Retour vers le futur : l entreprise agroalimentaire de Dossier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Retour vers le futur : l entreprise agroalimentaire de 2025. Dossier"

Transcription

1 Dossier Retour vers le futur : l entreprise agroalimentaire de 2025 Par Étienne Gosselin, agr., M. Sc. Ève et Danielle Landreville 6 NUMÉRO 2 Peu importe le modèle d affaires ou le type de production, l entreprise agricole ou agroalimentaire performante du futur comptera sur des caractéristiques fortes pour réussir en affaires : compétitive, novatrice, branchée sur les marchés, mobilisée et citoyenne. Cinq entrepreneurs qui intègrent déjà ces valeurs en témoignent. Attention : leurs façons de faire et de penser pourraient vous inspirer. Photographies : Steeve Roy, PPM Photo, François Pinard, Steven Ferlatte, François Rivard

2 L'art de gérer ses richesses humaines Connue pour les œufs impropres à l incubation qu elle donne à des organismes de charité de sa région lanaudoise, Danielle Landreville est surtout reconnue p our l excellence de sa gestion des ressources humaines, un atout pour toutes les entreprises. Productrice d œufs d incubation, de céréa les et de soya de semence et, depuis 2008, de canneberges, Danielle Landreville a sa propre approche pour mobiliser ses employés et gérer ses richesses humaines : elle favorise la polyvalence, l initiative, l enga gement et la responsabilisation. «Il y a plu sieurs années, on engageait pour les com pé tences et on congédiait pour les attitudes. Aujourd hui, on engage pour les attitudes et on développe les compétences de nos employés», explique celle qui mène la ferme avec son conjoint, Jean-François Nadeau, et ses enfants, Charles, Ève et Evens, tous bardés de diplômes en administration, agriculture ou ingénierie. Chez les Landreville-Nadeau, tous sont conscients de l importance d investir temps et argent dans la gestion des ressources humaines. Aujourd hui, c est Ève qui s occupe des relations avec les employés québécois, alors que Danielle passe les mois d avril à octobre à parler espagnol pour encadrer la maind œuvre étrangère qui bosse dans leur cannebergière de 34 hectares, établie sur une sablière en fin d exploitation. Gérer pondeuses est proba blement une bagatelle à côté de la gestion de six employés à temps plein, six à temps partiel et une dizaine d employés guaté maltèques. «Ce n est pas facile de compter sur de bons employés : nous en passons cinq avant d en garder un bon, d où la nécessité de bien traiter ceux qui conviennent bien.» Dans l entrevue d embauche, les aspirants devront successivement démontrer qu ils aiment les animaux, sont flexibles quant aux tâches et aux horaires, sont ouverts d esprit, sont disponibles une fin de semaine sur quatre et seront capables de former et de superviser quelqu un. Si les candidats Elle l a dit : «Le travail peut et doit être une activité de développement humain dans laquelle la personne s épanouit.» Danielle Landreville répondent cinq fois par l affirmative, ils seront appelés à signer un document sur lequel figurent les exigences et les cinq «oui». Si, plus tard, un employé ne satisfait plus les exigences, son «contrat» sera ressorti et brandi pour lui rappeler ses devoirs. «C est l approche par la prise de conscience», révèle Danielle. Transparence totale et franche communication sont des impératifs. Y a-t-il dilemme constant entre spécia lisa tion et polyvalence, surtout dans une ferme aussi diversifiée? «Pas du tout, déclare Danielle Landreville. Tout le monde se doit d être poly valent, même si nous essayons d abord de pla cer LA bonne personne au bon endroit. Mais, s il est temps de repeindre des bâtiments, tout le monde doit s y mettre!» Ferme Landreville mobilisee en 2012 mobilisee en 2025 NUMÉRO 2 7

3 Dossier Que sonnent les 4 h Trans-Herbe, fabricant des thés Four O clock et des tisanes La CourTisane, se risque depuis 1992 dans un marché mondialisé, avec un succès étonnant. Comment diable? Johanne Dion, présidente et fondatrice de Trans-Herbe D accord, les thés et les tisanes ciblent deux tendances lourdes en agroalimentaire : la santé par l alimentation et le plaisir par les sens. Certes, la bonne réputation en matière de qualité et de salubrité des usines canadiennes y est pour quelque chose, sachant que Trans-Herbe importe des thés du Japon, du Sri Lanka, du Vietnam, de l Inde et d autres pays et réussit à exporter ces mêmes thés une fois conditionnés, mélangés et ensachés dans ces mêmes pays et dans une dizaine d autres. Mais est-ce si facilitant pour demeurer compétitif? Produire à moindre coût, ce n est pas la tasse de thé de Johanne Dion, présidente et fondatrice, qui a préféré faire dans le haut de gamme, où les profits ne sont pas plus élevés que quel ques dixièmes de sous par sachet. «Compétitionner le thé noir Orange Pekoe ne nous inté res sait pas, soutient la femme d affaires. Nous jouons dans un marché différent, aussi différents que sont les mar chés des vins à 8 $ et à 25 $. Nos pro duits sont gourmets.» N empêche, l entre prise utilise les dernières technologies, dont une ensacheuse italienne capable d empocher 350 fois à la minute! Pour occuper son créneau, l entreprise a choisi trois stratégies. D abord, produire des marques privées pour être présente sur le marché inter na tio nal, mais «sous le radar», sans nuire aux marques déjà bien implantées de ses clients. Ensuite, l acquisition de la marque de commerce Laboratoire Lalco pour les thés et tisanes médicinales lui permet l accès aux étalages de pharmacies. Enfin, et surtout, innover. «Nous sommes en avant du train, image Johanne Dion, tou jours à l affût des ten dan ces. Les autres nous copient, nous poussant à réinventer constamment nos produits.» Pour y arriver, l équipe de R-D Elle l a dit : «Même si nous travaillons dans le secteur des thés et tisanes, l arrivée de la boisson énergie Red Bull a coupé les ailes de notre tisane énergie. Comme quoi la menace peut venir de partout.» Johanne Dion compte cinq per son nes, en outre de Johanne Dion, elle-même chimiste de formation. Mais les sciences n ont pas encore le gros bout du bâton au labo ra toire; les sens y sont encore pour beaucoup dans l élaboration des mélanges les plus exquis et surprenants, issus le plus souvent d ingrédients équitables et biologiques. Finalement, Johanne Dion n hésite pas à voyager dans les pays où pousse le Camellia sinensis, pour garder un contact privilégié avec ses fournisseurs de thés noirs, verts et blancs, les deux pieds dans le champ, et pour mieux imaginer quelles seront les prochaines combinaisons d épices, de petits fruits, de fleurs et d herbes qui raviront les palais des consommateurs gourmets. 8 Trans Herbe competitive en 2012 NUMÉRO 2 competitive en 2025

4 NovaFruit, génétiquement innovante Mission : désaisonnaliser les récoltes de fraises du Québec. Pour y arriver : des systèmes de production non traditionnels et une génétique fraisière renouvelée. L innovation est si présente dans le fonctionnement de NovaFruit qu elle niche dans le nom de l entreprise et au cœur de son dirigeant, Simon Parent, 35 ans. Il y a 20 ans au Québec, la saison des fraises débutait à la Saint-Jean-Baptiste et se terminait vers la mi-juillet, quand les framboises prenaient la relève. Puis sont arrivés sur le marché les fraisiers à jours neutres ou remontants, capables de produire des fraises jusqu au début d octobre. Une petite révo lution, tout comme les techniques de culture de fraises en climat nordique (bâches, plasticulture, grands tunnels, serres, etc.) utilisées depuis une dizaine d années, toujours pour devancer la saison et en retarder la fin. Ces techniques sont encore mal connues des fraisiculteurs. Au départ, Simon Parent vendait ses idées, en tant que consultant diplômé de l Institut de technologie agroalimentaire (ITA). Il l a dit : «Le Québec est réputé pour ses fraisiers. Notre climat rigoureux endurcit les plants et nuit au développement de certaines maladies. Les producteurs de fraises de la Floride sont nombreux à faire affaires avec des pépiniéristes d ici.» Simon Parent Mal à l aise de vendre des conseils au compte-gouttes pour vivre de son métier, il a imaginé une association avec un pépi niériste bien connu, Alain Massé. Ce dernier lui a loué terres et matériel pour que Simon évalue des variétés, expérimente des techniques et démarre son entreprise. C était le début d un mentorat innovant, d un partena riat nourrissant de part et d autre. Aujourd hui, Simon offre toujours ses idées, mais elles viennent gratuitement avec l achat de fraisiers, qu il cultive dans ses propres installations, à Saint-Paul-d Abbotsford. Ses plants sont conçus spécialement pour produire plus rapidement au printemps, plus tard en été ou pour éliminer l année per due d implantation d une fraisière qui fait si mal aux producteurs. Ce sont des plants de varié tés nouvelles à plus gros fruits, plus sucrés et moins sensibles aux maladies, dont parfois seul NovaFruit possède les droits de distri bu tion au Québec. «Mon but est que nos producteurs produisent plus et mieux avec moins de ressources», explique le technologue. Simon Parent a décidé de connaître et d exploiter à fond la biologie du fraisier pour répondre aux besoins du marché et assurer un maximum de présence des «Fraîches du Québec» sur les étals des supermarchés d ici. L idée était de programmer les récoltes pour occuper le marché. Et ça fonctionne, puisque, selon lui, les producteurs d ici ont conservé les deux tiers du marché en saison, contrant les efforts de la Californie et de la Floride pour s accaparer le marché québécois. Simon mission réussie! Simon Parent, président et fondateur de NovaFruit NovaFruit novatrice en 2012 novatrice en 2025 NUMÉRO 2 9

5 Dossier Appuyer sur le champignon... forestier Trompettes de la mort et bolets, chanterelles et pleurotes, portobellos et morilles, matsutakes et shiitakes Oui, tous poussent dans notre forêt boréale québécoise et Morille Québec s est donné la mission de faire découvrir, fraîche, séchée ou surgelée, cette ressource non ligneuse sous-estimée. Simon-Pierre Murdock, fondateur de Morille Québec Ni animal ni végétal, les champignons sauvages ou forestiers sont encore méconnus ou ont carrément mauvaise réputation, victimes de relents moyenâgeux où on les associait à la sorcellerie. Aujourd hui, si on les associe à quelque chose, c est bien à la haute gastronomie, grâce aux amateurs de cuisine qui nous les font connaître. Crise forestière oblige, leur exploitation est dans l air du temps. Simon-Pierre Murdock, le fondateur de Morille Québec, cette jeune entreprise saguenéenne, peut avoir l air d un étudiant. Mais, au Il l a dit : «Le problème des régions comme la mienne, c est que nous sommes tellement isolés que nous pouvons en venir à penser que nous sommes seuls à exporter dans les grands centres, ce qui n est pas le cas.» Simon-Pierre Murdock téléphone, il s avère un entrepre neur visionnaire, le genre dont le Québec fait cruellement défaut. L homme de 26 ans ratisse (ou fait plutôt ratisser par 200 à 300 cueil leurs pigistes bien formés et outillés) les forêts du Saguenay Lac-Saint-Jean à la recherche d or noir la morille qui pousse dans les brûlis en association avec le pin gris, dès la fin d avril. La lourde logistique d approvi sion ne ment requiert même la recharge de son cellulaire deux fois par jour! Basée à 500 km du marché qui lui apporte 90 % des ventes (Montréal), Morille Québec doit travailler fort pour rester branchée sur les marchés. Il faut être prêt à descendre en ville presque une semaine sur deux pour livrer la marchandise et rencontrer des clients et des grossistes alimentaires. Simon-Pierre visite même des chaînes de supermarchés, avec lesquelles il est en pourparlers, malgré un volume de récolte encore insuffisant pour faire éventuellement face à une telle demande. En plus d être présent au sein de son marché de niche, disons-le, il demeure à l affût des tendances, des besoins et des demandes particulières, si bien qu une relation de fidélité basée sur la confiance s installe. Invariablement, Simon-Pierre Murdock entend quotidiennement l adjectif «magi que» qu on relie à ses champignons, qui n ont rien du champignon blanc de Paris. «J ai le double défi de faire connaître mon entreprise et de faire connaître mon pro duit.» Pour cela, il s aide d un site Internet 3.0 avec blogue, actualités, documents télé char geables et boutique en ligne. «Les ventes par Internet commencent tout juste à décol ler, mais ne représentent encore que un pourcent du chiffre d affaires.» Heureu sement, la demande pousse toujours comme un champignon. 10 Morille Quebec BRANCHEE en 2012 BRANCHEE en 2025 NUMÉRO 2

6 Le visage de l entreprise citoyenne Dans la tête de Jean Labbé, directeur de la Laiterie Charlevoix, un plus un donne sept ou huit, peut-être même plus. Pour additionner les bons coups, l homme sait y faire. Protéger l environnement fragile de Charlevoix, mettre en valeur le patrimoine bâti et architectural et investir dans l économie locale. Et si c était ça le capitalisme à visage humain, citoyen? Parlons-en à la famille Labbé, qui exploite une fromagerie depuis quatre générations sur la «touristiquissime» route 138, à Baie-Saint-Paul. Il l a dit : «Le développement régional dans notre région, ce n est pas d amener ici des usines de portes et fenêtres. C est plutôt de miser sur les forces de Charlevoix : le paysage, le patrimoine, le tourisme, les arts, le plein air et l agroalimentaire.» Jean Labbé La fabrication du fromage, comme la Laiterie de Charlevoix s y consacre depuis 1948, engendre neuf fois plus de lactosérum (petit-lait) que de fromage. Disposer de ce sous-produit représente tout un casse-tête pour bien des petites fromageries. Comment le valoriser durablement? En le transformant en méthane qui, par sa combustion, fait bouillir de l eau qui sert elle-même à chauf fer les bâtiments et les équipements de fabrication qui contiennent le lait. Exit le mazout et ses gaz à effet de serre! En prime, les boues produites par le méthanisateur et son sys tème contigu de phytoépuration (plantes tropi cales en serre) serviront à fertiliser quelques-uns des champs de la dizaine de producteurs qui fournissent du lait à la fromagerie. La boucle est bouclée. Pour loger ces équipements, l entreprise aurait pu décider de les enfermer dans un bâtiment anonyme, loin des regards. Au contraire, elle les a installés dans un bâtiment qui s harmonise avec l architecture régionale. Elle en a même fait un élément central de son offre agrotouristique, comme une invitation à visiter l arrière-boutique pour constater l engagement des Labbé en faveur du développement durable, devenu une dimension normale de la gestion de leur entreprise. Mais le développement durable n est pas qu environnemental, il est également social. Pour fabriquer leurs deux derniers-nés, l Hercule de Charlevoix et le 1608, les Labbé ont eu l idée de promouvoir le dévelop pement de la race patrimoniale Canadienne la seule race bovine développée au Québec, encore aujourd hui menacée d extinction. Trois fermes élèvent donc des Canadiennes dans Charlevoix, ouvrant la porte à une appel lation réservée : «fromage fabriqué avec du lait de vaches Canadiennes». Le désintéressement a-t-il une fin? En plus de gérer son économusée du fromage et son musée du lait, la Laiterie Charlevoix a fait l acquisition d une maison datant des années 1920 ayant abrité une fromagerie de rang, nommée Maison Charles-Simard en l honneur de son premier occupant. Cette demeure, en plus de servir de vitrine aux produits alimentaires régionaux, fait office de halte routière, dans une région qui en a bien besoin. La Laiterie Charlevoix citoyenne en 2012 citoyenne en 2025 Bruno Labbé, directeur de la Laiterie Charlevoix NUMÉRO 2 11

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES VOUS VOULEZ DIVERSIFIER VOS ACTIVITÉS? VOUS DÉSIREZ UN APPROVISIONNEMENT GARANTI POUR VOTRE ENTREPRISE? DÉVELOPPER DE PLUS GRANDS MARCHÉS ET DISCUSTER DIRECTEMENT AVEC LES CONSOMMATEURS?

Plus en détail

Avez vous pensé à votre mise en marché?

Avez vous pensé à votre mise en marché? Avez vous pensé à votre mise en marché? Plan de la présentation Mise en marché? Potentiel et contexte régional Les options en Outaouais Frais vs transformation Stratégie de prix Planification et stratégie

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

9. Le Québec agricole à la carte

9. Le Québec agricole à la carte 9. Le Québec agricole à la carte Primaire, cycle 3. Durée : 60 min. L achat local est un enjeu d importance dont on parle de plus en plus, et l intérêt pour les produits du terroir est en hausse. À l aide

Plus en détail

Fiche 23 D où viennent les produits de mon petit déjeuner?

Fiche 23 D où viennent les produits de mon petit déjeuner? Fiche 23 D où viennent les produits de mon petit déjeuner? Au fur et à mesure de l histoire de l alimentation, la provenance des produits que nous mangeons s est diversifiée. Aujourd hui, nous mangeons

Plus en détail

Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture.

Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture. Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture. TABLE DES MATIÈRES NOTRE PHILOSOPHIE NOTRE MISSION NOTRE MÉTIER NOTRE EXPERTISE 02 03 04 05 CONSTRUCTION TRANSPORT ENTREPRISES DE SERVICES COMMERCE

Plus en détail

LE DAAL BAHT. Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles

LE DAAL BAHT. Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles LE DAAL BAHT Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles Pour 4 personnes Préparation : 10 min Cuisson : 40 min Ingrédients

Plus en détail

Restauration collective Consommer mieux, consommer local

Restauration collective Consommer mieux, consommer local CONSEIL GÉNÉRAL Direction de la communication Agen, mardi 19 mars 2013 FICHE DE PRESSE Restauration collective Consommer mieux, consommer local A l heure où les Français sont de plus en plus attachés à

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

compostage individuel

compostage individuel 1 Le guide du compostage individuel ENSEMBLE VALORISONS NOS DECHETS 2 Des avantages tout terrain Epluchures de légumes, marc de café, coquilles d oeufs ou fleurs fânées,..., les déchets biodégradables

Plus en détail

LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE

LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE Le café 1 LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE 1. Buvez-vous du café? Si oui, combien de tasses de café buvez-vous par jour? 2. D après vous, quelle est l origine du café? 3. Quand pensez-vous que les gens

Plus en détail

FORMULAIRE D ADHÉSION À CRÉATEURS DE SAVEURS CANTONS-DE-L EST

FORMULAIRE D ADHÉSION À CRÉATEURS DE SAVEURS CANTONS-DE-L EST FORMULAIRE D ADHÉSION À CRÉATEURS DE SAVEURS CANTONS-DE-L EST Engagement de l'adhérent : L'adhérent reconnaît l'importance d'associer un produit de qualité à l'utilisation et à la promotion de la marque

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS

L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS Sommaire Introduction 1 Chaîne d innovation 2 Innovation ouverte 5 Marketing 5 Types d innovation 5 Conditions d innovation 7 Bibliographie 8 Direction de l appui à

Plus en détail

Déroulement des travaux :

Déroulement des travaux : Rapport final Contrôle mécanique de la punaise terne dans la culture de fraises sur rangs nattés en régie biologique à l'aide d'une faucheuse rotative 10-INNO3-16 Demandeur : Coopérative Nord-Bio Date

Plus en détail

Les champignons. Qu'ils sont beaux ces champignons! Ils ressemblent à ceux que nous pouvons trouver dans les bois et les sous-bois de Dolembreux.

Les champignons. Qu'ils sont beaux ces champignons! Ils ressemblent à ceux que nous pouvons trouver dans les bois et les sous-bois de Dolembreux. Les champignons Qu'ils sont beaux ces champignons! Ils ressemblent à ceux que nous pouvons trouver dans les bois et les sous-bois de Dolembreux. Une petite histoire : Les champignons ont des formes et

Plus en détail

LA MISE EN MARCHÉ. LOUIS FLEURENT Février 2015

LA MISE EN MARCHÉ. LOUIS FLEURENT Février 2015 LA MISE EN MARCHÉ LOUIS FLEURENT Février 2015 INTRODUCTION Les raisons de la fondation de la Fromagerie l Ancêtre inc. (volonté des actionnaires) : Transformer la production des 10 fermes laitières des

Plus en détail

bonheur pousse en haut des arbres Leur Eunice et Bernard sont heureux des récoltes de leurs 15 avocatiers.

bonheur pousse en haut des arbres Leur Eunice et Bernard sont heureux des récoltes de leurs 15 avocatiers. Leur bonheur pousse en haut des arbres La culture d avocats bio apporte un complément de revenu à beaucoup de fermiers kenyans Eunice et Bernard Mbuthia aiment leurs 15 avocatiers car ce sont grâce à eux

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Questionnaire CCI IMPACT DE LA FUTURE GRANDE RÉGION SUR L ÉCONOMIE ET L AVENIR DES DEUX-SÈVRES

Questionnaire CCI IMPACT DE LA FUTURE GRANDE RÉGION SUR L ÉCONOMIE ET L AVENIR DES DEUX-SÈVRES Questionnaire CCI IMPACT DE LA FUTURE GRANDE RÉGION SUR L ÉCONOMIE ET L AVENIR DES DEUX-SÈVRES Deux préalables : 1. Faire mieux avec moins : diminuer les dépenses publiques Notre politique économique fonde

Plus en détail

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif?

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif? L 7 a diversité biologique une richesse difficile à préserver A Uccle Notre Commune fait partie des communes les plus vertes de Bruxelles. Aussi aurez-vous peut-être la chance de faire des rencontres intéressantes

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

LE LAIT CANADIEN. De la ferme à la table

LE LAIT CANADIEN. De la ferme à la table LE LAIT CANADIEN De la ferme à la table Du lait tout naturellement Tellement nutritif... Avec ses 16 éléments nutritifs essentiels, le lait canadien est un aliment très nourrissant sur lequel vous pouvez

Plus en détail

LE BRÉSIL, NOUVELLE FERME DU MONDE

LE BRÉSIL, NOUVELLE FERME DU MONDE LE BRÉSIL, NOUVELLE FERME DU MONDE QUESTION 1 : MONTRER QUE LA CULTURE DU SOJA EST UNE AGRICULTURE MODÉRÉE ET MÉCANISÉE. La culture du soja est une agriculture moderne et mécanisée car sur l image du document

Plus en détail

Livret-jeux réservé aux 6/12 ans. à la découverte de notre patrimoine. Agricolix, Joue avec le paysan gallo-romain

Livret-jeux réservé aux 6/12 ans. à la découverte de notre patrimoine. Agricolix, Joue avec le paysan gallo-romain Livret-jeux réservé aux 6/12 ans à la découverte de notre patrimoine Agricolix, Joue avec le paysan gallo-romain S o m m a i r e Edito 3 Joue avec Agricolix aux Méli-mé-mots 4 Retrouve les mots cachés

Plus en détail

I. Analyse globale de l exploitation

I. Analyse globale de l exploitation LE PAUL Sophie I. Analyse globale de l exploitation Localisation Historique Activités de l exploitation Interactions entre les productions Mode de conduite Commercialisation Atouts et contraintes II. III.

Plus en détail

Le droit à se nourrir

Le droit à se nourrir Le droit à se nourrir La faim : plus absurde qu il n y paraît 2 Paradoxe n 1 Aujourd hui, 852 millions de personnes au monde - soit près d un être humain sur sept - souffrent régulièrement de la faim alors

Plus en détail

Colloque FIL IDF CANADA / STELA

Colloque FIL IDF CANADA / STELA Colloque FIL IDF CANADA / STELA 13-16 mai 2013 Session 2: Développement durable de l industrie laitière Initiatives de développement durable Point de vue d un transformateur Présenté par : Martin Scuccimarri,

Plus en détail

Enquête 2008 auprès des entreprises québécoises de production d'horticulture ornementale

Enquête 2008 auprès des entreprises québécoises de production d'horticulture ornementale Enquête 2008 auprès des entreprises québécoises de production d'horticulture ornementale Rapport final JUILLET REDAC 2008 2014, rue Cyrille-Duquet, bureau 307, Québec (Québec) G1N 4N6 Tél. : (418) 527-4681

Plus en détail

Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009

Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009 L amour du prochain : réfléchir, s engager. Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009 Atelier 5 Injustice et justice dans notre consommation Exposé d Elisabeth Hardmeier, enseignante en musicologie de la

Plus en détail

IDÉES POUR RAMASSER LES BLEUETS AU SOL DANS LES BLEUETS EN CORYMBE

IDÉES POUR RAMASSER LES BLEUETS AU SOL DANS LES BLEUETS EN CORYMBE Petits fruits Bulletin d information No 30 6 novembre 2013 IDÉES POUR RAMASSER LES BLEUETS AU SOL DANS LES BLEUETS EN CORYMBE Certaines maladies (ex. : pourriture sclérotique) se propagent d une année

Plus en détail

Quand la biodiversité envahit nos toits... quelle belle énergie!

Quand la biodiversité envahit nos toits... quelle belle énergie! Quand la biodiversité envahit nos toits... quelle belle énergie! Convoités ces dernières années pour la production d énergie solaire, les toits sont de plus en plus utilisés pour accueillir la biodiversité

Plus en détail

4. Ça voyage! Objectifs pédagogiques. Matériel. Dimensions touchées. Le savais-tu?

4. Ça voyage! Objectifs pédagogiques. Matériel. Dimensions touchées. Le savais-tu? 4. Ça voyage! Catégorie : Activité intérieure Nombre d enfants : De 7 à 10 Durée : 30 minutes À l aide d une histoire interactive, les enfants vivront le voyage d une pomme du Québec et celui d une orange

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

nourrir, employer, préserver

nourrir, employer, préserver nourrir, employer, préserver Historique du projet Une ferme, un projet La Corbière est le nom d une ferme située au Sud du Maine-et-Loire, dans le pays des Mauges, où la terre à été transmise de père à

Plus en détail

Sommaire. Comprendre la Colombie 15. Préface... 7. Repères essentiels... 17. Données et tendances de l économie... 28

Sommaire. Comprendre la Colombie 15. Préface... 7. Repères essentiels... 17. Données et tendances de l économie... 28 Préface.......................................................................... 7 Comprendre la Colombie 15 Repères essentiels........................................................ 17 Chiffres clés.................................................................

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner!

Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Le grand livre des petits chefs : un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Le grand livre

Plus en détail

CBI La garantie d un partenariat sur mesure

CBI La garantie d un partenariat sur mesure CBI La garantie d un partenariat sur mesure CBI, l expert pour la promotion des exportations en provenance des pays en développement L achat de produits ou l externalisation d activités dans des pays en

Plus en détail

«So Fair, So good!» *

«So Fair, So good!» * Vitry-sur-Seine avril 2012 Artisans du Monde lance 3 nouvelles boissons rafraîchissantes Bios et Equitables! «So Fair, So good!» * *Si juste, si bon! PRESENTATION DES PRODUITS Nouvelle gamme de boissons

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 12 octobre 2015 Français Original: anglais Conférence générale Seizième session Vienne, 30 novembre-4 décembre 2015 Point

Plus en détail

berger.ca Produisez plus rapidement. Améliorez votre qualité. Optimisez vos rendements.

berger.ca Produisez plus rapidement. Améliorez votre qualité. Optimisez vos rendements. berger.ca Produisez plus rapidement. Améliorez votre qualité. Optimisez vos rendements. Les mélanges horticoles, Berger en fait son affaire. L uniformité et la qualité du produit, la manière dont il est

Plus en détail

ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants -

ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants - ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants - La traçabilité a été et est encore aujourd hui au cœur des discussions au niveau provincial,

Plus en détail

CENTRE D EXPERTISE ET DE RECHERCHE EN HÔTELLERIE ET RESTAURATION. Institut de tourisme et d hôtellerie du Québec TOUT SUR LES LÉGUMES SURGELÉS

CENTRE D EXPERTISE ET DE RECHERCHE EN HÔTELLERIE ET RESTAURATION. Institut de tourisme et d hôtellerie du Québec TOUT SUR LES LÉGUMES SURGELÉS CENTRE D EXPERTISE ET DE RECHERCHE EN HÔTELLERIE ET RESTAURATION Institut de tourisme et d hôtellerie du Québec TOUT SUR LES LÉGUMES SURGELÉS Aujourd hui, l utilisation des produits surgelés en cuisine

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Provence-Alpes-Côte d Azur Que sont devenus les parfumeurs?

Provence-Alpes-Côte d Azur Que sont devenus les parfumeurs? Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Ça Bouge en France! Provence-Alpes-Côte d Azur Que sont devenus les parfumeurs? Réalisation Isabelle

Plus en détail

Le Plan Nord et les «travailleurs forestiers» MARS 2012

Le Plan Nord et les «travailleurs forestiers» MARS 2012 Le Plan Nord et les «travailleurs forestiers» MARS 2012 Plan de présentation : 1) Conférence régionale des élus (CRÉ) et Commission régionale sur les ressources naturelles et le territoire (CRRNT)? 2)

Plus en détail

341, chemin Bruce Dunham (Qc) J0E 1M0 (450)295-2034

341, chemin Bruce Dunham (Qc) J0E 1M0 (450)295-2034 341, chemin Bruce Dunham (Qc) J0E 1M0 (450)295-2034 Mémoire présenté à monsieur Pronovost Président de la commission sur l avenir de l agriculture et de l agroalimentaire du Québec et les commissaires

Plus en détail

Éducation civique et Éducation pour un Développement Durable à l école primaire

Éducation civique et Éducation pour un Développement Durable à l école primaire Éducation civique et Éducation pour un Développement Durable à l école primaire Istanbul mars 2008 Evelyne Touchard Conseillère pédagogique Inspection académique de l Isère Objectifs de la formation Connaître

Plus en détail

Enjeux & défis en transformation alimentaire

Enjeux & défis en transformation alimentaire Enjeux & défis en transformation alimentaire 22 janvier 2015 555, boul. René-Lévesque O., bureau 750, Montréal (QC) H2Z 1B1 Tél.: 514.393-1378 Industrie de la transformation alimentaire Valeur du marché

Plus en détail

L esprit d initiative : Un outil important

L esprit d initiative : Un outil important !!""####$ www.ingredientslaitiers.ca L esprit d initiative : Un outil important Innover, investir, moderniser Voilà comment les transformateurs laitiers et les fabricants d aliments finis peuvent conserver

Plus en détail

Mémoire présenté à la Commission de l'agriculture, des pêcheries, de l'énergie et des ressources naturelles

Mémoire présenté à la Commission de l'agriculture, des pêcheries, de l'énergie et des ressources naturelles Mémoire présenté à la Commission de l'agriculture, des pêcheries, de l'énergie et des ressources naturelles Dans le cadre de la Consultation générale sur le Livre vert pour une politique bioalimentaire

Plus en détail

Le Quizz du Commerce équitable

Le Quizz du Commerce équitable Le Quizz du Commerce équitable Quels sont les trois piliers fondamentaux du développement durable? économique, social et environnemental commercial, social et énergétique démographique, environnemental

Plus en détail

Le petit-déjeuner et développement durable

Le petit-déjeuner et développement durable Les repas Salle avec tableau 45 à 55 min. Le petit-déjeuner et développement durable Objectifs de l atelier : Sensibiliser les enfants sur la notion de développement durable en se référant aux étapes de

Plus en détail

LES «PAIEMENTS COUPLES»

LES «PAIEMENTS COUPLES» cap sur La pac 2015 2020 LES «PAIEMENTS COUPLES» La réforme de la politique agricole commune (PAC) permet à la France d amplifier le montant des paiements couplés à une production (c est-à-dire liés à

Plus en détail

Le BourgEon dessus, dedans

Le BourgEon dessus, dedans Le BourgEon dessus, bio dedans Le Bourgeon Les deux tiers des consommatrices et consommateurs suisses mangent régulièrement bio. Et ils sont de plus en plus nombreux à apprécier le naturel, la saveur authentique

Plus en détail

Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie

Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie Bruno Labbé, Co-Propriétaire et Gestionnaire de projet Robert

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Cette politique a été adoptée par le Conseil d administration lors d une réunion tenue le 8 juin 2010 (CA 10-05.10).

Cette politique a été adoptée par le Conseil d administration lors d une réunion tenue le 8 juin 2010 (CA 10-05.10). CAHIER DE GESTION POLITIQUE ALIMENTAIRE DU COTE 70-04-01.01 OBJET La présente politique vise à définir et à faire connaître les objectifs, la portée, les fondements, les principes et le rôle des différents

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

EMPIRE COMPANY LIMITED

EMPIRE COMPANY LIMITED 12 EMPIRE COMPANY LIMITED UNE PLATEFORME DE CROISSANCE PLUS SOLIDE Meilleure bouffe pour tous Le monde de l alimentation a grandement évolué depuis que J.W. Sobey a lancé son commerce de viande réfrigérée

Plus en détail

GL events en charge de la restauration et de la boutique du Pavillon de la France : une expérience de visite unique et accessible

GL events en charge de la restauration et de la boutique du Pavillon de la France : une expérience de visite unique et accessible Communiqué de presse Mai 2015 GL events en charge de la restauration et de la boutique du Pavillon de la France : une expérience de visite unique et accessible Du 1 er mai au 31 octobre 2015, le Pavillon

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Exemple de Filières Légumes Groupe Léa Nature

Exemple de Filières Légumes Groupe Léa Nature Exemple de Filières Légumes Groupe Léa ature - Présentation Groupe Léa ature - Exemple Filière courgettes / Aubergines - Quelques pistes pour développer des filières Présentation LE GROUPE LEA ATURE, une

Plus en détail

Le secteur des fromages au Québec. Activité ASDEQ-ASQ 12 février 2015 Gilles Proulx

Le secteur des fromages au Québec. Activité ASDEQ-ASQ 12 février 2015 Gilles Proulx + Le secteur des fromages au Québec Activité ASDEQ-ASQ 12 février 2015 Gilles Proulx + Programme n L actualité : les contingents d importation n Taille du marché canadien n Segments du marché n Structure

Plus en détail

Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires

Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires Pilotes : M. Pascal FLEUREAU EURIAL, M. Jean-François CRETET - LES RUCHERS DU GUE Copilote

Plus en détail

CONTACTS. «L Espace Martinique» - Salon International de l Agriculture 19 au 27 février 2011 Page 1

CONTACTS. «L Espace Martinique» - Salon International de l Agriculture 19 au 27 février 2011 Page 1 CONTACTS Miguelle HILAIRE Chargée de mission communication Martinique jusqu au mardi 15 février 2011 Tél. : 05 96 51 75 75 / 05 96 51 90 78 Fax : 05 96 51 93 42 communication@martinique.chambagri.fr Paris

Plus en détail

Aperçu du projet. Financé par le Gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils sectoriels

Aperçu du projet. Financé par le Gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils sectoriels Rapport récapitulatif : Profils d exploitations agricoles Pratiques de recrutement et de rétention de la main-d œuvre dans le secteur agricole primaire Aperçu du projet Le Conseil canadien pour les ressources

Plus en détail

Sommaire exécutif. Étude de marché pour une desserte aérienne Développement Chibougamau & Corporation de développement économique de Chapais

Sommaire exécutif. Étude de marché pour une desserte aérienne Développement Chibougamau & Corporation de développement économique de Chapais Sommaire exécutif Étude de marché pour une desserte aérienne Développement Chibougamau & Corporation de développement économique de Chapais Janvier 2013 1 Pour nous joindre : Explorer Solutions Nathalie

Plus en détail

Livre blanc des. tendances culinaires

Livre blanc des. tendances culinaires Livre blanc des tendances culinaires La communion de ce soir est l expression, à notre manière, et selon les approvisionnements de ces tendances. Mais la nature est abondante. Il faut développer la connaissance

Plus en détail

CHEZ BEN & FLORENTINE, NOTRE MISSION EST DE PARTAGER LE GOÛT DE BIEN MANGER! POURQUOI CHOISIR BEN & FLORENTINE?

CHEZ BEN & FLORENTINE, NOTRE MISSION EST DE PARTAGER LE GOÛT DE BIEN MANGER! POURQUOI CHOISIR BEN & FLORENTINE? DEVENIR FRANCHISÉ CHEZ BEN & FLORENTINE, NOTRE MISSION EST DE PARTAGER LE GOÛT DE BIEN MANGER! Nous nous engageons à créer et à offrir la meilleure expérience gastronomique en matière de déjeuners et de

Plus en détail

PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE

PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DANS LA FRAISE Par : LUC URBAIN, agronome Direction régionale de la Chaudière-Appalaches Depuis les 25 dernières années, nous avons connu de nombreuses

Plus en détail

CARACTERISTIQUE DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE:CAS DES PRODUITS AGROALIMENTAIRES BIO. JAOUADI Imen. Responsable de l IMC Tunisie.

CARACTERISTIQUE DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE:CAS DES PRODUITS AGROALIMENTAIRES BIO. JAOUADI Imen. Responsable de l IMC Tunisie. CARACTERISTIQUE DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE:CAS DES PRODUITS AGROALIMENTAIRES BIO JAOUADI Imen Responsable de l IMC Tunisie Mars 2005 Tunis Introduction Définition et avantages de l agriculture biologique

Plus en détail

LA NOUVELLE TENDANCE DU CAFÉ SPÉCIALISÉ

LA NOUVELLE TENDANCE DU CAFÉ SPÉCIALISÉ PASSION BELGE POUR LA GASTRONOMIE MONDIALE LA NOUVELLE TENDANCE DU CAFÉ SPÉCIALISÉ LE CAFÉ DU SABLON ET ROMBOUTS ÉLÈVENT LE CAFÉ À UN NIVEAU GASTRONOMIQUE Plus de dix ans après l ouverture du Coffee Company

Plus en détail

Pour un approvisionnement de proximité et de qualité en restauration collective

Pour un approvisionnement de proximité et de qualité en restauration collective PRÉFET DE LA RÉGION Pour un approvisionnement de proximité et de qualité en restauration collective ORGANOM 4 avril 2012 Favoriser l approvisionnement de proximité et de qualité, y compris en marchés publics

Plus en détail

d où je viens! Fiche 5 Déroulement Objectif général Objectifs spécifiques Documents et matériel nécessaires Durée : 3 séquences de 45 mn

d où je viens! Fiche 5 Déroulement Objectif général Objectifs spécifiques Documents et matériel nécessaires Durée : 3 séquences de 45 mn Dis-moi d où je viens! Liens avec les programmes Références au programme scolaire. Extraits du BO du 19 juin 2008 et du BO n 1 du 2 janvier 2012. Les apprentissages fondamentaux Histoire > Le XX e siècle

Plus en détail

Quelques conseils logistiques aux PME de l agro-alimentaire pour exporter en Europe

Quelques conseils logistiques aux PME de l agro-alimentaire pour exporter en Europe Quelques conseils logistiques aux PME de l agro-alimentaire pour exporter en Europe Jean-Patrice Netter, Président de Diagma La France paraît-il n exporte pas assez. C est vrai que la France n est pas

Plus en détail

Nos savoir-faire & solutions business

Nos savoir-faire & solutions business Passionnés de gastronomie et de voyages, ses fondateurs se sont inspirés de leur expertise dans l univers agro-alimentaire pour créer DESTINATION en 1999, une entreprise à taille humaine et éco-responsable,

Plus en détail

Si votre organisation débute en développement durable et hésite à s engager à long terme, demandez un engagement pour un événement uniquement.

Si votre organisation débute en développement durable et hésite à s engager à long terme, demandez un engagement pour un événement uniquement. Pour atteindre les objectifs fixés en gestion responsable d événements, il est fortement recommandé d obtenir une formalisation d un engagement des dirigeants de l organisation. Obtenez une formalisation

Plus en détail

Chapitre IV Habiter le monde rural

Chapitre IV Habiter le monde rural Chapitre IV Habiter le monde rural 1 e Leçon Y a-t-il beaucoup d agriculteurs dans les campagnes des pays riches? Ex : l Amérique du Nord Projection de la vidéo Galilée : un paysage rural du Middle West

Plus en détail

Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques

Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques Françoise Forcier, ing., agr., M.Ing. fforcier@solinov.com 450.348.5693 Rencontre AOMGMR 7 décembre 2007 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Formation Restauration Tourisme

Formation Restauration Tourisme CONSEIL ET FORMATION POUR LES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES Formation Restauration Tourisme Qualité Démarches de progrès Développement des compétences Sécurité des personnes Catalogue de Formations 2015

Plus en détail

CONTRIBUER À NOURRIR LE MONDE

CONTRIBUER À NOURRIR LE MONDE CONTRIBUER À NOURRIR LE MONDE MISSION D UNE ORGANISATION PRESQUE CENTENAIRE! Présenté par : Gaétan Desroches, agr. Chef de la direction, La Coop fédérée Le 26 octobre, 2015 LIBRE-ÉCHANGE - PARTENARIAT

Plus en détail

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS jlb Développement SAS JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION jlb Développement SAS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION PRÉSENTATION Groupe en pleine

Plus en détail

GUIDE. Des règles d étiquetage des produits issus de l agriculture biologique (Hors aliments pour animaux)

GUIDE. Des règles d étiquetage des produits issus de l agriculture biologique (Hors aliments pour animaux) GUIDE 1 Des règles d étiquetage des produits issus de l agriculture biologique (Hors aliments pour animaux) Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 modifié du 28 Juin 2007 Règlement (CE)

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

par André Dumont, journaliste

par André Dumont, journaliste par André Dumont, journaliste Mystérieuse endive Philippe Schryve est le plus important producteur d endives au pays. Pas évident, quand on est pratiquement seul à cultiver un légume peu connu. PHOTOS

Plus en détail

La rédaction d un CV & d une lettre de motivation. Forum régional des métiers de l Agriculture 7 février 2013 - Argentan

La rédaction d un CV & d une lettre de motivation. Forum régional des métiers de l Agriculture 7 février 2013 - Argentan La rédaction d un CV & d une lettre de motivation Forum régional des métiers de l Agriculture 7 février 2013 - Argentan CV : Les attentes des employeurs - un contenu : état-civil, formation, expérience

Plus en détail

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS?

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL L électricité est appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans les transports collectifs et

Plus en détail

FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES

FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES Diplômes de la filière Sciences sociales, Commerce et Administration Diplômes professionnels de base Diplôme de base

Plus en détail

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques -Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques Présenté par : Yves Saint-Vincent Éleveur, Transformateur et Détaillant Ferme Saint-Vincent / Boucheries Ferme Saint-Vincent Certifiés

Plus en détail

FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES

FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES Diplômes de la filière Sciences sociales, Commerce et Administration Diplômes professionnels de base Diplôme de base

Plus en détail

Analyses et études LA LUTTE CONTRE LES OGM

Analyses et études LA LUTTE CONTRE LES OGM Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2007 Analyses et études LA LUTTE CONTRE LES OGM Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone :02 /649 99 58 Fax 02/

Plus en détail