de l Assurance Assurance et prévention UPEA UPEA Un appel, un encouragement UPEA UNION PROFESSIONNELLE DES ENTREPRISES D ASSURANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "de l Assurance Assurance et prévention UPEA UPEA Un appel, un encouragement UPEA UNION PROFESSIONNELLE DES ENTREPRISES D ASSURANCES"

Transcription

1 UPEA UNION PROFESSIONNELLE DES ENTREPRISES D ASSURANCES MAISON DE L ASSURANCE SQUARE DE MEEÛS 29 B-1000 BRUXELLES TÉL: 02/ FAX: 02/ Website: Les Cahiers de l Assurance Assurance et prévention UPEA 2001 de l Assurance Assurance et prévention Un appel, UPEA un encouragement UNION PROFESSIONNELLE DES ENTREPRISES D ASSURANCES

2 Assurance & prévention Un appel, un encouragement

3 3 ASSURANCE ET PRÉVENTION TABLE DES MATIÈRES 7 Avant-propos 11 I. Pourquoi les assureurs font-ils de la prévention? PERSPECTIVE HISTORIQUE L histoire de la prévention remonte au 12 ème siècle Étude de risques pendant la Renaissance CARACTÉRISTIQUES ET MOTIFS Complémentarité L assurance éthique Social et humain Intérêts économiques Les types de prévention Abandonner l attitude passive Persuader les clients 19 II. Comment les assureurs font-ils de la prévention? Introduction 19 LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE La prévention collective L Institut Belge pour la Sécurité Routière Tous les regards dans la même direction La prévention des vols comme critère d acceptation et de segmentation Les actions individuelles «Les enfants n ont pas de freins» Centres d aptitude à la conduite Une prévention routière imposée au Canada Au rond-point de l assureur X Qu est-ce que les rétroviseurs et les tableaux de bord ont en commun?

4 4 Le CEA, partenaire de la Commission européenne Les véhicules tout-terrains ne sont pas toujours très sûrs La boîte noire dresse les «cow-boys» de la ville 38 L INCENDIE ET L INTRUSION La prévention collective L Association Nationale pour la Protection contre l Incendie et l Intrusion Un pas vers le grand public Précautions par temps hivernal Les assureurs et l environnement: Premaz Des résultats grâce à la menace de franchise Les commerçants se sentent harcelés Les actions individuelles Dans quelle mesure les dirigeants d entreprise sont-ils attentifs à la prévention? Assistance à distance ou «salvage» sur place? Éviter les dégâts dus aux tempêtes grâce à l inspection des toitures 54 LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL La prévention collective Prevent Changement des mentalités et changements des lois Statistiques: matière à discussion Les actions individuelles Prévenir c est travailler de manière structurée Prévenir, c est former Risk managers et assureurs: partenaires dans la prévention 69 LA SANTÉ La prévention collective Fumeur ou non-fumeur? La dépression: la maladie principale du 21 ème siècle Les notices des assureurs français More care and less cure Les actions individuelles La recherche contre le cancer Les accidents domestiques Sensibiliser aux coûts 76 LE COMMENT ET LE POURQUOI D UNE GRANDE CAMPAGNE

5 7 AVANT-PROPOS PRÉVENTION: À PROPOS DE DOMMAGE, DE LA VIE Assurance, risque et dommage sont des notions étroitement liées. Au premier abord, la tâche d un assureur semble consister, lorsqu un sinistre survient, à délier les cordons de la bourse pour payer l indemnisation ou fournir l assistance à laquelle il s est engagé contractuellement. Mais intervenir après coup ne suffit pas en soi. Si l on creuse un peu plus loin dans les véritables aspirations des assurés, on constate qu ils attendent de l assurance également une protection. Ce n est qu en prenant conscience de cette attente que l assureur pourra procurer un sentiment d apaisement et se forger une image positive auprès de ses clients et du grand public. Les assureurs disposent à cet égard d un certain nombre d atouts: ils maîtrisent de plus en plus d informations toujours plus précises sur les sinistres du passé. Ces données statistiques leur permettent d analyser le lieu, le moment et les circonstances de la réalisation d un péril. Autrement dit, ils connaissent les moyens à mettre en œuvre pour prévenir le dommage ou le limiter. En outre, ils disposent souvent des personnes, que ce soit leur propre personnel ou des experts externes, qui présentent les compétences appropriées pour prodiguer des conseils en toute connaissance de cause. Des esprits cyniques pourraient se demander ce qui pousse un assureur à contribuer à la prévention des risques. Posons la question par l absurde: à supposer que demain, il n y ait plus d accidents, comment l assureur va-t-il gagner sa vie? Très simplement, un assureur se doit de tendre, pour des raisons non seulement humaines, mais aussi purement économiques, à une sinistralité la moins élevée possible. La concurrence l y oblige. Aujourd hui, les assureurs sont déjà actifs sur plusieurs fronts dans le domaine de la prévention. En fonction de leurs portefeuilles, les uns se tournent davantage vers les entreprises, les autres vers les particuliers. Ils constatent qu en tant qu entreprise individuelle, ils peuvent exercer une influence auprès de leurs gros clients institutionnels, mais qu il est mieux de travailler ensemble, avec d autres assureurs et aussi, de préférence, avec d autres acteurs, lorsqu il s agit de cibler une action, par exemple pour atteindre des entreprises de taille plus restreinte, des groupes et des ménages.

6 8 Faire de la prévention, c est bien, mais c est encore mieux lorsqu on confère à une action la dimension voulue de manière à bien montrer que l assureur, dès l apparition du risque, est du côté de l assuré en mettant tout en œuvre pour prévenir la réalisation d un risque. D où le présent Cahier. Le Centre d information de l assurance a conçu le projet de mettre en lumière cet aspect du rôle social de l assureur mais n a jamais cru prétendre à l exhaustivité. Peter Wiels, qui dispose déjà d une expérience de plusieurs années dans un domaine où sécurité et économie se rejoignent et qui a mené à bien ce travail s est limité à une série de témoignages, de points de vue et de récits puisés dans une réalité beaucoup plus large afin d attirer l attention sur ce qui existe déjà et sur ce qui pourrait encore être fait dans le domaine de la prévention. Ce survol constitue en ce sens un appel, un encouragement à l adresse de tous ceux qui souhaitent apporter leur pierre à l édifice de la prévention. Un lien est également établi avec le risk management moderne qui se développe un peu partout. Les personnes intervenant dans le présent Cahier ont témoigné en tant qu experts reconnus, chacun dans son domaine de spécialisation. Les connaissances qui sont le reflet de leur vécu professionnel garantissent la pertinence de leurs analyses, indépendamment des évolutions qu ils peuvent connaître dans leur carrière. En ce sens, ce Cahier gardera son actualité certainement encore pendant longtemps. Il voit le jour à un moment où les assureurs confient de nouvelles missions à des organismes de prévention qu ils ont portés sur les fonts baptismaux et qui ont acquis leur indépendance. A un moment où les assureurs, impliqués dans le débat sur la protection et la prévoyance souhaitent être davantage que de «bons gestionnaires». Nombreux sont les assureurs à se féliciter du fait que leur existence et leur intervention puissent faire la différence entre angoisse et confiance, entre ruine et reconstruction. La prévention a là un rôle essentiel à jouer, quel que soit le climat commercial que l on peut observer à un moment donné dans le secteur de l assurance. Le présent Cahier est dès lors dédié à tous ceux qui ont œuvré en coulisses, dans une relation de personne à personne ou lors du planning d une campagne de sensibilisation, et qui le feront encore pour renforcer la conviction selon laquelle l assurance est indissociable de la sécurité et de la confiance; de la vie tout simplement. Michel Baecker, administrateur délégué.

7

8

9 11 I. POURQUOI LES ASSUREURS FONT-ILS DE LA PRÉVENTION? PERSPECTIVE HISTORIQUE L histoire de la prévention remonte au 12 ème siècle Depuis l origine, l assurance et la prévention sont liées. Mieux encore: la prévention s est rapidement vu reconnaître une place privilégiée. L histoire de l assurance incendie en est la parfaite illustration: les statuts des guildes de lutte contre le feu apparues au 12 ème siècle mentionnaient déjà des règles de prévention détaillées. Celles-ci ont été d une importance déterminante pour le rapport assurance- prévention. C est dans ces guildes que l aide mutuelle, considérée comme évidente pour les petites communautés, a été institutionnalisée pour la première fois. Étude de risques pendant la Renaissance Selon l économiste américain Peter Bernstein, c est précisément la maîtrise du risque qui définit clairement la frontière entre les temps anciens et les temps modernes. L auteur du livre «Against the Gods. The remarkable story of risk» est convaincu que l avenir représente bien plus qu un caprice des dieux et que l homme n est pas une victime passive et impuissante face à une nature incompréhensible. Bernstein s est plongé dans les livres d histoire pour découvrir que l étude du risque remonte en réalité à la Renaissance, lorsque l homme s est libéré des angoisses ancestrales. Ce qui avait débuté comme un jeu intellectuel, une recherche des clés d énigmes relatives aux chances de gagner, a mené, vers le milieu du 17 ème siècle, à la découverte de la théorie des probabilités, qui constitue le noyau mathématique du concept du risque. Vers le milieu du 18 ème siècle, en Occident, toutes sortes d assurances se sont banalisées tandis que les mathématiciens se sont chargés de définir le risque et d établir les statistiques correspondantes. S enrichir était impossible sans prendre de risques: louer des bateaux, financer des expéditions, engager du personnel, contracter des emprunts. Prendre un risque devenait le lot quotidien, de sorte que, très vite, le besoin d une méthode pour calculer ce risque s est fait sentir.

10 12 Si tout est une question de hasard, alors la gestion du risque est inutile, écrit Bernstein. Son étude du sujet prouve qu il n en est rien. CARACTÉRISTIQUES ET MOTIFS Complémentarité La prévention est le moyen le plus rationnel de se protéger des risques. La prévention permet, grâce à la systématisation des mesures de précaution, de réduire, voire d éliminer les aléas de l existence. La prévention ne garantit cependant pas une sécurité totale: il se produira toujours des accidents et des incendies et leurs conséquences devront toujours être réparées ou dédommagées. C est la raison pour laquelle il est indispensable de s assurer. Un contrat d assurance peut compenser les conséquences financières d un sinistre, mais ne peut protéger ni les vies ni les gens, un domaine dans lequel c est justement la prévention qui joue effectivement un rôle. En d autres mots, l assurance et la prévention se complètent. Cette complémentarité est essentielle car la prévention, grâce à la réduction de la fréquence des sinistres et des frais qui en découlent, doit rendre l assurance la plus accessible possible, de sorte qu elle puisse exercer au mieux sa fonction sociale. L assurance éthique Les assureurs négligent parfois encore l importance de la prévention. Leur contribution à ce niveau se limite à une activité annexe très accessoire. C était déjà ce que Jos Daniëls, ancien président de KBC Assurances (ex-abb) et vice-président de l UPEA, exprimait sans détours en 1996 en abordant le sujet au cours des Journées de l Assurance de Louvain. L augmentation du nombre d accidents doit inciter les assureurs à initier des actions de prévention, qu elles soient organisées à leur propre initiative ou par des tiers. Enfin, les assureurs disposent plus que les services de police, par exemple d informations relatives aux causes et aux conséquences des accidents. Les assureurs ne manqueraient-ils pas à leur devoir social et économique s ils ne faisaient pas usage de ces informations pour mettre en place ou stimuler des actions?

11 13 «A terme, la prévention pourrait avoir un impact nettement plus important sur le prix de l assurance que la concurrence». Dans l espoir de susciter des réactions, Monsieur Daniëls avait exprimé de vives critiques au cours des Journées de l Assurance de Louvain, qui s inscrivaient sous le signe de l Ethique et l Assurance. Le secteur de l assurance souffrait du même mal que la sécurité sociale. A mesure que le nombre d accidents augmentait, on cherchait des revenus supplémentaires, au lieu de s efforcer à réduire le nombre d accidents. Moins d accidents signifie moins de souffrance, moins de frais et en fin de compte un prix du marché moins élevé. A terme, la prévention pourrait avoir un impact nettement plus important sur le prix de l assurance que la concurrence. Comme il ressortira de ce Cahier, divers assureurs font déjà de la prévention. L UPEA soutient et coordonne un certain nombre d initiatives (citons, par exemple, le bogue de l an 2000, la lutte contre la fraude, etc.). L association professionnelle donne également son impulsion à des organisations telles que Prevent, l Association nationale pour la Protection contre l Incendie et l Intrusion (ANPI) ou l Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR). Toutes ces initiatives permettront peut-être à la population d acquérir lentement un réflexe de protection (Comment puis-je prévenir tous ces problèmes?) qui freinera cet ancien réflexe de sécurité (En cas de malheur suis-je couvert?). Les campagnes de prévention à grande échelle ne sont cependant pas l unique solution. Certains assureurs préconisent surtout les services ciblés sur la clientèle. Les deux aspects sont importants. S efforcer de réduire le risque d incidents et leurs conséquences, diminuera le coût de la solidarité et lui assurera ainsi un avenir nouveau, sensé et sûr. C est ce que Jos Daniëls appelle l assurance éthique. Social et humain Si l on ouvre le petit Robert à la page de la définition du mot «assurance», on trouve la définition suivante: «contrat par lequel

12 14 un assureur garantit à l assuré, moyennant une prime ou une cotisation, le paiement d une somme convenue en cas de réalisation d un risque déterminé». Les dictionnaires ou manuels plus anciens relatifs à l assurance lui donnaient un sens encore plus social, par exemple: «une institution sociale, qui assiste un membre d un groupe ayant subi une perte ou se trouvant dans le besoin, au moyen de fonds collectés par ce groupe». Le rôle social de l assurance est demeuré inchangé malgré l évolution des définitions. Cependant, ce rôle social ne peut se limiter au paiement des indemnisations financières convenues mais doit se traduire en premier lieu par le souci et les efforts en vue de prévenir les accidents et sinistres. La prévention constitue pour les assureurs un devoir humain et social fondamental. L époque où les assureurs pouvaient se limiter à un exercice de statistique est heureusement définitivement révolue depuis longtemps. Les assureurs ont le devoir de faire profiter leurs clients/assurés de l expérience étendue qu ils ont acquise grâce à l analyse quotidienne des nombreux accidents. La mission consiste à prévenir les sinistres, dans l intérêt du public, des assurés, et dans leur propre intérêt, sous la pression des médias et de l opinion publique, en tenant compte de l évolution économique et scientifique. Outre son aspect social primordial, il existe effectivement aussi un facteur «intérêt propre». Cet aspect ne doit pas être dissimulé car il fait partie de la réalité économique. En outre, en l occurrence, les intérêts de l assureur et de l assuré convergent. Intérêts économiques Tout le monde connaît la logique en matière d assurance: moins les sinistres sont nombreux ou importants, meilleurs sont les résultats de l assureur. De bons résultats permettent de plus grands investissements dans la prévention, un service plus efficace et une meilleure assistance aux sinistrés et à leur famille ou éventuellement des réductions de prime, en fonction de la pression de la concurrence et de la stratégie de l assureur. Les mesures ou installations préventives demandées par l assureur peuvent influencer la fixation de la prime. C est déjà le cas

13 15 par exemple de l assurance incendie des risques industriels, pour laquelle l UPEA a organisé des modalités de référence (sprinklers, etc.). Les systèmes d alarme et antivol agréés par l UPEA constituent un autre exemple. «L aide à la prévention est une forme importante de service qui influence favorablement la relation avec le client». La présence d un service de prévention structuré ce qui est le cas aujourd hui principalement dans le cadre de la relation entre les grands assureurs et les grandes entreprises ou associations permet à une compagnie d assurance d évaluer avec précision les risques présentés (dans ce domaine, les risk managers jouent également un rôle important), de conseiller des mesures préventives, d évaluer la prime en fonction du risque réel et, au besoin, de ne pas donner couverture aux entreprises à haut risque qui ne sont pas disposées à prendre des initiatives de prévention efficaces. L assurance ne peut en effet constituer un sauf-conduit pour le comportement irresponsable d un client. L évaluation exacte du risque et la définition précise des résultats à obtenir grâce à la prévention permettent à l assureur de se positionner de manière concurrentielle. L aide à la prévention est sans aucun doute une forme importante de service qui influence favorablement la relation avec le client. Les assurés, qu il s agisse d une entreprise ou d un particulier, sont devenus, en tant que consommateurs avertis, non seulement plus sensibles aux tarifs au cours des dernières années mais aussi à ce type de service supplémentaire. Les conseils en matière de prévention proposés par un assureur peuvent être considérés sans aucun doute comme une forme de communication étroite entre l assureur et l assuré. Certains assureurs fortement attachés à la prévention font valoir doublement leurs initiatives et services en la matière: au plan individuel, en tant que service aux clients existants, et collectif, via des campagnes de communication et de marketing destinées au grand public et aux nouveaux clients potentiels. Autant de raisons pour inciter les assureurs à se préoccuper de prévention. Auparavant, les activités d assurance reposaient sur deux grandes lois: la loi des grands nombres et la loi de la répartition des risques. A présent, une troisième loi a fait son apparition: la loi de la prévention.

14 16 Les types de prévention La prévention primaire a pour objectif d éliminer les facteurs donnant lieu à un accident et/ou à un sinistre. Pour l assureur, cela peut également signifier le refus de certains risques après un examen préalable approfondi. La prévention secondaire tente de prévenir la répétition des accidents ou des sinistres survenus. L assureur peut, par exemple, influer sur certaines entreprises assurées et leurs risques en proposant un certain nombre de mesures. La prévention tertiaire vise à limiter les conséquences des accidents ou sinistres. Dans ce cas, l assureur peut développer des initiatives pour tenter de réduire la période d incapacité de travail, par exemple, en stimulant la revalidation d une victime et sa réinsertion dans la vie active. Les activités des services de prévention des entreprises d assurance mettent l accent principalement sur la prévention primaire et secondaire, mais ils attachent de plus en plus d importance à la prévention tertiaire. Cette évolution est caractéristique de l approche plus globale et plus humaine dans la politique de prévention actuelle. Abandonner l attitude passive L intérêt de diverses entreprises d assurance pour la prévention s est sensiblement accru ces dernières années. Cette tendance se marque de manière évidente lorsque l on analyse la politique de ces entreprises. Au cours des années 80, le secteur se voyait encore attribuer de mauvais points en matière de prévention par les milieux académiques. A cette époque, l aspect prévention était abordé d une manière plutôt passive, réactive, écrit Anne Van Regenmortel dans sa thèse «Prévention et Assurance» (dép. droit UIA, 1991). Selon elle, la prévention ne peut se limiter à éviter les dommages que l assureur doit indemniser, mais le dommage dans sa réalité complète doit faire l objet de la politique de prévention. Sinon, la prévention est vouée à l inefficacité.

15 17 Van Regenmortel comprend que la réparation, tout comme l indemnisation, suppose parfois une attitude expectative, mais la prévention exige précisément l abandon d une telle attitude passive et réactive. Sa tâche n est pas d intervenir lorsque le mal se produit, mais de combattre le mal à la racine. Subsidiaire et individualisé Lors du développement de la prévention, la fonction d indemnisation est restée prioritaire, constate Anne Van Regenmortel. L offre de prestations préventives restait faible et il était bien rare que la prévention soit pour le preneur d assurance/l assuré un droit qu il pouvait revendiquer. Ceci était logique à partir d un point de vue qui considérait la prévention uniquement comme un moyen de réduire les dépenses relatives à l indemnisation. Aujourd hui, on se concentre davantage sur les dommages latents et sur une définition nettement plus large du concept de la prévention. En d autres mots, des actions ou des prestations préventives sont entreprises avant qu un sinistre particulier se produise. Elle constate que, lors du développement d une politique de prévention, tant au niveau des assurances sociales que privées, le choix repose sur des stratégies ciblées sur l individu. Toutefois, lorsqu il s avère que les causes des sinistres sont plutôt imputables à des facteurs sociaux, la prévention doit être abordée de manière globale et sociale. Lorsque Van Regenmortel a achevé son étude, la mise en oeuvre d une politique de prévention présentait encore un caractère diffus et incohérent. Les initiatives de prévention se détachaient alors à peine des règlements dans le cadre de la réglementation en matière d indemnisation. Or, la prévention mérite non seulement un traitement distinct mais doit également précéder l indemnisation. Persuader les clients La plupart du temps, les assurés ne sont pas disposés à investir dans la prévention, tant qu ils n ont pas été victimes d un sinistre dévastateur et/ou de pressions de la part de leur assureur. Il faut beaucoup de pédagogie ou plutôt de persuasion pour faire admettre que le contrat ne peut plus être la seule protection des biens assurés. Naturellement, cette vision de l assurance res-

16 18 ponsabilisant son client dérange les habitudes et les idées reçues, et ne peut être que mal ressentie si elle ne s accompagne pas d aménagements tarifaires. C est en tout cas le point de vue du magazine français l Argus. Plus loin dans ce cahier, nous interrogeons quelques assureurs quant à l opportunité d un incitant financier en vue d encourager la prévention auprès des assurés. Une autre difficulté majeure de la prévention est que d en parler ressemble fort à enfoncer des portes ouvertes. S appuyant sur des faits connus, elle est souvent une action de simple bon sens. Tous les secteurs sont concernés Il n est pas une branche d activité, pas un moment de la vie courante qui ne requière de la prévention. Si l intrusion, l incendie, les risques automobiles et industriels sont les facettes les plus rencontrées de cette activité, des secteurs innombrables peuvent y souscrire. Parmi les nouveaux domaines faisant l objet d actions de prévention, citons tous les risques de pollution ou de contamination et l informatique. Le présent cahier ne traite pas de la protection informatique (voir à ce sujet les nombreuses actions chez Clusib, le club belge pour la protection informatique, auxquelles l UPEA participe activement). Peut-être le «bogue de l an 2000» y est-il pour quelque chose. A l époque, on a soufflé le chaud et le froid presque quotidiennement pendant des mois. Le «bug» que l on craignait tant n a finalement été qu une simple «tempête dans un verre de champagne». Le secteur belge des assurances avait toutefois pris le problème au sérieux. Des campagnes de sensibilisation avaient été organisées longtemps à l avance tant au niveau collectif qu individuel. Au niveau organisationnel également, le secteur s était extrêmement bien préparé. Au sein du groupe d intérêt économique Datassur, une plate-forme d expertises «An 2000» avait été organisée. Tout s est bien passé. Les experts spécialement préparés n ont pas eu à intervenir.

17 19 II. Comment les assureurs font-ils de la prévention? Introduction Les entreprises d assurance s occupent de prévention tant sur le plan collectif qu individuel. Certains organismes connus (telles que Prevent, l IBSR et l ANPI) sont co-subsidiés depuis des dizaines d années déjà par le secteur via l UPEA. Ces organismes, leurs activités et surtout leurs défis seront présentés en détail dans ce cahier. Chaque entreprise d assurance se profile aussi individuellement sur le vaste terrain de la prévention, certaines de manière plus remarquée que d autres. Chaque action ou campagne typique sera présentée brièvement à titre d illustration de ce qu un assureur parvient à mettre en oeuvre. Les actions du monde des assurances ne peuvent cependant pas être considérées indépendamment des événements ou mouvements extérieurs au secteur, avec ou sans la collaboration des assureurs ou institutions de prévention. Le présent chapitre présentera également un certain nombre de «best practices», en Belgique et à l étranger, qui peuvent servir d inspiration à ceux qui s occupent de prévention et d assurance. Pour améliorer la lisibilité et ne pas perdre la cohérence entre les différentes initiatives, les informations réunies sont réparties sous quatre dénominateurs ou thèmes différents: la sécurité routière, la prévention de l incendie et du vol, la sécurité au travail et la santé. LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE La prévention collective L Institut Belge pour la Sécurité Routière L Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR) dépend, en tant qu institution, du Ministère des Communications et de l Infrastructure. Le ministre ou secrétaire d Etat du gouvernement fédéral compétent en matière de sécurité routière est automatiquement institué président de l institut.

18 20 L actuel IBSR a vu le jour en 1986, après la fusion du Conseil supérieur de la sécurité routière, du Fonds d étude pour la sécurité routière et du Centre d aptitude à la conduite et d adaptation des véhicules (CARA). Un certain nombre d activités ont également été reprises à Via Secura, organisme fondé en 1952 avec l appui des assureurs. Le bulletin d information trimestriel de l IBSR porte aujourd hui encore le nom de Via Secura. Depuis de nombreuses années, l UPEA fait partie des partenaires permanents de l IBSR. Elle lui alloue annuellement un soutien financier important et participe, par le biais de sa représentation au sein des organes directeurs de l association, à la conception de la politique de prévention à mettre en œuvre. Chaque année, l UPEA parraine également une action spécifique, telle que la voiture de démonstration qui, lors de nombreux salons, montre l utilité d une ceinture de sécurité ou la promotion des bandes réfléchissantes à appliquer sur les vêtements et cartables des enfants. La promotion de la sécurité routière et la qualité de vie sur la route grâce à l information et l éducation d une part, l étude et la recherche d autre part, constituent l objectif général de l IBSR. L organisation interne de l institut repose sur trois piliers: l usager de la route, le véhicule et l environnement routier. L IBSR collecte et analyse tous les chiffres possibles relatifs aux accidents et s occupe depuis quelques années de la sensibilisation permanente. Les campagnes thématiques se suivent à un rythme accéléré. Des panneaux publicitaires, des spots publicitaires à la radio et la télévision soutiennent le message de manière ininterrompue. Qui ne connaît pas Bob? Pour les communes, les services de police et les écoles, l institut a développé un éventail de programmes informatifs. Diverses initiatives voient le jour grâce à l aide de sponsors, dont les entreprises d assurance font régulièrement partie. IBSR chaussée d Haecht 1405, 1130 Bruxelles Tél.: 02/ Fax: 02/

19 21 Tous les regards dans la même direction Que pouvons-nous encore améliorer en matière d intervention policière? La direction de l IBSR a adopté à ce sujet une position claire. Nombreux sont ceux qui pensent que la répression constitue la meilleure prévention. Il s agit d augmenter la perception du risque d être verbalisé par une surveillance effective, la présence des services de police sur la voie publique, complétés par la communication, une publicité suffisante autour de ces actions. Par exemple, l annonce de contrôles de vitesse par le biais des médias. De telles communications permettent d augmenter le sentiment que des contrôles sont réalisés dans le pays. Quant à la réforme des services de police, l IBSR soutient l idée d un service de police dédié à la circulation. Une telle police doit se charger uniquement des tâches relatives à la circulation et être affectée au réseau routier ordinaire, hors des autoroutes et des agglomérations urbaines. Une telle mesure pourrait augmenter le risque objectif d être verbalisé et constituer un signal pour les usagers qui ignorent le code de la route. «Sensibiliser et informer, c est bien, mais nous devons également veiller à faire respecter la loi et à prévenir la récidive». L IBSR souhaite que tous les regards se tournent dans la même direction. Si différents ministres se mettent à dire des choses différentes, ils perdent toute crédibilité, par exemple, en matière de limitation de vitesse ou du montant des amendes. De même, les services non publics, tels que les fédérations professionnelles et clubs automobiles, devraient se mettre au même diapason. Les constructeurs automobiles ont évidemment leur propre point de vue en matière de circulation. Ils pourraient cependant accorder davantage d importance à la sécurité qu à la vitesse de sorte que la promotion et la vente présentent un certain nombre de valeurs différentes (pour une route plus sûre). Certains, notamment Volvo et Saab, ont certes développé plus tôt que d autres une image de solidité, mais sous la pression de la concurrence, ces marques sont néanmoins obligées de mettre également en valeur les «performances» de leurs véhicules dans les messages publicitaires. Les entreprises d assurances, elles aussi, pourraient envoyer plus de signaux dans leur politique de prévention et de marketing, déclare l IBSR. Trop peu s y attachent. Certaines affichent indi-

20 22 viduellement une politique de prévention très forte et profilent leur communication commerciale derrière cette image. Certains assureurs entreprennent également des initiatives mais se tiennent plus dans l ombre. Ils travaillent plutôt below the line, selon les termes de marketing consacrés, sans campagnes frappantes. Des partenaires fidèles Les AP («Les enfants n ont pas de freins» et la vitesse) et P&V (le port de la ceinture obligatoire) se sont associés régulièrement à l IBSR. Rappelons aussi la campagne de courtoisie, organisée en collaboration avec la Royale Belge, et la présence de KBC, liée au port du casque de vélo et à Bob. Une campagne concernant les enfants a également été menée en collaboration avec RVS. Verrons-nous bientôt d autres assureurs les rejoindre? L Institut pour la Sécurité Routière admet que des relations se créent facilement avec des gens que l on connaît déjà. Par conséquent, les collaborations existantes sont souvent prolongées. En outre, la capacité en matière de campagnes et l espace de communication sur les calendriers des grands panneaux publicitaires routiers sont limités: si trente assureurs se montrent intéressés, il est impossible de mener trente campagnes différentes. Les entreprises qui collaborent actuellement avec l IBSR ne se contentent cependant pas d attendre le return de leur participation aux campagnes. Elles ont un certain objectif social et sont disposées à construire quelque chose dans ce cadre. Certaines compagnies disposent d un CD-ROM sur «la conduite défensive», d autres proposent des avantages aux jeunes conducteurs qui souhaitent suivre un cours d aptitude à conduire dans un centre de conduite ou à des seniors qui souhaitent améliorer leur aptitude à la circulation.

Scania Driver Training

Scania Driver Training Driver Training Scania Driver Training Un programme complet de formations entièrement axé sur le chauffeur Réduction de la consommation de carburant Une meilleure sécurité Le chauffeur, carte de visite

Plus en détail

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE POURQUOI L AUTOASSURANCE? Une chaîne de casinos canadiens offre l expérience client idéale. Dès l arrivée des clients et jusqu à leur départ, c est satisfaction garantie! Leurs chambres offrent tous les

Plus en détail

LES SYSTÈMES ANTIVOL ET APRÈS VOL POUR VÉHICULES AUTOMOBILES

LES SYSTÈMES ANTIVOL ET APRÈS VOL POUR VÉHICULES AUTOMOBILES LES SYSTÈMES ANTIVOL ET APRÈS VOL POUR VÉHICULES AUTOMOBILES 1. LES SYSTÈMES ANTIVOL AGRÉÉS PAR L UPEA (VV1, VC1, VV2 ET VV3) Le VV1 empêche la mise en route du moteur VC1, une variante pour les véhicules

Plus en détail

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière

Plan d action sécurité routière. Table ronde contre l insécurité routière Plan d action sécurité routière Table ronde contre l insécurité routière Objectif : combattre l insécurité routière durablement Vision Zéro Zéro mort Zéro blessé grave 2 Plan d action «sécurité routière»

Plus en détail

Systèmes de suivi. contre le vol de véhicules. Brochure d information destinée aux utilisateurs de systèmes de suivi

Systèmes de suivi. contre le vol de véhicules. Brochure d information destinée aux utilisateurs de systèmes de suivi Systèmes de suivi contre le vol de véhicules Brochure d information destinée aux utilisateurs de systèmes de suivi Vous venez d acheter une voiture ou vous êtes sur le point de le faire. Vous souhaitez

Plus en détail

SERVICES DE LA PRÉVENTION. AssurAnces spécialisées nationales et internationales

SERVICES DE LA PRÉVENTION. AssurAnces spécialisées nationales et internationales SERVICES DE LA PRÉVENTION AssurAnces spécialisées nationales et internationales POuR PROTÉgER LA marque D une ENTREPRISE, IL faut SuRVEILLER LES RISquES. ALORS, LA PRÉVENTION DES RISquES DOIT faire PARTIE

Plus en détail

La politique de segmentation de KBC Assurances

La politique de segmentation de KBC Assurances Plusieurs critères interviennent dans notre décision d assurer ou non un risque, et le cas échéant, pour quel tarif. Nous utilisons ces critères de segmentation pour parvenir à un équilibre entre la prime

Plus en détail

La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi!

La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi! La sécurité routière : un enjeu pour le milieu professionnel, aussi! Accident avec arrêt Accident avec incapacité temporaire Accident avec incapacité permanente 2.000 à 4.000 25.000 86.000 Accident mortel

Plus en détail

RC Auto. comment s y prendre?

RC Auto. comment s y prendre? RC Auto comment s y prendre? RC Auto Une assurance, pour quels conducteurs et pour quels véhicules? «Pas de voiture» sans assurance Parler de l assurance automobile, c est songer aussitôt à l assurance

Plus en détail

Conduire. Mark Tant et Guido Baten

Conduire. Mark Tant et Guido Baten Conduire Mark Tant et Guido Baten A juste titre ou non, la voiture est parfois un signe extérieur de richesse. L utilisation de la voiture, en tant que conducteur, n implique cependant pas que le fait

Plus en détail

votre courtier d assurances ou agent bancaire AXA

votre courtier d assurances ou agent bancaire AXA votre courtier d assurances ou agent bancaire AXA Pour plus d informations sur les conditions de happy generation et de confort auto d AXA, consultez votre courtier d assurances ou agent bancaire AXA ou

Plus en détail

Ouvrez l œil autour des véhicules lourds

Ouvrez l œil autour des véhicules lourds Ouvrez l œil autour des véhicules lourds Surveillez les angles morts Pour garder la vie Sécurité : un mot prioritaire pour CAA-Québec Les automobilistes d aujourd hui doivent partager la route avec de

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

RC jeunes : rare et chère

RC jeunes : rare et chère RC jeunes : rare et chère NOTRE ENQUÊTE Nos enquêteurs ont cherché à assurer une fi lle de 18 ans sans expérience de conduite. Puis, dans un second scénario, une jeune femme de 22 ans, avec 18 mois de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2010/5 Distr. générale 12 janvier 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

Le décret n 2010-1390 du 12 novembre 2010 pour une meilleure prise en compte de tous les usagers vulnérables.

Le décret n 2010-1390 du 12 novembre 2010 pour une meilleure prise en compte de tous les usagers vulnérables. Commentaire de la Sécurité routière Le décret n 2010-1390 du 12 novembre 2010 pour une meilleure prise en compte de tous les usagers vulnérables. Parution le 16 novembre au Journal officiel du décret n

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Moniteur de prévention incendie 2012

Moniteur de prévention incendie 2012 Moniteur de prévention incendie 2012 Page 1 de 9 Introduction Dans le cadre du Plan national de Prévention des Incendies dans les Habitations 2012, le Service public fédéral Intérieur a commandé, en collaboration

Plus en détail

Communiquer, c est entrer dans la structure de l autre.

Communiquer, c est entrer dans la structure de l autre. Le plan de communication marketing ou Communiquer, c est entrer dans la structure de l autre. Atelier - conférence présentée par Diane Lépine Directrice du développement des Affaires et gestionnaire sénior

Plus en détail

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Le 29 janvier 2015 Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Campagne conducteur-d-elite.ch: suivre des cours, c est avoir une conduite plus sûre. L objectif de la campagne

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité PROFIL D ENSEIGNEMENT Bachelier en Publicité Une formation aux couleurs de la HELHa L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant en lui permettant, d une part,

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES 3 AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances ont souscrit à l égard de leurs nombreux interlocuteurs:

Plus en détail

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité Introduction: Être responsable de ses actes Vivre en société exige l existence et le respect de règles visant à garantir la liberté des individus qui la composent, 2 mais aussi à les protéger sur les plans

Plus en détail

Assurance des risques divers

Assurance des risques divers L assurance du terrorisme en Tunisie : où en sommes-nous? Nabil Ben Azzouz D.U en Droit des assurances de l IAL Etudiant en Master 2 Droit des assurances à l IAL Assurance des risques divers Depuis quelques

Plus en détail

Attention: nouvelle réglementation routière

Attention: nouvelle réglementation routière 12 Service public fédéral Mobilité et Transports www.mobilit.fgov.be E.R..: C. Van Den Meersschaut, Chaussée de Haecht 1405, 1130 Bruxelles D/2004/0779/10 Attention: nouvelle réglementation routière Infractions

Plus en détail

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Véhicules du gouvernement Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Maximes «No man hath endurance, as he that selleth insurance» -Anon 2 Notre

Plus en détail

Les français et les jeunes conducteurs

Les français et les jeunes conducteurs DOSSIER DE PRESSE Paris, 4 mai 2015 www.jeune-conducteur-assur.com Les français et les jeunes conducteurs Révélation de l étude Jeune Conducteur Assur / Ifop Enquête menée auprès d un échantillon de 1000

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

LE MINI GUIDE DE L ASSURANCE RC AUTO EN BELGIQUE. Agréé par la CBFA sous le numéro 14313A-cB.

LE MINI GUIDE DE L ASSURANCE RC AUTO EN BELGIQUE. Agréé par la CBFA sous le numéro 14313A-cB. LE MINI GUIDE DE L ASSURANCE RC AUTO EN BELGIQUE Avant propos Cet ouvrage est la propriété intellectuelle du Bureau Financier Pietquin Bureau de courtage indépendant Agréé par la CBFA sous le numéro 14313A-cB.

Plus en détail

Fiche de produit Police Voiture. Cette police assure les risques spécifiques qui découlent de l utilisation d une voiture.

Fiche de produit Police Voiture. Cette police assure les risques spécifiques qui découlent de l utilisation d une voiture. POLICE VOITURE juin 2014 Fiche de produit Cette police assure les risques spécifiques qui découlent de l utilisation d une voiture. Tout propriétaire ou preneur de leasing (financier) d une voiture. Assurances

Plus en détail

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944

assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 AMMA ASSURANCES LE FAIT GÉNÉRATEUR assurances médicales depuis 1944 entreprise d assurance mutuelle agréée par l Office de Contrôle des Assurances sous le code 0126 (A.R. 04 et 13.07.1979 M.B. 14.07.1979)

Plus en détail

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Les tendances technologiques dans le secteur de l assurance vie : partie 1. * *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES

SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES INTRODUCTION Honda Canada Inc. et les Services Financiers

Plus en détail

> Une garantie obligatoire

> Une garantie obligatoire R 414 Juillet 2007 Centre de documentation et d information de l assurance La voiture et l assurance > Une garantie obligatoire La garantie responsabilité civile Seule assurance obligatoire en automobile,

Plus en détail

> Une garantie obligatoire

> Une garantie obligatoire R 407 Centre de documentation et d information de l assurance Juin 2007 L assurance des deux-roues à moteur Motos, mini-motos, boosters, cyclomoteurs, scooters doivent être assurés, quelle que soit leur

Plus en détail

Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune.

Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune. Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune. Une commune doit répondre comme n importe quelle personne de tout acte

Plus en détail

6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE

6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE Par tage de la route 6 6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE N oubliez pas que de nombreux usagers circulent dans nos rues et sur nos routes. Il incombe à chaque usager de tenir compte de la présence et des

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

VIVIUM Assurance Auto

VIVIUM Assurance Auto VIVIUM Assurance Auto La sérénité 5 étoiles En cas d accident, VIVIUM Auto vous garantit la sérénité au volant, avec sa gamme étendue de solutions testées et approuvées. 1. Confiez votre voiture et votre

Plus en détail

Pour votre génération, le meilleur reste à venir

Pour votre génération, le meilleur reste à venir Pour votre génération, le meilleur reste à venir Votre génération? Une génération qui a osé rêver et fait vivre au monde de mémorables instants. Vous faites partie de la Happy Generation. Chez AXA, nous

Plus en détail

27 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

27 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-27(2006) 3 27 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Érevan (12-13 octobre 2006) LA PLACE, LES DROITS ET L AIDE AUX VICTIMES Rapport présenté par le Ministre de la Justice d ALLEMAGNE www.coe.int/minjust

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

La location de voitures courte durée, un moyen de déplacement dans l air du temps

La location de voitures courte durée, un moyen de déplacement dans l air du temps Dossier de Presse La location de voitures courte durée, un moyen de déplacement dans l air du temps Avril 2006 Contacts presse : HOPSCOTCH Elodie Brillaud Tél. : 01 58 65 00 68 E-mail : ebrillaud@hopscotch.fr

Plus en détail

RÉSOLUTION D'ENSEMBLE SUR LA CIRCULATION ROUTIÈRE

RÉSOLUTION D'ENSEMBLE SUR LA CIRCULATION ROUTIÈRE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE DES NATIONS UNIES COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS RÉSOLUTION D'ENSEMBLE SUR LA CIRCULATION ROUTIÈRE GROUPE DE TRAVAIL DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE NATIONS UNIES V. LA NOUVELLE

Plus en détail

POLICE VOITURE CBC. Cette police assure les risques spécifiques qui découlent de l utilisation d une voiture.

POLICE VOITURE CBC. Cette police assure les risques spécifiques qui découlent de l utilisation d une voiture. POLICE VOITURE CBC Cette police assure les risques spécifiques qui découlent de l utilisation d une voiture. Tout propriétaire ou preneur de leasing (financier) d une voiture. Assurances Quelles couvertures

Plus en détail

Chapitre 2. Le contrat et les concepts de base de en assurance

Chapitre 2. Le contrat et les concepts de base de en assurance Chapitre 2 Le contrat et les concepts de base de en assurance 2.1 Les aspects économiques et social de l assurance L assurance est une sécurité pour la société parce qu elle permet au gens de protéger

Plus en détail

Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES

Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES Fiche 16 LES MOTARDS VUS PAR LES AUTRES L image de motards o Parfois mal vus par population (imprudents) o Accélération violentes o Faufile entre voitures o Circule sur trottoirs, bande arrêt d urgence

Plus en détail

LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE. Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002

LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE. Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002 08/07/02 LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002 MESURES ET ORIENTATIONS PROPOSEES PAR LE LIVRE BLANC SUITES

Plus en détail

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM CHAPITRE 8 l S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM évolution des attentes ne cesse de pousser les entreprises

Plus en détail

Règlement concernant les tests d évaluation des compétences de conduite (du 16.08.2013)

Règlement concernant les tests d évaluation des compétences de conduite (du 16.08.2013) Règlement concernant les tests d évaluation des compétences de conduite (du 16.08.2013) 1. GENERALITES 1.1. Situation initiale L introduction du nouveau profil professionnel de moniteur/monitrice de conduite

Plus en détail

Guide Global Property/Dommages aux Biens

Guide Global Property/Dommages aux Biens Guide Global Property/Dommages aux Biens Guide Global Property/Dommages aux Biens Prêts pour demain CLIQUER ICI Depuis plus de 60 ans, AIG assure des entreprises internationales sur les risques de Dommages

Plus en détail

Témoignages. Objectif: Exercice: Matériel: Format: Durée: Informations supplémentaires:

Témoignages. Objectif: Exercice: Matériel: Format: Durée: Informations supplémentaires: 05 Discussion Descriptif des tâches Objectif: Exercice: Matériel: Les élèves comprennent les raisons pour lesquelles il est utile de s assurer et découvrent qu une assurance assiste et indemnise les victimes

Plus en détail

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Santé, Sécurité, Environnement Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Formation initiale AP Formation ACMO 2010 Le risque routier : un risque professionnel majeur Les accidents de la

Plus en détail

PARTIE 1. Phénoménologie

PARTIE 1. Phénoménologie TABLE DES MATIÈRES Du même auteur........................................ Table des matières....................................... Abréviations........................................... Sigles.................................................

Plus en détail

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement?

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? 1 Concerne : Abords d école limitation 30Km/h Gilet rétro réfléchissant Camions Nouvelles cartes de stationnement - Motards Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? Arrêté Royal

Plus en détail

PETIT LEXIQUE DE L ASSURANCE AUTOMOBILE

PETIT LEXIQUE DE L ASSURANCE AUTOMOBILE PETIT LEXIQUE DE L ASSURANCE AUTOMOBILE Accident. Évènement survenant de façon inopinée et brutale, et susceptible de causer des dommages. Accident de la circulation. Accident* survenant sur une voie publique

Plus en détail

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention"

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite EF-SCOOT Prévention Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention" Ce document a été réalisé conjointement par l Inspection

Plus en détail

L assurance des deux-roues à moteur. Fédération française des sociétés d assurances DEP 407 - MARS 2003

L assurance des deux-roues à moteur. Fédération française des sociétés d assurances DEP 407 - MARS 2003 DEP 407 - MARS 2003 L assurance des deux-roues à moteur Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

Campagne motards 2015 Les chiffres

Campagne motards 2015 Les chiffres Campagne motards 2015 Les chiffres Le printemps est synonyme du retour de nombreux motards sur nos routes. Le mois d avril marque également le début de la période la plus meurtrière pour les motards. Même

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/4 6 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

741.522 Ordonnance sur l admission des moniteurs de conduite et sur l exercice de leur profession

741.522 Ordonnance sur l admission des moniteurs de conduite et sur l exercice de leur profession Ordonnance sur l admission des moniteurs de conduite et sur l exercice de leur profession (Ordonnance sur les moniteurs de conduite, OMCo) du 28 septembre 2007 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 378 rectifié bis SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2007-2008 Annexe au procès-verbal de la séance du 10 juin 2008 PROPOSITION DE LOI tendant à assurer une plus grande équité dans notre politique de sécurité

Plus en détail

Hala Boudjemaa. Conduite (B) L essentiel pour réussir l épreuve pratique et conduire en toute sécurité. Publibook

Hala Boudjemaa. Conduite (B) L essentiel pour réussir l épreuve pratique et conduire en toute sécurité. Publibook Hala Boudjemaa Conduite (B) L essentiel pour réussir l épreuve pratique et conduire en toute sécurité Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http ://www.publibook.com

Plus en détail

La MAT vous invite sur son stand au SALON DES TAXIS voir feuille jointe

La MAT vous invite sur son stand au SALON DES TAXIS voir feuille jointe J u i n 2 0 0 3 La MAT vous invite sur son stand au SALON DES TAXIS voir feuille jointe Prévention Routière La Formation Develter, Face à face avec Stéphane Develter pages 2, 3 et 4 De retour du 59 ème

Plus en détail

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? L association peut, dans l exercice de ses activités, causer des dommages, porter atteinte aux intérêts des tiers. L'association est

Plus en détail

La sécurité informatique, c est votre problème aussi!

La sécurité informatique, c est votre problème aussi! INFOSAFE Un certificat universitaire en management de la Sécurité des Systèmes d Information. Une approche pragmatique pour répondre aux besoins des entreprises et des administrations. La sécurité informatique,

Plus en détail

Peugeot assurance. Vous êtes unique, et notre assurance en tient compte.

Peugeot assurance. Vous êtes unique, et notre assurance en tient compte. Peugeot assurance Vous êtes unique, et notre assurance en tient compte. Une assurance auto complète et sur mesure! Les temps changent et l assurance auto, elle aussi, s adapte. Fini le calcul de la prime

Plus en détail

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention

Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention COMMUNIQUE DE PRESSE Paris - 19 mai 2011 Moto 125 Le nouvel espace dédié aux conducteurs de 125 cm3 sur les sites des associations Prévention Routière et Assureurs Prévention Embouteillages, problèmes

Plus en détail

Union Africaine PLAN D ACTION DE LA DECENNIE DE LA SECURITE ROUTIERE AFRICAINE : 2011-2020

Union Africaine PLAN D ACTION DE LA DECENNIE DE LA SECURITE ROUTIERE AFRICAINE : 2011-2020 Union Africaine PLAN D ACTION DE LA DECENNIE DE LA SECURITE ROUTIERE AFRICAINE : 2011-2020 Page 1 I. Généralités Plan d action pour la sécurité routière africaine Cinq piliers: Le Plan d action 2011-2020

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

responsable? Qui est Sinistres «Nous tenons compte des circonstances de chaque cas»

responsable? Qui est Sinistres «Nous tenons compte des circonstances de chaque cas» Sinistres Qui est responsable? «Nous tenons compte des circonstances de chaque cas» Comment l expert en sinistres détermine la responsabilité L incidence de la responsabilité Possibilités d appel Mars

Plus en détail

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres Janvier 2015 Enquête CLCV Assurances et sinistres 1 Synthèse Au cours du deuxième semestre 2014, nous avons réalisé une enquête auprès de 442 assurés ayant subi un sinistre automobile ou habitation aux

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil :

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil : Colloque conseil SFER 14 &15 octobre 2010 Évaluation des prestations de conseil : Mesurer la capacité d une organisation à satisfaire les besoins de conseil de l ensemble de ses clients Philippe BOULLET

Plus en détail

Circuler en Belgique - 2010 -

Circuler en Belgique - 2010 - Circuler en Belgique - 2010 - Choisir la bonne voiture L achat d une voiture est un choix très personnel, en fonction des besoins, préférences ou gouts. Néanmoins, il existe un seul conseil qui est valable

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Aide médicale urgente Gratuit - 24 h/24 À partir de n importe quel téléphone, cabine, même GSM hors réseau

Aide médicale urgente Gratuit - 24 h/24 À partir de n importe quel téléphone, cabine, même GSM hors réseau Numéros utiles Aide médicale urgente Gratuit - 24 h/24 À partir de n importe quel téléphone, cabine, même GSM hors réseau Police fédérale Obligatoire en cas d accident avec des blessés si le recours au

Plus en détail

Réseau des Centres Européens des Consommateurs

Réseau des Centres Européens des Consommateurs Le tourisme en Grèce Réseau des Centres Européens des Consommateurs Cette brochure vous donnera des informations sur la conduite en Grèce. Toutefois, les informations que vous y trouverez ne sont pas exhaustives

Plus en détail

GSE. La gestion de la santé en entreprise (GSE) de SWICA.

GSE. La gestion de la santé en entreprise (GSE) de SWICA. La gestion de la santé en entreprise () de SWICA. : le complément idéal de vos solutions d assurance SWICA. Aves ses assurances-maladie et accidents, SWICA vous apporte un éventail étendu et complet d

Plus en détail

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5763 Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

Pour atteindre cet objectif, Ecoplan et l IMU ont appliqué les méthodes suivantes:

Pour atteindre cet objectif, Ecoplan et l IMU ont appliqué les méthodes suivantes: Résumé Objectif et méthode d analyse Au cours de ces dernières années, le marché des vélos électriques (e-bikes) a connu un fort développement en Suisse. En 2007, le nombre de vélos électriques vendus

Plus en détail

Coup d œil chez nos voisins

Coup d œil chez nos voisins Betrokkenheid in ongevallen en kennis van verkeersdoden

Plus en détail

Avec la D.A.S. gardez toujours la tête hors de l eau

Avec la D.A.S. gardez toujours la tête hors de l eau Avec la D.A.S. gardez toujours la tête hors de l eau Pourquoi une assurance Protection juridique? LES QUESTIONS LES PLUS SOUVENT POSÉES 1. Que faire lorsque votre véhicule est déclaré en perte totale à

Plus en détail

La Société de l assurance automobile du Québec

La Société de l assurance automobile du Québec LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 2.2.9 La Société de l assurance automobile du Québec La Société de l assurance automobile du Québec a pour mission d assurer et de protéger les personnes

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification

La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification La juste prime pour tous www.suva.ch/prime www.suva.ch/tarification Personne ne paie volontiers le prix fort pour une assurance. A la Suva, un système astucieux veille à ce que les primes soient proportionnelles

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Votre mobilité. Prenez la route en toute sécurité!

Votre mobilité. Prenez la route en toute sécurité! Votre mobilité Prenez la route en toute sécurité! Votre Mobilité Votre Auto Bien plus qu une assurance Responsabilité Civile classique Turbo Bonus, un nouveau mode de calcul du Bonus-Malus encore plus

Plus en détail