Retour vers le futur : l entreprise agroalimentaire de Dossier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Retour vers le futur : l entreprise agroalimentaire de 2025. Dossier"

Transcription

1 Dossier Retour vers le futur : l entreprise agroalimentaire de 2025 Par Étienne Gosselin, agr., M. Sc. Ève et Danielle Landreville 6 NUMÉRO 2 Peu importe le modèle d affaires ou le type de production, l entreprise agricole ou agroalimentaire performante du futur comptera sur des caractéristiques fortes pour réussir en affaires : compétitive, novatrice, branchée sur les marchés, mobilisée et citoyenne. Cinq entrepreneurs qui intègrent déjà ces valeurs en témoignent. Attention : leurs façons de faire et de penser pourraient vous inspirer. Photographies : Steeve Roy, PPM Photo, François Pinard, Steven Ferlatte, François Rivard

2 L'art de gérer ses richesses humaines Connue pour les œufs impropres à l incubation qu elle donne à des organismes de charité de sa région lanaudoise, Danielle Landreville est surtout reconnue p our l excellence de sa gestion des ressources humaines, un atout pour toutes les entreprises. Productrice d œufs d incubation, de céréa les et de soya de semence et, depuis 2008, de canneberges, Danielle Landreville a sa propre approche pour mobiliser ses employés et gérer ses richesses humaines : elle favorise la polyvalence, l initiative, l enga gement et la responsabilisation. «Il y a plu sieurs années, on engageait pour les com pé tences et on congédiait pour les attitudes. Aujourd hui, on engage pour les attitudes et on développe les compétences de nos employés», explique celle qui mène la ferme avec son conjoint, Jean-François Nadeau, et ses enfants, Charles, Ève et Evens, tous bardés de diplômes en administration, agriculture ou ingénierie. Chez les Landreville-Nadeau, tous sont conscients de l importance d investir temps et argent dans la gestion des ressources humaines. Aujourd hui, c est Ève qui s occupe des relations avec les employés québécois, alors que Danielle passe les mois d avril à octobre à parler espagnol pour encadrer la maind œuvre étrangère qui bosse dans leur cannebergière de 34 hectares, établie sur une sablière en fin d exploitation. Gérer pondeuses est proba blement une bagatelle à côté de la gestion de six employés à temps plein, six à temps partiel et une dizaine d employés guaté maltèques. «Ce n est pas facile de compter sur de bons employés : nous en passons cinq avant d en garder un bon, d où la nécessité de bien traiter ceux qui conviennent bien.» Dans l entrevue d embauche, les aspirants devront successivement démontrer qu ils aiment les animaux, sont flexibles quant aux tâches et aux horaires, sont ouverts d esprit, sont disponibles une fin de semaine sur quatre et seront capables de former et de superviser quelqu un. Si les candidats Elle l a dit : «Le travail peut et doit être une activité de développement humain dans laquelle la personne s épanouit.» Danielle Landreville répondent cinq fois par l affirmative, ils seront appelés à signer un document sur lequel figurent les exigences et les cinq «oui». Si, plus tard, un employé ne satisfait plus les exigences, son «contrat» sera ressorti et brandi pour lui rappeler ses devoirs. «C est l approche par la prise de conscience», révèle Danielle. Transparence totale et franche communication sont des impératifs. Y a-t-il dilemme constant entre spécia lisa tion et polyvalence, surtout dans une ferme aussi diversifiée? «Pas du tout, déclare Danielle Landreville. Tout le monde se doit d être poly valent, même si nous essayons d abord de pla cer LA bonne personne au bon endroit. Mais, s il est temps de repeindre des bâtiments, tout le monde doit s y mettre!» Ferme Landreville mobilisee en 2012 mobilisee en 2025 NUMÉRO 2 7

3 Dossier Que sonnent les 4 h Trans-Herbe, fabricant des thés Four O clock et des tisanes La CourTisane, se risque depuis 1992 dans un marché mondialisé, avec un succès étonnant. Comment diable? Johanne Dion, présidente et fondatrice de Trans-Herbe D accord, les thés et les tisanes ciblent deux tendances lourdes en agroalimentaire : la santé par l alimentation et le plaisir par les sens. Certes, la bonne réputation en matière de qualité et de salubrité des usines canadiennes y est pour quelque chose, sachant que Trans-Herbe importe des thés du Japon, du Sri Lanka, du Vietnam, de l Inde et d autres pays et réussit à exporter ces mêmes thés une fois conditionnés, mélangés et ensachés dans ces mêmes pays et dans une dizaine d autres. Mais est-ce si facilitant pour demeurer compétitif? Produire à moindre coût, ce n est pas la tasse de thé de Johanne Dion, présidente et fondatrice, qui a préféré faire dans le haut de gamme, où les profits ne sont pas plus élevés que quel ques dixièmes de sous par sachet. «Compétitionner le thé noir Orange Pekoe ne nous inté res sait pas, soutient la femme d affaires. Nous jouons dans un marché différent, aussi différents que sont les mar chés des vins à 8 $ et à 25 $. Nos pro duits sont gourmets.» N empêche, l entre prise utilise les dernières technologies, dont une ensacheuse italienne capable d empocher 350 fois à la minute! Pour occuper son créneau, l entreprise a choisi trois stratégies. D abord, produire des marques privées pour être présente sur le marché inter na tio nal, mais «sous le radar», sans nuire aux marques déjà bien implantées de ses clients. Ensuite, l acquisition de la marque de commerce Laboratoire Lalco pour les thés et tisanes médicinales lui permet l accès aux étalages de pharmacies. Enfin, et surtout, innover. «Nous sommes en avant du train, image Johanne Dion, tou jours à l affût des ten dan ces. Les autres nous copient, nous poussant à réinventer constamment nos produits.» Pour y arriver, l équipe de R-D Elle l a dit : «Même si nous travaillons dans le secteur des thés et tisanes, l arrivée de la boisson énergie Red Bull a coupé les ailes de notre tisane énergie. Comme quoi la menace peut venir de partout.» Johanne Dion compte cinq per son nes, en outre de Johanne Dion, elle-même chimiste de formation. Mais les sciences n ont pas encore le gros bout du bâton au labo ra toire; les sens y sont encore pour beaucoup dans l élaboration des mélanges les plus exquis et surprenants, issus le plus souvent d ingrédients équitables et biologiques. Finalement, Johanne Dion n hésite pas à voyager dans les pays où pousse le Camellia sinensis, pour garder un contact privilégié avec ses fournisseurs de thés noirs, verts et blancs, les deux pieds dans le champ, et pour mieux imaginer quelles seront les prochaines combinaisons d épices, de petits fruits, de fleurs et d herbes qui raviront les palais des consommateurs gourmets. 8 Trans Herbe competitive en 2012 NUMÉRO 2 competitive en 2025

4 NovaFruit, génétiquement innovante Mission : désaisonnaliser les récoltes de fraises du Québec. Pour y arriver : des systèmes de production non traditionnels et une génétique fraisière renouvelée. L innovation est si présente dans le fonctionnement de NovaFruit qu elle niche dans le nom de l entreprise et au cœur de son dirigeant, Simon Parent, 35 ans. Il y a 20 ans au Québec, la saison des fraises débutait à la Saint-Jean-Baptiste et se terminait vers la mi-juillet, quand les framboises prenaient la relève. Puis sont arrivés sur le marché les fraisiers à jours neutres ou remontants, capables de produire des fraises jusqu au début d octobre. Une petite révo lution, tout comme les techniques de culture de fraises en climat nordique (bâches, plasticulture, grands tunnels, serres, etc.) utilisées depuis une dizaine d années, toujours pour devancer la saison et en retarder la fin. Ces techniques sont encore mal connues des fraisiculteurs. Au départ, Simon Parent vendait ses idées, en tant que consultant diplômé de l Institut de technologie agroalimentaire (ITA). Il l a dit : «Le Québec est réputé pour ses fraisiers. Notre climat rigoureux endurcit les plants et nuit au développement de certaines maladies. Les producteurs de fraises de la Floride sont nombreux à faire affaires avec des pépiniéristes d ici.» Simon Parent Mal à l aise de vendre des conseils au compte-gouttes pour vivre de son métier, il a imaginé une association avec un pépi niériste bien connu, Alain Massé. Ce dernier lui a loué terres et matériel pour que Simon évalue des variétés, expérimente des techniques et démarre son entreprise. C était le début d un mentorat innovant, d un partena riat nourrissant de part et d autre. Aujourd hui, Simon offre toujours ses idées, mais elles viennent gratuitement avec l achat de fraisiers, qu il cultive dans ses propres installations, à Saint-Paul-d Abbotsford. Ses plants sont conçus spécialement pour produire plus rapidement au printemps, plus tard en été ou pour éliminer l année per due d implantation d une fraisière qui fait si mal aux producteurs. Ce sont des plants de varié tés nouvelles à plus gros fruits, plus sucrés et moins sensibles aux maladies, dont parfois seul NovaFruit possède les droits de distri bu tion au Québec. «Mon but est que nos producteurs produisent plus et mieux avec moins de ressources», explique le technologue. Simon Parent a décidé de connaître et d exploiter à fond la biologie du fraisier pour répondre aux besoins du marché et assurer un maximum de présence des «Fraîches du Québec» sur les étals des supermarchés d ici. L idée était de programmer les récoltes pour occuper le marché. Et ça fonctionne, puisque, selon lui, les producteurs d ici ont conservé les deux tiers du marché en saison, contrant les efforts de la Californie et de la Floride pour s accaparer le marché québécois. Simon mission réussie! Simon Parent, président et fondateur de NovaFruit NovaFruit novatrice en 2012 novatrice en 2025 NUMÉRO 2 9

5 Dossier Appuyer sur le champignon... forestier Trompettes de la mort et bolets, chanterelles et pleurotes, portobellos et morilles, matsutakes et shiitakes Oui, tous poussent dans notre forêt boréale québécoise et Morille Québec s est donné la mission de faire découvrir, fraîche, séchée ou surgelée, cette ressource non ligneuse sous-estimée. Simon-Pierre Murdock, fondateur de Morille Québec Ni animal ni végétal, les champignons sauvages ou forestiers sont encore méconnus ou ont carrément mauvaise réputation, victimes de relents moyenâgeux où on les associait à la sorcellerie. Aujourd hui, si on les associe à quelque chose, c est bien à la haute gastronomie, grâce aux amateurs de cuisine qui nous les font connaître. Crise forestière oblige, leur exploitation est dans l air du temps. Simon-Pierre Murdock, le fondateur de Morille Québec, cette jeune entreprise saguenéenne, peut avoir l air d un étudiant. Mais, au Il l a dit : «Le problème des régions comme la mienne, c est que nous sommes tellement isolés que nous pouvons en venir à penser que nous sommes seuls à exporter dans les grands centres, ce qui n est pas le cas.» Simon-Pierre Murdock téléphone, il s avère un entrepre neur visionnaire, le genre dont le Québec fait cruellement défaut. L homme de 26 ans ratisse (ou fait plutôt ratisser par 200 à 300 cueil leurs pigistes bien formés et outillés) les forêts du Saguenay Lac-Saint-Jean à la recherche d or noir la morille qui pousse dans les brûlis en association avec le pin gris, dès la fin d avril. La lourde logistique d approvi sion ne ment requiert même la recharge de son cellulaire deux fois par jour! Basée à 500 km du marché qui lui apporte 90 % des ventes (Montréal), Morille Québec doit travailler fort pour rester branchée sur les marchés. Il faut être prêt à descendre en ville presque une semaine sur deux pour livrer la marchandise et rencontrer des clients et des grossistes alimentaires. Simon-Pierre visite même des chaînes de supermarchés, avec lesquelles il est en pourparlers, malgré un volume de récolte encore insuffisant pour faire éventuellement face à une telle demande. En plus d être présent au sein de son marché de niche, disons-le, il demeure à l affût des tendances, des besoins et des demandes particulières, si bien qu une relation de fidélité basée sur la confiance s installe. Invariablement, Simon-Pierre Murdock entend quotidiennement l adjectif «magi que» qu on relie à ses champignons, qui n ont rien du champignon blanc de Paris. «J ai le double défi de faire connaître mon entreprise et de faire connaître mon pro duit.» Pour cela, il s aide d un site Internet 3.0 avec blogue, actualités, documents télé char geables et boutique en ligne. «Les ventes par Internet commencent tout juste à décol ler, mais ne représentent encore que un pourcent du chiffre d affaires.» Heureu sement, la demande pousse toujours comme un champignon. 10 Morille Quebec BRANCHEE en 2012 BRANCHEE en 2025 NUMÉRO 2

6 Le visage de l entreprise citoyenne Dans la tête de Jean Labbé, directeur de la Laiterie Charlevoix, un plus un donne sept ou huit, peut-être même plus. Pour additionner les bons coups, l homme sait y faire. Protéger l environnement fragile de Charlevoix, mettre en valeur le patrimoine bâti et architectural et investir dans l économie locale. Et si c était ça le capitalisme à visage humain, citoyen? Parlons-en à la famille Labbé, qui exploite une fromagerie depuis quatre générations sur la «touristiquissime» route 138, à Baie-Saint-Paul. Il l a dit : «Le développement régional dans notre région, ce n est pas d amener ici des usines de portes et fenêtres. C est plutôt de miser sur les forces de Charlevoix : le paysage, le patrimoine, le tourisme, les arts, le plein air et l agroalimentaire.» Jean Labbé La fabrication du fromage, comme la Laiterie de Charlevoix s y consacre depuis 1948, engendre neuf fois plus de lactosérum (petit-lait) que de fromage. Disposer de ce sous-produit représente tout un casse-tête pour bien des petites fromageries. Comment le valoriser durablement? En le transformant en méthane qui, par sa combustion, fait bouillir de l eau qui sert elle-même à chauf fer les bâtiments et les équipements de fabrication qui contiennent le lait. Exit le mazout et ses gaz à effet de serre! En prime, les boues produites par le méthanisateur et son sys tème contigu de phytoépuration (plantes tropi cales en serre) serviront à fertiliser quelques-uns des champs de la dizaine de producteurs qui fournissent du lait à la fromagerie. La boucle est bouclée. Pour loger ces équipements, l entreprise aurait pu décider de les enfermer dans un bâtiment anonyme, loin des regards. Au contraire, elle les a installés dans un bâtiment qui s harmonise avec l architecture régionale. Elle en a même fait un élément central de son offre agrotouristique, comme une invitation à visiter l arrière-boutique pour constater l engagement des Labbé en faveur du développement durable, devenu une dimension normale de la gestion de leur entreprise. Mais le développement durable n est pas qu environnemental, il est également social. Pour fabriquer leurs deux derniers-nés, l Hercule de Charlevoix et le 1608, les Labbé ont eu l idée de promouvoir le dévelop pement de la race patrimoniale Canadienne la seule race bovine développée au Québec, encore aujourd hui menacée d extinction. Trois fermes élèvent donc des Canadiennes dans Charlevoix, ouvrant la porte à une appel lation réservée : «fromage fabriqué avec du lait de vaches Canadiennes». Le désintéressement a-t-il une fin? En plus de gérer son économusée du fromage et son musée du lait, la Laiterie Charlevoix a fait l acquisition d une maison datant des années 1920 ayant abrité une fromagerie de rang, nommée Maison Charles-Simard en l honneur de son premier occupant. Cette demeure, en plus de servir de vitrine aux produits alimentaires régionaux, fait office de halte routière, dans une région qui en a bien besoin. La Laiterie Charlevoix citoyenne en 2012 citoyenne en 2025 Bruno Labbé, directeur de la Laiterie Charlevoix NUMÉRO 2 11

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES VOUS VOULEZ DIVERSIFIER VOS ACTIVITÉS? VOUS DÉSIREZ UN APPROVISIONNEMENT GARANTI POUR VOTRE ENTREPRISE? DÉVELOPPER DE PLUS GRANDS MARCHÉS ET DISCUSTER DIRECTEMENT AVEC LES CONSOMMATEURS?

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

Fiche 23 D où viennent les produits de mon petit déjeuner?

Fiche 23 D où viennent les produits de mon petit déjeuner? Fiche 23 D où viennent les produits de mon petit déjeuner? Au fur et à mesure de l histoire de l alimentation, la provenance des produits que nous mangeons s est diversifiée. Aujourd hui, nous mangeons

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture.

Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture. Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture. TABLE DES MATIÈRES NOTRE PHILOSOPHIE NOTRE MISSION NOTRE MÉTIER NOTRE EXPERTISE 02 03 04 05 CONSTRUCTION TRANSPORT ENTREPRISES DE SERVICES COMMERCE

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie

Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie Un projet novateur en biométhanisation et récupération d énergie La Laiterie Charlevoix, l exemple d une entreprise qui sait gérer son énergie Bruno Labbé, Co-Propriétaire et Gestionnaire de projet Robert

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Livre blanc des. tendances culinaires

Livre blanc des. tendances culinaires Livre blanc des tendances culinaires La communion de ce soir est l expression, à notre manière, et selon les approvisionnements de ces tendances. Mais la nature est abondante. Il faut développer la connaissance

Plus en détail

Le petit-déjeuner et développement durable

Le petit-déjeuner et développement durable Les repas Salle avec tableau 45 à 55 min. Le petit-déjeuner et développement durable Objectifs de l atelier : Sensibiliser les enfants sur la notion de développement durable en se référant aux étapes de

Plus en détail

PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE

PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DANS LA FRAISE Par : LUC URBAIN, agronome Direction régionale de la Chaudière-Appalaches Depuis les 25 dernières années, nous avons connu de nombreuses

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner!

Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Le grand livre des petits chefs : un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Le grand livre

Plus en détail

Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement

Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement Comprendre qu il s agit d un choix difficile pour les Canadiens Aider les courtiers d assurance et les sociétés d assurance à mieux comprendre les

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Nos savoir-faire & solutions business

Nos savoir-faire & solutions business Passionnés de gastronomie et de voyages, ses fondateurs se sont inspirés de leur expertise dans l univers agro-alimentaire pour créer DESTINATION en 1999, une entreprise à taille humaine et éco-responsable,

Plus en détail

11. DIAGNOSTIC STRATÉGIQUE ET ENJEUX

11. DIAGNOSTIC STRATÉGIQUE ET ENJEUX 11. DIAGNOSTIC STRATÉGIQUE ET ENJEUX Les principaux constats ressortant de l analyse du secteur de l agrotourisme au Québec, des entrevues menées avec divers intervenants du secteur (tables de concertation

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec. Rapport final. Présenté à : Par :

Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec. Rapport final. Présenté à : Par : Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec Rapport final Présenté à : Par : Juillet 2007 Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec Rapport final Juillet 2007 Présenté à : Par

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

CBI La garantie d un partenariat sur mesure

CBI La garantie d un partenariat sur mesure CBI La garantie d un partenariat sur mesure CBI, l expert pour la promotion des exportations en provenance des pays en développement L achat de produits ou l externalisation d activités dans des pays en

Plus en détail

Formations. Générateur de. compétences Perfectionnement 2014-2015. www.cstjean.qc.ca. de jour, de soir et de fin de semaine

Formations. Générateur de. compétences Perfectionnement 2014-2015. www.cstjean.qc.ca. de jour, de soir et de fin de semaine Générateur de compétences Perfectionnement 2014-2015 Formations de jour, de soir et de fin de semaine Direction de la formation continue 30, boul. du Séminaire Nord, local H-004, Saint-Jean-sur-Richelieu

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Piégeage des nitidules dans la fraise à jours neutres

Piégeage des nitidules dans la fraise à jours neutres Piégeage des nitidules dans la fraise à jours neutres Denis Tremblay, producteur Les fraisières Saint-Alexandre - Fraisière St-Alexandre - Problématique sur la ferme - Recherche de solution - Essai de

Plus en détail

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions Q: Que voyez-vous sur l image? La plante d arachide se déracine facilement et la gousse est bien sèche à l intérieur. L arachide est mure. Q: Quels sont les critères de maturité de l arachide? L arachide

Plus en détail

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS?

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL L électricité est appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans les transports collectifs et

Plus en détail

PROTECTION DE PRODUITS EN IG

PROTECTION DE PRODUITS EN IG PROTECTION DE PRODUITS EN IG Ousman ABDOU Ingénieur Agrométéorologue Expert de l Agriculture en IG Point focal IG/OAPI Direction Générale de l Agriculture Tel: (00227) 90 34 09 28 Email: ous_ab@yahoo.fr

Plus en détail

«So Fair, So good!» *

«So Fair, So good!» * Vitry-sur-Seine avril 2012 Artisans du Monde lance 3 nouvelles boissons rafraîchissantes Bios et Equitables! «So Fair, So good!» * *Si juste, si bon! PRESENTATION DES PRODUITS Nouvelle gamme de boissons

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LA CULTURE AUTREMENT. Pour diffusion immédiate

COMMUNIQUÉ LA CULTURE AUTREMENT. Pour diffusion immédiate COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Télé-Québec lance une plateforme culturelle sur le Web La Fabrique culturelle : le seul espace public collectif dédié à la culture au Québec 11 mars 2014 Montréal La

Plus en détail

FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES

FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES FILIÈRE SCIENCES SOCIALES, COMMERCE ET ADMINISTRATION & FILIÈRE SCIENCES NATURELLES Diplômes de la filière Sciences sociales, Commerce et Administration Diplômes professionnels de base Diplôme de base

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS jlb Développement SAS JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION jlb Développement SAS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION PRÉSENTATION Groupe en pleine

Plus en détail

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure 1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure DOSSIER DE PRESSE Janvier 2013 2 SOMMAIRE Green is better : Un concept innovant La genèse L innovation Green is better Les valeurs Green is better

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Contrat d Adoption N...

Contrat d Adoption N... Association White Rabbit 26 rue de Vouillé 75015 Paris contact@white-rabbit.org Contrat d Adoption N... Dans le cadre de la réhabilitation légale des animaux utilisés à des fins expérimentales, il est

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR LE PROJET DE LOI N O 97 (Loi visant

Plus en détail

TOGO: MORINGA LA PLANTE EN DEMANDE

TOGO: MORINGA LA PLANTE EN DEMANDE UN IN ACTION Date de Sortie: Juin 2015 Programme No. 1480 Durée: 3 24 Langues: Arabe, Chinois, Anglais, Français, Russe, Espagnole TOGO: MORINGA LA PLANTE EN DEMANDE VIDEO AUDIO ELIZABETH AVEC DES FEMMES

Plus en détail

Des stands alimentaires! Résumé

Des stands alimentaires! Résumé Secondaire, collégial et grand public activité 5 Des stands alimentaires! Résumé À partir de l affiche Nos choix alimentaires à nous de jouer!, les élèves sont initiés au concept des 3N-J d ENvironnement

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ)

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Le Centre québécois d inspection des aliments et de la santé animale (CQIASA) 1 Résumé L industrie de la restauration est

Plus en détail

Le mot des organisateurs.3 FNEL : présentation et chiffres clés 4 Le dispositif.5 Les pôles, les animations.6 Les offres exposants.

Le mot des organisateurs.3 FNEL : présentation et chiffres clés 4 Le dispositif.5 Les pôles, les animations.6 Les offres exposants. 1 Le mot des organisateurs.3 FNEL : présentation et chiffres clés 4 Le dispositif.5 Les pôles, les animations.6 Les offres exposants.8 La campagne de promotion 10 Les soutiens..11 Vos contacts..12 2 2

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Le canal du Midi, un patrimoine exceptionnel Une vitrine. L inscription par l Unesco en 1996 sur la liste du patrimoine

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature!

Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature! MagasinBio2008 Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature! Le Magasin Bio de l année 2008 1 Documents de candidature Le Magasin Bio de l année

Plus en détail

AD printemps 2014. Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne

AD printemps 2014. Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne AD printemps 2014 Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne AD printemps 2014 3. Évolution des conditions cadres du marché du lait / Présentation des Priorités 2014 2017 de FROMARTE

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

LES JARDINIERS DU CHEF

LES JARDINIERS DU CHEF Propriétaires : Pierre-André Daignault et Nathalie Roy Les Jardiniers du Chef est une ferme maraîchère et serricole familiale établie depuis 1994. L acquisition d une haute réputation auprès des meilleures

Plus en détail

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Combien de cell-packs ai-je vendus au printemps dernier et quel a été mon prix moyen? À qui ai-je vendu des poinsettias roses et combien chacun de

Plus en détail

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi Portrait régional de l emploi (*) (*) (en milliers) Bas Saint-Laurent 200 756 habitants % du Québec 2,6 % Agriculture 3,1 Services publics 0,0 Construction 4,9 Emploi par groupe d âge (*) Bas Saint-Laurent

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces Banque de terres Simon Ouellet Agent de développement rural Un outil pour le développement territorial CLD des Collines-de-l Outaouais Emmanuel Roy Agent de développement écologique Cadre légal des CLD

Plus en détail

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 Temps de préparation : 1 minute Intervention par couple : 4-5 minutes CANDIDAT A CADEAU D ANNIVERSAIRE Votre collègue et vous allez acheter un CADEAU D ANNIVERSAIRE pour

Plus en détail

DÉCOUVREZ NOS SERVICES

DÉCOUVREZ NOS SERVICES DÉCOUVREZ NOS SERVICES Cours de Cuisine Compétition Culinaire Cocktail Dînatoire Table du Chef Midi Corpo Boutique Pour réserver ou obtenir de l information supplémentaire : 514 750-6050 Cuisiner et bien

Plus en détail

Christel BORIES. racontée à mes ados

Christel BORIES. racontée à mes ados Christel BORIES L industrie racontée à mes ados ent h c i f n e s i u q 1 L industrie? Mais de quoi tu nous parles? Y avait pas de Royal Bacon? Non, il n y avait pas de Royal Bacon. C est dingue! Non,

Plus en détail

LA NOUVELLE TENDANCE DU CAFÉ SPÉCIALISÉ

LA NOUVELLE TENDANCE DU CAFÉ SPÉCIALISÉ PASSION BELGE POUR LA GASTRONOMIE MONDIALE LA NOUVELLE TENDANCE DU CAFÉ SPÉCIALISÉ LE CAFÉ DU SABLON ET ROMBOUTS ÉLÈVENT LE CAFÉ À UN NIVEAU GASTRONOMIQUE Plus de dix ans après l ouverture du Coffee Company

Plus en détail

Les Fiches thématiques Jur@tic. ecommerce. Bien préparer son projet de site de vente en ligne

Les Fiches thématiques Jur@tic. ecommerce. Bien préparer son projet de site de vente en ligne Les Fiches thématiques Jur@tic ecommerce Bien préparer son projet de site de vente en ligne Les Fiches thématiques Jur@TIC? 1. Pourquoi passer le cap du e-commerce? (e-commerce signifiant commerce électronique)

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée. Productions La Châtre le 22 janvier 2013

Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée. Productions La Châtre le 22 janvier 2013 Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée Productions La Châtre le 22 janvier 2013 1- Transport participatif 2 2- Pôle de création «Georges Sound» 3 3- S ouvrir au monde par la Visioconférence

Plus en détail

L pionnier dans le Bade-Wurtemberg,

L pionnier dans le Bade-Wurtemberg, RENCONTRE Rencontre avec Peter Berg LAURENT DREYFUS Peter Berg vient de publier son deuxième livre, traduit et édité par le Mouvement de l Agriculture BioDynamique. Nous avons voulu voir de quelle expérience

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION Pur etc. : un Fast Good A tout moment de la journée, PUR etc. propose des produits cuisinés comme à la maison, autour de fruits et légumes de saison, et fait de la qualité et la

Plus en détail

COP MESSAGGIO 2014/2015 MESSAGGIO COP 2014 / 2015

COP MESSAGGIO 2014/2015 MESSAGGIO COP 2014 / 2015 MESSAGGIO COP 2014 / 2015 1 Monsieur le Secrétaire Général, Par cette lettre, j ai l honneur de vous confirmer que messaggio soutien les 10 principes du Pacte des Nations Unies concernant les droits de

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

D où viennent nos semences. Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto

D où viennent nos semences. Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto D où viennent nos semences Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto Monsanto a pour objectif de permettre aux agriculteurs de petites et grandes exploitations de produire davantage

Plus en détail

Exigences en matière de bien-être animal Renée Bergeron, Ph.D., agr. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 2013

Exigences en matière de bien-être animal Renée Bergeron, Ph.D., agr. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 2013 Exigences en matière de bien-être animal Renée Bergeron, Ph.D., agr. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 2013 Introduction Essor important du mouvement pour le bienêtre depuis le début

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Document soumis au gouvernement du Québec à propos de son projet de règlement

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

Économisons l énergie! 11

Économisons l énergie! 11 Économisons l énergie! 11 Objectifs Prendre conscience de sa consommation d énergie. Maîtriser sa consommation d énergie afin de réduire l émission de gaz à effet de serre (mettre en place gestes et actions).

Plus en détail

EPREUVE E71 BTSA Technico commercial Champs professionnel : produits alimentaires et boissons

EPREUVE E71 BTSA Technico commercial Champs professionnel : produits alimentaires et boissons EPREUVE E71 BTSA Technico commercial Champs professionnel : produits alimentaires et boissons Cas Florette Durée de préparation : 1 h 25 Durée de passage 30 min Coefficient 6 Session Juin 2013 sujet SITUATION

Plus en détail

Projet Détail Formation

Projet Détail Formation Projet Détail Formation Programmation 2015-2016 des ateliers, formations et services-conseils pour les entreprises de détail, de services, de restauration, d alimentation et de tourisme. Partenaires du

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

Livret de l évaluateur : Calcul niveau 2

Livret de l évaluateur : Calcul niveau 2 Livret de l évaluateur : Calcul niveau 2 Ce livret de l évaluateur se divise en deux sections. La première section comprend : des instructions à l intention de l évaluateur sur la façon d administrer le

Plus en détail

Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation

Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation de masse depuis 50 ans. Actuellement, il représente 20% de la consommation en boissons, pour une consommation annuelle

Plus en détail

Geoffroy Ménard, agr.

Geoffroy Ménard, agr. Geoffroy Ménard, agr. Photo: IGA Projet réalisé dans le cadre du Programme d appui à la mise en marché des produits biologiques (volet 1) du Ministère de l'agriculture, des Pêcheries et de l'alimentation

Plus en détail