Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014"

Transcription

1 Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014

2 Cas clinique M. N 27 ans Motif : douleur testiculaire Pas d antécédent, pas de traitement Marin dans la marine marchande

3 Histoire de la maladie Douleur testiculaire à type de gène depuis 4 mois Augmentation plus importante de la douleur depuis 24h Pas d irradiation, horaire mixte Pas de fièvre, pas d AEG Pas de RS à risque

4 Examen clinique Bonne hémodynamique, pas de fièvre, EVA 5/10 Pas d anomalie à l examen clinique, pas d adénopathie Examen génital : Pas d écoulement urétral Pas d anomalie de la coloration des bourses Bourse droite augmentée de volume Palpation : masse dure, hétérogène dans la bourse droite Signe de Prehn négatif

5 Examen complémentaire Bilan sanguin : pas de syndrome inflammatoire Echographie testiculaire : masse suspect hétérogène avec hydrocèle réactionnelle

6 Avis chirurgien viscéral : Suspicion cancer testicule Rendez vous de consultation pris avec oncologue à l hôpital de Foch 4 jours plus tard Dosage de marqueurs spécifiques réalisés à Poissy

7 Conclusion des urgences : Masse testiculaire d allure très suspect Rendez-vous pris avec urologue de Foch dans 4 jours, avec résultats de l écho et des marqueurs à récupérer dans 24h

8 Donc Suspicion clinique et radiographique d un cancer du testicule Comment annoncer ce diagnostic?

9 Ce qui a été fait Annonce de la suspicion à 2h du matin avec les résultats des CR à l ouest 1, sans autre patient dans le box Annonce du rv à Foch pour plus d examens et probable chirurgie Pas d indication sur le pronostic Avec notification de tout ce qui a été dit dans le CRU

10 Cadre juridique «annoncer une maladie grave, l exemple du cancer», Nahum S. ; Presse med ; 36 : ; fev 2007 Loi du 4 mars 2002 : les patients ont droit à une information claire, à un accès partagé au savoir médical et accèdent à leur dossier Art du code civil : impose l information au patient pour un consentement éclairé aux procédures diagnostiques et thérapeutiques Art. 35 du code de déontologie : information «claire loyale et appropriée»

11 Le désir de la population? «patient s preferences concerning medical information : results of a prospective study in a french ED», E.Roupie, intensive care med 2000 ; 26 : 52-6 Parmi 1089 patients admis aux urgences pour une affection non préoccupante, 87,3% désireraient une information complète s ils étaient atteints d une maladie menaçant leur vie

12 Plan cancer :

13 Consultation d annonce mesure 40 du plan cancer l annonce du diagnostic la présentation de la stratégie thérapeutique préalablement définie lors de la réunion RCP la remise du Programme Personnalisé de Soins durée de la consultation : 45 minutes à 1 heure.

14 Et l urgentiste? Interaction limitée par : Un temps limité Des ressources limitées Un diagnostic incertain Première annonce diagnostique, suivie d une succession d annonces

15 Le point de vue du médecin Les difficultés que l on peut rencontrer : La peur de la maladie et la mort La peur d être désapprouvé La peur de faire mal Le sentiment d'impuissance, le renoncement, accepter ses limites Le sentiment de culpabilité La peur de ne pas être à la hauteur La peur des réactions émotionnelles

16 Mécanisme de défense des soignants : L identification projective : attribuer à l autre ses propres sentiments La rationalisation : discours hermétique et incompréhensible La fausse réassurance La fuite en avant : se libérer de son savoir La banalisation Le mensonge : pour préserver le patient

17 Les mots choisis l attitude et la posture du médecin constituent aussi des messages. Une information simple et progressive, respectueuse des mécanismes d adaptation de chacun et d un temps d intégration indispensable Une information répétée. Une information cohérente, une communication sincère et vraie Une attention particulière à la formulation, aux mots prononcés, éviter le jargon d expert. Un contrôle régulier de la compréhension et une reformulation si nécessaire L ouverture vers un espoir réaliste. La proposition d objectifs à court terme.

18 Le point de vue des patients Les mécanismes de défense L isolation : pas de manifestation d angoisse, semble non concerné Le déplacement : évocation d un sujet n ayant rien à voir avec l annonce La projection agressive La régression : le patient n assume pas les évènements et les laisse à la charge de l autre Le déni, en général partiel et transitoire

19 Ecueils et risques évitables 1. La dilution des responsabilités : le patient peut ressentir une absence d annonce, un manque de référent, une dilution des responsabilités. Il peut considérer que les professionnels se «renvoient la balle» et avoir le sentiment d'une absence de soutien. 2. L incohérence des messages transmis : il est important que, face au patient, la parole de l'équipe médicale et soignante soit cohérente. 3. Le retard à l information : une information progressive ne doit pas signifier rétention d information. Le rythme doit être adapté aux questions et aux besoins du patient.

20 Conclusion L'important c'est ce qui est compris, pas ce qui est dit. L'objectif est d'adapter l'information transmise à ce dont le patient a besoin à ce moment-là. Toujours se rappeler que ce qui est dit n'est pas ce qui est entendu par le patient

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Aspects psychologiques et communication date Etablissement 1 Aspects psychologiques 2 Aspects psychologiques (1/2) Côté patient La sidération

Plus en détail

1. Définitions : «mauvaise nouvelle» et «annoncer»

1. Définitions : «mauvaise nouvelle» et «annoncer» L annonce d une mauvaise nouvelle! Anne-Sophie Boulas Service des Brûlés - Hôpital Pellegrin (Bordeaux) L annonce d une mauvaise nouvelle fait partie de notre rôle de soignants, mais nous sommes souvent

Plus en détail

L annonce du diagnostic en oncologie Une parole qui engage. Stéphanie Gorde-Grosjean

L annonce du diagnostic en oncologie Une parole qui engage. Stéphanie Gorde-Grosjean L annonce du diagnostic en oncologie Une parole qui engage Stéphanie Gorde-Grosjean Introduction Difficultés émotionnelles Caractère contre-nature de la maladie cancéreuse chez l enfant Déchirement éthique

Plus en détail

Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles

Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles Dr Stéphane Cattan,, Lille Pr Véronique V Christophe, Lille Que pensez-vous de Annoncer des mauvaises nouvelles s apprend sur le tas, avec l expérience

Plus en détail

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN Valance Ramis - Psychologue Centre hospitalier de Versailles Service de gynécologie L annonce Comment dire le difficile à dire? Comment gérer ses propres émotions

Plus en détail

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE LES

Plus en détail

LE SOIGNANT : Accompagnateur «EN» changement «POUR» la maladie chronique «D UNE» personne

LE SOIGNANT : Accompagnateur «EN» changement «POUR» la maladie chronique «D UNE» personne LE SOIGNANT : Accompagnateur «EN» changement «POUR» la maladie chronique «D UNE» personne Aux sources du projet ETP : Se construire après l annonce L annonce est le fait de porter oralement à la connaissance

Plus en détail

Déroulement et organisation du dispositif d annonce

Déroulement et organisation du dispositif d annonce Page 1 sur 5 1. Objet 2. Domaine d application 3. Références 4. Responsabilités 5. Procédure 6. Documents associés 7. Archivage Rédaction Vérification Approbation Nom prénom Fonction LEFEVRE Mélanie (Assistante

Plus en détail

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements.

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. Dr Gaëtan DES GUETZ Oncologie Médicale Consultation d annonce Gage de qualité PREMIER CONTACT Succès dépend de dossier communication.

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

Annonce diagnostic maladie rénale chronique REUNION COORDINATION REUCARE

Annonce diagnostic maladie rénale chronique REUNION COORDINATION REUCARE Annonce diagnostic maladie rénale chronique 04.07.15 REUNION COORDINATION REUCARE Christelle CUCHE Psychologue «La Passerelle» 0262930494/0692904413 Marie Pierre CRESTA Médecin réanimateur et agence de

Plus en détail

Annonce d un évènement grave indésirable ou d une mauvaise nouvelle en cancérologie. Formation CFOM 2016

Annonce d un évènement grave indésirable ou d une mauvaise nouvelle en cancérologie. Formation CFOM 2016 Annonce d un évènement grave indésirable ou d une mauvaise nouvelle en cancérologie Formation CFOM 2016 DEVOIR D INFORMATION Pas de recette!!! «Il n existe pas de «bonnes» façons d annoncer une mauvaise

Plus en détail

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles aux urgences? Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone SOMMAIRE I. Quelles mauvaises nouvelles aux urgences? II. Difficultés de l équipe

Plus en détail

Les mécanismes de défense des soignants. Face à la maladie grave,un diagnostic grave,une annonce de handicap

Les mécanismes de défense des soignants. Face à la maladie grave,un diagnostic grave,une annonce de handicap Les mécanismes de défense des soignants Face à la maladie grave,un diagnostic grave,une annonce de handicap Ces mécanismes de défense, fréquents, automatiques et inconscients, ont pour but de réduire les

Plus en détail

Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille

Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille SAHGEED Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille Jean-Louis Legoux CHR d Orléans Cours Intensif, Alger 2016 Importance du problème w Grande fréquence w Stressant pour le médecin

Plus en détail

Spécificit. cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER

Spécificit. cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER Spécificit cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER Le cancer est plus rare chez l enfantl Représente 1% de l ensemble des cancers Incidence:132 cas/an/million d enfants

Plus en détail

DISPOSITIF d ANNONCE du CANCER. Passe ton RCP, d'abord

DISPOSITIF d ANNONCE du CANCER. Passe ton RCP, d'abord DISPOSITIF d ANNONCE du CANCER Passe ton RCP, d'abord Des présidents et des plans Nixon Chirac Sarkozy... Des mythes et des hommes Confrontation des mythes de prise en charge du cancer : lutte contre le

Plus en détail

FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues

FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues Facteurs qui vont influencer les comportements d un patient

Plus en détail

Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer?

Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer? Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer? 8 ème Congrès de l Association Nationale Pour les Soins Somatiques en Santé Mentale Paris, 11 juin 2010 Dr Sarah Dauchy, Psychiatre

Plus en détail

La relation d aide. Soin relationnel : vivre le mieux possible dans une institution juste.

La relation d aide. Soin relationnel : vivre le mieux possible dans une institution juste. I. Définitions La relation par MANOUKIAN et MASSEUBEUF : Une relation «c est une rencontre entre deux personnes au moins c est-à-dire deux caractères, deux psychologies particulières et deux histoires.

Plus en détail

Dialoguer avec les malades atteints de cancer

Dialoguer avec les malades atteints de cancer Dialoguer avec les malades atteints de cancer L annonce de la maladie L objectif : «information loyale, claire et appropriée» Représentation sociale Classer au rang des grandes peurs collectives La peste,

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE Oncologie/Radiothérapie CENTRE HOSPITALIER BELFORT/MONTBELIARD

DISPOSITIF D ANNONCE Oncologie/Radiothérapie CENTRE HOSPITALIER BELFORT/MONTBELIARD DISPOSITIF D ANNONCE Oncologie/Radiothérapie CENTRE HOSPITALIER BELFORT/MONTBELIARD 1998 : 1 er états généraux de la ligue contre le cancer Les malades et leurs proches prennent la parole. Ils s expriment

Plus en détail

Définition de l accompagnement et du soin.

Définition de l accompagnement et du soin. Blauwbloeme Nathalie Machuelle Nathalie Définition de l accompagnement et du soin. Vers 1600, l accompagnement se définit comme une partie qui accompagne la partie principale. Le verbe accompagner signifie

Plus en détail

«Spécificités de l annonce du diagnostic d un handicap chez l enfant et chez l adolescent»

«Spécificités de l annonce du diagnostic d un handicap chez l enfant et chez l adolescent» «Spécificités de l annonce du diagnostic d un handicap chez l enfant et chez l adolescent» Brigitte Chabrol, Pauline Catillon Service de Neurologie Pédiatrique Hôpital d Enfants, CHU Timone Marseille Reconnaissance

Plus en détail

Comment annoncer de mauvaises nouvelles aux familles? En réanimation

Comment annoncer de mauvaises nouvelles aux familles? En réanimation Comment annoncer de mauvaises nouvelles aux familles? En réanimation Ateliers médico-infirmier Jean-Marie Forel Réanimation Médicale Hôpitaux Sud AP-HM - Marseille Déclaration d intérêt Je n ai aucune

Plus en détail

DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL

DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL DERMATOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL Date : Nom du médecin qui annonce le diagnostic : Nom du médecin responsable du patient dans le service

Plus en détail

Grille d évaluation de l atelier «gastro intestinal» Compétence :

Grille d évaluation de l atelier «gastro intestinal» Compétence : Grille d évaluation de l atelier «gastro intestinal» Compétence : Réaliser l anamnèse ciblée chez un patient réel ou simulé présentant une plainte au niveau digestif, suivant les éléments de l anamnèse

Plus en détail

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille 1 Savoir être, Savoir dire, Savoir faire. La communication! On

Plus en détail

Prise de décision & anticipation

Prise de décision & anticipation LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Autour du patient B3 Prise de décision & anticipation 1 Les fondements éthiques du soin

Plus en détail

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris FÉDÉRER Séminaire LA SHS RECHERCHE : Décisions, normes ET L INNOVATION et éthique dans MÉDICALE le cancer EN CANCÉROLOGIE Illustrations cliniques Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique

Plus en détail

Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV. Intervention du 7 mars Dufeil SOUNGA

Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV. Intervention du 7 mars Dufeil SOUNGA Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV Intervention du 7 mars 2016 Dufeil SOUNGA leybrodneil@yahoo.fr Dufeil SOUNGA Psychologue clinicien Psychologue cognitivo-comportementaliste Psychothérapeutique

Plus en détail

L information en réanimation

L information en réanimation Université d Auvergne L information en réanimation DESC de Réanimation médicale Bordeaux Juin 2008 Alexandre Lautrette Service Réanimation Médicale Clermont-Ferrand Plan - obligation médico-légale - principes

Plus en détail

Santé sexuelle et cancer

Santé sexuelle et cancer Santé sexuelle et cancer COURS IDE FEVRIER 2016 Meneveau Nathalie oncologue médicale Enquête : Rose Magazine (107 patients en 2012) Enquête : Rose Magazine (107 patients en 2012) Préserver ou retrouver

Plus en détail

L annonce du diagnostic d un cancer du sein

L annonce du diagnostic d un cancer du sein L annonce du diagnostic d un cancer du sein Dr Jean-Sébastien Krauth Chirurgien gynécologue CHU Lyon Sud Pr Gilles Freyer Oncologue CHU Lyon Sud Séminaire «Diagnostic et prise en charge du cancer du sein»

Plus en détail

Santé publique Médecine légale Médecine du travail

Santé publique Médecine légale Médecine du travail u ECN EN QUESTIONS ISOLÉES Santé publique Médecine légale Médecine du travail Edouard MARTIN Editions Vernazobres-Grego 99 bd de l Hôpital 75013 PARIS - Tél. : 01 44 24 13 61 www.vg-editions.com Toute

Plus en détail

Médiation et droits du patient

Médiation et droits du patient Médiation et droits du patient 6 ème journée de formation du Département de Médecine Critique du CHU Brugmann 22 novembre 2011 T. Jendrejac et E. Born Fonction Qualité et Médiation M Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Le patient face à la maladie grave

Le patient face à la maladie grave Le patient face à la maladie grave L annonce du diagnostic Un acte si court aux répercussions si longues 1 2 L ATTENTE L existence de symptômes et de signes de dysfonctionnement évocateurs ont incité la

Plus en détail

PATHOLOGIE URINAIRES:

PATHOLOGIE URINAIRES: PATHOLOGIE URINAIRES: Procédure pour l hospitalisation d un patient adressé à un urologue : il faudra toujours contacter l urologue de garde, car le Dr Keppenne et le Dr Matantu n étant pas tous les jours

Plus en détail

Les urgences en EHPAD

Les urgences en EHPAD Les urgences en EHPAD Vues par l équipe de l EHPAD et le médecin Co Dr Françoise Guillemette 23/06/15 Adef Résidences www.adef-residences.com 2 LA VRAIE QUESTION EST : Qu est qu une urgence en EHPAD?????????????

Plus en détail

La relation médecin-malade dans le cadre du colloque singulier ou au sein d une équipe, le cas échéant pluriprofessionnelle

La relation médecin-malade dans le cadre du colloque singulier ou au sein d une équipe, le cas échéant pluriprofessionnelle N 1 La relation médecin-malade dans le cadre du colloque singulier ou au sein d une équipe, le cas échéant pluriprofessionnelle La communication avec le patient et son entourage. L annonce d une maladie

Plus en détail

PNEUMOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL IDENTITE

PNEUMOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL IDENTITE PNEUMOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL IDENTITE Nom :. Prénom : Date de naissance : Personne de confiance : Nom : Prénom :... Tel :... Patient

Plus en détail

Examen médicopsychologique. Examen psychiatrique. Sémiologie Psychiatrique 1. Faculté de médecine Poitiers

Examen médicopsychologique. Examen psychiatrique. Sémiologie Psychiatrique 1. Faculté de médecine Poitiers Faculté de médecine Poitiers Examen médicopsychologique Examen psychiatrique Sémiologie Psychiatrique 1 Définition Psychiatrie : discipline médicale qui étudie et traite les maladies du psychisme Psychologie

Plus en détail

LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP)

LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP) LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP) QU EST CE QUE LA RCP La RCP est une des missions du 3C, celle de s assurer de la mise en œuvre de la pluridisciplinarité. La Réunion de Concertation

Plus en détail

L adolescent drépanocytaire à l hôpital exemple d une maladie chronique

L adolescent drépanocytaire à l hôpital exemple d une maladie chronique L adolescent drépanocytaire à l hôpital exemple d une maladie chronique R.de Tournemire Service de médecine pour adolescents Pôle Adolescent Mère Enfant Hôpital Bicêtre Sous l appellation «maladie chronique»,

Plus en détail

Le guide "Annonce d un dommage associé aux soins" : une aide pour tous les professionnels de santé

Le guide Annonce d un dommage associé aux soins : une aide pour tous les professionnels de santé Le guide "Annonce d un dommage associé aux soins" : une aide pour tous les professionnels de santé Rencontre des métiers de la santé 27 mai 2011 Céline SCHNEBELEN Service EValuation et AMélioration des

Plus en détail

Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients.

Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients. Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients. M Foinant (1), E Lipiecka (1), E Buc (2), JY Boire (1), J Schmidt (3),

Plus en détail

OUTILS POUR UNE MEILLEURE ANNONCE

OUTILS POUR UNE MEILLEURE ANNONCE OUTILS POUR UNE MEILLEURE ANNONCE CADRE DE L ANNONCE Mesure 40 du plan cancer 2003-2007 Recommandations nationales INCa 2005 pour la mise en œuvre du dispositif d annonce (D.A.) du cancer dans les établissements

Plus en détail

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques CRFTC Hôpital Broussais 14 Mai 2012 N. GEGOUT Psychologue clinicien Unité EVC/EPR Korian Canal de l Ourcq 75019 gegoutnicolas@gmail.com Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques 1 PRESENTATION: Préambule

Plus en détail

RÉVISIONS TD. IVRISSE Sandrine PSYCHOLOGUE Clinicienne DE LA SANTE Neuropsychologue CHUM IFSI 1-S2 2017

RÉVISIONS TD. IVRISSE Sandrine PSYCHOLOGUE Clinicienne DE LA SANTE Neuropsychologue CHUM IFSI 1-S2 2017 RÉVISIONS TD IVRISSE Sandrine PSYCHOLOGUE Clinicienne DE LA SANTE Neuropsychologue CHUM IFSI 1-S2 2017 IVRISSE Sandrine Psychologue Clinicienne de la santé - Neuropsychologue 2017 AVANT D ÊTRE UN SOIGNANT,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 RÔLE DU MÉDECIN Soins Enseignement Recherche Information et communication INFORMATION AUX PATIENTS L

Plus en détail

Le vécu du Médecin aux Soins intensifs. Dr. Claire Wachters Institut J. Bordet

Le vécu du Médecin aux Soins intensifs. Dr. Claire Wachters Institut J. Bordet Le vécu du Médecin aux Soins intensifs Dr. Claire Wachters Institut J. Bordet Particularité des soins intensifs oncologiques PATIENT avec pathologies et problèmes multiples Néoplasie, ATCD, comorbidités

Plus en détail

Annonce du diagnostic. Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE

Annonce du diagnostic. Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE Annonce du diagnostic Daphnée SCHOTT psychologue Dr Dominique RIEMENS, MG libéral et coordonateur REUCARE Annonce de diagnostic : le cadre légal Article 35 du code de déontologie médicale (article R.4127-35

Plus en détail

D UN PARCOURS DE SOINS A UN PARCOURS PATIENT DANS LE CADRE DU CANCER DU COLON

D UN PARCOURS DE SOINS A UN PARCOURS PATIENT DANS LE CADRE DU CANCER DU COLON D UN PARCOURS DE SOINS A UN PARCOURS PATIENT DANS LE CADRE DU CANCER DU COLON Carinne BALMONT, Cadre de Santé en Chirurgie HGE et Sylvie MARTY, Cadre Supérieur de Santé du Centre de Coordination en Cancérologie

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail

L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1

L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1 L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I 2 0 1 7 D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1 INTRODUCTION LE SUJET AGE QUI S ALCOOLISE Vulnérabilité du sujet

Plus en détail

Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales. Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue

Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales. Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue Plan Contexte Réactions des uns et des autres Quelles questions/quelles

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE. Dr Philippe 36 La Gourmandine 18 octobre 2012

L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE. Dr Philippe 36 La Gourmandine 18 octobre 2012 L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE Dr Philippe COLOMBAT @FMC 36 La Gourmandine 18 octobre 2012 Les enjeux de l annonce «Annoncer à qqn qui n a pas envie de l entendre qqch qu on n a pas envie de lui dire»

Plus en détail

Dispositif d'annonce - Oncoguyane

Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce: historique 1998: Etats généraux du cancer 2003: Plan cancer ( mesure n 40) 2004: Cahier des charges ( DHOS et LCC) Juin 2004 Mai 2005: expérimentation

Plus en détail

Démarche palliative une approche pluridisciplinaire nécessaire

Démarche palliative une approche pluridisciplinaire nécessaire Démarche palliative une approche pluridisciplinaire nécessaire E. Rampnoux, psychologue N. Mazabraud- Beyrand, assistante sociale S. Moreau, médecin Hématologie clinique et Thérapie cellulaire CHRU Limoges

Plus en détail

URGENCES VITALES INTRA-HOSPITALIERES

URGENCES VITALES INTRA-HOSPITALIERES URGENCES VITALES INTRA-HOSPITALIERES Dr F. DEPARDIEU SAMU 25/SMUR Besançon MAI 2008 Modalités, procédures d alerte Circonstances : - Toute urgence vitale immédiate, dont l ACR. - Patient, visiteur, personnel

Plus en détail

La consultation d annonce en Haute Normandie: «Etat des lieux, ressenti patient et traçabilité»

La consultation d annonce en Haute Normandie: «Etat des lieux, ressenti patient et traçabilité» La consultation d annonce en Haute Normandie: «Etat des lieux, ressenti patient et traçabilité» S. Lesens : Ingénieur qualité du réseau Onco-Normand Pr Czernichow: EREHN CHU Rouen Dr Chéru: Médecin coordonnateur

Plus en détail

AJA Team 16 JUIN 2017

AJA Team 16 JUIN 2017 AJA Team DR MARILYNE POIRÉE 16 JUIN 2017 JOURNÉE ANNUELLE DU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCOPACA-CORSE 174 000 nx cas chez les femmes 65 400 DC chez les femmes 211 000 nx cas chez leshommes 84 100

Plus en détail

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Agence sanitaire et scientifique chargée de coordonner les actions de lutte contre le cancer Groupement d intérêt public Etat Associations

Plus en détail

Etude de dossier. Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1

Etude de dossier. Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1 Etude de dossier Katia M BAILARA Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1 Plan Intérêt de l étude de cas Le recueil d informations Plan de l étude de cas Rédiger un compte rendu M. C, anamnèse

Plus en détail

Dr Laurence Digue. Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire

Dr Laurence Digue. Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire Dr Laurence Digue Réseau de Cancérologie d Aquitaine 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire Bordeaux 11 Novembre 2015 RCP Réunion de Concertation Pluridisciplinaire

Plus en détail

CENTRE DU SEIN. Tous les spécialistes Tous les équipements Un centre certifié

CENTRE DU SEIN. Tous les spécialistes Tous les équipements Un centre certifié CENTRE DU SEIN Tous les spécialistes Tous les équipements Un centre certifié Présentation Situé dans le bâtiment de la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous

Plus en détail

Pr P.HAINAUT Médecine Interne Cliniques Universitaires St Luc

Pr P.HAINAUT Médecine Interne Cliniques Universitaires St Luc Maladie thromboembolique veineuse Diagnostic Pr P.HAINAUT Médecine Interne Cliniques Universitaires St Luc 1 Embolie pulmonaire (EP) et thrombose veineuse profonde (TVP) Environ 50% des patients avec TVP

Plus en détail

Vivre avec une maladie chronique

Vivre avec une maladie chronique Vivre avec une maladie chronique «L éducation thérapeutique des patients» A. LACROIX, JPH ASSAI En France 15 millions de personnes soit 20 % de la population souffre de maladies chroniques. Maladie chronique

Plus en détail

Éthique et refus de soins. Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G

Éthique et refus de soins. Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G Éthique et refus de soins Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G CHER APHP LIMEIL Le refus de SOINS Un mode d expression pour le soigné Un choc pour les soignants Et pourtant Le refus de traitement

Plus en détail

COMMENT EVITER L ACHARNEMENT THERAPEUTIQUE Codifier les limitations de soins. Cours intensifs d oncologie digestive 23 avril 2015

COMMENT EVITER L ACHARNEMENT THERAPEUTIQUE Codifier les limitations de soins. Cours intensifs d oncologie digestive 23 avril 2015 COMMENT EVITER L ACHARNEMENT THERAPEUTIQUE Codifier les limitations de soins Cours intensifs d oncologie digestive 23 avril 2015 1 Sommaire La chimiothérapie palliative : quels buts? Le patient L oncologue

Plus en détail

Le point de vue du radiologue

Le point de vue du radiologue Le point de vue du radiologue Noémie Butori Assistante en radiologie - CH Mâcon Le téléphone sonne à 0h30 60 ans, douleur abdominale et vomissements, multiples ATCD chir abdo. «Je suis interne d ortho,

Plus en détail

SEMIOLOGIE CLINIQUE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE OBJECTIFS DE LA SEQUENCE SEMIOLOGIE URO- NEPHROLOGIQUE

SEMIOLOGIE CLINIQUE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE OBJECTIFS DE LA SEQUENCE SEMIOLOGIE URO- NEPHROLOGIQUE SEMIOLOGIE CLINIQUE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE 2007/2008 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE Etre capable quelle que soit la demande de soin : De repérer les signes objectifs et ou subjectifs évoquant une atteinte

Plus en détail

LA CONSULTATION D ANNONCE

LA CONSULTATION D ANNONCE LA CONSULTATION D ANNONCE Présentation personnelle et donner les différents plans de l exposé.(chiffres, plan cancer, dispositif d annonce, la RCP, le PPS, les liens hôpitaux et médecine de ville. Quelques

Plus en détail

SARCOMES UTERINS. Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014

SARCOMES UTERINS. Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014 SARCOMES UTERINS Dr Cécile SALUT Imagerie médicale, Hôpital Saint André, service du Pr Trillaud CNGOF FIBROME 20 juin 2014 QCM A. Il existe des signes sensibles de sarcomes en échographie. B. Il existe

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA VIE DES FEMMES APRES UN DIAGNOSTIC DE CANCER DU SEIN. 1. Depuis quelle année êtes-vous suivie dans le réseau GynécoMed?...

QUESTIONNAIRE SUR LA VIE DES FEMMES APRES UN DIAGNOSTIC DE CANCER DU SEIN. 1. Depuis quelle année êtes-vous suivie dans le réseau GynécoMed?... QUESTIONNAIRE SUR LA VIE DES FEMMES APRES UN DIAGNOSTIC DE CANCER DU SEIN Informations générales 1. Depuis quelle année êtes-vous suivie dans le réseau GynécoMed?... 2. Depuis combien d années connaissez-vous

Plus en détail

CANCER DU SEIN cas par an en France et décès. TSM ( Taux standard moyen) 94 / en France

CANCER DU SEIN cas par an en France et décès. TSM ( Taux standard moyen) 94 / en France CANCER DU SEIN 54 000 cas par an en France et 12 000 décès TSM ( Taux standard moyen) 94 /100.000 en France En Corse environ 300 cas / an ( 1/1000 habitants) Haute Corse > 150 cas par an (2B +/- extrême

Plus en détail

LOMBALGIE ET LOMBOSCIATIQUE AIGUË

LOMBALGIE ET LOMBOSCIATIQUE AIGUË LOMBALGIE ET LOMBOSCIATIQUE AIGUË I. PROMOTEUR Agence Nationale d Accréditation et d Évaluation en Santé. II. SOURCE Recommandations ANAES : «Prise en charge diagnostique et thérapeutique des lombalgies

Plus en détail

QUESTION N 70. Troubles somatoformes à tous les âges

QUESTION N 70. Troubles somatoformes à tous les âges QUESTION N 70. Troubles somatoformes à tous les âges Mme H, âgée de 45 ans, vient consulter sur la pression de son époux à la fois inquiet et agacé devant la dégradation progressive de l état de santé

Plus en détail

Mécanismes de défense

Mécanismes de défense Mécanismes de défense Concept psychanalytique, «Différents types d opérations dans lesquelles peut se spécifier la défense».(laplanche et Pontalis, 1967) Anna Freud y consacre un ouvrage «le moi et les

Plus en détail

Qu attendre de la biologie dans la douleur abdominale de l enfant?

Qu attendre de la biologie dans la douleur abdominale de l enfant? Qu attendre de la biologie dans la douleur abdominale de l enfant? Pr Alain Martinot Pédiatrie générale, urgences et maladies infectieuses, CHRU de Lille EA 2694 Epidémiologie - Santé Publique et Qualité

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE EN SEXOLOGIE PAR QUI? POURQUOI? POUR QUI? COMMENT?

EXAMEN CLINIQUE EN SEXOLOGIE PAR QUI? POURQUOI? POUR QUI? COMMENT? EXAMEN CLINIQUE EN SEXOLOGIE PAR QUI? POURQUOI? POUR QUI? COMMENT? Dr. Nicole ARNAUD-BEAUCHAMPS La Rochelle Assises de Sexologie et Santé Sexuelle Perpignan 2013 Examen clinique par qui? Un examen clinique

Plus en détail

ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS. F. Chaumier Journée Régionale AFSOS

ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS. F. Chaumier Journée Régionale AFSOS ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS F. Chaumier Journée Régionale AFSOS Définitions Contexte 2013 Incidence augmentée, mortalité diminuée Amélioration de la survie globale 60% de survie

Plus en détail

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Dr RAISON Dr MEZGHANI La Télémédecine permet Pratique médicale complémentaire d établir un diagnostic, d assurer un suivi à visée préventive

Plus en détail

urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins

urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins Analyse de 14 entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes, urgentistes et de soins palliatifs 1 RECOURS AUX URGENCES EN SITUATION

Plus en détail

CANCER DIFFÉRENTIER DE LA THYROIDE Parcours du patient

CANCER DIFFÉRENTIER DE LA THYROIDE Parcours du patient CANCER DIFFÉRENTIER DE LA THYROIDE Parcours du patient Dr Laila Ennazk Service d Endocrinologie Diabétologie et des Maladies métaboliques Laboratoire PCIM. FMPM. UCAM. Réunion AES 24/10/15 o Pourquoi un

Plus en détail

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France

Plus en détail

Implants mammaires PIP. Recommandations de prise en charge et modalités pratiques

Implants mammaires PIP. Recommandations de prise en charge et modalités pratiques 23 Décembre 2011 Questions / Réponses Implants mammaires PIP Recommandations de prise en charge et modalités pratiques Recommandations générales Pour répondre aux interrogations du public, un numéro vert

Plus en détail

Quelle vérité pour quel Accompagnement? Extrait cours de J.Nuissier Psychologue Unité d Evaluation et de traitement de la Douleur CHU Fort-de-France

Quelle vérité pour quel Accompagnement? Extrait cours de J.Nuissier Psychologue Unité d Evaluation et de traitement de la Douleur CHU Fort-de-France Annonce du handicap: Quelle vérité pour quel Accompagnement? Extrait cours de J.Nuissier Psychologue Unité d Evaluation et de traitement de la Douleur CHU Fort-de-France Etats des lieux Dire ou ne pas

Plus en détail

E.P.U. 95 Formation Médicale Continue du Val d'oise ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY

E.P.U. 95 Formation Médicale Continue du Val d'oise ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY E.P.U. 95 Formation Médicale Continue du Val d'oise ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY 1. LE CONTEXTE L ANNONCE DE LA MALADIE GRAVE D après un exposé du Dr

Plus en détail

«Annonce d un dommage associé aux soins» 2 ème colloque Qualité Risques Evaluation 26 octobre 2012

«Annonce d un dommage associé aux soins» 2 ème colloque Qualité Risques Evaluation 26 octobre 2012 «Annonce d un dommage associé aux soins» 2 ème colloque Qualité Risques Evaluation 26 octobre 2012 Un témoignage 2 De quoi parle-t-on? L annonce d un dommage associé aux soins ne concerne pas seulement

Plus en détail

Désigne la lutte du moi contre les idées et les affects indésirables i Ensemble d opérations dont la finalité est de réduire, de supprimer toute modif

Désigne la lutte du moi contre les idées et les affects indésirables i Ensemble d opérations dont la finalité est de réduire, de supprimer toute modif Mécanismes de défense Concept psychanalytique, «Différents types d opérations dans lesquelles peut se spécifier la défense».(laplanche et Pontalis, 1967) Anna Freud y consacre un ouvrage «le moi et les

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic. Recommandations de bonne pratique Septembre 2009

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic. Recommandations de bonne pratique Septembre 2009 Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Recommandations de bonne pratique Septembre 2009 01 INTRODUCTION Introduction Thème des recommandations Ces recommandations

Plus en détail

FORMULAIRE D'INFORMATION ET DE CONSENTEMENT. hernie inguinale - hydrocèle communicante

FORMULAIRE D'INFORMATION ET DE CONSENTEMENT. hernie inguinale - hydrocèle communicante FORMULAIRE D'INFORMATION ET DE CONSENTEMENT hernie inguinale - hydrocèle communicante La BAU autorise les urologues à utiliser le formulaire ci-dessous à des fins de consentement éclairé dans le cadre

Plus en détail

Torsion de testicule

Torsion de testicule DOULEURS SCROTALES Les deux grandes causes sont à identifier : la torsion du testicule et les orchiépididymites. Les diagnostics différentiels sont développés pour chacune de ces deux maladies. Torsion

Plus en détail

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT ORIGINALITES D UNE PRISE EN CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE Docteur Agnès MICHON 12 décembre 2016 Vivre ensemble l autisme CRA Limousin

Plus en détail

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 1 Pourquoi? Un(e) psy exclusivement pour les soignants, Est-ce : - nécessaire ou superflu? - original ou banal? - une

Plus en détail

Dédiée aux parcours complexes Christelle VIALE

Dédiée aux parcours complexes Christelle VIALE Dédiée aux parcours complexes Christelle VIALE OBJECTIF 7: assurer des prises en charge globales et personnalisées évoluer vers un accompagnement prenant en considération l ensemble des besoins de la personne

Plus en détail

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LE PLAN CANCER Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France - Sous l égide de l état avec rapport

Plus en détail