous les centres de formation y sont pour beaucoup. Mais les entreprises prennent aussi leur part dans cette performance. Elles accueillent désormais des jeunes heureux de leur choix et confiants dans leur parcours. Françoise Galland, directrice du service apprentissage de la Chambre : «Que des mieux, que des plus!» Comment expliquer que l apprentissage ait à ce point changé d image? Aujourd hui, tout est possible. Tout est ouvert : les métiers, les filières, les parcours. Avant la réforme de 1987, ne prévalait qu un seul contrat. Depuis, plusieurs types de contrats sont en vigueur. On peut allonger ou raccourcir leur durée, aménager leur contenu, suivre un parcours de plus en plus qualifiant car un jeune qui a une formation professionnelle peut s adapter à un autre métier. Un maçon ne finira pas forcément maçon Tout est possible parce que l apprentissage a énormément évolué. Quel rôle ont joué les centres de formation dans cette révolution? L offre des centres de formation est plus attractive, leurs équipements très satisfaisants. Ils ont su adapter leur pédagogie, se rapprocher des entreprises et des maîtres d apprentissage, mixer leurs publics et leurs filières. Chacun à sa manière : le CFA mise sur le contrôle continu ; l AFPMA, par exemple, a développé des Bac pro et des BTS ; tous les CFA proposent de vrais programmes pédagogiques qui s appuient sur enseignants et parents. Tous ces établissements sont réactifs. Comment expliquer les bons scores de l apprentissage dans l Ain? Les centres de formation de l Ain travaillent en réseau, à l image des MFR. Cette spécificité est propre à l Ain. Elle s explique par le fait que la Chambre de Métiers ne gère pas ou plus de centres de formation. Nous avons réussi à initier des partenariats en les sollicitant au moment où l apprentissage était au plus bas. Nous avons aussi, à la demande du président Cormorèche, élargi le réseau aux Maisons familiales rurales. Le Centre d aide à la décision que nous avons créé et que nous gérons contribue à cette bonne entente. Nous établissons des contrats avec plus de 150 centres de formation. Ceux de l Ain jouent aussi la carte de la mutualisation en matière de formation des maîtres d apprentissage, «Les apprentis ne sont plus promis à n être que des manuels». de cours communs de prévention routière et de plaquettes d information. Les jeunes suivent-ils ces évolutions? Ils en sont la démonstration. De plus en plus, ce ne sont plus les parents qui décident mais les jeunes. Leurs choix sont positifs et leurs parcours étonnants. Ils ont envie de monter en qualification. Les entreprises développent avec eux de vraies stratégies d échange. Les métiers traditionnels ont connu beaucoup d évolutions techniques. Les apprentis ne sont plus promis à n être que des manuels. Quel rôle joue la Région Rhône-Alpes dans ce dynamisme? La décentralisation de la formation professionnelle et l investissement qui a suivi de la Région ont contribué à faire évoluer l apprentissage. La Région est proche des établissements ; elle s est engagée dans la revalorisation de la formation des enseignants et l appui aux maîtres de stage. Ce ne sont que des plus, que des mieux! L équipe CAD, apprentissage, emploi entreprise & métiers n octobre

14 CFA du bâtiment & des travaux publics Bernard Morel, président de l association de gestion du CFA du bâtiment, et Pascal Fayard, directeur. L école des pros pour les pros par les pros Quelle est votre offre de formation? Pascal Fayard et Bernard Morel : C est comme dans une maison : en dehors de la charpente et de la zinguerie, nous proposons toutes les formations, y compris pour les réseaux d adduction et canalisateurs en travaux publics. Dans les corps de métiers, nous préparons tous les CAP et les BP. Pour la classe préparatoire, nous avons trois sections d accueil. Quelle évolution des publics connaît le CFA du bâtiment? P.F et B.M : 80 % des jeunes sont issus de classe de 3 e. Depuis 10 ans, on observe un regain des métiers manuels et une élévation du niveau général, grâce à une réelle prise en compte de la profession. 10 % des jeunes arrivent du Bac ou du BTS. 20 filles sont inscrites pour l année. Beaucoup de jeunes sont des enfants d artisans, avec l idée de succession. En 2003, on comptait 590 jeunes, en 2009 plus de 900. Comment votre l établissement évolue-t-il? P.F et B.M : Nous sommes toujours en travaux! Pour suivre l évolution des formations, des technologies et des effectifs. Nous avons mis en place une plateforme avec l Afpa pour la formation Constructeur de canalisations des travaux publics (CCTP). Elle répond au souhait des professionnels de disposer d un lieu dédié aux formations TP. Comment la pédagogie s adapte-t-elle à la réglementation? P.F et B.M : Le CCC-A-BTP* est notre centre de formation conventionné avec l Éducation nationale. C est aussi une cellule de recherche et de développement qui essaie d adapter les formations à notre public. Nous travaillons sur une pédagogie dite «inductive». La réforme du Bac pro n est pas une priorité immédiate. De quelle façon êtes-vous proches des métiers? P.F et B.M : Les relations avec les entreprises résultent d un travail de fond. Depuis 4 ans, un conseiller accueille le jeune avant la signature du contrat. Depuis 2007, pour les CAP, nous avons introduit le contrôle en cours de formation (CCF). En ces temps dits de crise, la profession essaie de continuer à former pour être prêt à la reprise. C est l école des pros pour les pros par les pros! Comment gérez-vous votre centre de formation? P.F et B.M : L association de gestion est paritaire. Le conseil d administration comprend 20 membres, dont le président élu pour 3 ans. Le directeur est nommé par l association. Au début des années 2000, les budgets étaient difficiles à boucler. Depuis 2005, la Région nous accompagne fortement. Avec la crise, nous avons eu des inquiétudes en mars-avril, ajoutées à la réforme du Bac pro et aux choix d orientation communiqués tardivement par l Éducation nationale. * Comité de concertation et de coordination de l apprentissage du bâtiment et des travaux publics Julien Goyet, 2 e année de BP maçonnerie Originaire de Bourg-en-Bresse, Julien Goyet, 18 ans, prépare un brevet professionnel en maçonnerie. «Je suis en 2 e année, après un CAP que j ai eu en 2007 et une 4 e de pré apprentissage en maçonnerie.» Avec le BP, il aborde une nouvelle étape. «Passer du CAP au BP, c est plus compliqué en pratique et en technologie.» En termes de motivation, pour avoir fait plusieurs stages en entreprise, Julien Goyet ne cille pas. «C est la maçonnerie qui me plaît. Je préfère travailler dehors plutôt qu à l intérieur, et effectuer des travaux manuels.» Et son projet professionnel est clair : «Je compte me faire embaucher dans l entreprise où je travaille. Mon père, c est mon employeur.» CFA du bâtiment Première rentrée : octobre Association de gestion créée en Responsable pédagogique : Laurent Molard. 98 rue des Compagnons Bourg-en-Bresse Tél ccca-btp.fr 14 entreprise & métiers n 152- octobre 2009

15 CFA de l industrie, AFPMA Développer les parcours individualisés «Faire le maximum pour amener un jeune à son objectif initial», telle est l ambition du CFA de l industrie. Créé en 1962 et géré par l Association de formation et de promotion des métiers de l Ain (AFPMA), le Centre de formation d apprentis de l industrie (CFAI) propose des formations initiales dans six grands secteurs : électrotechnique, chaudronnerie, usinage, maintenance industrielle, maintenance des systèmes énergétiques et climatiques, et logistique. L offre se décline du Bac pro au BTS, le cursus du BEP disparaissant. «Dans le cadre de la réforme de la voie professionnelle, nous avons intégré le Bac pro en 3 ans pour tous les métiers, le suivi des derniers 2 e année de quatre BEP, l individualisation des parcours et le contrôle en cours de formation (CCF)», précise Jean-Marc Caire, directeur. L établissement accueille 437 jeunes, dont 20 jeunes filles. «Malgré la crise, nous avons plus d apprentis inscrits que l an dernier. La force du tissu économique de l Ain repose sur le grand nombre de petites entreprises», estime le directeur. Jean-Pierre Noblot, président, d ajouter : «Tous les métiers industriels ne sont pas en déclin.» Parmi les facteurs d attractivité, le secrétaire général de la Chambre syndicale des industries métallurgiques de l Ain cite «le développement de nouvelles filières professionnelles, les opportunités liées au renouvellement des générations et beaucoup de formations pour des métiers non délocalisables.» L apprentissage professionnalisant Après l implantation du CFA de l industrie à Péronnas en 1976, le traditionnel CAP et les métiers de la réparation automobile ont disparu. L âge des jeunes accueillis s est élargi. «L apprentissage est professionnalisant. Depuis 1987, il a été déplafonné. Mais avec la réforme de la voie professionnelle, on va se retrouver de nouveau avec des jeunes de 15 ans», redoute Jean-Pierre Noblot. Agrandi et rénové en 2001, le CFA de l industrie s étend sur m² de locaux couverts. Un double objectif préside aux investissements : «Suivre la technologie des entreprises, ce qui permet aux jeunes de programmer, et intégrer de nouveaux matériels en fonction de l ouverture de nouvelles sections». Le CFA de l industrie s affirme comme l outil de formation de la métallurgie, voulant aider les jeunes. «Un éducateur spécialisé a été recruté pour les accompagner. Nos enseignants sont attachés au succès des apprentis, d où le très bon taux de réussite qui garantit une stabilité des effectifs et une reconnaissance.» Damien Béroujon : un parcours personnalisé Fort d un bac Sciences économiques et sociales, Damien Béroujon est l un des dix-neuf apprentis candidats au bac pro Technicien chaudronnier industriel de l AFPMA. En 2007, lassé de deux années de licence à Lyon II, il décide de s orienter vers une formation professionnelle. Le futur apprenti opte pour le BEP Réalisations d ouvrages chaudronnés. «J ai choisi l AFPMA car l établissement a une bonne réputation. M. Ceyzériat m a proposé plusieurs choses : étant donné que j avais le bac, il m a conseillé de préparer le bac pro en un an en me dispensant de certains cours. Comme j étais moins familier des techniques, j ai préféré le passer en deux ans. La deuxième possibilité était d entrer directement en BTS.» A 21 ans, Damien Béroujon confie n avoir éprouvé aucune difficulté à passer des bancs de la fac au CFAI, ni à s adapter à l internat. «Aujourd hui s ouvre à moi un BTS». Malgré les conseils de son patron, le jeune apprenti hésite entre s engager sur deux ans d études supplémentaires et trouver un emploi dans sa région beaujolaise. Selon Jean- Pierre Noblot, président du CFAI-AFMPA, à gauche de Jean-Marc Caire, directeur, «tous les métiers industriels ne sont pas en déclin». CFAI-AFPMA Fondé en 1962 Responsable pédagogique : Frédéric Ceyzériat. 1 allée des Tyrandes, BP Péronnas Tél Fax : entreprise & métiers n octobre

16 Maison familiale et rurale de Balan Fabienne Rivault-Girard, directrice de la MFR de Balan Au plus près des entreprises Quelles sont vos filières de formation? Nous fonctionnons comme un CFA, mais avec l étiquette MFR, en proposant deux formations : l hôtellerie-restauration et la pâtisserie, deux secteurs qui ne connaissent pas la crise. Passé Pâques, les embauches ont repris. Notre effectif se situe entre 280 et 300 élèves, à 92 % internes. En pâtisserie 80 élèves, l apprentissage a toujours été un mode de formation en temps partagé. Les pâtissiers accueillent par tradition des apprentis pour la transmission du geste. En hôtellerie-restauration, où l on a grand besoin de serveurs, c est un peu moins familial, mais cela reste une tradition de former la relève. D où viennent vos élèves? Nous avons la chance d être situé dans un bassin très porteur. Selon les filières et les années, de 70 à 90 % de nos jeunes viennent de l agglomération lyonnaise, du Nord-Isère au Beaujolais, un bassin dont la renommée gastronomique est forte et les besoins en apprentis constants. J ose dire que nous n avons pas faim! Quels sont vos partenariats? Nous profitons de toutes les occasions pour être au plus près des entreprises, dont nous sommes prestataires, et des professeurs. Nous faisons au moins deux visites en entreprise par jeune. Ils sont soumis au contrôle continu ici et en entreprise. Nous les encourageons à participer à des concours, des challenges, des salons. La MFR de Balan est un restaurant d application très fréquenté le soir par les familles. Nous allons jusqu à proposer des ateliers aux parents. La notion de famille est très forte chez nous. Elles sont associées à la vie de la maison, en premier lieu au conseil d administration. Qu attendez-vous des enseignants? Nous comptons 19 formateurs cette année. Ils passent 45 % de leur temps à enseigner, 25 % en partenariat avec les entreprises et le reste est dédié à la vie du jeune. Nous commençons en classe de 4 e de préapprentissage et nous préparons au bac pro en 3 ans. Nous n avons pas de BTS car ces métiers n en nécessitent pas ou peu. Nos jeunes ont la vocation, la fibre. Ils sont déterminés même si ces métiers ont des contraintes fortes. Que deviennent les anciens? Ceux que nous appelons les cohortes? Nous les suivons à 6 mois, à 3 ans. Nous savons où ils sont et nous constatons une grande immobilité : 85 % d entre eux sont dans un emploi à 50 km à la ronde. 16 entreprise & métiers n 152- octobre 2009 Le choix du sucré En entreprise, la pratique ; à la MFR, l entraînement ; en concours, le perfectionnement Tout est bien clair dans la tête de Benoît Guibert, yeux clairs et gestes posés. La pâtisserie qui l accueille en permanence lui a appris à s organiser. La Maison familiale qui le forme aiguise son appétit de savoir et les compétitions qui l attirent lui font découvrir d autres horizons et des apprentis tout aussi déterminés que lui. À 14 ans, au sortir de sa troisième, il a mis le cap sur Balan. «Je marchais bien à l école, mais j avais envie d apprendre un métier.» Le stage obligatoire de trois jours dans la pâtisserie de son village a créé l étincelle. Choix assuré et assumé, partagé par une famille dont les aînés sont eux aussi passés par la case MFR. Les parents ont applaudi. Ce bon élève a su se montrer patient : il a appliqué en stage les «méthodes de base» sous l œil d un patron «positif». «J ai trouvé ma place une fois mon CAP passé.» Une place, c est-à-dire un poste fixe dans le laboratoire : le sucré. À 16 ans, Benoît est déjà gourmand de concours, comme le Salon de la gastronomie de Bourg. Ils mettent du sel dans ce qu il n hésite pas à appeler l amour du métier. Sa carte du tendre, il y compte bien, passera par les grandes maisons, sous l aile protectrice des grands chefs et sous les ors des palaces. «Le Plazza-Athénée, j aimerais bien!» Un établissement prestigieux que Madame la Directrice a connu quand elle était responsable de la formation des MFR à Paris. Benoît en est devenu tout fondant Maison Familiale et Rurale de Balan 53, rue Centrale Balan Tél Fax:

17 Maison familiale et rurale de Cormaranche-en-Bugey Régis Dussuyer, directeur de la MFR de Cormarancheen-Bugey Une école cinq étoiles Régis Dussuyer n a jamais connu de dents de scie. Un paradoxe pour ce menuisier architecte d intérieur, directeur de la Maison familiale rurale de Cormaranche qui excelle dans les formations aux métiers du bois. Son évolution depuis sa création à l arraché en Une ligne continue qui grimpe comme un maillot jaune vers le sommet. À la rentrée de septembre, la crise a écorné cette dynamique ininterrompue. «Nous connaissons une baisse d effectif, avoue le directeur. C est la première fois. Nous allons réagir. Soit on contraint nos charges, soit on varie nos produits, soit je trouve un mécène» Régis Dussuyer en fait son affaire. En attendant de revoir «les fondamentaux», il enrage après la «parano» de cette crise qui n a pas eu d effet en milieu rural ni sur le marché privé. Elle a simplement ratiboisé les prix dans les appels d offres et les devis. Les entreprises souffrent, le CFA de Cormaranche ressent ce moment de doute. Un mauvais col à franchir. «Les entreprises ont joué depuis des années le jeu de l apprentissage. Je n ai pas envie que l on retombe dans le trou.» emplois dans l Ain La charpente Dussuyer est solide et la maison qu elle supporte a toujours belle allure, figure de proue connue et reconnue dans un océan de bois. C est un toit où l on forme en apprenant la vie au gré d un projet pédagogique qu animent directeur et formateurs. La réputation de la maison n est plus à faire. «Un cinq étoiles pour les enseignants» (qui nettoient leur bureau, à l image des internes qui font leur lit), une référence pour les entreprises, un must pour les apprentis menuisiers, charpentiers, couvreurs. Près de 240 élèves tout confondu, âgés de 15 à 50 ans, répartis du CAP au BTS, partagés en alternance et promis à l excellence. Ils n étaient que 190 à la rentrée de septembre. «Quand je pense que j en ai refusé 50 l an dernier!» Président de FIB 01 (Fédération interprofessionnelle du bois), Régis Dussuyer est une cheville qui participe à l équilibre d un édifice fort de emplois. Il se plaît à dire que la filière du département pèse plus que l agriculture. Ce n est pas le moment de lâcher Mobilisation générale Il trace déjà les plans de sa contre-offensive qui remobilisera les troupes. Veille économique et technologique, démarchage et rencontres, développement sur de nouveaux créneaux comme la maison à ossature bois haut de gamme. «Ce n est plus le petit Cormaranche du départ. Il faut maintenant une vision à l échelle de la planète. Nous avons su dépasser nos murs tout en attirant des jeunes ici, alors que nous sommes à l écart de tout. C est notre plus grande force.» Il en faut plus pour bûcheronner le moral de Régis Dussuyer. Un avenir tout tracé Pour Quentin Pélisson, c eût été trop simple de préparer son CAP chez son père, charpentier à Pont-de-Veyle, et de s inscrire aux Compagnons du devoir installés à Pont-de-Veyle. Il a gardé un pied en bord de Saône, chez un charpentier de Crottet, mais a posé l autre en Bugey. Une attirance pour la montagne mais aussi un attrait pour la Maison familiale de Cormaranche qui a si bonne réputation chez les professionnels du bois. L avenir imédiat de Quentin est aussi bien bâti que la pièce qui lui sert d exercice pour le brevet professionnel blanc qu il est en train de passer, comme 15 de ses camarades. Huit heures pour tracer le sujet et 16 pour tailler sa maquette dans un magnifique atelier-salle de cours qui fleure bon le bois. Une fois son diplôme en poche, il préparera un autre CAP, de couverture zinguerie, toujours à Cormaranche. «Après, on verra» Il prendra peut-être la succession de son père devenu son patron le temps du brevet professionnel. L un et l autre partagent le même intérêt pour les maisons à ossature bois. Un vaste chantier aux accents durables qui devrait faire le bonheur des charpentiers. En attendant, il va essayer de faire ses preuves au concours du Meilleur apprenti de France. Quentin fera partie, l été prochain, du voyage d échange et d études de sa classe au Brésil. Un projet enthousiasmant échafaudé par Régis Dussuyer pour qui le bois continue de jeter des ponts entre les pays et les hommes. Maison Familiale Rurale de Cormaranche 560A, rue du Marais Cormaranche-en-bugey Tél Fax: entreprise & métiers n octobre

18 CECOF CFA CECOF d Ambérieu Des projets sous le coude La rentrée 2009 a été sereine au CECOF. Son président, Pierre Girod, et son directeur, Richard Bazire, ont apprécié. Le premier centre d apprentissage de l Ain traînait depuis des années comme un boulet des tensions avec ses enseignants. En rénovant les accords qui les liaient à l établissement, depuis trois ans autonome dans sa gestion, et en réactualisant les missions des enseignants, le tandem a réussi à mettre le CECOF sur de nouveaux rails. «Nous sommes en période de rodage» nuance Richard Bazire. «Nous collons mieux à la réalité» estime Pierre Girod, très investi dans sa mission. C est à lui que les chambres consulaires ont laissé les clés de la maison il y a cinq ans. «Cette rentrée paisible est propice à la réflexion et au développement d actions.» apprentis par an Second motif de satisfaction : l effectif de la rentrée, à quelques pour cent près, reste stable. «D ici fin octobre, nous devrions être dans les clous», c est-à-dire tourner autour de apprentis. Pour Richard Bazire, un problème demeure : l inadéquation entre les besoins des métiers et la demande des jeunes. La charcuterie-traiteur et l ébénisterie peinent toujours à recruter, mais d autres clignotants se sont allumés en première année, à l occasion de cette rentrée : «Nous avons eu moins de demande en mécanique ; j explique cela par l attentisme des entreprises. Il va falloir épauler la filière vente et le CAP coiffure, moins prisé que le brevet professionnel.» Par souci de diversifier son offre, le CECOF a ouvert cette année deux sections bac en trois ans : une pour la mécanique auto, l autre pour le commerce. «Nous montons en gamme.» Priorité à la pédagogie À nouveaux rails, nouvelles destinations. C est là où l on constate que l esprit du CECOF est en train de changer, qu après avoir étendu ses ateliers et rénové ses locaux, reciblé ses programmes et peaufiné son projet pédagogique, il peut désormais consacrer son énergie à un travail de construction et de valorisation de ses atouts. Président et directeur sont sur la même ligne quand il s agit de définir des priorités au premier rang desquelles ils placent «la dimension relationnelle avec l extérieur», à savoir les familles et l entreprise. «Continuons, continuons» lâche Pierre Girod tandis que Richard Bazire précise l objectif : la pédagogie et un suivi renforcé des 5 ou 7 % d élèves pour qui «ça ne se passe pas bien». Resserrer les liens avec les entreprises et les maîtres d apprentissage pour mieux coller à leurs attentes, apporter un soutien aux tuteurs, rapprocher les enseignants des entreprises, conforter la bonne participation des professionnels aux examens blancs sont aussi au programme. «180 tuteurs sont venus l an dernier. Sur 4 ou 5 ans, on finit par toucher les entreprises qui signent des contrats avec nos jeunes» et qui versent la taxe d apprentissage. Une ressource essentielle qui représente près du quart du budget du CECOF. Pierre Girod et Richard Bazire sont optimistes : «Nous avons encore des projets sous le coude». 18 entreprise & métiers n 152- octobre 2009 Pierre Girod, président du CFA du CECOF et Richard Bazire, directeur. Objectif Corée Entre somnoler sur les bancs de la fac et se réveiller à trois heures du matin pour aller pétrir, Cyril Dehove a tranché : il a plaqué l amphi de Lyon 3 au terme d une année longue comme un jour sans pain pour passer au CECOF, en un an, un CAP de boulanger. «Au début, on est un peu surpris, mais on s y fait très bien. J ai appris à sentir la pâte.» Originaire de Martignat, il a trouvé un maître d apprentissage à Pont-d Ain, à la boulangerie Barèche qui recherchait quelqu un de sérieux. Cyril n est pas du genre à faire des miettes. Posé, mesuré, un brin réservé, il accepte toutes les contraintes de sa nouvelle vie. Son CAP en poche, il s empressera de trouver du travail et de retourner à la fac. Une parenthèse donc? Pas du tout : un projet de vie. Le mitron compte bien reprendre ses études pour parfaire son coréen et partir du côté du soleil levant dorer ses croissants et manier les baguettes. Dès qu il évoque la lointaine Corée du Sud (celle du Nord a aussi grand besoin de pain!), son visage s illumine. Passionné d histoire et de culture asiatiques, il projette de travailler dans une boulangerie de là-bas, un pays où l on aime le pain préparé avec de la farine de blé. Il y sera l ambassadeur de notre savoirfaire, avec le souci de ne pas ternir l image de notre pain national. Et, confidence pour confidence, sa mie devrait faire partie du voyage qui la rapprochera de sa Chine natale. CECOF C.F.A , avenue de la Libération BP Ambérieu en Bugey CEDEX Tél Fax :

19 Maison familiale et rurale de la Vernée Selon Ludovic Buffavand, directeur, «les métiers ont peut-être gagné en image». L apprentissage à taille humaine en milieu naturel L accompagnement des jeunes caractérise la Maison familiale rurale La Vernée, spécialisée dans les formations par alternance et dans l apprentissage. La Maison familiale rurale (MFR) de La Vernée, implantée depuis 1971 sur le domaine du comte éponyme à Péronnas, a fêté ses 40 ans en Antenne du centre de formation d apprentis (CFA) régional des MFR Rhône-Alpes, «l association formait une dizaine d élèves à Journans au départ, pour des métiers agricoles qui ont rapidement évolué vers l horticulture et les travaux paysagers ; le commerce est arrivé en 1986», confie Ludovic Buffavand, directeur depuis Cette rentrée, la MFR accueille 357 jeunes de 14 à 21 ans, en provenance de tout le département, dont 20 % environ d apprentis en bacs pro Commerce et Services. «Les élèves sont issus du milieu rural en majorité. Mais depuis 4 ou 5 ans, les jeunes du milieu urbain arrivent, pour deux raisons : le nouvel attrait pour les métiers en lien avec la nature et le vrai choix des familles pour un environnement sécurisé et naturel.» Les filières vente et services sont l apanage des filles. Décloisonner les filières professionnelles Bac pro en 3 ans oblige, la MFR assure la dernière année de formation des Bepa agri. Pour Ludovic Buffavand, cette réforme s avère «positive, car elle permet de décloisonner les filières professionnelles du reste des formations. La création de passerelles entre les formations préfigure ce qui devrait se passer plus souvent à l avenir. En contrepartie, les élèves sortant de 3 e auront le choix entre aller au bac ou en CAP. En termes de maturité, les quatre années 2 ans de BEP et 2 ans de bac étaient utiles.» Au-delà des visites en entreprise, des évaluations en situation de travail et des réunions, la Maison familiale mène différentes actions pour promouvoir les métiers avec les professionnels : les Floralies, Mondial des métiers, concours des Meilleurs apprentis de France Son projet d établissement pour prévoit également plusieurs initiatives pour la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles. Gérée par un conseil d administration de vingt membres (parents d élèves, maîtres de stage), l association, qui emploie 33 salariés, tient son financement de la Région et du ministère de l Agriculture. Particularités : «Les administrateurs sont très présents dans la maison.» Ludovic Buffavand la définit par «le professionnalisme : on vient pour entrer dans un secteur professionnel et pour devenir un professionnel ; et nos élèves sont avant tout des individus». Mélène Pellus, 1 re année de bac pro Travaux paysagers À 17 ans, unique jeune fille sur 30 élèves de sa classe, Mélène Pellus possède plusieurs cordes à son arc. Dans le cadre de la réforme 2004 de l agriculture, sur dérogation, elle quitte le lycée des Sardières pour rejoindre la MFR La Vernée en «Je suis en première année de bac pro Travaux paysagers. Je sors d une première en Sciences et technologies de l agronomie et du vivant (STAV) aux Sardières. J ai choisi l apprentissage à la MFR La Vernée, car il permet d apprendre en cours et en alternance. Je suis passionnée par le contact avec la nature depuis toute petite et j aime travailler dehors». Pompier volontaire depuis un an sur la commune de Péronnas, elle se dit disposée à passer un concours «si l occasion se présente». La jeune fille ne sait pas encore quel métier exercer, mais envisage de préparer un BTS après le bac pro. MFR La Vernée Fondée en 1968 Responsable pédagogique : Ludovic Buffavand. Responsable de l apprentissage : Denis Pottay Péronnas Tél Fax : entreprise & métiers n octobre

20 CFA des Compagnons du devoir Respectant la symbolique, l aspirant couvreur Thibaut Lopez porte le nom de sa province d origine : Dauphiné. «Un état d esprit» La maison des Compagnons du devoir à Pont-de-Veyle forme apprentis et jeunes itinérants dans le respect de la philosophie ancestrale. «Ni se servir, ni s asservir, mais servir». Cet aphorisme des Compagnons du devoir résume par bien des aspects l éthique de leur profession. «Nous sommes des hommes de métier groupés en une association reconnue d utilité publique» présente Pierre Lefranc, prévôt de la communauté de Pont-de-Veyle, en poste pour trois ans. À 30 ans, le Compagnon couvreur, ancien accordeur de pianos de 16 à 22 ans, anime ce «point de passage» parmi les 110 en France. L association occupe le château de Pont-de-Veyle construit au début du XVII e siècle et confié par la commune en «La maison dispose d une capacité d accueil de 68 pensionnaires à Pont-de-Veyle, 9 à Cormaranche-en-Bugey (bois) et 6 à Montalieu (pierre). C est un choix par rapport aux emplois.» Les Compagnons du devoir préparent à tous les métiers : constructeur-carrossier, chaudronnier, électricien, cordonnier bottier, ébéniste, peintre, boulanger, maçon, tailleur de pierre «Chaque région a ses spécificités.» Les jeunes accueillis proviennent du collège, de seconde ou de terminale, voire de plus loin. «On a pas mal de jeunes avec bac ou bac pro, même des adultes de 40 ans qui suivent une formation continue Á 15 ans, un jeune est pré-apprenti (CAP), puis apprenti (CFA), stagiaire, aspirant, compagnon, compagnon itinérant» Sur le parcours du Tour de France Pierre Lefranc, compagnon couvreur et prévôt de la communauté, a réalisé son «chef-d œuvre» en 2008 en heures. La formation initiale s effectue sur le parcours du Tour de France. Il permet aux jeunes l apprentissage de leur métier en voyageant. «Ce n est plus comme dans le temps où les jeunes savaient ce qu ils voulaient faire. Maintenant, il y a tellement de possibilités, on est obligé de faire au cas par cas. On essaye d adapter le jeune à une formation. En fonction de ce qu il veut faire, on l envoie dans tel ou tel CFA. À 26 ans en général, les compagnons se sédentarisent.» Tous les métiers sont validés par l Éducation nationale. Les formations évoluent avec les instituts de métier, par rapport aux métiers et aux besoins des entreprises. «Les compagnons qui ont une entreprise ou ceux qui en sont proches nous aident à placer les jeunes.» Portes ouvertes sur le site, participation aux salons et manifestations solidaires permettent également d accueillir des entreprises. La maison de Pont-de-Veyle est gérée par l Association nationale ouvrière des Compagnons du devoir à Paris et fonctionne grâce à la taxe d apprentissage à 80 %. Pour l enseignement, la restauration et l hébergement, quinze professionnels sont au service des jeunes en formation. Quinze compagnons sédentaires s impliquent bénévolement dans l accueil, la transmission et l animation culturelle. Quinze professionnels et autant de compagnons sédentaires sont au service des jeunes. Pour Pierre Lefranc, «la voie de l apprentissage est la meilleure pour apprendre la vie. Être compagnon, c est un état d esprit.» Thibaut Lopez, 22 ans, aspirant couvreur itinérant «Je suis couvreur zingueur depuis 3 ans, avec 2 ans en apprentissage finalisé en juin Je suis originaire de Janneyrias (Isère). Petit, j étais fasciné par les toitures. J ai connu les Compagnons du devoir par des gens dans mon entourage. J ai intégré la maison de Marseille en A force de discuter avec les itinérants, l envie de voyager s est faite. J ai choisi Pont-de- Veyle. La journée, je travaille dans une entreprise à Saint-Étienne-du-Bois. Le soir, je rentre à la communauté. On prend le repas à 19 h. Á 20 h, c est le rassemblement par corporation ; On va en cours jusqu à 22 h. Je serai compagnon quand j aurai assez voyagé et que je serai prêt à réaliser mon chef-d œuvre. La philosophie, on la découvre tous les jours. Pour moi, c est très important de retransmettre ce que l on sait, sinon beaucoup de choses vont se perdre. C est parfois difficile, mais il faut être persévérant. D autres l ont fait avant nous, je ne vois pas pourquoi je n y arriverai pas. Un conseil à donner à un jeune? Voyager, choisir un métier avec ses tripes, avec passion.» Maison des Compagnons du devoir Créé en 1979 Responsable pédagogique : Pierre Lefranc Le Château Pont-de-Veyle Tél Fax : compagnons-du-devoir.com 20 entreprise & métiers n 152- octobre 2009

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Catalogue formations

Catalogue formations Chambre de Métiers et de l Artisanat de Lot-et-Garonne Catalogue formations 2 nd semestre 2011! À LIRE attentivement Sommaire 1.INFORMATIQUE/INTERNET...p4-5 Word, Excel, power-point, ciel compta, création

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

LE SECTEUR DU BATIMENT

LE SECTEUR DU BATIMENT LE SECTEUR DU BATIMENT INTERVENANTS 1 - CAPEB 2 Compagnons du Devoir 3 BTP CFA de l Aude Les métiers du bâtiment et les perspectives d évolution professionnelles L Artisanat du bâtiment dans l économie

Plus en détail

COMMUNIQUE PRESSE. Coordonnées des centres de formation :

COMMUNIQUE PRESSE. Coordonnées des centres de formation : COMMUNIQUE PRESSE Le 4 avril 2009, les centres de formation de la Chambre de Métiers et de l Artisanat et du Bâtiment ouvriront leurs portes aux jeunes et à leur famille. Coordonnées des centres de formation

Plus en détail

LIFI LES. For QUA. cap formations ANTES. spécial. Numéro. Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme.

LIFI LES. For QUA. cap formations ANTES. spécial. Numéro. Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme. cap formations Numéro spécial LES 2 è semestre 2014 For ma tions QUA LIFI ANTES Les formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat du Puy-de-Dôme Puy-de-Dôme LE TITRE D ASSISTANT(E) DE DIRIGEANT(E)

Plus en détail

L apprentissage, une chance pour l emploi

L apprentissage, une chance pour l emploi Dossier de presse L apprentissage, une chance pour l emploi Aujourd hui, les entreprises recherchent des jeunes bien formés, diplômés avec une expérience professionnelle C est exactement ce qu apporte

Plus en détail

DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H

DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H DOSSIER PRESSE JOURNÈE PORTES OUVERTES DES CENTRES DE FORMATION SAMEDI 26 MARS 2011 9H - 17H Coordonnées des centres de formation : Centre de Formation Chambre de Métiers et de l Artisanat impasse Morère

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LA MODERNISATION ET LE DEVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LA MODERNISATION ET LE DEVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LA MODERNISATION ET LE DEVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE VU l article L. 118-1 du code du travail ; VU la loi n 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la

Plus en détail

FORMATION CONTINUE. Année 2014. développer son chiffre d affaires, Vente en ligne. appel d offre, législation, gestion, anglais, manager, transmettre!

FORMATION CONTINUE. Année 2014. développer son chiffre d affaires, Vente en ligne. appel d offre, législation, gestion, anglais, manager, transmettre! FORMATION CONTINUE Année 2014 Artisans, salariés, conjoints collaborateurs Vente en ligne gestion, anglais, appel d offre, législation, développer son chiffre d affaires, manager, transmettre! Le contexte

Plus en détail

Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr

Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr OPÉRATION JEUNES-ARTISANAT Spécial entreprises POURQUOI CETTE OPÉRATION? La force économique d un pays, ce sont ses

Plus en détail

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment

LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment DOSSIER DE PRESSE LA FILIERE CAP-BREVET PROFESSIONNEL EN APPRENTISSAGE : Un modèle de formation adapté aux exigences des métiers du Bâtiment Dans son parcours scolaire, l élève en fin de 3 ème a trois

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LE MOUVEMENT DES CASQUES JAUNES

DOSSIER DE PRESSE LE MOUVEMENT DES CASQUES JAUNES DOSSIER DE PRESSE LE MOUVEMENT DES CASQUES JAUNES Une démarche d intérêt général de toute une profession, organisée avec le soutien du réseau de l apprentissage BTP et portée par les entreprises formatrices,

Plus en détail

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Dossier de presse Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Contacts : Service interministériel de la communication des

Plus en détail

FORMATION INITIALE. Remarques sur l'offre de formation dépendant de l'éducation nationale :

FORMATION INITIALE. Remarques sur l'offre de formation dépendant de l'éducation nationale : OFFRE LOCALE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ZTEF Bugey, Plaine de l Ain, Côtière FORMATION INITIALE Généralités La voie professionnelle : Dans le système de formation initiale (hors apprentissage), il existe

Plus en détail

Le développement économique local en faveur des PME

Le développement économique local en faveur des PME LE MAIRE, LE COMMERCE ET L'ARTISANAT Le développement économique local en faveur des PME Un territoire, des besoins : une réponse adaptée Le commerce joue un rôle fondamental dans l aménagement du territoire

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE Jeudi 25 juin 2015 Centre de Formation d Apprentis (CFA) d ANNONAY CONTACTS PRESSE : Cabinet du préfet Service Départemental de la Communication Interministérielle

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette DOSSIER DE PRESSE FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette Contact Presse MNRA : Elisabeth MARZAT Tél. : 01 53 21 12 44 06 65 59 61 69 Mail : emarzat@mnra.fr

Plus en détail

Vous voulez devenir apprenti(e)?

Vous voulez devenir apprenti(e)? Vous voulez devenir apprenti(e)? Plan 1. Comment fonctionne l apprentissage 2. Les CFA à Montpellier et environs 3. Les métiers porteurs 4. Les effectifs d apprentis 5. Et si vous ne trouvez pas d employeur?

Plus en détail

EDITO. Les chiffres clés. L artisanat gersois

EDITO. Les chiffres clés. L artisanat gersois EDITO Les chiffres clés Niveau départemental (au 01.01.2012) : 11 273 entreprises* Alors que les indicateurs économiques se montrent toujours pessimistes, qu en est-il de la santé des entreprises artisanales?

Plus en détail

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011>

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> COMMUNIQUE W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! Les artisans peinent à trouver de

Plus en détail

Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot

Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot Discours d inauguration du Campus des métiers et de l artisanat Lot - Vendredi 2014 - Merci Monsieur le Ministre, cher Martin, Monsieur le Sénateur, [Gérard Miquel], Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

Plus en détail

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Chantier à Lièpvre - Entreprise COLMAR CHARPENTES (Colmar) - MÉTIERS DE LA CHARPENTE - OCTOBRE 2012 1 1. L emploi 594 charpentiers en

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

Avec la formation, concrétisez vos ambitions!

Avec la formation, concrétisez vos ambitions! Avec la formation, concrétisez vos ambitions! Tout au long la de votre vie, CMA 30 est là... 2 Sommaire Compétences de base........................................................ p. 4 Organisation administrative.............................................

Plus en détail

La Maison du Transport :

La Maison du Transport : La Maison du Transport : Lieu d accueil des structures de représentation et services pour les entreprises de transport routier de la Loire Un syndicat professionnel : le cœur de métier FNTR LOIRE, déclinaison

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX

DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE LA HAUTE-MARNE 9, - CS 12053-52902 CHAUMONT CEDEX L apprentissage est une forme d éducation alternée. Il a pour but de donner à des jeunes travailleurs ayant satisfait à l obligation scolaire une formation générale, théorique et pratique, en vue de l

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Licence professionnelle Technicocommercial en produits et services industriels

Licence professionnelle Technicocommercial en produits et services industriels Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Technicocommercial en produits et services industriels Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

quels partenariats possibles? www.iae-aquitaine.org

quels partenariats possibles? www.iae-aquitaine.org IAE et entreprises : quels partenariats possibles? www.iae-aquitaine.org Les SIAE, partenaires de votre politique RH Vous recherchez des compétences et des profils pour vos besoins en recrutement Collaborer

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

SIGNATURE DE LA CONVENTION QUINQUENNALE APPRENTISSAGE RÉGION/Chambre de Métiers et de l Artisanat

SIGNATURE DE LA CONVENTION QUINQUENNALE APPRENTISSAGE RÉGION/Chambre de Métiers et de l Artisanat PLAN RÉGIONAL POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE ET LA FORMATION SIGNATURE DE LA CONVENTION QUINQUENNALE APPRENTISSAGE RÉGION/Chambre de Métiers et de l Artisanat Apprentissage 2011 CHR_Mise en page 1 12/08/11

Plus en détail

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Fiche Action 1 : Action sur la levée des freins et des difficultés pouvant constituer un frein à une reprise d emploi ou de formation Fiche

Plus en détail

L équipe de direction et l ensemble des personnels se tiennent à votre disposition pour tout renseignement relatif aux métiers et aux modalités de

L équipe de direction et l ensemble des personnels se tiennent à votre disposition pour tout renseignement relatif aux métiers et aux modalités de L équipe de direction et l ensemble des personnels se tiennent à votre disposition pour tout renseignement relatif aux métiers et aux modalités de déroulement de la formation. UN CONTRAT DE TRAVAIL UN

Plus en détail

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance. Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.com Jeudi 6 mai 2010 à 9h30 MEDEF Lyon-Rhône 60 avenue Jean Mermoz 69008

Plus en détail

Atelier Prospectif «Artisanat» Réunion 2

Atelier Prospectif «Artisanat» Réunion 2 Atelier Prospectif «Artisanat» Réunion 2 Contexte de l offre de formation professionnelle initiale Arras le 17 mars 2015 Offre de formation professionnelle initiale La politique de l Education Nationale

Plus en détail

Licence professionnelle Lean manufacturing

Licence professionnelle Lean manufacturing Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Lean manufacturing Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

DÉVELOPPER LA FORMATION EN ALTERNANCE AVEC LES LYCÉES PROFESSIONNELS

DÉVELOPPER LA FORMATION EN ALTERNANCE AVEC LES LYCÉES PROFESSIONNELS Journées nationales portes ouvertes des lycées professionnels DÉVELOPPER LA FORMATION EN ALTERNANCE AVEC LES LYCÉES PROFESSIONNELS Lycée professionnel Marcel Deprez Métiers de l électricité et de l électrotechnique

Plus en détail

Comité de concertation et de coordination de l apprentissage du bâtiment et des travaux publics

Comité de concertation et de coordination de l apprentissage du bâtiment et des travaux publics Comité de concertation et de coordination de l apprentissage du bâtiment et des travaux publics Sommaire I. Présentation synthétique du CCCA-BTP 3 II. Le CCCA-BTP 4 Son statut 4 Ses ressources 4 III. Une

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 S SECTORIELLES Les partenaires professionnels des contrats d objectifs bretons ont contribué à la préparation du CPRDF.

Plus en détail

Licence professionnelle Informatique embarquée et mobile

Licence professionnelle Informatique embarquée et mobile Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Informatique embarquée et mobile Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

PROGRAMMATION RÉGIONALE EN MATIÈRE DE FORMATION

PROGRAMMATION RÉGIONALE EN MATIÈRE DE FORMATION PROGRAMMATION RÉGIONALE EN MATIÈRE DE FORMATION Validée par le Conseil de la Formation du 26 mars 2013 et modifiée le 26 septembre 2013 et le 18 septembre 2014 - Version du 8 octobre 2015 - Sommaire :

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels

Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Les diplômes. Session 2008

Les diplômes. Session 2008 note d informationdécembre 09.28 À la session 2008, 444 0 diplômes de l enseignement professionnel des niveaux IV et V ont été délivrés en France par le ministère de l Éducation nationale. Ce nombre atteint

Plus en détail

PORTES OUVERTES DES CFA

PORTES OUVERTES DES CFA PORTES OUVERTES DES CFA NOMS DES ETABLISSEMENTS VILLE DATE FORMATIONS CFA DINAH DERYCKE 365 rue Jules Guesde 59650 VILLENEUVE D ASCQ Tél : 03 20 19 66 81 22 mars 2013 23 mars 2013 CAP employé de vente

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR

CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR Qui sommes nous? Le CFA Régional des Métiers de l Environnement et du Développement

Plus en détail

Le 11 octobre 2013 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» à St Paul les Dax

Le 11 octobre 2013 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» à St Paul les Dax Le 11 octobre 2013 à St Paul les Dax PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le vendredi 11 octobre 2013 Sommaire

Plus en détail

PORTES OUVERTES DES CFA

PORTES OUVERTES DES CFA PORTES OUVERTES DES CFA NOMS DES ETABLISSEMENTS CFA DINAH DERYCKE VILLE DATE FORMATIONS 365 rue Jules Guesde 59650 VILLENEUVE Tél : 03 20 19 66 62 / 03 20 19 66 61 / 03 20 19 66 67 ufa.derycke@ac-lille.fr

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac général 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54 55 53 00 Messagerie : contact.tscompta@laposte.net

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Classe terminale - Série STMG L accompagnement personnalisé Ressources pour le lycée général et technologique S orienter Les supports du scénario Document 1 : la fiche d entretien ENTRETIEN INDIVIDUEL

Plus en détail

éducation, formation, apprentissage,

éducation, formation, apprentissage, éducation, formation, apprentissage, la Région accompagne les apprenants La Région, créatrice d avenir pour ses habitants octobre 2014 2 région franche-comté éducation, formation, apprentissage, la région

Plus en détail

Visites d entreprises Démonstrations Informations sur les métiers Inscriptions apprentissage

Visites d entreprises Démonstrations Informations sur les métiers Inscriptions apprentissage Marne SEMAINE NATIONALE DE L ARTISANAT REIMS - EPERNAY - CHALONS Du 11 au 21 Mars 2009 Visites d entreprises Démonstrations Informations sur les métiers Inscriptions apprentissage NATURE DE L OPERATION

Plus en détail

L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre

L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre DOSSIER DE PRESSE Mardi 11 décembre 2012 L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre - 12 décembre 2012 de 10h à 12h Point presse à 12h Médiathèque d Orléans

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE. LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité

L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE. LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité Je éq La formation, un outil de développement de vos compétences.

Plus en détail

REFORME DE L APPRENTISSAGE DEPUIS 2002

REFORME DE L APPRENTISSAGE DEPUIS 2002 Article de la loi REFORME DE L APPRENTISSAGE DEPUIS 2002 Loi de finance pour 2002 du 28 décembre 2001 edejorf?numjo=mesx0100129l Art 73 L 118-6 N 24 mai 2006 Le calcul de l effectif des entreprises pour

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

Créer une entreprise, ça se prépare!

Créer une entreprise, ça se prépare! PARCOURS N 3 Créer son entreprise Les étapes de votre réussite Entretien orientation Entretien conseil Stage de Préparation à l'installation Entretiens spécialisés : étude de faisabilité ou montage des

Plus en détail

CONSEIL DE LA FORMATION EXERCICE 2016

CONSEIL DE LA FORMATION EXERCICE 2016 CONSEIL DE LA FORMATION EXERCICE 2016 MODALITES DE PRISE EN CHARGE DES FORMATIONS à la gestion et au développement des entreprises Conseil de la Formation du 7 décembre 2015 1.- CRITERES DE RECEVABILITE

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

DEMANDEURS D EMPLOI, À CHACUN SA FORMATION

DEMANDEURS D EMPLOI, À CHACUN SA FORMATION DEMANDEURS D EMPLOI, À CHACUN SA FORMATION Édition 2015 maformation.rhonealpes.fr Éditorial En vous donnant accès à une formation, la Région Rhône-Alpes se tient à vos côtés. Nous connaissons l importance

Plus en détail

Discours Ministre. C est un immense plaisir d être parmi vous ce matin, au sein de l Université de Reims Champagne Ardennes.

Discours Ministre. C est un immense plaisir d être parmi vous ce matin, au sein de l Université de Reims Champagne Ardennes. Visite IUT de Reims le 7 mars 2013 Discours Ministre Monsieur le Préfet, Mesdames et Messieurs les parlementaires Madame la Maire, Madame la secrétaire générale de l académie, représentant le recteur Monsieur

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS cordiste.mov - MÉTIERS DE LA COUVERTURE - DECEMBRE 2012 1. L emploi 1 241 couvreurs en 2010 soit 5% des salariés de la production du BTP

Plus en détail

cfa btp : l'apprentissage de la reussite

cfa btp : l'apprentissage de la reussite cfa btp : l'apprentissage de la reussite Association régionale des CFA du BTP d Aquitaine DORDOGNE GIRONDE LANDES LOT-ET-GARONNE PYRÉNÉES ATLANTIQUES 3 Association régionale des CFA du BTP d Aquitaine

Plus en détail

Entrez dans la 1 ère entreprise des Alpes - Maritimes

Entrez dans la 1 ère entreprise des Alpes - Maritimes Entrez dans la 1 ère entreprise des Alpes - Maritimes PRESENTATION Activités : Fabrication Transformation Réparation Prestation de service CMA 06 & VOUS Bâtiment - 10 salariés à la création Alimentation

Plus en détail

FORMATION DES JURYS Rhône-Alpes / Lundi 10 février 2014

FORMATION DES JURYS Rhône-Alpes / Lundi 10 février 2014 FORMATION DES JURYS Rhône-Alpes / Lundi 10 février 2014 INTRODUCTION ACCUEIL Daniel Boulens Directeur du service des espaces verts de Lyon Membre du jury régional INTRODUCTION LE FORMATEUR Mathieu Battais

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours à l Université de Cergy-Pontoise Le guide pour votre orientation et votre insertion professionnelle Service commun universitaire d information,

Plus en détail

LES FORMATIONS. Métiers. A l'issue de cette activité, tu devras être capable de te : Repérer les types de formations.

LES FORMATIONS. Métiers. A l'issue de cette activité, tu devras être capable de te : Repérer les types de formations. 1/7 Observe attentivement les schémas suivants et recopie-les sur une feuille de cours : Les principales voies de formation après la 3 eme CAP : certificat d aptitude professionnelle BEP : brevet d études

Plus en détail

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE 26 FEVRIER 2013 BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE Contact presse : Colette Génin Tél : 01 44 82 48 84 e-mail : edf-presse@consultants.publicis.fr www.edf.fr EDF SA au

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

EMPLOI ET FORMATION EN ARDECHE L Etat, la Région et les partenaires sociaux au plus près des besoins des citoyens et des entreprises

EMPLOI ET FORMATION EN ARDECHE L Etat, la Région et les partenaires sociaux au plus près des besoins des citoyens et des entreprises EMPLOI ET FORMATION EN ARDECHE L Etat, la Région et les partenaires sociaux au plus près des besoins des citoyens et des entreprises Conférence départementale Economie Emploi Formation, Mercredi 27 février

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

MFR Alternance Midi Pyrenees

MFR Alternance Midi Pyrenees MFR Alternance Midi Pyrenees NOTES SOMMAIRE LES MAISONS FAMILIALES RURALES DE MIDI PYRENEES----------- 4 ORIENTATION, ALTERNANCE, ENSEIGNEMENT GENERAL----------- 6 LES FORMATIONS--------------------------------------------

Plus en détail

FORMATIONS DIPLÔMANTES EN ALTERNANCE

FORMATIONS DIPLÔMANTES EN ALTERNANCE FORMATIONS DIPLÔMANTES EN ALTERNANCE Rentrée 2009 Page 1 «l Apprentissage est une des composantes de la politique de formation des entreprises. C est un outil clé pour le maintien de leurs performances

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce et distribution (Distech)

Licence professionnelle Commerce et distribution (Distech) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce et distribution (Distech) Université Pierre Mendes France - Grenoble - UPMF Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

N 3 EDITO. Madame, Mademoiselle, Monsieur,

N 3 EDITO. Madame, Mademoiselle, Monsieur, N 3 EDITO Madame, Mademoiselle, Monsieur, Depuis plusieurs années, la Communauté de Communes du Pays de Lamastre assure le portage de l Opération Rurale Collective (O.R.C) qui a pour but d aider les commerçants

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ DE SERVICE Procédure adaptée

MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ DE SERVICE Procédure adaptée MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ DE SERVICE Procédure adaptée N 03 / 2014 DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Prestations de formation Informatique Public destinataires : Chefs d entreprises artisanales inscrits

Plus en détail

Licence professionnelle Génie climatique à qualité environnementale

Licence professionnelle Génie climatique à qualité environnementale Formations et diplômes Rapport d évaluation Licence professionnelle Génie climatique à qualité environnementale Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

16 ème salon de la maîtrise de l énergie en milieu alpin. EDITION 2012 Vendredi 30 Mars, Samedi 31 Mars et Dimanche 1 er Avril 2012

16 ème salon de la maîtrise de l énergie en milieu alpin. EDITION 2012 Vendredi 30 Mars, Samedi 31 Mars et Dimanche 1 er Avril 2012 16 ème salon de la maîtrise de l énergie en milieu alpin. EDITION 2012 Vendredi 30 Mars, Samedi 31 Mars et Dimanche 1 er Avril 2012 Espace Mont-Blanc à Saint-Gervais Pourquoi Energie Montagne? Ce salon,

Plus en détail

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2 Dossier de presse La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche Synthèse page 2 Le contexte de la campagne page 5 Le déroulement de la campagne page 7 Faits

Plus en détail

Synthèse. Avril 2011

Synthèse. Avril 2011 De l analyse des marchés de la Construction Durable (performance énergétique et qualité environnementale) au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014

Plus en détail

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Conférence de presse lundi 22 septembre 2014 à l Hôtel de Région, 1/10 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Projet de dossier FISAC transversal Territoire du SEGH

Projet de dossier FISAC transversal Territoire du SEGH Projet de dossier FISAC transversal Territoire du SEGH Partie II : «fiches-actions» Document annexé à la délibération du conseil communautaire de la Communauté de communes de l agglomération annemassienne

Plus en détail

BTS Communication Trilingue Breton-Anglais-FranÇais

BTS Communication Trilingue Breton-Anglais-FranÇais BTS Communication Trilingue Breton-Anglais-FranÇais 20/05/2015 BTS Communication Trilingue Breton-Anglais-Français 1 20/05/15 BTS COMMUNICATION Trilingue en alternance Breton/Anglais/Français à Vannes

Plus en détail

Actions Humanitaires en Santé Mentale Santé Publique et Vie Sociale. présente

Actions Humanitaires en Santé Mentale Santé Publique et Vie Sociale. présente Actions Humanitaires en Santé Mentale Santé Publique et Vie Sociale Association loi 1901 a but non lucratif n 0641000551 présente OBJECTIF L Institut des Métiers de la Restauration IMR vise à mettre sur

Plus en détail

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra CEP CONSTRUCTION Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction Septembre 2006 Jean-Louis Reboul Sandrine Aboubadra Siège social 89, rue du Faubourg Saint Antoine 75011 PARIS Tel : 33

Plus en détail

GRAND PROJET RHONE-ALPES NORD ISERE DURABLE. Le Nord Isère Durable, Territoire d innovations et d expérimentations de la construction durable

GRAND PROJET RHONE-ALPES NORD ISERE DURABLE. Le Nord Isère Durable, Territoire d innovations et d expérimentations de la construction durable GRAND PROJET RHONE-ALPES NORD ISERE DURABLE Le Nord Isère Durable, Territoire d innovations et d expérimentations de la construction durable SYNTHESE DU PROGRAMME D ACTIONS DECEMBRE 2012 1 SOMMAIRE GPRA

Plus en détail

Accélérateur de Compétences

Accélérateur de Compétences Accélérateur de Compétences progressions professionnalisme pédagogies métiers ressources expériences compétences apprentissages qualifications FORMATIONS DIPLÔMANTES OU QUALIFIANTES > COMMERCE > DISTRIBUTION

Plus en détail

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail