Modalités d intégration des exigences environnementales dans le programme technique détaillé.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modalités d intégration des exigences environnementales dans le programme technique détaillé."

Transcription

1 La prise en compte environnementale dans le programme technique détaillé Modalités d intégration des exigences environnementales dans le programme technique détaillé. Le présent mémoire a été réalisé dans le cadre d une formation continue dispensée par l École Nationale Supérieure d Architecture de Lyon en partenariat avec l'agence Locale pour l Énergie (ALE). La formation aboutie à une qualification en architecture pour la Qualité Environnementale du Bâti et de l'urbanisme. Le mémoire se concentre sur les phases «amont» du projet, phase de définition d une opération, pour des opérations d équipements publics. Kazim AYDOGAN Session 2010 Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 1/36 Edité le 09/01/2011

2 Remerciements Un grand MERCI à Monsieur Pierre Lévy, Madame Karine Renard et Monsieur Julien Fontaine pour m avoir aidé à définir le sujet de mon mémoire. Je tiens à remercier l ensemble des intervenants pour leur très grande qualité, la richesse et la diversité de leurs sujets. Je remercie également toutes les personnes ayant participé tout au long de cette année 2010 à cette formation. Nous avons vécu ensemble d excellents moments de partage et d échange sur les thèmes abordés lors de chaque session. Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 2/36 Edité le 09/01/2011

3 Sommaire Chapitre introductif... 4 Programmation et qualité environnementale... 4 Acteurs de la construction en équipements publics... 6 Cadre de l étude Le programme technique détaillé : les bases d une opération pour sa qualité et sa conception Programme fonctionnel-technique Programme environnemental Scénarii Scénario 1 : axé sur la performance énergétique Scénario 2 : deux documents, un programme fonctionneltechnique et un programme environnemental Scénario 3 : chapitre spécifique pour la Haute Qualité Environnementale Scénario 4 : exigences environnementales rattachées aux exigences techniques Synthèse Besoins et exigences techniques détaillés Façade Menuiseries intérieures et extérieures Baies / vitrages Revêtement sols et murs Plomberie Chauffage-Ventilation-Refroidissement Autres besoins et exigences Synthèse Chapitre conclusif Vers un programme unique avec la qualité environnementale récurrente et intégrée Les difficultés d une telle démarche Suivi et contrôle des exigences environnementales Une démarche de qualité environnementale intégrée : une démarche globale de programmation Besoins et exigences générales Présentation générale de l opération Besoins et exigences sur le plan fonctionnel Fiches local par local Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 3/36 Edité le 09/01/2011

4 Chapitre Introductif La présente étude s intéresse à la phase de définition d une opération d équipements publics. Plus précisément au programme fonctionnel-technique et environnemental. L enjeu est de saisir l articulation entre ces deux documents, c'est-à-dire la manière dont se positionne le programme environnemental par rapport au programme fonctionnel et technique. Programmation et qualité environnementale Réchauffement climatique, préservation de la biodiversité, économie des énergies fossiles, utilisation des énergies renouvelables et émergence de bâtiment durable, modifient nos rapports à la construction. Le dessein d un bâtiment est d être fonctionnel et d assurer une qualité d usage et de confort aux utilisateurs. Dans le contexte de notre société contemporaine, le bâtiment doit aussi être pensé et conçu de manière à limiter les impacts sur l environnement. C est ce qu on appelle communément la Qualité Environnementale du Bâtiment. Les maîtres d ouvrages sont, pour la majorité, engagés dans cette démarche environnementale. L obligation en 2012 d atteindre un niveau Bâtiment Basse Consommation (BBC) en est une des raisons. Ils commandent des bâtiments de Haute Qualité Environnementale. Ce terme est devenu une démarche à part entière même si le choix de labellisation n est pas fait. Tous les acteurs de la construction parlent de «HQE». Un maître d ouvrage est à l origine de la commande d un bâtiment. Il détient donc le pouvoir décisionnel dans les choix qui sont fait tout au long de l opération. Ce rôle décisif influence les orientations et le degré de précision des exigences environnementales. La demande de la maitrise d ouvrage n est pas toujours la même. Certains veulent un bâtiment emblématique, d autre faire des économies d énergie et d autre qui l énonce sans définir précisément leurs besoins et ambitions. La teneur de cette première volonté n est pas sans conséquence car elle influencera la teneur et les exigences du programme. Pour mener à bien une opération, la maîtrise d ouvrage s entoure d une équipe afin de disposer des compétences nécessaires. En outre, il s'agit de l Assistance à la Maîtrise d Ouvrage (AMO et ATMO) dans les domaines économique, juridique, technique, managériale et de programmation. Avec la Haute Qualité Environnementale de nouveaux métiers sont apparus comme l Assistant à la Maîtrise d Ouvrage de Haute Qualité Environnementale (AMO HQE ). De ce fait, avec l ambition de voir sortir de terre un «bâtiment HQE», l équipe d Assistance à la Maîtrise d Ouvrage se verra composée d une assistance à la conduite d opération traditionnelle et d'une assistance en haute qualité environnementale. Dans le cadre de la rédaction du programme, le programmiste sera en charge du programme fonctionnel et technique détaillé tandis que l AMO HQE s occupera du programme environnemental. Cela conduit dans la plupart des cas à la rédaction de deux programmes distincts et séparés. Le programme fonctionnel et technique, décrit le site, l opération, énonce les besoins qualitatifs et quantitatifs pour les locaux (types de locaux, leurs surfaces ), le fonctionnement du bâtiment, et évalue l enveloppe financière prévisionnelle. Le programme environnemental définit les exigences et performances environnementales (respect du site d implantation, performance énergétique, économie d énergie, confort des usagers ) qui sont plus élevées que celles imposées par la réglementation nationale. Ces documents contractuels sont destinés à la Maîtrise d Œuvre pour la conception de l ouvrage. Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 4/36 Edité le 09/01/2011

5 Il sera vu au cours de la lecture de ce mémoire que certaines exigences fonctionnelles et environnementales se recoupent. Dans une volonté de démarche globale, base de la Haute Qualité Environnementale, comment se travaille et s articule ces exigences? D un point de vue fonctionnel, technique et d usage le processus est connu et intégré par tout programmiste. Quant à la Haute Qualité Environnementale où en sommes-nous? Quelles incidences (de fond et de forme) sur le programme technique détaillé? Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 5/36 Edité le 09/01/2011

6 Acteurs de la construction en équipements publics Une construction publique est un service rendu correspondant à l attente des personnes qui en ont l usage. Il est attendu et entendu qu elle soit de qualité car elle est destinée à l usage de tous. Le maître d ouvrage, acteur du service public, en est le commanditaire. Le maître d ouvrage est la personne morale pour laquelle l'ouvrage est construit. «Responsable principal de l ouvrage, il remplit dans ce rôle une fonction d intérêt général dont il ne peut se démettre» 1. Entre autre il s agit de maîtrise d ouvrage telle que la commune, la région, les hôpitaux Le chef de projet est désigné par le maître d ouvrage et appartient à la collectivité publique. Il doit être légitime dans son pouvoir d arbitrage et dans son rôle de garant des objectifs généraux du maître d ouvrage. Il est le porteur du projet et l interlocuteur principal. Dans une commune, par exemple, le chef de projet est souvent représenté par un chef de service. Le programmiste, à l issue de l analyse des avantages et des inconvénients de chaque paramètre et option possible, aide le maître d ouvrage à exprimer et justifier son objectif opérationnel et à définir les conditions de sa mise en œuvre 2. Le tout est contenu dans le programme, document contractuel élaboré par le programmiste pour le compte du maître d ouvrage et destiné à la maîtrise d œuvre. Le rôle du programmiste n est pas de se substituer au maître d ouvrage mais de l éclairer systématiquement sur les conséquences des choix qui s offrent à ce dernier. Un conducteur d opération assure une assistance générale à caractère administratif, financier et technique tout au long du projet. Le rôle de ces deux acteurs est proche. La raison en est historique. Au début de la loi MOP 3 il existait le conducteur d opération qui devait être agrémenté pour exercer ce métier. En parallèle, des personnes qui n avaient pas l agrément se définissaient comme assistant à la maîtrise d ouvrage. Ils ne pouvaient donc pas exercer de mission complète, ils étaient une aide sur certaines missions. Le maître d œuvre est la personne de droit privé ou le groupement de personnes de droit privé qui doit permettre d'apporter une réponse architecturale, technique et économique au programme 4. Ce sont les architectes, les bureaux d études, les économistes Les usagers peuvent être très divers suivant l ouvrage à construire. Ils ont un rôle majeur dans la mesure où ils sont directement concernés par le futur équipement. Ils peuvent apporter des éléments auxquels les autres membres du projet n auront pas pensés. Il est donc judicieux d intégrer en amont les utilisateurs afin que le projet intègre leur recommandation dans la définition de l ouvrage. L assistant à la maîtrise d ouvrage fait les études nécessaires à la réalisation d un projet. Il peut assurer une assistance tout au long du projet ou sur quelques missions. 1 Article 2, Loi du 12 juillet 1985 (loi MOP) 2 Extrait, MIQCP 3 Loi pour la Maîtrise d Ouvrage Publique 4 Article 7, Loi du 12 juillet 1985 (loi MOP) Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 6/36 Edité le 09/01/2011

7 MAITRISE D OUVRAGE ASSISTANCE MAITRISE D OUVRAGE MAITRE D ŒUVRE ENTREPRISE DECISIONNEL AIDE ET SUIVI CONCEPTION REALISATION USAGERS Expertise sur les usages. Retour d expérience. Réalise des études nécessaires à la conduite du projet sur les plans administratifs, juridiques, financiers et techniques. Réalise la conception de l ouvrage selon les critères définis dans le programme. Réalise les travaux en phase chantier. Précision sur le besoins. PROGRAMMISTE Il donne une réponse architecturale, technique et financière au maître d ouvrage d après les orientations du programme. Commanditaire de l ouvrage. Pouvoir décisionnel. Garant de l intérêt général. Elabore le programme. Réalise l étude sur les critères d usages, fonctionnels, techniques, d ambiances, environnementaux et financiers. Il garantit que les besoins et exigences seront respectés lorsqu il passe la main aux entreprises pour la réalisation des travaux. Formule une commande, des besoins et des exigences. Assure le lien entre le programme et la réponse architecturale. Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 7/36 Edité le 09/01/2011

8 Cadre de l étude Domaine : Opération tertiaire Type de bâtiment : Equipement public (salles des fêtes, polyvalentes, gymnases, écoles, hôpitaux, EHPAD 5, ) Phase de l opération concernée : Phase de définition d une opération, plus particulièrement le programme. Point de vue : Programmiste et Assistant à la maîtrise d ouvrage. Grille thématique : Les 14 cibles Haute Qualité Environnementale. Le choix de la grille thématique des quatorze cibles Haute Qualité Environnementale s est imposé d elle-même. En effet, elle a été observée dans le milieu professionnel comme la démarche la plus utilisée même si le choix de labellisation n est pas fait. Tous les programmes au sein de la société Asciste Ingénierie se font sur la base des quatorze cibles. L objectif est de montrer de quelle manière se déroule cette démarche et comment sont articulés les besoins, exigences et contraintes fonctionnels, techniques et environnementaux. 5 Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes L étude est faite d après l analyse des différents programmes aboutis, d une expérience personnelle dans la rédaction de programme et de la rencontre avec les acteurs de la construction. On notera des difficultés et des limites dans l analyse des modalités d intégrations des exigences et performances environnementales dans le programme technique détaillé. En effet, il est impossible de dégager et de donner une articulation type entre les exigences fonctionnelles, techniques et environnementales, et donc un programme type en la matière. Cela est dû au fait que, plusieurs paramètres influent sur la teneur du programme. La première demande de la maîtrise d ouvrage en termes de qualité environnementale et la méthodologie de l équipe de programmation. On peut aussi prendre en considération, mais à moindre échelle, le coût initial alloué à l opération. Il arrive parfois qu au vu du budget, la qualité environnementale est mise en option dans le marché (choix des niveaux et performances énergétiques, isolation extérieure dans le cas de réhabilitation ). Ces paramètres sont donc à ne pas négliger et à prendre en compte dans les modalités d articulation. L étude s attache à : Décrire la fonction et le contenu d un programme. Dégager des scénarii d articulation entre le programme fonctionnel et technique et le programme environnemental. Décrypter l intégration des exigences environnementales aux exigences fonctionnelles et techniques. L étude montre : Les modalités d intégration des exigences environnementales dans le programme technique détaillé. Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 8/36 Edité le 09/01/2011

9 Modalités d intégration des exigences environnementales dans le programme technique détaillé. Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 9/36 Edité le 09/01/2011

10 1. Le programme technique détaillé : les bases d une opération pour sa qualité et sa conception La programmation vise la qualité du projet. C est une phase amont du projet qui pose les bases pour la suite de l opération. Le maître d ouvrage doit concilier les attentes des usagers, la qualité d usage, l enveloppe financière, les nécessités techniques et l image architecturale. Une démarche de programmation aide à débroussailler ces problématiques. On distinguera deux étapes dans la programmation : Les études pré-opérationnelles axées sur la définition du projet et sa faisabilité. Elles donnent lieu à la rédaction du préprogramme. Les études opérationnelles qui définissent précisément le bâtiment à réaliser. Elles conduisent à la rédaction d un programme technique détaillé. Définition des objectifs et des enjeux du projet Recueil des données Analyse fonctionnelle Entretiens Hypothèses de travail Définition des besoins, surfaces et organisations Analyse urbaine, environnementale, constructive, technique et fonctionnelle du site Analyse des conditions de faisabilité urbaine, technique et financières de l opération VALIDATION VALIDATION VALIDATION Rédaction du préprogramme chiffré de l opération Rédaction du programme architectural, fonctionnel et technique détaillé de l opération Assistance au choix du maître d œuvre ETUDES PRE-OPERATIONNELLES ETUDES OPERATIONNELLES Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 10/36 Edité le 09/01/2011

11 1.1. Programme fonctionnel-technique Le préprogramme, destiné à la maîtrise d ouvrage, reformule et clarifie les besoins énoncés par celle-ci. Il est pris en compte la demande de la maîtrise d ouvrage et celle des usagers. La rencontre avec les futurs usagers est importante. C est un retour d expérience. Elle permet de définir de réels besoins et d apporter une intelligibilité du fonctionnement du bâtiment. Ces besoins sont appréciés au regard de la demande de la maîtrise d ouvrage, de la surface disponible sur le site et du budget éventuellement alloué. Il énonce la faisabilité du projet : Economique et financière : dépenses nécessaires à la réalisation de l ouvrage et son exploitation, vérification de la capacité financière de la maîtrise d ouvrage. Une première enveloppe prévisionnelle est donnée. Juridique : organisation de la maîtrise d ouvrage, maîtrise du foncier et montage juridique. Dans le temps : relative à la date de mise en service demandée par la maîtrise d ouvrage. De l espace : avec une simulation d implantation et d occupation. Dans le cas d une restructuration, la faisabilité dans le temps prendra en compte le phasage des opérations et un diagnostic technique qui vérifie l état du bâtiment. Le programme permet de passer une commande à la maîtrise d œuvre. C est un document contractuel, support de la consultation de la maîtrise d œuvre. La programmation opérationnelle assure le lien entre le projet de la maîtrise d ouvrage et le projet architectural et technique du maître d œuvre. La rencontre avec les usagers est toujours nécessaire au stade du programme. Elle précise les besoins en surfaces, en équipements et en mobiliers. Le programme décrit et précise l opération pour le futur bâtiment et de son environnement. La description se fait générale et devient de plus en plus détaillée. Elle concerne principalement la description des activités et des espaces et l articulation de ces espaces entre eux. Ce qui donne l idée de fonctionnement du bâtiment. Cela est représenté sous forme de diagramme afin de ne pas contraindre la créativité de la maîtrise d œuvre. Ensuite le programme s intéresse en détail aux lots techniques. Exigences sur l entretien et la maintenance, sur les matériaux, le système de chauffage, ventilation et refroidissement, l acoustique, la sécurité incendie, etc. Puis un coût prévisionnel des travaux est donné. Il est défini avec des ratios de coût au mètre carré. Ce coût prévisionnel permet à la fois de valider la faisabilité de l opération et de connaitre le seuil du marché de service qui sera passé avec la maîtrise d œuvre. Le programme fonctionneltechnique présente l opération de la manière suivante : Ces investigations conduisent à la rédaction de scénarii de projet (implantation, locaux, surfaces, coût). Le choix d un scénario et la validation du préprogramme enclenche les études opérationnelles et la rédaction du programme. A savoir que les études préopérationnelles, axées sur la faisabilité du projet, peuvent tout au contraire invalider le projet et reconsidérer l opération. Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 11/36 Edité le 09/01/2011

12 THEMES Présentation du projet de la maîtrise d ouvrage Fonctions, activités et usages CONTENUS Présentation du type d opération (type d équipement, superficie du terrain ), de l organisation de la maîtrise d ouvrage (institutions et acteurs), des objectifs (augmenter une capacité d accueil sur le territoire, développement durable ), du déroulement de l opération (durée de la conception, durée de la réalisation, exigence de délais pour une ouverture en début de saison ). Le service à rendre, les usagers de l ouvrage, l organisation des services et les activités pratiquées. Site Sa localisation, les règles particulières inscrites au Plan Local d Urbanisme, réseaux, accès, voirie et stationnement, la climatologie, les risques, le plan masse avec scénario d implantation. Espaces nécessaires aux activités Contraintes et exigences techniques Définition des espaces. Description de chaque espace et entité fonctionnelle dont ils font parti. Descriptions des flux. Représentation sous forme de diagramme de l articulation des espaces et entités fonctionnelles entre eux. Fiche synthétique local par local, présente la nature du local, sa superficie, sa hauteur, les ambiances acoustiques, lumineuses et thermique souhaitées, les équipements nécessaires. Les attentes sur les lots techniques (gros œuvre, façade, baies, menuiserie, chauffage-ventilationrefroidissement, plomberie, sécurité ) sont exprimées en exigences et en performances à atteindre. Contraintes et exigences opérationnelles Enveloppe financière prévisionnelle affectée aux travaux, phasage, calendrier prévisionnel. Annexes Pièces nécessaires au maître d œuvre pour concevoir le projet : photographies, plans, diagnostics divers, règlements Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 12/36 Edité le 09/01/2011

13 1.2. Programme environnemental La qualité environnementale d un bâtiment correspond aux caractéristiques de celui-ci, de ses équipements et du reste de la parcelle, qui lui confèrent une aptitude à satisfaire les besoins de maîtrise des impacts sur l environnement extérieur et la création d un environnement sain et confortable. 6 pertinence doit être justifiée à des enjeux de qualité environnementale du maître d ouvrage, des options fonctionnelles, des atouts et contraintes du site, des exigences légales et réglementaires, des besoins et attentes des parties intéressées, de l évaluation des coûts. Par exemple, la maîtrise d ouvrage a exprimé le besoin d une possibilité de reconversion d une des activités sur l équipement en projet. La priorité environnementale sera de mettre en place un bâtiment capable d évoluer. Dans ce cas la cible 2 (matériaux, produits et procédés de construction) est mise en avant car elle cible des enjeux de flexibilité, d adaptabilité et d évolutivité. Si la maîtrise d ouvrage exprime le besoin d une gestion de son budget sur le long terme, alors la cible 7 (gestion de l entretien et de la maintenance) est prioritaire. Si l opération est en site occupé ou à proximité de nombreux autres bâtiments, la cible 3 (gestion du chantier) sera privilégiée. Un programme environnemental, constitué sur la base des quatorze cibles «HQE», garantie un équilibre entre les différents paramètres constituant l opération (les usagers, le bâtiment et la parcelle). Ces paramètres se retrouvent dans les familles de cibles. Les priorités choisies sur l opération ne doivent pas seulement être d une même famille mais des quatre familles qui sont l écoconstruction, l éco-gestion, le confort et la santé. Ces priorités sont hiérarchisées et donne lieu à un profil environnemental. Ce profil est propre à chaque contexte, donc à chaque opération, et sa 6 Extrait, MIQCP Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 13/36 Edité le 09/01/2011

14 Famille Cibles Intégration au programme Ecoconstruction Eco-gestion 1 - Bâti et son environnement 2 - Matériaux et procédés de construction 3 - Chantier 4 - Gestion de l énergie 5 - Gestion eau 6 - Gestion déchets d activité 7 - Entretien et maintenance Confort 8 - Hygrothermique Faible Moyenne Elevée Ainsi en connaissant toutes les données un profil environnemental se met en place. Celui-ci hiérarchise les priorités environnementales selon trois niveaux : Base : Niveau minimal acceptable pour une opération de haute qualité environnementale. Ce niveau correspond soit à la réglementation soit à la pratique courante. Performant : Niveau correspondant à de bonnes pratiques. Très Performant : Niveau fixé par rapport aux performances maximales de haute qualité environnementale, tout en veillant à ce qu il puisse être atteint. Pour une lecture aisée de la hiérarchisation des priorités, un profil de ce type est intégré dans le programme. 9 - Acoustique 10 - Visuel 11 - Olfactif Santé / Qualité sanitaire 12 - Espaces 13 - Air 14 - Eau Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 14/36 Edité le 09/01/2011

15 Une fois le profil mis en place et validé par la maîtrise d ouvrage, le programme fixe les enjeux et objectifs pour chacune des cibles de l opération. Pour répondre à ces objectifs des exigences et performances sont définis. Par exemple, prenons la cible 1 en niveau très performant, (insertion du bâti dans son environnement), l enjeu est d aménager la parcelle pour créer un cadre de vie agréable et pour réduire les impacts liés aux transports. L objectif est de gérer les accès et d optimiser les flux. Les exigences demandées peuvent être alors d avoir une réflexion globale de l accès à la parcelle et d y privilégier ces accès par certaines rues déjà existantes. Les cheminements devront être lisibles et aménagés pour accueillir voitures, vélos, piétons tout assurant la sécurité des personnes. Les flux de voitures de visiteurs, de service, de livraison, piétons seront gérer sur la parcelle en les différenciant. Prenons un autre exemple, la cible 4 en niveau très performant (gestion de l énergie), l enjeu est de réduire la demande énergétique par la conception architecturale. L objectif est d avoir une enveloppe performante, c'est-à-dire de limiter les déperditions par les parois. Les exigences seront alors perfomancielles avec des indices d isolation (Ubat < 30% Ubat réf) et de perméabilité à l air (indice de perméabilité à l air I4 de l enveloppe du bâtiment < 1,7m3/h.m²) à atteindre. En résumé le programme environnemental fixe les critères de qualité environnementale de l opération selon des priorités définies au préalable. Il se construit en donnant le profil de la hiérarchisation des quatorze cibles et en développant les besoins et exigences précises sur lesquels la maîtrise d œuvre devra répondre. Un tableau de bord peut être mis en place Il s agit des pièces demandées au maître d œuvre lors de la consultation et qui permet le contrôle de la Qualité Environnementale du Bâtiment et de l engagement du maître d œuvre. Le programme environnemental s accompagne aussi d une analyse de site. Elle analyse le site et son environnement, les caractéristiques climatiques, les risques naturels et sanitaires, et les disponibilités énergétiques. Elle est importante car elle joue un rôle dans la hiérarchisation des cibles et la définition des exigences et est utile à l équipe de maîtrise d œuvre. En programmation il a donc deux types de programme. Un programme traditionnel qui définit les besoins, exigences et contraintes sur le plan fonctionnel et technique. Depuis quelques années, un programme environnemental qui définit les besoins, exigences et contraintes de qualité environnementale. Ces deux domaines de définition de l opération n ont pas de traitement et d articulation systématique. La lecture qui suit donne quatre scénarii possibles Scénarii Scénario 1 : axé sur la performance énergétique Description : Le programme technique détaillé ne fait pas mention d une demande de la part de la maîtrise d ouvrage d ambition environnementale. Il n y a d ailleurs pas de programme environnemental. Cependant, en annexe du programme, une synthèse des exigences de Haute Qualité Environnementale est axée sur la performance énergétique du bâtiment avec le niveau à atteindre. La conception bioclimatique est privilégiée et le type d énergie à utiliser est imposé. Bien que cette annexe fait mention du profil environnemental avec la hiérarchisation des cibles, les exigences et les niveaux de performances à atteindre sont peu énoncés voir pas du tout. Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 15/36 Edité le 09/01/2011

16 Paramètres : Au début de l opération il n y avait pas d ambition et de prise en compte environnementale. Avec la future réglementation thermique basée sur le niveau Bâtiment Basse Consommation la maîtrise d ouvrage a voulu anticiper sur cette obligation. Cette volonté d atteindre le niveau Bâtiment Basse Consommation a été englobée dans une démarche «HQE». Mais cette démarche reste superficielle car arrivée tardivement. Peut-on alors parler de démarche «HQE» alors que seul est prise en compte l aspect énergétique. Avantages : Ayant eu un retour sur la phase conception de cette opération, lors du concours c est un projet avec une forte compacité qui a été privilégié. On peut donc supposer qu il sera performant. L avantage est que le groupement de maîtrise d œuvre n est pas contraint et peut apporter une proposition architecturale et des solutions techniques intéressantes. Inconvénients : Il y a peu, voir pas, de lisibilité des exigences et performances environnementales à atteindre. Autre que le choix de l énergie d autres facteurs peuvent impacter sur la performance énergétique. A contrario de l avantage énoncé précédemment, les propositions du groupement peuvent être faibles. De plus, s il n y a pas d exigences clairement énoncées pour les autres cibles, il est difficile d en faire le suivi et le contrôle en phase conception et chantier Scénario 2 : deux documents, un programme fonctionnel-technique et un programme environnemental description générale de l opération. Pour la lecture des exigences environnementales à atteindre un renvoi est fait en annexe. Cette annexe constitue le programme environnemental. C est un programme complet, rappelant brièvement la démarche environnementale, donnant la hiérarchisation des cibles, et pour chacune d entre elles, les performances demandées. De plus à la lecture des exigences techniques détaillées dans le programme traditionnel un renvoi à l annexe et aux fiches local par local est systématiquement indiqué. Paramètres : Pour les opérations étudiées il y a sur le projet un programmiste et un AMO HQE. Ils travaillent côte à côte chacun avec leur spécialité ceux qui conduit à la rédaction de deux programmes. Avantages : Bonne lisibilité de l ambition de la part de la maîtrise d ouvrage, des exigences et performances environnementales à atteindre. Cette démarche garantit l optimisation du contrôle, du suivi et de l évaluation de la performance environnementale du bâtiment en phase conception et réalisation. Inconvénients : Il faut une bonne coordination entre le programmiste et l AMO HQE pour éviter les contradictions et les redondances. La Haute Qualité Environnementale restant en annexe, il est possible de se la représenter comme une démarche «en plus». Description : La volonté de la prise en compte environnementale et l ambition d une construction de Haute Qualité Environnementale est présentée dans le chapitre réservé à la Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 16/36 Edité le 09/01/2011

17 Scénario 3 : chapitre spécifique pour la Haute Qualité Environnementale exigences techniques détaillées classiques, ce qui donne un aspect un peu confus au programme. Description : La volonté de la prise en compte environnementale et l ambition d une construction de Haute Qualité Environnementale est présentée dans le chapitre réservé à la description générale de l opération. Les exigences et performances environnementales font l objet d un chapitre spécifique dans le programme technique détaillé. Celui-ci donne la hiérarchisation des cibles, les objectifs à atteindre pour chacune des cibles, parfois les dispositions à prendre. Pour certaines des exigences techniques détaillées classiques les moyens pour atteindre les objectifs environnementaux demandés sont décrits. Paramètres : Ce type de programme suppose une collaboration rapprochée entre le programmiste et l AMO HQE avec la volonté d intégrer un volet environnemental dans le programme technique détaillé. Parfois, comme c est le cas dans la société Asciste Ingénierie, le programmiste dispose des compétences en Haute Qualité Environnementale. Cette organisation garantie une meilleure cohérence dans la rédaction du programme. Avantages : Bonne lisibilité de l ambition de la part de la maîtrise d ouvrage, des exigences et performances environnementales à atteindre. Cette démarche garantie l optimisation du contrôle, du suivi et de l évaluation de la performance environnementale du bâtiment en phase conception et réalisation. Inconvénients : Contrairement au scénario 2, la Haute Qualité Environnementale n étant pas en annexe, elle ne se présente pas comme une démarche «en plus». Mais fondamentalement ces deux scénarii se ressemblent. De plus, certaines performances environnementales sont diffusent dans les Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 17/36 Edité le 09/01/2011

18 Scénario 4 : exigences environnementales rattachées aux exigences techniques Description : La volonté de la prise en compte environnementale et l ambition d une construction de Haute Qualité Environnementale est présentée dans le chapitre réservé à la description générale de l opération. Chapitre spécifique pour la Haute Qualité Environnementale. Il décrit la démarche, la hiérarchisation des cibles et les objectifs à atteindre pour chaque cible. Il est rédigé de manière brève et concise. Il mentionne aussi les obligations de suivi et de contrôle des exigences et performances environnementales pour les phases de conception et de réalisation. Les exigences, performances et les dispositions à prendre et les moyens exigés sont décrits et rattachés aux exigences techniques détaillées. En cohérence avec la hiérarchisation des cibles, on retrouve même de nouvelles exigences techniques détaillées (confort olfactif, visuel ) qui ne sont pas dans les programmes techniques détaillés «traditionnels». Paramètres : Travail en équipe du programmiste et de l AMO HQE dans une même démarche. Tous deux ont la volonté d intégrer les exigences environnementales aux mêmes niveaux que les exigences classiques. Avantages : Ambition forte et lisible. Programme «avangardiste». La Haute Qualité Environnementale devient partie intégrante du programme technique détaillé. Inconvénients : S il n y a pas l intervention de l AMO HQE en amont de l opération cela entraine des difficultés pour rechercher les objectifs et moyens exigés dans tout le programme technique détaillé. Cela conduit à des difficultés de contrôle, suivi et évaluation. Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 18/36 Edité le 09/01/2011

19 1.4. Synthèse Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 19/36 Edité le 09/01/2011

20 2. Une démarche de qualité environnementale intégrée : une démarche globale de programmation Une démarche globale de programmation suppose de dégager et de clarifier très en amont, dès les études préopérationnelles, la demande de la maîtrise d ouvrage et les besoins en qualité environnementale, au même titre que les besoins classiques. Le préprogramme affirme la démarche environnementale et pose les bases pour le lancement des études opérationnelles et la rédaction du programme. L équipe d assistance à la maîtrise d ouvrage doit avoir la capacité de mener cette démarche globale jusqu à la fin des études opérationnelles. Cela signifie t-il que le programme fait alors l objet d un document unique? Les discours divergent à ce sujet. Sur la base du scénario 4, le présent chapitre décrypte une des démarches entreprises par Ingénierie dans la rédaction d un programme unique Besoins et exigences générales En reprenant les critères classiques d un programme technique détaillé, les thèmes suivant sont ceux pour lesquels des critères de qualités environnementales ont été intégrés ou peuvent faire l objet d une intégration, car ils se recoupent avec les cibles environnementales Présentation générale de l opération Pour rappel, la présentation générale de l opération décrit l organisation de la maîtrise d ouvrage, de la programmation, de la conduite d opération et le site d implantation de l opération. Cette présentation donne le coût prévisionnel de l opération, le phasage de l opération et du chantier et dans le cas d une démarche environnementale une partie est réservée à la Haute Qualité Environnementale. Le contenu de la présentation de la démarche «HQE» est très variable comme nous avons pu le voir avec les scénarii (au chapitre 1.2). Soit cette présentation indique la volonté de la part du maître d ouvrage de s engager dans une démarche «HQE» soit elle fait l objet d un chapitre complet dédié à la qualité environnementale (démarche, profil, exigences, performances). D après le scénario 4, cette présentation rappelle la nécessité et l utilité de la démarche, donne la hiérarchisation des cibles. Chacune de ces cibles sont présentées. Pour chacune d entre elles des objectifs généraux sont décrits. Les exigences constructives et performancielles à atteindre, auxquelles la maîtrise d œuvre doit répondre, sont déclinées dans les exigences techniques détaillées qui leurs sont respectivement rattachées Besoins et exigences sur le plan fonctionnel Sur le plan fonctionnel on retrouve : Les besoins en locaux et leur dimensionnement théorique. Le mode de fonctionnement entre eux est défini à l aide d un diagramme fonctionnel qui permet de visualiser l ensemble du futur bâtiment et son fonctionnement. Une organisation à l échelle du site est donnée. Elle concerne principalement les accès et les flux. La description des besoins en aménagement des espaces verts et de stationnement. Les exigences acoustiques. Mémoire QEB_ENSAL_2010 Page 20/36 Edité le 09/01/2011

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

>I En savoir plus I Développement durable

>I En savoir plus I Développement durable g Qu est ce que c est? 1987 Rapport Brundtland Commission des Nations Unies sur l Environnement et le Développement «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale :

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : 1 -la politique sectorielle 2 - les applications au sein

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie Ingénierie Conseils en Maintenance, Etudes de Productivité et Benchmarking Energies Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie IMPACT DU DEVELOPPENT DURABLE SUR LA CONCEPTION

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Le Syndicat National des Patinoires

Le Syndicat National des Patinoires Le Syndicat National des Patinoires Atelier : Installation frigorifique et Développement Gilles DELCROS Directeur Technique Sommaire de l atelier - Présentation générale et historique de la démarche HQE,

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010. C est quoi la HQE et le BBC?

Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010. C est quoi la HQE et le BBC? Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010 C est quoi la HQE et le BBC? VILLE DE CHOLET Eco construction 1- Relation du bâtiment avec son environnement

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie?

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie? Contruire Basse Consommation : on y va? Rénovation des bâtiments communaux Comment mobiliser son gisement d économie? ASDER le 20 mars 2012 Définir le programme et les objectifs énergétiques et environnementaux

Plus en détail

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE Stéphane COUDERC AVRIL 2011 Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de la Haute-Garonne 1, rue Matabiau-31

Plus en détail

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz VILLE DE METZ JUIN 2011 Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz Notice réalisée par le groupement S2E UBIQUE dans le cadre de sa mission d assistance à maîtrise d ouvrage. SOMMAIRE

Plus en détail

LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ( LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ( SITE EXISTANT OBSOLETE Bâtiments anciens datant de 1965 Aucune possibilité d extension Au c ur du quartier de la Chaume Des accès difficiles

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon»

Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon» Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon» Céline VACHEY ADEME 1er décembre 2011 Quel bilan depuis 2007? 240 dossiers déposés 95 lauréats Tertiaire (36) Associations

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê2 011,ÊI SBNÊ:Ê9 78-2-212-12979-3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie 1

Plus en détail

AGIR et Rénover + ACCOMPAGNER LES PROJETS DE RENOVATION ENERGETIQUE «PERFORMANTS» ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS POUR DES PROJETS «PERFORMANTS»

AGIR et Rénover + ACCOMPAGNER LES PROJETS DE RENOVATION ENERGETIQUE «PERFORMANTS» ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS POUR DES PROJETS «PERFORMANTS» La Région Provence-Alpes-Côte d Azur a mis en place une expérimentation qui a deux volets : - volet «grand public» : aider les ménages à améliorer les performances énergétiques et le confort de leur logement,

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts?

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? Colloque Sorbonne Immo-RICS 23 juin 2010 23/06/2010 1 SOMMAIRE 1. 1. L Immobilier Durable Quelles définitions?

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE

COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE EHPAD Debrou - Joué-lès-Tours (37) OPERATION PHASE Projet de construction et restructuration de l établissement Profil et incidences de la démarche

Plus en détail

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 Réglementation thermique 2012 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 La règlementation thermique 2012 (RT2012) - Plan 1 RT2012 : Généralisation des principes

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Centre de Ressources, d Accompagnement et de Formations pour la Construction Durable et la Performance Énergétique en Aquitaine 159 Avenue de l alouette 33700 Mérignac OFFRE DE FORMATIONS 2015 LA CDPEA

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 1. Introduction 2. Analyse et proposition architecturale 3. Traitement de l enveloppe 4. Accessibilité

Plus en détail

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS LIEU : SURFACE D INTERVENTION: COÛT : LIVRAISON : ARCHITECTES : ARCHITECTES ASSOCIES : B.E.T. : MAÎTRE DE L OUVRAGE : MISSION : TOURS 3 000 m² (SHON) 3 845 000

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

Certifications LEED / HQE (Eclairage)

Certifications LEED / HQE (Eclairage) Sylumis 3, Rue Victor Cousin 77127 Lieusaint www.sylumis.com Certifications LEED / HQE (Eclairage) LEED HQE 7 Chapitres (5 principaux + 2 bonus) 14 Cibles 4 niveaux de performances 3 niveaux de performances

Plus en détail

Formation. Logements BBC à ossature métallique

Formation. Logements BBC à ossature métallique Formation Logements BBC à ossature métallique Module 1 La RT2012 Comprendre les enjeux de la nouvelle réglementation thermique, identifier les principales exigences et acquérir des notions de thermique

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Performance énergétique : nouveaux risques, nouvelles assurances

Performance énergétique : nouveaux risques, nouvelles assurances Dominique BAROUX, Direction des Marchés IARD à la SMABTP Vincent FIGARELLA, Directeur Construction AXA Entreprises Mardi 5 novembre 2013, BATIMAT 1 Performance énergétique RT 2012 Les bâtiments doivent

Plus en détail

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Cahier des charges Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Maître d Ourvage : xxxx Consultation pour

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Programmation scientifique du parcours de visite

Programmation scientifique du parcours de visite Programmation scientifique du parcours de visite Chaine opératoire La programmation des collections consiste à préciser et hiérarchiser le traitement à appliquer aux collections, en distinguant programmation

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures

Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures complémentaires nécessaires Synthèse Avril 2015 Pourquoi

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES Pascal VALLADONT Directeur d HDL Rénovation basse consommation d un bâtiment existant : Espace Jean Jaurès à Besançon La basse énergie appliquée à la réhabilitation

Plus en détail

Construisons en aluminium pour les générations futures

Construisons en aluminium pour les générations futures Construisons en aluminium pour les générations futures La Haute Qualité Environnementale avec l aluminium Les qualités de l aluminium (résistance, légèreté, malléabilité, recyclabilité ) répondent aux

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

Relocalisation des services de proximité Rive gauche

Relocalisation des services de proximité Rive gauche Relocalisation des services de proximité Rive gauche 1- Présentation du projet - Localisation La ville d Amiens souhaite regrouper différentes activités du Secteur Rive Gauche aujourd hui «éclatées» sur

Plus en détail

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE Des équipements performants pour une consommation d énergie réduite Ventilation performante (naturelle, naturelle assistée, simple flux, double flux...) Energies

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

L ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES DU CONSEIL GENERAL EN FAVEUR DE LA RENOVATION DES BATIMENTS

L ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES DU CONSEIL GENERAL EN FAVEUR DE LA RENOVATION DES BATIMENTS L ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES DU CONSEIL GENERAL EN FAVEUR DE LA RENOVATION DES BATIMENTS Rénovation du centre médico-social de SAINT-LO. Crédits CG50 Avril 2012 1. Qu est ce que l éco-conditionnalité

Plus en détail

DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES. Etude de programmation pour Nom de l opération*

DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES. Etude de programmation pour Nom de l opération* DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES Etude de programmation pour Nom de l opération* (Programme fonctionnel, architectural, urbanistique, technique et environnemental dans le cas d une réhabilitation)

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Métallerie. Construction Durable

Métallerie. Construction Durable Métallerie & Construction Durable Les Métalliers s informent Les Métalliers se forment Les Métalliers s engagent Aujourd hui, les préoccupations de construction durable se font de plus en plus ressentir

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Les bases de la bonne conception thermique. Mohamed ABDESSELAM SOLENER

Les bases de la bonne conception thermique. Mohamed ABDESSELAM SOLENER Les bases de la bonne conception thermique Mohamed ABDESSELAM SOLENER Sénégal : toutes les nuances des climats tropicaux Diagram vent Nord: Toit : 7000 Wh/m2 1500/2000 Wh/m2 Ouest 3500 Wh/m2 est 3500 Wh/m2

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) Dernière révision du document : juillet 2012 CONTEXTE La directive européenne 2002/91/CE sur la performance énergétique des bâtiments vise la réduction de

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Rapport de vérification

Rapport de vérification Phase conception Provisoire phase chantier Définitif phase chantier Certification NF HQE TM Bâtiments Tertiaires Label HPE Construction neuve Rénovation OPERATION Opération Bâtiment RESTRUCTURATION D'UN

Plus en détail

Mission de définition d un programme pour la Maison du Parc naturel régional de Camargue aux Saintes Maries de la Mer

Mission de définition d un programme pour la Maison du Parc naturel régional de Camargue aux Saintes Maries de la Mer Mission de définition d un programme pour la Maison du Parc naturel régional de Camargue aux Saintes Maries de la Mer Contexte de l opération : Situé à Pont de Gau sur la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer,

Plus en détail

AXE 4 : Collectivité éco-responsable

AXE 4 : Collectivité éco-responsable ACTION 61: Cibler une grille qualitative HQE concernant les critères visés dans le cadre de travaux Pièce(s) justificative(s) N : (Voir cahier des charges) Grille jointe Date de création : 20/03/2015 Date

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

INT 2. Consortium INT 2 Mars 2007 INT 2. Vers un bureau à INTelligence. Vers un bureau énergétique et bioclimatique INTégr

INT 2. Consortium INT 2 Mars 2007 INT 2. Vers un bureau à INTelligence. Vers un bureau énergétique et bioclimatique INTégr Vers un bureau à INTelligence Consortium Mars 2007 1 Projet de recherche Un consortium de 3 partenaires, pour concevoir et développer d le 1 er concept de Bureau à INTelligence : un projet de recherche

Plus en détail

GUIDE REVUE DE PROJET

GUIDE REVUE DE PROJET GUIDE REVUE DE PROJET VERSION 1 SEPTEMBRE 2015 Document applicable à partir du 15/09/2015 Page 1/11 Sommaire 1. Objet...3 2. Principe général...3 2.1 Déroulé de la mission...3 2.2 Support et rapport mis

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS 4 th EUROPEAN CONFERENCE ON HEALTHCARE ENGINEERING 51 è JOURNEES D ETUDES ET DE FORMATION IFH 30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS Peut-on externaliser la maintenance des bâtiments et infrastructures techniques

Plus en détail

Le Schéma d accueil des entreprises. Définition de la démarche SAE. Les objectifs. Les enjeux

Le Schéma d accueil des entreprises. Définition de la démarche SAE. Les objectifs. Les enjeux L immobilier d entreprises et la qualité environnementale Comment le patrimoine «Grand Lyon», à travers le SAE, contribue à la lutte contre l effet de serre Le Schéma d accueil des entreprises Définition

Plus en détail

QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT

QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT Informations principales * Nom * Description * Concours * Année de construction * Année de livraison * Adresse * Code postal * Ville * Pays * Type de

Plus en détail

Niveau de prise en compte de la cible

Niveau de prise en compte de la cible Caractéristiques environnementales du bâtiment (selon les cibles HQE) Niveau de prise en compte de la cible Objectif fixé lors de la phase de conception 1. Relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement

Plus en détail

Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté

Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté CAHIER PRATIQUE Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté CAHIER PRATIQUE Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté prix : 15 TTC ISBN :

Plus en détail

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale Des créations architecturales sans oublier les performances Contexte Un produit verrier impacte de différentes façons le bilan environnemental

Plus en détail

Pose de la première pierre ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH

Pose de la première pierre ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH Pose de la première pierre ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH DOSSIER DE PRESSE 4 décembre 2012 Historique Mars 2000 : Acquisition de l ancien Hôtel du Midi (83-85, avenue de la Gare)

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies - 2 - Protection solaire des fenêtres et des baies MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 44 Fiche n 201 : " Casquette " et brise-soleil PROTECTION SOLAIRE DE FENETRE (Aluminium laqué, bois, acier,

Plus en détail

Maison AA Natura DOSSIER. de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous

Maison AA Natura DOSSIER. de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous SEPTEMBRE 2011 DOSSIER de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous Maison AA Natura Inscrite dans une démarche de développement

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013 APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013 Eléments techniques complémentaires au cahier des charges 2012 et 2013 Ce document précise les conditions d éligibilité

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Votre assistant en. maîtrise de l énergie

Votre assistant en. maîtrise de l énergie Votre assistant en maîtrise de l énergie Pour nous contacter Siège Social : 40 rue du Général de Gaulle - 53800 Renazé 02 43 06 38 55 Agence Laval : Bd de la Communication 53950 Louverné 02 43 49 81 52

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 PRIORITE D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

rentiels Enseignement Bureaux Philippe Duchene Marullaz Département Développement Durable Juin 2004 1

rentiels Enseignement Bureaux Philippe Duchene Marullaz Département Développement Durable Juin 2004 1 Présentation des référentielsr rentiels NF Bâtiments B Tertiaires Démarche HQE Enseignement Bureaux Philippe Duchene Marullaz Département Développement Durable Juin 2004 1 Pourquoi une certification? Rappel

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

Quartier Beau Soleil. Zone d Amd. Aménagement Concerté

Quartier Beau Soleil. Zone d Amd. Aménagement Concerté Quartier Beau Soleil Zone d Amd Aménagement Concerté Présentation générale du cahier des charges et de la démarche d accompagnement auprès des acquéreurs Cabinet D.LENOIR ACCOMPAGNEMENT DES PROJETS INDIVIDUELS

Plus en détail

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE Formations 2014 Soucieux de s inscrire dans une démarche de prise en compte des préoccupations de qualité environnementale et de développement durable dans le bâti et dans

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage V. Detremmerie Laboratoire Eléments de Toiture et de

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHÉS PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES ASSISTANCE JURIDIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIÈRE EN VUE DU CHOIX ET DE LA MISE EN PLACE DU MODE DE GESTION DU SERVICE D ASSAINISSEMENT Cahier des Clauses Techniques

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations. Frédéric ric FRUSTA. Président Directeur Général. ENERGIVIE 25 Juin 2010

Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations. Frédéric ric FRUSTA. Président Directeur Général. ENERGIVIE 25 Juin 2010 c1 Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations Frédéric ric FRUSTA Président Directeur Général ENERGIVIE 25 Juin 2010 Diapositive 1 c1 Merci de me fournir le texte complet de la page de titre cql;

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail