«CHEF D ORCHESTRE» DE votre vision

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«CHEF D ORCHESTRE» DE votre vision"

Transcription

1 Le magazine du bien-être source de productivité 9,80 EUR 12,00 CHF 8,50 GBP 13,00 USD 05 / 2011 La compétence symphonique DU SON À LA MUSiQUE «CHEF D ORCHESTRE» DE votre vision Le bon ton au bureau À l unisson avec Place 2.5 Dans le monde du silence

2 Place 1 Place 2 Le foyer Le bureau BIENVENUE SUR SEDUS PLACE 2.5! La fin de l année approche, un moment où nous sommes tous surchargés de travail, ce que les Allemands appellent «en avoir plein les oreilles». Proverbe qui ne parle pas vraiment aux Français, mais constitue une bonne entrée en matière pour annoncer le tumulte acoustique de ce numéro. Il est d autant plus important, lorsqu on est débordé, de veiller à l acoustique de notre environnement de travail en dotant nos bureaux d un bon équipement, ce qui permet de minimiser le stress, mais il faut aussi savoir prendre le temps de se recentrer sur soi. Les moments de repos et d introspection sont une compensation indispensable pour être à même de faire face aux exigences du quotidien sur la durée. Le fil conducteur de ce numéro est le son sous toutes ses formes. C est un chef d orchestre qui joue le prélude. Les analogies établies par Mark Mast entre la direction d un orchestre et d une entreprise sont tout simplement édifiantes, notamment le parallèle dressé entre les impulsions du management et le développement d une compétence symphonique. Une collaboration réussie et une direction efficace reposent également sur l adoption du bon ton et sur le choix de moyens rhétoriques adéquats dans le cadre de nos contacts interpersonnels. Dans un tel contexte, une vraie Place 2.5 propose aussi des solutions acoustiques qui peuvent, par exemple, prendre la forme d éléments tels que l absorbeur de bruit mooia. Et pourquoi vos collaborateurs ne pourraient-ils pas se détendre sur un canapé Sedus sopha ou même prendre place sur un lit acoustique? Il existe de multiples possibilités pour éviter le burnout qui se profile à l horizon. Et puis, peut-être n est-il pas trop tard pour une petite retraite dans un monastère afin de faire votre introspection pour recharger les batteries. Bernhard Kallup, président du conseil d administration de Sedus Stoll AG

3 Place 2.5 Place 3 Le bureau du bien-être source de productivité Le temps libre Selon les sociologues, notre vie se déroule en trois lieux. SOMMAIRE La Place 1, notre foyer, est de plus en plus menacée par les exigences de flexibilité et de mobilité. La Place 2, le bureau, néglige généralement les besoins émotionnels des individus qui y travaillent. Le troisième lieu, la Place 3, est souvent multiple. C est là que nous rechargeons nos batteries, et c est lors de cette phase de divertissement que naissent les meilleures idées. En transposant la stimulation des sens des Places 3 dans les bureaux, nous transformons des Places 2 fonctionnelles en bureaux paysagers stimulants, où les collaborateurs ressentent davantage le sens, le plaisir, la réussite et l accomplissement au travail. C est ce que nous appelons une «Place 2.5». TENDANCES Harmonie au bureau des sens Dans le monde du silence INNOVATIONS Concentré et médiatique : SWR Stuttgart Dans la frénésie des marchés EXPERTISE Adoptez le bon ton au bureau! Le ton fait la marque Le pouvoir de la musique En transposant les qualités des Places 3 dans nos bureaux, nous créons un environnement stimulant et viable à long terme. Rendez-vous sur pour en savoir plus sur ce concept. Vous pourrez également vous y abonner gratuitement à notre magazine. Je vous souhaite une bonne lecture et beaucoup de succès sur la voie du «cheminement symphonique» dans votre entreprise. Du son à la musique : entretien avec Mark Mast... 4 Et le son fut : entretien avec Andreas Priemer Socrate : Parle, pour que je te voie! MODES DE VIE Les sons qui guérissent Sons de luxe OM : bien au-delà du new age RubRIQuES Bernhard Kallup L expérience Place 2.5 en ligne News,rendez-vous, conseils et tendances Mentions légales et coordonnées /11 3

4 DU SON À LA MUSIQUE Sur les analogies entre chef d orchestre et chef d entreprise Le métier de chef d orchestre représente une forme d absolu : interventions claires et suprématie dans son rôle d intermédiaire auprès des ressources pour assurer la réussite d ensemble. Le chef d orchestre Mark Mast a accepté de nous livrer sa définition de la direction et les approches et marges de manœuvre coopératives possibles sans pour autant perdre de vue les objectifs concrets. On s aperçoit très vite que les exigences d un chef d orchestre ne sont pas si éloignées de celles d un dirigeant d entreprise. 5/11

5 Mark Mast, avant d entrer dans le vif du sujet, une question provocatrice : les orchestres ne jouent-ils pas aussi bien sans chef d orchestre? Après tout, cette fonction n est apparue qu au début du XIXe siècle, n est-ce pas? C est la question que me posent le plus fréquemment les amateurs de concerts! Voici m a r é p o n s e : l e c h e f d o r c h e s t r e e s t indispensable, car tout processus artistique nécessite une «conscience organisatrice». Historiquement, on en trouve plusieurs modèles. Le métier de chef d orchestre a connu deux évolutions parallèles. L a première est la multiplication des ensembles à diriger, autrement dit des orchestres. Ainsi, à l époque de Mozart, la musique de chambre avait presque l exclusivité. Da ns ce fo r mat, l e rô l e d e co ns ci e n ce organisatrice était joué par le premier violon ou le soliste avec son archet. Il avait en effet une bonne vue d ensemble et pouvait maintenir un contact visuel. Et puis, à la même époque, on a commencé à communiquer par le regard en s envoyant habilement des signaux, car d une part on travaillait debout ce qui permettait de mieux se voir, et d autre part tout le monde se connaissait bien dans ce petit cercle. Peut-on parler d «intelligence collective» en ce qui concerne cette pratique du passé de la musique en groupe? Absolument! C est tout à fait cela. Toutefois, il faut dire qu à partir d une certaine taille, l orchestre ne fonctionne plus correctement. Il y a quelque chose qui ne va plus physiquement, car on a atteint une limite et qu il n est plus possible de gérer le groupe. L autre évolution majeure à prendre en considération est qu au cours de l histoire symphonique, les structures à organiser sont devenues de plus en plus complexes. Le défi à relever pour interpréter une symphonie de Bruckner n est pas le même que dans le cas d une symphonie de Haydn. C o n c e r t d e l o r c h e s t r e philharmonique de Bavière sous la direction de Mark Mast (à gauche). De la même façon qu un bon dirigeant, un bon chef d orchestre se reconnaît à cer tains signes qui ne trompent pas (en haut). La représentation d une œuvre musicale est le produit d une performance artistique globale réalisée par un orchestre, des s o l i s t e s e t u n c h e f d o r c h e s t r e. L e compositeur conçoit des arrangements exceptionnels pour certains ensembles instrumentaux, mais aussi des suites pour instrument seul. Une image aisément transposable au quotidien en entreprise, où le dirigeant fait office de «compositeur» de sa propre vision et de chef d orchestre au moment de la mise en œuvre. Dans un orchestre, la répartition des rôles et des tâches est clairement définie. Elle s est construite au fil du temps. Lors du choix de la configuration symphonique, on se trouve face à un modèle très élaboré, celui de l orchestre symphonique. On a les solistes voix, le premier violon, les musiciens solistes. L organisation du système se reflète aus s i d a ns l e s t a r i f s d e s s y n d i c at s d e s 5/11 5

6 «Quand l écoute fait chanter notre âme et notre cœur, alors le silence peut devenir musique.» Mark Mast Portrait Mark Mast Mark Mast est chef d orchestre et directeur artistique de nombreux festivals, séries de concerts et institutions. Né en 1963 à Mitteltal, en pleine Forêt-Noire, il a commencé par étudier la musique à Heidelberg, puis à Paris et à Munich. Sa carrière de chef d orchestre a été fortement inspirée par Leonard Bernstein et Sergiu Celibidache. Il vit aujourd hui avec sa famille à Munich. Depuis 1992, Mark Mast est régulièrement chef d orchestre invité d ensembles prestigieux, parmi lesquels on peut citer l orchestre philharmonique de Baden-Baden, l orchestre de chambre de Heilbronn au sud-ouest de l Allemagne, l orchestre de chambre de Stuttgart, l orchestre symphonique de la SWR de Baden-Baden et Fribourg-en- Brisgau ou encore l orchestre de la radio suédoise à Stockholm. Directeur artistique et chef d orchestre de l orchestre philharmonique de Bavière depuis 1993, Mark Mast s occupe à la fois des aspects artistiques et pédagogiques. Depuis 1998, il est directeur du festival de musique de la Forêt-Noire, en partie subventionné par Sedus Stoll AG. En 2001, Mark Mast a par ailleurs été nommé directeur de la Fondation Sergiu Celibidache. La conception artistique de Mark Mast se caractérise par l intelligence du chef d orchestre qui met tout son talent au service de l œuvre du compositeur. Il place au centre de ses préoccupations le dialogue vivant qui peut se créer avec les artistes de tous horizons et avec le public. orchestres, où l on observe une hiérarchie très stricte. L orchestre a un droit de regard non négligeable sur les conditions générales de travail, notamment sur le recrutement du personnel. Pour devenir membre du meilleur orchestre, il faut passer par une procédure de recrutement très sophistiquée, où vous êtes en compétition avec des centaines de candidats. L audition a lieu derrière un rideau afin que le jury ne puisse pas être influencé par le nom, l apparence, le sexe, la nationalité ou la religion du postulant. La même procédure s applique pour tous les postes de l orchestre. Nous avons donc ici un dispositif d élite. Au cours de l année de période d essai qui vient ensuite, on examine l imbrication de la compétence instrumentale et de la compétence symphonique : esprit d équipe, capacité d adaptation, capacité d intégration, bref de nombreux sujets. Qu est-ce que cela signifie pour l interprétation, la représentation? Il faut toujours se souvenir que le chef d orchestre ne joue pas. Il coordonne les impulsions qui viennent de l orchestre. Ce sont les musiciens qui produisent les sons, créant ainsi la musique. Le chef d orchestre n est que la «conscience organisatrice» : il s assure que les nombreux sons fassent naître la musique. En d autres termes, il est responsable de la cohérence d ensemble, du devenir symphonique. Est-ce que c est le chef d orchestre qui décide qui s assied à tel ou tel pupitre ou la

7 Portraits répartition des places découle-t-elle de l organisation de l orchestre en tant qu ensemble? Aujourd hui, on a différents cas de figure. Le temps des despotes au pupitre est révolu. L époque d un Toscanini, d un Karajan ou encore d un Celibidache est bel et bien derrière nous. Ils étaient absolutistes et sont devenus les symboles d une certaine réalité sociale. Désormais, on fait plutôt appel à l esprit d équipe. C est du moins ce qu on dit. Symphoniquement parlant, ce travail en équipe s arrête toujours là où commence la prise de décision. Par exemple, savoir s il faut jouer plus vite ou plus lentement. Lorsqu il n y a pas de chef d orchestre, c est le premier violon qui prend ces décisions. Un orchestre sans chef d orchestre manquerait de repères, et serait donc déstructuré et désorganisé. Un ensemble instrumental qui possède sa propre conception de l interprétation peutil faire entendre sa voix auprès du chef d orchestre? Bien sûr! En tant que chef d orchestre, mon attitude consiste clairement à être à leur écoute. Cette capacité d écoute fait d ailleurs partie des qualités essentielles d un chef d orchestre. Mais je dois aussi savoir entendre ce qui se passe quand les musiciens jouent. Il ne suffit pas de savoir donner des impulsions. Pour pouvoir diriger, il faut être capable de ne pas se laisser influencer. Cette compétence n est pas toujours couplée à la capacité d écoute, mais pour être un bon chef d orchestre, les deux sont indispensables. Il s agit d un rôle de médiateur dans une sorte de triangulation : le chef d orchestre est un intermédiaire. Il possède une vision. Il entend la partition intérieurement et chaque expérience pendant les répétitions modifie cette image acoustique intérieure. Le métier de chef d orchestre est un métier expérimental. En cas de doute, un chef d orchestre qui sait écouter obtient toujours de meilleurs résultats. Il est en contact avec la partition, mais doit aussi être en contact avec l orchestre à diriger, avec les musiciens qu il a devant lui. Sans oublier la troisième composante qu il a dans le dos, à savoir le public, qui contribue au résultat à travers l acoustique et l aura. Le chef d orchestre dispose-t-il toujours d une capacité d autoévaluation réaliste ou le fait d être en permanence connecté au sublime peut-il la lui faire perdre et l amener à se surestimer? Un risque qui guette également les dirigeants en situation de pouvoir La place du chef d orchestre devant un ensemble établi composé exclusivement d individus hautement qualifiés et compétents est une position très délicate. Réussir à ce poste est une performance en soi et nécessite notamment des compétences sociales et humaines en plus de la simple compétence technique. Je ne crois pas qu un chef d orchestre puisse se contenter de détenir le pouvoir dans un contexte symphonique. Il ne pourra s imposer et évoluer qu en entretenant un échange avec l orchestre. Si un chef d orchestre n est pas accepté par son orchestre, le résultat musical n atteindra pas les spectateurs dans l auditorium et n aura pas un succès durable. Car si je n arrive pas à conquérir l orchestre, comment puis-je conquérir le public? Il est très important de parvenir à harmoniser les exigences d une fonction et les Information Terminologie SYMPHONIE Ensemble de sons Univers de la musique Monde de l entreprise Compositeur Visionnaire / Entrepreneur / Dirigeant Partition Vision / Stratégie / Ingénierie Chef d orchestre Directoire / Conseil d administration / Chef d équipe / Chef de projet Orchestre Entreprise / Société Pupitre Services / Équipe Musicien Collaborateur / Membre de l équipe Public Marché / Client Son Produit / Service Intervention Présentation claire / Communication claire Intervalle Projet Mélodie Stratégie d ensemble / Suivi de projet Harmonie Coopération / Collaboration Mesure Délais / Échéances Musique Résultat d un travail de collaboration interdisciplinaire abouti Composition typique d un orchestre symphonique Piano, harpe, célesta, etc. 2. Violons Percussions et timbales Trompettes Clarinettes Flûtes Trombones Bassons Hautbois Trompes Altos Tuba Contrebasses 1. Violons Violoncelles Chef d orchestre

8 Portraits L expérience de la musique live est un processus interactif à trois dimensions : la partition, les musiciens et le public. Une triangulation au centre de laquelle se trouve le chef d orchestre jouant le rôle d intermédiaire. Un concert n est vraiment captivant qu à partir du moment où ce médiateur parvient à faire fusionner ces trois niveaux en un tout 8 ressources d une personnalité. On en trouve de nombreuses variantes. Par exemple, il y a ceux qui se trouvent exactement à la bonne place et pensent qu ils devraient être ailleurs. Ces circonstances sont aussi néfastes que d avoir une personne à un poste à responsabilités alors qu elle n en a pas les compétences. On voit bien ici le parallèle avec le monde de l entreprise. Il faut toujours s interroger sur les ressources personnelles de chacun, se demander qui peut se charger de telle ou telle mission, qui est le plus à même d occuper telle ou telle fonction. Absolument! Karajan disait : «Un bon chef d orchestre doit savoir à quel moment il ne faut pas importuner l orchestre.» C est intéressant de se dire que le chef d orchestre peut déranger. Nous avons des prédispositions naturelles pour savoir quand agir et quand nous mettre en retrait. C est également une question de caractère. Chaque ensemble a besoin d un chef d orchestre qui lui corresponde. Il est incroyablement captivant d observer qui dirige tel ou tel orchestre, à quel moment et en quel lieu. Il est également passionnant de traduire les activités du chef d orchestre dans la langue de l entreprise et d établir des analogies : du «Quel est au juste le parallèle entre le chef d orchestre et le chef d entreprise? Leur compétence symphonique!» Mark Mast prélude à l interaction, en passant par la communication pendant que les musiciens jouent et par le fait de donner le départ. La partition cadre avec la vision. Pour moi, en tant que chef d orchestre, elle est mon fil conducteur. Une vision peut se traduire par différents principes directeurs en fonction du chef d orchestre. Au cour s de mes recherches, j ai d é couve r t q u e c e r t a ins o r c h e s t r e s dispensent des séminaires en entreprise, où ils mettent les cadres en situation de jouer le rôle de chef d orchestre. Mais comment cela fonctionne-t-il? Un profane est-il capable de lire une partition? Il faut bien penser la configuration de cette intervention, où la situation doit amener les participants. L expérience en elle-même est microscopique. Il s agit par exemple d un prélude et de la réaction de l orchestre. Cette expérience ne nécessite pas d avoir suivi une formation musicale, mais sa valeur cognitive est non négligeable. Elle possède sa logique intrinsèque, sa phénoménologie. Le chef d orchestre coordonne les impulsions qui viennent de l orchestre. C est une réalité et une partie de son travail. Mais il est évident qu il doit luimême être une impulsion pour pouvoir diriger l orchestre. L ouverture ne produira l effet escompté que si elle est avant tout au service d une unité de pulsation. Le chef d orchestre doit donc impérativement être à cent pour cent dans l ici et le maintenant et donner la pulsation dès l ouverture. Il doit être partout à la fois. Si l on examine ce phénomène à la loupe, c est tout cela qui donne la compétence symphonique. Alors, quel est au juste le parallèle entre le chef d orchestre et le chef d entreprise? Leur compétence symphonique! Lorsque l unité est atteinte et que le résultat d ensemble est idéal, peut-on dire que tous les participants ressentent cela comme un moment de bonheur parfait? La mission du chef d orchestre consiste à créer les conditions qui permettront à la musique de voir le jour. On pourrait dire que sa devise est de passer «du son à la musique». Le son représente chacune des ressources individuelles, chacun des éléments susceptible d être beau. Pour reprendre les propos de Schiller, disons que : «Le beau est l appât, c est pour cela que nous nous y intéressons et qu il nous attire, mais derrière lui se cache la vérité.» N y a-t-il qu une seule vérité? Si oui, estce celle du chef d orchestre ou bien se 8 5/11

9 trouve-t-elle dans la partition? Non, le chef d orchestre ne détient pas la vérité absolue. Il n en détient qu une partie. Si nous avions tous notre propre vérité, alors elle serait personnalisable. Si la vérité existe, il faut la transmettre à tous. Mais nous sommes là devant un phénomène profondément philosophique et spirituel! En fait, les membres de l orchestre ne disposent d aucune marge de négociation. L i n f l u e n c e d u c h e f d o r c h e s t r e e s t paroxysmique, ce qui est paradoxal. Sa vérité n est pas négociable! Intéressons-nous aux flux d énergie. En entreprise, la transmission des énergies et des informations est essentielle. S il y a des blocages à ce niveau et que les chakras sont pour ainsi dire fermés, on se retrouve face à un ferment «malsain». Les meneurs d hommes ont la responsabilité de l organisme vivant qu ils dirigent. Ils ont besoin de percevoir clairement la direction prise par les flux d énergie, mais aussi d avoir un outil qui leur permette de remédier aux blocages, de procéder si nécessaire à une «intervention chirurgicale» C est aussi cela la compétence symphonique! Pour voir où se trouve le blocage, il faut percevoir cette énergie dans sa globalité. Sans cela, je risque d opérer au mauvais endroit et de détruire une source d énergie cachée. Mais où cela s apprend-il? Il n y a pas d école symphonique pour les dirigeants. Pourtant, on ne peut pas simplement s en remettre aux dons de la nature ou aux talents innés, comme si nous étions encore à l âge de pierre du point de vue de l évolution. De toute façon, les talents innés n ont peut-être pas envie d intégrer certains appareils politiques et économiques. On connaît des virtuoses qui s y refusent tout simplement Exact! Peut-être parce que nous ne parvenons pas à montrer clairement qu il ne s agit pas juste de résultats trimestriels, mais d une responsabilité sociale dans son ensemble. Tout tourne autour de l économie. Pourquoi ne pas nous soucier plutôt des connaissances dont nous disposons aujourd hui? Pour moi, c est vraiment le plus important. On devrait aborder la qualification symphonique des entrepreneurs et des dirigeants avec le même professionnalisme que celui dont on fait preuve pour gérer les broutilles. Il faut créer un dialogue sérieux d égal à égal entre économie et culture. C est ainsi que je conçois mon activité de chef d orchestre! Entretien réalisé par Dorothea Scheidl-Nennemann L orchestre philharmonique de Bavière et son chef d orchestre Mark Mast en tournée en Corée. La musique symphonique génère des émotions et renforce les liens du groupe tout en exigeant une concentration permanente à chaque performance. Retrouvez cette interview de Mark Mast dans son intégralité sur : Code Internet : PORTRAITS3008 5/11 9

10 CONCENTRÉ ET MÉDIATIQUE Les nouveaux locaux de la SWR allemande Avec un bâtiment flambant neuf, la SWR située à Stuttgart a réuni toutes ses entités sur un seul et même site, à proximité immédiate des studios déjà existants. Radio, télévision et Internet sont ici rassemblés pour permettre une utilisation commune des contenus grâce aux technologies numériques de pointe. La radio se prépare pour un brillant avenir médiatique. Ce nouvel immeuble, relié par un pont au «vieux» studio, devient le lieu de travail de 480 collaborateurs. Outre la rédaction, les bureaux et les studios d art graphique, la pièce maîtresse se trouve au centre du bâtiment : deux studios de radio complètement automatisés et deux studios de télévision ultramodernes, un studio d information virtuel, des studios de création sonore et un studio mixte pour associer émissions de radio et de télévision. L entreprise se prépare ainsi à produire différents types de programmes. Dès l automne, les nouveaux locaux devraient d ailleurs commencer à servir de lieu de production. Les collaborateurs de la programmation et de la rédaction ont déjà pris possession de leur nouveau poste de travail. C est le cabinet Struhk Architekten situé à Braunschweig qui a conçu et construit le nouveau bâtiment de la SWR. Leur bureau d études a été sélectionné après avoir remporté un concours d architectes en juillet Leur interprétation de la construction donne une sorte de centre culturel divisé entre espaces de travail et espaces de vie. Le corps de bâtiment au tracé nuancé est sensible à la complexité de l aménagement urbain alentour. Il y réagit par l articulation habile de ses plis. Par exemple, à côté des studios, la villa des enfants (une crèche) apparaît en retrait face au nouvel immeuble. Les plans sont très bien structurés, ce qui joue en faveur d une orientation optimale dans le 10 5/11

11 bâtiment. Au rez-de-chaussée se trouvent les studios et la production, là encore parfaitement reliés par un accès via la cour. À l étage sont installés les différents services de la rédaction de la SWR. La forme longue et étroite de l édifice est intégralement inondée par la lumière du jour. La construction ne s élargit qu au niveau d un escalier et d un couloir intérieurs centraux. L édifice se décompose en différents univers de travail d une qualité exceptionnelle, où l aménagement de l espace et l agencement du mobilier sont flexibles, et où l on peut profiter de vues sur la verdure. Dans cette nouvelle construction, les bureaux prennent des formes variées : des alvéoles aux bureaux paysagers en passant par les bureaux de groupes et les bureaux d équipes. On a ainsi pris en considération la variété des besoins des utilisateurs en matière de communication et aussi de concentration pour les équipes de la rédaction, de la production et des services administratifs. Naturellement, on trouve des écrans de télé et des casques dans tous les bureaux, ainsi que des horloges au mur. Dans la perspective d un changement permanent, la flexibilité des structures permettra à l avenir de s adapter plus facilement aux nouveaux besoins des utilisateurs. Au bout du bâtiment se trouvent des espaces de travail directement reliés entre eux sans couloir et qu il est possible d agencer de manière flexible. Au centre de chaque étage, on a placé des locaux techniques, des îlots pour les réunions ou encore des zones de vie, qui prennent par exemple la forme de tisaneries rouges. Pour l entreprise médiatique, ce nouvel édifice présente non seulement des avantages logistiques et fonctionnels, mais aussi surtout économiques. Une réhabilitation des anciens locaux situés à proximité du parc Berg aurait en effet été beaucoup plus coûteuse. La centralisation de la production des programmes est également plus économique. La numérisation croissante et les rapides évolutions technologiques vont très vite s accompagner d une modification partielle des processus de production. La production est organisée de telle manière qu il reste une marge de manœuvre pour intégrer les évolutions de demain. Dorothea Scheidl-Nennemann Un pont relie l ancien édifice au nouveau (illustration du haut). Sedus a équipé les postes de travail ergonomiques avec sa gamme de bureaux temptation c réglables en hauteur par le biais d un moteur électrique et ses sièges pivotants early bird. Retrouvez la version en ligne de cet article sur Code Internet : INNOVATIONS /11 11

12 ET LE SON FUT Entretien avec le preneur de son Andreas Priemer Andreas Priemer, en tant que preneur de son à la SWR, vous êtes responsable des enregistrements de musique classique. Quelle est exactement la différence entre la perception que l on peut avoir d un concert live et celle d un enregistrement? Ils se distinguent par les aspects émotionnels, mais aussi acoustiques. La différence majeure est que la musique est un art lié au temps. Le son retentit, s estompe, puis disparaît complètement. Lorsqu on enregistre un morceau, on retient le son. On peut le rejouer autant de fois que l on veut. Par ailleurs, le lieu n est plus figé, ce qui permet d avoir une portée plus large, c est-à-dire davantage d auditeurs. L enregistrement transpose en quelque sorte l expérience acoustique dans une autre dimension, dans une autre réalité : du spectacle live au support sonore. Cela suppose qu au moment de transférer la musique sur le support je tienne compte des paramètres dont l association va façonner l événement acoustique et que j abandonne ceux que j estime superflus. C est tout l art de cette pratique. Un transfert à l état brut conviendrait peut-être physiquement, mais serait sûrement insatisfaisant, dans la mesure où l expérience vécue pendant un concert est plus complexe. Lors de la prise de son, il faut réduire les sons dans la limite du raisonnable, ce qui produit en fait aussi des émotions, même si elles sont différentes de celles du live. On a de toute façon un déplacement de la perception, car l aspect visuel disparaît et que l on se concentre complètement sur l écoute. Lors d un concert live, le spectateur est physiquement présent. Il écoute et ressent ce que les autres éprouvent et comment ils réagissent. Lors d une retransmission, je suis obligé de me concentrer sur la teneur de l énoncé musical. Du point de vue des émotions acoustiques, une retransmission ne remplacera jamais une expérience live, mais elle peut la compléter. En écoutant de manière répétée une œuvre enregistrée, on l aborde différemment et on peut découvrir des aspects totalement nouveaux, qui ne nous seraient jamais apparus autrement. Lors d un concert, le chef d orchestre interagit avec l orchestre. Le preneur de son enregistre les résultats de ce travail ef fectué sous la baguet te du c hef d orchestre. Mais quel est précisément son rôle? On pourrait penser que le preneur de son n a aucune influence. Les musiciens sont sur scène et jouent les notes. C est d ailleurs ainsi que les choses doivent se passer. En fait, on n intervient pas pendant que l événément live est en cours. En revanche, il faut se concentrer sur la réduction et les réglages techniques. Cela passe aussi bien par le positionnement adéquat des micros que par un changement de réglage au moment où un soliste intervient. Dans l idéal, il faut être présent aux répétitions pour pouvoir repérer les places et pouvoir donner des indications à l ingénieur du son. L autre aspect concerne le travail avec le chef d orchestre pendant les répétitions. Par exemple, on peut discuter du micro qui laisse passer certaines impuretés. Si on 12 5/11

13 Portraits a suffisamment de temps, on peut aussi récupérer des informations sur le déroulement du spectacle et le moment des interventions de l orchestre et des solistes. L important est de savoir prendre des initiatives, car cela permet d être moins stressé au moment de l enregistrement. Comment vous assurez-vous que votre enregistrement correspond aux attentes du chef d orchestre ou du producteur et que le «produit fini» est le meilleur possible? Il y a d abord quelques prérequis techniques : il ne faut pas que le son vibre, frémisse ou grésille, etc. C est le travail à proprement parler de l ingénieur du son. En tant que preneur de son, il faut se préoccuper plus particulièrement du point de vue esthétique : comment vais-je agencer les sons? Le travail au micro est d une importance cruciale, au même titre que le mixage, les distances, etc. Mais il n existe pas de résultat optimal, juste une infinité de possibilités de représenter et de reproduire quelque chose. Le résultat naît de l expérience du preneur de son et découle de la collaboration avec les musiciens et l ingénieur du son, mais aussi des tendances générales du moment en matière de conception acoustique, de sonorités, de résonance des basses, etc. Ce qu il faut, c est d abord être au service de la musique et essayer de se frayer un chemin à travers la technique pour exprimer la musique. Le mixage final en studio joue bien entendu aussi un rôle fondamental. Moins dans le cas d un enregistrement live que dans celui d une production réalisée en studio. Mais il faut avoir le courage d accepter l imperfection et savoir reconnaître la valeur de l impression sonore dans sa globalité plutôt que d aller trop dans le détail. Un enregistrement live est une sorte de flash. La plupart du temps, le résultat sonne mieux que celui des enregistrement sur lesquels on a travaillé pendant des semaines. Ces derniers sont souvent propres et ennuyeux, et le charme est rompu. D une manière générale, ce qui est imparfait est beaucoup plus touchant. Quels sont les critères à respecter pour avoir des conditions d enregistrement optimales? Une bonne acoustique, de bons musiciens. Le travail au micro est là encore décisif. On peut également réaliser de beaux enregistrements avec deux micros. On doit parfois aussi enregistrer dans des lieux assez inappropriés. Cela requiert alors davantage de savoir-faire technique pour compenser les inconvénients du lieu. Les conditions de travail sur place ont également leur importance, par exemple les critères extramusicaux comme l ambiance ou le fait de ne pas avoir faim, ni soif, etc. En définitive, quel avis compte le plus? En tant que preneur de son, j ai évidemment une responsabilité. J écoute les enregistrements avec les musiciens ou je les mets à leur disposition pour qu ils me fassent part des modifications qu ils souhaitent apporter. Lorsqu il s agit d un enregistrement sur CD, l enregistrement des solistes doit être approuvé en dernier. Entretien réalisé par Dorothea Scheidl-Nennemann Andreas Priemer est preneur de son à la SWR depuis fin 1979 et assure la direction artistique de nombreux enregistrements musicaux, qu il s agisse de concerts ou de CD. Il travaille notamment avec l orchestre symphonique de la radio de Stuttgart et l ensemble vocal de la SWR. Retrouvez la version en ligne de cet article sur Code Internet : PORTRAITS /11 13

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts Sommaire Préface...p.3 Définition et types de conflit d intérêts...p.4 Comment identifier un conflit d intérêts...p.6 Exemples

Plus en détail

sites.csdraveurs.qc.ca/musique/

sites.csdraveurs.qc.ca/musique/ Guide du chef de choeur THÈME : La bonne chanson «au cœur de notre culture» Le thème des Choralies 2014 vous invite à mettre en valeur un répertoire riche et varié. Plusieurs chants qui nous semblent si

Plus en détail

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans. F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.fr/ et ne peuvent en aucun cas suffire. Ce sont uniquement des compléments

Plus en détail

7 conseils pour une description de poste irrésistible! Des descriptions de postes excellentes = Des candidats excellents

7 conseils pour une description de poste irrésistible! Des descriptions de postes excellentes = Des candidats excellents 7 conseils pour une description de poste irrésistible! Des descriptions de postes excellentes = Des candidats excellents Sommaire Conseil n 1 : Soyez créatif dans la description du poste, PAS dans son

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Checkliste pour une interview radio Auteur: Ulrike Werner / traduit par Lars Jung et Aurore Visée

Checkliste pour une interview radio Auteur: Ulrike Werner / traduit par Lars Jung et Aurore Visée Checkliste pour une interview radio Auteur: Ulrike Werner / traduit par Lars Jung et Aurore Visée Lors d une interview radio, incite ton interlocuteur à répondre de manière intéressante. Il faut savoir

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger?

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? > livre blanc Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? QU EST-CE QUE CELA SIGNIFIE? VOTRE ENTREPRISE N EST PAS TROP GRANDE NI TROP PETITE POUR ÊTRE PIRATÉE Revenons dix ans en arrière,

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec

Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec VADE-MECUM Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec Rédigé par Marianne Lüthi Niethammer, 1999. Remarque préliminaire : Ce vade-mecum est un commentaire

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Île de créations 2016 Règlement du concours

Île de créations 2016 Règlement du concours Île de créations 2016 Règlement du concours Préambule La présence de la création musicale contemporaine est une ligne directrice permanente dans l activité de l Orchestre national d Île-de-France. Il développe

Plus en détail

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3 Didier Louchet CPEM Les textes officiels L éducation musicale s appuie sur des pratiques concernant la voix et l écoute : jeux vocaux,

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Hugues REINER. Chef d Orchestre. Musical Team Building

Hugues REINER. Chef d Orchestre. Musical Team Building Hugues REINER Chef d Orchestre 3 Propositions à choisir pour vos séminaires. Après les succès extraordinaires régulièrement obtenus dans les entreprises suivantes Musical Team Building Nous avons pensé

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

Blogue / Philips Lumec

Blogue / Philips Lumec Blogue / Philips Lumec Date : 20 novembre, 2012 Auteur : Philips Lumec Catégorie : Design Entrevue avec Sergio Ramos, gagnant du 1 er prix du Concours de la Fondation CLU Il y a déjà un mois que nous vous

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais :

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : 1-800-230-6349 Télécopieur : (819) 953-6088 (Pour les malentendants

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts L E S C O N F E R E N C E S D E L I R E S T CYCLE 2014-2015 L Institut de Recherche et d Etudes Supérieures du Tourisme (IREST) Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a le plaisir de vous inviter à la conférence

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

Baccalauréat Professionnel Accueil Relation Clients et Usagers

Baccalauréat Professionnel Accueil Relation Clients et Usagers Baccalauréat Professionnel Accueil Relation Clients et Usagers Les métiers de l accueil Les métiers de l accueil ont évolué : redécouvrez-les! L accueil est la première image d une entreprise, sa première

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique)

Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique) Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique) Ipmc Institut de pédagogie musicale et chorégraphique Avril 1993 1 Avant-propos 1. Ce texte a été rédigé tout d abord

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels du 23 novembre 2005 La commission d examens de musique d Eglise et la direction de l Ecole

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

RAPPORT FONCTION MANAGERIALE Pierre DURAND 11/09/14 Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle.

RAPPORT FONCTION MANAGERIALE Pierre DURAND 11/09/14 Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle. RAPPORT FONCTION MANAGERIALE Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle. Gordon - Exclusive Rights ECPA. SOSIE is a trademark of ECPA in France and/or other countries. INTRODUCTION

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

COMMENT RECONNAITRE SON STYLE DE MANAGEMENT PREFERENTIEL?

COMMENT RECONNAITRE SON STYLE DE MANAGEMENT PREFERENTIEL? COMMENT RECONNAITRE SON MANAGEMENT PREFERENTIEL? Les différents contextes professionnels et le caractère souvent hétérogène des individualités au sein d une même équipe supposent, pour le dirigeant ou

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

DOSSIERS D INSCRIPTION AUX AUDITIONS DE RECRUTEMENT DU CHŒUR DE L ORCHESTRE DE PARIS

DOSSIERS D INSCRIPTION AUX AUDITIONS DE RECRUTEMENT DU CHŒUR DE L ORCHESTRE DE PARIS DOSSIERS D INSCRIPTION AUX AUDITIONS DE RECRUTEMENT DU CHŒUR DE L ORCHESTRE DE PARIS Chœur d enfants pp. 2-3 Chœur d adultes pp. 4-10 1 Chœur d enfants de l Orchestre de Paris 191 boulevard Sérurier, 75935

Plus en détail

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème :

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : COMMUNIQUEZ : parlez la bonne langue! Le chef d entreprise du bâtiment parle à ses clients,

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Repères historiques MUSIQUE ET VARIATION. Objectifs. Léonard de Vinci W.A.Mozart G.Bizet

Repères historiques MUSIQUE ET VARIATION. Objectifs. Léonard de Vinci W.A.Mozart G.Bizet MUSIQUE ET VARIATION Objectifs A être auditeur, interprète et créateur. A décrire, identifier et caractériser les éléments constitutifs du phénomène musical. A écouter sa production pour la corriger et

Plus en détail

Chœur de l Orchestre de Paris 191 boulevard Sérurier, 75935 Paris Cedex 19

Chœur de l Orchestre de Paris 191 boulevard Sérurier, 75935 Paris Cedex 19 Chœur de l Orchestre de Paris 191 boulevard Sérurier, 75935 Paris Cedex 19 Téléphone : 01-56-35-12-15 Mail : chœur@orchestredeparis.com Merci de vous intéresser à nos activités! Le Chœur d adultes de l

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Faire de la musique sur ordinateur pour 100 $?

Faire de la musique sur ordinateur pour 100 $? Faire de la musique sur ordinateur pour 100 $? PAR LAURIER NAPPERT La musique vous intéresse, mais le choix des logiciels de musique et leur prix vous découragent? Vous n avez pas tort. Après tout, vous

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Quelques définitions des termes utilisés Nommer : Désigner par un nom. Identifier : Déterminer la nature de

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR

Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR Politique en matière de respect de la dignité de la personne au travail La BEI vise à offrir un environnement de travail favorable, qui aide et encourage

Plus en détail

Le Profiling SwissNova

Le Profiling SwissNova Le Profiling SwissNova pour un coaching plus efficace Mme Jalila Ben Soltane, Business Coach Mme Rim Kassous, Professionnel Certified Coach PCC HR Expo Tunis, Palais des congrès, 2013 LE CONCEPT NOVA La

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

e supplément Arménie Royaume-Uni Afrique lettre n 16 / avril 2010

e supplément Arménie Royaume-Uni Afrique lettre n 16 / avril 2010 e supplément lettre n 16 / avril 2010 Royaume-Uni Londres, 28 août 2009 Orange, acteur majeur de la publicité numérique Avec l acquisition d Unanimis, le plus grand réseau exclusif de publicité numérique

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud Thèmes : la famille, les rapports avec les autres. Parcours niveaux B1 : en bref Après une mise en route autour

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne POUR VOUS ÉCLAIRER DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL Les bonnes pratiques du recrutement en ligne Avant-propos Au Québec, le commerce de détail compte près de 24 000 établissements et 300 000 employés. Les jeunes

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

BIENVENUE! «Ce n est pas le temps qui nous change, mais les gens et les évenements qui nous rentrent dedans.»

BIENVENUE! «Ce n est pas le temps qui nous change, mais les gens et les évenements qui nous rentrent dedans.» BIENVENUE! «Ce n est pas le temps qui nous change, mais les gens et les évenements qui nous rentrent dedans.» Le Son Art ouvre ses portes et vous offre un lieu unique en son genre. Une priorité : la rencontre

Plus en détail

Kerberos mis en scène

Kerberos mis en scène Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 5 1 Kerberos mis en scène Sébastien Gambs (d après un cours de Frédéric Tronel) sgambs@irisa.fr 12 janvier 2015 Sébastien Gambs Autour de l authentification

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail