Dossier de candidature pour le. «Recueil des belles pratiques et bons usages en matière d accessibilité de la Cité»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier de candidature pour le. «Recueil des belles pratiques et bons usages en matière d accessibilité de la Cité»"

Transcription

1 DIRECTION DES BÂTIMENTS ET DES MOYENS GENERAUX Dossier de candidature pour le «Recueil des belles pratiques et bons usages en matière d accessibilité de la Cité» Réhabilitation et extension du collège La Forêt à Saint-Genix-sur-Guiers Rédaction DBMG Ludovic MAITREHANCHE Diffusion DDT 73/SHC/BDPI 1/14

2 A Présentation de la réalisation. Le collège La Forêt de Saint Genix sur Guiers a été édifié en 1974 pour accueillir 400 élèves. Le bâtiment est un ERP de type R et de 3 ème catégorie. Des extensions successives (espace technologie en 1980, CDI en 1991, salle d éducation physique en 1995, restaurant scolaire en 1998) ont permis de répondre au fil du temps aux besoins urgents de l établissement. La croissance du nombre d élèves et la perspective d augmentation des effectifs à moyen terme ont conduit le Conseil général de la Savoie à envisager dès 2006 une restructuration globale du bâtiment permettant notamment de porter la capacité d accueil à 500 élèves. Les dysfonctionnements repérés dans ce bâtiment sont de différents ordres : - espace d accueil - préau-hall - saturé et pas assez marqué, - couloirs de distribution exigus au regard des flux d élèves, - organisation des locaux non satisfaisante, - fissures évolutives constatées dans la structure de certaines parties du bâtiment (atelier de technologie), - qualité de l enveloppe thermique obsolète, - acoustique à améliorer (simple vitrage, peu de faux plafond installés), - ambiance visuelle à traiter et recours à l éclairage naturel à améliorer, Ainsi, outre l accroissement de la surface d accueil, les autres objectifs principaux de l opération consistent en une adaptation de l organisation générale de l établissement et une remise à niveau des composantes obsolètes du bâtiment. La principale difficulté du projet est de redonner de la cohérence et une identité architecturale contemporaine à des locaux d époques et de styles différents. En outre, l opération est réalisée en site occupé. L établissement doit pouvoir fonctionner dans de bonnes conditions pendant toute la durée des travaux. Un concours de Maîtrise d œuvre a été lancé au second semestre 2006 pour sélectionner l équipe chargée de la conception du projet et du suivi des travaux. C est l équipe dont le mandataire est NOVAE architectes qui a été retenue en juillet L opération se décompose ainsi : - démolition de 600 m2 de SHON existante, - restructuration d environ 2000 m2 de SHON, - extension neuve de 1300 m2 de SHON. La maîtrise d œuvre propose dans son projet d offrir une nouvelle identité plus contemporaine au collège. Le parti d implantation reprend le parti existant, à savoir un bâtiment longiligne imposé par la forme de l emprise foncière disponible. Le volume existant est en partie démoli (ateliers nord, préau) et en parti complété par des surfaces nouvelles. L objectif est de densifier le bâti existant de façon à conserver au mieux les espaces extérieurs. Il s agit de créer un grand bâtiment offrant une volumétrie simple et unitaire, habillé par une même vêture en bois brut. 2/14

3 En matière d accessibilité, le Conseil général de la Savoie a eu depuis le lancement de l opération l objectif de livrer un bâtiment accessible à tous. Les élèves accueillis dans l établissement pouvant être atteints de handicaps variés, le projet s attache à prendre en compte les déficiences suivantes : - visuelles, - auditives, - motrices, - mentales. Dans le cadre de cette restructuration, le Conseil général de la Savoie a souhaité prendre de l avance sur l échéance règlementaire de Toutes les composantes du bâtiment ont été rendues accessibles conformément aux dispositions de l arrêté du 1 er août Cette anticipation a permis de proposer à 2 élèves atteints de troubles moteurs des conditions d accueil optimales dès la rentrée 2011/2012. B Spécifications techniques de la réalisation 1. Qualité d usage : Pour améliorer l accessibilité, les déplacements et la gestion des flux, la maîtrise d œuvre s est tout d abord attelé à répondre à 2 dysfonctionnements majeurs : - régler les problèmes de repérage depuis l espace public extérieur jusque dans le cœur du bâtiment, - clarifier l organisation intérieure du collège en travaillant sur le regroupement de locaux par pôles thématiques. Pour cela, la maîtrise d œuvre a beaucoup travaillé sur l entrée et les déplacements dans le bâtiment : La transition entre l espace public et l enceinte de l établissement, marquée par un portique existant est conservée. Dans le cheminement d entrée, les collégiens sont attirés par ce signal fort. Le bâtiment rectiligne et de volumétrie simple guide le parcours des élèves vers la zone d entrée du bâtiment. Pour les personnes handicapées, ce cheminement en enrobé est quasiment plan et sans ressaut. Il est visuellement contrasté et marqué par des repères tactiles (bordures) et par un marquage au sol. Il se conclue par une très légère rampe (inférieure à 2% de pente) avec paliers de repos haut et bas. Le cheminement bénéficie d une qualité d éclairage de 20 lux minimum en tout 3/14

4 point. Une voie parallèle réservée aux cycles permet de séparer les flux et amène les élèves jusqu'à un garage à vélo. Ces aménagements permettent aux usagers qui le peuvent de recourir à un mode de déplacement doux. Un nouveau préau, créé perpendiculairement au corps du bâtiment principal, dirige ensuite les élèves vers le hall d entrée. Celui-ci, positionné au centre du bâtiment, permet une répartition optimale des flux. Il évite ainsi l engorgement des circulations constaté lorsque l entrée était positionnée en extrémité de bâtiment. L entrée se fait de façon fluide, sans resserrement de l espace qui pourrait générer un effet anxiogène chez les personnes atteintes de troubles psychiques. On débouche alors dans un vaste atrium central qui traverse de part en part l établissement. Cet espace constitue l épine dorsale du projet. Il forme une sorte de grande artère qui permet de desservir aisément l ensemble des locaux de l établissement sur ses 2 niveaux. Compte tenu de son importance dans le projet, les concepteurs ont particulièrement soigné ce volume. Ils ont favorisé l éclairage naturel en travaillant sur la maximalisation des seconds jours et en proposant la mise en place de sheds en toiture permettant l apport de lumière zénithale. Ses dimensions généreuses, les couleurs claires utilisées, l utilisation du bois, la mise ne place de végétaux sont autant de touches qui donnent à l atrium une ambiance apaisante et rassurante pour les personnes atteintes de troubles psychiques. 4/14

5 Un travail a été réalisé sur l acoustique de ce secteur. La mise en place de faux-plafonds perforés, doublés par une couche de laine minérale a permis de traiter l acoustique interne et de contrôler la réverbération du lieu. A la livraison du bâtiment un bureau d études acoustique a vérifié le respect de l arrêté du 25/04/03 relatif à la limitation du bruit dans les établissements d enseignement. Pour l atrium, l arrêté définit une obligation de durée de réverbération moyenne Tr < 2 sec. A la livraison du bâtiment, la durée de réverbération a été mesurée à 1.0 sec. Enfin les dimensions généreuses des circulations permettent un cheminement et des croisements aisés. En ce qui concerne l organisation «intérieure» : les locaux de même nature sont regroupés en pôles successifs (technologie, sciences, enseignement général, administration, ). Ceux-ci s accrochent de part et d autre des 2 niveaux de l épine dorsale. Une signalétique basée sur des «touches» colorimétriques donne une indication sur le pôle dans lequel on se situe. La simplicité de l organisation intérieure conjuguée au code couleur mis en œuvre favorisent le repérage des personnes atteintes de troubles cognitifs. Pour accéder au niveau supérieur, les élèves ont la possibilité d emprunter les 3 escaliers situés dans l atrium central ou de recourir à l ascenseur. 5/14

6 Toutes ces circulations verticales répondent aux caractéristiques de la circulaire du 30 novembre En haut de chaque escalier, un revêtement de sol adapté (contraste visuel et tactile) permet l éveil de la vigilance d une personne mal ou non voyante. Une signalétique adaptée guide les élèves depuis le hall d entrée vers les différents pôles. Dans les salles de classes, des paillasses fixes adaptées ont été installées pour accueillir les personnes à mobilité réduite dans les meilleures conditions. Des blocs sanitaires adaptés aux personnes handicapées ont été implantés sur chacun des 2 niveaux. 6/14

7 En termes de sécurité incendie : une procédure particulière de mise à l abri et d évacuation des personnes handicapées a été définie en concertation avec le service départemental d incendie et de secours : En cas d alerte incendie dans le collège, il a été convenu que toute personne présentant un handicap ne devait jamais rester seule. En cas d évacuation, l exploitant a identifié des personnels qui doivent assurer l accompagnement permanent des personnes handicapées. A l étage : les personnes handicapées sont mises en sécurité dans la circulation intérieure, doté d un équipement de désenfumage et comportant quatre cantons protégés des fumées. Cet atrium est suffisamment vaste pour être considéré comme un espace d attente sécurisé. A leur arrivée, les services de secours prennent en charge l évacuation des personnes se trouvant dans la zone sécurisée. Au rez-de-chaussée : les personnes handicapées, toujours accompagné d un adulte, sont évacuées vers les nombreuses issues de secours et vers les points de rassemblement à l extérieur de l établissement. 2. Qualité urbanistique et esthétique. L objectif du projet proposé par l équipe de maîtrise d œuvre est de profiter de l opportunité donnée à l établissement de s agrandir et de réhabiliter l existant dans le même temps pour redonner une cohérence globale au collège. Le projet offre une nouvelle identité forte et lisible au collège : La volumétrie du bâtiment existant est conservée et complétée pour créer un grand bâtiment orienté nord-sud et centré sur la parcelle. Le corps principal du bâtiment est épaissi pour donner à la circulation centrale en atrium des dimensions suffisantes. Une structure légère, implanté perpendiculairement au corps du bâtiment principal joue le rôle de préau et marque l entrée du bâtiment. La façade du bâtiment est composée d un même bardage de bois brut uniforme, animé par les sous-faces colorées des brise-soleil métalliques fixes des classes et par les stores aluminiums extérieurs. Une toiture végétalisée unifie le collège depuis la colline par laquelle accèdent tous les visiteurs. Une succession de sheds et un logement habillé en bardage métallique animent cette 5 ème façade. Malgré l augmentation des surfaces, la densification du bâti existant permet de conserver et de valoriser les espaces extérieurs : 7/14

8 Un jardin «calme» et un bassin paysager favorisent la temporisation et l infiltration de l eau pluviale sur le site. Une noue paysagère en limite Est permet la collecte des eaux pluviales de ruissellement de la cour. Des bandes plantées en pied de bâtiment évitent la réverbération du soleil et permettent de préserver l intimité des classes. 3. Qualité environnementale Sans chercher la certification, le projet s est inscrit dans la méthodologie de la démarche «haute qualité environnementale». Pour cela, l équipe de Maîtrise d œuvre s est adjoint les services d un bureau d études techniques spécialisé dans ce domaine pour définir et vérifier l atteinte des objectifs environnementaux tout au long du projet. Le profil environnemental qui a été défini a mis l accent sur les quatre cibles suivantes : - chantier à faibles nuisances, - gestion de l énergie, - confort hygrothermique, - confort visuel. En termes de gestion de l énergie, le programme fixe un objectif ambitieux de consommation d énergie à un niveau approchant les 50 kwhep/m2/an. Pour atteindre cet objectif, la maîtrise d œuvre a proposé le scénario suivant : 1. Conception bioclimatique du projet avec différentiation des stratégies d été et d hiver, 2. Amélioration de la qualité d enveloppe du bâti : (isolation des planchers sur sous-sol, nouvelle vêture en ossature bois isolée par de la laine minérale, sur-isolation de la toiture terrasse, mise en place de menuiseries extérieures double vitrage peu émissives, ), 3. Traitement de l étanchéité à l air, 4. Mise en place d une ventilation double flux avec échangeur à plaque, 5. Amélioration des installations de chauffage (distribution, régulation), 6. Mise en place de sous-comptage pour l ensemble des fluides et par secteur, 7. Eclairage assuré par matériel performant sur détection de présence, 8. Production de l eau chaude sanitaire des logements par installation solaire, 9. Mise en place d une installation solaire photovoltaïque. Les derniers calculs réalisés sur la base de ce scénario font état d une consommation prévisionnelle de 63 kwhep/m2/an. Après moins d un an d exploitation du bâtiment, il n a pas encore été possible de vérifier le niveau de consommation réel. Toutefois, comme pour tous ses projets, le Conseil général de la Savoie va réaliser un suivi annuel des consommations énergétiques et les confrontera avec les consommations prévisionnelles initialement évaluées. En revanche, la qualité de l enveloppe et l étanchéité à l air du bâtiment ont été vérifiées à la réception du chantier par l intermédiaire d une thermographie aérienne et d un test à la porte soufflante. La thermographie n a révélé aucun problème particulier. Le revêtement de façade extérieur composé d un mur en ossature bois et d un complexe isolant a été mis correctement en œuvre. 8/14

9 Cette nouvelle vêture qui enveloppe l ancienne structure béton a pleinement joué son rôle puisque qu aucun pont thermique notable n est apparu lors de l examen. En ce qui concerne le test d étanchéité à l air, la valeur du Q4 Pa-surf mesurée est de 1.11 m3/h/m². Cette valeur était conforme à l objectif affiché de 1.2 m3/h/m². Malgré tout, de nombreux passages d air entre dormant et ouvrant de certaines fenêtres ont été mis à jour. Suite à ce constat, l entreprise en charge des menuiseries extérieures a procédé à des ajustements et des réglages de ses ouvrages. Un nouveau test a été réalisé. Celui-ci a conclu à l absence des fuites initialement diagnostiquées. Le niveau de perméabilité à l air atteint est donc supérieur au niveau fixé par le référentiel BBC effinergie pour les bâtiments tertiaires neufs. 4 Innovation Si cette opération a été retenue dans le cadre de l appel à projet, ce n est pas pour le caractère innovant de la prise en compte de l accessibilité. Il n a pas été mis en place d équipement ou d aménagement particulièrement spectaculaire qui mériterait à lui seul d être porté à la connaissance du grand public. Ce qui nous a semblé intéressant et exemplaire dans ce projet c est de montrer la valeur ajoutée qui a été apportée à un bâti existant de qualité moyenne. L enjeu dans l accessibilité des bâtiments réside principalement dans la mise à niveau du parc existant. Il nous semble que ce projet démontre de façon incontestable que la définition d objectifs initiaux ambitieux associés à une conception expérimentée et à un suivi régulier et rigoureux de l avancement du projet permet l amélioration sensible de la qualité globale du bâtiment, en approchant le niveau de performance du neuf. C Modalités retenues pour la conception et la mise en œuvre de la réalisation. Ce projet a été conçu et réalisé selon une procédure traditionnelle, dictée par le code des marchés publics : Un programmiste a aidé le maître d ouvrage à définir précisément ses besoins. La Maîtrise d Ouvrage a ensuite souhaité transférer une partie de ses obligations à un mandataire. L équipe de maîtrise d œuvre a été sélectionnée suite à un concours restreint de maîtrise d œuvre. Il lui a été confié une mission «loi mop» de base complété par les éléments EXE, SSI et OPC. Un bureau de contrôle à été désigné très tôt dans l avancement de l opération. Celui-ci a débuté sa mission en phase concours par l évaluation des projets remis par les candidats. Il s est vu confier la mission de contrôle technique «Hand» ainsi que la responsabilité de rédiger en fin d opération l attestation de vérification de l accessibilité aux personnes handicapées. Le projet a fait l objet d une concertation préalable auprès du service départemental d incendie et de secours pour les aspects «sécurité des personnes» et auprès de la DDT de Savoie pour la thématique «accessibilité aux personnes handicapées». Celle-ci a permis de coordonner et d optimiser les contraintes résultant de ces 2 règlementations. 9/14

10 Le cout global de l opération s élève à TTC. Dans cette enveloppe, la part des travaux est de TTC. D Avantages et gains pour le maître d ouvrage, l exploitant, les usagers, Comme nous l avons évoqué précédemment, la restructuration envisagée dans cette opération est globale. Le programme fixait comme objectifs de traiter la fonctionnalité, la qualité d usage, l accessibilité, le confort et la performance thermique. La qualité de la réponse apportée par la maîtrise d œuvre a permis de rendre le bâtiment «cohérent». Le niveau de performance atteint est sensiblement comparable à celui d un bâtiment neuf (performance acoustique, thermique, accessibilité, luminosité ). En revanche le ratio de coût des travaux par m2 édifiés ou restructurés est très inférieur au ratio de coût d une construction neuve. Pour cette opération, le ratio de coût des travaux par m2 de SHON est de l ordre de TTC. Cette restructuration a permis d éviter la réalisation de diagnostics et de mises à niveau successives imposées par la règlementation. Il en résulte un bâtiment pérenne qui, de part sa conception, peut même envisager l extension de sa capacité d accueil à 550 élèves sans difficultés techniques particulières. La restructuration, en allant au-delà de la règlementation et en respectant les dernières normes imposées aux bâtiments neufs, permet également de limiter les coûts de fonctionnement et de maintenance à venir. En ce qui concerne les exploitants et les usagers de l établissement : ceux-ci ont été sollicités dès la définition des besoins. Des réunions de travail ont permis de faire remonter les souhaits de chacun. Ces derniers ont été formalisés et hiérarchisés dans le programme. La mise en place de bâtiments modulaires et le découpage de l opération en phases successives ont permis de conserver de bonnes conditions d enseignement pendant toute la réalisation du chantier en site occupé. La principale satisfaction des utilisateurs et des exploitants a été prendre conscience à l achèvement de l ouvrage que les prescriptions du programme qu ils avaient validé avaient bien été respectées et mises en œuvre. Le projet améliore sensiblement les conditions de travail du personnel et propose aux élèves un environnement confortable et fonctionnel pour étudier. E Difficultés rencontrées et points de vigilance Le programme de l opération ayant fixé des objectifs ambitieux, la principale difficulté a été de vérifier à chaque stade que le projet pourrait atteindre le niveau de performance souhaité. Des outils et procédures ont ainsi été mise en place : En termes de performance environnementale du bâtiment : une note HQE a reformulé les ambitions exprimées au programme. A chaque stade du projet, celle-ci a été complétée de plus en plus précisément par les réponses apportées par le projet. Ce système de management environnemental a permis de vérifier que les objectifs ne se sont pas dilués au fil du temps. Le test d étanchéité à l air et la thermographie réalisés en fin de chantier sont également deux indicateurs qui ont permis de vérifier la qualité de l enveloppe thermique du bâtiment. 10/14

11 En termes d accessibilité, une attention particulière a été portée au travail du bureau de contrôle au stade du concours, de la remise du rapport initial de contrôle technique et de la fourniture de l attestation finale de vérification de l accessibilité. Conclusion. Le Conseil général de la Savoie montre ainsi qu une restructuration à coût optimisé peut faire émerger une réponse contemporaine, bioclimatique et pédagogique. Le collège la Forêt, en permettant un accès aisé à tous particulièrement par la prise en compte des différents types de handicap, en limitant ses consommations énergétiques, en ayant recours aux énergies renouvelables permet non seulement d offrir des conditions idéales d enseignement, mais joue aussi un rôle éducatif à l intention des jeunes générations. Sur ce dernier point, le personnel d enseignement s est déjà approprié le bâtiment en faisant travailler les élèves sur ses spécificités. Lors de la récente inauguration, on a pu noter une première illustration de ce travail qui s est traduite par une présentation du bâtiment et de ses spécificités, réalisée par les élèves eux-mêmes. 11/14

12 Annexe n 1 : plan de masse 12/14

13 Annexe n 2 : Planches du concours : axonométrie du projet et vue sur cour. 13/14

14 Annexe n 3 : Vue aérienne du collège. 14/14

LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ( LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ( SITE EXISTANT OBSOLETE Bâtiments anciens datant de 1965 Aucune possibilité d extension Au c ur du quartier de la Chaume Des accès difficiles

Plus en détail

Pose de la première pierre Mardi 17 juin 2014. Sommaire. L engagement du Département pour les collèges - p 2

Pose de la première pierre Mardi 17 juin 2014. Sommaire. L engagement du Département pour les collèges - p 2 DOSSIER DE PRESSE Restructuration du collège La source à Mouthe Pose de la première pierre Mardi 17 juin 2014 Sommaire L engagement du Département pour les collèges - p 2 Travaux d extension et de restructuration

Plus en détail

NOTICE D ACCESSIBILITE

NOTICE D ACCESSIBILITE PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

Quartier Beau Soleil. Zone d Amd. Aménagement Concerté

Quartier Beau Soleil. Zone d Amd. Aménagement Concerté Quartier Beau Soleil Zone d Amd Aménagement Concerté Présentation générale du cahier des charges et de la démarche d accompagnement auprès des acquéreurs Cabinet D.LENOIR ACCOMPAGNEMENT DES PROJETS INDIVIDUELS

Plus en détail

Rénovation de l école élémentaire Jardry à Blanzac-Porcheresse

Rénovation de l école élémentaire Jardry à Blanzac-Porcheresse Rénovation de l école élémentaire Jardry à Blanzac-Porcheresse B - Spécifications techniques de la réalisation : Qualité d usage : Le projet de rénovation de l école J.Jardry comprenait plusieurs types

Plus en détail

Maison AA Natura DOSSIER. de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous

Maison AA Natura DOSSIER. de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous SEPTEMBRE 2011 DOSSIER de PRESSE Un nouveau concept d habitat qui concilie qualité de vie et d usage avec écologie et accessibilité pour tous Maison AA Natura Inscrite dans une démarche de développement

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013 APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013 Eléments techniques complémentaires au cahier des charges 2012 et 2013 Ce document précise les conditions d éligibilité

Plus en détail

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie Guide pratique Règlementation, recommandations et préconisations Préambule 2 Définition d un ERP: Sont considérés comme des Établissements

Plus en détail

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS RESTAURANT SCOLAIRE ET HALL DE SPORTS CONFERENCE DE PRESSE 20 mai

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

Inauguration de la DDT après travaux de rénovation

Inauguration de la DDT après travaux de rénovation PRÉFET DES ARDENNES Inauguration de la DDT après travaux de rénovation le 2 juillet 2010 à 11heures Contact presse : Bruno Singery Chargé de communication Courriel : bruno.singery@ardennes.gouv.fr Tel

Plus en détail

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Cahier des charges Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Maître d Ourvage : xxxx Consultation pour

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

Département de Seine-et-Marne VILLE DE COUILLY PONT-AUX-DAMES. 46 rue Eugène Léger 77860 Couilly Pont-aux-Dames

Département de Seine-et-Marne VILLE DE COUILLY PONT-AUX-DAMES. 46 rue Eugène Léger 77860 Couilly Pont-aux-Dames Département de Seine-et-Marne VILLE DE COUILLY PONT-AUX-DAMES 46 rue Eugène Léger 77860 Couilly Pont-aux-Dames R E Q U A L I F I C A T I O N E T A G R A N D I S S E M E N T D E L A M A I R I E D E C O

Plus en détail

Traitement des exigences liés au Développement Durable dans le projet

Traitement des exigences liés au Développement Durable dans le projet Traitement des exigences liés au Développement Durable dans le projet Gestion de l énergie Equipe A Equipe B Equipe C On vise un niveau Haute Performance Energétique (gain de 8% sur la consommation réglementaire)

Plus en détail

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité)

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès à tout pour tous» qui implique

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

REHA > OP3 / CASERNE DOUANIERS / JEUMONT Requalification à haute performance énergétique de l habitat

REHA > OP3 / CASERNE DOUANIERS / JEUMONT Requalification à haute performance énergétique de l habitat REHA > OP3 / CASERNE DOUANIERS / JEUMONT Requalification à haute performance énergétique de l habitat PRESENTATION DU BATIMENT --- CONTEXTE DU MONTAGE DE L OPERATION ANRU / REHA PUCA JEUMONT 28/01/2013

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale :

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : 1 -la politique sectorielle 2 - les applications au sein

Plus en détail

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX 1 OBJET DU DOCUMENT ----------------- Accessibilité des personnes

Plus en détail

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES Gérard Dessein Ingénieur en chef Chef du Service Accessibilité et Constructions adaptées

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

Relocalisation des services de proximité Rive gauche

Relocalisation des services de proximité Rive gauche Relocalisation des services de proximité Rive gauche 1- Présentation du projet - Localisation La ville d Amiens souhaite regrouper différentes activités du Secteur Rive Gauche aujourd hui «éclatées» sur

Plus en détail

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS LIEU : SURFACE D INTERVENTION: COÛT : LIVRAISON : ARCHITECTES : ARCHITECTES ASSOCIES : B.E.T. : MAÎTRE DE L OUVRAGE : MISSION : TOURS 3 000 m² (SHON) 3 845 000

Plus en détail

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE Direction Départementale des Territoires de la Haute-Savoie service habitat/pôle bâtiment durable Notice d'accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au

Plus en détail

CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE

CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE Sommaire du document : PROCEDURE D EVACUATION POUR LES EPLE DU 1 er DEGRE... 2 FICHE GUIDE DU DIRECTEUR D ÉCOLE... 3 LA FICHE

Plus en détail

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 1. Introduction 2. Analyse et proposition architecturale 3. Traitement de l enveloppe 4. Accessibilité

Plus en détail

DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE

DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Notice descriptive sommaire 1 1. CONCEPTION DU BATIMENT Locaux à usage de bureaux assujettis au code du Travail et ERP 5 ème catégorie

Plus en détail

AVIS DE PUBLICITE MARCHE DE L UNIVERSITE PARIS SORBONNE

AVIS DE PUBLICITE MARCHE DE L UNIVERSITE PARIS SORBONNE AVIS DE PUBLICITE MARCHE DE L UNIVERSITE PARIS SORBONNE Ref : 2015PM82 Type de produit : 71317100 Services de conseil en protection et en matière d incendie et d explosion Objet du marché: Désignation

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Niveau de prise en compte de la cible

Niveau de prise en compte de la cible Caractéristiques environnementales du bâtiment (selon les cibles HQE) Niveau de prise en compte de la cible Objectif fixé lors de la phase de conception 1. Relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement

Plus en détail

ACCESSIBILITE DANS LES ERP

ACCESSIBILITE DANS LES ERP ACCESSIBILITE DANS LES ERP SOMMAIRE 1 La législation SOMMAIRE 2 Règles générales applicables aux ERP existants 3 Les possibilités de dérogation 1ère partie La législation Accessibilité: le principe La

Plus en détail

Construction du Collège de LACANAU

Construction du Collège de LACANAU DOSSIER DE PRESSE Construction du Collège de LACANAU Contact Presse : Attachées de presse : Séverine LAVERNY : 05 56 99 33 59 / 06 10 78 76 02 / s.laverny@cg33.fr Brigitte BOTTE : 05 56 99 51 31 / b.botte@yahoo.fr

Plus en détail

MAIRIE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

MAIRIE DE SAUVETERRE DE GUYENNE MAIRIE DE SAUVETERRE DE GUYENNE COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE (33540) Juin 2009 1 1 ) Bilan thermique du Bâtiment (état actuel) Adresse du logement : Coordonnées du propriétaire : Mairie de Sauveterre

Plus en détail

François Bausch. Ministre du Développement durable. et des Infrastructures

François Bausch. Ministre du Développement durable. et des Infrastructures 1 2 3 Préface Depuis des décennies, le secteur des professions de santé est en plein essor et le nombre d élèves qui s intéressent à une formation dans ce domaine en évolution permanente. Ainsi, un agrandissement

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

centre hospitalier de Modane

centre hospitalier de Modane centre hospitalier de Modane - cote 088 - parvis public - cote 08 - cour de service - cote 0 - enceinte technique croquis d insertion l hôpital dans son quartier centre hospitalier à Modane maître d ouvrage

Plus en détail

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz VILLE DE METZ JUIN 2011 Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz Notice réalisée par le groupement S2E UBIQUE dans le cadre de sa mission d assistance à maîtrise d ouvrage. SOMMAIRE

Plus en détail

3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE

3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE Notice de prise en compte de l accessibilité aux personnes Handicapées dans les établissements recevant du public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Notice à compléter et à joindre en trois exemplaires

Plus en détail

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE Maître d ouvrage : SIVU DE LA CRECHE INTERCOMMUNALE THOIRY 3 place de la Fontaine 78 770 THOIRY Adresse des travaux : Rue de la Mare Agrad 78 770 THOIRY

Plus en détail

Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant

Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant Commerces, professions libérales, artisanat, collectivités, administrations, établissements de santé, de loisirs, associations : Quelle

Plus en détail

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château centre d interprétation de l architecture et du patrimoine Localisation

Plus en détail

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE Caractère de la zone : Cette zone correspond aux secteurs destinés à l accueil d activités, touristiques, commerciales, de services et d équipements

Plus en détail

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous Guide Sommaire La réglementation... 3 A savoir...... 4 Le calendrier... 5 Le coût... 6 Les démarches... 6 Les dérogations... 7 Exemples... 8 Les

Plus en détail

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent Préambule La loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a renforcé l obligation d aménagement des bâtiments recevant du

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée PRÉFET DE LA SARTHE Direction Départementale des Territoires de la Sarthe Sous-Commission Départementale d Accessibilité VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11

Plus en détail

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Ce dispositif s applique aux dossiers de demande d aide déposés auprès des services du Conseil régional. Les critères d éco-conditionnalité

Plus en détail

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE Stéphane COUDERC AVRIL 2011 Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de la Haute-Garonne 1, rue Matabiau-31

Plus en détail

Visite Technique - Groupe Scolaire Lafon

Visite Technique - Groupe Scolaire Lafon Visite Technique - Groupe Scolaire Lafon 12/02/2015 À Cazaux 12 Participants Organisateur Partenaire CDPEA 159 Avenue de l Alouette 33700 Mérignac www.cdpea.fr 05 47 48 16 20 PRÉSENTATION DU GROUPE SCOLAIRE

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Introduction Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Approche globale à l Échelle d un bâtiment Exemple : réflexion sur

Plus en détail

LOCAUX COMMUNS CREATION D'UNE PEPINIERE D'ENTREPRISES ESQUISSE N 2 RDC R+1 R+2 R+3 TOTAL Accueil 47 473 m2 Bureau administration 15 Local repro/archives 12 Petite salle de réunion 35 Salle de conférence

Plus en détail

Appel à candidature. Cahier des charges pour la Côte d Or SOMMAIRE

Appel à candidature. Cahier des charges pour la Côte d Or SOMMAIRE Appel à candidature Référencement de consultants pour la réalisation de diagnostics d accessibilité d établissement recevant du public de 5ème catégorie Cahier des charges pour la Côte d Or SOMMAIRE SOMMAIRE

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION HAMADRYADE AVIGNON / AGROPARC Un parti architectural qui repose sur des principes simples pour un espace positif Les atouts et contraintes du site contribuent largement au dessin

Plus en détail

Appel à candidature. Cahier des charges de la Nièvre

Appel à candidature. Cahier des charges de la Nièvre Appel à candidature Référencement de consultants pour la réalisation de diagnostics d accessibilité d établissement recevant du public de 5ème catégorie Cahier des charges de la Nièvre SOMMAIRE Préambule

Plus en détail

CCI NANTES ST-NAZAIRE. vers une. accessibilité. généralisée. Accès à tout pour tous

CCI NANTES ST-NAZAIRE. vers une. accessibilité. généralisée. Accès à tout pour tous CCI NANTES ST-NAZAIRE vers une accessibilité généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11 février 2005 précise que les conditions d accès des personnes handicapées dans les E.R.P.* doivent

Plus en détail

1/11 1- RAPPELS 3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE

1/11 1- RAPPELS 3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE direction départementale de l Equipement et de l agriculture Cher Notice de prise en compte de l'accessibilité aux personnes handicapées dans les établissements recevant du public (E.R.P. et I.O.P.) -----------------

Plus en détail

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies - 2 - Protection solaire des fenêtres et des baies MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 44 Fiche n 201 : " Casquette " et brise-soleil PROTECTION SOLAIRE DE FENETRE (Aluminium laqué, bois, acier,

Plus en détail

ARCHITECTURE [ ARCHITECTURE ]

ARCHITECTURE [ ARCHITECTURE ] ARCHITECTURE [ ARCHITECTURE ] UNE FAÇADE EMBLÉMATIQUE D UN NOUVEAU PAYSAGE URBAIN Dans l influence immédiate du quartier de La Défense, West Plaza dévoile des lignes pures et une architecture transparente

Plus en détail

Groupe scolaire Édouard Branly : Construction d un restaurant scolaire

Groupe scolaire Édouard Branly : Construction d un restaurant scolaire Groupe scolaire Édouard Branly : Construction d un restaurant scolaire EDITO Conformément aux engagements du maire, les équipements de proximité sont au cœur de notre action municipale. Ainsi le conseil

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11 février 2005 précise que les conditions d accès des personnes handicapées dans les E.R.P.* doivent être les mêmes que celles

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public accessibilité l essentiel > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public Loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et

Plus en détail

Une Ecole zéro carbone à Nanterre Le Groupe Scolaire Abdelmalek Sayad

Une Ecole zéro carbone à Nanterre Le Groupe Scolaire Abdelmalek Sayad Une Ecole zéro carbone à Nanterre N. Favet, S. Rochet 1 Une Ecole zéro carbone à Nanterre Le Groupe Scolaire Abdelmalek Sayad Nicolas Favet Nicolas Favet Architectes FR-Montreuil Sylvain Rochet Teckicea

Plus en détail

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES Pascal VALLADONT Directeur d HDL Rénovation basse consommation d un bâtiment existant : Espace Jean Jaurès à Besançon La basse énergie appliquée à la réhabilitation

Plus en détail

Collège Robert Schuman à HOMBOURG-HAUT

Collège Robert Schuman à HOMBOURG-HAUT Collège Robert Schuman à HOMBOURG-HAUT Le nouveau collège Robert Schuman de HOMBOURG-HAUT, dont la mise en service est prévue dès la rentrée des vacances de Pâques 2014, permettra d accueillir dans des

Plus en détail

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés Nouveau règlement Accessibilité Handicapés 1 Les principaux points à retenir en synthèse Prise en compte de tous les handicaps notamment physique, cognitif, mental ou psychique Exigences de performance

Plus en détail

PAC IMMO ENTREPRISE. Notre objectif : vous aider à developper votre entreprise.

PAC IMMO ENTREPRISE. Notre objectif : vous aider à developper votre entreprise. PAC IMMO ENTREPRISE Notre objectif : vous aider à developper votre entreprise. D ailleurs, nous avons déjà votre permis de construire en partenariat avec L atelier Bâtiment de 500 m 2 dont 50 m 2 de bureaux

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier L arrêté du 24 juillet 2006 Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier 1.1) La détection automatique incendie 1.2) La protection

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - 26 janvier 2015

DOSSIER DE PRESSE - 26 janvier 2015 DOSSIER DE PRESSE - 26 janvier 2015 Contact : Agence LAIR et ROYNETTE 01 43 70 24 64 LR@lair-roynette.fr Philippe LAIR 06 09 84 85 34 ph.lair@lair-roynette.fr L agence LAIR et ROYNETTE Créée en 1988, l

Plus en détail

Maison des vignerons Maitre d Ouvrage: Mairie Architectes: Ateliers Provisoire- Bordeaux

Maison des vignerons Maitre d Ouvrage: Mairie Architectes: Ateliers Provisoire- Bordeaux Maison des vignerons Maitre d Ouvrage: Mairie Architectes: Ateliers Provisoire- Bordeaux Présentation du projet Réunion publique Jeudi 1er Octobre 2015 Historique - Bâtiment acheté en 2004, par la Municipalité,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE

DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE La rentrée scolaire 2015-2016 sera marquée par la construction d un bâtiment destiné

Plus en détail

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie Ingénierie Conseils en Maintenance, Etudes de Productivité et Benchmarking Energies Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie IMPACT DU DEVELOPPENT DURABLE SUR LA CONCEPTION

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS Michel Perrin Directeur opérationnel CNDB Un marché en pleine expansion Plus de 10 000 maisons et logements bois/an Une demande potentielle

Plus en détail

1- RAPPELS. Réglementation - Loi n 2005-102 du 11 février 2005 - Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1 er août 2006 Arrêté du 21 mars 2007

1- RAPPELS. Réglementation - Loi n 2005-102 du 11 février 2005 - Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1 er août 2006 Arrêté du 21 mars 2007 Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Document obligatoirement joint au dossier de permis de construire

Plus en détail

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE NOTE D INFORMATION TECHNIQUE Concernant l installation des vérandas concernées par la RT 2012 en maisons individuelles Cette note a été établie à partir des textes réglementaires suivant : - Arrêté du

Plus en détail

Centre aquatique de l Agglo

Centre aquatique de l Agglo Dossier de presse 13 septembre 2014 Visite de chantier Centre aquatique de l Agglo Retrouvez l avancée du chantier sur www.agglo-limoges.fr Contact presse - Hélène VALLEIX Service de presse - Limoges Métropole

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

2 nd Réunion publique. Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels

2 nd Réunion publique. Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels 2 nd Réunion publique Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels Le cadre réglementaire La loi Grenelle II du 12 juillet 2010 impose la transformation des

Plus en détail

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP Loi pour l Égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées (EDCPCPH) NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP 1 1 Quel classement pour les ERP? Le classement

Plus en détail

BATIMAT 7 novembre 2007

BATIMAT 7 novembre 2007 Le programme de recherche pour la réduction r par quatre des émissions de gaz à effet de serre dans l habitat individuel existant BATIMAT 7 novembre 2007 ADELIE ADELIE, une belle aventure 1840 : Dumont

Plus en détail

Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures

Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures complémentaires nécessaires Synthèse Avril 2015 Pourquoi

Plus en détail

Construction de la Maison des arts et de la Vie Associative Epernay

Construction de la Maison des arts et de la Vie Associative Epernay Construction de la Maison des arts et de la Vie Associative Epernay Présentation de la conception et de la démarche environnementale Présentation du 21 Mai 2014 1 Présentation générale du projet L équipe

Plus en détail

Notre objectif : vous aider à developper votre entreprise.

Notre objectif : vous aider à developper votre entreprise. P A C I M M O E N T R E P R I S E Notre objectif : vous aider à developper votre entreprise. D ailleurs, nous avons déjà votre permis de construire en partenariat avec L atelier Bâtiment de 300 m 2 dont

Plus en détail

COUT OPTIMISATION DU COUT DE CONSTRUCTION OPTIMISATION DU COUT DE L OPERATION OPTIMISATION DU COUT GLOBAL

COUT OPTIMISATION DU COUT DE CONSTRUCTION OPTIMISATION DU COUT DE L OPERATION OPTIMISATION DU COUT GLOBAL C COUT Le procédé ATTIQUE construction permet d optimiser les coûts de réalisation des logements sur plusieurs points. Non seulement le coût de construction s avère particulièrement compétitif du fait

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

L'ACCESSIBILITE. un enjeu pour tous. Présentation octobre 2010. Direction Départementale des Territoires

L'ACCESSIBILITE. un enjeu pour tous. Présentation octobre 2010. Direction Départementale des Territoires L'ACCESSIBILITE R un enjeu pour tous Présentation octobre 2010 Direction Départementale des Territoires Le plan de l'intervention 1. La loi et ses objectifs 2. Les règles applicables aux ERP 3. Les éléments

Plus en détail

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation SOMMAIRE SOMMAIRE 1 Définition d un ERP et ses obligations 2 Règles générales applicables aux ERP 3 Les possibilités de dérogation Accessibilité aux handicapés : quel handicap? Accessibilité aux handicapés

Plus en détail

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P )

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) 1 1 1 I. DEFINITION D UN E R P Article R123-2 du C.C.H (décret 2007-1327 du11.09.2007) Constitue un établissement recevant du public tout bâtiment,

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail