L~AMPHITHÉÂTRE DES TROIS-GAULES A LYON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L~AMPHITHÉÂTRE DES TROIS-GAULES A LYON"

Transcription

1 L~AMPHITHÉÂTRE DES TROIS-GAULES A LYON Rapport préliminaire aux fouilles. Deuxième partie* par J. GUEY et A. AUDlN V. IMPLANTATION ET DIMENSIONS. LES TERRASSES. L'Amphithéâtre était bâti à mi-pente de la Croix-Rousse, la partie nord, nous l'avons 6, creusée dans la colline (fig. 4), la partie sud dominant le Confluent (fig. 1). Des terrasses fférents niveaux avaient été aménagées très tout autour de l'édifice ; ines devaient prolong& les terrasses de l'autel g7. Vers le sud en tout cas d'énormes structions appartenant à plusieurs anneaux concentriques, assises peut-on croire sur le le granitiq~e~~, retenaient les terres jusqu'à 22 mètres au moins en avant du monunt g9, Nous ne saurions trop insister sur l'importance de ces murailles : aussi bien aucun re vestige plus considérable des constructions de l'amphithéâtre n'a-t-il.jamais été mis jour. Il y a là le plus précieux encouragement. Nos trois auteurs sont d'accord, Artaud, Saint-Olive et Martin-Daussigny. On doit etenir de leur témoignage - pas toujours parfaitement clair - que de puissants ouvrages 'étageaient ici : la pente de la colline était si rapide qu'il avait été nécessaire d'étayer oli'dement le sol. D'autre part, la circulation aux abords des arcades avait imposé l'établisement d'une terrasse. Sous cette terrasse un égout suivait la courbe du monument (pl., no 32, ab11 l)loo. Artaud écrivait donc en 1820 ou en 1821 : «dernièrement, tandis qu'on pratiquait 'Ida première partie de ce rapport (1-IV; notes 1-95 ; fig ; pl. 1-IV) a paru dans Gallia XX-1962, p Un supplément groupera ultérieurement inscriptions et monnaies (XI-XII; notes ; fig ). [L'un es auteurs de ce memoire estimerait injuste de ne pas souligner la part dbcisive prise par son collaborateur dans le récollement et l'exploitation des textes et documents d'archive utilisés ici. A.A]. (96) Voir supra, n. 15. (97) A. AUDIN, Topographie, p , et apud A. GRENIER, Manuel, III (2), p. 687 (les cotes des terrasses sont en partie conjecturales). (98) Sur ce socle, voir notamment Archives de la Voirie, 58, vol. 5, dossier 3 (déblais a l'emplacement de la gare du funiculaire ; cf. fig. 10). Jusqu'aux grands travaux de , le rocher ameurait encore en divers endroits du Jardin des Plantes. (99) Sur l'éboulement de cette terrasse, voir supra, fix. 4, T. (100) ARTAUD, Arnphitheâfre, ms. D, p. 31, corr. 19 : «Le canal de décharge dans le chemin en dessous tournant autour de la colline 8. Sur d'autres égouts, voir infra, n. 115.

2 126 J. GUEY ET A. AUDIN la nouvelle entrée du Jardin des Planteslol, nous avons observé quantité de massifs de murailles et de soutènements légèrement arrondis dans le sens de l'ellypse (sic), ce qui prouve que les constructions au midi de l'amphithéâtre s'étendaient fort loin et régnaient de terrasse en terrasse jusques au bas de la colline»lo2(pl. 11, nos 46-47, b/10 et f/ll) (Il est probable que le no 47 représente le dallage de la terrasse supérieure). - Vers , «on trouva sur la pente qui descend à la place Sathonay une ruine formée d'une maçonneri faite avec les roches susdites - Saint-Olive vient de mentionner «débris de granit (et) d gneiss»lo3 - et stratifiée par des lits de larges briques. Au lieu de la laisser subsister comm soutien de terrain, ornement du jardin et souvenir du passé, on la fit disparaître impitoyablement»lo4. - En décembre 1857 et en janvier 1858, Chenavard et Martin-Daussign virent revenir au jour «des restes de murailles considérables démolies autrefois et qu avaient dû soutenir une immense terrasse sur laquelle débouchaient les vomitoires [entendr les arcades] de l'amphithéâtre... Les travaux, interrompus au mois d'avril 1858, ayant ét repris au mois de septembre de la même année, la continuation des murs de soutènemen de la terrasse fut retrouvée plus à l'ouest et parallèlement aux grands murs d'enceinte d l'amphithéâtre. Nous pûmes alors, de ce point, mesurer la masse des travaux exécutés pou le soutien des terres en dehors du monument. Nous trouvâmes qu'ils avaient à eux seul un ensemble de 22 mètreslo5. Il est plus que probable que d'autres murailles, en arrière d cette dernière, avaient dû exister en bas du talus. Ces dimensions extraordinaires d murailles en dehors de l'amphithéâtre ont été exposées aux yeux de toute la ville : no n'avons donc pas à craindre d'être taxés d'exagération ))IO6. (( Repris au mois d'avril 1859»... les travaux ((mirent à découvert des substructions au midi et en dehors de l'enceinte d l'amphithéâtre. Elles furent démolies aussitôt. Nous pûmes cependant prendre des notes en lever le plan et constater que, bâties en moellons de roche, elles avaient des liaison de deux rangs de grandes briques superposées» (pl. III, Hl a/7, et ailleurs)1 7. Un dessin (d'après photographie) publié par A. Steyert pourrait bien se rappor à ces mêmes substructions (fig. 16)los : murs parementés de petit appareil, voûtes berceau ; il semble y avoir eu à des niveaux différents 3 «tunnels» d'allègement. Les ruine s'étagent sur une dizaine de mètres de hauteur (cf. fig. 4). (101) C'est-à-dire l'entrée maridionale, sur la place Sathonay. On entrait auparavant par la Cour du Soleil ou plutôt Dusoleil, a l'est (voir,cupra, n. 16 et fig. 3). (102) ARTAUD, Amphifhéâfre, ms. D, p (corr. 28). Sur la couverture du même manuscrit on lit cette note d'artaud : 11 On y voit des éperons des murs de soutènement 1). (103) Les lignes précédentes sont citées supra, n. 49. (104) SAINT-OLIVE, dans Revue du Lyonnais (n. S.), IX, 1854, p (105) Cf. MARTIN-DAUSSIGNY, Amphifhéâtre, p. 438 (p. 22) : «Les 22 mètres de maçonnerie extèrieure et tous les travaux ajoutés au dehors pour former et soutenir les terrasses établies du côté du midi jusqu'au pied du talus, que nous n'avons pu mesurer... (106) Ibid. n Non seulement nous les avons mesurées nous-même, mais notre collègue M. Chenavard, assisté de MM. Roux et Christot, ses habiles élèves, l'a fait conjointement avec nous n. Voir néanmoins supra, n. 62. (107) MARTIN-DAUSSIGNY, Amphithéâtre, p (p ), passim; cf. p. 433 (p. 17) : «Les magnifiques travaux exécutés en dehors de l'amphithéâtre pour appuyer les terrains...» (108) A. STEYERT, Nouvelle histoire de Lyon, 1, p. 215, fig. 265 : «Démolition de l'amphithéâtre des Trois Gaules en 1859 (reproduit dans WUILLEUMIER, Fouilles de Fourvière, p. 18, fig. 5). Voici les raisons de la localisation que nous proposons. Au premier plan, exèdre avec un buste. Le plan de 1845 (fig. 3) situe cette exèdre au débouché de l'escalier montant de la place Sathonay : il n'y en a pas d'autre au Jardin des Plantes et le buste est celui de l'abbé

3 L'AMPHITHÉATRE DES TROIS GAULES 127 Pour établir la partie nord de la cauea, l'architecte avait dû surmonter des dificultés n autre ordre. Le sol dans lequel il creusait était, au moins par endroits, humidelog et pressible : on y a pratiqué des drains et battu des pieuxllo. Le grand axe du monument était incliné du nord-ouest au sud-est, formant un angle quelque 37 degrés avec le méridien. Cette orientation avait-elle été imposée par le rain ou, plus probablement, par la direction des voies d'accès à la terrasse? Nous pouvons upposer. L'Amphithéâtre, fermant à l'ouest les terrasses du sanctuaire fédéral, dominait voie du Rhin (notre montée des Carmélites, à 65 mètres vers l'ouest) (fig. 1, 2 et 4). Sur cette voie devait s'embrancher une voie secondaire, sans doute coupée d'e~caliers~~~ aboutissant dans le prolongement du petit axe du monument, à la porte principale (sudouest) de l'amphithéâtre (pl. II, no 44, a/8, 9)l12. L'exacte situation de la porte sud-est, en principe à l'extrémité du grand axe, reste discutable. L'attention de Chenavard et de Martin-Daussigny fut attirée dans cette région du monument par des vestiges subsistant au niveau des fondations (pl. III, f-g/ 5-7). «Au 17 mars 1860, on trouva dans la partie est de l'amphithéâtre... deux murailles de fondation reposant sur le roc lui-même, se Dessin d'après une photo. dirigeant toutes deux parallèlement du sud au nord-ouest, c'est-à-dire allant du mur d'en- Fig Murs de soutenement des terrasses au sud de llamphitheâtre, en Vue prise du sud. ceinte au centre du monument. Ces murailles, Voir note 108. faites avec les mêmes matériaux [entendre des «moellons de roche granitique ))] avaient aussi des liaisons de briques disposées de la même manière que celles dont nous avons parlé [à propos des murailles de soutènement des gradins], mais éloignées les unes des Rozier, «le Columelle français»- monument détruit au cours des mêmes travaux, SAINT-OLIVE, Voyage.. de Lyon à la Croix-Rousse, p. 88. Quant aux «tunnels», une partie en subsiste, encore couverte à l'ouest, à gauche ; la partie droite est déjà éventrée et effondrée. Les voûtes restent béantes vers le sud-est. La direction des murs en cet endroit est celle qu'on attend des structures elliptiques soutenant les terrasses. (109) Voir supra, n. 79 et 80. (110) MARTIN-DAUSSIGNY, Amphithéâtre, p. 433 (p ) : «A mesure que les maçonneries venaient se relier au talus de la montagne, les terrains en pente étaient solidifiés par toute sorte de moyens ingénieux : tantôt une masse d'amphores serrées les unes contre les autres avaient consolidé cette terre sablonneuse ; tantôt un faisceau de pilotis avait été un obstacle sufisant pour empêcher les éboulements. Parmi la masse d'amphores, huit ou dix seulement ont été retirées entières et apportées au mus6e»; cf. le registre d'entrées manuscrit de Martin-Daussigny, dans A. COMARMOND, Notice du Musée lapidaire de la Vllle de Lyon, 1855, exemplaire interfolié du Musée des Beaux-Arts, n o 922 : «Amphore vinaire trouvée au jardin des plantes. Elle faisait partie d'un nombre considérable du même genre qu'on a découvert sous les murailles de l'amphithéâtre...» ; no 990, n amphore vinaire allongée». Quel dommage qu'on ne puisse plus aujourd'hui les reconnaftre et les dater!- Voir en outre le texte cité supra, n. 80. (111) Comme à Fourvière, la Rue (antique) des Théâtres, par exemple. La pente était abrupte encore en 1857, à l'est du «fond de l'orangerie n (fig. 4). (112) Voir infra, n. 264 et p. 150.

4 128 J. GUEY ET A. AUDIN autres de 80 centimètres...»l13. La muraille sud-ouest était épaisse de 1 m. 40 d'après le plan de Chenavard, au 1/100. (( Nous avons remarqué, précise Martin-Daussigny114, qu sous les dalles qui formaient le pavé des vomitoires [entendre la galerie extérieure], existait deux canaux allant du nord-ouest au sud-est (pl. III, F, g/6). Leur hauteur es d'l mètre et leur largeur de 50 centimètres ; leur niveau diffère d'un demi-mètre. Ils se trouvent placés entre deux murailles solides, dont nous avons parlé et qui suivent exactement la même direction. Toutefois ces canaux ne sont point appuyés auxdites murailles,.mais en sont éloignés de plus de 2 mètres ; celui qui est placé plus haut que l'autre es précisément le même qu'a découvert Artaud»l15. - Ainsi donc 4 éléments parallèles à l'extérieur, 2 fondations ; à l'intérieur, 2 égouts, le tout d'après le plan au 1/100e et le plan publié par Martin-Daussigny117, symétrique par rapport à un axe longitudinal d même orientation que le grand axe de l'amphithéâtre, mais à notre grande surprise distan d'environ 3 mètres vers le sud-ouest! Cette dissymétrie fait difficulté : on trouverait une fondation dans l'axe probable d'u des 4 portes1ls ; en revanche, il y aurait des égouts là où l'on pouvait s'attendre à trou la fondation du mur sud-ouest de l'entrée donnant accès à 1'arène1lg. Faut-il donc, po sauver la symétrie, corriger notre plan (pl. IV) dans ses données essentielles? déplace l'arène, changer l'orientation générale du monument? Ce serait aller vers l'arbitraire sa sortir d'embarras120. Ou encore supposer une erreur de Chenavard dans ses levés? hypo thèse assez gratuite121. Confessons notre perplexité. Les fouilles montreront un jour qu'il en est122. Les dimensions d'ensemble de l'amphithéâtre sont difeciles à préciser à quelq mètres près. La partie nord de l'enceinte n'a jamais été recherchée ni rencontrée : il f interpoler. Après mainte hésitation dont témoignent les surcharges même de ses man (113) MARTIN-DAUSSIGNY, Amphztheâtre, p. 434 (p. 18) ; cf. znfra, p. 140 et n (114) Iblà p (p. 20). (115) Sur le canal de décharge du bassin de la source, voir supra, n. 83 : eaux propres, destinées aux therm retrouvés place Sathonay? l'autre canal aurait servi aux eaux usées Ces deux canaux existaient-ils sous l'arene vant le même alignement, c'est ce que suggèrent nos deux documents (voir supra, 1, Blbllographle, no 20 et 22). n'est pas en tout cas la direction de la source. - D'autres canaux d'evacuation, pl. II, 23, 24 et 32 (pl. 1, EE, FF ARTAUD, Amphltheâtre, ms D, p. 31, corr Voir supra, n (116) Voir supra, 1, Blbl~ographze, no 20. (117) Ibid., no 22 (ici pl. III). (118) Ce pourrait être, dira-t-on, quelque reste d'un premler état du monument, puisqu'il y a eu des niements considérables (voir znfra, X, Éléments d'une chronologte). Toutefois cette fondation presente les cha horizontaux de briques caractéristiques de la réfection du siècle après J.-C. (119) Sur le plan d'artaud aussi (pl. II, fg15), le canal d'écoulement de la source aboutit, non pas a l'extrémi sud-est du grand axe de l'arène, mais nettement à l'ouest. (120) Nos sondages A et B (fig. 9, a et b) auraient-ils mis au jour le bord de I'arene la où ils l'ont retrouv cette hypothèse était à retenir? (121) La position du système des 2 murs et des 2 égouts serait erronée par rapport aux maisons Richar Bouchardy, sur nos deux plans. (Quant au plan d'artaud, voir supra, n. 119). Il est vrai que, pour cette partie du mo ment, ces deux plans paraissent sujets à caution, dans le détail : ils prolongent au-dessous de l'arène, selon la m direction, non seulement les deux égouts, mais encore les deux fondations. Est-ce a bon droit? Voir supra, n. et 115. (122) Au sujet de la porte opposée, cf. infra, n. 199 et 296 in fine.

5

6 J. GUEY ET A. AUDIN crits, Artaud propose 384 pieds de long, soit 124 m Évaluation beaucoup trop faible Les trouvailles de le prouvent ; pour Martin-Daussigny, la longueur maximu est de 140 mètres124. Nous proposons quant à nous une dimension légèrement inférieur Voici pourquoi : le sondage nord-ouest de 1936 (pl. IV, A-B, cd/7, 8), parti de A, trou d'abord le terrain naturel immédiatement au-dessous du sol moderne (fig. 17, en hau Tout change à 13 mètres du réservoir de 1854, c'est-à-dire à 68 mètres environ du centre l'arène125 : au-delà de ce point, vers le sud-est, l'on n'a plus trouvé qu'un remblai, d plusieurs mètres de profondeur. Or, les constructions de l'amphithéâtre n'ont pu s'étend vers le nord-ouest au-delà de cette zone remblayée. C'est donc à 135 ou 136 mètres maximum que l'on doit fixer la longueur du grand diamètre du monument. Pour le diamètre transversal, Martin-Daussigny propose 117 mètres, dimension q nous réduirions volontiers à 115 m. 50 ; pour la largeur de l'anneau des constructions ent, le podium et l'enceinte, 38 mètres126. Les Arènes de Nînies mesurent 133 m. 38 x 101 m. 4 celles d'arles 136 m. 15 x 107 m. 62; elles contenaient, celles-ci places environ, celles On voit par là l'importance de l'amphithéâtre des Trois-Gaules. VI. L'APÈNE L'arène pouvait mesurer 59 m. x 39 m. 50 environ12', un peu moins sans doute (surto en longueur) que ne proposait Martin-Dau~signyl~~. Le niveau en était inférieur a celui sol antique : l'arène avait été creusée, surtout du côté nord, mais aussi dans sa par méridionale129. En 3 points, A, B, E (fig. 9, a, b, e), nous avons pu en déterminer la de hauteur exacte (fig. 19, ligne 1 du tableau). Il y avait une faible pente de nord-oue en sud-est130. Toute l'arène était-elle carrelée? Elle l'était sur les bords. Artaud et Mar Daussigny parlent tous les deux d'une double épaisseur de briques liées par un lit (123) ARTAUD, Amphithéâtre, ms. D, p. 33, corr. 20; cf. MARTIN-DAUSSIGNY, Amphithéâtre, p. 432 (p. 17) a Le plan annexé aux manuscrits [d'artaud] (notre pl. II) est dans des proportions tout à fait étrangères aux mesur établies dans son écrit». Voir infra, n (124) MARTIN-DAUSSIGNY, op. laud., p. 437 (p. 22) : longueiir de l'arène, plus deux fois l'épaisseur de l'anne des maçonneries, soit 64 m. + (38 m. x 2) = 140 mètres. (125) Fig. 17, en haut. Compte tenu de l'échelle métrique et du total des cotes de détail, il convient de corrig 6, 20 qui paraît un peu faible. (126) MARTIN-DAUSSIGNY, op. laud., ibid. Voir aussi infra, n (127) Distance de bloc biseauté à bloc biseauté ; voir infra, p. 134, 10. (128) MARTIN-DAUSSIGNY, Amphithéâtre, p. 432 (p. 16) et p. 437 (p. 22) : 64 m. x 41. Cf. ARTAUD, Amphithéâf ms. D, p. 33, corr. 20 : 188 pieds x 126, soit 61 m. 08 x 40 m. 93. L'arène de l'amphithéâtre de Nîmes mesure x 38, 34. (129) Voir supra, n. 15. Depuis les déblais de , on ne saurait plus préciser de combien de m sol antique a été creusé. Au sud du point E (fig. 9, e), à l'est du Monument Rurdeau, le sol vierge s'est renc 191,25, cote minimum (travaux connexes au tunnel de la Voirie, 1957 : le boisage nous a empêchés de voir plu Le niveau de l'arène est vers ce point, 190, 45 (fig. 19). (130) Jusqu'en 1956, la seule donnée sur le niveau de l'arène était à chercher dans MARTIN-DAUSSIGNY, Amph théâtre, p. 437 (p. 22) : «A 6 mètres 50 centimètres en contrebas de la maison Bouchardy, à l'extrémité du grand de l'arène». Cette indication nous fut précieuse ; elle donnait un ordre de grandeur (189 m. 20 environ). En fait niveau de l'arène est un peu supérieur. - Pour Artaud, voir infra, n. 160.

7 L'AMPHITHÉATRE DES TROIS GAULES 131 ciment131, carrelage qu'ils ont remarqué à peu près au même endroit, à environ 40 ans d'intervalle : vers le nord-est de l'arène132 (pl. II, no 35, el2 d'une part ; pl. III, vers le point E, f/2, d'autre part). C'est en un point presque opposé, mais également périphérique que notre sondage B (fig. 9, b) a trouvé en place133 des briques mesurant O m. 30 environ de large (1 pied romain) et O m. 05 d'épaisseur134. Il n'est pas certain que toute la surface de l'arène fût pavée : plus à l'intérieur, Artaud n'a reconnu qu'un sol bétonné135. Le tunnel de la Voirie qui a traversé toute l'arkne en passant immédiatement audessous (fig. 9, e-f) n'a rencontré en 1957 aucun vestige de fossei3= ou de fondation ; aucun reste d'égout non en dehors de l'égout elliptique qui en faisait le tour. Ce canal nous est aujourd'hui bien connu. Dégagé par Artaud13s sur plus de la moitié Cliché E. Moncorgé. du pourtour (pl. 11, no 5 et 6, h/2,3 et d/6)139 ; Le canal autour de l'arène et la base du podium dessinés par Chenavard aprbs les fouilles dessiné par Chenavard (fig. 18) ; recomblé ; d'artaud. Voir note 41. 'mis au jour à nouveau - partiellement - par les travaux édilitaires du Second Empire140 et alors relevé par le même Chenavard (pl. III), il a été retrouvé en 1956 et suivi sur 6 tres dans notre sondage A, coupé transver.salement en 1957 par le sondage B et le tunnel (131) ARTAUD, Amphithdâtre, ms. D, p. 18 : «Nous avons remarqué que [le sol de l'arêne] était carrelé avec un ouble rang de briques cimentées par-dessus (no 35) ii ; Lyon souterrain, p. 97 : Sur le sol garni de deux rangs de carx r. MARTIN-DAUSSIGNY, op. laud., p. 437 (p ) : a En avant de cette base [taillée en biseau] existait encore partie du carrelage de l'arène, composé de deux rangs de briques bien liées et recouvertes de ciment» ; SAINT- LIVE, Voyage..., p. 59 : 11 Le pavé de briques bien cimenté de l'arène i. (132) Artaud, le long du canal elliptique, vers l'intérieur ; Martin-Daussigny, semble-t-il, entre le podium et (133) Le long du canal elliptique, vers I'irit8rieur. (134) Artaud note, en marge de sa première planche (ici pl. 1, a/8) : «briques de 2 pouces dlép(aisseur) [soit O m et sur le sol deux rangs de briques». (135) ARTAUD, Amphithéâfre, ms. D, p. 6 : u Ce bassin dont le sol est bétonné (no 3)... n ; pl. II, no 3, d/2. (136) Cf. déjà ARTAUD, op. laud., p. 11, corr. 9 : (1 On ne conait (sic) dans les fondations de notre édifice aucune race des... loges de bêtes qu'on remarque ordinairement dans la partie souterraine des amphithé%tres )); mais il regrette ailleurs (p. 43, corr. 26) qu'on n'ait pas fait une excavation dans le milieu même du bassin [entendre de l'arène] 1) ; cf. toutefois pl. II, no 14, d/4 et e/4. (137) Cf. supra, n. 83, 115 et 119. (138) ARTAUD, op. laud., p. 7 et 9, corr. 8. (139) La plupart des monnaies ont été trouvées dans ce canal, voir infra, n. 400 ; et, en outre, notamment un tuyau, ou comme dit Artaud d'un mot encore en usage à Lyon un cornet de 6 pouces de largeur [O m. 161 avec la marque du plombier, qui est un bige en bas-relief )I, ARTAUD, op. laud., p. 7-8 et p. 43, corr. 26 ; pl. 1, HH et pl. II, (140) MARTIN-DAUSSIGNY, Amphithéâtre, p. 420 (p. 5).

8 132 J. GUEY ET A. AUDIN de la Voirie (E). Une description précise est devenue possible. Les principales caractéri tiques141 ont été résumées sous forme de tableau, figure 19. L'écoulement des eaux faisait selon la pente générale de l'arène, vers le sud-est. Le canal se vidait certaineme dans I'un des deux égouts d'abduction retrouvés142. Comme nous l'apprend Artaud, était couvert143 : c'est pourquoi sans doute il était de largeur irrégulière et suivait la cour du podium à des distances assez inégale~l*~. Niveau de l'arène..... ; largeur \ distance (a)... rofondeur.... 2IP niveau du radier.... Sondage B fig. 9, b et fig. 25 pl. IV, f/ll 190,73 0,51 1, ,73 E Sondage A fig. 9, e et fig. 26 fig. 9, a et 8g. 24 pl. IV, gh/13 pl. IV, hi114 VII. LE PODIUM Le podium reposait sur une fondation large de 1 mètre environ, profonde semble de 1 mètre aussi (fig. 26). Cette fondation a été coupée en mai 1957 par le tunnel d Voirie, en E (fig. 9, e)145. Au niveau de l'arène ont été retrouvés les éléments suivants : 10 en certains endro des blocs de pierre biseautés ; 20 ailleurs, le soubassement sur lequel reposaient ces bloc 30 contre ces blocs, du côté opposé à l'arène, des restes de maçonneries portant el1 (141) Le fond est cimenté ; les parois, formées de moellons de schiste. En un point très voisin de F (fig. 9 pl. II, d/l), la largeur du canal était de 1 pied 7 pouces [soit O m et la profondeur de 3 pieds K [soit 1 m. d'après un dessin A AR TAUD, Amphithéâtre, ms B., fo 3, ro. (142) Voir supra, n (143) ARTAUD, Amphithéâtre, ms. D, p. 43, corr. 26 : a A l'extrémité du petit axe de l'ellypse (sic) [entendre s aucun doute, d'après le contexte : à l'extrémité nord-ouest du grand axe de l'arène], du côté de l'ouest (no 45), le vomitorium (no 2 bis) [il veut dire le couloir d'accès à l'arène], nous avons remarqué de grosses pierres qui ne paraiss pas avoir été déplacées et qui recouvrent une portion du canal ; nous présumons qu'il y avait là un passage ou un entrée >) (pl. II, no 2 bis et 45, a/l et a/2). Le canal devait être couvert sur toute la longueur. (144) Nous ne croyons pas devoir discuter l'opinion selon laquelle l'arène aurait été propre aux naumachiques. Pour le soutenir, ARTAUD, op. Zaud., p , corr. 19, et MARTIN-DAUSSIGNY, op. laud., et (p et 20-22) faisaient état d'un prétendu canal d'adduction est-ouest aboutissant près (pl. 1, QQ, ef/ 5; pl. II, n o 18, h/5). Or la pente de ce canal (si ce n'est un égout!) probablement postérieur à 1 est en sens contraire, vers le Rhône! Il n'y a donc pas d'aqueduc pour remplir la naumachie, C. GERMAIN DE ZAN, Les aqueducs antiques de Lyon, 1909, p , d'après Flacheron. (145) D'après le sondage A (fig. 24), l'épaisseur de la fondation en ce point serait d'environ O m De (de fondation?) en blocage ont été relevés en F (fig. 9, f) entre les cotes 189 et 190, approximativement. Le de l'arène en ce point peut être environ 191 m. - On a de la peine à croire à l'absence de toute fondation du c de l'est ; cf. toutefois MARTIN-DAUSSIGNY, Amphithéâtre, p. 436 (p. 21) : «Une ligne de pierres de la base du podi retrouvée encore sur son lit de pose... reposait sur un sol très ferme, devenu presque de la pierre par l'infilt des eaux calcaires qui viennent de la Croix-Rousse n.

9 L'AMPHITHBATRE DES TROIS GAULES Cliché C. Gervais. Fig Sondage A. Même canal. Vue verticale plongeante prise de la rive sud (noter la courbure de l'ellipse). Cliché C. Gervais Sondage A (1956). Le canal autour de l'arène. Vue longitudinale prise de l'est. Cliché C. Gervais. Fig Sondage B (1957). Même canal. Vue verticale plongeante prise de la rivebsud. Fig Sondage C (1957). Vue prise du nord. Cliché C. Gervais.

10 134 J. GUEY ET A. A,UDIN aussi sur la fondation du podium; 40 en arrière de cette fondation (par rapport à I'ar' à un métre environ, les restes d'un petit mur. Ce dèrnier élément est encore mal CO voire même un peu douteux ; les deux premiers, sinon le troisième, peuvent être ex tement décrits. 10 Blocs biseaulés. «Au-dessus du canal (elliptique) nous avons remarqué (en place) une su de pierres formant la courbe de l'ellypse (sic), taillées en biseau pour recevoir les dalles oii plu les assises du.... podium», écrit Artaud (cf. fig. 18)146. Martin-Daussigny est plus précis : «Les 4 juin , dans cette tranchée du chemin de fer de la Croix-Rousse, une ligne de pierres de la du podium a été retrouvée encore sur-son lit de pose. Nous avons pu la suivre sur une étendu 15 mètres» (pl. III, El fg/2, 3, représentation conventionnelle)147 : «elle donnait la courbe de l'el mais dans la partie la moins prononcée, c'est-à-dire dans le milieu de l'ovale pris dans son plus axe... Son angle intérieur était taillé en biseau, ainsi que le dit Artaud... Sa hauteur était de 58 c mètres dans sa plus grande élévation, et, di1 côté du biseau, seulement de 40 centimètres. Sa b était de 48 centimètres et sa surface supérieure horizontale de 37 cent,imètre~l~~. Sur cette s s'élevait la partie antérieure du mur du podium. Sur l'angle de cette base taillée en biseau e pratiqués des trous carrés, tous placés régulièrement à la distance de 1 mètre...»149. Dans un coin de son plan, Artaud a figuré très négligemment la coupe d'un de ces bl biseau (pl. II, h/2) et le beau dessin de Chenavard (fig. 18) en montre plusieurs, encore en p qui ont été remis au jour en Mais la représentation la plus dhtaillée est dans une é du même Chenavardls0 (fig. 27) : certaines cotes diffèrent un peu des dimensions relevées Martin-Daussigny, sans qu'il y ait lieu sans doute de trop s'attarder à ces difi'érences151 : épai inférieure, O m. 48 (M.-D., 0'48) ; épaisseur supérieure, 0,319 (M.-B., 0,37) ; hauteur anté 0,42 (M.-D., 0,40) ; hauteur postérieure, 0,50 (M.-D., 0,58) ; longueur, 1,96. Le biseau, la O m , a une forme légèrement concave. Les trous sont bien espacés de 1 mètre d'axe axe (fig. 27). 20 Soubassement. Nous n'avons retrouvé aucun de ces blocs. Toutefois le sondage A (fig. remit au jour en 1956 (fig. 24) un soubassement B en opus caemenficium, distinct du sol maçonn qui s'étend en avant à peu près au même niveau ls4 jusqu'au canal elliptique. Large de O m. cette assise avait été établie de toute évidence pour porter les blocs biseautés. Martin-Dauss fait sans doute allusion à ce soubassement, en des termes assez obscurs, lorsqu'il écrit : «Une trace des pierres de la base du podium, et se reliant parfaitement avec celles trouvées sur le de pose (cf. supra, p. 134, 10) (a) été rencontrée à 6 mètres 50 centimètres en contrebas de la m Bouchardy à l'extrémité (sud-est) du grand axe de l'arène où la courbe est le plus sentie» (pl. 1 E, g/4,5, où d'ailleurs le soubassement n'est pas représenté, non plus que sur le plan Chenavard)ls5. (146) ARTAUD, Amphitheâtre, ms. D, p. 8 (147) Mais voir en outre le plan de Cheuavard au 1/100e, certainement plus exact sur ce point. (148) Sur le plan au 1/100e, la longueur de 3 blocs est indiquée : 2 m. 63 ; 3 metres; 3 m. 90. (149) MARTIN-DAUSSIGNY, op. laud., p (p ). (150) Épure au I/20e, sur le plan au 1/100e. (151) Le tailleur de pierres ne s'était pas attaché à une rigoureuse egalite des dimensions en epaisseur. D'au part il sufflsait quc blocs hauts et blocs bas fussent de niveau en haut. Différences analogues dans les dimensi des chaperons. (152) Sans doute en suivant la concavité. (153) En surface au moins, aucun élement n'était commun au blocage de B et au sol C : le climat lyonnai obligé a reconstruire les vestiges laissés au jour. (154) D'après le profil propose par Artaud (pl. II, no 40 bis, h/2), ce soubassement aurait eu au contraire hauteur assez considérable. (155) MARTIN-DAUSSIGNY, Amphttheâtre, p. 437 (p. 22) ; cf. p. 431 (p. 16). - Plan au 1/100e.

11 L'AMPHITHÉATRE DES TROIS GAULES JO/ moderne //sz.30) O IO $0 $ % 200 I (i90.30) cm. 1 L A Altitudes en mètres Fig Sondage A (1956). Dessin de A. Audin. Coupe transversale nord-estlsud-ouest (le nord-est à droite). 30 Premier mur. Les restes très endommagés d'un mur ont été retrouvés dans le sondage A 24, A). Parallèle et contigu, par derrière, aux blocs biseautés, cet élément avait encore O m. 40 aisseur dans les parties bien conservées ; il portait certainement sur la même fondation que les s156. La hauteur actuelle n'était plus que de O m. 32, au plus. - Ce même mur avait été déjà 1s au jour en 1860, en deux aut,res endroits, et sur une longueur de plusieurs mètres. Il figure sur deux plans conservés de ces trouvailles (pl. III, E, f/2 et g/4,5). L'épure de Chenavard lui donne e épaisseur de O m. 50 environ. 40 Deuxième mur. Le sondage A, ouvert à partir du sud-ouest et dirigé vers l'arène, nous fit abord tomber sur des vestiges de piètre apparence, conservés toutefois par endroits sur une hauteur O m. 50, orientés parallèlement au bord de l'arène, à 1 mètre environ en arrière di1 podium r rapport à l'arène. Il peut s'agir d'un mur antique, d'épaisseur indéterminée. Artaud a retrouvé en deux endroits et, sur plusieurs mètres l'un de ces deux murs, plutôt le emier15'. Il le représente en élévation (!)158 sur son plan (pl. II, no 20-21, a/3,4) ; il le donne aussi même planche, dans sa coupe du podium (ibid., no 41, h/2). Cet élément était de petit appareil. erprétation d'artaud est prudente, niais ambiguë : «A quelques pieds de ce canal (elliptique), rit-il, on distingue des débris de murailles que nous croyons être la naissance ou la première ligne (156) D'après Ia trouvaille E (fig. 9, e) ; cf. fig. 26. (157) D'après la coupe proposée par Artaud, pl. II, no 41, h/2; mais voir infra, n (158) Une autre représentation en élévation, sur le même plan, infra, n (159) ARTAUD, Amphithéâtre, ms. D, p. 8-9, corr Ce texte pourrait convenir au deuxième mur, voir supra, n Artaud distingue ailleurs gradins et podium, op. laud., p. 41, eorr. 25 : il appelle plus particulièrement podium le balfeus de la terrasse du podium, voir infra,'n. 169.

12 136 maçonnerie l i 1 I 1 l l I - Echelle - O >. : :.! (190.73) Altitudes en mètres Dessin de A. Audin. Notre sondage B (fig. 9, b) n'a pas été concluant. 11 a rencontré en arrière du podium une m de maçonnerie haute de 2 mètres, mais trop informe pour permettre encore aucune interpréta utile. (160) On peut admettre que la terrasse du podium était a environ 2 mètres au-dessus du niveau de l'arène. Écrivant que «la profondeur du bassin naumachique [l'arène] est de 18 a 20 pieds [5 m m. 491 r, ARTAUD, op. lau p. 18 (cf. p. 8 et 34) entend que le sol de I'aréne est apparu à cette profondeur au-dessous du sol de son temps : cotes de niveau approximatives, fig. 4 : [lire peut-être plutôt ?].

13 L'AMPI-IITHÉATRE DES TROIS GAULES //89.02) Altitudes en mêtres Dessin de A. Audin. Fig Fondations coupées en E (fig. 9, e) par le tunnel de la Voirie (1957). Coupe transversale nord-estlsud-ouest (le nord-est à droite). éléments contigus : a) du côté de l'arène des blocs biseautés (10) larges de 0,48, reposur leur soubassement en blocage (20) ; b) en arrière, un premier mur (30), épais de O à 0,50. Les blocs biseautés servaient à leur tour de base à de grandes dalles verticales ostates)l6l1 auxquelles le premier mur (30) servait d'appui par derrière. Le premier, d'autre part - et aussi le deuxième (40)? - devaient supporter la plate-forme du zum. La partie supérieure des orthostates formait très vraisemblablement parapet lteus), limitant cette plate-forme du côté de l'arène (fig )162. Clzaperons. -Ces dalles sont perdues, mais on a retrouvé des éléments du chaperon dont s ét.aient couronnées - le dernier en date, en mai 1957 (tunnel de la Voirie, vers El C'est un bloc de choin entier, de 1 m. 24 de long, haut de O m. 44, large à la base de 0,33 et iné en haut par un demi-rond de O m. 47 de diamètre (fig. 28)163. Le demi-rond est taillé de re à former d'un côté du bloc - le côté jadis tourné vers l'arène --- une sorte de corniche en de O m. 14. Cette corniche se raccorde à la partie inférieure de la pierre par une large mouluion, en forme de doucine. Au sommet subsiste un trou de scellement carré de O m. 09 de côté. rebords des deux tranches du bloc ont été soigneusement retaillés pour assurer un joint parfait vec les blocs voisins. Le trou d'un crampon se voit encore sur une des tranches, en bap4. (161) D'après notamment la forme biseautée, caractéristique, de ces blocs, nous ne croyons pas qu'ils aient pu vir de bordure à l'arène en avant du podium. (162) Aliter, mais certainement a tort, Artaud, voir infra, n (163) La pièce est restée dans la pelouse du Jardin des Plantes, a l'est du Monument Burdeau. (164) Pour un autre trou semblable, voir infra, n. 166, in fine.

14 138 J. GUEY ET A. AUDIN Artaud avait déjà découvert plusieurs pierres analogueslg5 (pl. 1, II et KK, bc/6 et de/ pl. II, no 3, d/2; no 9, e/2; no 28, deill ; no 29, gh/ll, ; no 31, a/10). L'un de ces éléments, sa par l'inscription qu'il porte (LAVOR, CIL, XIII, 2044, voir infra, XI, Les inscriptions, no 2 trouve au Palais des Arts (fig. 35)16G. -Vers mai 1860, Martin-Daussigny put relever «dans la tranc du chemin de fer de la Croix-Rousse... un certain nombre de fragments provenant de I'accou du podium, tels que ceux découvert,^ par Artaud al6'. L'épure cotke de Chenavard représente un ces pierres (fig. 27)lGS. Voici toutes les dimensions relevées de ces divers blocs. Hauteur: O m. 43 (chaperon LAVO 0,44 (chaperon 1957) ; 0,48 (chaperon Chenavard). --Épaisseur ci la base : 0,319 (!) (chap. Chenava 0,33 (chap. 1957) ; 0,38 (chap. Artaud). - Épaisseur maximum (diamètre du demi-rond): (chap. 1957) ; 0,48 (chap. Chenavard) ; 0,50 environ (chap. LAVOR). - Longueur: 0,90 (ch LAVOR - incomplet?) ; 1,24 (chap. 1957) ; de 0,97 à 1,30 (chaperons Artaud) ; 1,50 (ch Chenavard). Il n'est pas sans intérêt de comparer les dimensions des blocs biseautés (ou bases) à celles chaperons : même largeur maximum, 0m. 47-0,48 ; saillie très conlparable de la plinthe du et de la corniche du haut, de O m. 11 à 0,16 ; quant aux surfaces horizontales qui se trouvaien contact des orthostates du podium, en haut et en bas, elles mesuraient transversalement selon les 4 4 blocs de O m. 32 ou 33 (base Chenavard ; chaperon 1957) à O m. 37 (bases Martin-Daussigny) et 0.38 * (chaperons Artaud). C'est entre ces deux limites que devait varier l'épaisseur des dalles verticales, (165) ARTAUD, Amphithéâtre, ms. D, p. 8 : (1... plusieurs pierres de 3 sur un pied 2 pouces [O m. 381 de diamétre» - par diamètre entendre l'épaisseur du bloc en bas (!) - par-dessus, décrivant plus ou moins la courbe de l'ellypse selon l'endroit où elles avaient été placées I (on ne même donné la peine de déplacer ces blocs que leur forme rendait impropre au remploi : ils se trouvaien étaient tombés). «Nous avons observé 11, poursuit Artaud, «que ces pierres ont, de distance en distance carrés qui indiquent que le podium était surmonté d'une barrière en bois ou en fer I> ; cf. op. laud., p. 6-7 : a qui travaillée avec soin a dû servir à la margelle du bassin ou [en d'autres termes] à l'accoudoir du podium r. - en outre fig. 34, en haut à gauche et infra, XI, Les inscriptions, nos 2-5. (166) Les extrémités de cet élément disparaissent aujourd'hui dans un montage de plâtre. Un trou de cra devenu invisible, existe à l'une des extrémités, COMARMOND, Description du Musée lapidaire de la Ville de Lyon, p. n o 457 ; cf. fig. 28. (167) MARTIN-DAUSSIGNY, Amphithéâtre, p. 436 (p. 21). (168) Épure au 1/20e, sur le plan au 1/100e. (169) La partie supérieure de ces orthostates formait, avec le chap Au contraire le parapet tel que le représente Artaud dans ses figures (pl. II, tales constituant la terrasse du podium. La tranche de ces dalles, avec les inscriptions ARV. BIT. (CIL, XIII, 1667 a, voir infra, XI, Les inscriptions, no 7) aurait été visible de l'arène; ARTAUD p. 41, corr. 25 : a L'inscription [ARV. BIT. C.]..., étant destinée à former, de cordon autour du podium, se trouvait sur la face extérieure d'une pierre occupaient ces places distinguées». En réalité ces dalles sont des gradins. (pl. 1, d-f/9) se rapporte au balteus du podium: élévation de face, limitée de part et d'autre par un profil de la m nature (mais les deux listels en haut et en bas font difficulté). (( C'était, precise Artaud, ibld., le revêtement du [dev du?] podium», en placage ; ((épaisseur du marbre, 4 pouces [O m n. Mais comment supposer un placage de mar surmonté d'un chaperon en vulgaire choin 7 Autre objection : la hauteur totale du parapet, chaperon compris, ser d'environ 1 m. 50! Par cette insoutenable hypothèse d'un balteus plaqué de marbre, superposé aux orthostates podium, Artaud désirait rendre compte des «quelques grandes plaques de marbre (no 42)» trouvées, naturelle brisées, «dans (sic) le podium de Lyon» et s dont sans doute II, ajoute-t-il, «ses murs étaient revêtus». - Tou selon Artaud, CI l'inscription brisée également en marbre... n o 34 [de son plan, pl. II, c-f/ll] a aussi fait partie placage semblable qui indique la hauteur du même podium [entendre, du même balteus] (no 42) r. Il s'agit de XIII, (voir infra, XI, Les inscriptions, no 21 bis), dont les débris ont été trouvés également dans l'a près du podium. Mais les plaques qui portaient l'inscription sont moins hautes - environ O m. 60 (fig. 40) - d'après Artaud, les prétendues plaques du parapet «2 pieds 3 pouces 6 lignes s - O m A notre avis, ni les de de l'inscription, ni les fragments anépigraphes n'appartiennent à l'amphithéâtre : l'inscription en tout cas provi selon toute apparence de l'autel de Rome et d'auguste ou de quelqu'une de ses dépendances immédiates, voir in

15 L'AMPHITHÉATRE DES TROIS GAULES 139 D'après Chenavard. Cliché J. Camponogara. ig Rase (bloc biseauté) et chaperon du podium. Fig Élément de chaperon du podium (1957). «E, E', cavités pratiquées dans la gorge de la base Hauteur, O m. 44. du podium. 11 Vue latérale, un peu par-dessous. D'après les lettres LAVOR, par nous complétées et développées en [Vel]lauor(~m)~~~, certains haperons portaient, du côté opposé à l'arène, des indications utiles aux spectateurs - sans doute a désignation globale de places réservées à chaque ciuilas dans la partie correspondante du podium. VIII. LA CAVEA Nous admettons avec Martin-Daussigny que la largeur de l'anneau des constructions utour de l'arène était d'environ 38 mètres171. Les parties périphériques du monument osent des problèmes particuliers qui seront examinés à leur tour (infra, IX). Décrivons 'abord les substructions et les gradins de la cauea, non sans souligner l'insuffisance du peu ue nous pouvons en connaître et, partant, le caractère souvent conjectural de notre lanche IV7=. Les subsfructions. - Deux indications générales de Saint-Olive et de Martin-Daussigny (170) Voir infra, XI, Les inscriptions, nos 2 et 3-5. (171) Voir supra, n. 126 et infra, n (172) La position du bord de l'arène sur notre planche IV n'est qu'approximative (voir néanmoins supra, n. 120) ; e même la position du mur rayonnant mis au jour dans le sondage D (fig. 9, d). Quant aux substructions trouvées en 860 sous la partie est de la cauea (notamment la première galerie»), leur position a été proposée par rapport au bord e l'arène - donc sous bénéfice d'inventaire. Seule la position de la «seconde galerie r (fig. 9, g) est indépendante e cette référence au bord de l'arène : elle a été déterminée directement par rapport à la planimétrie moderne du ardin des Plantes (pl. IV, ij/8).

16 140 J. GUEY ET A. AUDIN concernent la construction de ces murs : c'étaient des murs de blocage parementés en appareil comportant des chaînages horizontaux (arases) de deux rangs de bric~uesl~~. A. Struclures ragonrzantes. Nous avons reconnu sur le Plan scénographique du milieu du xvre siècle (fig. 5 et 6) les soubassen~ents d'une voûte appartenant à la partie nord-est de la cauea: deux murs de support rayonnants et, du côté opposé à l'arène, un mur d'obturation transversal1 Artaud signale dans la même région (( un pan de muraille relatif aux gradins, se dirigeant vers centre du bassin (entendre de l'arène)»175 (pl. 1, Q, e/3 ; pl. II, no 1, f/l). Deux puissantes fondations traversant la cauea dans toute sa 1argeu1-l~~ ont été trouvées 1860, du côté de l'entrée sud-est du monument. La description en a été donnée ci-dessus d'apr Martin-Da~ssignyl~~ et discuté l'emplacement peut-être assez incertain17s. Il s'agit d'un des rest les plus importants de ces substructions. - Dans la partie diamétralement opposée, notre sondage (fig. 9, d) a remis au jour un mur de même épaisseur (1 m. 42).179. Le parement ouest en petit appar horizontal, dégagé sur 1 mètre de hauteur, est remarquablement conservé. Par sa position cet muraille pourrait bien être le mur sud-ouest d'une entrée (en très forte pente?) donnant accès l'extérieur (porte nord-ouest?) à l'arène. Mais gardons nous de toute interprétationlso. Les textes concernant les voûtes sont assez longs, sinon très précis. En général, écrit Artau le pourtour du sol de cet édifice devait être voûté. Nous en jugeons par les grottes inclinées q supportaient les premiers rangs des gradins de la partie méridionale et par le mouvement réguli du terrain qui est à l'est»ls1. Lors des déblais de 1854, Comarmond revit les mêmes voûtes : «L grottes dont parle (Artaud) ont été d'abord retrouvées dans les travaux récemment exécutés p la construction du grand réservoir... ; en coupant le versant nord, on a rencontré des lignes de vou pleines (?)ls2 et parallèles, occupant un espace assez grand dans le sens de leur largeur ; on n'e point arrivé à l'extrémité de leur longueur qui, dans la berge, allait en s'élevant graduellement midi au nord. Comme Artaud, nous reconnaissons dans cette antique construction une base t convenable pour la pose des gradins... Le lieu occupé par ces voûtes faisait face au midi»ls3. De démonstration confuse par laquelle Comarmond veut prouver que le monument du Jardin Plantes était un théâtre (en quoi il a tort)ls4 - non pas une naumachie (en quoi il a raison)ls retenons encore ces quelques mots : «... la berge nord où l'on a laissé les lignes de voûtes inclinées. (173) SAINT-OLIVE, dans Revue du Lyonnazs (n. S.), IX-1854, p. 432 : a On ne nous a pas laissé entrer dans travaux [de ; cependant il nous a semble de loin que le revêtement des murs découverts se composait de moello places horizontalement il. MARTIN-DAUSSIGNY, Amphztheâtre, p. 433 (p. 18) : «Ces différentes murailles de souténeme des gradins étaient formées comme les autres de moellons de roche granitique avec des liaisons de grosses briques s deux rangs formant ainsi de longues lignes de couleur espacees de 50 centimetres environ [1860] 1). Après une parent les lignes qui viennent paraissent se rapporter aux mêmes murailles (plutôt qu'aux murailles d'enceinte) : r Sous de ces murailles etait une voûte de support, formée de moellons et comblee de maçonnerie : elle avait 3 mètre haut sur 1 m. 45 de large. La muraille était parementee du côte du midi et de l'ouest [lire : de l'est?], c'est-aextérieurement et interieurement >I (?). (174) Voir supra, dans Gallza, XX-1962, p (175) ARTAUD, Amphitheâtre, ms. D, p. 9, corr. 8. (176) Cf. supra, p (177) MARTIN-DAUSSIGNY, Amphztheâtre, p. 434 (p. 18). (178) Voir supra, n (179) Voir supra, dans Gallza, XX 1962, p (180) Voir infra, n. 199 et 296, in fine. (181) ARTAUD, Lyon souterrain, p. 98 : s Ce que nous n'avons peut-être pas dit, c'est qu'en genéral le pourtour... le fouilleur de n'en avait en effet rien dit dans ses rapports manuscrits. (182) Remplies de terre? (183) COMARMOND, dans Revue du Lyonnals (n. S.), XVI-1858, p. 27. (184) Au moment même de la publication de l'article de Comarmond, cette opinion était refutée par les déco rertes de 1858, MARTIN-DAUSSIG~\~Y, Revue du Lyonnals (n. S.), XVI, 1858, p Voir infra, n (185) Voir supra, n. 144.

17 L'AMPHITHÉATRE DES TROIS GAULES berge nord où l'on a laissé les restes de deux voûtes et d'une demi-voûte»ls6; et ailleurs encore : nord, on a mis à découvert des rangées de voûtes inclinées qui doivent être considérées comme t servi de support aux gradins... rls7. Témoin furtif, mais exact1ss, Saint-Olive écrit de son côté : (( Les travaux de déblai permettaient contempler du côté de la colline les substructions qui soutenaient les voûtes au-dessus desquelles evaient être placés les gradins. Je revins le lendemain dans l'intention de dessiner ces ruines pittosques et intéressantes, niais elles avaient déjà disparu avec une rapidité qui tenait du prodige, sorte que peu de gens ont pu contempler ces débris de notre histoire locale gallo-romaine»ls9. Ainsi donc des voûtes rayonnantes sont-elles bien attestées au sud de l'arène, où mênie (( les ers rangs des gradins )) étaient soutenus par des maçonneries (Artaud)- ail moins après la ion du monumentls0. Des voûtes semblables supportaient au nord de l'arène les parties hautes a cauen peut-être plus récentes que les autreslgl. Que dire des parties basses? Creusées dans la Iline, reposaient-elles sur la pente naturelle d'un sol consolidé simplement par des murs elliptiques des murs de refend, tous enterrés? on peut l'admettre raisonnablement, du moins pour l'amphiéâtre primitif. A quelle distance de l'arène naissaient en ce cas les voûtes décrites par Comarmond par Saint-Olive? le seul texte à citer rst d'une obscurité rebutantelg2. B. Structures elliptiques. Celles de ces substructions (10) qui sont le plus rapprochées de l'arène nous sont connues par un assez grand nombre de dimensions précises. Les autres vestiges (20) seront évoqués ensuite et, nécessairement, dans les termes les plus vagues. 10) Les deux galeries (et les escaliers). Dans l'état présent de notre documentation, peut être tenue pour très probable l'existence sous la cauea de deux galeries différentes, A des niveaux différents, mais non pas superposées. La galerie inférieure a ét,é retrouvée en 1860 dans la partie est de 1'Amphithéâtre (pl. III, C, gh/1,3) ; la galerie supérieure, en 1958, dans la partie nord (fig. 9, g et pl. IV, ij/8). Que savons-nous de la première? (a) Le plan de Chenavard à l'hôtel de Ville et le plan publié par Martin-Daussigny (ici pl. I11)lg3 montrent dans ce secteur de la cauea, en arrière du podium, un espace vide de 10 mètres environls4, puis d'abord un mur elliptique de 0 m. 50 d'épaisseur, ensuite un passage dont la largeur est cotée 1 m. 30 (et dont l'axe longitudinal est donc à Il m. 15 du mur du podium) ; enfin, un second mur (186) COMARMOND, art. laud., p. 30. Elliptique ou rayonnante, la demie-voûte? et à quel niveau? Elle semble bien avoir été trouvée à la limite des déblais de 1854 (réservoir); cf. peut-être les demi-voûtes couvrant, aux Arènes de Nîmes, les accès à la cauea summa. (187) COMARMOND, art. Iaud., p. 36. (188) Voir supra, note 173. (189) SAINT-OLIVE, Voyage, p (190) Sur cette réfection, voir infra, X, Éléments d'une chronologie. Sur le niveau du terrain naturel, au sud de l'arène, voir supra, n On peut supposer que, dans un premier état de la cauea, large alors de quelques gradins seulement, un remblai compact surélevait le sol jusqu'au niveau des gradins ; cf. par exemple la partie ancienne de l'amphithéâtre de Cemenelum (Cimiez), P.-M. DUVAL, dans Gallia, IV-1946, p (191) Pour cette disposition de la cauea, cf. les Arènes de Lutèce, en dernier lieu, P.-M. DUVAL, Paris antique, 1961, p (192) COMARMOND, dans Revue du Lyonnais (n. S.), XVI-1858, p. 30 : «Si nous mesurons la longueur des voûtes à partir du centre du bassin jusqu'à la berge nord où l'on a laissé les restes de deux voûtes et d'une demi-voûte, nous trouvons environ 38 mètres de distance ; d'où il résulte que la prétendue naumachie devait occuper un périmètre égal de constructions dans son étendue circulaire, savoir 38 mètres. D'après ce calcul., le bassin n'aurait eu que 7 mètres de diamètre, tandis que celui existant aujourd'hui en a 30 n. Comprenne qui pourra! De toute façon ce texte ne saurait prouver que des voûtes rayonnantes étaient conservées sur une longueur de 38 mètres (simple coincidence, cf. supra, n. 126). (193) Voir supra, I, Note bibliographique, n os 20 et 22, respectivement. (194) Dimension mesurée à partir du premier mur du podium, non compté l'épaisseur de ce mur.

18 J. GUEY ET A. AUDIN de 1 m. 30 à 1 m. 35lS5. Il y a lieu de reconnaître ici un couloir (plutôt qu'un égout)196, le même sa, nul doute que Martin-Daussigny décrit en ces termes : «Un;e galerie voûtée ayant la forme de l'ellips et que nous avons pu parcourir avec M. Clienavard... pendant l'espace de 25 mètres ; un éboulemen considérable, formé lors de la construction de la maison Bouchardy, nous a empêchés d'aller plu avant»197. Et voici même une indication de niveau : la ligne des pierres biseautées de la base d podium ((retrouvée encore sur son lit de pose» (pl. III, E, bis, f/2 et g/4,5) - au niveau à peu pr de l'arène, soit environ 190,60 en cet endroit - «était en avant et à 3 mètres 80 centimétres en contr bas de la partie supérieure et intérieure de la galerie voûtée qui supportait les escalierslg") dont nou allons parler. Si nous comprenons bien, le point le plus élevé de l'intrados de la voûte en bercea était donc à 194, 40. Le niveau du sol de la galerie ne nous est pas donnélg9. Cette première galerie «supportait 1) deux escaliers. «Au 26 avril 1860, nous découvrîmes la tranchée du chemin de fer de la Croix-Rousse, un escalier de sept marches en belles pierres d choin de Fay : chaque marche avait 44 centimètres de foulée et 33 centimétres de hauteur. L largeur de l'escalier était de 1 m. 50, fermée de chaque côté par un mur de 60 centimétres d'épais seur ~ 20 O... «A 16 mètres plus au midi, nous retrouvâmes un escalier en tous points pareil aii prem Tous deux se dirigeaient de la circonférence au centre de l'édifice»zo1. Ces escaliers figurent sur deux plans (pl. III, D, bis, g/2 et h/3). Bien que manquant de rigueur sur ce point, ces deux documen montrent assez bien zoz comment «ces deux escaliers étaient supportés par la galerie»203. Rapprochan textes et images, nous regrettons certes qu'il ne nous soit pas dit ni montré dans quel sens étaien les pentes ; mais nous jugeons que ces escaliers rayonnants passaient par dessus la galerie elliptiqu perpendiculairement, et, portaient sur l'extrados du berceau qui la couvrait. (b) L'extraction des deux dalles de la dédicace à Tibère (infra, XI, Les inscriptions, no 1) nou valut en février 1958 la découverte d'une seconde (?) galerie elliptique, qui fut dégagée sur 3 m. 50 d long204. Cette galerie court en arrière de la première (vers l'extérieur), à un niveau plus élevé (fig. 9, L'axe de ce passage est à environ 15 m. 12 du mur du podium. Le sol où s'ouvrait le puits couv par les deux dalles paraît avoir été de terre battue. Le niveau en est donné par les fondations : 195, La largeur est de 2 m. 25. Deux murs, parementés d'un petit appareil horizontal205, limitent couloir au nord et au sud. Ils sont conservés en cet endroit, le premier jusqu'à une hauteur de 2 m. (195) Dimensions et cotes d'après le plan au 1/100e. (196) Noter l'étroitesse de l'espace entre les deux murs. Il existe au grand Théâtre de Fourvière un passa analogue desservant des escaliers de circulation. (197) MARTIN-DAUSSIGNY, Amphithéâtre, p. 435 (p. 20). L'auteur poursuit : «Il est évident que cette maiso est établie sur une partie des gradins de l'amphithéâtre n ; cf. SAINT-OLIVE, Voyage, p : 11 Le pont de la Commerce [aujourd'hui rue Burdeau]... a été d'une construction très compliquée par suite de la mobilité du et par le voisinage d'une maison considérable [la maison Bouchardy] dont un angle s'approchait à deux mètr face intérieure de la culée de droite [la culée est]. Des murs romains... ont fourni une ressource précieuse et mom contre l'inconsistance du terrain. 2. (198) Art. Laud., p. 436 (p. 21). (199) Cette galerie, si on la prolonge en imagination, paraît venir buter contre le mur D (fig. 9, d), qui la coupe au même niveau. Il n'y a peut-être pas là de diff~culté, si le mur D est bien le mur latéral ouest d'une des deux entr principales de l'arène. (200) Art. Laud. p. 434 (p. 19). Le texte ajoute, p. 435 (p. 20) : «Il est à remarquer que... les six dernières marches de l'escalier étaient enterrées dans un sable solidifié par les infiltrations d'eaux calcaires et devenu ce que l'on appel de la molasse. n (201) Art. laud. p. 435 (p. 20). (202) Les marches du second escalier ne sont pas indiquées sur le plan publié (pl. III, D, h/3) et l'escalier 1 même manque sur le plan inédit. Pour l'escalier nord (pl. III, D, g/2) nos deux plans indiquent 3 marches à côté de galerie (mais sans communication avec cette galerie) ; le texte parle de 7 marches : les 4 autres seraient-elles celles q supportait la voûte, non représentées pour ne pas interférer en projection? (203) MARTIN-DAUSSIGNY, Amphithéâtre, p. 435 (p. 20). (204) Voir supra, dans Gallia, XX-1962, p (205) Moellons de O m. 20 à O m. 35 de long, de O m. 12 de haut. Les joints ont été faits au riflard et marqués à mi-épaisseur d'un trait rectiligne continu.

19 L'AMPHITHÉATRE DES TROIS GAULES 143 (au moins), le second, de 1 m. 60. Le mur nord est épais de O m. 8OZo6. La hauteur de la galerie est *eut-être supérieure à 3 m. 62z07. C'est bien là une importante galerie de circulation donnant sans doute accès par des escaliers nnants au podium ou à la cauen, peut-être alternativement aux deux. Les deux escaliers de 1860 taient-ils de cette galerie supérieure ou faisaient-ils suite à des couloirs, inclinés ou non, qui en rtissent? On peut en particulier imaginer que les marches descendaient vers le podium, supportées r la voûte couvrant la galerie inférieure zo8. Ce n'est là qu'une hypothèse, et tout invite à la circons- Il est étrange que cette galerie du haut ne soit pas signalée par Martin-Daussigny ni relevée r nos plans. Ce peut être une omission volontaire ; il en est d'autres exemples : nos documents raphiques sont certainement très incompletsz09. Le texte de Martin-Daussigny ne décrit pas non lus tout ce qui a été effectivement remis au jour, puis détruit ou recouvert ) Autres substructions. Bornons-nous à signaler trois autres éléments des suhstructions de la cauea : Sur les deux plans figure un fort mur elliptique, relevé sur 14 métres de longueur, épais de 1 m. 6OZU. (( Murailles des fondations», dit la légende du plan publié2lz (pl. III, A, gh/1,3) ; à l'extrémité nord, amorce d'un élément rayonnant (couloir, escalier?) (( Mur intérieur», élément sans doute elliptique : Artaud crut d'abord, par erreur, qu'il (( appartenait au bassin naumachique )?13(pl. 1, RR, c/5; pl. III, no 12, d/7). - Premier sondage d'artaud, (( Demi-voûte», peut-6tre elliptique, signalée par Cornarrn~nd~~~ Les gradins. - Comarmond nous a laissé en quelques lignes un excellent croquis de cette partie du monument, telle qu'il l'a vue revenir au jour en 1854 : ((Au-dessous des errasses qui couvraient les voûtes supportant les gradins, toutes les tailles avaient été nlevées. ainsi que les moellons de la surface : Ie vandalisme ne s'était arrêté qu'en face des ais et de la difeculté du travail et, sans le plan incliné de cette rampe de voûtes..., il eût été impossible d'établir une appréciation de ces décombres dans un tel état de bouleversement )Pl5. Si nous en croyons notre auteur, renseigné peut-être par quelque tradition orale, ((Artaud et MM. Flacheron et Benoît, architectes, ont vu plusieurs... pierres encore en place, qui entraient dans le premier et le second rang des gradins formant le bas de l'hémicycle... On a retrouvé [en plusieurs assises du premier et du second rang ))z16. (206) Ce mur présente à la hauteur du puits une coupure correspondant peut-être à un couloir perpendiculaire (un escalier 7). Cette ouverture paraet avoir été murée plus tard. (207) Si on ajoute à la hauteur minimum du mur (2 m. 50) le rayon de la voûte (1 m. 12). -Toutefois, immédiatement à l'est de l'ouverture mentionnée note précédente, la hauteur de la galerie était semble-t-il abaissée par la présence d'un arc transversal, large de O m. 45, dépourvu de pied-droit et naissant dans le mur à la hauteur de 1 m. 50. L'intrados pouvait s'élever au point le plus haut à 2 m. 62 (1 m m. 12). Tout ceci demande vérification. (208) Ou plutôt la moitié méridionale de ce berceau, la plus proche dit podium. Voir supra, n (209) Voir supra, n. 62. (210) Voir par exemple infra, n (211) Dimensions mesurées sur le plan au 1/100e. (212) Dans son texte, Martin-Daussigny n'en fait pas mention. (213) ARTAUD, Amphithéâtre, ms. D, p. 6. (214) Voir supra, n (215) COMARMOND, dans Revue du Lyonnais (n. S.), XVI-1858, p ; cf. WIARTIN-DAUSSIGNY, Amphithédire, p. 451 (p. 36). C'est dans un état tout semblable qu'a été retrouvée en 1933 la cauea du théâtre de Fourvière. (216) COMARMOND, art. laud., p. 38.

20 144 J. GUEY ET A. AUDIN Quoi qu'il en soit, aucun des éléments découverts plus tard n'était en placez17. Nous ne parlerons donc ni de maenianazls, ni de précinctions, ni de b~ltei~~~. Quatre blocs -trouvés l'un en 1860 (bloc 3)2z0, les trois autres par ~rtaud~~; - ont été épargnés en faveur des inscriptions qu'ils portent zzz : au total 13 places réservées individuellement à 2 Tricasses (bloc 1, CIL, XIII, 1667 c ; voir infra, XI, Les inscriptions, no 6) ; à 1 Arverne et à 3 Bituriges Cubes (bloc 2 ; 1667 a ; infra, no 7) ; à 3 autres Bituriges Cubes (bloc 3 ; 1667 b ; infra, no 8). Artaud a relevé d'autre part sur un autre bloc (bloc 4) l'indication de 4 autres places réservées (1667 d ; infra, no 9). Ces quatre choins sont brisés aux extrémités zz 3. Les queues des pierres ont-elles ét abattues, peut-être pour alléger les blocs lors de leur transfert au Musée? C'est possibl pour le bloc 2 dont Artaud nous donne la profondeur originelle (d'avant en arrière), pieds 5 pouces», 1 m. 10zz4 - dimension réduite aujourd'hui à O m est probable qu les autres blocs, profonds de O m. 54 (bloc 1) et de O m. 50 (bloc 4, peut-être aussi bloc n'ont constitué que la partie antérieure des gradins zz 5. La hauteur est de O m. 30 pour 1 blocs 1-3 ; de O m. 34 pour le bloc 4. La largeur des places est de O m. 395 pour les bl 1-3 ; de O m. 365 seulement pour le bloc 42z6. Places plus étroites : moins bonnes places zz 7 siège plus haut : raison de plus zzs. La médiocre hauteur des gradins retrouvés ne doit sans doute pas trop surprendre zz 9 Répond-elle à une moyenne, pour l'édifice? C'est vraisemblable, sans être certain. Nou ignorons en outre le nombre et la profondeur utilisable des gradins, c'est-à-dire la profondeu de la partie non recouverte par le gradin supérieur (35 à 40 gradins? de O m. 75?), le nombr et la largeur des précinctions (sans doute deux), et enfin s'il y avait un podium seconda entre maeniana. La pente générale de la cauea reste donc impossible à calculer. Tout plus pourrait-on fixer des limites vraisemblables, par des supputations qu'il est inutil de reproduire ici : l'écart reste trop grand entre hauteur minimum (12 ou 13 mètres?) e (217) MARTIN-DAUSSIGNY, art. laud., p (p. 18) : r Au 17 mars 1860, on trouva dans la partie est l'amphithéâtre [évidemment hors de place] une grande quantité de pierres de taille [certainement anépigraphes] avaient dû faire partie des gradins. n (218) Nous n'oserions par exemple affirmer qu'une praecinctio de la cauea correspond verticalement à tell galerie elliptique de la substruction. Ce n'est pas le cas, par exemple, aux Arènes de Nîmes. (219) Cf. peut-être les blocs sur lesquels sont gravées les inscriptions CIL, XIII, 1667, e, k, i (voir infra, XI, Le inscriptions, nos 12, 17 et 24). (220) MARTIN-DAUSSIGNY, Amphithéâtre, p. 434 (p. 18). (221) Blocs 1 et 2, ARTAUD, Amphithéâtre, ms. D, p. 22 et 34. Bloc 4, ibid., p. 44 (l'inscription parle de 20 place au moins réservkes). (222) Bons dessins des blocs 1, 2 et 4 dans BOISSIEU, Inscriptions antiques de Lyon, p (223) Longueur actuelle : bloc 1, O m. 75; bloc 2, 1 m. 50; bloc 3, O m. 70 ; bloc 4, 1 m. 30. (224) ARTAUD, op. laud., p. 41, corr. 25. L'auteur n'y reconnaît pas un gradin, voir supra, n (225) Cf. pour les Arènes de Lutèce, P.-M. DUVAL, Les inscriptions antiques de Paris, 1, 1960, p. 75, fig. 38 La profondeur des blocs 1, 2 et 4 est ici donnée d'après COMARMOND, Description du Musée lapidaire de la Ville de Lyon (226) ARTAUD, op. laud., p. 43 et 44, corr. 27, donne 13 pouces (O m. 35) au bloc 4 et 1 pouce 6 lignes de plu (O m. 392) au bloc 2. (227) Sic déjà ARTAUD, op. laud., p. 42 et 45, corr. 27. (228) Les gradins des parties hautes d'une cauea sont souvent moins bas, d'où une pente plus raide. Par exempl au théâtre de Sabratha, G. CAPUTO, Il teatro di Sabratha (dans Monog. di arch. libica, VI), 1959, pl , les gradins du bas ont O m. 28 environ de haut, ceux du haut ont jusqu'à O m. 45. (229) Gradins des Arènes de Lutèce, O ni m. 32, voir P.-M. DUVAL, Les inscriptions..., 1, p et 75. Au théâtre de Fiesole, nous écrit M. Caputo, (1 l'altezza è proprio di cm. 35 circa». Voir aussi note précédente.

Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron. Lambert2 ; 0964540 ; 2334470 1963 5 90. inventaire fondamental établi en 1965 par

Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron. Lambert2 ; 0964540 ; 2334470 1963 5 90. inventaire fondamental établi en 1965 par Commune Guebwiller 6 8 (aire d étude : Guebwiller) Référence : IA00054860 Adresse : Titre de l œuvre : Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron Cartographie : Cadastre : Dossier : Inventaire général

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

maison de villégiature ; villa balnéaire

maison de villégiature ; villa balnéaire Maison de villégiature (villa balnéaire) dite Fedala 7 traverse de l' Angeline boulevard Bellevue Sainte-Maxime Dossier IA83001565 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Nature du site 1 - Un cellier en pierres de taille voûté en berceau 2 - Une cave en pierres de taille voûtée en berceau 3 - Apparition d

Plus en détail

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements 25 avenue Sainte-Lorette quartier Sainte-Lorette Grasse Dossier IA06001597 réalisé en 2008 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2 CHAPITRE OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2.1. CAS GÉNÉRAL L installation d un garde-corps est obligatoire lorsque la hauteur de chute comptée à partir de la zone de stationnement normal (ZSN)

Plus en détail

LES COUPES VERTICALES

LES COUPES VERTICALES LES COUPES VERTICALES 1- GENERALITES : La coupe verticale est effectuée sur la totalité de la construction. Elle peut être droite ou brisée à plans parallèles. Le repérage de la coupe doit figurer sur

Plus en détail

PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS

PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS Les phases à suivre pour la réalisation d un seuil en gabions sont ordonnées selon une régulière succession des travaux. Néanmoins dans des conditions

Plus en détail

m T PROVENANT DE WEMMEL VINCENT. FAUNE LAEKENIENNE. par G. Calyptr^a sulcata, g. Vincent. iwiiiiriiui\ Zone inférieure.

m T PROVENANT DE WEMMEL VINCENT. FAUNE LAEKENIENNE. par G. Calyptr^a sulcata, g. Vincent. iwiiiiriiui\ Zone inférieure. FAUNE LAEKENIENNE. iwiiiiriiui\ m T PROVENANT DE WEMMEL (CALYPTRJIA SULGATA, VOLUTA RUGOSA, LITTORINA LAMELLOSA) par G. VINCENT. (Planche II.) SÉANCES DU H JANVIER, 7 iuln ET 1 NOVEMBRE 1874. Calyptr^a

Plus en détail

Une Rentrée en Images

Une Rentrée en Images Une Rentrée en Images Arles, inscrite au Patrimoine mondial de l UNESCO, est fortement marquée par son histoire depuis l Antiquité. Dans le cadre de la «Rentrée en images», nous vous proposons un parcours

Plus en détail

Château de la Bertholière

Château de la Bertholière Château de la Bertholière la Bertholière La Bussière Dossier IA00045772 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel Auteurs Ourry Yann Désignation

Plus en détail

CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES. Article 6.- Secteurs d'habitat à caractère rural.

CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES. Article 6.- Secteurs d'habitat à caractère rural. CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES Article 6.- Secteurs d'habitat à caractère rural. a) Les secteurs d'habitat à caractère rural sont destinés à recevoir des habitations, des petites et moyennes entreprises

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC MISE EN GARDE Si un produit est défectueux, ne le posez pas. Les matériaux défectueux seront remplacés sous garantie uniquement si vous en faites la demande avant l installation et si les conditions d

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

hôpital marin dit Institut Notre-Dame et villa ou maison Notre-Dame

hôpital marin dit Institut Notre-Dame et villa ou maison Notre-Dame hôpital marin dit Institut Notre-Dame et villa ou maison Notre-Dame avenue Francis-Tattegrain avenue Marianne-Toute-Seule Berck-Plage Berck Dossier IA62001230 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES TYPOLOGIE,PROPORTION ET RYTHMES ELEMENTS REMARQUABLES DU BATI 1 Pignon Mur extérieur dont les contours épousent la forme des pentes d un comble. Dans les immeubles, même à toit plat, on a pris l habitude

Plus en détail

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème PERMIS DE M. X. Plan de situation. Plan de masse 3. Coupe 4. Notice descriptive. Façades et plan de toiture. Insertion graphique 7. Photo dans le paysage proche 8. Photo dans le paysage lointain Mise à

Plus en détail

L ENCEINTE FORTIFIEE DE SAINT-FELIX DE SORGUES

L ENCEINTE FORTIFIEE DE SAINT-FELIX DE SORGUES L ENCEINTE FORTIFIEE DE SAINT-FELIX DE SORGUES Comme beaucoup de commune du Rouergue Méridional, Saint-Félix de Sorgues se dota d un fort au XVème siècle, venant protéger les habitations qui s étaient

Plus en détail

A Villards d Héria. Par le Service éducatif du musée d Archéologie du Jura. Texte et organisation : Aurore Alix

A Villards d Héria. Par le Service éducatif du musée d Archéologie du Jura. Texte et organisation : Aurore Alix 3P (Parcours Patrimonial et Pédagogique) dans le Jura A Villards d Héria Par le Service éducatif du musée d Archéologie du Jura Texte et organisation : Aurore Alix Avec l aide de : M. Jacques Pitassi pour

Plus en détail

DESSIN EN PERSPECTIVE.

DESSIN EN PERSPECTIVE. DESSIN EN PERSPECTIVE. Pour représenter le volume d un objet ou d une image dans un plan, on utilise la perspective. C'est l'art de représenter les objets en trois dimensions sur une surface à deux dimensions,

Plus en détail

La définition de l'emprise au sol.

La définition de l'emprise au sol. La définition de l'emprise au sol. L emprise au sol est définie à l article R. 420-1 du code de l urbanisme : «Art. R. 420-1 : L emprise au sol au sens du présent livre est la projection verticale du volume

Plus en détail

ESCALIERS. passer des dénivellations supérieures à 7%

ESCALIERS. passer des dénivellations supérieures à 7% ESCALIERS passer des dénivellations supérieures à 7% 2 définitions essentielles : Contremarche et giron Le rapport H/G donne la pente d une volée de marches ex : 16 cm / 32 cm = 50% Emmarchement, emprise,

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

Maison, puis hôtel de voyageurs, Hôtel-

Maison, puis hôtel de voyageurs, Hôtel- Maison, puis hôtel de voyageurs, Hôtel- Restaurant Bonjour 1 boulevard de Russie 21 rue de la Cité Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA731299 réalisé en 25 Copyrights Copyrights Auteurs Région

Plus en détail

Solides et volumes Page 255

Solides et volumes Page 255 Classe de sixième C HAPITRE 12 S OLIDES ET VOLUMES 1.OBSERVATION; DESCRIPTION 256 2. REPRESENTATION EN PERSPECTIVE 258 3. PATRON DU PAVE DROIT 260 4. AIRE D'UN SOLIDE 264 5. UNITES DE VOLUME 266 6. CALCUL

Plus en détail

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs Regards sur l habitat 5 Regards sur l habitat LA MAISON RURALE, Situées dans les villages, les hameaux, et à la périphérie des bourgs, les maisons rurales de la Haute Vallée de Chevreuse s affilient par

Plus en détail

CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES

CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES Article 7.- Secteur de faible densité. a) Les secteurs d'habitation de faible densité comprennent les parties du territoire communal réservées aux maisons d'habitation

Plus en détail

TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT.

TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT. TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT. CHAPITRE I : LE REGLEMENT TECHNIQUE Ce règlement est celui de la F.F.B.S.Q., Comité National Quilles de Huit. Il édicte les règles de jeu,

Plus en détail

Stationnement automobile

Stationnement automobile H.02 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux parcs de stationnement automobile, des articles R.111-19 à R.111-19-3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11du code

Plus en détail

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 GLOSSAIRE Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 Abri de jardin Accès Alignement Alignement spécifique Annexe Attique Baie Bardage Bateau d'accès Chien assis Coefficient d occupation du

Plus en détail

Projet de maison ossature bois isolation en paille et ouate de cellulose sur Commana SOMMAIRE

Projet de maison ossature bois isolation en paille et ouate de cellulose sur Commana SOMMAIRE Projet de maison ossature bois isolation en paille et ouate de cellulose sur Commana SOMMAIRE 1. Présentation... 2 2. Vues générales... 2 3. Vues de façade... 4 4. Plans... 6 5. Vues en coupe et détails

Plus en détail

Éléments préfabriqués de béton

Éléments préfabriqués de béton Éléments préfabriqués de béton DEVIS NORMALISÉ VILLE DE GATINEAU TABLEAU DES MODIFICATIONS / RÉVISIONS CAHIER : A Généralités 1. Les modifications ou révisions effectués dans le présent cahier, par rapport

Plus en détail

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et recommandations Le Pont des Trous constitue un des rares exemples

Plus en détail

DESSIN TECHNIQUE ET LECTURE DE PLAN

DESSIN TECHNIQUE ET LECTURE DE PLAN Jean-Pierre GOUSSET Série Technique des dessins du bâtiment DESSIN TECHNIQUE ET LECTURE DE PLAN 2e édition enrichie ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL FORMATION CONTINUE Principes Exercices Groupe Eyrolles, 2011,

Plus en détail

9.0 Ouvertures. 9.1 Préparations des ouvertures. 9.2 Installations des portes et fenêtres. 9.3 Solins/larmiers. manuel d'installation 9.

9.0 Ouvertures. 9.1 Préparations des ouvertures. 9.2 Installations des portes et fenêtres. 9.3 Solins/larmiers. manuel d'installation 9. 9.0 Ouvertures 9 9.1 Préparations des ouvertures 9.2 Installations des portes et fenêtres 9.3 Solins/larmiers manuel d'installation 9.0 M 9.0 OuVERTuRES La présente partie du manuel a pour but de guider

Plus en détail

CITERNES DE STOCKAGE DES EAUX DE PLUIE (IMPLUVIUMS)

CITERNES DE STOCKAGE DES EAUX DE PLUIE (IMPLUVIUMS) INTRODUCTION Cette fiche a été rédigée par l équipe technique du CREPA CITERNES DE STOCKAGE DES EAUX DE PLUIE (IMPLUVIUMS) Un impluvium est un système de captage des eaux de pluie, composé de : - 1 toiture

Plus en détail

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A maçonnerie Construire soi-même un escalier de béton à double quart tournant en kit Bricoler du Côté d e la M ais o n Label BRICOLER DU CÔTÉ DQUALITÉ E LA MAISON LABEL BRICOLER DU CÔTÉ DE LA MAISON Label

Plus en détail

Maison, puis hôtel de voyageurs, HôtelRestaurant Bonjour

Maison, puis hôtel de voyageurs, HôtelRestaurant Bonjour Maison, puis hôtel de voyageurs, HôtelRestaurant Bonjour 1 boulevard de Russie 21 rue de la Cité Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA731299 réalisé en 25 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

Bricofiche 04.09 AMENAGER UNE CUISINE LES CUISINES EN KIT ELEMENTS HAUTS ET BAS LA CONCEPTION DU PLAN LA CONCEPTION DU PLAN LA CONCEPTION DU PLAN

Bricofiche 04.09 AMENAGER UNE CUISINE LES CUISINES EN KIT ELEMENTS HAUTS ET BAS LA CONCEPTION DU PLAN LA CONCEPTION DU PLAN LA CONCEPTION DU PLAN Bricofiche 04.09 AMENAGER UNE CUISINE LES CUISINES EN KIT ELEMENTS HAUTS ET BAS LA CONCEPTION DU PLAN LA CONCEPTION DU PLAN LA CONCEPTION DU PLAN REALISATION PORTES ET FENÊTRES LES CUISINES EN KIT CONCEPT:

Plus en détail

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile Muret Laurentien MC Classique et Versatile Le muret Laurentien par son look classique s agence à toutes nos gammes de pavé. Qualités et caractéristiques Intégration particulièrement harmonieuse du muret

Plus en détail

CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE

CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE CONSTRUCTION D UNE FOSSE SEPTIQUE La construction d'une fosse septique exige habituellement l'assistance et la supervision d'un technicien ou au moins d'un contremaître compétent en la matière. Le positionnement

Plus en détail

Pathologies des FONDATIONS

Pathologies des FONDATIONS Pathologies des FONDATIONS Module #2: Résistance structurale Excavation par Michel F. Coallier (2006) 1 Exigences de résistance r structurale: : (CNB 95-9.4) La partie 9 du CNB ne spécifie pas des exigences

Plus en détail

AMÉNAGEMENTS EXTÉRIEURS

AMÉNAGEMENTS EXTÉRIEURS AMÉNAGEMENTS EXTÉRIEURS PAVÉS Page 10 DALLES Page 11 ESCALIERS Page 16 PALI-MUR / BORDURES Page 18 ENROCHEMENT ET MATÉRIAUX DE REMBLAI Page 19 BLOCS ÉQUARRIS Page 20 BRISE-VUES Page 21 9 P a v é s P A

Plus en détail

Liste des pièces (suite)

Liste des pièces (suite) Liste des pièces (suite) Pour former les Lucarnes Réf: Description Largeur Longueur Epaisseur Quantité 52 Panneau de cote de lucarne (droite/gauche) 440 510 4 53 Echarpe de fenêtre de lucarne 447 447 2

Plus en détail

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 LES TACHES SOLAIRES En 1611, GALILEE et trois autres observateurs redécouvrent les taches solaires grâce à la lunette (elles

Plus en détail

Construire sur un terrain en pente

Construire sur un terrain en pente Construire sur un terrain en pente Dans ce dossier : 1- Comment construire une maison sur un terrain en pente 2- Exemple de réalisation sur un terrain en pente 3- Comment aménager et faire le terrassement

Plus en détail

VII Escaliers et rampes

VII Escaliers et rampes VII Escaliers et rampes 1. Généralité et terminologie des escaliers Les escaliers permettent de franchir une dénivellation et de relier les différences de niveaux d une construction ou d un jardin. A son

Plus en détail

B. WAGON C. JAFFRE, A. ROGES Novembre 2008

B. WAGON C. JAFFRE, A. ROGES Novembre 2008 1 B. WAGON C. JAFFRE, A. ROGES Novembre 2008 SOMMAIRE 2 INTRODUCTION A- ANALYSES A.1 - PRESENTATION GENERALE DU SITE A.2 - SYNTHESE HISTORIQUE A.3. PROTECTIONS ACTUELLES DU SITE III.1- LES MONUMENTS HISTORIQUES

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

DESSINS D ARCHITECTURE

DESSINS D ARCHITECTURE Les dessins d architecture Page 1 DESSINS D ARCHITECTURE Objectifs : - Connaitre à partir d une application les différents plans réalisés dans le domaine de la construction, et plus particulièrement les

Plus en détail

ouvrage fortifié (poste défensif) dit Tour Vauban côté 18, dit tour à mâchicoulis, de l'organisation défensive de l'ubaye.

ouvrage fortifié (poste défensif) dit Tour Vauban côté 18, dit tour à mâchicoulis, de l'organisation défensive de l'ubaye. ouvrage fortifié (poste défensif) dit Tour Vauban côté 18, dit tour à mâchicoulis, de l'organisation défensive de l'ubaye. le Rocher de Guerre Saint-Vincent-les-Forts Dossier IA04000035 réalisé en 1993

Plus en détail

Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe

Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe 8 rue Pierre-Veyrat Chambéry Dossier IA73003805 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du

Plus en détail

Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014. Synthèse des interventions

Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014. Synthèse des interventions Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014 Synthèse des interventions 1 Objectifs du chantier Le contexte Par le biais de l entreprise Formaterre contactée

Plus en détail

DES STRUCTURES SPÉCIALES. Le Restaurant "La Réserve" Le Bureau des Douanes

DES STRUCTURES SPÉCIALES. Le Restaurant La Réserve Le Bureau des Douanes DES STRUCTURES SPÉCIALES En plus des types de bâtiments standard tels que ceux dont il est débattu dans les sections précédentes de ce chapitre, il y avait un certain nombre de constructions spéciales

Plus en détail

Éléments de perspective et tracés des ombres

Éléments de perspective et tracés des ombres DROIT TECHNIQUES GENERAUX chapitre 1 - GÉnÉralitÉs 2. le champ visuel du Spectateur Champ visuel du spectateur 2.1. Ouverture des angles optiques Angle optique : 28 La hauteur du tableau tient deux fois

Plus en détail

Moulin à foulon Lemoine-Desmarets, puis Ronnet, puis banque, actuellement immeuble à logements

Moulin à foulon Lemoine-Desmarets, puis Ronnet, puis banque, actuellement immeuble à logements Moulin à foulon Lemoine-Desmarets, puis Ronnet, puis banque, actuellement immeuble à logements 2 place Turenne Sedan Dossier IA08000594 réalisé en 2007 Griot François Decrock Bruno Désignation Dénominations

Plus en détail

LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE

LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE INTRODUCTION Quand peut-on démarrer les travaux d'aménagements ou de construction? Certains projets sont dispensés de formalité, d autres sont obligatoirement

Plus en détail

CHAPITRE 1 TOPOMÉTRIE: RELEVÉ DE TERRAIN AVEC UN NIVEAU OBJECTIFS 2 INTRODUCTION 2 EXEMPLE RÉSOLU 10 EXERCICES À RÉSOUDRE 11

CHAPITRE 1 TOPOMÉTRIE: RELEVÉ DE TERRAIN AVEC UN NIVEAU OBJECTIFS 2 INTRODUCTION 2 EXEMPLE RÉSOLU 10 EXERCICES À RÉSOUDRE 11 Chapitre 1 Topométrie: relevé de terrain avec un niveau 1/1 CHAPITRE 1 TOPOMÉTRIE: RELEVÉ DE TERRAIN AVEC UN NIVEAU OBJECTIFS 2 INTRODUCTION 2 1.1 DÉFINITIONS 3 1.2 STADIMÉTRIE 4 EXEMPLE RÉSOLU 10 EXERCICES

Plus en détail

21.1 NORMES GÉNÉRALES ET DISPOSITIONS INTERPRÉTATIVES. 21.1.2 Classification fonctionnelle des bâtiments d'intérêt patrimonial par type et sous-type

21.1 NORMES GÉNÉRALES ET DISPOSITIONS INTERPRÉTATIVES. 21.1.2 Classification fonctionnelle des bâtiments d'intérêt patrimonial par type et sous-type CHAPITRE 21 DISPOSITIONS VISANT LA PROTECTION DES BÂTIMENTS D'INTÉRÊT PATRIMONIAL 21.1 NORMES GÉNÉRALES ET DISPOSITIONS INTERPRÉTATIVES 21.1.1 Champ d'application Les dispositions de la présente section

Plus en détail

LA CHARPENTE. Les principales pièces des charpentes traditionnelles

LA CHARPENTE. Les principales pièces des charpentes traditionnelles Les principales pièces des charpentes traditionnelles La charpente (fig. 5.1 et 5.2) : ensemble de pièces en bois qui portent la couverture. Les charpentes présentent diverses formes et différentes pentes

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

L'HORLOGE DE BUREAU. Sommaire 2. Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur. Repérer sur des vues 15

L'HORLOGE DE BUREAU. Sommaire 2. Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur. Repérer sur des vues 15 Sommaire 2 Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur pour Sommaire Sommaire 2 2 Repérer sur des vues 15 LE PLAN D'ENSEMBLE : 15 LE PLAN DE DEFINITION : 15

Plus en détail

maison dite Petit Château Saint-Pierre

maison dite Petit Château Saint-Pierre Provence-Alpes-Côte d'azur, Var Hyères 1ère maison rue Saint-Pierre Références du dossier Numéro de dossier : Date de l'enquête initiale : 1987 Date(s) de rédaction : 2001 Cadre de l'étude : inventaire

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Chapitre 2 Quelques points de couture à la main. Partie 1 Les points temporaires

Chapitre 2 Quelques points de couture à la main. Partie 1 Les points temporaires Chapitre 2 Quelques points de couture à la main Il existe deux types de points : les points temporaires et les points permanents. Si tu cherches la définition de ces deux mots dans un dictionnaire, tu

Plus en détail

sommaire le permis de construire

sommaire le permis de construire 3 sommaire le permis de construire est un document administratif qui permet à l administration de vérifier qu un u projet de construction respecte les règles d urbanisme en vigueur. Dans quels cas faut-il

Plus en détail

LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE :

LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE : LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE : ETAT DE CONSERVATION 1- Situation Vue aérienne de l'est du quartier de Trinquetaille avec localisation du site L'ancienne verrerie est inscrite dans un enclos irrégulier

Plus en détail

inventaire topographique établi en 1986 par Poinsot Gilbert

inventaire topographique établi en 1986 par Poinsot Gilbert Commune : Rosheim 67 (aire d étude : Rosheim) Référence : IA00075663 Adresse : Lion (rue du) 20 Titre de l œuvre : Entrepôt commercial, caves Hubster Cartographie : Lambertl ; 0979120 ; 1101450 Cadastre

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

DESSIN TECHNIQUE 1 POURQUOI LE DESSIN TECHNIQUE?

DESSIN TECHNIQUE 1 POURQUOI LE DESSIN TECHNIQUE? STS Génie Optique Technologie ETUDE DES CONSTRUCTIONS Cours Dessin technique DESSIN TECHNIQUE 1 POURQUOI LE DESSIN TECHNIQUE? Une pièce réelle a une existence matérielle. Elle occupe un espace à 3 dimensions.

Plus en détail

http://www.lens.ch/fr/index.php?view=article&cat... Bisse d'aziè Départ du bisse d'aziè

http://www.lens.ch/fr/index.php?view=article&cat... Bisse d'aziè Départ du bisse d'aziè Bisses abandonnés Bisse d'aziè Départ du bisse d'aziè Depuis la Table de l'avocat, on repère aisément le tracé d'un bisse qui part d'aziè, au lieu-dit Louchelette, à une altitude de 2200 m. environ. Il

Plus en détail

5 ème Chapitre 4 Triangles

5 ème Chapitre 4 Triangles 5 ème Chapitre 4 Triangles 1) Médiatrices Définition : la médiatrice d'un segment est l'ensemble des points équidistants des extrémités du segment (cours de 6 ème ). Si M appartient à la médiatrice du

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Genèse de l'édifice. Lieu :

Genèse de l'édifice. Lieu : Genèse de l'édifice. Ce chalet a été construit par Monsieur L. en 1962. Sur ce terrain n'était qu'un vaste champ. Cependant, cela fait environ 30 ans que Monsieur L n'y est point remonté. Seules Madame

Plus en détail

LABORATOIRE 4 : PHOTOGRAPHIES AÉRIENNES ET CARTES TOPOGRAPHIQUES

LABORATOIRE 4 : PHOTOGRAPHIES AÉRIENNES ET CARTES TOPOGRAPHIQUES GEO1542 A-2015 LABORATOIRE 4 : PHOTOGRAPHIES AÉRIENNES ET CARTES TOPOGRAPHIQUES OBJECTIFS Initiation à l observation stéréoscopique d images; Caractéristiques des clichés photographiques; Stimuli visuels

Plus en détail

Découvertes archéologiques d'importance pour Genève à l'esplanade Saint-Antoine

Découvertes archéologiques d'importance pour Genève à l'esplanade Saint-Antoine Découvertes archéologiques d'importance pour Genève à l'esplanade Saint-Antoine 28 août 2012, 11h15 Esplanade Saint-Antoine PROGRAMME 11h15 Allocutions de: Monsieur François Longchamp, conseiller d Etat

Plus en détail

Europàisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: 0 121 487 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

Europàisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: 0 121 487 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN ê Europàisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: 0 121 487 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 84420059.2 Int. Cl.3: A 47 B 57/06» A 47 B 57/20

Plus en détail

Leçon N 13 Création d un album photo avec CEWE 2 ème partie

Leçon N 13 Création d un album photo avec CEWE 2 ème partie Leçon N 13 Création d un album photo avec CEWE 2 ème partie 7 Les éléments de réalisation. A gauche du poste de travail vous avez une fenêtre où vous pourrez faire apparaître les éléments qui vous permettrons

Plus en détail

Guide de quilting (courtepointe) de base Création d'une couverture piquée 1 Préparation des matériaux et de l'équipement

Guide de quilting (courtepointe) de base Création d'une couverture piquée 1 Préparation des matériaux et de l'équipement Guide de quilting (courtepointe) de base Création d'une couverture piquée Préparation des matériaux et de l'équipement Tissu... Nous recommandons un tissu 00 % coton qui ne soit pas trop épais. Nappe ouatée

Plus en détail

Immeuble dit résidence Sirius

Immeuble dit résidence Sirius Immeuble dit résidence Sirius Flaine Forêt Arâches-la-Frasse Dossier IA74000946 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ecole d'architecture

Plus en détail

Cours : TECHNIQUE DU RELEVE ARCHITECTURAL

Cours : TECHNIQUE DU RELEVE ARCHITECTURAL Université Mohamed Khider Biskra Département d architecture Cours : TECHNIQUE DU RELEVE ARCHITECTURAL Enseignantes: M me MAGRI-DJENANE Sahar M me MADHOUI Meriem M me BELARBI Samia 2011-2012 Sommaire I.

Plus en détail

4 - Dessins de fondations

4 - Dessins de fondations 1 ère STI Génie Civil Dessins de bâtiment 4-Dessins de fondations 4 - Dessins de fondations Les dessins de fondations précisent la forme et la disposition des ouvrages enterrés supportant la construction

Plus en détail

Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Alu) En complément du plan fourni

Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Alu) En complément du plan fourni Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Alu) En complément du plan fourni A suivre pour assurer une pose esthétique et de qualité Ce document définit les interfaces nécessaires

Plus en détail

Remplacement partiel de plancher - parquet avec assemblage sans colle

Remplacement partiel de plancher - parquet avec assemblage sans colle N 527 Remplacement partiel de plancher - parquet avec assemblage sans colle A Description Dans cet exemple d'application est montré un remplacement de planches isolées dans le parquet posé. Dans le cas

Plus en détail

Guide technique. Le radon dans les bâtiments

Guide technique. Le radon dans les bâtiments Guide technique Le radon dans les bâtiments Guide pour la remédiation dans les constructions existantes et la prévention dans les constructions neuves Diagnostic technique Techniques de remédiation et

Plus en détail

Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi

Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi 267 rue Marcel-Mérieux square du Professeur-Galtier rue Prosper-Chappet Lyon 7e Dossier

Plus en détail

Bac tampon pour piscines à débordement. Installation Mise en service

Bac tampon pour piscines à débordement. Installation Mise en service Bac tampon pour piscines à débordement Installation Mise en service SOMMAIRE LA LIVRAISON Page 2 PREPARATION DU TERRAIN, TERRASSEMENT..Page 3 POSE D UNE CUVE GEOASIS...Page 5 KIT ANTI SOULEVEMENT.Page

Plus en détail

Ville de Carbon-Blanc Service Technique

Ville de Carbon-Blanc Service Technique Ville de Carbon-Blanc Service Technique 33560 Tél. 05.56.06.59.91 Fax : 05.56.38.17.09 AMENAGEMENT DE LA PLAINE DES SPORTS DU FAISAN DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES I / OBJET DE LA CONSULTATION

Plus en détail

Patentamt JEuropaisches. European Patent Office @ Numéro de publication: 0141 6 9 9 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

Patentamt JEuropaisches. European Patent Office @ Numéro de publication: 0141 6 9 9 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Patentamt JEuropaisches European Patent Office @ Numéro de publication: 0141 6 9 9 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN @ Numéro de dépôt: 84401797.0 Int. CI.": E 04 H 1/12, E 04 B 2/82

Plus en détail

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France)

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) Pierre Thomas, ENS Lyon Observatoire de Lyon 384 000 km Voici les orbites de la Terre et de la

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

GLOSSAIRE MATHÉMATIQUE

GLOSSAIRE MATHÉMATIQUE Chapitre 9 - GM GLOSSAIRE MATHÉMATIQUE EN GÉOMÉTRIE DE L'ESPACE GM_01 règle GM_02 GM_03 GM_04 GM_05 GM_06 GM_07 tourne GM_08 GM_09 GM_10 GM_11 plan GM_12 GM_13 GM_14 GM_15 GM_16 GM_17 GM_18 Dessin schématisant

Plus en détail

La maison dite Le Pigeonnier

La maison dite Le Pigeonnier Patrimoine architectural CONSEIL GÉNÉRAL DU LOT Inventaire de l architecture médiévale du Lot SAINT- PIERRE-TOIRAC La maison dite Le Pigeonnier Étude monumentale GILLES SÉRAPHIN - MARS 2008 SAINT-PIERRE-TOIRAC

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction...05 Domaine d'application...05 Visées des textes existants...06

SOMMAIRE. Introduction...05 Domaine d'application...05 Visées des textes existants...06 SOMMAIRE Introduction..........................................05 Domaine d'application..................................05 Visées des textes existants.................................06 Dispositions communes.................................09

Plus en détail

17 logements LA CLÉ DES CHAMPS SAINT-CONTEST. Extension urbaine. Densité résidentielle brute. à l hectare

17 logements LA CLÉ DES CHAMPS SAINT-CONTEST. Extension urbaine. Densité résidentielle brute. à l hectare Densité résidentielle brute 17 logements à l hectare Extension urbaine Indicateurs de l'opération Nombre de logements 127 logements (86 individuels et 41 logements collectifs) Surface du terrain 7,28 hectares

Plus en détail

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune CHÂTEAUDUN Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou Projet d une deuxième gare ou d une gare commune 1 Ponts et Chaussées Département d Eure et Loir Arrondissement du Sud Chemin de Fer de Patay à Nogent-le-Rotrou

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail