>> > Éditorial. >> > Tendances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ">> > Éditorial. >> > Tendances"

Transcription

1 >> > Éditorial La Bourse de Montréal Une présence à chérir, un modèle dont il faut s'inspirer Par Isabelle Hudon, présidente et chef de la direction Chambre de commerce du Montréal métropolitain Bien des choses se sont passées depuis la décision de la Bourse de Montréal, en 1999, de se retirer des activités boursières traditionnelles pour se consacrer pleinement à l échange des produits dérivés. En fait, ce qui a pu sembler à certains comme un repli défensif s est révélé avec le temps comme une leçon formidable de stratégie et de mise en valeur de ses atouts au plus grand mérite de son président et chef de la direction, Luc Bertrand. En choisissant de miser sur les produits dérivés, la Bourse de Montréal faisait à l époque un choix qui en laissait plusieurs sceptiques entre autres, parce que sa stratégie différait de celle de la plupart des grands joueurs. Et combiné à une exécution sans faille, c est justement l emprunt d un chemin différent qui explique sa réussite aujourd hui. C est pour cela que la Bourse de Montréal représente un exemple si inspirant pour notre métropole. Elle est la preuve que c est souvent en misant sur ce qui nous distingue sur nos exceptions que l on peut le mieux réussir. Et cela, même dans un contexte de forte concurrence. Compte tenu de ses réalisations récentes, il y a tout lieu de souhaiter que la récente tentative de développer une bourse du carbone à Montréal lui permette, une fois de plus, de donner à la métropole un autre succès. Cela serait souhaitable pour deux raisons cruciales : la première étant que la réussite de la Bourse de Montréal en accroît également l attrait. Ainsi, comme en fait foi l intérêt que suscite sa transformation en compagnie publique, plusieurs voudraient en avoir un morceau quand ce n est pas l institution au complet pour l emmener ailleurs. Or, la présence de la Bourse de Montréal chez nous est un atout qu il serait dramatique de perdre : d abord en termes d emplois, ensuite parce qu il s agit de notre plus précieuse porte ouverte sur le monde financier international. Quant à l autre raison, elle a plutôt à voir avec les avantages que pourrait représenter la mise en place d un réel marché climatique : cette éventualité apparaît de plus en plus incontournable. Or, il s agit pour Montréal et pour ses entreprises d une occasion de prendre les devants et d être à l avant-garde de ceux qui possèderont une expertise en matière de lutte contre les changements climatiques. Pour toutes ces raisons, la consolidation de la présence durable de la Bourse de Montréal mérite que l on s en préoccupe, pour que ses succès puissent continuer de nous inspirer. >> > Tendances Un marché climatique à Montréal En attente d'une réglementation et de balises claires La Bourse de Montréal est déjà résolument engagée vers la mise en place de la première «bourse du carbone» au Canada. En juillet dernier, la Bourse a en effet annoncé, conjointement avec la Chicago

2 Climate Exchange, la mise sur pied du Marché climatique de Montréal, fondé sur la négociation et la transaction de crédits d émission de gaz à effet de serre et d autres produits environnementaux dérivés. Pour Luc Bertrand, le président et chef de la direction de la Bourse de Montréal, il s agit là d un secteur plein de promesses pour le développement futur de son organisation. «Ce qu offrira le Marché climatique de Montréal, c est un mécanisme efficace d échange et de découverte de prix ainsi que de la négociation (la vente et l achat) de crédits carbone en mode différé, c est-à-dire par l entremise du marché à terme. Nous croyons que les produits dérivés liés à l environnement ont le potentiel de dépasser en importance le marché financier tel que nous le connaissons aujourd hui.» Les engagements de Kyoto Ce mariage entre l environnement et les marchés financiers est directement issu du Protocole de Kyoto, ratifié en 2005, et en vertu duquel 38 pays parmi les 156 États signataires se sont engagés à réduire, d ici 2012, leurs émissions de gaz à effet de serre par rapport à leurs niveaux de La réduction à laquelle s est engagé le Canada est de l ordre de 6 %. Pour aider les pays à respecter leurs engagements, le Protocole prévoit donc la mise en place d un système international d échange de droits d émission de gaz à effet de serre. En vertu de ce système, les gouvernements doivent imposer aux entreprises des quotas d émission correspondant à un certain nombre de tonnes par année. Celles qui ne respectent pas leur quota auront toutefois le loisir d acheter des droits d émission de gaz à effet de serre de la part de celles qui ne l auront pas atteint. Et c est le marché qui déterminera, selon la loi de l offre et de la demande, la valeur des crédits d émission qui seront ainsi disponibles. Il existe déjà plusieurs bourses du carbone dans le monde, particulièrement en Europe où un système d échange de droits d émission est déjà en vigueur mais aussi aux États-Unis, qui pourtant n ont pas ratifié le Protocole de Kyoto. Créer une rareté Donc, ces droits d émission disponibles sur le marché représentent-ils, à toutes fins pratiques, des droits de polluer? Ce n est pas si simple, comme le rappelle Steven Guilbault, directeur de Greenpeace Québec. «L existence d un marché du carbone vient restreindre les droits disponibles d émission de gaz à effet de serre et a pour effet de créer une rareté de ces droits, dans la mesure où les États auront établi des plafonds d émission en conformité avec leur engagement de Kyoto. Nous y sommes donc favorables, mais à la condition que certaines balises claires soient respectées.» Mais voilà : pour l instant, le gouvernement canadien n a pas encore déterminé un calendrier de mise en place d un cadre réglementaire qui permettrait le fonctionnement au Canada d un marché climatique digne de ce nom. «Je ne vois pas comment une bourse pourrait fonctionner, poursuit Steven Guilbault, si on n a pas une réglementation qui fait en sorte que soit créée une véritable rareté des droits d émission de gaz à effet de serre.» Développer l expertise verte Selon Steven Guilbault, ce retard qu accuse le gouvernement canadien dans la mise en place d un cadre réglementaire conforme aux engagements de Kyoto a aussi des effets déplorables sur le développement de l industrie environnementale au Canada. «L absence d une réglementation claire n a pas favorisé, jusqu à maintenant, la modernisation des entreprises et le développement de l expertise verte au pays. Nous avons perdu des parts de marché dans ce domaine et ce sont nos voisins qui, à l heure actuelle, développent des technologies de réduction de gaz à effet de serre.» Pour le directeur de Greenpeace Québec, il est urgent pour le Canada de s aligner clairement sur Kyoto, d autant plus qu aux États-Unis les récentes élections de mi-mandat lui apparaissent comme le reflet d une préoccupation environnementale. «Plus de 150 villes américaines ont déjà adopté les objectifs de Kyoto et une trentaine d États américains adoptent des mesures qui en sont inspirés. Plus nous attendons, plus les coûts seront élevés.» >> > Commerce international Bourse de Montréal Une présence internationale accrue grâce à l'expertise technologique Lorsqu en 1999 la Bourse de Montréal a décidé de se spécialiser dans le secteur des produits dérivés et de la gestion de risque, bien des gens se sont interrogés sur son avenir, estimant que ce domaine d activité était somme toute assez marginal. Sept ans plus tard, tous les doutes ont été balayés. L an dernier, la valeur monétaire transigée à la Bourse de Montréal a atteint 12,400 milliards de dollars, un record qui avait déjà été éclipsé à la fin du

3 troisième trimestre de De 2001 à 2005, en fait, la Bourse a connu une croissance annuelle de son volume d activité de l ordre de 25 % en moyenne. Et l augmentation du volume a atteint 40 % pour la période de neuf mois qui s est terminée en septembre «La Bourse a réussi un coup de maître en se positionnant dans un secteur dont nul autre joueur canadien n avait, à l époque, vu l importance et le potentiel de développement», affirme Luc Bertrand, président et chef de la direction de la Bourse de Montréal. Une présence marquée à l international Aujourd hui, Montréal est donc reconnue comme la place financière du marché canadien des produits dérivés. Mais ce que plusieurs ignorent, c est que ses activités débordent largement les frontières du pays. «Dans un secteur où la concurrence est internationale, poursuit Luc Bertrand, il était essentiel pour nous d étendre notre réseau. C est pourquoi la Bourse est branchée sur les trois principaux centres mondiaux de liquidités que sont Londres, New York et Chicago. Nous sommes présents sur les écrans des plus grands courtiers à travers le monde.» Résultat? Les participants étrangers génèrent aujourd hui près de la moitié de l activité du marché à terme de la Bourse de Montréal, ce qui représente de 30 à 35 milliards de dollars de valeur notionnelle transigée quotidiennement par des étrangers sur le marché montréalais. Par ailleurs, depuis février 2002, la Bourse de Montréal est le plus important actionnaire et l opérateur technique de la Boston Options Exchange communément appelée BOX, spécialisée dans les options sur actions. «Nous sommes la première bourse non américaine à être autorisée par la Securities and Exchange Commission à gérer les opérations d une bourse américaine, souligne avec fierté M. Bertrand. Nous participons ainsi directement au marché boursier le plus dynamique et le plus exigeant au monde.» De plus, en septembre dernier, la Bourse a conclu des ententes de coopération avec quatre bourses chinoises la Shenzhen Stock Exchange, la Dalian Commodity Exchange, la Zhengzhou Commodity Exchange et la Shanghai Stock Exchange dans le but de favoriser le développement du marché des produits dérivés au Canada et en Chine. Une expertise technologique à exporter Si la Bourse de Montréal a été ainsi en mesure d assurer sa croissance non seulement au Canada, mais aussi à l étranger, cela est dû dans une large mesure à son leadership technologique. Car il faut bien dire que le folklore des places financières où les titres se négociaient à la criée est bel et bien révolu. Aujourd hui, tout cela se fait sur ordinateur à un rythme de plusieurs milliers de messages par seconde. C est pourquoi la Bourse a créé l an dernier un logiciel de négociation électronique parmi les plus performants de la planète. Appelé SOLATM, ce logiciel offre des temps de réponse de dix fois supérieurs à ce qu ils étaient auparavant, tout en réduisant dans les mêmes proportions les coûts d exploitation des technologies. «L invitation à créer BOX est clairement venue du fait que nous avions à offrir une expertise technologique de premier plan, explique M. Bertrand. Il n y aurait pas eu pour nous d autres moyens d entrer directement sur le marché américain.» Selon son président, la Bourse de Montréal se trouve en excellente position, à l heure actuelle, pour commercialiser son expertise technologique et son logiciel SOLA. «Plusieurs bourses dans le monde se trouvent à un moment critique de leur développement technologique, alors qu elles doivent renouveler leur équipement afin de faire face à un volume croissant de messages électroniques et de transactions. Nous sommes en mesure de les aider. Pour ce faire, nous maintenons notre leadership technologique et nous investissons en conséquence.» >> > Information d'affaires Le Fonds GO Capital géré par la Banque de Développement du Canada Un fonds d investissement de 100 millions $ pour la création d entreprises technologiques au Québec Les gouvernements du Québec et du Canada ont annoncé, le 17 novembre dernier, la création d un fonds de co-investissement entièrement consacré au prédémarrage et au démarrage d entreprises du secteur des technologies au Québec. Ce fonds de capital de risque, appelé GO Capital, est doté d une somme de 50 M $ issue de cinq partenaires, soit FIER Partenaires (25 M $), la Banque de Développement du Canada (10 M $), la Caisse de dépôt et de placement du Québec (10 M $), le Fonds de solidarité FTQ (3 M $) et Fondaction (2 M $). Le Fonds GO Capital sera entièrement géré par la Banque de Développement du Canada qui, de son

4 côté, contribuera un dollar pour chaque dollar investi par le Fonds dans les entreprises sélectionnées, ce qui portera à 100 M $ son financement total. Une disette dans le financement d entreprises en démarrage L objectif principal du Fonds est de soutenir en particulier la commercialisation de la recherche issue dans les universités et les laboratoires. Il sera surtout actif dans la phase de prédémarrage d entreprises, c està-dire à cette étape essentielle qui consiste notamment à assurer la protection de la propriété intellectuelle, à former les équipes de gestion, à réaliser la démonstration technique et commerciale du produit et à développer un prototype. Pourquoi créer un tel fonds maintenant? Essentiellement parce que depuis les sommets atteints au tournant des années 2000, le financement des entreprises technologiques au Québec s est quelque peu essoufflé. «Depuis quelques années, il y a clairement une disette dans le financement du démarrage d entreprises technologiques, explique Jacques Simoneau, vice-président exécutif, Investissements, à la BDC. Beaucoup de fonds se sont retirés de ce type de financement qui exige beaucoup de temps pour des montants relativement petits, soit généralement entre et un million de dollars au profit de projets plus matures et offrant des rendements plus rapidement sur l investissement.» Dans la mire du Fonds GO Capital figurent les projets de création d entreprises à forte teneur technologique, non seulement en sciences de la vie et en télécommunications mais aussi dans des secteurs plus industriels tels que l énergie ou l environnement et ce, dans toutes les régions du Québec. «Nous sommes en lien avec l ensemble des milieux de la recherche afin de cibler les projets les plus porteurs, souligne M. Simoneau. Nous nous attendons à ce que le Fonds soit en mesure de financer le démarrage d entreprises sur une période de trois à cinq ans. C est le marché qui décidera.» Des perspectives intéressantes La BDC n est pas néophyte dans le capital de risque, loin s en faut. En fait, elle a créé en 2002 un groupe Prédémarrage en technologies qui a jusqu à maintenant a investi quelque 72 M $ dans 37 entreprises au Canada, dont 21 sont issues d universités ou de laboratoires de recherche. Si l on inclut les investissements subséquents, l ensemble de ces entreprises ont reçu 225 M $ en financement de capital de risque. «On compte sur les doigts d une seule main les projets que nous avons financés et qui ont résulté en radiations, assure Jacques Simoneau. En fait, le tiers d entre eux continuent de présenter des perspectives très intéressantes.» Car la BDC, même si ses investissements sont patients, ne s attend pas moins à des rendements sur ses investissements. «Le rôle de la Banque de Développement du Canada en est un d animateur économique, affirme M. Simoneau. Nous sommes là pour supporter les entrepreneurs et combler des besoins dans le marché financier. Mais nos opérations doivent se faire à profit. Nous remettons chaque année des dividendes au gouvernement fédéral.» Bien sûr, le succès en matière de capital de risque se mesure à plusieurs aunes. «Le premier sujet de satisfaction, poursuit M. Simoneau, c est de voir des entreprises qui n étaient pas là avant et qui offrent maintenant des emplois à haute valeur ajoutée, intéressants et stimulants. Et en plus du rendement financier de nos investissements, nous considérons aussi leur impact économique et leurs effets structurants.» À la BDC, c est donc avec beaucoup d optimisme qu on aborde la création du Fonds Go Capital. «Non seulement le Fonds va-t-il permettre de consolider la masse critique du Québec en matière de technologies, mais il pourrait aussi faire émerger des îlots de développement dans des technologies nouvelles», souligne Jacques Simoneau. Info entrepreneurs Pour en savoir plus sur les nombreux programmes et services offerts par tous les paliers de gouvernement, les personnes intéressées ont tout intérêt à consulter le service Info entrepreneurs offert à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Leader en matière de livraison d information intégrée et constamment mise à jour, Info entrepreneurs membre du Réseau Entreprises Canada demeure une source privilégiée d information d affaires et est donc en mesure de contribuer à la réalisation du plein potentiel des PME d ici en matière d innovation, de productivité et de productivité. Pour lire les nouvelles et connaître les nouveaux programmes gouvernementaux du service Info entrepreneurs, cliquez ici : >> > Tableau de bord Extra

5 Maintenant sur votre écran : Tableau de bord en ligne La Chambre est heureuse de vous offrir un nouvel outil de référence unique : la version en ligne de Tableau de bord. Il s agit de beaucoup plus que d une reproduction électronique des articles publiés dans l édition imprimée de Tableau de bord. Ce nouveau site Web met en ligne une information de nature économique qui permet aux gens d affaires d apprécier la progression économique de Montréal, mais avec des données continuellement mises à jour et un accès à l historique des indicateurs étudiés. Cette initiative est logée à l adresse Ajoutez-le à vos favoris! Durant les premiers mois, Tableau de bord en ligne sera forcément un site en évolution. Pour cette raison, nous vous invitons à y revenir régulièrement et, par la même occasion, à nous communiquer vos commentaires et vos impressions à l adresse Au plaisir de vous recevoir sur Tableau de bord en ligne! >> > Immigration d'affaires Les immigrants investisseurs Un impact majeur sur l activité économique du Québec L immigration représente plus que jamais un facteur de prospérité pour le Québec. En effet, on prévoit que, d ici dix ans, elle représentera la totalité de la croissance de la population active et, d ici 25 ans, la totalité de la croissance de la population globale. Mais outre l apport des milliers de travailleuses et travailleurs qualifiés qu elle accueille chaque année, la société québécoise bénéficie de l apport des immigrants de la catégorie des gens d affaires qui viennent ici pour investir ou encore pour lancer leur propre commerce ou prendre en charge la gestion d une entreprise. Les immigrants investisseurs : un apport qui se chiffre en milliards Le Programme des immigrants investisseurs s adresse aux ressortissants étrangers d au moins 18 ans qui souhaitent s établir au Québec pour y réaliser un placement de $ sans intérêt, pour une durée de cinq ans. Afin d être sélectionné, chaque candidat doit notamment disposer d un avoir net d au moins $ canadiens, accumulé par des activités économiques licites et avoir acquis une expérience en gestion d au moins trois ans dans une entreprise, pour un gouvernement, l un de ses ministères ou organismes, ou pour un organisme international, au cours des dix années précédant sa demande. Il doit également signer une convention d investissement avec l un ou l autre des douze intermédiaires financiers autorisés à participer au programme 1, lequel devient son mandataire financier auprès des autorités gouvernementales. Au 31 octobre 2006, le Québec a reçu depuis 2000 quelque placements d immigrants investisseurs d une valeur totale de 2,624 milliards $,sommes qui sont gérées par Investissement Québec. «Au jour 1 de la réception du placement de $, nous escomptons ce montant auprès du gouvernement de manière à le garantir à l échéance du prêt, explique Guy Gravel, coordonnateur du programme immigrants-investisseurs à Investissement Québec. Les revenus escomptés générés par ce placement qui varient selon les taux d intérêt en vigueur sont ensuite affectés notamment à la rémunération des intermédiaires financiers et au financement de deux programmes d aide aux entreprises, soit le Programme des investisseurs pour l aide aux entreprises et le Programme d aide à l intégration des immigrants et des minorités visibles en emploi.» Les programmes Le Programme des immigrants investisseurs pour l aide aux entreprises, qui est administré par Investissement Québec, s adresse aux PME dont l actif total consolidé est inférieur à 35 M $. Il vise à favoriser le développement économique du Québec en soutenant des projets de démarrage, de modernisation, d expansion ou de développement de marché de la part d entreprises de toutes les régions oeuvrant dans des domaines tels que la nouvelle économie, le recyclage et la récupération, le secteur manufacturier et le tourisme. Le financement fourni par le programme peut aller jusqu à 10 % du coût total des projets et jusqu à 15 % pour les entreprises en démarrage. Les entreprises ainsi appuyées ont préalablement été identifiées par un intermédiaire financier qui participe au programme. Le Programme d aide à l intégration des immigrants et des minorités visibles en emploi (PRIIME) est une mesure incitative de soutien aux petites et moyennes entreprises pour qu elles embauchent des personnes immigrantes ou issues des minorités visibles. Géré par Emploi-Québec, ce programme d aide

6 financière s adresse aux PME dont le nombre d employés est inférieur à 250 et comprend quatre volets soit l acquisition d expérience en milieu de travail, l accompagnement, l adaptation des outils et des pratiques de gestion des ressources humaines au personnel immigrant et issu des minorités visibles et l adaptation des compétences au contexte de travail nord-américain. Impact sur l activité économique et sur l emploi «Depuis 2002, signale Guy Gravel, Investissement Québec a autorisé dossiers pour une aide financière totale de 248 M $ en vertu du Programme des immigrants investisseurs pour l aide aux entreprises. Selon les entreprises bénéficiaires, les projets soutenus par nos interventions ont permis de maintenir ou de créer, au cours de cette période, un total de emplois.» Quant au programme PRIIME, qui est en place depuis mars 2005, il a permis de verser jusqu à présent 6,4 M $ pour soutenir l intégration en emploi des personnes immigrantes et issues de minorités visibles. Selon M. Gravel, ces chiffres témoignent clairement de l impact positif du programme des immigrants investisseurs sur l activité économique au Québec. «Il s agit d un programme qui ne coûte absolument rien aux citoyens et qui permet de stimuler l activité économique et la création d emplois de façon très importante dans toutes les régions.» Pour en savoir plus Selon les données préliminaires pour 2005, plus de ressortissants étrangers ont été admis au Québec au titre de l immigration économique, dont près de dans la catégorie des gens d affaires. Pour en savoir plus, il est possible de consulter le site Web du ministère de l Immigration et des Communautés culturelles au sous la rubrique Gens d affaires ou encoreles ressources d Info entrepreneurs, membre du réseau Entreprises Canada, et un service offert par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Par ailleurs, la Chambre a conclu une entente avec le ministère de l Immigration et des Communautés culturelles dont l objectif est d offrir des services d accueil et d accompagnement adaptés aux besoins des candidats et immigrants de la catégorie des gens d affaires et de favoriser leur intégration à la communauté des affaires métropolitaine. 1 Ces douze intermédiaires financiers sont : Courtage direct Banque Nationale inc.; Fiducie Desjardins inc.; Financière Banque Nationale; Industrielle Alliance, Fiducie inc.; MacDougall, MacDougall & MacTier inc.; MCA Valeurs Mobilières inc.; Renaissance Capital inc.; Scotia Capitaux inc.; Société de Fiducie Computershare du Canada; Valeurs mobilières Banque Laurentienne inc.; Valeurs Mobilières Hampton Ltée; et Valeurs Mobilières Investpro inc.

Allocution de Monsieur Luc Bertrand, président et chef de la direction de la Bourse de Montréal. devant l'association CFA

Allocution de Monsieur Luc Bertrand, président et chef de la direction de la Bourse de Montréal. devant l'association CFA Allocution de Monsieur Luc Bertrand, président et chef de la direction de la Bourse de Montréal devant l'association CFA Montréal, le 22 février 2006 LA BOURSE DE MONTRÉAL : AU-DELÀ DE LA CROISSANCE 1

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Ce matin, tout va encore plus vite que d habitude. Un client vous demande de devancer sa livraison. Mais votre

Plus en détail

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec Consultations sur la Banque de développement économique du Québec Commission de l économie et du travail Assemblée nationale du Québec 15 mai 2013 Table des matières Recommandations de Réseau Capital 3

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de son projet de se lancer en affaires. Ça vous stimule. Après tout,

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Position de la FCCQ dans le cadre de la consultation publique tenue par l Autorité des marchés financiers 29 juin 2011 555,

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

Secrets de la réussite des PME

Secrets de la réussite des PME Secrets de la réussite des PME Avril 2015 Si vous êtes l un des nombreux propriétaires de PME qui cherchent des façons d accroître leur profit, le moment est peut-être idéal pour croître. Un récent sondage

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

Programme des Sociétés de capital de démarrage

Programme des Sociétés de capital de démarrage Programme des Sociétés de capital de démarrage Bourse de croissance TSX Programme des Sociétés de capital de démarrage Êtes-vous prêt pour l inscription en Bourse? L entrepreneuriat est en pleine effervescence

Plus en détail

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Critères d admissibilité... 2 Dépôt d un dossier... 2 Principaux

Plus en détail

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1 CONTEXTE L Union des Tunisiens de Québec (UTQ), et en présence du Consul de la Tunisie à Montréal, a organisé le 18 février 2012 le premier forum sur les préoccupations de la communauté tunisienne de la

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM PAR COURRIEL : Consultation-en-cours@lautorite.qc.ca Montréal, le 12 juillet 2013 M e Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, Square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Une autre façon de financer le développement

Une autre façon de financer le développement Une autre façon de financer le développement Nos origines Il est né grâce à l initiative de Fondaction CSN avec qui il partage les mêmes objectifs de démocratisation économique, de participation, de solidarité

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain AVIS DEMANDE LIÉE À L ACQUISITION PROJETÉE PAR LA CORPORATION D ACQUISITION GROUPE MAPLE DU GROUPE TMX INC., D ALPHA TRADING SYSTEMS LIMITED PARTNERSHIP, D ALPHA TRADING SYSTEMS INC. ET DE LA CAISSE CANADIENNE

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS L ALÉNA APRÈS HUIT ANS DES ASSISES POUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE L ALÉNA APRÈS HUIT ANS Des Assises Pour La Croissance Économique L ENGAGEMENT ENVERS L ALÉNA En dépit du ralentissement qu a connu l économie

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

J aimerais d abord remercier les organisateurs de ce colloque

J aimerais d abord remercier les organisateurs de ce colloque Le transport des personnes au cœur des priorités gouvernementales, par Jacques Gagnon, sous-ministre adjoint, ministère des Transports du Québec (MTQ) J aimerais d abord remercier les organisateurs de

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux!

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! !Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! Du microcrédit à la microfinance!!!! Les défis et enjeux! La cohérence - Mission, vision! L innovation! Croissance et rentabilité! Gouvernance! L

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Observations aux fins du budget fédéral 2015

Observations aux fins du budget fédéral 2015 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes finapbc-cpb@parl.gc.ca Observations aux fins du budget fédéral 2015 Résumé Nous vous remercions de nous permettre de vous faire connaître

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN Vous avez conclu la transaction, mais il vous faut maintenant des liquidités pour démarrer la production. C est alors que votre crédibilité est en jeu.

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

PRÉSENTATION AÉROMONTRÉAL Septembre 2015. 25 ans d AQTion terrain

PRÉSENTATION AÉROMONTRÉAL Septembre 2015. 25 ans d AQTion terrain PRÉSENTATION AÉROMONTRÉAL Septembre 2015 25 ans d AQTion terrain ÉVOLUTION ET TENDANCES DE L INDUSTRIE 132 000 emplois 35 milliards $ de chiffre d affaire 5 milliards $ exportations* *Clientèle visée par

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL Dans le cadre de la consultation publique sur le Projet de schéma d aménagement et de développement

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Tous pour l emploi : une impulsion nouvelle avec les partenaires. Février 2013

Tous pour l emploi : une impulsion nouvelle avec les partenaires. Février 2013 : une impulsion nouvelle avec les partenaires Février 2013 Un marché du travail dynamique, mais faisant face à des enjeux d importance Le nombre de personnes en âge de travailler commencera à diminuer,

Plus en détail

Introduction. 1 Source : Rapport du Groupe de travail sur l'examen des organismes gouvernementaux, p.19

Introduction. 1 Source : Rapport du Groupe de travail sur l'examen des organismes gouvernementaux, p.19 Introduction L État québécois s est doté, depuis la «Révolution tranquille», d une multitude d outils pour appuyer le développement de la société québécoise. Il est si bien outillé pour se développer qu

Plus en détail

Association Québécoise de Vérification Environnementale

Association Québécoise de Vérification Environnementale Le Marché Climatique de Montréal (MCeX) La Bourse du Carbone AQVE Association Québécoise de Vérification Environnementale Le 22 novembre 2007 Pé t ti d Lé Bitt Présentation de Léon Bitton Vice-président,

Plus en détail

Bourse de Montréal Communiqué de presse

Bourse de Montréal Communiqué de presse Bourse de Montréal Communiqué de presse LA BOURSE DE MONTRÉAL CLÔTURE L EXERCICE 2007 AVEC UNE FORTE POSITION FINANCIÈRE ET STRATÉGIQUE FAITS SAILLANTS FINANCIERS T4/2007 PAR RAPPORT AU T4/2006 Revenus

Plus en détail

S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005

S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005 S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005 Jean Robert Lacasse, vice-président et directeur de secteur Ouest du Québec Le 8 décembre 2004, Montréal S adresser aux investisseurs et aux prêteurs

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE. Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES

ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE. Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES ASSEMBLÉE ANNUELLE Jeudi 7 mai 2015 200 Bloor Street Toronto Merci, Monsieur

Plus en détail

GROUPE D OPC AGF. FONDS ÉQUILIBRÉS ET DE RÉPARTITION DE L ACTIF Fonds canadiens 1, 2, 3, 5, 7, 8. FONDS D ACTIONS Fonds canadiens *1, 3, 5, 7, 8

GROUPE D OPC AGF. FONDS ÉQUILIBRÉS ET DE RÉPARTITION DE L ACTIF Fonds canadiens 1, 2, 3, 5, 7, 8. FONDS D ACTIONS Fonds canadiens *1, 3, 5, 7, 8 GROUPE D OPC AGF offrant des titres de la série OPC, de série D, de série F, de série J, de série O, de série Q, de série T, de série V, de série W et de la série Classique (selon les indications) Notice

Plus en détail

Régime de réinvestissement des dividendes QUESTIONS ET RÉPONSES

Régime de réinvestissement des dividendes QUESTIONS ET RÉPONSES Régime de réinvestissement des dividendes QUESTIONS ET RÉPONSES La série de questions et de réponses qui suit sert à expliquer certaines caractéristiques clés du régime de réinvestissement des dividendes

Plus en détail

LE CAPITAL DE DÉVELOPPEMENT, UN OUTIL ADAPTÉ AU FINANCEMENT DU SECTEUR MANUFACTURIER EN 2014 LE 21 FÉVRIER 2014

LE CAPITAL DE DÉVELOPPEMENT, UN OUTIL ADAPTÉ AU FINANCEMENT DU SECTEUR MANUFACTURIER EN 2014 LE 21 FÉVRIER 2014 LE CAPITAL DE DÉVELOPPEMENT, UN OUTIL ADAPTÉ AU FINANCEMENT DU SECTEUR MANUFACTURIER EN 2014 LE 21 FÉVRIER 2014 1 CONSTATS SUR LES VARIATIONS DES DÉPENSES EN MODERNISATION ET ACQUISITION D ÉQUIPEMENTS

Plus en détail

Rapport trimestriel 30 septembre 2001

Rapport trimestriel 30 septembre 2001 F O N D S D E P L A C E M E N T I M M O B I L I E R C O M I N A R Rapport trimestriel 30 septembre 2001 Message aux porteurs de parts Au nom des fiduciaires, des dirigeants et du personnel du Fonds de

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Accéder à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs

Accéder à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs Accéder à de nouveaux marchés par la diversification des fournisseurs Un programme à la mesure de votre succès! Présenté par : Partenaires majeurs : Partenaire Argent : Partenaire Bronze : Représentant

Plus en détail

Projet de réorganisation des bourses canadiennes

Projet de réorganisation des bourses canadiennes Projet de réorganisation des bourses canadiennes Rapport de trois membres du Comité aviseur M. Jean Campeau M. Jean-Claude Cyr M. Pierre Rousseau Montréal, le 3 mai 1999 MISE EN SITUATION Le 15 mars 1999,

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE 1 er avril 2015 NOTES DE L ALLOCUTION PRONONCÉE PAR MADAME

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

Gestion de portefeuille Natcan

Gestion de portefeuille Natcan Le Fonds d investissement RÉA II Natcan Inc. www.natcan.com Mars 2012 Gestion de portefeuille Natcan Christian Cyr, CFA Premier vice-président actions de petite capitalisation ccyr@natcan.com Marc Lecavalier,

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds d actions canadiennes Fonds de croissance de dividendes TD Fonds de valeurs sûres canadiennes TD Fonds d actions canadiennes TD Fonds d actions canadiennes optimal TD

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 Offres publiques.. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 OFFRES PUBLIQUES 6.8.1 Avis Aucune information. 6.8.2 Dispenses Compagnie de chemins de fer nationaux du Canada Vu la demande présentée par

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Communiqué de presse LUNETTERIE NEW LOOK INC. ANNONCE SES RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE TERMINÉ LE 28 MARS 2015 AINSI QUE SON DIVIDENDE TRIMESTRIEL

Communiqué de presse LUNETTERIE NEW LOOK INC. ANNONCE SES RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE TERMINÉ LE 28 MARS 2015 AINSI QUE SON DIVIDENDE TRIMESTRIEL Communiqué de presse ANNONCE SES RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE TERMINÉ LE 28 MARS 2015 AINSI QUE SON DIVIDENDE TRIMESTRIEL Montréal, Québec, 6 mai 2015 : Lunetterie New Look Inc. (TSX: BCI) («New Look»)

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget.

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget. Présentation de Magazines Canada Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget Août 2010 Sommaire Magazines Canada est l association nationale qui représente

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Les Industries Dorel Inc. Assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

Gerry McCaughey Président et chef de la direction Assemblée générale annuelle des actionnaires Le 25 février 2010 Montréal (Québec)

Gerry McCaughey Président et chef de la direction Assemblée générale annuelle des actionnaires Le 25 février 2010 Montréal (Québec) Gerry McCaughey Président et chef de la direction Assemblée générale annuelle des actionnaires Le 25 février 2010 Montréal (Québec) Priorité au discours prononcé Bonjour Mesdames et Messieurs. Je suis

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

La bonne place pour faire carrière

La bonne place pour faire carrière La bonne place pour faire carrière Chez SSQ Groupe financier, nous partageons les mêmes valeurs et soutenons la croissance et les réalisations de nos employés. Joindre nos rangs, c'est s'associer à un

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada Financière Banque Nationale Présentation à la conférence des chefs de la direction des banques canadiennes Présentation aux investisseurs Raymond McManus Président et chef de la direction Banque Laurentienne

Plus en détail

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada 2008-2009 Rapport ministériel sur le rendement L'honorable James Moore Ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles Table

Plus en détail

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises Faits saillants Budget Québec Mesures concernant les particuliers Élimination graduelle de la contribution santé à compter du 1er janvier 2017 Mise en place en place d un bouclier fiscal Croissance de

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable

à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable Le Plan Nord à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable définitif) 2 Territoire du Plan Nord Baie d Ungava Tracé de 19 27 du Conseil priv é (non Baie d Hudson Mer du Labrador

Plus en détail

NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS EN DEUX CATÉGORIES DE CLIENTÈLE DISTINCTES DÉTAIL ET

NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS EN DEUX CATÉGORIES DE CLIENTÈLE DISTINCTES DÉTAIL ET Revue des activités de la Banque REVUE REVUE DES DES ACTIVITÉS ACTIVITÉS DE LA DE BANQUE LA BANQUE REVUE DES ACTIVITÉS DE LA BANQUE PROFIL ACTUEL DES ACTIVITÉS DE LA BANQUE NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

REER. Spécial. Cette seconde partie de notre spécial. REER qui a débuté le mois dernier dresse un. portrait des sociétés de fonds communs de

REER. Spécial. Cette seconde partie de notre spécial. REER qui a débuté le mois dernier dresse un. portrait des sociétés de fonds communs de Cette seconde partie de notre spécial REER qui a débuté le mois dernier dresse un portrait des sociétés de fonds communs de placement (FCP) dont la direction est située au Québec et dont les produits peuvent

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS

POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS Page : 1 de 7 POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS Page : 2 de 7 Table des matières 1. OBJET... 3 2. DÉFINITIONS... 3 3. OPÉRATIONS PAR UN INITIÉ SUR LES TITRES DE LA SOCIÉTÉ INTERDITES EN TOUT TEMPS...

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises

Politique de soutien aux entreprises Politique de soutien aux entreprises Préambule Suite à l adoption de la Loi 28 par le gouvernement du Québec, des modifications ont été apportées à la mise en œuvre de la nouvelle gouvernance municipale

Plus en détail

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES Conférence présentée dans le cadre du Séminaire sur les titres d emprunt Projet de renforcement de la COSOB (PRCOSOB) Agence canadienne

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE?

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? SERVICES DE FINANCEMENT DU COMMERCE INTERNATIONAL LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? PRENDRE AVANTAGE DE L INFORMATION DISPONIBLE Un accès sécuritaire à de l information

Plus en détail

Cycle Capital lance l accélérateur Ecofuel

Cycle Capital lance l accélérateur Ecofuel Communiqué de presse Pour diffusion immédiate Cycle Capital lance l accélérateur Ecofuel Montréal, 2 octobre 2014 Mme Andrée-Lise Méthot, fondatrice et associée directeure de Cycle Capital Management est

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail