ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX"

Transcription

1 CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX 2015 RÉALISÉ D'OCTOBRE 2014 À JANVIER 2015

2

3 Table des matières LA PROBLEMATIQUE L'ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX POUR L'ANNEE 2015 A POUR OBJECTIFS :...8 I)LES DIFFERENTES OBSERVATIONS...9 1)LES CONSTATS DU C.C.A.S...9 le nombre de demandes...9 le montant global attribué aux familles...10 l'aide aux impayés de loyers et charges locatives...11 pour l'aide aux dépenses d'énergie...12 au niveau des projets de l'épicerie sociale...12 au niveau du fonds d'aide aux jeunes )LES OBSERVATIONS DES AUTRES PARTENAIRES...13 Les constats des associations humanitaires...13 Le secours populaire...13 Les restaurants du cœur...13 L'entraide majolane...14 Les constats de la Maison du Rhône...15 Les constats de l'association des centres sociaux et culturels de Meyzieu...15 les constats des services municipaux )LE PROFIL DES FAMILLES DEMANDEUSES...17 Les ressources des familles qu demandent une aide...17 le montant des dettes de loyer des familles...17 les domiciliations...18 Le reste pour vivre des majolans ) AUTRES ELEMENTS POSSIBLES...21 Le changement de conseil d'administration...21 l'adoption d'un règlement d'attribution des aides facultatives : modification des modalités d'attribution...21 Le projet de métropole...21 II)LA MISE A JOUR DES DONNEES STATISTIQUES )LA DEMOGRAPHIE )LES REVENUS )EMPLOI INSERTION ECONOMIQUE )LE LOGEMENT...30

4 5)LA SANTE...32 III)LES AUTRES INDICES DE PRECARITE...34 IV)CONCLUSION...35 V)LES PISTES ET LES PROPOSITIONS...36 VI)LES TRAVAUX DE LA REFLEXION PARTENARIALE SUR LA JEUNESSE )Les groupes de réflexion partenariaux )le bilan du Point Accueil et Écoute Jeunes (P.A.E.J.) )Pistes et propositions pour la jeunesse...39 LEXIQUE...40 ANNEXES...50 I. LISTE DES PARTENAIRES AYANT PARTICIPE TOUTE L'ANNEE A LA REFLEXION SUR LES BESOINS SOCIAUX...50 II. LISTE DES REALISATIONS PARTENARIALES SUITE AUX ABS DEPUIS 2002 PAR THEMATIQUE...51

5 5

6 LA PROBLEMATIQUE 2014 Au cours du premier semestre 2014, le C.C.A.S. a constaté une forte augmentation générale des demandes d'aide, tant en nombre qu'en montant. A quoi est due cette augmentation? Les hypothèses qui peuvent expliquer cette situation : Une augmentation de la population? Une plus forte proportion de familles en situation de précarité? D'autres événements? D'autres partenaires ont-ils fait les mêmes constats? Qu'ont observé les autres services municipaux? 6

7 L'ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX POUR L'ANNEE 2015 A POUR OBJECTIFS : 1)de recenser les différentes observations sur notre territoire de lister les différents éléments du contexte qui pourraient expliquer le phénomène observé 2) de mettre à jour les différents indicateurs concernant l'évolution de la population et ses caractéristiques puis au travers de cet ensemble de confirmer ou infirmer une augmentation des besoins des familles de MEYZIEU, liés à la crise économique 3) de proposer les priorités pour 2015 et d'envisager des pistes innovantes pour répondre au mieux aux besoins nouveaux 4) de faire l'état des lieux des travaux de réflexion réalisés par les groupes de partenaires sur la jeunesse, thématique prioritaire pour 2013 puis

8 I) LES DIFFERENTES OBSERVATIONS 1) LES CONSTATS DU C.C.A.S Le C.C.A.S. a constaté dès le premier semestre 2014 une nette progression des demandes d'aides des familles et a donc attribué des secours en plus grand nombre et d'un montant plus élevé que les années précédentes. Voici ces constats : le nombre de demandes Il a nettement progressé au cours du premier semestre 2014 en comparaison avec les deux dernières années : En six mois, du 1/1 au 30/6/2014, le nombre de demandes était comparable à celui enregistré en année complète en 2012 et

9 2014 : du 1/1 au 30/6 79 demandes 2012 : année complète 85 demandes 2013 : année complète 77 demandes : du 1/1 au 30/ : année complète 2013 : année complète le montant global attribué aux familles Il s'agit des secours attribués par le Conseil d'administration, mais aussi, de la participation à l'épicerie sociale, des aides du Fonds d'aide aux Jeunes en Difficultés (F.A.J.E.D.), des dépenses pour l'hébergement d'urgence et des aides alimentaires remises directement au guichet : du 1/1 au 30/ : année complète : année complète Là aussi, le montant des aides accordées au cours des six premiers mois de l'année 2014 correspond à 90 % des secours attribués en une année complète pour 2012 et

10 Quelles sont les aides qui ont beaucoup progressé? l'aide aux impayés de loyers et charges locatives De janvier à août 2014 De janvier à août 2013 De janvier à août , , ,00 Secours aux familles pour impayés de loyers De janvier à août 2014 De janvier à août 2013 De janvier à août 2012 Ce montant, pour les six premiers mois 2014, est même supérieur au montant versé pour une année complète en 2012 et 2013, à savoir pour chacune des années. 10

11 pour l'aide aux dépenses d'énergie De janvier à juillet 2014 De janvier à juillet 2013 De janvier à juillet Année complète Année complète Là, le montant attribué au cours du semestre 2014 est supérieur aux montants annuels 2012 et au niveau des projets de l'épicerie sociale 1 er semestre er semestre er semestre En année complète, les dépenses pour l'épicerie s'élevaient à en 2012 et en Pour 2014, elles seront d'environ On enregistre 57 projets pour ce 1 er semestre, contre 39 en 1 er semestre 2012 et 50 au 1 er semestre au niveau du fonds d'aide aux jeunes La comparaison du 1 er semestre 2013 et du 1 er semestre 2014 laisse apparaître les chiffres ci-après : 1 er semestre aides accordées er semestre aides accordées Là aussi, forte augmentation des demandes et des montants accordés (environ +40%) 11

12 2) LES OBSERVATIONS DES AUTRES PARTENAIRES Les constats des associations humanitaires Le secours populaire «Le comité de Meyzieu compte vingt bénévoles et autant de ponctuels ; il intervient sur six communes. 92 % des bénéficiaires sont majolans. Le Secours Populaire propose aux familles qui ont été reçues en permanence d accueil : en plus de l'aide alimentaire, des colis alimentaires spécifiques bébé (couches et produits d hygiène) une aide pour les fournitures scolaires aux familles sans allocation de rentrée scolaire une aide pour les transports aux familles sans revenus une fête de noël avec jouets, goûter, spectacle La boutique de la solidarité (vestiaire, bric à brac, puériculture, linge) est ouverte à tout public Des dossiers de départ en vacances peuvent être préparés et traités par la Fédération. En 2013, le comité a aidé 225 familles soit 207 de Meyzieu. 65 familles sont monoparentales. En 2014, le nombre de familles est resté stable avec 219 familles. L'accroissement s'est produit surtout en 2013 puisqu'on passe de 182 familles en 2012 à 225 familles en se caractérise par un nombre important de nouvelles famille :84, par le fait aussi d'une aide au transport importante (72 abonnements mensuels et 610 tickets de bus) et enfin par un nombre important de familles sans domicile fixe : 11 sans logement, 12 à l'hôtel et 27 hébergées. Les restaurants du cœur «Le centre de Meyzieu est important puisqu'il dessert 7 communes. 50 bénévoles interviennent dont quinze référents (hygiène, micro-crédit, approvisionnement, etc.) 85 % de l'activité concerne Meyzieu. En plus de l'aide alimentaire, les Restos du Cœur offrent également des services tels que : écoute, aide administrative, aide à l'accès au droit, arbre de Noël, bibliothèque, écrivain public,jouets de Noël, micro-crédit, vestiaire, etc. 12

13 Interrogé à la fin de la campagne d'été, le responsable du centre a déclaré :» nous avons eu 150 familles, alors qu'en 2013, le centre a aidé une centaine de familles environ. Pour la campagne d'hiver, nous évaluons à 280 le nombre de familles qui seront aidées soit une augmentation de 15 % par rapport à l'année précédente. 70 % d'entre elles ne perçoivent que le R.S.A.» L'entraide majolane L Entraide majolane intervient sur de nombreuses communes (une quinzaine environ) de même qu à l extérieur (Madagascar ; Bali) ; elle compte 80 bénévoles. Elle apporte une aide financière, matérielle et morale aux personnes démuni es et défavorisées pour leur permettre de reconstruire leurs repères fondamentaux et de se réinsérer socialement. Elle gère l épicerie sociale et solidaire avec le C.C.A.S. et organise des épiceries à économie. Elle a créé le Café de l âge d or (rencontres conviviales entre personnes âgées). Elle distribue des produits alimentaires, des vêtements, de la vaisselle. Elle peut intervenir financièrement pour des cas urgents. Elle reçoit les personnes en permanence d accueil et d écoute. Voici la comparaison de l activité pour Meyzieu en 2013 puis les dix premiers mois de 2014 : L Entraide a bien enregistré une augmentation des demandes des familles sur les premiers mois de

14 Les constats de la Maison du Rhône Les chiffres pour 2014 ne sont pas encore connus mais la perception des agents est bien une accentuation des difficultés des familles : elles se présentent dans les services sociaux de plus en plus tardivement, quand les situations sont plus difficilement gérables, avec des dettes lourdes et anciennes, à la limite du surendettement. Les constats de l'association des centres sociaux et culturels de Meyzieu D une manière générale, l'association n'a pas constaté une augmentation flagrante des situations de précarité contrairement à d autres partenaires comme le Secours Populaire ou les Restos du Cœur. Ces derniers ont notamment vu durant la campagne d été un nombre de familles beaucoup plus important utiliser leurs services. Or durant cette période, ce sont les familles les plus en précarité qui se rendent aux Restos du Cœur. Si l on se focalise sur le quartier des Plantées, où les impayés de charges explosaient en 2013, avec la nécessité de rester vigilant sur certaines résidences. Sur le quartier du MATHIOLAN l'équipe des centres sociaux est davantage sollicitée sur de la transmission d informations concernant des aides ponctuelles et l ouverture de droits. Au niveau de leurs activités en général, les centres sociaux n'ont pas eu, de la part des familles, plus de demandes d étalement de paiement qu auparavant. L'association constate tout de même que les personnes qui viennent à sa rencontre, notamment sur les temps dédiés de permanence administrative, sollicitent les professionnelles sur des situations d urgence et pas forcément sur une aide administrative (retards de paiement, pertes de ressources, aide pour avoir un logement social ). Sans avoir de données chiffrées concrètes, l'association constate que certaines personnes passent de plus en plus par un crédit revolving pour payer leurs impôts, etc 14

15 les constats des services municipaux Le service culturel n'a pas observé de modification dans les fréquentations de ses services : médiathèque, conservatoire, saison culturelle Le service petite enfance note une certaine paupérisation chez les familles qui fréquentent la crèche La Ritournelle (quartier des Terrasses- Gadelle au Nord-Est de la Ville) pendant qu'il remarque l inverse à savoir des ressources en hausse pour l'établissement La Clé des Champs : or, précédemment la Ritournelle avait un public avec des ressources moyenne et La Clé des Champs qui était installée dans le centre de Meyzieu et les familles utilisatrices disposaient de faibles revenus ; cette crèche a déménagé dans le quartier du MATHIOLAN (sud-ouest de la Ville). Il est probable que le phénomène observé par ces deux crèches provienne tout simplement d'un flux de public d'un établissement sur l'autre Parallèlement, on remarque des ressources plus importantes sur deux autres crèches les Petites Pommes et Marie-Thérèse EYQUEM qui pratiquent un accueil régulier sur des temps de garde plus longs, donc s'adressent aux parents qui travaillent. En conclusion, on peut dire que les chiffres du C.C.A.S. démontrent des besoins accrus de la part de la population; pour ce qui est des observations des partenaires: certes, les associations humanitaires ont le «sentiment» d'une plus grande précarité, et deux d entre elles fournissent des chiffres qui viennent vérifier une évolution, mais certains partenaires qui sont moins dans la relation d'aide aux familles, comme l'association des centres sociaux, formulent des constats moins affirmés. Il nous est parfois difficile d'harmoniser les données de l'ensemble des acteurs. Au vu de la diversité des résultats, nous avons donc recherché d'autres éléments susceptibles de nous éclairer : - quel est le profil des familles public du C.C.A.S.? - que nous enseigne l'enquête sur le reste pour vivre? - le renouvellement du conseil d'administration a-t-il eu un impact sur les attributions des aides? 15

16 3) LE PROFIL DES FAMILLES DEMANDEUSES Les ressources des familles qu demandent une aide L'étude a porté sur les revenus des familles ayant présenté une demande d'aide au C.C.A.S. : En 2013, les revenus moyens s'élevaient à par mois. En 2014, les revenus moyens s'élevaient à par mois. Ce sont donc des familles à revenus plus modestes qui ont rencontré des difficultés pour faire face à leurs charges, cette année et qui se sont présentées dans notre service. Ce phénomène justifie donc l'augmentation des demandes d'aides auprès du C.C.A.S. le montant des dettes de loyer des familles Constatant l'explosion des demandes d'aide aux impayés de loyers auprès du C.C.A.S (voir ci-dessus), il convient de regarder le bilan de la commission des impayés de loyers qui intervient auprès des trois bailleurs principaux de la ville : ALLIADE, SEMCODA et OPAC du Rhône. Nombre de situations étudiées en 2012 en 2013 Dette moyenne à l'entrée en commission en 2012 en En 2012 et 2013, nous observons une certaine stabilité, tant au niveau du nombre de situations qu'au niveau des montant des dettes. Cependant,les chiffres de 2014 de la Commission Impayés ne sont pas encore parus et il n'est donc pas possible de retenir cet élément pour notre observation. 16

17 les domiciliations Nombre de nouvelles personnes domiciliées En En En On observe ici une stabilité des demandes entre 2012 et 2013 et une progression en 2014 Les hommes seuls représentent toujours une majorité des nouvelles demandes de domiciliations : en 2014, sur les 63 nouvelles demandes, 42 sont des hommes et 21 sont des femmes. Les motifs principaux des demandes sont les ruptures familiales et les expulsions (en augmentation par rapport à 2012). En 2014, on constate l'augmentation des sollicitations de la part des pères de familles en cours de séparation et qui sont hébergés dans le réseau familial et amical. Tous expriment le souci d'obtenir un nouveau logement suffisamment grand pour recevoir leurs enfants. Leurs ressources ayant souvent baissé suite à la perception d'indemnités de chômage, cette recherche aboutit difficilement. En 2014, nous constatons également une augmentation des domiciliations concernant des jeunes hommes en décohabitation ou rupture familiale à la recherche d'un hébergement : sur les 63 personnes nouvellement domiciliées en 2014, 22 ont moins de 30 ans. Leurs ressources (ou l'absence de ressources) ne leur permettent pas d'intégrer un logement autonome et seules les résidences sociales ou les foyers pourraient répondre à leur situation. Mais, cette solution est cependant refusée par certains, ce qui génère des tensions. Le reste pour vivre des majolans Le reste pour vivre est le solde disponible restant entre les ressources et les dépenses contraintes et qui permet donc aux personnes de se nourrir, se vêtir, se divertir mais aussi d'équiper et de meubler le logement. - une étude ayant conduit à la détermination d'un reste pour vivre a été menée en 2013 par la Mission Régionale d'information sur l'exclusion (M.R.I.E.) et l'union 17

18 des C.C.A.S du Rhône (UDCCAS 69) et les C.C.A.S. volontaires de la région Rhône-alpes dont celui de Meyzieu y ont participé L'objectif de cette étude est double : il s'agit d'une part de vérifier quel est le «reste pour vivre» une fois les charges incompressibles déduites des publics usagers des C.C.A.S. et d'autre part, de constituer un outil d'observation pertinent. Les ressources prises en compte : 9 postes sont identifiés : les salaires ; les allocations de chômage ; les pensions d'invalidité ; les pensions de retraites ; les indemnités journalières ; les minimas sociaux ; les allocations familiales ; les pensions alimentaires reçues; les autres revenus éventuels. Les dépenses contraintes prises en compte : 9 postes identifiés : coût du lieu de vie (loyer ou accession à la propriété) ; les charges locatives ou de copropriété, l'eau, l'énergie, la santé, les pensions alimentaires versées ; les télécommunications ; le transport ; les frais de scolarité ou de garde d'enfants. A ces 9 postes sont ajoutés : les impôts, taxes et redevances ; l'assurance voiture éventuelle et les assurances habitation, responsabilité civile, famille et scolaire ; enfin les indus et les dettes. L'enquête a donc permis de déterminer quel était le reste pour vivre des familles majolanes ayant déposé une demande d'aide auprès du C.C.A.S. ; en voici le montant : 18

19 Reste pour vivre MEYZIEU personne seule 246 couple sans enfant 369 famille monoparentale avec un enfant 320 couple avec deux enfants 516 L'enquête a également permis de faire un focus sur les dettes et les indus des familles: Sur la région : un quart des ménages a un reste pour vivre négatif et plus de la moitié est endettée. En revanche, Meyzieu se caractérise par un niveau d'indus et de dettes plus élevé qu'ailleurs : à Meyzieu, les indus en moyenne s''élèvent à 14,97 (6,56 en moyenne sur la région) et les dettes en moyenne sont de 78,39 (55,85 en moyenne sur la région). En outre, le nombre des ménages endettés est plus important : alors que sur l'ensemble de la région, c'est un ménage sur deux qui est endetté, à Meyzieu. La détermination de ce reste pour vivre sur Meyzieu est intéressante : c'est un indicateur qui devrait nous permettre d'une part de mieux cerner les besoins, le niveau de vulnérabilité de notre public et ses capacités à accéder à certains dispositifs existants en matière d'aide sociale. D'autre part, nous devrons explorer cette piste pour mieux connaître notre public et donc pour pouvoir cibler au plus près les bénéficiaires et ajuster les réponses : la M.R.I.E. et l' UDCCAS vont poursuivre l'exploitation des résultats de cette enquête et nous nous inscrirons pour participer à ce travail 19

20 4) AUTRES ELEMENTS POSSIBLES Le changement de conseil d'administration Suite aux élections municipales, le conseil d'administration a été renouvelé : trois des cinq élus municipaux sont de nouveaux membres et un seul membre nommé est nouveau, les quatre autres étant reconduits. Le président est le même. La vice-présidente est une nouvelle élue. Le nouveau conseil d'administration a été installé le 26 mai et cette date, c'est l'ancien conseil qui a continué à se réunir pour l'attribution des aides aux familles. Ce n'est donc pas le changement de conseil qui a pu provoquer cette explosion des demandes d'aides pour le 1 er semestre 2014, en changeant de regard ou de méthode par exemple. l'adoption d'un règlement d'attribution des aides facultatives : modification des modalités d'attribution Le nouveau conseil a adopté un règlement pour l'attribution des aides facultatives, alors que précédemment il n'y en avait pas. Ce règlement a mis en place des critères et des conditions pour l'admission à l'aide sociale facultative Ces critères sont notamment les suivants : la production d'un dossier complet le reste pour vivre la composition de la famille les domaines d'aides possibles Par ailleurs, les demandes d'aides facultatives ne sont plus examinées en conseil d'administration mais par une commission permanente nouvellement mise en place. Cependant, ces changements sont intervenus seulement à compter du 15 septembre et l'observation réalisée porte sur le 1 er semestre Ces éléments ne sont donc pas à prendre en compte pour l'instant. Le projet de métropole Les perspectives de changements vers la métropole ont entraîné des bouleversements dans les organisations et en particulier la Maison du Rhône de Meyzieu. De ce fait, les rendez-vous donnés avaient un délai de six semaines environ. En revanche, les familles peuvent être reçues immédiatement ou avec un rendezvous sous 8 jours au C.C.A.S. expliquant peut-être l'affluence des demandes. 20

21 II) LA MISE A JOUR DES DONNEES STATISTIQUES 1) LA DEMOGRAPHIE - l'évolution démographique se poursuit : habitants habitants habitants habitants habitants évolution démographique à Meyzieu L'évolution annuelle depuis 2006 est 1,6 % en moyenne (0,8%dans le Grand Lyon en moyenne) Le solde migratoire reste positif (+0,1), notre commune est donc attractive. 21

22 - la structure par âge : elle permet de définir l'équilibre des âges sur le territoire. En comparant avec les chiffres de l'insee 2009, on constate qu'en % elle reste stable : 21 % pour les 0-14 ans 15,9 % pour les ans 7,2 % pour les 75 et plus (7 % précédemment) La pyramide des âges permet de repérer la moindre proportion des ans : s'agit-il du départ des étudiants? - l'indice de jeunesse est 1,7 (1,6 précédemment) ; il est identique à celui du Grand Lyon. L'indice de jeunesse ne définit pas la jeunesse de la population, mais le nombre de personnes jeunes (les moins de 20 ans) par rapport au nombre de personnes âgées de 60 ans et plus. - le vieillissement : la proportion des 60 ans à 74 ans régresse : % en 2009 contre % en 2011 (cf.source INSEE RP ) en revanche la population âgée de 75 ans et plus est en constante évolution depuis 2006 soit 5.7% en 2006 et 7.3% en 2011.Cette tendance se retrouve à l échelle du Grand Lyon avec une part de population âgée moindre. En 2011, dans le Grand Lyon la part des personnes âgées de 60 à 74 ans est de 12.1% et les plus de 75 ans représentent 8% de la population. Meyzieu dispose d un taux d aidants potentiel important : il est de 7% (c est le rapport des ans sur les 85 ans et plus). 22

23 INSEE 2011 Pyramide des âges de Meyzieu 90 ans ou plus 75 à à 74 ans 45 à 59 ans HOMMES FEMMES 30 à 44 ans 15 à 29 ans 0 à 14 ans la taille des ménages a tendance à baisser sur tous les territoires ; elle est liée à plusieurs facteurs, comme le vieillissement, la baisse de la natalité, les phénomènes de décohabitation, etc. Depuis 1999, la taille des ménages sur notre commune diminue. En 1999, on comptait 2,9 personnes par ménage, puis 2,7 personnes en 2006 et enfin en 2011, la taille du ménage est de 2,6. En revanche, la taille des ménages sur le territoire de Meyzieu reste supérieur à la moyenne du Grand Lyon (2,2 en 2011). (source INSEE RP ). 23

24 - selon la source CAF : le nombre d'allocataires progresse : il passe de au 31/12/2012 à au 31/12/2013. Le taux de familles monoparentales reste stable : 16 % (comme précédemment) et reste supérieur à la moyenne du Grand Lyon : 13 %; Nous avons toujours une proportion de couples avec enfants plus importante que dans le Grand Lyon: 59 % contre 36 % dans l'agglomération. 24

25 2) LES REVENUS REVENUS ET INEGALITES Source : INSEE-DGFIP les foyers fiscaux En 2006 En 2011 Nombre de foyers fiscaux Revenu net déclaré moyen des foyers imposables Proportion foyers imposables ,1% 63.6% Revenu net moyen déclaré des foyers non imposables la répartition des revenus : En euros En 2006 En 2010 En er décile ème décile Médiane Rapport inter décile 4, Evolution du 1er décile entre 2006 et 2011 (euros constants) Evolution du revenu médian entre 2006 et 2011 (euros constants) Evolution du 9éme décile entre 2006 et 2011 (euros constants) -3,2% 4,7% 5,4% 25

26 Entre 2006 et 2011, les 10% de la population qui dispose des revenus les plus faibles, enregistre une évolution négative c est-à-dire que les revenus 2006 (corrigés de la variation des prix par rapport à l année 2011) sont plus faibles que les revenus 2011 pour cette partie de la population. En revanche, les revenus médians (voir définition en annexe dans le lexique) ont augmenté de 4.7% et la plus forte progression est celle des 10% de la population qui ont des revenus les plus élevés soit 5.4%. Le rapport inter-décile (9edécile/1er décile) établit le rapport entre les revenus les plus élevés et les revenus les plus faibles, en ôtant de chaque côté les 10% de personnes aux revenus, par unité de consommation, les plus extrêmes. A Meyzieu on note que ce rapport est plus élevé en 2011 comparativement à Le rapport inter-décile est un indicateur qui permet de mesurer l'inégalité de cette distribution et sur Meyzieu, l écart s agrandit. 26

27 3) EMPLOI INSERTION ECONOMIQUE Les données de l'insee (2011) Le taux de chômage (au sens du recensement) des ans en 2011 est de 11,5%. Dans le Grand Lyon, il est de 12,9%. Dans le Rhône, il est de 11,8%. Sur la commune en 2006, 9,7% de la population de Meyzieu était comptée parmi les chômeurs. En nombre de chômeurs on passe de (2006) à personnes (2011). - le taux de chômage chez les jeunes, on remarque une stabilité : la population des ans est de 3753 et parmi ceux-ci 453 sont chômeurs soit 12.1 %; dans l'agglo(10.1%) et dans le département (9.9%). Les données du Pôle Emploi Catégorie ABC(décembre 2013) demandeurs d'emploi inscrits soit une augmentation de 7,5 % par rapport à 2012 (+6,9 % dans l'est Lyonnais). La proportion des moins de 25 ans représente 18 % des demandeurs( 15 % dans l'est Lyonnais). L'évolution annuelle est de 4% (+1,8 % dans l'est Lyonnais) ; Les plus de 50 ans représentent également 18 % sur Meyzieu et dans l'est Lyonnais et l'évolution annuelle est de 6% (+11,9 % dans l'est Lyonnais). Les données Mission locale 830 jeunes suivis en 2012 avec 297 entrés en emplois et 77 entrés en formation 855 jeunes suivis en 2013 avec 244 entrés en emplois et 90 entrés en formation. A noter que ces chiffres d'entrée en emploi et en formation sont ceux des entrées en situation dans l'année ; les autres jeunes (456 en 2012 et 521 en 2013) étaient déjà en «situation» avec une entrée l'année précédente. D'une manière générale, les jeunes sont en accompagnement régulier à la Mission Locale et sont en démarche active. Ils peuvent participer à des ateliers de recherche d emploi, se présenter à des forums sur l orientation et/ou l emploi, faire des bilans de compétences, des immersions en entreprise, participer à des modules de sensibilisation à la santé ou à une action de raccrochage scolaire, etc. On remarque donc une augmentation des inscrits en mission locale de 2012 à 27

28 2013 mais cette évolution suit celle des demandeurs d'emploi. Ce qu'on peut retenir c'est la persistance sur Meyzieu d'un taux de chômage et de demandeurs d'emploi chez les moins de 25 ans qui restent alarmant. Voici les taux de qualification en % source INSEE 2011: Le taux de scolarisation des ans 50,8 % 45% (65% dans le Grand Lyon) Le taux de scolarisation des ans 5 % 5% (12%dans le Grand Lyon) La population de 15 ans et plus non scolarisée et sans diplôme La population de 15 ans et plus non scolarisée avec brevet des collèges La population de 15 ans et plus non scolarisée avec CAP BEP La population de 15 ans et plus non scolarisée avec BAC La population de 15 ans et plus non scolarisée avec études supérieures cycle long 25,3 % 23% (22% en 1999 et 19% dans le Grand Lyon en 2010) 5,5 % 5,5%% 5identique dans le Grand Lyon 24 % 24% (18% Grand Lyon) 13,2 % 15,6% (16 % Grand Lyon ) 9,9 % 12 % (21 % Grand Lyon) On observe toujours la tendance de Meyzieu d'un faible taux de qualification mais qui s'inverse lentement, notamment au niveau des bacheliers. 28

29 4) LE LOGEMENT - d'après les données de la conférence communale du logement (février 2014) on observe un taux de logement individuel (pavillon) qui continue à se réduire en raison du volume de constructions collectives qui augmente. En 2013, il est de 63 % (65 % en 2012) ; un taux de propriétaires qui s'infléchit lentement : 69,5 % (70 % en 2012) et le taux de prestations liées au logement identique : 41 %. Le taux de logements SRU s'élevait à 19,17 % au 1 er janvier En 2013, dans les demandes de logements, on recense une moindre précarité que dans l'ensemble des demandeurs du Grand Lyon (plus nombreux à travailler et à avoir un emploi stable, moins nombreux à avoir les minimas sociaux pour ressources, etc). La commission «impayés de loyers» a examiné 186 situations en 2013, chiffre stable par rapport à 2012 et le montant des dettes moyennes tend à diminuer (1 327 en 2012 ; en 2013). l'observatoire de veille des copropriétés des Plantées Pour les sept immeubles en copropriété dans le quartier politique de la ville des Plantées, les impayés de charge sont observés régulièrement chaque année : ANNEE/ dettes Dette inférieure à 370 Dette comprise entre 370 et 760 Dette supérieure à % 14 % 7 % % 11 % 11 % % 13 % 12 % Globalement, les impayés de charges augmentent mais on retrouve le niveau de Cependant, les dettes de montant supérieur à 760 perdurent et augmentent. Ces éléments ne démontrent pas une augmentation de la précarité. Cependant on peut noter que la part du logement dans le budget familial est importante. Selon le site spécialisé locateimmo.com, le prix moyen du m² loué oscille entre 9,48 et 13,80 pour un appartement (soit entre 600 et 900 pour un F3 de 65 m²). Or, selon l'enquête sur le reste pour vivre, la part logement pour un couple avec deux enfants est de

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2013 L action sociale du C.C.A.S. Les missions Intervention sociale auprès des personnes Accueillir, informer, orienter et accompagner le public présentant

Plus en détail

Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS

Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Décembre Sommaire PREAMBULE...p I. TYPOLOGIE DES LOGEMENTS...p.. Répartition par type de logement...p.. Répartition des

Plus en détail

SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX

SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX Lundi 17 mars 2014 Direction Régionale EDF 69006 LYON 17 MARS 2014 Salle EDF 8 place Danton 69003 LYON TEL : 09 80 86 76 93 DEROULEMENT Propos introductifs

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 861 452 934 499 995 498 1 52 183 1 134 493 1 266 358 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 55 364 569 81 571 852 559 413 544 891 554 72 Densité moyenne (hab/km2) 64,2 66,5

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population Lyon 7e Arroissement (69387 - Arroissement municipal) Évolution et structure de la population Mise à jour le 3 juin 211 Géographie au 1/1/21 POP T1M - Population 1968 1975 1982 199 1999 Population 62 2

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 2 418 847 2 511 478 2 52 526 2 531 855 2 554 449 2 571 94 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 1 397 99 1 42 295 1 412 413 1 433 23 1 441 422 1 461 257 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Evolutions 1968-2010 Par classes d'age Part, rang, des quartiers et secteurs, et variation entre 1990-2010 Indice de jeunesse

Evolutions 1968-2010 Par classes d'age Part, rang, des quartiers et secteurs, et variation entre 1990-2010 Indice de jeunesse Annexes POPULATION MENAGES FAMILLES ACTIVITE Evolutions 1968-2010 Par classes d'age Part, rang, des quartiers et secteurs, et variation entre 1990-2010 Indice de jeunesse Nombre et évolution entre 1990

Plus en détail

Les difficultés rencontrées par les allocataires du RSA

Les difficultés rencontrées par les allocataires du RSA DEUXIEME ENQUETE RSA Les difficultés rencontrées par les allocataires du RSA selon l observation des travailleurs sociaux juin 2011 Le cadre général de l'enquête La création du RSA visait principalement

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

MODALITÉS ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES

MODALITÉS ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES 5 - Modalités et conditions d'attribution des aides de la Caf au titre de l'action sociale à la Guyane Parallèlement au versement des prestations familiales, la Caisse d'allocations Familiales a pour mission

Plus en détail

PLAFONDS DE RESSOURCES 2007

PLAFONDS DE RESSOURCES 2007 PLAFONDS DE RESSOURCES 2007 PRESTATIONS FAMILIALES Revalorisation des plafonds d'attribution des prestations familiales, en métropole et en départements d'outre-mer (DOM), de 1,7 %, à compter du 1 er juillet

Plus en détail

Un canton en action CHAMPS-SUR- MARNE M i s e à j o u r 2 0 0 9

Un canton en action CHAMPS-SUR- MARNE M i s e à j o u r 2 0 0 9 Un canton en action CHAMPS-SUR- Mise à jour 2009 SOMMAIRE PRESENTATION 1. La population et son évolution 2. La population selon la catégorie socioprofessionnelle 3. Les ménages et leur équipement LES ENTREPRISES

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

DONNEES PRINCIPALES DEMANDEURS D'EMPLOI INSCRITS ET OFFRES COLLECTÉES PAR PÔLE EMPLOI DANS LE DÉPARTEMENT DE L'AISNE EN OCTOBRE 2015

DONNEES PRINCIPALES DEMANDEURS D'EMPLOI INSCRITS ET OFFRES COLLECTÉES PAR PÔLE EMPLOI DANS LE DÉPARTEMENT DE L'AISNE EN OCTOBRE 2015 DONNEES PRINCIPALES DIRECCTE de DR Pôle emploi de DEMANDEURS D'EMPLOI INSCRITS ET OFFRES COLLECTÉES PAR PÔLE EMPLOI DANS LE DÉPARTEMENT DE L'AISNE EN OCTOBRE 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de

Plus en détail

ANNEXE 1. Pour mieux comprendre : Quelques définitions

ANNEXE 1. Pour mieux comprendre : Quelques définitions 82 ANNEXE 1 Pour mieux comprendre : Quelques définitions Pour mieux comprendre : Quelques définitions 83 Zonage géographique Zone d emploi Définition INSEE Une zone d'emploi est un espace géographique

Plus en détail

DEMANDE D'AIDE FINANCIERE UNIQUE

DEMANDE D'AIDE FINANCIERE UNIQUE DE Organisme instructeur : Nom et qualité de l'instructeur : DEMANDE D'AIDE FINANCIERE UNIQUE Date de la demande : Public : Famille Jeune Problématique Logement : Oui Non RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS

Plus en détail

SOUTIEN PUBLIC. Ce chapitre décrit la panoplie des allocations et l'effort public de soutien aux familles ayant de jeunes enfants.

SOUTIEN PUBLIC. Ce chapitre décrit la panoplie des allocations et l'effort public de soutien aux familles ayant de jeunes enfants. SOUTIEN PUBLIC Les pouvoirs publics, État, Caisses d'allocations familiales, collectivités locales principalement, ont à la fois une politique de soutien aux familles nombreuses et une politique de soutien

Plus en détail

DONNEES PRINCIPALES DEMANDEURS D'EMPLOI INSCRITS ET OFFRES COLLECTÉES PAR PÔLE EMPLOI DANS LE DÉPARTEMENT DE LA SOMME EN OCTOBRE 2015

DONNEES PRINCIPALES DEMANDEURS D'EMPLOI INSCRITS ET OFFRES COLLECTÉES PAR PÔLE EMPLOI DANS LE DÉPARTEMENT DE LA SOMME EN OCTOBRE 2015 DONNEES PRINCIPALES DIRECCTE de DR Pôle emploi de DEMANDEURS D'EMPLOI INSCRITS ET OFFRES COLLECTÉES PAR PÔLE EMPLOI DANS LE DÉPARTEMENT DE LA SOMME EN OCTOBRE 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de

Plus en détail

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Laurence Bloch Directrice Régionale, Insee Champagne-Ardenne La pauvreté : mieux la comprendre pour mieux agir Le prix

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL. d'aides FINANCIERES aux FAMILLES

REGLEMENT DEPARTEMENTAL. d'aides FINANCIERES aux FAMILLES REGLEMENT DEPARTEMENTAL d'aides FINANCIERES aux FAMILLES Délibération A8 en date du 2 février 2009 SOMMAIRE PRÉAMBULE 3 CHAPITRE I La création du Fonds Départemental d Aides Financières aux Familles 4

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

Épicerie sociale Croix Rouge. de Courcouronnes CONDITIONS ET MODALIT É S D ACCÈ S

Épicerie sociale Croix Rouge. de Courcouronnes CONDITIONS ET MODALIT É S D ACCÈ S 1 Épicerie sociale Croix Rouge de Courcouronnes CONDITIONS ET MODALIT É S D ACCÈ S 1/ Critères d'accès : L accès est exclusivement réservé à toute personne adulte et à toute famille habitant Courcouronnes

Plus en détail

Département des Landes (40) - Dossier complet

Département des Landes (40) - Dossier complet Département des Landes (4) - Dossier complet Chiffres clés Évolution et structure de la population Département des Landes (4) POP T - Population par grandes tranches d'âges 211 26 Ensemble 387 929 1, 362

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris MAIRIE DE PARIS - DU - MCC Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2010 SEPTEMBRE 2011 L Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

N de téléphone : N de Fax : Mail : Nom - Prénom Parenté Date de naissance

N de téléphone : N de Fax : Mail : Nom - Prénom Parenté Date de naissance DEPARTEMENT DE LA MOSELLE DIRECTION DE LA SOLIDARITE DIRECTION DE L ENFANCE, DE LA FAMILLE ET DE L INSERTION Sous-Direction de l Action Sociale Territoriale et de l Insertion Service des Aides Financières

Plus en détail

CIL-PASS assistance DOSSIER N :

CIL-PASS assistance DOSSIER N : CIL-PASS assistance DOSSIER N : Date d ouverture dossier : Date de clôture dossier : SITUATION DU MÉNAGE ÉTAT CIVIL DEMANDEUR CONJOINT Nom Prénom Nom de jeune fille Né(e) le Lieu et Département Nationalité

Plus en détail

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS Nelly GOUIDER En, chaque personne résidant sur le territoire métropolitain a effectué en moyenne près de six voyages à plus de kilomètres de son domicile au cours

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA. Cette action est cofinancée par l Union Européenne

BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA. Cette action est cofinancée par l Union Européenne BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA Cette action est cofinancée par l Union Européenne Présentation de la plateforme Vous êtes nouvellement bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA). Les partenaires

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

surendettement ommission des inancières ndividuelles F I aux amilles Guide Cafif pour les travailleurs sociaux et les partenaires EDITION 2012

surendettement ommission des inancières ndividuelles F I aux amilles Guide Cafif pour les travailleurs sociaux et les partenaires EDITION 2012 > familles monoparentales nta prévention du surendettement soutien à la parentalité familles nombreuses des C A ides F ommission > aides aux projets aux F I amilles inancières ndividuelles Guide Cafif

Plus en détail

1/5 ENFANTS ETAUTRES PERSONNES VIVANT AU FOYER SI ENFANTS ACCUEILLIS EN DROIT DE VISITE ET D HEBERGEMENT, PRECISER :

1/5 ENFANTS ETAUTRES PERSONNES VIVANT AU FOYER SI ENFANTS ACCUEILLIS EN DROIT DE VISITE ET D HEBERGEMENT, PRECISER : 1/5 Service Logement 21, route de la Côte d Amour 44600 SAINT-NAZAIRE - 02.49.14.80.83 - - 02.40.53.03.33 DEMANDE D ACCES A UN LOGEMENT EN SOUS-LOCATION 1 LE(S) DEMANDEUR(S) 1 DEMANDEUR CONJOINT Nom(s)

Plus en détail

OUI, ou D UNe AIDE. D UN SOUTIeN SOMMES. IL PeUT ARRiVER QUE L ON AiT BeSOIN NOUS LÀ POUR ÇA! RENCONTRONS-NOUS! Centre Intercommunal d Action Sociale

OUI, ou D UNe AIDE. D UN SOUTIeN SOMMES. IL PeUT ARRiVER QUE L ON AiT BeSOIN NOUS LÀ POUR ÇA! RENCONTRONS-NOUS! Centre Intercommunal d Action Sociale OUI, IL PeUT ARRiVER QUE L ON AiT BeSOIN D UN SOUTIeN ou D UNe AIDE NOUS SOMMES LÀ POUR ÇA! RENCONTRONS-NOUS! Centre Intercommunal d Action Sociale www.aunis-sud.fr/cias LE Centre Intercommunal d Action

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

DEMANDE d ENTRAIDE. Dossier confidentiel. Nom :... Prénom :... Adresse :... ... CP :... Ville :... Téléphone :... Portable :...

DEMANDE d ENTRAIDE. Dossier confidentiel. Nom :... Prénom :... Adresse :... ... CP :... Ville :... Téléphone :... Portable :... DEMANDE d ENTRAIDE CE : A l initiative de l Agence Dossier confidentiel A l initiative du demandeur Nom :...................................... Prénom :............................... Adresse :...................................................................................

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Population active et pauvreté en région Centre

Population active et pauvreté en région Centre Population active et pauvreté en région Centre Conseil Economique et Social Régional du Centre Janvier 2010 Partie I. Périmètre de l étude quatre ménages touchant le SMIC ou le RSA Nombre potentiel de

Plus en détail

Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité?

Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité? Accueillir Héberger Accompagner Insérer Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité? Comité d Etude et d Observation 14 octobre 2008 FNDSA Comité d Etude et d Observation 14_10_2008 1 Les critères de référence

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015 DIECCTE DR Pôle emploi Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en janvier 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A, B, C (en cvs) 24

Plus en détail

La solidarité. au quotidien. Centre communal d action sociale

La solidarité. au quotidien. Centre communal d action sociale L e d o s s i e r La solidarité Centre communal d action sociale au quotidien Chômage, contrats précaires, ruptures familiales comment faire pour vivre quand on n a pas assez d argent? Quand on ne sait

Plus en détail

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1 Rhône-Alpes En Rhône-Alpes, l industrie joue toujours un rôle moteur dans l économie régionale. Composé de filières très diversifiées qui se sont constituées sur un socle d industries lourdes, ce tissu

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population Évolution et structure de la population Mise à jour le 3 juin 211 POP T1M - Population 1968 1975 1982 199 1999 Population 55 364 569 81 571 852 559 413 544 891 553 968 Densité moyenne (hab/km2) 64,2 66,5

Plus en détail

thème 6.qxp 28/02/2007 14:44 Page 1 6 - Pauvreté-précarité

thème 6.qxp 28/02/2007 14:44 Page 1 6 - Pauvreté-précarité thème 6.qxp 28/02/2007 14:44 Page 1 6 - Pauvreté-précarité ORS Ile-de-France - 83 - Février 2007 thème 6.qxp 28/02/2007 14:44 Page 2 ORS Ile-de-France - 84 - Février 2007 Fiche 6.1_01-24.qxp 28/02/2007

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015 DIECCTE DR Pôle emploi et Îles du Nord Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en février 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A,

Plus en détail

1/6 IDENTIFICATION DU DEMANDEUR : CADRE RESERVE A L ASSOCIATION :

1/6 IDENTIFICATION DU DEMANDEUR : CADRE RESERVE A L ASSOCIATION : 1/6 Service Logement 11 bis boulevard des Martyrs nantais 44200 NANTES 02.40.48.05.39-02.40.89.37.92 DEMANDE D ACCES A UN LOGEMENT EN SOUS-LOCATION IDENTIFICATION DU DEMANDEUR : Nom.. Prénom. Adresse :...

Plus en détail

CENTRE MATERNEL VAL DE MARNE 18 rue du four - 94360 BRY SUR MARNE : +33 (0)1 48 81 01 82 - : +33 (0)1 45 16 29 43 Mèl :

CENTRE MATERNEL VAL DE MARNE 18 rue du four - 94360 BRY SUR MARNE : +33 (0)1 48 81 01 82 - : +33 (0)1 45 16 29 43 Mèl : 1 CENTRE MATERNEL VAL DE MARNE 18 rue du four - 94360 BRY SUR MARNE : +33 (0)1 48 81 01 82 - : +33 (0)1 45 16 29 43 Mèl : centremat.valdemarne@claireamitie.org CENTRE MATERNEL VAL DE MARNE 18 rue du four

Plus en détail

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr Comment faire calculer votre QF? Tarifs Quotient Familial 2011-2012 www.colombes.fr Edito Madame, monsieur, Vous avez entre les mains la plauette des tarifs municipaux pour l année scolaire 2011-20112.

Plus en détail

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN Quartier situé sur la commune de CAEN 4 611 habitants en 2011, soit 2 % de la population de solida territ rités oriales ui n 2015 J La Grâce de Dieu O RVATO I RE Portraits de quartiers prioritaires de

Plus en détail

JEUNES AIDES ET DEMARCHES POUR PREPARER SON AVENIR

JEUNES AIDES ET DEMARCHES POUR PREPARER SON AVENIR JEUNES AIDES ET DEMARCHES POUR PREPARER SON AVENIR Familles de France 28 Place Saint-Georges 75009 PARIS Fax : 01 45 96 07 88 http://www.familles-de-france.org accueil@familles-de-france.org Bourses universitaires

Plus en détail

Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013

Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013 Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013 En 2010, le nombre des situations de pauvreté a augmenté et s'est diversifié. Selon l'enquête Revenus fiscaux et sociaux (Insee),

Plus en détail

Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération

Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération Rhône-Alpes Chef de projet : Sabine Guillaume Chargée d'études : Maud Coudène SEPTEMBRE 2010 Étude réalisée par l'insee Rhône-Alpes

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Session 2012 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES Épreuve ÉCRITE Durée : 3 heures Coefficient : 7 L usage de la calculatrice

Plus en détail

Données sociales sur les quartiers prioritaires de la politique de la ville dans les Hauts-de-Seine

Données sociales sur les quartiers prioritaires de la politique de la ville dans les Hauts-de-Seine R E C U E I L D E D O N N É E S S O C I A L E S D E S C A F E N Î L E D E F R A N C E N 4 Décembre 2015 Données sociales sur les quartiers s de la politique de la ville dans les Hauts-de-Seine Avant Propos

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. NOM : Prénom : Coordonnées : IDENTIFICATION DU OU DES BENEFICIAIRE(S) NOM : Prénom : DATE DE LA DEMANDE :

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. NOM : Prénom : Coordonnées : IDENTIFICATION DU OU DES BENEFICIAIRE(S) NOM : Prénom : DATE DE LA DEMANDE : DIRECTION DE LA SOLIDARITE 3, Rue François de Guise B.P. 504 55012 BAR LE DUC CEDEX IDENTIFICATION DE L INSTRUCTEUR NOM : Qualité : FICHE DE SAISINE SERVICE INSERTION ET DEVELOPPEMENT SOCIAL Demande de:

Plus en détail

La prime d activité. du pouvoir d achat en plus pour les travailleurs modestes. dossier presse. 22 décembre 2015

La prime d activité. du pouvoir d achat en plus pour les travailleurs modestes. dossier presse. 22 décembre 2015 La prime d activité du pouvoir d achat en plus pour les travailleurs modestes dossier presse 22 décembre 2015 Contact : Cabinet de Marisol TOURAINE, 01 40 56 60 65 - cab-ass-presse@sante.gouv.fr La prime

Plus en détail

Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market

Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market Le document doit être rempli intégralement et accompagné de pièces justificatives. Dans le cas contraire, la demande ne pourra pas être traitée.

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

sociale Repères croisés Franche-Comté sur la cohésion sociale Franche-Comté emploi formation insertion

sociale Repères croisés Franche-Comté sur la cohésion sociale Franche-Comté emploi formation insertion Repères croisés sur la cohésion sociale Franche-Comté Repères croisés sur la cohésion sociale Franche-Comté en Indicateurs pour la Franche-Comté et ses départements décembre 2013 emploi formation insertion

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - HEBERGEMENT

NOTE JURIDIQUE - HEBERGEMENT Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - HEBERGEMENT - OBJET : Les ressources des personnes handicapées hébergées en établissement Base juridique

Plus en détail

Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale. Principes généraux de l'aide sociale légale aux personnes âgées

Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale. Principes généraux de l'aide sociale légale aux personnes âgées Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale Si vos revenus ne vous permettent pas de couvrir la totalité des frais d'hébergement en maison de retraite (EHPAD), le coût des prestations d'aide

Plus en détail

CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE

CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE PRÉFECTURE DE LA LOZERE CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE Date de la saisine : Organisme à l'origine de la saisine : Nature de la saisine : Origine de la saisine : Bailleur Organisme payeur aides au logement

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion VOS DROITS, VOS DEVOIRS GUIDE DU BÉNÉFICIAIRE

Le Conseil général, acteur de l insertion VOS DROITS, VOS DEVOIRS GUIDE DU BÉNÉFICIAIRE Le Conseil général, acteur de l insertion VOS DROITS, VOS DEVOIRS GUIDE DU BÉNÉFICIAIRE LE DÉPARTEMENT DU VAL D OISE S ENGAGE POUR VOTRE INSERTION Le RSA c est un ensemble de droits mais aussi de devoirs

Plus en détail

Demande et besoins des ménages

Demande et besoins des ménages Évolution population Évolution des Solde naturel et migratoire Taille moyenne des Age des indice de jeunesse Structure des Général Population 1990-2006 Rénové Général Population 1990-2006 Rénové RGP 1990-2006

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

Chiffres clés. Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014

Chiffres clés. Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014 Chiffres clés MAJ du 20 juin 2014 Page 1/6 Chiffres clés Assurance maladie Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014 Montant de l'aide pour les + de 60 ans : 550 / an Nombre

Plus en détail

Mise à jour octobre 2012 2 CATEGORIE TYPE DE SERVICE ET DEMARCHES PRESTATION COMPENSATOIRE

Mise à jour octobre 2012 2 CATEGORIE TYPE DE SERVICE ET DEMARCHES PRESTATION COMPENSATOIRE FAMILLES MONO - PARENTALES DROITS POUR LES PARENTS SOLO (VEUFS, DIVORCES, SEPARES ) Familles de France 28 Place Saint-Georges 75009 PARIS Tél. : 01 44 53 45 90 Fax : 01 45 96 07 88 http://www.familles-de-france.org

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES DU SERVICE SOCIAL. - Responsable : Madame Paule LEGUAY

RAPPORT D ACTIVITES DU SERVICE SOCIAL. - Responsable : Madame Paule LEGUAY RAPPORT D ACTIVITES DU SERVICE SOCIAL - Responsable : Madame Paule LEGUAY La section sociale de la Croix-Rouge monégasque est avant tout un service social, lieu d accueil pour les personnes en difficultés

Plus en détail

PREAMBULE OBJET. Oooo0oooO

PREAMBULE OBJET. Oooo0oooO FONDS D'AIDE AUX JEUNES REGLEMENT INTERIEUR PREAMBULE Le dispositif «Fonds d'aide aux Jeunes» s inscrit dans le cadre de la Loi n 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés e t responsabilités locales.

Plus en détail

Rencontres de l Union nationale des centres communaux d action sociale Grenoble, 10-11 octobre 2007. Dossier de presse

Rencontres de l Union nationale des centres communaux d action sociale Grenoble, 10-11 octobre 2007. Dossier de presse Rencontres de l Union nationale des centres communaux d action sociale Grenoble, 10-11 octobre 2007 Dossier de presse Ces rencontres nationales sont organisées avec le soutien du groupe Chèque Déjeuner,

Plus en détail

Documentation du produit

Documentation du produit Documentation du produit Le Portrait de territoire met à disposition un ensemble de données statistiques décrivant les différents aspects démographiques, sociaux et économiques d un territoire «à façon»

Plus en détail

L allocation logement (AL), elle-même subdivisée en deux prestations :

L allocation logement (AL), elle-même subdivisée en deux prestations : GLOSSAIRE Le ciblage des populations pauvres a été rendu difficile par l utilisation de sources de données diverses couvrant des champs de population différents et incorporant des notions de revenus plus

Plus en détail

H&H 21/05/2015 Y. MOULIS CITHADÉ cithade@orange.fr P 1/5

H&H 21/05/2015 Y. MOULIS CITHADÉ cithade@orange.fr P 1/5 Je suis responsable du bureau d'études CITHADÉ et Urbaniste de formation. Nous intervenons actuellement sur le centre ancien de Narbonne en tant qu'opérateur de l'opah RU, (c'est une opération de revitalisation

Plus en détail

Levée des mesures transitoires pour les ressortissants roumains et bulgares et accès aux droits sociaux

Levée des mesures transitoires pour les ressortissants roumains et bulgares et accès aux droits sociaux Levée des mesures transitoires pour les ressortissants roumains et bulgares et accès aux droits sociaux 22 janvier 2014 La fin des mesures transitoires d accès au marché du travail des ressortissants roumains

Plus en détail

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Règlement d aide sociale facultative C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Le présent règlement d aide sociale facultative précise les règles selon lesquelles

Plus en détail

DECISION FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE :

DECISION FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE : FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE : N dossier familial (IODAS) : Centre Médico-Social de Mende Travailleur Social Travailleur

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE VÉNISSIEUX

OBSERVATOIRE DE VÉNISSIEUX OBSERVATOIRE DE VÉNISSIEUX Édition n 2 Avril 2014 Introduction Démographie 4 Diplôme - Formation 7 Emploi et population active 10 Ménages et familles 20 Logement 23 Revenus 31 L emploi salarié privé 41

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de Sainte-Jeanne d Arc (C-16) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEURS NON SALARIES I. PROTECTION SOCIALE OBLIGATOIRE DU DIRIGEANT 1. SANTE A. COTISATIONS ET CONTRIBUTIONS

PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEURS NON SALARIES I. PROTECTION SOCIALE OBLIGATOIRE DU DIRIGEANT 1. SANTE A. COTISATIONS ET CONTRIBUTIONS PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEURS NON SALARIES 23/07/2012 Cette note vous donne un premier éclairage sur les démarches à effectuer, les charges sociales à prévoir lors des trois premières années d'activité

Plus en détail

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51

DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 DEMANDE D HEBERGEMENT et/ou LOGEMENT ADAPTE SIAO 51 N de dossier :. Date de la demande :.. /.. /.. PERSONNE(S) ET STRUCTURE AYANT EFFECTUE L ENTRETIEN Travailleur social qui oriente :.. Structure :.. Référent

Plus en détail

LE DEPOT DE GARANTIE

LE DEPOT DE GARANTIE LE DEPOT DE GARANTIE Rubrique : Logement Source : site «service-public.fr» Attention : ne pas confondre dépôt de garantie et caution. Le dépôt de garantie est une somme en argent déposée par le locataire

Plus en détail

Vos droits, vos devoirs. Guide du bénéficiaire

Vos droits, vos devoirs. Guide du bénéficiaire Vos droits, vos devoirs Guide du bénéficiaire LE DÉPARTEMENT DU VAL D OISE S ENGAGE POUR VOTRE INSERTION Le RSA c est un ensemble de droits mais aussi de devoirs ÉDITO Le Conseil général, comme chef de

Plus en détail

COUVERTURE MEDICALE UNIVERSELLE

COUVERTURE MEDICALE UNIVERSELLE COUVERTURE MEDICALE UNIVERSELLE Loi n 99-641 du 27 juillet 1999 portant création d' une couverture maladie universelle entrée en vigueur le 1 er janvier 2000 CONDITIONS La couverture maladie universelle

Plus en détail

Documentation Dossier complet

Documentation Dossier complet Documentation Dossier complet Présentation du dossier complet Le dossier complet propose les données statistiques localisées disponibles pour chacun des échelons énumérés ciaprès : les territoires administratifs

Plus en détail

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 07.04.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-0903-60 Pauvreté et

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

GUIDE MOBILITÉ DÉPARTEMENTAL. FIGEAC et GOURDON. Territoires des Maisons Communes Emploi Formation. www.mcef.midipyrenees.fr

GUIDE MOBILITÉ DÉPARTEMENTAL. FIGEAC et GOURDON. Territoires des Maisons Communes Emploi Formation. www.mcef.midipyrenees.fr GUIDE MOBILITÉ DÉPARTEMENTAL Territoires des Maisons Communes Emploi Formation FIGEAC et GOURDON www.mcef.midipyrenees.fr Pourquoi ce guide? Ce guide (non exhaustif) a été conçu pour faciliter et améliorer

Plus en détail

Documentation Dossier complet

Documentation Dossier complet Documentation Dossier complet Présentation du dossier complet Le dossier complet propose les données statistiques localisées disponibles pour chacun des échelons énumérés ciaprès : les territoires administratifs

Plus en détail

Comité d Ille-et-Vilaine de la Ligue contre le cancer. Mise à jour : mars 2015 (remplace la version antérieure) Page 1

Comité d Ille-et-Vilaine de la Ligue contre le cancer. Mise à jour : mars 2015 (remplace la version antérieure) Page 1 Mise à jour : mars 2015 (remplace la version antérieure) Page 1 Comité d Ille-et-Vilaine de la Ligue contre le cancer 28 rue de la Donelière CS 11152 35011 Rennes cedex Tél. 02 99 63 67 67 Fax : 02 23

Plus en détail